Colloque temps et temporalités du web

565 vues

Publié le

Communication "Projection algorithmique : une augmentation qui défie le temps". Colloque international TTOW 2015 - Temps et Temporalités du Web - CNRS - ANR - Paris-Sorbonne - UPMC

Publié dans : Internet
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
565
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Colloque temps et temporalités du web

  1. 1. Colloque temps et temporalités du web 1er – 3 décembre 2015, Paris CNRS / Paris-Sorbonne / UPMC Thierry Berthier, Chaire de cybersécurité & cyberdéfense Saint-Cyr
  2. 2. Projection algorithmique : une augmentation humaine qui défie le temps Thierry Berthier Chaire de Cybersécurité & Cyberdéfense Saint-Cyr Thales - Sogeti
  3. 3. Projection algorithmique : une augmentation humaine qui défie le temps Plan Le facteur temporel dans … 1 - La projection algorithmique d’un individu, 2 - Le niveau d’ubiquité d’un lieu, 3 - Le consentement algorithmique, 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale.
  4. 4. 1 - La projection algorithmique d’un individu
  5. 5. 1 - La projection algorithmique d’un individu Lorsqu’un individu H déclenche l’exécution (volontaire ou non) d’un algorithme A sur un système S, une partie de l’information associée à cette exécution est stockée quelque part dans les archives de S, dans le Cloud ou ailleurs. C’est la trace numérique de cette interaction. Cette information est notée PS(H/A), comme la projection algorithmique de H sur S selon A. PS(H/A) est un ensemble de mots binaires m qui ont un sens pour la machine qui exécute A. Cette projection algorithmique peut se décomposer en composantes ouverte et fermée : PS(H/A) = POS(H/A) U PFS(H/A)
  6. 6. 1 - La projection algorithmique d’un individu POS(H/A) est la composante ouverte de la projection, elle est publique, consultable par tous les utilisateurs sur S. PFS(H/A) est la composante fermée de la projection, elle est privée, consultable par les administrateurs de S et d’autres… Elle peut aussi se décomposer en composantes volontaire et systémique : PS(H/A) = PVOL-S(H/A) U PSYST-S(H/A) PVOL-S(H/A) est la composante volontaire de la projection. (je rédige un mail et je l’envoie, j’achète un objet en ligne). PSYST-S(H/A) est la composante systémique de la projection. (les métadonnées créées lors d’une interaction).
  7. 7. 1 - La projection algorithmique d’un individu Lorsque l’on considère maintenant la réunion de toutes les projections algorithmiques d’un individu H sur le système S, on obtient sa S-projection notée PS(H) : PS(H) = UA PS(H/A) Puis, on généralise encore en considérant la réunion de toutes les S-projections de H. On obtient la projection algorithmique globale de H notée P(H) : P(H) = US PS(H)
  8. 8. 1 - La projection algorithmique d’un individu La projection globale P(H) d’un individu se décompose encore en composantes globales ouverte, fermée, volontaire et systémique. Elle se construit tout au long de notre vie… P(H) est croissante en fonction du temps t. L’archivage et la duplication des données assurent cette croissance en volume, de la naissance jusqu’à la mort. La composante globale systémique va bientôt dépasser en volume la composante volontaire. Les objets connectés vont contribuer à ce basculement du volontaire vers le systémique.
  9. 9. 1 - La projection algorithmique d’un individu Cette évolution nous questionne individuellement
  10. 10. 1 - La projection algorithmique d’un individu Dans quelle mesure notre libre-arbitre peut-il s’accommoder d’une projection globale systémique hyper croissante ? Doit-on s’y opposer ? Chacun possède sa propre réponse. Celle d’aujourd’hui n’est pas celle de demain. Ma réponse est toujours directement liée à mon niveau de consentement algorithmique (cf. partie 3).
  11. 11. 2 - Le niveau d’ubiquité d’un lieu
  12. 12. 2 - Le niveau d’ubiquité d’un lieu Considérons à présent un individu évoluant dans une ville connectée durant l'intervalle de temps [0,T]. Au cours de cette période, il va produire des projections algorithmiques volontaires et systémiques (involontaires) dont on mesure le volume total V Vol ( H , [0,T] ) et V Syst ( H , [0,T] ) . On s'intéresse ensuite au ratio des volumes "volontaire / systémique" durant la période considérée : R ( H , [0,T] ) = V Vol ( H , [0,T] ) / V Syst ( H , [0,T] ) puis à la valeur moyenne µ ( R ( H , [0,T] ) ) de ce ratio prise sur tous les individus fréquentant la ville durant la période [0,T]. On peut alors définir le niveau d'ubiquité d'une ville connectée en fonction de cette valeur moyenne.
  13. 13. 2 - Le niveau d’ubiquité d’un lieu Définition du niveau d'ubiquité d'une ville : Une ville est dite ubiquitaire de niveau N sur la période [0,T] si : µ ( R ( H , [0,T] ) ) < 10 - N Le niveau d'ubiquité d'une ville intelligente est l'entier N[0,T] maximum vérifiant cette inégalité. Plus N est grand et plus la partie systémique des projections est prépondérante sur la partie volontaire. Cela signifie que durant la période considérée, la densité des objets, systèmes de surveillance vidéo et infrastructures connectées de la ville provoque cette dissymétrie. Le niveau N est globalement croissant dans le temps au sein d'une ville intelligente.
  14. 14. 2 - Le niveau d’ubiquité d’un lieu Ubiquité et temporalité La durée d’observation choisie T détermine le niveau d’ubiquité du lieu. On peut s’intéresser à l’évolution de ce niveau d’ubiquité lorsque T tend vers 0. La limite s’interprète alors comme le niveau d’ubiquité instantané d’un lieu donné.
  15. 15. 3 - Le consentement algorithmique
  16. 16. 3 - Le consentement algorithmique Ce second niveau d'ubiquité s'appuie cette fois sur une appréciation rétrospective que l'usager porte sur sa propre projection algorithmique purement systémique. Le niveau de consentement algorithmique (ou ubiquité consentie) mesure en quelque sorte le degré de liberté algorithmique ressenti par les usagers d'une ville intelligente. On le définit à partir des projections algorithmiques systémiques des usagers : P Syst - S ( H / A). On observe leur production de projections purement systémique durant l'intervalle de temps [0,T] puis à l'instant T, on leur demande de se prononcer rétrospectivement sur l'admissibilité de chacune des projections systémiques par la question : "Vous avez produit involontairement P Syst - S ( H / A). Si vous aviez la possibilité de bloquer ou de supprimer cette projection, le feriez-vous ?".
  17. 17. 3 - Le consentement algorithmique Les réponses de l'usager permettent alors de séparer l'ensemble des projections systémiques créées durant la période [0,T] en deux sous- ensemble : les projections systémiques rétrospectivement consenties d'une part, et celles qui sont rétrospectivement jugées non admissibles par l'usager, c'est-à-dire, celles qu'il aurait refusées s'il en avait eu la possibilité. Ainsi, la projection systémique sur un système S pendant la durée [0,T] s'écrit : PSyst - S (H, [0,T] ) = UA, [0,T] PSyst - S (H/A) On la généralise à tous les systèmes actifs pendant l'intervalle de temps [0,T] pour obtenir : PSyst (H, [0,T]) = US PSyst - S (H, [0,T])
  18. 18. 3 - Le consentement algorithmique Puis, on passe à la phase de jugement rétrospectif de l'usager, à l'instant T, sur ses projections systémiques : PSyst (H, [0,T]) = PSyst - consentie (H, [0,T]) U PSyst - refusée (H, [0,T]) Cette partition fait apparaitre la projection algorithmique systémique consentie par l'usager d'une part PSyst - consentie (H, [0,T]) et d'autre part, celle qu'il refuserait rétrospectivement de produire s'il en avait la possibilité : PSyst - refusée (H, [0,T]). En considérant les volumes respectifs de ces projections consenties et systémiques, on peut alors définir le ratio de consentement algorithmique d'un usager de la ville sur l'intervalle de temps [0,T] par : R consentie ( H , [0,T] ) = V Syst - consentie ( H , [0,T] ) / V Syst ( H , [0,T] )
  19. 19. 3 - Le consentement algorithmique Enfin, on définit la valeur moyenne de ce ratio µ (R cons ( H , [0,T] ) ) prise sur tous les individus fréquentant la ville durant la période [0,T]. Définition du consentement algorithmique : On appelle consentement algorithmique sur la période [0,T] ou niveau d'ubiquité consentie d'une ville intelligente sur la période [0,T], la valeur C[0,T] = µ (R consentie ( H , [0,T] ) ) . Plus cette valeur moyenne C[0,T] est proche de 1 et plus il y a consentement algorithmique des usagers de la ville intelligente. Plus ce ratio s'approche de 0 et plus les usagers ont le sentiment d'une perte de liberté et d'une captation illégitime par les infrastructures connectées de leurs données personnelles. Le ratio fournit une mesure sur la période [0,T] du degré de liberté ressentie par l'usager au sein de la ville intelligente.
  20. 20. 3 - Le consentement algorithmique La valeur du consentement algorithmique dépend en particulier de la période sur laquelle on la mesure et du lieu d'implantation de la ville intelligente. Par exemple, la demande en systèmes de vidéo surveillance automatisés semble plus forte chez les habitants de Songdo (Corée du Sud) que dans une ville connectée européenne. C'est avant tout une question de culture, de perception des risques et d'acceptation d'une technologie parfois intrusive.
  21. 21. 3 - Le consentement algorithmique Prospérité et développement d’une ville intelligente : Une ville intelligente ne peut prospérer, se développer, et augmenter ses capacités algorithmiques que si, lorsque N[0,T] croît, alors C[0,T] croît également. Autrement dit, le développement et la prospérité d'une ville connectée reposent sur les croissances conjuguées de son niveau d'ubiquité N[0,T] et de son consentement algorithmique C[0,T] .
  22. 22. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale.
  23. 23. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale.
  24. 24. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale. La convergence NBIC rend aujourd’hui possible l’interfaçage neuronal. Les interfaces neuronales vont assurer la liaison entre le cerveau humain et l’espace numérique. Notre projection algorithmique globale va se réifier. Le transfert d’informations entre le cerveau biologique et le cyberespace s’effectuera à la vitesse de la pensée humaine… Il faudra considérer sa projection algorithmique comme une augmentation de son propre corps. Selon Ray Kurzweil, 2030 sera l’année de la pensée hybride grâce à la connexion généralisée du neocortex humain au cloud…
  25. 25. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale.
  26. 26. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale.
  27. 27. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale.
  28. 28. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale.
  29. 29. 4 - L’effet de la convergence NBIC sur notre projection globale. La convergence NBIC va accorder les temporalités biologiques avec celles du cloud, du web et du cyberespace en général. Il s’agit là d’un défi technologique majeur qui peut s’inscrire comme un nouveau seuil dans notre évolution darwinienne.
  30. 30. La plasticité, principe de la dignité humaine. Pic de la Mirandole - 1486
  31. 31. « Le parfait artisan décida finalement qu’à celui à qui il ne pouvait rien donner en propre serait commun tout ce qui avait été le propre de chaque créature. Il prit donc l’homme, cette œuvre à l’image indistincte, et l’ayant placé au milieu du monde, il lui parla ainsi : « Je ne t’ai donné ni place déterminée, ni visage propre, ni don particulier, ô Adam, afin que ta place, ton visage et tes dons, tu les veuilles, les conquières et les possèdes par toi-même. La nature enferme d’autres espèces en des lois par moi établies. Mais toi, que ne limite aucune borne, par ton propre arbitre, entre les mains duquel je t’ai placé, tu te définis toi-même. Je t’ai mis au milieu du monde, afin que tu puisses mieux contempler autour de toi ce que le monde contient. Je ne t’ai fait ni céleste ni terrestre, ni mortel ni immortel, afin que, souverain de toi-même, tu achèves ta propre forme librement, à la façon d’un peintre ou d’un sculpteur. Tu pourras dégénérer en des formes inférieures, comme celle des bêtes, ou régénéré, atteindre les formes supérieures qui sont divines » - Pic de la Mirandole. Discours sur la dignité de l’homme. 1486 ou 1487.
  32. 32. http://cyberland.centerblog.net/ http://echoradar.eu/ http://www.chaire-cyber.fr/

×