Man ray

1 785 vues

Publié le

this is man ray biography and some of his work analysis in french

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Man ray

  1. 1. Mme Hala Moubarak Histoire d’art et d’arch.2 Presente par: Zeina Mkhael ID:201300639 Printemps 2014-2015
  2. 2. Sommaire 1-Introduction 2-Qui’est Man Ray a-Vie et carrière b-New York c-Paris d-Dernieres annees 3- Ses oeuvres “I paint what cannot be photographed, that which comes from the imagination or from dreams, or from an unconscious drive…" 1-Introduction
  3. 3. 1890 Philadelphia/Pennsylvania 1976 Paris Man Ray, né Emmanuel Radnitzky le 20 août 1980 à Philadelphie, est considéré comme le représentant le plus connu de l’avant-garde photographique vers 1930 et comme le précurseur de la photographie surréaliste. Son œuvre est extrêmement variée : en tant que peintre, créateur d’objets, réalisateur de films et photographe, il fait partie intégrante du mouvement dadaïste et surréaliste. Man Ray est l’un des premiers artistes dont les travaux photographiques furent estimés plus que ses œuvres picturales. Sa photographie "Noire et blanche" (1926) atteint le prix record de 550000 dollars chez Christie’s en 1998.
  4. 4. Dès son debut jusqu'à sa mort, Man Ray ne permettait pas de connaitre une grande partie de sa vie, même l’idee qu'il avait une fois un autre nom autre que Ray. Il est né aux immigrants juifs de Russie et était le seul enfant avant que sa famille a été béni avec un autre fils et 2 filles. Ray a été surnommé Manny, mais il a changé son nom à Man, et commencé à utiliser Man Ray. Son père a travaillé dans une usine de vêtements. Il possédait aussi un petit atelier de couture à l'extérieur de son domicile. Sa mère, qui était très passionné par la couture, la fabrication et la conception apprécié les vêtements de sa famille. Elle avait l'habitude de faire des vêtements à partir de ses propres dessins et de créer des éléments de patchwork sur des bouts de tissus. Alors que Man Ray ne voulait pas s’associer avec le fond de sa famille, cette expérience ne laisse pas de trace sur son travail d'art.
  5. 5. La capacité artistique et mécanique de Ray est sorti à un âge tendre. Son diplôme d'études secondaires a joué un rôle important en lui fournissant une base solide dans la rédaction ainsi que d'autres techniques de l'art. Il s’instruit également des visites régulières dans les musées d'art, où il apprend les œuvres des maîtres anciens comme Leonardo da Vinci, El Greco, Francisco Goya, et le Caravage. A 25 ans, Ray avait son premier one-man peinture équitable. Son amitié avec Duchamp, qui a duré 55 ans, a influencé son travail. Peu de temps après son diplôme de l'école secondaire en 1908, Ray a été offert une bourse pour étudier l'architecture, mais il a décidé de poursuivre une carrière dans les arts. Ses parents étaient mécontents de sa décision,mais ils ont appuyé son amour pour les arts, et même réarrangées les quarts de vie modestes de la famille afin que leur fils pourrait employer la chambre comme un studio.
  6. 6. Pendant son séjour à New York City, Man Ray a été visuellement influencée par l'Armory Show de 1913 et des galeries d'oeuvres contemporaines européennes. Ray a été inspiré par le cubisme et l'expressionnisme. Mais quand il a rencontré Marcel Duchamp, il a commencé à ajouter un peu de mouvement à ses œuvres,par exemple dans les positions répétitives des jupes de la danseuse dans La danseuse de cordes s’accompagne avec ses ombres (1916), Son accent a ensuite changé au surréalisme et le dadaïsme. Avec Duchamp et Francis Picabia, Man Ray est devenu la figure de proue dans le mouvement Dada. En 1913, Man Ray a rencontré sa première femme, la poétesse belge Adon Lacroix (Donna Lecoeur), à New York. Ils se sont mariés en 1914, séparés en 1919, et a officiellement divorcé en 1937.
  7. 7. *Le mouvement dada a été crée par un groupe de jeunes intellectuels révoltés par la guerre à laquelle certains d'entre eux ont participé : le peintre et sculpteur franco-américain Marcel Duchamp, le photographe et réalisateur Man Ray, le peintre et sculpteur allemand Max Ernst et d’autres... Ils se réunissent dans des cafés, publient des revues pour exprimer leurs idées et surtout choisissent l'humour et la dérision pour s'opposer aux conventions sociales et apporter un peu de légèreté à cette époque d'après- guerre. Ils sont contre la bourgeoisie, la religion, l'art traditionnel et la justice - qu'ils ne trouvent pas juste. Ils réalisent toutes sortes d'oeuvres étranges qui inspireront plus tard les surréalistes : des collages, des récupérations, des photomontages, des peintures au pistolet (des « aérographes ») et des petits films d'avant-garde. Ils élèvent des objets achetés dans des magasins au rang d'oeuvres d'art (qu'ils appellent des «Ready-Made») et inventent des objets absurdes comme un fer à repasser dont la semelle est garnie de clous acérés (Man Ray)!
  8. 8. C’est à New York, en visitant la Galerie 291 d’Alfred Stieglitz, que Man Ray découvrit la photographie. Lui qui était alors peintre adopta progressivement ce nouveau médium à partir de 1915 jusqu’à en faire son principal mode de création, allant même jusqu’à détruire ses peintures. Sa rencontre décisive avec Marcel Duchamp le décida à quitter les États-Unis en 1921 pour s’installer à Paris où il vécut jusqu’en 1940. Dès son arrivée, Duchamp lui présenta les membres du groupe Dada et notamment André Breton qui diffusa bientôt les créations photographiques du jeune américain. Les fréquentations de Man Ray lui permirent rapidement de devenir le portraitiste des intellectuels et des artistes les plus influents de l’époque. Duchamp et Man Ray Arriere:Man Ray, Jean Arp, Yves Tanguy and André Breton. Devant: Tristan Tzara, Salvador Dalí, Paul Éluard, Max Ernst and Rene Crevel. (Photo par Man Ray, 1930.)
  9. 9. Bien que réalisées entièrement à la peinture à l'huile, ce travail est né de ses nombreuses expériences de collage. Sa composition originale a été inspirée par la vue d'un funambule dans une performance vaudeville. Par le retour a son studio, Man Ray coupe du papier de couleur dans des formes ressemblant à sa mémoire des mouvements acrobatiques du danseur mais, mécontents de ce qu'il avait fait, il a jeté les morceaux sur le sol. Baissant les yeux, il a remarqué que par hasard, ils avaient formé un motif abstrait. En comparant le modèle accidentel avec des ombres qu'un danseur aurait jeté, il a incorporé dans sa composition. Le danseur est présenté en gris et blanc au sommet de la toile, ses jambes et jupe flottant montré dans diverses positions simultanément. De même, Man Ray représente la corde raide six façons; chaque ligne balancer hors de ses pieds au sommet des grands plans de couleurs, qui représentent les «ombres» exprimés par sa silhouette.
  10. 10. Grâce à son inventivité et son audace, il connut le succès et enchaîna les commandes, travaillant notamment pour d’importants magazines de mode (Vogue, Vanity Fair). Il réalisa également des films expérimentaux (Le retour à la raison, 1923). Mais son succès lui vint principalement des innovations qu’il apporta à la pratique de la photographie. Influencé par l’esprit Dada puis par le Surréalisme, il popularisa l’usage du photogramme (auquel il donna le nom de « rayographie »), réalisant des compositions assimilables à des ready-made ou des collages modernistes. Il sut également tirer profit des possibilités graphiques de la surimpression qui lui permettait d’associer des éléments distincts et d’en modifier ainsi le sens premier. Enfin, il fit d’un accident de laboratoire – la solarisation – un nouveau mode d’expression photographique.
  11. 11. Peu après son arrivée à Paris, il rencontra et tomba en amour avec Kiki de Montparnasse (Alice Prin),le modèle d'artistes. Kiki était la compagne de Man Ray pour la plupart des années 1920. Elle est devenue le sujet de certains de ses plus célèbres images photographiques et joué dans ses films expérimentaux, Le retour à la Raison et de L'Étoile de mer.
  12. 12. Kiki de Montparnasse finit par accepter de se faire photographier qui pour elle, n’était qu’une vulgaire reproduction de la réalité alors que la peinture demandait beaucoup plus de travail à l’artiste selon elle Cette photographie représente une femme, de dos, apparemment assise sur un bord de lit avec une couverture au niveau de son bassin. Ni ses bras ni ses jambes sont visible, son visage est de trois quarts vers la gauche, laissant ainsi voir une boucle d’oreille et une toute petite partie de son visage. Cette photo célèbre s’appelle le « Violon d’Ingres », car des ouïes de violon ont été rajouté à l’encre de chine après sur le dos de la femme. Je trouve cette photo assez mystérieuse, presque aucun arrière plan, la femme est très clair et lumineuse mais on ne perçoit très peu de choses. Cette composition est une sorte de charade visuelle : la pose du modèle fait écho à la célèbre toile d’Ingres tandis que les formes de la femme font référence à celles d’un violon. Enfin, Le violon d’Ingres est également, d’une certaine manière, un manifeste stylistique pour Man Ray qui parodie ici, avec humour et ironie, l’œuvre d’un peintre aux conceptions artistiques à l’opposé de celles du Surréalisme naissant ou des provocations Dada. Kiki de Montparnasse vue par Man Ray: une Bourguignonne élevée à la dure, qui est devenue l’égérie du Paris des arts.«le violon d’ingres», 1924
  13. 13. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il retourne aux Etats-Unis où il a rencontré Juliet Browner, une première génération de la lignée américaine roumain-juive. Elle était une danseuse de formation, et le modèle d'artistes expérimentés. Les deux mariés en 1946 à un double mariage avec leurs amis Max Ernst et Dorothea Tanning. Puis il revient à Paris en 1951 où il parfait une belle carrière, jusqu'à sa mort à quatre-vingt- six ans le 18 novembre 1976. On peut lire sur sa tombe son épitaphe : "Unconcerned, but not indifferent" ("Détaché, mais pas indifférent"). Man Ray fut un artiste aux talents divers qui connut moins la renommée pour ses peintures conventionnelles que pour ses photographies de mode et ses portraits avant-gardistes, ses "ready mades" et ses assemblages expressifs dans lesquels il utilise des matériaux du quotidien. Il demeure l'un des artistes les plus importants de l'avant- garde américaine. Man Ray,Juliet Brown,Max Ernest et Dorothea Tanning.
  14. 14. L’Enigme d’Isidore Ducasse 1920 Cette photo s'appelle aussi le "Rébus" ou encore "Objet inconnu enveloppé dans une étoffe". L'influence et l'aide de Marcel Duchamp sont évidentes dans cet objet Dada, dans lequel une machine à coudre est enveloppé par une couverture de l'armée, et attaché avec une ficelle. Le titre provient de poète français Isidore Ducasse et l'imagerie vient d'une citation dans son livre Les Chants de Maldoror : «Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection, d'une machine à coudre et d'un parapluie ».
  15. 15. Le Cadeau (The Gift) (1921) Cette pièce a été faite dans l'après-midi le jour de l'ouverture de Man Ray première exposition solo à Paris. Il a été conçu comme un «cadeau» à la propriétaire de la galerie, le poète Philippe Soupault, et Ray a ajouté à l'exposition à la dernière minute. Mais l'objet a reçu beaucoup attention et a disparu à la fin de l'ouverture. Un autre readymade assistée, Ray a pris un objet utilitaire simple, un fer à repasser, et en a fait évoquer des qualités différentes par fixer les punaises. Par conséquent, les punaises, qui accrochent et détenir, contrastent avec le fer, qui est destiné à glisser en douceur, et les deux sont rendu inutile.
  16. 16. Ceci est l'un des premiers Rayogrammes de Man Ray, un processus par lequel les objets sont fixées directement sur un papier photosensible, puis exposé à la lumière. Pour créer ce photo en particulier, il a transféré la silhouette d'une paire de mains sur papier photographique, puis répété la procédure avec une paire de têtes (la sienne et qui était alors son amant, Kiki de Montparnasse). Il utilise des objets inanimés ainsi que son propre corps pour créer ses images antérieures, et les images ont parfois une qualité autobiographique, avec plusieurs de ses photographies dépeignant ses amants. Rayographie (Le Baiser)
  17. 17. Objet Indestructible (ou objet à détruire) Man Ray recréé ce travail plusieurs fois après avoir fait l'original. La pièce a d'abord été conçu comme un témoin silencieux dans le studio de Ray - le regarder peindre. Dans la deuxième version, qui a été publié dans la revue d'avant-garde de ce trimestre, en 1932, Ray substitué l'oeil de Lee Miller, son ancien amant, après qu'elle l'a quitté et a épousé un homme d'affaires égyptien. Il voulait attaquer Miller par sa rupture dans ses œuvres que sa fonction, et donc cette deuxième version, appelée Object of Destruction, a été accompagné par les instructions suivantes: "Couper l'œil d'une photographie de celui qui a été aimé mais on le voit plus. Fixez l'œil à la pendule d'un métronome et de réglementer le poids en fonction de la cadence souhaitée. Continuez à la limite de l'endurance. Avec un marteau bien vise, tenter de détruire l'ensemble d'un seul coup. " Lors d'une exposition en 1957, un groupe d'étudiants a suivi les instructions et détruit l'objet. Il a ensuite été reconstruit et transformé en multiples en utilisant l'argent de Man Ray a reçu de l'assurance. Il renomma le travail objet Indestructible.
  18. 18. Noire et Blanche (Black and White) Cette photographie de la tête de Kiki de Montparnasse à côté d'un masque de cérémonie africaine porte un titre qui fait référence à la fois le processus en noir et blanc de la photographie ainsi que la couleur de la peau. Il a été créé à une époque où l'art et la culture africaine était en vogue. Les visages ovales des deux regardent presque identiques dans leurs expressions sereines, mais il oppose son visage pâle douce avec le masque noir brillant. Il simplifie le conflit de la société dans un problème de l'éclairage et de l'imagerie dans l'esthétique - un ovale à côté d'un autre ovale; une pose sur son côté contraste avec un autre qui est en érection; une éclairé par le haut et l'autre par le côté.
  19. 19. Les Larmes (Glass tears) Cette photo démontre l'intérêt de Man Ray dans le récit cinématographique. Les yeux du modèle et les cils de mascara revêtus sont à la recherche vers le haut, en invoquant les téléspectateurs à se demander où elle est à la recherche et ce qui est la source de sa détresse. La pièce a été créée peu après la rupture de l'artiste avec son assistant et amant, Lee Miller
  20. 20. l'Heure de l'Observatoire: les Amoureux C’est l’une des peintures les plus mémorables de Man Ray, cette photo en noir et blanc, avec un nu. Il comprend une description des lèvres de son amant disparu, Lee Miller, flottant dans le ciel au-dessus de l'Observatoire de Paris. Sur la photo, le nu est couché sur son côté sur un canapé en dessous de la peinture, avec un échiquier à ses pieds. Observatoire Temps allusion à ce que la femme pourrait être rêver: un cauchemar ou un fantasme érotique. Les lèvres de l'image étaient une source d'inspiration pour le logo de The Rocky Horror Picture Show, et bien d'autres images iconiques de la culture pop.
  21. 21. MERCI POUR VOTRE ATTENTION 

×