10 manières de réinventer
le luxe et son économie
Propositions du Centre du luxe et de la création
en faveur de la compéti...
Cette étude du Centre du luxe et de la création et du cabinet de conseil en
            stratégie et prospective Carles et...
10 manières de réinventer le luxe et son économie

           Propositions du Centre du luxe et de la création en faveur d...
INTRODUCTION

Le Centre du luxe et de la création présente dans cette étude dix mesures pour le luxe.

Fruit de huit ans d...
Le Centre du luxe et de la création en présentant ses dix propositions a œuvré dans cet esprit de
coopération. Il faut, en...
Etude du Centre du luxe et de la création

              « 10 manières de réinventer le luxe et son économie »

          ...
Mesure n°3 : Lancer un pôle de compétitivité « luxe et création »

Les 71 pôles de compétitivité, dispositif public visant...
Mesure n°6 : Créer une association d’investisseurs privés : les « Luxe Angels »

De nombreux créateurs du luxe ont atteint...
Mesure n°9 : Instituer un Crédit impôt création unique pour les entreprises du luxe

Depuis 1983, les entreprises bénéfici...
I.          INVENTER LE PORTAIL ET L’AGENCE DES CREATEURS ET DES METIERS
DU LUXE



                                      ...
Rarement envisagé comme une filière à part entière, le luxe ne s’est pas doté des outils
d’orientation pour repérer ses di...
de neuf valeurs fondamentales, identifiées par le Centre du luxe et de la création et qui
constituent les piliers fondamen...
Mode de fonctionnement

Deux jurys sélectionnent puis désignent les lauréats. Le premier jury, ou collège de découvreurs d...
Le Centre du luxe et de la création se propose donc de mettre en place ce portail et cette
agence des créateurs et des mét...
La plateforme aura ainsi pour vocation de devenir le moteur de recherche international des
créateurs et des métiers du lux...
distributeur ou de partenaires, etc. Des actions collectives de promotion pourront également se
décider grâce au portail.
...
II.     DEVELOPPER LES PARTENARIATS ENTRE LES ENTREPRISES DE LUXE ET
 LES ORGANISMES DE RECHERCHE



                     ...
Comme le rappelait très justement le rapport de Maurice Lévy et Jean-Pierre Jouyet sur
 l’économie de l’immatériel dans so...
Manuel d’Oslo (cf. encadré n°1) comme l’ensemble des outils techniques et méthodologiques liés
 à la conception des produi...
croissance de leur chiffre d’affaire de 40 %, par comparaison avec les entreprises aux dépenses
 en création constantes ou...
C’est donc aussi sous cette forme d'innovation non technologique qui complète et enrichit
 l'innovation technologique, que...
l’industrie de création dans la valorisation des découvertes scientifiques et leurs applications
 concrètes, ainsi que cel...
Mathieu Lehanneur, designer, Talent de l'Audace 2007 : mieux vivre en intégrant l’innovation
 technologique dans les objet...
•    à la structure souvent inadaptée de l’organisation de la recherche publique : les
            biens intellectuels iss...
stimule la recherche et l’innovation. Les maisons de luxe exigent sans cesse de nouvelles
 performances de la technologie,...
rapports sur la recherche publique en France, et non pas par structure comme c’est le cas
 actuellement.

 En effet, le fi...
III.    LANCER UN POLE DE COMPETITIVITE « LUXE ET CREATION »



                                                    SYNTHE...
Les pôles de compétitivité ont été lancés en 2004, par un gouvernement soucieux de dynamiser
l’innovation dans l’industrie...
pôles de compétitivité ainsi labellisés bénéficient, alors, du soutien de l’Etat, qui accompagne
notamment leur développem...
B.        Les pôles de compétitivité : un tremplin au développement
            largement reconnu

Si certains aspects de ...
3.        Un impact fort sur la recherche et l’innovation

Enfin, l’impact en termes de renforcement de l’effort de recher...
•    d’un côté, l’industrie du luxe doit, plus que toute autre, s’enrichir des innovations
         technologiques dans la...
Le Centre du luxe et de la création propose donc de :

                   1.        Dynamiser la labellisation de pôles de...
françaises se sont distinguées puisqu’elles sont plus de 60 % à ne jamais recourir au design,
contre seulement 35 % au Roy...
IV.      INITIER UN INSTITUT DES HAUTES ETUDES DE LA CREATION


                                                        SY...
La formation et la transmission des savoirs sont au cœur du développement des sociétés et des
secteurs économiques. Les ac...
La réponse est contrastée :

    •    Le luxe à la française répond incontestablement à une image de marque forte et à des...
Par ailleurs, une certaine initiation à l’art constitue un premier élément de la formation. Or, trop
souvent, ces métiers ...
Tout comme le socle de formation mérite d’être consolidé il apparaît qu’un nouvel
échelon de réflexion, d’information et d...
Encadré : L’institut des hautes études de défense nationale (IHEDN)

L'Institut des hautes études de défense nationale (IH...
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie

3 269 vues

Publié le

Le luxe va t-il mourir de sa belle mort ?

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 269
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
74
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

10 mesures pour_reinventer_le_luxe_et_son_economie

  1. 1. 10 manières de réinventer le luxe et son économie Propositions du Centre du luxe et de la création en faveur de la compétitivité et de la créativité du luxe 30 novembre 2009 Centre du luxe et de la création 5 Quai Voltaire 75007 Paris Tel. +33(0)1 56 58 50 74 www.centreduluxe.com
  2. 2. Cette étude du Centre du luxe et de la création et du cabinet de conseil en stratégie et prospective Carles et Associés, a été rédigée par : Jacques Carles, président du Centre du luxe et de la création ; président de Carles et Associés ; Julie El Ghouzzi, directeur du Centre du luxe et de la création ; Paul-Florent Montfort, chargé d’études. Nous tenons à remercier l’ensemble des membres du Cercle du luxe et tous ceux qui enrichissent la réflexion du Centre et ont ainsi contribué à la maturation de cette étude, notamment : Alexandra d’Arnoux, Sébastien Barilleau, Sophie Baillon, Isabelle Capron, Jean Castarède, Paul et Bernadette Dodane, Patrice Fabre, Béatrice Ferrant, Olivier Gagnère, Christiane Germain, Vincent Grégoire, Marianne Guédin, Michel Guénaire, Michel Guten, Peggy Huynh Kinh, Anne de Kinkelin, Mathieu Lehanneur, Gérard Lognon, Blaise Mautin, Laurie Matheson, Alain Nemarq, Frédéric Pinel, Béatrice de Plinval, Lucie et Lorenzo Ré, Donald Potard, Elisabeth de Senneville, Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, Stanislas de Quercize, Corentin Quideau, Catherine Le Téo et Thierry Blet, Eric Valz, Thierry Vendôme, Frédéric Winckler. Centre du luxe et de la création® |10 manières de réinventer le luxe et son économie
  3. 3. 10 manières de réinventer le luxe et son économie Propositions du Centre du luxe et de la création en faveur de la compétitivité et de la créativité du luxe SOMMAIRE Sommaire ............................................................................................................................................................ 3 Introduction ....................................................................................................................................................... 4 Abstract ............................................................................................................................................................... 6 I. Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe............................... 10 II. Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche ......................................................................................................................................................... 17 III. Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création » ........................................................ 27 IV. Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création.......................................................... 35 V. Intégrer le développement durable dans tous les secteurs du luxe et créer un label spécifique : le Bee Luxe .............................................................................................................................. 42 VI. Créer une association d’investisseurs privés : les « Luxe Angels » .............................. 50 VII. Initier la constitution d’un fonds d’investissement « luxe et création » .................... 58 VIII. Mieux gérer la localisation des unités de production dans un double objectif de renforcement du patrimoine créatif et d’optimisation de la rentabilité ................................. 67 IX. Instituer un Crédit impôt création unique pour les entreprises du luxe ................... 77 X. Valoriser le patrimoine des entreprises de luxe ..................................................................... 85 3 Centre du luxe et de la création® | Sommaire
  4. 4. INTRODUCTION Le Centre du luxe et de la création présente dans cette étude dix mesures pour le luxe. Fruit de huit ans d'expérience, pendant lesquels notre action s'est déployée à travers tous les secteurs du luxe, en relation avec de nombreux créateurs, les réflexions et propositions qu'elle contient visent à améliorer la compétitivité et la créativité de cette filière stratégique. Nous employons à dessein le terme de filière car, si selon les auteurs, le luxe peut être découpé en 12, voire en 35 secteurs différents, il réunit des valeurs, des codes et des méthodes similaires, il s'accompagne aussi d'un rayonnement international incomparable. Il est le premier exportateur français. Il associe étroitement la création, les savoir-faire et l'innovation et est un creuset d'interaction entre les cultures à nul autre pareil. Il est également une grande plateforme de développement économique dont l'étendue est directement liée à la croissance démographique et à l'enrichissement du monde. Il est, enfin, un merveilleux territoire où les rêves du plus grand nombre rencontrent l'habileté et l'intuition des créateurs et des artisans ; où les clients rendent hommage aux talents qui l'habitent. C'est ce respect que nous avons voulu incarner, en remettant chaque année les Talents du luxe et de la création aux meilleurs créateurs et en organisant, autour d'eux, le Cercle du luxe, qui est devenu un pôle d'influence et de réflexion indispensable. C'est aujourd'hui une nouvelle dynamique économique et stratégique que nous souhaitons insuffler à cette filière, en capitalisant sur le savoir-faire de notre équipe et sur le réseau qui l'environne. De nouvelles orientations doivent guider l'évolution de la filière luxe. Les projets concrets que nous développons ici peuvent les traduire dans la réalité. Tous les acteurs sont concernés : les Pouvoirs publics, les maisons de luxe, les créateurs, les métiers d'art, les scientifiques, les experts et observateurs avisés. Bref, tous ceux qui s'intéressent au luxe et plus particulièrement aux fondamentaux qui en forment la substance : la créativité, les savoir-faire et l'innovation. 4 Centre du luxe et de la création® | Introduction
  5. 5. Le Centre du luxe et de la création en présentant ses dix propositions a œuvré dans cet esprit de coopération. Il faut, en effet, avancer vite et de manière aussi coordonnée que possible. Beaucoup d'initiatives existent déjà, mais elles sont souvent partielles ou sectorielles. Dans l'étude, tous les aspects majeurs de l'évolution de la filière sont envisagés : financement de nouvelles marques, formation managériale, fiscalité, développement durable et éthique, etc. En effet, le Centre du luxe et de la création est une institution apte à fédérer les moyens et à piloter les projets, en toute indépendance et au profit de tous les acteurs. Une seule exigence : oser valoriser le formidable potentiel de cette filière en ayant conscience que la France a une vocation internationale de leadership, qui doit faire une large place aux initiatives des créateurs et des investisseurs du monde entier. Le « Made in France » sera de plus en plus le « Spirit of France ». Sachons relever ce défi en devenant plus inventifs, plus efficaces et plus compétitifs chez nous. Plus ouverts, plus intégrateurs et plus dynamiques partout dans le monde. 5 Centre du luxe et de la création® | Introduction
  6. 6. Etude du Centre du luxe et de la création « 10 manières de réinventer le luxe et son économie » Propositions en faveur de la compétitivité et de la créativité du luxe ABSTRACT Mesure n°1 : Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe Le luxe n’est que rarement considéré comme une filière à part entière. De la sorte, il ne bénéficie pas des outils d’orientation nécessaires au repérage et à la mise en réseau de ses acteurs. Ces derniers sont mal connus et mal répertoriés, ce qui nuit au décloisonnement et à la fertilisation croisée des métiers. Dans la ligne d’initiatives comme les Talents du luxe et de la création, le Centre du luxe et de la création propose de mettre en place le premier portail Internet des créateurs et des métiers du luxe, sur le modèle des réseaux sociaux, ainsi qu’une agence qui favoriserait la mise en relation des entreprises avec les créateurs. Mesure n°2 : Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche Les secteurs du luxe qui doivent être des intégrateurs permanents d’innovation technologique, à l’égal des savoir-faire d’excellence et de créativité, sont insuffisamment impliqués en ce domaine essentiel. Pourtant les opportunités de fertilisation croisée sont considérables, notamment en France, pays qui a la chance d’être un fabuleux conservatoire de traditions en même temps qu’un extraordinaire vivier de chercheurs. C’est pourquoi le Centre du luxe et de la création propose de créer une plateforme d’échanges, de conseil et d’évaluation, pour faciliter le développement de partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche. 6 Centre du luxe et de la création® | Abstract
  7. 7. Mesure n°3 : Lancer un pôle de compétitivité « luxe et création » Les 71 pôles de compétitivité, dispositif public visant à favoriser l’innovation et les synergies entre entreprises, ne regroupent que 3 pôles connexes au luxe, filière pourtant indispensable à la compétitivité française et à son rayonnement économique. Le Centre du luxe et de la création propose de stimuler et de coordonner la réflexion des différents partenaires intéressés, afin de constituer un pôle de compétitivité à vocation mondiale « luxe et création », qui intégrerait les PME et TPE de l’industrie du luxe, ainsi que des scientifiques et créateurs français et étrangers. Mesure n°4 : Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création La Création est un actif stratégique. C’est pourquoi, au-delà du renforcement et du décloisonnement des systèmes de formation, il est important qu’un nouvel échelon de réflexion, et d’échanges au plus haut niveau soit créé. Le Centre du luxe et de la création a imaginé, à cette fin, de lancer un Institut des Hautes Etudes de la Création, sur le modèle de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale. Cet Institut réunirait chaque année autour d’une vingtaine de créateurs du monde entier, des personnalités sélectionnées dans différents milieux économiques, sociaux et culturels et reflétant la diversité des métiers et des engagements. Mesure n°5 : Intégrer le développement durable dans tous les secteurs du luxe et créer un label spécifique : le Bee Luxe Nul ne peut plus ignorer que le développement durable, sous ses nombreuses formes, est devenu un facteur essentiel de l’avenir, mais également un critère de consommation majeur. Or, globalement, les initiatives des entreprises du luxe en la matière restent parcellaires et insuffisantes, alors qu’elles devraient être exemplaires. Le Centre du luxe et de la création propose de créer un label international dénommé « Bien-être Ethique et Ecologique » (Bee Luxe). Ce label attesterait qu’un produit ou un service de luxe est respectueux de l’environnement et des règles éthiques, correspondant à une charte d’excellence. 7 Centre du luxe et de la création® | Abstract
  8. 8. Mesure n°6 : Créer une association d’investisseurs privés : les « Luxe Angels » De nombreux créateurs du luxe ont atteint un degré de maturité et disposent d’un potentiel créatif important. Mais la plupart d’entre eux ne trouvent pas les moyens financiers nécessaires pour faire leurs preuves, en tant que créateurs de marque. Le Centre du luxe et de la création propose de construire un pôle de business angels, les « Luxe Angels », qui contribuera à développer la capacité d’investissement dans le domaine du luxe, en valorisant mieux ce gisement d’entreprises en devenir, aujourd’hui ignoré. L’expérience, les compétences et le réseau du Centre constitueront à cet égard un appui précieux. Mesure n°7 : Initier la constitution d’un fonds d’investissement « luxe et création » Une fois leur entreprise lancée, nombreux sont les entrepreneurs des secteurs du luxe à souligner la solitude, le manque d’accompagnement et de financement efficaces, lors de la phase de développement. Il existe, en effet, peu de fonds d’investissement dédiés au luxe, si bien qu’aujourd’hui, la croissance de ces entreprises est mal assurée avec tous les inconvénients que cela implique, en termes de déploiement de marques nouvelles. Le Centre du luxe et de la création propose d’initier la constitution d’un fonds d’investissement « luxe et création » d’une capacité initiale de 50 M€, en partenariat avec les marques de luxe, pour des opérations supérieures à 1 M€. Mesure n°8 : Mieux gérer la localisation des unités de production dans un double objectif de renforcement du patrimoine créatif et d’optimisation de la rentabilité Nombre d’entreprises du luxe délocalisent une partie de leur production, en raison principalement de différentiels de coût de main d’œuvre. Ce processus se poursuit ensuite vers d’autres pays. Pourtant certains risques sont insuffisamment identifiés ou ignorés par les entreprises, et sont de nature à avoir un impact sur leur pérennité, voire sur la collectivité. Le Centre du luxe et de la création propose d’élaborer des indicateurs et des modes d’évaluation qui permettent de mesurer, non seulement les avantages comparatifs des délocalisations et relocalisations en matière financière, mais aussi en termes d’impact patrimonial, managérial et social. 8 Centre du luxe et de la création® | Abstract
  9. 9. Mesure n°9 : Instituer un Crédit impôt création unique pour les entreprises du luxe Depuis 1983, les entreprises bénéficient d’un Crédit impôt recherche pour soutenir leurs efforts en matière d’innovation technologique. La création, qui est son pendant dans le secteur du luxe, ne bénéficie d’aucune mesure fiscale aussi globale et incitative, puisque les dispositifs publics créés sont parcellaires et insuffisants. Le Centre du luxe et de la création propose donc d’être l’organe de réflexion, de coordination et de négociation avec les pouvoirs publics, pour mettre au point un Crédit impôt création similaire au Crédit impôt recherche, dans des conditions d’exonération qui unifieraient les dispositifs existants. Mesure n°10 : Valoriser le patrimoine des entreprises de luxe Soumis au régime de droit commun de la TVA et de l’impôt sur les plus values, le patrimoine matériel des maisons de luxe est un capital mal exploité, faute de règles comptables et fiscales adaptées. Il est pourtant source de création, vecteur d’image, support de communication et peut devenir un levier de financement. Le Centre du luxe et de la création propose de mener la réflexion avec les maisons et acteurs du luxe pour valoriser, auprès des pouvoirs publics, la nécessité de créer une nouvelle catégorie d’objet d’art : « les témoignages historiques des créations de luxe », à laquelle seraient appliqués les avantages fiscaux aujourd’hui circonscrits aux objets d’art. 9 Centre du luxe et de la création® | Abstract
  10. 10. I. INVENTER LE PORTAIL ET L’AGENCE DES CREATEURS ET DES METIERS DU LUXE SYNTHESE Le luxe n’est que rarement considéré comme une filière à part entière. De la sorte, il ne bénéficie pas des outils d’orientation nécessaires au repérage et à la mise en réseau de ses acteurs. Or les entreprises de luxe forment une part importante du tissu économique français, qui comporte non seulement les grands groupes, mais également un très grand nombre de petites et très petites entreprises. Du fait de l’absence de structuration effective d’une filière, les acteurs sont mal connus et mal répertoriés. Cela nuit à la croissance rapide de nouveaux arrivants. Le Centre du luxe et de la création est né de ce constat, selon lequel il manquait une plateforme de rencontre, de fertilisation croisée et de valorisation des acteurs du luxe. Les Talents du luxe et de la création, prix récompensant les meilleurs créateurs et managers, ont ainsi institué la toute première forme de reconnaissance et de visibilité de l’ensemble des acteurs de la filière. Cette initiative peut aujourd’hui être prolongée par la mise en place du premier portail Internet des créateurs et des métiers du luxe, supervisée par une « Agence du luxe et de la création ». Cette dernière gèrerait le contenu du portail, tout en offrant des services de conseil pour les entreprises souhaitant utiliser les compétences de créateurs. Destinée à construire le lien entre les acteurs du luxe, cette Agence unique en son genre offrira le panorama de l’excellence et de la diversité de la création des secteurs du luxe. Elle sera créée, ainsi que le portail, par le Centre du luxe et de la création avec les partenaires intéressés, et sera tout à la fois : • un guide et un annuaire des créateurs et des entreprises du luxe ; • un moteur de recherche transversal et un « facebook » du luxe et de la création ; • un instrument de sourcing et de repérage ; • l’outil de mise en relation B to B du luxe ; • le conseil des entreprises à la recherche de créateurs. 10 Centre du luxe et de la création® | Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe
  11. 11. Rarement envisagé comme une filière à part entière, le luxe ne s’est pas doté des outils d’orientation pour repérer ses différents acteurs et créer, ainsi, les synergies indispensables à son essor dans un marché international. La délimitation statistique et administrative de ces métiers est faite d’un feuilletage d’informations éparpillées. De nombreuses structures (fédérations, associations, groupements) forment un puzzle de renseignements et d’acteurs qui souvent s’ignorent. Les fédérations, organisées par secteurs (mode, joaillerie, lingerie, parfumerie, etc.) connaissent chacune en interne leurs adhérents, mais ne divulguent pas au grand public leurs données. Seuls quelques rares répertoires et annuaires, par secteurs également, offrent un repérage très partiel des métiers du luxe1. Or les entreprises de luxe forment une part importante du tissu économique français. Rien qu’en mentionnant les 69 maisons qui adhèrent au Comité Colbert, cela représente un quart du marché mondial du luxe et 22,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Pourtant la place des métiers du luxe est dans ce chiffre largement sous-estimée, puisque la grande majorité des entreprises du luxe (qui forment un maillage de créateurs, designers, métiers d’art) sont des petites, voire très petites, entreprises. Cette pluralité de structures crée une apparente hétérogénéité du secteur du luxe. A. Une nécessaire structuration du luxe en filière pour un meilleur repérage des acteurs Pourtant, le luxe, compris comme une filière, est bien moins composite qu’il n’y paraît. En effet, on peut le définir par un certain nombre de critères simples qui connaissent d’ailleurs l’adhésion de ses acteurs. Ainsi, on a pu délimiter 12 secteurs qui forment le luxe2 : arts de la table, transports de luxe, parfumerie sélective et cosmétiques, couture et accessoires de mode, joaillerie et horlogerie, tourisme de luxe, gastronomie, arts des jardins, métiers d’art, vins et spiritueux, maroquinerie et bagagerie, sports de luxe. De plus les activités de luxe ont pour caractéristiques communes d’être hautement créatives ; elles se regroupent de la sorte autour 1Le site Internet www.patrimoine-vivant.com présente par exemple pour chaque entreprise labellisée, une fiche et des documents photographiques précisant l’activité, les savoir-faire, les références et les coordonnées. 2Cf. Jean Castarède, Le Luxe, Que sais-je ? / Mc Kinsey en recense 35 en décomposant ce qui est réuni sous forme de grands ensemble ici. 11 Centre du luxe et de la création® | Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe
  12. 12. de neuf valeurs fondamentales, identifiées par le Centre du luxe et de la création et qui constituent les piliers fondamentaux de la production de luxe, à savoir : l’audace, le bien- être, l’élégance, l’harmonie, l’innovation, l’invention, l’originalité, la rareté, la séduction. Ingrédients communs à toutes les activités de luxe, ces valeurs forment le cœur de la création, en tant qu’elle est justement le ferment actif des dites activités. Mais du fait de l’absence de structuration effective de la filière, les acteurs sont mal connus et mal répertoriés. Une myriade de créateurs, en particulier, sont ainsi identifiés par le seul bouche à oreille, qui par définition prend du temps et empêche la croissance rapide de nouveaux arrivants. Le Centre du luxe et de la création est né de ce constat, selon lequel il manquait une plateforme de rencontre, de fertilisation croisée et de valorisation des acteurs du luxe. Les Talents du luxe et de la création, prix récompensant les meilleurs créateurs et managers, ont ainsi institué la toute première forme de reconnaissance et de visibilité de l’ensemble des acteurs du secteur (cf. encadré). Ils se sont fondés, pour définir les métiers créatifs du luxe, sur les 12 sous-secteurs d’activité et ont été organisés par grandes valeurs du luxe. Ils ont permis, pour la première fois en France et dans le monde, de créer une plateforme transversale à tous les métiers du luxe, qui se prolonge dans l’activité du Cercle du luxe, réseau de réflexion et d’échange, dont les lauréats des Talents deviennent membres de droit. Encadré : Les Talents du luxe et de la création Des prix transversaux à tous les métiers du luxe, créateurs de valeur Le Centre du luxe et de la création distingue, accompagne et récompense les meilleurs créateurs qui sont la sève nourricière des ateliers et des entreprises du luxe. Mettre la création au centre du luxe, car elle est le moteur de son renouvellement permanent, tel est le credo du Centre qui remet, chaque année, les Talents du luxe et de la création. Neuf Talents, incarnant les valeurs éternelles du luxe, récompensent l'inspiration créatrice : l'audace, le bien-être, l'élégance, l'harmonie, l'innovation, l'invention, l'originalité, la rareté et la séduction. A ces valeurs s'ajoutent le Talent du Management, l'Empreinte de l'année, destinée à une œuvre qui marque son temps, et le Talent d'or. Les Talents s'adressent donc à l'ensemble des métiers du luxe : mode, accessoires, design, architecture, gastronomie, hôtellerie, art des jardins, automobile, parfumerie, cosmétiques, métiers d'art... En huit ans ils ont permis de récompenser environ une centaine de créateurs et sont devenus les prix les plus prestigieux reconnus internationalement. 12 Centre du luxe et de la création® | Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe
  13. 13. Mode de fonctionnement Deux jurys sélectionnent puis désignent les lauréats. Le premier jury, ou collège de découvreurs de Talents, est composé d'experts reconnus, représentant les différents métiers du luxe, qui proposent des candidatures et choisissent les nominés. Le second jury, pluridisciplinaire, compte des personnalités du monde du luxe, de la culture et des affaires. Il distingue les lauréats. La grande spécificité de ces prix est qu’ils ne sont pas consacrés aux jeunes. Seul le talent compte. On n'y juge pas sur un projet, mais sur une démarche et l'ensemble des projets. Les jeunes y trouvent dès lors une plateforme extraordinaire de développement, les moins jeunes une reconnaissance qui dépasse les frontières de leur secteur d'activité. Retombées Les Talents sont de formidables créateurs de valeur. Comme les trois étoiles ou la palme, ils donnent un surcroît de crédibilité et un label de reconnaissance aux créateurs qui les reçoivent. Plateforme exceptionnelle de communication autant que de développement, ils confèrent à leurs détenteurs une notoriété et une reconnaissance internationale. Il est notable, à ce titre, que parmi les 15 défilés organisés par le salon Fashion Arabia Expo (en majorité des créateurs de la région du Golfe), qui a débuté en octobre 2009 à Abu Dhabi, seuls quatre européens étaient présents dont deux nominés aux Talents du luxe et de la création. Les récompenses ouvrent également un réseau où se construisent relations et projets, puisque les lauréats deviennent membres de droit du Cercle du luxe. B. Proposition du Centre du luxe et de la création : inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe Le succès des Talents du luxe et de la création, et plus largement de la plateforme que constitue le Centre du luxe et de la création en soi-même, montre qu’il existe un réel besoin de décloisonner les métiers du luxe, pour assurer échanges et promotions. C’est pourquoi un portail Internet, offrant des possibilités infinies en termes de mise en relation, pourrait devenir le support indispensable pour construire le lien entre les acteurs du luxe. Au-delà de constituer un « Facebook du luxe » (ce qu’il serait aussi), ce portail pourrait être supervisé par une agence de conseil et de mise en relation des créateurs avec des entreprises du luxe et d’autres secteurs d’activité. Cela permettrait une grande ouverture de la création vers l’ensemble du tissu économique à une échelle internationale. 13 Centre du luxe et de la création® | Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe
  14. 14. Le Centre du luxe et de la création se propose donc de mettre en place ce portail et cette agence des créateurs et des métiers du luxe qui orienteraient les professionnels du luxe eux- mêmes, et les entreprises qui souhaiteraient travailler avec des créateurs. C’est l’agence qui pourra mettre en œuvre et gérer le portail, autant qu’elle conseillera les créateurs et les entreprises qui en feront la demande. Unique en son genre, cette « Agence du luxe et de la création » offrira l’indispensable panorama de l’excellence et de la diversité de la création des secteurs du luxe et deviendra rapidement l’outil essentiel des acteurs du luxe. L’agence jouerait un rôle à plusieurs niveaux et serait tout à la fois : • un guide et un annuaire des créateurs et des entreprises du luxe ; • un moteur de recherche et un « facebook » du luxe et de la création ; • un instrument de sourcing et de repérage ; • l’outil de mise en relation B to B du luxe ; • le conseil des entreprises à la recherche de créateurs. 1. Un guide et un annuaire des créateurs majeurs du luxe Annuaire fonctionnel, présentant les créateurs incontournables, le portail permettra d’identifier rapidement les créateurs qui comptent dans les métiers du luxe, de découvrir leur parcours et leurs réalisations. Valorisant chacun grâce à une notice biographique et critique, conduite dans le souci permanent d’une qualité rédactionnelle et iconographique. Un Comité de sélection garantira la qualité des choix opérés et des informations mentionnées. 2. Un moteur de recherche transversal et un « facebook » du luxe et de la création Distinguer d’un coup d’œil le créatif qui répond exactement à une problématique et à un choix esthétique, ou s’informer sur chacun des secteurs du luxe : mode, beauté, gastronomie, design, architecture, hôtellerie, automobile, métiers d’art, etc., tel sera également le rôle de ce portail qui décloisonnera les univers du luxe, tout en offrant les moyens de s’y orienter. 14 Centre du luxe et de la création® | Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe
  15. 15. La plateforme aura ainsi pour vocation de devenir le moteur de recherche international des créateurs et des métiers du luxe. Dotée de fiches individuelles, composées d’un descriptif riche et précis et d’une iconographie choisie, permettant d’identifier les objets, lieux ou campagnes phares des créateurs, elle comprendra également l’ensemble des informations pratiques sur les créateurs mentionnés : adresse, n° de téléphone, contacts, etc. Le portail, véritable outil participatif, deviendra ainsi l’indispensable répertoire des créateurs. Les acteurs du portail pourront communiquer entre eux et créer une communauté tant en termes de réflexion que d’échanges. 3. Un instrument de sourcing et de repérage L’Agence fera bénéficier les dirigeants d’entreprises, les acteurs clés du monde du luxe, les créateurs, mais également les curieux, d’un instrument de sourcing exceptionnel et inédit. Source d’information et d’inspiration, pour connaître et reconnaître l’excellence et l’avant- garde créative du luxe. Grâce à une nomenclature spécifique, elle servirait également à repérer un prestataire et comprendre ses qualités particulières. Bonnes pratiques et expériences pourront ainsi être partagées sous le contrôle de l’équipe permanente du site, qui jouerait le rôle de médiateur vérifiant la véracité des informations. 4. L’outil de mise en relation B to B du luxe Les maisons de luxe n’ont de cesse de faire appel à des créateurs pour dynamiser leur production et leur image. En véritable accélérateur de mise en relation le portail permettra aux entreprises et aux prescripteurs de trouver rapidement les créateurs, les produits, les prestataires et la base documentaire qu'ils recherchent grâce à la mise en place d'une plate-forme spécialisée : le portail sera organisé en base de données avec des clés de recherche pragmatiques. Il s’agira en outre d'assurer une meilleure diffusion du savoir-faire des créateurs et des entreprises représentés sur le portail, aux plans national et international. Par conséquent, le portail offrira par ses services une plus grande profitabilité, grâce à un accès à une clientèle additionnelle et à de nouveaux marchés. Un accompagnement des créateurs et des entreprises présentes sur le site pourra être un service complémentaire. Ainsi, l’équipe d’experts du portail sera susceptible à la demande, d’accompagner les entreprises dans leur démarche à l'export, dans leur recherche de 15 Centre du luxe et de la création® | Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe
  16. 16. distributeur ou de partenaires, etc. Des actions collectives de promotion pourront également se décider grâce au portail. 5. Le conseil des entreprises à la recherche de créateurs Comme nous le soulignons dans le chapitre consacré au lancement d’un Institut des Hautes Etudes de la Création, il existe une certaine méconnaissance de la création dans le monde entrepreneurial, qui pourtant peut insuffler un dynamisme économique et proposer nombres d’innovations. C’est pourquoi, afin de consolider la fonction fédératrice et d’échanges du portail et favoriser l’émergence de projets et d’opportunités, le Centre du luxe et de la création propose de constituer une agence, qui accompagne et conseille les entreprises à la recherche de créateurs, de directeurs artistiques ou d’innovations créatives. Cette agence, constituée de consultants dotés d’une forte expertise, permettrait de construire le lien entre création et entreprise, mettant en relation les créateurs adéquats avec les entreprises et les industriels. Au-delà d’un annuaire référençant les créateurs et les entreprises de luxe, le portail constituerait ainsi un puissant levier pour l’essor de la créativité et le dynamisme des entreprises qui feraient appel à ses services. Le Centre du luxe et de la création a décidé de lancer ce projet en y associant les partenaires intéressés afin de répondre au cahier des charges vaste mais correspondant à un réel besoin du monde du luxe et de la création. 16 Centre du luxe et de la création® | Inventer le portail et l’agence des créateurs et des métiers du luxe
  17. 17. II. DEVELOPPER LES PARTENARIATS ENTRE LES ENTREPRISES DE LUXE ET LES ORGANISMES DE RECHERCHE SYNTHESE L’innovation est de deux types : technologique et non technologique. Dans le premier cas, elle intéresse essentiellement les organismes de recherche. Dans le second, elle est l’ensemble des outils techniques et méthodologiques liés à la conception des produits, à l’organisation des entreprises et à la prise en compte du facteur humain. Or, non seulement les métiers du luxe et de la création sont moteurs de l’innovation non technologique, mais ils sont également indispensables pour valoriser le volet technologique de l’innovation. En effet, le luxe doit être l’intégrateur des innovations, car il doit se renouveler sans cesse et anticiper les besoins, les désirs en incarnant l’ensemble des possibles. Pourtant, si quelques grandes entreprises de luxe disposent de laboratoires (cosmétiques et parfums) ou entretiennent des technologies très spécifiques (champagnes, verrerie, bijouterie), les opportunités de fertilisation croisées sont considérables et insuffisamment organisées, notamment en France, pays qui a la chance d’être un fabuleux conservatoire de savoir-faire en même temps qu’un extraordinaire vivier de chercheurs. En effet, il existe un réel besoin et une opportunité, notamment du côté des organismes de recherche, dont plusieurs nous ont contactés à cet effet. Leur problème, qui est une chance pour le luxe, est de nouer des relations permanentes avec les entreprises et les créateurs, pour transformer les résultats de leur recherche fondamentale en innovations utiles au développement des produits et services du luxe. Les champs de partenariat sont immenses : nouveaux matériaux, nanotechnologies, sécurité, chimie, optique… C’est pourquoi il est urgent de développer de tels partenariats et de favoriser la capacité de développement de l’innovation et de la créativité en permettant une meilleure interpénétration des maisons de luxe, des ateliers de maîtres d’art et des créateurs avec des Instituts de recherche scientifique et/ou technologiques ou des centres de formation. Le Centre du luxe et de la création pourrait ainsi devenir une plateforme d’échanges, de conseil et d’évaluation, pour faciliter l’émergence de nouveaux projets et les relations entre les mondes du luxe et de la recherche. Les conséquences en seraient très bénéfiques en termes de formation, qui trouverait sur ce terrain plusieurs sujets de développement et d’enrichissement. 17 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  18. 18. Comme le rappelait très justement le rapport de Maurice Lévy et Jean-Pierre Jouyet sur l’économie de l’immatériel dans son propos liminaire, « aujourd’hui, la véritable richesse n’est pas concrète, elle est abstraite. (…) C’est désormais la capacité à innover, à créer des concepts et à produire des idées qui est devenue l’avantage compétitif essentiel. »3 Hier, la valeur d’une automobile dépendait avant tout de ses caractéristiques techniques (cylindrée, tenue de route, sécurité, etc.) ; aujourd’hui, le succès d’un modèle repose tout autant sur le design, le concept, la technologie embarquée, parfois le service après-vente, le respect des normes environnementales, etc. Le champ de commercialisation du produit s’est aujourd’hui grandement élargi au-delà des qualités techniques, intégrant de plus en plus l’ergonomie, l’esthétique, etc. Dans ces domaines, les métiers du luxe ont un rôle fondamental à jouer. Facteur d’intégration des nouvelles technologies, l’industrie de la création est un vecteur indispensable pour valoriser l’innovation technologique, à travers des applications commerciales séduisantes et ergonomiques. Les liens entre instituts de recherche et de formation, qui sont à la source de l’innovation, et entreprises du luxe sont donc à affermir, pour faire en sorte que la France tire tout le parti possible des viviers de connaissance et de créativité qui composent sa richesse immatérielle ; or, ces liens sont à l’heure actuelle insuffisamment serrés. A. Les métiers du luxe et de la création : un vecteur indispensable pour valoriser l’innovation technologique Il n’est pas nécessaire de revenir sur le rôle primordial que tient l’innovation pour stimuler la compétitivité de l’économie ; nombreux sont les rapports qui la placent au premier rang des moteurs de croissance. Plus rares en revanche sont les études qui en distinguent les différents aspects, et ne s’arrêtent pas à la compréhension technologique de la notion, auquel tout le monde pense immédiatement. Depuis 1992, l’OCDE a ainsi recensé deux formes d’innovation, aussi importantes l’une que l’autre pour la compétitivité des entreprises : l’innovation technologique de produits et procédés (ITPP), bien sûr, mais également l’innovation non technologique, définie par le 3 « L’économie de l’immatériel – La croissance de demain », réalisé par MM Maurice Lévy et Jean-Pierre Jouyet. Document remis au ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie en novembre 2006. 18 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  19. 19. Manuel d’Oslo (cf. encadré n°1) comme l’ensemble des outils techniques et méthodologiques liés à la conception des produits, à l’organisation des entreprises et à la prise en compte du facteur humain. Or, non seulement les métiers du luxe et de la création sont de formidables moteurs de l’innovation non technologique, mais ils sont également indispensables pour valoriser le volet technologique de l’innovation. Encadré n°1 : Qu’est-ce qu’une innovation non technologique ? Selon la 3ème édition du manuel d’Oslo (OCDE, 2005), une innovation non technologique est la mise en œuvre d’une nouvelle méthode d’organisation ou de commercialisation. • Une innovation organisationnelle peut concerner les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de l’entreprise. Il peut s’agir de la mise en place de bases de données, de formations du personnel, de systèmes de gestion de la chaîne de production et d’approvisionnement, de systèmes de gestion de la qualité, de systèmes de production, ou encore, de nouvelles méthodes d’intégration avec les fournisseurs. • Une innovation commerciale implique, quant à elle, des changements significatifs de la conception ou du conditionnement : forme et aspect, design, voire goût ; nouveaux circuits de vente, nouvelles méthodes de présentation, d’exposition, ou de promotion ; placement du produit dans un film, nouveau logo, carte de fidélité, etc. Pour ce deuxième volet, les métiers du luxe et de la création ont évidemment un rôle à jouer. Les dernières études sur la question (étrangères pour la plupart) montrent que la contribution des métiers de la création à la compétitivité des entreprises est essentielle : celles qui investissent dans le design et la création4 ont tendance à être plus innovantes, plus rentables, et ont un taux de croissance supérieur à celles qui ne le font pas, comme l’a souligné le rapport « Design as a driver of user-centred innovation » de la Commission de l’Union européenne (7 avril 2009). Une étude danoise montre ainsi que les entreprises ayant acquis les services de créateurs ont enregistré un taux de croissance de leur chiffre d’affaires de 22 % supérieur à la moyenne ; celles qui ont accru leurs dépenses en création ont augmenté la 4 Dans le sens anglo-saxon, le terme « design » recouvre une définition beaucoup plus large que les seules activités d’un designer, au sens français. Il s’approche plus du terme français de « création ». 19 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  20. 20. croissance de leur chiffre d’affaire de 40 %, par comparaison avec les entreprises aux dépenses en création constantes ou en diminution5. En Grande-Bretagne, une étude, menée auprès de 1500 entreprises britanniques, a révélé que le design (au sens anglo-saxon de création) était, pour les sociétés à forte croissance, le 2ème facteur le plus important du succès6. Et cela s’explique aisément. En effet, nombreux sont les métiers du luxe et de la création à avoir un rôle fondamental dans la conception, la traduction concrète et donc la commercialisation des innovations technologiques, dans la mesure où ils sont sans cesse à l’affût de la nouveauté et sont de grands « testeurs » de formes et de projets. Les nouveaux matériaux sont souvent expérimentés par le haut de gamme avant de se diffuser petit à petit auprès du grand public. Les textiles intelligents par exemple, inventés pour les recherche de la NASA, ont été utilisés par des créateurs du luxe : Elisabeth de Senneville (cf. Encadré n°2), Olivier Lapidus ou encore Lefranc-Ferrant en ont fait usage et ont vu leur création stimulée autant qu’ils ont impulsé des recherches nouvelles. Désormais les textiles intelligents existent au sein des collants de la grande distribution. A l’inverse, et c’est la rançon de l’audace, nombreux sont les exemples de produits innovants, pour certains de véritables révolutions technologiques, qui ont été des échecs commerciaux, en raison d’une ergonomie et d’une apparence insuffisamment séductrices ou adaptées au marché. Pour ne citer qu’un exemple, Renault n’a jamais réussi à vendre plus de 7 000 Vel Satis, sa berline haut de gamme lancée en 2002, malgré d’évidentes qualités techniques et de confort, saluées par la presse spécialisée. En cause, un design qui n’a jamais trouvé son public. Comme le définit l’Agence pour la promotion de la création industrielle (APCI), le design est en effet « une activité créatrice dont le but est de présenter les multiples facettes de la qualité des objets, des procédés, des services et des systèmes dans lesquels ils sont intégrés au cours de leur cycle de vie. C'est pourquoi il constitue le principal facteur d'humanisation innovante des technologies et un moteur essentiel dans les échanges économiques et culturels. » Elément représentatif des innovations non technologiques, il joue le rôle fondamental de metteur en scène des innovations technologiques. 5 Danish National Agency for Enterprise and Housing 2003 in Bitard & Basset 2008 6 National Survey of Firms – 2004, Londres : Design Council. 20 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  21. 21. C’est donc aussi sous cette forme d'innovation non technologique qui complète et enrichit l'innovation technologique, que les métiers du luxe et de la création constituent des facteurs importants de la performance économique et de la compétitivité des entreprises. Or, à ce jour, ils sont insuffisamment associés à la recherche fondamentale et appliquée, de même qu’aux entreprises qui en commercialisent les résultats (notamment les entreprises de haute technologie). Les efforts d’intégration des PME du secteur du luxe et de la création aux pôles de compétitivité (cf. mesure n°III) a précisément pour objet de les rapprocher de ces dernières ; mais la spécificité de la recherche fondamentale et du schéma français d’organisation de celle-ci réclame des mesures spécifiques et complémentaires aux seuls pôles de compétitivité. B. Les liens entre recherche, entreprises et métiers de création insuffisamment développés en France Malheureusement en effet, la recherche fondamentale et les métiers de la création sont deux mondes séparés ; si les industries de haute technologie s’efforcent de construire des ponts avec la recherche, à travers des laboratoires de recherche appliquée, en revanche le fossé entre scientifiques et créateurs est béant, malgré quelques initiatives louables. On peut citer notamment à ce titre, • le dispositif CTC, qui propose un dispositif technique et financier d’aide à l’innovation à destination des créateurs et des designers utilisant le cuir dans le domaine des accessoires de mode ou de la décoration, leur permettant de passer du dessin au prototype et de disposer d’un dossier technique facilitant l’industrialisation. • Le projet IFTH, qui a développé un réseau de plates-formes de services pour les industriels du Textile, de l'Habillement et des Textiles Techniques. • R2ITH, Réseau Industriel d'Innovation du Textile et de l'Habillement, destiné à soutenir l'innovation et la création de la filière. • Le réseau RETIS, qui crée des liens entre recherche et industrie, sans être spécialisé sur un secteur d’activité. Cependant, cela est encore largement insuffisant et concentré surtout sur les secteurs de la mode. Cet état de choses est plus que regrettable, compte tenu des apports essentiels de 21 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  22. 22. l’industrie de création dans la valorisation des découvertes scientifiques et leurs applications concrètes, ainsi que cela a été souligné plus haut. Il l’est d’autant plus en France, que notre pays a la chance de disposer de deux masses critiques imposantes en la matière : pays réputé pour son art de vivre et son industrie du luxe, il recèle également d’importants gisements scientifiques, dont la renommée n’est plus à faire. Or les champs de fertilisation croisés sont nombreux : sciences physiques ou sciences du vivant ont en effet des implications dans tous les domaines de la vie (cf. encadré n°2). Et, s’il est impératif de faire en sorte que les savoir-faire du luxe s’enrichissent des innovations technologiques qui feront partie intégrante des modes de vie de demain, il est également crucial pour la recherche fondamentale de valoriser ses travaux à travers des applications commerciales. Aujourd’hui, cette dernière est insuffisante en France : alors que les revenus tirés de la propriété intellectuelle représentent entre 3 et 5 % du budget de la recherche aux Etats-Unis, ils ne sont que de 1 % en France7. Encadré n°2 : Exemples d’innovations technologiques qui nourrissent la création Elisabeth de Senneville, styliste, Talent de l’innovation 2003 : la recherche permanente de matériaux plus performants Depuis ses débuts, Elisabeth de Senneville n’a qu’une idée en tête, révolutionner la mode et rendre le vêtement utile. Pour cela elle met au point des tissus intelligents, crée des collections qui vous parfument, vous maquillent ou vous indiquent le temps qu’il va faire. Ainsi Cosmeticwear entame la quatrième dimension du textile. Une crème micro-encapsulée invisible à l’œil nu, libère par contact avec la peau ses bienfaits hydratants, dermo-protecteurs et adoucissants. Pour autant, l’esthétique n’est pas mise de côté, au contraire, l’accessoire est intégré au vêtement, comme dans cette robe fourreau en lycra, dont le col cheminée est également un collier lumineux. Des fibres optiques sont tissées et reliées à une micro batterie dissimulée dans une poche invisible. La lumière peut être colorée en vert, rouge, bleu à l’envi. Enfin, le temps où l’on se demandait quoi mettre si on n’avait pas vu la météo est révolu : le stormomètre, en lin blanc, affiche une barre témoin bleue qui change de couleur selon le temps. 7 Cité par le rapport de Maurice Lévy et Jean-Pierre Jouyet, « L’économie de l’immatériel », 2006. 22 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  23. 23. Mathieu Lehanneur, designer, Talent de l'Audace 2007 : mieux vivre en intégrant l’innovation technologique dans les objets de tous les jours Les créations innovantes de Mathieu Lehanneur ont une particularité insolite, elles font du bien. Le jeune designer s’est toujours attaché à inventer des nouvelles façons de vivre grâce aux innovations scientifiques et technologiques. Créer des meubles capteurs de sons chargés d'atténuer les nuisances sonores, inventer un objet design qui assainit l'air domestique grâce à un système de filtration par des plantes… Les objets de Mathieu Lehanneur cherchent à améliorer le quotidien de l'homme dans sa dimension biologique, en intégrant les avancées technologiques dans les objets de tous les jours. Les grandes universités technologiques américaines comme Stanford, Berkeley, le MIT ou Carnegie Mellon sont des « machines de guerre » pour transférer les résultats, autrement dit les commercialiser. Elles font de la recherche fondamentale en investissant les moyens gagnés grâce à la recherche appliquée et technologique. Elles les investissent en même temps dans l’enseignement qui est très lié à la recherche. De plus, ces établissements attirent les meilleurs chercheurs du monde entier qui trouvent des rémunérations à la hauteur de leurs ambitions. En France, le chemin est plus complexe pour valoriser les résultats et permettre à l’industrie d’en bénéficier. Si, d’après l’OCDE, le nombre de brevets déposés par les universités françaises augmente, la France se caractérise par une très faible coopération de la recherche publique avec les PME : en 2002-2004, la proportion de PME qui déclaraient collaborer dans un projet d’innovation avec des établissements était de 2,5 %, contre 18,7 % pour les grandes entreprises. Or, ce sont précisément les TPE et PME qui composent le plus largement le tissu des métiers du luxe et de la création, et qui peuvent valoriser par leur apport créatif les innovations technologiques. Si plusieurs mesures ont été prises récemment par les pouvoirs publics, pour valoriser la recherche publique à travers la facilitation des interactions entre entreprises et instituts publics de recherche, celles-ci restent insuffisantes. Les raisons de ce phénomène tiennent aussi bien : • au fossé culturel et intellectuel qui sépare le monde de la recherche (fondamentale ou appliquée) et celui des métiers du luxe et de la création ; 23 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  24. 24. • à la structure souvent inadaptée de l’organisation de la recherche publique : les biens intellectuels issus de projets de recherche résultent fréquemment en France du travail d’une équipe de chercheurs émanant de plusieurs structures publiques ; • à la complexité juridique des contrats de coopération entre laboratoires publics et entreprises, et des contrats de licence nécessaires à la transformation d’une invention en innovation, puis à la commercialisation de cette dernière ; • au foisonnement du dispositif de transfert et de diffusion de la technologie, qui reste peu lisible pour les PME. Le nombre d'acteurs publics ou parapublics du transfert de technologie est en effet important en France : SAIC (Services d'activités industrielles et commerciales) des universités, RDT (réseaux de développement technologique), CRITT (Centre régionaux d'innovation et de transfert de technologie), CTI (Centres techniques industriels), CNRT (Centres nationaux de recherche technologique), CEEI (Centres européens d'entreprises et d'innovation), OSÉO-ANVAR, DRIRE, incubateurs, technopoles, pôles de compétitivité, etc. auxquels viennent s'ajouter les labels « instituts Carnot ». Or, les demandes de collaboration sont réelles, comme en témoigne les sollicitations de certains Instituts de recherche, qui ont fait appel au Centre du luxe et de la création pour être mis en relation avec des entreprises de luxe dans des secteurs applicatifs tels que l’horlogerie, les vins et spiritueux ou les cosmétiques notamment. Tout comme plusieurs créateurs, nominés ou lauréats des Talents du luxe et de la création manifestent un grand intérêt pour le monde de la recherche, alors qu’aucune passerelle ne facilite leurs contacts, à l’exception de quelques initiatives qu’ils connaissent très rarement.8 C. Proposition du Centre du luxe et de la création : développer les partenariats entre les entreprises du luxe et les organismes de recherche Les métiers du luxe et de la création sont indispensables pour valoriser les innovations technologiques qui découlent de la recherche fondamentale et appliquée ; à l’inverse, la création 8 Cf. Compte rendu de l'Entretien du Cercle du luxe (Centre du luxe et de la création) du 21 octobre 2009 « Art de vivre, nouveaux enjeux », avec Mathieu Lehanneur notamment. 24 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  25. 25. stimule la recherche et l’innovation. Les maisons de luxe exigent sans cesse de nouvelles performances de la technologie, des matériaux et procédés de fabrication, afin de proposer les objets qui feront partie, demain, de la vie de tous les jours. C’est pourquoi, une interaction plus forte est nécessaire entre les organismes de recherche et les entreprises du luxe et de la création, qui conceptualisent, développent et commercialisent les innovations technologiques pour la société de demain. A cet égard, le Centre propose de : 1. Rechercher et favoriser les partenariats Le Centre du luxe et de la création propose d’être un intermédiaire actif afin de rechercher et mettre en œuvre les moyens pour favoriser les partenariats entre les entreprises du luxe et les organismes de recherche, sans oublier les filières professionnelles et les centres de formation. Ces partenariats peuvent, en effet, être multiacteurs et associer des représentants du public et du privé. 2. Devenir une plateforme de conseil, d’évaluation et d’appui Un rôle de « go-between » particulièrement nécessaire, non seulement en raison de la complexité des dispositifs et contrats de valorisation, mais également de la différence culturelle qui caractérise les différents acteurs, pourrait être dévolue au Centre du luxe et de la création. Le Centre pourrait de la sorte devenir une plateforme de conseil, d’évaluation et d’appui aux entreprises et/ou organismes de recherche, afin de les mettre en relation, et favoriser les champs de fertilisation croisée. 3. Initier la réflexion pour simplifier et améliorer les dispositifs de valorisation de la recherche existants De concert avec les acteurs intéressés, un pôle de réflexion sur les améliorations à apporter en la matière pourrait être constitué sous l’égide du Centre du luxe et de la création ; les recommandations formulées à cette occasion pourront par la suite être valorisées auprès des pouvoirs publics afin de conduire à la modification des législations et dispositifs actuels. Cette intervention du Centre du luxe et de la création aurait l’avantage de privilégier le financement de la recherche par projet, ainsi que le recommandent la plupart des 25 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  26. 26. rapports sur la recherche publique en France, et non pas par structure comme c’est le cas actuellement. En effet, le financement par projet représentait, il y a peu, 60 % du financement de la recherche publique aux États-Unis, 50 % en Allemagne et 40 % en Finlande contre 4 % en France (chiffres 2005). Le principal intérêt des agences est de concentrer les moyens sur les projets de plus grande portée économique alors que le financement de structures pérennes a pour effet un saupoudrage des moyens. La France est en train de corriger ce décalage, à la suite de la création en 2005 de l’Agence nationale de la recherche (ANR), une agence de moyens destinée à financer la recherche sur la base d’appel à projets, et de l’Agence de l’innovation industrielle (AII), chargée des grands projets fédérateurs en partenariat avec les groupes industriels9. En 2008, l’ANR a ainsi réparti près de 650 millions d’euros entre 50 projets de recherche, parmi lesquels seuls 18 sont entièrement nouveaux. Le développement des partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche aurait le même effet, puisque les dits partenariats seraient directement orientés par les projets de collaboration destinés à valoriser la recherche et à stimuler la création. 9 Depuis le 1er janvier 2008, l’AII est rattachée à OSEO, dans une optique de simplification des dispositifs d’aide aux entreprises mise en place, via OSEO, d’un guichet unique proposant une gamme complète d’aides adaptée à toutes les tailles d’entreprises et de projets innovants). 26 Centre du luxe et de la création® | Développer les partenariats entre les entreprises de luxe et les organismes de recherche
  27. 27. III. LANCER UN POLE DE COMPETITIVITE « LUXE ET CREATION » SYNTHESE Les pôles de compétitivité ont été conçus pour favoriser l’innovation en promouvant la mise en réseau d’acteurs (centres de recherche, entreprises, écoles et universités, collectivités territoriales), qui, ensemble, peuvent démultiplier leur potentiel de développement grâce aux synergies mises en œuvre. 71 pôles ont été créés à ce jour. Si tous les secteurs sont concernés par ce dispositif, l’industrie du luxe y est insuffisamment représentée : la Cosmetic Valley dans l’Eure, Parfums, Arômes, Senteurs, Saveurs dans les Alpes maritimes et la Glass Valley dans la Seine-Maritime sont les trois seuls pôles qui existent dans des domaines connexes au luxe. Cet état de choses est d’autant plus surprenant, que le luxe : • réunit des activités à très haute valeur ajoutée et une grande capacité d’innovation ; • est constitué d’un ensemble d’activités fondamentales tant pour la compétitivité française que pour son rayonnement international. Par ailleurs, la France, premier exportateur de luxe au monde, doit affirmer sa place. Il est donc primordial de renforcer les moyens de compétition et de création d’entreprises, qui sont souvent des PME ou des TPE à forte tradition, mais n’ayant pas toujours la dimension optimale pour assurer le développement que légitime leur talent. Le Centre du luxe et de la création propose, en conséquence, de stimuler la réflexion des différents partenaires intéressés, afin de constituer un pôle de compétitivité mondial « luxe et création », destiné à : • entretenir la créativité par une interpénétration accrue des sciences, des techniques et des savoir-faire ; • développer les synergies entre l’innovation technologique et les métiers de la création. Cette initiative favorisera l’association de compétences et de moyens aujourd’hui éparpillés entre des marques, des centres de recherche, des groupements professionnels, des agences de création, des métiers d’art et des investisseurs, et renforcera l'attractivité de la France qui accueillerait, dans ce cadre, de nombreux scientifiques et créateurs étrangers. 27 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  28. 28. Les pôles de compétitivité ont été lancés en 2004, par un gouvernement soucieux de dynamiser l’innovation dans l’industrie française, tenue pour être le principal moteur de croissance pour l’économie. Calqués sur le modèle des clusters anglo-saxons (et notamment la fameuse Silicon Valley, modèle du genre), ils visent à favoriser les synergies entre entreprises, centres de formation et instituts de recherche d’un même secteur d’activité. Dès leur création, les pôles de compétitivité ont rapidement rencontré un succès important, si bien qu’on compte aujourd’hui 71 pôles de compétitivité en France (7 mondiaux, 10 à vocation mondiale et 54 nationaux), dont l’efficacité économique est assez largement reconnue et qui emploient plus d’un salarié de l’industrie sur dix. Or, sur ces 71 pôles, seuls trois sont connexes au luxe : la Cosmetic Valley (Parfums et cosmétiques), dans l’Eure, Parfums, Arômes, Senteurs, Saveurs (PASS) dans les Alpes maritimes, et la Glass Valley (Céramique), entre la Normandie et la Picardie. Pourtant, l’industrie du luxe est l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie française : rassemblant environ 140 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et près de 200 000 emplois (chiffres A.T. Kearney, 2005), le luxe représente un ensemble d’activités fondamentales tant pour la compétitivité française que pour son rayonnement international. A. L’industrie du luxe insuffisamment intégrée aux pôles de compétitivité Les pôles de compétitivité ont été conçus en réaction à l’internationalisation des échanges et des processus de production, en vue de favoriser la différenciation et la compétitivité des entreprises françaises. Rassemblant entreprises, centres de recherche et organismes de formation sur un même territoire, ils ont pour objet de développer les synergies et les projets collaboratifs afin d’accroître : • l’innovation, selon le principe que la proximité permet la circulation de l’information et des compétences, stimulant ainsi la naissance de projets plus innovants ; • l’attractivité, puisque la concentration des acteurs sur un territoire offre une visibilité internationale. Chaque pôle est représenté et animé par une entité juridique propre, le plus souvent une association, qui est chargée d’élaborer et de mettre en œuvre la stratégie générale du pôle. Les 28 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  29. 29. pôles de compétitivité ainsi labellisés bénéficient, alors, du soutien de l’Etat, qui accompagne notamment leur développement : • en octroyant, via un fonds unique interministériel (FUI), des aides financières aux meilleurs projets de recherche et de développement, sélectionnés lors d’appels à projets ; • en finançant partiellement les structures de gouvernance des pôles, aux côtés des collectivités et des entreprises. L’Agence nationale de la recherche (ANR), OSEO10 ou encore la Caisse des Dépôts (notamment à travers CDC-Entreprises) sont également impliqués dans le financement des activités des pôles de compétitivité. Ainsi, depuis 2005, près de 800 projets de R&D ont bénéficié d’un financement public de 1,47 milliard d’euros, dont plus de 900 millions d’euros par l’État. Ces projets représentent 4 milliards d’euros de dépenses de R&D, et impliquent environ 14 000 chercheurs11. Pourtant, la part des entreprises de luxe, rassemblées dans trois pôles de compétitivité seulement, reste limitée : entre 2005 et 2007, durant la première phase du dispositif, elles n’ont ainsi bénéficié que de 16,4 millions d’euros de soutien publics, soit 2,3 % du montant cumulé des aides publiques accordées aux pôles de compétitivité sur la même période (à savoir 698 millions d’euros). Cette faiblesse des montants alloués s’explique non seulement par le nombre restreint des pôles de compétitivité spécialisés dans le luxe, mais également par le fait que ceux qui existent ne comptent pas parmi les plus dynamiques en termes de nombre de projets : ainsi, ces trois pôles totalisent seulement 11 projets de R&D retenus pour la phase 1 (2005-2007). A titre de comparaison, Systematic (pôle dédié aux systèmes complexes) compte à lui seul près de 30 dossiers de R&D retenus, ce qui lui a permis de bénéficier des financements publics à hauteur de 120 millions d’euros ; et ce à poids à peu près équivalent avec la Cosmetic Valley (400 partenaires actifs). La faible représentation des entreprises du luxe parmi les pôles de compétitivité est d’autant plus regrettable qu’aujourd’hui, un certain consensus se dessine pour en reconnaître le succès. 10 Depuis le comité de modernisation des politiques publiques du 4 décembre 2007, le pilotage du FUI a été confié à OSEO. Le transfert de compétences n’est cependant pas encore effectif. 11 Chiffres de la Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services (DGCIS), janvier 2009. 29 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  30. 30. B. Les pôles de compétitivité : un tremplin au développement largement reconnu Si certains aspects de l’efficacité économique des pôles de compétitivité restent encore mal évalués, en raison de la relative jeunesse du dispositif12, certaines constatations peuvent d’ores et déjà être notées. Outre les gains économiques soulignés par la théorie économique, fondés notamment sur les travaux de Michael Porter13, aujourd’hui un certain nombre d’études empiriques confirment en effet l’existence de gains économiques, aussi bien en termes de création de valeur, de performance à l’exportation, que de recherche. 1. Une efficacité en termes de création de valeur D’après une étude du CEPREMAP publiée en 200814, portant sur près de 30 000 firmes françaises entre 1996 et 2004, le fait de doubler le nombre d’emplois dans un secteur et un territoire donné augmente de 5 à 8 % la productivité des entreprises. Ce constat a été confirmé par des études similaires réalisées dans d’autres pays15. 2. Des performances à l’exportation accrues Si certains estiment que ces gains de productivité sont trop faibles, compte tenu du coût des pôles de compétitivité, les performances à l’exportation, plus élevées pour les PME des pôles, ont été empiriquement constatées. Ainsi, leur taux d’exportation moyen est de 25%, contre 18 % pour l’ensemble de l’économie, à structure identique (Chiffres DGCIS, mai 2009). Si l’on se limite aux PME industrielles, le taux d’exportation reste significativement supérieur : 31 % pour celles qui sont impliquées dans les pôles, et 24 % pour l’ensemble des PME industrielles. 12 En termes d’emplois, notamment : l’évaluation des cabinets CM International et BCG (2008) ainsi que le dernier rapport d’information du Sénat sur les pôles de compétitivité (14 octobre 2009), s’accordent ainsi pour reconnaître qu’il est encore trop tôt pour évaluer l’impact du dispositif sur l’emploi. 13 Professeur de stratégie d'entreprise de l'université de Harvard, Michael Porter est célèbre pour ses études sur la façon dont une entreprise peut obtenir un avantage concurrentiel, mais il a également formalisé sur le plan théorique la notion de pôle de compétence géographique, au point que le terme porte son nom en anglais : Porter's clusters. 14 Centre pour la Recherche Economique et ses Applications (CEPREMAP) « Les pôles de compétitivité – Que peut-on en attendre ? », Gilles Duranton, Philippe Martin, Thierry Mayer et Florian Mayneris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2008. 15 Cf. J. Henderson, « Marshall’s scale economies », Journal of Urban Economics, 53, 2003, p. 1-28. 30 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  31. 31. 3. Un impact fort sur la recherche et l’innovation Enfin, l’impact en termes de renforcement de l’effort de recherche, et donc d’innovation, est non seulement réel mais largement reconnu. D’après les chiffres de la DGCIS (Tableau de bord 2008), le nombre de titres de propriété intellectuelle (brevets compris) déposés en 2007 dans le cadre des 1535 projets labellisés s’élève à 216. Près de 10 % des projets ont donc donné lieu à un dépôt de titre de propriété intellectuelle, ce qui souligne l’efficacité des efforts de recherche menés dans le cadre des pôles de compétitivité, compte tenu du caractère intrinsèquement incertain de toute démarche de recherche fondamentale ou appliquée. L’apport du dispositif des pôles de compétitivité est essentiel dans cet effort de recherche, car, comme l’a souligné le rapport d’information du Sénat (octobre 2009), sur les 1400 projets de R&D lancés dans le cadre des pôles de compétitivité, bon nombre de ces projets n’auraient pas pu voir le jour sans le dispositif. Ainsi, outre les avantages en termes d’aménagement du territoire, dont il n’a pas été question ici, le bilan des pôles est unanimement jugé très positif. L’étude d’évaluation des pôles, confiée aux cabinets CM International et BCG (juin 2008), a souligné leur « dynamisme prometteur », confirmant le maintien de ce dispositif envié à l’étranger.16 C. Proposition du Centre du luxe et de la création : intégrer les entreprises de luxe au sein des pôles de compétitivité mondiaux Il apparait dont urgent d’en faire bénéficier l’industrie du luxe, qui, par son taux de croissance historiquement élevé, sa forte valeur ajoutée et ses bonnes performances à l’exportation, par son effet d’entraînement sur d’autres activités et sa contribution à l’image de la France dans le monde, est un secteur stratégique. Cela est d’autant plus indiqué que les synergies possibles entre le secteur du luxe et les domaines scientifiques sont nombreuses et nécessaires (cf. infra, proposition II), à deux niveaux : 16 D’après l’« Étude sur les bonnes pratiques de dix pôles de compétitivité étrangers », réalisée pour la Direction générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) par la société Algoé (mai 2009), la politique nationale des pôles de compétitivité ne possède pas d’équivalent dans les pays étudiés ; et l’intervention massive des pouvoirs publics pour soutenir les projets de R&D des pôles est appréciée, voire enviée. 31 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  32. 32. • d’un côté, l’industrie du luxe doit, plus que toute autre, s’enrichir des innovations technologiques dans la mesure où elles feront partie intégrante des modes de vie de demain. • de l’autre, les industries traditionnelles ont tout intérêt à bénéficier de l’expertise du luxe et de la création, qui joue un rôle fondamental pour traduire l’évolution de la société et mettre en scène les innovations technologiques, tout en étant également un conservatoire vivant des traditions et des savoir-faire. Quoique relativement peu nombreuses, les expériences des entreprises du luxe avec le dispositif des pôles de compétitivité sont très positives, comme en témoigne le succès du pôle Cosmetic Valley, qui est régulièrement cité en exemple (cf. encadré). Encadré : La Cosmetic Valley Un exemple réussi de pôle de compétitivité dans le luxe Basé à Chartres, le pôle de compétitivité Cosmetic Valley est aujourd’hui le premier centre mondial de ressources de la parfumerie-cosmétique. Initié dès 1994 sous l’impulsion de Jean-Paul Guerlain, ce pôle rassemble aujourd’hui le fleuron de l’industrie de la beauté : Guerlain et Dior (LVMH), Shiseido, Hermès, Nina Ricci et Paco Rabanne (Groupe Puig), Lolita Lempicka (Pacific Création), Gemey-Maybelline et Yves Saint Laurent Beauté (L’Oréal), Clarins, Caudalie, Chanel, etc. Quelques chiffres : • 470 entreprises (dont 80 % de PME), • 3 régions (Centre, Normandie, Ile-de-France) • 45 000 emplois • 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires • 5 universités : Orléans, Rouen, Tours, Versailles/Saint Quentin-en-Yvelines, Le Havre • 188 laboratoires de recherche publique • 7 200 chercheurs associés • 33 projets de recherche validés depuis la labellisation du pôle le 12 juillet 2005 • 68 millions d’euros investis dans ces projets Aujourd’hui, le marché des cosmétiques et parfums représente 15,2 milliards d’euros (chiffres 2007), en croissance de 5,7 %, dont 43 % pour le marché français (+3,5 %) et 57 % à l’export (+7,4 %). Avec 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, la filière représente plus de 60 % du chiffre d’affaires global de l’industrie française de la beauté qui est aujourd’hui le 2ème contributeur au solde commercial de la France après l’aéronautique. 32 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  33. 33. Le Centre du luxe et de la création propose donc de : 1. Dynamiser la labellisation de pôles de compétitivité dans le domaine du luxe Dès la création des pôles de compétitivité, nous avions recommandé de créer un ou plusieurs pôles de compétitivité dans différentes filières du luxe, afin de dynamiser leur créativité et leur visibilité internationale. Cette orientation apparaît aujourd’hui comme indispensable et le Centre du luxe et de la création se propose de favoriser ce projet en fédérant les acteurs potentiels, afin d’être en mesure de lancer de nouveaux pôles de compétitivité en ce domaine dès 2011. En effet, conformément aux recommandations des récentes études d’évaluation (notamment celles du BCG-CMI et du Centre d’analyse stratégique), les pouvoirs publics ont décidé de geler la labellisation de nouveaux pôles pour la période 2009-2011, afin de se concentrer sur les pôles existants. 2. Valoriser les PME du luxe au sein des pôles de compétitivité existants, même et surtout ceux qui ne sont pas centrés sur l’industrie du luxe. L’apport créateur des agences de design, cabinets d’architectes et de décoration intérieure, stylistes de mode, etc. permet souvent de présenter les multiples facettes de la qualité d’un objet, d’un processus, ou d’un service, tout en les rendant désirables et faciles d’accès pour le consommateur. Ce dernier aspect est d’autant plus essentiel que les innovations ne sont valorisées par le marché que si elles sont relativement aisées à utiliser. Plusieurs échecs commerciaux liés à des technologies très performantes, mais difficiles à manier, en témoignent (cf. mesure n°II). Or, ces métiers sont pour la plupart représentés par de TPE ou PME. Les petites entreprises de l’industrie du luxe et de la création ont donc toute leur place parmi les pôles de compétitivité consacrés aux innovations technologiques. Jusqu’à présent, les entreprises 33 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  34. 34. françaises se sont distinguées puisqu’elles sont plus de 60 % à ne jamais recourir au design, contre seulement 35 % au Royaume-Uni et 25 % en Norvège17. Si jusqu’à présent les PME souffraient d’un certain nombre de handicaps pour intégrer les pôles de compétitivité (notamment de délais de paiement des crédits du FUI qui atteignent 165 jours), ce problème a été identifié de manière consensuelle par l’ensemble des rapports d’évaluation (notamment celui du Sénat). Les mesures prises par la puissance publique devront donc lever les difficultés, et favoriser l’intégration des PME du luxe aux dispositifs existants, pour le plus grand bénéfice de tous les acteurs. 3. Ouvrir ces futurs pôles de compétitivité à des scientifiques et des créateurs étrangers Afin de stimuler le potentiel de développement international des entreprises et Centres de recherche qui feront partie de ces pôles, des scientifiques et créateurs étrangers peuvent en effet apporter un souffle nouveau à la créativité des pôles, en étant inspirateurs de nouvelles manières de voir ou de penser. 17 Agence pour la promotion de la création industrielle (APCI), « Les pratiques du design en PMI », Rapport d’étude, Design France et Tremplin Protocole, 2002. 34 Centre du luxe et de la création® | Lancer un pôle de Compétitivité « luxe et création »
  35. 35. IV. INITIER UN INSTITUT DES HAUTES ETUDES DE LA CREATION SYNTHESE La rigidité des systèmes de pensée et l'appréhension face au changement créent des obstacles aux effets bénéfiques de la création. C’est pourquoi, au-delà du renforcement et du décloisonnement des systèmes de formation, il est important qu’un nouvel échelon de réflexion, et d’échanges au plus haut niveau soit créé. A cette fin, le Centre du luxe et de la création a imaginé de lancer un Institut des Hautes Etudes de la Création qui réunirait chaque année, autour d’une vingtaine de créateurs du monde entier, des personnalités sélectionnées dans différents milieux économiques, sociaux et culturels. Il serait bâti sur le modèle de l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, c'est-à-dire la réunion autour des thèmes de la défense et d'un noyau d'officiers supérieurs, de représentants des entreprises de l'administration et de la société civile. Par cet intermédiaire le niveau de conscience et de connaissance des décideurs est constamment entretenu et les grands sujets relatifs à la défense sont mieux connus et partagés. Ce décloisonnement est salutaire et fructueux et permet de développer un enseignement et une recherche de haut niveau. Il est tout à fait légitime que la France, fille aînée du luxe et un des berceaux mondiaux de la création, soit à l'initiative d'un tel Institut dont la fonction sera de réunir des créateurs, des chefs d'entreprise, des artistes, des scientifiques et des personnalités reflétant la diversité des métiers et des engagements. Cet Institut serait largement ouvert à des auditeurs étrangers et, tout comme le Cercle du luxe est un lieu de rencontre et d'émergence de nouveaux projets, il sera le lieu où s'inventera l'avenir de la création. Son financement serait assuré par les grands acteurs économiques du luxe et les pouvoirs publics. Le pari, que nous faisons, est qu’un des gisements du changement se trouve dans ce rapprochement qui réconciliera l'imagination et l’évolution de la société à travers ceux qui la conduisent. 35 Centre du luxe et de la création® | Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création
  36. 36. La formation et la transmission des savoirs sont au cœur du développement des sociétés et des secteurs économiques. Les activités du luxe, dans leur diversité, disposent d’un processus de formation créative ancré dans l’apprentissage manuel et qui se perpétue au-delà des BTS à travers différentes écoles. En France et en Europe occidentale, on distingue notamment : la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, ESMOD, l’Atelier Chardon Savard, le Studio Berçot, l’ISAA, l’école Duperré, l’ENSCI, l’ISIPCA, l’ENSAD, la Cambre, l’Académie Royale des Beaux Arts d’Anvers, le Saint Martins College, l’Istituto Marangoni, ou encore Polimoda. Le monde du luxe commence, par ailleurs, à bénéficier de structures de formation dans l’enseignement supérieur qui ont une approche plus transversale, telles la chaire « LVMH/ESSEC prestige international », des troisièmes cycles à l’Institut français de la mode ou, encore, l’Institut supérieur de « marketing du luxe » (pour des étudiants de niveau bac + 4 ou 5). Cette évolution indique que les activités du luxe ont entamé leur mutation vers un décloisonnement des différents métiers qui les conduit vers une logique de filière, sans que celle-ci soit constituée et représentative18. A vrai dire, il n’existe pas aujourd’hui de pôle de réflexion et de mobilisation stratégique qui assure la promotion de projets fédérateurs au plan international, sinon le Centre du luxe et de la création qui, en ses différentes activités, s’est construit à cette fin. C’est pourquoi, au-delà du renforcement et du décloisonnement des systèmes de formation, il est important qu’un nouvel échelon de réflexion, et d’échanges au plus haut niveau soit créé. A. Améliorer la sensibilisation à la création à tous les niveaux de la formation La création est portée par les secteurs du luxe qui agissent comme les grands transformateurs des courants artistiques, à travers les savoir-faire les plus « pointus ». C’est en cela que le luxe est une vitrine exceptionnelle de la tradition et de la modernité. Or la France représente environ 40 % de la production mondiale. Que signifie ce chiffre, alors que les entreprises d’origine française, celles dont les capitaux sont majoritairement détenus par des actionnaires français, exportent plus de 80 % de leur production, que les Etats majors y sont plurinationaux et que les créateurs sont souvent étrangers ? 18 Il existe certes le Comité Colbert qui assure la représentation de 69 marques françaises, selon une logique de groupement d’intérêts. 36 Centre du luxe et de la création® | Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création
  37. 37. La réponse est contrastée : • Le luxe à la française répond incontestablement à une image de marque forte et à des produits ou services clairement identifiés partout dans le monde. • La création, les savoir-faire et l’innovation forment le socle de cette image de marque. • La concurrence mondiale est toutefois de plus en plus vive et va se développer notamment dans les pays émergents, qui cumulent plusieurs atouts : une croissance forte et durable, un enrichissement rapide d’une population qui représente la moitié de la planète, des capacités d’investissement qui ne cessent de grandir, un patriotisme culturel très fort associé à des traditions artisanales souvent très anciennes et un appétit de conquête industrielle et commerciale considérable. L’avantage de la France va donc dépendre de sa capacité à assurer une prééminence suffisante en termes de création, de transmission des savoir-faire et d’intégration du dynamisme mondial qui va s’exprimer particulièrement dans les activités du luxe. Il faudra donc consolider le socle des formations et renforcer l’attractivité de la France en mutualisant le potentiel créatif qui commence à s’exprimer au plan international. B. Une consolidation du socle des formations indispensable Le Conseil économique et social souligne à juste titre dans son rapport de février 2008 l’importance de la sensibilisation aux métiers du luxe à travers les formations initiales ou continues : « La pérennité de la filière du luxe est conditionnée par le maintien de l’excellence des professionnels qui y œuvrent, à tous les échelons des qualifications. Dans ces conditions, la formation (initiale et continue) représente un enjeu de taille. La formation dans cette filière est plurielle et les voies d’accès aux différents métiers sont nombreuses : éducation nationale, écoles professionnelles de tous genres (CFA...). Elles ouvrent sur une multitude de diplômes de tous niveaux, y compris supérieurs. On peut cependant rappeler que les compétences manuelles ne sont pas suffisamment mises en valeur, à l’inverse du marketing. Un nouvel équilibre est, à l’évidence, à chercher et surtout à promouvoir entre ces différents éléments, au profit de l’acte productif. (…) 37 Centre du luxe et de la création® | Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création
  38. 38. Par ailleurs, une certaine initiation à l’art constitue un premier élément de la formation. Or, trop souvent, ces métiers voire la filière elle-même, témoins vivants et modernes d’une tradition d’excellence, ne sont pas véritablement connus des jeunes. De même que la sensibilisation et l’initiation aux œuvres artistiques qui participent du patrimoine de notre pays, devraient être plus systématiquement pratiquées, de même la filière du luxe devrait être valorisée auprès des jeunes. Elle constitue, en effet, un élément moderne de notre patrimoine en même temps qu’un vivier d’innovation, et de créativité. » Nous ne pouvons que souscrire à ce diagnostic qui relève les fragilités de notre enseignement et souscrire à la proposition faite par le CES afin de consolider le socle des formations : « Au-delà, la structuration de l’appareil de formation aux métiers du luxe devrait faire l’objet d’une large réflexion. Cet ensemble, en respectant la liberté de ses diverses composantes, mériterait sans doute une mise en cohérence mais aussi un surcroît de valorisation. A terme, (…) il conviendra d’inciter à la création d’un centre national des métiers du luxe fédérant en réseau, les pôles d’excellence des métiers d’art, les structures et les établissements de formation initiales et continues ; du marketing aux spécialités de la distribution en passant par la production dans toute sa diversité. Cette structure devrait permettre ainsi de mieux identifier l’ensemble des métiers du luxe, de veiller à la prise en compte des évolutions technologiques dans les programmes de formation afin de préserver voire perfectionner les savoir-faire et assurer leur transmission. Elle devrait aussi permettre de mieux faire connaître, dans le concert international, la qualité de nos écoles, notamment celles de création. » Nous tenons donc tout particulièrement à affirmer notre soutien à cette initiative tout en en développant une autre, complémentaire, pour renforcer l’attractivité de la France dans le domaine de la création : la constitution d’un institut des Hautes Etudes de la Création. C. La constitution de L’Institut des Hautes Etudes de la Création : une priorité stratégique La création revêt une valeur stratégique majeure. Elle concerne donc de nombreux acteurs de la société, non seulement les créateurs et les responsables des marques de luxe, mais aussi des représentants de tous les milieux, administration, entreprises, culture, recherche, monde associatif, d’origine française ou étrangère. 38 Centre du luxe et de la création® | Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création
  39. 39. Tout comme le socle de formation mérite d’être consolidé il apparaît qu’un nouvel échelon de réflexion, d’information et d’échanges pourrait être créé en associant chaque année, autour d’une vingtaine de créateurs, des personnalités sélectionnées dans ces différents milieux. Réunis au sein de l’Institut des Hautes Etudes de la Création, ils travailleraient ensemble pendant une année (deux demi-journées par semaine et quelques voyages d’études). Ils conduiraient des études et des recherches qui enrichiraient leurs connaissances réciproques et renforceraient l’attractivité de la France. Cet Institut, en effet, serait unique au monde, pour travailler à un niveau de réflexion stratégique ayant comme sujet central la création et tout ce qui en procède aux plans économique, social, culturel… L’ouverture sur l’International opèrerait une extension de la position prééminente de la France en matière de luxe et de création. A la fois think tank et échelon de haut niveau de l’édifice de formation, il contribuerait aussi à mieux fédérer la filière luxe autour d’enjeux planétaires. Cet Institut serait construit sur le même modèle que l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, (cf. encadré) c'est-à-dire la coopération et l’interpénétration des expériences sur des thèmes de défense globale d'officiers supérieurs, de représentants des entreprises de l'administration et de la société civile. Par cet intermédiaire le niveau de conscience et de connaissance des décideurs est constamment entretenu et les grands sujets relatifs à la défense sont mieux connus et partagés. Ce décloisonnement est salutaire et fructueux et permet de développer un enseignement et une recherche de haut niveau. L’IHEDN qui a formé plus de 20 000 auditeurs depuis sa création est un bel instrument de lobbying stratégique en faveur de l’esprit de défense et de compréhension de ses mécanismes. L’IHEC aurait une fonction similaire en faveur d’une plus grande appropriation de la démarche créative. Il est tout à fait légitime que la France, fille aînée du luxe et un des berceaux mondiaux de la création, soit à l'initiative d'un tel Institut dont la fonction sera de réunir des créateurs, des chefs d'entreprise, des artistes, des scientifiques et des personnalités reflétant la diversité des métiers et des engagements. Cet Institut serait largement ouvert à des auditeurs étrangers et, tout comme le Cercle du luxe est un lieu de rencontre et d'émergence de nouveaux projets, il sera le lieu où s'inventera l'avenir de la création. Son financement serait assuré par les grands acteurs économiques du luxe et les pouvoirs publics, selon un processus qui serait piloté par le Centre du luxe et de la création. 39 Centre du luxe et de la création® | Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création
  40. 40. Encadré : L’institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) L'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est un établissement public administratif français d'expertise et de sensibilisation en matière de défense, fondé en 1936 et placé sous la tutelle directe du premier ministre. Son auditoire et sa vocation sont à la fois civils et militaires. Sa finalité est « d’aider les cadres de la nation à se forger une perception de la défense, de développer une sensibilité à ses enjeux, de contribuer à l’acquisition de la culture de défense ». Car la Défense est l’affaire de tous, elle ne repose pas sur la seule action des armées. Il s’agit d’une défense globale qui associe dimension civile et économique, mais aussi sociale et culturelle. Les missions de l'Institut sont : • Réunir des responsables de haut niveau appartenant à la fonction publique civile et militaire et aux autres secteurs d'activité de la nation en vue d'approfondir en commun leur connaissance des grands problèmes de défense ; • Aider les cadres de la nation à se forger une perception de la défense, à développer une sensibilité à ses enjeux et contribuer à l’acquisition de la culture de défense ; • Conduire des études et des recherches et apporter son concours aux ministères et aux établissements d'enseignement supérieur et de recherche dans le domaine de la défense ; • Promouvoir les enseignements universitaires de défense en liaison avec le ministre chargé de l'enseignement supérieur. Les auditeurs admis à suivre les sessions nationales et régionales de l'institut sont désignées par arrêté du Premier ministre. Ils sont recrutés dans tous les secteurs d'activité (civils, administration publique et armée), pour environ un tiers de chaque catégorie. La session nationale (une par an) comprend environ 90 auditeurs. Lieu de rassemblement et d’interconnexion entre des acteurs d’horizons très divers, civils et militaires, l’IHEDN a su créer les conditions optimales pour favoriser une réflexion sur les questions de défense. Présent sur tous les continents, l’Institut attache une grande importance à son ouverture internationale qui contribue au rayonnement de la France dans le domaine de la sécurité et de la défense. 40 Centre du luxe et de la création® | Initier un Institut des Hautes Etudes de la Création

×