3:HIKQRE=YUXUU[:?k@c@b@t@a;
M06744-219-F:3,00E
N°219Novembre2010
[Dossier]
LA PRÉPARATION
OPÉRATIONNELLE
DU SGTIA
TIM219_0...
TIM219_PUBS.indd 2 18/10/10 9:35:50
ÉDITO
.03
U
n capitaine manœuvre ses sections
d’infanterie et son peloton de chars
face à une force adverse. Conseillé
par...
TIM219_PUBS.indd 4 18/10/10 9:40:29
Le mensuel d’information et de liaison de l’armée de Terre
RÉDACTION SIRPA TERRE : 14, rue Saint-Dominique, 75700 Paris SP...
tim 219 — NOVEMBRE 2010
Hervé Morin et les jeunes
auditeurs de l’IHEDN
Le cycle 2010-2011 des conférences de l’Association...
LE CCH BERMONT À LA RESCOUSSE
Le 2 mars 2010, le caporal-chef Bermont, du 31e
Régiment de
génie de Castelsarrasin, a accom...
tim 219 – NOVEMBRE 2010
actualités La photo du mois
apothéose
sur laplace
rouge
S
pectateurs privilégiés et mélomanes
aver...
.09
tim 219 – NOVEMBRE 2010
TIM219_008_009_PHOTODUMOIS.indd 9 21/10/10 16:40:38
TIM 219 — NOVEMBRE 2010
ACTUALITÉS Panorama
L M M J V S D
3027 28 29 01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18...
tim 219 — NOVEMBRE 2010
.11
Prudence
sur la route
Le 3e
RHC organisait du 21 au 23 septembre
une semaine de prévention rou...
« Dire au CEMAT »
À l’occasion du nouveau cycle de concertation 2010-2011,
le site Intraterre du Conseil de la fonction mi...
Fondus du volant
Une équipe de 20 personnes (civiles et militaires)
a représenté l’armée de Terre le 11 septembre
au Techn...
n Pour la 3e
année consécutive, le 152e
Régiment d’infanterie de Colmar
a ouvert ses portes du 4 ou 9 octobre dans le cadr...
« Leadership
et esprit d’équipe » 
Pour la cinquième année consécutive, 99 étudiants sur
le point d’intégrer l’école d’HEC...
tim 219 — NOVEMBRE 2010
actualités Panorama16.
International
Des VBCI au Liban
14 Véhicules blindés de combat d’infanterie...
En bref…
« ColsBleus »
viredecap
Depuis 65 ans,
Cols Bleus, le
magazine de la
marine nationale,
était hebdomadaire
afin d’...
TIM 219 — NOVEMBRE 2010
L
e prix de l’Audace distingue tous les
deux ans des personnes innovantes
et audacieuses du minist...
S’
adressant successivement aux
généraux, chefs de corps et officiers
en temps de responsabilité ou
servant hors de l’armé...
Cette année, la cinquième
édition du jeu concours annuel
de TIM a encore rencontré
un franc succès. Il faut
dire que l’enj...
RTE NAIRES POUR LEURS PRIX DE QUALITÉ.
JEUCOLLECTIF
TIM 219 – NOVEMBRE 2010
PRIXEVAT
Le brigadier-chef Aline Schwebel (à d...
tim 219 — NOVEMBRE 2010
actualités En direct22.
Les Forces françaises du Gabon (FFG) sont
installées au point d’équilibre d’une zone encore
potentiellement « crisogène »....
Doter la force
d’une capacité
de commande-
ment élevée
et de dialogue
avec les forces
africaines. »
Général
Bernard Commin...
.25
TIM 219 — NOVEMBRE 2010
DÉPLOIEMENTDESFORCESFRANÇAISESENAFRIQUECENTRALE
la CAF et s’assure du bon usage des deniers de...
actualités En direct
taux du combat type Proterre (check point,
contrôle de zone, réaction à une embuscade), du
tir et du ...
.27
tim 219 — NOVEMBRE 2010
focus
Livraison par air, le RTP à l’œuvre.lll
transit, 330 tonnes
de fret et la gestion
des mo...
actualités En direct
plusieurs registres  : présence, coopé-
ration, soutien et, si besoin, intervention  »,
explique le c...
.29
tim 219 — NOVEMBRE 2010
Famas, qu’ils utilisent pourtant s’ils sont déployés
dans le cadre de la FOMAC, les stagiaires...
ACTUALITÉS En direct
TIM 219 — NOVEMBRE 2010
30.
Afrique (lire le numéro de septembre 2010
de TIM avec de multiples exempl...
N°219 Novembre2010
1
Si tu veux la paix, prépare-toi à la guerre
(maxime romaine)
[ La préparation opérationnelle du SGTIA...
P. 02 À 12
[DPEO]
LEJUSTE
ÉQUILIBRE
[Le DAO]
DECANJUERS
ÀKABOUL
[Du CENTAC au CENZUB]
L’ENTRAÎNEMENT
AUCOMBATINTERARMES
[L...
TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010
C
omment honorer les missions de
l’armée de Terre tout en poursui-
vant son entraînement...
LESESPACESDÉDIÉSÀLAPRÉPAOPS
TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010
DOSSIER
LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE DU SGTIA
04.
ment spéc...
TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010
.05
■ CEPC : appuyer la préparation
opérationnelle des postes de
commandement.
■ 17e
GA ...
TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010
DOSSIER
LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE DU SGTIA
06.
1
Analyse après action ou 3A.
2
Numér...
.07
Le CENTAC propose
avant, pendant et
au milieu de votre
séjour à Mailly
des outils à la carte
qui permettent
d’optimise...
Le parc d’entraînement (PE) Provence a trois
priorités. La première concerne la préparation
opérationnelle des unités de c...
1
500 chasseurs alpins du 7e
BCA
seront projetés en novembre
en Afghanistan au sein du
GTIA Kapisa.
2
Mise en condition av...
TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010
La Commission nationale de contrôle interarmes
(CNCIA) poursuit sa montée en puissance
d...
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Tim219 web
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tim219 web

1 039 vues

Publié le

terre info magazine n) 219

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 039
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tim219 web

  1. 1. 3:HIKQRE=YUXUU[:?k@c@b@t@a; M06744-219-F:3,00E N°219Novembre2010 [Dossier] LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE DU SGTIA TIM219_001COUV.indd 1 22/10/10 15:11:25
  2. 2. TIM219_PUBS.indd 2 18/10/10 9:35:50
  3. 3. ÉDITO .03 U n capitaine manœuvre ses sections d’infanterie et son peloton de chars face à une force adverse. Conseillé par un sapeur et un artilleur sur l’em- ploi de ses appuis, il donne ses ordres. Plus loin, un de ses soldats s’écroule. Blessé, il sera évacué par hélicoptère. La simulation qui restitue les effets des armes a rendu instantané- ment son verdict. Ce capitaine pourra revoir en fin de journée de courtes séquences filmées sur le terrain en cours d’action, entendre des conversations radio enregistrées, en appui d’une analyse conduite par un instructeur, lequel était, il y a peu, engagé sur un théâtre d’opération. En retournant sur le ter- rain, ce capitaine mesure le niveau de préparation de son unité, enga- gée dans cet environnement interarmes et interarmées toujours complexe. Content de pou- voir bénéficier des importants moyens mis en œuvre pour cet exercice et dont il ne dispose pas dans sa garnison, sa confiance et la cohésion de son unité s’en trouvent confortées. La scène se passe dans l’un des huit centres du comman- Général de brigade Claude Mathey, Commandant les centres de préparation des forces (CCPF) dement des centres de préparation des forces (CCPF). Ce commandement, de conception récente, illustre bien l’effort de l’armée de Terre porté sur la préparation opérationnelle. Il se situe en fait à la conjonction de trois facteurs : – la volonté de regrouper sous le même comman- dement des centres dédiés à l’instruction et à l’entraînement collectifs, certains appartenant auparavant à la chaîne « formation » ; – le besoin de rationaliser l’utilisation des diffé- rents camps, en fonction de leurs possibilités et de leur finalité, en vue de concentrer et d’opti- miser les investissements les plus importants sur les camps nationaux ; – l’impératif de la politique d’emploi des parcs, conduisant à constituer des parcs de blindés et de véhicules réservés à l’entraînement des uni- tés et stationnés sur deux pôles dans les camps nationaux de Champagne et de Provence. Subordonné au commandement des forces terrestres, le CCPF est devenu l’organe de mise en œuvre de la politique de préparation opé- rationnelle de l’armée de Terre. Il constitue un remarquable ensemble d’entraînement inter- armes, principalement pour des PC du niveau brigade ou groupement tactique interarmes (GTIA), et pour des sous-groupements tactiques interarmes (SGTIA) déployés sur le terrain. ● LE CCPF, AU CŒUR DE L’ENTRAÎNEMENT INTERARMES TIM 219 — NOVEMBRE 2010 « Le CCPF illustre bien l’effort de l’armée de Terre porté sur la préparation opérationnelle. »
  4. 4. TIM219_PUBS.indd 4 18/10/10 9:40:29
  5. 5. Le mensuel d’information et de liaison de l’armée de Terre RÉDACTION SIRPA TERRE : 14, rue Saint-Dominique, 75700 Paris SP 07 - Tél. : 01 72 69 + n° de poste ou PNIA 821 752 + n° de poste - Fax : 01 72 69 25 51 • Président du Comité de rédaction : COL Bruno Lafitte • Directeur de la rédaction : LCL Éric de Lapresle • Rédacteur en chef : LCL Olivier Delplace (poste 25 58) • Rédacteur en chef adjoint : CNE Julie Cros (poste 25 50) • Secrétaire de rédaction : LTN Sabine Fosseux (poste 25 50) • Chef des reportages : ADJ Stéphanie Montel (poste 25 52) • Rédaction : (poste 25 59 ou 25 64) - CNE Thomas Dijol, LTN Séverine Bollier, LTN Céline Brunetaud, LTN Eloïse Rossi, LTN(R) Anne-Béatrice Micard, Bernard Edinger, Clément Moutiez • Brèves et Petites annonces : LTN Séverine Bollier (poste 25 55) • Cellule photographique : (poste 25 67) ADJ Jean-Raphaël Drahi, ADJ Gilles Gesquière, CCH Alexandre Dumoutier • Cellule iconographique : (poste 25 63), BCH Pascal Villemur, BCH David Gaubert • Marketing : MAJ André Le Bodic (poste 25 56) • Éditeur : Délégation à l’Information et à la Communication de la Défense - 1, place Joffre, 75007 Paris • Directeur de la publication : COL Bruno Lafitte, Chef du SIRPA Terre • Publicité : M. Thierry Lepsch (ECPAD) - Tél. : 01 49 60 58 56 - routage-abonnement@ecpad.fr • Diffusion-abonnements : BCH Pascal Villemur - Tél. : 01 72 69 25 63 - Fax : 01 72 69 25 51 • Abonnements payants : ECPAD - Tél. : 01 49 60 52 44 • Conception et réalisation : Samourai.fr • Impression : CirclePrinters - Commission paritaire n° 0211B05259 - ISSN n° 0995-6 999 - Dépôt légal : à parution. Tous droits de reproduction réservés. La reproduction des articles est soumise à l’autorisation préalable de la rédaction • Crédits photos : SIRPAT, SIRPA Terre Image, DR • Courriel : sirpat-comecrite.emat@terre-net.defense.gouv.fr SOMMAIRE .05 TIM 219 — NOVEMBRE 2010 [Les principales unités citées dans ce numéro] Ont apporté leur contribution à ce numéro : Musique de la RTNO, p. 8 – FFG, 27e BCA, 3e RIMa, CAOME, 6e BIMa, en pages 22-30 – CCPF, CENTAC, CENZUB, DAO, CNCIA, GAM et CETIA, dans le dossier central – 11e RAMa, p. 36 – 3e RPIMa, p. 38 – BSPP, p. 40 - 3e RIMa, p. 44. 38 En couverture : Évaluation de la 3 e Cie du 16 e BC (Bitche) au CENZUB de Sissonne. Photo : ADJ Jean- Raphaël DRAHI ÉDITO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03 ÀL’HONNEUR . . . . . . . . . . . . . 06 ACTUALITÉS ● La photo du mois . . . . . . . . . . . 08 ● Panorama . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 France, vu dans les médias, sport, international ● Le prix de l’audace . . . . . . . . . . 16 ● Le GRAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 ● Les résultats du jeu concours 2010 . . . . . . . 20 ● En direct du Gabon . . . . . . . . . 22 VIE DES UNITÉS ● Ressources humaines . . . . . . . 31 ● Innover . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 L’équipement des TACP ● Se préparer . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Le CCPM ● S’entraîner . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Les AUXSAN à la BSPP ● S’entraider . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Le plan handicap ● Rencontrer . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Le PEVAT du 3e RIMa ● Témoigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Le lieutenant Chaperon, DIO en RDC ● Découvrir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Paris militaire ● Se souvenir . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 L’artisanat des Poilus QUARTIER LIBRE ● Lire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 ● Se divertir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 ● Petites annonces . . . . . . . . . . . 56 ● BD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 DOSSIER DÉTACHABLE au centre de votre magazine Retrouvez votre magazine sur le site de l’armée de Terre : www.defense. gouv.fr/terre LAPRÉPAOPS DUSGTIA SIVISPACEM, PARABELLUM TIM219_005_SOMMAIRE.indd 5 26/10/10 14:53:13
  6. 6. tim 219 — NOVEMBRE 2010 Hervé Morin et les jeunes auditeurs de l’IHEDN Le cycle 2010-2011 des conférences de l’Association nationale des jeunes auditeurs de l’Institut des hautes études de Défense nationale a débuté le 1er  octobre en présence d’Hervé Morin. Une occasion pour le ministre de rencontrer les jeunes citoyens intéressés par les questions de Défense. Les sujets abordés : la réforme, les exportations de matériel, la construction de la défense européenne, ou encore les opérations militaires menées en Afghanistan. Visite du CEMA à la BDD de Besançon L’amiral Guillaud, chef d’état-major des armées (CEMA), a rendu visite à la base de Défense « pilote » de Besançon. Thèmes évoqués : la préparation opérationnelle et le soutien des projections. En effet, la BDD de Besançon se caractérise par son côté fortement opérationnel. Elle comptera à terme 6 500 civils et militaires dont une grande majorité sera issue des forces. La BDD de Besançon regroupe notamment l’état-major de force n°1 et l’état- major de la 7e Brigade blindée ainsi que le 6e  Régiment du matériel, le 13e Régiment du génie et le 19e Régiment du génie. 06. actualités À l’honneur Visite du Premier ministre aux soldats blessés Monsieur François Fillon, Premier ministre, s’est rendu le 27 septembre 2010 au chevet de huit soldats blessés en Afghanistan, en présence du général d’armée Elrick Irastorza, CEMAT. Ces soldats sont hospitalisés dans les services de réanimation, de chirurgie orthopédique et de rééducation de l’hôpital d’instruction des armées (HIA) Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine). Le Premier ministre s’est entretenu avec le personnel soignant et chacun des blessés. UN pôle d’excellence à Draguignan Les écoles militaires de Draguignan (EMD) ont été inaugurées le 6 octobre 2010 à l’occasion d’une cérémonie présidée par M. Hubert Falco, SEDAC, et par le général d’armée Elrick Irastorza, CEMAT. Les EMD sont aujourd’hui le pôle d’excellence de l’infanterie et de l’artillerie de l’armée de Terre. Elles accueillent des stagiaires officiers, sous-officiers ou militaires du rang, venus se perfectionner dans leurs domaines, mais également des élèves venus de l’étranger. TIM219_006_007_ALHONNEUR.indd 6 26/10/10 14:52:02
  7. 7. LE CCH BERMONT À LA RESCOUSSE Le 2 mars 2010, le caporal-chef Bermont, du 31e Régiment de génie de Castelsarrasin, a accompli un acte civique en sauvant la vie d’un homme âgé de 89 ans, victime d’une crise cardiaque dans le centre du village de Laffite. Selon le médecin urgentiste, l’homme a pu être sauvé uniquement grâce à la réactivité et aux connaissances en secourisme du CCH Bermont. L’épouse de la victime a témoigné de sa gratitude en soulignant la générosité et le dévouement du militaire. Par la qualité de son action et l’excellence de son comportement, le CCH Bermont a fait honneur à son régiment. TIM 219 — NOVEMBRE 2010 .07 LE CPL TROCAZ SAUVE UNE FAMILLE Le 2 septembre vers 1 heure du matin à Montigny-lès-Metz (57), un incendie se déclare dans un appartement, hébergeant quatre membres d’une même famille. Le caporal-chef Stéphane Trocaz, voisin des victimes et plombier de la section d’entretien infra- structure du 4e Groupe d’escadrons de hussards, mène trois actions décisives : il avertit pompiers et policiers, coupe l’alimentation en gaz du bâtiment, afin d’éviter toute explosion et éteint l’incendie dans l’appartement. Ce faisant, ce hussard facilite l’intervention des sapeurs-pompiers de Metz en évitant la propagation des flammes aux autres appartements. TROIS DIABLES ROUGES À L’HONNEUR Le 16 septembre 2010, vers 19 heures, un cycliste chute lourdement sur une piste près de Colmar. Inconscient et grièvement blessé à la tête et à l’épaule, il est pris en charge tour à tour par trois militaires du 152e RI qui étaient en journée d’instruction compagnie. Le caporal Demouselle prévient les services de secours, le caporal- chef Miquial prodigue les premiers soins en stoppant l’hémorragie, et l’infirmière de classe normale Plantier coordonne les secours aussi bien avec les pompiers qu’avec le SAMU. Le sang-froid et le professionnalisme de chacun ont permis une évacuation réussie du blessé à l’hôpital. LE MCH CAMEL DÉCORÉ Le 7 octobre 2010, le 1er Régiment de hussards parachutistes a retrouvé le maréchal des logis- chef Camel, grièvement blessé en Afghanistan en juin dernier. Il est exceptionnellement sorti de l’hôpital Percy de Clamart pour assister à la fête de la Saint-Michel au sein du régiment. À l’occasion de la prise d’armes, le colonel Jacques de Montgros, chef de corps du 1er RHP, a décerné à ce sous-officier la croix de la valeur militaire avec étoile de vermeil. L’ABOUTISSEMENT D’UNE CARRIÈRE Le lieutenant- colonel Michèle Szmytka est la nouvelle directrice militaire du Bureau central d’archives administratives militaires (BCAAM) à Pau. Particularité : elle est la dernière directrice militaire de cet établissement exceptionnel. Seconde femme à tenir de telles fonctions, elle est à la tête de près de 300 personnes. Dictée par la Révision générale des politiques publiques, une page se tourne mais l’histoire continue. En effet, le rattachement du BCAAM au Service historique de la Défense (SHD) de Vincennes, à compter du 1er janvier 2012, se traduira à terme par une extension des missions de ce dernier. Le BCAAM deviendra le centre principal au plan national des archives administratives et militaires et prendra l’appellation de Centre des archives du personnel militaire. TIM219_006_007_ALHONNEUR.indd 7 22/10/10 16:55:55
  8. 8. tim 219 – NOVEMBRE 2010 actualités La photo du mois apothéose sur laplace rouge S pectateurs privilégiés et mélomanes avertis, les Russes ont pu pendant une dizaine de jours apprécier les musiques militaires du monde entier. Sur la place Rouge comme ailleurs dans la capitale russe, néophytes et passionnés se sont retrouvés du 31 août au 10 septembre pour un spectacle grandiose. Pas moins de vingt orchestres internationaux se sont succédé, pour offrir un programme musical hors du commun. Désignée pour représenter la France, la musique de la région Terre nord-ouest (RTNO), sous la ba- guette de son chef-orchestre, le chef de musique hors classe, Jean-François Durand, a proposé un répertoire français représentatif de notre tradition musicale. « C’est un honneur et un grand privilège de participer au Festival international de musique militaire de Moscou. C’est l’élite des orchestres in- ternationaux qui se rencontrent, proposant des programmes de qualité. À travers la musique, chaque formation se fait l’ambassadrice de son pays et de son armée », précise l’adjudant Laurent Brzezinski, de la cellule activités internationales et musiques de l’état major de l’armée de Terre. L’apothéose du festival a été sans nul doute le final : les 650 musiciens, composant ainsi un or- chestre des nations, ont interprété avec maestria l’ouverture 1812 de Tchaïkovski, ponctuée de coups de canons tirés des remparts du Kremlin. Le tableau musical s’est clôturé par un magnifique feu d’artifice, accompagné de lasers et autres jeux de lumière, rythmé par le carillon des cloches de la tour du Sauveur. l Texte : LTN Séverine BOLLIER et ADJ Laurent BRZEZINSKI Photo : ADJ Laurent BRZEZINSKI [ Festival international de Musique militaire ] 08. TIM219_008_009_PHOTODUMOIS.indd 8 21/10/10 16:39:47
  9. 9. .09 tim 219 – NOVEMBRE 2010 TIM219_008_009_PHOTODUMOIS.indd 9 21/10/10 16:40:38
  10. 10. TIM 219 — NOVEMBRE 2010 ACTUALITÉS Panorama L M M J V S D 3027 28 29 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 30 3128 29 4OCT. Allocution devant la 125e promotion du DEM à Compiègne. 6OCT. Visite au CFIM 7e BB de Carpiagne. Premier Conseil de la Légion étrangère à Aubagne. Cérémonie de création des écoles militaires de Draguignan. 11OCT. GRAT des consuls et officiers en temps de responsabilité. 12OCT. Prise d’armes du CEMAT au Invalides. 20OCT. Visite au 7e BCA à Bourg-Saint- Maurice avant son départ en Afghanistan. 21OCT. Hommage funèbre de l’ICS Thibault Miloche au 126e RI de Brive. 22OCT. Journée des Président des officiers et visite du CFIM de la 9e BLBMa à Coëtquidan. 26AU 28OCT. Visite en Afghanistan, lors de la passation de commandant de la Task Force La Fayette entre le général Chavancy (3e BM) et le général Hogard (9e BLBMa). France 40e ANNIVERSAIRE DE LA PROFESSIONNALISATION DU 8e RPIMa Le 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine a célébré le 8 octobre le 40e anniversaire de sa professionnalisation. Dès 1970, ce régiment a été l’un des premiers de l’armée de Terre à avoir ce statut. Cet anniversaire a mis à l’honneur les engagés volontaires de l’armée de Terre (EVAT) du régiment. Pendant la journée, des activités ont eu lieu dans la ville de Castres (place Jean-Jaurès et Parc des expositions). Cet anniversaire était aussi l’occasion, pour les jeunes et anciens, d’active et de réserve, de célébrer ensemble la Saint-Miches, saint patron des parachutistes. 10. STAGE MEDICHOS AU 2e RIMa Du 12 au 16 septembre, le Service de santé des armées a organisé, avec le concours du 2e RIMa, un stage de « médicalisation en milieu hostile » sur le camp d’Auvours. Au total, 13 médecins et infirmiers, qui s’apprêtent à partir en Afghanistan avec le régiment en fin d’année, ont suivi cette formation. Les stagiaires ont réalisé des interventions lors de scénarios inspirés par le terrain afghan : militaires et villageois blessés, embuscades, IED… Une trentaine de marsouins ont joué les figurants. Début décembre, près de 500 marsouins du 2e RIMa, renforcés par 300 marsouins, bigors et sapeurs de marine de la 9e BLBMa, seront projetés en Surobi. Octobre Le CEMAT dans l’armée de Terre ERRATUM Dans la rubrique « Le CEMAT dans l’armée de Terre », en page 10 du numéro 218 de TIM, une erreur s’est glissée dans le développement du sigle EPPA. Il fallait lire « exercice préparatoire à la projection en Afghanistan ». TIM219_010_011_ACTUS.indd 10 22/10/10 15:31:01
  11. 11. tim 219 — NOVEMBRE 2010 .11 Prudence sur la route Le 3e RHC organisait du 21 au 23 septembre une semaine de prévention routière, s’articulant autour de stands tels que le simulateur de retournement de véhicule, des conférences sur le remplissage d’un constat amiable, un simulateur de perte d’adhérence, un simulateur de l’alcoolémie et enfin un simulateur de conduite sur route enneigée. Cet événement a été monté en partenariat avec les organismes SASER, AGPM, GMF et GMPA. Plus de 600 personnes, civiles ou militaires, ont participé à ces ateliers. Ununiforme féminin L’armée de Terre américaine est en train de tester pour la première fois un nouvel uniforme de combat féminin pour habiller « de façon plus respectueuse de leur morphologie » les quelque 160 000 femmes qu’elle compte dans ses rangs. Par rapport aux lignes rustiques de la version masculine, la tenue féminine arbore une taille creusée de plusieurs centimètres, une veste qui couvre les hanches, et des soufflets dans le dos qui donnent l’espace au buste. Si le projet est approuvé par les instances, au plus tôt en 2012, il aura fallu cinq ans pour réformer la tenue de combat au féminin. Source : dépêche AFP du 15/10/2010/ Vu dans les médias à ne pas manquer : Le 24 novembre, sortie du film de Jacques Perrin et Éric Deroo, L’Empire du Milieu du Sud. Un témoignage de ceux qui ont écrit, filmé et combattu. 1350000C’est le nombre de téléspectateurs qu’a réunis l’émission Harry Roselmack sur le théâtre afghan, diffusée le 21 septembre sur TF1. Arrivée en tête des audiences de deuxième partie de soirée, l’émission a réalisé plus de 21 % de part d’audience ». rejet des candidats. Malbouffe, jeux vidéo et manque d’activités, sont les maux qui pèsent sur la condition physique des jeunes soldats actuels. Une solution : le nouveau programme d’entraînement sportif. Mis en place cette année dans les cinq centres de  formation, ce programme est destiné à près de 145 000 recrues par an. Le but : réduire les risques de blessures et mieux préparer les soldats aux rigueurs du combat. Étirements, renforcement des lombaires et des abdominaux, exercices d’équilibre et d’agilité, tel est le contenu d’un  programme cohérent et progressif. Même les cantines s’y mettent et proposent désormais plus de légumes et moins de sodas. Issu de l’article « Les Bidasses ne font pas le [bon] poids », de James Dao publié dans The New York Times, cité par Direct Matin du 27/09/2010. Lesgrands hommes Comme chaque année,  l’armée de Terre a large- ment ouvert les portes de ses sites prestigieux, lors des Journées euro- péennes du patrimoine, les 18 et 19 septembre. Musées d’armes, hôtels de commandement, forts et citadelles étaient à l’honneur. Le thème : « Les Grands Hommes : quand hommes et femmes construisent l’histoire ». Au total, ce sont près de 50 000 visiteurs qui se sont pressés sur 42 sites de l’armée de Terre. Lepoidsdes maux « Ce n’est pas un problème propre à l’armée. C’est un problème national », reconnaît le général Mark Herdling, responsable de la formation initiale de l’armée américaine. La surcharge pondérale est le premier motif de Rejoignez le Service des essences des armées Vous êtes sous-officier, militaire du rang, titulaire d’un baccalauréat ou d’un titre équivalent, vous pouvez devenir sous-officier supérieur au Service des essences des armées. Vous y trouverez des postes à responsabilités et d’une grande autonomie. Après une formation d’un an, vous servirez comme agent technique (adjudant) dans l’un des nombreux postes d’encadrement offerts par le SEA. Pour tout renseignement sur le concours des agents techniques, rendez-vous sur le site internet du SEA : www.defense.gouv.fr/ essences ou téléphonez au 03 83 17 35 54. Dossier à déposer avant le 13 décembre 2010. TIM219_010_011_ACTUS.indd 11 22/10/10 16:21:26
  12. 12. « Dire au CEMAT » À l’occasion du nouveau cycle de concertation 2010-2011, le site Intraterre du Conseil de la fonction militaire de l’armée de Terre fait peau neuve. La nouvelle présentation, modernisée et intuitive, permet à chacun d’être acteur, témoin ou observateur du dispositif de concertation dans l’armée de Terre. Un dispositif opérationnel qui permet à chacun de « dire au CEMAT » ce qui le préoccupe dans sa condition de militaire. Ce nouveau site a été présenté lors de la réunion des correspondants du conseil de la fonction militaire de l’armée de Terre, le 4 octobre 2010. Pour en savoir plus, rendez-vous sur intraterre : www.emat.terre.defense.gouv.fr/web/cfmt/ tim 219 — NOVEMBRE 2010 actualités Panorama Sur la trace des anciens Dans le cadre de l’anniversaire des 70 ans de sa création, la 1re compagnie du 501e  Régiment de chars de combat de Mourmelon a effectué, du 13 au 16 septembre 2010, un raid historique sur les traces de ses anciens lors de la campagne de la libération de la France, de septembre à décembre 1944. Durant ce raid, les rencontres avec les anciens de la 2e DB à Andelot, Chatel-sur-Moselle et Merviller ont été des moments émouvants. Au total, la compagnie a marché plus de 60 km. Elle se retrouvera à Strasbourg fin novembre, avec tous les régiments de la 2e  Brigade blindée, pour commémorer la libération de la capitale alsacienne. 12. Le 31e RG tient le bon bouc ! Le 9 septembre, lors de la soirée d’accueil des nouveaux arrivants, le 31e RG a reçu un nouveau sapeur tout particulier : Turco, un bouc, mascotte du régiment. Fier de son histoire et de ses traditions, le 31e RG a décidé de faire revivre le passé en adoptant l’animal qui était autrefois la mascotte du 31e Bataillon du génie, créé au Maroc en 1920 et dont le régiment est l’héritier. Pour les Marocains, le bouc symbolisait la détermination, la puissance et la virilité, les qualités essentielles d’un guerrier. Le régiment l’a baptisé Turco, nom d’une opération menée par la 3e compagnie du 31e Bataillon de marche du génie en Indochine en 1952. Turco a débuté ses classes et a assisté à sa première cérémonie des couleurs. Le COMFT à la Brigade de renseignement Le général de corps d’armée Hervé Charpentier, commandant les forces terrestres, a rendu visite à la Brigade de renseignement, le 24 septembre, sur le site d’Haguenau-Oberhoffen. Après la présentation des régiments composant la brigade (le 2e Régiment de hussards, le 28e  Groupe géographique et le 54e  Régiment de transmissions de Haguenau, le 44e Régiment de transmissions de Mutzig et le 61e Régiment d’artillerie de Chaumont), il a rencontré le personnel de la brigade lors du déjeuner et de la table ronde dédiée à la préparation des opérations extérieures. TIM219_012_017_ACTUS.indd 12 21/10/10 16:47:38
  13. 13. Fondus du volant Une équipe de 20 personnes (civiles et militaires) a représenté l’armée de Terre le 11 septembre au Technopolis Grand prix de karting de Saint-Étienne. Les gagnants du concours du printemps de TIM ont concouru aux côtés de représentants de grandes entreprises françaises. Des milliers de spectateurs ont suivi les huit heures de course non stop. tim 219 — NOVEMBRE 2010 .13 Sport Du 13 au 18 septembre, le championnat du monde civil de radio-orientation a réuni en Croatie 400 participants venus de 27 pays. Le major Vette, du 3e Régiment d’hélicoptères de combat, était sur la ligne de départ. Peu connu en France, ce sport combine course d’orientation et relevés goniométriques grâce à un récepteur. Il permet de déterminer la direction et la force des signaux radio-électriques. L’enjeu : trouver le maximum de balises en un minimum de temps, sur un terrain d’environ 15 km2 . Après 120 minutes de course sur un terrain technique et des conditions météo difficiles, le major Vette a terminé 12e de sa catégorie. Il réalise ainsi la meilleure performance française à ce jour dans la discipline. Championnat du monde de radio-orientation Le tour de Vendée du CMFP Le Centre militaire de formation professionnelle (CMFP) a organisé la 1re édition du tour de Vendée pédestre du 6 au 10 septembre 2010. Une équipe de 10 coureurs a relié par étapes Le Puy- du-Fou, Noirmoutier-en- l’Île, Les Sables-d’Olonne et Luçon pour revenir à la caserne du Chaffault de Fontenay-le-Comte. Ces coureurs se sont relayés, par équipes, sur un peu plus de 400 km. Au total, près de 100 personnes ont foulé les routes du bocage et du marais vendéens en passant par le littoral atlantique. XV du Pacifique Dans le cadre du renforcement des liens entre les nations du Pacifique, l’équipe militaire de rugby du XV du Pacifique a été invitée, du 18 octobre au 4 novembre, à participer à trois matchs l’opposant à des sélections de Nouvelle-Calédonie. Ces rencontres s’inscrivent dans la continuité de la politique menée au profit des sports collectifs au sein de nos forces armées et contribueront, sans aucun doute, au rayonnement de la France au sein des nations du Pacifique.
  14. 14. n Pour la 3e année consécutive, le 152e Régiment d’infanterie de Colmar a ouvert ses portes du 4 ou 9 octobre dans le cadre de la 16e édition de « Journaliste d’un jour ». Soixante élèves de première et terminale ont réalisé la maquette d’un journal gratuit, diffusé à près de 100 000 exemplaires. n Le 53e championnat du monde militaire de boxe s’est déroulé au camp Lejeune à Jacksonville (Caroline du Nord, États-Unis), du 8 au 17 octobre 2010. Le sergent Joan Nilusmas, du 5e Régiment du génie de Versailles, et le brigadier Alexis Vastine, du 121e  Régiment du train de Montlhéry, ont représenté l’armée de Terre. n L’armée de Terre a participé à la convention de l’armée de Terre américaine à Washington, du 25 au 27 octobre 2010, au salon AUSA. dernière minute 20 000réservistes opérationnels seront recrutés par l’armée de Terre, d’ici à 2014, dans le cadre de la politique de manœuvre RH pour les années 2009-2014. tim 219 — NOVEMBRE 2010 actualités Panorama14. Rallye de camp Le 16e Bataillon de chasseurs a participé, pour la première fois, à la préparation de l’unique manche du championnat du monde de rallye en France. Du 1er au 3 octobre, la 11e manche s’est déroulée dans le camp de Bitche, en présence de Sébastien Loeb, champion du monde de rallye (en photo ci-dessous) sur une boucle de 24,70 km avec deux passages des concurrents. Le tracé du rallye a été réalisé avec l’adjudant-chef Gilles Manteau, du détachement du camp, qui a piloté la partie sécurité de l’organisation de la course. Le parcours s’est « fondu » dans l’environnement militaire : des panneaux de danger, des épaves de char, de vieux postes de tirs… tout cela a donné un cachet inhabituel à la compétition. Il court, le CIRFA ! Le 3 octobre, l’équipe interarmées du Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) du Mans a partagé souffrances et sueur au cours du 1er marathon organisé sur le circuit Bugatti. Le départ s’est fait en chaussettes, chaque candidat devant traverser la piste pour rejoindre sa paire de running ! Avec trois équipes interarmées, le centre de recrutement du Mans fait de l’évolution des mentalités sa force. Le 4 août dernier, l’équipe de rugby de Brive, engagée dans le top 14, réalisait une photo pour soutenir les Bisons (voir TIM d’octobre 2010, p. 13). Les Bisons ont voulu, eux aussi, les encourager et les remercier pour ce clin d’œil. Vous aussi, faites-nous parvenir vos clins d’œil et situations militaires originales sur sirpat-comecrite. emat@terre-net.defense.gouv.fr Clin d’œil des Bisons du 126e RI en Afghanistan Handi-tour : un autre regard sur le handicap Le 25 septembre dernier, Franck Festor et Hervé Kieff, civils de la Défense de la garnison de Metz, ont achevé à l’Hôtel national des Invalides, leur tour de France à vélo en tandem. Ils ont ainsi relié, en moins de trois semaines, cinq régions Terre en quinze étapes dans les garnisons. Le but : permettre un autre regard sur le handicap. Le général de corps d’armée Bruno Dary les a félicités pour l’exemple et le message véhiculé par leur action.
  15. 15. « Leadership et esprit d’équipe »  Pour la cinquième année consécutive, 99 étudiants sur le point d’intégrer l’école d’HEC ont fait le choix de vivre en totale immersion dans la lande bretonne. Lancé pour la première fois en 2006, le séminaire « Leadership et esprit d’équipe » est un module d’enseignement organisé par HEC en partenariat avec les écoles de Coëtquidan. Il se compose d’un stage d’une durée d’une semaine, suivi par la rédaction d’un mémoire, une fois de retour en école. Les étudiants s’interrogent sur les conditions de l’action collective à travers une réflexion théorique, assortie d’exercices pratiques sur le terrain. PrendreconsciencedUmanagement Répartis en trois sections, les stagiaires, encadrés par des sous- lieutenants du 1er bataillon de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, se voient attribuer différentes missions : construction de ponts, de tyroliennes et de radeaux, organisation d’un camp d’accueil de réfugiés… Ils doivent, afin de remplir leur objectif, mettre en œuvre tous les moyens mis à leur disposition de la manière la plus efficiente possible. Il s’agit également pour le chef désigné de coordonner l’action de son équipe en répartissant les rôles, d’adopter une stratégie efficace, de transmettre les ordres et de recadrer ses camarades au moment opportun. Si les limites en matière d’exercice du commandement se font rapidement sentir au départ, le stagiaire parvient peu à peu à trouver ses marques : la mission prend alors une toute autre tournure. C’est aussi l’objectif du séminaire : prendre conscience des difficultés à diriger une équipe, savoir coordonner une action mais également s’imposer à la place de décideur, tout en valorisant les compétences de chacun. Cette aventure apporte également aux sous-lieutenants du 1er bataillon de l’ESM, une expérience supplémentaire en matière de commandement et d’instruction. Elle leur permet en effet d’exercer en situation réelle, tout en offrant un échange enrichissant avec des étudiants venus d’autres horizons. Les stagiaires-prépa HEC mettent tout en œuvre pour remplir leurs objectifs : construire des ponts, notamment. tim 219 — NOVEMBRE 2010 .15 épreuve de force pour la 9e BLBMa Du 21 au 22 septembre, le 11e RAMa a accueilli le challenge sportif de la 9e Brigade légère blindée de marine qui a réuni cette année six équipes régimentaires. Échelonnées sur douze heures, les épreuves sportives se sont alors succédé dans le cadre de La Lande-d’Ouée. Huit épreuves au total, pour 90 km parcourus, ont éprouvé les participants heureux et fiers de passer la ligne d’arrivée. C’est sur une ultime épreuve très disputée que le 11e RAMa a finalement remporté le challenge, donnant rendez-vous à chacune des équipes, l’année prochaine, pour remettre la coupe en jeu. Le 3 octobre 2010, 45 sapeurs du 3e  Régiment du génie ont pris le départ de la 90e édition Sedan-Charleville. Celle-ci a été difficile car beaucoup de coureurs ont souffert de la chaleur pendant les 24,300 km de parcours. Les représentants du génie (dont trois féminines) ont eu à cœur de représenter dignement le régiment. Car comme le dit l’adage, « un Sedan-Charleville, ça se termine ». Mission accomplie, les Ardennais ont tenu ferme. Huit d’entre eux ont terminé la course en moins de deux heures. Le « 3 » tient ferme
  16. 16. tim 219 — NOVEMBRE 2010 actualités Panorama16. International Des VBCI au Liban 14 Véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) ont été livrés au mois de septembre au Liban, pour les unités françaises engagées au sein de la Force intérimaire des Nations unies (FINUL). Mis en œuvre par une compagnie du 35e Régiment d’infanterie, renforcée par des éléments du Régiment de marche du Tchad, le VBCI est utilisé pour des actions de contrôle de zone de la « ligne bleue », et remplace les AMX-10P. Il s’agit du deuxième déploiement sur un théâtre d’opérations extérieures pour ce véhicule. En effet, 10 VBCI sont déjà employés en Afghanistan, au sein des deux bataillons de la brigade La Fayette. Soirée « Solidarité Défense » au Liban Le samedi 21 août 2010, le groupement tactique interarmes (GTIA) DAMAN 12 au Liban a organisé une soirée de solidarité au profit de nos camarades de l’armée de Terre blessés en opération. Cet événement s’est déroulé simultanément sur les emprises d’At-Tiri, de Dayr Kifa et de Naqoura, où sont stationnés les militaires du GTIA. Organisée autour d’activités ludiques et de cohésion, la soirée a permis de collecter 8 420 euros au profit de l’association Terre Fraternité. Instruction au Bénin Du 12 au 25 septembre, le 23e BIMa a conduit un détachement d’instruction opérationnelle (DIO) dans le domaine combat des blindés, au  profit des 1er et 2e groupements blindés des forces armées béninoises (FAB), sur le camp militaire de Ouidah, à 47 km à l’ouest de Cotonou. Objectif : fournir les bases élémentaires du combat des blindés aux 38 stagiaires présents. Cette formation s’est poursuivie par de  nombreux exercices sur le terrain. Le système de drone tactique intermédiaire (SDTI) a effectué plus de 400 missions dans le ciel afghan depuis son premier vol, le 9 novembre 2008. Les hommes du 61e Régiment d’artillerie (61e RA) arment actuellement le détachement SDTI. Déployé au profit de la Task Force La Fayette en Afghanistan, le SDTI est la composante tactique de renseignement d’origine images (ROIM) sur le terrain. Sa principale mission : l’appui direct aux opérations grâce à la détection de menaces, et l’envoi rapide d’informations recueillies sur le terrain. Le SDTI est un outil réactif qui assure la fourniture, de jour comme de nuit, d’une imagerie d’excellente qualité. Afghanistan : 400e mission du SDTI TIM219_012_017_ACTUS.indd 16 26/10/10 15:19:41
  17. 17. En bref… « ColsBleus » viredecap Depuis 65 ans, Cols Bleus, le magazine de la marine nationale, était hebdomadaire afin d’apporter aux équipages en escale les nouvelles les plus fraiches. Internet et les nouveaux moyens de communication ne justifiant plus cette périodicité, c’est désormais toutes les quinzaines que les marins reçoivent leur magazine. Cols Bleus a aussi saisi cette occasion pour modifier sa maquette, les articles sont désormais moins factuels et traitent l’actualité avec plus de recul. UNE référence pourtout chefde section Le Mémento du chef de section Proterre vient d’être réédité par le CDEF. En format de poche, il est destiné à donner aux utilisateurs les fondamentaux pour guider leur action. Il traite ainsi des engagements les plus actuels ou probables face à une menace constituée d’un adversaire agissant sur tout type de terrain, en particulier en zone urbaine. Anticipez pourlepère Noël La période des fêtes de fin d’année voit le trafic postal doubler. Chargé d’assurer le soutien postal des unités et services en opérations extérieures, le service de la poste interarmées, soucieux de maintenir une qualité de service optimale durant cette période, demande que les colis soient expédiés dès la fin du mois de novembre et, au plus tard, fin de semaine 48. Ceci afin d’assurer la fluidité du trafic pour que chacun puisse recevoir son colis à temps pour Noël. Nouvelles pages d’histoire Le nouveau site internet de l’ECPAD est activé Aboutissement d’un vaste projet, ce site rend plus accessible les archives audiovisuelles de la Défense conservées au fort d’Ivry. Navigation plus facile, moteur de recherche, mots clés… le site donne la possibilité de connaître les images des reporters de l’ECPAD, transmises depuis les théâtres d’opérations ou capturées lors de grands événements de la Défense en France comme à l’étranger. Nouvelle fenêtre sur l’histoire, dossier thématique mensuel, des premières autochromes à la haute définition, découvrez le site sur www.ecpad.fr réservistes à lapage ! Les marsouins réservistes du 22e  BIMa sont devenus, le 2 juillet 2010, des sapeurs de marine intégrés à la 9e Brigade légère blindée de marine. Découvrez le nouveau site des réservistes nantais du 6e  Régiment du génie : www. reserve6genie.fr Sans renier leur passé, ils s’appliquent à poursuivre, avec le même enthousiasme, au sein du 6e RG, leur engagement au profit de la Défense du pays. N’hésitez pas à laisser vos commentaires. tim 219 — NOVEMBRE 2010 .17 Le CEMA canadien en visite au 1er RCA Le 21 septembre, le général Walt Natynczyk, CEMA canadien, s’est fait présenter le concept et les missions de la préparation opérationnelle de l’armée française à Canjuers. Il a pu ainsi s’entretenir avec le personnel d’un détachement des Operational mentoring and liaison teams (OMLT) puis voir un atelier de lutte contre les Improvised explosive devices (IED). Pour conclure, le général Natynczyk a participé à une démonstration de tir canons en déplacement (1 Leclerc XL et 2 VBCI), avant de voir les différents types de VBCI (d’infanterie ou de commandement) utilisés sur le théâtre afghan. NEMESIS SWORD 2010 Cet exercice international s’est déroulé du 13 octobre au 1er novembre 2010 à Bergen en Allemagne. NEMESIS SWORD 2010 avait pour objectif de certifier le poste de commandement de la division allemande, mais également d’entraîner et évaluer l’état-major de force n° 1 en tant que poste de commandement de division. Planifié, organisé et dirigé par le 1er corps germano- néerlandais, il s’agissait d’un exercice de niveau opératif, multinational et interallié. Le thème de l’exercice s’appuyait sur le nouveau contexte d’engagement des armées françaises : contre insurrection/ reconstruction. TIM219_012_017_ACTUS.indd 17 21/10/10 16:51:57
  18. 18. TIM 219 — NOVEMBRE 2010 L e prix de l’Audace distingue tous les deux ans des personnes innovantes et audacieuses du ministère de la Défense. Ce prix est ainsi décerné par la Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque et les récompenses sont remises par le ministre. Objectifs : mettre en valeur le dynamisme du ministère de la Défense en matière de solutions concrètes et déclencher l’envie d’innover chez d’autres acteurs du « terrain ». Au total, 18 innovations ont été présélectionnées en juin dont trois pour l’armée de Terre. Les lauréats sont notamment récompensés pour leur engagement, leur esprit inventif et leur ingéniosité. DÉVELOPPERLESIDÉESNOUVELLES ETLESAMÉLIORATIONSEFFICACES Le caporal-chef Jean-Paul Sentenac, mécanicien au sein du 17e Régiment de génie parachutiste à Montauban, a été présélectionné pour le kit patrouille amovible pour P4. Une innovation représentative de la volonté de répondre aux besoins de ses camarades. Le kit permet de La neuvième édition du prix de l’Audace se déroulera le 29 novembre 2010 sur le site de l’École militaire. Au programme : exposition des innovations, rencontre avec les auteurs et récompense des innovateurs de l’année ! Texte : LTN Séverine BOLLIER • Photos : DR ACTUALITÉS Panorama18. [Le prix de l’Audace] QUAND LES IDÉES DE CHACUN PROFITENT À TOUS En savoir plus : le Petit Guide pratique des innovateurs est disponible sur http:// totem.dga.defense. gouv.fr/innovation/ pour-en-savoir-plus transporter une deuxième roue de secours et trois nourrices et améliore ainsi la capacité d’emport et l’autonomie du véhicule léger tout terrain P4. Le brigadier-chef Thierry Polnecq, administrateur des systèmes d’information au sein de l’état-major de région Terre nord-est à Metz, a, lui, proposé un logiciel permettant d’imposer l’utilisation d’un ordinateur dédié à la décontamination virale des clefs USB avant toute utilisation sur le réseau informatique de la Défense. Son nom : Progiciel IPC Moniteur. Outil de sensibilisation au contrôle antivirus, IPC Moniteur est une application utilisable dans un environnement Windows XP qui per met de contrôler et de maîtriser la connexion des périphéries USB en effectuant un tatouage de la clé USB. L’ouvrier d’État Christophe Souillot est le troisième présélectionné. Expérimentateur du groupement renseignement à la section technique de l’armée de Terre, il est un spécialiste des matériels optro- niques et infrarouge. Son innovation : un kit de vision nocturne pour mitrailleuse 12,7 mm – KVN 12,7. Le dispositif amovible permet d’améliorer la capacité du VAB au tir de nuit à la mitrailleuse 12,7 mm grâce à une caméra thermique et une jumelle individuelle de visualisation. L’axe de l’arme est aligné avec celui de la caméra thermique. Cela permet ainsi de déporter son image vers la jumelle individuelle de visualisation. Ces trois innovations ont été soutenues par la Mission innovation participative du ministère de la Défense qui accompagne depuis plus de vingt ans le personnel civil ou militaire dans le développement d’idées nouvelles ou de solutions d’améliorations simples et efficaces. ● Les trois innovations de l’armée de Terre présélectionnées pour le prix de l’Audace 2010 1• Une seconde roue de secours est transportable grâce au kit patrouille amovible pour P4. 2• Le kit de vision nocturne pour mitrailleuse 12,7 mm améliore la capacité du VAB au tir de nuit à la mitrailleuse. 3• Le progiciel IPC Moniteur permet la décontamination virale des clefs USB avant toute utilisation sur le réseau informatique de la Défense. LESINNOVATIONS2010 1 2 3 TIM219_018_019_PANORAMA.indd 18 21/10/10 16:53:30
  19. 19. S’ adressant successivement aux généraux, chefs de corps et officiers en temps de responsabilité ou servant hors de l’armée de Terre, le CEMAT a souligné le maintien et la poursuite des efforts entrepris il y a deux ans. « Depuis l’été 2008, l’armée de Terre a conduit les deux premières étapes de sa réorganisation, conformément à la planification tracée par l’ordre général pour la transformation. 2011 s’inscrit dans la même veine : conduire les réformes, tout en remplissant les missions confiées, en préservant la cohésion, la cohérence et partant de l’identité de l’armée de Terre, ses conditions de vie profes­ sionnelles et sociales. » UNERéorganisation fonctionnellemajeure L’année 2011 est également comme une année charnière, marquée par la poursuite des ré- organisations structurelles, mais surtout par une réorganisation fonctionnelle majeure dont le déploiement de l’ensemble des bases de Défense est l’un des emblèmes. Toutefois, « ce transfert de la responsabilité de l’admi­nistration générale et des soutiens […] ne doit pas nous détourner de notre finalité, l’enga- gement opérationnel et ce qui y concourt le plus directement. » Maintenir l’effort dans les domaines de la préparation opérationnelle (PREPAOPS), du renouvellement des matériels majeurs et de l’adaptation des matériels en service, tels ont tim 219 — novemBRE 2010 été les axes développés. « L’heure est résolument à la continuité dans l’action en tenant le cap fixé, il y a deux ans. » Plus que jamais, la priorité est également donnée à la conser­vation de la ressource humaine. Le défi à relever reste, sans nul doute, la fidélisation des EVAT et la redyna- misation de leurs parcours professionnels en proposant « des perspectives professionnelles à la hauteur de la qualité dont les soldats font preuve sur les théâtres d’opérations », mais également valoriser les acquis d’expérience pour les sous- officiers. À cet effet, 2011 verra la mise en œuvre du BSTAT rénové et plus professionnel, mais également l’ouverture des derniers CFIM de Montlhéry et Dieuze. Objectif  : prendre le temps de former, ins­­truire et éduquer les jeunes soldats au sein des CFIM mis en place depuis cet été. « Il faut remettre la formation générale initiale [FGI] au cœur de l’armée de Terre. Ma préoccupation est que chaque soldat reçoive un même fond de sac, de qualité. »  Lors de son allocution, le CEMAT a insisté sur la réorganisation du commandement selon un triptyque : au cœur des missions opérationnelles et de leur préparation ; les hommes et la gestion de commandement de ces hommes ; l’emploi et le maintien en condition des matériels opération- nels. Pour conclure, le CEMAT a cité le général Bigeard : « Fais ton boulot correctement, avec du cœur et de l’esprit, aime tes hommes et surtout ton pays. » l Lors de son allocution, le CEMAT a insisté sur la réorganisation du commandement selon le triptyque ci-dessous : • au cœur des missions opérationnelles et de leur préparation ; • les hommes et la gestion de commandement de ces hommes ; • l’emploi et le maintien en condition des matériels opérationnels. .19 Déclinée en trois journées, l’édition 2010 du Grand rapport de l’armée de Terre (GRAT) a été l’occasion pour le général d’armée Elrick Irastorza de réaffirmer les orientations de l’armée de Terre. Décryptage. Texte : LTN Séverine BOLLIER • Photo : CCH Alexandre DUMOUTIER La continuité dans l’action [ GRAT 2010 ] TIM219_018_019_PANORAMA.indd 19 21/10/10 16:59:33
  20. 20. Cette année, la cinquième édition du jeu concours annuel de TIM a encore rencontré un franc succès. Il faut dire que l’enjeu était de taille : 24 lots offerts par 45 partenaires. La remise des lots s’est déroulée le 24 septembre 2010 à l’École militaire, à Paris, en présence du colonel Bruno Lafitte, chef du SIRPA Terre. Texte : LTN Séverine BOLLIER • Photos : ADJ Gilles GESQUIERE NOUS REMERCIONS TOUS LES PARTE NAI LESLAURÉATS DUGRANDJEUCONCOURS DEL’ÉTÉ TIM 219 – NOVEMBRE 2010 JOUER C’EST GAGNER ! JEUINDIVIDUEL ■ 1er PRIX Madame Dominique Dostes, de La Garde (83), a reçu des mains de l’amiral Franck Somon (2S) un chèque de 2 000 , offert par l’AGPM. ■ 2e PRIX Monsieur Tony Chatrian, d’Orry- la-Ville (60), a gagné deux entrées en VIP à un match des six nations d’une valeur de 1 674 , offerts par Renault. ■ 3e PRIX Monsieur Patrick Coléno, de Dangand (56), a reçu de madame Myad Christ, de la CARAC, un chèque de 1 500 . PRIX PRESTIGE Le sculpteur Nadine Enakieff, peintre officiel des armées, a remis le prix prestige, une sculpture d’une valeur de 1 000 , au lieutenant-colonel Jean-Claude Morlet, du BCS de la BFA. Ce prix récompense l’unité de l’armée de Terre ayant le plus participé aux jeux individuel, collectif, EVAT et PSO. TIM219_020_021_JEU.indd 20 22/10/10 14:06:07
  21. 21. RTE NAIRES POUR LEURS PRIX DE QUALITÉ. JEUCOLLECTIF TIM 219 – NOVEMBRE 2010 PRIXEVAT Le brigadier-chef Aline Schwebel (à dr.), du 121e Régiment du train de Montlhéry (91), a remporté le prix EVAT : un stage de conduite pour 15 personnes sur le cir- cuit du Mans, organisé par la Fédération française du sport automobile et Auto Sport Academy. Valeur du lot : 16 179 . ■ 1er PRIX Le capitaine Kévin Guth du BCS de la BFA de Müllheim a remporté pour 25 militaires un week-end parisien d’une valeur de 8 112  incluant l’accès au parc Disney, la montée à la tour Montparnasse, la visite du musée Grévin, l’embarquement sur la Seine à bord des Vedettes de Paris, la visite du musée de l’Armée avec un conférencier, l’entrée au spectacle du Lido, deux entrées dans les établissements des Monuments nationaux et l’hébergement à Vincennes par la RTIDF. ■ 2e PRIX Le sergent-chef Sébastien Goudenne, du 152e RI de Colmar (68) a reçu un lot de 25 vestes « grand froid » d’une valeur de 4 964 , offert par M.Casbas de la société C2E, (lui-même ancien major à la retraite) et remis par le colonel Lafitte, chef du SIRPA Terre. ■ 3e PRIX Le général de division (2S) Gilles Robert (SHD) et le capitaine Sylvain Banes (ECPAD) ont remis un lot d’ouvrages édités par le SHD et un lot de livres et DVD édités par l’ECPAD, d’une valeur totale de 3 612 , au maréchal-des-logis Jean-Baptiste Romain, représentant le lieutenant Yann Schmidt, du BCS de la BFA. Nous remercions la société Apetito qui a offert le cocktail lors de la cérémonie de remise des prix, ainsi que le champagne de Castelnau1 , qui offrait un jéroboam aux gagnants des prix PSO, EVAT et chef de corps. La rédaction remercie le major André Le Bodic, sans qui le jeu concours de TIM ne rencontrerait pas un tel succès. 1 L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. JEU INDIVIDUEL • Le sergent-chef Frédéric Guichard (DRHAT) qui a remporté un week- end à Carnac et un lot de maroquinerie des partenaires Thalasso Carnac et des Galeries Lafayette d’une valeur de 1 292  ; • Monsieur Alain Pichon (EDIACAT de Saint-Étienne) qui a gagné une paire de jumelles d’une valeur de 1 235 , offerte par le groupe Humbert Beretta ; • Madame Cathy Hennequin, de Créon (33), qui a remporté un séjour pour deux adultes au Futuroscope, un prêt de véhicule par la société Hertz et un chèque carburant de BP d’une valeur totale de 1 208  ; • Madame Nicole Cherel, de Saint-Victor-de-Malcap (30), qui a remporté une télévision LED d’une valeur de 1 000 , offerte par Thales ; • Monsieur Florent Krohn, d’Ogy (57), qui a gagné un ordinateur portable d’une valeur de 1 000 , offert par Nexter ; • Madame Marie Guillemot, d’Igny (91), qui a remporté un appareil photo numérique et un équipement d’une valeur total de 1 000 , offerts par les partenaires Objectif Bastille et Paul Boyé ; • L’adjudant Stéphane Poulet (1er RHC) qui repart avec un VTT et un GPS remis par les partenaires Peugeot Cycles et Interselec Calipage d’une valeur de 1 000  ; • Le lieutenant-colonel (R) Thierry Malvaux, de Chatillon-sur-Marne (51), qui a remporté un week- end parisien pour deux personnes et un chèque Cadhoc d’une valeur totale de 900 , offerts par les partenaires Lido, Igesa, Jazz Club, le musée Grévin, les Vedettes de Paris, la tour Eiffel, la tour Montparnasse, le musée de l’Armée et les Gentlemen du déménagement ; • Le capitaine Daniel Demimuid (CIRFA de Melun) qui a gagné un ordinateur portable et une imprimante multifonction d’une valeur de 825 , offerts par les partenaires Bechtle et SMD 75 ; • Monsieur Claude Bertin, d’Etuz (70), qui a remporté un Home cinéma et un lot d’ouvrages d’une valeur de 820 , offerts par les partenaires Musique et Music et de la Librairie Julliard ; • Monsieur Thomas Fontaine, de Pournoy-la-Chétive (57), qui a gagné un lot de maroquinerie, une excursion à Bruges et un appareil photo numérique d’une valeur totale de 813 , offerts par les partenaires Les Galeries Lafayette, Cityrama et la société Ricoh ; • L’adjudant Fabrice Detemmermann (GSBDD de Nancy) qui a remporté un caméscope numérique, un lecteur DVD DVX, un iPod et sa station d’accueil, d’une valeur totale de 800 , remis par les partenaires CRP, MSA Gallet et Promo Plus. JEU COLLECTIF • L’adjudant-chef Xavier Couvreur, du BCS de la BFA, qui a remporté un lot de 25 lecteurs MP3 d’une valeur de 3 000 , offerts par la Société générale et la BFM ; • L’adjudant-chef Marc Soubeyroux, du 152e RI, qui a gagné un lot d’équipements sportifs (25 survêtements + 25 ballons officiels de la Coupe du monde) d’une valeur de 1 600 , offert par Adidas ; • L’adjudant-chef Jean- Luc Delobel, du 19e RG de Mourmelon, qui a remporté un lot pour 25 personnes comprenant des maillots et shorts de football et un ballon d’une valeur de 595  offert par Decathlon. La rédaction de Terre information magazine félicite également : PRIXPSO L’adjudant-chef Rémy Fouquet, de l’EFA (83), a remporté un week-end sportif (char à voile, kayak de mer) pour 15 sous-officiers, d’une valeur totale de 1 880 , offert par l’Igesa. TIM219_020_021_JEU.indd 21 26/10/10 14:52:30
  22. 22. tim 219 — NOVEMBRE 2010 actualités En direct22.
  23. 23. Les Forces françaises du Gabon (FFG) sont installées au point d’équilibre d’une zone encore potentiellement « crisogène ». Du coup, les FFG comptent actuellement parmi leurs nombreuses missions le soutien de l’opération BOALI qui se déroule en République centrafricaine (RCA) depuis 2003. [FFG et BOALI] L’AFRIQUE CENTRALE AU CŒUR DE S ur le tar mac de l’aér oport de Libreville, au Gabon, la température dépasse déjà 30 °C et tout le monde est en nage ; il est à peine 7 h. Alors que l’équipage de l’armée de l’Air donne les consignes de sécurité, les hommes du 1er Régiment du train parachutiste chargent plu- sieurs palettes à destination de Bangui. Le C 160 Transall ne chômera pas aujourd’hui. Après son décollage de Libreville, l’avion fait une halte express à Douala, au Cameroun, pour prendre du fret et une trentaine de soldats camerounais 1 de la Force multinationale d’Afrique centrale (FOMAC) 2 . Les paras chargent et arriment soi- gneusement la cargaison, vérifient les ceintures des passagers. Gestes mille fois répétés et qu’il ne faut pourtant jamais faire mécaniquement. Mieux vaut prévenir… Textes : CNE Thomas DIJOL • Photos : CCH Alexandre DUMOUTIER .23 TIM 219 — NOVEMBRE 2010 1 Lire l’encadré sur la MISLOG pour la mission des forces françaises au Cameroun. 2 Première opération militaire de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC). ●●● Aux abords du camp de M’Poko à Bangui.
  24. 24. Doter la force d’une capacité de commande- ment élevée et de dialogue avec les forces africaines. » Général Bernard Commins, commandant les FFG. ACTUALITÉS En direct TIM 219 — NOVEMBRE 2010 ●●● 24. Destination finale du périple : la Centrafrique et sa capitale Bangui où, depuis 2003, la France est engagée dans l’opération BOALI, une opéra- tion de soutien logistique à la MICOPAX conduite par des pays africains. À peine posé, l’avion de transport tactique décolle de nouveau pour une livraison par air. Ce mode de ravitaillement est privilégié pour les unités déployées sur le terrain, parfois à douze heures de route de leur camp de base. Après avoir largué eau et rations, l’avion enchaîne avec un posé d’a saut, et c’est l’occasion de jouer un scénario d’extraction de ressortissants pour la section du lieutenant Guillaume Farthouat, du 27e Bataillon de chasseurs alpins (27e BCA), renforcée d’un groupe comman- dos parachutistes (GCP) du 3e Régiment de para- chutistes d’infanterie de marine (3e RPIMa). SOUTENIRLESFORCESAFRICAINES Depuis juillet 2010, en RCA, c’est le 27e BCA qui constitue l’unité cadre du détachement BOALI 3 , en fournissant la compagnie d’infanterie et l’état- major tactique. Le reste de la force est composé d’un détachement de soutien (DETSOUT) et de la cellule administrative et financière (CAF) qui sont armés par des militaires issus de différents régiments. « Tous contribuent à notre mission pre- mière : le soutien de la MICOPAX », explique le lieutenant-colonel Hauducoeur, issu du 27 et com- mandant le détachement. D’ailleurs, sur l’aéro- port de Bangui, les Français sont colocalisés dans le camp M’Poko avec les contingents africains et partagent la même emprise. « Nous sommes d’abord là pour permettre aux forces africaines de maintien de la paix de faire leur travail et de sécuriser le pays », souligne le lieutenant-colonel Hauducoeur Le DETSOUT assure ainsi le soutien (NTI2) des véhicules des compagnies africaines issues de plusieurs nations de la région (RDC, Cameroun, Gabon, Congo-Brazzaville, Tchad), quand ils passent à Bangui, puisqu’en plus de la capitale, les détachements sont installés sur trois bases principales à travers la Centrafrique. Outre les mécanos, un atelier APC (armes de petit calibre) veille au maintien en condition des armes et ins- truit les Africains sur leur entretien. « Nous sommes en quelque sorte un laboratoire pour le maintien de la paix en Afrique centrale », explique le com- missaire lieutenant-colonel Salvy, qui commande 3 Relevé à partir de début novembre par le 2e Régiment étranger d’infanterie. Poser d’assaut du 27e BCA.
  25. 25. .25 TIM 219 — NOVEMBRE 2010 DÉPLOIEMENTDESFORCESFRANÇAISESENAFRIQUECENTRALE la CAF et s’assure du bon usage des deniers de l’Union européenne (plus de 14 millions d’euros en 2010). En RCA, il y a d’une part l’opération BOALI, qui apporte un soutien à l’opération africaine MICOPAX et qui conduit des actions de formation au profit des forces centrafricaines. D’autre part, des éléments français sont insérés dans la force de la MICOPAX et apportent des compétences techniques administratives, notamment pour la gestion des fonds européens qui participent au financement de la MICOPAX. En amont de l’ac- tion sur le terrain en RCA, des DIO sont conduits par les FFG pour former les contingents africains qui arment la MICOPAX, afin de la préparer aux missions de maintien de paix. UNEMISSIONDEFORMATION En effet, outre le soutien, les militaires de BOALI assurent aussi des actions de formation opéra- tionnelle. Ces actions se font au profit des forces armées centrafricaines (FACA) pour les aider à prendre en main leur propre sécurité. Elles s’intitulent DIO (détachement d’instruction opé- rationnelle) et DIT (détachement d’instruction technique). Les DIO portent sur les fondamen- ●●●
  26. 26. actualités En direct taux du combat type Proterre (check point, contrôle de zone, réaction à une embuscade), du tir et du secourisme. Les DIT, eux, se consacrent aux volets administratifs et ressources humaines (faire la situation de prise d’armes – SPA, tenir à jour un inventaire) mais aussi à la topographie et aux transmissions ; ils couvrent ainsi plus d’une vingtaine de domaines. À Bangui, un DIO permanent, composé d’une demi-douzaine de personnes et commandé par le capitaine Alexis Clément, assure de nombreux modules. Mais la compagnie d’infanterie est également sollicitée et « c’est d’ailleurs une mis- sion très valorisante pour ceux qui assurent les cours : cela oblige à réviser ce que l’on fait parfois par habitude », déclare le capitaine Ludovic Le Merrer, commandant la compagnie. Ces formations sont donc devenues une mission prenante pour la compagnie qui assure en paral- lèle une mission essentielle : la sécurisation de l’emprise, et qui doit être en mesure de procéder à une évacuation de ressortissants par l’aéroport si besoin. « Cette mission de RESEVAC reste sou- tim 219 — NOVEMBRE 2010 26. Caisse à sable improvisée pour le peloton blindé du 6 e BIMa, Libreville. vent abstraite pour nos jeunes engagés tant qu’il ne se passe rien », explique le capitaine. « Pourtant, on sait que si ça s’enflamme, on nous jugera là-dessus. » s’approprierlazone Dans le reste du pays, les chasseurs alpins mènent des tournées de province (TP) qui sont autant d’occasion de (re)découvrir le pays, de réviser les fondamentaux de la vie en campagne et de contribuer à la mise en place d’une bulle de sécurité et de confiance autour de Bangui par des missions de pré- sence. Quelques jours après son exercice, c’est la section du lieutenant Farthouat qui repart pour une semaine, plein nord, dans la région de Yaloké, pour une de ces TP. Après une demi-journée de route, le chef de section prend contact avec les chefs de secteur, passe à la préfecture, à la gendar- merie et finit par s’installer pour le bivouac. La manœuvre est bien rodée. Le campement est aussitôt aménagé, la zone proche recon- nue et le lieutenant envoie plusieurs chefs de groupe prendre contact aux alentours. « On travaille ainsi nos savoir-faire de base », expli- que le chef de section. « Les chefs de groupe doivent s’approprier la zone, la comprendre, être en mesure de recueillir des informations simples qui, agrégées, nous donnent une bonne image de la province. En plus, ces tournées sont grati­ fiantes pour tout le monde ; l’autonomie, la cohé­ sion, la débrouille contribuent aux meilleurs moments de notre mission ici.  » Pendant son mandat en République Centrafricaine, le déta- chement effectuera au total treize TP de ce type, en les associant parfois à une mission civilo-mi- litaire comme la vaccination des pygmées dans le sud du pays. À Bangui, les Français s’intègrent aussi dans leur environnement immédiat en apportant une aide médicale hebdomadaire à la population la plus démunie, dans un dispensaire proche de l’aéroport. « C’est d’abord l’opportunité d’aider les locaux », déclare le sergent Emilie Dumay, infir- mière. « Mais c’est aussi pour nous une occasion d’enchaîner les soins, notamment sur des plaies, et de permettre aux auxiliaires sanitaires des sec- tions de pratiquer tout en apportant un bénéfice à la population. » lll TIM219_022_030_GABON.indd 26 22/10/10 15:58:05
  27. 27. .27 tim 219 — NOVEMBRE 2010 focus Livraison par air, le RTP à l’œuvre.lll transit, 330 tonnes de fret et la gestion des mouvements terrestres à destination de la RCA et du Tchad, ainsi que des rotations aériennes pour le Gabon, les 10 permanents de la MISLOG sont constamment sur  la brèche. Chargement du Transall à Douala, Cameroun. Voilà une mission créée il y a de plus de dix ans et dont peu connaissent l’existence. Située à la « poignée de l’éventail », c’est pourtant elle qui nourrit, approvisionne et équipe l’ensemble des forces françaises en Afrique centrale, qu’elles soient prépositionnées ou en opérations. Le chef de bataillon Patrice Dangé explique : « Nous avons été le cordon ombilical de l’opération de l’EUFOR Tchad / RCA, avec un coup d’accélérateur important au moment de l’ouverture et de la fermeture du théâtre. » Avec, chaque année, 900 personnes en LAMISLOG 330tonnes de fret sont trans­por­ tées chaque année. Lenouveaudispositif français À Libreville, au Gabon, les militaires français sont en ville depuis toujours et ici, tout le monde parle encore du Bataillon d’infanterie de marine (BIMa) pour désigner l’ensemble des FFG. Pourtant, depuis trois ans, le dispositif français s’est réorganisé comme partout en Afrique. Ici, un état-major interarmées (EMIA) et un général sont arrivés pour commander le tout. « L’objectif était de doter la force d’une capacité de com- mandement élevée, en mesure de conduire des opérations d’envergure et d’être l’interlocuteur de bon niveau avec les forces africaines régio- nales », explique le général Bernard Commins, commandant les FFG. Dernière évolution nota- ble  : une des deux compagnies parachutistes (les com para) tournantes est depuis cette année remplacée par une « com moto », une compagnie d’infanterie motorisée. Une petite révolution pour ce théâtre habitué à voir défiler majoritairement des troupes aéroportées. Quelles sont les missions dévolues aux FFG ? « Les FFG agissent sur Capter l’ambiance, Yaloké, RCA. TIM219_022_030_GABON.indd 27 26/10/10 14:40:25
  28. 28. actualités En direct plusieurs registres  : présence, coopé- ration, soutien et, si besoin, intervention  », explique le colonel (air) Pascal Boucher, chef d’état-major des FFG. « Notre capacité d’ac- tion est importante, grâce notamment au 6 e  Bataillon d’infanterie de Marine [6e BIMa], à un DETALAT avec quatre Puma, au DETAIR [deux Transall C160, un Fennec], des forces spéciales et le Centre d’aguerrissement outre- mer [CAOME], qui permet d’affûter, d’aguerrir tout le monde en permanence. » Le colonel Philippe Susnjara, chef de corps du 6 e BIMa, précise : « C’est l’un des objectifs prioritaires ici. Je veux que les meilleures conditions d’aguerrissement soient offertes aux compagnies et nous faisons tout pour que les “tournants”, s’ils ne participent pas à une opération, repartent endurcis, en connaissant le milieu, pour être prêts à se lancer immé- diatement dans une mise en condition avant projection classique si besoin. » Il poursuit : « Pour ça, le 6 e BIMa et le CAOME insistent sur trois points : l’aguerrissement au travers du stage et de l’obtention du brevet 4 , le tir, y compris interarmes, et le combat. » Le 6e BIMa, comme toutes les composantes des FFG, arme aussi des DIO et des DIT sur le territoire gabonais et plus globalement dans toute la CEEAC 5 , zone de responsabilité des FFG. Ainsi, cette année, les hommes du 6 et des FFG ont été projetés en Guinée équato- riale, en République démocratique du Congo, ou encore au Burundi ou à Sao Tomé. Ces for­mations sont dispensées aussi bien pour des détachements destinés à rejoindre la mission de la CEEAC, la MICOPAX que pour des pays souhaitant se former en vue d’intégrer la brigade africaine en attente. Le chef de bataillon Le SGT Christopher Heslon dispense un cours de combat à des stagiaires centrafricains. (Photo CCH Moings) Instruction sur le FAMAS par l’ADC Tournefie. tim 219 — NOVEMBRE 2010 lll 28. Je veux que les tournants repartent endurcis. » Colonel Philippe Susnjara, commandant le 6e BIMa. Yann Sihalathavong, en charge des questions de coopération, explique : « Ici, nous recevons des stagiaires africains de toute la zone de la Communauté économique des États d’Afrique centrale [CEEAC]. Ces stagiaires, nous allons les chercher dans leur pays, les logeons sur le camp et les formons dans leur domaine de spécialité. » Un simple coup d’œil dans le camp montre qu’effec­tivement, il y a des cours partout ! Au dépôt de munitions, deux stagiaires de la République démocratique du Congo s’initient au rangement rigoureux d’une soute. Il règne une chaleur intense dans les silos et le caporal-chef Lepinay enchaîne les explications. Ambiance plus feutrée en salle d’instruction transmissions où le caporal-chef Zolbert supervise six stagiaires en plein test, presque en apnée. Dans les ateliers, les élèves sont extrêmement intéressés par un cours de l’adjudant-chef Tournefie. Peu familiers du TIM219_022_030_GABON.indd 28 26/10/10 14:44:22
  29. 29. .29 tim 219 — NOVEMBRE 2010 Famas, qu’ils utilisent pourtant s’ils sont déployés dans le cadre de la FOMAC, les stagiaires posent des questions en rafale et veulent voir de plus prêt ce que sera leur armement. « Patiemment, j’explique et je réexplique les manipulations élé- mentaires », raconte l’adjudant-chef. « Ils sont très curieux et demandeurs. » L’évolutiondelaprésence française « C’est une nouvelle étape notable de notre pré- sence », explique le général Commins. « Après le tutorat et la coopération avec une présence massive de formateurs et de cadres, nous som- mes passés au partenariat, à l’émergence d’une coopération opérationnelle qui s’appuie notam- ment sur les forces prépositionnées. » La France est maintenant intégrée dans le processus de construction d’une sécurité collective en 25 km C’est ce que la companie doit parcourir en pleine forêt en ambiance tactique. Le Centre d’aguerrissement outre-mer (CAOME) vient de rénover entièrement son brevet. Articulé autour de deux périodes de quinze jours, l’une dite Faga (forêt gabonaise) et l’autre Maga (mangrove, à Port-Gentil), il se termine par un raid de synthèse de cinq jours en autonomie. Déposée par un saut ou une opération héliportée, la compagnie doit alors effectuer 25 km en pleine forêt en ambiance tactique. « Notre volonté était d’améliorer la vraisemblance et de suivre la politique d’aguerrissement pour l’armée de Terre », explique le capitaine Yannick Thivillier, officier jungle. « Quand ils seront passés ici, les tournants auront fait vingt-quatre jours d’aguerrissement en tout. Ils passent tous à Port-Gentil et enchaînent deux périodes de quinze jours sur le terrain dont l’une se termine par la piste Malibé évaluée comme la plus difficile par les gens du CNEC. » De quoi durcir tout le monde, en effet... focus Entraînement au combat pour le 3e RIMa. « Tremper, durcir », au CAOME aussi. Lecaome lll TIM219_022_030_GABON.indd 29 26/10/10 14:45:09
  30. 30. ACTUALITÉS En direct TIM 219 — NOVEMBRE 2010 30. Afrique (lire le numéro de septembre 2010 de TIM avec de multiples exemples). « BOALI est une application finalement très concrète de ce principe. Nous aidons directement les Africains à construire l’architecture de paix et de sécurité sur leur continent », analyse le général. « La prochaine étape sera d’avoir une force africaine toujours prête : ce sera les brigades en attente. » La brigade Centre, celle de la sous- région, a été certifiée en juin 2010 lors d’un exer- cice en Angola visant à évaluer son niveau de performance militaire. « Il reste certes du chemin à parcourir », conclut le général. Et d’ajouter : « Mais c’est parti ! D’ailleurs, qui aurait dit, il y a encore quelques années, que des pays africains pren- draient, sous la direction d’une organisation régionale telle que la CEEAC l’initiative de conduire une opération ? » Cette opération, conduite aujourd’hui par la FOMAC, augure de ce que pourraient être les opérations de la future force africaine en attente, lorsque ses brigades seront fin prêtes. Sur le terrain, en Centrafrique, cette opération existe, les progrès sont réels, et les Français sont aux côtés de leurs partenaires africains, pour la paix. ● ●●● 4 Lire l’encadré sur le CAOME (p. 29) et les différents modules de la formation qui y est dispensée. 5 Communauté économique des États d’Afrique centrale, soit 10 pays. Surveillance de l’aéroport de Bangui. Après le tutorat et la coopération, nous sommes passés au partenariat, à l’émergence d’une coopération opérationnelle. » Général Bernard Commins, commandant les FFG. Consultez d’autres photos de BOALI et des FFG sur la base iconographique de l’armée de Terre (site intraterre) : http://biat.terre. defense.gouv.fr TIM219_022_030_GABON.indd 30 22/10/10 15:52:59
  31. 31. N°219 Novembre2010 1 Si tu veux la paix, prépare-toi à la guerre (maxime romaine) [ La préparation opérationnelle du SGTIA ] Si vis pacem, parabellum 1 TIM219_I_XII_DOS.indd 1 22/10/10 16:19:07
  32. 32. P. 02 À 12 [DPEO] LEJUSTE ÉQUILIBRE [Le DAO] DECANJUERS ÀKABOUL [Du CENTAC au CENZUB] L’ENTRAÎNEMENT AUCOMBATINTERARMES [La CNCIA] EXERCICES SOUSCONTRÔLE TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010 DOSSIER LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE DU SGTIA 02. Textes : LTN Céline BRUNETAUD • Photos : ADC Ghislain MAYEUR/CEPC, ADJ Jean-Raphaël DRAHI, ADJ Gilles GESQUIÈRE, CCH Alexandre DUMOUTIER, CCH Cédric LEFEVRE/SIRPAT Image Lyon Au regard des engagements actuels, le combat ne peut être envisagé que sous le spectre de l’interarmes et de l’interarmées. En effet, au moment où les unités se conjuguent au pluriel sous la forme de sous-groupements tactiques interarmes (SGTIA), il était nécessaire de repenser les modalités de préparation opérationnelle des forces. Avec ses infrastructures adaptées et modernisées, le Commandement des centres de préparation des forces (CCPF) est une véritable machine de guerre au service des combattants dans un seul et unique but : « Se préparer inlassablement à l’engagement opérationnel 2 .» TIM219_I_XII_DOS.indd 2 22/10/10 16:16:12
  33. 33. TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010 C omment honorer les missions de l’armée de Terre tout en poursui- vant son entraînement ? Comment se préparer à une projection sans sacrifier un entraînement plus glo- bal, dit générique ? La DPEO 2010-2013 stipule que l’ensemble de l’armée de Terre doit réaliser en moyenne 105 journées de préparation opé- rationnelle par homme et par an. Il s’agit pour les unités « d’optimiser l’utilisation du temps dévolu à l’acquisition et à l’entretien des fonda- mentaux », tout en remplissant les missions qui leur sont confiées. Cette directive le rappelle : « L’efficience, c’est-à-dire l’adéquation entre le contrat opérationnel et le juste besoin de préparation opérationnelle, doit être le souci de tous. » Dans un effort de rationalisation, les corps veilleront à respecter la typologie des es- paces d’entraînement. Ils devront « poursuivre .03 [Directive 2010-2013] LEJUSTE ÉQUILIBRE [Le GAM] CRAPAHUT HAUT DEGAMME [Le CETIA] NOUVEAUX PARCOURS 2 Directive du chef d’état-major de l’armée de Terre, le général d’armée Elrick Irastorza. 3 Hors territoire national, ce sont des actions de consolidation de la paix, de stabilisation, de coercition limitées dans l’espace et dans le temps. Sur le territoire national, elles regroupent des missions d’aide aux populations ou de participation au maintien de l’ordre. 4 La préparation opérationnelle du personnel militaire « Terre » des GSBDD et directions de services interarmées est assurée par les formations des forces. En savoir plus sur le site intranet : www.emat.terre. defense.gouv.fr/ pops/ « L’enga- gement opération- nel : notre seule raison d’être ! » Général d’armée Elrick Irastorza, chef d’état-major de l’armée de Terre. ● La ligne directrice fixée par le chef d’état-major de l’armée de Terre est inchangée pour les années à venir. L’entretien des fondamentaux du métier de soldat et la maîtrise des savoir-faire spécifiques à un théâtre sont au cœur de la directive de préparation à l’engagement opérationnel 2010-2013 (DPEO 2010-2013). l’optimisation du partenariat de la formation en privilégiant le déplacement des stagiaires vers les forces ». L’initiative est laissée aux chefs de tous niveaux pour conduire et contrôler des activités progressives mais exigeantes pouvant motiver et fidéliser le personnel « tout en préser- vant l’état de fraîcheur physique et psycholo- gique […] avant son engagement ». La préparation opérationnelle aux enga- gements actuels les plus probables 3 est une nécessité ; il n’en demeure pas moins que la préparation générique reste l’affaire de tous, y compris pour le personnel « Terre » des orga- nismes interarmées 4 : « L’effort demeure sur l’entretien des fondamentaux de métier et la maîtrise des missions communes de l’armée de Terre [MICAT]. » Il s’agit de maîtriser les prére- quis indispensables avant d’entamer la prépa- ration spécifique à un théâtre d’opération dans les meilleures conditions. Celle-ci s’appuie sur l’ensemble des moyens mis en place par l’ar- mée de Terre, notamment au travers du CCPF. C’est l’équilibre permanent recherché entre ces deux préparations qui donne la cohérence à l’ensemble du dispositif de préparation opéra- tionnelle. La DPEO 2010-2013 confirme que les mises en condition avant projection sont diffé- renciées selon la mission et le théâtre. Le 7e BCA durant sa MCP Afghanistan au CENTAC. TIM219_I_XII_DOS.indd 3 22/10/10 14:56:09
  34. 34. LESESPACESDÉDIÉSÀLAPRÉPAOPS TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010 DOSSIER LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE DU SGTIA 04. ment spécialisés (CES), mise en condition avant projection (MCP) et certification, sur des matériels organiques (parc d’entraînement (PE) et/ou PSP). • Localisation : pôles de Champagne et de Provence. • Éloignement des corps : supérieur à une demi-journée. Ce sont des espaces d’entraînement de brigade (EEB) et de contrôle de tir pour des périodes supérieures ou égales à la semaine. • Équipements : espaces de manœu- vre adaptés à un entraînement et à un tir interarmes (canons de 20, 120 à 155 mm, missiles anti-char jusqu’à 4 000 m, LRAC, FLG, Gr Ma, LRM 7 , tirs mortier 120 mm, tirs LATTA 8 à MISTRAL, complexe de tir AZUR, MASTTAC, navigation, franchissement, etc.). • Hébergement : en dur ou en bivouac. ESPACE COLLECTIF D’INSTRUCTION (ECI) : Niveau section/ peloton • Emploi : instruction individuelle ou collective jusqu’au niveau section/ peloton sans matériels organiques (éventuellement le parc de service permanent, PSP). • Localisation : Fontevraud, Caylus, Les Garrigues, Bitche, etc. • Éloignement des corps : moins d’une heure. Ce sont des espaces adaptés pour des séjours courts de moins d’une semaine. • Équipements limités : stand de tir, champs de tir ALI1 , LRAC 2 , parcours d’obstacles, pistes d’initiation au déplacement en zone urbaine, mur d’escalade, etc. CAMPS DE NIVEAU 2 Niveau commandant d’unité • Emploi : instruction collective, voire PLANCAMPS2020 ÀCHACUNSONTERRAIN d’une semaine. • Équipements coûteux : infrastruc- ture de tir collectif et technique de tir (du 5,56 au 25 mm, LRAC, FLG 3 , GR Ma 4 , ALAT canon 20 à 30 mm, tirs mortier 81 mm, villages de combat, MASTTAC 5 , pistes d’audace, complexe de tir AZUR 6 ,etc.). • Hébergement : en dur ou en bivouac. PÔLE DE NIVEAU 3 Niveau chef de corps • Emploi: entraîne- ment, contrôle et évaluation des SGTIA, des PC et des unités de niveau supérieur dans tous les domaines (commandement, manœuvre, tir, aguerrissement), activités liées aux centres d’entraîne- TROIS NIVEAUX: 1 Armes légères de l’infanterie. 2 Lance-roquette antichar. 3 Fusil lance-grenade. 4 Grenade à main. 5 Module d’acquisition des savoir-faire techniques et tactiques. 6 Action en zone urbaine. 7 Lance-roquettes multiples. 8 Lutte antiaérienne toutes armes. Le plan « Camps 2020 » répond au juste besoin de préparation opérationnelle de l’armée de Terre. Il répertorie les différentes emprises ou camps d’entraînement selon leur typologie et leurs vocations respectives. Jusqu’à présent, on comptait 272 terrains sur lesquels se faisait, sans différenciation aucune, l’instruction de niveau groupe au niveau division. Dans un souci de réduction des coûts d’entraînement et de formation, « Camps 2020 » répartit, sur trois paliers, les espaces dédiés à la préparation opérationnelle. entraînement des unités élémentaires avec ou sans matériels organiques (PSP exclusivement). • Localisation : La Courtine, Le Valdahon, Coëtquidan. • Éloignement des corps : moins d’une demi-journée. Ce sont des espaces adaptés pour des séjours courts de l’ordre TIM219_I_XII_DOS.indd 4 26/10/10 15:13:37
  35. 35. TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010 .05 ■ CEPC : appuyer la préparation opérationnelle des postes de commandement. ■ 17e GA : former et contrôler les unités dans la lutte antiaérienne toutes armes et former les maîtres chiens de l’armée de Terre et de la Marine. ■ GAM : aguerrir en zone montagneuse les unités d’infanterie (hors brigade de montagne). ■ CNCIA : conseiller et contrôler tous types d’unités (niveau GTIA). ■ CENTAC : entraîner les unités de mêlée engagées dans des actions de combat de haute intensité. ■ CENZUB : développer les aptitudes à l’engagement en zone urbaine. ■ CEITO : contrôler l’aptitude au tir opérationnel des unités de combat de l’infanterie. ■ CEB : soutenir l’entraînement des SGTIA avec des espaces de manœuvre et des matériels (parc d’entraînement). ■ 1er RCA : former et contrôler les unités blindées du combat anti-char. ■ DAO (rattaché au 1er RCA) : préparer les SGTIA aux spécificités du théâtre afghan. LESMISSIONSDESCENTRES 9 Engins explosifs improvisés. 10 Poste de commandement. 11 Missile antichar. 12 Forward operating base. LECCPF Parcours contre les EEI 9 , exercice PC10 de niveau 4, tir ERYX11 , vie en FOB12 ou en milieu montagneux, le combattant peut trouver dans ce sanctuaire dédié à la préparation opé- rationnelle un large éventail d’activités très proches des conditions de son prochain engagement. La prépa ops devenait difficile à conduire dans les formations en raison du nombre de missions (OPEX, OPINT, entretien des matériels, aide aux populations, etc.). D’où l’idée de créer le CCPF qui regroupe aujourd’hui huit centres d’entraînement et une commission nationale ! De 1997 à 2006, le CCPF gérait le Centre d’entraînement des postes de com- mandement (CEPC) et le Centre d’entraîne- ment au combat (CENTAC). Dans un souci de rationali- sation, le Centre d’entraînement aux actions en zone urbaine (CENZUB) puis le Centre d’entraînement des brigades (CEB) sont placés successivement sous sa responsabilité, en 2006 et 2007. L’année suivante, le Centre d’entraînement de l’infanterie au tir opérationnel (CEITO), le 1er Régiment de chasseurs d’Afrique (1er RCA), le 17e Grou- pement d’artillerie (17e GA) ainsi que le Centre d’entraînement commando (CEC) et le Centre national d’aguerrissement en montagne (CNAM) lui sont rattachés. Les derniers nés du CCPF sont le Détachement d’assistance opéra- tionnelle (DAO), la Commission nationale de contrôle interarmes (CNCIA) et le Groupement d’aguerrissement en montagne (GAM) afin d’adapter la pré- paration au nouveau contrat opérationnel. Le CCPF, placé sous la responsabilité du CFT, est une aide essentielle aux états-majors (EMF, brigade, régiment) pour évaluer les forces dans les domaines du commandement, de la manœuvre tactico-logistique et du tir. Il offre des prestations « clés en main » (de l’instruction collective aux mises en condition opéra- tionnelle), des créneaux de temps planifiés et préservés de toute autre con- trainte, des effectifs et des matériels conséquents. MACHINE ÀENTRAÎNER Le Commandement des centres de préparation des forces (CCPF) a évolué. À sa création, en 1997, ses domaines de compétences étaient le commandement et la manœuvre tactico-logistique. Depuis, ils se sont étendus au tir et à l’aguerrissement. Le 16e Bataillon de chasseurs au CENZUB. TIM219_I_XII_DOS.indd 5 26/10/10 14:54:52
  36. 36. TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010 DOSSIER LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE DU SGTIA 06. 1 Analyse après action ou 3A. 2 Numérisation de l’espace de bataille. 3 Le démonstrateur pour la simulation instrumentée du CENZUB est en expérimentation jusqu’en 2014. 4 Action en zone urbaine. 5 Répétition. L’ENTRAÎNEMENT AU COMBAT INTERARMES Deux centres, au sein du CCPF, se consacrent essentiellement à la préparation opérationnelle des SGTIA : l’un hors zone urbaine, le CENTAC, l’autre en zone urbaine, le CENZUB, avec un seul mot d’ordre : « la pédagogie du succès ». L oin des affres du combat, les com- mandants des SGTIA et leurs chefs de section/peloton, poussiéreux et fatigués après une longue journée d’affrontements, sont réunis dans la grande salle ornée d’écrans de télévision qui accueille la 3A1 . La conception de ma ma- nœuvre a-t-elle été bonne ? Les déplacements judicieux ? Mes comptes-rendus précis ? La réponse va leur être donnée. « Les analystes du CENTAC ont une vision claire et synthétique de l’action des SGTIA grâce aux vidéos quoti- diennement réalisées par nos cameramen sur le terrain, grâce à l’écoute et à la capture des réseaux phoniques et NEB2 et grâce à l’exper- tise des 50 équipes d’observateurs, arbitres et conseillers qui quadrillent le terrain. Lors de la 3A, ils donnent des avis argumentés sur les points positifs et les points à améliorer. Les ca- pitaines sont, en effet, notés sur plus de 200 cri- tères, soit une cinquantaine par jour », indique le colonel Philippe Dutroncy, chef de corps du Centre d’entraînement au combat (CENTAC). Le CENTAC adopte une politique reposant sur la pédagogie du succès. « Le CENTAC est le premier rendez-vous du combat interarmes. Un bilan est réalisé dès le début pour amener les commandants de SGTIA à progresser rapide- Les joueurs équipés de systèmes de simulation de tir. [Du CENTAC au CENZUB]
  37. 37. .07 Le CENTAC propose avant, pendant et au milieu de votre séjour à Mailly des outils à la carte qui permettent d’optimiser la préparation opérationnelle des SGTIA : parcours de tir de détachement interarmes, parcours C-IED (lutte contre les engins explosifs improvisés), dossiers d’exercice, parcours d’observation… LESAVIEZ- VOUS? ment », affirme le colonel Bruno Gardy, chef de corps du 7e BCA et futur commandant du GTIA Kapisa. Les rotations annuelles, qu’elles soient génériques ou qu’elles servent de support à des mises en condition avant projection (MCP), sont axées sur la progressivité et le réalisme du combat. Le CENTAC propose des scénarios d’exercices prenant en compte le nouveau contexte des engagements et mettant en scène une force ennemie crédible qui adapte en per- manence ses modes d’action. Les compagnies interarmes du CENTAC, véritable «  bataillon de force adverse de l’armée de Terre », sont ainsi devenues un outil pédagogique de tout premier plan. Lavilleetsesdangers Le principe adopté au Centre d’entraînement en zone urbaine est le même. « Les deux se- maines de rotation vont crescendo dans la difficulté. Il s’agit pour les unités d’apprendre à évoluer et à combattre en zone urbaine, un milieu qu’elles connaissent peu », explique le lieutenant-colonel de Peyret, ancien chef du Bureau entraînement instruction (BEI) au CENZUB. Villages ruraux, zones industrielles, ExempledeSGTIA àdominanteinfanterie Un sous-groupement tactique interarmes engagé au CENTAC ou au CENZUB est une unité de 200 hommes environ. À dominante infanterie ou cavalerie blindée, un SGTIA est au moins renforcé d’une section du génie, d’un observateur artillerie et d’une unité de mêlée n’appartenant pas à la dominante. Il est commandé par un capitaine. focus Environ 35 blindés – 180 à 200 personnes COMMANDEMENT INFANTERIE INFANTERIE INFANTERIE CAVALERIE BLINDEE APPUI DIRECT GENIE SOUT. LOG DE COMBAT OBS ARTI CAA Le complexe de tir en zone urbaine ouvrira en 2011. Il a pour objectif de permettre l’instruction et d’assurer l’entraînement aux savoir-faire fondamentaux du tir en zone urbaine, soit d’un SGTIA à dominante infanterie, soit d’un détachement PROTERRE, au profit des forces terrestres. Il comprendra huit champs de tir dont un d’accoutumance aux ondes de choc et aux bruits du champ de bataille. tim 219 — dossier — NOVEMBRE 2010 centres-villes complexes ou encore réseaux souterrains, tout y est ! Le CENZUB, avec son village de combat de Beauséjour et ses 62 maisons, ou la ville de Jeoffrecourt, qui s’étend sur 1 km², offre une réalité urbaine que l’on peut rencontrer sur n’importe quel théâtre. Tout est mis en scène pour décontenancer le combattant. Ses capacités d’observation et de communication peuvent vite être altérées. Il faut rester vigilant ! Le soldat n’est pas à l’abri d’un tir fratricide ou de dommages collatéraux en plus de tous les pièges tendus par l’ennemi, notamment les engins explosifs improvisés (EEI). « Pour les suivre, nous utiliserons à terme SYMULZUB3 . Tous les “joueurs” des SGTIA seront géolocalisés et les effets des armes à travers les infrastructures seront représentés. Cela permettra d’avoir des données plus précises pour les 3A et un plus grand réalisme dans les engagements », souligne le lieutenant-colonel de Peyret. Pour l’heure, les instructeurs sont là pour guider les chefs de sections et commandants d’unités. «  Les instructeurs qualifiés AZUR  4 donnent tou- tes les “ficelles” pour que cette intégration inte- rarmes se fasse au plus bas échelon, en faisant réaliser, par exemple, des rehearsal 5 dans la phase de préparation de l’action. L’implication personnelle très forte qu’ils mettent dans le conseil au cours des ateliers de la première semaine, tout comme pendant l’exercice de la deuxième semaine, est unanimement re- connue par toutes les unités qui passent au CENZUB », conclut-il. l LESAVIEZ-VOUS? Consultez d’autres photos du CENZUB sur la base iconographique de l’armée de Terre  (site intraterre) : http://biat.terre. defense.gouv.fr TIM219_I_XII_DOS.indd 7 21/10/10 22:32:17
  38. 38. Le parc d’entraînement (PE) Provence a trois priorités. La première concerne la préparation opérationnelle des unités de cavalerie blindée, la seconde les écoles à feux et l’entraînement des unités d’artillerie et la troisième est la MCP Afghanistan au sein du DAO. « D’ici la fin de l’année, nous recevrons encore le volume d’une compagnie d’infanterie sur VAB en supplément, afin que les unités s’entraînent de façon optimale », explique l’adjudant-chef François Neveu, chef du PE Afghanistan. Fin septembre, on dénombre 119 véhicules blindés soit 77 VAB, 39 VBL, 1 TRM CLD et 2 MPG 8 . Ils couvrent 40 % des besoins des SGTIA et des BATLOG et 60 %  des besoins des OMLT 4 . tim 219 — dossier — NOVEMBRE 2010 Le Détachement d’assistance opérationnelle (DAO), créé le 1er juillet 2009 au sein du 1er RCA de Canjuers, prépare les unités à l’engagement en Afghanistan. Pour cela, il s’appuie sur un élément essentiel, le Détachement d’instruction opérationnelle (DIO). decANjuersàKABOUL [ Le DAO ] U n homme vêtu d’un treillis Félin, resté à l’écart de l’action, regarde attentivement la scène. Il n’a pas de Famas ni de gilet de combat, uniquement un carnet de notes. « Nous avons l’expérience du théâtre que les stagiaires n’ont pas encore », explique l’adju- dant Mourald Bouaouiche, chef de section à la 4e  compagnie du 27e  Bataillon de chasseurs alpins (27e  BCA). Les stagiaires, eux-aussi issus des troupes de montagne, mais du 7e  BCA1 , sont en pleine MCP 2 Afghanistan au DAO de Canjuers. « Les chefs de section sont tellement dedans qu’ils ne voient pas les erreurs de leurs hommes. On ne juge pas leur raisonnement DOSSIER la préparation opérationnelle du SGTIA 08. « On prend beaucoup de temps à construire des scénarios très réalistes. » LCL Thierry Jacquart, chef du DAO. UNPARCD’ENTRAÎNEMENTDÉDIÉ tactique. On les observe et on les conseille avec nos RETEX sur l’équipement individuel, l’observation, la préparation du véhicule, les dangers autres que ceux des EEI 3  », ajoute l’adju­dant Bouaouiche qui, à Canjuers, fait office d’expert DIO. Le Détachement d’assistance opération- nelle (DAO) a été créé à la demande du chef d’état-major de l’armée de Terre, en raison du durcissement de la situation en Afghanistan. Composé de 36 personnes, il participe à l’orga­nisation et à l’évaluation des MCP pour les OMLT 4 , le BATLOG 5 ainsi que les GTIA6 Kapisa et Surobi. Le passage au DAO est donc incontournable pour toute unité projetée en
  39. 39. 1 500 chasseurs alpins du 7e BCA seront projetés en novembre en Afghanistan au sein du GTIA Kapisa. 2 Mise en condition avant projection. 3 Engins explosifs improvisés. 4 Operational mentoring and liaison teams. 5 Bataillon logistique. 6 Groupement tactique interarmes. 7 En règle générale, six semaines après le retour de permissions. 8 Véhicule de l’avant blindé, véhicule blindé léger, Camion lourd de dépannage, Matériel polyvalent du génie. 9 Force adverse. TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010 .09 Afghanistan. « Pour pallier l’effectif restreint du DAO, nous avons mis en place le détachement d’instruction opérationnelle, le DIO, composé de soldats à peine rentrés d’Afghanistan 7 . De la même arme, ils ont la même spécificité que les soldats de l’unité qui vient s’entraîner », précise le lieutenant-colonel Thierry Jacquart, chef du DAO. C’est ainsi que l’adjudant Bouaouiche conseille un de ses pairs du 7e BCA. Le DIO seconde les experts du DAO. Il est armé par des soldats venant d’horizons très divers, possédant une culture interarmes et une connaissance de l’Afghanistan. En avance de phase, le DIO (soit 27 personnes pour un SGTIA) s’approprie le scénario de l’exercice. Il peut proposer ensuite des aménagements en fonction de sa récente expérience. « C’est une réelle plus-value pour nous, futurs combattants en Afghanistan », se félicite le lieutenant-colonel Lionel Catar, chef des opérations du GTIA Kapisa. Il est essentiel pour le CCPF que son personnel, qui prépare les forces à l’engagement sur les différents théâtres, soit tout aussi opérationnel et par conséquent, parte en OPEX. « Le but est d’améliorer, en s’adaptant en permanence, les schémas tactiques, l’instruction et les outils pédagogiques », explique le chef d’escadron René Crépin, adjoint au bureau emploi du CCPF. Ce que confirme le capitaine Eric Marlin, officier traitant, responsable des scénarios au CENTAC : « Les six mois passés en Afghanistan sont une réelle plus-value pour les scénarios. J’intègre à présent des éléments comme l’état des routes, la géographie du pays, le comportement de la population locale, etc. » C’est un avantage aussi pour les compagnies FORAD 9 . « Un des sergents de la compagnie est rentré plus autonome de son OPEX au Liban. Son expérience et ses initiatives en tant que chef de groupe FORAD servent à déstabiliser l’unité contrôlée », se félicite le capitaine Quentin de Riberolles, commandant d’unité FORAD au CENZUB. L’EXPÉRIENCEDUVÉCU Embuscades, véhicules piégés, engins explosifs improvisés, tireurs dissimulés sur les points hauts, etc. « On prend beaucoup de temps à construire des scénarios très réalistes. On vit, en effet, au rythme de la lutte contre- insurrectionnelle grâce aux RETEX qui nous parviennent régulièrement. En plus, le terrain de Canjuers s’y prête : il ressemble à celui de l’Afghanistan », assure le lieutenant- colonel Jacquart. Sans oublier la FOB 8 Villars, qui a été édifiée avec un grand réalisme. « Au dire de tous, la FOB Villars est même beaucoup plus rustique que les FOB de là-bas », précise le lieutenant- colonel Catar du 7e BCA. LEDAO, UNENVIRONNEMENT RÉALISTE ● Les scénarios sont issus des RETEX de l’Afghanistan. TIM219_I_XII_DOS.indd 9 22/10/10 14:57:48
  40. 40. TIM 219 — DOSSIER — NOVEMBRE 2010 La Commission nationale de contrôle interarmes (CNCIA) poursuit sa montée en puissance depuis le 1er juillet 2009. Cet organisme unique en son genre a, au sein du CCPF, une mission tout aussi unique. EXERCICES SOUSCONTRÔLE M ailly-le-Camp, lundi 14 sep- tembr e. L’exer cice de pr é- paration avant la projection en Afghanistan (EPPA) de la 9e Brigade légère blindée de marine (9e BLBMa) bat son plein. Véritable four- milière où le personnel de la future Task Force La Fayette (TFLF), assure la conduite des opé- rations. En arrière des bataillons subordonnés à la TFLF, les experts de la Commission nationale de contrôle interarmes (CNCIA), munis de leurs grilles de contrôle, observent. « Nous contrôlons toutes les fonctions opérationnelles du poste de commandement d’un GTIA1 : commandement, renseignement, logistique, 3D, environnement opérationnel, etc. », explique le lieutenant-colo- nel Olivier Monneau, chef de la section contact renseignement de la CNCIA. « Attention : nous contrôlons mais n’évaluons pas », précise le colonel Olivier Douin, chef de la CNCIA. Et d’ajouter : « La CNCIA ne génère pas d’exerci- ces. Elle vient rajouter la couche contrôle à des exercices programmés, tels l’EPPA. En fait, elle constitue un appui au commandant de brigade pour l’évaluation de ses subordonnés. » Inspirée des anciennes Commissions natio- nales d’évaluation de l’artillerie (CNEA) et de l’artillerie sol-air (CNEASA), la CNCIA contrôle les PC de niveau 4 avant leur déploiement en Afghanistan2 , les PC régimentaires lors des ANTARES. Elle assure aussi le contrôle des mo- dules projetables de l’artillerie sur les théâtres majeurs, à Djibouti et en Guyane, et participe à l’étude du concept « contrôle des métiers ». À terme, la CNCIA souhaite uniformiser le contrôle et instaurer un référentiel en la matiè- re. « Elle pourrait devenir le centre de référence du contrôle », ajoute le colonel Douin. Une éventualité qui pourrait rapidement devenir une réalité. En effet, d’ici un an la CNCIA aura encore accru son champ d’action et mis un pied dans les études relatives au processus de certification au sein de l’OTAN. DOSSIER LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE DU SGTIA 10. « Contrôler, c’est un métier à part entière. » COL Olivier Douin, chef de corps de la CNCIA. 1 Groupement tactique interarmes. 2 Ce qui représente quatre PC de GTIA et deux bataillons de soutien. 3 Référence : DPEO 2010-2013. • CONTRÔLE : Procédure qui définit la qualité de l’entraînement ou le niveau de préparation opérationnelle d’une unité et d’un système de commandement sur une échelle de 1 (non observé) à 5 (pleine capacité opérationnelle). • ÉVALUATION : jugement porté (estimation du chef à partir des éléments à sa disposition) sur la capacité d’une unité ou d’un système de commandement à être engagé dans une mission. • CERTIFICATION : acte par lequel un chef garantit à un commandement opérationnel la capacité de ses unités à prendre l’alerte ou à être engagés. QUELQUESDÉFINITIONS3 Les contrôleurs de la CNCIA à l’EPPA de la 9e BLBMa. ● [La CNCIA] TIM219_I_XII_DOS.indd 10 21/10/10 22:34:17

×