LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
SOUHAITE BON VENT AUX FRANÇAIS
Cliquer pour avancer
Françaises, Français, mes chers compatriotes,
 
2010 vient de débuter et lorsque je fais le bilan du
temps écoulé, que je ...
Même si j’ai parfois un peu dérapé, j’ai voulu que
notre pays entre dans la modernité.
Alors, Carla et moi avons décidé de...
Je vais vendre mon magnifique appartement de
Neuilly que vous aimeriez bien posséder et je vais
vivre avec l’argent qu’il ...
Je n’aurai plus à m’occuper de tous ces
connards d’étudiants encapuchonnés et toujours
prêts à casser du CRS et du ministr...
Je ne verrai plus les tronches de cake de socialistes
toujours prêts à défendre les sans-abri mais qui, eux, les
pauvres, ...
Fini, les grèves de la SNCF et de la RATP,
déclenchées pour une minute de travail en plus,
payée double qui plus est, mais...
Débrouillez vous avec Aubry, la CGT, la
Fédération des Parents d’Elèves, le nucléaire, les
heures sup, le chômage, la retr...
Demandez aux socialistes, demandez à Ségolène
Royal, Madame «je-sais-tout-sur-tout-et-vous-
offrirais-la-belle-vie-si-vous...
Demandez leur de prendre leur argent aux riches
pour le donner aux pauvres que vous êtes
forcément, lesquels voudraient bi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Au revoir president

707 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
707
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Au revoir president

  1. 1. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SOUHAITE BON VENT AUX FRANÇAIS Cliquer pour avancer
  2. 2. Françaises, Français, mes chers compatriotes,   2010 vient de débuter et lorsque je fais le bilan du temps écoulé, que je passe en revue tous les événements qui se sont produits et les transformations que j’ai tenté d’apporter à notre société depuis mon élection (je vous rappelle que c’est vous qui m’avez élu en mai 2007), je me dis que les Français sont d’éternels insatisfaits et que quoi qu’on fasse, il y a toujours 50 % de mécontents, le reste n’étant pas heureux non plus.
  3. 3. Même si j’ai parfois un peu dérapé, j’ai voulu que notre pays entre dans la modernité. Alors, Carla et moi avons décidé de vous offrir le plus beau cadeau que vous semblez appeler de tous vos vœux. Je vous présente ici ma démission de Président de la République française et j’ai décidé de partir au bout du monde avec Carla et toute ma petite famille, avec notre «bling bling» qui vous fait tellement rigoler, ma Breitling à 58000 euros, et tout le reste…
  4. 4. Je vais vendre mon magnifique appartement de Neuilly que vous aimeriez bien posséder et je vais vivre avec l’argent qu’il me rapportera ainsi qu’avec les retraites que je vais toucher de toutes mes précédentes fonctions. Nous bronzerons nos corps de riches sur les yachts de Vincent (Bolloré), nous irons visiter à nouveau les pyramides en compagnie de notre ami le roi du Maroc et surtout vous arrêterez de nous faire chier avec vos éternelles jérémiades.
  5. 5. Je n’aurai plus à m’occuper de tous ces connards d’étudiants encapuchonnés et toujours prêts à casser du CRS et du ministre de l’éducation. Je n’aurai plus à serrer la main de tous ces guignols de syndicalistes de merde qui font chier tous les français avec leurs grèves à répétition, malgré leur seulement 7 % de représentativité, qui croient qu’ils ont la solution à tous les problèmes actuels mais qui refusent de participer au nom d’un sectarisme archaïque, de droits acquis, pour beaucoup obsolètes, et qui contribuent à laisser le pays sans le sou.
  6. 6. Je ne verrai plus les tronches de cake de socialistes toujours prêts à défendre les sans-abri mais qui, eux, les pauvres, habitent place des Vosges. Je n’aurai plus à m’emmerder avec des chinois constipés par leur riz mélaminé et avec des fanatiques enturbanés qui détruisent les écoles pour filles dans leur pays et qui sont assez cons pour se faire sauter au nom d’un dieu que personne n’a jamais vu. Fini, de me laisser emmerder par tous ces penseurs qui veulent faire croire aux français que notre pays est une dictature, un pays où la police est partout présente et prête à casser de l’immigré, mais qui gueulent après l’absence de flics dès qu’on touche à leur bagnole ou à leur portable.
  7. 7. Fini, les grèves de la SNCF et de la RATP, déclenchées pour une minute de travail en plus, payée double qui plus est, mais dont les salariés voyagent gratuitement sur toutes les lignes à longueur d’année et de vacances. Terminé, les journalistes qui passent leur temps à critiquer mon train de vie et qui voudraient bien avoir le même mais qui sont heureux que je les emmène balader aux quatre coins de la planète aux frais du contribuable. Alors je pars et je vous laisse dans la merde que vous avez vous-mêmes chiée.
  8. 8. Débrouillez vous avec Aubry, la CGT, la Fédération des Parents d’Elèves, le nucléaire, les heures sup, le chômage, la retraite à 55 ans, le sida, EDF GDF, le Dalaï-Lama, BHL et Fabius, et tant pis pour Canteloup et Ruquier. Arrangez-vous avec la hausse du pétrole qui va bientôt repartir, avec la récession, la vraie, qui vous guette, vous qui avez voulu être plus malins que les autres et cru que vous alliez pouvoir placer votre argent mieux que votre voisin de palier, et qui aujourd’hui demandez à l’Etat de prendre en charge vos pertes en les déduisant de vos impôts, comme si c’était sa faute.
  9. 9. Demandez aux socialistes, demandez à Ségolène Royal, Madame «je-sais-tout-sur-tout-et-vous- offrirais-la-belle-vie-si-vous-votez-pour-moi» et son «Désir d’Avenir» définitivement embourbé dans un passé sans espoir de retour. Demandez leur de vous faire travailler moins et gagner plus, demandez leur de rétablir enfin la démocratie dans notre horrible pays, demandez leur de combler vos fins de mois difficiles et de vous payer vos prochaines vacances en Guadeloupe (tiens ! je les avais oubliés les assistés des DOM-TOM).
  10. 10. Demandez leur de prendre leur argent aux riches pour le donner aux pauvres que vous êtes forcément, lesquels voudraient bien devenir riches. Et quand les riches seront pauvres, moi je serai loin et H.E.U.R.E.U.X, sans vous bien sûr, qui avez souhaité mon départ avec tant de ferveur. Mes chers compatriotes, je vous souhaite l’avenir de merde que vous avez bien cherché et que vous êtes en train d’atteindre.

×