Attaqué par hackers.
Mon site etymologe-occitane est régulièrement attaqué par des hackers rigolo qui veulent vendre
des j...
Dans le commentaire des cartes 26 et 163 (basées sur la carte 1286 de l’ALF), des Lectures de
l’ALF1
les auteurs écrivent ...
de très belles photos ici
En français régional tarnagas « imbécile » est assez courant. Nous retrouvons le darnagas
« imbé...
est également connue en provençal.
Le tarnagas a une mauvaise renommée. En français il s'appelle pie-grièche écorcheur (La...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etymologie occitane. extrait.

984 vues

Publié le

Etymologie / histoire de mots occitans, damojano, darbon et darnagas. Les liens avec d'autres langues.

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
984
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etymologie occitane. extrait.

  1. 1. Attaqué par hackers. Mon site etymologe-occitane est régulièrement attaqué par des hackers rigolo qui veulent vendre des jeux de hasard ou du viagra. Aussi vais-je probablement renoncer à la publication d'articles dans le site WP. Je ne suis pas un geek (< du néerlandais gek « fou »)., jai mieux à faire. Ceci est un essai en format PDF Dictionnaire étymologique de l'occitan. Extrait Damojano-darnagas. Damojano « dame-jeanne ». Pour l’élément dame voir l’article na. Le mot français dame-jeanne est probablement forgé par les marins du sud de la France, cf. catalan damajana (TLF qui cite Mistral). Lazare Sainéan a montré dans la Zeitschrift 30(1906) p.308 que l’image qui est à l’origine de ce mot est en effet Dame Jehanne. Il a trouvé que beaucoup de grosses bouteilles avec des anses ont des noms de femmes, parce qu’elles donnent l’image d’une femme qui pose ses bras sur les hanches. Une des premières définitions de dame-jeanne est « très grosse bou- teille munie d’anses, servant au transport des liquides ». Thomas Corneille écrit que c’est un mot des matelots. (Dictionnaire des sciences…, par Thomas Corneille, 1694.) amphore dame-jeanne Sculpture d’Amy Fischer Le TLF écrit : Formé de dame et de jane « bouteille, récipient pour les liquides » attesté en 1586 et ensuite par Cotgrave (1611), emploi humoristique du prénom féminin Jeanne par allusion à la forme rebondie de cette bouteille (cf. Christine « grande bouteille de grès pour l’eau-de-vie », pro- vençal manoli, marseillais papo-manoli « grosse bouteille carrée, de verre noir » < Emmanuel). Le mot dame-jeanne a eu beaucoup de succès et a été emprunté par l’italien damigiano, l’espagnol damajuana et même le basque damasa, l’anglais demijohn ( cliquez pour la prononciation) et l’arabe damagana. Darbon « taupe ». Pendant la soirée « Les parlers du Gard » (juillet 2005) à Manduel, une sympathisante racontait une histoire amusante sur un darbon difficile à attraper. Surtout au début,j’ai vu plusieurs visages exprimant « c’est quoi un darbon ? ». En effet, le mot darbon « taupe » est limité au franc-comtois, le franco-provençal et le provençal jusqu’au Rhône approximativement, même si par ci-par là il l’a traversé comme à Villeneuve-lès- Avignon. Le grand nombre de familles Darbon en Lozère reste énigmatique.
  2. 2. Dans le commentaire des cartes 26 et 163 (basées sur la carte 1286 de l’ALF), des Lectures de l’ALF1 les auteurs écrivent que l’expansion de l’aire darbon serait due à l’influence des métropoles comme Lyon. Les données du Thesoc montrent que la situation n’a pas changé depuis les enquêtes d’Edmont (ALF) au début du XXe siècle, à part le fait que le type taupe du latin talpa, a gagné beaucoup de terrain. La première attestation se trouve dans le Laterculus de Polemius Silvius (Ve siècle) ouvrage dédié à l’evêque de Lyon Eucherius : mus mustela. mus montanis. mus eraneus. talpa. darpus. Le -p- au lieu d’un -b- est probablement une faute de graphie par association avec le mot talpa. L’origine du mot darbo reste inconnue, peut-être s'agit-il d'un mot gaulois ou ligure ? En plusieurs parlers, darbon a pris un sens secondaire: à Draguignan : darbou « rat », en savoyard darbon « mulot », en Haute Savoie darbon « charrue », et à Macon « talus de terre qu’on élève entre deux rangées de ceps lorsqu’on donne la première façon à la vigne ». En provençal et en languedocien le dérivé darbousieiro désigne le « datura stramonium », en latin médieval talpiriola, en français « herbe à la taupe » parce que son odeur chasserait les taupes ; en languedocien darbou- sièiro désigne aussi « la houx » qui chasserait également les souris. Voir FEW 3, p.13b-14, …… herbe à la taupe houx Darnagàs, darnégas, « pie grièche » ; animal mythique qui sert à faire peur aux enfants. » (Ca- margue), tarnagas « pie grièche; nigaud », à Nîmes tarnagas « imbécile » (Mathon) L'abbé de Sauvages décrit plusieurs oiseaux de cette famille. 1 Lectures de l’Atlas linguistique de la France de Gilliéron et Edmont : du temps dans l’espace. Auteur : Dirigé par Guylaine Brun-Trigaud | Yves Le Berre, Jean Le Dû. Genre : Sciences humaines et sociales Editeur : CTHS, Paris, . ISBN : 978-2-7355-0592-0.
  3. 3. de très belles photos ici En français régional tarnagas « imbécile » est assez courant. Nous retrouvons le darnagas « imbécile » en piémontais. A Gignac on appelle ainsi parfois un « enfant turbulant » et à Marseille : « Darnagas : oiseau passereau peu méfiant. Par extension : nigaud, qui fait des bêtises (utilisé surtout pour qualifier un enfant) » . La forme avec un t- initial est limité aux départements Gard / Lozère et les régions voisines, mais un visteur de la région Vias – Agde vient me signaler que chez lui on dit également tarnagas pour désigner « une femme dans le sens de femme pas fréquentable ». En franco-provençal et en provençal on trouve plutôt des formes avec d- comme en Camargue. Fré- déric Mistral écrit dans LI DARBOUN ENGENIAIRE : Sabès que se travaio à-n-un camin de fèrri que, partènt d’Avignoun e remountant Du- rènço, dèu ana finqu’à Turin en travessant lou Mount Cenis. Mai aquéu Mount Cenis fau que se trauque, e, lou pertus aura delong mai de tres lègo. Tres lègo souto terro, dins la roco ! fai trambla. Certo, li engeniaire soun pas de tarnagas e an pre sis amiro e si mesuro. Un Anglais a étudié la pie grièche qui utilise pour son nid une certaine herbe. Il écrit : « This is the Filago spathulata of the botanists; and the bird also makes use, though less frequently, of the Filago germanica, or common cotton-rose. Both are known in Provencal by the name herbo dou tarnagas, or Shrike-herb. This popular designation tells us plainly how faithful the bird is to its plant. » Voir herbo dou tarnagas A Montfavet (84) il y a le chemin du Tarnagas. D’après ces citations il semble que la forme avec t-
  4. 4. est également connue en provençal. Le tarnagas a une mauvaise renommée. En français il s'appelle pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), en allemand Würger littéralement « étrangleur », en néerlandais worger « étrangleur »; dans certaines régions de l’Angleterre butcher bird « oiseau boucher » parce que la pie-grièche embroche sa nourriture, des souris, de gros insectes etc, sur de grandes épines ou sur du fil barbelé, comme le boucher fait avec la viande. Le sens « animal mythique qui sert à faire peur aux enfants » de darnagas, tarnagas y est probablement lié. Une autre attestation du même sens se trouve dans ce site : « Darnagas : Animal mythique comme le loup-garou « . Un bourdon embroché par un darnagas. Source Photos Merci ! Dans le monde des oiseaux par contre elle a une bonne renommée d’après l’abbé de Sauvages. La pie grièche est connue comme un farouche défenseur de son nid en faisant beaucoup de bruit et de mouvements, à tel point que d’autres oiseaux aiment faire leurs nids près d’elle pour être protégés. L’étymologie du premier élément darn- ou tarn- n’est pas très clair. Le FEW le rattache à un élé- ment germanique très ancien *darn- « ébloui, étourdi », mais les attestations de cette racine en occitan, en dehors de darnagas etc. sont très rares. Le deuxième élément vient d’un ancien haut allemand agaza « pie » dont nous parlons à propos des mots languedociens agasso, agassin etc.

×