SlideShare une entreprise Scribd logo

L'Itinérant numéro 1140

Une loi pour la culture, L'Itinérant numéro 1140 du jeudi 29 septembre 2016.

1  sur  46
Télécharger pour lire hors ligne
Liberté, Egalité, Fraternité : “Appliquons au quotidien notre devise”
2€
• Premier hebdomadaire de lutte contre la misère et la précarité •
23e
année•N°1140-DUJEUDI29SEPTEMBRE2016
Annonces légales pages 30 à 48
GREEN TECH VERTE : 1ER
INCUBATEUR À CHAMPS-SUR-MARNE
à lire dans notre Encart L’ItiîledeFrance
UNELOIPOURLACULTUREUNELOIPOURLACULTURE
1140-P01.indd 11140-P01.indd 1 26/09/16 15:0826/09/16 15:08
Sommaire
2
3/ Humour de Mutio
4/ Société. Une loi pour la culture
10/ Economie. Entrepreneurs, vous avez la niaque?
12/ Science. Le messager du cosmos
15 à 29/ L’Iti Île de France: pages consacrées aux arrondissements
de Paris, aux communes de la Seine-Saint-Denis,
des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne, de la Seine-et-Marne et
des départements limitrophes. Actualités culturelles, sociales,
économiques, politiques. Des éléments pour mieux comprendre
et vivre la Capitale et sa “Couronne”.
30 à 48/Annonces légales
49/ Expo street-art… Exposition : “Home Staging”
51/ Société. Régimes : 4 idées reçues et erreurs à éviter
52/ Société. J’airencontréungarçonsurFacebook:299110messagesplustard...
54/ Société. Commentboostersamémoire?LechampiondeFrancelivresesconseils
56/ Libre opi-gnon. Un président, François Hollande, et un ministre,
Matthias Felk, qui cachent (pas si) bien leur jeu
58/ «Philou Bulle l’Actu» par Philouwer
59/ Fiche cuisine. Osso-buco
60/ Fiche cuisine. Bagels
61/ Petites annonces
62/ Jeux
64/ Mots fléchés
HEBDOMADAIRE FONDÉ LE 26 SEPTEMBRE 1994
Edité par Com’Sol
SARL de Presse au capital de 5.373,82 €
R.C. 398 427 062
Code APE : 5813Z
Siège social
Bureau, Dépôt-ventes,
Rédaction et administration :
3-5,rue de l’Atlas - 75019 Paris
Tél. 01 40 03 96 67 - Fax 01 40 03 96 87
Etablissements secondaires :
• 1,rue Henri Regnault - 92380 Garches
Harold Hugonenc
• 151,rue de la Chasse - 93130 Noisy-le-Sec
Stéphanie Caron
• 40 avenueThiers - 94210 LaVarenne Saint Hilaire
Danielle Holland
• 1,passage desAcacias - 77176 Savigny-le-Temple
Renaud Morelli
mail : info@litinerant.fr
Site internet : www.litinerant.fr
Gérante : Stéphanie Caron
Directeur de la publication : Gilbert Caron
Service annonces légales
Sophie,Stéphanie,Laure,Bernadette,Renaud
01 40 03 96 85 et 01 40 03 96 90
Fax. :01 40 03 96 87
Chargé de dossiers : Marcel Grenay
Mails :mgrenay@free.fr
Dessin : Mutio
Directeur littéraire : Rodolphe Clauteaux
Courrier : MarieAschehoug-Clauteaux
Mails :iotamarie@gmail.com
Imprimerie :
RPN -Tél. 01 49 36 26 70
Papier journal recyclé
Commission paritaire :N° 0219 C 88564
N° ISSN 1273-2230
Dépôt légal :4e
trimestre 2016
L’itinérant est une marque déposée à l’INPI,
Le journal :« L’Itinérant » a été désigné
comme publicateur officiel pour la période
du 1er
janvier au 31 décembre 2016
par arrêté de Messieurs les Préfets :
de Paris, du 28 décembre 2015
des Hauts-de-Seine, du 8 décembre 2015
de la Seine-et Marne, du 31 décembre 2015
de la Seine-Saint-Denis,du 17 décembre 2015
du Val de Marne, du 28 décembre 2015
de toutes annonces judiciaires et légales prescrites
par le Code civil,les Codes de Procédure Civile
et de Procédure Pénale et de Commerce et les Lois spéciales
pour la publicité et la validité des actes de procédure
ou des contrats et de décisions de justice pour
Paris,Hauts-de-Seine,Seine-Saint-Denis,Seine-et-Marne
etVal-de-Marne
Lejournal:« L’Itinérant »aétédésignécommepublicateurofficielpourlapériodedu1er
janvierau31décembre2016
pararrêtédeMessieurslesPréfets:deParis,du28décembre2015-desHauts-de-Seine,du8décembre2015-
delaSeine-et-Marne,du31décembre2015-delaSeine-Saint-Denis,du17décembre2015-duVal-de-Marne,du28décembre2015
detoutesannoncesjudiciairesetlégalesprescritesparleCodecivil,
lesCodesdeProcédureCivileetdeProcédurePénaleetdeCommerceetlesLoisspécialespourlapublicité
etlavaliditédesactesdeprocédureoudescontratsetdedécisionsdejustice
pourParis,Hauts-de-Seine,Seine-Saint-Denis,Seine-et-MarneetVal-de-Marne
N.B.:L’administrationdéclinetouteresponsabilitéquantàlateneurdesannonceslégales.
Lerèglementdesannonceslégaless’effectueaucomptant.Lesannonceslégalesnesontpasreçuespartéléphone.
Tarifs(horstaxes)pourunelignedelégale:
Paris - Hauts-de-Seine - Seine-Saint-Denis - Val-de-Marne: 5,50€-Seine-et-Marne: 5,24€
Lalignede40caractères.
Lessurfacesconsacréesauxtitres,sous-titres,filets,paragraphesetalinéassontdéfiniespararrêtésd’habilitation.
Lecalibragedel’annonceestétabliaulignomètreducorpsemployé,defiletàfilet.
1140-P02.indd 21140-P02.indd 2 26/09/16 14:4326/09/16 14:43
Humour de Mutio
3
1140-P03 mutio.indd 31140-P03 mutio.indd 3 23/09/16 15:1023/09/16 15:10
Société
4
Une loi pour la culture
La loi liberté de la création, architecture et patrimoine (LCAP) a été enfin adoptée.
Aboutissement d’un long processus de négociations, de concertations
et de discussions avec l’ensemble des professionnels de la culture,
elle fait évoluer le droit existant et donne un cadre là où le droit n’existait pas encore.
A
vec ce nouvel outil, qui
s’appuie sur des mesures
concrètes, la ministre de
la Culture et de la Com-
munication Audrey Azoulay, entend
réaffirmer la place centrale de la
création, des artistes et de la culture
dans le pacte républicain.
Favoriser la création
et la diffusion artistique
La libre création des œuvres et la
libre programmation des spectacles
sont inhérentes au modèle cultu-
rel français. Elles sont des biens
communs, qui doivent être, à ce
titre, mis à l’écart de choix de pure
opportunité politique et garantis par
la loi. Le texte voté en rappelle le
principe et fixe le cadre de la poli-
tique publique en fournissant pour
la première fois un cadre législatif
clair à la politique des labels, qui
structurent le paysage culturel fran-
çais. Il complète et actualise la liste
des professions des artistes et per-
met la création d’un observatoire de
la création reposant sur les données
provenant de la billetterie des lieux
de spectacle.
Afin d’encourager la production
et la diffusion de la création, la
loi garantit le respect des quotas
de chansons francophones par les
radios et encourage la diversité. Elle
institue un médiateur de la musique
afin de rapprocher les différents
acteurs. Enfin, en organisant la col-
lecte des données dans le secteur,
la LCAP prévoit la mise en place
d’un observatoire de l’économie de
l’ensemble de la filière musicale.
Elle permet également de favori-
ser l’accessibilité aux livres et à la
lecture pour les personnes handi-
capées ou atteintes de déficiences
cognitives en levant les obstacles à
l’adaptation des ouvrages.
S’adapter aux nouveaux
enjeux du numérique
Afin de répondre aux bouleverse-
ments économiques entraînés par
les nouveaux usages du numérique,
la loi modernise les relations entre
acteurs des filières musicales, audio-
visuelles et cinématographiques
pour assurer leur meilleur équi-
libre. Elle améliore l’offre légale
d’œuvres cinématographiques et
audiovisuelles en favorisant leur
disponibilité sur tous les supports
et renforce la lutte contre la contre-
façon.
La LCAP étend le régime de la
licence légale aux services de radio
en ligne et assujettit à la rémunéra-
tion pour copie privée certaines pra-
tiques de la copie dans le « nuage ».
Établir de nouvelles
perspectives pour
l’enseignement supérieur
artistique
La loi liberté de la création, archi-
tecture et patrimoine structure aussi
l’enseignement supérieur artistique
pour mieux former et accompagner
les créateurs de demain.Afin de per-
mettre à l’ensemble des étudiants, y
comprislesplusmodestes,d’accéder
aux établissements d’enseignement
La ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay.
1140-P4-9 Loi Culture.indd 41140-P4-9 Loi Culture.indd 4 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
Société
5
supérieur de la création artistique,
la loi étend le statut d’étudiant aux
élèves des classes préparatoires. Le
texte affirme également la mission
de formation et de recherche des
écoles nationales supérieures d’ar-
chitecture et organise les responsa-
bilités des collectivités publiques en
faveur des conservatoires.
Moderniser la protection
du patrimoine et promouvoir
la qualité architecturale
Le texte modernise la protection du
patrimoine et refonde le partenariat
avec les collectivités territoriales,
les citoyens et les associations qui
agissent, aux côtés de l’État, pour la
conservation et la mise en valeur du
patrimoine. À ce titre, la loi crée un
régime de protection du patrimoine
des biens culturels menacés, pour
permettre leur sauvegarde et éviter
le trafic illégal.
La loi consacre pour la première
fois dans notre droit national la ges-
tion des biens classés sur la liste du
patrimoine mondial de l’Unesco,
en intégrant leur prise en compte
dans l’élaboration des documents
d’urbanisme afin de garantir leur
conservation et leur mise en valeur,
conformément à la convention de
1972 relative au patrimoine mon-
dial. Dans un souci de clarifica-
tion et de meilleure lisibilité, et
donc de meilleure appropriation
de cette politique par tous, la loi
propose d’englober sous une appel-
lation unique de « sites patrimo-
niaux remarquables » les différents
types d’espaces protégés relevant
du code du patrimoine : secteurs
sauvegardés, zones de protection
du patrimoine architectural, urbain
et paysager (ZPPAUP) et aires de
valorisation de l’architecture et du
patrimoine (Avap).
Mettant ainsi fin à la superposition
de règles d’urbanisme dispersées,
ce dispositif permettra d’identifier
clairement les enjeux patrimoniaux
dans un seul et unique document
d’urbanisme « intégré » pour un
même territoire, facteur de lisibilité
pour les porteurs de projets et les
habitants. Les règles et procédures
relatives à ces zones sont en outre
simplifiées, accélérées et moderni-
sées, permettant une réduction des
délais d’instruction des autorisa-
tions de travaux.
Par ailleurs, le texte prévoit de
mieux protéger les objets mobi-
liers qui forment des ensembles
historiques cohérents et institue une
catégorie d’ensembles immobiliers,
les « domaines nationaux », dont la
valeur historique est majeure pour
l’histoire de notre pays. Il permet
également la modernisation des
archives en les adaptant au numé-
rique et protège les archives privées
classées.
S’agissant de l’archéologie préven-
tive, le projet de loi clarifie le rôle
des acteurs et consolide les pré-
rogatives de l’État, notamment en
matière de maîtrise et d’expertise
scientifique.
Il met en place un régime public
de propriété des biens archéolo-
giques pour l’avenir, rendant pos-
sible une meilleure conservation du
patrimoine commun de la Nation.
Il consacre la notion d’ensembles
mobiliers archéologiques cohérents,
visant à diminuer le risque de dis-
persion des collections archéolo-
giques.
L’architecture et sa démocratisation
prennent toute leur importance face
aux enjeux suscités par l’aména-
gement du territoire en termes de
consommation d’espace et par la
nécessité de réussir la transition éco-
logique vers un monde plus durable.
L’architecture permet d’accompa-
gner et de réussir la politique de
construction massive de logements
portée par le Gouvernement.
La loi consacre une ambition nou-
velle pour l’architecture, en rappe-
lant l’enjeu de la qualité architec-
turale du cadre de vie des Français
et en prévoyant une possibilité de
dérogation encadrée aux règles d’ur-
banisme pour les projets de création
architecturale. Cette créativité sera
rendue possible notamment par la
mise en place de zones d’expéri-
mentation dédiées aux architectes.
Elle abaisse également le seuil de
170 m2 à 150 m2 pour le recours
obligatoire à un architecte et per-
met aux collectivités de réduire les
délais d’instruction du permis de
construire en cas de recours à un
architecte en dessous du seuil de
recours obligatoire.
La loi propose d’englober sous une appellation unique de « sites patrimoniaux
remarquables » les différents types d’espaces protégés relevant du code du
patrimoine. Ici, la grotte de Chauvet classée au patrimoine mondial de l’Unesco.
1140-P4-9 Loi Culture.indd 51140-P4-9 Loi Culture.indd 5 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
Société
6
Les 43 mesures
Favoriser la création
et la diffusion artistique
Mesure 1 : affirmer la liberté de
création et de diffusion de la créa-
tion artistique
Mesure 2: définir le cadre de la poli-
tique de service public de soutien à
la création artistique
Mesure 3 : conforter la politique
de l’État au soutien des struc-
tures conventionnées et des labels
culturels
Mesure 4 : reconnaître les Fonds
régionaux d’art contemporain
(FRAC) et le caractère public de
leurs collections
Mesure 5: créer la faculté de trans-
mettre le droit de suite et défendre
les œuvres après la mort de leur
auteur
Mesure 6: créer un observatoire de
la création nourri par les données
issues de la billetterie des lieux de
spectacle
Mesure 7: améliorer les conditions
d’emploi des artistes du spectacle
vivant
Encourager la production
et la diffusion de la création dans
sa diversité
Mesure 8: garantir le respect des
quotas de chansons francophones
par les radios et promouvoir la
diversité
Mesure 9 : créer un observatoire
de l’économie de l’ensemble de la
filière musicale
Mesure 10: créer un « médiateur de
la musique »
Mesure 11: favoriser l’accessibilité
des personnes en situation de handi-
cap aux livres
Mesure 12 : encadrer la pratique
artistique en amateur
S’adapter aux nouveaux enjeux
du numérique
• Une meilleure transparence
Mesure 13: protéger les droits des
artistes interprètes et améliorer la
transparence des relations entre pro-
ducteurs et plateformes de musique
en ligne
Mesure 14: améliorer la transpa-
rence dans la filière cinématogra-
phique et audiovisuelle
Mesure 15: améliorer l’offre légale
d’œuvres cinématographiques et
audiovisuelles
• Moderniser la gestion des droits
Mesure 16: appliquer le régime de
la licence légale aux services radio-
phoniques diffusés en ligne
Mesure 17: assujettir à la rémunéra-
tion pour copie privée certaines pra-
tiques de la copie dans le « nuage »
et améliorer la gouvernance de la
commission pour copie privée
Mesure 18: garantir la rémunération
des auteurs des arts plastiques pour
le référencement de leurs œuvres
La loi structure l’enseignement supérieur artistique
pour mieux former et accompagner les créateurs de demain.
Les professions de marionnettiste, d’artiste de cirque, de chorégraphe
ou encore de réalisateur sont enfin reconnues.
1140-P4-9 Loi Culture.indd 61140-P4-9 Loi Culture.indd 6 23/09/16 15:1123/09/16 15:11

Recommandé

Commune info#44
Commune info#44Commune info#44
Commune info#44ATD13
 
Projet de loi sur la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine
Projet de loi sur la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine Projet de loi sur la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine
Projet de loi sur la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine Ludovic Clerima
 
Culture Acte 2 - rapport Lescure
Culture Acte 2 - rapport LescureCulture Acte 2 - rapport Lescure
Culture Acte 2 - rapport LescureREITER LEGAL
 

Contenu connexe

Similaire à L'Itinérant numéro 1140

Automne numérique : Création et éducation au numérique
Automne numérique : Création et éducation au numériqueAutomne numérique : Création et éducation au numérique
Automne numérique : Création et éducation au numériqueCalimaq S.I.Lex
 
Dossier de presse Automne numérique
Dossier de presse Automne numériqueDossier de presse Automne numérique
Dossier de presse Automne numériqueCblogculture
 
Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018
Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018
Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018La French Team
 
Dossier amacca1
Dossier amacca1Dossier amacca1
Dossier amacca1franckmd29
 
Focus sur l’OpenData dans le champs culturel
Focus sur l’OpenData dans le champs culturelFocus sur l’OpenData dans le champs culturel
Focus sur l’OpenData dans le champs culturelAntoine Courtin
 
Prorgamme La Nouvelle Vague
Prorgamme La Nouvelle VagueProrgamme La Nouvelle Vague
Prorgamme La Nouvelle VagueTrouville2014
 
Charte Rennaise de la vie nocturne
Charte Rennaise de la vie nocturneCharte Rennaise de la vie nocturne
Charte Rennaise de la vie nocturnerennesmetropole
 
Projet culture trajectoires nantaises
Projet culture trajectoires nantaisesProjet culture trajectoires nantaises
Projet culture trajectoires nantaisesChloé LE BAIL
 
Culture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquérante
Culture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquéranteCulture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquérante
Culture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquéranteLa French Team
 
Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV)
Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV) Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV)
Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV) NTC
 
Convergencia occitana
Convergencia occitana Convergencia occitana
Convergencia occitana blogVAP
 
Programme journées européennes du patrimoine 2014 Strasbourg
Programme journées européennes du patrimoine 2014 StrasbourgProgramme journées européennes du patrimoine 2014 Strasbourg
Programme journées européennes du patrimoine 2014 StrasbourgBâle Région Mag
 
2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en France
2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en France2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en France
2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en FranceLa French Team
 
Wp2 2603 Mf Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les Articulteurs
Wp2 2603 Mf  Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les ArticulteursWp2 2603 Mf  Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les Articulteurs
Wp2 2603 Mf Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les ArticulteursTerritorial Intelligence
 
La tribune secteur museal et numerique
La tribune secteur museal et numeriqueLa tribune secteur museal et numerique
La tribune secteur museal et numeriqueFabien Quezel-Perron
 

Similaire à L'Itinérant numéro 1140 (20)

Automne numérique : Création et éducation au numérique
Automne numérique : Création et éducation au numériqueAutomne numérique : Création et éducation au numérique
Automne numérique : Création et éducation au numérique
 
Dossier de presse Automne numérique
Dossier de presse Automne numériqueDossier de presse Automne numérique
Dossier de presse Automne numérique
 
Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018
Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018
Ministère de la Culture - Projet loi de finances - Budget 2018
 
Dossier amacca1
Dossier amacca1Dossier amacca1
Dossier amacca1
 
Focus sur l’OpenData dans le champs culturel
Focus sur l’OpenData dans le champs culturelFocus sur l’OpenData dans le champs culturel
Focus sur l’OpenData dans le champs culturel
 
0000
00000000
0000
 
0000
00000000
0000
 
0000
00000000
0000
 
Presentation presse pass nuit
Presentation presse pass nuitPresentation presse pass nuit
Presentation presse pass nuit
 
Prorgamme La Nouvelle Vague
Prorgamme La Nouvelle VagueProrgamme La Nouvelle Vague
Prorgamme La Nouvelle Vague
 
Charte Rennaise de la vie nocturne
Charte Rennaise de la vie nocturneCharte Rennaise de la vie nocturne
Charte Rennaise de la vie nocturne
 
Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93Pessac en direct n°93
Pessac en direct n°93
 
Projet culture trajectoires nantaises
Projet culture trajectoires nantaisesProjet culture trajectoires nantaises
Projet culture trajectoires nantaises
 
Culture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquérante
Culture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquéranteCulture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquérante
Culture et fiscalité en Europe : de la cacophonie à l'harmonie conquérante
 
Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV)
Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV) Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV)
Le tourisme culturel, quoi de neuf? (II/IV)
 
Convergencia occitana
Convergencia occitana Convergencia occitana
Convergencia occitana
 
Programme journées européennes du patrimoine 2014 Strasbourg
Programme journées européennes du patrimoine 2014 StrasbourgProgramme journées européennes du patrimoine 2014 Strasbourg
Programme journées européennes du patrimoine 2014 Strasbourg
 
2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en France
2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en France2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en France
2e Panorama de l’économie de la culture et de la création en France
 
Wp2 2603 Mf Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les Articulteurs
Wp2 2603 Mf  Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les ArticulteursWp2 2603 Mf  Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les Articulteurs
Wp2 2603 Mf Colloque IntéLligence Territoriale Nantes Les Articulteurs
 
La tribune secteur museal et numerique
La tribune secteur museal et numeriqueLa tribune secteur museal et numerique
La tribune secteur museal et numerique
 

Plus de L'Itinérant Annonces Légales

Plus de L'Itinérant Annonces Légales (18)

Première application pour les annonces légales
Première application pour les annonces légalesPremière application pour les annonces légales
Première application pour les annonces légales
 
Annonces légales pas cher en 2016
Annonces légales pas cher en 2016Annonces légales pas cher en 2016
Annonces légales pas cher en 2016
 
Annonces légales et judiciaires L'Itinérant 1142
Annonces légales et judiciaires L'Itinérant 1142Annonces légales et judiciaires L'Itinérant 1142
Annonces légales et judiciaires L'Itinérant 1142
 
L'Itinérant numéro 1141
L'Itinérant numéro 1141L'Itinérant numéro 1141
L'Itinérant numéro 1141
 
Tableau récapitulatif constitution SCI
Tableau récapitulatif constitution SCITableau récapitulatif constitution SCI
Tableau récapitulatif constitution SCI
 
Annonces légales numéro 1135
Annonces légales numéro 1135Annonces légales numéro 1135
Annonces légales numéro 1135
 
L'Itinérant numéro 1139
L'Itinérant numéro 1139L'Itinérant numéro 1139
L'Itinérant numéro 1139
 
Annonces légales L'Itinérant 1139
Annonces légales L'Itinérant 1139Annonces légales L'Itinérant 1139
Annonces légales L'Itinérant 1139
 
Annonces legales litinerant 1136
Annonces legales litinerant 1136Annonces legales litinerant 1136
Annonces legales litinerant 1136
 
L'Itinérant numéro 1137
L'Itinérant numéro 1137L'Itinérant numéro 1137
L'Itinérant numéro 1137
 
L'Itinérant numéro 1134
L'Itinérant numéro 1134L'Itinérant numéro 1134
L'Itinérant numéro 1134
 
Litinerant 1104 - Durer à deux
Litinerant 1104 - Durer à deuxLitinerant 1104 - Durer à deux
Litinerant 1104 - Durer à deux
 
L'Itinérant Espace Pro
L'Itinérant Espace ProL'Itinérant Espace Pro
L'Itinérant Espace Pro
 
Invitation ouverture site pro Litinerant.fr
Invitation ouverture site pro Litinerant.frInvitation ouverture site pro Litinerant.fr
Invitation ouverture site pro Litinerant.fr
 
Annonces légales pas cher
Annonces légales pas cherAnnonces légales pas cher
Annonces légales pas cher
 
Journaux officiels d'annonces légales (2014)
Journaux officiels d'annonces légales (2014)Journaux officiels d'annonces légales (2014)
Journaux officiels d'annonces légales (2014)
 
Publication en ligne d'annonces legales
Publication en ligne d'annonces legalesPublication en ligne d'annonces legales
Publication en ligne d'annonces legales
 
Publication annonce légale dissolution
Publication annonce légale dissolutionPublication annonce légale dissolution
Publication annonce légale dissolution
 

L'Itinérant numéro 1140

  • 1. Liberté, Egalité, Fraternité : “Appliquons au quotidien notre devise” 2€ • Premier hebdomadaire de lutte contre la misère et la précarité • 23e année•N°1140-DUJEUDI29SEPTEMBRE2016 Annonces légales pages 30 à 48 GREEN TECH VERTE : 1ER INCUBATEUR À CHAMPS-SUR-MARNE à lire dans notre Encart L’ItiîledeFrance UNELOIPOURLACULTUREUNELOIPOURLACULTURE 1140-P01.indd 11140-P01.indd 1 26/09/16 15:0826/09/16 15:08
  • 2. Sommaire 2 3/ Humour de Mutio 4/ Société. Une loi pour la culture 10/ Economie. Entrepreneurs, vous avez la niaque? 12/ Science. Le messager du cosmos 15 à 29/ L’Iti Île de France: pages consacrées aux arrondissements de Paris, aux communes de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne, de la Seine-et-Marne et des départements limitrophes. Actualités culturelles, sociales, économiques, politiques. Des éléments pour mieux comprendre et vivre la Capitale et sa “Couronne”. 30 à 48/Annonces légales 49/ Expo street-art… Exposition : “Home Staging” 51/ Société. Régimes : 4 idées reçues et erreurs à éviter 52/ Société. J’airencontréungarçonsurFacebook:299110messagesplustard... 54/ Société. Commentboostersamémoire?LechampiondeFrancelivresesconseils 56/ Libre opi-gnon. Un président, François Hollande, et un ministre, Matthias Felk, qui cachent (pas si) bien leur jeu 58/ «Philou Bulle l’Actu» par Philouwer 59/ Fiche cuisine. Osso-buco 60/ Fiche cuisine. Bagels 61/ Petites annonces 62/ Jeux 64/ Mots fléchés HEBDOMADAIRE FONDÉ LE 26 SEPTEMBRE 1994 Edité par Com’Sol SARL de Presse au capital de 5.373,82 € R.C. 398 427 062 Code APE : 5813Z Siège social Bureau, Dépôt-ventes, Rédaction et administration : 3-5,rue de l’Atlas - 75019 Paris Tél. 01 40 03 96 67 - Fax 01 40 03 96 87 Etablissements secondaires : • 1,rue Henri Regnault - 92380 Garches Harold Hugonenc • 151,rue de la Chasse - 93130 Noisy-le-Sec Stéphanie Caron • 40 avenueThiers - 94210 LaVarenne Saint Hilaire Danielle Holland • 1,passage desAcacias - 77176 Savigny-le-Temple Renaud Morelli mail : info@litinerant.fr Site internet : www.litinerant.fr Gérante : Stéphanie Caron Directeur de la publication : Gilbert Caron Service annonces légales Sophie,Stéphanie,Laure,Bernadette,Renaud 01 40 03 96 85 et 01 40 03 96 90 Fax. :01 40 03 96 87 Chargé de dossiers : Marcel Grenay Mails :mgrenay@free.fr Dessin : Mutio Directeur littéraire : Rodolphe Clauteaux Courrier : MarieAschehoug-Clauteaux Mails :iotamarie@gmail.com Imprimerie : RPN -Tél. 01 49 36 26 70 Papier journal recyclé Commission paritaire :N° 0219 C 88564 N° ISSN 1273-2230 Dépôt légal :4e trimestre 2016 L’itinérant est une marque déposée à l’INPI, Le journal :« L’Itinérant » a été désigné comme publicateur officiel pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2016 par arrêté de Messieurs les Préfets : de Paris, du 28 décembre 2015 des Hauts-de-Seine, du 8 décembre 2015 de la Seine-et Marne, du 31 décembre 2015 de la Seine-Saint-Denis,du 17 décembre 2015 du Val de Marne, du 28 décembre 2015 de toutes annonces judiciaires et légales prescrites par le Code civil,les Codes de Procédure Civile et de Procédure Pénale et de Commerce et les Lois spéciales pour la publicité et la validité des actes de procédure ou des contrats et de décisions de justice pour Paris,Hauts-de-Seine,Seine-Saint-Denis,Seine-et-Marne etVal-de-Marne Lejournal:« L’Itinérant »aétédésignécommepublicateurofficielpourlapériodedu1er janvierau31décembre2016 pararrêtédeMessieurslesPréfets:deParis,du28décembre2015-desHauts-de-Seine,du8décembre2015- delaSeine-et-Marne,du31décembre2015-delaSeine-Saint-Denis,du17décembre2015-duVal-de-Marne,du28décembre2015 detoutesannoncesjudiciairesetlégalesprescritesparleCodecivil, lesCodesdeProcédureCivileetdeProcédurePénaleetdeCommerceetlesLoisspécialespourlapublicité etlavaliditédesactesdeprocédureoudescontratsetdedécisionsdejustice pourParis,Hauts-de-Seine,Seine-Saint-Denis,Seine-et-MarneetVal-de-Marne N.B.:L’administrationdéclinetouteresponsabilitéquantàlateneurdesannonceslégales. Lerèglementdesannonceslégaless’effectueaucomptant.Lesannonceslégalesnesontpasreçuespartéléphone. Tarifs(horstaxes)pourunelignedelégale: Paris - Hauts-de-Seine - Seine-Saint-Denis - Val-de-Marne: 5,50€-Seine-et-Marne: 5,24€ Lalignede40caractères. Lessurfacesconsacréesauxtitres,sous-titres,filets,paragraphesetalinéassontdéfiniespararrêtésd’habilitation. Lecalibragedel’annonceestétabliaulignomètreducorpsemployé,defiletàfilet. 1140-P02.indd 21140-P02.indd 2 26/09/16 14:4326/09/16 14:43
  • 3. Humour de Mutio 3 1140-P03 mutio.indd 31140-P03 mutio.indd 3 23/09/16 15:1023/09/16 15:10
  • 4. Société 4 Une loi pour la culture La loi liberté de la création, architecture et patrimoine (LCAP) a été enfin adoptée. Aboutissement d’un long processus de négociations, de concertations et de discussions avec l’ensemble des professionnels de la culture, elle fait évoluer le droit existant et donne un cadre là où le droit n’existait pas encore. A vec ce nouvel outil, qui s’appuie sur des mesures concrètes, la ministre de la Culture et de la Com- munication Audrey Azoulay, entend réaffirmer la place centrale de la création, des artistes et de la culture dans le pacte républicain. Favoriser la création et la diffusion artistique La libre création des œuvres et la libre programmation des spectacles sont inhérentes au modèle cultu- rel français. Elles sont des biens communs, qui doivent être, à ce titre, mis à l’écart de choix de pure opportunité politique et garantis par la loi. Le texte voté en rappelle le principe et fixe le cadre de la poli- tique publique en fournissant pour la première fois un cadre législatif clair à la politique des labels, qui structurent le paysage culturel fran- çais. Il complète et actualise la liste des professions des artistes et per- met la création d’un observatoire de la création reposant sur les données provenant de la billetterie des lieux de spectacle. Afin d’encourager la production et la diffusion de la création, la loi garantit le respect des quotas de chansons francophones par les radios et encourage la diversité. Elle institue un médiateur de la musique afin de rapprocher les différents acteurs. Enfin, en organisant la col- lecte des données dans le secteur, la LCAP prévoit la mise en place d’un observatoire de l’économie de l’ensemble de la filière musicale. Elle permet également de favori- ser l’accessibilité aux livres et à la lecture pour les personnes handi- capées ou atteintes de déficiences cognitives en levant les obstacles à l’adaptation des ouvrages. S’adapter aux nouveaux enjeux du numérique Afin de répondre aux bouleverse- ments économiques entraînés par les nouveaux usages du numérique, la loi modernise les relations entre acteurs des filières musicales, audio- visuelles et cinématographiques pour assurer leur meilleur équi- libre. Elle améliore l’offre légale d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles en favorisant leur disponibilité sur tous les supports et renforce la lutte contre la contre- façon. La LCAP étend le régime de la licence légale aux services de radio en ligne et assujettit à la rémunéra- tion pour copie privée certaines pra- tiques de la copie dans le « nuage ». Établir de nouvelles perspectives pour l’enseignement supérieur artistique La loi liberté de la création, archi- tecture et patrimoine structure aussi l’enseignement supérieur artistique pour mieux former et accompagner les créateurs de demain.Afin de per- mettre à l’ensemble des étudiants, y comprislesplusmodestes,d’accéder aux établissements d’enseignement La ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay. 1140-P4-9 Loi Culture.indd 41140-P4-9 Loi Culture.indd 4 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
  • 5. Société 5 supérieur de la création artistique, la loi étend le statut d’étudiant aux élèves des classes préparatoires. Le texte affirme également la mission de formation et de recherche des écoles nationales supérieures d’ar- chitecture et organise les responsa- bilités des collectivités publiques en faveur des conservatoires. Moderniser la protection du patrimoine et promouvoir la qualité architecturale Le texte modernise la protection du patrimoine et refonde le partenariat avec les collectivités territoriales, les citoyens et les associations qui agissent, aux côtés de l’État, pour la conservation et la mise en valeur du patrimoine. À ce titre, la loi crée un régime de protection du patrimoine des biens culturels menacés, pour permettre leur sauvegarde et éviter le trafic illégal. La loi consacre pour la première fois dans notre droit national la ges- tion des biens classés sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, en intégrant leur prise en compte dans l’élaboration des documents d’urbanisme afin de garantir leur conservation et leur mise en valeur, conformément à la convention de 1972 relative au patrimoine mon- dial. Dans un souci de clarifica- tion et de meilleure lisibilité, et donc de meilleure appropriation de cette politique par tous, la loi propose d’englober sous une appel- lation unique de « sites patrimo- niaux remarquables » les différents types d’espaces protégés relevant du code du patrimoine : secteurs sauvegardés, zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) et aires de valorisation de l’architecture et du patrimoine (Avap). Mettant ainsi fin à la superposition de règles d’urbanisme dispersées, ce dispositif permettra d’identifier clairement les enjeux patrimoniaux dans un seul et unique document d’urbanisme « intégré » pour un même territoire, facteur de lisibilité pour les porteurs de projets et les habitants. Les règles et procédures relatives à ces zones sont en outre simplifiées, accélérées et moderni- sées, permettant une réduction des délais d’instruction des autorisa- tions de travaux. Par ailleurs, le texte prévoit de mieux protéger les objets mobi- liers qui forment des ensembles historiques cohérents et institue une catégorie d’ensembles immobiliers, les « domaines nationaux », dont la valeur historique est majeure pour l’histoire de notre pays. Il permet également la modernisation des archives en les adaptant au numé- rique et protège les archives privées classées. S’agissant de l’archéologie préven- tive, le projet de loi clarifie le rôle des acteurs et consolide les pré- rogatives de l’État, notamment en matière de maîtrise et d’expertise scientifique. Il met en place un régime public de propriété des biens archéolo- giques pour l’avenir, rendant pos- sible une meilleure conservation du patrimoine commun de la Nation. Il consacre la notion d’ensembles mobiliers archéologiques cohérents, visant à diminuer le risque de dis- persion des collections archéolo- giques. L’architecture et sa démocratisation prennent toute leur importance face aux enjeux suscités par l’aména- gement du territoire en termes de consommation d’espace et par la nécessité de réussir la transition éco- logique vers un monde plus durable. L’architecture permet d’accompa- gner et de réussir la politique de construction massive de logements portée par le Gouvernement. La loi consacre une ambition nou- velle pour l’architecture, en rappe- lant l’enjeu de la qualité architec- turale du cadre de vie des Français et en prévoyant une possibilité de dérogation encadrée aux règles d’ur- banisme pour les projets de création architecturale. Cette créativité sera rendue possible notamment par la mise en place de zones d’expéri- mentation dédiées aux architectes. Elle abaisse également le seuil de 170 m2 à 150 m2 pour le recours obligatoire à un architecte et per- met aux collectivités de réduire les délais d’instruction du permis de construire en cas de recours à un architecte en dessous du seuil de recours obligatoire. La loi propose d’englober sous une appellation unique de « sites patrimoniaux remarquables » les différents types d’espaces protégés relevant du code du patrimoine. Ici, la grotte de Chauvet classée au patrimoine mondial de l’Unesco. 1140-P4-9 Loi Culture.indd 51140-P4-9 Loi Culture.indd 5 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
  • 6. Société 6 Les 43 mesures Favoriser la création et la diffusion artistique Mesure 1 : affirmer la liberté de création et de diffusion de la créa- tion artistique Mesure 2: définir le cadre de la poli- tique de service public de soutien à la création artistique Mesure 3 : conforter la politique de l’État au soutien des struc- tures conventionnées et des labels culturels Mesure 4 : reconnaître les Fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) et le caractère public de leurs collections Mesure 5: créer la faculté de trans- mettre le droit de suite et défendre les œuvres après la mort de leur auteur Mesure 6: créer un observatoire de la création nourri par les données issues de la billetterie des lieux de spectacle Mesure 7: améliorer les conditions d’emploi des artistes du spectacle vivant Encourager la production et la diffusion de la création dans sa diversité Mesure 8: garantir le respect des quotas de chansons francophones par les radios et promouvoir la diversité Mesure 9 : créer un observatoire de l’économie de l’ensemble de la filière musicale Mesure 10: créer un « médiateur de la musique » Mesure 11: favoriser l’accessibilité des personnes en situation de handi- cap aux livres Mesure 12 : encadrer la pratique artistique en amateur S’adapter aux nouveaux enjeux du numérique • Une meilleure transparence Mesure 13: protéger les droits des artistes interprètes et améliorer la transparence des relations entre pro- ducteurs et plateformes de musique en ligne Mesure 14: améliorer la transpa- rence dans la filière cinématogra- phique et audiovisuelle Mesure 15: améliorer l’offre légale d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles • Moderniser la gestion des droits Mesure 16: appliquer le régime de la licence légale aux services radio- phoniques diffusés en ligne Mesure 17: assujettir à la rémunéra- tion pour copie privée certaines pra- tiques de la copie dans le « nuage » et améliorer la gouvernance de la commission pour copie privée Mesure 18: garantir la rémunération des auteurs des arts plastiques pour le référencement de leurs œuvres La loi structure l’enseignement supérieur artistique pour mieux former et accompagner les créateurs de demain. Les professions de marionnettiste, d’artiste de cirque, de chorégraphe ou encore de réalisateur sont enfin reconnues. 1140-P4-9 Loi Culture.indd 61140-P4-9 Loi Culture.indd 6 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
  • 7. Société 7 Établir de nouvelles perspectives pour l’enseignement artistique et l’enseignement supérieur Culture Mesure 19: créer un conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche artistiques et culturels Mesure 20: préciser la procédure d’accréditation des diplômes pour les écoles d’enseignement supérieur du ministère de la Culture et de la Communication Mesure 21 : reconnaître le statut d’étudiantauxélèvesdesclassesd’en- seignement préparant à l’entrée dans les établissements d’enseignement supérieur de la création artistique Mesure 22 : affirmer la mission de formation et de recherche des Écoles nationales supérieures d’ar- chitecture (ENSA) Mesure 23 : organiser le cadre d’intervention des collectivités publiques en faveur des conserva- toires Protégernotrepatrimoineetgaran- tir la qualité de notre espace de vie • Renforcer la protection du patri- moine Mesure 24: créer dans le code du patrimoine un régime de protection du patrimoine des biens culturels menacés Mesure 25: créer des sites patrimo- niaux remarquables Mesure 26: assurer la protection du patrimoine dans les sites patrimo- niaux remarquables Mesure 27: limiter la superposition de protections et simplifier le péri- mètre des abords de monuments historiques Mesure 28: intégrer la notion de patrimoine mondial de l’Unesco dans notre droit national Mesure 29: renforcer le rôle central du projet scientifique et culturel (PSC) pour les musées de France Mesure 30: mieux encadrer les tra- vaux de restauration portant sur les biens des collections des musées de France Mesure 31 : mieux protéger les archives privées et adapter le droit des archives publiques à la mutation numérique de la société et à l’évolu- tion des territoires Mesure 32: protéger l’intégrité des ensembles mobiliers historiques et créer une servitude de maintien de collections dans un monument his- torique classé Mesure33:reconnaîtrelesdomaines nationaux Mesure 34: réaffirmer le rôle et les missions de l’État dans le contrôle scientifique et technique de l’ar- chéologie préventive Mesure 35: affirmer le rôle spéci- fique des collectivités territoriales dans la politique publique de l’ar- chéologie préventive Mesure 36: assurer la qualité scien- tifique et les moyens nécessaires à la réalisation des opérations d’archéo- logie préventive Mesure 37: reconnaître les biens archéologiques comme biens com- muns de la Nation • Remettre l’architecture et l’archi- tecte au cœur de la qualité de vie des citoyens Mesure 38: instituer un label pour le patrimoine architectural de moins de cent ans Mesure 39: favoriser l’innovation en matière d’urbanisme au profit de la qualité architecturale Mesure 40: améliorer le dispositif du « 1% artistique » pour les projets de construction et favoriser la diver- sité des œuvres et des artistes Mesure 41: réduire le délai d’ins- truction du permis de construire en cas de recours à un architecte en dessous du seuil obligatoire Mesure 42: mobiliser les compé- tences en architecture dans les terri- toires et affirmer le rôle des Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) dans la politique de transition énergétique et de conseil gratuit aux citoyens Mesure 43 : réorganiser les ins- tances ordinales pour accompagner l’ancrage des entreprises d’architec- ture dans la réforme territoriale Les changements au quotidien Liberté de création Avant la loi LCAP, l’Espagne, l’An- gleterre, l’Autriche reconnaissaient déjà par la loi la liberté des artistes et des créateurs. Avec la loi, la France consacre la liberté de création au même titre que la liberté d’expres- sion, la liberté de la presse ou la Avant la loi, les malvoyants n’avaient accès qu’à 10% de l’offre éditoriale. Les enfants dyslexiques ou dyspraxiques n’avaient pas accès à des manuels adaptés. Désormais, les éditeurs s’engagent à donner gracieusement leurs fichiers pour une édition adaptée si la version commerciale n’existe pas. 1140-P4-9 Loi Culture.indd 71140-P4-9 Loi Culture.indd 7 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
  • 8. Société 8 liberté de l’enseignement. Elle consacre également la liberté de dif- fusion de la création artistique. C’est une fierté et une nécessité pour notre pays, dont le ferment artistique est reconnu au plan international. Droit des artistes • Avant la loi LCAP, certaines pro- fessions artistiques n’étaient pas reconnues. Avec la loi, les profes- sions de marionnettiste, d’artiste de cirque, de chorégraphe ou encore de réalisateur sont reconnues. • Avant la loi, les artistes dans le secteur de la musique peinaient par- fois à comprendre de quel type de diffusion découle leur rémunération ou comment celle-ci était calculée. Avec la loi, les contrats des artistes du secteur de la musique seront plus précis et transparents. Un médiateur de la musique permet d’accompa- gner la résolution des conflits qui peuvent intervenir. Offre légale La loi ne prévoyait pas, pour les producteurs, d’obligation d’exploi- tation suivie des œuvres cinémato- graphiques et audiovisuelles. De ce fait, certaines d’entre elles ne sont pas disponibles faute de support permettant de les visionner. La loi confie désormais aux profession- nels le soin de définir précisément les modalités de cette exploitation suivie et garantit l’application de cette obligation qui contribuera à l’enrichissement de l’offre légale en France (notamment pour les ser- vices en ligne). Quotas radiophoniques francophones Avant la loi LCAP, chaque diffusion d’un titre francophone, y compris lorsqu’il s’agissait du même titre, était comptabilisée dans le calcul du régime général de 40% au moins de titres francophones. Avec la loi, si les 10 titres francophones les plus diffusés représentent plus de 50% de la programmation, les diffusions intervenant au-delà de ce seuil ne sont plus prises en compte dans les quotas. Mécaniquement la nouvelle disposition permettra de favoriser une plus grande diversité d’artistes et d’œuvres francophones diffusés. Accès à la lecture des personnes en situation de handicap Avant la loi LCAP, les malvoyants n’avaient accès qu’à 10% de l’offre éditoriale. Les enfants dyslexiques ou dyspraxiques n’avaient pas accès à des manuels adaptés. Désormais, les éditeurs s’engagent à donner gracieusement leurs fichiers pour une édition adaptée si la version commerciale n’existe pas. Enseignement supérieur artistique Avant la loi LCAP, le statut d’étu- diant n’existait pas pour tous les élèves des classes préparatoires à l’entrée dans les établissements d’enseignement supérieur de la création artistique. Avec la loi, les élèves des classes préparatoires pourront désormais bénéficier des dispositions sociales des étudiants (bourses sur critères sociaux, sécu- rité sociale, accès aux résidences universitaires). Les élèves non titu- laires du baccalauréat continueront à pouvoir bénéficier d’aides indivi- duelles. Piratage Avant la loi LCAP, le Centre natio- nal du cinéma et de l’image ani- mée (CNC) ne pouvait intervenir au pénal qu’en partie jointe. Le CNC pourra désormais engager directe- ment une action en cessation devant le tribunal de grande instance en cas d’atteinte au droit d’auteur occa- sionnée par un service en ligne. Ces moyens d’action renforcés permet- tront au CNC de lutter encore plus efficacement, aux côtés des ayants droit, contre la piraterie audiovi- suelle. Patrimoine et espaces protégés • Avant la loi LCAP, les collectivi- tés souhaitant préserver et mettre en valeur leur patrimoine urbain et paysager avaient à leur disposition des outils complexes et peu compré- hensibles pour les habitants.Avec la loi, les villes, villages ou quartiers aux forts enjeux patrimoniaux sont classés comme « sites patrimoniaux remarquables » et les documents d’urbanisme permettent de mettre en valeur leur patrimoine. • Avant la loi, pour les travaux réa- lisés à moins de 500 mètres d’un monument historique, la règle à appliquer dépend de la « covisibi- lité » du projet avec le monument Afin d’encourager la production et la diffusion de la création, la loi garantit le respect des quotas de chansons francophones par les radios et encourage la diversité. 1140-P4-9 Loi Culture.indd 81140-P4-9 Loi Culture.indd 8 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
  • 9. Société 9 historique. Avec la loi, un périmètre spécifique est délimité aux abords des monuments historiques par l’État après concertation avec les collectivités locales et les riverains, avec un régime unique d’autorisa- tion de travaux. •Avantlaloi,lespermisdeconstruire à proximité des monuments histo- riques étaient instruits en 6 mois. Avec la loi, ils sont instruits dans un délai réduit à 4 mois. • Avant la loi, des meubles, statues, peintures ou boiseries, pourtant physiquement liés à un monument historique, pouvaient être enlevés ou dispersés sans possibilité de contrôle. Avec la loi, ils sont mieux protégés et pourront être maintenus in situ. Architecture • Avant la loi LCAP, l’architec- ture remarquable des XXe et XXIe siècles, qui n’était pas recon- nue comme « monument histo- rique », pouvait être modifiée ou détruite sans échange préalable avec les services chargés de la protection du patrimoine. Avec la loi, cette architecture, une fois labellisée, peut faire l’objet d’un suivi et d’un conseil au propriétaire en amont des projets d’aménagement. • Avant la loi, il n’existait pas d’in- citation pour améliorer la prise en compte de la qualité architecturale. Avec la loi, les projets créatifs et porteurs de solutions architecturales innovantes en appui des politiques du logement ou de la transition éco- logique bénéficient d’une souplesse par rapport à certaines règles d’ur- banisme. • Avant la loi, le seuil au-dessus duquel le recours à un architecte pour le dépôt d’un permis de construire était obligatoire était éta- bli à 170 m2 Avec la loi, ce seuil est ramené à 150 m2 , afin de favoriser la diffusion de l’architecture et géné- raliser les garanties qu’apportent les architectes aux projets immobiliers. • Avant la loi, le projet architec- tural, paysager et environnemen- tal (PAPE) du permis d’aménager d’un lotissement pouvait être éla- boré sans obligation pour le maître d’ouvrage de faire appel à des compétences particulières. Avec la loi, pour réaliser un lotissement, le maître d’ouvrage doit obligatoire- ment faire appel à un ou plusieurs professionnels de l’aménagement et du cadre de vie dont, au-dessus d’un certain seuil de surface de terrain à aménager, un architecte. La loi améliore l’offre légale d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles en favorisant leur disponibilité sur tous les supports et renforce la lutte contre la contrefaçon. La culture en chiffres • 16300 bibliothèques, médiathèques et lieux de lecture publique. • 2020 cinémas dont 54% sont labellisés d’art et d’essai. • 1200 musées labellisés « musée de France ». • 3400 parcs et jardins protégés, inscrits et classés au titre de monument historique. • 12 pôles nationaux des arts du cirque. • 108 écoles de l’enseignement supérieur Culture. • 23 artothèques. • 38 centres dramatiques nationaux. • 1060 théâtres dont 5 théâtres nationaux. • 70 lieux de diffusion de spectacle vivant labellisés scènes nationales. • 35600 étudiants dans l’enseignement supérieur Culture. • 450 conservatoires de musique, danse et art dramatique. • 14 centres nationaux des arts de la rue. • 2,3% de la richesse nationale. • 645400 actifs dans le secteur culturel, soit 2,5% des emplois. • 19 centres chorégraphiques nationaux. • 272 aides publiques aux compagnies de danse. • 344 000 entreprises culturelles dont près de la moitié sont des entreprises individuelles. • 267000 associations à vocation culturelles. • 120 scènes conventionnées. 1140-P4-9 Loi Culture.indd 91140-P4-9 Loi Culture.indd 9 23/09/16 15:1123/09/16 15:11
  • 10. L’Itinérantn°1140—Dujeudi29septembre2016 L’Iti îledeFrance Sommaire page 19: Accompagner les entreprises franciliennes page 20: Optimiser le réseau de bus parisien page 22: Génération séniors à Pontault-Combault page 24: Un siècle de dessin français à Sceaux page 27: Un espace de coworking dédié à la céramique à Pantin page 28: Industrail au cœur des Ardoines S égolène Royal a inauguré le 1er incubateur Green Tech verte devant plusieurs dizaines d’entre- preneursréunisàl’Écolenationale des ponts et chaussées de Champs-sur- Marne, en Seine-et-Marne. La ministre de l’Environnementasalué«lacréativitédes 49 talents qui vont pouvoir être accompa- gnés et participer à l’accélération d’une nouvelle industrie ». Lancée en février 2016 par Ségolène Royal, la « GreenTech verte » a vocation à développer de nouveaux usages et ser- vices dans tous les domaines de la transi- tion énergétique: économies d’énergies, transports propres, gestion durable des déchets, protection de la santé, dévelop- pement des énergies renouvelables… Les 49 projets qui peuvent intégrer l’in- cubateur ont été sélectionnés pour leur inventivité et leur potentiel en termes de création d’emplois. Plusieurs opérations ont été organisées au cours des derniers mois: hackathons, appel à projets « ini- tiatives Green Tech verte » et concours des écoles du ministère ont permis d’identifier les jeunes entreprises les plus innovantes. Ces projets incubés disposent d’un espace ouvert – ouvert 24h sur 24, 7 jours sur 7 –, comportant de multiples postes de travail, au sein de l’École nationale des ponts et chaussées. Pen- dant 6 à 12 mois, les start-ups vont béné- ficier d’un accompagnement général grâce à la mobilisation d’une série d’ou- tils: coaching individualisé, speed- dating avec des investisseurs, aide à l’uti- lisation de données… Un soutien du réseau scientifique et tech- nique du ministère de l’Environnement sera apporté tout au long de l’incubation. Ségolène Royal a précisé que « l’incuba- teur inauguré aujourd’hui est le premier La ministre Ségolène Royal avec un jeune entrepreneur lors de l’inauguration de l’incubateur Green Tech verte, à Champs-sur-Marne. GREEN TECH VERTE 1er incubateur à Champs-sur-Marne Ministèredel’Environnement J itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page15
  • 11. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 16 d’une série qui sera installée dans les mois à venir sur tout le territoire français, en particulier dans les territoires à éner- gie positive pour la croissance verte ». De nouveaux incubateurs seront ainsi créés dans les prochaines semaines. La ministre a enfin annoncé le lancement d’un 2e appel à concours « initiatives GreenTech verte » pour sélectionner une cinquantaine de nouvelles start-ups d’ici la fin de l’année 2016. Un objectif: le numérique au service de la transition écologique Les incubateurs sont l’outil majeur de la démarche Green Tech verte. Cette initia- tive a pour ambition de faciliter la transi- tion écologique grâce au numérique. En accompagnant le développement de nou- veaux produits et services en faveur de l’environnement, la Green Tech verte représente un formidable potentiel pour notre économie en même temps qu’il facilitera la vie quotidienne. Les incubateurs Green Tech verte, creu- sets d’innovation à la confluence des technologies numériques et de la transi- tion écologique, ont pour vocation d’ac- compagner le développement de start- ups sélectionnées pour la qualité à la fois de leur projet et de leur équipe. Ils sont conçus comme des dispositifs ouverts pour faire vivre et animer la communauté Green Tech verte, en mettant en synergie tous les acteurs de l’écosystème, aujourd’hui relativement dispersés. Le premier incubateur de Champs-sur- Marne accompagnera les projets sélec- tionnés par Ségolène Royal et des per- sonnalités reconnues issues des secteurs de l’écologie et de l’économie numé- rique. Les 49 premiers projets sélection- nés répondent aux défis des huit secteurs clés de la Green Tech verte: économies d’énergie; énergies renouvelables; bâti- ment durable; transports propres; ges- tion des risques; économie circulaire; santé et environnement; biodiversité. Le premier incubateur Green Tech verte du ministère en Île-de-France Ce premier incubateur de la Green Tech verte qui a ouvert ses portes ce mois de septembre à l’École nationale des ponts et chaussées à Champs-sur-Marne est au cœur d’un écosystème particulièrement porteur avec la présence: • de l’incubateur et de la pépinière d’en- treprises Paris Descartes; • du plus grand pôle d’enseignement supérieur et de recherche de l’Est pari- sien: l’école d’architecture de la ville et des territoires, l’école de l’innovation technologique de Paris, l’université Paris Est Marne-la-Vallée et l’École nationale des sciences géographiques; • du pôle de compétitivité Advancity, ville et mobilité durables; • d’établissements publics du ministère de l’Environnement, l’Institut français des sciences et technologies des trans- ports, de l’aménagement et des réseaux, le Centre scientifique et tech- nique du bâtiment et le Centre d’étude et d’expertise sur les risques, l’envi- ronnement, la mobilité et l’aménage- ment. Les projets incubés disposent d’un espace ouvert de 205 m2 au sein de l’École nationale des ponts et chaus- sées. Il est ouvert 7 jours sur 7 et 24h sur 24 et comporte plus de 32 postes de travail, une salle de visioconférence, une salle de réunion, un espace cui- sine-convivialité ainsi qu’un espace détente. D’autres postes de travail vont prochainement ouvrir dans les autres incubateurs du ministère de l’Environ- nement. Le premier d’entre eux sera situé à Orléans et comportera 14 à 16 postes de travail. Situé au cœur d’un campus de plus de 2000 étudiants, l’incubateur Green Tech verte offre aux projets un accès à de nombreux services proposés par l’ENPC et ses partenaires, comme la bibliothèque, le laboratoire d’informa- tique Gaspard-Monge, les cursus spé- cialisés de la d.school (Paris-Est) de Marne-la-Vallée, l’incubateur Des- cartes, etc. Les lauréats de la première promotion Destiné aux petites entreprises en créa- tion ou créées depuis moins de 36 mois, l’appel à projets Initiative Green Tech verte a permis de sélectionner les 37 pro- jets les plus prometteurs. Le succès de l’appel à projets a dépassé les prévisions initiales avec près de 120 candidatures déposées sur la plateforme dédiée. Deux projets portés par les élèves d’écoles du ministère ont été retenus à la suite de l’appel à projets GreenTech verte écoles. Les hackatons organisés par le ministère de l’Environnement ont également per- mis de dévoiler de nouveaux talents. Les hackatons #CompteurConnect et #Hack- biodiv ont ainsi permis de sélectionner 10 lauréats. Les 49 lauréats des appels à projets Ini- tiative Green Tech verte et Green Tech verte écoles ainsi que des hackathons ont La démarche Green Tech verte a pour ambition de faciliter la transition écologique grâce au numérique. Ci-dessus, les lauréats avec la ministre de l’Environnement. Ministèredel’Environnement J itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page16
  • 12. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 17 vocation à rejoindre l’incubateur Green Tech verte de Champs-sur-Marne pour une durée de 6 mois à 1 an. Un accompagnement diversifié pour leur développement et leur accéléra- tion Conçu pour faciliter la transition écolo- gique et énergétique en tirant tout le potentiel d’innovation du numérique par l’émergence de nouveaux usages et ser- vices, l’incubateur du ministère de l’En- vironnement souhaite développer et accélérer les projets retenus par: • un accompagnement financier pour aider à la constitution de fonds propres, notamment grâce à la mobilisation du programme d’investissements d’avenir; • un soutien du réseau scientifique et technique du ministère de l’Environne- ment pour le mûrissement de la partie environnementale des projets; • un accompagnement général des pro- jets et des entrepreneurs grâce à la mobi- lisation d’une batterie d’outils: coaching individualisé, speed-dating avec des investisseurs et des grands groupes, des- ign thinking, aide à l’utilisation de don- nées, etc. À cette fin, l’incubateur propose un pro- gramme de formation et d’accompagne- ment à destination des équipes, compor- tant des ateliers collectifs et individuels. Ce programme est proposé par un anima- teur, qu’il s’agisse des événements pro- pres à l’incubateur ou de formations et d’ateliers assurés hors les murs par des partenaires de la démarche Green Tech verte. L’accompagnement proposé au sein même de l’incubateur Green Tech verte se focalise sur l’optimisation et le renfor- cement de la dimension verte des projets. Pour des expertises adaptées aux besoins spécifiques de chaque projet, les lauréats ont accès à l’ensemble des ressources scientifiques et techniques du ministère. Les services incorporent des outils tels que le bilan carbone, l’analyse de cycle de vie, les méthodes d’écoconception, de l’informatique durable (ou green IT) et d’accessibilité web. Enfin, ils ont à leur disposition les données concernant des thématiques variées, comme la produc- tion d’énergie, la performance énergé- tique des bâtiments, les risques naturels et industriels, la biodiversité, la météoro- logie et les permis de construire. Ils sont également intégrés au réseau du minis- tère qui comporte les écoles d’ingé- nieurs, l’IGN, Météo France, l’Ademe, le Muséum national d’histoire naturelle, la futureAgence française de la biodiver- sité, etc. En ce qui concerne l’accompagnement entrepreneurial, des partenaires exté- rieurs au ministère, grandes écoles, grands groupes, pôles de compétitivité… sont associés. Ces partenariats permet- tent aux porteurs de projet de bénéficier de conseils collectifs ou personnalisés dans des domaines aussi divers que le design de produit, le développement d’outils numériques et de sites web ou encore la propriété intellectuelle. Dans ce cadre, les lauréats ont accès à des for- mations portant sur la méthode du pitch et la communication, le développement commercial et à la négociation, le marke- ting digital (notamment les approches de type « growth hacking », l’automatisa- tion, les usages des réseaux sociaux, les campagnes de courrier électronique, l’onboarding, les API…), la gestion de projet en start-up (méthodes agiles, lean start-up, design thinking), les enjeux réglementaires fondamentaux (propriété intellectuelle notamment), les questions de gouvernance (statuts, associés, appar- tenance à l’économie sociale et soli- daire), le recrutement et les aspects financiers tels que les levées de fonds. L’accompagnement individuel se maté- rialise par des chèques prestation conseil offerts aux lauréats, qui leur ouvrent le droit de disposer d’un certain nombre d’heures de service et d’appui personna- lisées auprès du réseau scientifique et technique du ministère et des partenaires spécialisés. L’émergence d’une communauté Green Tech verte associant à terme l’ensemble des régions françaises Ce premier incubateur opérera en syner- gie avec d’autres incubateurs généra- listes ou relevant de domaines connexes situés en Île-de-France, avec des pôles de compétitivité et des écoles partenaires. Il s’agira aussi, selon le souhait de la minis- tre, de faire le lien avec les incubateurs Green Tech verte régionaux existants ou à créer, notamment dans les territoires à énergie positive pour la croissance verte. Ce fonctionnement distribué permettra de mutualiser et diffuser les ressources au sein du réseau d’incubateurs et de la communauté, par exemple en rediffusant en temps réels les ateliers et masterclass organisés en visioconférence ou via des réseaux sociaux de vidéodiffusion. Des places pourront être réservées par les start-ups dans les autres incubateurs Green Tech verte lors de leurs déplace- ments. Autour de ce réseau d’incubateurs qui maillera à terme l’ensemble du territoire, de nombreux partenaires spécialisés sont approchés pour fournir un continuum En chiffres • Les jeunes pousses de l’appel à projets « initiatives Green Tech verte » qui vont intégrer l’incuba- teur vont bénéficier de fonds de pré- amorçage pouvant aller jusqu’à 150000 €. Un second financement pouvant aller jusqu’à 500000 € sera proposé pour les projets les plus prometteurs. • 49 start-ups peuvent rejoindre l’in- cubateur: les jeunes entreprises ont été sélectionnées à travers plusieurs opérations : hackathons, concours des écoles du ministère, appel à pro- jets « initiatives Green Tech verte »… Elles ont vocation à rejoindre l’incubateur pour une durée de 6 mois à un an. • Les projets incubés disposent d’un espace ouvert de 205 m2 au sein de l’École nationale des ponts et chaus- sées. Ouvert à tout moment, l’incu- bateur comporte plus de 32 postes de travail, une salle de visioconfé- rence, une salle de réunion, un espace cuisine-convivialité ainsi qu’un espace détente. • 8 secteurs clés: mobilité durable, énergies renouvelables, bâtiment, économie circulaire, santé et envi- ronnement, économies d’énergies, prévention des risques et biodiver- sité. J itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page17
  • 13. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 18 d’outils d’accompagnement et de finan- cement adaptés à la maturité et au projet de chaque entreprise. Le terrain fertile des incubateurs Green Tech verte per- mettra de développer des synergies et des passerelles pour créer un écosystème dynamique au service de la transition écologique. Il constitue un dispositif ouvert pour faire vivre et animer la com- munauté Green Tech verte sur l’ensem- ble du territoire. En octobre, un second incubateur sera inauguré à Orléans, adossé au Service de l’observation et des statistiques du com- missariat général au développement durable, au ministère de l’Environne- ment, de l’Énergie et de la Mer. Les 49 start-ups Économies d’énergie • Hydrao: une douche intelligente pour économiser l’eau. • Siscoe: un outil pour équilibrer la consommation et la production énergé- tique. • Beebryte: réduire ses factures d’électri- cité grâce aux objets connectés. • Eclipse: consommer moins d’énergie pendant les heures de pointe. • Fidelise: plus d’économies, moins de pertes électriques. • Homepulse: le tableau de bord énergé- tique pour les bâtiments publics. • Jecomprendsmonénergie: comprendre sa consommation pour agir. • Joole: la plateforme qui informe les particuliers sur leur consommation d’énergie. Énergies renouvelables • In Sun We Trust: le solaire facile pour tous. • Astre: bénéficier de son d’énergie solaire où l’on veut! • Appli Poeles: l’application de gestion des domestiques de combustion du bois. • Le Réseau: l’outil de rencontre entre consommateur et producteur d’énergie propre. Bâtiment • Deepki Ready: identifier les économies d’énergie dans son parc immobilier. • Panga: quand technologie rime avec économies d’énergie. • Vivoka: le contrôle vocal de la maison au service des économies d’énergie. • Xtrem Logic: pour des serveurs infor- matiques énergétiquement sobres. • BIMConfig: le moteur de recherche « vert » pour les professionnels du bâti- ment. • CN-Bimes: un « réseau social » pour mieux connaître son logement. • Collectinergy: pour une répartition intelligente des frais de chauffage. • Meteor – Wattstrat: la première plate- forme de simulation énergétique territo- riale. • Touch&Move: un objet ludique pour faire des économies dans son logement. Reconquête de la biodiversité • Pokemon Biodiv: je vois un animal ou une plante, j’ai sa description dans ma poche. • Biosentinelle: le jeu pour repérer les espèces près de chez soi. • Green-Watch: une application pour reconnaître une espèce photographiée. • Invasiv’Alert: l’application pour blo- quer les espèces invasives. • Plante et moi: le speed-dating de la bio- diversité entre jardiniers et profession- nels. • Map Pollen: géolocaliser les pollens allergisants. Mobilité durable • Ouihop: l’autostop connecté pour les courtes distances. • Ridygo: le covoiturage pour vos trajets quotidiens. • Velocomotion: la location de vélos en ligne en toute simplicité. • Chargemap: la carte des bornes de recharge pour voitures électriques. • Citodi: pour des livraisons plus rapides et plus propres. • Elo: la plateforme digitale dédiée au partage de vélos électriques. • K-Ryole: la remorque électrique intel- ligente. • Mobi-Lise: connaître et planifier les transports sur un territoire. • My Tayo: et si vous partagiez aussi les trajets vers vos événements profession- nels? • Okaybus: en un clic, bougez et voyagez en bus. Gestion des déchets et économie circu- laire • Belle Energie: le 1er comparateur de produits éco-responsables. • Ecosec: pour un compostage 2.0. • Matabase: quand l’open data appuie l’essor des filières de matériaux biosour- cés. • Seligo: une plateforme pour améliorer le taux de valorisation des déchets. • SGP: quand innovation rime avec dépollution des gaz de biomasse. • Upcyclea: une « éco-matériauthèque » pour recenser les produits recyclables. Protection de la santé et de l’environ- nement • Scan Eat: le scanner portable pour détecter les pesticides dans les fruits et légumes. •Atmotrack: la surveillance de la qualité de l’air en temps réel. • Green Shield: la technologie comme alternative aux pesticides. • Ico by Ondilo: pour que la piscine reste un jeu d’enfant. • Iot4Reuse: des objets connectés pour l’agriculture et la qualité de l’eau. Prévention des risques • Sterblue: l’inspection des éoliennes grâce aux drones. Le mot « Ce premier incubateur Green Tech verte, situé au cœur du campus de la cité Descartes, incarne la volonté forte que j’ai d’accélérer le passage à la nouvelle industrie, qui s’appuie sur la transition énergétique et écolo- gique. Je souhaite qu’il développe de nouveaux usages et services pour les citoyens et qu’il contribue ainsi à un nouveau modèle de développement économique, créateur de richesses et d’emplois. Cet incubateur est le pre- mier d’une série qui sera installée dans les mois à venir sur tout le terri- toire français. » Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat, présidente de la Cop21 J itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page18
  • 14. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 19 ÉTAT / CCI PARIS ILE-DE-FRANCE Accompagner les entreprises franciliennes J ean-François Carenco, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris et Jean-Paul Vermès, prési- dent de la Chambre de commerce et d’industrie Paris Île-de-France (CCIR) ont signé le 22 septembre dernier, devant les élus de la Chambre réunis en Assem- blée générale, une Convention d’objectifs et de moyens (COM) pour une durée de 5 ans. L’accompagnement des entreprises, le développement des territoires, la forma- tion, l’anticipation des mutations éco- nomiques, ou encore l’aide à l’interna- tionalisation sont les principaux champs d’action de cette convention. « La bataille de l’emploi et de la compé- titivité, nous ne la gagnerons qu’en étant unis, c’est pourquoi, je ne peux qu’être satisfait, aujourd’hui, de ce partenariat entre l’État et la CCIR. Nous allons tra- vailler main dans la main pour accom- pagner nos entreprises dans leur déve- loppement » a souligné Jean-François Carenco, préfet de la région d’Île-de- France, préfet de Paris. Les grandes priorités pour accompa- gner les entreprises franciliennes Par cette convention, l’État et la CCI s’engagent à: • contribuer à la diffusion de l’innova- tion, en particulier auprès des PME, en poursuivant la stratégie de mise en réseaux autour de filières et de clusters, en accompagnant les entreprises dans la transformation numérique, et plus large- ment les mutations économiques et en les aidant notamment dans la recherche de financements; • s’appuyer sur les perspectives de déve- loppement qu’ouvre la construction du réseau express du Grand Paris pour asseoir l’attractivité internationale de la métropole francilienne; • faciliter l’accès des TPE et PME aux opportunités que constituent les chan- tiers du réseau express du Grand Paris; • contribuer à la formation et à la forma- tion professionnelle des jeunes, des salariés ou demandeurs d’emploi en reconversion, des cadres et dirigeants afin notamment d’accompagner les mutations économiques, par des actions concrètes comme le développement des Nuits de l’orientation ou l’accompagne- ment des sociétés dans la mise en place des contrats de génération. La CCIR s’engage également à promouvoir et développer les formations en apprentis- sage; • soutenir la création et la reprise d’en- treprise en offrant aux créateurs et repreneurs un accompagnement sur mesure; • soutenir les entreprises, notamment les plus petites dans la fonction RH et sim- plifier leurs démarches administratives en renforçant leur dématérialisation. Le partenariat entre l’État et la CCI Paris Île-de-France fera l’objet d’un suivi précis avec des indicateurs de per- formance qui permettront de mesurer l’efficacité des actions entreprises. « Je me réjouis de la reconnaissance par l’État de toutes les actions menées par la CCI Paris Île-de-France dans l’ensem- ble de ses composantes. La CCI Paris Île-de-France est un établissement public d’État au service des entreprises, du développement économique et de l’emploi, qui contribue à la mise en œuvre des politiques de l’État. Le nou- veau partenariat qui s’engage dans la durée doit s’accompagner de la stabili- sation des ressources fiscales pour que la Chambre continue d’exercer toutes ses missions », a déclaré Jean-Paul Ver- mès, président de la CCI Paris Île-de- France. Jean-François Carenco (à gauche), préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris et Jean-Paul Vermès, président de la Chambre de commerce et d’industrie Paris Île-de-France. CCIR Paris dans ses arrondissements itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page19
  • 15. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 20 J usqu’à la fin du mois de novembre, laVille de Paris et le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) lancent une grande consultation publique pour permettre aux habitants d’exprimer leurs attentes sur le réseau de bus parisien. Un projet de réorganisation du réseau actuel, constitué de plus de 60 lignes, a été mis au point par la Ville de Paris, la RATP et le Syndicat des Trans- ports d’Ile-de-France. Ce réseau a peu changé depuis 50 ans, alors que la démo- graphie parisienne a fortement évolué de son côté, avec une diminution du nombre d’habitants dans le centre et, a contrario, un accroissement de la population et des activités dans la périphérie. Pour recueillir les remarques des habi- tants, un site internet est mis en service aujourd’hui sur le site du Stif http://paris.grand-paris-des-bus.fr/ Des panneaux d’exposition seront égale- ment mis à la disposition du public dans chaque mairie d’arrondissement. La Ville de Paris s’est fixé deux grandes priorités: mieux desservir l’ensemble des arrondissements de la capitale, et faciliter les liaisons avec les villes voi- sines. Des extensions importantes ou des créations de lignes sont prévues, comme la nouvelle ligne 71 qui reliera la porte de la Villette et le 13e arrondis- sement, via la place des Fêtes, Belleville et Nation. Des augmentations des fré- quences de passage des bus ainsi que des améliorations de service en fin de soirée seront également nécessaires pour renforcer le confort des usagers et réduire les temps d’attentes. Pour accompagner cette refonte du réseau, la mairie de Paris réalisera des aménage- ments de voirie qui permettront aux bus de mieux circuler. Le renouveau du réseau de bus parisien bénéficiera au million d’utilisateurs quotidiens, dont 50 % sont des habitants de petite et grande couronne. Il complé- tera les nombreux projets soutenus par la Mairie de Paris pour faciliter la mobi- lité des habitants et offrir des alterna- tives à la voiture polluante, comme le prolongement du tramway des Maré- chaux, le plan vélo, les prolongements des lignes de métro 11 et 14. Mais aussi les grands projets d’aménagement pour redonner plus de place aux piétons et cyclistes, dont la piétonnisation des berges de Seine rive est l’exemple emblématique. La concertation aboutira à la mise en service du nouveau réseau de bus à l’au- tomne 2018. Les prochaines réunions publiques coprésidées par Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris en charge des Déplacements et de l’Espace public: • Quadrant nord-est, mardi 4 octobre 2016: gymnase Delessert, 10e . • Quadrant sud-est, mardi 11 octobre 2016: gymnase Poliveau, 5e . • Quadrant sud-ouest, jeudi 13 octobre 2016: Centre sportif du Commandant Mouchotte, 14e. • Quadrant nord-ouest, lundi 17 octobre 2016: gymnase Fragonard, 17e . Deux grandes priorités: mieux desservir l’ensemble des arrondissements de la capitale, et faciliter les liaisons avec les villes voisines. D.R. Paris dans ses arrondissements STIF Concertation pour optimiser le réseau de bus itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page20
  • 16. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 21 TOURISME Un film de promotion de Paris D epuis les attentats de novem- bre2015,lenombredevisiteurs étrangers est en recul. La Ville deParis,l’Étatetlesacteurséco- nomiques parisiens ont décidé d’unir leurs forces en élaborant un plan de relance de la destination Paris, lancé au début de l’été et doté de plus de 2 M€. Parmi les mesures mises en œuvre: un film de promotion, réalisé par Jalil Les- pert, qui donne à voir les nombreux atouts de la capitale. Il vient d’être dévoilé parAnne Hidalgo, maire de Paris, et est désormais diffusé en France et à l’international, grâce à de nombreux par- tenaires. « Lorsqu’on m’a parlé de ce projet, j’étais ravi de pouvoir rendre hommage à ma ville. J’y suis né, j’y ai grandi et j’y vis encore aujourd’hui, a souligné Jalil Les- pert. J’avais envie de filmer ses rues, ses boutiques, sa cuisine mais avant tout de rendre hommage aux histoires qui peu- vent s’y créer. Je tenais à montrer Paris d’une manière différente, un Paris à plu- sieurs facettes, dont émanent autant d’émotions et d’ambiances qu’il y a de quartiers. » Le film propose une visite express de la capitale. Sur la musique Just Need Your Love du groupe niçois Hyphen Hyphen, il fera découvrir Paris à travers ses monu- ments, ses boutiques, sa gastronomie mais aussi ses trésors cachés et l’intimité des Parisiens, à la terrasse d’un café ou le long du canal Saint-Martin. « Qu’il s’agisse de culture, de mode, d’histoire, de gastronomie, les raisons ne manquent pas pour faire de Paris une ville unique et magique. Nous sommes résolu- ment déterminés à réaffirmer la vocation de Paris à accueillir les visiteurs du mondeentier.Villerésiliente,Parisasuse relever et vous invite aujourd’hui à venir découvrir une ville innovante et vivante. Paris sera toujours Paris », a souligné Anne Hidalgo. Son adjoint au Tourisme, Jean-François Martins, a esquissé les grandes lignes du plan de diffusion: les avions de la flotte Air France, les aéroports de Paris et ceux gérés par la marque, les écrans Decaux à Milan, Shanghai, Tokyo, New York, les Galeries Lafayette dans les magasins Haussmann, Berlin et Pékin diffuseront notamment le film dans les prochaines semaines. Paris est la première destination touris- tique mondiale. Ce secteur économique essentiel représente plus de 13 % du PIB de la ville et 500000 emplois à l’échelle régionale. Le film est à regarder sur https://www.dailymotion.com/video/x4u 1wmx_parisjetaime_creation/ Le film propose une visite express de la capitale. D.R. ACCÈS AU DROIT Avocat dans la Cité Du 3 au 9 octobre, le barreau de Paris, en partenariat avec la Ville de Paris, organise l’opération « L’Avocat dans la Cité ». Olivia Polski, adjointe à la Maire, inaugurera le « Village des avocats » situé sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Cette opération a vocation à permettre à tous les citoyens un accès au droit via des consultations gra- tuites, visites guidées, opérations exceptionnelles à destination des TPE et PME, initiation au droit dans les écoles primaires… Les avocats du barreau de Paris seront présents pour des consultations juri- diques gratuites, toutes spécialités confondues, avec ou sans rendez-vous: • sur le parvis de l’Hôtel de Ville du mercredi 5 au dimanche 9 octobre (inauguration le 5 octobre à 12h); • du lundi 3 au vendredi 7 octobre, dans toutes les mairies d’arrondisse- ment, ainsi que dans le Bus de la Soli- darité installé sur la Place de la Répu- blique. Les avocats parisiens proposeront également des diagnostics juridiques gratuits aux dirigeants des TPE/PME parisiennes. Dans le cadre de la réserve citoyenne, ils se rendront éga- lement dans les classes primaires, pour aborder des thèmes tels que « Le droit dans la vie de tous les jours » et « Les injures et le droit », première ini- tiation au droit à destination des classes de CM1 et CM2. Enfin, le musée du barreau de Paris ouvrira ses portes pour présenter de multiples œuvres d’art et documents originaux faisant revivre plusieurs siè- cles d’Histoire des avocats du barreau de Paris et du Palais de Justice d’autre- fois, de l’Ancien Régime à nos jours. Rens. sur www.avocatcite.org/ Paris dans ses arrondissements itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page21
  • 17. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 22 PONTAULT-COMBAULT Génération séniors I nformer mais aussi sensibiliser sur le rôle et la place de nos aînés dans la vie de la cité. C’est l’objectif de la Semaine bleue, qui se tient du 2 au 8 octobre prochain, à Pontault-Com- bault.Au programme, Spectacles, rencon- tres, ateliers-conférences, rallye décou- verte… et forum! Dimanche 2 octobre • Rallye du Centre social et culturel: participez au rallye de découvertes his- toriques de Pontault-Combault à Jouarre, en toute convivialité. Prévoyez vos pique-niques! 5 euros par personne. Centre social et culturel à 9h30. Lundi 3 octobre • Les rendez-vous des futurs retraités: la CNAV propose une information sur les droits à la retraite. Tout connaître pour bien vivre cette étape… Salle Madame Sans-Gêne de 17h à 18h30. Mardi 4 octobre • Vernissage de l’exposition « Généra- tion d’artistes »: du 3 au 8 octobre au Centre Social et culturel, venez admirer les talents de nos séniors artistes ama- teurs (aux heures d’ouverture). Rencon- trez les artistes lors du vernissage! Cen- tre social et culturel à 18h. Jeudi 6 octobre • Journée des proches aidants: la Direc- tion de l’action sociale vous accueille pour vous informer sur la constitution de dossiers MDPH, vous fournir les coordonnées des structures de vacances pour les personnes en situation de han- dicap, vous faire découvrir le service d’aide à domicile, vous donner la parole sur son arbre d’expressions. Salle Madame Sans-Gêne et salle Catherine- Hubscher de 9 h 30 à 12 h 30 et de 13h30 à 18h. Samedi 8 octobre • P’tit déj’ citoyen - spécial Semaine bleue: rencontrez vos élus! Foyer Rési- dence Personnes âgées (FRPA), place Félicien-Henriot de 9h30 à 11h30. •Atelier connecté spécial séniors « Bien utiliser sa messagerie »: organiser, rédi- ger, gérer ses contacts, lire ses messages depuis son portable… autant d’informa- tions utiles que l’UniversCité de Pon- tault-Combault partagera avec vous! Salle Jacques-Brel de 10h à 12h. • Forum #generationseniors: un Forum ouvert à tous pour « à tout âge faire société »Vous ne pouvez pas vous rendre au forum? Un service de transport est mis en place. Contactez le 0160281043 pour toute information! Salle Jacques- Brel de 14h à 18h. – Démonstration Lusotik: la domotique au service du maintien à domicile. Luso- tik vous présente la maison intelligente et connectée, enfin un rêve accessible, avec la présentation de chemins lumineux, la détection d’absence de mouvement, la centralisation des commandes et le mul- timédia. De 14h à 14h30. – Atelier de sophrologie: apprenez à vous relaxer! Tout en douceur, la sophro- logie vous permettra d’appréhender le stress et de vivre à l’écoute de votre corps, en toute sérénité. De 14h à 15h. – Une alarme à la maison: découvrez des solutions innovantes et technologiques présentées par Europ Assistance et cen- trées autour du contact humain pour sécuriser les personnes en perte d’auto- nomie et leur entourage. Il s’agit de dis- positifs de télésecours 24h/24 - 7jrs/7 qui déclenchent une alerte et une interven- tion, médicalisée ou non, immédiate en cas de chute, de malaise, d’effraction, d’inquiétudes… De 14h30 à 15h. – Les séniors en vacances: l’ANCV vous propose des départs en groupes ou en individuel pour nouer des liens et rompre l’isolement. Le programme Séniors en Vacances permet le départ en vacances de personnes âgées en situation de fragi- lité économique ou sociale en leur propo- sant des séjours tout compris (hors trans- port) à un tarif préférentiel. De 15h à 15h30. – Zoom sur la nutrition: que mettons- nous dans nos assiettes? Savons-nous bien manger? Elior vous propose un exposé sur la nutrition. De 15h à 15h45. – Chantez, dansez! Retrouvez l’esprit guinguette! Danse country, chorale et accordéon seront mis à l’honneur par le Club de la joie de vivre. De 15h30 à 16h15. –Améliorer votre habitat: l’équipe pluri- disciplinaire de l’association Soliha accompagne les propriétaires et les loca- taires dans leur projet d’amélioration et d’adaptation de leur habitat. Conseils fonctionnels, techniques, financiers et sociaux permettront l’aboutissement de vos projets de travaux et la réalisation d’économies d’énergie. De 15h45 à 16h30. – « La Dietrich » par Caroline Nin: faîtes le plein de chansons qui ont rendu Mar- lène célèbre dans le monde entier! À vous « Naughty Lola », « Falling in love again » ou « Lili Marleen », à travers le portrait magnifique d’une femme entière et complexe prise dans la politique de son temps. De 16h30 à 17h30 Tout l’après-midi, les partenaires de l’événement seront à votre disposition à leur stand: France Alzheimer, la MJC- MPT-MPT Boris-Vian, la maison des solidarités, la médiathèque François- Mitterrand, le Pôle de soutien à l’autono- mie, le Pôle de cohésion sociale, la rési- dence Le Parc et la Plateforme d’accompagnement et de répit. Rens. sur www.pontault-combault.fr et au 0160281043. Seine-et-Marne itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page22
  • 18. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 23 PRÉFECTURE Soutien aux agriculteurs Dans la suite des travaux du conseil départemental de l’agriculture du 5 septembre dernier, la session de la Chambre d’agriculture présidée par Thierry Bontour a été largement consacrée aux mesures de soutien aux agriculteurs frappés par une crise sans précédent depuis 40 ans. La gestion très maîtrisée du budget de la Chambre a permis de dégager des financements exceptionnels d’un montant de 500000 € sur les exercices 2016 et 2017 venant en aide directe aux exploitants pour l’achat de services nécessaires au fonctionnement de leurs entreprises. Ces financements s’ajoutent aux soutiens déjà annoncés par la Région (6,5 millions €) et le Département (1 million €). Dans son discours de clôture, le préfet de Seine-et-Marne Jean-Luc Marx a souligné l’importance de l’action de la Chambre au plus près des agriculteurs et des territoires dans le cadre du déploiement de son plan stratégique. Il a mis en avant les aides exception- nelles apportées par l’État et a annoncé le dégrèvement à hauteur de 60 % de la taxe sur le foncier non bâti pour les exploitants, entièrement compensée aux communes et aux intercommuna- lités sur le budget de l’État. Cela repré- sente un effort de plus de 7 millions € à l’échelle du département. Dans les situations les plus graves, cette exoné- ration pourra aller au-delà. Il a conclu sur une perspective d’espoir soulignant la capacité de mobilisation, de solidarité et d’organisation des agri- culteurs, leur capacité à faire face aux événementsetl’attachementdesSeine- et-Marnais à leur agriculture, bien démontrée par la participation record de 12000 personnes au festival de la terre organisé le 11 septembre dernier. LIEUSAINT Un fab lab à l’Icam L e fab lab de l’école d’ingénieurs Icam, à Lieusaint, pourra bientôt accueillir le grand public. Ouvert aux étudiants depuis février dernier, ce « laboratoire de fabri- cation » leur permet de passer de la phase de conception à celle de la production. « C’est un espace de travail collaboratif ouvert à tous, dédié à l’innovation et au prototypage », résume Christophe Pen- nel, responsable du projet et membre de l’équipe de direction de l’Icam. Le labo possède déjà des imprimantes 3D, une découpe laser (apportée par l’IUT de Sénart), une machine pour graver des circuits imprimés et de l’outillage mécanique plus classique ainsi que des machines à bois. L’école y investit 200000 € sur trois ans, financés à 70 % par l’Europe, la Région, le Département et l’Agglomé- ration, et à 30 % sur ses fonds propres. Le fab lab sera inauguré et ouvert au public le mercredi 12 octobre. Il accueillera 240 étudiants et compte 37 personnels d’établissement, dont 15 enseignants. 16 apprentis recevront leurs diplômes d’ingénieur en octobre. « Cette volonté d’ouverture est une façon d’encourager la mixité, de créer un écosystème favorable pour les étu- diants et de leur donner le goût d’entre- prendre », indique Christophe Pennel. Créé en 1898 à Lille, l’Institut Catho- lique d’Arts et Métiers diplôme chaque année environ 600 ingénieurs, dont près de la moitié par la voie de l’apprentis- sage. Ces chiffres situent l’Icam parmi les plus importantes écoles d’ingénieurs françaises. L’Icam propose également une offre diversifiée de formations et de services aux entreprises. Véritable entreprise d’éducation, l’Icam invite les étudiants à s’épanouir person- nellement aussi bien qu’à se former scientifiquement. Il est membre de la FESIC, réseau d’établissements d’en- seignement supérieur associatif. L’Icam dispose aujourd’hui de 6 sites en France: Paris-Sénart, mais aussi Lille, Nantes, Bretagne, Vendée et Toulouse. Il est également présent à l’international avec 3 sites à l’étranger: Pointe-Noire et Douala enAfrique Centrale, Chennai en Inde. Le diplôme d’ingénieur Icam est acces- sible par la formation Ingénieur Icam Intégré, la formation Ingénieur Icam Apprentissage ou la formation Ingé- nieur Icam Continu. Soucieux de répondre aux besoins de compétences de l’industrie et aux sou- haits d’évolution des personnes, l’Icam propose également des mastères spécia- lisés, ainsi que de la formation profes- sionnelle. Le fab lab sera inauguré et ouvert au public le 12 octobre prochain. D.R. Seine-et-Marne itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page23
  • 19. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 24 SCEAUX Un siècle de dessin français C haque année, le Département des Hauts-de-Seine invite de grandsmuséesàprésenterleurs plus belles pièces d’arts gra- phiques (musée Ingres de Montauban, muséedesBeaux-Artsd’Angersouencore de la Cité de la céramique Sèvres et Limoges…)aumuséeduDomainedépar- temental de Sceaux. Ces rendez-vous ont fait du musée l’un des lieux identifiés de l’étudeetdelavalorisationdel’artdudes- sin, à l’échelon national. Les peintres majeurs du XVIIe siècle Depuis le 16 septembre et jusqu’au 31 décembre 2016, le cabinet d’arts gra- phiques du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, l’un des plus riches constitués en région, présente à Sceaux son fonds français du XVIIe siè- cle, particulièrement prestigieux. L’époque n’est pas choisie au hasard: elle correspond à la naissance du Domaine de Sceaux dont le créateur, Jean-Baptiste Colbert, connut et encadra – au titre de surintendant des Bâtiments du Roi et protecteur de l’Académie royale de peinture et de sculpture – la plupart des artistes dont les œuvres sont exposées. Ce XVIIe siècle, traversé par les règnes de Louis XIII et Louis XIV, est surtout celui de l’émergence d’une esthétique proprement française, favori- sée et accompagnée par un pouvoir poli- tique soucieux de sa grandeur. Simon Vouet, Nicolas Poussin, Claude Gellée dit Le Lorrain, Charles Le Brun… tous sont représentés au sein de l’exposition. Le parcours s’ouvre sur une feuille de Pierre Brébiette, très marquée encore par l’influence italienne du XVIe siècle, et s’achève avec Jean-Antoine Watteau, mort six ans seulement après le Roi- Soleil, mais porteur déjà de toutes les voluptés (et de tous les doutes) du siècle des Lumières. Entre ces deux extrêmes sont évoquées les principales tendances du siècle: le classicisme initié par Pous- sin et cultivé par Laurent de La Hyre; l’académisme savant des proches de Le Brun; l’inflexion coloriste de la fin du siècle, illustrée par les dessins aux trois crayons (sanguine, pierre noire et craie blanche) de Charles de La Fosse et, bien sûr, de Watteau lui-même. Paysages et portraits sont abordés comme des chapi- tres particuliers de l’histoire du dessin français de cette époque. Un parcours pédagogique donne aux visiteurs les clés de compréhension des caractéristiques techniques et méthodo- logiques qui accompagnent l’étude et la connaissance du dessin ancien. Une offre culturelle complète l’exposi- tion: ateliers de dessin pour petits et grands (visiteurs individuels et sco- laires), visites guidées, ainsi qu’une ren- contre sur le dessin ancien (8 octobre). Par ce nouvel échange avec un grand musée, l’exposition s’inscrit dans la phi- Besançon,Muséedesbeaux-artsetd’archéologie.PhotoPierreGuenat Saint Gaétan recevant l’Enfant Jésus des mains de la Vierge. Claude Mellan (1598-1668). Hauts-de-Seine itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page24
  • 20. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 25 losophie de la Vallée de la culture des Hauts-de-Seine, par laquelle le Conseil départemental des Hauts-de-Seine veut favoriser l’accès du plus large public aux œuvres d’art les plus recherchées. Autour de l’exposition Dans le cadre de l’exposition, le Dépar- tement des Hauts-de-Seine propose une série de rendez-vous pour les adultes, les enfants et les scolaires. Des ateliers dessins • Ateliers pour adultes: le musée du Domaine départemental de Sceaux pro- pose des ateliers de dessin consacrés aux techniques anciennes: fusain, plume et encre, sanguine, trois crayons… Cette découverte des techniques anciennes sera thématique (volume, perspective aérienne, portrait, corps humain) et pro- gressive, en lien étroit avec les œuvres exposées. La salle d’atelier occupera le fond de l’enfilade des salles du premier étage du château de Sceaux. Certains dessins pourront y être présentés afin d’établir une continuité avec les maîtres anciens de l’exposition. Intervenant Guillaume Le Baube, artiste-enseignant, tous les dimanches, sauf les premiers dimanches du mois, de 14h à 17h. Tarif: 6,50 euros – tarif réduit 4,50 euros. Sur réservation au 0141872971. • Ateliers pour enfants: Après avoir observé quelques œuvres de l’exposition et l’utilisation respective de la pierre noire, de la sanguine et de la craie blanche sur les feuilles anciennes, les enfants sont invités, lors d’un atelier de dessin, à utiliser ces trois couleurs. Par un médiateur du musée, tous les pre- miers dimanches du mois de 14h30 à 16 h 30. Sur réservation au 0141872971. Gratuit. • Visites - ateliers pour les scolaires (à partir du CM1): Afin de permettre un meilleur confort de visite, les classes seront divisées en deux groupes. Une demi-classe visitera l’exposition pen- dant que l’autre groupe participera à un atelier de dessin aux trois crayons (pierre noire, sanguine, craie blanche). Lors de la séance suivante, les groupes seront inversés. À l’issue de l’atelier, quelques œuvres seront conservées pour décorer la salle d’atelier, le temps de l’exposition. Par un médiateur du musée, possible les mardis et jeudis. Durée de l’atelier 1h30. Sur réservation au 0141872971. Tarif 1 € par enfant. Visites guidées Des visites guidées sont possibles du mardi au vendredi pour les groupes de 10 à 30 personnes, sur réservation unique- ment au 0141872971. Rencontre autour du dessin ancien: Le samedi 8 octobre, de 9h45 à 18h, à l’Orangerie du Domaine, le public sera invité à assister à une suite d’interven- tions autour de la question du dessin ancien. Les intervenants seront choisis parmi les meilleurs connaisseurs de la spécialité qui feront des présentations pédagogiques et vivantes, accessibles à tous. La matinée (quatre interventions de 30 min) sera consacrée aux techniques du dessin et à ses fonctions, au collec- tionnisme et aux collectionneurs. L’après-midi (cinq interventions de 30 min) sera dédié aux pratiques du dessin en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, et aux quatre plus grands dessinateurs de l’époque (en relation directe avec l’expo- sition): Simon Vouet, Nicolas Poussin, Charles Le Brun et Jean-Antoine Wat- teau. Cette animation sera proposée en partenariat avec l’association des Amis du musée et du Domaine de Sceaux Accès libre dans la limite des places dis- ponibles. DeVouet àWatteau - Un siècle de dessin français - Chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besan- çon. Du 16 septembre au 31 décembre, au musée du Domaine départemental de Sceaux. Rens. sur www.hauts-de- seine.fr/ Le Domaine départemental de Sceaux Depuis 2008, le Conseil départemental des Hauts- de-Seine met en place une politique culturelle autour du projet de laVallée de la culture des Hauts- de-Seine, qui vise à développer tout au long de la Vallée de la Seine les grands lieux culturels gérés par le Département. Le Domaine départemental de Sceaux bien qu’éloi- gné géographiquement de la Vallée de la Seine, est pleinement inscrit dans le patrimoine historique, culturel et naturel du départe- ment et profite à ce titre de cette volonté de mise en valeur du patrimoine des Hauts-de-Seine. Le Domaine départemental de Sceaux est aujourd’hui composé d’un vaste parc de 181 hectares et de bâtiments pour la plupart classés monuments historiques. Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), l’illustre ministre du roi Louis XIV, acquiert le domaine de Sceaux en 1670. Il met alors sa fortune colossale au service de l’art, et de sa gloire, en s’entourant des meilleurs artistes de son temps: Le Nôtre est sollicité pour les jardins, Le Brun réalise le grand décor du pavillon de l’Aurore, chef-d’œuvre des lieux et Jules Hardouin-Mansart construit quelques années plus tard l’Orangerie pour le fils de Colbert. Parmi les travaux d’envergure réalisés par le Conseil départemental des Hauts-de- Seine pour assurer la restauration des bâtiments et des jardins qui composent le Domaine départemental de Sceaux, il convient de citer le Pavillon de l’Aurore (2000), les Écuries (2006), le Château (2012), les parterres de broderies de buis (2013), l’Orangerie (2015) et prochainement le Petit-Château (2016-2017). Hauts-de-Seine itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page25
  • 21. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 26 TRANSPORTS Le Tram 11 Express dans dix mois J ean-François Carenco, préfet de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France et du Stif, Stéphane Troussel, président du Conseil départe- mental de la Seine-Saint-Denis, Arnaud Bazin, président du Conseil départemen- tal du Val-d’Oise, Alain Krakovitch, directeur général SNCF Transilien, Didier Bense, directeur général SNCF Réseau Ile-de-France, en présence de Laurent Rivoire, maire de Noisy-le-Sec ont inauguré le technicentre et les futures rames du Tram 11 Express qui sera mis en service dans 10 mois entre Épinay- sur-Seine et Le Bourget. Juillet 2017: date de mise en service commerciale du Tram 11 Express À partir de juillet 2017, les 42 000 voyageurs attendus pourront parcourir les 10,6 km entre Épinay-sur-Seine et Le Bourget en 15 minutes, selon une fréquence de 5 minutes en heures de pointe et de 10 à 15 minutes en heures creuses, de 5h à 1h afin d’assurer les correspondances avec les autres lignes de transport en interconnexion. Cette ligne bénéficiera de la nouvelle signalétique du réseau du Grand Paris qui sera progressivement déployé sur l’ensemble du réseau de Transport en Commun d’Ile-de-France. Des trams alliant performances et confort Le matériel roulant est un tram-train Citadis Dualis, commercialisé par Als- tom. Destinée à répondre au besoin de mobilité accrue entre les réseaux urbain et périurbain, la rame Citadis Dualis concilie les avantages du train (vitesse) et du tramway (confort). La conception du Citadis Dualis est basée sur des aménagements modu- laires. Le plancher bas offre une acces- sibilité totale comme sur l’ensemble des lignes de Tram d’Ile-de-France et est doté d’un système d’information des voyageurs visuel et sonore. La rame offre une capacité de 250 places, dont 92 assises. Les larges baies vitrées et la climatisation favorisent le confort et un système de vidéosurveil- lance intégré contribue à la sûreté dans les rames. La 1re rame Citadis Dualis a été livrée à Noisy-le-Sec en juin 2016, les livrai- sons des 14 rames aux couleurs des transports franciliens s’étalant jusqu’en 2017. Des jalons importants dans cette dernière année Après six ans de travaux en environne- ment urbain contraint et en respect du parc George Valbon classé en zone Natura 2000, les infrastructures ferro- viaires sont en service et utilisées depuis le 12 juillet 2016 par les rames d’essais. À partir de novembre, la for- mation des conducteurs pourra débuter. La mise en service de l’atelier de maintenance des rames constitue un jalon important vers la mise en service de la ligne. L’atelier et les voies de remisage occu- pent une surface d’environ 5 hectares. L’atelier est équipé de quatre voies, permettant les livraisons des rames Tram 11 Express et des futures rames du tram T4 jusqu’à Clichy et Montfer- meil par convoi routier. Une cinquantaine d’agents travaillent sur le site 22h/24h. À terme ce seront 140 personnes qui interviendront sur le site. Une co-maîtrise d’ouvrage et un financement partenarial L’opération est réalisée dans le cadre d’une co-maîtrise d’ouvrage, SNCF Réseau et SNCF Mobilités: • SNCF Réseau pour les infrastructures ferroviaires; • SNCF Mobilités pour l’ensemble des gares, l’atelier de maintenance, le cen- tre de remisage des rames, et le poste de commandement. Le Stif coordonne par ailleurs les amé- nagements d’intermodalité réalisés autour des 7 gares par les différents maîtres d’ouvrage: SNCF Mobilités, Plaine Commune, l’Epa Plaine de France, laVille du Bourget et le Dépar- tement du Val d’Oise. Les infrastructures (603 millions d’eu- ros en euros courants) sont financées par 5 acteurs: Région Ile de France, État, Conseils départementaux de Seine-Saint-Denis (CD 93) et du Val d’Oise (CD 95) et SNCF. Le Stif finance intégralement l’acqui- sition du matériel roulant, à hauteur de 83 millions d’euros aux C.E 2013, ainsi que l’exploitation de la future ligne. Seine-Saint-Denis En chiffres Tronçon d’Épinay-sur-Seine au Bourget (phase 1) • 10,6 km de long. • 7 gares dont 3 nouvelles. • 42000 voyages quotidiens. soit, 603 M€ en € courants (État: 27 %; Région: 47 %; SNCF: 24 %; CD 93: 2 %; CD 95: 1 %). • Correspondances avec les lignes de train B, C, D et H, le Tram 8 et les futures lignes de métro 16 et 17. Projet à terme • Un maillage avec 8 lignes : les lignes A, B, C, D et E du RER d’une part, et les lignes L, H et J d’autre part. • Un transport à terme plus de 250000 voyageurs par jour. itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page26
  • 22. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 27 L e 23 septembre dernier, ce nouvel atelier a été inauguré à la Maison Revel d’Est Ensem- ble, centre de ressources de son Pôle des métiers d’art. Il sera partagé par 5 cinq artisans céramistes sur une période de 6 mois à 2 ans. Ils bénéficie- ront ainsi d’un espace de création adapté à leurs besoins, mais également d’un accompagnement à la création d’entre- prise et au développement économique. Après 6 mois de travaux, ce nouvel espace de coworking dédié aux artisans céramistes a été inauguré par Gérard Cosme, président d’Est Ensemble et Bertrand Kern, maire de Pantin. Ce tout nouvel atelier créé par Est Ensemble est notamment équipé de deux fours de cuisson. Il permettra aux artisans céra- mistes qui partageront cet espace de travailler sur leurs créations et leurs collections dans des conditions opti- males. Durant ces travaux menés par Est Ensemble, l’accueil du Pôle des métiers d’art a également été rénové et réaménagé. Un espace pour aider les artisans d’art à créer et à développer leur activité Cinq artisans céramistes du territoire, aux parcours et profils atypiques vien- nent d’intégrer la première promotion de ce nouvel atelier céramique. Ils rejoignent les 70 autres artisans d’art (designers, bijoutiers, graveurs, stylistes, illustrateurs, mosaïstes, ébé- nistes, orfèvres, fondeurs, graphistes, ferronniers…) qui font déjà partie du Pôle des métiers d’art d’Est Ensemble, dont l’objectif est de soutenir le déve- loppement économique des métiers d’art sur le territoire. Comme tous les créateurs du Pôle, ces 5 artisans bénéficieront également de nombreux services: une aide à la créa- tion d’entreprise, une aide au dévelop- pement économique (à travers du coa- ching et des formations collectives), une information juridique, une offre d’ateliers locatifs, une bourse aux locaux sur tout le territoire et un espace de travail dédié, comprenant poste informatique, photocopieuse, salle de réunion et studio photo. Les artistes céramistes du Pôle des métiers d’art • Camille & Clémentine : ces deux jeunes céramistes travaillant à quatre mains se sont rencontrées à l’école Duperré. Diplômées en juin 2015, elles sont accompagnées par le Pôle des métiers d’art et ont intégré la couveuse d’activité à l’automne 2015. Elles ont lancé leur site internet présentant leurs créations en mars 2016. Installées dans l’atelier céramique depuis début sep- tembre, elles participeront à la Bien- nale Émergences du 13 au 16 octobre prochain. • Koichi Sato : cet artiste céramiste japonais est arrivé en France en jan- vier 2016. Tourneur depuis 30 ans dans la même entreprise dans le bourg d’Arita au Japon, reconnu pour son tra- vail de la céramique, il est depuis sep- tembre installé dans l’atelier de la Mai- son Revel et y travaille à la création des pièces de sa collection. Il bénéficie d’un accompagnement personnalisé pour la création de son entreprise. Maison Revel, Pôle des métiers d’art d’Est Ensemble, 56 Avenue Jean Jau- rès, à Pantin. Rens. au 0183745666. PANTIN Un espace de coworking dédié à la céramique Bertrand Kern, maire de Pantin (à gauche) et Gérard Cosme, président d’Est Ensemble, lors de l’inauguration de l’espace de coworking. EstEnsemble Seine-Saint-Denis itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page27
  • 23. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 28 VITRY-SUR-SEINE Industrail au cœur des Ardoines D imanche 2 octobre, la ville de Vitry-sur-Seine organise, en partenariat avec l’Epa Orsa, un trail urbain, « l’Industrail », et une randonnée pédestre, au cœur des Ardoines, dans le cadre du festival Mur/Murs. Déclinaison urbaine des trails en pleine nature, l’Industrail offrira au public plusieurs kilomètres de déambula- tion à travers lesArdoines, ses sites indus- triels, ses cheminements en bord de Seine, ses quartiers limitrophes… Une façon ori- ginale de se rendre compte et « visualiser » les nombreux projets qui prendront place sur les 300 hectares de ce secteur. Les coureurs se lanceront dans le trail (11 km) à 9 heures suivis par les mar- cheurs qui partiront à 10h30 pour une randonnée (5 km) sur ce GR éphémère, accompagnés par un guide qui leur apportera son éclairage sur l’histoire et le devenir du secteur. Chacun à son rythme pourra ainsi s’immerger dans le présent desArdoines, découvrir les pro- jets à venir et surtout rencontrer celles et ceux qui « font » les Ardoines (le Matériaupôle, le collectif 6bis, etc.). Le balisage du parcours sera réalisé par le collectif de graphistes Ne Rougissez Pas!, qui proposera également des ate- liers à Gare au Théâtre avant le départ des randonneurs. L’inscription est gra- tuite. Trois modes d’inscription seront possibles. La mise en place d’un bulle- tin d’inscription web, sur le site de la ville (www.vitry94.fr/murmurs), deux bulletins d’inscription physique, à savoir en mairie au service des sports de la ville et une inscription le matin du 2 octobre sur place. Les dossards sont à retirer sur présentation une pièce d’identité ainsi qu’un certificat médi- cal, de moins d’un an, le 2 octobre à partir de 8 heures et jusqu’à une demi- heure avant le début des épreuves au stand référent. L’annulation de l’ins- cription est possible. Le parcours de 11 km est conforme au règlement des courses hors stade. L’épreuve est ouverte aux coureurs licenciés et non licenciés nés en 2000 et avant. Les catégories d’âge donneront lieu à un classement séparé. Afin d’as- surer les parfaites conditions de régula- rité de course tout athlète s’inscrivant sous un nom de club sans indiquer son numéro de licence sera considéré comme « non licencié ». Le parcours se déroulera sur une seule boucle. Le par- cours est également ouvert à la randon- Val-de-Marne Chacun à son rythme pourra s’immerger dans le présent des Ardoines. J.Paisley/VilledeVitry-sur-Seine née. Cette dernière ne donnant lieu à aucun classement. Un ravitaillement sera effectué à l’arrivée de la course. C’est un trail en autonomie totale. Dans le souci de limiter l’impact sur l’envi- ronnement, l’éco tasse est obligatoire, il n’y aura pas de gobelets sur le ravitail- lement, des poubelles seront également mises en place. Tout concurrent surpris en train de jeter ses déchets hors zone sera disqualifié. Les Ardoines Le territoire des Ardoines, est situé à Vitry-sur-Seine, à moins de 10 minutes de Paris. Ce site de 300 ha va connaître une mutation profonde, notamment autour de son futur pôle multimodal qui accueillera l’une des gares de la ligne 15 du Grand Paris express, en intercon- nexion avec le RER C et le T Zen 5. Deux Zac de 37 ha et 49 ha ont été créées, où seront développés loge- ments, commerces, services et équipe- ments, qui accompagneront l’essor d’activités diversifiées. Le festival Mur/murs Le festival Mur/murs accompagne depuis 2013 les transformations urbaines dont la ville de Vitry est le théâtre. Croisant les disciplines – musique, danse, arts visuels, balades urbaines, sports… Mur/murs propose dix jours d’immersion dans les cultures urbaines émergentes, du 23 septembre au 2 octobre. Dimanche 2 octobre. Départ depuis Gare au Théâtre, 13 rue Pierre Sémard à Vitry-sur-Seine (9h pour le trail, 10h30 pour la randonnée), arri- vée sous le pont du Port-à-l’Anglais vers 12h30-13h. Possibilité de pique- niquer sur place. Rens. sur www.vitry94.fr/murmurs/ itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page28
  • 24. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 29 Val-de-Marne MAROLLES-EN-BRIE Salon des Métiers d’Art du Plateau Briard L ’événement annuel des Métiers d’Art sur le Plateau Briard se tiendra pour la seconde année consécutive à Marolles-en-Brie les 14, 15 et 16 octobre 2016. C’est en 1999, dans cette commune, que naît la première édition du Salon. Destiné à pro- mouvoir l’artisanat d’art, le Salon acquiert très vite ses lettres de noblesse. Il bénéficie de la participation la Chambre de Métiers et de l´Artisanat du Val-de-Marne et du Comité départemental du Val-de-Marne dès 2002. Il devient la manifestation intercommunale phare de la Communauté de Communes du Plateau Briard dès 2006 et est soutenu par le Conseil départemental du Val- de-Marne et le Conseil régional d’Île de France. Aujourd’hui, l’Institut natio- nal des Métiers d’Art etAte- liers d’Art de France sont également partenaires de l’événement. Une invitation à s’envoler à travers l’univers de la création… Cette 18e édition offre au public l’occasion de voya- ger dans le monde de la création, découvrir des métiers rares, anciens et intemporels. Plus de 70 exposants, sélectionnés pour leur qualité, présente- ront leurs savoir-faire et proposeront à la vente leurs réalisations. Décou- vrez également le travail de la matière à travers des démonstrations sur la sculpture du bois, la taille de la pierre, le façonnage du cuir, etc. La société Lefèvre, spécialisée dans la restauration du patrimoine, sera l’in- vité d’honneur de cette édition. Repré- sentée en la personne de Matthieu Plard, tailleur de pierre, vous découvri- rez la finesse de ce métier ainsi que les chantiers d’envergure réalisés par la société, comme la restauration du châ- teau de Grosbois. Cette année encore, les organisateurs ont à cœur de présenter au public deux nouveaux talents: • Laëtitia Vallier, conservatrice et res- tauratrice de peintures dont l’atelier est situé à Sucy-en-Brie, « L’atelier Héritage »; • Lydwine Le Galludec- Roisin, artisan en marque- terie dont l’atelier « Le Galludec Marqueterie » est implanté à Vigneux-sur- Seine. Les organisateurs ont égale- ment conservé la vocation pédagogique du salon en proposant aux scolaires du Plateau Briard, une visite « Découverte des Métiers d’Art » et la participation à un atelier pédagogique le vendredi après-midi. L’organisation de la 18e édition du Salon des Métiers d’Art du Plateau Briard a été reprise cette année par l’Établissement public territorial Grand Paris Sud Est Avenir, nou- velle entité territoriale née en janvier 2016 qui intègre l’ancienne intercommuna- lité du Plateau Briard. 18e Salon des Métiers d’Art du Plateau Briard, le vendredi 14 octobre de 13h à 18h et les samedi 15 et dimanche 16 octobre de 10h à 19h. Entrée libre. Parking gratuit. Rens. sur h t t p : / / s i m a p l a t e a u - briard.over-blog.com/Occasion cette année de découvrir la finesse du métier de tailleur de pierre. PlateauBriard itine_1140- P15 a 29_ITI 26/09/16 14:50 Page29
  • 25. L’Itinérant n° 1140 — Du jeudi 29 septembre 2016 • 30 ANNONCES LÉGALES ET JUDICIAIRES PARIS AVIS DE CONSTITUTION Par acte ssp en date du 01/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: EWES Nom commercial: JIROBAT Siège social: 25, Av Mac Mahon 75017 PARIS Capital: 2000 € Objet: peinture, rénovation inter/exter Durée: 99 ans Gérance: M. ELBANNA Hassan 25, Av Mac Mahon 75017 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30297 Par acte ssp en date du 16/09/2016, il a été constitué une SARL unipersonnelle Dénomination: FISHTRE Siège social: 13 Rue André Antoine 75018 PARIS Capital: 1000 € Objet: mise en place et gestion de tous médias publicitaires et graphiques Durée: 99 ans Gérance: Mlle POISSON Alexiane 13 Rue André Antoine 75018 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30347 Par acte ssp en date du 19/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: CES INTERNATIONAL Siège social: 8 Rue Du Faubourg Pois- sonnière 75010 PARIS Capital: 4000 € Objet: commerce international de gros et de détail en ligne: de produits para- pharmaceutiques, de parfumerie, de beauté et alimentation (non réglementé); produits et outils de jardinage, de pépi- nières et d’horticulture. import et export. service de livraison express national et international. Durée: 99 ans Gérance: M. YE Fei 7 Rue Rameau 92160 ANTONY Immatriculation au RCS de PARIS 30400 Par acte ssp en date du 20/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: J&C IMMOBILIER Nom commercial: J&C Immobilier Siège social: 11 Rue Du Bouquet De Longchamp 75116 PARIS Capital: 1000 € Objet: toutes opérations de marchand de biens Durée: 99 ans Gérance: M. CLAUDEL Thibault Ré- sidence Du Parc 1 Rue De Bry 94430 CHENNEVIERES SUR MARNE et M. JOUDELAT Romain 11 Rue Du Bouquet De Longchamp 75116 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30401 Par acte ssp en date du 12/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: F.L.B Siège social: 73 Avenue Du Gl Michel Bizot 75012 PARIS Capital: 8000 € Objet: restaurant brasserie Durée: 99 ans Gérance: M. BENZIANE RACHID 3 Rue Du Charolais 75012 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30472 Par acte ssp en date du 05/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: AB GRAFIC Siège social: 227 Avenue Gambetta 75020 PARIS Capital: 1000 € Objet: pao, impression, photogravure, multimédia, achat-vente de matériel d’imprimerie et connexe. Durée: 99 ans Gérance: Mme HAOUAM Sarah 3 Rue Paul Bert 92000 NANTERRE Immatriculation au RCS de PARIS 30480 Par acte ssp en date du 10/09/2016, il a été constitué une SARL unipersonnelle Dénomination: LIOR CONSEIL Siège social: 19bis Boulevard Delessert 75016 PARIS Capital: 1000 € Objet: prestation de services aux entre- prises, la réception, l’accueil et l’organi- sation d’événements. Durée: 99 ans Gérance: M. AGGUINI Meziane 19bis Boulevard Delessert 75016 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30493 Par acte ssp en date du 20/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: LALOU Siège social: 261 Rue Saint-denis 75002 PARIS Capital: 2600 € Objet: achat, vente de tous articles tex- tiles Durée: 99 ans Gérance: M. HADDAD LUCIEN 3 Ave- nue Acollas 75007 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30507 Par acte ssp en date du 19/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: DECO PLUS Siège social: 25 Rue Des Panoyaux 75020 PARIS Capital: 10000 € Objet: peinture interieure et extérieure, revetement de sols, electricite Durée: 99 ans Gérance: M. AYAD Beter 25 Rue Des Panoyaux 75020 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30664 Aux termes d’un acte ssp en date à PA- RIS le 19 septembre 2016, il a été consti- tué une SOCIETE CIVILE, dont les carac- téristiques principales sont les suivantes: Dénomination: SCI BIZET Capital social: 1.000 € divisé en 1.000 parts sociales d’un euro chacune - Ap- port de numéraire et en nature Siège social: 53, avenue du Général Bi- zot 75012 PARIS Objet social: activités civiles: gestion de biens immobiliers Durée: 99 années à compter de son im- matriculation au Registre du Commerce et des Sociétés. Gérance: Monsieur Alexandre BIZET de- meurant à BRY SUR MARNE (94360), 45 bis Grande Rue. La Société sera immatriculée au R.C.S. tenu au Greffe du Tribunal de Commerce de PARIS. Pour avis - La Gérance. 30429 Par acte ssp en date du 06/04/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: PYRAMIDES ETANCHES Siège social: 8 Rue De Moscou 75008 PARIS Capital: 2000 € Objet: étanchéité, nettoyage industriel, toutes manutentions Durée: 99 ans Gérance: M. BABILLY ZADI 45 Rue Des Hirondelles 78955 CARRIERES SOUS POISSY Immatriculation au RCS de PARIS 30670 Par acte ssp en date du 16/09/2016, il a été constitué une SARL Dénomination: YAA’COM Siège social: 84 Rue D’amsterdam 75009 PARIS Capital: 10000 € Objet: conseil en relation publique et communication Durée: 99 ans Gérance: M. COHEN Alexandre 4 Rue Du Pre Du Travers 75009 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30673 Par acte SSP du 19/09/2016 il a été constitué une SARL dénommée: FIDEI Siège social: 128 rue de la boétie 75008 PARIS Capital: 20.000 € Objet: Import, export, négoce, vente en gros, demi-gros et détail, matériels informatiques, matériels industriels, pro- duits locaux, bois, pièces et accessoires automobiles et véhicules, ainsi que tous produits non réglementé Gérant: M. RANDRIANASOLO MAMY 141-147 AVENUE FLOUQUET 94240 L HAY LES ROSES Durée: 99 ans à compter de l’immatricu- lation au RCS de PARIS 30272 Suivant acte sous seing privé en date à PARIS du 01/09/2016 il a été constitué une SAS dont les caractéristiques sont les suivantes: Dénomination sociale: TRIO GRP Capital: 1 000 € divisés en 100 parts de 10 € Siège social: 4 rue de la SAONE, 75014 Paris Objet: Apporteurs d’affaires, prestation d’études et de conseils dans le bâtiment. Locations immobilières. Travaux tous corps d’état. L’achat de tous immeubles et terrains, bâtis ou non, actions ou parts de sociétés immobilières, en vue de leur revente et afin d’y établir des constructions nouvelles ou d’améliorer des constructions existantes, et notam- ment les activités de marchand de biens comme prévues par le Code Général des Impôts. Durée: 99 années à compter de son im- matriculation au registre du commerce et des sociétés Président: Monsieur Antonio VELASCO ALCARAZ demeurant 32 rue des BOIS 93160 NOISY LE GRAND, de nationalité Française La société sera immatriculée au registre du commerce et des sociétés de PARIS. 30371 Constitution SSP à Paris Cedex 13 en date du 16-09-2016 de: Numéri’Ci- té. Forme: SAS. Capital: 10000 Euros. Siège: 38 rue Dunois, 75647 Paris Cedex 13. Durée: 99 ans. Présidence: herve le bars, 36 rue Camille Desmoulins 94230 cachan. Objet: Conseils, solutions pour le développement de l’administration numérique. Droit de vote et admission aux assemblées permis à chaque action- naire. RCS: Paris. 30269 Par acte ssp du 12/09/2016 a été consti- tué une SARL Dénomination: CONCEPT MARKETING Siège social : 125 av. de Versailles 75016 PARIS Durée : 99 ans - Capital : 26 000 € Objet : conseil en marketing et commu- nication, vente de tout produit et objet publicitaire, distribution de prospectus Gérance: Mlle YFRAH Déborah demeu- rant 37 rue du Faubourg Saint Denis 75010 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30489 Par acte ssp en date en date du 21/09/2016 a été constitué une SARL Dénomination: BENS TRANSPORTS Siège social : 25 rue Bisson 75020 PA- RIS Durée : 99 ans - Capital : 8 000 € Objet : exploitation de véhicules de tou- risme avec chauffeur Gérance : M. BEN SLAMA Tarek 25 rue Bisson 75020 PARIS Immatriculation au RCS de PARIS 30533 Suivant un acte ssp en date du 23/08/2016, il a été constitué une SASU Dénomination: ARGOSS Nom commercial: ARGOSS « Anticiper les Risques par une Gestion Optimisée de la Sécurité et de la Sûreté » Siège social: 21, Rue Des Favorites 75015 PARIS Capital: 7500 € Objet: expertise en sécurité et en sûreté Durée: 99 ans Président: Mlle ABOUEB Aïda 57, Allée Dupleix 93190 LIVRY-GARGAN Immatriculation au RCS de PARIS 30414 Suivant un acte ssp en date du 19/09/2016, il a été constitué une SAS à capital variable Dénomination: OBJECTIF CONSTRUCTION 67 Siège social: 34 Rue Des Bourdonnais 75001 PARIS Capital: Min: 10 €, Souscrit: 10 €, Max: 5000000 € Objet: detention de titres et valeurs mo- bilieres Durée: 99 ans Président: ANAXAGO, SAS à capital variable au capital de 20000 €, RCS 539539064 PARIS 34 Rue Des Bourdon- nais 75001 PARIS, représentée par IF VENTURES SARL Conditions d’admission aux assem- blées: Chaque associe a le droit de participer aux decisions collectives par lui-meme ou par mandataire. Toutes transmissions d’actions entre associes sont libres, a un tiers agrement du Pre- sident Immatriculation au RCS de PARIS 30314 litinerant.fr 1140-P30 a 48.indd 301140-P30 a 48.indd 30 26/09/16 14:5126/09/16 14:51