Les Défis de l'Aménagement du Territoire en Guadeloupe : entre Mitage et Reconquête des Centres Bou
Extrait du Les notes é...
Les Défis de l'Aménagement du Territoire en Guadeloupe : entre Mitage et Reconquête des Centres Bou
Auteur : Frantz COGNET...
Les Défis de l'Aménagement du Territoire en Guadeloupe : entre Mitage et Reconquête des Centres Bou
centres bourgs doivent...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les défis de l’aménagement du territoire en Guadeloupe : entre mitage et reconquête des centres bourgs (Extrait des notes économiques du LEAD et du Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe 2010)

2 031 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 031
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 154
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les défis de l’aménagement du territoire en Guadeloupe : entre mitage et reconquête des centres bourgs (Extrait des notes économiques du LEAD et du Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe 2010)

  1. 1. Les Défis de l'Aménagement du Territoire en Guadeloupe : entre Mitage et Reconquête des Centres Bou Extrait du Les notes économiques du LEAD et du Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe http://www.lead-eco.com/spip.php?article72 Les Défis de l'Aménagement du Territoire en Guadeloupe : entre Mitage et Reconquête des Centres Bourg - Les numéros - Numéros - Vol.1, N°1 | Premier semestre 2010 - Date de mise en ligne : vendredi 3 février 2012 Les notes économiques du LEAD et du Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe Copyright © Les notes économiques du LEAD et du Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe Page 1/3
  2. 2. Les Défis de l'Aménagement du Territoire en Guadeloupe : entre Mitage et Reconquête des Centres Bou Auteur : Frantz COGNET Confronté à une longue histoire « destructrice » et à la recherche d'une reconnaissance sociale, l'homo erectus guadeloupéen, dans sa grande majorité, aspire depuis une vingtaine d'années à posséder sa belle (grande) maison individuelle. Cette caricature à laquelle on pourrait aussi ajouter sa « grosse voiture » peut sembler réductrice, mais elle résume à elle seule la révolution à laquelle nous devrons faire face dans les 15-20 prochaines années. À l'horizon 2030, nous serons plus de 550 000 habitants (prévision INSEE) sur un territoire de près de 1704 km2 (densité de 256 h/km2 en 2009). Habiter de nos jours dans un immeuble, qui plus est, en centre ville et se déplacer en transport collectif peut être assimilé à un échec social ou à une forme de « renoncement social » au modèle décrit plus haut. Ce modèle, loin d'être une tare dans des territoires comparables à la France, aux Etats-Unis ou même encore plus proche de nous, à la Guyane française, doit tout de même nous amener à nous questionner quant à sa pérennité sur une île exigüe, non-extensible et où se posent déjà de graves problèmes d'aménagement du territoire : Une énorme demande en logements face à des bourgs, des centres ville qui se désertifient, le tout sur fond de précarité d'une large part de la population (70% de la population guadeloupéenne est éligible au logement social) et enfin un foncier inaccessible au citoyen lambda. Nous voici donc face à un véritable défi de société que les derniers évènements qu'a connus la Guadeloupe n'ont pas manqué de mettre en exergue. Loin de sombrer dans un pessimisme inéluctable, la Guadeloupe possède tout de même de solides atouts et des niches à explorer afin de bâtir un véritable projet économique et urbain de territoire. Ce projet qui devra tout d'abord s'appuyer sur l'arrêt du mitage du territoire, véritable fléau urbain de notre île, en partant parallèlement, à la reconquête des centres bourg et centre-ville où il existe, outre des difficultés opérationnelles, des capacités insoupçonnées d'aménagement. Le mitage se caractérise par l'atomisation de l'habitat hors des zones aménagées. Ce phénomène a rendu diffus, peu lisible les équipements et aménagements tout en affaiblissant les ressources de nos collectivités. Il résulte de la volonté de nos populations, même pour les foyers modestes, d'accéder au rêve : la maison individuelle ; celle-ci se construit au fil des ressources des ménages, au gré des « coups de main » et souvent sur un foncier où règne l'indivision. Le mitage n'a pas permis, durant La reconquête des bourgs et centre-ville de longues années, aux collectivités d'intégrer ce type d'habitat dans l'assiette fiscale des communes. Il est aussi dévoreur d'espaces, crée des ruptures sur l'homogénéité des terres agricoles et ne permet pas une modernisation satisfaisante des infrastructures telles que l'électrification, l'assainissement et la voirie. La faiblesse des moyens des transports collectifs dans ces zones encourage aussi le « tout voiture ». Mettre fin à cette dérive, c'est redonner aux collectivités, en partie, la maîtrise de leur aménagement, mais c'est aussi les exposer à l'incompréhension de leurs administrés qui exercent sur eux, à l'approche d'échéances, des pressions non négligeables. Mettre fin à ces formes d'individualisme, c'est le travail pédagogique que les experts, élus et autres responsables doivent se fixer comme principal objectif. La relève des défis comme le tri sélectif des déchets et la modernisation des infrastructures, passe par l'arrêt définitif du mitage. Les collectivités possèdent un outil, appelé le PLU (Plan Local d'Urbanisme), qui remplace le POS (Plan d'Occupation des Sols) et qui doit permettre aux élus d'harmoniser le développement de leur territoire et de mettre fin au développement anarchique de leur commune. Le PLU, dans son élaboration, est soumis à une enquête publique. Ce dispositif, pourtant très courant, est très souvent négligé par les différentes parties ; il est cependant l'occasion pour les élus et les techniciens d'échanger avec les administrés et de développer une forme de dialogue pédagogique permettant de les associer à son élaboration (démocratie participative). La reconquête des bourgs et centre-ville pourrait constituer une réponse majeure au problème du mitage et à la très forte demande de logements en offrant de nouvelles opportunités d'habitats ainsi qu'un développement économique tourné vers les services. Depuis plusieurs années tous les spécialistes s'accordent à dire que les Copyright © Les notes économiques du LEAD et du Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe Page 2/3
  3. 3. Les Défis de l'Aménagement du Territoire en Guadeloupe : entre Mitage et Reconquête des Centres Bou centres bourgs doivent être reconquis, que ceux-ci se meurent et qu'ils représentent plusieurs hectares de terrains à construire. Le peu d'engouement qu'ont les guadeloupéens depuis plusieurs décennies pour leurs centres urbains résulte du fait qu'ils ont tout simplement perdu leur attractivité : les collectivités les ont délaissés, les commerces ont donc périclité, les équipements ne sont plus à la hauteur de leurs attentes et les conditions d'habitat et de sécurité insuffisantes. Nos bourgs (y compris le centre ville de Pointe-à-Pitre) sont caractérisés par les fameuses « dents creuses » et les bâtiments abandonnés du fait de l'indivision. Pour offrir à un opérateur la possibilité d'investir dans sa commune, un maire est souvent démuni tant en terme législatif qu'en termes de moyens : il n'a souvent pas les moyens de faire valoir son droit de préemption et n'en possède guère plus pour régler les problèmes d'indivision. Les RHI (Résorption de l'Habitat Insalubre), dont les délais de réalisation sont souvent interminables du fait des procédures longues et délicates et les OPAH (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat), qui permettent d'aider à la rénovation de l'habitat dans les centres urbains, ne s'adressent qu'à des propriétaires dûment reconnus ; ces deux dispositifs d'aménagement illustrent de manière remarquable ces difficultés. Il ne faudrait surtout pas que l'offre de logements dans les bourgs se cantonne à du logement social, d'une part parce que ce type d'opérations qui doit répondre à des réglementations d'urbanisme plus contraignantes est plus onéreuses et d'autre part parce que ça ferait que paupériser un peu plus les bourgs de la Guadeloupe. Il existe pourtant des outils tels que le FRAFU (Fond Régional d'Aménagement du Foncier Urbain) qui subventionnent les surcoûts des projets dans les centres bourg ; la mobilisation de ces fonds s'est malheureusement concentrée sur les projets actuels de rénovation urbaine des Abymes et de Pointe-à-Pitre. Les autres communes du département se trouvent donc privées de ces aides pour quelques années. Les centres bourg pourraient, dans le futur, bénéficier de la convergence avec un autre défi qu'est le vieillissement de la population guadeloupéenne : en 2030, la Guadeloupe comptera plus de 33% de personnes âgées de plus de 60 ans contre à peine 18% aujourd'hui. Seuls les centres bourg qui, par la proximité avec les différents services, l'accès rapide aux soins et l'offre de divertissements et loisirs peuvent répondre aux exigences des populations seniors. Ces bourgs devront alors lancer des travaux d'adaptation de tous les équipements et voiries à la mobilité réduite de cette nouvelle population. Inciter des opérateurs privés à intégrer dans le tissu urbain des bourgs des logements intergénérationnels afin de créer de la mixité sociale et enfin former les populations riveraines aux nouveaux métiers de service. Nombreuses sont les recommandations du Schéma d'Aménagement Régional de décembre 2008, qui convergent avec les points développés plus haut. Mettre fin au mitage des zones rurales en pérennisant et en consolidant l'existant ; reconquérir les bourgs des communes par la résorption des dents creuses, le règlement des problèmes d'indivisions et offrir des opportunités à de nouveaux acteurs. Néanmoins, le SAR omet d'expliciter les deux leviers incontournables d'un aménagement du territoire : celui de la volonté politique et celui des outils. À ce jour, il n'existe ni l'un ni l'autre. La volonté politique : les divergences entre les orientations précises du SAR opposables aux tiers et au PLU et la volonté du maire de garder le contrôle de l'aménagement de sa commune montrent bien les limites d'un système qui perdurera tant que l'intercommunalité ne sera pas généralisée en Guadeloupe et que les maires n'auront pas renoncé à certaines de leurs prérogatives. Il sera alors difficile de définir une véritable orientation politique (l'échec de la session de présentation du SAR au congrès de décembre 2008 en est une illustration). Par ailleurs, les outils manquent pour une politique d'aménagement ambitieuse ; elle passe par la présence de véritables intercommunalités mobilisant un aménageur unique ayant les ressources opérationnelles requises. Intégrer au sein de cet aménageur une agence du littorale ne gérant pas uniquement la zone des « 50 pas » comme c'est le cas aujourd'hui. Un SAR ambitieux, une volonté politique convergente et l'arrêt de la démultiplication des acteurs de l'aménagement du territoire, tel serait à mon avis l'une des clefs de la réussite d'un véritable Projet Guadeloupéen. Copyright © Les notes économiques du LEAD et du Crédit Agricole Mutuel de Guadeloupe Page 3/3

×