SlideShare une entreprise Scribd logo
EXPOSITION D’ART CONTEMPORAIN BÉNINOIS
ABIDJAN
IDELPHONSE AFFOGBOLO
COMMISSAIRE GÉNÉRAL
3
PARTAGE
En partenariat avec le Ministère de la Culture et des Arts
de la République du Bénin, la Fondation Donwahi à Abidjan,
SEPTIEME Gallery à Paris et la Galerie Amani à Abidjan, nous
sommes heureux de présenter CONTEMPORARYBENIN, une
exposition d’artistes béninois.
Depuis son essor mondial à partir de 1945, la notion d’Art
contemporain devient un enjeu majeur des politiques culturelles
des États. Il constitue un véritable levier d’expression des
identités culturelles d’un pays, d’une région, voire d’une
communauté.
Les œuvres d’art ne sont-elles pas partie intégrante du
patrimoine historique d’une nation et ne participent-elles pas à
la production de la richesse nationale ?
L’art conceptuel africain a été révélé au grand public en 1989,
avec l’Exposition Les Magiciens de la Terre, qui a fait entrer les
artistes africains dans la contemporanéité artistique mondiale.
Tandis qu’il bouscule les règles académiques occidentales,
l’Art contemporain « africain » ose, provoque, fait réfléchir,
donne à ressentir et devient un véritable médiateur social,
environnemental et politique. En se saisissant des facteurs socio-
économiques et culturels, et comme le disait Cheick Anta Diop,
« les artistes africains convoquent les trois éléments de l’univers
: la nature, l’homme et le divin, pour donner à leurs créations une
dimension esthétique toute particulière ».
Avec cette ouverture au monde, nous assistons à une libération
d’énergies créatrices, un foisonnement de vocations, une
diversité d’expressions et de tendances artistiques soutenues
par les acquis des Ecoles de Dakar, de Poto-Poto, de Koumasi,
de Luanda ou encore de Johannesburg.
4
Néanmoins, cette vitalité de la scène artistique africaine
manque cruellement de visibilité, de promotion, de notoriété, de
circularité et de moyens.
À ces manques sur le continent, des réponses ont été notamment
apportées par l’organisation des Biennales de Dakar, de Luanda
et de Johannesburg, 1- 54, AKAA. Depuis quelques années,
on assiste à l’ouverture de galeries privées et de fondations
pour l’art contemporain qu’il convient de saluer; d’importants
projets privés ont vu le jour au Bénin avec la Fondation Zinsou,
et la création récente au Maroc de la Fondation pour le
Développement de la Culture Contemporaine Africaine porte
une promesse d’un partage de nos rêves communs.
Des initiatives publiques ambitieuses s’organisent à Lomé avec
le Palais, une politique culturelle audacieuse se révèle au Bénin
avec la Galerie Nationale de Cotonou. Un mouvement est en
marche, mais il reste encore à faire pour le voir s’épanouir au
niveau régional et sur le continent tout entier.
Je dis ici ce que tout le monde sait et que l’on ne répètera jamais
assez : l’économie culturelle reste à inventer, par la création d’un
véritable marché de l’art africain et de centres de formations
artistique. Il s’agira entre autres de jeter les bases d’une véritable
politique de l’industrie des arts culturels et de sanctuariser le
statut de l’artiste.
Pourquoi devrions-nous apprendre par les médias que tel artiste
africain déniché par un autrichien ou un belge est exposé et
célébré à Miami à Londres ou à Paris ?
Pourquoi devrions–nous voyager à Londres, à Paris, à Bruxelles
ou à New-York pour admirer et ressentir les émotions des
œuvres des artistes africains, quand ce sont nos rêves qu’ils
nous donnent à voir dans le miroir de leurs tableaux, nos divinités
qu’ils interrogent, nos endurances quotidiennes qu’ils subliment
en créant tant de beauté ?
Pourquoi devrions-nous laisser
délibérément s’évaporer notre mémoire
culturelle et notre identité artistique
contemporaine ?
5
Pourquoi devrions-nous laisser délibérément s’évaporer notre
mémoire culturelle et notre identité artistique contemporaine ?
L’appropriation de leurs cultures par les africains - et je ne parle
pas des élites - doit devenir un engagement citoyen et nos États
doivent donner l’exemple en créant des fonds de collection d’art
contemporain africain.
En proposant cette exposition, notre intention est de participer,
ànotreniveau,àlacircularitéetàlavisibilitédel’artcontemporain
africain en Afrique. CONTEMPORARYBENIN commencera
donc à Abidjan pour se poursuivre ensuite à Dakar et à Cotonou.
Le Bénin et la Côte d’Ivoire partagent une géographie, une
histoire, un espace politique et des représentations symboliques
et cultuelles. Faire voir et mettre en partage sur la scène
ivoirienne, plus d’une centaine d’œuvres (peintures, sculptures
et photographies) de 14 artistes béninois, c’est favoriser ce
brassage culturel qui devrait cimenter au-delà des échanges
économiques notre appartenance à une zone culturelle
diversifiée, forte et majeure.
Cette exposition est conçue comme un partage, sans thèmes,
sans consignes, afin de laisser libre cours à l’expression des
caractères de chaque artiste, en juxtaposant des styles, des
techniques et des matériaux.
Chaque œuvre propose une conversation poétique sur la
contemporanéité de notre société, nous voici invités.
Pourquoi devrions–nous voyager à
Londres, à Paris, à Bruxelles ou à New-York
pour admirer et ressentir les émotions
des œuvres des artistes africains, quand
ce sont nos rêves qu’ils nous donnent à
voir dans le miroir de leurs tableaux, nos
divinités qu’ils interrogent, nos
endurances quotidiennes qu’ils
subliment en créant tant de beauté ?
JEAN-MICHEL ABIMBOLA
MINISTRE DE LA CULTURE
7
Le BENIN, Terre de plasticiens
Le Gouvernement du Nouveau départ du Président Patrice Talon, a pris très tôt la mesure de la
réalité de l’immense créativité des plasticiens béninois. S’il est important de toujours laisser libre
cours à cette inventivité, il est en revanche du devoir de l’Etat de structurer le secteur et d’assurer
le développement socio-économique des acteurs.
C’est ainsi que dès l’année 2018, un comité de pilotage a été mis en place pour réfléchir à des
réformes stratégiques.
A la fin des travaux, ce comité a proposé la création d’une Galerie Nationale qui a pour objectif
général de soutenir, promouvoir et valoriser les artistes plasticiens béninois résidant au Bénin et à
l’étranger. Elle a pour objectifs spécifiques de :
• Révéler les artistes plasticiens et les valoriser à travers différentes expositions de leurs œuvres ;
• Créer une dynamique autour du marché de l’art en estimant la valeur marchande des œuvres et en
mettant en place un système de cotation ;
• Développer le e-ART ;
• Former les acteurs du domaine artistique (artistes et professionnels de l’art) ;
• Constituer le patrimoine national en acquérant les œuvres.
Au sein de la Galerie Nationale toutes les disciplines du secteur des arts plastiques sont retenues :
le dessin, la peinture, la sculpture, les installations, la photographie, la vidéo, la performance, etc.
Depuis sa création officielle en 2020, le travail a commencé  : les artistes ont été entièrement
recensés sur le territoire national, un conseil artistique - bras armé de la Galerie - a été créé, une
politique d’acquisition des œuvres a été définie et aussitôt mise en application.
Au terme d’une campagne de présélection territoriale d’envergure, 37 œuvres ont déjà été retenues
pour faire partie du premier fond patrimonial national.
La Galerie Nationale est le catalyseur et le carrefour incontournable d’une ambition inédite pour les
arts plastiques en terre béninoise.
L’exposition CONTEMPORARYBENIN met en avant 14 plasticiens majeurs ainsi que des talents qui
s’affirment.
Dans sa volonté de mettre en lumière et promouvoir les plasticiens béninois, le Ministère du tourisme
de la culture et des arts accompagne cet évènement dont l’intérêt réside dans l’éclectisme du choix
des artistes plasticiens et dans la sélection des lieux et des galeries de prestige sur le continent.
Je souhaite plein succès à cette édition de CONTEMPORARYBENIN et je forme le vœu que la
création béninoise, riche et généreuse trouve une audience à la hauteur de ses attentes.
ISSA DIABATÉ
ARCHITECTE
9
Un continent résolument contemporain
A l’approche des défis d’un monde nouveau, il nous semble de
plus en plus évident que les enjeux de demain tournent autour
de la capacité de l’humanité à pouvoir se réinventer. L’humain,
dans sa globalité est confronté à la vision, ou l’absence de vision
concertée de sa propre société, elle-même en pleine révolution.
Défis énergétiques, défis de durabilité, pandémie et
réchauffement climatique au même titre que l’inter-connectivité
et la dématérialisation sont autant d’éléments fondamentaux à la
base de la mutation silencieuse mais profonde qui, dans un futur
proche requalifiera le contrat que nous avons avec notre société.
Dans un contexte ou l’industrialisation massive, la consommation
et le pouvoir financier sont considérés comme marqueurs de
développement, il est important de projeter une certaine vision
qui pour être contemporaine doit être alternative.
L’Afrique, longtemps imaginée comme terre des échecs, se
trouve aujourd’hui grâce à sa faible industrialisation, en pole
position pour l’expérimentation de schémas autres que ceux
développés par une dynamique mondiale trop systématisée. Une
dynamique qui produit, de New York à Kuala Lumpur une seule et
même vision de développement. Une dynamique qui peut même
être brutalement interrompue par l’apparition d’un virus.
10
Il est donc impérieux de comprendre que les défis auxquels
nous faisons particulièrement face en Afrique, et surtout la
temporalité dans laquelle ils s’inscrivent, sont clés : croissance
démographique, faiblesse des gouvernances centralisées
au niveau de l’État, défis de durabilité (sur lesquels nos
environnements ruraux sont un exemple), enjeux du monde
numérique (sur lesquels nos environnements urbains sont un
cas d’école).
Ces défis sont un terreau fertile pour inventer un autre lien
social entre l’humain et son environnement. Nous savons tous
l’expertise technique et technologique développée ces dernières
décennies grâce aux progrès scientifiques. Ces avancées sont
capables d’une sophistication technique extrême mais peinent
à infléchir le cours de l’humanité… En revanche, elles peuvent
être des vecteurs de mutations inédites et inattendues: leur
application en terre africaine transforme technologie en
solution, à l’image du Mobile Banking ou encore de l’usage de
drone au Rwanda pour la distribution de sang à des cliniques
hors réseau routier (chose impossible à faire dans la majorité
des environnements occidentaux car non conforme aux
règlementations aérospatiales). C’est en quelque sorte, c’est
en Afrique qu’existe le vrai champ d’expérimentation de ces
technologies, car en fait chez nous, « l’esprit » domine la matière.
Les enjeux de la contemporanéité mettent en avant notre pouvoir
de transformer le monde par une approche autre, dont l’essence
réside en notre capacité d’absorber mais aussi de transformer
les influences extérieures, de les associer à des dynamiques
locales avant de les réinjecter dans la matrice, de générer une
autre vision de l’humain ou l’épanouissement est un droit et la
culture un vecteur essentiel de transmission.
Ces défis sont un terreau fertile pour
inventer un autre lien social entre
l’humain et son environnement.
11
L’Art, premier lien entre l’esprit et la
matière est un formidable outil qui
nous permet de faire « l’état des lieux »
de nos « états d’esprits », premiers
éléments conceptuels du monde de
demain.
L’Art, premier lien entre l’esprit et la matière est un formidable
outil qui nous permet de faire « l’état des lieux » de nos « états
d’esprits », qui sont les premiers éléments conceptuels du monde
de demain. Un monde ou l’Afrique enfin partage le creuset de son
expérience d’abord avec elle-même puis avec le monde, renforce
de facto sa pluralité et affirme de façon décomplexée sa vision
singulière du monde.
Il est temps que nos créations contemporaines s’échappent
des géographies coloniales (frontières) pour rejoindre une
forme d’appartenance psychologique à une région où les esprits
sont « cousins ». Exposer CONTEMPORARYBENIN à Abidjan
renforce l’idée que notre espace contemporain est régional
avant tout. Les liens entre Abidjan et Cotonou me semblent
plus profonds et certainement plus évidents que ceux que nous
développons aujourd’hui avec les espaces de promotion de l’art,
trop souvent délocalisés en terre Occidentale. Cet éloignement
géographique est un non-sens à l’heure où certains pays
africains, et notamment le Benin, multiplient leurs initiatives
pour le rapatriement des œuvres dites «  d’art  premier  » sur
leurs terres d’origine.
Catalogue Contemporary Benin
LES ARTISTES
Franco-béninoise, LAEÏLA ADJOVI a grandi dans plusieurs pays africains. À 20 ans,
lors d’un stage à New-Delhi dans une ONG indienne, elle fait ses premiers pas en
photographie. Elle s’initie ensuite aux techniques de la photographie argentique et
du laboratoire. En 2006, diplômes de sciences politiques et de journalisme en poche,
elle travaille dans la presse à Paris, puis dans le Pacifique, en Nouvelle-Calédonie. Elle
développe aussi une approche artistique mêlant dessin et photographie. Toujours
entre deux supports, c’est pour aller faire de la radio pour la BBC au Sénégal
qu’elle revient s’installer sur le continent. Reporter, photographe, auteure, artiste-
chercheuse, elle est basée à Dakar, au Sénégal, depuis 2010.
En 2015, elle lance avec la journaliste Aurélie Fontaine un projet de photographies et
témoignages sur les épouses d’émigrés. Elle photographie des femmes au Sénégal, en
Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, des épouses restées au pays alors que les maris sont
partis à la recherche d’une vie meilleure en Occident. Le livre De si longues nuits a
été publié chez l’Harmattan en 2018.
En 2017, elle organise une exposition photographique pour la Fondation Claudine
Talon au Bénin, sur la tradition Guèlèdè, une mascarade yoruba vouée à célébrer des
ancêtres féminins – Awon Iya.
LAEÏLA ADJOVI
15
Sidikat
« Omi, soore fun mi », est une prière à l’eau qui accompagne Sidikat Lawal dans
tout ce qu’elle fait. Les langues Yoruba et Fon sont encore aujourd’hui présentes
à Cuba, dans de nombreux rites religieux d’ascendance africaine.
Abeokuta, Nigéria, juillet 2019 © Laeïla Adjovi
16
Esther
Esther Oladele, 10 ans, (à gauche) est initiée à l’orisha appelé Obatala. Dans la
mythologie yoruba, Obatala, divinité de la sagesse et de la pureté, est mariée à
Yemoja. Mais ce n’est là que l’un des multiples ‘chemins’ de Yemoja. Les Yoruba
(et les Fon) croient en la réincarnation. Ainsi, tout comme les hommes, les
orishas auraient eu plusieurs vies, plusieurs “chemins” dont les enseignements
sont relatés dans un immense corpus de données scientifiques, botaniques,
sociologiques et mythologiques appelé Ifa. Ifa est présent das toute l’Afrique de
l’Ouest et dans les Amériques.
Les perles jouent un grand rôle dans la religion des orishas du Nigéria et dans
le vodun béninois, et aussi dans les rites afro-Cubains. Une grande tradition
d’artisanat de perles a d’ailleurs traversé l’Atlantique. Ici, calebasse et mamelles
proéminentes perlées de blanc constituent un autel pour Obatala à Cuba.
Temple de Yemoja à Ibadan, Nigéria, novembre 2018 (à gauche), Ouidah, Bénin,
janvier 2019 (au centre), Regla, Cuba, avril 2019 (à droite) © Laeïla Adjovi
17
Tomsasa
Cette poupée de Yemaya (à gauche) accompagne Tomasa Hernandez (au
centre) depuis quelques années. Cubaine, descendante d’esclaves yoruba,
cette fille de Yemaya affirme que, dans l’enfer des plantations, la préservation de
leur spiritualité est ce qui a aidé les Africains mis en esclavage à « sauvegarder
leur humanité ».
Face aux tentatives de réduction de sa foi à de la sorcellerie, Omitonade
Ifawemimo, prêtresse de Yemoja au Nigéria, aime rappeler que « dans la
spiritualité yoruba, avoir un bon caractère est crucial. ‘Iwapele’ est un concept
très important». ‘Iwa’ signifie caratère, et ‘pele’ veut dire ‘doux’.
La Havane, Cuba, avril 2019 (à gauche et au centre). Ibadan, Nigéria, novembre
2018. (à droite) © Laeïla Adjovi
18
Yannay
Yannay de las Mercedes Rodriguez Gutierrez est initiée à la forme religieuse
née à Cuba du syncrétisme entre le catholicisme espagnol, le vodun béninois,
et le spiritisme. Yannay est fille de Yemaya, aussi appelée Aflekete dans la Regla
Arara. « Cette sainte représente, ma vie, mon âme, tout. C’est mon ange gardien,
sans elle je ne suis rien », explique Yannay avec émotion. À cause du synchétisme,
à Cuba, les divinités sont appelées indifféremment ‘vodun’, ou ‘saints’.
Matanzas, Cuba, décembre 2020. © Laeïla Adjovi
Je suis devenue une meilleure photographe quand
‘cueillir le jour’ a pris un nouveau sens. Cueillir la lumière.
Récolter des photons comme on ramasse des fleurs.
Et avant cela, comme pour une fleur, l’admirer, la surveiller
éclore, être à l’affût de chaque mouvement,
quand elle ondule et danse. S’émerveiller de la manière
dont elle fait et défait les formes et les couleurs.
	 Photographier, c’est figer le reflet fugace du monde visible,
mais surtout ravir la lumière elle-même, la garder captive
plus loin qu’à la seconde du déclenchement. En marchant
dans Les chemins de Yemoja, je voulais enjamber
la dichotomie piège lumière-blancheur-pureté contre
obscurité-noirceur-péché. Habituer l’œil à une sombreur
sans menace. Feutrée, ouatée, onctueuse. Rassurante comme
celle de la vie avant le monde. Enveloppante comme
l’intérieur d’un ventre. Choyer cette ombre-là partout
où elle existe, la fixer sur le papier, y tremper quelques mots.
Inventer de nouvelles formes de photosynthèse.
Laeïla Adjovi
eliane aïsso
ELIANE AÏSSO est née en 1989 à Calavi, où elle vit et travaille. Après une formation
aux métiers d’art, elle passe un Master en histoire de l’art au Bénin. Très vite, elle
s’intéresse à l’installation et à la photographie. Boursière et invitée en résidence au
Fresnoy (Studio National des Arts Contemporains) à Tourcoing, en France, elle en
ressort diplômée en 2020.
Son travail photographique en noir et blanc fait l’usage d’une technique
particulière qu’elle a elle-même mise au point. Le processus commence par une prise
de vue avec un appareil photographique numérique, imprimée sur un papier Fine Art.
L’artiste intervient ensuite au niveau plastique avec du pastel, des lames de rasoirs,
du papier de verre, en grattant chacune des épreuves qui prennent alors l’allure de
tableaux.
Elle réagit ainsi à sa culture traditionnelle béninoise, sa principale source d’inspiration.
Hommes, condition des femmes, objets de cultes votifs dont les sens qui font le lien
entre l’âme du défunt et ses descendants, sont autant de vecteurs de mémoire dans
son travail.
21
Hope VIII, photographie mixte, 70x50 cm, 2020
Catalogue Contemporary Benin
23
Hope IX, photographie mixte, 50x70 cm, 2020
24
Hope VII, photographie mixte, 70x50 cm, 2020
25
Hope VI, photographie mixte, 70x50 cm, 2020
joël Degbo
joël degbo est né à Paris. Il vit et travaille à Aulnay sous-bois. Diplômé de l’Ecole
des Beaux-Arts de Paris avec les Félicitations du Jury, il est aussi diplômé de l’Ecole
des Beaux-Arts de Nantes où il a, entre autres, suivi un cursus de Peinture et Vidéo
à la St Martin School de Londres. Joël Degbo peint ou filme cette sagesse connue de
tous : « le passé conseille le futur » dit-il. Au moyen de ses vidéos il montre le présent
à l’œuvre, l’instant : un immeuble en destruction, la construction d’une chaufferie...
Les images de ces sujets apparemment insignifiants questionnent notre définition
du patrimoine. Par opposition, la peinture montre un état où se mêlent le passé, le
présent et le futur : on y voit l’abandon, la décomposition d’une carcasse sur le bord
d’une route, les végétaux en pousse. Sa peinture parle de nostalgie où la lumière
permet de renouveler notre regard, elle est comme un point de vue ou un parti pris.
Ici pas d’humains mais uniquement la trace de leurs passages, tout est calme dans ces
paysages où les différentes couleurs de la nuit font la lumière.
27
La lumière, huile sur toile, 100x100 cm, 2020
28
Affalé, huile sur toile, 97x130 cm, 2020
Catalogue Contemporary Benin
30
Phantom Ship, huile sur toile, 96x132 cm, 2020
31
Entre eux et nous, huile sur toile, 60x72 cm, 2020
sènami donoumassou
sènami donoumassou est née en 1991 à Porto Novo au Bénin, où elle vit et
travaille. Depuis l’enfance, elle a toujours été fascinée par l’image, télévisuelle d’abord,
puis photographique. Alors qu’elle passait une licence en administration générale et
territoriale, sa vocation est née en suivant les cours de l’Union Artistique et Culturelle
des étudiants du campus d’Abomey-Calavi.
Son regard photographique se porte sur l’Homme, en interrogeant certains de
ses caractères existentiels tels que sa spiritualité, son histoire et sa destinée. En
enquêtant sur la condition des femmes en Afrique, l’artiste s’est engagée dans cette
voie afin de mieux saisir l’humanité.
Son travail photographique en noir et blanc utilise la technique du photogramme.
Sans l’usage d’un appareil, il s’agit de poser des objets sur un papier photosensible et
de les éclairer. Il en résulte des empreintes lumineuses, des traces fantomatiques, des
successions de transparences et de nébulosités créant autant de formes informes
dont seul le contour permet d’identifier s’il s’agit d’objets de culte de sa tradition
animiste, ou de portraits. L’artiste révèle ainsi des caractéristiques individuelles que
chaque être possède, en les intégrant de façon résolument contemporaine à une
technique mise au jour et expérimentée au début du XXème siècle par l’avant-garde
photographique occidentale.
33
Série Le constellé I, photogramme sur dibond, 42x29 cm, 2018
Catalogue Contemporary Benin
35
Série Trouble, suie sur papier, 42x29 cm, 2020
36
Série Le constellé III, photogramme sur dibond, 42x29 cm, 2018
37
Série Le constellé X, photogramme sur dibond, 42x29 cm, 2018
king houndekpinkou
King Houndekpinkou dit « king » est né en 1987 à Montreuil, en France. Il vit en France
et travaille également au Bénin et au Japon. Sa passion pour la culture traditionnelle
japonaise l’a conduit à s’intéresser à la pratique de la céramique à Bizen. Il est formé
par le maître céramiste Kayoko Hayasaki avant d’intégrer l’école Arts et Technique
de la Céramique à Paris, où il finit sa formation.
En 2016, après son séjour japonais, l’artiste intègre une résidence d’artistes au
Centre de Lobozounkpa à Abomey-Calavi au Bénin, un espace dédié à l’art et à la
culture. King renoue ainsi avec ses origines africaines, et manie la terre de son pays. Il
mélange depuis des argiles en provenance des 5 continents et les différentes étapes
de cuisson se font successivement au Japon, au Bénin et dans les fours de son atelier
en France.
King crée des céramiques émaillées avec une talentueuse agilité et un extrême
raffinement. Ses voyages ont été pour lui des expériences initiatiques mêlant
spiritualité et conjugaison de cultures. Symboliquement, l’usage des quatre éléments
essentiels, l’eau, la terre, l’air et le feu donne force à une œuvre en devenir.
39
Totem bleu, céramique émaillée et peinte : mélange d’argile locales béninoises
japonaises et nord-américaine, émail bleu, peinture bleue mat, or, 30,5x18x14 cm,
2020
40
The Little Sea Widow: The Sea Shines at the Zenith of my Sorrow II, céramique
émaillée : argile blanche, argile locale de Sè (Bénin), argile locale de Betta
(Bénin), argile locale de Tamba (Japon), superposition d’émaux bleus, argent,
23x25 cm, 2019
41
Blue Rock, Céramique émaillé : argile noire de Lanzarote (Ile Canaris), émaux
bleus, or mat, 24x26,5 cm, 2020
42
Grand Totem, céramique émaillée et peinte: mélange d’argiles locales béni-
noises, japonaises et nord-américaines, émail bleu, peinture bleue matte, or,
62x32x18 cm, 2020
43
GRÉGORY OLYMPIO
Gregory Olympio est né en 1986 à Lomé, au Togo. Il vit et travaille à Besançon,
en France. Issu d’une famille métissée, ses origines se partagent entre les cultures
française, togolaise et béninoise.
À la fois paysagiste et portraitiste, il produit un travail constitué d’aplats, avec une
dominante jaune pour les vêtements qui habillent ses personnages représentés en
buste.
Les caractères personnels de chacun de ses modèles, sont associés dans leurs
représentations à des interrogations identitaires (liées aux origines de l’artiste) et
à des phénomènes de société identifiables par quelques mots ou quelques phrases
peintes à même les habits jaunes comme « Processus de paix », « Eau », « Lumière »
ou « Nationalités ? ».
45
Lumière, série Chemises jaunes, acrylique sur papier, 84,1x59,4 cm, 2019
Catalogue Contemporary Benin
47
Silence flottant, installation Chemises jaunes, technique mixte, 2019
48
Multicultural, série Chemises jaunes, acrylique sur papier, 84,1x59,4 cm, 2019
49
Nationalité, série Chemises jaunes, acrylique sur papier, 84,1x59,4 cm, 2019
thierry oussou
thierry oussou est né en 1988 à Allada, au Bénin. Il vit et travaille aux Pays-
Bas et au Bénin. Prolifique et talentueux jeune dessinateur, il se fait remarquer par
l’artiste Edwige Aplogan qui l’inscrit à un atelier d’expression artistique. Son intérêt
pour l’art l’emmène aux Pays-Bas où il est formé à la Rijksakademie Van Beeldende
Kunsten (Académie des Beaux-Arts d’Amsterdam). Il en ressort artiste confirmé et
deviendra enseignant.
Vidéaste et peintre, il crée des toiles qui oscillent entre figuration et abstraction. Ses
couleurs de prédilection sont le bleu et le blanc qui contrastent avec ses fonds assez
souvent peints en noir. Des masques évoluent dans des compositions graphiques
abstraites avec l’énergie de la gestuelle liée à l’exercice des cultes animistes.
Ses visages représentés sous forme de masques ne sont pas sans rappeler le
traitement et les matières des graffitis qu’en son temps, dans les années 1920-1930, le
photographeBrassaïcaptaitsurlesmurs,auhasarddesesdéambulationsparisiennes.
51
Le un, technique mixte sur papier, 116x76 cm, 2019
Catalogue Contemporary Benin
53
The bird can fly, technique mixte sur papier, 152x400 cm, 2019
54
L’humeur, technique mixte sur papier, 60x101 cm, 2019
55
Transition, technique mixte sur papier, 73x91 cm, 2019
rémy samuz
Rémy Ama Sossouvi dit « Rémy samuz » est né en 1982 à Cotonou au Bénin, où il vit
et travaille. Enfant, il jouait avec des fils de fer qu’il tordait pour former des armatures.
Ainsi naissent un surnom, « Remi Samuz », et un moyen d’expression artistique dans
lequel l’artiste excelle toujours, le travail du métal.
Remy Samuz crée des portraits finement ouvragés en fil de fer. Des hommes, des
femmes, des enfants et des couples, toujours de taille humaine, prennent forme en
conservant les coiffes qui caractérisent la beauté des parures africaines. Son regard
s’est aussi porté sur le paludisme. Ce fléau, qui sévit principalement en Afrique, est
transmis par les moustiques, que l’artiste récrée et assemble à l’image de nuées.
Travaillé en densité au centre des œuvres, le fil de fer, qui peut ici être perçu comme
un coup de crayon, laisse à voir le genre de la personne représentée, dont on distingue
le visage et la gestuelle. En s’éloignant des contours du portrait, l’entrelacs s’ouvre et
s’émancipe, et les brins s’avancent vers l’extérieur comme une douce irradiation. Les
fils s’effilochent alors librement en laissant, dans la tridimensionnalité de la sculpture,
une place au vide, au dessin de la ligne et à sa légèreté spatiale.
57
Jolie fleur, tissage de fil de fer, 210x140x22 cm, 2020
58
Belle étoile, tissage de fil de fer, 202x144x34 cm, 2020
59
Liberté, tissage de fil de fer, 224x157x32 cm, 2020
60
On love, tissage de fil de fer, 184x152x26 cm, 2020
61
julien sinzogan
Né en 1957 à Porto Novo au Bénin, JULIEN SINZOGAN vit et travaille à Cotonou et
à Epinay-sur-Orge, en France.
Alors qu’il était en seconde au lycée Béhanzin à Porto Novo, Julien Sinzogan assiste
à un atelier de peinture. Il y trouve sa vocation et y décroche son bac grâce au 20/20
qu’il obtient dans la discipline artistique. Il part en France où il reste deux ans pour
passer un BTS en travaux publics. L’école ferme et l’artiste reprend la peinture qui
deviendra son mode d’expression.
Finement exécutée avec une palette de coloriste confirmé, la peinture de Julien
Sinzoganreprésentedesscènesdegenredelaviequotidiennetraditionnelle.Hommes,
femmes, lutteurs, etc. se côtoient dans des univers en grands formats. Sa sensibilité
se porte également sur la question de l’esclavage et de la diaspora. Les tableaux de
navires négriers transportant les esclaves et de leurs voiles immenses tendues par
le vent forment un sujet récurrent dans son travail. Il y questionne des hommes en
partance avec leurs dieux et leurs cultes. Ainsi Julien Sinzogan honore-t-il également
le Dieu du Revenant Egun qui abrite les âmes des déportés.
63
Gorée, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2019
64
La charge des amazones, acrylique et pigments sur toile, 101x130 cm, 2019
65
La charge des égoun-goun, acrylique et pigments sur toile, 100x130cm, 2019
Catalogue Contemporary Benin
67
La
révérance,
acrylique
et
pigments
sur
toile,
66x96
cm,
2019
tchif
Francis Nisaise Chiape Tchiakpè dit « tchif » est né en 1973 à Cotonou au Bénin,
où il vit et travaille. À l’origine caricaturiste pour le journal La Nation, il s’est ensuite
consacré à la peinture qui est, avec la photographie et les encres sur papier, son
principal mode d’expression.
Ses toiles majoritairement abstraites étaient d’abord réalisées avec de la latérite et
des pigments naturels, avant qu’il n’aborde l’acrylique et l’huile. Des ocres rouge, des
bleus, des jaunes, et d’autres couleurs jalonnent ses compositions informelles et font
de lui un grand coloriste. Son travail des matières est particulièrement remarquable,
qu’il s’agisse de ses aplats ou de graphismes plus librement élaborés.
Intarissable, l’artiste est considéré comme un engagé. Il donne au continent africain
une place centrale sur la scène mondiale, et fait preuve d’une forte conscience de
la situation sociopolitique de l’Afrique, terre aux abondantes ressources. Ainsi son
travail s’accompagne d’un discours sur l’importance de la culture pour relever des
économies trop souvent fragiles ou fragilisées.
69
Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2020
70
Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2020
71
Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2020
Catalogue Contemporary Benin
détail, Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100cm, 2020
gérard quenum
Gérard K. Spéro Quenum dit « quenum » est né en 1971 à Porto Novo au Bénin,
où il vit et travaille. Il s’est formé en visitant très jeune les ateliers d’artistes de sa
ville natale et a été encouragé par certains d’entre eux. Son travail alterne peintures
et assemblages constitués de poupées en plastique usagées et de différents objets
récupérés.
Sapeintureàl’acryliquesurtoileestfigurative.Enréalisantdesaplatscolorés,Quenum
utilise une palette minimale, majoritairement constituée de bleus et de noirs, qui se
détachent des fonds blancs. Elle représente essentiellement des petits personnages
en mouvement et des scènes de vie quotidienne librement positionnés dans l’espace
bidimensionnel de la toile.
Quenum est en perpétuel renouvellement artistique. Il dit ne pas vouloir se « copier »
lui-même et est toujours à la recherche de nouveaux moyens plastiques pour
s’exprimer, en conservant une conscience aigüe de la société dans laquelle il vit. Une
de ses sculptures intitulée Femmes Peuhl est exposée au prestigieux British Museum
à Londres, en Grande-Bretagne.
75
Egoun-goun, acrylique sur toile, 120x120 cm, 2019
Catalogue Contemporary Benin
Sur
le
lac,
acrylique
sur
toile,
160x120
cm,
2019
78
Duo, acrylique sur toile, 160x120 cm, 2019
79
Promenade, acrylique sur toile, 120x120 cm, 2019
80
JULIEN VIGNIKIN
JULIEN VIGNIKIN, artiste béninois né à Ouidah en 1966, il vit et travaille à Auxerre
en Bourgogne.  Peintre, sculpteur, plasticien, il est diplômé de l’École des Beaux- Arts
de Dijon, Julien VIGNIKIN est passé par toutes les étapes de la création artistique :
dessins, peintures, sculptures, installations.
Tout en maîtrisant les bases académiques, il se forge son style. Il se laisse emporter
par ses émotions, source de sa créativité. Sage, provocateur, indiscipliné, dandy,
ancré dans son époque, Julien VIGNIKIN est un poète qui puise son inspiration aux
sources de l’Europe et de l’Afrique.
Sa création paraît chaotique, cependant elle repose sur un décryptage précis, très
analytique. Il espionne, observe la société, ses semblables. Présent dans les grandes
salles de ventes, Julien VIGNIKIN, fait partie de cette génération d’artistes en vue
sur la scène du marché de l’art africain.
81
L’artiste, huile sur toile, 146x130 cm, 2016
82
Ambiguité, huile sur toile, 146x130 cm, 2020
83
Palabre, huile sur toile, 100x100 cm, 2000
84
Identité, huile sur toile marouflée sur bois, bois et clous, 120x96 cm, 2008
85
Trinité, huile sur toile, puces électroniques, 146x130, 2016
nathanael vodouhé
nathanael vodouhé est né en 1986 à Cotonou au Bénin, où il vit et travaille.
L’artiste peintre et sculpteur expose ici certaines de ses sculptures. Il s’agit
essentiellement de figures de bois peint et pour partie parfois volontairement
calcinées.
Vodouhé s’intéresse en effet au consumérisme et à la destruction qu’il engendre. Il a
ainsi choisi de donner un visage à l’addiction au tabac et à ses conséquences néfastes
sur le corps humain. Ses sculptures en bois élancées sont donc une représentation
de cigarettes qui se consument, au détriment de leurs formes néanmoins élégantes
et raffinées.
Par ailleurs, les bustes sculptés par l’artiste ont été réalisés avec une attention portée
à l’apparat. Ils sont surmontés de coiffes structurées, composées à l’image de celles,
remarquablement ouvragées, du continent africain.
87
Série buste III, bois brûlé et acrylique, 93x35x35 cm, 2020
88
Série métaphore, bois brûlé et acrylique, 2020
Catalogue Contemporary Benin
90
Série buste II, bois brûlé et acrylique, 95x30x30 cm, 2020
91
Série buste I, bois brûlé et acrylique, 85x30x30 cm, 2020
DOMINIQUE ZINKPÈ
Dominique Zinkpè est né en 1969 à Cotonou au Bénin, où il vit et travaille.
Autodidacte et polyvalent, il s’exprime par le dessin, la peinture, la sculpture, la
performance et l’installation.
Tandis qu’il grandit à Abomey, capitale historique du Bénin, il est très tôt marqué
par les exercices nocturnes des cérémonies de la culture animiste. Le devenir du
jeune adolescent est impacté par les sons, les danses, et les oracles. La photographie
n’étant pas autorisée lors des cultes, le seul moyen de capter l’âme et l’énergie des
cérémoniesvodunss’estrévéléêtreledessin.Zinkpépossèdedéjàuntalentparticulier
en la matière, d’ailleurs remarqué par ses professeurs. Artiste désormais confirmé et
reconnu par la scène internationale, les peintures qu’il présente sont l’agrandissement
de dessins originels, sur lesquels il appose des timbres comme symbole d’une ouverture
vers le monde et la créativité.
Ses sculptures sont le plus souvent constituées d’accumulations d’ibedjis, ces
représentations des jumeaux décédés, appelés vodun hoxo en langue fon, auxquels
les familles vouent un culte. « L’objet ibedji même, par son esthétique, sa beauté,
m’intéresse  » dit Zinkpè. «  Parmi l’éventail des nombreux types de sculptures qui
existent en Afrique, celle-ci est l’une des rares qui n’est pas chargée et n’a pas à être
désacralisée pour être introduite en Occident. Elle est directement liée à l’homme
et à sa naissance. C’est devenu pour moi un matériau de travail. Les ibedjis ont une
force cultuelle au Bénin bien sûr, mais aussi au Togo, au Ghana et au Nigeria. C’est
une célébration de la naissance des jumeaux perdus qui permet d’apaiser la douleur
des parents. Ils représentent tout un système spirituel assez beau et fort. À l’époque,
j’étaisàlarecherched’uneidée,d’unconcept,d’unematière,quimelieintrinsèquement
à ma culture, et je l’ai trouvé dans les ibedjis. »
93
Elégance humaine, figurines de bois amalgamées, 230x25x50 cm, 2020
94
Cérémonial, huile, acrylique, pastel et collage sur toile, 200x200 cm, 2020
95
Convoitise, huile, acrylique, pastel et collage sur toile, 200x200 cm, 2020
Catalogue Contemporary Benin
97
Plaisir
nocturne,
huile,
acrylique,
pastel
et
collage
sur
toile,
130x200
cm,
2020
Catalogue Contemporary Benin
À PROPOS
DE L’ART CONTEMPORAIN AU BÉNIN
ILLA DONWAHI
FONDATION DONWAHI
101
Montrer Nos Artistes Sur Nos Sols Pour
en Conserver Les Traces
Au cours des dernières années, l’art dit « contemporain africain »
a explosé, et revivifié un marché global blasé.
Des initiatives ont été développées, notamment en sol européen,
pour faire connaître la production culturelle africaine. Des
initiatives toutes louables, mais n’est-il pas temps qu’également
nous racontions nous mêmes notre Histoire, nos Humanités,
sans ethnocentrisme, sans exclusivité ?
N’est-il pas temps que des initiatives éclosent sur nos sols,
puisent leurs forces dans nos racines avant d’aller à la rencontre
des autres ?
N’est-il pas temps que des initiatives
éclosent sur nos sols, puisent leurs
forces dans nos racines avant d’aller à
la rencontre des autres ?
102
CONTEMPORARYBENIN, projet initié par le collectionneur
Idelphonse Affogbolo réunissant une équipe multiculturelle, nous
semble répondre à cette urgence. Parce qu’il fait de nous des
acteurs, et non plus seulement des spectateurs, dans la mise en
valeur et dans la monstration, ce projet nous est apparu comme
fondamental et unique en termes de conception et de démarche.
Une Nation, dans sa composante artistique et culturelle, va à
la rencontre d’autres Nations. C’est ici le Bénin, dont l’histoire
riche et majestueuse est ancrée dans de profondes racines, qui
témoigne de sa forte contemporanéité à travers une sélection
d’œuvres d’artistes confirmés et émergents.
La Côte d’ivoire est l’étape inaugurale de l’exposition
CONTEMPORARYBENIN, premier volet qui s’ouvre à Abidjan,
la capitale économique du pays. Abidjan la cosmopolite, l’une des
plus dynamiques plateformes africaines en ce qui concerne les
arts visuels et vivants, offre sur son sol un dialogue inédit entre
artistes béninois, et ouvre ainsi la voie à des alliances de progrès
entre Africains.
En cela, CONTEMPORARYBENIN rejoint la ligne que la
Fondation Donwahi s’est tracée dès sa création en 2008  :
soutenir et présenter la création contemporaine africaine dans
toute sa pluralité, faire en sorte que les artistes africains ne
soient plus considérés comme des étrangers sur leur propre sol.
Il s’agit aussi et surtout de passions partagées, d’histoires
d’humanités qui relèvent, au-delà de simples accrochages
sur des murs blancs, le défi consistant pour ce continent en
la réappropriation de ses histoires, pour les raconter et les
partager avec le reste du monde à travers la diversité et la
richesse des créations des artistes présentés.
103
Contrairement aux usuelles argumentations, notre continent
possède des structures, de multiples compétences, des
professionnels passionnés, capables de valoriser les raconteurs
et conteurs d’histoires que sont ses artistes.
Pour cette première de CONTEMPORARYBENIN à Abidjan,
mission a été confiée à La Galerie Amani et à la Fondation Donwahi,
de présenter dans leurs espaces cette sélection d’œuvres qui
explorent en toute liberté et avec une certaine poésie des thèmes
universels.
Les artistes présentés ont tous accepté le défi de créer des
œuvres originales, affichant ainsi leur confiance en ce projet, leur
confiance en l’avenir du continent, leur ferme volonté d’y jouer
leur partition.
Ne les décevons pas.
Ensemble, parcourons, apprécions, collectionnons etc., pour enfin
valoriser les talents dont l’Afrique regorge.
Trait d’union, aujourd’hui entre le Bénin et la Côte d’Ivoire, demain
avec d’autres pays, CONTEMPORARYBENIN est une preuve de
la vitalité de l’Afrique, de sa diversité et de son excellence.
Enfin, espérons que les dynamiques insufflées depuis quelques
annéesparlescréateurs,lesespacesculturelsetlescollectionneurs
privés rencontrent l’adhésion de nos États et décideurs publics
par la mise en place de fonds d’acquisition d’œuvres.
Pourqu’enfins’établissentdesbasesdecollectionsinstitutionnelles
afin de rassembler en terre africaine les meilleures productions de
nos artistes.
Pour qu’enfin il ne s’agisse plus seulement de montrer sur nos sols
mais aussi d’en conserver traces.
Ensemble,
Parcourons,
Apprécions,
Collectionnons.
LÉON N’GUETTA
GALERIE AMANI
105
IMPACT
Ce n’est pas parce qu’ils sont béninois ou “dahoméens” que nous
les aimons; ce n’est pas parce qu’ils représentent une Nation que
nous les aimons, tout cela serait justifiable et justifié; nous les
aimons et admirons pour leurs œuvres car ils sont contemporains
et que leurs œuvres sont contemporaines...
L’art n’a pas de frontières, il est possible de l’utiliser ou de la
manipuler, d’en faire un repoussoir, mais là où l’art s’exprime, la
politique s’incline.
Qu’est-ce que l’art contemporain? La question est qu’est-ce que
l’art, un point un trait.
L’art est une question, une interrogation; l’art est un reflet,
l’émanessence d’une époque, d’un instant, d’un effuve.
Une œuvre est une œuvre comme un bébé, un enfant, est un
enfant, elle grandira et deviendra. Qu’importe l’origine, le talent
s’exprime et la vie l’anime.
Certains se demanderont pourquoi des béninois? Des
ressortissants d’Afrique de l’Ouest ou des “Quartiers Latins”?
Ce sont des artistes tout simplement et des artistes de talents...
et nous aimons les artistes.
Le talent ne se nationalise pas, encore moins les œuvres... il faut
les préserver, il faut les aimer.
L’art laisse un impact, c’est une trace d’un présent, d’une réalité,
c’est une main tendue, une émotion qui traverse et transcende le
temps et les frontières, c’est un impact.
ANDRÉ JOLLY
ANCIEN DIRECTEUR DE L’INSTITUT FRANÇAIS AU BÉNIN
107
Everything is art. Everything is politics
Tout est art. Tout est politique.
Ai Weiwei
 
L’art lave notre âme de la poussière du
quotidien.
Pablo Picasso
Ce n’est pas un hasard si l’ancien Dahomey, aujourd’hui
République du Bénin, avait été surnommé « Le Quartier latin de
l’Afrique » car ce petit pays, doté d’un patrimoine historique et
culturel particulièrement riche, s’est distingué de tout temps
par la qualité de ses productions artistiques que ce soit dans le
domaine de la musique, de la littérature, des arts de la scène et
aussi, peut-être surtout, dans le domaine des arts plastiques.
Le Bénin est un pays où les traditions sont très présentes. Et
les traditions n’y sont pas, comme dans beaucoup de contrées,
un folklore plus ou moins désuet. Elles sont l’expression de la
spiritualité très riche qui caractérise les cultes, imprègne la vie
quotidienne et le geste créateur de l’artiste. Ce n’est pas un
hasard si les œuvres des artistes béninois sont marquées par
cettespiritualitéetdégagentunetrèsfortechargeémotionnelle.
Elles parlent directement au cœur et à la sensibilité de l’homme.
Mais le pays n’en est pas pour autant refermé sur son passé car
les béninois, les artistes en particulier, savent très bien faire le lien
entre ce passé qu’ils assument et le présent du village planétaire
mondialisé dans lequel ils baignent tout aussi complètement.
108
Il n’y a pas d’école des Beaux-Arts au Bénin. Les artistes, dans
leur grande majorité, sont donc autodidactes. Ils se côtoient,
ils échangent et ils observent, beaucoup. Et, de fait, au Bénin,
l’art est visible partout, pour celui qui veut bien le voir. Dans les
dessins des pagnes, dans l’architecture des coiffures féminines,
dans la démarche majestueuse de la dame qui porte un plateau
de légumes colorés sur la tête, dans l’agencement savant du
présentoir portable du marchand ambulant de lunettes de
soleil, dans les étalages et le foisonnement du grand marché
de Dantokpa. Ah  ! Dantokpa  ! Gigantesque installation à ciel
ouvert et à longueur de venelles bigarrées. Si vous parcourez
cet immense marché ou encore les «  vons  » (1) de Cotonou,
la capitale économique du Bénin, vous êtes au royaume du
commerce injustement qualifié d’informel. Ici, on vend de tout.
Absolument de tout. On installe sur quelques planches, contre
un mur, sur une grille, aux branches d’un arbre, par terre,
quand ce n’est pas sur soi-même, les produits et les objets les
plus divers. Est-ce donc un hasard si des artistes-installateurs
béninois ont su mettre en scène - et en galerie, en musée, en
exposition (au sens occidental) - ce formidable fourmillement,
cet entrelacement d’objets que les innombrables vendeurs, mais
surtout vendeuses, rivalisant d’ingéniosité et de sens artistique,
exposent dans les rues et les marchés pour attirer le chaland.
On pourrait dire que les vons et les marchés de Cotonou
constituent les plus vastes installations d’art contemporain au
monde. Non, il n’est pas étonnant que les artistes béninois soient
d’ingénieux installateurs (mais pas seulement) dont les œuvres
se retrouvent dans nombre de grandes institutions, dont le
British Museum, la Tate Modern, aux Biennales de Venise et de
São Paulo, à la Documenta de Kassel et dans les collections d’art
les plus réputées.
Cette accumulation d’objets n’est pas sans rapport avec le fait
que rien ne se perd, ou plutôt que tout se récupère et se recycle
au Bénin comme presque partout en Afrique. Mais si les jeunes
artistes « ne sont pas des chiffonniers, ils partagent avec eux
cet élan spontané à arpenter les décharges à la recherche
de la pièce rare. La pièce, le bout de fer, de fil, de tissu, de
plastique, de cuir ou tout autre objet qui manque à la charpente
de l’architecture rêvée, à l’harmonie du tableau en attente, à la
cohésion du masque en devenir » (2).
Les objets récupérés sont transcendés et
acquièrent, à travers l’artiste, le statut
d’œuvres d’art nourries de la culture
du pays où elles naissent.
109
Cependant, Il serait réducteur de ne qualifier l’art des artistes
béninois que d’art de la récupération. Les objets récupérés sont
transcendés et acquièrent, à travers l’artiste, le statut d’œuvres
d’art nourries de la culture du pays où elles naissent. « Il y a une
tendance à croire que nous ramassons des objets abandonnés
de façon un peu infantile, ingénue, comme si nous étions obligés
de récupérer ces objets pour créer. La récupération est un acte
réfléchi conduisant à l’élaboration de l’œuvre d’art, permettant
de raconter une histoire ».(3)
L’absence de formation artistique classique a pour corollaire une
grande diversité, une grande liberté, beaucoup de spontanéité
et de sensibilité dans les œuvres de ces artistes qui naviguent,
sans complexe, entre ancestralité et avant-garde, entre leurs
racines africaines et le monde globalisé auquel ils appartiennent
tout autant. Leur langage, leurs messages s’adressent, certes, à
leurs compatriotes mais aussi au reste du monde, comme souligné
par N. Bouillard lors d’une exposition de Gérard Quenum :
«  Puisant leurs racines dans un passé qu’elles assument,
les œuvres de Gérard Quenum témoignent du présent et
interpellent le futur. Elles prônent un métissage temporel,
géographique et culturel. L’artiste “enjambe” littéralement les
océans pour créer des passerelles, élabore un réseau entre les
continents, et aussi les cultures, les générations, les peuples, les
histoires et les diverses temporalités. Son œuvre manifeste la
réalité d’un langage pictural détaché des écoles, des courants,
des académies. L’œuvre n’est pas exotico-africaine. Elle nous
accompagne dans une pensée profondément humaine et
universelle ». (4)
Comme indiqué précédemment, la production artistique au
Bénin se caractérise par sa grande diversité. De techniques, de
médiums, de thèmes, de messages. Si les artistes se côtoient,
échangent, ils ne se copient pas pour autant mais, au contraire,
rivalisent d’originalité dans une saine émulation où les jeunes
jouent leurs partitions sans complexes. Les pratiques sont
très diverses : peinture, sculpture, photographie, assemblages,
installations, vidéo, art brut, art naïf, conceptuel, mais elles sont
sous-tendues par une sensibilité commune, par ce mouvement
de va-et-vient permanent entre tradition et modernité.
Si les artistes se côtoient, échangent, ils
ne se copient pas pour autant mais, au
contraire, rivalisent d’originalité dans
une saine émulation où les jeunes jouent
leurs partitions sans complexes.
110
Lorsque je suis arrivé au Bénin, fin 1998, j’avais été frappé
par la vitalité du milieu des arts plastiques mais aussi par la
très faible présence d’artistes femmes, à l’exception d’Edwige
Aplogan. Aujourd’hui les choses ont beaucoup évolué et de
jeunes femmes (Laeïla Adjovi, Moufouli Bello, Eliane Aïsso,
Sènami Donoumassou, entre autres) ont, depuis 5 ou 6 ans, fait
une entrée remarquée sur la scène artistique béninoise qu’elles
dynamisent en bousculant les préjugés, en s’affichant comme
féministes qui luttent à travers leurs œuvres pour une égalité
entre hommes et femmes.
En effet, ce qui contribue à conférer ce caractère universel aux
œuvres de nombre d’artistes béninois, c’est bien que ce sont
souvent des œuvres engagées qui, à l’instar du combat féministe
de ces nouvelles amazones, dénoncent avec vigueur les maux
dont souffrent la société africaine et, au-delà, l’être humain en
général.
Pour conclure, je laisserai la parole à des amis qui partagent
mon enthousiasme devant la vitalité créatrice des plasticiens
béninois :
«  Certains de ces artistes sont aussi chanteurs, poètes,
stylistes, performers… Ils vivent en Afrique, parfois en Europe.
Mais quoi qu’il en soit, la source de leur travail est un lieu de
fidélité tumultueuse à leur origine au sein duquel ils découvrent
l’intensité secrète de la création, le sacré de la vie, odeurs,
respirations des corps, images dévorantes, forces de la
nature. Leur art est le fruit d’un engagement authentique de
leur imaginaire qui s’alimente de la liberté et de la résistance
de la pensée, véritable démarche politique universelle. Qu’ils
ramassent des poupées abandonnées, crayonnent sur des
cahiers d’écoliers déjà utilisés, qu’ils détournent les outils du
quotidien, qu’ils s’engagent pour l’écologie, contre la violence
du monde et transgressent les codes de nos sociétés, ils ont en
eux cette spiritualité, le souffle occulte des âmes errantes du
vaudou qui vous guide dans les secrets, les métamorphoses de
la vie qui n’a pas encore commencé ou qui se décompose. Loin
de les éloigner de leur temps, cette spiritualité, ces racines
profondément inscrites dans les croyances animistes, en font
des clairvoyants du présent qu’ils traduisent avec vigueur et
inventivité dans leurs rêves éveillés ». (5)
Au Bénin, la mystique du culte des voduns n’est jamais bien loin,
et l’intervention des divinités est requise et doit être honorée :
111
«  … car inventer, c’est imiter Dieu, le temps d’accoucher de
l’œuvre. Et prétendre à ce titre – même dans la fulgurance –
exige d’accomplir des actes précis, des engagements sincères :
honorer Aziza (6) au-delà des moments de transes créatrices.
Magnifier son souffle en dehors de la geste inventrice. Adhérer
à son culte. Devenir son adepte. Par le symbole ou par la foi.
Aziza est entier. Et l’artiste, dans son engagement, doit l’être
tout autant. Bienvenue en religion ! ». (7)
« Ces créateurs, dans leur diversité, dans leurs quêtes, sont
surtout des artistes libres, libres dans le choix des matières
utilisées, libres dans les formes et les sujets traités, libres d’être
ce qu’ils sont. Et comme le coq qui se souvient qu’il a d’abord
été un œuf, ils font de temps à autre des clins d’œil au Tolègba
(fétiche protecteur de la cité), pour lui rendre hommage :
car cet esprit, représenté par un monticule d’argile à la face
d’humain et doté d’un phallus énorme, constitue la première
sculpture de la civilisation vaudou, celle que les ancêtres
ont conçue pour opposer aux forces ennemies la résistance
nécessaire à la survie de la communauté ».
L’art est la plus grande richesse du Bénin et, à ce titre, les
artistes en sont ses meilleurs ambassadeurs. Ils sont appelés à
devenir un facteur essentiel du développement économique de
ce grand petit pays autrefois surnommé « Le Quartier Latin de
l’Afrique ».
(1) « Vons ». À Cotonou, désigne en général une rue non asphaltée, mais…
pas seulement. Le mot vient de l’époque coloniale, quand il s’appliquait aux
rues perpendiculaires à la mer qui étaient orientées nord/sud, d’où : vons
(abréviation de : Voie Orientée Nord/Sud).
(2) Florent Couao-Zotti, écricain béninois, dans « Sculpteurs contemporains
du Bénin – De la tradition à la modernité ». Édité par Galerie Vallois, 2013.
(3) Dominique Zinkpè, dans une entrevue pour La Libre Belgique, 2004.
(4) Nicolas Bouillard, professeur d’arts plastiques, au vernissage d’une
exposition de Gérard Quenum, Chalon-sur-Saône, 2004.
(5) Louis Deledicq, commissaire de l’exposition d’artistes béninois « Là où
l’âme se plaît », Centre d’Art Contemporain du Château de Tanlay, 2019.
(6) Selon la croyance populaire, l’artiste serait possédé par la divinité Aziza
pendant l’acte de création.
(7) Florent Couao-Zotti, dans « Éloge de la souffrance créatrice », préface
du livre-catalogue « Artistes contemporains du Bénin – Artistes du Monde »
par A. Jolly, édité par la Galerie Vallois et l’Union Européenne, 2020
VALENTINE PLISNIER
Historienne d’Art
113
Artistes contemporains du Bénin – Artistes
du Monde, et leur présence à Abidjan
Artistes contemporains du Bénin – Artistes du Monde, j’emprunte
ici le titre du dernier livre d’André Jolly, ancien directeur du Centre
culturel français à Cotonou (actuel Institut français), paru en 2020 et
édité en partenariat avec la galerie Vallois et la Délégation de l’Union
européenne au Bénin. Quatre-vingt-deux artistes y sont représentés
et leur présence témoigne de la dimension mondiale de leur travail,
dimension que, précisément, la ville d’Abidjan met aussi à l’honneur en
accueillant dans ses murs trois expositions d’envergure.
«  Émergence  », «  effervescence  », «  étonnante vitalité  », tels sont
les qualificatifs les plus généralement employés par les acteurs de
l’art pour définir la création plastique contemporaine au Bénin, pays
considéré comme le Saint-Germain-des-Prés du continent africain.
Idelphonse Affogbolo et Robert Vallois ne limitent pas leur volonté de
faire connaître la teneur exponentielle et « diverselle » de la création
contemporaine de ce pays de l’Ouest africain. Ils agissent pour offrir
au public africain un accès à l’art du Bénin.
Ainsi, les promoteurs de cet évènement, ont attiré l’attention de la ville
d’Abidjan,vastelieud’échangesculturels,surlapertinenced’organiser
des événements d’ampleur et de stimuler l’intérêt d’une ouverture du
marché de l’art de la Côte d’Ivoire vers le Bénin. C’est ainsi que la
création contemporaine béninoise, au travers des expositions d’une
centaine d’œuvres de 14 artistes béninois à Abidjan, s’ouvre au regard
de la Côte d’Ivoire et des acteurs de sa vie artistique. Se trouvent ainsi
conjugués les efforts d’institutions publiques et privées pour révéler
au monde l’intensité du rayonnement de l’art contemporain africain.
José PLIYA
Auteur et metteur en scène
115
DU GENIE ARTISTIQUE BENINOIS
François René de Chateaubriand, grand écrivain du romantisme
français a écrit le « génie du christianisme ».
Par extension il est de coutume de se demander qu’est ce qui fait le
«génie» d’une nation, d’un pays, de son peuple.
Pour certains c’est le commerce ; pour d’autres, les sciences ; pour
d’autres encore la culture et les arts…
Si l’on prend ce prisme des arts on peut aisément dire que les
congolais portent la musique à des sommets inégalés, là où les
cinéastes burkinabés sont au cinéma africain ce que les haïtiens sont
à la littérature : des modèles uniques d’excellence et de talent.
Pour ma part, il me semble que le génie artistique béninois s’exprime
par les arts plastiques. Il y a chez nos plasticiens une inventivité
dans les styles, une originalité singulière dans les thématiques,
un tel foisonnement de productions diverses et variées qu’on est
véritablement surpris et saisi lorsqu’on les découvre.
Il n’y a pourtant pas (encore) d’école des beaux arts au Bénin et les
initiations scolaires ou académiques sont largement insatisfaisantes.
Maisilyatroissièclesd’unemêmedynastie,celleduroyaumed’Abomey
qui a su capter à la cour les meilleurs artisans et artistes, pour célébrer
la beauté, le beau, la magnificence et l’éternité des Agassouvi. (1)
IlyaindéniablementcerapportàlareligionVaudou,véritable«fabrique
des Dieux » où, grâce à la divinité Aziza, inspiratrice des artistes, on
invente des formes pour rendre l’invisible accessible, concret, vivant
comme une œuvre plastique.
Il y a enfin, comme dans tout « génie » artistique, et n’en déplaise à
Aziza, beaucoup de travail – 99 % paraît-il – .
Il faut s’être rendu dans les « ateliers » de ces créateurs, entre
nuisances sonores environnantes, précarité des outils de création,
sueurs, recyclage, débrouille, récupération, frugalité des repas,
souffrance et douleur pour admettre avec Chateaubriand qu’au bout
du compte ce que l’artiste transmet ce n’est pas son génie mais son
sang, sa vie.
Venez découvrir la vie palpitante de quelques artistes béninois.
(1) Agassouvi : les descendants du roi Agassou, né de l’union de sa
mère Aligbonon ave une panthère noire. Ils sont les fondateurs, entre
autre, du royaume d’Abomey.
REMERCIEMENTS
117
Bénéfic Productions tient à remercier en premier lieu tous les artistes qui se sont attelés à produire
les œuvres originales pour cette exposition.
Que toutes les personnes et institutions qui ont contribué à la réalisation de cette exposition, par
leur disponibilité, leur action et leur conseil reçoivent notre profonde gratitude :
Le Ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts de la République du Bénin, Monsieur Jean Michel
ABIMBOLA et ses équipes,
Madame Carole BORNA,
Madame Léa AWUNU, Directrice Générale de l’Agence Galerie Nationale du Bénin,
Monsieur Dominique Zinkpè qui a participé à la mobilisation des artistes,
Madame Illa Ginette DONWAHI, Présidente de la Fondation DONWAHI pout l’art contemporain et
ses équipes,
Monsieur Jean Léon NGUETTA, Fondateur de la Galerie AMANI,
Monsieur Adenile BORNA SOGLO, Directeur Général de Universum,
Madame Léa PERIER LOKO et Madame Julie BANÂTRE, Fondatrices de SEPTIEME Gallery à
Paris,
Que tous les auteurs de ce catalogue reçoivent nos sincères remerciements :
Monsieur José PLIYA, Auteur et Dramaturge,
Monsieur André JOLLY, ancien Directeur de l’Institut Français de Cotonou,
Monsieur Issa DIABATE,
Madame Valentine PLISNIER,
Madame Valerie OKA,
Mademoiselle Shade AFFOGBOLO,
Toute notre reconnaissance aux Partenaires officiels :
Monsieur René AYIDETI  Président Directeur Général de Librairie de France et ses équipes,
Monsieur Mikel ORTIZ, Président Directeur Général du PNHG et ses équipes,
Monsieur Yigo THIAM, Président de MODENA,
Monsieur Laurent LOUKOU Directeur Général d’Air Côte d’Ivoire et ses équipes,
Monsieur Corentin ADJOVI, Directeur Général de Comtel Technologies,
Toute notre gratitude à toutes les personnes qui de près ou de loin, et d’une façon ou une autre, ont
soutenu ce projet par leur conseil à la réalisation de cet évènement.
118 PARTENAIRES OFFICIELS
119
p r o d u c t i o n s
Ce catalogue accompagne l’exposition d’art contemporain itinérant
CONTEMPORARYBENIN pour son édition à Abidjan.
CRÉDIT PHOTOGRAPHIQUE
© Charles Placide
Pour Laeïla Adjovi: © Laeïla Adjovi
Pour King Houndekpinkou: © King Houndekpinkou
BIOGRAPHIES
Valentine Plisnier
CATALOGUE
Graphisme et mise en page: SEPTIEME Gallery
EXPOSITION
Commissaire général: Idelphonse Affogbolo
Lieux d’exposition: Fondation Donwahi & Galerie Amani
COMITé ARTISTIQUE
Idelphonse Affogbolo, Julie Banâtre, Issa Diabaté, Illa Ginette Donwahi, Léon
N’Guetta, Valérie Oka & Léa Perier Loko
Edité par TABALA Editions
Imprimé par Atlantik bb, Banja Luka
Tous les droits de l’ouvrage sont réservés.
Tous les droits de reproduction, de diffusion et de traduction réservés.
Toute reproduction, même partielle, interdite, sans autorisation écrite de l’éditeur.
ISBN 978-2-37840-041-5
EAN 9782378400415
Avril 2021 © BENEFIC PRODUCTIONS

Contenu connexe

Similaire à Catalogue Contemporary Benin

Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...
Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...
Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...
forumdavignon
 
Premier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/Unesco
Premier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/UnescoPremier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/Unesco
Premier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/Unesco
Nina Joussain
 
Creative Tourism Network: dossier informatif
Creative Tourism Network: dossier informatifCreative Tourism Network: dossier informatif
Creative Tourism Network: dossier informatif
CreativeTourismNetwork
 
Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...
Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...
Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...
CreativeTourismNetwork
 
Catalogue Mix 2010
Catalogue Mix 2010Catalogue Mix 2010
Catalogue Mix 2010
ludovicdevita
 
Macron : Le programme culture et Médias
Macron : Le programme culture et MédiasMacron : Le programme culture et Médias
Macron : Le programme culture et Médias
Romain Blachier
 
Dossier sponsoring final01062014
Dossier sponsoring final01062014Dossier sponsoring final01062014
Dossier sponsoring final01062014
Helmi El Kh
 
Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...
Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...
Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...
La French Team
 
Promouvoir la diversité dans le secteur culturel
Promouvoir la diversité dans le secteur culturel Promouvoir la diversité dans le secteur culturel
Promouvoir la diversité dans le secteur culturel
La French Team
 
FENAC 2023 VRAI.docx
FENAC 2023 VRAI.docxFENAC 2023 VRAI.docx
FENAC 2023 VRAI.docx
MBocassToure
 
Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg
Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg
Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg
Justine Chevalier
 
Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme
Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme
Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme
NTC
 
Photos Here-There exhibition
Photos Here-There exhibitionPhotos Here-There exhibition
Photos Here-There exhibition
ludovicdevita
 
Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel Onomo Abidjan Airport- Doss...
Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel  Onomo Abidjan Airport- Doss...Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel  Onomo Abidjan Airport- Doss...
Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel Onomo Abidjan Airport- Doss...
Onomo Hotel, African Hotel Development
 
Bilan public 2010
Bilan public 2010Bilan public 2010
La Kreolitude.docx
La Kreolitude.docxLa Kreolitude.docx
Fondation Cartier 30 ans 2014
Fondation Cartier 30 ans 2014Fondation Cartier 30 ans 2014
Fondation Cartier 30 ans 2014
Bâle Région Mag
 
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Les Interconnectés
 
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-RoiTraversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
DOUBLEFACE1
 

Similaire à Catalogue Contemporary Benin (20)

Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...
Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...
Bain & Cie : Terminaux et services connectés : l'expérience culturelle réinve...
 
Premier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/Unesco
Premier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/UnescoPremier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/Unesco
Premier_panorama_mondial_de_l'économie_de_la_culture_et_de_la_creation/Unesco
 
Creative Tourism Network: dossier informatif
Creative Tourism Network: dossier informatifCreative Tourism Network: dossier informatif
Creative Tourism Network: dossier informatif
 
Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...
Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...
Les espaces et les territoires du changement. Proane, 28 juin 2011, Maryline ...
 
Catalogue Mix 2010
Catalogue Mix 2010Catalogue Mix 2010
Catalogue Mix 2010
 
Macron : Le programme culture et Médias
Macron : Le programme culture et MédiasMacron : Le programme culture et Médias
Macron : Le programme culture et Médias
 
Dossier sponsoring final01062014
Dossier sponsoring final01062014Dossier sponsoring final01062014
Dossier sponsoring final01062014
 
Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...
Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...
Quelle raison d'espérer pour 2016 ? Entreprendre la culture (Le Quotidien de ...
 
Promouvoir la diversité dans le secteur culturel
Promouvoir la diversité dans le secteur culturel Promouvoir la diversité dans le secteur culturel
Promouvoir la diversité dans le secteur culturel
 
FENAC 2023 VRAI.docx
FENAC 2023 VRAI.docxFENAC 2023 VRAI.docx
FENAC 2023 VRAI.docx
 
Creative Tourism Network
Creative Tourism NetworkCreative Tourism Network
Creative Tourism Network
 
Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg
Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg
Dossier de partenariat Les Halles du Faubourg
 
Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme
Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme
Touristes et Habitants_ Marseille 5 juillet 2012_ Comptoirs du Etourisme
 
Photos Here-There exhibition
Photos Here-There exhibitionPhotos Here-There exhibition
Photos Here-There exhibition
 
Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel Onomo Abidjan Airport- Doss...
Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel  Onomo Abidjan Airport- Doss...Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel  Onomo Abidjan Airport- Doss...
Exposition de photos de Raymond Dakoua à l'hôtel Onomo Abidjan Airport- Doss...
 
Bilan public 2010
Bilan public 2010Bilan public 2010
Bilan public 2010
 
La Kreolitude.docx
La Kreolitude.docxLa Kreolitude.docx
La Kreolitude.docx
 
Fondation Cartier 30 ans 2014
Fondation Cartier 30 ans 2014Fondation Cartier 30 ans 2014
Fondation Cartier 30 ans 2014
 
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
 
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-RoiTraversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
 

Catalogue Contemporary Benin

  • 3. 3 PARTAGE En partenariat avec le Ministère de la Culture et des Arts de la République du Bénin, la Fondation Donwahi à Abidjan, SEPTIEME Gallery à Paris et la Galerie Amani à Abidjan, nous sommes heureux de présenter CONTEMPORARYBENIN, une exposition d’artistes béninois. Depuis son essor mondial à partir de 1945, la notion d’Art contemporain devient un enjeu majeur des politiques culturelles des États. Il constitue un véritable levier d’expression des identités culturelles d’un pays, d’une région, voire d’une communauté. Les œuvres d’art ne sont-elles pas partie intégrante du patrimoine historique d’une nation et ne participent-elles pas à la production de la richesse nationale ? L’art conceptuel africain a été révélé au grand public en 1989, avec l’Exposition Les Magiciens de la Terre, qui a fait entrer les artistes africains dans la contemporanéité artistique mondiale. Tandis qu’il bouscule les règles académiques occidentales, l’Art contemporain « africain » ose, provoque, fait réfléchir, donne à ressentir et devient un véritable médiateur social, environnemental et politique. En se saisissant des facteurs socio- économiques et culturels, et comme le disait Cheick Anta Diop, « les artistes africains convoquent les trois éléments de l’univers : la nature, l’homme et le divin, pour donner à leurs créations une dimension esthétique toute particulière ». Avec cette ouverture au monde, nous assistons à une libération d’énergies créatrices, un foisonnement de vocations, une diversité d’expressions et de tendances artistiques soutenues par les acquis des Ecoles de Dakar, de Poto-Poto, de Koumasi, de Luanda ou encore de Johannesburg.
  • 4. 4 Néanmoins, cette vitalité de la scène artistique africaine manque cruellement de visibilité, de promotion, de notoriété, de circularité et de moyens. À ces manques sur le continent, des réponses ont été notamment apportées par l’organisation des Biennales de Dakar, de Luanda et de Johannesburg, 1- 54, AKAA. Depuis quelques années, on assiste à l’ouverture de galeries privées et de fondations pour l’art contemporain qu’il convient de saluer; d’importants projets privés ont vu le jour au Bénin avec la Fondation Zinsou, et la création récente au Maroc de la Fondation pour le Développement de la Culture Contemporaine Africaine porte une promesse d’un partage de nos rêves communs. Des initiatives publiques ambitieuses s’organisent à Lomé avec le Palais, une politique culturelle audacieuse se révèle au Bénin avec la Galerie Nationale de Cotonou. Un mouvement est en marche, mais il reste encore à faire pour le voir s’épanouir au niveau régional et sur le continent tout entier. Je dis ici ce que tout le monde sait et que l’on ne répètera jamais assez : l’économie culturelle reste à inventer, par la création d’un véritable marché de l’art africain et de centres de formations artistique. Il s’agira entre autres de jeter les bases d’une véritable politique de l’industrie des arts culturels et de sanctuariser le statut de l’artiste. Pourquoi devrions-nous apprendre par les médias que tel artiste africain déniché par un autrichien ou un belge est exposé et célébré à Miami à Londres ou à Paris ? Pourquoi devrions–nous voyager à Londres, à Paris, à Bruxelles ou à New-York pour admirer et ressentir les émotions des œuvres des artistes africains, quand ce sont nos rêves qu’ils nous donnent à voir dans le miroir de leurs tableaux, nos divinités qu’ils interrogent, nos endurances quotidiennes qu’ils subliment en créant tant de beauté ? Pourquoi devrions-nous laisser délibérément s’évaporer notre mémoire culturelle et notre identité artistique contemporaine ?
  • 5. 5 Pourquoi devrions-nous laisser délibérément s’évaporer notre mémoire culturelle et notre identité artistique contemporaine ? L’appropriation de leurs cultures par les africains - et je ne parle pas des élites - doit devenir un engagement citoyen et nos États doivent donner l’exemple en créant des fonds de collection d’art contemporain africain. En proposant cette exposition, notre intention est de participer, ànotreniveau,àlacircularitéetàlavisibilitédel’artcontemporain africain en Afrique. CONTEMPORARYBENIN commencera donc à Abidjan pour se poursuivre ensuite à Dakar et à Cotonou. Le Bénin et la Côte d’Ivoire partagent une géographie, une histoire, un espace politique et des représentations symboliques et cultuelles. Faire voir et mettre en partage sur la scène ivoirienne, plus d’une centaine d’œuvres (peintures, sculptures et photographies) de 14 artistes béninois, c’est favoriser ce brassage culturel qui devrait cimenter au-delà des échanges économiques notre appartenance à une zone culturelle diversifiée, forte et majeure. Cette exposition est conçue comme un partage, sans thèmes, sans consignes, afin de laisser libre cours à l’expression des caractères de chaque artiste, en juxtaposant des styles, des techniques et des matériaux. Chaque œuvre propose une conversation poétique sur la contemporanéité de notre société, nous voici invités. Pourquoi devrions–nous voyager à Londres, à Paris, à Bruxelles ou à New-York pour admirer et ressentir les émotions des œuvres des artistes africains, quand ce sont nos rêves qu’ils nous donnent à voir dans le miroir de leurs tableaux, nos divinités qu’ils interrogent, nos endurances quotidiennes qu’ils subliment en créant tant de beauté ?
  • 7. 7 Le BENIN, Terre de plasticiens Le Gouvernement du Nouveau départ du Président Patrice Talon, a pris très tôt la mesure de la réalité de l’immense créativité des plasticiens béninois. S’il est important de toujours laisser libre cours à cette inventivité, il est en revanche du devoir de l’Etat de structurer le secteur et d’assurer le développement socio-économique des acteurs. C’est ainsi que dès l’année 2018, un comité de pilotage a été mis en place pour réfléchir à des réformes stratégiques. A la fin des travaux, ce comité a proposé la création d’une Galerie Nationale qui a pour objectif général de soutenir, promouvoir et valoriser les artistes plasticiens béninois résidant au Bénin et à l’étranger. Elle a pour objectifs spécifiques de : • Révéler les artistes plasticiens et les valoriser à travers différentes expositions de leurs œuvres ; • Créer une dynamique autour du marché de l’art en estimant la valeur marchande des œuvres et en mettant en place un système de cotation ; • Développer le e-ART ; • Former les acteurs du domaine artistique (artistes et professionnels de l’art) ; • Constituer le patrimoine national en acquérant les œuvres. Au sein de la Galerie Nationale toutes les disciplines du secteur des arts plastiques sont retenues : le dessin, la peinture, la sculpture, les installations, la photographie, la vidéo, la performance, etc. Depuis sa création officielle en 2020, le travail a commencé  : les artistes ont été entièrement recensés sur le territoire national, un conseil artistique - bras armé de la Galerie - a été créé, une politique d’acquisition des œuvres a été définie et aussitôt mise en application. Au terme d’une campagne de présélection territoriale d’envergure, 37 œuvres ont déjà été retenues pour faire partie du premier fond patrimonial national. La Galerie Nationale est le catalyseur et le carrefour incontournable d’une ambition inédite pour les arts plastiques en terre béninoise. L’exposition CONTEMPORARYBENIN met en avant 14 plasticiens majeurs ainsi que des talents qui s’affirment. Dans sa volonté de mettre en lumière et promouvoir les plasticiens béninois, le Ministère du tourisme de la culture et des arts accompagne cet évènement dont l’intérêt réside dans l’éclectisme du choix des artistes plasticiens et dans la sélection des lieux et des galeries de prestige sur le continent. Je souhaite plein succès à cette édition de CONTEMPORARYBENIN et je forme le vœu que la création béninoise, riche et généreuse trouve une audience à la hauteur de ses attentes.
  • 9. 9 Un continent résolument contemporain A l’approche des défis d’un monde nouveau, il nous semble de plus en plus évident que les enjeux de demain tournent autour de la capacité de l’humanité à pouvoir se réinventer. L’humain, dans sa globalité est confronté à la vision, ou l’absence de vision concertée de sa propre société, elle-même en pleine révolution. Défis énergétiques, défis de durabilité, pandémie et réchauffement climatique au même titre que l’inter-connectivité et la dématérialisation sont autant d’éléments fondamentaux à la base de la mutation silencieuse mais profonde qui, dans un futur proche requalifiera le contrat que nous avons avec notre société. Dans un contexte ou l’industrialisation massive, la consommation et le pouvoir financier sont considérés comme marqueurs de développement, il est important de projeter une certaine vision qui pour être contemporaine doit être alternative. L’Afrique, longtemps imaginée comme terre des échecs, se trouve aujourd’hui grâce à sa faible industrialisation, en pole position pour l’expérimentation de schémas autres que ceux développés par une dynamique mondiale trop systématisée. Une dynamique qui produit, de New York à Kuala Lumpur une seule et même vision de développement. Une dynamique qui peut même être brutalement interrompue par l’apparition d’un virus.
  • 10. 10 Il est donc impérieux de comprendre que les défis auxquels nous faisons particulièrement face en Afrique, et surtout la temporalité dans laquelle ils s’inscrivent, sont clés : croissance démographique, faiblesse des gouvernances centralisées au niveau de l’État, défis de durabilité (sur lesquels nos environnements ruraux sont un exemple), enjeux du monde numérique (sur lesquels nos environnements urbains sont un cas d’école). Ces défis sont un terreau fertile pour inventer un autre lien social entre l’humain et son environnement. Nous savons tous l’expertise technique et technologique développée ces dernières décennies grâce aux progrès scientifiques. Ces avancées sont capables d’une sophistication technique extrême mais peinent à infléchir le cours de l’humanité… En revanche, elles peuvent être des vecteurs de mutations inédites et inattendues: leur application en terre africaine transforme technologie en solution, à l’image du Mobile Banking ou encore de l’usage de drone au Rwanda pour la distribution de sang à des cliniques hors réseau routier (chose impossible à faire dans la majorité des environnements occidentaux car non conforme aux règlementations aérospatiales). C’est en quelque sorte, c’est en Afrique qu’existe le vrai champ d’expérimentation de ces technologies, car en fait chez nous, « l’esprit » domine la matière. Les enjeux de la contemporanéité mettent en avant notre pouvoir de transformer le monde par une approche autre, dont l’essence réside en notre capacité d’absorber mais aussi de transformer les influences extérieures, de les associer à des dynamiques locales avant de les réinjecter dans la matrice, de générer une autre vision de l’humain ou l’épanouissement est un droit et la culture un vecteur essentiel de transmission. Ces défis sont un terreau fertile pour inventer un autre lien social entre l’humain et son environnement.
  • 11. 11 L’Art, premier lien entre l’esprit et la matière est un formidable outil qui nous permet de faire « l’état des lieux » de nos « états d’esprits », premiers éléments conceptuels du monde de demain. L’Art, premier lien entre l’esprit et la matière est un formidable outil qui nous permet de faire « l’état des lieux » de nos « états d’esprits », qui sont les premiers éléments conceptuels du monde de demain. Un monde ou l’Afrique enfin partage le creuset de son expérience d’abord avec elle-même puis avec le monde, renforce de facto sa pluralité et affirme de façon décomplexée sa vision singulière du monde. Il est temps que nos créations contemporaines s’échappent des géographies coloniales (frontières) pour rejoindre une forme d’appartenance psychologique à une région où les esprits sont « cousins ». Exposer CONTEMPORARYBENIN à Abidjan renforce l’idée que notre espace contemporain est régional avant tout. Les liens entre Abidjan et Cotonou me semblent plus profonds et certainement plus évidents que ceux que nous développons aujourd’hui avec les espaces de promotion de l’art, trop souvent délocalisés en terre Occidentale. Cet éloignement géographique est un non-sens à l’heure où certains pays africains, et notamment le Benin, multiplient leurs initiatives pour le rapatriement des œuvres dites «  d’art  premier  » sur leurs terres d’origine.
  • 14. Franco-béninoise, LAEÏLA ADJOVI a grandi dans plusieurs pays africains. À 20 ans, lors d’un stage à New-Delhi dans une ONG indienne, elle fait ses premiers pas en photographie. Elle s’initie ensuite aux techniques de la photographie argentique et du laboratoire. En 2006, diplômes de sciences politiques et de journalisme en poche, elle travaille dans la presse à Paris, puis dans le Pacifique, en Nouvelle-Calédonie. Elle développe aussi une approche artistique mêlant dessin et photographie. Toujours entre deux supports, c’est pour aller faire de la radio pour la BBC au Sénégal qu’elle revient s’installer sur le continent. Reporter, photographe, auteure, artiste- chercheuse, elle est basée à Dakar, au Sénégal, depuis 2010. En 2015, elle lance avec la journaliste Aurélie Fontaine un projet de photographies et témoignages sur les épouses d’émigrés. Elle photographie des femmes au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, des épouses restées au pays alors que les maris sont partis à la recherche d’une vie meilleure en Occident. Le livre De si longues nuits a été publié chez l’Harmattan en 2018. En 2017, elle organise une exposition photographique pour la Fondation Claudine Talon au Bénin, sur la tradition Guèlèdè, une mascarade yoruba vouée à célébrer des ancêtres féminins – Awon Iya. LAEÏLA ADJOVI
  • 15. 15 Sidikat « Omi, soore fun mi », est une prière à l’eau qui accompagne Sidikat Lawal dans tout ce qu’elle fait. Les langues Yoruba et Fon sont encore aujourd’hui présentes à Cuba, dans de nombreux rites religieux d’ascendance africaine. Abeokuta, Nigéria, juillet 2019 © Laeïla Adjovi
  • 16. 16 Esther Esther Oladele, 10 ans, (à gauche) est initiée à l’orisha appelé Obatala. Dans la mythologie yoruba, Obatala, divinité de la sagesse et de la pureté, est mariée à Yemoja. Mais ce n’est là que l’un des multiples ‘chemins’ de Yemoja. Les Yoruba (et les Fon) croient en la réincarnation. Ainsi, tout comme les hommes, les orishas auraient eu plusieurs vies, plusieurs “chemins” dont les enseignements sont relatés dans un immense corpus de données scientifiques, botaniques, sociologiques et mythologiques appelé Ifa. Ifa est présent das toute l’Afrique de l’Ouest et dans les Amériques. Les perles jouent un grand rôle dans la religion des orishas du Nigéria et dans le vodun béninois, et aussi dans les rites afro-Cubains. Une grande tradition d’artisanat de perles a d’ailleurs traversé l’Atlantique. Ici, calebasse et mamelles proéminentes perlées de blanc constituent un autel pour Obatala à Cuba. Temple de Yemoja à Ibadan, Nigéria, novembre 2018 (à gauche), Ouidah, Bénin, janvier 2019 (au centre), Regla, Cuba, avril 2019 (à droite) © Laeïla Adjovi
  • 17. 17 Tomsasa Cette poupée de Yemaya (à gauche) accompagne Tomasa Hernandez (au centre) depuis quelques années. Cubaine, descendante d’esclaves yoruba, cette fille de Yemaya affirme que, dans l’enfer des plantations, la préservation de leur spiritualité est ce qui a aidé les Africains mis en esclavage à « sauvegarder leur humanité ». Face aux tentatives de réduction de sa foi à de la sorcellerie, Omitonade Ifawemimo, prêtresse de Yemoja au Nigéria, aime rappeler que « dans la spiritualité yoruba, avoir un bon caractère est crucial. ‘Iwapele’ est un concept très important». ‘Iwa’ signifie caratère, et ‘pele’ veut dire ‘doux’. La Havane, Cuba, avril 2019 (à gauche et au centre). Ibadan, Nigéria, novembre 2018. (à droite) © Laeïla Adjovi
  • 18. 18 Yannay Yannay de las Mercedes Rodriguez Gutierrez est initiée à la forme religieuse née à Cuba du syncrétisme entre le catholicisme espagnol, le vodun béninois, et le spiritisme. Yannay est fille de Yemaya, aussi appelée Aflekete dans la Regla Arara. « Cette sainte représente, ma vie, mon âme, tout. C’est mon ange gardien, sans elle je ne suis rien », explique Yannay avec émotion. À cause du synchétisme, à Cuba, les divinités sont appelées indifféremment ‘vodun’, ou ‘saints’. Matanzas, Cuba, décembre 2020. © Laeïla Adjovi
  • 19. Je suis devenue une meilleure photographe quand ‘cueillir le jour’ a pris un nouveau sens. Cueillir la lumière. Récolter des photons comme on ramasse des fleurs. Et avant cela, comme pour une fleur, l’admirer, la surveiller éclore, être à l’affût de chaque mouvement, quand elle ondule et danse. S’émerveiller de la manière dont elle fait et défait les formes et les couleurs. Photographier, c’est figer le reflet fugace du monde visible, mais surtout ravir la lumière elle-même, la garder captive plus loin qu’à la seconde du déclenchement. En marchant dans Les chemins de Yemoja, je voulais enjamber la dichotomie piège lumière-blancheur-pureté contre obscurité-noirceur-péché. Habituer l’œil à une sombreur sans menace. Feutrée, ouatée, onctueuse. Rassurante comme celle de la vie avant le monde. Enveloppante comme l’intérieur d’un ventre. Choyer cette ombre-là partout où elle existe, la fixer sur le papier, y tremper quelques mots. Inventer de nouvelles formes de photosynthèse. Laeïla Adjovi
  • 20. eliane aïsso ELIANE AÏSSO est née en 1989 à Calavi, où elle vit et travaille. Après une formation aux métiers d’art, elle passe un Master en histoire de l’art au Bénin. Très vite, elle s’intéresse à l’installation et à la photographie. Boursière et invitée en résidence au Fresnoy (Studio National des Arts Contemporains) à Tourcoing, en France, elle en ressort diplômée en 2020. Son travail photographique en noir et blanc fait l’usage d’une technique particulière qu’elle a elle-même mise au point. Le processus commence par une prise de vue avec un appareil photographique numérique, imprimée sur un papier Fine Art. L’artiste intervient ensuite au niveau plastique avec du pastel, des lames de rasoirs, du papier de verre, en grattant chacune des épreuves qui prennent alors l’allure de tableaux. Elle réagit ainsi à sa culture traditionnelle béninoise, sa principale source d’inspiration. Hommes, condition des femmes, objets de cultes votifs dont les sens qui font le lien entre l’âme du défunt et ses descendants, sont autant de vecteurs de mémoire dans son travail.
  • 21. 21 Hope VIII, photographie mixte, 70x50 cm, 2020
  • 23. 23 Hope IX, photographie mixte, 50x70 cm, 2020
  • 24. 24 Hope VII, photographie mixte, 70x50 cm, 2020
  • 25. 25 Hope VI, photographie mixte, 70x50 cm, 2020
  • 26. joël Degbo joël degbo est né à Paris. Il vit et travaille à Aulnay sous-bois. Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris avec les Félicitations du Jury, il est aussi diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Nantes où il a, entre autres, suivi un cursus de Peinture et Vidéo à la St Martin School de Londres. Joël Degbo peint ou filme cette sagesse connue de tous : « le passé conseille le futur » dit-il. Au moyen de ses vidéos il montre le présent à l’œuvre, l’instant : un immeuble en destruction, la construction d’une chaufferie... Les images de ces sujets apparemment insignifiants questionnent notre définition du patrimoine. Par opposition, la peinture montre un état où se mêlent le passé, le présent et le futur : on y voit l’abandon, la décomposition d’une carcasse sur le bord d’une route, les végétaux en pousse. Sa peinture parle de nostalgie où la lumière permet de renouveler notre regard, elle est comme un point de vue ou un parti pris. Ici pas d’humains mais uniquement la trace de leurs passages, tout est calme dans ces paysages où les différentes couleurs de la nuit font la lumière.
  • 27. 27 La lumière, huile sur toile, 100x100 cm, 2020
  • 28. 28 Affalé, huile sur toile, 97x130 cm, 2020
  • 30. 30 Phantom Ship, huile sur toile, 96x132 cm, 2020
  • 31. 31 Entre eux et nous, huile sur toile, 60x72 cm, 2020
  • 32. sènami donoumassou sènami donoumassou est née en 1991 à Porto Novo au Bénin, où elle vit et travaille. Depuis l’enfance, elle a toujours été fascinée par l’image, télévisuelle d’abord, puis photographique. Alors qu’elle passait une licence en administration générale et territoriale, sa vocation est née en suivant les cours de l’Union Artistique et Culturelle des étudiants du campus d’Abomey-Calavi. Son regard photographique se porte sur l’Homme, en interrogeant certains de ses caractères existentiels tels que sa spiritualité, son histoire et sa destinée. En enquêtant sur la condition des femmes en Afrique, l’artiste s’est engagée dans cette voie afin de mieux saisir l’humanité. Son travail photographique en noir et blanc utilise la technique du photogramme. Sans l’usage d’un appareil, il s’agit de poser des objets sur un papier photosensible et de les éclairer. Il en résulte des empreintes lumineuses, des traces fantomatiques, des successions de transparences et de nébulosités créant autant de formes informes dont seul le contour permet d’identifier s’il s’agit d’objets de culte de sa tradition animiste, ou de portraits. L’artiste révèle ainsi des caractéristiques individuelles que chaque être possède, en les intégrant de façon résolument contemporaine à une technique mise au jour et expérimentée au début du XXème siècle par l’avant-garde photographique occidentale.
  • 33. 33 Série Le constellé I, photogramme sur dibond, 42x29 cm, 2018
  • 35. 35 Série Trouble, suie sur papier, 42x29 cm, 2020
  • 36. 36 Série Le constellé III, photogramme sur dibond, 42x29 cm, 2018
  • 37. 37 Série Le constellé X, photogramme sur dibond, 42x29 cm, 2018
  • 38. king houndekpinkou King Houndekpinkou dit « king » est né en 1987 à Montreuil, en France. Il vit en France et travaille également au Bénin et au Japon. Sa passion pour la culture traditionnelle japonaise l’a conduit à s’intéresser à la pratique de la céramique à Bizen. Il est formé par le maître céramiste Kayoko Hayasaki avant d’intégrer l’école Arts et Technique de la Céramique à Paris, où il finit sa formation. En 2016, après son séjour japonais, l’artiste intègre une résidence d’artistes au Centre de Lobozounkpa à Abomey-Calavi au Bénin, un espace dédié à l’art et à la culture. King renoue ainsi avec ses origines africaines, et manie la terre de son pays. Il mélange depuis des argiles en provenance des 5 continents et les différentes étapes de cuisson se font successivement au Japon, au Bénin et dans les fours de son atelier en France. King crée des céramiques émaillées avec une talentueuse agilité et un extrême raffinement. Ses voyages ont été pour lui des expériences initiatiques mêlant spiritualité et conjugaison de cultures. Symboliquement, l’usage des quatre éléments essentiels, l’eau, la terre, l’air et le feu donne force à une œuvre en devenir.
  • 39. 39 Totem bleu, céramique émaillée et peinte : mélange d’argile locales béninoises japonaises et nord-américaine, émail bleu, peinture bleue mat, or, 30,5x18x14 cm, 2020
  • 40. 40 The Little Sea Widow: The Sea Shines at the Zenith of my Sorrow II, céramique émaillée : argile blanche, argile locale de Sè (Bénin), argile locale de Betta (Bénin), argile locale de Tamba (Japon), superposition d’émaux bleus, argent, 23x25 cm, 2019
  • 41. 41 Blue Rock, Céramique émaillé : argile noire de Lanzarote (Ile Canaris), émaux bleus, or mat, 24x26,5 cm, 2020
  • 42. 42 Grand Totem, céramique émaillée et peinte: mélange d’argiles locales béni- noises, japonaises et nord-américaines, émail bleu, peinture bleue matte, or, 62x32x18 cm, 2020
  • 43. 43
  • 44. GRÉGORY OLYMPIO Gregory Olympio est né en 1986 à Lomé, au Togo. Il vit et travaille à Besançon, en France. Issu d’une famille métissée, ses origines se partagent entre les cultures française, togolaise et béninoise. À la fois paysagiste et portraitiste, il produit un travail constitué d’aplats, avec une dominante jaune pour les vêtements qui habillent ses personnages représentés en buste. Les caractères personnels de chacun de ses modèles, sont associés dans leurs représentations à des interrogations identitaires (liées aux origines de l’artiste) et à des phénomènes de société identifiables par quelques mots ou quelques phrases peintes à même les habits jaunes comme « Processus de paix », « Eau », « Lumière » ou « Nationalités ? ».
  • 45. 45 Lumière, série Chemises jaunes, acrylique sur papier, 84,1x59,4 cm, 2019
  • 47. 47 Silence flottant, installation Chemises jaunes, technique mixte, 2019
  • 48. 48 Multicultural, série Chemises jaunes, acrylique sur papier, 84,1x59,4 cm, 2019
  • 49. 49 Nationalité, série Chemises jaunes, acrylique sur papier, 84,1x59,4 cm, 2019
  • 50. thierry oussou thierry oussou est né en 1988 à Allada, au Bénin. Il vit et travaille aux Pays- Bas et au Bénin. Prolifique et talentueux jeune dessinateur, il se fait remarquer par l’artiste Edwige Aplogan qui l’inscrit à un atelier d’expression artistique. Son intérêt pour l’art l’emmène aux Pays-Bas où il est formé à la Rijksakademie Van Beeldende Kunsten (Académie des Beaux-Arts d’Amsterdam). Il en ressort artiste confirmé et deviendra enseignant. Vidéaste et peintre, il crée des toiles qui oscillent entre figuration et abstraction. Ses couleurs de prédilection sont le bleu et le blanc qui contrastent avec ses fonds assez souvent peints en noir. Des masques évoluent dans des compositions graphiques abstraites avec l’énergie de la gestuelle liée à l’exercice des cultes animistes. Ses visages représentés sous forme de masques ne sont pas sans rappeler le traitement et les matières des graffitis qu’en son temps, dans les années 1920-1930, le photographeBrassaïcaptaitsurlesmurs,auhasarddesesdéambulationsparisiennes.
  • 51. 51 Le un, technique mixte sur papier, 116x76 cm, 2019
  • 53. 53 The bird can fly, technique mixte sur papier, 152x400 cm, 2019
  • 54. 54 L’humeur, technique mixte sur papier, 60x101 cm, 2019
  • 55. 55 Transition, technique mixte sur papier, 73x91 cm, 2019
  • 56. rémy samuz Rémy Ama Sossouvi dit « Rémy samuz » est né en 1982 à Cotonou au Bénin, où il vit et travaille. Enfant, il jouait avec des fils de fer qu’il tordait pour former des armatures. Ainsi naissent un surnom, « Remi Samuz », et un moyen d’expression artistique dans lequel l’artiste excelle toujours, le travail du métal. Remy Samuz crée des portraits finement ouvragés en fil de fer. Des hommes, des femmes, des enfants et des couples, toujours de taille humaine, prennent forme en conservant les coiffes qui caractérisent la beauté des parures africaines. Son regard s’est aussi porté sur le paludisme. Ce fléau, qui sévit principalement en Afrique, est transmis par les moustiques, que l’artiste récrée et assemble à l’image de nuées. Travaillé en densité au centre des œuvres, le fil de fer, qui peut ici être perçu comme un coup de crayon, laisse à voir le genre de la personne représentée, dont on distingue le visage et la gestuelle. En s’éloignant des contours du portrait, l’entrelacs s’ouvre et s’émancipe, et les brins s’avancent vers l’extérieur comme une douce irradiation. Les fils s’effilochent alors librement en laissant, dans la tridimensionnalité de la sculpture, une place au vide, au dessin de la ligne et à sa légèreté spatiale.
  • 57. 57 Jolie fleur, tissage de fil de fer, 210x140x22 cm, 2020
  • 58. 58 Belle étoile, tissage de fil de fer, 202x144x34 cm, 2020
  • 59. 59 Liberté, tissage de fil de fer, 224x157x32 cm, 2020
  • 60. 60 On love, tissage de fil de fer, 184x152x26 cm, 2020
  • 61. 61
  • 62. julien sinzogan Né en 1957 à Porto Novo au Bénin, JULIEN SINZOGAN vit et travaille à Cotonou et à Epinay-sur-Orge, en France. Alors qu’il était en seconde au lycée Béhanzin à Porto Novo, Julien Sinzogan assiste à un atelier de peinture. Il y trouve sa vocation et y décroche son bac grâce au 20/20 qu’il obtient dans la discipline artistique. Il part en France où il reste deux ans pour passer un BTS en travaux publics. L’école ferme et l’artiste reprend la peinture qui deviendra son mode d’expression. Finement exécutée avec une palette de coloriste confirmé, la peinture de Julien Sinzoganreprésentedesscènesdegenredelaviequotidiennetraditionnelle.Hommes, femmes, lutteurs, etc. se côtoient dans des univers en grands formats. Sa sensibilité se porte également sur la question de l’esclavage et de la diaspora. Les tableaux de navires négriers transportant les esclaves et de leurs voiles immenses tendues par le vent forment un sujet récurrent dans son travail. Il y questionne des hommes en partance avec leurs dieux et leurs cultes. Ainsi Julien Sinzogan honore-t-il également le Dieu du Revenant Egun qui abrite les âmes des déportés.
  • 63. 63 Gorée, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2019
  • 64. 64 La charge des amazones, acrylique et pigments sur toile, 101x130 cm, 2019
  • 65. 65 La charge des égoun-goun, acrylique et pigments sur toile, 100x130cm, 2019
  • 68. tchif Francis Nisaise Chiape Tchiakpè dit « tchif » est né en 1973 à Cotonou au Bénin, où il vit et travaille. À l’origine caricaturiste pour le journal La Nation, il s’est ensuite consacré à la peinture qui est, avec la photographie et les encres sur papier, son principal mode d’expression. Ses toiles majoritairement abstraites étaient d’abord réalisées avec de la latérite et des pigments naturels, avant qu’il n’aborde l’acrylique et l’huile. Des ocres rouge, des bleus, des jaunes, et d’autres couleurs jalonnent ses compositions informelles et font de lui un grand coloriste. Son travail des matières est particulièrement remarquable, qu’il s’agisse de ses aplats ou de graphismes plus librement élaborés. Intarissable, l’artiste est considéré comme un engagé. Il donne au continent africain une place centrale sur la scène mondiale, et fait preuve d’une forte conscience de la situation sociopolitique de l’Afrique, terre aux abondantes ressources. Ainsi son travail s’accompagne d’un discours sur l’importance de la culture pour relever des économies trop souvent fragiles ou fragilisées.
  • 69. 69 Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2020
  • 70. 70 Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2020
  • 71. 71 Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100 cm, 2020
  • 73. détail, Sans titre, acrylique et pigments sur toile, 100x100cm, 2020
  • 74. gérard quenum Gérard K. Spéro Quenum dit « quenum » est né en 1971 à Porto Novo au Bénin, où il vit et travaille. Il s’est formé en visitant très jeune les ateliers d’artistes de sa ville natale et a été encouragé par certains d’entre eux. Son travail alterne peintures et assemblages constitués de poupées en plastique usagées et de différents objets récupérés. Sapeintureàl’acryliquesurtoileestfigurative.Enréalisantdesaplatscolorés,Quenum utilise une palette minimale, majoritairement constituée de bleus et de noirs, qui se détachent des fonds blancs. Elle représente essentiellement des petits personnages en mouvement et des scènes de vie quotidienne librement positionnés dans l’espace bidimensionnel de la toile. Quenum est en perpétuel renouvellement artistique. Il dit ne pas vouloir se « copier » lui-même et est toujours à la recherche de nouveaux moyens plastiques pour s’exprimer, en conservant une conscience aigüe de la société dans laquelle il vit. Une de ses sculptures intitulée Femmes Peuhl est exposée au prestigieux British Museum à Londres, en Grande-Bretagne.
  • 75. 75 Egoun-goun, acrylique sur toile, 120x120 cm, 2019
  • 78. 78 Duo, acrylique sur toile, 160x120 cm, 2019
  • 79. 79 Promenade, acrylique sur toile, 120x120 cm, 2019
  • 80. 80 JULIEN VIGNIKIN JULIEN VIGNIKIN, artiste béninois né à Ouidah en 1966, il vit et travaille à Auxerre en Bourgogne.  Peintre, sculpteur, plasticien, il est diplômé de l’École des Beaux- Arts de Dijon, Julien VIGNIKIN est passé par toutes les étapes de la création artistique : dessins, peintures, sculptures, installations. Tout en maîtrisant les bases académiques, il se forge son style. Il se laisse emporter par ses émotions, source de sa créativité. Sage, provocateur, indiscipliné, dandy, ancré dans son époque, Julien VIGNIKIN est un poète qui puise son inspiration aux sources de l’Europe et de l’Afrique. Sa création paraît chaotique, cependant elle repose sur un décryptage précis, très analytique. Il espionne, observe la société, ses semblables. Présent dans les grandes salles de ventes, Julien VIGNIKIN, fait partie de cette génération d’artistes en vue sur la scène du marché de l’art africain.
  • 81. 81 L’artiste, huile sur toile, 146x130 cm, 2016
  • 82. 82 Ambiguité, huile sur toile, 146x130 cm, 2020
  • 83. 83 Palabre, huile sur toile, 100x100 cm, 2000
  • 84. 84 Identité, huile sur toile marouflée sur bois, bois et clous, 120x96 cm, 2008
  • 85. 85 Trinité, huile sur toile, puces électroniques, 146x130, 2016
  • 86. nathanael vodouhé nathanael vodouhé est né en 1986 à Cotonou au Bénin, où il vit et travaille. L’artiste peintre et sculpteur expose ici certaines de ses sculptures. Il s’agit essentiellement de figures de bois peint et pour partie parfois volontairement calcinées. Vodouhé s’intéresse en effet au consumérisme et à la destruction qu’il engendre. Il a ainsi choisi de donner un visage à l’addiction au tabac et à ses conséquences néfastes sur le corps humain. Ses sculptures en bois élancées sont donc une représentation de cigarettes qui se consument, au détriment de leurs formes néanmoins élégantes et raffinées. Par ailleurs, les bustes sculptés par l’artiste ont été réalisés avec une attention portée à l’apparat. Ils sont surmontés de coiffes structurées, composées à l’image de celles, remarquablement ouvragées, du continent africain.
  • 87. 87 Série buste III, bois brûlé et acrylique, 93x35x35 cm, 2020
  • 88. 88 Série métaphore, bois brûlé et acrylique, 2020
  • 90. 90 Série buste II, bois brûlé et acrylique, 95x30x30 cm, 2020
  • 91. 91 Série buste I, bois brûlé et acrylique, 85x30x30 cm, 2020
  • 92. DOMINIQUE ZINKPÈ Dominique Zinkpè est né en 1969 à Cotonou au Bénin, où il vit et travaille. Autodidacte et polyvalent, il s’exprime par le dessin, la peinture, la sculpture, la performance et l’installation. Tandis qu’il grandit à Abomey, capitale historique du Bénin, il est très tôt marqué par les exercices nocturnes des cérémonies de la culture animiste. Le devenir du jeune adolescent est impacté par les sons, les danses, et les oracles. La photographie n’étant pas autorisée lors des cultes, le seul moyen de capter l’âme et l’énergie des cérémoniesvodunss’estrévéléêtreledessin.Zinkpépossèdedéjàuntalentparticulier en la matière, d’ailleurs remarqué par ses professeurs. Artiste désormais confirmé et reconnu par la scène internationale, les peintures qu’il présente sont l’agrandissement de dessins originels, sur lesquels il appose des timbres comme symbole d’une ouverture vers le monde et la créativité. Ses sculptures sont le plus souvent constituées d’accumulations d’ibedjis, ces représentations des jumeaux décédés, appelés vodun hoxo en langue fon, auxquels les familles vouent un culte. « L’objet ibedji même, par son esthétique, sa beauté, m’intéresse  » dit Zinkpè. «  Parmi l’éventail des nombreux types de sculptures qui existent en Afrique, celle-ci est l’une des rares qui n’est pas chargée et n’a pas à être désacralisée pour être introduite en Occident. Elle est directement liée à l’homme et à sa naissance. C’est devenu pour moi un matériau de travail. Les ibedjis ont une force cultuelle au Bénin bien sûr, mais aussi au Togo, au Ghana et au Nigeria. C’est une célébration de la naissance des jumeaux perdus qui permet d’apaiser la douleur des parents. Ils représentent tout un système spirituel assez beau et fort. À l’époque, j’étaisàlarecherched’uneidée,d’unconcept,d’unematière,quimelieintrinsèquement à ma culture, et je l’ai trouvé dans les ibedjis. »
  • 93. 93 Elégance humaine, figurines de bois amalgamées, 230x25x50 cm, 2020
  • 94. 94 Cérémonial, huile, acrylique, pastel et collage sur toile, 200x200 cm, 2020
  • 95. 95 Convoitise, huile, acrylique, pastel et collage sur toile, 200x200 cm, 2020
  • 99. À PROPOS DE L’ART CONTEMPORAIN AU BÉNIN
  • 101. 101 Montrer Nos Artistes Sur Nos Sols Pour en Conserver Les Traces Au cours des dernières années, l’art dit « contemporain africain » a explosé, et revivifié un marché global blasé. Des initiatives ont été développées, notamment en sol européen, pour faire connaître la production culturelle africaine. Des initiatives toutes louables, mais n’est-il pas temps qu’également nous racontions nous mêmes notre Histoire, nos Humanités, sans ethnocentrisme, sans exclusivité ? N’est-il pas temps que des initiatives éclosent sur nos sols, puisent leurs forces dans nos racines avant d’aller à la rencontre des autres ? N’est-il pas temps que des initiatives éclosent sur nos sols, puisent leurs forces dans nos racines avant d’aller à la rencontre des autres ?
  • 102. 102 CONTEMPORARYBENIN, projet initié par le collectionneur Idelphonse Affogbolo réunissant une équipe multiculturelle, nous semble répondre à cette urgence. Parce qu’il fait de nous des acteurs, et non plus seulement des spectateurs, dans la mise en valeur et dans la monstration, ce projet nous est apparu comme fondamental et unique en termes de conception et de démarche. Une Nation, dans sa composante artistique et culturelle, va à la rencontre d’autres Nations. C’est ici le Bénin, dont l’histoire riche et majestueuse est ancrée dans de profondes racines, qui témoigne de sa forte contemporanéité à travers une sélection d’œuvres d’artistes confirmés et émergents. La Côte d’ivoire est l’étape inaugurale de l’exposition CONTEMPORARYBENIN, premier volet qui s’ouvre à Abidjan, la capitale économique du pays. Abidjan la cosmopolite, l’une des plus dynamiques plateformes africaines en ce qui concerne les arts visuels et vivants, offre sur son sol un dialogue inédit entre artistes béninois, et ouvre ainsi la voie à des alliances de progrès entre Africains. En cela, CONTEMPORARYBENIN rejoint la ligne que la Fondation Donwahi s’est tracée dès sa création en 2008  : soutenir et présenter la création contemporaine africaine dans toute sa pluralité, faire en sorte que les artistes africains ne soient plus considérés comme des étrangers sur leur propre sol. Il s’agit aussi et surtout de passions partagées, d’histoires d’humanités qui relèvent, au-delà de simples accrochages sur des murs blancs, le défi consistant pour ce continent en la réappropriation de ses histoires, pour les raconter et les partager avec le reste du monde à travers la diversité et la richesse des créations des artistes présentés.
  • 103. 103 Contrairement aux usuelles argumentations, notre continent possède des structures, de multiples compétences, des professionnels passionnés, capables de valoriser les raconteurs et conteurs d’histoires que sont ses artistes. Pour cette première de CONTEMPORARYBENIN à Abidjan, mission a été confiée à La Galerie Amani et à la Fondation Donwahi, de présenter dans leurs espaces cette sélection d’œuvres qui explorent en toute liberté et avec une certaine poésie des thèmes universels. Les artistes présentés ont tous accepté le défi de créer des œuvres originales, affichant ainsi leur confiance en ce projet, leur confiance en l’avenir du continent, leur ferme volonté d’y jouer leur partition. Ne les décevons pas. Ensemble, parcourons, apprécions, collectionnons etc., pour enfin valoriser les talents dont l’Afrique regorge. Trait d’union, aujourd’hui entre le Bénin et la Côte d’Ivoire, demain avec d’autres pays, CONTEMPORARYBENIN est une preuve de la vitalité de l’Afrique, de sa diversité et de son excellence. Enfin, espérons que les dynamiques insufflées depuis quelques annéesparlescréateurs,lesespacesculturelsetlescollectionneurs privés rencontrent l’adhésion de nos États et décideurs publics par la mise en place de fonds d’acquisition d’œuvres. Pourqu’enfins’établissentdesbasesdecollectionsinstitutionnelles afin de rassembler en terre africaine les meilleures productions de nos artistes. Pour qu’enfin il ne s’agisse plus seulement de montrer sur nos sols mais aussi d’en conserver traces. Ensemble, Parcourons, Apprécions, Collectionnons.
  • 105. 105 IMPACT Ce n’est pas parce qu’ils sont béninois ou “dahoméens” que nous les aimons; ce n’est pas parce qu’ils représentent une Nation que nous les aimons, tout cela serait justifiable et justifié; nous les aimons et admirons pour leurs œuvres car ils sont contemporains et que leurs œuvres sont contemporaines... L’art n’a pas de frontières, il est possible de l’utiliser ou de la manipuler, d’en faire un repoussoir, mais là où l’art s’exprime, la politique s’incline. Qu’est-ce que l’art contemporain? La question est qu’est-ce que l’art, un point un trait. L’art est une question, une interrogation; l’art est un reflet, l’émanessence d’une époque, d’un instant, d’un effuve. Une œuvre est une œuvre comme un bébé, un enfant, est un enfant, elle grandira et deviendra. Qu’importe l’origine, le talent s’exprime et la vie l’anime. Certains se demanderont pourquoi des béninois? Des ressortissants d’Afrique de l’Ouest ou des “Quartiers Latins”? Ce sont des artistes tout simplement et des artistes de talents... et nous aimons les artistes. Le talent ne se nationalise pas, encore moins les œuvres... il faut les préserver, il faut les aimer. L’art laisse un impact, c’est une trace d’un présent, d’une réalité, c’est une main tendue, une émotion qui traverse et transcende le temps et les frontières, c’est un impact.
  • 106. ANDRÉ JOLLY ANCIEN DIRECTEUR DE L’INSTITUT FRANÇAIS AU BÉNIN
  • 107. 107 Everything is art. Everything is politics Tout est art. Tout est politique. Ai Weiwei   L’art lave notre âme de la poussière du quotidien. Pablo Picasso Ce n’est pas un hasard si l’ancien Dahomey, aujourd’hui République du Bénin, avait été surnommé « Le Quartier latin de l’Afrique » car ce petit pays, doté d’un patrimoine historique et culturel particulièrement riche, s’est distingué de tout temps par la qualité de ses productions artistiques que ce soit dans le domaine de la musique, de la littérature, des arts de la scène et aussi, peut-être surtout, dans le domaine des arts plastiques. Le Bénin est un pays où les traditions sont très présentes. Et les traditions n’y sont pas, comme dans beaucoup de contrées, un folklore plus ou moins désuet. Elles sont l’expression de la spiritualité très riche qui caractérise les cultes, imprègne la vie quotidienne et le geste créateur de l’artiste. Ce n’est pas un hasard si les œuvres des artistes béninois sont marquées par cettespiritualitéetdégagentunetrèsfortechargeémotionnelle. Elles parlent directement au cœur et à la sensibilité de l’homme. Mais le pays n’en est pas pour autant refermé sur son passé car les béninois, les artistes en particulier, savent très bien faire le lien entre ce passé qu’ils assument et le présent du village planétaire mondialisé dans lequel ils baignent tout aussi complètement.
  • 108. 108 Il n’y a pas d’école des Beaux-Arts au Bénin. Les artistes, dans leur grande majorité, sont donc autodidactes. Ils se côtoient, ils échangent et ils observent, beaucoup. Et, de fait, au Bénin, l’art est visible partout, pour celui qui veut bien le voir. Dans les dessins des pagnes, dans l’architecture des coiffures féminines, dans la démarche majestueuse de la dame qui porte un plateau de légumes colorés sur la tête, dans l’agencement savant du présentoir portable du marchand ambulant de lunettes de soleil, dans les étalages et le foisonnement du grand marché de Dantokpa. Ah  ! Dantokpa  ! Gigantesque installation à ciel ouvert et à longueur de venelles bigarrées. Si vous parcourez cet immense marché ou encore les «  vons  » (1) de Cotonou, la capitale économique du Bénin, vous êtes au royaume du commerce injustement qualifié d’informel. Ici, on vend de tout. Absolument de tout. On installe sur quelques planches, contre un mur, sur une grille, aux branches d’un arbre, par terre, quand ce n’est pas sur soi-même, les produits et les objets les plus divers. Est-ce donc un hasard si des artistes-installateurs béninois ont su mettre en scène - et en galerie, en musée, en exposition (au sens occidental) - ce formidable fourmillement, cet entrelacement d’objets que les innombrables vendeurs, mais surtout vendeuses, rivalisant d’ingéniosité et de sens artistique, exposent dans les rues et les marchés pour attirer le chaland. On pourrait dire que les vons et les marchés de Cotonou constituent les plus vastes installations d’art contemporain au monde. Non, il n’est pas étonnant que les artistes béninois soient d’ingénieux installateurs (mais pas seulement) dont les œuvres se retrouvent dans nombre de grandes institutions, dont le British Museum, la Tate Modern, aux Biennales de Venise et de São Paulo, à la Documenta de Kassel et dans les collections d’art les plus réputées. Cette accumulation d’objets n’est pas sans rapport avec le fait que rien ne se perd, ou plutôt que tout se récupère et se recycle au Bénin comme presque partout en Afrique. Mais si les jeunes artistes « ne sont pas des chiffonniers, ils partagent avec eux cet élan spontané à arpenter les décharges à la recherche de la pièce rare. La pièce, le bout de fer, de fil, de tissu, de plastique, de cuir ou tout autre objet qui manque à la charpente de l’architecture rêvée, à l’harmonie du tableau en attente, à la cohésion du masque en devenir » (2). Les objets récupérés sont transcendés et acquièrent, à travers l’artiste, le statut d’œuvres d’art nourries de la culture du pays où elles naissent.
  • 109. 109 Cependant, Il serait réducteur de ne qualifier l’art des artistes béninois que d’art de la récupération. Les objets récupérés sont transcendés et acquièrent, à travers l’artiste, le statut d’œuvres d’art nourries de la culture du pays où elles naissent. « Il y a une tendance à croire que nous ramassons des objets abandonnés de façon un peu infantile, ingénue, comme si nous étions obligés de récupérer ces objets pour créer. La récupération est un acte réfléchi conduisant à l’élaboration de l’œuvre d’art, permettant de raconter une histoire ».(3) L’absence de formation artistique classique a pour corollaire une grande diversité, une grande liberté, beaucoup de spontanéité et de sensibilité dans les œuvres de ces artistes qui naviguent, sans complexe, entre ancestralité et avant-garde, entre leurs racines africaines et le monde globalisé auquel ils appartiennent tout autant. Leur langage, leurs messages s’adressent, certes, à leurs compatriotes mais aussi au reste du monde, comme souligné par N. Bouillard lors d’une exposition de Gérard Quenum : «  Puisant leurs racines dans un passé qu’elles assument, les œuvres de Gérard Quenum témoignent du présent et interpellent le futur. Elles prônent un métissage temporel, géographique et culturel. L’artiste “enjambe” littéralement les océans pour créer des passerelles, élabore un réseau entre les continents, et aussi les cultures, les générations, les peuples, les histoires et les diverses temporalités. Son œuvre manifeste la réalité d’un langage pictural détaché des écoles, des courants, des académies. L’œuvre n’est pas exotico-africaine. Elle nous accompagne dans une pensée profondément humaine et universelle ». (4) Comme indiqué précédemment, la production artistique au Bénin se caractérise par sa grande diversité. De techniques, de médiums, de thèmes, de messages. Si les artistes se côtoient, échangent, ils ne se copient pas pour autant mais, au contraire, rivalisent d’originalité dans une saine émulation où les jeunes jouent leurs partitions sans complexes. Les pratiques sont très diverses : peinture, sculpture, photographie, assemblages, installations, vidéo, art brut, art naïf, conceptuel, mais elles sont sous-tendues par une sensibilité commune, par ce mouvement de va-et-vient permanent entre tradition et modernité. Si les artistes se côtoient, échangent, ils ne se copient pas pour autant mais, au contraire, rivalisent d’originalité dans une saine émulation où les jeunes jouent leurs partitions sans complexes.
  • 110. 110 Lorsque je suis arrivé au Bénin, fin 1998, j’avais été frappé par la vitalité du milieu des arts plastiques mais aussi par la très faible présence d’artistes femmes, à l’exception d’Edwige Aplogan. Aujourd’hui les choses ont beaucoup évolué et de jeunes femmes (Laeïla Adjovi, Moufouli Bello, Eliane Aïsso, Sènami Donoumassou, entre autres) ont, depuis 5 ou 6 ans, fait une entrée remarquée sur la scène artistique béninoise qu’elles dynamisent en bousculant les préjugés, en s’affichant comme féministes qui luttent à travers leurs œuvres pour une égalité entre hommes et femmes. En effet, ce qui contribue à conférer ce caractère universel aux œuvres de nombre d’artistes béninois, c’est bien que ce sont souvent des œuvres engagées qui, à l’instar du combat féministe de ces nouvelles amazones, dénoncent avec vigueur les maux dont souffrent la société africaine et, au-delà, l’être humain en général. Pour conclure, je laisserai la parole à des amis qui partagent mon enthousiasme devant la vitalité créatrice des plasticiens béninois : «  Certains de ces artistes sont aussi chanteurs, poètes, stylistes, performers… Ils vivent en Afrique, parfois en Europe. Mais quoi qu’il en soit, la source de leur travail est un lieu de fidélité tumultueuse à leur origine au sein duquel ils découvrent l’intensité secrète de la création, le sacré de la vie, odeurs, respirations des corps, images dévorantes, forces de la nature. Leur art est le fruit d’un engagement authentique de leur imaginaire qui s’alimente de la liberté et de la résistance de la pensée, véritable démarche politique universelle. Qu’ils ramassent des poupées abandonnées, crayonnent sur des cahiers d’écoliers déjà utilisés, qu’ils détournent les outils du quotidien, qu’ils s’engagent pour l’écologie, contre la violence du monde et transgressent les codes de nos sociétés, ils ont en eux cette spiritualité, le souffle occulte des âmes errantes du vaudou qui vous guide dans les secrets, les métamorphoses de la vie qui n’a pas encore commencé ou qui se décompose. Loin de les éloigner de leur temps, cette spiritualité, ces racines profondément inscrites dans les croyances animistes, en font des clairvoyants du présent qu’ils traduisent avec vigueur et inventivité dans leurs rêves éveillés ». (5) Au Bénin, la mystique du culte des voduns n’est jamais bien loin, et l’intervention des divinités est requise et doit être honorée :
  • 111. 111 «  … car inventer, c’est imiter Dieu, le temps d’accoucher de l’œuvre. Et prétendre à ce titre – même dans la fulgurance – exige d’accomplir des actes précis, des engagements sincères : honorer Aziza (6) au-delà des moments de transes créatrices. Magnifier son souffle en dehors de la geste inventrice. Adhérer à son culte. Devenir son adepte. Par le symbole ou par la foi. Aziza est entier. Et l’artiste, dans son engagement, doit l’être tout autant. Bienvenue en religion ! ». (7) « Ces créateurs, dans leur diversité, dans leurs quêtes, sont surtout des artistes libres, libres dans le choix des matières utilisées, libres dans les formes et les sujets traités, libres d’être ce qu’ils sont. Et comme le coq qui se souvient qu’il a d’abord été un œuf, ils font de temps à autre des clins d’œil au Tolègba (fétiche protecteur de la cité), pour lui rendre hommage : car cet esprit, représenté par un monticule d’argile à la face d’humain et doté d’un phallus énorme, constitue la première sculpture de la civilisation vaudou, celle que les ancêtres ont conçue pour opposer aux forces ennemies la résistance nécessaire à la survie de la communauté ». L’art est la plus grande richesse du Bénin et, à ce titre, les artistes en sont ses meilleurs ambassadeurs. Ils sont appelés à devenir un facteur essentiel du développement économique de ce grand petit pays autrefois surnommé « Le Quartier Latin de l’Afrique ». (1) « Vons ». À Cotonou, désigne en général une rue non asphaltée, mais… pas seulement. Le mot vient de l’époque coloniale, quand il s’appliquait aux rues perpendiculaires à la mer qui étaient orientées nord/sud, d’où : vons (abréviation de : Voie Orientée Nord/Sud). (2) Florent Couao-Zotti, écricain béninois, dans « Sculpteurs contemporains du Bénin – De la tradition à la modernité ». Édité par Galerie Vallois, 2013. (3) Dominique Zinkpè, dans une entrevue pour La Libre Belgique, 2004. (4) Nicolas Bouillard, professeur d’arts plastiques, au vernissage d’une exposition de Gérard Quenum, Chalon-sur-Saône, 2004. (5) Louis Deledicq, commissaire de l’exposition d’artistes béninois « Là où l’âme se plaît », Centre d’Art Contemporain du Château de Tanlay, 2019. (6) Selon la croyance populaire, l’artiste serait possédé par la divinité Aziza pendant l’acte de création. (7) Florent Couao-Zotti, dans « Éloge de la souffrance créatrice », préface du livre-catalogue « Artistes contemporains du Bénin – Artistes du Monde » par A. Jolly, édité par la Galerie Vallois et l’Union Européenne, 2020
  • 113. 113 Artistes contemporains du Bénin – Artistes du Monde, et leur présence à Abidjan Artistes contemporains du Bénin – Artistes du Monde, j’emprunte ici le titre du dernier livre d’André Jolly, ancien directeur du Centre culturel français à Cotonou (actuel Institut français), paru en 2020 et édité en partenariat avec la galerie Vallois et la Délégation de l’Union européenne au Bénin. Quatre-vingt-deux artistes y sont représentés et leur présence témoigne de la dimension mondiale de leur travail, dimension que, précisément, la ville d’Abidjan met aussi à l’honneur en accueillant dans ses murs trois expositions d’envergure. «  Émergence  », «  effervescence  », «  étonnante vitalité  », tels sont les qualificatifs les plus généralement employés par les acteurs de l’art pour définir la création plastique contemporaine au Bénin, pays considéré comme le Saint-Germain-des-Prés du continent africain. Idelphonse Affogbolo et Robert Vallois ne limitent pas leur volonté de faire connaître la teneur exponentielle et « diverselle » de la création contemporaine de ce pays de l’Ouest africain. Ils agissent pour offrir au public africain un accès à l’art du Bénin. Ainsi, les promoteurs de cet évènement, ont attiré l’attention de la ville d’Abidjan,vastelieud’échangesculturels,surlapertinenced’organiser des événements d’ampleur et de stimuler l’intérêt d’une ouverture du marché de l’art de la Côte d’Ivoire vers le Bénin. C’est ainsi que la création contemporaine béninoise, au travers des expositions d’une centaine d’œuvres de 14 artistes béninois à Abidjan, s’ouvre au regard de la Côte d’Ivoire et des acteurs de sa vie artistique. Se trouvent ainsi conjugués les efforts d’institutions publiques et privées pour révéler au monde l’intensité du rayonnement de l’art contemporain africain.
  • 114. José PLIYA Auteur et metteur en scène
  • 115. 115 DU GENIE ARTISTIQUE BENINOIS François René de Chateaubriand, grand écrivain du romantisme français a écrit le « génie du christianisme ». Par extension il est de coutume de se demander qu’est ce qui fait le «génie» d’une nation, d’un pays, de son peuple. Pour certains c’est le commerce ; pour d’autres, les sciences ; pour d’autres encore la culture et les arts… Si l’on prend ce prisme des arts on peut aisément dire que les congolais portent la musique à des sommets inégalés, là où les cinéastes burkinabés sont au cinéma africain ce que les haïtiens sont à la littérature : des modèles uniques d’excellence et de talent. Pour ma part, il me semble que le génie artistique béninois s’exprime par les arts plastiques. Il y a chez nos plasticiens une inventivité dans les styles, une originalité singulière dans les thématiques, un tel foisonnement de productions diverses et variées qu’on est véritablement surpris et saisi lorsqu’on les découvre. Il n’y a pourtant pas (encore) d’école des beaux arts au Bénin et les initiations scolaires ou académiques sont largement insatisfaisantes. Maisilyatroissièclesd’unemêmedynastie,celleduroyaumed’Abomey qui a su capter à la cour les meilleurs artisans et artistes, pour célébrer la beauté, le beau, la magnificence et l’éternité des Agassouvi. (1) IlyaindéniablementcerapportàlareligionVaudou,véritable«fabrique des Dieux » où, grâce à la divinité Aziza, inspiratrice des artistes, on invente des formes pour rendre l’invisible accessible, concret, vivant comme une œuvre plastique. Il y a enfin, comme dans tout « génie » artistique, et n’en déplaise à Aziza, beaucoup de travail – 99 % paraît-il – . Il faut s’être rendu dans les « ateliers » de ces créateurs, entre nuisances sonores environnantes, précarité des outils de création, sueurs, recyclage, débrouille, récupération, frugalité des repas, souffrance et douleur pour admettre avec Chateaubriand qu’au bout du compte ce que l’artiste transmet ce n’est pas son génie mais son sang, sa vie. Venez découvrir la vie palpitante de quelques artistes béninois. (1) Agassouvi : les descendants du roi Agassou, né de l’union de sa mère Aligbonon ave une panthère noire. Ils sont les fondateurs, entre autre, du royaume d’Abomey.
  • 117. 117 Bénéfic Productions tient à remercier en premier lieu tous les artistes qui se sont attelés à produire les œuvres originales pour cette exposition. Que toutes les personnes et institutions qui ont contribué à la réalisation de cette exposition, par leur disponibilité, leur action et leur conseil reçoivent notre profonde gratitude : Le Ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts de la République du Bénin, Monsieur Jean Michel ABIMBOLA et ses équipes, Madame Carole BORNA, Madame Léa AWUNU, Directrice Générale de l’Agence Galerie Nationale du Bénin, Monsieur Dominique Zinkpè qui a participé à la mobilisation des artistes, Madame Illa Ginette DONWAHI, Présidente de la Fondation DONWAHI pout l’art contemporain et ses équipes, Monsieur Jean Léon NGUETTA, Fondateur de la Galerie AMANI, Monsieur Adenile BORNA SOGLO, Directeur Général de Universum, Madame Léa PERIER LOKO et Madame Julie BANÂTRE, Fondatrices de SEPTIEME Gallery à Paris, Que tous les auteurs de ce catalogue reçoivent nos sincères remerciements : Monsieur José PLIYA, Auteur et Dramaturge, Monsieur André JOLLY, ancien Directeur de l’Institut Français de Cotonou, Monsieur Issa DIABATE, Madame Valentine PLISNIER, Madame Valerie OKA, Mademoiselle Shade AFFOGBOLO, Toute notre reconnaissance aux Partenaires officiels : Monsieur René AYIDETI  Président Directeur Général de Librairie de France et ses équipes, Monsieur Mikel ORTIZ, Président Directeur Général du PNHG et ses équipes, Monsieur Yigo THIAM, Président de MODENA, Monsieur Laurent LOUKOU Directeur Général d’Air Côte d’Ivoire et ses équipes, Monsieur Corentin ADJOVI, Directeur Général de Comtel Technologies, Toute notre gratitude à toutes les personnes qui de près ou de loin, et d’une façon ou une autre, ont soutenu ce projet par leur conseil à la réalisation de cet évènement.
  • 119. 119 p r o d u c t i o n s
  • 120. Ce catalogue accompagne l’exposition d’art contemporain itinérant CONTEMPORARYBENIN pour son édition à Abidjan. CRÉDIT PHOTOGRAPHIQUE © Charles Placide Pour Laeïla Adjovi: © Laeïla Adjovi Pour King Houndekpinkou: © King Houndekpinkou BIOGRAPHIES Valentine Plisnier CATALOGUE Graphisme et mise en page: SEPTIEME Gallery EXPOSITION Commissaire général: Idelphonse Affogbolo Lieux d’exposition: Fondation Donwahi & Galerie Amani COMITé ARTISTIQUE Idelphonse Affogbolo, Julie Banâtre, Issa Diabaté, Illa Ginette Donwahi, Léon N’Guetta, Valérie Oka & Léa Perier Loko Edité par TABALA Editions Imprimé par Atlantik bb, Banja Luka Tous les droits de l’ouvrage sont réservés. Tous les droits de reproduction, de diffusion et de traduction réservés. Toute reproduction, même partielle, interdite, sans autorisation écrite de l’éditeur. ISBN 978-2-37840-041-5 EAN 9782378400415 Avril 2021 © BENEFIC PRODUCTIONS