Les accords d’égalité
professionnelle
de branches et d’entreprises
Analyse comparative
sur la période 2005-2008
Septembre ...
Septembre 2008 2 2
SOMMAIRE
Objectifs et axes de l’analyse : pages 3-7
Historique de la signature des accords égalité : pa...
Septembre 2008 3 3
Les objectifs de l’analyse
pour l’ANACT
• Actualiser l’analyse des accords visant l’égalité
professionn...
Septembre 2008 4 4
Les 3 axes de l’analyse
Les axes choisis correspondent aux 3 volets du nouveau
Rapport de Situation Com...
Septembre 2008 5 5
Champ de l’analyse des accords
Les accords étudiés :
• Les 15 accords de branches disponibles sur le si...
Septembre 2008 6 6
Entreprises du CAC 40 et égalité
professionnelle
• Sur les 40 entreprises du CAC 40 :
 20 ont signé un...
Septembre 2008 7 7
Avertissement au lecteur
• Il s’agit de procéder à :
 l’identification des intentions des négociateurs...
Septembre 2008 8 8
Historique de la signature
des accords égalité
Septembre 2008 9 9
Trois périodes de signature influencent
le contenu des accords : les rubriques, leur
formulation et les...
Septembre 2008 10 10
1ere période - Avril 2001 : la loi «Génisson»
et les premiers accords, les « pionniers ».
• Depuis 20...
Septembre 2008 11 11
2eme période - Mars 2004 : un progrès
dans la structuration des accords avec l’ANI
L’Accord National ...
Septembre 2008 12 12
3eme période - Juillet 2007 : une branche
importante, l’UIMM, signe son 1er accord
• Une préoccupatio...
Septembre 2008 13 13
On observe une courbe d’apprentissage
dans le contenu des accords
• La date de signature a une forte ...
Septembre 2008 14 14
1
Conditions générales d’emploi
et de travail
Septembre 2008 15 15
1
Conditions générales d’emploi et de travail
1 . 1 La mixité des métiers
Septembre 2008 16 16
L’hétérogénéité de la mixité des
métiers
• Le problème est identifié mais les solutions sont
lentes à...
Septembre 2008 17 17
Vers plus de mixité des métiers
• Mêmes souhaits et tentatives de partenariats en
amont de l’entrepri...
Septembre 2008 18 18
La « double » mixité
• Il reste plus facile ou plus courant d’agir pour améliorer
la mixité dans un s...
Septembre 2008 19 19
Mixité des métiers en chiffres
35%Masculinisation des métiers
69%Féminisation des métiers
• Remarque ...
Septembre 2008 20 20
Des initiatives en fonction
du domaine d’activité…
• BETC Euro RSCG (secteur publicité et communicati...
Septembre 2008 21 21
La mixité dans la rédaction
des offres d’emploi
• Tous les accords engagent à une rédaction des
offre...
Septembre 2008 22 22
1
Conditions générales d’emploi et de travail:
1.2 Organisation et conditions de travail
Septembre 2008 23 23
Les indicateurs sur l’organisation et les
conditions de travail dans le RSC (*)
• Durée et organisati...
Septembre 2008 24 24
L’organisation et les conditions de
travail dans les accords
• Trois éléments sont abordés :
 les ho...
Septembre 2008 25 25
L’organisation et les conditions de
travail dans les accords
• Une préoccupation grandissante sur les...
Septembre 2008 26 26
L’organisation et les conditions de
travail dans les accords
• Les déplacements sont encore peu pris ...
Septembre 2008 27 27
Le développement des TIC
• Un souhait répandu de développer les TIC
(Technologies d’Information et de...
Septembre 2008 28 28
L’organisation et les conditions de
travail dans les accords
• L’étude des aménagements à réaliser es...
Septembre 2008 29 29
Les locaux et l’ergonomie des postes,
une mixité à sens unique ?
• L’adaptation des locaux est surtou...
Septembre 2008 30 30
Des exemples d’innovations à
encourager et généraliser
• Michelin :
 « Le cahier des charges de conc...
Septembre 2008 31 31
Organisation et conditions de travail
en chiffres
29%
Organisation du travail et conditions de travai...
Septembre 2008 32 32
Le temps partiel choisi :
un traitement encore différencié…
Avec une formulation
plus «avancée» dans ...
Septembre 2008 33 33
…et un risque d’être considéré comme une
solution « systématique » à la conciliation vie
privée et vi...
Septembre 2008 34 34
1
Conditions générales d’emploi et de travail:
1.3 Articulation vie professionnelle / vie
privée
Septembre 2008 35 35
L’articulation ou la conciliation (*) vie
professionnelle/vie privée
• Selon les dates de signature d...
Septembre 2008 36 36
L’articulation vie professionnelle / vie
privée en chiffres
Tous types de mesures abordant
23%L’utili...
Septembre 2008 37 37
La maternité : un sujet que l’on retrouve dans
tous les accords
• Pratiquement tous les accords ont i...
Septembre 2008 38 38
Evolutions sur le congé maternité
• Le congé maternité est reconnu comme un des
obstacles à l’évoluti...
Septembre 2008 39 39
La petite taille de certaines unités reste
un obstacle identifié en cas d’absence
• Développer l’aide...
Septembre 2008 40 40
Toutes ces mesures confirment une prise
en compte générale de la parentalité…
• Le congé paternité (1...
Septembre 2008 41 41
Certaines mesures sont freinées par
des dispositifs réglementaires
• Le statut particulier du congé p...
Septembre 2008 42 42
Points de vigilance sur la parentalité
 La charte de la parentalité a été lancée en avril
2008, il s...
Septembre 2008 43 43
La parentalité en chiffres
Champ = 51 accords – période 2005-2008
33%
Rémunération du congé
paternité...
Septembre 2008 44 44
Vers une prise en compte de la « filialité *» ?
• Peu de dispositions spécifiques pour la prise en ch...
Septembre 2008 45 45
2
Evolution de carrière :
2.1 Plafonds et murs de verre
Septembre 2008 46 46
Le plafond de verre
• Le plafond de verre, mentionné dans le préambule de
l’Accord National Interprof...
Septembre 2008 47 47
Mieux repérer les potentiels féminins
• Branche des Télécom :
 « Afin de faciliter un équilibrage de...
Septembre 2008 48 48
Plutôt les plafonds et les murs de verre…
• Une prise de conscience d’un plafond qui est en fait à 2
...
Septembre 2008 49 49
Le plafond cadre et direction
• Un statut moins féminisé, malgré des progrès importants depuis 30
ans...
Septembre 2008 50 50
Le plafond pour les employées
et les ouvrières
• Des secteurs importants d’emplois des femmes ne sont...
Septembre 2008 51 51
Le plafond pour les employées
et les ouvrières
• L’évolution de carrière des employées et
ouvrières n...
Septembre 2008 52 52
La mobilité géographique
Le travail du conjoint commence à être reconnu comme
frein à la mobilité géo...
Septembre 2008 53 53
La mobilité du conjoint en chiffres
Tous types de mesures abordant
21%
La mobilité du conjoint
(parfo...
Septembre 2008 54 54
Vers une remise en cause du modèle
d’évolution de carrière des cadres ?
• De nouvelles approches de c...
Septembre 2008 55 55
2
Evolution de carrière :
2.2 Formation
Septembre 2008 56 56
Des évolutions sur l’accès à la formation
• La moindre utilisation de la formation par les femmes est...
Septembre 2008 57 57
… et des innovations sur le
contenu des formations
• Exemples
 RTE : « Les concepteurs d'actions de ...
Septembre 2008 58 58
Une timide entrée de la Formation
Ouverte et à Distance (FOAD)
• La FOAD est mentionnée dans plusieur...
Septembre 2008 59 59
Les évolutions en matière de formation
 Une offre abondante en bureautique, informatique,
langues, d...
Septembre 2008 60 60
Formation et mixité des emplois :
quelques exemples
• Schneider Electric : proposition d’un cursus de...
Septembre 2008 61 61
2
Evolution de carrière :
2.3 Les femmes seniors
Septembre 2008 62 62
Les femmes seniors
• Elles commencent à être prises en compte :
comme senior ou spécifiquement comme ...
Septembre 2008 63 63
Autres exemples de
mesures pour les femmes seniors
• Branche Travail Temporaire (personnel permanent)...
Septembre 2008 64 64
Des études de parcours ou pour
des métiers spécifiques très féminisés
• PSA : étude (contrat CIFRE) s...
Septembre 2008 65 65
Quelles sont les spécificités des
femmes seniors ?
• Les femmes seniors assurent plus souvent des cha...
Septembre 2008 66 66
Les mesures concernant les évolutions
de carrière en chiffres
11%
La mention de mesures pour les femm...
Septembre 2008 67 67
3
L’égalité des rémunérations
Septembre 2008 68 68
La rémunération reste un sujet difficile…
• Des déclarations de principe rappelant « salaire égal
pou...
Septembre 2008 69 69
La formulation de l’égalité salariale reste à
la fois délicate et précise
• Exemple de formulation :
...
Septembre 2008 70 70
Le manque de diffusion des études
de niveau micro-économique
• Les Observatoires Métiers des branches...
Septembre 2008 71 71
Pour parvenir à l’égalité de
rémunération
• La loi sur l’égalité salariale de mars 2006 fixe
une éché...
Septembre 2008 72 72
Les mesures préventives
• Les accords postérieurs à la loi du 23 mars 2006
ont entériné le principe d...
Septembre 2008 73 73
Les mesures correctives
• Les formules de rattrapage équitables sont à
inventer :
 L’accord CCAS (ED...
Septembre 2008 74 74
Eléments complémentaires
dans les accords
Septembre 2008 75 75
Des accords égalité en lien
avec d’autres accords signés sur :
• Le temps de travail et en particulie...
Septembre 2008 76 76
Le suivi des accords et de leurs
résultats sont évoqués
• Les modalités de suivi des accords sont pré...
Septembre 2008 77 77
Les indicateurs de suivi existent
• Les indicateurs sont indiqués soit en annexe soit
dans chaque art...
Septembre 2008 78 78
L’  « automatisation » reste à construire
• Les outils nécessaires à la collecte et au suivi de
ces d...
Septembre 2008 79 79
La mixité des I.R.P.
• Presque tous les accords prévoient une vigilance ou des
progrès à réaliser pou...
Septembre 2008 80 80
Le sexe des signataires
Bilan chiffré
27,5%2296316946 (*)
% femmesTotalSignataires
Femmes
Signataires...
Les perspectives : et après…
Septembre 2008 82 82
Des enseignements
• Malgré une relative « uniformisation » des accords
signés, quelques tendances clé...
Septembre 2008 83 83
Les perspectives :
une 4ème période ?
• Le décalage entre la population active féminine et la
populat...
Septembre 2008 84 84
Vers une prise en compte transversale
des populations
• Au travers des accords visant la gestion prév...
Septembre 2008 85 85
Bibliographie et liens utiles
Septembre 2008 86 86
Documents disponibles (1/2)
• Document pour la conférence tripartite égalité
professionnelle et égali...
Septembre 2008 87 87
Documents disponibles (2/2)
• Analyse réalisée par J. Laufer et R.Silvera
dans le cadre du projet Tim...
Septembre 2008 88 88
Liens utiles
• Service Droits des Femmes :
www.travail-solidarite.gouv.fr/espaces/femmes-egalite
• DA...
Septembre 2008 89 89
Les accords cités
• 9 Branches (sur 15
étudiés) :
 ANI
 Banques
 Caisses d’Epargne
 IEG
 LEEM (p...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Accords egalite etude comparative isotelie pour anact 2008

342 vues

Publié le

Accords égalité professionnelle entre les femmes et les hommes : étude comparative 2005-2008 par le cabinet Isotélie pour l'ANACT. Auteurs : Annie Ducellier et Laurence Langer avec Nicole Raoult et Florence Chappert. Financement Fonds Social Européen (FSE).

Publié dans : Recrutement & RH
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
342
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Accords egalite etude comparative isotelie pour anact 2008

  1. 1. Les accords d’égalité professionnelle de branches et d’entreprises Analyse comparative sur la période 2005-2008 Septembre 2008 Réalisée par Annie Ducellier et Laurence Langer du cabinet Coordonnée par Florence Chappert et Nicole Raoult de l’ANACT
  2. 2. Septembre 2008 2 2 SOMMAIRE Objectifs et axes de l’analyse : pages 3-7 Historique de la signature des accords égalité : pages 8-13 1 Conditions générales d’emploi et de travail : pages 14-44  1-1 Mixité des métiers : pages 15-21  1-2 Organisation et conditions de travail : pages 22-33  1-3 Articulation vie professionnelle / vie privée : pages 34-44 2 Evolution de carrière : pages 45-66  2-1 Plafonds et murs de verre : pages 45-54  2-2 Formation : pages 55-60  2-3 Les femmes seniors : pages 61-66 3 Egalité de rémunérations : pages 67-73 Eléments complémentaires : pages 74-80 Perspectives : pages 81-84 Bibliographie et liens utiles : pages 85-89
  3. 3. Septembre 2008 3 3 Les objectifs de l’analyse pour l’ANACT • Actualiser l’analyse des accords visant l’égalité professionnelle et la mixité dans les branches professionnelles et les entreprises • Conduire un « focus » spécifique portant sur la prise en compte des conditions de travail, de la mixité, des femmes seniors et la santé • Repérer les préoccupations des entreprises afin d’établir une méthodologie d’intervention adaptée.
  4. 4. Septembre 2008 4 4 Les 3 axes de l’analyse Les axes choisis correspondent aux 3 volets du nouveau Rapport de Situation Comparée (cf décret n° 2008-838 du 22 août 2008) 1 Conditions générales d’emploi et de travail 1.1 La Mixité des métiers 1.2 L’ Organisation et les conditions de travail dont le temps partiel 1.3 Conciliation vie professionnelle / vie privée dont la prise en compte de la parentalité 2 Évolution de carrière 2.1 Plafonds et murs de verre 2.2 Formation 2.3 Prise en compte du croisement âge / sexe (*) : les femmes seniors 3 Egalité de rémunérations (*) en matière de textes législatifs et réglementaires, c’est le sexe qui est la variable statistique utilisée ; la notion de genre appartient au domaine des sciences humaines.
  5. 5. Septembre 2008 5 5 Champ de l’analyse des accords Les accords étudiés : • Les 15 accords de branches disponibles sur le site www.egaliteprofessionnelle.org à la date de l’analyse. • 62 accords d’entreprises de la période 2005-2008 extraits de ce même site  Les statistiques portent sur 51 accords, tous ceux comportant au moins 1 des rubriques décomptées • Remarque : les salariées concernées dans les accords d’entreprises analysés ne sont pas le reflet de la population active féminine (absence des fonctions publiques et de certains secteurs économiques)
  6. 6. Septembre 2008 6 6 Entreprises du CAC 40 et égalité professionnelle • Sur les 40 entreprises du CAC 40 :  20 ont signé un accord égalité professionnelle  7 ont obtenu le Label Egalité : AXA, BNP (filiale assurances), Dexia, EADS et filiales (en suspens), EDF, PSA, Société Générale.
  7. 7. Septembre 2008 7 7 Avertissement au lecteur • Il s’agit de procéder à :  l’identification des intentions des négociateurs  au repérage des points clé, novateurs dans les mesures qui ont été négociées… Pour les points de vigilance qui sont mentionnés dans ce document : ont été sélectionnés les aspects les plus emblématiques qui conduisent à s’interroger sur la mise en œuvre ultérieure.
  8. 8. Septembre 2008 8 8 Historique de la signature des accords égalité
  9. 9. Septembre 2008 9 9 Trois périodes de signature influencent le contenu des accords : les rubriques, leur formulation et les engagements pris L’échéance de 2010 avec la loi sur l’égalité de rémunération de mars 2006  Influence également de l’accord de branche UIMM de juin 2007, décliné dans les entreprises de la branche (IBM,…) 3ème période La déclinaison de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) de mars 2004 2ème période Les pionniers après la loi «Génisson» d’avril 2001 créant l’obligation de négocier (ex : Aéroports de Paris, ) et réformant le travail de nuit des femmes (ex : branche Tuiles et Briques) 1ère période
  10. 10. Septembre 2008 10 10 1ere période - Avril 2001 : la loi «Génisson» et les premiers accords, les « pionniers ». • Depuis 2001, la loi impose une obligation de :  Etablir un Rapport de Situation Comparée ou RSC  Négocier tous les ans ou signer un accord triennal • D’où des premiers accords signés très divers, c’est une période où l’on se cherche sur ce sujet nouveau de négociation :  Des pionniers comme Aéroports de Paris qui fait le choix de rendre plus mixtes 10 métiers qui le sont peu (1er accord)  D’autres comme la branche Tuiles et briques qui veut intégrer les nouvelles dispositions sur le travail de nuit • Cette 1ère période a permis un diagnostic clarifié et un dialogue sur la situation comparée des femmes et des hommes dans les entreprises, base pour des accords ensuite renouvelés et largement approfondis (Adp ou Air France 2006 versus 2003)
  11. 11. Septembre 2008 11 11 2eme période - Mars 2004 : un progrès dans la structuration des accords avec l’ANI L’Accord National Interprofessionnel, signé par tous les partenaires sociaux en mars 2004, va donner le ton A noter que le préambule est considéré en droit comme aussi «engageant» que les clauses de l’accord évolution des mentalités, orientation, recrutement, formation professionnelle continue, promotion et mobilité, égalité salariale, mise en œuvre  Un préambule qui prend acte de l’importance du sujet et des progrès à faire avec une formulation très réaliste («plafond de verre», «efficacité économique »).  Des domaines couverts qui seront systématiquement repris ensuite dans les accords signés
  12. 12. Septembre 2008 12 12 3eme période - Juillet 2007 : une branche importante, l’UIMM, signe son 1er accord • Une préoccupation pour plus de mixité liée au risque de pénurie de main d’œuvre qualifiée, d’où le rôle de l’observatoire des métiers  métiers en tension, image des métiers • Le problème de l’écart de rémunération pris en compte :  Experts identifiés  Etude sur un échantillon de 40 000 salariés • Cet accord fait suite au lancement d’Industrielles en mai 2005 : un événement national prolongé par un site Internet et des déclinaisons locales. 1 960 000 salariés  20% de femmes
  13. 13. Septembre 2008 13 13 On observe une courbe d’apprentissage dans le contenu des accords • La date de signature a une forte influence sur le contenu des accords • Par exemple la loi de 2006 a provoqué des mesures de neutralisation du congé maternité en termes d’évolution de la rémunération • On observe ainsi une « courbe d’apprentissage » à l’aide des accords précédemment signés :  soit dans l’entreprise : cas des 2èmes signatures  soit dans d’autres organisations : reprise de clauses formulées quasiment à l’identique d’un accord à l’autre ou déclinaison d’un accord de branche ou de groupe
  14. 14. Septembre 2008 14 14 1 Conditions générales d’emploi et de travail
  15. 15. Septembre 2008 15 15 1 Conditions générales d’emploi et de travail 1 . 1 La mixité des métiers
  16. 16. Septembre 2008 16 16 L’hétérogénéité de la mixité des métiers • Le problème est identifié mais les solutions sont lentes à produire des effets • Même constat dans toutes les entreprises :  Métiers techniques ou de production masculinisés,  Métiers administratifs féminisés • Mêmes analyses des causes :  Environnement socio-culturel, représentations et stéréotypes, histoire  Recrutements importants dans les années 70 : les salariés sont le reflet de la population formée disponible à cette époque
  17. 17. Septembre 2008 17 17 Vers plus de mixité des métiers • Mêmes souhaits et tentatives de partenariats en amont de l’entreprise pour diversifier les choix d’orientation professionnelle des femmes :  Avec l’Education Nationale et les autres acteurs de l’emploi et de la formation  Une attention particulière est portée par les accords aux stages et contrats d’apprentissage et aux périodes et contrats de professionnalisation Point de vigilance : quelle prise en compte des métiers dans les accords et quelle définition de cette notion (emploi, poste, métier) ?
  18. 18. Septembre 2008 18 18 La « double » mixité • Il reste plus facile ou plus courant d’agir pour améliorer la mixité dans un sens que dans l’autre : c’est le concept de « double mixité »  Projet européen en cours portant ce nom en région Centre,  Par exemple, concept affirmé dans l’accord SNCF mais sans action concrète correspondante pour les hommes • Les entreprises à majorité masculine ont démarré plus tôt : secteurs automobile, aéronautique, industriel de manière générale • Les entreprises à majorité féminine ont plus de mal à masculiniser les effectifs tertiaires, administratifs, d’employés…  Tout en rencontrant le même phénomène de plafond de verre que les autres… à savoir le difficile accès des femmes aux fonctions d’encadrement supérieur
  19. 19. Septembre 2008 19 19 Mixité des métiers en chiffres 35%Masculinisation des métiers 69%Féminisation des métiers • Remarque : on observe une différence de degré dans l’engagement et les actions ; la féminisation est plus souvent déclinée concrètement quand la masculinisation est plus souvent simplement affirmée. Champ = 51 accords – période 2005-2008
  20. 20. Septembre 2008 20 20 Des initiatives en fonction du domaine d’activité… • BETC Euro RSCG (secteur publicité et communication), cherche à inverser une féminisation croissante de ses effectifs et une moindre consommation de formation des hommes (33%) versus les femmes (48%)  Voir aussi les enquêtes égalité 2002 et 2005 de l’AACC (Association des Agences Conseil en Communication) • Bledina - mixité des métiers d’opérateurs :  Journées découvertes « 24 heures avec » et modules de formation au poste sur les métiers opérateurs
  21. 21. Septembre 2008 21 21 La mixité dans la rédaction des offres d’emploi • Tous les accords engagent à une rédaction des offres d’emploi et des définitions de postes avec une terminologie non discriminante.  Point de vigilance : il serait intéressant d’étudier si la pratique a réellement changé, à part la mention «H/F» devenue quasiment systématique ?
  22. 22. Septembre 2008 22 22 1 Conditions générales d’emploi et de travail: 1.2 Organisation et conditions de travail
  23. 23. Septembre 2008 23 23 Les indicateurs sur l’organisation et les conditions de travail dans le RSC (*) • Durée et organisation du travail  Répartition des effectifs selon la durée du travail : temps complet, temps partiel < à 50% ou > ou égal à 50%  Répartition des effectifs selon l’organisation du travail : travail posté, travail de nuit, horaires variables, travail atypique dont travail durant le week-end • Conditions de travail - répartition par poste de travail selon :  L’exposition à des risques professionnels  La pénibilité, dont le caractère répétitif des tâches (*) RSC = Rapport de Situation Comparée – données sexuées
  24. 24. Septembre 2008 24 24 L’organisation et les conditions de travail dans les accords • Trois éléments sont abordés :  les horaires,  les déplacements,  les locaux et postes de travail  Point de vigilance : des éléments importants comme la pénibilité et les horaires atypiques ne semblent pas bien couverts aujourd’hui dans les accords d’égalité professionnelle.
  25. 25. Septembre 2008 25 25 L’organisation et les conditions de travail dans les accords • Une préoccupation grandissante sur les horaires, en particulier des clauses recommandant d’éviter des réunions tardives  Point de vigilance : cette préoccupation est rarement en liaison avec les acteurs externes (bureaux des temps des collectivités par exemple) malgré le décret 2006- 1270 du 18 octobre 2006 qui le suggère (« implication de l'entreprise dans un bureau des temps ou dans une structure territoriale de même nature »)
  26. 26. Septembre 2008 26 26 L’organisation et les conditions de travail dans les accords • Les déplacements sont encore peu pris en compte :  Sauf ceux nécessités par les formations  Des places de parking spécifiques à proximité de l’entrée du personnel sont souvent prévues pour les femmes enceintes Point de vigilance : les plans de déplacements sont encore peu nombreux et rarement sexués (ce que les enquêtes déplacements permettent). Ils ne semblent pas évoqués dans les accords.
  27. 27. Septembre 2008 27 27 Le développement des TIC • Un souhait répandu de développer les TIC (Technologies d’Information et de Communication) pour limiter ou diminuer les déplacements et contribuer à plus d’égalité :  La visioconférence (JTEKT,Legrand)  moins de déplacements  Le télétravail (Legrand)  pour faciliter l’articulation vie privée / vie professionnelle
  28. 28. Septembre 2008 28 28 L’organisation et les conditions de travail dans les accords • L’étude des aménagements à réaliser est parfois mise à la charge des CHSCT ou des responsables d’établissements, sans toujours des moyens spécifiques annoncés sauf par exemple :  Blédina : enveloppe ergonomique spécifique
  29. 29. Septembre 2008 29 29 Les locaux et l’ergonomie des postes, une mixité à sens unique ? • L’adaptation des locaux est surtout envisagée pour la «féminisation» de métiers jugés trop «masculinisés»  Un budget spécifique ergonomie parfois identifié  La prise en compte d’une féminisation possible lors des nouveaux travaux  Le poste de travail et les locaux sociaux (sanitaires)  Les vêtements et équipements de protection • Le gain pour l’ensemble du personnel des améliorations ergonomiques liées à la féminisation est souligné  Point de vigilance : il n’est pas envisagé le besoin d’adaptation du poste de travail pour masculiniser des métiers très féminisés, peut- être faute d’accords dans les secteurs ou métiers concernés.  Par exemple : hauteur des tables de repassage, taille des manches à balai ou d’aspirateurs, hauteur des éviers…
  30. 30. Septembre 2008 30 30 Des exemples d’innovations à encourager et généraliser • Michelin :  « Le cahier des charges de conception des nouvelles machines intégrera une composante ergonomique en vue de permettre leur utilisation par du personnel tant féminin que masculin » • SNCF :  Obligation d’intégrer l’accessibilité aux femmes et aux hommes dans toute innovation ou recherche de mécanisation en vue de la diminution de la contrainte physique • La Poste (accord 2005): analyse des causes d'absentéisme susceptibles d'être liées à des organisations de travail difficiles : horaires atypiques, travail de nuit. • Air France 2006 : plus largement en matière d’organisation du travail et de conduite du changement, obligation d’intégrer une analyse sexuée dans les études préalables
  31. 31. Septembre 2008 31 31 Organisation et conditions de travail en chiffres 29% Organisation du travail et conditions de travail Champ = 51 accords – période 2005-2008
  32. 32. Septembre 2008 32 32 Le temps partiel choisi : un traitement encore différencié… Avec une formulation plus «avancée» dans les Caisses d’Epargne, American Express, Michelin, Radio France, France Télévisions, Air France, Areva, Sanofi, SNCF :  «pas considéré comme marque de désintérêt pour l'activité professionnelle »  «ne doit pas être perçu comme un signe de non- engagement vis à vis de l'entreprise »  «pas incompatible avec des fonctions à responsabilité » Et des formulations plus réservées, comme celles de la branche PME pharmacie, Orange, PSA :  «doit être compatible en termes d’organisation avec les obligations du poste à pourvoir» ces obligations n’étant pas précisées. • Les accords affirment nettement l’égalité de traitement :  «Les salariés à temps partiel ne doivent pas être lésés dans leur déroulement de carrière par rapport aux salariés à temps plein»
  33. 33. Septembre 2008 33 33 …et un risque d’être considéré comme une solution « systématique » à la conciliation vie privée et vie professionnelle • Le temps partiel choisi est très souvent mentionné comme le moyen de tenir compte des contraintes liées à la parentalité, et plus particulièrement pour les femmes  Certains accords renforcent les possibilités de recours au temps partiel choisi  Sans pour autant suivre la répartition des femmes et des hommes dans le recours aux temps partiels, au risque donc de le cantonner aux femmes • « Neutraliser » l’effet du temps partiel est, dans ce cadre, indispensable et évoqué comme tel : mêmes accès aux promotions, formations, rémunérations etc… • Et pourtant, tous les postes, et en particulier de direction, ne sont pas jugés compatibles avec le temps partiel  Des études sont éventuellement préconisées pour en identifier les causes, sans moyens clairement affectés  Point de vigilance : à terme, il y a là une contradiction à résoudre entre neutralisation et incompatibilité.
  34. 34. Septembre 2008 34 34 1 Conditions générales d’emploi et de travail: 1.3 Articulation vie professionnelle / vie privée
  35. 35. Septembre 2008 35 35 L’articulation ou la conciliation (*) vie professionnelle/vie privée • Selon les dates de signature des accords, des études ou engagements sont pris pour :  Le financement éventuel du CESU (**), en coordination avec les CE  La participation financière à des modes de garde des enfants • Parfois très avancée comme à La Poste, RATP, etc.. ou avec des moyens humains dédiés (recrutement chef de projet SNCF)  Plus généralement le développement de services pour les salariés  De nombreux accords comprennent des dispositions en cas d’enfants malades, pas uniquement réservés aux femmes • Indicateur sur la répartition par sexe des congés pris pour enfants malades dans l’accord Eurodisney (*) les 2 termes sont utilisés dans les accords (**) Chèque Emploi Service Universel
  36. 36. Septembre 2008 36 36 L’articulation vie professionnelle / vie privée en chiffres Tous types de mesures abordant 23%L’utilisation des TIC (principalement téléconférence, télétravail et « e-learning ») 55%Le temps partiel 65%L’articulation Champ = 51 accords – période 2005-2008
  37. 37. Septembre 2008 37 37 La maternité : un sujet que l’on retrouve dans tous les accords • Pratiquement tous les accords ont intégré :  La neutralisation du congé maternité / adoption en termes de promotion, ancienneté, augmentations générale et individuelle, droits au DIF etc…  Le principe d’un entretien avant et d’un entretien après le congé maternité / adoption – parfois parental – entre la salariée et son manager et/ou la DRH • Mais nous n’avons aucune indication sur le respect de mise en œuvre de ces entretiens, ni sur leur efficacité (contenu, validité et application des décisions prises) • Certaines entreprises prolongent le congé parental au- delà des 3 ans légaux (Michelin, …)  Point de vigilance : mise en œuvre de ces entretiens et leur efficacité (contenu, pertinence et application des décisions prises lors de l’entretien)
  38. 38. Septembre 2008 38 38 Evolutions sur le congé maternité • Le congé maternité est reconnu comme un des obstacles à l’évolution de carrière des femmes • Sa neutralisation de ce point de vue, affirmée dans la loi, se décline dans les accords  Rémunération : • […bénéficier des augmentations générales de salaire accordées pendant son absence et de la moyenne des augmentations individuelles de salaires perçues par les salariés de sa catégorie (ou à défaut de la moyenne de l’ensemble des augmentations individuelles de salaires)…]  Formation : par exemple droits au DIF équivalents
  39. 39. Septembre 2008 39 39 La petite taille de certaines unités reste un obstacle identifié en cas d’absence • Développer l’aide au manager et aux collègues de travail durant l’absence de la salariée  Exemple Adia : « compte tenu des contraintes d'activités spécifiques au réseau (très petites équipes, interdépendance des emplois, exigence de grande réactivité) […] prendre en compte les impacts qu'engendre un congé maternité ou parental sur l'activité d'une équipe et réfléchir aux moyens d'aider les managers du réseau à mieux faire face à ces impacts »
  40. 40. Septembre 2008 40 40 Toutes ces mesures confirment une prise en compte générale de la parentalité… • Le congé paternité (11 jours) est souvent rémunéré intégralement (suivant ainsi la recommandation du décret 2006-1270 du 18 octobre 2006) • L’apparition de la prise du congé parental d’éducation à parité :  Exemple dans l’accord Sonacotra : «les parents qui prendront, chacun pour une durée égale, un congé parental d’éducation, bénéficieront d’avantages en termes de rémunérations et de couverture mutuelle.».
  41. 41. Septembre 2008 41 41 Certaines mesures sont freinées par des dispositifs réglementaires • Le statut particulier du congé parental n’autorise pas les formations pendant ce congé (contrainte liée au versement d’allocations familiales) • Les accords cherchent un maintien souhaitable du lien entre salariée et employeur durant le congé maternité (ou parental) (accords de branche banques, pharmacie)  « L’envoi d’information à domicile comme les journaux internes, les informations générales etc.. nécessite une demande expresse écrite de la salariée » (exemple de formulation dans accord Caisses d’Epargne)
  42. 42. Septembre 2008 42 42 Points de vigilance sur la parentalité  La charte de la parentalité a été lancée en avril 2008, il sera intéressant de suivre ses effets sur les prochains accords signés (30 entreprises signataires de cette charte mi-avril)  La prise en compte de la parentalité est souvent de fait limitée aux femmes, occultant en partie les pères.  Par ailleurs, dans le cadre de la conciliation vie professionnelle et vie privée, la vie sociale ou citoyenne, indépendamment de la vie familiale, est rarement prise en compte
  43. 43. Septembre 2008 43 43 La parentalité en chiffres Champ = 51 accords – période 2005-2008 33% Rémunération du congé paternité 68% Augmentations et/ou primes garanties durant congé maternité 86% Entretiens avant/après congé maternité (parfois parental)
  44. 44. Septembre 2008 44 44 Vers une prise en compte de la « filialité *» ? • Peu de dispositions spécifiques pour la prise en charge des parents âgés :  Michelin et Pneu Laurent : clause « aléas de la vie» : utilisation plus souple du compte Epargne Temps, disposition légale du congé de solidarité familiale (**) aménagée en temps partiel  Areva NC : possibilité d’utiliser les jours d’absence pour enfants malades pour les conjoints malades  Areva Groupe (Europe) : prise en compte d’une « charge familiale particulière à assumer » dans l’accès à la formation  Orange (* le terme figure dans le Littré) (**) Articles L. 3142-16 à L. 3142-21 et D. 3142-6 à D. 3142-8 du Code du travail  Point de vigilance : cette prise en charge repose aujourd’hui plus souvent sur les femmes que sur les hommes
  45. 45. Septembre 2008 45 45 2 Evolution de carrière : 2.1 Plafonds et murs de verre
  46. 46. Septembre 2008 46 46 Le plafond de verre • Le plafond de verre, mentionné dans le préambule de l’Accord National Interprofessionnel de mars 2004, est maintenant bien identifié comme obstacle aux carrières des femmes • Un même constat dans toutes les entreprises :  Moins de femmes parmi les cadres que dans l’effectif total  Encore moins de femmes dans les postes de cadres supérieurs et de direction • Nécessitant des actions spécifiques :  Réflexion sur la période charnière 30/40 ou 35/40 ans pour repousser les limites du «plafond de verre» (EADS, IBM)  Attention particulière aux «promotions charnières» (ONERA)  Suppression de la limite d’âge pour l’accès aux postes d’encadrement par «voie rapide» (SNCF)
  47. 47. Septembre 2008 47 47 Mieux repérer les potentiels féminins • Branche des Télécom :  « Afin de faciliter un équilibrage des candidatures d'hommes et de femmes sur les postes à responsabilité, […] démarches de repérage et d'accompagnement des parcours de "potentiels" féminins, fondées sur la reconnaissance des compétences, de l'expérience et de la qualité professionnelle, tout en respectant des critères de détection, d'évaluation et d'orientation professionnelles de même nature pour les femmes et les hommes » • STMicroelectronics :  « dans le processus de «People Review» seront examinées systématiquement avec les managers les évolutions des femmes de l’organisation depuis la précédente revue.»
  48. 48. Septembre 2008 48 48 Plutôt les plafonds et les murs de verre… • Une prise de conscience d’un plafond qui est en fait à 2 niveaux :  Accès aux fonctions de direction pour les cadres  Mais aussi passage cadre ou agent de maîtrise ou accès aux plus hauts échelons de classification pour les employées et ouvrières • Les entreprises à filière technique évoquent la nécessité de passerelles entre métiers administratifs et techniques  Voir par exemple l’accord RTE  Adia précise l’existence d’un «mur de verre» entre des filières métiers masculinisés ou féminisés et n’ayant pas en réalité le même accès aux postes de direction • Voir aussi dans le répertoire ORSE la fiche 11 «dirigeants et hauts potentiels». L’expression «parois de verre» est attribuée à l’OIT dans un rapport de 1997 (cf bibliographie)
  49. 49. Septembre 2008 49 49 Le plafond cadre et direction • Un statut moins féminisé, malgré des progrès importants depuis 30 ans • Un statut dans lequel l’évolution est souvent liée au diplôme d’ingénieur – ce qui est accentué par le fait que beaucoup d’accords sont signés dans des entreprises industrielles et techniques :  Source = 18ème rapport annuel (2007) du CNISF (Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France) :  10% des ingénieurs en exercice le sont devenus en cours de vie professionnelle  Les femmes représentent 16% (CNISF) des ingénieurs en activité : 3,3% des ingénieurs sont à temps partiel mais 13,3% des femmes ingénieurs • L’importance du critère de temps de présence, traditionnel en France, reste un réel obstacle aux carrières féminines :  Quelques accords mentionnent ainsi que la « présence tardive systématique » n’est pas un critère d’évaluation (Sanofi-Aventis groupe)
  50. 50. Septembre 2008 50 50 Le plafond pour les employées et les ouvrières • Des secteurs importants d’emplois des femmes ne sont pas encore couverts par des accords : Secteur public et en particulier collectivités territoriales 60% de femmes dans l’effectif mais 16% dans les emplois supérieurs Commerce de détail Santé Assistant-es maternel-les env. 400 000 Services à la personne • Ou des métiers comme celui de secrétaires (sauf dans des accords comme Aéropots de Paris, Darty, Schneider Electric) qui seraient environ 700 000.
  51. 51. Septembre 2008 51 51 Le plafond pour les employées et les ouvrières • L’évolution de carrière des employées et ouvrières n’est qu’ébauchée…  Elle apparaît notamment dans la seconde génération d’accords (Air France 2006), la mixité étant recherchée sur l’ensemble de la ligne hiérarchique  Avec des mesures d’accompagnement possible des femmes (Areva NC), potentiellement appliquées aux employées et ouvrières
  52. 52. Septembre 2008 52 52 La mobilité géographique Le travail du conjoint commence à être reconnu comme frein à la mobilité géographique et pris en compte congé sans solde de 2 ans en cas de mobilité géographique du conjoint (salarié ou non de RF ou FT)  Radio France et France Télévisions couples salariés BNP, Michelin, Radio-France clause d’aide à la recherche d’emploi du conjoint en cas de mobilité géographique du salarié  Assedic Auvergne, JTKET, Michelin partenariats Boutiques de l’emploi, réseaux professionnels, cabinets de relocationLegrand
  53. 53. Septembre 2008 53 53 La mobilité du conjoint en chiffres Tous types de mesures abordant 21% La mobilité du conjoint (parfois restreint à son appartenance à l’entreprise) Champ = 51 accords – période 2005-2008
  54. 54. Septembre 2008 54 54 Vers une remise en cause du modèle d’évolution de carrière des cadres ? • De nouvelles approches de carrière sans mobilité géographique systématique :  Crédit du Nord : «réduire l’impact de cette moindre mobilité des femmes […] en permettant d’inscrire leur développement de carrière jusqu’à des niveaux élevés de responsabilité dans un cadre territorial plus limité que le périmètre global de l’Entreprise» • Ce qui montre une évolution culturelle majeure face à l’obligation de mobilité nationale voire internationale comme élément incontournable d’une carrière  Bien que de nombreux accords disposent que la mobilité soit accessible aux femmes comme aux hommes
  55. 55. Septembre 2008 55 55 2 Evolution de carrière : 2.2 Formation
  56. 56. Septembre 2008 56 56 Des évolutions sur l’accès à la formation • La moindre utilisation de la formation par les femmes est bien identifiée par tous • La comparaison du contenu des formations suivies est encore en cours  Les femmes suivraient moins de formations qualifiantes ou débouchant sur des promotions • Les obstacles comme les déplacements et les horaires de formation sont également identifiés, avec des mesures pour les contourner :  Compensation financière pour la garde des enfants ou les déplacements prévue dans la loi du 23 mars 2006  Point de vigilance : encore faut-il oser la demander ou pouvoir la justifier (aide familiale ou amicale non facturée)  Horaires des formations (ex : Assedic Auvergne fin des formations au plus tard à 17h)  Déplacements des formateurs au lieu des stagiaires
  57. 57. Septembre 2008 57 57 … et des innovations sur le contenu des formations • Exemples  RTE : « Les concepteurs d'actions de formation seront très attentifs à ce que les objectifs de formation et le contenu pédagogique de l'action n'introduisent aucun stéréotype à caractère sexiste »  SNCF : accord particulièrement attentif aux stéréotypes, préjugés et relations F/H dans les équipes de travail • Presque tous les accords prévoient des formations spécifiques sur le thème de l’égalité et de l’accord correspondant :  Étendues parfois aux IRP et aux OS (Air France 2006, EDF, Assedic,…)  Certains accords prévoient d’intégrer l’égalité professionnelle dans les formations managériales (branche Banques, Axa,…) ou dans les habilitations des personnels RH (SCNF)
  58. 58. Septembre 2008 58 58 Une timide entrée de la Formation Ouverte et à Distance (FOAD) • La FOAD est mentionnée dans plusieurs accords comme solution au déficit de formation des femmes avec une volonté générale de développement :  Dispositif de formation pour le métier de conseiller de patrimoine au Crédit du Nord en 2002  STMicroelectronics « les communautés ouvertes d’échange seront encouragées…pour développer le partage d’expérience, le conseil,…»  La FOAD est une priorité, selon les possibilités, à la SNCF
  59. 59. Septembre 2008 59 59 Les évolutions en matière de formation  Une offre abondante en bureautique, informatique, langues, développement personnel, management de niveau cadres, gestion  Une offre abondante pour les cadres ou les employés de bureau  Point de vigilance : l’offre de formation est encore à développer pour certains métiers ou certaines catégories professionnelles
  60. 60. Septembre 2008 60 60 Formation et mixité des emplois : quelques exemples • Schneider Electric : proposition d’un cursus de formation qualifiant et/ou diplômant pour 200 ouvrières volontaires sur 3 ans – pour pallier au déficit de formation de cette catégorie, en plus de l’engagement d’accès égal aux formations • UIMM : encouragement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation permettant à des femmes d’obtenir un Master ou un Doctorat
  61. 61. Septembre 2008 61 61 2 Evolution de carrière : 2.3 Les femmes seniors
  62. 62. Septembre 2008 62 62 Les femmes seniors • Elles commencent à être prises en compte : comme senior ou spécifiquement comme femme et senior • 45 ans un âge identifié comme critique – ou bien 20 ans d’activité professionnelle  Aéroports de Paris : étude en cours sur les parcours des femmes de plus de 45 ans pour identifier les moments-clé  American Express : accès prioritaire à la formation des femmes et des hommes de plus de 45 ans ou plus de 20 ans d’ancienneté  ONERA : examen de tous les dossiers individuels des femmes de plus de 45 ans dans l’année qui suit l’accord ; indicateur de comparaison de rémunération H/F différenciant + et – de 45 ans.
  63. 63. Septembre 2008 63 63 Autres exemples de mesures pour les femmes seniors • Branche Travail Temporaire (personnel permanent) : entretien 2ème partie de carrière tous les 5 ans à partir de 45 ans. Appel conseil extérieur possible pour petites entreprises. Bilan de compétences (45 ans ou 20 ans d’activité professionnelle). • BNP : entretiens de carrière pour les femmes de + 15 à 20 ans activité professionnelle (dans ou hors Paribas) pour permettre développement d’une deuxième partie de carrière • SNCF : lien avec l’accord formation professionnelle pour le bilan à mi carrière • Société Générale : examen des dossiers des femmes de + 45 ans ayant au moins 1 enfant
  64. 64. Septembre 2008 64 64 Des études de parcours ou pour des métiers spécifiques très féminisés • PSA : étude (contrat CIFRE) sur l’évolution de carrière des femmes • Aéroports de Paris : constat des mutations profondes du métier de secrétaire lié à une très forte féminisation ==> engager un processus d'évolution des fonctions de secrétaire pour proposer des perspectives de déroulement de carrière. • Schneider Electric : cursus formation technique sur 3 ans pour 50 volontaires des métiers de secrétaires ; évolution professionnelle sur 18 mois pour BTS secrétariat • Blédina (Danone) : suivi annuel de 2 échantillons de femmes "ouvriers" et "managers" pour analyser la dynamique de carrière • Air France : adhésion au projet européen Equallité
  65. 65. Septembre 2008 65 65 Quelles sont les spécificités des femmes seniors ? • Les femmes seniors assurent plus souvent des charges de famille que les hommes seniors • Le manque de dispositions pour la prise en charge des parents âgés («filialité»), en regard des progrès pour les femmes enceintes et les parents en général, reste un risque important pour l’évolution professionnelle des femmes seniors • Ce risque ne semble pas encore perçu ou pris en compte. • La seule déclinaison existante est le nouveau congé de solidarité familiale
  66. 66. Septembre 2008 66 66 Les mesures concernant les évolutions de carrière en chiffres 11% La mention de mesures pour les femmes de «+45 ans» ou «+20 ans d’activité» 47%Le mot parcours dans le texte de l’accord 57% Des mesures spécifiques ou envisagées concernant un éventuel rattrapage d’écart salarial 70% Tous types de mesures concernant la formation (au-delà d’une déclaration de principe d’égal accès) Champ = 51 accords – période 2005-2008
  67. 67. Septembre 2008 67 67 3 L’égalité des rémunérations
  68. 68. Septembre 2008 68 68 La rémunération reste un sujet difficile… • Des déclarations de principe rappelant « salaire égal pour un travail de valeur égale » • Des définitions précises : de la rémunération, de travail de valeur égale, etc… • Le constat qu’il y a la plupart du temps des écarts en défaveur des femmes – et parfois une concentration des inégalités salariales sur les femmes les plus âgées (CCAS EDF) • Et qu’une cause majeure en est la moindre proportion de femmes parmi les cadres et dirigeants ou dans les échelons supérieurs (cas des employées et ouvrières)  Ou la moindre ancienneté de la population féminine récente (entreprises à métiers techniques masculinisés)
  69. 69. Septembre 2008 69 69 La formulation de l’égalité salariale reste à la fois délicate et précise • Exemple de formulation :  Branche Caisse d’Epargne : « l’égalité salariale s’applique entre salariés occupant un même emploi et ayant une ancienneté équivalente, compétence professionnelle similaire (diplôme et /ou expérience et/ou formation interne) et parcours professionnel comparable ; elle vise le salaire de base »  Point de vigilance : les notions employées sont multiples, avec des conséquences importantes - âge, ancienneté, moyenne ou médiane, métier ou emploi ou catégorie professionnelle…
  70. 70. Septembre 2008 70 70 Le manque de diffusion des études de niveau micro-économique • Les Observatoires Métiers des branches réalisent des études Point de vigilance : les méthodologies seront-elles accessibles pour diffuser les bonnes pratiques ? • Par exemple, l’UIMM a présélectionné des experts et prévu une étude quantitative à grande échelle (40 000 salariés) puis une 2ème phase qualitative
  71. 71. Septembre 2008 71 71 Pour parvenir à l’égalité de rémunération • La loi sur l’égalité salariale de mars 2006 fixe une échéance en 2010 de négociation d’accords et de mesures en vue d’assurer l’égalité • Deux types de mesures cohabitent :  Préventif : mesures pour éviter de futurs écarts, • comme par exemple la neutralisation du congé maternité dans son effet antérieurement négatif sur l’évolution de salaires des femmes par rapport aux hommes  Curatif : mesures de « rattrapage » des écarts de salaire injustifiés • Point de vigilance : l’évaluation objective et partagée de «l’injustifié»
  72. 72. Septembre 2008 72 72 Les mesures préventives • Les accords postérieurs à la loi du 23 mars 2006 ont entériné le principe de neutraliser l’effet du congé de maternité ou adoption dans l’évolution de la rémunération :  Augmentations générales garanties  Règles garantissant une augmentation individuelle  Objectifs annuels revus • Le cas du congé parental – étant donné sa durée jusqu’à 3 ans – est plus variable : garantie partielle ou totale selon les cas.
  73. 73. Septembre 2008 73 73 Les mesures correctives • Les formules de rattrapage équitables sont à inventer :  L’accord CCAS (EDF) communique sa méthode d’attribution de près de 600 avancements en 4 ans pour compenser les écarts injustifiés • Plusieurs accords mentionnent les critères de comparaison utilisés et des budgets de rattrapage identifiés  Par exemple : Biomérieux depuis 2 accords, Areva NC, Sanofi Aventis (garantie centralisée d’un pourcentage équivalent à la répartition F/H dans l’effectif des augmentations individuelles et dans l’accroissement de la masse salariale)
  74. 74. Septembre 2008 74 74 Eléments complémentaires dans les accords
  75. 75. Septembre 2008 75 75 Des accords égalité en lien avec d’autres accords signés sur : • Le temps de travail et en particulier le temps partiel • La mobilité • La GPEC • La diversité • La formation professionnelle • Le compte épargne temps et un engagement fréquent de prendre en compte l’égalité dans les négociations et accords en cours et à venir : « approche intégrée ».
  76. 76. Septembre 2008 76 76 Le suivi des accords et de leurs résultats sont évoqués • Les modalités de suivi des accords sont précisées dans chaque accord :  institution d’une commission de suivi interne  durée de validité de l'accord (3 ans pour les premiers signés, «indéterminée» de plus en plus souvent)  Branche LEEM (pharmacie) : • Commission de non-discrimination en cas de difficultés entre 1 salarié et son entreprise pour l’application de l’accord de branche • Le contenu des travaux de ces commissions n’est pas précisé • Les résultats des accords sont également plus difficiles à évaluer de l’extérieur
  77. 77. Septembre 2008 77 77 Les indicateurs de suivi existent • Les indicateurs sont indiqués soit en annexe soit dans chaque article à la rubrique concernée :  Indicateurs du RSC  Indicateurs spécifiques à l’activité ou aux problématiques identifiées par l’entreprise ou la branche • Branche IEG : tous les indicateurs des bilans quantitatifs de la branche devront être sexués
  78. 78. Septembre 2008 78 78 L’  « automatisation » reste à construire • Les outils nécessaires à la collecte et au suivi de ces données sont parfois mentionnés : • SNCF : mission spécifique de conception d’un outil de chiffrage des taux de candidatures féminines reçues par métier  Air France (2006) : • Précisé objectif par objectif, indiquant par là même le haut niveau d’appropriation au sein de l’entreprise de la question de l’égalité depuis la signature du 1er accord • Tiré du travail de diagnostic réalisé lors du 1er accord => très adapté aux spécificités de l’entreprise  Point de vigilance : l’adaptation des SIRH pour automatiser la collecte des indicateurs reste à valider
  79. 79. Septembre 2008 79 79 La mixité des I.R.P. • Presque tous les accords prévoient une vigilance ou des progrès à réaliser pour une plus grande mixité des Institutions Représentatives du Personnel • Il est prévu par certaines commissions égalité ou de suivi qu’elles doivent obligatoirement comprendre des femmes (entreprises à effectif majoritairement masculin) • A l’inverse, certaines commissions ne comprennent que des femmes.  La formulation de la composition pourrait parler de mixité ou de répartition entre les sexes • voir par exemple la définition de jurys comprenant 30% au moins du sexe minoritaire  Air France 2006 : engagement des Organisations Syndicales à favoriser la mixité dans les listes présentées aux élections des IRP avec mise à disposition de statistiques et d’accompagnement des commissions égalité
  80. 80. Septembre 2008 80 80 Le sexe des signataires Bilan chiffré 27,5%2296316946 (*) % femmesTotalSignataires Femmes Signataires hommes Accords d’entreprise La proportion est légèrement différente entre direction et syndicats : 19% pour la direction de 24 à 33 % pour les syndicats – les écarts entre eux n’étant pas significatifs sur l’échantillon considéré • Parfois un décalage entre l’objectif annoncé de féminisation de l’encadrement et un taux de 100% de signataires masculins • Michelin : chaque organisation signataire est représentée par un binôme femme / homme : direction, CFDT, CFE-CGC, CFTC et Sud. (*) nom et sexe des signataires identifiés N.B. Il peut y avoir plusieurs signataires pour une même organisation
  81. 81. Les perspectives : et après…
  82. 82. Septembre 2008 82 82 Des enseignements • Malgré une relative « uniformisation » des accords signés, quelques tendances clés :  Des accords marqués par la féminisation des métiers dits masculinisés, conditionnant l’ensemble des objectifs et actions  Des accords marqués par la lutte contre les stéréotypes  La prégnance des questions de congés de parentalité et des contraintes liées aux enfants  Question qui concerne encore, de fait, prioritairement les femmes (versus une approche pourtant qualifiée de parentalité)  En omettant les problématiques croissantes de prise en charge des ascendants • Conditions de travail : une approche encore limitée, et surtout réservée à la féminisation des métiers techniques • Le croisement âge/sexe est encore marginalement pris en compte, tout comme la santé au travail…
  83. 83. Septembre 2008 83 83 Les perspectives : une 4ème période ? • Le décalage entre la population active féminine et la population de salariées concernées par un accord de branche ou d’entreprise justifie la nécessité d’étendre la démarche à d’autres secteurs et d’autres métiers, ainsi qu’aux différentes fonctions publiques • La prise en compte grandissante de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise et du Développement Durable élargit le périmètre d’intervention et d’influence des grandes entreprises et ouvre des perspectives d’évolution en matière d’égalité professionnelle
  84. 84. Septembre 2008 84 84 Vers une prise en compte transversale des populations • Au travers des accords visant la gestion prévisionnelle (GPEC) (*) • Par le biais des préoccupations de lutte contre les discriminations • En illustration des problématiques de préservation de la santé au travail • Au premier plan des projets de promotion de la Diversité… (*) L’ANI du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail préconise d’inclure dans les négociations GPEC la mixité et l’égalité professionnelle
  85. 85. Septembre 2008 85 85 Bibliographie et liens utiles
  86. 86. Septembre 2008 86 86 Documents disponibles (1/2) • Document pour la conférence tripartite égalité professionnelle et égalité salariale de novembre 2007 – publié en juillet 2007 • L’annexe 4 comprend une analyse d’accords sous l’angle spécifique de la rémunération : Axa, CNCE, Crédit Mutuel Océan, EDF, HSBC, Schneider, Société Générale, Thalès • L’annexe 5 dresse un état des lieux de la négociation sur l’égalité de rémunération par branche professionnelle • La contribution des femmes à la performance, une revue de la littérature – Sophie Landrieux- Kartochian - étude DARES - octobre 2004
  87. 87. Septembre 2008 87 87 Documents disponibles (2/2) • Analyse réalisée par J. Laufer et R.Silvera dans le cadre du projet Timetis (association Emergences – programme Equal du FSE) - 2005 • Analyse de 40 accords d’égalité disponibles à cette date dont 3 de branches : IEG, LEEM, Tuiles et Briques • Les grandes rubriques apparaissent : recrutement, évolution professionnelle, rémunération, formation, équilibre vie familiale / vie professionnelle • Etude de cas sur 5 organisations : Air France, Ixis, Eaux de Paris, EDF-GDF et RATP. • Répertoire de pratiques d’égalité professionnelle – ORSE pour le Ministère de la parité et de l’égalité professionnelle – septembre 2004
  88. 88. Septembre 2008 88 88 Liens utiles • Service Droits des Femmes : www.travail-solidarite.gouv.fr/espaces/femmes-egalite • DARES : www.travail-solidarite.gouv.fr/etudes-recherche-statistiques-dares/ • Textes des accords d’égalité publiés– site géré par l’ORSE : www.egaliteprofessionnelle.org • Analyse J Laufer – R Silvera dans le cadre du projet Timetis de l’association Emergences :www.emergences.fr • Nouveau Rapport de Situation Comparée: guide de réalisation: www.travail-solidarite.gouv.fr/dossiers/gestion-ressources- humaines/egalite-professionnelle/rapport-situation- comparee/rapport-situation-comparee.html
  89. 89. Septembre 2008 89 89 Les accords cités • 9 Branches (sur 15 étudiés) :  ANI  Banques  Caisses d’Epargne  IEG  LEEM (pharmacie  Pharmacie (PME – vétérinaire)  Télécom  Travail Temporaire (permanents)  UIMM • Entreprises : 33 sur 62 étudiés (nbre accords)  Adia, AdP (2), Air France (2), Areva (2), Assedic, Axa, BETC Euro RSCG, Biomérieux (2), Bledina, BNP Paribas (3), CCAS(EDF), Crédit du Nord, EADS (2), EDF (2), Eurodisney, Francetélévisions, IBM, JTEKT, La Poste (2), Legrand, Michelin, Onera, Orange, PSA (2), RadioFrance, RATP (2); RTE, SanofiAventis (2), Schneider Electric, SNCF, Société Générale, Sonacotra, STMicroelectronics

×