AuschwitzCamp de concentration et dextermination Giraldi Elisa
Sommaire● Quest ce quun camp de concentration ? Dextermination ?● Auschwitz● Plan de Auschwitz● Les conditions de vie dans...
Quest ce quun camp de concentration ?                   Dextermination ?On nomme camp de concentration un lieu cloitré de ...
AuschwitzAuschwitz fut lun des plus grand camp de concentration crée parles nazis. Il sagissait en fait dun immense comple...
Plan de Auschwitz
Les conditions de vie dans les campsLa séparation des familles:Dès leurs arrivées au camp, les hommes sont séparés desfemm...
Conditions dhabitations, dhygiènes et de santéLes murs sont faits de plaques composées de planches minces et malajustées e...
Humidité, fuites deau dans les toits, paille etpaillasses souillées par les prisonniers souffrant dediarrhée de la faim, v...
Le travail forcé Monowitz, fut construit en octobre 1942 à lintention des prisonniersaffectés aux unités de production de ...
Les expériences du Docteur MengelComme dans de nombreux camps nazis, lesmédecins SS ont procédé à des expériences« scienti...
Les premières expériences concernent le traitement de maladies telles quele cancer ou le typhus. Le meurtre de milliers de...
Le triangles portés par les déportés                 « Ce sont les triangles que portez sur le                 devant de l...
Les chambres à gaz« Les Juifs destinés à lextermination, hommes et femmes, étaient conduitsséparément vers les crématoires...
Les fours crématoiresAprès les gazages, intervient le « Sonderkommando » composé de juifsrobustes parmi lesquels des denti...
Auschwitz
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Auschwitz

1 262 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 262
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Auschwitz

  1. 1. AuschwitzCamp de concentration et dextermination Giraldi Elisa
  2. 2. Sommaire● Quest ce quun camp de concentration ? Dextermination ?● Auschwitz● Plan de Auschwitz● Les conditions de vie dans les camps● Le travail forcé● Les expériences du Dr Mengel● Les triangles portés par les déportés● Plaque commémorative
  3. 3. Quest ce quun camp de concentration ? Dextermination ?On nomme camp de concentration un lieu cloitré de grande taille créépour regrouper et détenir une population considérée comme ennemie,généralement dans de très mauvaises conditions. Cette populationpeut se composer des opposants politiques, des résidents dun paysennemi, des groupes ethniques ou religieux spécif ques, des civils idune zone critique de combats, ou dautres groupes humains,souvent pendant une guerre.Les personnes sont détenues à raison de critères généraux, sansprocédure juridique, et non en vertu dun jugement individuel.Le régime nazi a créé une relative confusion en utilisant le terme decamp de concentration pour désigner certains de sescamps dextermination, il convient de les distinguer, même si lesconditions de détention dans les camps de concentration peuventmener à des niveaux de morbidité et de mortalité extrêmement élevés.
  4. 4. AuschwitzAuschwitz fut lun des plus grand camp de concentration crée parles nazis. Il sagissait en fait dun immense complexeconcentrationnaire avec deux, puis trois camps principaux et demultiples « annexes ».De plus, un camp dextermination fut installé au sein du deuxièmecamp principal.Auschwitz fut créé à environ 60 Km à louest de Cracovie, près dela frontière germano-polonaise, en Haute-Silésie orientale, dansune zone annexe à lAllemagne en 1939.Trois camps de grandes dimensions établie près de la villedOswiecim (Auschwitz en Allemand) constituaient le complexe:Auschwitz I, Auschwitz II (Birkenau) et Auschwitz III (Monowitz).
  5. 5. Plan de Auschwitz
  6. 6. Les conditions de vie dans les campsLa séparation des familles:Dès leurs arrivées au camp, les hommes sont séparés desfemmes.Ceux qui ne sont pas tués directement à Auschwitz, peuventparfois entrevoir leur mari ou leur femme, leur fils ou leur filleà travers les barbelés. Mais les camps hommes, femmes sontséparés et les contacts restent très rares.Avec de la chance le père et le fils, ou la mère et la filleparviennent a resté ensemble.
  7. 7. Conditions dhabitations, dhygiènes et de santéLes murs sont faits de plaques composées de planches minces et malajustées et le toit comporte une couche de planches couvertes decarton goudronné. Il est posé sur les murs extérieurs et sur unedouble rangée de poteaux qui divisent la baraque en trois dans salargeur.Les murs de pignon sont percés de portes à deux battants.Lintérieur est divisé en 18 compartiments qui, à lorigine, servaient destalles pour 52 chevaux.Dans chaque baraque, une partie du compartiment est habituellementréservée au chef de block et les toilettes sont installées dans la partiearrière.Dans les quatorze autres compartiments se trouvent soit des lits enbois à trois étages, soit des bat-flanc en bois à trois niveaux surchacun desquels doivent dormir 15 prisonniers, soit au total plus de400 personnes dans une seule baraque.
  8. 8. Humidité, fuites deau dans les toits, paille etpaillasses souillées par les prisonniers souffrant dediarrhée de la faim, vermine grouillante, rats,manque chronique deau, absence dinstallationssanitaires convenables, tel est le terrible lotquotidien des détenus.Les conditions sanitaires saméliorent un peu aprèsla mise en service de bâtiments où se trouvent lesdouches, le sauna et les installations pour ladésinfection des vêtements et du linge. Onconstruit un bâtiment de ce genre dans chacun dessecteurs « B Ia », « BI b » et « B II ». En 1943, onmet en service dans « B I » des baraques où setrouvent les cabinets et les lavabos. Cependant lesprisonniers ne peuvent utiliser les lieux daisance etles lavabos que quelques minutes avant de partirau travail et le soir au retour. Etant donné lesurpeuplement et la bousculade, des prisonniers enfonction « règlent » la circulation par deshurlements, des coups et des injures
  9. 9. Le travail forcé Monowitz, fut construit en octobre 1942 à lintention des prisonniersaffectés aux unités de production de caoutchouc synthétique de Burna,situées à la périphérie de la ville polonaise de Monowice. Au printemps 1941, le conglomérat allemand I.G. Farben ouvrit uneusine dont les dirigeants voulaient exploiter les prisonniers des campsde concentration pour fabriquer du caoutchouc et des carburantssynthétiques. I.G. Farben investit plus de 700 millions de reichsmarks(soit 1,4 million de dollars américains de 1942) à Auschwitz III. De mai 1941 à octobre 1942, les prisonniers furent transférésdAuschwitz I par les SS au « détachement Buna » à pied, puis en train.Avec la construction dAuschwitz III à lautomne 1942, les prisonniersdéployés à Buna vivaient à Auschwitz III.Auschwitz III disposait également dun camp de formation au travailpour les prisonniers non juifs qui avaient été convaincus davoirenfreint la discipline de travail imposée par les Allemands.
  10. 10. Les expériences du Docteur MengelComme dans de nombreux camps nazis, lesmédecins SS ont procédé à des expériences« scientifiques » sur des déportés. Cesexpériences nont donné aucun résultatscientifique ; par contre, elles ont coûté la vie àdes milliers de malheureux, assassinés dans desconditions atroces.Raoul Hilberg distingue deux catégoriesdexpériences : « Nous devons distinguerentre deux catégories dexpériences. Lapremière comprenait la recherche médicalehabituelle et normale, à cela près quelleseffectuait sur des sujets non consentants –les « Versuchspersonen » (sujets dessai),comme on les appelait. La seconde était pluscomplexe et dune plus grande portée, parcequil sagissait de recherches conduites niavec des méthodes ordinaires ni à des finsordinaires. Les deux types dexpériencesrelevaient dun appareil administratif unique »
  11. 11. Les premières expériences concernent le traitement de maladies telles quele cancer ou le typhus. Le meurtre de milliers de déportés réduits à létat de« cobayes », fait déjà inacceptable en tant que tel, na permis aucunprogrès scientifique. Dans cette catégorie, il faut citer à Auschwitz desétudes de lévolution du cancer de la matrice (au moins 50 victimes), desexpériences sur les phlegmons (au moins 30)n, des expériences sur lamalaria, des expériences avec le sérum sanguin, afin dobtenir un titredagglutination plus élevé, mélange de sang des groupes A II et B III, desexpériences sur latrophie du foie, des expériences sur les brûlures (16victimes)…La seconde catégorie dexpériences est le prolongement direct et logiquede lidéologie nazie : il sagit, entre autres, détudes sur la stérilisation despeuples jugés inférieurs, à laide dinjections ou de radiations : expériencesde stérilisation sur des femmes par injections intra utérines, expériencesde stérilisation sur des hommes et des femmes au moyen de rayons X (150expériences). Le Docteur Mengele, pour sa part, se spécialise dans larecherche sur les jumeaux, absorbé par le projet délirant de multiplier la« race germanique », ses tentatives se soldent au moins par 111 victimes ;mais il y a aussi des expériences sur la modification dans lorganisme souslinfluence de la faim, des expériences avec de la mescaline pourl’obtention des aveux, des expériences par électrochocs sur des aliénés,ainsi que la fabrication de moulages en plâtre dorganes génitaux fémininsprélevés sur les déportées à des fins de comparaisons raciales…
  12. 12. Le triangles portés par les déportés « Ce sont les triangles que portez sur le devant de la poitrine à gauche et la partie supérieure du pantalon. Ces triangles ont la pointe généralement dirigées vers le bas.Mais il y avait deux sortes de triangles verts, et cest très important, car ceux qui portaient : A) un triangle vert avec la pointe dirigée vers le bas étaient des criminels de droit commun. B) ceux qui portaient un triangle vert avec la pointe dirigée vers le haut, étaient des malfaiteurs de droit commun, et cétait la majorité. »
  13. 13. Les chambres à gaz« Les Juifs destinés à lextermination, hommes et femmes, étaient conduitsséparément vers les crématoires dans un calme aussi complet que possible. Dansla pièce destinée au déshabillage, les détenus du commando spécial qui y étaientemployés leur expliquaient, dans leur propre langue, quon les avait amenés ici pourles doucher et les épouiller; ils les invitaient à bien ranger leurs vêtements etsurtout à bien marquer leur place afin de pouvoir rapidement reprendre leurs effetsà la sortie.Après sêtre déshabillés, les Juifs entraient dans la chambre à gaz; celle-ci étaitmunie de douches et de conduites deau, ce qui donnait effectivement limpressiondune salle de bains. Les femmes entraient les premières avec leurs enfants; ellesétaient suivies par les hommes qui se trouvaient toujours en minorité en raison dela sélection à larrivée. On verrouillait rapidement la porte et les "infirmiersdésinfecteurs", déjà prêts, laissaient immédiatement pénétrer les gaz par leslucarnes à travers le plafond.À travers le judas de la porte on pouvait voir que ceux qui se trouvaient le plus prèsde la boîte tombaient raides morts. On peut affirmer que pour un tiers des enfermésla mort était immédiate. Les autres vacillaient, se mettaient à crier, manquaient dair.Mais leurs cris se transformaient rapidement en un râle et en quelques minutes ilsétaient tous étendus. Au bout de vingt minutes au maximum, aucun ne bougeaitplus.On soccupait immédiatement de lévacuation des cadavres. Le commandospécial soccupait aussi dextraire les dents en or et de couper les cheveux longsdes femmes. Ensuite on transportait les corps par lascenseur au rez-de-chausséeoù se trouvaient les fours. »
  14. 14. Les fours crématoiresAprès les gazages, intervient le « Sonderkommando » composé de juifsrobustes parmi lesquels des dentistes et des orfèvres. Cette équipe, parailleurs bien nourrie et bien abrevée a pour tâche principale d’enlever lescadavres enchevêtrés de la chambre à gaz, de couper les cheveux desfemmes (une firme de Nuremberg les payait 50 pfennigs le kilo), d’arracher lesbijoux et les couronnes en or, de fouiller les parties intimes des cadavressusceptibles de receler or et bijoux… avant dentasser les corps sur le monte-charge ou de les transporter sur des chariots dans la salle des fours… Là d’autres membres du Sonderkommando se charge d’enfourner lescadavres dans les creusets et de veiller à une crémation propre, efficace etrapide en maniant de longues perches munies de crochets afin d’activer lacrémation… puis de récupérer les cendres qui sont jetées soit dans la Vistuleproche soit dans l’étang proche du K IV…

×