SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  17
Télécharger pour lire hors ligne
ROUTINES ET
IMPROVISATION
CABINET de LECTURE
à propos de
Computation and Human
Experience
de Phil Agre
Qui est Phil Agre ?
• « The leader of the situated action
insurgency in AI » (cf. Massis)
• Chercheur en IA Phd au MIT AI Lab
• Auteur de Pengi, un programme qui simule le
jeu Pengo
• Partisan d’une ontologie déictique des
processus
La question de Phil Agre
Introduction p 7
• « How can activity be both improvised
and routine ? »
• La réponse donnée par Agre réside
dans une définition originale de la
routine comme improvisation
La question de Phil Agre
Pour Agre, le caractère routinier des actions
n’est pas contradictoire avec leur caractère
improvisé et émergent (non planifié)
Les actions sont des dynamiques en cours
qui permettent de répondre à la question :
what to do next now ?
« Emergent phenomenon of moment to
moment interactions »
Routine = action improvisée
• Un texte de 1985 du IA Lab sur les routines,
formule l’assimilation routine et action improvisée
comme une alternative au régime de plan
« Regularities in the world give rise to regularities in
the way in which we deal with the world. That is to
say we fall into routines ».
L’intégration de la régularité de la contribution de
l’environnement implique que =
«…. A routine is not a plan » (Agre 1985).
Rejet de l’internalisme et du
mentalisme
Trois caractéristiques de la routine :
La routine est une action
(i) Improvisée
(ii) Non réfléchie et non internalisée,
(iii) Dynamique (routine comme processus)
Donc non planifié
• Un plan est statique au sens où il prévoit le prochain
coup d’avance
• Un plan n’est pas affecté par la temporalité de
l’action car il pré-existe au déclenchement de l’action
‘ A routine is not a plan ’
• Un environnement stabilisé indique plusieurs
réponses motrices et pas une seule
• ce qui minimise le rôle de contrôle du plan
• Le what to do next implique que ce qu’on
fait maintenant (ou juste après) n’est pas
pensé d’avance
• What to do now indique qu’on est dans un
processus en cours qui a, à chaque moment,
une part virtuelle ou improvisée
L’action improvisée non planifiée
Contrairement à une action planifiée, une
routine se présente comme une action
improvisée
« Individuals continually choose among
options presented by the world around
them » (chap 9, 161)
L’action improvisée non planifiée
• « Improvisation becomes a matter of
continually redeciding what to do »
L’improvisation s’oppose à la planification qui
sont est une ressource quand on ne peut pas
s’appuyer sur une routine
Le plan est séquentiel, la routine est
processuel
Chap 9. 161
L’improvisation comme
mise à jour
L’improvisation implique la contingence
interactionnelle
• « Activity is fundamentally improvised…
contingency is the central phenomenon.
[La mise à jour est continue]
People conduct their activity by
continually redeciding what to do ».
Introduction, p 7.
L’improvisation comme décision
prise sur le champ
• L’improvisation se déclenche sur le champ et sur le
terrain
« Everything is at issue all the time. An agent using
running argument improvises, taking advantage of
opportunities and responding to contingencies. »
Chap 9.162
L’argument en cours est un raisonnement processuel
qui n’existe pas d’avance et se formule dans la
situation parmi un répertoire d’arguments
La routine
est un socle
• « Life is wholly routine, a fabric of familiar
activities »
La routine est une action ordinaire qui agit comme
socle de nos interactions familières avec un
environnement stabilisé.
« the theoretical work was motivated by an empirical
interest in the organization of ordinary routine
activities in everyday life »
(Chap 6, 107)
• intérêt qui se rapproche du sens de routine de
Garfinkel « routine ground of everyday activities »
La routine
est un socle
Les routines ne sont pas organisationnelles mais
ordinaires : « the theoretical work was motivated by
an empirical interest in the organization of ordinary
routine activities in everyday life »
(Chap 6, 107)
Les routines sont liées à des activités ordinaires
accomplies dans des environnement familier =
• Préparer son petit déjeuner dans sa cuisine
• Conduire sa voiture à son lieu de travail
• Ecrire une lettre sur son bureau
La formalisation de la routine
L’architecte de la routine est composée de
représentations incomplètes de type
indexical
Cette architecture doit être sémantiquement
pauvre pour être réactive à ce qui émerge
de l’interaction moment to moment dans les
moments de transition
La formalisation de la routine
Cette architecte simple est basée sur un
couplage agent/environnement
« Designing a device that interacts with its
surroundings…the focus is not on complex
new machinery but on the dynamics of a
relatively simple architecture’s engagement
with an environment » (chap 6, 105)
La formalisation de la routine
• Objectif informatique :
Construire une modélisation computationnelle
d’une interaction temporel (moment to moment)
d’un agent dans son environnement familier
immédiat ?
La formalisation de la routine
L’environnement comme partenaire
La routine ne peut opérer que si l’environnement
et l’agent contribuent en même temps et sur le
champ comme des partenaires
Conséquence :
Les représentations d’action prennent la forme de
représentations incomplètes indexicales et
spatiales :
the-bee-on-the-other-side-of-this-ice-cube next-to-
me

Contenu connexe

Plus de Alexandre Monnin

Plus de Alexandre Monnin (20)

L'obsolescence à programmer
L'obsolescence à programmer L'obsolescence à programmer
L'obsolescence à programmer
 
Approcher en pragmatiste les mondes en train de se défaire
Approcher en pragmatiste les mondes en train de se défaireApprocher en pragmatiste les mondes en train de se défaire
Approcher en pragmatiste les mondes en train de se défaire
 
​Le numérique est notre futur mais quel est notre avenir ? (R)évolution num...
​Le numérique est notre futur  mais quel est notre avenir ?  (R)évolution num...​Le numérique est notre futur  mais quel est notre avenir ?  (R)évolution num...
​Le numérique est notre futur mais quel est notre avenir ? (R)évolution num...
 
Cours sur REST
Cours sur RESTCours sur REST
Cours sur REST
 
Quel avenir pour le Web et le numérique à l’heure de l’Anthropocène ?
Quel avenir pour le Web et le numérique à  l’heure de l’Anthropocène ? Quel avenir pour le Web et le numérique à  l’heure de l’Anthropocène ?
Quel avenir pour le Web et le numérique à l’heure de l’Anthropocène ?
 
Présentation du projet ValueModels (Académie 1 de l'Idex UCA JEDI)
Présentation du projet ValueModels (Académie 1 de l'Idex UCA JEDI)Présentation du projet ValueModels (Académie 1 de l'Idex UCA JEDI)
Présentation du projet ValueModels (Académie 1 de l'Idex UCA JEDI)
 
 Asynchronous futures: Digital technologies at the time of the Anthropocene
 Asynchronous futures: Digital technologies at the time of the Anthropocene Asynchronous futures: Digital technologies at the time of the Anthropocene
 Asynchronous futures: Digital technologies at the time of the Anthropocene
 
La question de la durabilité des technologies de calcul et de télécommunication
La question de la durabilité des technologies de calcul et de télécommunicationLa question de la durabilité des technologies de calcul et de télécommunication
La question de la durabilité des technologies de calcul et de télécommunication
 
Le monde devient numérique, a-t-il les moyens de le rester ?
Le monde devient numérique, a-t-il les moyens de le rester ?Le monde devient numérique, a-t-il les moyens de le rester ?
Le monde devient numérique, a-t-il les moyens de le rester ?
 
A quoi peuvent servir les technologies « smart » en regard d’une vision réa...
A quoi peuvent servir les  technologies « smart » en regard  d’une vision réa...A quoi peuvent servir les  technologies « smart » en regard  d’une vision réa...
A quoi peuvent servir les technologies « smart » en regard d’une vision réa...
 
The Knowledge ecology: Epistemic Credit and the Technologically Extended Mind
The Knowledge ecology: Epistemic Credit and the Technologically Extended MindThe Knowledge ecology: Epistemic Credit and the Technologically Extended Mind
The Knowledge ecology: Epistemic Credit and the Technologically Extended Mind
 
Thinking with your body and other things
Thinking with your body and other thingsThinking with your body and other things
Thinking with your body and other things
 
Internet et le Web : de nouveaux espaces à cartographier ?
Internet et le Web : de nouveaux espaces à cartographier ? Internet et le Web : de nouveaux espaces à cartographier ?
Internet et le Web : de nouveaux espaces à cartographier ?
 
Artefacts numériques et matérialités
Artefacts numériques et matérialitésArtefacts numériques et matérialités
Artefacts numériques et matérialités
 
Another history of the Web from its architecture
Another history of the Web from its architectureAnother history of the Web from its architecture
Another history of the Web from its architecture
 
Architecture du web et ontologie d opérations
Architecture du web et ontologie d opérationsArchitecture du web et ontologie d opérations
Architecture du web et ontologie d opérations
 
La démocratie au cœur du Web. Web de données et parlement des choses
La démocratie au cœur du Web. Web de données et parlement des chosesLa démocratie au cœur du Web. Web de données et parlement des choses
La démocratie au cœur du Web. Web de données et parlement des choses
 
The Decentralization of Knowledge
The Decentralization of KnowledgeThe Decentralization of Knowledge
The Decentralization of Knowledge
 
Présentation Comité de projets Inria Sophia
Présentation Comité de projets Inria SophiaPrésentation Comité de projets Inria Sophia
Présentation Comité de projets Inria Sophia
 
Portails documentaires et référentiels du Web sémantique : exemples et enjeu...
Portails documentaires et  référentiels du Web sémantique : exemples et enjeu...Portails documentaires et  référentiels du Web sémantique : exemples et enjeu...
Portails documentaires et référentiels du Web sémantique : exemples et enjeu...
 

Routines et improvisation, à propos de Computation and Human Experience de Phil Agre

  • 1. ROUTINES ET IMPROVISATION CABINET de LECTURE à propos de Computation and Human Experience de Phil Agre
  • 2. Qui est Phil Agre ? • « The leader of the situated action insurgency in AI » (cf. Massis) • Chercheur en IA Phd au MIT AI Lab • Auteur de Pengi, un programme qui simule le jeu Pengo • Partisan d’une ontologie déictique des processus
  • 3. La question de Phil Agre Introduction p 7 • « How can activity be both improvised and routine ? » • La réponse donnée par Agre réside dans une définition originale de la routine comme improvisation
  • 4. La question de Phil Agre Pour Agre, le caractère routinier des actions n’est pas contradictoire avec leur caractère improvisé et émergent (non planifié) Les actions sont des dynamiques en cours qui permettent de répondre à la question : what to do next now ? « Emergent phenomenon of moment to moment interactions »
  • 5. Routine = action improvisée • Un texte de 1985 du IA Lab sur les routines, formule l’assimilation routine et action improvisée comme une alternative au régime de plan « Regularities in the world give rise to regularities in the way in which we deal with the world. That is to say we fall into routines ». L’intégration de la régularité de la contribution de l’environnement implique que = «…. A routine is not a plan » (Agre 1985).
  • 6. Rejet de l’internalisme et du mentalisme Trois caractéristiques de la routine : La routine est une action (i) Improvisée (ii) Non réfléchie et non internalisée, (iii) Dynamique (routine comme processus) Donc non planifié • Un plan est statique au sens où il prévoit le prochain coup d’avance • Un plan n’est pas affecté par la temporalité de l’action car il pré-existe au déclenchement de l’action
  • 7. ‘ A routine is not a plan ’ • Un environnement stabilisé indique plusieurs réponses motrices et pas une seule • ce qui minimise le rôle de contrôle du plan • Le what to do next implique que ce qu’on fait maintenant (ou juste après) n’est pas pensé d’avance • What to do now indique qu’on est dans un processus en cours qui a, à chaque moment, une part virtuelle ou improvisée
  • 8. L’action improvisée non planifiée Contrairement à une action planifiée, une routine se présente comme une action improvisée « Individuals continually choose among options presented by the world around them » (chap 9, 161)
  • 9. L’action improvisée non planifiée • « Improvisation becomes a matter of continually redeciding what to do » L’improvisation s’oppose à la planification qui sont est une ressource quand on ne peut pas s’appuyer sur une routine Le plan est séquentiel, la routine est processuel Chap 9. 161
  • 10. L’improvisation comme mise à jour L’improvisation implique la contingence interactionnelle • « Activity is fundamentally improvised… contingency is the central phenomenon. [La mise à jour est continue] People conduct their activity by continually redeciding what to do ». Introduction, p 7.
  • 11. L’improvisation comme décision prise sur le champ • L’improvisation se déclenche sur le champ et sur le terrain « Everything is at issue all the time. An agent using running argument improvises, taking advantage of opportunities and responding to contingencies. » Chap 9.162 L’argument en cours est un raisonnement processuel qui n’existe pas d’avance et se formule dans la situation parmi un répertoire d’arguments
  • 12. La routine est un socle • « Life is wholly routine, a fabric of familiar activities » La routine est une action ordinaire qui agit comme socle de nos interactions familières avec un environnement stabilisé. « the theoretical work was motivated by an empirical interest in the organization of ordinary routine activities in everyday life » (Chap 6, 107) • intérêt qui se rapproche du sens de routine de Garfinkel « routine ground of everyday activities »
  • 13. La routine est un socle Les routines ne sont pas organisationnelles mais ordinaires : « the theoretical work was motivated by an empirical interest in the organization of ordinary routine activities in everyday life » (Chap 6, 107) Les routines sont liées à des activités ordinaires accomplies dans des environnement familier = • Préparer son petit déjeuner dans sa cuisine • Conduire sa voiture à son lieu de travail • Ecrire une lettre sur son bureau
  • 14. La formalisation de la routine L’architecte de la routine est composée de représentations incomplètes de type indexical Cette architecture doit être sémantiquement pauvre pour être réactive à ce qui émerge de l’interaction moment to moment dans les moments de transition
  • 15. La formalisation de la routine Cette architecte simple est basée sur un couplage agent/environnement « Designing a device that interacts with its surroundings…the focus is not on complex new machinery but on the dynamics of a relatively simple architecture’s engagement with an environment » (chap 6, 105)
  • 16. La formalisation de la routine • Objectif informatique : Construire une modélisation computationnelle d’une interaction temporel (moment to moment) d’un agent dans son environnement familier immédiat ?
  • 17. La formalisation de la routine L’environnement comme partenaire La routine ne peut opérer que si l’environnement et l’agent contribuent en même temps et sur le champ comme des partenaires Conséquence : Les représentations d’action prennent la forme de représentations incomplètes indexicales et spatiales : the-bee-on-the-other-side-of-this-ice-cube next-to- me