62 I HAMAJI HAMAJI I 63
MAGAZINE
BOISSON NATIONALE SUD-AFRICAINE, LE ROOIBOS EST
UNE INFUSION AUX COULEURS ROUGEÂTRES QUI ...
64 I HAMAJI HAMAJI I 65
« Lors des premières réunions, tout semblait possible, l’espoir
se lisait dans leurs yeux. Concern...
66 I HAMAJI HAMAJI I 67
NATIONAL DRINK OF SOUTH AFRICA, ROOIBOS IS A
REDDISH COLOURED INFUSION THAT INVADES THE
PLANET TEA...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

H11-Rooibos

123 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
123
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

H11-Rooibos

  1. 1. 62 I HAMAJI HAMAJI I 63 MAGAZINE BOISSON NATIONALE SUD-AFRICAINE, LE ROOIBOS EST UNE INFUSION AUX COULEURS ROUGEÂTRES QUI ENVAHIT LA PLANÈTE THÉ ! PLANTE ENDÉMIQUE, CE « BUISSON ROUGE POUSSE PRINCIPALEMENT SUR LES HAUTS PLATEAUX DU BOKKEVELD, SITUÉS À 320KM DU CAP. UNE RICHESSE INESTIMABLE POUR LES POPULATIONS LOCALES ISOLÉES, QUI VA BIEN AU DELÀ DU SIMPLE ASPECT ÉCONOMIQUE. C ’est dans la petite ville de Nieuwoutdville, nichée dans la partie nord des montagnes du Cederberg, qu’est basée la coopérative « Heiveld ». Elle regroupe 64 membres et producteurs de Rooibos, tous issus de la population « colored » (métissée), dont les parcelles s’étendent tout le long du plateau. Créée en 2001, elle est l’aboutissement de longues années de prospection et de collaboration entre producteurs locaux, acteurs du commerce du Rooibos et autres consultants. Surtout, elle représente l’accomplissement d’un rêve. Celui d’une poignée de producteurs qui, sous le régime de l’Apartheid, ont eu l’idée folle de devenir un jour propriétaire de leurs terres. Afin d’exister et de s’émanciper, de vivre plus que survivre. « Les producteurs de Wupperthal (Ville voisine, productrice de Rooibos) venaient de créer leur coopérative. Ils nous ont montré la voie. Dés lors, nous savions que c’était possible. Ca a été la petite étincelle dont nous avions besoin » confie Koos Koopman, l’un des producteurs à l’origine du projet. Dés 1998, sous l’impulsion du ministère de l’Agriculture, des ateliers avaient été mis en place à travers la région. Un espace où différents intervenants venaient partager leur savoir et leur expertise aux communautés locales. C’est lors de l’un d’eux que Noel et Bettina, en couple dans la vie et membres des ONG « Environmental Monitoring Group » (EMG) et « Indigo », découvrent le projet de toute une communauté. Ils rencontrent alors, des producteurs motivés mais démunis face aux problématiques logistiques. Le Rooibos, L’Or rouge Sud-Africain Rooibos, the South African Red Gold Texte et photos Yann Macherez
  2. 2. 64 I HAMAJI HAMAJI I 65 « Lors des premières réunions, tout semblait possible, l’espoir se lisait dans leurs yeux. Concernant le projet, rien n’était vraiment défini », dit Bettina. Après simplement deux ateliers, ils décident de s’installer à Nieuwoutdville. Avec l’envie de se rapprocher et de créer de véritables liens avec les acteurs du projet. Ils font rapidement face à un problème qu’ils n’avaient pas estimé. « Les producteurs se sentaient vite vulnérables lorsqu’ils nous proposaient leurs idées. Encore très affectés par l’Apartheid, nous pouvions ressentir combien ils restaient méfiants envers nous, collaborateurs blancs. Il a fallu créer une relation de confiance », continue Bettina. Aussitôt dit, aussitôt fait. Grâce à une communication permanente et une implication de chaque instant, les démons de l’Apartheid se sont, petit à petit, envolés. Aujourd’hui, avec un pourcentage d’exportation de 90 % et un chiffre d’affaires en constante croissance, la coopérative se positionne comme un acteur sérieux sur le marché international du Rooibos. En France, la marque « Alter Eco » est un de ses plus sérieux soutien et client. Leur savoir-faire ancestral, leur production intégralement issue de l’agriculture biologique et une organisation équitable attirent chaque saison de nouveaux acheteurs soucieux de la qualité du produit et du sort des petits producteurs. (Placer Alter Eco ?) Et au pays de la philosophie « Ubuntu », le succès est toujours partagé. La coopérative a su faire profiter de ses moyens et de son expertise à toute la communauté : Ateliers éducatifs, formations professionnelles, accompagnements personnels. Autant d’opportunités pour cette génération souvent laissée a l’abandon pour une simple couleur de peau ! « Le rooibos nous a apporté bien plus que ce nous aurions pu imaginé. Nous sommes devenu autonome et solidaire. C’est ma conception de la liberté » conclut Pieter Koopman, président de la coopérative, perché au dessus de la vallée. En silence, son regard se pose alors sur les champs de rooibos sauvage s’étalant à perte de vue, sur les terres de son enfance. Là où des rêves se réalisent. Là où des âmes se lient dans une même destinée. Là où seule une couleur prédomine, à présent, Le Rouge.
  3. 3. 66 I HAMAJI HAMAJI I 67 NATIONAL DRINK OF SOUTH AFRICA, ROOIBOS IS A REDDISH COLOURED INFUSION THAT INVADES THE PLANET TEA! KNOWN AS AN ENDEMIC PLANT, THIS «RED BUSH’’ GROWS MAINLY IN THE HIGHLANDS OF BOKKEVELD, LOCATED 320KM FROM CAPE TOWN. AN INVALUABLE RESOURCE FOR ISOLATED LOCAL POPULATIONS, WHICH GOES FAR BEYOND SIMPLE ECONOMICS. I t is in the small town of Nieuwoudtville, nestled in the northern part of the Cederberg Mountains, that is based the «Heiveld» cooperative. It brings together 64 members and producers of Rooibos, all from the «colored» (mixed) population group, whose plots are spread throughout the plateau. Founded in 2001, it is the culmination of many years of exploration and cooperation between local producers, Rooibos trading partners and other consultants. Above all, it represents the fulfilment of a dream. The dream of a handful of producers who, during apartheid, had the crazy idea of one day becoming the owner of their land. In order to exist and to be free, and to live instead of surviving. « Wupperthal producers (neighbouring city) just created their cooperative. They showed us the way. From then on, we knew it was possible. It was the glimmer of hope we needed.’’, says Koos Koopman, one of the producers behind the project. From 1998, under the leadership of the Ministry of Agriculture, workshops were set up across the region. A space where different speakers came to share their knowledge and expertise to local communities. It is during one of these workshops that Noel and Bettina, couple in life and members of NGO «Environmental Monitoring Group» (EMG) and «Indigo», discover the project of an entire community. They then met motivated producers but clueless with regards to logistical problems. «During the first meetings, everything seemed possible. The glimmer of hope in their eyes filled me with optimism. Concerning the project, nothing was really defined”, says Bettina. After only two workshops, they decided to settle in Nieuwoutdville with the desire to create real relationships with project stakeholders. They soon faced a problem they had not considered. «Producers soon felt vulnerable when they proposed their ideas. Still affected by apartheid, we could feel how much they remained suspicious of us, white people. It was necessary to create a relationship of trust’’, continues Bettina. No sooner said than done. Through on-going communication and permanent involvement, the Apartheid demons were gradually vanished. Today, with a percentage of exports of 90% and a turnover in constant growth, the cooperative position itself as a significant player on the Rooibos international market. In France, the brand «Alter Eco» is one of its most serious supporter and customer. Their ancestral know-how, their production stemming from organic agriculture and their fair trade attract each season new buyers concerned about product quality and the future of small producers. Inthelandofthe«Ubuntu»philosophy,successisalwaysshared. The cooperative was able to take advantage of its resources and expertise to the entire community: educational workshops, professional training, and personal accompaniments. Many opportunities for this generation were often left abandoned only because of skin colour! «Rooibos has given us much more than we could have imagined. We became independent and united. This is my idea of freedom», concluded Pieter Koopman, president of the cooperative, perched above the valley. In silence, his gaze arises on wild rooibos fields stretching to the horizon, on the land of his childhood. Where dreams come true. Where souls bind in the same destiny. Where only a now colour predominates, The Red.

×