SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  100
Télécharger pour lire hors ligne
Les e-donateurs en
France
Baromètre 2016 –
6è m e édition
Depuis 6 ans, le baromètre e-donateurs permet de mettre en perspective les
stratégies et la présence digitale des associations et fondations avec
l'évolution des pratiques et des attentes des e-donateurs.

Il est basé sur un benchmark analysant la présence digitale des 115
principales associations françaises et un sondage barométrique IFOP réalisé
auprès de 525 « e-donateurs » français (personnes faisant régulièrement ou
de temps en temps des dons sur internet extrait d un échantillon de 2003
personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus).

2
L’enquête 2016 met en évidence à la fois les différences générationnelles,
des « natifs » du e-don aux « migrants », mais également le gap qui se crée
entre les attentes des donateurs et ce que les associations sont en mesure
de leur offrir.

Le baromètre rend également compte de l’évolution des grandes tendances
digitales, notamment au niveau de l’utilisation de réseaux sociaux, et révèle
les écarts entre les associations de tête et les plus petites associations qui ne
bénéficient pas des mêmes moyens. 
3
1. BenchmarK
Analyse de la présence digitale des 115 principales associations françaises.

4
§  Périmètre : 115 associations passées au prisme de 34 items
§  7 familles :
§  Référencement
§  Transparence
§  Transaction financière
§  Réseaux sociaux
§  Storytelling
§  Accessibilité 
§  Une mention bonus : la réalisation d’une campagne digitale innovante
dans l’année écoulée

§  Période : du 1er au 30 janvier 2015.
Méthodologie
5
§  Réseaux sociaux : une augmentation
significative des communautés, à la fois
sur Facebook et sur Twitter
§  Accessibilité : une hausse non négligeable
du nombre de sites adapté à la navigation
mobile

6
Progressions
VS. 2014
§  Référencement naturel : un meilleur référencement qui traduit une prise de
conscience des associations de la nécessité d’être bien visible sur les moteurs de
recherche 

§  Transparence : des comptes plus facilement accessibles lorsque les associations
les publient sur leur site.
§  Storytelling : alors qu’il existe des outils
simples (vidéo, webdocumentaire…) pour
créer du lien avec les donateurs, ceux-ci sont
de moins en moins utilisés. 
§  Transparence : un net recul du nombre
d’associations publiant leurs comptes sur leur
site et les présentant de manière
pédagogique. 
§  Transactions financières : les e-reçus fiscaux
sont de moins en moins proposés tandis que
les boutiques en ligne sont devenues presque
anecdotiques.
7
Reculs
VS. 2014
•  CFRT Le jour du Seigneur
•  Fondation ATD Quart Monde
•  Les Amis de la Terre
•  Aide et action
•  CIMADE
•  Institut du Cerveau et de la Moelle
Epinière
•  Laurette Fugain
•  Solidarité Laïque
•  Oxfam France
•  Petits Princes
•  Action Enfance
Principales évolutions des oNG/associations
8
•  Fondation Jérôme Lejeune
•  Ordre de Malte
•  Médecins du monde
•  Frères des Hommes
•  Fonds Adie 
•  ACAT France
•  Fondation pour la Recherche
Médicale
•  Partage
•  30 Millions d’Amis
•  APF
•  Un Enfant par la main
Si la totalité des associations sont bien référencées quand on tape leur nom, on remarque
qu’elles sont seulement 45% à apparaître lorsqu’on réalise une recherche thématique. Même si
ce chiffre est en hausse de 4 points par rapport à 2014, cet élément fait encore défaut à la
majorité d’entre elles.
Référencement / naturel
9
45%
55%
Oui
 Non
Alors que Google met à disposition des associations le programme Grants, qui leur permet de
faire de la publicité gratuitement, elles sont uniquement 49% à l’utiliser. 
Le fossé se creuse entre les associations inexistantes sur les réseaux de recherche et celles qui
allient adwords et grants pour maximiser leur visibilité. 
Référencement / payant
10
49%
51%
OUI
 NON
26%
52%
 49%
2013	
   2014	
   2015	
  
Référencement / payant
11
Référencement / TOP & FLOP 2015
12
Emmaüs International
Fondation Gustave Roussy
Médecins du Monde
Ordre de Malte
SOS Villages d’Enfants
FLOPTop
Action contre la Faim
Apprentis d’Auteuil
Le Rire Médecin
Solidarités international
WWF France
Le pourcentage des associations présentant leur compte est en baisse par rapport à 2014.
Transparence / comptes en ligne
13
82%
18%
Oui
Non

Moins 4 points
entre 2014 et
2015.
S’il est primordial que les comptes des associations soient publiés sur leur site, il est aussi
important que ceux-ci soient facilement accessibles. Un élément que les associations ont bien
compris puisque ce chiffre est en hausse au cours des dernières années.
Transparence / accessibilité aux comptes
14
80%
20%
Oui	
  
Non	
  
23%
55%
73%
80%
2012
 2013
 2014
 2015
Derniers critères dans la transparence financière des associations, la pédagogie utilisée pour
rendre les chiffres compréhensibles. Un chiffre en hausse constante au cours des dernières
années mais qui pour la première fois chute. 
Transparence / pédagogie des comptes
15
59%
41%
Oui
Non

Moins 25%
entre 2014 et
2015.
Transparence / pédagogie des comptes
16
Extrait de L’essentiel 2014
de CCFD-Terre Solidaire
 Extrait de L’essentiel 2014
de Vaincre la Mucoviscidose
Si le nombre d’associations faisant appel à des labels reste stable, on observe cette année une
baisse du nombre d’associations labellisées « Comité de la Charte » au profit du label « Ideas ».

Transparence / LABELS
17
Comité de la Charte
 Aucun
 Ideas
 Veritas
10%
54%
10%
1%

Versus 2014 :
•  Comité de la
Charte – 6 points
•  Ideas + 6 points
transparence / TOP & FLOP 2015
18
Amnesty International
Fondation HEC
Fondation pour la Recherche
Médicale
Mécénat Chirurgie Cardiaque
Nos Petits Frères et Sœurs
FLOPTop
Action Enfance
Fondation de France
La Mie de Pain
Reporters sans frontières
Secours Catholique –
Caritas France
Le paiement par carte bancaire et par Paypal ne connaît pas d’évolution, on observe même une
petite baisse de l’utilisation de ce dernier (- 3 points par rapport à 2014). 


Interactions financières / CB & paypal
19
96%
4%
Carte bancaire
Oui
Non
25%
75%
Paypal
Oui
Non
Même si la solution du don mensuel est aujourd’hui proposée par la majorité des associations,
on observe une légère baisse de la mise à disposition de cette forme de don par rapport à 2014
(-2pts).
Interactions financières / prélèvement automatique
20
78%
22%
Oui
Non
Si en 2014 presqu’1/3 des associations proposaient l’envoi du reçu fiscal par email, ce chiffre est
en très net recul cette année. Les espaces de don sont quant à eux plus nombreux (+ 3 points
entre 2014 et 2015). Ils sont généralement utilisés pour permettre aux donateurs d’accéder à
l’historique de leurs dons (dont les e-reçus fiscaux).


Interactions financières / e-reçu fiscal et espace
donateurs
21
11%
89%
E-reçu fiscal
Oui
 Non
30%
70%
Espaces donateurs
Oui
Non
On constate que le nombre de boutiques en ligne est toujours en baisse (-72% en 4 ans). Cette
source de revenue ne semble être plus très efficace pour les associations qui préfèrent appeler
directement au don.
Interactions financières / boutique en ligne
22
12%
88%
Oui
Non
39%
35%
29%
12%
2012
 2013
 2014
 2015
Interactions financières / boutique en ligne
23
Les offres de microdonations sont utilisées par déjà 1/4 des associations tout comme l’année
dernière (2014 : 26%).
Interactions financières / microdonations
24
26%
74%
Oui
 Non
Pour la première fois cette année nous avons mesuré le nombre
d’associations utilisant Iraiser pour leur formulaire de don. Résultat,
cette solution est plébiscitée par 1/3 des associations. 
Interactions financières / Iraiser
25
33%
67%
Oui
 Non
NOUVEL
ITEM 2015
Interactions financières / Iraiser
26
Intéractions financières / TOP & FLOP 2015
27
Emmaüs France
Fondation Hôpital Saint Joseph
Fondation Brigitte Bardot
Human Rights Watch
Ordre de Malte
FLOPTop
Sidaction
Unicef
CCFD-Terres Solidaires
Action Contre la Faim
Mécénat Chirurgie
Cardiaque
Dans leur lancée depuis 2012, le nombre d’associations présentes sur Facebook ne
cesse d’augmenter. 
Réseaux sociaux / facebook
28
89%
11%
Oui
 Non

Versus 2014 :
+ 4 points
Les associations ont vu une augmentation de leur nombre de fans de 19% entre
2014 et 2015. La moyenne du nombre de fans est de 75 450, un chiffre
principalement dû aux plus grosses associations qui tirent la moyenne vers le haut.
Réseaux sociaux / facebook
29
0
5
10
15
20
25
Moins de
1000
Entre 1000 et
5000
Entre 5000 et
10 000
Entre 10 000
et 50 000
Entre 50 000
et 100 000
Entre 100
000 et 250
000
Plus de 200
000
2014
2015
+ 3 pts
+ 3 pts
+ 3 pts
Si les associations sont presque toutes sur actives sur Facebook (85% publient plus
de 2 fois par semaine), elles peinent à entretenir un lien avec leur communauté. En
effet, seules la moitié font preuve d’interaction en répondant aux commentaires des
internautes par exemple. 
Réseaux sociaux / facebook
30
51%
49%
Interaction
Oui
 Non
85%
15%
Régularité
Oui
 Non
Réseaux sociaux / facebook
31
Twitter connaît également une hausse très significative. Les association sont également plus
nombreuses a avoir désormais un compte.
Réseaux sociaux / twitter
32
86%
14%
Oui
 Non

En 2014, 78% des
associations avaient
un compte Twitter.
Comme pour Facebook, ce sont les plus grosses qui voient leur nombre d’abonnés augmenter,
puisqu’on observe une hausse de 66% entre 2014 et 2015.
Réseaux sociaux / Twitter
33
0
5
10
15
20
25
30
35
Moins de
1000
Entre 1000 et
5000
Entre 5000 et
10 000
Entre 10 000
et 50 000
Entre 50 000
et 100 000
Plus de 100
000
2014
2015
+ 4 pts
+ 3 pts
+ 5 pts
Réseaux sociaux / Twitter
34
Les associations sont régulières dans leur publication, postant pour la plupart d’entre elles des
tweets plus de 3 fois par semaine, mais elles peinent encore à interagir avec leurs abonnés.
Réseaux sociaux / twitter
35
51%
49%
Interactions
Oui
 Non
80%
20%
Régularité
Oui
 Non
Réseaux sociaux / Twitter
36
La majorité des associations semblent avoir compris l’intérêt de posséder une chaine vidéo, une
tendance déjà observée au cours des dernières années.
Réseaux sociaux / Chaines vidéos ( Y o u t u b e , V i m e o & d a i l y m o t i o n )
37
90%
10%
Oui
 Non

Versus 2014 :
88% de oui
Afin de diversifier leur présence digitale, les associations se mettent
petit à petit à utiliser Instagram, un outil qui leur permet de toucher
principalement les jeunes mais aussi d’explorer un nouveau type de
storytelling basé sur la proximité et les images. Ainsi, en 2015, 4%
des associations ont un compte Instagram. 
réseaux sociaux / Instagram & snapchat
38
NOUVEL
ITEM 2015

Snaptchat a également été utilisé par deux associations pour des opérations digitales
ponctuelles. L’aspect éphémère du réseau social est généralement utilisé pour sensibiliser à leur
cause (espèces animales en voie de disparition, …). 

Si ces deux réseaux sociaux sont encore utilisés de manière marginale, certaines associations
commencent à les exploiter pour aller toucher les donateurs les plus jeunes.
Exemple de comptes instagram
39
Alors que les réseaux professionnels étaient utilisés par plus de deux tiers des associations
(70%) en 2014, on observe une baisse de leur présence sur Linkedin et Viadeo cette année.
Réseaux sociaux / Linkedin & viadeo
40
63%
37%
Oui
 Non
Réseaux sociaux / TOP & FLOP 2015
41
Delta 7
Fondation des Monastères
Fondation Voir et Entendre
Fonds ADIE
GEFLUC – Entreprises
contre le cancer
FLOPTop
Oxfam
Croix-Rouge Française
Fondation Nicolas Hulot pour la
Nature et l’Homme
Greenpeace
WWF
Les vidéos et en particulier les webdocumentaires sont deux formats plébiscités par les
associations pour informer et toucher les internautes. Pour autant, on remarque un net recul du
nombre d’associations qui y ont recours.
Storytelling / Vidéos
42
82%
18%
Oui
 Non

Versus 2014 :
- 9 points
Les portraits et les témoignages sont également utilisés par les ¾ des associations, un format
pratique pour s’adapter aux différents outils digitaux (site internet, vidéos, réseaux sociaux).
Storytelling / portraits & témoignages
43
75%
25%
Oui
 Non

Versus 2014 :
- 14 points
Storytelling / portraits & témoignages
44
Si l’on voit reculer l’usage des vidéos ou des portraits, on remarque en
revanche l’apparition de nouveaux outils de storytelling : carte interactive,
documentaire utilisant le vidéo, le son et l’image, expérience interactive… 
Storytelling / autres outils
45
10%
90%
Oui
 Non
NOUVEL
ITEM 2015
Storytelling / autres outils
46
Extrait d’Amnesty Stories #4
d’Amnesty International
Extrait de Arrêthon de
Greenpeace
storytelling / TOP & FLOP 2015
47
Enfance et Partage
Fondation Brigitte Bardot
Fondation Notre Dame
Fondation pour la Recherche
Médicale
Œuvre Falret
FLOPTop
Amnesty International
Fédération Française de
Cardiologie
Fondation Abbé Pierre
Reporters sans frontières
Solidarités International
Elément non négligeable pour les internautes étrangers, la possibilité
d’accéder à une version du site dans une autre langue est présente sur
seulement 1/3 des sites. 
Alors que les dons ont tendance à s’internationaliser et que les donateurs
n’hésitent plus à donner à une association étrangère, les organismes ne
proposant qu’une langue se privent de donateurs potentiels. 
Accessibilité / langues étrangères
48
32%
68%
Oui
 Non
NOUVEL
ITEM 2015
Si le trafic mobile ne cesse d’augmenter, les associations semblent avoir compris l’intérêt d’avoir
un site adapté à la navigation mobile. Aujourd’hui, 1 association sur 2 est équipée. 
Accessibilité / site optimisé mobile
49
50%
50%
Oui
 Non
23%
29%
50%
2013
 2014
 2015
Accessibilité / site optimisé mobile
50
Alors que le nombre d’associations ayant une application mobile
stagnait ces dernières années, il connaît une petite baisse en 2015.
Accessibilité / application mobile
51
15%
85%
Oui
 Non
NOUVEL
ITEM 2015
Référencement / TOP & FLOP 2015
52
Asmae
La Cimade
Fondation ARC
Restos du Cœur
SOS Sahel
FLOPTop
Apprentis d’Auteuil
Unicef France
Institut Pasteur
Le Rire Médecin
Sidaction
Une item « bonus » pour mettre en avant les associations ayant réalisée
une campagne digitale au cours de l’année. Ces campagnes permettent
de toucher une cible plus précise, mais aussi de faire preuve de créativité
en s’appuyant sur les réseaux sociaux ou sur les nouveaux outils digitaux.
Campagnes digitales
53
18%
82%
Oui
 Non
NOUVEL
ITEM 2015
Le jeu « Mine Busters » de Handicap International
Campagnes digitales
54
Le campagne « Valeur ajoutée » de la Cimade
Campagnes digitales
55
Campagnes digitales / TOP & FLOP 2015
56
Amnesty international
Fondation HEC
Fondation pour la Recherche
Médicale
Mécénat Chirurgie Cardiaque
Nos Petits Frères et Sœurs
FLOPTop
Action Enfance
Fondation de France
La Mie de Pain
Reporters sans frontières
Secours Catholique –
Caritas France
Moyenne des associations
57
1.  Unicef France = 16,9 (+ 2 places)
2.  Action contre la faim = 15,6 (- 1)
3.  Croix Rouge Française = 15 (+1)
4.  Le Rire Médecin = 14,7 (+ 10)
5.  Sidaction = 14,2 (+ 2)
6.  Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme = 13,9 (+ 4)
6.  Oxfam France = 13,9 (+ 28)
8. Apprentis d'Auteuil = 13,6 (+ 8)
8. Fédération Française de Cardiologie = 13,6 (+ 18)
8.  Ligue nationale contre le cancer = 13,6 (– 1)
8. Solidarités International = 13,6 (+ 5)
12. CCFD-Terre solidaire= 13,3 (– 12)
13. AFM-Téléthon =13,1 (+ 1)
13. Amnesty international =13,1 (- 2)
13.  Greenpeace France =13,1 (– 6)
13. Restos du Cœur =13,1 (+ 9)
13. Secours Catholique - Caritas France =13,1 (+ 3)
13. Secours populaire français =13,1 (+ 18)
13. WWF France =13,1 (– 4)
13. Fondation Abbé Pierre =13,1 (- 3)
58
Moyenne 2015 :
8,9/20
2014 : 10,3/20
L’écart entre la moyenne de 2015 et celle
de 2014 s’explique par la disparition de
certains items par rapport aux années
précédentes. Certains ont été supprimés
car ils ont été adopté par la plupart des
associations ou ne sont plus probants pour
juger le caractère digital des organismes.
21. AIDES = 12,5 (+5)
22. Fondation de France = 12,2 (-12)
22. La Chaîne de l'Espoir = 12,2 (=)
24. Médecins sans frontières = 11,9 (-19)
24. Vaincre la Mucoviscidose = 11,9 (+ 4)
26. Action Enfance = 11,7 (+ 24)
26. CIMADE = 11,7 (+ 35)
26. Handicap International = 11,7 (+ 5)
29. Institut du Cerveau et de la Moelle épinière = 11,4 (+ 34)
29. Les petits frères des Pauvres = 11,4 (-3)
29. Reporters sans frontières = 11,4 (nouveau)
29. Société Nationale de Sauvetage en Mer = 11,4 (+ 5)
33. Laurette Fugain = 11,1 (+32)
33. Plan France = 11,1 (+6)
35. Fondation ARC = 10,6 (- 10)
35. Institut Pasteur = 10,6 (+ 7)
37. Aide et action =10,3 (+ 38)
37. Association Grégory Lemarchal = 10,3 (+ 7)
37. FIDH = 10,3 (+ 11)
37. France Nature Environnement = 10,3 (+ 11)
59
Moyenne 2015 :
8,9/20
2014 : 10,3/20
60
37. Secours Islamique de France = 10,3 (- 9)
42. 30 Millions d'Amis = 10 (- 26)
42. Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières = 10 (+ 2)
42. APF = 10 (- 26)
42. Bureau International Catholique de l'Enfance (BICE) = 10 (+ 8)
42. CFRT le Jour du Seigneur = 10 (+ 48)
42. Fondation ATD Quart Monde = 10 (+ 48)
42. Vision du monde = 10 (– 20)
49. Institut Curie = 9,7 (- 8)
49. Mécénat Chirurgie Cardiaque = 9,7 (- 1)
51. Habitat et Humanisme = 9,4 (- 6)
51. Petits Princes = 9,4 (+ 25)
51. Solidarité Laïque = 9,4 (+ 30)
51. SPA = 9,4 (- 6)
55. Fondation Gustave Roussy = 9,2 (+ 10)
55. SOS Villages d'Enfants = 9,2 (=)
57. Care France = 8,9 (- 23)
57. Médecins du Monde = 8,9 (- 41)
57. Scouts et Guides de France = 8,9 (- 18)
57. Association Française des Diabétiques = 8,9 (+ 8)
Moyenne 2015 :
8,9/20
2014 : 10,3/20
61
61. Elevages sans frontières = 8,3 (+ 15)
61. Fondation ARSEP = 8,3 (+ 16)
61. Fondation Française de l’Ordre de Malte = 8,3 (- 6)
61. Les Amis de la Terre = 8,3 (+ 42)
65. Fédération des Aveugles de France = 8,1 (nouveau)
65. Fondation de l'Armée du Salut = 8,1 (+ 16)
65. Fondation du Souffle = 8,1 (+ 3)
65. Transparency International France = 8,1 (- 3)
69. Association Valentin Haüy = 7,8 (- 1)
69. Un Enfant par la Main = 7,8 (- 26)
71. ARSLA France = 7,5 (nouveau)
71. France Alzheimer = 7,5 (+ 15)
73. Frères des Hommes = 7,2 (- 37)
73. Human Rights Watch = 7,2 (- 11)
73. Œuvre de secours aux enfants France = 7,2 (- 8)
73. Perce-Neige = 7,2 (- 16)
73. SOS Sahel = 7,2 (- 23)
78. Fédération Française des Associations de Chiens guides d'Aveugles = 6,9 (+ 20)
78. France Parrainages = 6,9 (+ 1)
78. Nos Petits frères et sœurs = 6,9 (+ 5)
Moyenne 2015 :
8,9/20
2014 : 10,3/20
62
81. Fondation Brigitte Bardot = 6,7 (+ 12)
81. France libertés = 6,7 (+ 7)
81. L’Adapt = 6,7 (- 22)
81. Ordre de Malte = 6,7 (- 47)
81. Partage = 6,7 (-27)
86. Act Up Paris = 6,4 (7)
86. Asmae – Association Sœur Emmanuelle = 6,4 (- 18)
88. ACAT France = 6,1(- 31)
88. Comité français pour la solidarité internationale = 6,1(- 2)
88. Fondation Jérôme Lejeune = 6,1 (- 57)
88. La Mie de Pain = 6,1(- 15)
92. Emmaüs France = 5,8 (- 16)
92. Fondation de l’Avenir = 5,8 (+ 6)
94. Fondation des Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France = 5,6 (- 11)
94. Fondation Raoul Follereau = 5,6 (- 11)
94. Fonds Adie = 5,6 (- 35)
97. France Parkinson = 5,3 (- 7)
98. Fondation pour la Recherche Médical = 5 (- 30)
98. Œuvre Falret = 5 (nouveau)
100. Enfance et partage = 4,7 (+ 7)
Moyenne 2015 :
8,9/20
2014 : 10,3/20
63
100. EEUdF Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France = 4,7 (- 21)
102. Maison d’Accueil d’Ilot = 4,4 (- 9)
103. Fondation HEC = 4,2 (=)
103. Fondation Notre Dame = 4,2 (- 14)
103. Fonds Social Juif Unifié = 4,2 (- 6)
103. Foyer de Cachan = 4,2 (- 3)
107. Emmaüs International = 3,9 (- 2)
107. Œuvre des Pupilles = 3,9 (– 9)
108. La Jeunesse au Plein Air = 3,6 (- 5)
108. Orphéopolis = 3,6 (- 1)
108. Fondation des Monastères = 3,6 (-1)
109. Fondation Hôpital Saint Joseph = 3,1(- 7)
113. Delta 7 = 2,8 (- 2)
114. Fondation Voir et Entendre = 2,5 (- 8)
114. GEFLUC – Entreprises contre le cancer = 2,5 (- 4)
Moyenne 2015 :
8,9/20
2014 : 10,3/20
En comparant les associations par domaines d’activité (précarité, recherche médicale, protection
de l’enfance, environnement…), on remarque une certaine constance avec une moyenne autour
de 8-9/20.

Pour autant, le domaine de l’environnement tire son épingle du jeu en atteignant la note de
11,77. L’âge de leurs donateurs, inférieur à l’âge du donateur type, et la COP21 sont deux
facteurs pouvant expliquer pourquoi ces organismes se sont très tôt positionnés sur le digital et
sont aujourd’hui en première position. 
Classement par domaines d’action
64
FOCUS sur 3 associations
Afin de comprendre plus précisément quels leviers sont utilisés par les associations bien
positionnées dans le classement, un focus a été réalisé pour trois d’entre elles : 
-  Unicef, 1ère association du benchmark 2016
-  Le Rire médecin, association passée de la 15ème à la 4ème position en un an
-  Oxfam, association passée de la 38ème à la 8ème position entre 2014 et 2015.
L’objectif est de montrer comment il est possible de mettre en place simplement certaines
habitudes pour être au plus proche des attentes des donateurs : interactions sur les réseaux
sociaux, immersion dans la vie de l’association, retour sur l’utilisation des dons…
Focus : unicef, Le rire médecin et OXFAM
66
§  Présence digitale s’appuyant sur l’ensemble des ressorts du web : site internet responsive,
multiplication des possibilités de don… 
§  Exploitation de tous les réseaux sociaux, des plus classiques (Facebook, Twitter) aux plus
novateurs (Instagram, Snapchat)
§  Campagne digitale organisée pour la journée mondiale de l’eau : opération « essorant » les
postes Twitter des internautes pour en extraire les « H », « 2 » et « O » pour les transformer en
don

UniCEF /1er du classement
67
§  Efforts concentrés sur une seule opération digitale
en 2015 : l’Opération nez rouge g convergence
des canaux et canalisation de l’audience.
§  Forte proximité entre les donateurs et l’association
via l’immersion dans les hôpitaux avec enfants g
stratégie permettant aux donateurs de savoir
comment leur argent est utilisé
§  Diversification de la présence sur les réseaux
sociaux : Facebook, Twitter, chaînes vidéos et
Instagram. 
Le Rire médecin / passage de
la 14è m e à la 4è m e position
entre 2014 et 2015
68
§  Publications axées sur le positionnement de l’ONG
qui trouvent un écho auprès d’une audience en
attente de position tranchée (audience militante) 
§  Mobilisation pour la COP21 permettant à une
ONG de taille moyenne d’émerger au côté
d’autres plus importantes via la campagne
#Liketaplanete
OXFAM / passage de la 34è m e à
la 6è m e position entre 2014 et
2015
69
2. Sondage IFOP
Réalisé sur un échantillon de 525 « e-donateurs » français (personnes faisant régulièrement ou
de temps en temps des dons sur internet extrait d un échantillon de 2003 personnes,
représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus).
70
§  Sixième vague de l étude
§  Échantillon de 525 « e-donateurs » français (personnes faisant
régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet
extrait d un échantillon de 2003 personnes, représentatif de la
population française âgée de 18 ans et plus)
§  Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en
ligne du 5 au 14 janvier 2016.

Les précédentes vagues d’enquête ont été réalisées selon le même protocole méthodologique :
Vague 5 : Enquête réalisée online du 9 au 15 janvier 2015 auprès d’un échantillon de 476 e-donateurs.
Vague 4 : Enquête réalisée online du 14 au 17 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 464 e-donateurs.
Vague 3 : Enquête réalisée online du 11 au 17 janvier 2013 auprès d’un échantillon de 578 e-donateurs.
Vague 2 : Enquête réalisée online du 21 au 29 septembre 2011 auprès d’un échantillon de 435 e-donateurs.
Vague 1 : Enquête réalisée online du 23 novembre au 2 décembre 2010 auprès d’un échantillon de 472 e-donateurs
méthodologie
71
Ques1on	
  :	
   	
  Vous	
  arrive-­‐t-­‐il	
  régulièrement,	
  de	
  temps	
  en	
  temps,	
  rarement	
  ou	
  jamais	
  de	
  faire	
  un	
  don	
  via	
  internet	
  à	
  une	
  ou	
  des	
  associa1ons	
  carita1ves	
  ou	
  
organisa1on(s)	
  non	
  gouvernementale(s)	
  ?	
  	
  
La fréquence des dons sur internet dons sur internet
9%	
  
17%	
  
20%	
  
54%	
  
Régulièrement	
  	
  	
  
De	
  temps	
  en	
  temps	
  	
  	
  
Rarement	
  	
  	
  
Jamais	
  	
  	
  
26%	
  
74%	
  
23%	
   21%	
  
27%	
  
22%	
   24%	
   26%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  
2011	
  
	
  Janvier	
  
2013	
  
	
  Janvier	
  
2014	
  
	
  Janvier	
  
2015	
  
	
  Janvier	
  
2016	
  
Evolu&on	
  «	
  Régulièrement	
  –	
  De	
  temps	
  en	
  
temps	
  »	
  
	
  	
   Décembr
e	
  2010	
  
Octobre	
  
2011	
  
Janvier	
  	
  
2013	
  
Janvier	
  
2014	
  
Janvier	
  
2015	
  
Janvier	
  
2016	
  
Evolu&ons	
  
2010/201
6	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
15	
   15	
   18	
   16	
   20	
   22	
   +7	
  
35-­‐49	
  ans	
   21	
   18	
   20	
   21	
   17	
   21	
   =	
  
50-­‐64	
  ans	
   26	
   24	
   26	
   22	
   22	
   23	
   -­‐3	
  
65	
  ans	
  et	
  plus	
   34	
   31	
   47	
   33	
   36	
   39	
   +5	
  
Une	
  fréquence	
  du	
  don	
  sur	
  internet	
  toujours	
  marquée	
  sur	
  le	
  critère	
  
de	
  l’âge	
  
((	
  
-­‐5)	
  
(&	
  +6)	
  
E-­‐donateurs	
  
§  Les donateurs réguliers sont de plus en plus nombreux à recourir au don en ligne,
puisqu’on observe une progression de 3 points entre 2010 et 2016.
Conformément à ce que nous observons traditionnellement, les personnes âgées
de 65 ans et plus sont davantage représentées (39% contre 22% de moins de 35
ans), de même que celles appartenant aux catégories socioprofessionnelles
supérieures et donc de manière corollaire celles qui bénéficient d’un revenu net
mensuel pour le foyer de 4000€ et plus (40% contre 20% chez ceux qui déclarent
un revenu de moins de 1000€). 
§  Il convient de noter que depuis 2010, la proportion de jeunes de moins de 35 ans
déclarant faire des dons sur internet n’a cessé de progresser (passant de 15% à
22% aujourd’hui). Bien que toujours très minoritaire, il n’en demeure pas moins que
cette évolution révèle une pratique qui s’installe petit à petit chez ce segment de
population nettement moins réceptif aux appels aux dons que leurs aînés,
évolution probablement liée en partie au succès et à la diffusion des différents
réseaux sociaux qui participent au déploiement de la visibilité des associations
notamment auprès de cette cible des plus jeunes.

enseignements
73
Ques1on	
  :	
  Quand	
  vous	
  donnez	
  sur	
  internet	
  à	
  des	
  associa1ons	
  carita1ves,	
  s’agit-­‐il...	
  ?	
  	
  
La nature des dons sur internet
Les évolutions (1/2)
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
De	
  dons	
  classiques	
  «	
  HORS	
  
URGENCE	
  »	
  pour	
  soutenir	
  
une	
  associa1on	
  ou	
  une	
  
cause	
  	
  
De	
  dons	
  «	
  URGENCE	
  »	
  	
  
(à	
  l’occasion	
  d’une	
  
catastrophe	
  naturelle,	
  
d’une	
  épidémie)	
  	
  
87%	
   84%	
   87%	
   86%	
  
92%	
   87%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  
2011	
  
	
  Janvier	
  2013	
  	
  Janvier	
  2014	
  	
  Janvier	
  2015	
  	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  sur	
  le	
  
«	
  Oui	
  »	
  
46%	
   48%	
  
36%	
  
48%	
   51%	
   47%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  
2011	
  
	
  Janvier	
  2013	
  	
  Janvier	
  2014	
  	
  Janvier	
  2015	
  	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  sur	
  le	
  
«	
  Oui	
  »	
  
NON	
  
13%	
  
NON	
  
53%	
  
Tremblement	
  
de	
  terre	
  Haï,	
  
Janv.	
  2010	
  
Tsunami	
  au	
  
Japon	
  
Mars	
  2011	
  
Typhon	
  aux	
  
Philippines	
  	
  
Nov.	
  2013	
  
((	
  -­‐12)	
   (&	
  +12)	
  
=>	
  CATASTROPHES	
  AYANT	
  SUSCITE	
  DES	
  APPELS	
  AUX	
  DONS	
  D’URGENCE	
  PAR	
  LES	
  
GRANDES	
  ONG	
  	
  
((	
  -­‐5)	
  
Tremblement	
  
de	
  terre	
  au	
  
Népal	
  	
  
Avr.	
  2015	
  
Ques1on	
  :	
  Quand	
  vous	
  donnez	
  sur	
  internet	
  à	
  des	
  associa1ons	
  carita1ves,	
  s’agit-­‐il...	
  ?	
  	
  
La nature des dons sur internet
Focus sur les différents critères les plus clivants : l’âge et le
niveau de revenus (2/2)
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
73%	
  
83%	
  
93%	
   95%	
  
Moins	
  35	
  ans	
   35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
57%	
  
47%	
   47%	
  
41%	
  
Moins	
  de	
  35	
  ans	
   35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
Ê	
  De	
  dons	
  classiques	
  «	
  HORS	
  URGENCE	
  »	
  pour	
  soutenir	
  une	
  associa1on	
  ou	
  une	
  cause	
  :	
  	
  OUI	
  =	
  87%	
  
Ê	
  De	
  dons	
  «	
  URGENCE	
  »	
  (à	
  l’occasion	
  d’une	
  catastrophe	
  naturelle,	
  d’une	
  épidémie)	
  :	
  	
  OUI	
  =	
  47%	
  
Selon	
  
l’âge	
  	
  
74%	
   72%	
  
79%	
  
92%	
   89%	
  
94%	
  
	
  Moins	
  de	
  
1000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  1000	
  à	
  
moins	
  de	
  
1500	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  1500	
  à	
  
moins	
  de	
  
2000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  2000	
  à	
  
moins	
  de	
  
3000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  3000	
  à	
  
moins	
  de	
  
4000	
  euros	
  	
  	
  
	
  4000	
  euros	
  
et	
  plus	
  	
  	
  
Selon	
  le	
  niveau	
  de	
  revenus	
  
52%	
  
49%	
  
45%	
   45%	
  
48%	
   49%	
  
	
  Moins	
  de	
  
1000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  1000	
  à	
  
moins	
  de	
  
1500	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  1500	
  à	
  
moins	
  de	
  
2000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  2000	
  à	
  
moins	
  de	
  
3000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  3000	
  à	
  
moins	
  de	
  
4000	
  euros	
  	
  	
  
	
  4000	
  euros	
  
et	
  plus	
  	
  	
  
Selon	
  le	
  niveau	
  de	
  revenus	
  
Selon	
  
l’âge	
  	
  
Ê	
  Un	
  critère	
  neXement	
  moins	
  clivant	
  sur	
  ce	
  don	
  
«	
  URGENCE	
  »	
  
§  A l’instar de ce que nous observions lors des précédentes enquêtes, le don en ligne
reste pour l’essentiel un don « hors urgence » déconnecté de toute actualité.

§  Les dons événementiels, liés à une catastrophe, sont principalement plébiscités par les
jeunes puisque 57% d’entre eux expliquent donner dans cette configuration. On
remarque un clivage générationnel important, les plus de 50 ans étant 41% à donner
lors d’urgences.
§  Le don d’urgence (en réponse à une actualité forte) n’est certes pas le plus fréquent
pour ces e-donateurs (47%), mais il apparait complémentaire du don traditionnel, dans
la mesure où celui-ci va davantage être le fait des plus jeunes (57% chez les moins de
35 ans, contre 44% pour leurs aînés), des plus urbains (une proportion qui est de 52%
dans l’agglomération parisienne, contre 37% pour ceux vivant dans les communes
rurales), et concerne assez logiquement des donateurs qui s’inscrivent davantage dans
une logique de dons plus ponctuels (54%) que réguliers (35%).
enseignements
76
Ques1on	
  :	
   	
  Parmi	
  les	
  évènements	
  marquants	
  qui	
  se	
  sont	
  déroulés	
  ceXe	
  année,	
  certains	
  vous	
  ont-­‐	
  ils	
  incité	
  à	
  faire	
  un	
  don	
  ?	
  AXen1on,	
  nous	
  parlons	
  
d’un	
  don	
  d’argent.	
  
Les événements 2015 ayant provoqué un don
44%	
  
67%	
  
68%	
  
69%	
  
70%	
  
56%	
  
33%	
  
32%	
  
31%	
  
30%	
  
Le	
  tremblement	
  de	
  terre	
  au	
  
Népal	
  	
  	
  
Le	
  conflit	
  en	
  Syrie	
  	
  	
  
La	
  crise	
  des	
  réfugiés	
  	
  	
  
Les	
  aXentats	
  de	
  janvier	
  à	
  Paris	
  	
  	
  
Les	
  aXentats	
  de	
  novembre	
  à	
  
Paris	
  	
  	
  
OUI	
   NON	
  
50%	
   39%	
  
16%	
   16%	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
48%	
   34%	
  
21%	
   21%	
  
50%	
  
24%	
   19%	
  
29%	
  
59%	
  
29%	
  
17%	
   21%	
  
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  donner	
  sur	
  internet	
  à	
  des	
  associa,ons	
  carita,ves	
  pour	
  des	
  dons	
  «	
  d’urgence	
  »,	
  soit	
  22%	
  de	
  l’échan,llon	
  
57%	
   60%	
  
50%	
   55%	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  
l’âge	
  	
  
Catastrophe	
  naturelle	
  
Poli1que	
  extérieure	
  et	
  crise	
  humanitaire	
  
mondiale	
  
Sécurité	
  intérieure	
  
§  La catastrophe naturelle apparaît ici comme une cause particulièrement
mobilisatrice, plus d’une personne sur deux ayant fait un don « d’urgence » l’a fait
à l’occasion du tremblement de terre au Népal en avril 2015 (56%). Les causes
plus politiques qu’elles soient extérieures (conflit en Syrie, crise des réfugiés) ou
intérieures (liées notamment aux attentats de Paris) ont moins suscité de dons
spontanés de la part des e-donateurs. 

§  La mobilisation des plus jeunes (moins de 35 ans) se confirment quelque soit les
causes d’urgence même si le soutien a la guerre en Syrie est un peu plus marqué. 
enseignements
78
Ques1on	
  :	
  Et	
  diriez-­‐vous	
  que	
  vos	
  dons	
  sur	
  internet	
  sont	
  plutôt	
  des	
  dons	
  ponctuels	
  ou	
  plutôt	
  des	
  dons	
  réguliers	
  ?	
  	
  
La fréquence des dons en ligne
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
60%	
  
57%	
  
47%	
  
57%	
   58%	
  
53%	
  
Décembr
e	
  
2010	
  
Octobre	
  
2011	
  
Janvier	
  
2016	
  
26%	
   27%	
  
34%	
  
26%	
  
30%	
   31%	
  
14%	
   16%	
  
19%	
   17%	
  
12%	
  
16%	
  
53%	
  
31%	
  
16%	
  
Des	
  dons	
  ponctuels	
  	
  	
  
Des	
  dons	
  réguliers	
  	
  	
  
Autant	
  de	
  dons	
  ponctuels	
  que	
  	
  
de	
  dons	
  réguliers	
  	
  	
  
Janvier	
  
2013	
  
Evolu&ons	
  
((	
  -­‐10)	
   (&	
  +10)	
  
((	
  -­‐7)	
  (&	
  +7)	
  
Janvier	
  
2014	
  
Janvier	
  
2015	
  
((	
  -­‐5)	
  
Décembr
e	
  
2010	
  
Octobre	
  
2011	
  
Janvier	
  
2016	
  
Janvier	
  
2013	
  
Janvier	
  
2014	
  
Janvier	
  
2015	
  
Décembr
e	
  
2010	
  
Octobre	
  
2011	
  
Janvier	
  
2016	
  
Janvier	
  
2013	
  
Janvier	
  
2014	
  
Janvier	
  
2015	
  
Ques1on	
  :	
   	
  Le	
  fait	
  que	
  vous	
  donniez	
  de	
  l’argent	
  via	
  internet	
  à	
  des	
  associa1ons,	
  vous	
  a-­‐t-­‐il	
  conduit	
  à	
  diminuer	
  les	
  dons	
  que	
  vous	
  pouvez	
  faire	
  par	
  ailleurs	
  :	
  
chèque,	
  prélèvement	
  automa1que,	
  don	
  en	
  espèce	
  lors	
  d’une	
  collecte	
  ?	
  	
  
L’impact des dons en ligne sur la fréquence des
autres formes de dons
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  
internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
16%	
  
40%	
  
44%	
  
Oui,	
  
significa1vement	
  	
  	
  
Oui,	
  un	
  peu	
  	
  	
  
Non	
  	
  	
  
56%	
  
52%	
   51%	
   50%	
  
55%	
   57%	
   56%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  
2011	
  
	
  Janvier	
  2013	
  	
  Janvier	
  2014	
  	
  Janvier	
  2015	
  	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  
63%	
  
59%	
  
52%	
   53%	
  
Moins	
  de	
  35	
  ans	
   35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  
l’âge	
  	
  
66%	
  
60%	
   60%	
  
66%	
  
48%	
   50%	
  
	
  Moins	
  de	
  
1000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  1000	
  à	
  
moins	
  de	
  
1500	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  1500	
  à	
  
moins	
  de	
  
2000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  2000	
  à	
  
moins	
  de	
  
3000	
  euros	
  	
  	
  
	
  De	
  3000	
  à	
  
moins	
  de	
  
4000	
  euros	
  	
  	
  
	
  4000	
  euros	
  
et	
  plus	
  	
  	
  
Et	
  le	
  niveau	
  de	
  
revenus	
  
§  Pour le moment, internet est encore utilisé de manière ponctuelle même si on peut
observer une hausse du don régulier de 5 points entre 2010 et 2015. Ce canal est
donc de plus en plus utilisé par les donateurs.
§  La différence générationnelle se ressent dans la manière que les donateurs ont de
répartir leur don. Chez les plus de 50 ans, le fait de donner en ligne a moins
d’impact sur le don classique, alors que chez les moins de 50 ans, le fait de
donner en ligne a impacté le don classique. 
§  Les foyers les plus aisés ont également été les moins nombreux à modifier leurs
habitudes de don hors-internet. En effet, leur aisance financière leur permet de ne
pas choisir un mode de don au détriment d’un autre.


enseignements
81
Ques1on	
  :	
   	
  Etes-­‐vous	
  très	
  sa1sfait,	
  assez	
  sa1sfait,	
  peu	
  sa1sfait	
  ou	
  pas	
  sa1sfait	
  du	
  tout	
  des	
  informa1ons	
  fournies	
  par	
  les	
  associa1ons	
  sur	
  l’u1lisa1on	
  de	
  
votre	
  don	
  sur	
  internet	
  ?	
  
La satisfaction vis-à-vis des informations reçues
en retour des dons faits en ligne
Base	
  :	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
15%	
  
63%	
  
19%	
  
3%	
  
Très	
  sa1sfait	
  	
  	
  
Assez	
  sa1sfait	
  	
  	
  
Peu	
  sa1sfait	
  	
  	
  
Pas	
  sa1sfait	
  du	
  
tout	
  	
  	
  
78%	
  
22%	
  
84%	
   84%	
   84%	
   84%	
  
88%	
  
78%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  
2011	
  
	
  Janvier	
  2013	
  	
  Janvier	
  2014	
  	
  Janvier	
  2015	
  	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  
73%	
  
90%	
  
73%	
  
des	
  dons	
  ponctuels	
  
des	
  dons	
  réguliers	
  
Autant	
  ponctuels	
  que	
  
réguliers	
  
Avant	
  Janvier	
  2016,	
  l’in,tulé	
  de	
  la	
  ques,on	
  était	
  :	
  «	
  Etes-­‐vous	
  très	
  sa,sfait,	
  assez	
  sa,sfait,	
  peu	
  sa,sfait	
  ou	
  pas	
  sa,sfait	
  du	
  tout	
  des	
  informa,ons	
  qu’on	
  vous	
  envoie	
  en	
  retour	
  de	
  
votre	
  don	
  sur	
  internet	
  à	
  une	
  ou	
  des	
  associa,ons	
  ?	
  »	
  
((	
  -­‐10)	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  le	
  type	
  de	
  dons	
  faits	
  en	
  ligne	
  
Ques1on	
  :	
   	
  Et	
  aXendez-­‐vous	
  des	
  retours	
  d’informa1ons	
  suite	
  à	
  votre	
  don	
  ?	
  	
  
Le souhait d’information à l’issue d’un don en ligne
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
Oui,	
  mais	
  
uniquement	
  de	
  
l’informaSon	
  
par	
  voie	
  
électronique	
  	
  
55%	
  
TOTAL	
  Oui	
  
74%	
  
NON,	
  vous	
  n’aWendez	
  
pas	
  d’informaSons	
  suite	
  
à	
  votre	
  don	
  par	
  internet	
  
72%	
  
65%	
  
68%	
  
74%	
   74%	
   74%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  2011	
   	
  Janvier	
  2013	
   	
  Janvier	
  2014	
   	
  Janvier	
  2015	
   	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  
(&	
  +9	
  sur	
  2	
  ans)	
  
22%	
   23%	
  
30%	
   28%	
  
Moins	
  de	
  35	
  ans	
   35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  l’âge	
  	
  
§  Si presque 4 donateurs sur 5 sont satisfaits des informations reçues après leur
don, on observe une baisse de dix points entre 2015 et 2016. La satisfaction des
donateurs est donc fortement en diminution.
§  Cette baisse est d’ailleurs à corréler avec la hausse constante du nombre de
donateurs souhaitant avoir des informations après leur don. 
§  En définitive, les ONG n’arrivent pas à répondre à cette attente des donateurs qui
sont de plus en plus exigeants vis à vis de l’information sur l’utilisation de leur don. 
enseignements
84
Ques1on	
  :	
   	
  Pensez-­‐vous	
  que	
  votre	
  argent	
  donné	
  par	
  internet	
  à	
  une	
  ou	
  des	
  associa1ons	
  est	
  bien	
  dépensé	
  ?	
  	
  
Le jugement à l’égard de l’utilisation des dons
faits en ligne
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
Oui,	
  tout	
  à	
  fait	
  	
  	
  
Oui,	
  plutôt	
  	
  	
  
Non,	
  plutôt	
  pas	
  	
  	
  
Non,	
  pas	
  du	
  tout	
  	
  	
  
87%	
  
13%	
  
61%	
  
71%	
   71%	
  
80%	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
89%	
  
85%	
  
89%	
  
92%	
   93%	
  
87%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  2011	
  	
  Janvier	
  2013	
   	
  Janvier	
  2014	
   	
  Janvier	
  2015	
   	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  
(&	
  +8	
  sur	
  4	
  ans)	
  
((	
  -­‐6)	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  l’âge	
  «	
  Oui,	
  plutôt	
  »	
  	
  
53%	
   52%	
  
66%	
  
80%	
   80%	
   83%	
  
	
  Moins	
  de	
  
1000	
  €	
  
	
  De	
  1000	
  à	
  
moins	
  de	
  
1500	
  €	
  
	
  De	
  1500	
  à	
  
moins	
  de	
  
2000	
  €	
  
	
  De	
  2000	
  à	
  
moins	
  de	
  
3000	
  €	
  
	
  De	
  3000	
  à	
  
moins	
  de	
  
4000	
  €	
  	
  	
  
	
  4000	
  €	
  et	
  
plus	
  	
  	
  
Et	
  le	
  niveau	
  de	
  
revenus	
  2%	
  
11%	
  
72%	
  
15%	
  
§  La plupart des donateurs estiment que leur don est bien utilisé par les
associations. Néanmoins, leur satisfaction baisse de 6 points entre 2015 et 2016.
§  On remarque encore une fois les différences de confiance tant au niveau
générationnel qu’au niveau financier, puisque les personnes les plus âgées et les
plus aisées, estiment que leur dons est utilisé correctement. 
enseignements
86
Ques1on	
  :	
   	
  Vous	
  arrive-­‐t-­‐il	
  de	
  recommander	
  des	
  associa1ons	
  à	
  vos	
  contacts	
  sur	
  les	
  réseaux	
  sociaux	
  ?	
  	
  
Le bruit autour des ONG sur les réseaux sociaux
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
5%	
  
31%	
  
21%	
  
43%	
  
Régulièrement	
  	
  	
  
De	
  temps	
  en	
  
temps	
  	
  	
  
Rarement	
  	
  	
  
Jamais	
  	
  	
  
36%	
  
64%	
  
17%	
  
25%	
   28%	
  
35%	
   35%	
   36%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  2011	
  	
  Janvier	
  2013	
  	
  Janvier	
  2014	
  	
  Janvier	
  2015	
  	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  
	
  	
   Décembr
e	
  2010	
  
Octobre	
  
2011	
  
Janvier	
  	
  
2013	
  
Janvier	
  
2014	
  
Janvier	
  
2015	
  
Janvier	
  
2016	
  
Evolu&ons	
  
2010/201
6	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
22	
   37	
   53	
   53	
   59	
   61	
   +39	
  
35-­‐49	
  ans	
   20	
   38	
   37	
   40	
   45	
   41	
   +21	
  
50-­‐64	
  ans	
   19	
   19	
   21	
   29	
   26	
   28	
   +9	
  
65	
  ans	
  et	
  plus	
   12	
   13	
   17	
   22	
   17	
   22	
   +10	
  
Focus	
  sur	
  l’âge	
  	
  	
  
(&	
  +19	
  sur	
  6	
  ans)	
  
§  36% des donateurs sont également des prescripteurs auprès de leur proche, un
chiffre en hausse de 19 points sur six ans.
§  La hausse est constante parmi toutes les générations.
§  Assez logiquement, les recommandations sont surtout répandues chez les
tranches d’âge plus jeunes. Ainsi 61% des moins de 35 ans utilisent les réseaux
sociaux pour réaliser des recommandations auprès de leurs proches, soit plus de
39 points entre entre 2010 et 2016.
enseignements
88
Ques1on	
  :	
  Lesquel(s)	
  ?	
  	
  [quels	
  réseaux	
  sociaux	
  avez-­‐vous	
  u,lisés	
  pour	
  recommander	
  des	
  ONG]	
  
Les réseaux sociaux utilisés pour recommander des
ONG
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  recommander	
  des	
  associa,ons	
  sur	
  les	
  réseaux	
  
sociaux	
  que	
  ce	
  soit	
  régulièrement,	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  ou	
  rarement,	
  soit	
  15%	
  de	
  l’échan,llon	
  
67%	
  
28%	
  
11%	
  
11%	
  
9%	
  
Facebook	
  	
  	
  
Google+	
  	
  	
  
TwiXer	
  	
  	
  
Instagram	
  	
  	
  
Autre	
  	
  	
  
30%	
  
3%	
   0	
   0	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
19%	
   11%	
   12%	
   1%	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
22%	
   27%	
   34%	
   31%	
  
80%	
   67%	
   65%	
   51%	
  
Des	
  écarts	
  dans	
  les	
  pra&ques	
  selon	
  
l’âge	
  	
  
Ques1on	
  :	
   	
  Avez-­‐vous	
  déjà	
  découvert	
  une	
  associa1on	
  sur	
  Internet	
  sur	
  chacun	
  	
  des	
  sites	
  /	
  réseaux	
  suivants	
  ?	
  	
  
La découverte de nouvelles associations sur les
sites et réseaux sociaux
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
57%	
  
67%	
  
83%	
  
88%	
  
92%	
  
43%	
  
33%	
  
17%	
  
12%	
  
8%	
  
Moteur	
  de	
  recherche	
  
(Google,	
  Bing,	
  etc.)	
  	
  
Facebook	
  	
  	
  
Youtube/	
  
Dailymo1on	
  	
  	
  
TwiXer	
  	
  	
  
Instagram	
  	
  	
  
OUI	
   NON	
  
Des	
  écarts	
  dans	
  les	
  pra&ques	
  selon	
  
l’âge	
  	
  
26%	
  
5%	
   2%	
   1%	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
31%	
  
15%	
  
7%	
  
0%	
  
42%	
  
18%	
  
8%	
   5%	
  
62%	
  
40%	
  
21%	
   17%	
  
60%	
  
43%	
   45%	
  
29%	
  
(*)	
  En	
  Janvier	
  2015,	
  l’in,tulé	
  de	
  l’item	
  était	
  «	
  Google	
  »
(Rappel	
  2015	
  :	
  13%	
  (	
  
-­‐1)	
  
(Rappel	
  2015	
  :	
  35%	
  &
+8)	
  
(Rappel	
  2015	
  :	
  30%	
  &+3)	
  
(Rappel	
  2015	
  :	
  17%	
  /	
  	
  =)	
  
(nouveau)	
  
§  Facebook, réseau social le plus répandu et sur lequel on retrouve le plus grand nombre
d’inscrits apparaît clairement comme le vecteur le plus efficace pour être visible pour les
ONG, et ce d’autant plus qu’il apparait comme le plus « inter générationnel » de tous les
réseaux testés. Plus des deux tiers des e-donateurs relayant des informations des ONG
sur les réseaux sociaux déclarant le faire par ce canal (67% de citations, 80% chez les
moins de 35 ans). 
§  Les réseaux sociaux créés plus récemment, tels qu’Instagram et Twitter, sont
principalement utilisés par les moins de 35 ans. 
§  Pour autant, lorsque les internautes découvrent une association d’eux mêmes, cela se
fait d’abord par les moteurs de recherche. Un élément montrant la nécessité pour les
associations d’être bien référencées, notamment en utilisant Google Grants ou
Adwords. 
§  Facebook est le second canal permettant de découvrir des associations, et est
principalement utilisé par les moins de 50 ans.
enseignements
91
Ques1on	
  :	
   	
  D’une	
  manière	
  générale,	
  sur	
  internet	
  vous	
  sentez-­‐vous	
  trop	
  sollicité	
  pour	
  des	
  dons	
  à	
  des	
  associa1ons	
  ?	
  	
  
Le jugement à l’égard de l’intensité des
sollicitations des ONG
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
9%	
  
40%	
  
42%	
  
9%	
  
Oui,	
  tout	
  à	
  fait	
  	
  	
  
Oui,	
  plutôt	
  	
  	
  
Non,	
  plutôt	
  pas	
  	
  	
  
Non,	
  pas	
  du	
  
tout	
  	
  	
  
49%	
  
51%	
  
46%	
  
42%	
  
47%	
  
53%	
  
50%	
   49%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  
2011	
  
	
  Janvier	
  
2013	
  
	
  Janvier	
  
2014	
  
	
  Janvier	
  
2015	
  
	
  Janvier	
  
2016	
  
Evolu&ons	
  
(&	
  +11	
  sur	
  2	
  ans)	
  
55%	
  
47%	
  
37%	
  
53%	
  
Moins	
  de	
  35	
  ans	
   35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  l’âge	
  	
  
§  Si 49% des donateurs se trouvent trop sollicités sur internet, on observe une légère
baisse au cours des deux dernières années. 
§  Une sollicitation trop importante des associations à faire un don, même sur
internet, peut engendrer un phénomène de lassitude ou même de rejet de la part
des e-donateurs. Ils sont aujourd’hui un sur deux à partager ce constat (49%, un
résultat assez stable sur les quatre dernières mesures et qui atteint 53% chez les
65 ans et plus qui constituent encore et pourtant une part importante de cette
population des e-donateurs).
enseignements
93
L’intention de refaire un don au cours des 12
prochains mois sur internet
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
25%	
  
56%	
  
16%	
  
3%	
  
Oui,	
  certainement	
  	
  	
  
Oui,	
  probablement	
  	
  	
  
Non,	
  probablement	
  
pas	
  	
  	
  
Non,	
  certainement	
  
pas	
  	
  	
  
81%	
  
19%	
  
84%	
  
78%	
   77%	
  
85%	
   87%	
  
81%	
  
	
  Décembre	
  
2010	
  
	
  Octobre	
  
2011	
  
	
  Janvier	
  2013	
  	
  Janvier	
  2014	
  	
  Janvier	
  2015	
  	
  Janvier	
  2016	
  
Evolu&ons	
  
78%	
   77%	
  
88%	
  
80%	
  
Moins	
  de	
  35	
  
ans	
  
35	
  à	
  49	
  ans	
   50	
  à	
  64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
(&	
  +10	
  sur	
  3	
  ans)	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  l’âge	
  	
  
67%	
   74%	
   70%	
  
81%	
   92%	
   91%	
  
	
  Moins	
  de	
  
1000	
  €	
  
	
  De	
  1000	
  à	
  
moins	
  de	
  
1500	
  €	
  
	
  De	
  1500	
  à	
  
moins	
  de	
  
2000	
  €	
  
	
  De	
  2000	
  à	
  
moins	
  de	
  
3000	
  €	
  
	
  De	
  3000	
  à	
  
moins	
  de	
  
4000	
  €	
  	
  	
  
	
  4000	
  €	
  et	
  
plus	
  	
  	
  
Et	
  le	
  niveau	
  de	
  
revenus	
  
§  Si on observe une baisse de la satisfaction des donateurs concernant l’information
sur leur don et qu’ils sont moins nombreux à estimer que leur don est bien utilisé,
ils sont 81% à envisager de redonner de l’argent dans les 12 prochains mois, une
baisse de 6 points par rapport à l’année dernière. Les deux premiers indicateurs
(satisfaction sur l’information et sur l’utilisation du don) semblent donc se corréler à
l’intention de refaire un don.
§  On observe des différences générationnelles. Ainsi, les 50-64 ans sont 88% à
envisager de refaire un don. De même, ce sont les ménage ayant les revenus les
plus importants qui ont pour projet de renouveler leurs dons. 
enseignements
95
Ques1on	
  :	
   	
  Avez-­‐vous	
  déjà	
  …	
  ?	
  	
  
L'expérience de différentes situations par rapport
à Internet
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement	
  ou	
  de	
  temps	
  en	
  
temps	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  26%	
  de	
  l’échan,llon	
  	
  
OUI	
   NON	
  
64%	
  
73%	
  
78%	
  
83%	
  
86%	
  
87%	
  
87%	
  
36%	
  
27%	
  
22%	
  
17%	
  
14%	
  
13%	
  
13%	
  
Découvert	
  de	
  nouvelles	
  associa1ons	
  ou	
  
causes	
  en	
  naviguant	
  sur	
  internet	
  que	
  vous	
  
ne	
  connaissiez	
  pas	
  	
  	
  
Fait	
  un	
  don	
  à	
  un	
  organisme	
  (hors	
  
associa1on	
  ou	
  fonda1on)	
  comme	
  par	
  
exemple	
  un	
  musée,	
  un	
  hôpital,	
  une	
  start-­‐
up,	
  etc.	
  	
  	
  
Fait	
  un	
  don	
  à	
  une	
  associa1on	
  basée	
  à	
  
l’étranger	
  	
  	
  
Fait	
  un	
  don	
  directement	
  sur	
  une	
  plateforme	
  
sociale	
  (Facebook,	
  TwiXer,	
  Google)	
  	
  	
  
Fait	
  un	
  don	
  par	
  SMS	
  	
  	
  
Ouvert	
  une	
  page	
  personnelle	
  de	
  collecte	
  au	
  
profit	
  d’une	
  cause	
  	
  	
  
Fait	
  un	
  don	
  par	
  Internet	
  via	
  votre	
  
smartphone	
  	
  	
  
((	
  -­‐2)	
  
(&	
  +1)	
  
((	
  -­‐5)	
  
37%	
  
16%	
  
5%	
   1%	
  
Moins	
  de	
  35	
  ans	
  35-­‐49	
  ans	
   50-­‐64	
  ans	
  65	
  ans	
  et	
  plus	
  
33%	
  
14%	
   8%	
   2%	
  
36%	
   23%	
   19%	
   13%	
  
38%	
   32%	
   22%	
   20%	
  
55%	
   34%	
   36%	
   23%	
  
((	
  -­‐3)	
  
((	
  -­‐3)	
  
31%	
  
15%	
   12%	
  
2%	
  
31%	
   20%	
  
8%	
   11%	
  
Des	
  écarts	
  selon	
  l’âge	
  :	
  «	
  OUI	
  »	
  	
  
§  L’expérience de différentes situations liées aux dons sur Internet demeure toujours et de
manière attendue principalement le fait des jeunes générations (le « décrochage » s’observant
à partir de 35 ans). Ainsi, 36% des e-donateurs déclarent avoir découvert de nouvelles
associations ou causes en naviguant sur Internet (-2 points par rapport à 2015). 
§  La pratique du don que ce soit à un organisme (hors association) de type musée, hôpital ou
autre est le plus répandu (27%) et devance celui fait à une association basée à l’étranger
(22%) ou le don fait directement sur une plateforme sociale (17%), par SMS (14%, en perte
de vitesse , -3 points par rapport à 2015) ou via un smartphone (13%, -5 points). L’ouverture
d’une page personnelle de collecte au profit d’une cause (13%, -5 points) enregistre la plus
forte baisse. 
§  Globalement ces pratiques restent donc encore minoritaires et peinent à s’ancrer dans les
habitudes des e-donateurs. En outre, ces pratiques sensiblement plus répandues chez les
moins de 35 ans (notamment pour tout ce qui relève du don réalisé via les plateformes
sociales ou les smartphone), sont assez stables par rapport à l’an passé, alors qu’à contrario,
on relève un fort décrochage sur le segment des 35-49 ans.
enseignements
97
Ques1on	
  :	
   	
  Sur	
  Internet,	
  il	
  existe	
  différentes	
  manières	
  de	
  soutenir	
  financièrement	
  des	
  associa1ons	
  ou	
  des	
  ONG.	
  Parmi	
  les	
  formes	
  de	
  dons	
  
suivantes,	
  quelles	
  sont	
  celles	
  que	
  vous	
  avez	
  déjà	
  faites	
  ?	
  
Les différentes manières de soutenir des
associations sur Internet
Base	
  :	
  Ques,on	
  posée	
  aux	
  personnes	
  déclarant	
  faire	
  régulièrement,	
  de	
  temps	
  en	
  temps	
  ou	
  rarement	
  des	
  dons	
  sur	
  internet,	
  soit	
  46%	
  de	
  
l’échan,llon	
  
70%	
  
28%	
  
17%	
  
14%	
  
7%	
  
Le	
  don	
  «	
  classique	
  »	
  réalisé	
  en	
  se	
  connectant	
  
sur	
  le	
  site	
  internet	
  de	
  l’associa1on	
  (via	
  votre	
  
ordinateur,	
  tableXe	
  ou	
  smartphone)	
  	
  	
  
L’achat	
  d’objets	
  en	
  ligne	
  au	
  profit	
  d’une	
  
associa1on	
  (e-­‐bou1que)	
  	
  	
  
Le	
  microdon,	
  c’est-­‐à-­‐dire	
  accepter	
  d’arrondir	
  
à	
  l’euro	
  supérieur	
  (ou	
  au-­‐delà)	
  le	
  montant	
  de	
  
votre	
  panier	
  lors	
  d’achats	
  sur	
  internet,	
  la	
  
différence	
  étant	
  reversée	
  à	
  une	
  associa1on	
  	
  	
  
La	
  finance	
  par1cipa1ve	
  (ou	
  crowdfunding),	
  
sorte	
  de	
  collecte	
  publique,	
  qui	
  permet	
  de	
  
faire	
  financer	
  des	
  projets	
  par	
  des	
  par1culiers	
  
qui	
  font	
  le	
  choix	
  d’inves1r	
  (selon	
  leurs	
  
moyens)	
  (ex	
  :	
  Ulule,	
  My	
  Major	
  Company)	
  	
  
Créer	
  une	
  page	
  de	
  collecte	
  pour	
  le	
  compte	
  
d’une	
  associa1on	
  et	
  se	
  faire	
  sponsoriser	
  par	
  
des	
  connaissances	
  pour	
  relever	
  un	
  défi	
  (ex	
  :	
  
par1ciper	
  à	
  une	
  course)	
  	
  	
  
Moins	
  de	
  35	
  ans	
  35-­‐49	
  ans	
   50-­‐64	
  ans	
   65	
  ans	
  et	
  plus	
  
17%	
   18%	
   13%	
   9%	
  
23%	
   16%	
   17%	
   11%	
  
31%	
   31%	
   26%	
   25%	
  
52%	
  
62%	
  
79%	
   85%	
  
14%	
   8%	
   4%	
   1%	
  
Du	
  plus	
  
«	
  tradi&onnel	
  »	
  
Au	
  plus	
  
«	
  connecté	
  »	
  
(&	
  +1)	
  
((	
  -­‐2)	
  
(&	
  +2)	
  
((	
  -­‐5)	
  
((	
  -­‐1)	
  
Des	
  écarts	
  dans	
  les	
  pra&ques	
  selon	
  
l’âge	
  
§  Les autres possibilités offertes par le développement du digital testées, trouvent un
écho encore assez confidentiel au sein des e-donateurs, le clivage générationnel
s’opérant pleinement et s’observant surtout sur le choix des différentes formes de
dons sur Internet .
§  Ainsi, si le don classique reste en tête des formes de don les plus plébiscitées, on
remarque un gap générationnel. En effet, quand près de 80% des plus de 50 ans y
ont recours, les moins de 35 ans ne sont que 52%.
§  Les plus jeunes préfères le micro dons (23% d’entre eux), le financement
participatif (17%) et les pages de collecte au profit de défi (14%).
§  Les e-boutiques sont de moins en moins utilisés puisqu’elles perdent 5 points
entre 2015 et 2016. 
enseignements
99
224, rue Saint-Denis 75002 Paris
Tél. : 01 40 28 46 49
agence-limite.fr/blog

Contact : laurent.terrisse@agence-limite.fr

Contenu connexe

Similaire à 6ème Baromètre e-donateurs LIMITE-IFOP

4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifop
4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifop4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifop
4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifopyann le gigan
 
Étude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITEÉtude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITEAgence LIMITE
 
Le portrait robot du donateur du futur
Le portrait robot du donateur du futurLe portrait robot du donateur du futur
Le portrait robot du donateur du futurKantar
 
Les principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.eu
Les principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.euLes principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.eu
Les principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.eudonatoo
 
Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3
Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3 Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3
Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3 Ipsos France
 
Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...
Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...
Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...contactOpinionWay
 
La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...
La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...
La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...OpinionWay
 
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...Kantar, Division Public, France
 
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...Kantar
 
Étude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITEÉtude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITEAgence LIMITE
 
Résultats enquête et si on s'engageait
Résultats enquête et si on s'engageaitRésultats enquête et si on s'engageait
Résultats enquête et si on s'engageaitetsionsengageait
 
Benchmark communication des fondations - Limite 2018
Benchmark communication des fondations - Limite 2018Benchmark communication des fondations - Limite 2018
Benchmark communication des fondations - Limite 2018Univercast (carenews.com)
 
Les Français, la confiance et le don aux associations & fondations
Les Français, la confiance et le don aux associations & fondationsLes Français, la confiance et le don aux associations & fondations
Les Français, la confiance et le don aux associations & fondationsKantar
 
Baromètre du don ISF - Vague 4
Baromètre du don ISF - Vague 4Baromètre du don ISF - Vague 4
Baromètre du don ISF - Vague 4Ipsos France
 
Etude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du Sncd
Etude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du SncdEtude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du Sncd
Etude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du SncdContact SNCD
 
Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...
Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...
Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...OpinionWay
 
Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...
Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...
Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...contactOpinionWay
 
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...Charlène Petit
 

Similaire à 6ème Baromètre e-donateurs LIMITE-IFOP (20)

4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifop
4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifop4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifop
4e Baromètre e-donateurs 2014 - Agence LIMITE / Ifop
 
Étude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITEÉtude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2015 - Ifop / LIMITE
 
Le portrait robot du donateur du futur
Le portrait robot du donateur du futurLe portrait robot du donateur du futur
Le portrait robot du donateur du futur
 
Les principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.eu
Les principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.euLes principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.eu
Les principaux enjeux du don pour votre association vus par www.donatoo.eu
 
Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3
Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3 Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3
Apprentis D'Auteuil - Baromètre du don ISF vague 3
 
Philanthropie pp
Philanthropie ppPhilanthropie pp
Philanthropie pp
 
Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...
Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...
Sondage Opinionway pour UP Groupe / SOS Fondation Carrefour : la solidarité a...
 
La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...
La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...
La solidarité alimentaire - Sondage OpinionWay pour UP-Groupe SOS-Fondation C...
 
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
 
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
Baromètre de la confiance (2018) : plus d'un Français sur deux fait confiance...
 
Étude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITEÉtude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITE
Étude e-donateurs 2020 - Ifop / LIMITE
 
Résultats enquête et si on s'engageait
Résultats enquête et si on s'engageaitRésultats enquête et si on s'engageait
Résultats enquête et si on s'engageait
 
Benchmark communication des fondations - Limite 2018
Benchmark communication des fondations - Limite 2018Benchmark communication des fondations - Limite 2018
Benchmark communication des fondations - Limite 2018
 
Les Français, la confiance et le don aux associations & fondations
Les Français, la confiance et le don aux associations & fondationsLes Français, la confiance et le don aux associations & fondations
Les Français, la confiance et le don aux associations & fondations
 
Baromètre du don ISF - Vague 4
Baromètre du don ISF - Vague 4Baromètre du don ISF - Vague 4
Baromètre du don ISF - Vague 4
 
Les ONG et les réseaux sociaux
Les ONG et les réseaux sociauxLes ONG et les réseaux sociaux
Les ONG et les réseaux sociaux
 
Etude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du Sncd
Etude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du SncdEtude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du Sncd
Etude EMA - Email Marketing Attitude BtoC 2016 du Sncd
 
Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...
Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...
Trusted Shops - Les consommateurs et l'achat sur les réseaux sociaux - Par Op...
 
Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...
Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...
Opinionway pour Trusted shops : les consommateurs et l'achat sur les réseaux ...
 
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
Exploration du paysage philanthropique à l'ère digitale mondiale : état des l...
 

Plus de yann le gigan

29e_Observatoire-E-Pub- .pdf
29e_Observatoire-E-Pub- .pdf29e_Observatoire-E-Pub- .pdf
29e_Observatoire-E-Pub- .pdfyann le gigan
 
28e Obs-ePub S1-2022
28e Obs-ePub S1-2022 28e Obs-ePub S1-2022
28e Obs-ePub S1-2022 yann le gigan
 
19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)
19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)
19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)yann le gigan
 
13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "
13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "
13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "yann le gigan
 
18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)
18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)
18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)yann le gigan
 
AdAge Agency family trees 2016
AdAge Agency family trees 2016AdAge Agency family trees 2016
AdAge Agency family trees 2016yann le gigan
 
Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...
Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...
Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...yann le gigan
 
17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)
17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)
17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)yann le gigan
 
« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...
« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...
« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...yann le gigan
 
[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015
[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015
[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015yann le gigan
 
[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...
[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...
[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...yann le gigan
 
Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...
Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...
Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...yann le gigan
 
European SRI Study 2016 - Eurosif
European SRI Study 2016 - EurosifEuropean SRI Study 2016 - Eurosif
European SRI Study 2016 - Eurosifyann le gigan
 
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 20162ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016yann le gigan
 
Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016
Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016
Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016yann le gigan
 
Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets
Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets
Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets yann le gigan
 
Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub
Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub
Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub yann le gigan
 
« Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique
« Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique « Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique
« Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique yann le gigan
 
Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016
 Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016 Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016
Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016yann le gigan
 
Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)
Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)
Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)yann le gigan
 

Plus de yann le gigan (20)

29e_Observatoire-E-Pub- .pdf
29e_Observatoire-E-Pub- .pdf29e_Observatoire-E-Pub- .pdf
29e_Observatoire-E-Pub- .pdf
 
28e Obs-ePub S1-2022
28e Obs-ePub S1-2022 28e Obs-ePub S1-2022
28e Obs-ePub S1-2022
 
19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)
19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)
19ème observatoire de l’e-pub SRI (bilan 2017)
 
13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "
13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "
13e Bilan ARPP " image et respect de la personne 2017 "
 
18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)
18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)
18ème observatoire de l’e-pub SRI (1er Semestre 2017)
 
AdAge Agency family trees 2016
AdAge Agency family trees 2016AdAge Agency family trees 2016
AdAge Agency family trees 2016
 
Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...
Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...
Parution au Journal Officiel du décret d’application de la loi Macron sur l’e...
 
17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)
17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)
17ème édition de l’Observatoire de l’e-pub SRI-PwC-UDECAM (Bilan 2016)
 
« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...
« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...
« Les usages du numérique en France en 2016 » Credoc / Agence du numérique, A...
 
[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015
[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015
[Livre Blanc] Repenser le temps : Rencontres de l’Udecam / 06 septembre 2015
 
[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...
[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...
[Livre blanc] « Gouvernance de l’Intelligence Artificielle dans les entrepris...
 
Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...
Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...
Observatoire EY de l’information extra-financière des entreprises du SBF 120 ...
 
European SRI Study 2016 - Eurosif
European SRI Study 2016 - EurosifEuropean SRI Study 2016 - Eurosif
European SRI Study 2016 - Eurosif
 
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 20162ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
 
Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016
Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016
Baromètre Adblock IPSOS - IAB 2016
 
Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets
Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets
Livre blanc Arcep : Préparer la révolution de l’internet des objets
 
Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub
Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub
Les résultats du marché publicitaire 1er semestre 2016 – Irep / France Pub
 
« Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique
« Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique « Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique
« Dirigeants vs Millenials » 5 recommandations pour supporter le choc numérique
 
Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016
 Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016 Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016
Partage ! - cahiers IP innovation & prospective de la CNIL - Juin 2016
 
Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)
Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)
Marché du livre belge 2015 - ADEB (papier + numérique)
 

6ème Baromètre e-donateurs LIMITE-IFOP

  • 1. Les e-donateurs en France Baromètre 2016 – 6è m e édition
  • 2. Depuis 6 ans, le baromètre e-donateurs permet de mettre en perspective les stratégies et la présence digitale des associations et fondations avec l'évolution des pratiques et des attentes des e-donateurs. Il est basé sur un benchmark analysant la présence digitale des 115 principales associations françaises et un sondage barométrique IFOP réalisé auprès de 525 « e-donateurs » français (personnes faisant régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet extrait d un échantillon de 2003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus). 2
  • 3. L’enquête 2016 met en évidence à la fois les différences générationnelles, des « natifs » du e-don aux « migrants », mais également le gap qui se crée entre les attentes des donateurs et ce que les associations sont en mesure de leur offrir. Le baromètre rend également compte de l’évolution des grandes tendances digitales, notamment au niveau de l’utilisation de réseaux sociaux, et révèle les écarts entre les associations de tête et les plus petites associations qui ne bénéficient pas des mêmes moyens. 3
  • 4. 1. BenchmarK Analyse de la présence digitale des 115 principales associations françaises. 4
  • 5. §  Périmètre : 115 associations passées au prisme de 34 items §  7 familles : §  Référencement §  Transparence §  Transaction financière §  Réseaux sociaux §  Storytelling §  Accessibilité §  Une mention bonus : la réalisation d’une campagne digitale innovante dans l’année écoulée §  Période : du 1er au 30 janvier 2015. Méthodologie 5
  • 6. §  Réseaux sociaux : une augmentation significative des communautés, à la fois sur Facebook et sur Twitter §  Accessibilité : une hausse non négligeable du nombre de sites adapté à la navigation mobile 6 Progressions VS. 2014 §  Référencement naturel : un meilleur référencement qui traduit une prise de conscience des associations de la nécessité d’être bien visible sur les moteurs de recherche §  Transparence : des comptes plus facilement accessibles lorsque les associations les publient sur leur site.
  • 7. §  Storytelling : alors qu’il existe des outils simples (vidéo, webdocumentaire…) pour créer du lien avec les donateurs, ceux-ci sont de moins en moins utilisés. §  Transparence : un net recul du nombre d’associations publiant leurs comptes sur leur site et les présentant de manière pédagogique. §  Transactions financières : les e-reçus fiscaux sont de moins en moins proposés tandis que les boutiques en ligne sont devenues presque anecdotiques. 7 Reculs VS. 2014
  • 8. •  CFRT Le jour du Seigneur •  Fondation ATD Quart Monde •  Les Amis de la Terre •  Aide et action •  CIMADE •  Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière •  Laurette Fugain •  Solidarité Laïque •  Oxfam France •  Petits Princes •  Action Enfance Principales évolutions des oNG/associations 8 •  Fondation Jérôme Lejeune •  Ordre de Malte •  Médecins du monde •  Frères des Hommes •  Fonds Adie •  ACAT France •  Fondation pour la Recherche Médicale •  Partage •  30 Millions d’Amis •  APF •  Un Enfant par la main
  • 9. Si la totalité des associations sont bien référencées quand on tape leur nom, on remarque qu’elles sont seulement 45% à apparaître lorsqu’on réalise une recherche thématique. Même si ce chiffre est en hausse de 4 points par rapport à 2014, cet élément fait encore défaut à la majorité d’entre elles. Référencement / naturel 9 45% 55% Oui Non
  • 10. Alors que Google met à disposition des associations le programme Grants, qui leur permet de faire de la publicité gratuitement, elles sont uniquement 49% à l’utiliser. Le fossé se creuse entre les associations inexistantes sur les réseaux de recherche et celles qui allient adwords et grants pour maximiser leur visibilité. Référencement / payant 10 49% 51% OUI NON 26% 52% 49% 2013   2014   2015  
  • 12. Référencement / TOP & FLOP 2015 12 Emmaüs International Fondation Gustave Roussy Médecins du Monde Ordre de Malte SOS Villages d’Enfants FLOPTop Action contre la Faim Apprentis d’Auteuil Le Rire Médecin Solidarités international WWF France
  • 13. Le pourcentage des associations présentant leur compte est en baisse par rapport à 2014. Transparence / comptes en ligne 13 82% 18% Oui Non Moins 4 points entre 2014 et 2015.
  • 14. S’il est primordial que les comptes des associations soient publiés sur leur site, il est aussi important que ceux-ci soient facilement accessibles. Un élément que les associations ont bien compris puisque ce chiffre est en hausse au cours des dernières années. Transparence / accessibilité aux comptes 14 80% 20% Oui   Non   23% 55% 73% 80% 2012 2013 2014 2015
  • 15. Derniers critères dans la transparence financière des associations, la pédagogie utilisée pour rendre les chiffres compréhensibles. Un chiffre en hausse constante au cours des dernières années mais qui pour la première fois chute. Transparence / pédagogie des comptes 15 59% 41% Oui Non Moins 25% entre 2014 et 2015.
  • 16. Transparence / pédagogie des comptes 16 Extrait de L’essentiel 2014 de CCFD-Terre Solidaire Extrait de L’essentiel 2014 de Vaincre la Mucoviscidose
  • 17. Si le nombre d’associations faisant appel à des labels reste stable, on observe cette année une baisse du nombre d’associations labellisées « Comité de la Charte » au profit du label « Ideas ». Transparence / LABELS 17 Comité de la Charte Aucun Ideas Veritas 10% 54% 10% 1% Versus 2014 : •  Comité de la Charte – 6 points •  Ideas + 6 points
  • 18. transparence / TOP & FLOP 2015 18 Amnesty International Fondation HEC Fondation pour la Recherche Médicale Mécénat Chirurgie Cardiaque Nos Petits Frères et Sœurs FLOPTop Action Enfance Fondation de France La Mie de Pain Reporters sans frontières Secours Catholique – Caritas France
  • 19. Le paiement par carte bancaire et par Paypal ne connaît pas d’évolution, on observe même une petite baisse de l’utilisation de ce dernier (- 3 points par rapport à 2014). Interactions financières / CB & paypal 19 96% 4% Carte bancaire Oui Non 25% 75% Paypal Oui Non
  • 20. Même si la solution du don mensuel est aujourd’hui proposée par la majorité des associations, on observe une légère baisse de la mise à disposition de cette forme de don par rapport à 2014 (-2pts). Interactions financières / prélèvement automatique 20 78% 22% Oui Non
  • 21. Si en 2014 presqu’1/3 des associations proposaient l’envoi du reçu fiscal par email, ce chiffre est en très net recul cette année. Les espaces de don sont quant à eux plus nombreux (+ 3 points entre 2014 et 2015). Ils sont généralement utilisés pour permettre aux donateurs d’accéder à l’historique de leurs dons (dont les e-reçus fiscaux). Interactions financières / e-reçu fiscal et espace donateurs 21 11% 89% E-reçu fiscal Oui Non 30% 70% Espaces donateurs Oui Non
  • 22. On constate que le nombre de boutiques en ligne est toujours en baisse (-72% en 4 ans). Cette source de revenue ne semble être plus très efficace pour les associations qui préfèrent appeler directement au don. Interactions financières / boutique en ligne 22 12% 88% Oui Non 39% 35% 29% 12% 2012 2013 2014 2015
  • 23. Interactions financières / boutique en ligne 23
  • 24. Les offres de microdonations sont utilisées par déjà 1/4 des associations tout comme l’année dernière (2014 : 26%). Interactions financières / microdonations 24 26% 74% Oui Non
  • 25. Pour la première fois cette année nous avons mesuré le nombre d’associations utilisant Iraiser pour leur formulaire de don. Résultat, cette solution est plébiscitée par 1/3 des associations. Interactions financières / Iraiser 25 33% 67% Oui Non NOUVEL ITEM 2015
  • 27. Intéractions financières / TOP & FLOP 2015 27 Emmaüs France Fondation Hôpital Saint Joseph Fondation Brigitte Bardot Human Rights Watch Ordre de Malte FLOPTop Sidaction Unicef CCFD-Terres Solidaires Action Contre la Faim Mécénat Chirurgie Cardiaque
  • 28. Dans leur lancée depuis 2012, le nombre d’associations présentes sur Facebook ne cesse d’augmenter. Réseaux sociaux / facebook 28 89% 11% Oui Non Versus 2014 : + 4 points
  • 29. Les associations ont vu une augmentation de leur nombre de fans de 19% entre 2014 et 2015. La moyenne du nombre de fans est de 75 450, un chiffre principalement dû aux plus grosses associations qui tirent la moyenne vers le haut. Réseaux sociaux / facebook 29 0 5 10 15 20 25 Moins de 1000 Entre 1000 et 5000 Entre 5000 et 10 000 Entre 10 000 et 50 000 Entre 50 000 et 100 000 Entre 100 000 et 250 000 Plus de 200 000 2014 2015 + 3 pts + 3 pts + 3 pts
  • 30. Si les associations sont presque toutes sur actives sur Facebook (85% publient plus de 2 fois par semaine), elles peinent à entretenir un lien avec leur communauté. En effet, seules la moitié font preuve d’interaction en répondant aux commentaires des internautes par exemple. Réseaux sociaux / facebook 30 51% 49% Interaction Oui Non 85% 15% Régularité Oui Non
  • 31. Réseaux sociaux / facebook 31
  • 32. Twitter connaît également une hausse très significative. Les association sont également plus nombreuses a avoir désormais un compte. Réseaux sociaux / twitter 32 86% 14% Oui Non En 2014, 78% des associations avaient un compte Twitter.
  • 33. Comme pour Facebook, ce sont les plus grosses qui voient leur nombre d’abonnés augmenter, puisqu’on observe une hausse de 66% entre 2014 et 2015. Réseaux sociaux / Twitter 33 0 5 10 15 20 25 30 35 Moins de 1000 Entre 1000 et 5000 Entre 5000 et 10 000 Entre 10 000 et 50 000 Entre 50 000 et 100 000 Plus de 100 000 2014 2015 + 4 pts + 3 pts + 5 pts
  • 34. Réseaux sociaux / Twitter 34
  • 35. Les associations sont régulières dans leur publication, postant pour la plupart d’entre elles des tweets plus de 3 fois par semaine, mais elles peinent encore à interagir avec leurs abonnés. Réseaux sociaux / twitter 35 51% 49% Interactions Oui Non 80% 20% Régularité Oui Non
  • 36. Réseaux sociaux / Twitter 36
  • 37. La majorité des associations semblent avoir compris l’intérêt de posséder une chaine vidéo, une tendance déjà observée au cours des dernières années. Réseaux sociaux / Chaines vidéos ( Y o u t u b e , V i m e o & d a i l y m o t i o n ) 37 90% 10% Oui Non Versus 2014 : 88% de oui
  • 38. Afin de diversifier leur présence digitale, les associations se mettent petit à petit à utiliser Instagram, un outil qui leur permet de toucher principalement les jeunes mais aussi d’explorer un nouveau type de storytelling basé sur la proximité et les images. Ainsi, en 2015, 4% des associations ont un compte Instagram. réseaux sociaux / Instagram & snapchat 38 NOUVEL ITEM 2015 Snaptchat a également été utilisé par deux associations pour des opérations digitales ponctuelles. L’aspect éphémère du réseau social est généralement utilisé pour sensibiliser à leur cause (espèces animales en voie de disparition, …). Si ces deux réseaux sociaux sont encore utilisés de manière marginale, certaines associations commencent à les exploiter pour aller toucher les donateurs les plus jeunes.
  • 39. Exemple de comptes instagram 39
  • 40. Alors que les réseaux professionnels étaient utilisés par plus de deux tiers des associations (70%) en 2014, on observe une baisse de leur présence sur Linkedin et Viadeo cette année. Réseaux sociaux / Linkedin & viadeo 40 63% 37% Oui Non
  • 41. Réseaux sociaux / TOP & FLOP 2015 41 Delta 7 Fondation des Monastères Fondation Voir et Entendre Fonds ADIE GEFLUC – Entreprises contre le cancer FLOPTop Oxfam Croix-Rouge Française Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme Greenpeace WWF
  • 42. Les vidéos et en particulier les webdocumentaires sont deux formats plébiscités par les associations pour informer et toucher les internautes. Pour autant, on remarque un net recul du nombre d’associations qui y ont recours. Storytelling / Vidéos 42 82% 18% Oui Non Versus 2014 : - 9 points
  • 43. Les portraits et les témoignages sont également utilisés par les ¾ des associations, un format pratique pour s’adapter aux différents outils digitaux (site internet, vidéos, réseaux sociaux). Storytelling / portraits & témoignages 43 75% 25% Oui Non Versus 2014 : - 14 points
  • 44. Storytelling / portraits & témoignages 44
  • 45. Si l’on voit reculer l’usage des vidéos ou des portraits, on remarque en revanche l’apparition de nouveaux outils de storytelling : carte interactive, documentaire utilisant le vidéo, le son et l’image, expérience interactive… Storytelling / autres outils 45 10% 90% Oui Non NOUVEL ITEM 2015
  • 46. Storytelling / autres outils 46 Extrait d’Amnesty Stories #4 d’Amnesty International Extrait de Arrêthon de Greenpeace
  • 47. storytelling / TOP & FLOP 2015 47 Enfance et Partage Fondation Brigitte Bardot Fondation Notre Dame Fondation pour la Recherche Médicale Œuvre Falret FLOPTop Amnesty International Fédération Française de Cardiologie Fondation Abbé Pierre Reporters sans frontières Solidarités International
  • 48. Elément non négligeable pour les internautes étrangers, la possibilité d’accéder à une version du site dans une autre langue est présente sur seulement 1/3 des sites. Alors que les dons ont tendance à s’internationaliser et que les donateurs n’hésitent plus à donner à une association étrangère, les organismes ne proposant qu’une langue se privent de donateurs potentiels. Accessibilité / langues étrangères 48 32% 68% Oui Non NOUVEL ITEM 2015
  • 49. Si le trafic mobile ne cesse d’augmenter, les associations semblent avoir compris l’intérêt d’avoir un site adapté à la navigation mobile. Aujourd’hui, 1 association sur 2 est équipée. Accessibilité / site optimisé mobile 49 50% 50% Oui Non 23% 29% 50% 2013 2014 2015
  • 50. Accessibilité / site optimisé mobile 50
  • 51. Alors que le nombre d’associations ayant une application mobile stagnait ces dernières années, il connaît une petite baisse en 2015. Accessibilité / application mobile 51 15% 85% Oui Non NOUVEL ITEM 2015
  • 52. Référencement / TOP & FLOP 2015 52 Asmae La Cimade Fondation ARC Restos du Cœur SOS Sahel FLOPTop Apprentis d’Auteuil Unicef France Institut Pasteur Le Rire Médecin Sidaction
  • 53. Une item « bonus » pour mettre en avant les associations ayant réalisée une campagne digitale au cours de l’année. Ces campagnes permettent de toucher une cible plus précise, mais aussi de faire preuve de créativité en s’appuyant sur les réseaux sociaux ou sur les nouveaux outils digitaux. Campagnes digitales 53 18% 82% Oui Non NOUVEL ITEM 2015
  • 54. Le jeu « Mine Busters » de Handicap International Campagnes digitales 54
  • 55. Le campagne « Valeur ajoutée » de la Cimade Campagnes digitales 55
  • 56. Campagnes digitales / TOP & FLOP 2015 56 Amnesty international Fondation HEC Fondation pour la Recherche Médicale Mécénat Chirurgie Cardiaque Nos Petits Frères et Sœurs FLOPTop Action Enfance Fondation de France La Mie de Pain Reporters sans frontières Secours Catholique – Caritas France
  • 58. 1.  Unicef France = 16,9 (+ 2 places) 2.  Action contre la faim = 15,6 (- 1) 3.  Croix Rouge Française = 15 (+1) 4.  Le Rire Médecin = 14,7 (+ 10) 5.  Sidaction = 14,2 (+ 2) 6.  Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme = 13,9 (+ 4) 6.  Oxfam France = 13,9 (+ 28) 8. Apprentis d'Auteuil = 13,6 (+ 8) 8. Fédération Française de Cardiologie = 13,6 (+ 18) 8.  Ligue nationale contre le cancer = 13,6 (– 1) 8. Solidarités International = 13,6 (+ 5) 12. CCFD-Terre solidaire= 13,3 (– 12) 13. AFM-Téléthon =13,1 (+ 1) 13. Amnesty international =13,1 (- 2) 13.  Greenpeace France =13,1 (– 6) 13. Restos du Cœur =13,1 (+ 9) 13. Secours Catholique - Caritas France =13,1 (+ 3) 13. Secours populaire français =13,1 (+ 18) 13. WWF France =13,1 (– 4) 13. Fondation Abbé Pierre =13,1 (- 3) 58 Moyenne 2015 : 8,9/20 2014 : 10,3/20 L’écart entre la moyenne de 2015 et celle de 2014 s’explique par la disparition de certains items par rapport aux années précédentes. Certains ont été supprimés car ils ont été adopté par la plupart des associations ou ne sont plus probants pour juger le caractère digital des organismes.
  • 59. 21. AIDES = 12,5 (+5) 22. Fondation de France = 12,2 (-12) 22. La Chaîne de l'Espoir = 12,2 (=) 24. Médecins sans frontières = 11,9 (-19) 24. Vaincre la Mucoviscidose = 11,9 (+ 4) 26. Action Enfance = 11,7 (+ 24) 26. CIMADE = 11,7 (+ 35) 26. Handicap International = 11,7 (+ 5) 29. Institut du Cerveau et de la Moelle épinière = 11,4 (+ 34) 29. Les petits frères des Pauvres = 11,4 (-3) 29. Reporters sans frontières = 11,4 (nouveau) 29. Société Nationale de Sauvetage en Mer = 11,4 (+ 5) 33. Laurette Fugain = 11,1 (+32) 33. Plan France = 11,1 (+6) 35. Fondation ARC = 10,6 (- 10) 35. Institut Pasteur = 10,6 (+ 7) 37. Aide et action =10,3 (+ 38) 37. Association Grégory Lemarchal = 10,3 (+ 7) 37. FIDH = 10,3 (+ 11) 37. France Nature Environnement = 10,3 (+ 11) 59 Moyenne 2015 : 8,9/20 2014 : 10,3/20
  • 60. 60 37. Secours Islamique de France = 10,3 (- 9) 42. 30 Millions d'Amis = 10 (- 26) 42. Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières = 10 (+ 2) 42. APF = 10 (- 26) 42. Bureau International Catholique de l'Enfance (BICE) = 10 (+ 8) 42. CFRT le Jour du Seigneur = 10 (+ 48) 42. Fondation ATD Quart Monde = 10 (+ 48) 42. Vision du monde = 10 (– 20) 49. Institut Curie = 9,7 (- 8) 49. Mécénat Chirurgie Cardiaque = 9,7 (- 1) 51. Habitat et Humanisme = 9,4 (- 6) 51. Petits Princes = 9,4 (+ 25) 51. Solidarité Laïque = 9,4 (+ 30) 51. SPA = 9,4 (- 6) 55. Fondation Gustave Roussy = 9,2 (+ 10) 55. SOS Villages d'Enfants = 9,2 (=) 57. Care France = 8,9 (- 23) 57. Médecins du Monde = 8,9 (- 41) 57. Scouts et Guides de France = 8,9 (- 18) 57. Association Française des Diabétiques = 8,9 (+ 8) Moyenne 2015 : 8,9/20 2014 : 10,3/20
  • 61. 61 61. Elevages sans frontières = 8,3 (+ 15) 61. Fondation ARSEP = 8,3 (+ 16) 61. Fondation Française de l’Ordre de Malte = 8,3 (- 6) 61. Les Amis de la Terre = 8,3 (+ 42) 65. Fédération des Aveugles de France = 8,1 (nouveau) 65. Fondation de l'Armée du Salut = 8,1 (+ 16) 65. Fondation du Souffle = 8,1 (+ 3) 65. Transparency International France = 8,1 (- 3) 69. Association Valentin Haüy = 7,8 (- 1) 69. Un Enfant par la Main = 7,8 (- 26) 71. ARSLA France = 7,5 (nouveau) 71. France Alzheimer = 7,5 (+ 15) 73. Frères des Hommes = 7,2 (- 37) 73. Human Rights Watch = 7,2 (- 11) 73. Œuvre de secours aux enfants France = 7,2 (- 8) 73. Perce-Neige = 7,2 (- 16) 73. SOS Sahel = 7,2 (- 23) 78. Fédération Française des Associations de Chiens guides d'Aveugles = 6,9 (+ 20) 78. France Parrainages = 6,9 (+ 1) 78. Nos Petits frères et sœurs = 6,9 (+ 5) Moyenne 2015 : 8,9/20 2014 : 10,3/20
  • 62. 62 81. Fondation Brigitte Bardot = 6,7 (+ 12) 81. France libertés = 6,7 (+ 7) 81. L’Adapt = 6,7 (- 22) 81. Ordre de Malte = 6,7 (- 47) 81. Partage = 6,7 (-27) 86. Act Up Paris = 6,4 (7) 86. Asmae – Association Sœur Emmanuelle = 6,4 (- 18) 88. ACAT France = 6,1(- 31) 88. Comité français pour la solidarité internationale = 6,1(- 2) 88. Fondation Jérôme Lejeune = 6,1 (- 57) 88. La Mie de Pain = 6,1(- 15) 92. Emmaüs France = 5,8 (- 16) 92. Fondation de l’Avenir = 5,8 (+ 6) 94. Fondation des Hôpitaux de Paris – Hôpitaux de France = 5,6 (- 11) 94. Fondation Raoul Follereau = 5,6 (- 11) 94. Fonds Adie = 5,6 (- 35) 97. France Parkinson = 5,3 (- 7) 98. Fondation pour la Recherche Médical = 5 (- 30) 98. Œuvre Falret = 5 (nouveau) 100. Enfance et partage = 4,7 (+ 7) Moyenne 2015 : 8,9/20 2014 : 10,3/20
  • 63. 63 100. EEUdF Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France = 4,7 (- 21) 102. Maison d’Accueil d’Ilot = 4,4 (- 9) 103. Fondation HEC = 4,2 (=) 103. Fondation Notre Dame = 4,2 (- 14) 103. Fonds Social Juif Unifié = 4,2 (- 6) 103. Foyer de Cachan = 4,2 (- 3) 107. Emmaüs International = 3,9 (- 2) 107. Œuvre des Pupilles = 3,9 (– 9) 108. La Jeunesse au Plein Air = 3,6 (- 5) 108. Orphéopolis = 3,6 (- 1) 108. Fondation des Monastères = 3,6 (-1) 109. Fondation Hôpital Saint Joseph = 3,1(- 7) 113. Delta 7 = 2,8 (- 2) 114. Fondation Voir et Entendre = 2,5 (- 8) 114. GEFLUC – Entreprises contre le cancer = 2,5 (- 4) Moyenne 2015 : 8,9/20 2014 : 10,3/20
  • 64. En comparant les associations par domaines d’activité (précarité, recherche médicale, protection de l’enfance, environnement…), on remarque une certaine constance avec une moyenne autour de 8-9/20. Pour autant, le domaine de l’environnement tire son épingle du jeu en atteignant la note de 11,77. L’âge de leurs donateurs, inférieur à l’âge du donateur type, et la COP21 sont deux facteurs pouvant expliquer pourquoi ces organismes se sont très tôt positionnés sur le digital et sont aujourd’hui en première position. Classement par domaines d’action 64
  • 65. FOCUS sur 3 associations
  • 66. Afin de comprendre plus précisément quels leviers sont utilisés par les associations bien positionnées dans le classement, un focus a été réalisé pour trois d’entre elles : -  Unicef, 1ère association du benchmark 2016 -  Le Rire médecin, association passée de la 15ème à la 4ème position en un an -  Oxfam, association passée de la 38ème à la 8ème position entre 2014 et 2015. L’objectif est de montrer comment il est possible de mettre en place simplement certaines habitudes pour être au plus proche des attentes des donateurs : interactions sur les réseaux sociaux, immersion dans la vie de l’association, retour sur l’utilisation des dons… Focus : unicef, Le rire médecin et OXFAM 66
  • 67. §  Présence digitale s’appuyant sur l’ensemble des ressorts du web : site internet responsive, multiplication des possibilités de don… §  Exploitation de tous les réseaux sociaux, des plus classiques (Facebook, Twitter) aux plus novateurs (Instagram, Snapchat) §  Campagne digitale organisée pour la journée mondiale de l’eau : opération « essorant » les postes Twitter des internautes pour en extraire les « H », « 2 » et « O » pour les transformer en don UniCEF /1er du classement 67
  • 68. §  Efforts concentrés sur une seule opération digitale en 2015 : l’Opération nez rouge g convergence des canaux et canalisation de l’audience. §  Forte proximité entre les donateurs et l’association via l’immersion dans les hôpitaux avec enfants g stratégie permettant aux donateurs de savoir comment leur argent est utilisé §  Diversification de la présence sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, chaînes vidéos et Instagram. Le Rire médecin / passage de la 14è m e à la 4è m e position entre 2014 et 2015 68
  • 69. §  Publications axées sur le positionnement de l’ONG qui trouvent un écho auprès d’une audience en attente de position tranchée (audience militante) §  Mobilisation pour la COP21 permettant à une ONG de taille moyenne d’émerger au côté d’autres plus importantes via la campagne #Liketaplanete OXFAM / passage de la 34è m e à la 6è m e position entre 2014 et 2015 69
  • 70. 2. Sondage IFOP Réalisé sur un échantillon de 525 « e-donateurs » français (personnes faisant régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet extrait d un échantillon de 2003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus). 70
  • 71. §  Sixième vague de l étude §  Échantillon de 525 « e-donateurs » français (personnes faisant régulièrement ou de temps en temps des dons sur internet extrait d un échantillon de 2003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus) §  Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne du 5 au 14 janvier 2016. Les précédentes vagues d’enquête ont été réalisées selon le même protocole méthodologique : Vague 5 : Enquête réalisée online du 9 au 15 janvier 2015 auprès d’un échantillon de 476 e-donateurs. Vague 4 : Enquête réalisée online du 14 au 17 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 464 e-donateurs. Vague 3 : Enquête réalisée online du 11 au 17 janvier 2013 auprès d’un échantillon de 578 e-donateurs. Vague 2 : Enquête réalisée online du 21 au 29 septembre 2011 auprès d’un échantillon de 435 e-donateurs. Vague 1 : Enquête réalisée online du 23 novembre au 2 décembre 2010 auprès d’un échantillon de 472 e-donateurs méthodologie 71
  • 72. Ques1on  :    Vous  arrive-­‐t-­‐il  régulièrement,  de  temps  en  temps,  rarement  ou  jamais  de  faire  un  don  via  internet  à  une  ou  des  associa1ons  carita1ves  ou   organisa1on(s)  non  gouvernementale(s)  ?     La fréquence des dons sur internet dons sur internet 9%   17%   20%   54%   Régulièrement       De  temps  en  temps       Rarement       Jamais       26%   74%   23%   21%   27%   22%   24%   26%    Décembre   2010    Octobre   2011    Janvier   2013    Janvier   2014    Janvier   2015    Janvier   2016   Evolu&on  «  Régulièrement  –  De  temps  en   temps  »       Décembr e  2010   Octobre   2011   Janvier     2013   Janvier   2014   Janvier   2015   Janvier   2016   Evolu&ons   2010/201 6   Moins  de  35   ans   15   15   18   16   20   22   +7   35-­‐49  ans   21   18   20   21   17   21   =   50-­‐64  ans   26   24   26   22   22   23   -­‐3   65  ans  et  plus   34   31   47   33   36   39   +5   Une  fréquence  du  don  sur  internet  toujours  marquée  sur  le  critère   de  l’âge   ((   -­‐5)   (&  +6)   E-­‐donateurs  
  • 73. §  Les donateurs réguliers sont de plus en plus nombreux à recourir au don en ligne, puisqu’on observe une progression de 3 points entre 2010 et 2016. Conformément à ce que nous observons traditionnellement, les personnes âgées de 65 ans et plus sont davantage représentées (39% contre 22% de moins de 35 ans), de même que celles appartenant aux catégories socioprofessionnelles supérieures et donc de manière corollaire celles qui bénéficient d’un revenu net mensuel pour le foyer de 4000€ et plus (40% contre 20% chez ceux qui déclarent un revenu de moins de 1000€). §  Il convient de noter que depuis 2010, la proportion de jeunes de moins de 35 ans déclarant faire des dons sur internet n’a cessé de progresser (passant de 15% à 22% aujourd’hui). Bien que toujours très minoritaire, il n’en demeure pas moins que cette évolution révèle une pratique qui s’installe petit à petit chez ce segment de population nettement moins réceptif aux appels aux dons que leurs aînés, évolution probablement liée en partie au succès et à la diffusion des différents réseaux sociaux qui participent au déploiement de la visibilité des associations notamment auprès de cette cible des plus jeunes. enseignements 73
  • 74. Ques1on  :  Quand  vous  donnez  sur  internet  à  des  associa1ons  carita1ves,  s’agit-­‐il...  ?     La nature des dons sur internet Les évolutions (1/2) Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     De  dons  classiques  «  HORS   URGENCE  »  pour  soutenir   une  associa1on  ou  une   cause     De  dons  «  URGENCE  »     (à  l’occasion  d’une   catastrophe  naturelle,   d’une  épidémie)     87%   84%   87%   86%   92%   87%    Décembre   2010    Octobre   2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons  sur  le   «  Oui  »   46%   48%   36%   48%   51%   47%    Décembre   2010    Octobre   2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons  sur  le   «  Oui  »   NON   13%   NON   53%   Tremblement   de  terre  Haï,   Janv.  2010   Tsunami  au   Japon   Mars  2011   Typhon  aux   Philippines     Nov.  2013   ((  -­‐12)   (&  +12)   =>  CATASTROPHES  AYANT  SUSCITE  DES  APPELS  AUX  DONS  D’URGENCE  PAR  LES   GRANDES  ONG     ((  -­‐5)   Tremblement   de  terre  au   Népal     Avr.  2015  
  • 75. Ques1on  :  Quand  vous  donnez  sur  internet  à  des  associa1ons  carita1ves,  s’agit-­‐il...  ?     La nature des dons sur internet Focus sur les différents critères les plus clivants : l’âge et le niveau de revenus (2/2) Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     73%   83%   93%   95%   Moins  35  ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   57%   47%   47%   41%   Moins  de  35  ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   Ê  De  dons  classiques  «  HORS  URGENCE  »  pour  soutenir  une  associa1on  ou  une  cause  :    OUI  =  87%   Ê  De  dons  «  URGENCE  »  (à  l’occasion  d’une  catastrophe  naturelle,  d’une  épidémie)  :    OUI  =  47%   Selon   l’âge     74%   72%   79%   92%   89%   94%    Moins  de   1000  euros        De  1000  à   moins  de   1500  euros        De  1500  à   moins  de   2000  euros        De  2000  à   moins  de   3000  euros        De  3000  à   moins  de   4000  euros        4000  euros   et  plus       Selon  le  niveau  de  revenus   52%   49%   45%   45%   48%   49%    Moins  de   1000  euros        De  1000  à   moins  de   1500  euros        De  1500  à   moins  de   2000  euros        De  2000  à   moins  de   3000  euros        De  3000  à   moins  de   4000  euros        4000  euros   et  plus       Selon  le  niveau  de  revenus   Selon   l’âge     Ê  Un  critère  neXement  moins  clivant  sur  ce  don   «  URGENCE  »  
  • 76. §  A l’instar de ce que nous observions lors des précédentes enquêtes, le don en ligne reste pour l’essentiel un don « hors urgence » déconnecté de toute actualité. §  Les dons événementiels, liés à une catastrophe, sont principalement plébiscités par les jeunes puisque 57% d’entre eux expliquent donner dans cette configuration. On remarque un clivage générationnel important, les plus de 50 ans étant 41% à donner lors d’urgences. §  Le don d’urgence (en réponse à une actualité forte) n’est certes pas le plus fréquent pour ces e-donateurs (47%), mais il apparait complémentaire du don traditionnel, dans la mesure où celui-ci va davantage être le fait des plus jeunes (57% chez les moins de 35 ans, contre 44% pour leurs aînés), des plus urbains (une proportion qui est de 52% dans l’agglomération parisienne, contre 37% pour ceux vivant dans les communes rurales), et concerne assez logiquement des donateurs qui s’inscrivent davantage dans une logique de dons plus ponctuels (54%) que réguliers (35%). enseignements 76
  • 77. Ques1on  :    Parmi  les  évènements  marquants  qui  se  sont  déroulés  ceXe  année,  certains  vous  ont-­‐  ils  incité  à  faire  un  don  ?  AXen1on,  nous  parlons   d’un  don  d’argent.   Les événements 2015 ayant provoqué un don 44%   67%   68%   69%   70%   56%   33%   32%   31%   30%   Le  tremblement  de  terre  au   Népal       Le  conflit  en  Syrie       La  crise  des  réfugiés       Les  aXentats  de  janvier  à  Paris       Les  aXentats  de  novembre  à   Paris       OUI   NON   50%   39%   16%   16%   Moins  de  35   ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   48%   34%   21%   21%   50%   24%   19%   29%   59%   29%   17%   21%   Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  donner  sur  internet  à  des  associa,ons  carita,ves  pour  des  dons  «  d’urgence  »,  soit  22%  de  l’échan,llon   57%   60%   50%   55%   Des  écarts  selon   l’âge     Catastrophe  naturelle   Poli1que  extérieure  et  crise  humanitaire   mondiale   Sécurité  intérieure  
  • 78. §  La catastrophe naturelle apparaît ici comme une cause particulièrement mobilisatrice, plus d’une personne sur deux ayant fait un don « d’urgence » l’a fait à l’occasion du tremblement de terre au Népal en avril 2015 (56%). Les causes plus politiques qu’elles soient extérieures (conflit en Syrie, crise des réfugiés) ou intérieures (liées notamment aux attentats de Paris) ont moins suscité de dons spontanés de la part des e-donateurs. §  La mobilisation des plus jeunes (moins de 35 ans) se confirment quelque soit les causes d’urgence même si le soutien a la guerre en Syrie est un peu plus marqué. enseignements 78
  • 79. Ques1on  :  Et  diriez-­‐vous  que  vos  dons  sur  internet  sont  plutôt  des  dons  ponctuels  ou  plutôt  des  dons  réguliers  ?     La fréquence des dons en ligne Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     60%   57%   47%   57%   58%   53%   Décembr e   2010   Octobre   2011   Janvier   2016   26%   27%   34%   26%   30%   31%   14%   16%   19%   17%   12%   16%   53%   31%   16%   Des  dons  ponctuels       Des  dons  réguliers       Autant  de  dons  ponctuels  que     de  dons  réguliers       Janvier   2013   Evolu&ons   ((  -­‐10)   (&  +10)   ((  -­‐7)  (&  +7)   Janvier   2014   Janvier   2015   ((  -­‐5)   Décembr e   2010   Octobre   2011   Janvier   2016   Janvier   2013   Janvier   2014   Janvier   2015   Décembr e   2010   Octobre   2011   Janvier   2016   Janvier   2013   Janvier   2014   Janvier   2015  
  • 80. Ques1on  :    Le  fait  que  vous  donniez  de  l’argent  via  internet  à  des  associa1ons,  vous  a-­‐t-­‐il  conduit  à  diminuer  les  dons  que  vous  pouvez  faire  par  ailleurs  :   chèque,  prélèvement  automa1que,  don  en  espèce  lors  d’une  collecte  ?     L’impact des dons en ligne sur la fréquence des autres formes de dons Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur   internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     16%   40%   44%   Oui,   significa1vement       Oui,  un  peu       Non       56%   52%   51%   50%   55%   57%   56%    Décembre   2010    Octobre   2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons   63%   59%   52%   53%   Moins  de  35  ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   Des  écarts  selon   l’âge     66%   60%   60%   66%   48%   50%    Moins  de   1000  euros        De  1000  à   moins  de   1500  euros        De  1500  à   moins  de   2000  euros        De  2000  à   moins  de   3000  euros        De  3000  à   moins  de   4000  euros        4000  euros   et  plus       Et  le  niveau  de   revenus  
  • 81. §  Pour le moment, internet est encore utilisé de manière ponctuelle même si on peut observer une hausse du don régulier de 5 points entre 2010 et 2015. Ce canal est donc de plus en plus utilisé par les donateurs. §  La différence générationnelle se ressent dans la manière que les donateurs ont de répartir leur don. Chez les plus de 50 ans, le fait de donner en ligne a moins d’impact sur le don classique, alors que chez les moins de 50 ans, le fait de donner en ligne a impacté le don classique. §  Les foyers les plus aisés ont également été les moins nombreux à modifier leurs habitudes de don hors-internet. En effet, leur aisance financière leur permet de ne pas choisir un mode de don au détriment d’un autre. enseignements 81
  • 82. Ques1on  :    Etes-­‐vous  très  sa1sfait,  assez  sa1sfait,  peu  sa1sfait  ou  pas  sa1sfait  du  tout  des  informa1ons  fournies  par  les  associa1ons  sur  l’u1lisa1on  de   votre  don  sur  internet  ?   La satisfaction vis-à-vis des informations reçues en retour des dons faits en ligne Base  :  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     15%   63%   19%   3%   Très  sa1sfait       Assez  sa1sfait       Peu  sa1sfait       Pas  sa1sfait  du   tout       78%   22%   84%   84%   84%   84%   88%   78%    Décembre   2010    Octobre   2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons   73%   90%   73%   des  dons  ponctuels   des  dons  réguliers   Autant  ponctuels  que   réguliers   Avant  Janvier  2016,  l’in,tulé  de  la  ques,on  était  :  «  Etes-­‐vous  très  sa,sfait,  assez  sa,sfait,  peu  sa,sfait  ou  pas  sa,sfait  du  tout  des  informa,ons  qu’on  vous  envoie  en  retour  de   votre  don  sur  internet  à  une  ou  des  associa,ons  ?  »   ((  -­‐10)   Des  écarts  selon  le  type  de  dons  faits  en  ligne  
  • 83. Ques1on  :    Et  aXendez-­‐vous  des  retours  d’informa1ons  suite  à  votre  don  ?     Le souhait d’information à l’issue d’un don en ligne Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     Oui,  mais   uniquement  de   l’informaSon   par  voie   électronique     55%   TOTAL  Oui   74%   NON,  vous  n’aWendez   pas  d’informaSons  suite   à  votre  don  par  internet   72%   65%   68%   74%   74%   74%    Décembre   2010    Octobre  2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons   (&  +9  sur  2  ans)   22%   23%   30%   28%   Moins  de  35  ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   Des  écarts  selon  l’âge    
  • 84. §  Si presque 4 donateurs sur 5 sont satisfaits des informations reçues après leur don, on observe une baisse de dix points entre 2015 et 2016. La satisfaction des donateurs est donc fortement en diminution. §  Cette baisse est d’ailleurs à corréler avec la hausse constante du nombre de donateurs souhaitant avoir des informations après leur don. §  En définitive, les ONG n’arrivent pas à répondre à cette attente des donateurs qui sont de plus en plus exigeants vis à vis de l’information sur l’utilisation de leur don. enseignements 84
  • 85. Ques1on  :    Pensez-­‐vous  que  votre  argent  donné  par  internet  à  une  ou  des  associa1ons  est  bien  dépensé  ?     Le jugement à l’égard de l’utilisation des dons faits en ligne Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     Oui,  tout  à  fait       Oui,  plutôt       Non,  plutôt  pas       Non,  pas  du  tout       87%   13%   61%   71%   71%   80%   Moins  de  35   ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   89%   85%   89%   92%   93%   87%    Décembre   2010    Octobre  2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons   (&  +8  sur  4  ans)   ((  -­‐6)   Des  écarts  selon  l’âge  «  Oui,  plutôt  »     53%   52%   66%   80%   80%   83%    Moins  de   1000  €    De  1000  à   moins  de   1500  €    De  1500  à   moins  de   2000  €    De  2000  à   moins  de   3000  €    De  3000  à   moins  de   4000  €        4000  €  et   plus       Et  le  niveau  de   revenus  2%   11%   72%   15%  
  • 86. §  La plupart des donateurs estiment que leur don est bien utilisé par les associations. Néanmoins, leur satisfaction baisse de 6 points entre 2015 et 2016. §  On remarque encore une fois les différences de confiance tant au niveau générationnel qu’au niveau financier, puisque les personnes les plus âgées et les plus aisées, estiment que leur dons est utilisé correctement. enseignements 86
  • 87. Ques1on  :    Vous  arrive-­‐t-­‐il  de  recommander  des  associa1ons  à  vos  contacts  sur  les  réseaux  sociaux  ?     Le bruit autour des ONG sur les réseaux sociaux Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     5%   31%   21%   43%   Régulièrement       De  temps  en   temps       Rarement       Jamais       36%   64%   17%   25%   28%   35%   35%   36%    Décembre   2010    Octobre  2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons       Décembr e  2010   Octobre   2011   Janvier     2013   Janvier   2014   Janvier   2015   Janvier   2016   Evolu&ons   2010/201 6   Moins  de  35   ans   22   37   53   53   59   61   +39   35-­‐49  ans   20   38   37   40   45   41   +21   50-­‐64  ans   19   19   21   29   26   28   +9   65  ans  et  plus   12   13   17   22   17   22   +10   Focus  sur  l’âge       (&  +19  sur  6  ans)  
  • 88. §  36% des donateurs sont également des prescripteurs auprès de leur proche, un chiffre en hausse de 19 points sur six ans. §  La hausse est constante parmi toutes les générations. §  Assez logiquement, les recommandations sont surtout répandues chez les tranches d’âge plus jeunes. Ainsi 61% des moins de 35 ans utilisent les réseaux sociaux pour réaliser des recommandations auprès de leurs proches, soit plus de 39 points entre entre 2010 et 2016. enseignements 88
  • 89. Ques1on  :  Lesquel(s)  ?    [quels  réseaux  sociaux  avez-­‐vous  u,lisés  pour  recommander  des  ONG]   Les réseaux sociaux utilisés pour recommander des ONG Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  recommander  des  associa,ons  sur  les  réseaux   sociaux  que  ce  soit  régulièrement,  de  temps  en  temps  ou  rarement,  soit  15%  de  l’échan,llon   67%   28%   11%   11%   9%   Facebook       Google+       TwiXer       Instagram       Autre       30%   3%   0   0   Moins  de  35   ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   19%   11%   12%   1%   Moins  de  35   ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   22%   27%   34%   31%   80%   67%   65%   51%   Des  écarts  dans  les  pra&ques  selon   l’âge    
  • 90. Ques1on  :    Avez-­‐vous  déjà  découvert  une  associa1on  sur  Internet  sur  chacun    des  sites  /  réseaux  suivants  ?     La découverte de nouvelles associations sur les sites et réseaux sociaux Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     57%   67%   83%   88%   92%   43%   33%   17%   12%   8%   Moteur  de  recherche   (Google,  Bing,  etc.)     Facebook       Youtube/   Dailymo1on       TwiXer       Instagram       OUI   NON   Des  écarts  dans  les  pra&ques  selon   l’âge     26%   5%   2%   1%   Moins  de  35   ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   31%   15%   7%   0%   42%   18%   8%   5%   62%   40%   21%   17%   60%   43%   45%   29%   (*)  En  Janvier  2015,  l’in,tulé  de  l’item  était  «  Google  » (Rappel  2015  :  13%  (   -­‐1)   (Rappel  2015  :  35%  & +8)   (Rappel  2015  :  30%  &+3)   (Rappel  2015  :  17%  /    =)   (nouveau)  
  • 91. §  Facebook, réseau social le plus répandu et sur lequel on retrouve le plus grand nombre d’inscrits apparaît clairement comme le vecteur le plus efficace pour être visible pour les ONG, et ce d’autant plus qu’il apparait comme le plus « inter générationnel » de tous les réseaux testés. Plus des deux tiers des e-donateurs relayant des informations des ONG sur les réseaux sociaux déclarant le faire par ce canal (67% de citations, 80% chez les moins de 35 ans). §  Les réseaux sociaux créés plus récemment, tels qu’Instagram et Twitter, sont principalement utilisés par les moins de 35 ans. §  Pour autant, lorsque les internautes découvrent une association d’eux mêmes, cela se fait d’abord par les moteurs de recherche. Un élément montrant la nécessité pour les associations d’être bien référencées, notamment en utilisant Google Grants ou Adwords. §  Facebook est le second canal permettant de découvrir des associations, et est principalement utilisé par les moins de 50 ans. enseignements 91
  • 92. Ques1on  :    D’une  manière  générale,  sur  internet  vous  sentez-­‐vous  trop  sollicité  pour  des  dons  à  des  associa1ons  ?     Le jugement à l’égard de l’intensité des sollicitations des ONG Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     9%   40%   42%   9%   Oui,  tout  à  fait       Oui,  plutôt       Non,  plutôt  pas       Non,  pas  du   tout       49%   51%   46%   42%   47%   53%   50%   49%    Décembre   2010    Octobre   2011    Janvier   2013    Janvier   2014    Janvier   2015    Janvier   2016   Evolu&ons   (&  +11  sur  2  ans)   55%   47%   37%   53%   Moins  de  35  ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   Des  écarts  selon  l’âge    
  • 93. §  Si 49% des donateurs se trouvent trop sollicités sur internet, on observe une légère baisse au cours des deux dernières années. §  Une sollicitation trop importante des associations à faire un don, même sur internet, peut engendrer un phénomène de lassitude ou même de rejet de la part des e-donateurs. Ils sont aujourd’hui un sur deux à partager ce constat (49%, un résultat assez stable sur les quatre dernières mesures et qui atteint 53% chez les 65 ans et plus qui constituent encore et pourtant une part importante de cette population des e-donateurs). enseignements 93
  • 94. L’intention de refaire un don au cours des 12 prochains mois sur internet Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en  temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     25%   56%   16%   3%   Oui,  certainement       Oui,  probablement       Non,  probablement   pas       Non,  certainement   pas       81%   19%   84%   78%   77%   85%   87%   81%    Décembre   2010    Octobre   2011    Janvier  2013    Janvier  2014    Janvier  2015    Janvier  2016   Evolu&ons   78%   77%   88%   80%   Moins  de  35   ans   35  à  49  ans   50  à  64  ans   65  ans  et  plus   (&  +10  sur  3  ans)   Des  écarts  selon  l’âge     67%   74%   70%   81%   92%   91%    Moins  de   1000  €    De  1000  à   moins  de   1500  €    De  1500  à   moins  de   2000  €    De  2000  à   moins  de   3000  €    De  3000  à   moins  de   4000  €        4000  €  et   plus       Et  le  niveau  de   revenus  
  • 95. §  Si on observe une baisse de la satisfaction des donateurs concernant l’information sur leur don et qu’ils sont moins nombreux à estimer que leur don est bien utilisé, ils sont 81% à envisager de redonner de l’argent dans les 12 prochains mois, une baisse de 6 points par rapport à l’année dernière. Les deux premiers indicateurs (satisfaction sur l’information et sur l’utilisation du don) semblent donc se corréler à l’intention de refaire un don. §  On observe des différences générationnelles. Ainsi, les 50-64 ans sont 88% à envisager de refaire un don. De même, ce sont les ménage ayant les revenus les plus importants qui ont pour projet de renouveler leurs dons. enseignements 95
  • 96. Ques1on  :    Avez-­‐vous  déjà  …  ?     L'expérience de différentes situations par rapport à Internet Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement  ou  de  temps  en   temps  des  dons  sur  internet,  soit  26%  de  l’échan,llon     OUI   NON   64%   73%   78%   83%   86%   87%   87%   36%   27%   22%   17%   14%   13%   13%   Découvert  de  nouvelles  associa1ons  ou   causes  en  naviguant  sur  internet  que  vous   ne  connaissiez  pas       Fait  un  don  à  un  organisme  (hors   associa1on  ou  fonda1on)  comme  par   exemple  un  musée,  un  hôpital,  une  start-­‐ up,  etc.       Fait  un  don  à  une  associa1on  basée  à   l’étranger       Fait  un  don  directement  sur  une  plateforme   sociale  (Facebook,  TwiXer,  Google)       Fait  un  don  par  SMS       Ouvert  une  page  personnelle  de  collecte  au   profit  d’une  cause       Fait  un  don  par  Internet  via  votre   smartphone       ((  -­‐2)   (&  +1)   ((  -­‐5)   37%   16%   5%   1%   Moins  de  35  ans  35-­‐49  ans   50-­‐64  ans  65  ans  et  plus   33%   14%   8%   2%   36%   23%   19%   13%   38%   32%   22%   20%   55%   34%   36%   23%   ((  -­‐3)   ((  -­‐3)   31%   15%   12%   2%   31%   20%   8%   11%   Des  écarts  selon  l’âge  :  «  OUI  »    
  • 97. §  L’expérience de différentes situations liées aux dons sur Internet demeure toujours et de manière attendue principalement le fait des jeunes générations (le « décrochage » s’observant à partir de 35 ans). Ainsi, 36% des e-donateurs déclarent avoir découvert de nouvelles associations ou causes en naviguant sur Internet (-2 points par rapport à 2015). §  La pratique du don que ce soit à un organisme (hors association) de type musée, hôpital ou autre est le plus répandu (27%) et devance celui fait à une association basée à l’étranger (22%) ou le don fait directement sur une plateforme sociale (17%), par SMS (14%, en perte de vitesse , -3 points par rapport à 2015) ou via un smartphone (13%, -5 points). L’ouverture d’une page personnelle de collecte au profit d’une cause (13%, -5 points) enregistre la plus forte baisse. §  Globalement ces pratiques restent donc encore minoritaires et peinent à s’ancrer dans les habitudes des e-donateurs. En outre, ces pratiques sensiblement plus répandues chez les moins de 35 ans (notamment pour tout ce qui relève du don réalisé via les plateformes sociales ou les smartphone), sont assez stables par rapport à l’an passé, alors qu’à contrario, on relève un fort décrochage sur le segment des 35-49 ans. enseignements 97
  • 98. Ques1on  :    Sur  Internet,  il  existe  différentes  manières  de  soutenir  financièrement  des  associa1ons  ou  des  ONG.  Parmi  les  formes  de  dons   suivantes,  quelles  sont  celles  que  vous  avez  déjà  faites  ?   Les différentes manières de soutenir des associations sur Internet Base  :  Ques,on  posée  aux  personnes  déclarant  faire  régulièrement,  de  temps  en  temps  ou  rarement  des  dons  sur  internet,  soit  46%  de   l’échan,llon   70%   28%   17%   14%   7%   Le  don  «  classique  »  réalisé  en  se  connectant   sur  le  site  internet  de  l’associa1on  (via  votre   ordinateur,  tableXe  ou  smartphone)       L’achat  d’objets  en  ligne  au  profit  d’une   associa1on  (e-­‐bou1que)       Le  microdon,  c’est-­‐à-­‐dire  accepter  d’arrondir   à  l’euro  supérieur  (ou  au-­‐delà)  le  montant  de   votre  panier  lors  d’achats  sur  internet,  la   différence  étant  reversée  à  une  associa1on       La  finance  par1cipa1ve  (ou  crowdfunding),   sorte  de  collecte  publique,  qui  permet  de   faire  financer  des  projets  par  des  par1culiers   qui  font  le  choix  d’inves1r  (selon  leurs   moyens)  (ex  :  Ulule,  My  Major  Company)     Créer  une  page  de  collecte  pour  le  compte   d’une  associa1on  et  se  faire  sponsoriser  par   des  connaissances  pour  relever  un  défi  (ex  :   par1ciper  à  une  course)       Moins  de  35  ans  35-­‐49  ans   50-­‐64  ans   65  ans  et  plus   17%   18%   13%   9%   23%   16%   17%   11%   31%   31%   26%   25%   52%   62%   79%   85%   14%   8%   4%   1%   Du  plus   «  tradi&onnel  »   Au  plus   «  connecté  »   (&  +1)   ((  -­‐2)   (&  +2)   ((  -­‐5)   ((  -­‐1)   Des  écarts  dans  les  pra&ques  selon   l’âge  
  • 99. §  Les autres possibilités offertes par le développement du digital testées, trouvent un écho encore assez confidentiel au sein des e-donateurs, le clivage générationnel s’opérant pleinement et s’observant surtout sur le choix des différentes formes de dons sur Internet . §  Ainsi, si le don classique reste en tête des formes de don les plus plébiscitées, on remarque un gap générationnel. En effet, quand près de 80% des plus de 50 ans y ont recours, les moins de 35 ans ne sont que 52%. §  Les plus jeunes préfères le micro dons (23% d’entre eux), le financement participatif (17%) et les pages de collecte au profit de défi (14%). §  Les e-boutiques sont de moins en moins utilisés puisqu’elles perdent 5 points entre 2015 et 2016. enseignements 99
  • 100. 224, rue Saint-Denis 75002 Paris Tél. : 01 40 28 46 49 agence-limite.fr/blog Contact : laurent.terrisse@agence-limite.fr