1 
Le langage de l’analyse 
de pratiques 
Définitions 
Donner une définition exhaustive de l’analyse de pratiques serait s...
Le langage de l’analyse de pratiques 
b) Un sujet analysant. Ce concept d’analysant, emprunté à la psycha-nalyse, 
pose le...
21 
Attention management ! 
sons simplement que le coaching est une forme de l’analyse de pratiques, 
comme il en existe b...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Attention Management - Extrait - Le language de l'analyse de pratiques

154 vues

Publié le

Extrait page 19 à 21 du Livre Attention Management de Denis Bismuth, paru chez Colligence. L'analyse de pratiques comme outil pour consolider l'attention du manager et développer l'intelligence collective

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
154
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Attention Management - Extrait - Le language de l'analyse de pratiques

  1. 1. 1 Le langage de l’analyse de pratiques Définitions Donner une définition exhaustive de l’analyse de pratiques serait sans doute un peu prétentieux. On peut toutefois poser quelques jalons de com-préhension qui permettront au lecteur de comprendre ma posture. L’analyse de pratiques porte sur une situation d’interaction donnée entre deux instances en relation avec un objet : a) Une instance accompagnante, qui peut être un individu comme en coa-ching individuel (le coach), ou un groupe piloté par un accompagnant, comme dans le cas de l’analyse de pratiques. Cette personne peut être ap-pelée coach, facilitateur, accompagnant, médiateur ou analyste. Le terme le plus précis est peut-être praxianalyste. Mais il va sûrement falloir du temps avant que ce concept trouve sa place dans le langage du métier. L’instance accompagnante (coach ou groupe), par une méthode ou une autre, a pour mission d’offrir à l’analysant (voir ci-dessous) un espace pro-tégé d’introspection, une méthode structurée qui lui permettra de prendre la représentation qu’il se fait de son vécu d’expérience comme objet de travail, pour construire des significations, des connaissances et donner du sens à son vécu. Nous l’appellerons, dans ce livre, l’accompagnant. 19
  2. 2. Le langage de l’analyse de pratiques b) Un sujet analysant. Ce concept d’analysant, emprunté à la psycha-nalyse, pose le sujet comme acteur principal du travail d’analyse. Cela le pose comme seul légitime pour agir sur ses propres représentations même si c’est sous l’influence d’un tiers. Un tiers qui n’a pas à savoir à la place de l’analysant. C’est à lui-même que le sujet se confronte même si c’est dans la relation avec un autre. L’accompagnant aura comme mis-sion d’offrir à l’analysant un espace protégé d’introspection, une mé-thode structurée, qui lui permettront de prendre la représentation qu’il se fait de son vécu d’expérience comme objet de travail, pour construire des significations, des connaissances et donner sens à son vécu. Nous l’appellerons le sujet. c) Un objet d’analyse. C’est le vécu d’expérience de l’analysant ou plus exactement, la représentation que l’analysant se fait de son vécu d’ex-périence : sa pratique. On pourra noter que l’objet du travail est en même temps l’objet à transformer. Nous verrons un peu plus loin en quoi cette question de l’objet est complexe. On comprendra aisément que ce que l’on appelle communément le coaching répond à cette même tentative de définition de l’analyse de pratiques. En effet, dans une démarche de coaching, l’objet du travail est bien la pratique du client, c’est-à-dire le discours qu’il a sur son activité. Di- 20
  3. 3. 21 Attention management ! sons simplement que le coaching est une forme de l’analyse de pratiques, comme il en existe bien d’autres. Elles se distinguent par leur intention (leur projet) et leur méthodologie : développer les personnes, professionna-liser, développer la coopération, résoudre des problèmes ensemble… Dans cet ouvrage, nous traiterons l’analyse de pratiques en groupe, essen-tiellement du point de vue d’une modalité, les groupes de coprofessionna-lisation, dans lesquels j’ai quinze années de pratique, ce qui m’a permis d’accumuler une grande quantité de matière et d’expériences à partager. Les invariants de l’analyse de pratiques D’une pratique à l’autre, des similitudes et des récurrences se révèlent et nous permettent de dire que nous sommes bien dans le champ de l’ana-lyse de pratiques. Le travail de repérage des invariants qui suit n’a pas de prétention d’exhaustivité, mais il permet de mieux cerner les contours de cette discipline : Le sujet est l’acteur de la transformation. Plus que d’apprenant, je par-lerai d’analysant. En effet, en analyse de pratiques, l’essentiel de l’activité repose sur le travail de compréhension que chaque participant peut faire des situations professionnelles qu’il vit en prenant sa pratique pour objet d’analyse. La pratique est définie comme le discours que l’acteur a sur son activité. En effet, comme le dit J.M. Barbier, la pratique n’est pas ce que fait la personne mais ce qu’elle dit de ce qu’elle fait (Barbier 2000). Les travaux de psychologie du travail(3), tout comme les activités d’ingénierie péda-gogique sur la modélisation de l’excellence, montrent bien qu’il y a une réelle différence entre ce que fait l’acteur, la représentation qu’il en a et le discours immédiat qu’il tient sur son activité. 3 Je me réfère essentiellement à la pensée d’Yves Clot, qui est une des principales références théoriques de cet ouvrage.

×