Roumanie 2012

527 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
527
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
20
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Roumanie 2012

  1. 1. Roumanie 2012 Bref aperçu de notre séjourchez nos amis et partenaires de l’association
  2. 2. En 2012, c’est notre 15ème ou 16ème séjour en Roumanie (quand onaime, on ne compte pas). Alors que les Français on un temps froid (il fait 20à Paris), ici, c’est la canicule. Nous voyagerons sous des températuressupérieures à 30° et souvent proches des 40°. Heureusement, les nuitsapportent un peu de fraicheur. Au cours de notre périple, nous rencontrerons des amis, certains delongue date, et des partenaires de l’association Roumanie – Sud Deux-Sèvres. A chaque séjour, nous constatons que la Roumanie change àgrande vitesse. Cette fois ne fera pas exception. Une chose reste, la grandebeauté des paysages et la gentillesse des Roumains. Celle-ci sembleinaltérable. Et comme à chaque fois, notre séjour est trop court et nousmanquons de temps pour rester avec des amis qui veulent nous garder unpeu plus. En Roumanie, je me sens chez moi. Un ami français, pour semoquer un peu, dit que la Roumanie est ma deuxième patrie. Et alors? Je luidonne volontiers raison. Si je devais un jour, quitter mon pays, c’est enRoumanie que je viendrais. Ce bref compte rendu ne donne que la vue de la partie touristiquede notre séjour. La partie travail est volontairement occultée.
  3. 3. L’arrivée se fait toujours dans la famille Pasconi, à Reea, près de Haţeg. Nous les connaissons depuis 22 ans et c’est toujours le même plaisir partagé de se revoir. Je sais que si j’étais en difficulté, où que ce soit, Cornel foncerait pour me venir en aide.Cornel et sa sœur Jenica
  4. 4. A Bucarest, Traian Cicone, professeur à Politehnica, nous accueille sur sonterrain, à Domneşti, dans la banlieue de Bucarest. Un petit paradis où il fait frais,à l’ombre des arbres. Seuls les moustiques nous font des misères, mais nousavons de quoi nous défendre!
  5. 5. Après le travail (mais on n’en parle pas), nous nous retrouvons au restaurant
  6. 6. A Navodari, Mioaraprend grand soind’Anne-Marie.Il fait une chaleurd’enfer, et l’eau estchaude.
  7. 7. Et son mari Lorand ne veutpas être en reste…
  8. 8. Près de Costineşti, nos amis Ion et Adina quisont déjà venus plusieurs fois chez nous
  9. 9. Octavia, de Botoşani, estvenue en stage en France en1994. Depuis, nouséchangeons par Internet,mais nous ne l’avions pasrevue. En 18 ans, elle n’apas changée. La preuve,même moi, je l’ai reconnue!Elle est professeur deFrançais dans son collège, etfait beaucoup d’activités enfaveur de la francophonie
  10. 10. Nous ne résistons pas au plaisir de parlerfrançais avec ses élèves dans la cour
  11. 11. …Et même en classe!
  12. 12. De Botoşani, Humorest tout près. Anne-Marie ne résiste pas :elle achète un tapiset des œufs peints.Nous en ramèneronsplus d’une douzaine.
  13. 13. Et pourquoi ne pas aller revoir Voroneţ ?
  14. 14. Pas belle, la Roumanie?
  15. 15. Des choses que nous nevoyons plus chez nous,hélas !Ils n’est pas beau, cetattelage? D’accord, il gènepeut être des conducteurspressés. Nous, nous noussommes arrêtés pour leregarder passer.
  16. 16. Dans un restaurant de Sébèş. Vous pouvez résister devant ces papanaş ? Pas nous !
  17. 17. Par une chaleur d’enfer, les bisons de la réserve de Haţegfont une sieste qu’on aimerait bien faire avec eux. Mais ilparaît qu’ils sont peu accueillants. Pourtant, ils sontroumains.
  18. 18. Nous quittons la Roumanie. A Deva, nous sommes arrêtés par une cérémoniemilitaire. On nous explique que c’est le jour du drapeau, leur 14 juillet à eux.
  19. 19. FIN du séjour 2012Comme toujours, nous n’avons pas pris assez de temps. Hélas, ilnous faut être impérativement dans le Sud de la France pour le30 juin. Vu les promesses que nous avons faites, notre prochainséjour risque d’être un peu plus long. Et nous n’avons plusl’excuse de l’état des routes. Elles sont aussi bonnes que cheznous. De plus, alors que les Français sont en pull sur les plages,les Roumains sont sous le soleil, pour ne pas dire la canicule.Alors, à 2013….

×