1Bersipont Ann-Charlotte (2D1X) Mai 2013Master 60 en JournalismeAnalyse des enjeux de l’information (LCOMU2631)Portrait Wo...
2-La locale : Texte dans lequel Maryse décrit son expérience en presse locale. Le lien avecle point précédent se réalise a...
3Direction la grand place, où j’ai rendez-vous avec cette idéaliste de 24 ans. Ellesort d’un examen au service decoopérati...
4!!! INTERVIEW !!!En 2012, diplôme en poche, Maryse selance sur le marché du travail. Depuis,elle enchaîne les contrats te...
5Pour cette amoureuse de l’atmosphèreBruxelloise, les défis sont encoremultiples ! Elle s’apprête à partir 3 moisau Brésil...
6ECRAN NOIRECRITURE APPARAIT PETIT APETIT• Les vidéos courtesEcran noir avec une question Maryse répond à la questionMise ...
7Le rendu final de l’idée de base• L’insertion de sons radiosComme ce n’était pas très esthétique de coller un lien vers S...
8• Le preziJ’avais d’abord en tête de réaliser un portrait en deux parties, un côté « pile » (plan personnel)et un côté « ...
9Exemple d’information supplémentaire traitée dans un rectangle jaune4. Insertion de réflexions sociologiquesElles ont été...
105. Retour critiqueJ’ai choisi d’effectuer le retour critique sous la forme d’un texte continu, car j’estime queles vidéo...
11protégée, et d’un autre côté, elle a un discours d’indifférence, lorsqu’elle prétend que la carte depresse ne détermine ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Storyboard et genèse du projet

392 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
392
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Storyboard et genèse du projet

  1. 1. 1Bersipont Ann-Charlotte (2D1X) Mai 2013Master 60 en JournalismeAnalyse des enjeux de l’information (LCOMU2631)Portrait Worlds of Journalism Study : Maryse WilliquetSTORYBOARD1. ConceptJe propose un portrait très multimédia, dans une optique un peu labyrinthique qui reflètebien la personnalité de la journaliste en question, qui s’intéresse à plein de choses.Pour se faire, j’ai opté pour la plateforme Prezi. D’abord, cet outil permet d’intégrer denombreux supports différents : des photos, des vidéos, des textes. J’apprécie également laprésentation des Prezi : l’internaute peut suivre un chemin prédéterminé ou naviguer comme ille souhaite sur les différents contenus. J’ai découvert que Prezi proposait une présentationlabyrinthique dans ses thèmes : cela a achevé de me convaincre. Je pense que cette plateformese prête tout à fait à mon projet.2. Logique narrativeComme expliqué précédemment, Prezi permet deux options : soit l’internaute suitl’itinéraire proposé par le créateur, soit il se déplace comme il le désire sur les différentséléments.En l’occurrence, s’il suit le chemin imposé, la logique est la suivante :-Titre : Maryse ou le Dédale des Idées. Le journalisme en fil d’Ariane.-Photo du sujet.-Recontextualisation de la rencontre.-Portrait vidéo format long : 5 minutes. But ? Se faire une première idée de la personneportraitisée.-Derniers livres lus : deux exemples, illustrés. But ? Donner quelques petits détails sur lapersonnalité de Maryse, vu que la première vidéo s’intéressait à son parcours journalistique.-Ses goûts musicaux : une vidéo avec un petit texte. But ? Donner quelques détails surMaryse.-Son média de prédilection ? La télévision : Texte qui présente les médias pour lesquelselle a travaillé et pourquoi elle apprécie la télévision. + Vidéo sur le décalage entre les étudeset le terrain.
  2. 2. 2-La locale : Texte dans lequel Maryse décrit son expérience en presse locale. Le lien avecle point précédent se réalise automatiquement puisque les médias nommés sont locaux. +Vidéo sur les défis de la presse locale.-L’engagement, son minotaure ? Après la présentation de son travail journalistique,j’aborde ce qui lui manque dans ce métier (l’engagement) et la manière que Maryse a trouvéepour développer cet aspect : s’investir dans des ONG et des ASBL.-Autres projets d’avenir : Je rebondis sur le côté « projet » pour évoquer son futurvoyage au Brésil avec le FOREM.-Femme et journaliste : Vidéo où Maryse s’exprime sur le sujet. Pas de lien avec ce quiprécède mais on reste dans la réflexion sociologique sur le journalisme.-Avis sur différents thèmes journalistiques : Maryse s’exprime, en vidéos courtes, sur lacarte de presse, la définition du journalisme et le journalisme citoyen.-Les coulisses : La boucle est bouclée, on revient au début du portrait : les circonstancesde la rencontre. Je le fais sous forme de texte.Le produit fini total est assez long, si l’internaute veut tout regarder. Mais je pars duprincipe qu’il n’inspectera pas forcément avec attention chaque élément et que l’avantage dela navigation libre est qu’il pourra consulter uniquement les aspects qui l’intéressent.3. StoryboardsVoici quelques storyboards que j’ai réalisés pour aboutir au produit fini.• Portrait long en images : plans principaux et voix off, indications en rougeBruxelles, le quartier de la gare decentrale. Sur la place de l’Europe,l’œuvre d’une artiste finlandaise flotte auvent. Les chemises attachées les unes auxautres symbolisent les différents paysd’Europe. Tous différents, mais tous liés.L’Europe, c’est l’option qu’avait choisieMaryse lors de ses études en journalismeà l’IHECS.PLANS GENERAUX GAREC’est donc la capitale belge que la jeunefille a choisi pour faire ses études, avecses chocolatiers, ses magasins de bièresnationales et toutes les autresgourmandises bien de chez nous.PLANS ENSEIGNESCOMMERCIALES
  3. 3. 3Direction la grand place, où j’ai rendez-vous avec cette idéaliste de 24 ans. Ellesort d’un examen au service decoopération nationale. Pour lesnombreux passants, le temps est auxflâneries et aux verres en terrasse.PLAN ZOOM GRAND PLACEPLANS AMBIANCE BRUXELLES(GENS SE PROMENENT, BOIVENTEN TERRASSE)Pourtant, au milieu de la foule, Maryseprend le temps de se poser et de réfléchirà son métier. Elle commence parm’expliquer la naissance d’une vocation.On voit Maryse s’avancer au milieu de lafoule et s’asseoir. PLANS DE COUPE.
  4. 4. 4!!! INTERVIEW !!!En 2012, diplôme en poche, Maryse selance sur le marché du travail. Depuis,elle enchaîne les contrats temporaires :d’abord à Canal C à Namur, puis à CanalZoom à Gembloux. Son statut instablel’amène à se questionner sur son identitéen tant que journaliste.TRANSITION : PLANS DE COUPE !!!!! Interview !!!Justement, parlons-en de la carte depresse ! Maryse reconnaît que lesavantages concrets comme : le traingratuit sont intéressants. Maissymboliquement, elle estime que la carten’est pas indispensable pour êtrejournaliste, loin de là !PLANS DE COUPE!!! Interview !!!
  5. 5. 5Pour cette amoureuse de l’atmosphèreBruxelloise, les défis sont encoremultiples ! Elle s’apprête à partir 3 moisau Brésil pour un stage dans son secteur.Elle espère profiter de son séjour pourréaliser un documentaire. Pour elle, lejournalisme fait lui aussi face à denombreux challenges !PLANS AMBIANCE BRUXELLESZOOM SUR T-SHIRT!!! Interview !!!Le temps de la pause se termine, etMaryse repart dans le flot desinformations continues. Avec sondynamisme et son côté touche-à-tout, lajeune journaliste illustre finalement cequ’est le journalisme en 2013.PLAN VILLE BRUXELLESPLAN FINAL PLUS LARGEMUSICIENS
  6. 6. 6ECRAN NOIRECRITURE APPARAIT PETIT APETIT• Les vidéos courtesEcran noir avec une question Maryse répond à la questionMise en page imaginée pour ces formats courts :Quel est l’avis de Maryse sur ces différents thèmes ?Vidéo 1 Vidéo 2 Vidéo 3
  7. 7. 7Le rendu final de l’idée de base• L’insertion de sons radiosComme ce n’était pas très esthétique de coller un lien vers Soundcloud, j’ai choisi detélécharger ces sons sur Youtube avec une photo de Maryse en fond et le thème de l’interviewinscrit sur l’image en blanc.Formule choisie pour l’insertion de sons radio
  8. 8. 8• Le preziJ’avais d’abord en tête de réaliser un portrait en deux parties, un côté « pile » (plan personnel)et un côté « face » (plan professionnel). Mais j’ai été séduite par le thème « Labyrinthe » dePrezi donc j’ai décidé de tout mettre sur le même plan, tout en suivant une logique narrative.Chaque grand sujet est abordé dans un rond rose.Le labyrinthe dans sa version finale : on peut apercevoir les ronds rosesCertains sujets méritaient plus de détails. J’ai donc choisi d’insérer ses informationscomplémentaires à chaque fois de la même manière, dans un rectangle jaune. Ainsi, lorsque lelecteur retombe sur un rond rose, il sait que le sujet d’avant est terminé et qu’il passe à unenouvelle information.Dans ces liens, une flèche a été ajoutée pour représenter la relation entre les éléments.
  9. 9. 9Exemple d’information supplémentaire traitée dans un rectangle jaune4. Insertion de réflexions sociologiquesElles ont été intégrées directement dans le corps du portrait. Je n’ai pas repréciser les passagesdes ouvrages qui m’ont amené à poser ces questions à la journaliste (dans un souci delongueur et de lisibilité).Une bibliographie est visible sur le Prezi.Bibliographie
  10. 10. 105. Retour critiqueJ’ai choisi d’effectuer le retour critique sous la forme d’un texte continu, car j’estime queles vidéos et sons étaient déjà bien assez présents dans le portrait. J’ai intégré un lien directvers l’article réflexif en-dessous du Prezi.J’ai veillé à insérer des images pour correspondre à l’écriture WEB et instaurer desmoments de respiration.Le texte est disponible à l’adresse suivante :http://sites.uclouvain.be/ejlblogs/etu003/?p=4533.Mais pour plus de complétude, je le reproduis ci-après.Au niveau de la formationRencontrer Maryse m’a permis de me confronter à différents aspects de la pratiquejournalistique : définir un angle, préparer l’interview, prendre des sons et des images. Le challengeétait de faire un portrait qui soit adapté aux nouveaux médias : j’ai donc choisi de proposer un produitfini interactif, alliant vidéos longues et courtes, images, textes et sons. L’internaute peut choisir desuivre un itinéraire prédéfini ou de naviguer à sa guise sur les éléments qui l’intéressent. Le travailétait un véritable défi, et cela m’a permis de réfléchir sur les enjeux du multimédia. J’ai envisagé ceportrait d’une manière tout à fait innovante pour moi : j’étais loin de la logique « écrire un texteaccompagné d’une photo ».À titre strictement pragmatique, comme Maryse travaille dans la télévision, c’était trèsintéressant de la filmer puisqu’elle m’a donné plein de conseils pour mieux réaliser les plans ou lemontage. Pour moi qui suis loin d’être une pro de la télé, c’était bienvenu et très formateur.À un plan plus réflexifLa rencontre de Maryse m’a fait prendre conscience de plusieurs éléments.Le premier : Maryse illustre ce qu’est le journalisme aujourd’hui, c’est-à-dire une professionrelativement instable et mixte. Comme elle débute dans le métier, son statut est changeant et parfoisprécaire. La presse locale a été un bon moyen pour elle de se lancer, mais elle ne veut pas se limiter àcela, car elle a envie de travailler sur des formats plus longs, plus aboutis, dans une optique quirappelle le journalisme d’investigation. Pour cela, elle mise sur une expérience à l’étranger : ellepartira bientôt 3 mois au Brésil pour un stage et elle compte en profiter pour réaliser une enquête delongue haleine.Ensuite, Maryse surfe sur une double vague : celle du journalisme et celle de lacommunication. Elle a un double profil : journaliste mais également communicatrice au sein d’uneONG ou d’une ASBL. Elle illustre finalement bien ce qu’est le jeune journaliste d’aujourd’hui. Poursurvivre, elle ne se limite pas exclusivement au journalisme, elle utilise ses compétencescommunicationnelles dans d’autres domaines.LecturesEn ce qui concerne les textes de référence pour ce travail, Maryse les a confirmés dansl’ensemble.À propos de la carte de presse, elle a tenu un discours ambivalent lié à son statut précaire :d’un côté, elle a un discours d’adhésion, car elle veut s’inscrire à l’AJP pour être en ordre et être
  11. 11. 11protégée, et d’un autre côté, elle a un discours d’indifférence, lorsqu’elle prétend que la carte depresse ne détermine pas sa « journalistittude ».En tant que femme, elle confirme que la nouvelle génération de journalistes est composée debeaucoup plus de femmes qu’auparavant. Pour elle, être une femme ne change rien dans ce métier.Elle confirme également l’importance du plurimédiatique abordée par Antoine etHeinderijckx. Selon elle, la presse locale ne mise pas encore assez sur les nouveaux médias.Finalement, je conclus cette réflexion sur les textes, en reprenant les termes de Ringoot etUtard : le journalisme se décline au pluriel. Cela se vérifie dans le parcours de Maryse.Et concernant mes plans d’avenir personnels ?Ce travail m’a permis de prendre conscience que je me situe, moi aussi, à la marge. Disposantd’une double formation (romaniste agrégée et journaliste), je mise sur une carrière combinantjournalisme et enseignement. Ce serait l’idéal. Car Maryse m’a fait comprendre que la représentationdu jeune journaliste qui galère est loin d’être erronée. Le jeune journaliste doit souvent compléter sonmétier en s’engageant dans d’autres secteurs.Et finalement, ce type de profil risque de devenir de plus en plus courant chez les jeunes. Lesuccès du Master 60 à l’École de Journalisme de Louvain-la-Neuve en témoigne : de nombreuxétudiants choisissent de se spécialiser dans un autre domaine avant de se lancer dans une formationcomplémentaire en journalisme.Mais malgré cela, Maryse s’est révélée être une personne idéaliste qui a encore la foi en saprofession. Si ses intérêts débordent le journalisme à strictement parler, ce métier demeurenéanmoins, pour elle, une véritable vocation et un moyen unique d’être le garant de la démocratie.

×