1950 brassens - pour me rendre à mon bureau

621 vues

Publié le

Chanson peu connue, mais curieuse...

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
621
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1950 brassens - pour me rendre à mon bureau

  1. 1. 1943 – L' Occupation1943 – L' Occupation
  2. 2. Pour me rendre à mon bureau, j'avais acheté une autoPour me rendre à mon bureau, j'avais acheté une auto Une jolie traction avant qui filait comme le vent.Une jolie traction avant qui filait comme le vent. C'était en Juillet 39, je me gonflais comme un bœufC'était en Juillet 39, je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois d'avoir une voiture à moi.Dans ma fierté de bourgeois d'avoir une voiture à moi.
  3. 3. Mais vint septembre, et je pars pour la guerre.Mais vint septembre, et je pars pour la guerre. Huit mois plus tard, en revenant :Huit mois plus tard, en revenant : Réquisition de ma onze chevaux légèreRéquisition de ma onze chevaux légère "Nein verboten" provisoirement."Nein verboten" provisoirement.
  4. 4. Pour me rendre à mon bureau alors j'achète une motoPour me rendre à mon bureau alors j'achète une moto Un joli vélomoteur faisant du quarante à l'heure.Un joli vélomoteur faisant du quarante à l'heure. A cheval sur mon teuf-teuf je me gonflais comme un bœufA cheval sur mon teuf-teuf je me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi.Dans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi.
  5. 5. Elle ne consommait presque pas d'essenceElle ne consommait presque pas d'essence Mais presque pas, c'est encore trop.Mais presque pas, c'est encore trop. Voilà qu'on me retire ma licenceVoilà qu'on me retire ma licence J'ai dû revendre ma moto.J'ai dû revendre ma moto.
  6. 6. Pour me rendre à mon bureauPour me rendre à mon bureau alors j'achète un véloalors j'achète un vélo Un très joli tout nickeléUn très joli tout nickelé avec une chaîne et deux clefs.avec une chaîne et deux clefs. Monté sur des pneus tout neufsMonté sur des pneus tout neufs je me gonflais comme un bœufje me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeoisDans ma fierté de bourgeois d'avoir un vélo à moi.d'avoir un vélo à moi.
  7. 7. J'en ai eu coup sur coup une douzaineJ'en ai eu coup sur coup une douzaine On me les volait périodiquement.On me les volait périodiquement. Comme chacun d'eux valait le prix d'une CitroënComme chacun d'eux valait le prix d'une Citroën Je fus ruiné très rapidement.Je fus ruiné très rapidement.
  8. 8. Pour me rendre à mon bureauPour me rendre à mon bureau alors j'ai pris le métroalors j'ai pris le métro Ça ne coûte pas très cherÇa ne coûte pas très cher et il y fait chaud l'hiver.et il y fait chaud l'hiver. Alma, Iéna et MarbœufAlma, Iéna et Marbœuf je me gonflais comme un bœufje me gonflais comme un bœuf Dans ma fierté de bourgeois deDans ma fierté de bourgeois de rentrer si vite chez moi.rentrer si vite chez moi.
  9. 9. Hélas par économie de lumièreHélas par économie de lumière On a fermé bien des stations.On a fermé bien des stations. Et puis ce fut, ce fut la ligne tout entièreEt puis ce fut, ce fut la ligne tout entière Qu'on supprima sans rémission.Qu'on supprima sans rémission.
  10. 10. Pour me rendre à mon bureau j'ai mis deux bons godillotsPour me rendre à mon bureau j'ai mis deux bons godillots Et j'ai fait quatre fois par jour le trajet à pied aller-retour.Et j'ai fait quatre fois par jour le trajet à pied aller-retour. Les Tuileries, le Pont Neuf je me gonflais comme un bœuf,Les Tuileries, le Pont Neuf je me gonflais comme un bœuf, Fier de souffrir de mes cors pour un si joli décor.Fier de souffrir de mes cors pour un si joli décor.
  11. 11. Hélas, bientôt, je n'aurai plus de godasses,Hélas, bientôt, je n'aurai plus de godasses, Le cordonnier ne ressemelle plus.Le cordonnier ne ressemelle plus. Mais en homme prudent et perspicaceMais en homme prudent et perspicace Pour l'avenir j'ai tout prévu.Pour l'avenir j'ai tout prévu.
  12. 12. Je vais apprendre demain à me tenir sur les mainsJe vais apprendre demain à me tenir sur les mains J'irai pas très vite bien sûr mais je n'userai plus de chaussures.J'irai pas très vite bien sûr mais je n'userai plus de chaussures. Je verrai le monde de bas en haut c'est peut-être plus rigolo.Je verrai le monde de bas en haut c'est peut-être plus rigolo. J'y perdrai rien par surcroît:J'y perdrai rien par surcroît: Il est pas drôle à l'endroit.Il est pas drôle à l'endroit.
  13. 13. Paroles et Musique : Jean BOYER – Interprète : Georges BRASSENSParoles et Musique : Jean BOYER – Interprète : Georges BRASSENS Conception et réalisation : Jean-Paul BOULAND – APSECC 2013Conception et réalisation : Jean-Paul BOULAND – APSECC 2013

×