Vintage | Rencontre: David Servé
Lorsqu’on parle de
véhicules d’avant-guerre,
deux obstacles viennent
à l’esprit: l’invest...
S
es grands yeux cachés derrière
ses lunettes à monture épaisse
donnent à David Servé l’air d’un
adolescent jouant dans l’...
1| David a très vite
remarqué que la longueur
des moteurs de l’époque
correspond à celle des
blocs Triumph des
années 60.....
4| Le charme d’une
sportive d’avant-guerre,
c’est avant-tout une
simplicité et de la rusticité.
5| Sculpteur de formation,...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

MA Itw David Servé

124 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
124
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MA Itw David Servé

  1. 1. Vintage | Rencontre: David Servé Lorsqu’on parle de véhicules d’avant-guerre, deux obstacles viennent à l’esprit: l’investissement financier et les contraintes d’utilisation. David Servé propose sa solution: la Lanchester Super Sport. Amours d’avant- guerre 102|MONITEURAUTOMOBILE.BE 1620 | 3/2/2016 Texte Benoît Lays | Photos Jeroen Peeters MA20-VINTAGE-DavidServé 2-CC-AD.indd 102 25/01/16 14:59 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.
  2. 2. S es grands yeux cachés derrière ses lunettes à monture épaisse donnent à David Servé l’air d’un adolescent jouant dans l’atelier de son paternel.Un antre rempli de pièces de carrosserie en alu- minium, de découpes de bois ou encore de vieux volants, pendus aux murs,qui vous plongent dans un autre siècle.Charmé par l’am- biance, vous vous laissez captiver par les anecdotes d’un homme visiblement à l’aise dans son bleu de travail.A 56 ans,David possède de solides connais- sances en matière de patrimoine automobile, mais aussi de pilotage dans des rallyes historiques. «J’ai participé au Liège-Rome-Liège en 2000, à l’époque d’Alain Defalle, sur une petite Triumph TR3 absolument pas préparée pour cela, mais qui sortait de restauration.J’ai beaucoup appris,d’autant que c’était ma première expérience en rallye de régu- larité. Je suis revenu l’année suivante avec la même voiture, mais nettement mieux préparée. Mais j’ai aussi particulièrement apprécié le SeaSun Rally de Pierre Barré,qui nous emmenait chaque année dans des endroits différents.Nous sommes allés en Corse, en Sardaigne,à Majorque ou encore en Slovénie.J’ai détruit maTR3,alors je me suis offert une Apal,qui marchait vraiment très fort. Malheureusement, elle a également été victime de ma fougue.Et puis je suis tombé amoureux des voitures d’avant-guerre et j’ai acquis une Daimler de 1935.» Mais très vite, il prend conscience des inconvé- nients liés à ce genre de véhicule. «Les prix sont prohibitifs,et ce depuis la bulle spé- culative de la fin des années 80.Depuis lors,il est il- lusoire de vouloir s’acheter une Bentley, une Dela- haye ou une Aston Martin d’avant-guerre. Le tarif va au-delà des 250.000 € et seuls les plus fortunés peuvent s’en offrir.Sans compter qu’une fois acquise, une avant-guerre vous oblige à passer par des spécia- listes,qui facturent leurs pièces et leurs services à prix d’or, sans parler du temps qu’ils exigent pour effec- tuer leurs travaux.» UNE IDÉE EN OR Conscient de tous ces inconvénients et après avoir lui-même expérimenté pareille déception, notre Géo Trouve-Tout s’est lancé dans l’amélioration de «UNE FOIS QUE L’ON A GOÛTÉ À CELA, TOUT PARAÎT INSIPIDE. LES VOITURES ACTUELLES, MAIS AUSSI LES ANCÊTRES PLUS RÉCENTS.» 1| Son antre rempli de pièces en alu, de découpes de bois ou de vieux volants vous plonge dans un autre siècle. 2| «Pour chaque voiture, je pars d’une épave que je démonte pour n’en garder que le châssis, qui est sablé.» MONITEURAUTOMOBILE.BE 1620 | 3/2/2016 |103 2 1 MA20-VINTAGE-DavidServé 2-CC-AD.indd 103 25/01/16 14:59 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.
  3. 3. 1| David a très vite remarqué que la longueur des moteurs de l’époque correspond à celle des blocs Triumph des années 60... 2| La position dans le cockpit est plutôt agréable et l’on vit véritablement en symbiose avec la voiture.... et la nature 3| La pose de la nouvelle sellerie en cuir est réalisée par la compagne de David. ce châssis Daimler que le spécialiste de l’époque lui avait rendu dans un état inqualifiable. «Et je me suis très vite rendu compte que cela n’avait rien de très compliqué. J’ai rapidement ven- du la première construite.L’important,c’est de partir d’un châssis en croisillon comme celui des Daimler et des Lanchester.D’abord pour une raison de rigidi- té,mais aussi parce que l’arbre de transmission passe au-dessus. Le châssis est suspendu au pont, ce qui abaisse fortement le centre de gravité et permet aus- si de ne pas avoir de tunnel de transmission. A l’ar- rière,le col de cygne passe sous le pont et permet de créer une carrosserie très enveloppante.» Mais les atouts des châssis Lanchester ne se li- mitent pas à cela. En fait, David remarque très vite que la longueur des moteurs de l’époque correspond à celle des blocs Triumph des années 60. Une coïn- cidence qui lui permet d’implanter des 6 cylindres en ligne équipés de leur boîte de vitesses pour offrir à ses modèles une fiabilité inédite. «Lorsque je participe à des rallyes avec une de mes Super Sport,je me félicite toujours d’arriver le soir à l’étape,d’éteindre le moteur et de pouvoir aller boire des verres avec mes amis.Il n’y a pas de partie de mé- canique interminable comme sur une avant-guerre classique.J’ai ainsi parcouru près de 20.000 km avec une Lanchester et j’ai juste dû faire les appoints d’huile.Elles sont extrêmement fiables et solides.» VOITURES À VENDRE Sculpteur de formation,David se lance à temps plein dans l’automobile en 2012 et il ne le regrette guère.Il déborde d’idées et chaque solution apporte une plus- value à la création suivante.Ainsi,vous êtes sûr de ne jamais rencontrer deux modèles identiques. «Pour chaque voiture, je pars d’une épave que je démonte pour n’en garder que le châssis, qui est sa- blé. Dès qu’il revient je le transforme, je le rigidifie, je modifie les supports du moteur, je transforme la direction et le système de freinage. Une fois que le moteur est inséré dans l’auto,je peux attaquer la car- rosserie.Lorsque tout est terminé,qu’elle est sur ses roues, je la démonte entièrement. La carrosserie est mastiquée et peinte, le moteur et la boîte sont en- 104|MONITEURAUTOMOBILE.BE 1620 | 3/2/2016 Vintage | Rencontre: David Servé POUR UNE LANCHESTER, IL FAUT COMPTER 700 HEURES DE TRAVAIL, JUSTIFIANT UN TARIF DE PLUS OU MOINS 70.000 €. En parler, c’est bien, mais pour mieux appuyer ses dires, notre touche-à-tout n’hésite pas à sortir un des ses bolides pour nous emmener en balade. 1 3 4 2 MA20-VINTAGE-DavidServé 2-CC-AD.indd 104 25/01/16 14:59 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.
  4. 4. 4| Le charme d’une sportive d’avant-guerre, c’est avant-tout une simplicité et de la rusticité. 5| Sculpteur de formation, David s’est vite senti très à l’aise dans le quotidien d’un carrossier à l’ancienne. voyés en Angleterre,tandis que le cardan est envoyé en Pologne; j’assemble une moitié d’arbre de trans- mission de Daimler/Lanchester avec la moitié d’un Triumph et c’est à l’Est qu’ils affinent les réglages. Une fois de retour,je remets tout dans la voiture avec révision du train avant et de la direction.Je place de nouveaux joints et un circuit électrique tout neuf et puis l’auto part à l’atelier de peinture.Enfin,il y a la pose de la nouvelle sellerie en cuir réalisée par ma compagne. Evidemment, chaque voiture est diffé- rente, puisque je me sers de mes erreurs pour amé- liorer ma technique.Seul le bouchon du réservoir est commun à tous les modèles. En gros, il faut comp- ter 700 heures de travail,ce qui justifie un tarif tour- nant aux alentours de 70.000 €.» SENSATIONS GARANTIES Pour mieux appuyer ses dires, notre touche-à-tout nous emmène brièvement à bord d’un de ses bo- lides.La position dans le cockpit est plutôt agréable et l’on vit véritablement en symbiose avec la voiture. «Une fois que l’on a goûté à cela, tout paraît insi- pide,non seulement les voitures actuelles,mais aussi les ancêtres plus récents. Il faut prendre conscience qu’on roule dans un engin avec lequel on n’a pas droit à l’erreur.Lorsque je suis dans la circulation actuelle, il faut imaginer que tout peut arriver, donc je me retiens fortement. Ce sont ses limites. Par contre, dans les campagnes, lors des rallyes, je me lâche et je prends véritablement du plaisir. En montagne, je m’amuse vraiment tout en conduisant en connais- sance de cause. Il y a tellement de couple que je ne dois pas souvent changer de vitesse.Je peux conser- ver le troisième rapport,même dans les épingles.» Entre deux créations,David s’occupe de demandes plus spécifiques, comme cette TR3 ayant entière- ment brûlé et dont il répare le châssis ou encore cette carrosserie inédite,en aluminium,qu’il crée entière- ment sur un châssis de Jaguar des années 50, sans oublier une Rolls-Royce Phantom III de 1937 qu’il s’apprête à transformer également en Special his- toire de venir taquiner les Bentley au pedigree parfois discutable. «Cela peut paraître un peu fou de s’attaquer à une telle référence, mais dans les faits, à l’époque, le constructeur fournissait le châssis et sa mécanique à des carrossiers, qui étaient totalement libres dans leur interprétation. C’est exactement ma démarche. Je crée des carrosseries inédites sur des mécaniques des années 30 et cela est parfaitement autorisé par les organisateurs de rallyes d’ancêtres. Mes voitures ont les papiers des années 30 et sont immatriculées comme telles.Dans le cas de la Rolls-Royce,elle pos- sède un moteur identique à celui qu’on trouve dans les Bentley. Mais mon anglaise est absolument au- thentique et la voiture de grands prix que je vais créer en conservera tous les éléments.Il s’agira d’une voi- ture d’époque, qui devrait revenir à 150.000 €, avec des papiers de 1937,et non de 1956 comme les Bent- ley qui pullulent dans les rallyes historiques.» On vous l’a dit,les idées foisonnent dans le cerveau de ce génie unique en son genre! MONITEURAUTOMOBILE.BE 1620 | 3/2/2016 |105 5 www.classic21.be CHAQUE SAMEDI DE 19H À 19H30 Toutes les infos sur l’actualité des sports moteurs avec Dominique Dricot. CLASSIC 21 SPORTS MOTEURS ©StudioGraphiqueRTBF-©IStock MA20-VINTAGE-DavidServé 2-CC-AD.indd 105 25/01/16 14:59 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.

×