1   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Les aspects politiques et
économiques du mix
énergétique polonais
 
 
Master Économie d...
2   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
 
 
 
 
 
 
« Je m’intéresse à l’avenir parce que c’est là que je vais passer le rest...
3   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Table de matières 
 
Table de matières ...................................................
4   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
II. 1. Les fondements d’analyse pris en compte dans le rapport ...........................
5   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Remerciements 
 
Je  souhaite  adresser  mes  remerciements  à  Monsieur  Olivier  Orsi...
6   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Introduction 
 
La possibilité d’effectuer le stage de fin d’études dans l’entreprise E...
7   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Polonaise  2030  votée  en  2009  devrait  être  actualisée  après  4  ans.  Les  insti...
8   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Ière Partie – La Politique énergétique polonaise 
 
Depuis de nombreuses années, le suj...
9   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Figure 1 ‐ L’intensité énergétique de l’économie 2005‐2012 (selon les ARE) – Source :...
10   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
du  Ministre  de  l’Économie.  La  nouvelle  politique  énergétique  est  actuellement...
11   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
‐ Le 28 décembre 2011 – le Règlement (UE) n°1227/2011 du 25 octobre 2011 concernant 
l...
12   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
La production 2011 [GWh] 2012 [GWh] 2013 [GWh] la production en 2013 [%]
La production...
13   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Le  prix  moyen  annuel  d’électricité  a  diminué  significativement  en  2013  passa...
14   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
spécificité de cette branche, car la chaleur est en général envoyée sous la forme d'ea...
15   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
La production de carburants est principalement dominée par deux raffineries PKN Orlen ...
16   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
     La société  L’abrégé Le nombre des mines Le statut 
Kompania Weglowa S.A.  KW 1...
17   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
les coûts de production importants, l’augmentation de la part de charbon noire importé...
18   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
l’Union  européenne  après  l’Allemagne  (185  Mt)  et  en  septième  place  dans  au ...
19   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Figure 16 ‐ La structure d’énergie primaire en Pologne – Source : ARE 2013 
La  deux...
20   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Figure 18 ‐ La production d'électricité en 2012 – Source : Le bilan de la PEP 2030 
...
21   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
polonaise  et  ce,  pendant  encore  longtemps.  Notons  que  le  charbon  aussi  est ...
22   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
connues s’élèvent à 111,06 Md m3
 dont 62,18 Md m3
 sont les réserves récupérables ave...
23   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
27 entreprises  polonaises  et  étrangères  (Annexe  5)  pour  la  recherche  du  gaz ...
24   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
B. Le développement du secteur de la chaleur 
Comme nous l’avons déjà signalé, le sect...
25   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Figure 21 ‐ Les interconnexions électriques internationales –  Source : PSE‐KSE 
 
L...
26   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Figure 22 ‐ Le plan du réseau électrique en Pologne –  Source : PSE‐KSE 
 
En analys...
27   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Zaglebie  Weglowe  (DZW)  (Figure  10).  L’exploitation  du  charbon  noir  a  actuell...
28   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
En analysant le coût moyen annuel de la production de charbon noir en Pologne et le 
p...
29   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Belchatow qui pourrait prolonger la production jusqu’à 2055 ou le projet de PGE GiEK a...
30   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
Bronislaw  Komorowski  a  signé  la  loi  modifiant  et  actualisant  La  loi  de  la ...
31   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Figure 27 ‐ Le fonctionnement de la capacité existante de production 2011 ‐ 2050, GW...
32   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Centrales  2015 2015‐20 2020‐25 2025‐30  2030‐35 
Le lignite (centrales électriques)...
33   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
 
Figure 29 ‐ La doctrine de la politique énergétique polonaise actuelle et future – S...
34   
 
Master EDDEE – Stage EDF 
 
III. 2. Le résultat de la situation énergétique actuelle en Pologne  
 
La  situation ...
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais

599 vues

Publié le

Le rapport de Stage de fin d'études dans l’entreprise EDF SA, premier producteur et fournisseur d'électricité en France, au sein du Département Grands Projets et plus précisément dans l’équipe s’occupant du projet de la première centrale nucléaire en Pologne

Le processus de transformation politique de la Pologne a commencé en juin 1989, avec les premières élections libres organisées depuis la Seconde Guerre mondiale. Malgré une évolution significative de la conjoncture politique, économique et sociétale de la Pologne, avec entres autres, son intégration dans les instances internationales telles que l’OTAN, le 8 juillet 1997, et l’adhésion de cette dernière à l'Union européenne le 1er mai 2004, force est de constater que ce processus de transition n’est toujours pas achevé en particulier dans le domaine de l’énergie. Ainsi, la Pologne doit aujourd’hui faire face à de nouveaux défis.
La Pologne produit environ 88% de l’énergie électrique à la base de charbon, dont 54% à base de charbon noir et 34% à base de lignite. Le système énergétique actuel est dominé par les centrales électriques ayant environ 30 ans et la plupart des centrales en fonction aujourd'hui disparaîtront dans les années 2030-2040. Le secteur de l’énergie polonais attend donc une profonde modernisation.
C’est la raison pour laquelle, les choix politiques et économiques concernant la sécurité énergétique polonaise devront être pris rapidement pour éviter une perte de capacité et des pannes de courant à larges échelles plus connues sous le nom de blackouts.

Depuis 2009 , le document officiel – la Politique Énergétique Polonaise 2030 – concernant la politique et la stratégie à mettre en œuvre laisse entendre la possibilité pour la Pologne de se lancer dans la préparation et la construction de la première centrale nucléaire. Cette volonté a été confirmée récemment par l’adoption, le 28 janvier 2014, du programme d’énergie nucléaire en Pologne – PPEJ – le premier document complet relatif à l'énergie nucléaire en Pologne. Par ailleurs, l’histoire du projet de la centrale nucléaire à Żarnowiec dans les années 80 montre que l’État polonais n’est jamais resté indifférent à la technologie nucléaire. De plus, les réalisations et les participations des Polonais comme Maria Curie-Sklodowska ou Kazimierz Piotr Zaleski, mais aussi beaucoup d’autres dans le développement de la technologie nucléaire à l'échelle mondiale prouvent un engagement certain pour cette puissante technologie.

Le travail qui m’a été confié durant mon stage a consisté essentiellement en l’analyse du programme d’énergie nucléaire en Pologne, les différentes études et rapports, mais aussi l’étude sur le nouveau mix énergétique polonais. La problématique du rapport se précise dans le sujet du rapport-mémoire - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
599
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
21
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mateusz Piotr Sikora - Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais

  1. 1. 1      Master EDDEE – Stage EDF    Les aspects politiques et économiques du mix énergétique polonais     Master Économie du Développement Durable, de  l’Énvironnement et de l’Énergie – stage final    Mateusz Piotr Sikora ‐ 22 octobre 2014  (mateusz.sikora@hotmail.com)        La centrale nucléaire de Saint‐Alban     
  2. 2. 2      Master EDDEE – Stage EDF                  « Je m’intéresse à l’avenir parce que c’est là que je vais passer le reste de ma vie »   Charles F. Kettering                                                                            À mes parents 
  3. 3. 3      Master EDDEE – Stage EDF    Table de matières    Table de matières ............................................................................................................... 3  Remerciements ................................................................................................................... 5  Introduction ........................................................................................................................ 6  Ière Partie – La Politique énergétique polonaise ................................................................. 8  I. Le secteur énergétique actuel en Pologne ....................................................................................... 8  I. 1. Le bilan de conditions socio‐économiques actuelles. .............................................................. 8  I. 2. La politique énergétique de la Pologne .................................................................................... 9  I. 3. Le secteur d’énergie en Pologne au sens large ...................................................................... 11  I. 4. Le mix énergétique actuel en Pologne ................................................................................... 18  II. Les perspectives du secteur de l'énergie polonaise ...................................................................... 21  II. 1. Les caractéristiques pour le développement du secteur de l'énergie .................................. 21  II. 2. Le plan de liquidation des anciennes centrales d'électricité et les projets de la nouvelle  capacité ......................................................................................................................................... 29  III. Le bilan de la situation et les conclusions sur le secteur énergétique actuel .............................. 32  III. 1. Les priorités de la politique énergétique polonaise (selon le Ministère de l’Économie) ..... 32  III. 2. Le résultat de la situation énergétique actuelle en Pologne ................................................ 34  IIe Partie – La technologie nucléaire ................................................................................. 35  I. L’électronucléaire aujourd’hui ....................................................................................................... 35  I. 1. L’état actuel ‐ L'industrie mondiale de la construction nucléaire .......................................... 35  I. 2. Les projets ‐ Nuclear power plants (NPP) – dans le monde ................................................... 36  II. L'essentiel sur les réacteurs nucléaires ......................................................................................... 40  II. 1. Les réacteurs nucléaires ........................................................................................................ 41  II. 2. EPR ‐ Les aspects techniques de la sûreté et la protection de l’environnement renforcée . 43  IIIe Partie – Le choix de la solution optimale du mix énergétique polonais à l’horizon 2030  (perspective 2050) ............................................................................................................ 45  I. Les circonstances pour le développement du secteur de l'énergie ............................................... 45  I. 1. Le contexte de prévisions ....................................................................................................... 45  I. 2. Les perspectives énergétiques du secteur énergétique en Pologne ...................................... 46  I. 3. Les technologies prises en compte dans le rapport ............................................................... 52  I. 4. La taille et la structure de la demande d'énergie primaire, finale et électrique .................... 53  I. 5. La puissance installée ............................................................................................................. 56  II. Les scénarios pour le développement du secteur de l'énergie ..................................................... 57 
  4. 4. 4      Master EDDEE – Stage EDF    II. 1. Les fondements d’analyse pris en compte dans le rapport .................................................. 57  II. 2. Les scénarios possibles de la nouvelle politique énergétique polonaise .............................. 59  III. 3. Les aspects économiques ..................................................................................................... 64  Conclusions de la politique de l'énergie polonaise ............................................................ 67  Bibliographie .................................................................................................................... 69  Annexes ............................................................................................................................ 72  Table des illustrations ....................................................................................................... 88  Les abréviations ................................................................................................................ 90                                                                         
  5. 5. 5      Master EDDEE – Stage EDF    Remerciements    Je  souhaite  adresser  mes  remerciements  à  Monsieur  Olivier  Orsini,  Monsieur  Jacques  Sacreste, Madame Nathalie Beauzemont et à l’ensemble de l’équipe du Département Grands  Projets pour leurs conseils pertinents et leur aide tout au long de mon rapport, à Monsieur  Éric ROYER, coordinateur du rapport final, à Madame Jeanne DAVY à Madame Claude Thirault  pour  leur  soutien  continu,  à  Monsieur  Éric  ROYER  et  Frédéric  Lantz,  en  leur  qualité  de  responsable  du  Master  EDDEE‐INSTN,  et  enfin  à  l’ensemble  de  nos  professeurs  du  centre  INSTN et du centre IFP School.    Je souhaite adresser mes remerciements à Monsieur Jacques Sacreste et à Madame Nathalie  Beauzemont pour cette grande opportunité qui m’a été donné de faire mon stage dans le  Département Grands Projets – EDF France.     Je  souhaite  adresser  mes  remerciements  aussi  à  Monsieur  Andrzej  Sikora,  le  Président  de  l'Institut ISE pour ses conseils pertinents tout au long de mon rapport.                                                                 
  6. 6. 6      Master EDDEE – Stage EDF    Introduction    La possibilité d’effectuer le stage de fin d’études dans l’entreprise EDF SA, premier  producteur et fournisseur d'électricité en France, au sein du Département Grands Projets et  plus  précisément  dans  l’équipe  s’occupant  du  projet  de  la  première  centrale  nucléaire  en  Pologne, est devenu une opportunité exceptionnelle pour consacrer ce rapport‐mémoire sur  le nouveau mix énergétique polonais.  Le  processus  de  transformation  politique  de  la  Pologne  a  commencé  en  juin  1989,  avec  les  premières  élections  libres  organisées  depuis  la  Seconde  Guerre  mondiale.  Malgré  une évolution significative de la conjoncture politique, économique et sociétale de la Pologne,  avec entres autres, son intégration dans les instances internationales telles que l’OTAN, le  8 juillet 1997, et l’adhésion de cette dernière à l'Union européenne le 1er mai 2004, force est  de constater que ce processus de transition n’est toujours pas achevé en particulier dans le  domaine de l’énergie. Ainsi, la Pologne doit aujourd’hui faire face à de nouveaux défis.  La Pologne produit environ 88% de l’énergie électrique à la base de charbon, dont 54% à base  de charbon noir et 34% à base de lignite. Le système énergétique actuel est dominé par les  centrales électriques ayant environ 30 ans et la plupart des centrales en fonction aujourd'hui  disparaîtront dans les années 2030‐2040. Le secteur de l’énergie polonais attend donc une  profonde modernisation.   C’est  la  raison  pour  laquelle,  les  choix  politiques  et  économiques  concernant  la  sécurité  énergétique polonaise devront être pris rapidement pour éviter une perte de capacité et des  pannes de courant à larges échelles plus connues sous le nom de blackouts.       Depuis  20091 ,  le  document  officiel  –  la  Politique  Énergétique  Polonaise  2030  –  concernant la politique et la stratégie à mettre en œuvre laisse entendre la possibilité pour la  Pologne de se lancer dans la préparation et la construction de la première centrale nucléaire.  Cette volonté a été confirmée récemment par l’adoption, le 28 janvier 2014, du programme  d’énergie  nucléaire  en  Pologne  –  PPEJ  –  le  premier  document  complet  relatif  à  l'énergie  nucléaire en Pologne. Par ailleurs, l’histoire du projet de la centrale nucléaire à Żarnowiec  dans les années 80 montre que l’État polonais n’est jamais resté indifférent à la technologie  nucléaire.  De  plus,  les  réalisations  et  les  participations  des  Polonais  comme  Maria  Curie‐ Sklodowska2  ou Kazimierz Piotr Zaleski,3  mais aussi beaucoup d’autres dans le développement  de la technologie nucléaire à l'échelle mondiale prouvent un engagement certain pour cette  puissante technologie.  L’actuel  contexte  explique  donc  certainement  l’intérêt  d’EDF  pour  le  marché  polonais.  Le  Groupe EDF est y présent depuis 1993 et représente le plus grand investisseur étranger dans  la production d’électricité et de chaleur du pays. En effet, le Groupe y détient environ 10% de  part de marché de l'électricité et 15% de part de marché du chauffage urbain.    Le travail qui m’a été confié durant mon stage a consisté essentiellement en l’analyse  du programme d’énergie nucléaire en Pologne, les différentes études et rapports, mais aussi  l’étude sur le nouveau mix énergétique polonais. La problématique du rapport se précise dans  le  sujet  du  rapport‐mémoire  ‐  Les  aspects  politiques  et  économiques  du  mix  énergétique  polonais.  La complexité, la difficulté et l’importance du sujet se justifient par la situation actuelle de la  Pologne. Selon l’obligation juridique prévue par la Loi énergétique, la Politique Énergétique                                                               1  La Politique Énergétique Polonaise – 2030 a été voté le 10 novembre 2009 par le Conseil des Ministres  2  Marie Curie  3  Casimir Pierre Zaleski 
  7. 7. 7      Master EDDEE – Stage EDF    Polonaise  2030  votée  en  2009  devrait  être  actualisée  après  4  ans.  Les  institutions  responsables  de  la  stratégie  sont  en  retard  et  la  nouvelle  Politique  Énergétique  Polonaise  2050  est  toujours  en  cours  de  préparation.  Les  premiers  documents  dont  Le  bilan  de  la  Politique Énergétique Polonaise, Les hypothèses pour la Politique énergétique de la Pologne à  l’horizon  2050  et  Les  analyses  de  la  demande  de  carburant  et  d'énergie,  viennent  d’être  publiés comme servant de base à des consultations publiques. Cependant, le choix final du  mix énergétique optimal de la Pologne reste toujours à définir.    Après  la  longue  analyse  du  sujet  et  de  cette  problématique  spécifique,  le  présent  rapport  se  décompose  en  trois  grandes  parties.  Afin  de  bien  expliquer  la  situation  dans  laquelle  se  retrouve  aujourd’hui  la  Pologne,  nous  allons  analyser  tout  d’abord  la  Politique  énergétique  polonaise  actuelle  (I).  Par  ailleurs,  l’intérêt  du  projet  et  de  l’équipe  d’EDF  est  l’implantation de la première centrale nucléaire dans le futur mix. C’est la raison pour laquelle  le rapport essayera d’expliquer rapidement certains aspects de la technologie nucléaire (II).  Enfin, la dernière partie du rapport décrit le choix de la solution optimale du mix énergétique  polonais à l’horizon 2030 (avec la perspective 2050) (III).                                                       
  8. 8. 8      Master EDDEE – Stage EDF    Ière Partie – La Politique énergétique polonaise    Depuis de nombreuses années, le sujet concernant l’énergie, sa sécurité et son avenir,  est l’un des problèmes les plus importants à la fois pour la politique internationale, mais aussi  et surtout vis à vis de la politique intérieure. Nous ne pouvons pas discuter de l’avenir de  l’énergie  sans  l’analyser  le  présent  et  l’état  actuel  de  la  sécurité  énergétique  dans  les  différents secteurs de l’énergie polonaise, secteurs par ailleurs très diversifiés.     I. Le secteur énergétique actuel en Pologne     La Pologne est un grand pays européen possédant une dette étrangère de près de  mille  milliard  de  PLN4   (soit  le  double  d’il  y  a  dix  ans)5 .  Malgré  cet  obstacle,  l’économie  polonaise est aujourd’hui l’une des plus dynamiques d’Europe.    I. 1. Le bilan de conditions socio‐économiques actuelles.    En 2009, nous avons connu pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale  une  croissance  négative  du  PIB  dans  l’économie  mondiale  (‐0,5%).  En  2010,  l’économie  mondiale  a  profité  une  restauration  partielle  de  la  production  et  l’année  2012  a  été  caractérisée par un ralentissement continu de la croissance de la production dans l’économie  mondiale  (4,0  à  3,2%).  Dans  les  pays  économiquement  développés,  la  croissance  de  la  production n’était que de 1,2%6 .  La bonne période de l’économie polonaise a commencé en 2004 et s’est étendue jusqu'en  2008. Le point important déjà signalé était l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne. En  2009, la Pologne était le seul État membre de l’UE à afficher une croissance positive de son  PIB (+1,7%). La croissance a été soutenue en 2010 et 2011 (3,8% et 4,5%) puis a diminué en  2012  (à  seulement  1,9%  contre  2,5%  prévus  dans  la  loi  de  Finances).  Le  gouvernement  polonais a assoupli la consolidation budgétaire, avec un objectif de déficit relevé de 3% à 3,5%  du PIB en 2012 tout en révisant à la baisse sa prévision de croissance pour 2013 de 2,9% à  2,2%. Les actions du gouvernement ont toutefois porté leur fruit avec une croissance de 1,6%  en 2013 contre 1,1% prévue par la Commission européenne7 . Le projet de loi de finances  pour  2014  prévoyait  la  croissance  de  2,5%  et  selon  Eurostat  la  Pologne  enregistrerait  une  croissance de plus de 2 % du PIB en 2014.                                                               4  Złoty est l’unité monétaire de la Pologne  5  KASZTELEWICZ Zbigniew, « Doktryna energetyczna Polski na I połowę XXI wieku », AGH – Cracovie, août 2014.  6  Les chiffres cités dans Le bilan de la Politique Énergétique Polonaise – 2030) – version publié le 14 aout 2014  7  Les chiffres cités dans la Présentation de la Pologne ‐ http://www.diplomatie.gouv.fr 
  9. 9. 9      Master EDDEE – Stage EDF      Figure 1 ‐ L’intensité énergétique de l’économie 2005‐2012 (selon les ARE) – Source : Le bilan de la PEP 2030    Les  indexes  de  l’intensité  énergétique  de  l’économie  (comprise  comme  la  consommation finale d'énergie par rapport au PIB) et l’intensité électrique de l’économie (le  rapport  de  la  consommation  intérieure  d'électricité  au  PIB)  diminuent  depuis  2005.  Nous  voyons  une  petite  augmentation  de  l’intensité  électrique  de  l’économie  à  partir  de  2011.  Cependant, nous pouvons conclure que selon les deux index, nous avons besoin de moins  d’énergie pour produire une unité de PIB.       Figure 2 ‐ L’intensité électrique de l’économie 2005‐2012 (selon d’ARE) – Source : Le bilan de la PEP 2030    Le bilan de la population en Pologne dans les années 2009‐2012 s’élève à environ 38,5  millions de personnes. L’agence GUS (Bureau central des statistiques) estime qu'à la fin de  2013 années, la Pologne comptait 38,496 millions de personnes ce qui signifie que le taux de  croissance diminuait de ‐ 0,1%. Au niveau démographique, la Pologne se situe à la 33ème  place  mondiale et à la 6ème  dans l'Union européenne.   L’ensemble  des  personnes  en  âge  de  travailler  pendant  la  période  considérée  représente  environ 24,7 million de Polonais. Le taux de chômage a augmenté de 8,1% en 2009 à 10,1%  en 2012 et il est aujourd’hui d’environ 12% (juin 2014).    I. 2. La politique énergétique de la Pologne    A. La politique énergétique interne     La politique énergétique interne est comprise dans le document officiel – la Politique  Énergétique Polonaise 2030 votée en 2009. Cette stratégie relève toujours de la compétence  0 0,01 0,02 0,03 0,04 0,05 0,06 0,07 2005 2009 2010 2011 2012 toe/tys. zł 0 20 40 60 80 100 120 140 160 2005 2009 2010 2011 2012 kW/tys. zł
  10. 10. 10      Master EDDEE – Stage EDF    du  Ministre  de  l’Économie.  La  nouvelle  politique  énergétique  est  actuellement  en  préparation.  Il  est  intéressant  de  souligner  que  le  Ministère  ne  s’est  pas  limité  dans  sa  conception  au  ministère ou aux discussions interministérielles. L’élaboration a été enrichie par des groupes  de  travail  composés  d’une  cinquantaine  de  représentants  dont  des  universitaires,  des  entreprises et des experts indépendants. Le nouveau document est attendu fin de 20148  pour  qu’il puisse prendre en compte la nouvelle politique énergétique de l’UE.   Un autre document important s’inscrivant dans le concept de la politique énergétique interne  est le Programme d’activité des mines de charbon noir 2007‐2015 également voté en 2009.  La  nouvelle  stratégie  est  aussi  en  préparation.  Il  est  attendu  que  le  document  reste  en  cohérence avec la Politique Énergétique Polonaise.    En reprenant les documents cités, nous pouvons noter que les priorités de la politique  énergétique de la Pologne à horizon 2030 sont la diversification des sources d’énergie (gaz,  renouvelables,  nucléaire),  la  réduction  des  émissions  de  CO2  grâce  aux  technologies  de  charbon  propre,  dont  la  capture  et  le  stockage  du  carbone  (CCS)  et  l’amélioration  de  l’efficacité énergétique.    B. Le politique de l’UE    En faisant partie de l’Union européenne, la Pologne s’est engagée à participer à sa  construction et à son développement, mais aussi à respecter la politique établie par les vingt‐ huit États membres.     A) La politique énergétique de l’UE    L’article 194 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) dispose  que « dans le cadre de l’établissement ou du fonctionnement du marché intérieur et en tenant  compte de l'exigence de préserver et d'améliorer l'environnement, la politique de l’Union dans  le domaine de l'énergie vise, dans un esprit de solidarité entre les États membres ». Le marché  intérieur  est  absolument  indispensable  à  la  réalisation  des  objectifs  de  la  politique  énergétique de l'Union.  Durant le Conseil européen du 4 février 2011, les États membres se sont mis d’accord pour  achever le marché intérieur de l’électricité pour 2014.  Le  3  mars  2011,  le  3ème   Paquet  Energie  est  entré  en  vigueur  dans  l’UE  (composé  de  cinq  textes,  dont  deux  directives  présentés  en  Annexe  1).  Ce  corpus  de  textes  est  un  outil  lui  permettant de réaliser la politique énergétique de l’UE et de clôturer le long processus de  libéralisation progressive des marchés de l’énergie en Europe.   Durant la période de la PEP 2030, la Pologne a réussi à appliquer :  ‐ Le  25  juin  2009  –  la  Directive  n°2009/28/CE  du  23/04/09  relative  à  la  promotion  de  l'utilisation  de  l’énergie  produite  à  partir  de  sources  renouvelables  modifiant  puis  abrogeant les directives 2001/77/CE et 2003/30/CE;  ‐ Le 2 décembre 2010 – le Règlement (UE) n°994/2010 du 20 octobre 2010 concernant des  mesures visant à garantir la sécurité de l’approvisionnement en gaz naturel et abrogeant  la directive 2004/67/CE du Conseil;                                                                8  http://www.cire.pl/item,99223,1,0,0,0,0,0,koniec‐prac‐nad‐pep‐2050‐jeszcze‐w‐tym‐roku.html 
  11. 11. 11      Master EDDEE – Stage EDF    ‐ Le 28 décembre 2011 – le Règlement (UE) n°1227/2011 du 25 octobre 2011 concernant  l'intégrité  et  la  transparence  du  marché  de  gros  de  l’énergie  (Regulation  on  wholesale  energy market integrity and transparency – REMIT);   ‐ Le 4 décembre 2012 – la Directive 2012/27/UE du Parlement européen et du Conseil sur  l'efficacité énergétique.     B) La politique climatique UE    Le  23  janvier  2008,  la  Commission  européenne  a  proposé  plusieurs  objectifs  à  atteindre  dans  le  cadre  d’une  politique  climatique  globale.  Ce  Plan  climat‐énergie,  appelé  aussi « 3 X 20 », consistait à :   ‐ diminuer de 20 % les émissions de gaz à effet de serre,       ‐ réduire de 20 % la consommation d’énergie,       ‐ atteindre 20 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique d'ici à 2020 (auxquels  s’ajoutent les 10 % de biocarburants).  Le plan a été adopté en décembre 2008 et il a été publié dans le journal officiel le 5 juin 2009.  Le point clé de la politique climatique est surtout le système communautaire d’échange de  quotas d’émission connue comme EU ETS. Il s’agit d’un mécanisme de droits d’émissions de  CO2 instauré par l’Union européenne dans le cadre de la ratification par l'UE du protocole de  Kyoto.  Le  système  a  été  introduit  par  la  Directive  2003/87/CE  établissant  un  système  d’échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre9 . Le mécanisme EU ETS s’applique à  l'énergie, aux installations industrielles les plus polluantes et à l'aviation.     I. 3. Le secteur d’énergie en Pologne au sens large    A. Le secteur de l’électricité    Selon les informations de l’agence URE et PSE (Figure 3), la consommation d’électricité  en  2013  s’élève  à  157 980  GWh  soit  une  augmentation  d’environ  0,6%  par  rapport  2012.  Nous pouvons ainsi constater une relative stabilité de la consommation en Pologne durant les  dernières années. Cependant, la production d'électricité en 2013 (162 501 GWh) a, pour sa  part augmenté d’environ 1,7% par rapport 2012 soit une surproduction d’électricité sur la  consommation d’environ 4 521 GWh en 2013. Cette surproduction résulte principalement du  fait de la situation favorable dans le commerce extérieur d’électricité. Comme nous pouvons  voir, la majorité de l’électricité a été produite dans les centrales au charbon noir et au lignite.                                                                                      9  Le système a été modifié à plusieurs reprises, par les directives 2004/101/CE ; 2008/101/CE ; 2009/29/CE (s'intégrant au «  paquet climat‐énergie ») ; et le règlement CE no 219/2009. 
  12. 12. 12      Master EDDEE – Stage EDF    La production 2011 [GWh] 2012 [GWh] 2013 [GWh] la production en 2013 [%] La production d’électricité en total  163 153 159 853 162 501 100,00  Les centrales au charbon noir  90 813 84 493 84 566 52,04  Les centrales au lignite  53 623 55 593 56 959 35,05  Les centrales au gaz  4 355 4 485 3 149 1,94  Les centrales industrielles  9 000 8 991 9 171 5,64  L’hydroélectricité 2 529 2 265 2 762 1,70  ENR  2 833 4 026 5 895 3,63  Le solde de change  ‐5 243 ‐2 840 ‐ 4 521   La consommation d'électricité  157 910 157 013 157 980   Figure 3 ‐ La structure de la production d'électricité pendant la période 2011‐2013 [GWh] – Source: URE basé sur les  données de PSE    Selon les informations de l’agence URE et PSE (Figure 4), la capacité installée dans le  système KSE s’est élevée 38 406 MW en 2013 soit une augmentation de 360 MW (0,9%) par  rapport  2012.  La  demande  moyenne  s’est  élevée  21 884  MW  avec  une  pointe  de  consommation  électrique  de  24 761  MW.  En  ce  qui  concerne,  la  capacité  installée,  il  est  difficile de percevoir des changements importants dans le système.    La spécification   2012 [MW] 2013 [MW] Dynamique* [%]  La capacité totale installée 38 046 38 406 100,95  Les centrales au charbon noir 20 152 19 812 100,80  Les centrales au lignite 9 635 9 374 98,31  Les centrales au gaz  934 934 100,00  Les centrales industrielles 2 486 2 561 103,02  L’hydroélectricité  2 211 2 221 100,00  ENR  2 617 3 504 133,89  Figure 4 ‐ La structure de la capacité installée en Pologne – 31 décembre 2013 –  Source: URE basé sur les données de PSE  *2013/2012 où 2012 =100    Le nombre  et la structure des entités du secteur électrique depuis la consolidation  (commencée en 1990) n’a pas beaucoup changé. C’est également le cas pour l’année 2013  par rapport à l’année 2012, la plus grande part dans le secteur de la production d'électricité  est toujours le groupe PGE (39,3% en 2013 contre 40,5% en 2012) et sur le marché de la  vente aux consommateurs finaux, TAURON SA (13,6% en 2013) reste leader.       Figure 5 ‐ La part des groupes énergétiques dans la production d'électricité en 2013 – Source : URE   
  13. 13. 13      Master EDDEE – Stage EDF    Le  prix  moyen  annuel  d’électricité  a  diminué  significativement  en  2013  passant  à  181,55  PLN/MWh.  En  guise  de  comparaison  avec  les  années  précédentes,  le  prix  sur  le  marché concurrentiel de 2009 à 2012 était plutôt stable.     An  2009 2010 2011 2012 2013  Le prix moyen PLN/MWh 197,21 195,32 198 ,90 201,36 181,55  Figure 6 ‐ Le prix moyen annuel  d'électricité sur le marché concurrentiel [PLN / MWh] – Source : URE    B. Le secteur du gaz naturel (conventionnel)    Le second secteur important en Pologne est le secteur gazier. La consommation du  gaz naturel augmente systématiquement passant de 13,3 Md m3  en 2009 à 15,84 Md m3  en  2012. Selon le Ministre de l’Économie, la consommation annuelle de gaz naturel en Pologne  s'élève  aujourd’hui  à  près  de  16  Md  m3 .  Environ  78%  de  l'approvisionnement  provient  de  l'étranger, dont environ 9 Md m3  en vertu du contrat à long terme Yamal (la clause « take or  pay »)  avec  la  Fédération  de  Russie.  Le  contrat  a  été  signé  en  1996  entre  PGNiG  SA.  et  Gazprom Eksport. Les quantités restantes viennent de l'étranger et sont complétées par les  concessions  transfrontalières  avec  l’Allemagne  et  la  République  tchèque.  Le  bilan  est  complété par la production de gaz polonais, environ 5,4 Md m3  en 201310 .  Par ailleurs, il nous faut souligner que le système de transmission polonais a transféré  en réalité beaucoup plus de gaz que nous ne pouvons en voir dans le tableau – Figure 7. Il  s'agit d’un différentiel de 524,8 TWh de gaz transporté en transit par le gazoduc Yamal.  Il existe actuellement sept stockages de gaz naturel en Pologne, dont cinq dans les  gisements épuisés, et deux dans les cavités salines (la carte et les capacités dans Annexe 2).  La capacité totale est de 2,5 Md m3 . Selon les données du 27 août 2014, les stockages sont  remplis à 100%. 942 M m3  représentent des réserves dites obligatoires.  La  structure  des  entités  du  secteur  gazier  est  complètement  différente  de  celle  de  l’électricité. L'activité dans le commerce de gros du gaz naturel en Pologne, en termes de  ventes du gaz aux entités qui l’utilisent pour la revente, est dominée par la société PGNiG SA.  Les sociétés gazières en dehors de la PGNiG SA ont rapporté 8,3 TWh de gaz naturel, dont  56,3% venaient des achats de PGNiG SA. Pour comparer avec des années précédentes, 98%  de la vente du gaz a été réalisée par PGNiG SA en 2009 contre 95% en 2012.     La spécification La quantité [TWh] L’importation, dont : 124,9 Le contrat Yamal 97,7 L’acquisition intracommunautaire 27,2 La production polonaise 46,1 Le stockage ‐3,7* L’achat auprès de sources nationales 25,8 Figure 7 ‐ La structure de l'approvisionnement en gaz en 2013 – Source : URE  *la réduction du stock    C. Le secteur de la chaleur    Le  secteur  de  la  chaleur  est  aussi  intéressant,  car  il  se  caractérise  par  une  série  d'acteurs  locaux  restant  dans  le  domaine  d'approvisionnement  de  clients.  C'est  aussi  la                                                               10  PIG ‐ "The balance of mineral resources deposits in Poland as of 31.12.2013". 
  14. 14. 14      Master EDDEE – Stage EDF    spécificité de cette branche, car la chaleur est en général envoyée sous la forme d'eau chaude  ou de vapeur sur des distances plus longues pouvant causer une perte de qualité.           Figure 8 ‐ La structure de la capacité installée (la chaleur) en Pologne par des sources en 2012 – Source: URE    En  2012,  466  entités  étaient  présentes  sur  le  marché  de  la  chaleur  régulé  par  URE  (les  données de 2013 ne sont pas encore publiées). La capacité installée à cette époque était de  58  147,9  MW.  Comme  nous  pouvons  le  voir,  la  chaleur  polonaise  est  produite  dans  les  centrales de taille très différentes. Environ 50% de la chaleur a été produite dans les centrales  disposant d’une capacité inférieure à 500 MW. Selon les d’informations de l’URE, seulement  sept entreprises avaient dans leurs sources une capacité disponible de plus de 1 000 MW. Ces  sept  entreprises  sont  par  ailleurs  également  présentes  dans  le  domaine  de  la  production  d'électricité.    La source primaire utilisée dans la production de chaleur est le charbon noir. Même si  la  part  du  charbon  noir  a  diminuée  significativement  dans  la  production  de  chaleur,  elle  demeure cependant élevée en 2012 (74,5%).   À l’inverse, on constate une augmentation non négligeable de la biomasse qui s’est élevée à  6,5% en 2012. Le reste de la production est assurée par le gaz et autres sources (la structure  de la production de chaleur est présentée dans l'Annexe 3).     D. Le secteur du pétrole (les carburants liquides)       Le secteur du pétrole et plus précisément des carburants liquides reste libre c’est‐à‐ dire que les prix ne sont pas régulés et sont déterminés en vertu du prix du pétrole sur le  marché, des taxes et du taux de change.      La spécification % La Russie 94 La Norvège  3,4 Autres 1,1 La production polonaise 0,6 Figure 9 ‐ Structure de l'approvisionnement en pétrole [%] ‐ 2012 – Source: MG    Environ  24  Md  de  tonnes  de  pétrole  brut  ont  été  importés  en  Pologne  en  2012.  Inévitablement,  la  principale  source  d'approvisionnement  est  la  Russie.  Seules  de  petites  quantités ont été importées de Norvège et d’autres pays. Enfin, quelques tonnes de pétrole  brut proviennent de sources nationales. 
  15. 15. 15      Master EDDEE – Stage EDF    La production de carburants est principalement dominée par deux raffineries PKN Orlen SA et  Grupa Lotos.  En ce qui concerne le marché de la vente au détail de l'essence, il est considéré comme un  marché régulé avec un haut taux. Selon les données de l’agence URE, il existe  6 750 stations‐ services en Pologne dont 2 940 stations indépendantes, 1780 stations sous la marque de PKN  ORLEN, 440 stations sous la marque de Grupa Lotos, 1420 stations de marques étrangères et  170 stations attachées à des magasins de grande ou moyenne surface (GMS).    E. Le secteur du charbon    Le  charbon  est  la  matière  première  la  plus  importante  pour  l’économie  et  pour  l’énergie polonaise. En parlant du charbon polonais, nous pensons tout de suite au charbon  noir et au lignite. Historiquement, le charbon était présenté en tant que l’or noir et de ce fait  avait  une  place  prépondérante  en  Pologne  notamment  du  point  de  vue  de  l’emploi.  Pour  comprendre l’importance de cette matière première il nous faut noter que, selon les données  du  Ministère  de  l’Économie,  le  secteur  du  charbon  noir  emploie  104 000  personnes  et  le  secteur du lignite, 15 000 personnes. D’un point de vue économique et surtout social, il reste  donc un secteur très privilégié.  Toutefois,  malgré  la  situation  historiquement  favorable  au  développement  du  charbon, le secteur de l’industrie charbonnière actuel est en pleine crise.         A) Le marché du charbon noir     Il y a trois principaux gisements de charbon noir polonais ‐ Gornoslaskie Zagłebie Weglowe  (GZW), Lubelskie Zaglebie Weglowe (LZW) et Dolnoslaskie Zaglebie Weglowe (DZW) (Figure 10).  L’exploitation du charbon noir a actuellement lieu à GZW et à LZW et elle est finie à DZW  depuis 2000.      Figure 10 ‐ La localisation des gisements de charbon noir en Pologne – Source : PIG    Le charbon noir est produit principalement par les opérateurs restant sous le contrôle  de  l’État.  Cependant,  ils  existent  aussi,  depuis  quelques  années,  les  mines  privées  ou  privatisées (La structure du marché est présentée en Figure 11). 
  16. 16. 16      Master EDDEE – Stage EDF           La société  L’abrégé Le nombre des mines Le statut  Kompania Weglowa S.A.  KW 15 Publique  Katowicka Grupa Kapitalowa S.A.  KGK 5 Publique  Lubeslki Wegiel Bogdanka S.A.  LWB 1 Privée  Jastrzebska Spolka Weglowa S.A.  JSW 6 Publique (55,2%)  Poludniozy Koncern Weglowy S.A.  PKW 2 52,48% Tauron, 47,52 KW S.A. ZG Siltech Sp. z o.o.  1 Privée  PG Silesia Sp. z o.o.  1 91,4% ‐ privée  EKO Plus Sp. z o.o.  1 Privée  Figure 11 ‐ Les producteurs de charbon noir en Pologne   Comme nous pouvons lire dans le bilan de la Politique Énergétique Polonaise – 2030  produit  par  le  Ministère  de  l’Économie,  jusqu’en  2008,  l’industrie  minière  polonaise  fonctionnait dans des conditions de forte demande. Le secteur a profité des prix élevés du  charbon sur les marchés mondiaux. L’offre excédentaire causée particulièrement par la crise  économique mondiale a provoqué, en premier lieu la diminution de l’exploitation (d’environ  7,3%)  et  puis,  en  second  lieu,  la  diminution  de  la  vente  (d’environ  12,3%)  en  2009.  La  situation s’est rajustée en 2010 avec la diminution de l’exploitation de 76,2 Mt  (d’environ  1,7%) et avec l’augmentation de la vente de 75,4 Mt (d’environ 3,4%).       Figure 12 ‐ La consommation et l'exploitation du charbon noir 2003‐2012 – Source : PIG   L’exploitation a encore  diminué en 2011 pour  atteindre 75,7 Mt. L’exploitation en 2012 a,  quant à elle, augmenté d’environ 3,5 Mt représentant 79,2 Mt (Figure 12). L’augmentation de  l’export en 2012 (7,4 Mt de tonnes) par rapport à 2011 (5,8 Mt) n’a pas rééquilibré le marché  interne.  À  cause  de  la  diminution  de  la  demande  nationale,  les  ventes  de  charbon  noir  atteignaient seulement 71,9 Mt. La conséquence directe a donc été l’augmentation du stock  de 6,2 Mt à 8,4 Mt en 2012. L’année dernière ont été exploitées 76,5 Mtde charbon noir ce  qui est représenté 4,5% de moins qu’en 2012. Toutefois, le volume des ventes a atteint  77,5  Mt la même année.    Aujourd’hui, le secteur du charbon noir est en pleine crise. Kompania Weglowa et les  autres mines publiques sont presque en faillite. KW a enregistré environ 700 M de PLN de  pertes  en  2013  et  les  résultats  après  les  six  premiers  mois  de  l’année  2014  ne  sont  pas  optimistes,  déjà  342  M  de  pertes11 .  Nous  pouvons  donner  plusieurs  causes  qui  expliquent  cette situation notamment les faibles prix du charbon noir à l’échelle mondiale, l’hiver chaud,                                                               11  Les statistiques parlent même de 772 Md de PLN de pertes et d’environ 1 Md de PLN de pertes dans la vente de charbon  noir ‐  le Ministère de l’Économie 
  17. 17. 17      Master EDDEE – Stage EDF    les coûts de production importants, l’augmentation de la part de charbon noire importée et  surtout le manque d’investissements et de modernisation des infrastructures.     B) Le lignite    La  Pologne  est  l’un  des  leaders  mondiaux  de  la  production  de  lignite.  Il  y  a  90  gisements  de  lignite  en  Pologne,  dont  seulement  12  actuellement  en  exploitation.  Les  gisements se trouvent dans la partie ouest et dans la partie centrale de la Pologne et couvrent  environ 22% du territoire polonais (Figure 13).      Figure 13 ‐ La localisation des gisements de lignite en Pologne – Source : PIG    La  structure  de  production  du  lignite  est  différente  de  celle  du  charbon  noir.  En  premier lieu, le lignite est produit à partir de mines à ciel ouvert. En second lieu, le lignite est  plus difficile à transporter que le charbon noir ce qui oblige les industriels à construire les  centrales au lignite dans le voisinage des mines. C’est le cas pour deux des mines centrales les  plus importantes en Pologne qui restent sous l’autorité de l’opérateur public PGE (Figure 14)  et  pour  trois  mines/centrales  privées.  Il  nous  faut  noter  que  la  centrale  Belchatow  est  aujourd’hui la plus grande centrale au lignite de Pologne et d’Europe. Sa puissance s’élève à  5 298 MW, ce qui représente environ 19% de la capacité installée dans le secteur de l'énergie  polonais.  La  production  d’énergie  annuelle  s’élève  en  moyenne  à  27‐28  TWh,  ce  qui  représente environ 20% de la production nationale12 .     La mine La production [Mt] Le destinateur du lignite Le statut  KWB Belchatow  39‐40 La centrale Belchatow PGE  KWB Turow  10‐12 La centrale Turow PGE  KWB Konin  13‐14  Les centrales Patnow et Konin ZE PAK  KWB Adamow  La centrale Adamow KWB Sieniawa  0,1 Les destinateurs locaux Privée  Figure 14 ‐ Les producteurs du lignite en Pologne    Selon le bilan de la Politique Énergétique Polonaise – 2030 fait par le Ministère de  l’Économie, 56,3 Mt ont été exploitées en 2010, contre 62,8 Mt en 2011 et 64,3 Mt en 2012  (Figure  15)  ce  qui  place  la  Pologne  en  seconde  place  des  pays  exploitants  le  lignite  dans                                                               12  Selon PGE ‐ http://www.elbelchatow.pgegiek.pl/ 
  18. 18. 18      Master EDDEE – Stage EDF    l’Union  européenne  après  l’Allemagne  (185  Mt)  et  en  septième  place  dans  au  niveau  mondial13 . Comme nous pouvons le voir, l’exploitation est stable dans le temps et le fait que  les mines restent concentrées avec les producteurs d’électricité permet de ne pas considérer  les  prix  du  charbon  sur  les  marchés  mondiaux.  Ainsi,  la  crise  du  secteur  du  charbon  ne  concerne pas le secteur du lignite.      Figure 15 ‐ La consommation et l'exploitation du lignite 2003‐2012 – Source  PIG    I. 4. Le mix énergétique actuel en Pologne    Les  informations  présentées  jusqu’à  présent  donnent  une  image  générale  de  la  situation actuelle de la Pologne d’un point de vue économique, social et surtout énergétique.  Concentrons‐nous maintenant sur le mix énergétique polonais.    A. La présentation du mix énergétique polonais    En  2009,  93%  de  l’énergie  primaire  en  Pologne  a  été  produite  à  la  base  de  combustibles  fossiles.  Dans  le  même  temps,  la  domination  du  charbon  dans  le  bilan  énergétique national a considérablement changé, passant de 76% en 1990 à 56% en 200814 .  Après analyse des données disponibles en la matière, la part dominante du charbon dans la  structure  d’énergie  primaire  ne  devrait  pas  être  étonnante  (Figure  16).  Les  réserves  et  l’exploitation  nationale  du  charbon  expliquent  cette  part  dans  la  production  d’énergie  primaire. Le charbon gardait 53% du mix en 2012, mais il faut souligner que sa part a diminué  par  rapport  2011  (55,7%).  C’est  en  général  les  sources  renouvelables  qui  influencent  cet  abaissement.                                                                13  GRUDZINSKI Z., LORENZ U., SIKORA A., i inni (praca zbiorowa pod redakcją naukową Lidii Gawlik), 2013 – Węgiel dla  polskiej energetyki w perspektywie 2050 roku – analizy scenariuszowe.  14  Energy Policies of IEA Countries ‐ Poland 2011 Review. 
  19. 19. 19      Master EDDEE – Stage EDF      Figure 16 ‐ La structure d’énergie primaire en Pologne – Source : ARE 2013  La  deuxième  matière  première  importante  est  le  pétrole  avec  24,5%  et  la  troisième  place  reste pour le gaz avec 12,9%. Comme nous l’avons déjà souligné, les deux  sources d’énergie  sont importées et proviennent en général de la Russie. Les données les plus actuelles sur la  structure  d’énergie  primaire  ne  sont  pas  accessibles,  mais  nous  pouvons  constater  rapidement qu’ils ne se distinguent pas drastiquement.      Figure 17 ‐ La production d'électricité en 2009 – Source : Le bilan de la PEP 2030    L’hégémonie  du  charbon  est  très  visible  dans  la  production  d’électricité.  En  2009  environ 88% de l’électricité polonaise a été produite à la base de charbon (Figure 17), cette  part étant passé à 83% en 2012 (Figure 18). Selon l’IEA (2013) la Pologne est au 10ème  rang  mondial  dans  la  production  d’électricité  à  la  base  de  charbon.  En  analysant  les  deux  camemberts (Figure 17 et Figure 18) nous pouvons constater la diminution du charbon noir  dans  le  mix  énergétique  polonais.  Comme  c’est  le  cas  pour  l’énergie  primaire,  cet  abaissement est en faveur des énergies renouvelables, dont la biomasse et le biogaz, mais  aussi l’énergie produite à partir du vent. Il faut noter ici que la part du lignite reste presque  inchangée dans la production.       le charbon noir ‐ 40,8% le lignite ‐ 12,3% ENR ‐ 5,3% le gaz naturel ‐ 12,9% le pétrole 24,5 autres ‐ 4,2% le charbon noir ‐ 54,8% le lignite ‐ 33,1% la biomasse et le biogaz ‐ 3,4% le gaz naturel ‐ 3,2% l’hydraulique ‐ 2% le vent ‐ 0,7% autres ‐ 2,8%
  20. 20. 20      Master EDDEE – Stage EDF      Figure 18 ‐ La production d'électricité en 2012 – Source : Le bilan de la PEP 2030    B. L’analyse du mix énergétique polonais    En  analysant  les  données,  nous  voyons  tout  de  suite  que  la  Pologne  dispose  d’une  indépendance énergétique significative assurée par le charbon. Le système national, basé sur  ce  combustible,  maintien  aujourd’hui  la  stabilité  des  prix  et  la  souveraineté  de  l’Etat.  Soulignons le mot «la souveraineté», mot clé employé pour désigner le système polonais. Les  informations présentées montrent que la situation énergétique et économique est complexe.  La  spécifié du  système polonais  se  traduit  par une  certaine  rigidité  de  l’administration  qui  rend  particulièrement  difficile  toute  mise  en  place  de  changement.  Ceci  explique  la  part  importante du charbon noir et du lignite dans le mix énergétique. En effet, ces deux sources  d’énergie  sont  historiquement  exploitées  de  manières  importante  et  géologiquement  très  abondantes.    Regardons bien la puissance installée d’ENR. Elle s’est élevée à 5 725 MW fin 2013 (sur 38 GW  au total), soit 15% de la capacité installée alors que la production d’électricité à base d’ENR  s’élevait quant à elle seulement 5,3% la même année15 . Le principe est simple, sur 1 000 MW  des énergies renouvelables, il faut compter environ 800 MW d’énergies conventionnelles (cas  d’intermittence), puisque dans les conditions géographiques de la Pologne, les éoliennes ne  produisent de l'électricité que 15 à 25% du temps pendant l’année et l’énergie solaire que 10  à 15% du temps16 .  D’un point vu social, c’est le secteur du charbon qui était et est toujours un secteur  créateur d’emplois et autour duquel la formation (et la science) ont pu se concentrer et peut  toujours se développer. Nous pensons ici directement aux écoles polytechniques à Cracovie  ou  en  Silésie,  mais  aussi  à  AGH  à  Cracovie.  Un  nombre  important  d’experts  dont  les  représentants  de  PAN  et  d’AGH  insistent  particulièrement  sur  l’importance  du  développement du secteur de l’exploitation minière du charbon noir et du lignite en Pologne.  Les  différentes  études17   soulignent  que  ce  processus  devrait  être  échelonné  afin  que  le  charbon exploité de manière équilibrée et surtout sur le long terme. Les experts18  notent que  même avec les prix des émissions CO2 plus élevés, le charbon sera essentiel pour l’énergie                                                               15  KASZTELEWICZ Zbigniew, « Doktryna energetyczna Polski na I połowę XXI wieku », AGH – Cracovie, août 2014.  16  Ibid.  17  GRUDZINSKI Z., LORENZ U., SIKORA A., i inni (praca zbiorowa pod redakcją naukową Lidii Gawlik), 2013 – Węgiel dla  polskiej energetyki w perspektywie 2050 roku – analizy scenariuszowe.  18  Ibid.  le charbon noir ‐ 49,7% le lignite ‐ 33,3% la biomasse et le biogaz ‐ 6,2% le gaz naturel ‐ 3,9% le vent ‐ 2,9% l’hydraulique ‐ 1,3% STEP ‐ 0,3% autres ‐ 2,4%
  21. 21. 21      Master EDDEE – Stage EDF    polonaise  et  ce,  pendant  encore  longtemps.  Notons  que  le  charbon  aussi  est  une  source  décisive dans la production d’électricité pour New Policies Scenario malgré le fait que sa part  diminuera passant de 41% à 33% en 2035 dans le mix énergétique polonais19 .     II. Les perspectives du secteur de l'énergie polonaise    Nous  soulignons  que  la  spécifié  de  système  polonais  ne  permet  pas  de  le  modifier  rapidement.  Cependant,  la  Pologne  devrait  mettre  en  œuvre  certaines  réformes  indispensables  pour  moderniser  le  secteur  de  l’énergie.  Afin  de  bien  préparer  les  changements et les améliorations futures, il faut prendre en compte les caractéristiques du  système polonais.    II. 1. Les caractéristiques pour le développement du secteur de l'énergie    A. Le développement du secteur du gaz    Nous avons déjà dit que la production de gaz naturel polonais était d'environ 5,4 Md  m3  en 2013 et que sa production sur l’année 2013 avait diminué de 0,131 Md m3  par rapport  au  2012.  Toutefois,  selon  les  informations  de  l’agence  PIG,  la  production  du  gaz  pourrait  augmenter au niveau national.    A) Le développement du secteur du gaz conventionnel    La région principale de la présence de gisements du gaz naturel en Pologne est Niz  Polski (Annexe 4). Les gisements du gaz sont aussi présents aux Carpates, en Poméranie ouest  et sous la mer Baltique (Figure 19).      Figure 19 ‐ Les régions principales de la présence de gisements du gaz naturel en Pologne – Source : PIG    Selon les informations de l’agence PIG, il existe 28720  gisements de gaz naturel en Pologne.  Les ressources disponibles en gaz naturel s’élèvent à 134,297 Md m3 . Cependant, les réserves                                                               19  WEO 2013  20  PIG ‐ "The balance of mineral resources deposits in Poland as of 31.12.2013". 
  22. 22. 22      Master EDDEE – Stage EDF    connues s’élèvent à 111,06 Md m3  dont 62,18 Md m3  sont les réserves récupérables avec les  moyens techniques actuels et dans les conditions économiques actuelles.   Nous voyons toute de suite que la production polonaise pourrait donc être augmentée et de  nouveaux  investissements  restent  envisageables  si  la  politique  gouvernementale  menée  jusqu’à présent change le contrat à long terme Yamal passé avec la Russie (notamment la  clause du « take or pay »). Nous pouvons aussi supposer que les réserves de gaz sont utilisées  comme un argument fort dans la négociation des prix avec Gazprom.     La sécurité de l’approvisionnement en gaz est un sujet très important en Pologne. La  dépendance  énergétique  au  gaz  était  d’environ  75%  en  201221 .  Cela  montre  à  quel  point  l’économie polonaise dépend des importations pour faire face à ses besoins énergétiques.  Afin  de  diversifier  les  directions  de  l’approvisionnement  en  gaz,  la  Pologne  a  déjà  pris  la  décision  en  2006  de  construire  le  premier  terminal  méthanier  du  pays.  Le  Conseil  des  ministres a voté le 19 août 2008 un arrêté selon lequel la construction est considérée comme  un  investissement  stratégique  pour  la  Pologne.  La  crise  économique  en  2009  est  la  cause  principale du retard du début de la construction de ce dernier,  commencé en 2011. Le port  méthanier sera fini le 30 décembre 2014.   Dans un premier temps, la capacité du terminal méthanier permettra recevoir 5 Md m3  de gaz  naturel par an. En fonction de la croissance de la demande de gaz, la capacité d'exportation  pourrait augmenter de 7,5 Md m3 par an.   En analysant cet investissement, nous comprenons qu’il permettra de recevoir du gaz naturel  liquéfié (GNL) provenant de n'importe quelle direction dans le monde et ainsi de limiter la  dépendance de l’approvisionnement en gaz russe.    Un changement significatif concernant la sécurité passe aussi le développement et les  investissements  dans  le  stockage  et  le  réseau  de  gaz  naturel  en  Pologne  (Annexe  2).  La  question du stockage a été déjà décrite, mais il nous faut signaler que le nombre des stocks  pourrait toujours être augmenté afin d’assurer la stabilité du système ou l’approvisionnement  pendant une période de crise. Le gazoduc Yamal, contournant l’Ukraine, est jusqu’à présent la  seule  source  stable  du  pays.  Cependant  le  réseau  de  gaz  naturel  interne  pourrait  être  beaucoup  plus  riche.  De  plus,  avec  le  terminal  méthanier,  la  Pologne  devrait  envisager  le  développement  du  réseau  et  la  construction  d’un  gazoduc  afin  de  se  connecter  avec  la  section occidentale du gazoduc Nord Stream et avec les deux gazoducs de transmission en  Allemagne dont le gazoduc OPAL et gazoduc JAGAL.     Le dernier aspect qui reste à prendre en compte rapidement dans le contexte actuel  est la question des « revers gaziers » et nous pensons aux revers physiques. Nous savons qu’il  y a des possibilités pour réaliser ces revers, mais n’oublions pas que le réseau de gaz naturel  en Europe a été construit à la base pour livrer le gaz de l’est à l’ouest. Certaines modifications  techniques  seront  donc  nécessaires  pour  augmenter  et  faciliter  tels  échanges.  De  plus,  certaines clauses prévues dans les contrats avec Gazprom n’autorisent pas la revente du gaz.    B) Le développement du secteur du gaz non conventionnel     La Pologne n’est pas restée insensible à « la révolution du gaz de schiste », mais il est  difficile de dire pour le moment si cette révolution représente ou non une opportunité pour la  Pologne. Depuis 2010, seulement 64 forages ont été réalisés dont 15 forages horizontaux. La  fracturation  hydraulique  a  été  effectuée  dans  23  forages,  dont  10  forages  horizontaux.  72 concessions  pour  la  recherche  du  gaz  de  schiste  sont  actuellement  attribuées  aux                                                               21  Eurostat ‐ Dépendance énergétique (code tsdcc310) 
  23. 23. 23      Master EDDEE – Stage EDF    27 entreprises  polonaises  et  étrangères  (Annexe  5)  pour  la  recherche  du  gaz  de  schiste  (1er juin 2014).  Le premier gaz de schiste polonais a été extrait le 21 juillet 2013 dans la concession de Łebień  LE‐2H (région de Lębork)22  par l’entreprise américaine ConocoPhillips. 8 000 m3 de gaz par  jour  sont  produits  pour  faire  des  tests.  De  tels  résultats  sont  les  premiers  du  genre  dans  l’histoire de la recherche du gaz de schiste en Europe.   Toutefois, nous constatons rapidement que le nombre de forages est trop faible. Les experts  disent qu’il faudrait faire au moins 100 forages par an pour que les différentes estimations sur  les  ressources  disponibles  puissent  être  au  moins  vérifiées  et  confirmées.  Paweł  Poprawa  souligne que 300 forages au minimum sont nécessaires en Pologne.23 .      Figure 20 ‐ Les prévisions du gaz de schiste en Pologne [Md m3 ]    Il est difficile de nier que la recherche reste cruciale, car les prévisions ne sont pas cohérentes  (Figure 20 et Annexe 6). Les estimations des institutions internationales commencent avec EIA  5 300 Md m3, Wood Mackenzie 1 370 Md m3 et Advanced Resources International 2 830 Md  m3. L’agence polonaise PIG a aussi préparé son rapport24  en prenant en compte seulement le  bassin Bałtycko‐Podlasko‐Lubelski (Annexe 4) et pas l’ensemble du territoire polonais.   Nous  soulignons  alors  l’importance  des  forages  et  la  recherche,  surtout  qu’ils  sont  indispensables pour bien estimer les ressources et les réserves récupérables. Il nous faut aussi  noter qu’il y a des prévisions et des modèles (par exemple l’institut ISE)25  qui montrent que la  Pologne peut être toujours un leader dans la production du gaz non conventionnel.                                                               22  FURMAN Tomasz, PISZCZAROWSKA, « Płynie polski gaz z łupków », rp.pl, 28 sierpnia 2013.  23  http://www.gazdlagminy.pl/  24   Poprawa  Pawel,  « Ocena  zasobów  wydobywalnych  gazu  ziemnego  i  ropy  naftowej  w  formacjach  łupkowych  dolnego  paleozoiku w Polsce (Basen Bałtycko‐Podlasko‐Lubelski) », PIG, Warszawa, marzec 2012.  25  SIKORA Andrzej, « Dlaczego wegiel w Polsce bedzie glownym surowcem energetycznym do 2050 ? », Komitet Prognoz  „Polska 2000 Plus” – PAN, Warszawa 2014.  Energy Information Administration ‐ EIA (2011) Advanced Resources International (2009) EUCERS (2011) Wood MacKenzie (2009) Lane Energy (3 Legs, 2011) ‐ Les six concessions de Lane Rystad Energy (2010) PIG (estimation max) (2012) PIG (estimation moyenne) (2012) USGS (estimation max) (2012) USGS (estimation moyenne) (2012) 5300 2830 1870 1370 1000 1000 865 346 116 38
  24. 24. 24      Master EDDEE – Stage EDF    B. Le développement du secteur de la chaleur  Comme nous l’avons déjà signalé, le secteur de la chaleur se caractérise par une série  d'acteurs locaux. Il est difficile d’analyser l’ensemble du secteur, mais nous pouvons donner  des  propositions  d’ordre  général  pour  assurer  son  développement.  La  première  serait  d’augmenter  le  rendement  des  centrales  au  charbon  déjà  existantes.  La  seconde  tiendrait  dans l’amélioration et l’accroissement du réseau de distribution.     C. Le développement du secteur du pétrole    Le  secteur  du  pétrole  en  Pologne  peut  être  comparé  avec  le  secteur  gazier.  Nous  avons déjà dit qu’environ 24 Mt de pétrole brut russe a été importé en Pologne en 2012. Les  deux  producteurs  polonais  PKN  Orlen  SA  et  Grupa  Lotos  sont  de  facto  obligés  d’utiliser  le  pétrole  russe,  car  les  sites  industriels  de  raffinage  du  pétrole  ont  été  construits    avec  la  technologie permettant de traiter et de transformer le pétrole russe riche en soufre. De plus,  ces deux entreprises ont signé des contrats de long terme avec les Russes.   Cependant,  le  terminal  Naftoport  à  Gdansk  pourrait  sans  problème  assurer  l’approvisionnement  en  pétrole.  Notons  aussi  que  la  construction  de  six  réservoirs  de  62 500 m3 chacun (702 000 m3 prévus au total) a commencé le 21 février 2014. La première  étape  de  la  construction  devrait  être  finie  en  2015.  Cet  investissement  s’inscrit  dans  la  politique polonaise de la diversification d’approvisionnement en source énergétique.    Il  nous  faut  aussi  parler  du  projet  récent  du  LOTOS  Petrobaltic  (Grupa  Lotos).  La  plateforme pétrolière vient de commencer le forage (août 2014) dans le gisement B8. Lotos  veut  produire  environ  250  kt  de  pétrole  par  an  et  les  réserves  sont  estimées  à  3,5  kt.  En  analysant le volume des importations du pétrole russe, on cinstate que 250 kt de pétrole ne  représentent que peu. Pourtant, les deux investissements doivent être pris en compte dans  l’analyse globale, car et ils pourraient changer la répartition des forces en présence sur le  marché.     D. Le développement du secteur de l’électricité    Nous avons déjà signalé que selon les informations de l’agence URE et PSE (Figure 4),  la capacité installée dans le système KSE était de 38 406 MW en 2013 et qu'elle a augmenté  de 360 MW (0,9%) par rapport 2012.  Le  système  national  de  l'électricité  (KSE)  reste  dans  la  gestion  de  l’opérateur  PSE  (Figure 22). Il s’agit du système avec 245 lignes avec la longueur totale 13 445 km dont :  ‐ 1 ligne de 750 kV d'une longueur de 114 km,  ‐ 77 lignes de 400 kV d'une longueur totale de 5 383 km,   ‐ 167 lignes de 220 kV d'une longueur totale de 7 948 km,  ‐ 101 stations de haute tension  ‐ 1  ligne  sous‐marine  de  450  kV  entre  la  Suède  et  la  Pologne  d'une  longueur  totale  de  254 km. 
  25. 25. 25      Master EDDEE – Stage EDF      Figure 21 ‐ Les interconnexions électriques internationales –  Source : PSE‐KSE    Le dernier rapport de l’institution NIK (La Cour des comptes) publié en mars 201426   présente  des  conclusions  plutôt  positives  sur  le  fonctionnement  et  la  sécurité  du  réseau  existant. Cette position est néanmoins très critiquable, car déjà en 2011, 80% des lignes de  220 kV, 23% des lignes de 400 kV et 38% des transformateurs avaient plus de 30 ans. Notons  aussi que les pertes dans le transfert sont 8,2% environ alors que la moyenne européenne se  situe à environ 5,7%27 . N’oublions pas qu’il y a des régions en Pologne où les pertes s’élèvent  même à 12%. Il est difficile de dire que le bilan est positif. L’amélioration de la qualité du  réseau reste et demeure un point très important.   La  capacité  totale  d’interconnexions  électriques  internationales  avec  les  pays  de  l'Union européenne va de 2 000 à 3 000 MW (Figure 21). Elle dépend de la configuration du  système  et  reste  limitée  par  le  réseau  interne  faible  et  peu  développé.  L’opérateur  PSE  prévoit  dans  ses  plans  plusieurs  projets  de  modernisation  et  d’investissements  dans  les  interconnexions28   parmi  lesquelles  des  lignes  entre  l’Allemagne,  la  République  tchèque,  la  Slovaquie, l’Ukraine et la Lituanie. Cependant, il faut souligner qu’un accord entre la Pologne  et la Lituanie a d’ores et déjà été signé le 8 décembre 2006 et que le projet n’est toujours pas  finalisé.                                                                   26  NIK – Funkcjonowanie i bezpieczeństwo elektroenergetycznych sieci przesyłowych, 31 mars 2014.  27  Le bilan de la Politique Énergétique Polonaise – 2030  28  Le plan des modernisations ‐ http://www.pse‐operator.pl/index.php?dzid=191&did=1805 
  26. 26. 26      Master EDDEE – Stage EDF      Figure 22 ‐ Le plan du réseau électrique en Pologne –  Source : PSE‐KSE    En analysant le plan de liquidation des anciennes centrales d'électricité et les projets  de la nouvelle capacité (la partie analysée ci‐dessous), il est difficile parler du futur du secteur  de l’électricité en Pologne. Ce qui reste très important dans le contexte du mix énergétique,  c’est l’accident de Fukushima. Cependant, ce récent accident de la centrale nucléaire n’a pas  altéré  la  volonté  polonaise  de  se  doter  de  centrales  nucléaires  comme  c’est  le  cas  par  exemple en Italie. Cette volonté a été confirmée au début de l’année par l’adoption, le 28  janvier 2014, du programme d’énergie nucléaire en Pologne – PPEJ – le premier document  complet  relatif  à  l'énergie  nucléaire  en  Pologne.  La  question  sera  développée  plus  précisément par la suite dans la Partie II ‐ I. 2. B. Le projet polonais.    E.  Le développement du secteur du charbon  Nous avons déjà signalé la présence de la stratégie polonaise concernant le charbon.  Le Programme d’activité des mines de charbon noir 2007‐2015 a aussi été voté en 2009 et il  devrait être actualisé prochainement. Selon les informations obtenues, mais non officielles, la  stratégie  devrait  être  votée  en  2015.  Afin  de  bien  préparer  le  nouveau  programme,  mais  surtout la politique énergétique, il faut prendre en compte les caractéristiques du système  polonais. A) Le développement du secteur du charbon noir     La Pologne dispose 146 gisements dont 51 sont actuellement en exploitation. Comme  nous  avons  déjà  démontré,  il  y  a  trois  principaux  gisements  du  charbon  noir  polonais  ‐  Gornoslaskie  Zagłebie  Weglowe  (GZW),  Lubelskie  Zaglebie  Weglowe  (LZW)  et  Dolnoslaskie 
  27. 27. 27      Master EDDEE – Stage EDF    Zaglebie  Weglowe  (DZW)  (Figure  10).  L’exploitation  du  charbon  noir  a  actuellement  lieu  à  GZW et à LZW et elle est finie à DZW depuis 2000.  Les  ressources  disponibles  en  charbon  noir  s’élèvent  à  51 414  Mt  (2013)29 ,  les  réserves  récupérables s’élèvent à 19 485 Mt. Selon l’agence, les réserves récupérables dans les mines  actuelles  s’élèvent  à  3  839,63  Mt  et,  par  rapport  2012,  elles  ont  diminué  de  370,96  Mt  généralement à cause de la production. En analysant l'exploitation actuelle du charbon noir  (Figure 12), nous constatons rapidement qu’avec les réserves récupérables dans les mines  actuelles,  la  production  peut  être  assurée  pendant  environ  40  ans.  Si  la  Pologne  arrive  à  exploiter le total des réserves récupérables, la production peut même être assurée pendant  un siècle.   Le  potentiel  du  charbon  noir  parait  évident,  mais  depuis  quelques  temps  nous  constatons que la part du charbon noir polonais a été remplacée par le charbon importé. Les  importations  se  sont  élevées  à  12,7  Mt  en  2011,  un  véritable  record.  En  2013,  elles  ont  diminué, mais la part était toujours importante (10,8 Mt). La plupart du charbon noir importé  vient de Russie (6,6 Mt)30 , de République tchèque (1,6 Mt) et d'Ukraine (1 Mt).      Figure 23 ‐ Les importations et les exportations du charbon noir en Pologne 2003‐2012 – Source : PIG    Les  exportations  dans  les  années  70  du  XX  siècle  se  sont  élevées  à  40  Mt.  Avec  la  transformation  et  certaines  obligations  de  la  Banque  Mondiale  (immersion  obligatoire  des  mines), peu d’investissements ont été consacrés au secteur du charbon noir. Les exportations  se sont élevées à 7,07 Mt en 2011 et elles ont augmenté à 10,6 Mt en 2013. La destination  principale du charbon noir polonais est l’Allemagne (3,5 Mt), la République tchèque (1,6 Mt),  l’Autriche (0,7 Mt) puis la Grande‐Bretagne (0,6 Mt).    Figure 24 ‐ Le coût moyen annuel de production du charbon noir en Pologne et le prix moyen annuel du charbon noir sur  la bourse de Rotterdam [PLN/t] – Source : MG                                                               29  PIG ‐ "The balance of mineral resources deposits in Poland as of 31.12.2013".  30  Selon Eurostat ‐ Jusqu’à avril 2014, la Pologne a déjà importé 2,5 Mt 
  28. 28. 28      Master EDDEE – Stage EDF    En analysant le coût moyen annuel de la production de charbon noir en Pologne et le  prix moyen annuel du charbon noir sur la bourse de Rotterdam (Figure 24), nous comprenons  rapidement le problème du secteur polonais. La crise économique mondiale, mais aussi la  révolution  du  gaz  de  schiste  en  Amérique  du  Nord  ont  fait  diminuer  les  prix  du  charbon  partout  dans  le  monde.  L’industrie  minière  polonaise  n’a  pas  réussi  à  se  transformer  rapidement  pour  améliorer  l’exploitation  et  diminuer  le  prix  de  production.  Il  ne  faut  pas  oublier existence des conditions d'exploitation difficiles. Les gisements de charbon noir sont  placés  à  une  profondeur  considérable  ce  qui,  naturellement,  augmente  les  coûts  de  production.     Le secteur est toujours en retard et doit être profondément réorganisé et restructuré. Depuis  l’avril  2014,  les  représentants  du  Ministère  de  l’Économie  et  du  gouvernement  sont  en  négociation avec les représentants des syndicats et les dirigeants des mines afin de trouver  des solutions possibles. Ils sont en même temps en train de négocier le nouveau Programme  d’activité des mines de charbon noir pour la période 2015‐2020 (avec comme horizon 2024).  Sans entrer dans les détails des négociations, il faut souligner que la réorganisation du secteur  est nécessaire. Le Ministère de l’Économie doit aussi envisager la question de fermetures de  mines non rentables économiquement et la privatisation d’une partie du secteur. Elles restent  évidemment socialement critiquables, mais comme le montre les exemples de mines privées  Bogdanka ou PG Silesia, l’industrie peut être rentable et les prix du charbon noir  polonais  peuvent être toujours concurrentiels sur le marché.    B) Le développement du secteur du lignite    La Pologne dispose de 90 gisements de lignite dont seulement 12 sont actuellement  en  exploitation.  Les  gisements  se  trouvent  dans  la  partie  ouest  et  la  partie  centrale  de  la  Pologne couvrant 22% du territoire polonais (Figure 13). Les ressources disponibles de lignite  s’élèvent à 22 683,98 Mt (2013)31 . Elles sont considérées comme des réserves certaines par  l’agence  PIG.  Selon  l’agence,  les  réserves  récupérables  dans  les  cinq  mines  actuelles  sont  estimées  à  1 164,67  Mt  (2013)32 .  En  analysant  l'exploitation  du  lignite  (Figure  15),  nous  constatons  rapidement  que  ces  réserves  prouvées,  pourraient  assurer  statistiquement  la  production  pendant  environ  250  ans33   à  raison  d’une  production  de  60Mt/an  (production  actuelle). De même, les réserves récupérables, pourraient assurer la production pendant 20  ans  en  tenant  compte  de  la  production  actuelle  sachant  que  la  seule  mine  de  Belchatow  assure aujourd’hui environ 62% de la production nationale.   Les  ressources  en  lignite  sont  perçues  comme  des  opportunités  et  le  Ministère  de  l’Économie,  dans  son  projet  de  la  Politique  Énergétique  Polonaise  –  2050,  estime  qu’elles  seront le garant de la sécurité énergétique à long terme. Il est difficile de nier le potentiel de  ressources  du  lignite,  mais  il  nous  faut  nous  concentrer  sur  le  fait  que  le  lignite  exploité  actuellement dans les mines en fonctionnement n’est pas éternel (Figure 25).   Les  différentes  sources  donnent  les  différentes  dates,  mais  en  général,  elles  se  mettent  d’accord  sur  le  fait  que  la  production  diminuera  visiblement  en  2030  sauf  en  cas  d’investissements  dans  les  nouveaux  gisements.  Nous  ne  pouvons  pas  analyser  tous  les  gisements, mais il suffit d’analyser bien la carte de la Pologne (Figure 13) pour constater que  le  potentiel  est  énorme.  Nous  pouvons  donner  l’exemple  du  gisement  Zloczew  pour  KWB                                                               31  PIG ‐ "The balance of mineral resources deposits in Poland as of 31.12.2013".  32  Ibid.  33  Le projet de la PEP 2050 parle même de 350 ans 
  29. 29. 29      Master EDDEE – Stage EDF    Belchatow qui pourrait prolonger la production jusqu’à 2055 ou le projet de PGE GiEK avec  la  mine à Gubin avec les ressources estimées à 1 600 Mt.    La mine   La fin de la production KWB Belchatow 2037*  KWB Turow  2039  KWB Konin  2025*  KWB Adamow  2023*  KWB Sieniawa  Pas d’information  Figure 25 ‐ L’épuisement des gisements du lignite – Source : AGH‐ISE *sauf les investissements    Les nouvelles mines sont donc indispensables pour que le lignite reste présent dans le mix  énergétique  polonais.  Les  décisions  devraient  être  prises  rapidement,  car  la  procédure  d’attribution  d’une  concession  est  assez  longue  dans  la  loi  polonaise.  N’oublions  pas  qu’il  s’agit  ici  de  mines  à  ciel  ouvert  dont  l'impact  environnemental  est  considérable  et  les  questions  concernant  l’expropriation  évidentes.  Le  lignite  reste  aujourd’hui  une  source  concurrentielle très intéressante, car les prix des émissions de CO2 ne sont pas élevés. Avec  l’augmentation du prix des émissions de CO2 ou plus précisément avec l’incertitude quant aux  régulations  des  émissions  de  CO2,  les  investissements  futurs  dans  le  lignite  restent,  pour  certains, problématiques et discutables.  En finissant l’analyse et en comparant le secteur du lignite avec le secteur du charbon noir, il  nous faut noter que la fusion des mines avec les producteurs d’électricité permet à la Pologne  de ne pas dépendre des prix internationaux ou des importations.    II. 2. Le plan de liquidation des anciennes centrales d'électricité et les projets de la nouvelle  capacité     Le  système  électrique  polonais  est  âgé  et  vétuste.  Le  rendement  des  centrales  actuelles (Annexe 7) s’élève en moyenne à 32%34 . Le Ministère de l’Économie informe dans le  projet de la Politique Énergétique Polonaise – 2050 qu’environ 45% des centrales électriques  en Pologne ont déjà 30 ans et 77% plus de 20 ans. En prenant en compte l’état actuel des  centrales  et  la  durée  de  la  vie  des  blocs  au  charbon  (40/45  ans)  la  Pologne  devrait  reconstruire entre 13 GW à 18GW de sa capacité.    A. Le plan de liquidation des anciennes centrales d'électricité et la nouvelle capacité prévue  Afin  d’analyser  le  plan  de  liquidation  il  faut  rappeler  que  le  24  novembre  2010,  le  Parlement européen et le Conseil de l’Europe ont voté la Directive 2010/75/UE relative aux  émissions industrielles (prévention et réduction intégrée de la pollution) – IED. L’entrée en  vigueur a eu lieu le 6 janvier 2011 et les États membres ont eu comme délai de transposition  jusqu’au  7  janvier  2013.  Sans  entrer  dans  les  détails,  les  normes  strictes  prévues  par  la  Directive  IED  doivent  être  respectées  par  des  installations  de  combustion  existantes  et  nouvelles  à  partir  du  1er   janvier  2016.  Cependant,  la  directive  prévoit  des  exemptions  au  niveau du plan national de transition (Transitional National Plan) qui permettent de déplacer  le  début  d’application  en  2020.  La  Commission  a  validé  le  Plan  polonais  (Przejsciowy  Plan  Krajowy)  le  17  février  2014  qui  énumère  73  installations.  Le  Président  de  la  Pologne,                                                               34  L’analyse AGH‐ISE (Le document confidentiel)   
  30. 30. 30      Master EDDEE – Stage EDF    Bronislaw  Komorowski  a  signé  la  loi  modifiant  et  actualisant  La  loi  de  la  protection  de  l'environnement  concernant  IED,  le  4  aout  2014.  En  vertu  des  obligations  européennes  rapidement présentées, nous pouvons analyser le plan de liquidation.    L’analyse AGH‐ISE35  estime l’écart à environ 12 GW. Les prévisions du Ministère de  l’Économie  faite  en  2012  par  EM&CA36   estiment  un  écart  allant  de  12,3  GW  à  14,3  GW  jusqu’à 2030. Cette analyse explique que jusqu’à 2030 :    ‐ 7,3 GW des installations au charbon noir vont être fermés ;  ‐ 1,9 GW des installations au lignite vont être fermés ;  ‐ 2,5 GW des installations (elektrocieplownia) au charbon noir vont être fermées.  Ces estimations des fermetures des installations allant de 12,3 GW à 14,3 GW jusqu’en 2030  signifient  que  sans  les  modernisations  et  le  renouvèlement  du  parc,  le  niveau  de  capacité  installée de 38,4 GW (Figure 4) peut être diminué à 23,7‐25,8 GW.   Centrales  2015  2015‐ 20  2020‐ 25  2025‐ 30  2030‐ 35  2035‐ 40  2040‐ 45  2045‐ 50  Le lignite (centrales électriques)  400  793 0 940 5285 0  0  0 Le charbon noir (centrales  électriques)  0  3523 0 2975 6802 1845  0  0 Le charbon noir  (elektrocieplownia)  8  759 200 956 1743 400  904  0 Le gaz naturel  (elektrocieplownia)  0  0 0 101 489 316  0  0 Le vent  0  0 0 0 1800 0  0  0 La biomasse (elektrocieplownia)  0  0 0 0 0 325  0  0 Le biogaz (elektrocieplownia)  0  0 0 0 0 102  0  0 Autres  72  38 100 100 100 100  0  0 Figure 26 ‐ La fermeture des centrales [MW] jusqu’à 2050 – Source : KAPE et WISE L’analyse la plus récente faite par l’agence KAPE et l’institut WISE37  pour le projet de la  Politique  Énergétique  Polonaise  –  2050  estime  que  6  GW  de  la  capacité  existante  seront  retirés du système jusqu’à 2020 et encore (environ) 5 GW dans la prochaine décennie (Figure  26).  La  plupart  des  unités  de  puissance  en  fonction  aujourd'hui  vont  disparaître  dans  les  années 2030‐2040. L’agence KAPE et l’institut WISE estiment aussi que seulement 5GW de la  capacité existante actuellement fonctionnera en 2050, principalement dans l’hydroélectrique  (Figure 27).                                                                35  Ibid.  36  Le rapport sur la sécurité de l'approvisionnement en électricité – 2013  37  L’analyse KAPE‐WISE (Le document confidentiel) 
  31. 31. 31      Master EDDEE – Stage EDF      Figure 27 ‐ Le fonctionnement de la capacité existante de production 2011 ‐ 2050, GW – Source : KAPE et WISE Autres ; Le biogaz (centrales électriques) ; La biomasse (centrales électriques); L’hydraulique ;  Le vent ; Le gaz naturel (elektrocieplownia) ; Le charbon noir (elektrocieplownia) ; Le charbon noir (centrales électriques) ;  Le lignite (centrales électriques) ;  En  analysant  les  différentes  données,  nous  constatons  que  la  Directive  IED  pose  certains  problèmes  à  la  Pologne  et  au  parc  électrique  polonais.  Nous  voyons  aussi  beaucoup  de  difficultés à bien estimer les écarts finaux. Rappelons rapidement que la demande polonaise  moyenne était de 21 884 MW et la pointe de consommation électrique était de 24 761 MW  en 2013 ce qui signifie que les investissements dans la nouvelle capacité sont indispensables.   B. Les différents projets dans le secteur électrique en Pologne  Neuf  centrales  au  charbon  noir  et  au  lignite  seront  modernisées  d’ici  2016  et  la  puissance  installée  augmentera  d’environ  152  MW  (Annexe  8)  ce  qui  relativement  insignificiant. En ce qui concerne les nouveaux investissements en Pologne, nous  trouvons  plusieurs  analyses,  parmi  lesquelles  la  riche  étude  produite  par  AGH  –  ISE  qui  présente  plusieurs projets prévus dans les unités au gaz et au charbon (Annexe 9 et Annexe 10) et le  rapport du Ministère de l’Économie (avec des prévisions EM&CA)38  selon lequel la Pologne  devrait investir dans les nouvelles centrales (environ 28,31 GW) entre 2012‐2030 dont :    ‐ 7 ,65 GW des installations au charbon noir (avec elektrocieplownia) ;  ‐ 1,31 GW des installations au lignite ;  ‐ 3,47 GW des installations au gaz ;  ‐ 9,88 GW d’ENR ;  ‐ 6,0 GW du nucléaire     De son côté, l’analyse la plus récente de l’agence KAPE et de l’institut WISE a pris en  compte les hypothèses de puissance déterminée, c'est‐à‐dire les centrales qui ont déjà investi  dans des plans d'investissement ou qui résultent de l'état des documents stratégiques dont  les nouvelles centrales (elektrocieplownia), les centrales électriques au charbon, les centrales  à  gaz  ainsi  que  les  nouvelles  centrales  nucléaires  qui,  conformément  aux  plans,  auront  la  puissance de 6 GW pendant la période 2024‐2035 (Figure 28).                                                               38  Le rapport sur la sécurité de l'approvisionnement en électricité – 2013 
  32. 32. 32      Master EDDEE – Stage EDF      Centrales  2015 2015‐20 2020‐25 2025‐30  2030‐35  Le lignite (centrales électriques) 0 450 0 0  0  Le charbon noir (centrales électriques) 0 3000 0 0  0  Le charbon noir (elektrocieplownia) 0 100 0 0  0  Le gaz naturel (elektrocieplownia) 558 1420 0 0  0  Les centrales nucléaires  0 0 1500 1500  3000  Total  558 4520 1500 1500  3000  Figure 28 ‐ La nouvelle capacité [MW] jusqu’à 2035 – Source : KAPE et WISE   Comme  nous  venons  de  dire,  6,4  GW  de  la  capacité  existante  seront  retirés  du  système  d’ici  2020.  Il  reste  réaliste  de  penser  qu’environ  4  GW  de  la  puissance  seront  construits dans l’avenir proche (jusqu'à 2017) et dans le scénario le plus optimiste environ 6,5  GW (jusqu'à 2019).   Les  investissements  les  plus  grands  sont  actuellement  en  cours  à  Jaworzno,  Opole  et  Kozienice.  Ils  sont  réalisés  par  les  sociétés  énergétiques  Tauron,  PGE  et  Enea.  Nous  constatons aussi la construction de deux centrales nucléaires. En analysant l’étude d’AGH –  ISE, nous remarquons plusieurs projets intéressants. Ce qui reste applicable à tous les projets,  c’est la longue période de construction, les difficultés de financement des projets et parfois la  construction incertaine.   La période d’application de la Directive IED approche et avec elle la décision d’arrêter une  bonne partie des blocs. De ce fait, il est légitime de se demander si la Pologne n’est pas déjà  en retard dans les investissements dans les nouvelles centrales ?  III. Le bilan de la situation et les conclusions sur le secteur énergétique actuel    L’évaluation  reste  souvent  marquée  par  l'individualisme  et  le  subjectivisme.  Le  contexte  nous  oblige  de  rester  le  plus  objectif  possible  dans  le  bilan  de  la  politique  énergétique actuelle en Pologne.    III. 1. Les priorités de la politique énergétique polonaise (selon le Ministère de l’Économie)     La doctrine de la politique énergétique polonaise actuelle et future est parfaitement  expliquée dans la figure 29. Elle se traduit par une vraie collaboration entre les trois facteurs  ou les variables le plus importantes dans le monde d’aujourd’hui. Il nous faut noter tout de  suite  que  les  mêmes  objectifs  sont  stables  et  sont  repris  dans  le  projet  de  la  Politique  Énergétique Polonaise – 2050. Il s’agit d’un mix entre la sécurité énergétique, la compétitivité  de l’économie et la protection de l’environnement. Ces trois facteurs deviennent les priorités  les plus absolues pour la Pologne et restent en connexion directe avec les objectifs de l’Union  européenne.    
  33. 33. 33      Master EDDEE – Stage EDF      Figure 29 ‐ La doctrine de la politique énergétique polonaise actuelle et future – Source : MG    En plus de ces trois facteurs, le bilan officiel de la Politique Énergétique Polonaise –  2030 énumère six priorités dont :    ‐ L’amélioration de l’efficacité énergétique ;    ‐ L’augmentation de la sécurité d’approvisionnement en matière première et en énergie ;  ‐ La  diversification  de  la  structure  de  la  production  d’électricité  par  l'introduction  de  l'énergie nucléaire ;  ‐ Le développement des sources d'énergie renouvelables, notamment les biocarburants ;  ‐ Le développement du marché de l'énergie compétitive ;  ‐ La réduction de l'impact de l'énergie sur l'environnement.     Nous  constatons  que  la  Pologne  comprend  bien  l’importance  de  l’amélioration  d’efficacité  énergétique  et  la  réduction  de  l'impact  de  l'énergie  sur  l'environnement.  La  Directive IED sera appliquée et les anciennes centrales seront arrêtées.   Nous  avons  démontré  que  l’augmentation    de  la  sécurité  d’approvisionnement  de  matière  première  et  de  l’énergie  est  un  point  essentiel  pour  la  Pologne.  Les  différents  secteurs nationaux puissent être développés et la production améliorée. Cale concerne aussi  la diversification de la structure de la production de l’électricité par l'introduction de l'énergie  nucléaire.  L’accident  de  Fukushima  n’a  pas  altéré  la  volonté  polonaise  de  se  doter  de  centrales  nucléaires.  La  Pologne  veut  toujours  construire  ses  centrales  et  développer  le  secteur  de  l’atome.  Il  nous  faut  critiquer  le  développement  des  sources  d'énergie  renouvelables. En analysant les informations, nous constatons que la Pologne se tourne vers  le  secteur  des  biocarburants,  dont  la  biomasse  et  le  biogaz,  en  mettant  à  côté  le  développement des parcs éoliens. Cependant, nous devons défendre ici la Pologne.  Comme  nous l’avons déjà souligné, la puissance installée d’ENR à la fin de 2013 s’est élevée à 5725  MW (sur 38GW) ce qui donne 15% de la capacité installée. La production d’électricité à base  d’ENR s’élève à 5,3% en 2013 seulement39 . Le principe est simple, sur 1 000 MW des énergies  renouvelables,  il  faut  compter  environ  800  MW  d’énergies  conventionnelles  (cas  d’intermittence), puisque dans les conditions géographiques de la Pologne, les éoliennes ne  produisent de l'électricité que 15 à 25% du temps pendant l’année et l’énergie solaire que 10  à 15% du temps40 . Ce type d’énergie reste donc économiquement contestable en Pologne.                                                               39  KASZTELEWICZ Zbigniew, « Doktryna energetyczna Polski na I połowę XXI wieku », AGH – Cracovie, août 2014.  40  Ibid. 
  34. 34. 34      Master EDDEE – Stage EDF    III. 2. Le résultat de la situation énergétique actuelle en Pologne     La  situation  énergétique  actuelle  de  la  Pologne  se  présente  de  manière  positive  et  stable. D’après les informations présentées, la sécurité énergétique est assurée. Même si la  Pologne  ne  dispose  pas  de  ressources  en  gaz  et  en  pétrole  considérables,  elle  a  réussi  à  diversifier la sécurité d’approvisionnement de ses matières premières. Nous voyons aussi les  nouveaux projets et les opportunités de la recherche du gaz de schiste comme une solution à  long  terme.  Les  ressources  concernant  le  charbon  dont  le  lignite  et  le  charbon  noir  sont  significatives et pourraient garantir la production d’électricité pendant longtemps. Pourtant,  la Pologne comprend et accepte lentement les questions environnementales et le besoin de  développer l'énergie nucléaire.  Il est indéniable que le secteur de l'électricité polonaise est actuellement confronté à  de  sérieux  défis41   comme  le  renouvèlement  du  parc  et  le  choix  des  technologies  de  long  terme. De plus, il ne faut pas ignorer le fait que la qualité de la production d'électricité, la  qualité de l'infrastructure de transmission et les obligations dans le domaine de la protection  du climat, etc. sont des éléments prépondérants.   Ajoutons dans ce contexte le dernier 24th Economic Forum (2014) à Krynica (2‐4 septembre  2014) où les experts ont souligné que « le charbon était, est et restera un élément important  du mix énergétique polonais. Le charbon sera important pendant longtemps pour l'industrie  polonaise de l'énergie. La question est de savoir si nous utilisons le charbon polonais ou le  charbon importé ? »42 .    De son coté, WISE a publié un rapport en mai 2014 sur L'intérêt polonais. Comment utiliser la  politique  énergétique  et  climatique  de  l'UE  pour  soutenir  le  développement  de  la  Pologne  jusqu'en 2030? qui s’inscrit dans la conception du projet ‐ Low‐Emission Poland 2050. Dans ce  dernier, les auteurs observent aussi que le secteur de l'énergie polonais est en attente d’une  profonde  vague  de  modernisation.  L’étude  remarque  que  le  coût  de  l'évolution  de  la  composition du mix énergétique d’une émission inférieure ne sera pas significativement plus  cher que de maintenir le rôle dominant du charbon. Toutes les options du mix énergétique  seront  très  semblables  les  unes  aux  autres.  Soit  la  Pologne  décide  d’investir  dans  les  technologies  à  forte  intensité  capitalistique  qui  exigent  moins  de  carburant,  soit  elle  se  concentre sur les technologies moins chères, mais qui exigent plus de carburant. Quel que  soit  le  choix  polonais,  les  coûts  de  l'énergie  seront  plus  ou  moins  les  mêmes.  Les  coûts  devraient même augmenter à cause des investissements et du prix du carburant (comprenant  les émissions de CO2).                                                                  41  dont Tomasz Popławski, Andrzej Sikora, Paweł Poprawa etc.  42  http://www.cire.pl/item,98294,1,0,0,0,0,0,eksperci‐wegiel‐waznym‐elementem‐polskiego‐miksu‐energetycznego.html 

×