Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
CICIBA
Le Social au Service de la Culture
ESPOIR GABON
L’homme est né du passé
et il porte en lui des
mondes qui veulent entrer
dans le présent et atteindre
la libération
La culture est la vitrine
d’un peuple, elle est un
moyen d’accès à sa
mémoire collective, une
mémoire sans laquelle
ce peu...
Centre International des
Civilisations BANTU
• Créé en 1983
• Organisme inter-Etats (11 Pays)
• Initié par OMAR BONGO
• Ré...
Sa vocation principale est
d’assurer la collecte, la
sauvegarde, les études, la
recherche et la promotion
des valeurs auth...
Ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est le
bâtiment initialement prévu pour abriter
cette structure
Le CICIBA (aujourd’hui)
PEU DE CHANCE DE RÉHABILITATION DU BÂTIMENT
EN RAISON DES COUTS PROHIBITIFS
• Travaux abandonnés d...
Coût actuel dépensé par l’état pour la
construction du bâtiment:
10 Milliards FCfa (15,2M €)
Coût estimé pour la réhabilit...
UN BATIMENT ANNEXE
• Bâtiment potentiellement viable
• Actuellement occupé par une église
• Possibilité de réaménagement a...
• Organisme de gestion de la collectivité
• 150 familles, environ 400 personnes

(Chômeurs et actifs, femmes et enfants)
•...
Le Bilan
• Un bâtiment impressionnant d’une
grande superficie
• avec un fort potentiel comme lieu de
rassemblement
• Emplac...
Comment se servir d’un projet
avorté comme la vitrine d’une
politique sociale au service de la
culture ?
EGALITE DES
CHANC...
• Il est encore possible de faire vivre le bâtiment
du CICIBA, loin des coûts proposés par les
sociétés chinoise pour sa r...
Et si nous pouvions reconvertir cet espace en cité
culturelle éco-durable
Akanda Village 

« Le GABON VERT »
Jumeler la réhabilitation du CICIBA à une politique de
réinsertion sociale
Intégrer l’association des squatteurs du CICIBA...
• Le CICIBA souffre d’une mauvaise réputation
(refuge de délinquants, criminalité,
dépravation)
• Pourtant a travers les m...
COMMENT INTEGRER
LES SQUATTEURS DANS
LA REHABILITATION DU
CICIBA
Projet d’accompagnement
• Essor de la culture par une politique d’action
sociale
• Responsabilisation civique des squatteu...
Multiples acteurs
La réhabilitation du bâtiment doit se faire par la synergie
de multiples acteurs.
• Etats
• associations...
Plan de développement de
la collectivité
• Besoin vitaux (eau, électricité) : AUTONOMIE
• forage, panneaux solaires
• Agri...
Le CONTRAT DE CONFIANCE
• L’entraide sous condition
• Nous accompagnons
les populations de
squatteurs, mais ils nous
accom...
exemple : Nettoyage des lieux avant
l’installation d’un forage d’eau
L’Accès à l’eau
• Représente une urgence sanitaire
• Un forage favorise la responsabilisation face à

la gestion de la res...
• Pour lutter contre la délinquance et la
dépravation, nous pouvons proposer des
activités ludiques et éducatives chaque w...
• Scolarisation
• Actes de naissances
• prise en charge médicale
• Instruction Civique
• Formation
• Futurs acteurs de la ...
Les FEMMES
• Sensibilisation sur la contraception, les MST
• instruction civique
• Formation professionnelle (atelier de c...
Agriculture Vivrière
• Tournée vers l’auto-consommation
• Favorise une microéconomie
• Rôle social et éducatif
Projet GRAI...
Promotion de la culture
BANTU
• Amphithéâtre disponible - spectacle culturel
• Chorale
• Métier de l’artisanat
• Déploieme...
Un Amphithéâtre viable
• Lieu de rencontre
• (Situation géographique stratégique)
• Multiples usages possibles
• Spectacle...
Donner un tremplin pour les
métiers artistiques
MICRO-ECONOMIE
(déploiement d’une zone touristique)
• Créations d’emplois
• Alimentations
• Marché traditionnel
• Activité...
Progressivement la politique sociale menée permettra
d’accompagner une grande majorités des squatteurs à 

retrouver un li...
POLITIQUE SOCIALE
Répondre aux besoin vitaux (eau, énergie, santé)
sensibilisation des populations au projet de refonte du...
CONCLUSION
• Le CICIBA peut devenir une vitrine de la réussite d’un
modèle social qui replace l’individu au centre de la
c...
Ce que nous sollicitons
• une autorisation officielle de l’état
• une aide pour mettre en place une stratégie
de communicat...
Merci à toute les personnes qui ont participé de
près comme de loin à l’élaboration de ce projet
• AUBAME Romuald Lucas
• ...
La volonté de l’association culturelle d’Espoir Gabon est de
s’affranchir des barrières ethniques et sociales de notre pay...
Notre projet pour la réhabilitation du CICIBA dans le GABON VERT
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Notre projet pour la réhabilitation du CICIBA dans le GABON VERT

871 vues

Publié le

La culture est l’expression de l’essence spirituelle d’un peuple.

Un masque, une sculpture, un chant, une danse une œuvre cinématographique voire architecturale sont des manifestations physiques de ce qui vit à l’intérieur d’un individu, des réflexions et des émotions qui l’habitent, ainsi que des voix de ses ancêtres, ces voix que l’on invoque silencieusement dans l’accompagnement des différentes générations à travers les âges.

En d’autre terme, la culture est la vitrine d’un peuple, en même temps qu’elle est un moyen d’accès à sa mémoire collective, une mémoire sans laquelle ce peuple est déraciné, sans connexion avec son essence et celle de ses pères.

Il y a quelques années, le regretté réalisateur gabonais Philippe Mory, présageait le silence des ancêtres, à travers un film au titre pour le moins prophétique : « les tam-tam se sont tus ». Hélas, les tam-tams ne résonnent aujourd’hui que très peu.

Publié dans : Business
  • @Sindani Kiangu merci pour ce partage de connaissances
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Le président français François Mitterand répondit ainsi au journaliste de RFI qui, le 25 décembre 1985, lui demandait ce qu'était la Francophonie: "La coopération économique et politique se fait d'autant mieux entre des peuples partageant la même culture". Telle fut aussi l'ambition des pères fondateurs du CICIBA, en ce qui concerne l'espace bantu. Puisse donc la conscience contemporaine de la bantuité (valeurs, institutions et comportements standards) devenir une tradition dans laquelle tous les Bantu s'enferment sans jamais la quitter, qui leur permette de ne pas défaillir en tant que communauté et société, de ne pas succomber à la lassitude, à l'usure du temps.(KIANGU Sindani, CICIBA-RDC)
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici

Notre projet pour la réhabilitation du CICIBA dans le GABON VERT

  1. 1. CICIBA Le Social au Service de la Culture ESPOIR GABON
  2. 2. L’homme est né du passé et il porte en lui des mondes qui veulent entrer dans le présent et atteindre la libération
  3. 3. La culture est la vitrine d’un peuple, elle est un moyen d’accès à sa mémoire collective, une mémoire sans laquelle ce peuple est déraciné, sans connexion avec son essence et celle de ses pères.
  4. 4. Centre International des Civilisations BANTU • Créé en 1983 • Organisme inter-Etats (11 Pays) • Initié par OMAR BONGO • Régi par la conférence des ministres de la culture
  5. 5. Sa vocation principale est d’assurer la collecte, la sauvegarde, les études, la recherche et la promotion des valeurs authentiques des civilisations BANTUS
  6. 6. Ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est le bâtiment initialement prévu pour abriter cette structure
  7. 7. Le CICIBA (aujourd’hui) PEU DE CHANCE DE RÉHABILITATION DU BÂTIMENT EN RAISON DES COUTS PROHIBITIFS • Travaux abandonnés depuis 1980 • Vétusté et insalubrité du bâtiment • Populations de squatteurs installés
  8. 8. Coût actuel dépensé par l’état pour la construction du bâtiment: 10 Milliards FCfa (15,2M €) Coût estimé pour la réhabilitation : 34 Milliards FCfa ( 51,8M € )* *(Holding chinoise Complan)
  9. 9. UN BATIMENT ANNEXE • Bâtiment potentiellement viable • Actuellement occupé par une église • Possibilité de réaménagement administratif
  10. 10. • Organisme de gestion de la collectivité • 150 familles, environ 400 personnes
 (Chômeurs et actifs, femmes et enfants) • Coopération avec les entités étatiques 
 (mairie, commissariat, ministère) Association des squatteurs du CICIBA
  11. 11. Le Bilan • Un bâtiment impressionnant d’une grande superficie • avec un fort potentiel comme lieu de rassemblement • Emplacement stratégique 
 entre AKANDA et LIBREVILLE • Une population de squatteurs organisés
  12. 12. Comment se servir d’un projet avorté comme la vitrine d’une politique sociale au service de la culture ? EGALITE DES CHANCES
  13. 13. • Il est encore possible de faire vivre le bâtiment du CICIBA, loin des coûts proposés par les sociétés chinoise pour sa réhabilitation • Le CICIBA peut devenir une cité culturelle, un point de rassemblement et de convergence dédié à l’art et la culture BANTU • Cette réhabilitation doit tenir compte des populations de squatteurs, ressources évidentes d’un capital humain volontaire Notre Postulat
  14. 14. Et si nous pouvions reconvertir cet espace en cité culturelle éco-durable Akanda Village 
 « Le GABON VERT »
  15. 15. Jumeler la réhabilitation du CICIBA à une politique de réinsertion sociale Intégrer l’association des squatteurs du CICIBA à la reconversion des lieux en cité à vocation culturelle Faire d’une pierre 2 coups
  16. 16. • Le CICIBA souffre d’une mauvaise réputation (refuge de délinquants, criminalité, dépravation) • Pourtant a travers les missions de notre association nous avons découvert une population organisée et bien structurée • De nombreux cadres actifs vivent au CICIBA • Des hommes, femmes et enfants volontaires
  17. 17. COMMENT INTEGRER LES SQUATTEURS DANS LA REHABILITATION DU CICIBA
  18. 18. Projet d’accompagnement • Essor de la culture par une politique d’action sociale • Responsabilisation civique des squatteurs • Réinsertion professionnelle pour les chômeurs • Instruction / Education / Apprentissage professionnel
  19. 19. Multiples acteurs La réhabilitation du bâtiment doit se faire par la synergie de multiples acteurs. • Etats • associations, ONG • professionnels de la culture • professionnels de la santé / actions sociales • forces de l’ordre / sécurité • acteurs économiques ( mécénat )
  20. 20. Plan de développement de la collectivité • Besoin vitaux (eau, électricité) : AUTONOMIE • forage, panneaux solaires • Agriculture autonome ( autosuffisance alimentaire ) • Santé ( infirmerie ) • Ecole (salle de classe)
  21. 21. Le CONTRAT DE CONFIANCE • L’entraide sous condition • Nous accompagnons les populations de squatteurs, mais ils nous accompagnent en retour dans le processus de réhabilitation des lieux
  22. 22. exemple : Nettoyage des lieux avant l’installation d’un forage d’eau
  23. 23. L’Accès à l’eau • Représente une urgence sanitaire • Un forage favorise la responsabilisation face à
 la gestion de la ressource
  24. 24. • Pour lutter contre la délinquance et la dépravation, nous pouvons proposer des activités ludiques et éducatives chaque week- end • ACTIVITE SPORTIVES
 (football, volley, basket, tournois) • JEUX EDUCATIFS
 (Echec, Scrabble, Cartes) L’ENNUI COMME ENNEMI DE LA JEUNESSE
  25. 25. • Scolarisation • Actes de naissances • prise en charge médicale • Instruction Civique • Formation • Futurs acteurs de la promotion culturelle Les ENFANTS
  26. 26. Les FEMMES • Sensibilisation sur la contraception, les MST • instruction civique • Formation professionnelle (atelier de couture,…)
  27. 27. Agriculture Vivrière • Tournée vers l’auto-consommation • Favorise une microéconomie • Rôle social et éducatif Projet GRAINE
  28. 28. Promotion de la culture BANTU • Amphithéâtre disponible - spectacle culturel • Chorale • Métier de l’artisanat • Déploiement touristique • Séances de projections • Festivals (danse, art culinaire, découverte ) • Conférences - débats
  29. 29. Un Amphithéâtre viable • Lieu de rencontre • (Situation géographique stratégique) • Multiples usages possibles • Spectacles - Festivals • Conférences - Débats • Animations - Concerts • Cinéma en plein air
  30. 30. Donner un tremplin pour les métiers artistiques
  31. 31. MICRO-ECONOMIE (déploiement d’une zone touristique) • Créations d’emplois • Alimentations • Marché traditionnel • Activités culturelles • Services annexes • Micro-économie
  32. 32. Progressivement la politique sociale menée permettra d’accompagner une grande majorités des squatteurs à 
 retrouver un lieu d’habitation externe. Une minorité pourra rester sur les lieux en temps qu’acteurs professionnels intégrés dans notre projet associatif
  33. 33. POLITIQUE SOCIALE Répondre aux besoin vitaux (eau, énergie, santé) sensibilisation des populations au projet de refonte du CICIBA en cité culturelle Formation / Instruction REHABILITATION DES LIEUX (normes éco-durables)
 Hygiène Sécurité Normalisation DEPLOIMENT D’UNE ZONE TOURISTIQUE 
 Quartier culturel Festival / Conférence UNE RÉHABILITATION GRADUELLE
  34. 34. CONCLUSION • Le CICIBA peut devenir une vitrine de la réussite d’un modèle social qui replace l’individu au centre de la collectivité, comme le voulait la tradition BANTU • Le CICIBA peut devenir un quartier dédié à la culture, un point de rassemblement et de convergence des artistes de tous les horizons • Le CICIBA peut devenir un lieu où seront organisés des concerts, des conférences, des festivals • Le CICIBA peut devenir une vitrine du programme d’égalité des chances, un modèle du Gabon qui marche
  35. 35. Ce que nous sollicitons • une autorisation officielle de l’état • une aide pour mettre en place une stratégie de communication et d’appel de fonds à l’endroit du bâtiment CICIBA afin de réaliser notre projet
  36. 36. Merci à toute les personnes qui ont participé de près comme de loin à l’élaboration de ce projet • AUBAME Romuald Lucas • ISSEMBET Sonier • LANGOUBA Claude Silver • JOUMAS Fernand • NDONG MVE Rudy • NZENGUET Jaurès • MBOKO Kapi • PRECHEUR Jade • SAMBAT Mélodie • DUBOZE Yemalin • BOUCAH Alfred • MALABI Ange le Joyaux • AUBUSSON Marie Nöelle • MANDZAGAZIMA Koko • NZAMANOU Jean Lucien • MOUSSIROU Smalto • BABOUSSA Philippe • L’association Ghekado Bwete • La famille de MOUKOMBO Modzo • Les acteurs et actrices de TRIUMPH • L’association des squatteurs du CICIBA • Les membres du cirques de l’équateur • Ma famille Auteur : MBOUSSOU Yoan
  37. 37. La volonté de l’association culturelle d’Espoir Gabon est de s’affranchir des barrières ethniques et sociales de notre pays, afin de prôner un rassemblement fédérateur autour des valeurs traditionnelles et culturelles propre aux civilisations d’Afrique équatoriale (+241) 02 18 18 00 / 04 89 65 26 / espoirgabon@gmail.com

×