2
A L'ATTENTION DU LECTEUR
Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi
sont expliquées à la lumière des...
3
4
A PROPOS DE L'AUTEUR
L'auteur Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme
HARUN YAHYA, est né à Ankara en 1956. Il a effec...
5
est connue à travers de nombreux pays, de l'Inde aux États-Unis, de la Grande-Bretagne à l'Indoné-
sie, de la Pologne à ...
6
7
8
9
Introduction 10
Marie : une femme musulmane exemplaire 16
Le fils de Marie, le Prophète Jésus (psl) 60
Comment les socié...
10
e Coran, le seul véritable guide pour
l'humanité, a été révélé afin que les
gens sachent comment gérer toutes les
situatio...
Marie : une femme musulmane exemplaire
Un de ces musulmans sincères est Marie (bénie soit-elle), une des
deux femmes citée...
13
Comme le montre ce verset, le caractère de chaque personne n'est
pas déterminé par les valeurs de sa société ou par des tr...
Et quiconque, homme ou femme, qui fait de bonnes œuvres,
tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au paradis ...
16
elon des sources historiques, Allah a
honoré Marie (bénie soit-elle), laquelle a
vécu il y a environ deux mille ans, avec
...
âmes ne désirent pas, ils en traitent certains de menteurs et ils en tuent
d'autres. (Sourate al-Maidah, 70)
Marie (bénie ...
Imran, 33-34) En d'autres mots,
la famille d'Imran descendait des
Prophètes Adam (psl), Noé (psl) et Abraham (psl), et ils...
20
Harun Yahya - Adnan Oktar
Rappelle-toi quand la femme d'Imran dit : "Seigneur, je T'ai voué en tou-
te exclusivité ce qui ...
22
La page du Coran contenant la sourate Marie, 1-11
Allah charge le Prophète Zacharie (psl) de l'éducation de
Marie (bénie soit-elle)
Allah donna au Prophète Zacharie (psl) u...
24
25
La peinture de Giovanni Bellini
représentant Marie, (1505) est
exposée dans l’église de Saint
Zaccharie à Venise. Cette...
serait éduquée de la meilleure manière possible, la purifia de toute
méchanceté, et la préféra à toutes les autres femmes....
27
me d'un homme accompli. (Sourate Marie, 16-17)
Ne sachant pas qui était cet homme, elle chercha refuge auprès
d’Allah et l...
es pieux, [ne m'approche point]." (Sourate Marie, 18)
Ses paroles démontrent clairement sa confiance complète en Allah,
au...
30
La page du Coran contenant la sourate Marie, 12-25
La retraite de Marie (bénie soit-elle)
Allah révèle : "Elle devint donc enceinte [de l'enfant], et elle se
retira avec lui...
La naissance du Prophète Jésus
(psl) et le soutien d’Allah à Marie
Allah a totalement soutenu Marie au
cours de sa grosses...
33
en étant seule, sans équipement médical ni l'assistance d'une sage-fem-
me. Néanmoins, Marie surmonta toutes ces diffic...
Ainsi, elle donna naissance dans les meilleures conditions possibles.
Allah révèle sa situation :
Puis les douleurs de l'e...
ches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! Si tu vois
quelqu'un d'entre les humains, dis [-lui :] "As...
36
aller à la tristesse ; ils doivent plutôt avoir confiance en Allah et ressen-
tir la paix de l'esprit qui vient en sachant...
par une maladie ou celles souffrant d'é-
puisement, grâce à leur valeur calorique
élevée. Par exemple, 100 grammes de
datt...
39
Marie : une femme musulmane exemplaire
dattes pendant des années, car ils contiennent tous les éléments essen-
tiels à la ...
41
Le conseil d’Allah envers
Marie de manger des dat-
tes pourrait être une indi-
cation de leurs vitamines et
minéraux es...
Marie : une femme musulmane exemplaire
suffisantes pour satisfaire tous les besoins en magnésium
du corps humain.4
Les dat...
43
La perte de sang au
cours de l’accou-
chement fait chuter
le taux de sucre
dans le sang. Les
dattes, dont la
teneur en ...
C'est un très bon conseil.
Toutes nos informations actuelles sur les dattes révèlent la grâce et la
sagesse infinies d’All...
45
des articulations, l'humidité et l'élasticité de la peau, le fonctionnement du
système digestif, outre le fait qu’elle ...
46
47
la respiration est plus importante. Le liquide amniotique, dans lequel
grandit le bébé, est renouvelé toutes les trois ...
48
Les médecins disent que tirer quelque chose vers soi au cours de
l’accouchement peut avoir un effet positif sur les muscle...
50
51
Marie (bénie soit-elle) retourne
dans sa communauté
Quand Marie revint avec le Prophète
Jésus (psl), son peuple ne put ...
Marie : une femme musulmane exemplaire
Le vœu de silence de Marie (bénie soit-elle)
Allah, Qui exauçait toujours les prièr...
gens. Le caractère supérieur de Marie, son honneur et sa pureté ont été
révélés par ces paroles, et ceux qui l'avaient cal...
Ceux qui calomnièrent Marie (bénie soit-elle)
Ces miracles montrèrent aux Israélites qu’Allah avait rendu Marie et le
Prop...
55
Le caractère supérieur de Marie (bénie soit-elle)
Marie est un personnage modèle pour toutes les femmes musulma-
nes parce...
Marie montra sa dévotion sincère envers Allah à travers sa vertu et
son comportement irréprochables. Elle exprima égalemen...
58
Un autre trait de caractère perceptible était son manque
total d'intérêt pour gagner l'acceptation de son peuple. Elle
s'é...
60
e Prophète Jésus (psl), une des person-
nes élues par Allah dans cette vie et
dans l'au-delà, a reçu la responsabilité
d'a...
62
C'est une indication qu'il était différent de tous
ses contemporains.
Seul le Coran, qu’Allah a promis de gar-
der intact ...
tiens acceptent ces croyances fondamentales, tout comme la croyance
qu'il fut ressuscité et élevé ensuite aux cieux. Cepen...
La mort des Prophètes
Une analyse des mots utilisés pour raconter la mort ou l'assassinat
des prophètes et ceux utilisés p...
66
Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre
vous, ce sur quoi vous vous opposiez.
(Sourate al-Imran, 55)
En d'autres m...
68
afin que s'accomplisse le terme fixé. Ensuite, c'est vers Lui que sera vo-
tre retour, et Il vous informera de ce que vous...
rection. En regardant les chrétiens d'aujourd'hui, on voit que le cœur
de leur religion a été modifié et que ce n'est pas ...
le Christ, Jésus, fils de Marie, le messager d'Allah"... Or, ils ne l'ont ni tué
ni crucifié ; mais ce n'était qu'un faux-...
Marie : une femme musulmane exemplaire
Quand on cite l'exemple du fils de Marie, ton peuple s'en détourne, en
disant : "No...
73
74
Et quand Allah dira : "O Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait
sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du ...
76
expression similaire pour les autres prophè-
tes ; ces expressions ne sont utilisées que
pour le Prophète Jésus (psl).
6) ...
sonâge mûr [kahlaan] et il sera du nombre des gens de bien. (Sourate al-
Imran, 46)
Ce mot n'apparaît dans tout le Coran q...
âge de maturité. Ce verset ne concerne que Jésus et souligne le caractère extraordi-
naire et miraculeux de sa situation. ...
80
out le savoir nécessaire pour vivre une
vie qui permettra de gagner la bénédic-
tion d’Allah est contenu dans le Coran :
l...
place fixée suivant son statut social, son sexe, ses croyances, sa situation
et son mode de vie.
La place d’une femme est ...
83
force de caractère, tandis que les femmes tardent à réagir. Les filles sont
conditionnées pour se conformer à ce préjug...
homme”, “sois brave”, “ne sois pas effrayé comme une petite fille”, “tu
pleures comme une petite fille”. On dit aussi aux ...
85
… et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour quel péché elle
a été tuée. (Sourate at-Takwir, 8-9)
Dans d’au...
86
Allah révèle aussi que de telles personnes considéraient leurs filles
comme étant de jolies choses incapables de se défend...
88
L’Islam réfute cette vue fanatique en déclarant
que tous les musulmans, en englobant les hommes et
les femmes, ont des ...
89
90
nablement en observant leurs mères et les autres femmes, puis en s’ap-
propriant les idéaux qui leur sont décrits. Elle...
91
Quand on examine les caractéristiques générales des femmes
vivant dans les sociétés incroyantes, on s’aperçoit qu’elles...
92
93
femme, aussi bien que leur plus grande sensibilité aux évè-
nements négatifs. Ainsi, il est parfaitement correct pour e...
94
mères au foyer, ou de bonnes épouses. Ou bien, l’autre chose que l’on
attend d’elles est qu’elles trouvent un bon travail ...
Les personnes qui adoptent aveuglément les stéréotypes de leur
société ont des excuses pour leur comportement. Tout d’abor...
97
Mais la principale raison pour laquelle ces femmes ne peuvent
échapper à ce type de caractère erroné est qu’elles ne sa...
98
99
En réalité, toutes ces manières de
pensée sont défectueuses. Il n’y a qu’u-
ne seul manière de vivre, un seul carac-
tè...
100
101
ertaines personnes ignorent l’impor-
tance et la valeur accordées par l’Is-
lam aux femmes. Les femmes qui ne
connaiss...
102
Si la vérité était conforme à leurs passions, les cieux et la terre et ceux qui
s’y trouvent seraient, certes, corrompus. ...
Marie : une femme musulmane exemplaire
cient aux femmes et cherchent à empêcher les dommages envers leurs
intérêts ou une ...
105
Marie : une femme musulmane exemplaire
Dans de nombreux pays, les gens accordent beaucoup d’importan-
ce à la couleur de l...
Allah conseille aussi aux gens de ne pas rechercher les richesses, qui
sont devenues une mesure de supériorité parmi les h...
108
109
lon la moralité du Coran, car les résultats de cet effort sont ce qu’Allah
valorise et ce qu’Il mesurera dans l’au-delà. A...
111
conseils du Coran. Allah promet à quiconque craignant et respectant les
limites qu’Il a établies pour l’humanité, qu’I...
112
113
mais plutôt avec la dévotion, la crainte et le respect
d’Allah.
Tout homme ou femme qui agit suivant les impul-
sions ...
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français

1 116 vues

Publié le

Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 116
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Marie. une femme musulmane exemplaire. french. français

  1. 1. 2 A L'ATTENTION DU LECTEUR Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi sont expliquées à la lumière des versets coraniques et les gens sont invités à connaître la parole de Dieu et à vivre se- lon ses préceptes. Tous les sujets qui concernent les versets de Dieu sont expliqués de telle façon à ne laisser planer ni doute, ni questionnement dans l'esprit du lecteur. Par ailleurs, le style sincère, simple et fluide employé permet à chacun, quel que soit l'âge ou l'appartenance sociale, d'en comprendre facilement la lecture. Ces écrits efficaces et luci- des permettent également leur lecture d'une seule traite. Même ceux qui rejettent vigoureusement la spiritualité reste- ront sensibles aux faits rapportés dans ces livres et ne peu- vent réfuter la véracité de leur contenu. Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus individuellement ou être abordés lors de conversations en groupes. Les lecteurs qui désirent tirer le plus grand profit des livres trouveront le débat très utile dans le sens où ils seront en mesure de comparer leurs propres réflexions et expériences à celles des autres. Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de contribuer à faire connaître et faire lire ces livres, qui ne sont écrits que dans le seul but de plaire à Dieu. Tous les livres de l'auteur sont extrêmement convaincants. De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire connaître la religion à d'autres personnes, une des méthodes les plus efficaces est de les encourager à les lire. Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres livres, les idées personnelles de l'auteur ou des explications fondées sur des sources douteuses. Vous ne trouverez pas non plus des attitudes qui sont irrespectueu- ses ou irrévérencieuses du fait des sujets sacrés qui sont abordés. Enfin, vous n'aurez pas à trouver également de comptes-rendus désespérés, pessimistes ou suscitant le doute qui peut affecter et troubler le cœur.
  2. 2. 3
  3. 3. 4 A PROPOS DE L'AUTEUR L'auteur Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme HARUN YAHYA, est né à Ankara en 1956. Il a effectué des étu- des artistiques à l'Université Mimar Sinan d'Istanbul, et a étudié la philosophie à l'Université d'Istanbul. Depuis les années 80, il a publié de nombreux ouvrages sur des sujets politiques, scien- tifiques et liés à la foi. Harun Yahya est devenu célèbre pour avoir remis en cause la théorie de l'évolution et dénoncé l'im- posture des évolutionnistes. Il a également mis en évidence les liens occultes qui existent entre le darwinisme et les idéologies sanglantes du 20ème siècle telles que le fascisme et le communis- me. Les ouvrages d’Harun Yahya, qui ont été traduits en 57 langues, constituent une collection de plus de 45.000 pages avec 30.000 illus- trations. Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et "Yahya" (Jean), en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous deux lutté contre le manque de foi de leurs peuples. Le sceau du Prophète (paix et bénédiction sur lui) qui figure sur la couver- ture des livres de l'auteur, revêt un caractère symbolique lié à leur contenu. Ce sceau signifie que le Coran est le dernier Livre de Dieu, Son ultime parole, et que notre Prophète (paix et bénédiction sur lui)) est le dernier maillon de la chaîne pro- phétique. En se référant au Coran et à la Sounna, l'auteur s'est fixé comme objectif d'anéantir les arguments des tenants des idéologies irréligieuses, pour réduire au silence les objections soulevées contre la religion. Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a atteint les plus hauts niveaux de la sagesse et de la perfection mora- le, c'est pourquoi son sceau est utilisé avec l'inten- tion de rapporter le dernier mot. Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un seul objectif : communiquer aux autres le message du Coran, en les incitant à réflé- chir à des questions liées à la foi, telles que l'existence de Dieu, Son unicité, l'au-delà, et en exposant les fonda- tions faibles et les idéologies per- verses des systèmes irréligieux. L'œuvre de Harun Yahya
  4. 4. 5 est connue à travers de nombreux pays, de l'Inde aux États-Unis, de la Grande-Bretagne à l'Indoné- sie, de la Pologne à la Bosnie, de l'Espagne au Brésil, de la Malaisie à l’Italie, de la France à la Bulgarie et à la Russie. Certains de ses livres sont disponibles dans les langues suivantes : l'anglais, le français, l'allemand, l'espagnol, l'italien, le portugais, l'urdu, l'arabe, l'albanais, le chinois, le swahili, le hausa, le divehi (parlé à l'île Maurice), le russe, le serbo-croate (bosniaque), le polonais, le malais, l'ouïgour, l'indoné- sien, le bengali, le danois et le suédois et de nombreux lecteurs du monde entier les apprécient. Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur croyance en Dieu, et à d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style sincère et fluide de ces livres confèrent à ces derniers une touche distinctive qui ne peut manquer de frapper ceux qui les lisent ou qui sont ame- nés à les consulter. Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres ne peuvent plus soutenir l'athé- isme ou toute autre idéologie et philosophie matérialiste, étant donné que ces ouvrages sont caracté- risés par une efficacité rapide, des résultats définis et l'irréfutabilité. Même s'il y a toujours des per- sonnes qui le font, ce sera seulement une insistance sentimentale puisque ces livres réfutent telles idé- ologies depuis leurs fondations. Tous les mouvements de négation contemporains sont maintenant vaincus de point de vue idéologique, grâce aux livres écrits par Harun Yahya. L'auteur ne tire pas de fierté personnelle de son travail ; il espère seulement être un support pour ceux qui cherchent à che- miner vers Dieu. Aucun bénéfice matériel n'est recherché dans la publication de ces livres. Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du cœur et à devenir de meilleurs serviteurs de Dieu rendent un service inestimable. Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des gens, qui mènent au chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent pas à ôter des cœurs le doute, s'avère être une grande perte de temps et d'énergie. Il est impossible, pour les nombreux ouvrages écrits dans le seul but de mettre en valeur la puissance littéraire de leurs auteurs, plutôt que de servir le noble objec- tif d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un impact si important. Ceux qui douteraient de ceci se rendront vite compte que Harun Yahya ne cherche à travers ses livres qu'à vaincre l'incrédulité et à diffuser les valeurs morales du Coran. Le succès et l'impact cet engagement sont évidents dans la conviction des lecteurs. Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés incessantes, des conflits et des souffrances dont la majorité des gens sont les perpétuelles victimes, est la prédominance de l'incroyance sur cette terre. On ne pourra mettre fin à cette triste réalité qu'en bâtissant la défaite de l'incrédulité et en sensibilisant le plus grand nombre aux merveilles de la création ainsi qu'à la morale coranique, pour que chacun puisse vivre en accord avec elle. En observant l'état actuel du monde qui ne cesse d'aspirer les gens dans la spirale de la violence, de la corruption et des conflits, il apparaît vital que ce service rendu à l'humanité le soit encore plus rapidement et efficacement. Sinon, il se pourrait bien que les dégâts causés soient irréversibles. Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort, constitueront par la volonté de Dieu un moyen par lequel les gens atteindront au 21ème siècle la paix, la justice et le bon- heur promis dans le Coran.
  5. 5. 6
  6. 6. 7
  7. 7. 8
  8. 8. 9 Introduction 10 Marie : une femme musulmane exemplaire 16 Le fils de Marie, le Prophète Jésus (psl) 60 Comment les sociétés incroyantes perçoivent les femmes 80 L'importance des femmes 100 Le caractère idéal des femmes musulmanes 146 Les femmes citées dans le Coran 198 Conclusion 230 La tromperie de l'évolution 234
  9. 9. 10
  10. 10. e Coran, le seul véritable guide pour l'humanité, a été révélé afin que les gens sachent comment gérer toutes les situations qu'ils peuvent rencontrer dans ce monde. De plus, la Sunna de notre Prophète (pbsl) nous montre comment accomplir ses enseignements dans notre vie. Allah a même rendu possible la compréhension de la manière de vivre selon la moralité du Coran en donnant des exemples parmi les vies des prophètes et d'autres musulmans : "Vous avez certes eu en eux un bel exemple [à suivre], pour celui qui espère en Allah et au jour dernier : mais quiconque se détourne, alors Allah Se suffit à Lui-même et est digne de louange." (Sourate al-Mumtahana, 6) et "Nous avons effectivement fait descendre vers vous des versets clairs, donnant une parabole de ceux qui ont vécu avant vous, et une exhorta- tion pour les pieux !" (Sourate an-Nur, 34) Dans ces versets, Il rappelle aux musulmans sincères, qui espèrent les meilleu- res choses dans l'au-delà, que les personnages présentés dans le Coran servent d'exemples et de guides pour eux. 11
  11. 11. Marie : une femme musulmane exemplaire Un de ces musulmans sincères est Marie (bénie soit-elle), une des deux femmes citées pour leur caractère exemplaire : "Allah a cité en parabole pour ceux qui croient, la femme de Pharaon, quand elle dit 'Seigneur, construis-moi auprès de Toi une maison au paradis, et sau- ve-moi de Pharaon et de son œuvre ; et sauve-moi des gens injustes.' De même, Marie, la fille d'Imran qui avait préservé sa virginité ; Nous y insufflâmes alors de Notre esprit. Elle avait déclaré véridiques les paroles de son Seigneur ainsi que Ses livres : elle fut parmi les dévoués." (Sourate at-Tahrim, 11-12) Par conséquent, chaque croyant a la responsabilité d'apprendre le bon caractère de Marie à partir du Coran, lequel donne les informations les plus précises qui soient, et d'es- sayer de l'imiter. Allah présente Marie (bénie soit-elle) comme ayant le caractère idé- al d'une femme musulmane, qui est complètement différent du caractè- re commun des femmes dans les sociétés incroyantes actuelles, où elles partagent habituellement un même caractère socialement acceptable transmis par leurs ancêtres. Dans ces sociétés, on attend des hommes et des femmes qu'ils se conforment à des traits de caractères très différents, car on croit que les idéaux, la vision du monde, l'évaluation des évène- ments et le style de vie des hommes sont différents de ceux des femmes. Selon le Coran, toutefois, les hommes et les femmes ont les mêmes responsabilités et les mêmes caractères, car Allah fait référence à un caractère musulman idéal. Il définit le caractère islamique dans le verset suivant : Les musulmans et musulmanes, croyants et croyantes, dévoués et dévouées, loyaux et loyales, endurants et endurantes, ceux et celles qui craignent Allah, bienfaisants et bienfaisantes, jeûnants et jeûnantes, gar- diens de leur chasteté et gardiennes, invocateurs souvent d'Allah et invocatrices : Allah a préparé pour eux un pardon et une énorme récom- pense. (Sourate al-Ahzab, 35) 12
  12. 12. 13
  13. 13. Comme le montre ce verset, le caractère de chaque personne n'est pas déterminé par les valeurs de sa société ou par des traditions ances- trales, mais par le caractère musulman idéal. Toute femme adoptant ce caractère aura la plus forte et la plus solide personnalité possible. Et en la mettant à l'œuvre dans sa vie, elle gagnera la bénédiction et l'amour d’Allah, au lieu de s'efforcer d'atteindre un statut ou une certaine supé- riorité dans sa société. Dans ce livre, nous allons traiter du caractère commun d'une fem- me vu par les sociétés incroyantes et analyser comment s'établit ce carac- tère erroné. Nous allons également explorer le caractè- re de Marie (bénie soit-elle), qu’Allah a élevée au-dessus de toutes les autres femmes, et de cette façon nous pourrons définir le caractère idéal d'une femme musulmane. Après cette ana- lyse, vous verrez que la supériorité ne s'exprime qu'en termes de foi, de crainte et de respect d’Allah, et de bon caractère, et que chaque homme et chaque femme qui accomplissent de bonnes actions seront légitimement récompensés par la bénédiction d’Allah, par Sa miséricorde et le paradis, comme mention- né ci-dessous : 14
  14. 14. Et quiconque, homme ou femme, qui fait de bonnes œuvres, tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au paradis ; et on ne leur fera aucune injustice, fût-ce d'un creux de noyau de datte. (Sourate an-Nissa, 124) Un autre but de ce livre est de révéler les incohérences du caractère commun des femmes dans les sociétés incroyantes et d'informer les gens qui recherchent la vérité sur une manière de vivre et sur une certaine moralité qui les conduira vers l'honneur, la respectabi- lité et la supériorité sur terre comme dans l'au-delà. 15
  15. 15. 16
  16. 16. elon des sources historiques, Allah a honoré Marie (bénie soit-elle), laquelle a vécu il y a environ deux mille ans, avec la naissance du Prophète Jésus (psl). Elle est l'une des femmes élues sur terre aus- si bien que dans l'au-delà. Née dans la Palestine occupée par les Romains, elle était juive et vivait dans la communauté juive. L'idolâtrie était la religion de l'Etat romain. Les juifs, nation autrefois élue d’Allah "sur tous les peuples" (Sourate al-Baqarah, 47), avaient altéré Sa religion, adopté des croyances erronées, s'étaient rebellés contre les commandements d’Allah et n'étaient plus reconnaissants de Ses bienfaits envers eux. Certains d'entre eux assassinèrent même les prophètes qui leur étaient envoyés par la grâce d’Allah, car les juifs n'appréciaient pas les commandements que ces hommes exaltés transmettaient. Allah révèle leurs transgressions : Certes, Nous avions déjà pris l'engagement des Enfants d'Israël, et Nous leur avions envoyé des messagers. Mais chaque fois qu'un messager leur vient avec ce que leurs 17 La nature de sa société
  17. 17. âmes ne désirent pas, ils en traitent certains de menteurs et ils en tuent d'autres. (Sourate al-Maidah, 70) Marie (bénie soit-elle) est née à une époque chaotique, quand le seul espoir des juifs était le Messie (le sauveur) attendu. A son insu, Allah avait déjà déterminé de la choisir et de l'élever pour ce devoir sacré. Elle était au centre des espérances des Israélites, car elle allait donner nais- sance au Prophète Jésus (psl), qu'Il complimente en ces termes : Son nom sera "al-Massih", "Jésus", fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Allah. Il parlera aux gens, dans le berceau et en son âge mûr et il sera du nombre des gens de bien. (Sourate al-Imran, 45-46) Allah a élu Marie pour représenter la bonne moralité et la véritable religion parmi son peuple, lequel avait délaissé la vraie religion et embrassé des superstitions et des spéculations vaines. Allah révèle de nombreux aspects de sa vie, parmi eux sa naissance et sa famille, la nais- sance du Prophète Jésus (psl), son caractère supérieur et la manière avec laquelle elle résista aux accusations et aux calomnies de sa société. Allah a élu la famille d'Imran Allah révèle que "Certes, Allah a élu Adam, Noé, la famille d'Abraham et la famille d'Imran au-dessus de tout le monde. En tant que des- cendants les uns des autres... " (Sourate al- 18
  18. 18. Imran, 33-34) En d'autres mots, la famille d'Imran descendait des Prophètes Adam (psl), Noé (psl) et Abraham (psl), et ils étaient des per- sonnes exaltées. Une de ces personnes élues était Marie, dont la famille croyait sincèrement en Allah, respectait les limites qu'Il a établies pour l'humanité, Le quêtait et Lui faisait confiance. La naissance de Marie (bénie soit-elle) Quand la femme d'Imran, une croyante sincère, s'aperçut qu'elle était enceinte de Marie, elle pria Allah immédiatement. Elle Lui rendit hommage et promit qu'elle Lui dédierait son enfant. Quand elle donna naissance à une fille, elle la nomma Maryam, ce qui signifie "abida" ou en d'autres mots "celle qui se consacre à l'adoration d'Allah". Allah révèle sa prière dans le verset suivant : Harun Yahya - Adnan Oktar
  19. 19. 20
  20. 20. Harun Yahya - Adnan Oktar Rappelle-toi quand la femme d'Imran dit : "Seigneur, je T'ai voué en tou- te exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Entendeur et l'Omniscient." Puis, lorsqu'elle en eut accouché, elle dit : "Seigneur, voilà que j'ai accouché d'une fille" ; orAllah savait mieux ce dont elle avait accouché ! Le garçon n'est pas comme la fille. "Je l'ai nommée Marie, et je l’ai placée, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le diable banni." (Sourate al-Imran, 35-36) Le mot arabe mouharraran, traduit ici par "en toute exclusivité", signifie "préoccupé uniquement par l'au-delà et n'ayant aucun intérêt dans le monde, au service du temple d’Allah, adorant Allah avec une grande dévotion, quelqu'un dont l'adoration n'est pas corrompue par des visées terrestres".1 La véritable liberté ne peut être atteinte qu'en servant Allah, en se soumettant à Lui et en se libérant de tous les services envers n'importe quels autres êtres ou valeurs. C'est ce pour quoi la femme d'Imran pria quand elle dédia Marie à Allah, car elle souhaitait que sa fille fût quel- qu'un qui sert uniquement Allah et qui ne cherche pas l'acceptation de son peuple ou de sa société. Juste après la naissance de Marie, sa mère se tourna vers Allah, cherchant Sa bénédiction, et Lui demanda de protéger Marie, ainsi que ses enfants, de satan. "Allah accepta cette prière sincère et l'accueillit [Marie] alors du meilleur accueil, la fit croître en belle croissance." (Sourate al-Imran, 37) En d'autres mots, Marie reçut la meilleure éduca- tion et le caractère le plus supérieur qui soit. La foi sincère de la mère de Marie en Allah, sa reconnaissance d’Al- lah en tant que seul Maître, se tournant constamment vers Lui, et sa sou- mission authentique envers Lui sont des exemples très importants aux- quels tous les croyants doivent réfléchir. 21
  21. 21. 22 La page du Coran contenant la sourate Marie, 1-11
  22. 22. Allah charge le Prophète Zacharie (psl) de l'éducation de Marie (bénie soit-elle) Allah donna au Prophète Zacharie (psl) une foi sincère, l'exalta et le guida sur le droit chemin. Allah le complimente et souligne sa dévotion, sa crainte d’Allah et son respect envers Lui, ainsi que son caractère supé- rieur : De même, Zacharie, Jean-Baptiste, Jésus et Elie, tous étant du nombre des gens de bien. De même, Ismaël, Elisée, Jonas et Loth. A chacun d'eux Nous avons donné l’excellence au-dessus des mondes. De même une partie de leurs ancêtres, de leurs descendants et de leurs frères et Nous les avons élus et guidés vers le droit chemin. (Sourate al-An'am, 85-87) Le Coran révèle qu’Allah a rendu responsable le Prophète Zacharie (psl) de l'éducation de Marie. Il satisfit Sa confiance, témoigna de nom- breux miracles de sa vie, et observa qu'elle était favorisée au-dessus de tous les gens de son peuple. Il vit comment la grâce d’Allah la supporta et satisfit tous ses besoins. Par exemple : Et Il en confia la garde à Zacharie. Chaque fois que celui-ci entrait auprès d'elle dans le sanctuaire, il trouvait près d'elle de la nourriture. Il dit : "O Marie, d'où te vient cette nourriture ?" - Elle dit : "Cela me vient d'Allah." Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter. (Sourate al-Imran, 37) La réponse de Marie à sa question témoigne de la grâce et de la pro- vidence d’Allah. Allah préféra Marie à toutes les autres femmes Marie était une musulmane pieuse qui se vouait sincèrement à no- tre Seigneur, faisant l'éloge de Son nom, se tournant constamment vers Lui en prière tout au long de sa vie. Tout comme Allah élut la famille d'Imran par-dessus toutes les autres, Il élut Marie et garantit qu'elle 23 Harun Yahya - Adnan Oktar
  23. 23. 24
  24. 24. 25 La peinture de Giovanni Bellini représentant Marie, (1505) est exposée dans l’église de Saint Zaccharie à Venise. Cette pein- ture d’autel, huile sur bois, mesure 402x273 cm. Elle fut plus tard transférée sur toile.
  25. 25. serait éduquée de la meilleure manière possible, la purifia de toute méchanceté, et la préféra à toutes les autres femmes. Allah énonce sa supériorité : (Rappelle-toi) quand les anges dirent : "O Marie, certes Allah t'a élue au- dessus des femmes des mondes. O Marie, obéis à ton Seigneur, proster- ne-toi, et incline-toi avec ceux qui s'inclinent." (Sourate al-Imran, 42-43) La chasteté exemplaire de Marie (bénie soit-elle) Marie, comme le reste de sa famille, était connue parmi son peuple pour sa dévotion envers Allah tout autant que pour sa piété, sa chasteté et sa sincérité. Allah parle d'elle comme quelqu'un Lui étant obéissant : De même, Marie, la fille d'Imran qui avait préservé sa virginité ; Nous y insufflâmes alors de Notre esprit. Elle avait déclaré véridiques les paro- les de son Seigneur ainsi que Ses livres : elle fut parmi les dévoués. (Sourate at-Tahrim, 12) Et celle [la vierge Marie] qui avait préservé sa chasteté ! Nous insufflâ- mes en elle un souffle (de vie) venant de Nous et fîmes d'elle ainsi que de son fils, un signe [miracle] pour l'univers. (Sourate al-Anbiya, 91) Marie (bénie soit-elle) rencontre Gabriel Marie vécut de nombreux miracles au cours de sa vie. Un de ceux- là fut sa rencontre avec Gabriel. Une fois, lorsqu'elle avait quitté sa famil- le et sa société et était allée vers l'est, elle rencontra Gabriel, qui lui appa- rut sous la forme d'un homme accompli : Et rappelle, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l'orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la for- 26
  26. 26. 27
  27. 27. me d'un homme accompli. (Sourate Marie, 16-17) Ne sachant pas qui était cet homme, elle chercha refuge auprès d’Allah et lui dit qu'elle avait pour Allah la plus grande crainte et le plus grand respect : Elle dit : "Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu 28 La peinture de Lorenzo Lotto, "La Madonne avec Saint Jérome et Saint Antoine de Padoue" 1505-06, dépeint Marie et les saints. Elle est exposée dans l'Eglise de Santa Cristina, à Trévise, en Italie. Cette peinture à l'huile, sur bois, mesure 177 x 162 cm.
  28. 28. es pieux, [ne m'approche point]." (Sourate Marie, 18) Ses paroles démontrent clairement sa confiance complète en Allah, aussi bien que l'importance qu'elle accorde à la chasteté et à la dévotion envers Allah. Ses paroles n'expriment pas uniquement cela, mais appel- lent aussi cet homme inconnu à avoir crainte et respect d’Allah. Gabriel se présenta avec les paroles suivantes : Il dit : "Je suis en fait un messager de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur." (Sourate Marie, 19) Nous apprenons la suite dans les versets suivants : (Rappelle-toi,) Quand les anges dirent : "O Marie, voilà qu'Allah t'an- nonce une parole de Sa part : son nom sera ‘al-Massih’ ‘Jésus’, fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Al- lah." (Sourate al-Imran, 45) Marie répliqua : "Elle dit : 'Comment aurais-je un fils, quand au- cun homme ne m'a touchée, et je n'ai jamais été une femme de mœurs légères ?" (Sourate Marie, 20), indiquant par là sa chasteté. Gabriel lui dit alors : "C'est ainsi !" dit-Il. Allah crée ce qu'Il veut. Quand Il décide d'une cho- se, Il lui dit seulement : "Sois" ; et elle est aussitôt. (Sourate al-Imran, 47) Il dit : "Ainsi sera-t-il ! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est une affaire déjà décidée." Elle devint donc enceinte [de l'enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. (Sourate Marie, 21-22) Par la volonté d’Allah, Marie devint enceinte du Prophète Jésus (psl) et resta pourtant vierge. Sa grossesse était indépendante de la rela- tion habituelle de cause à effet de ce monde. Les circonstances de sa con- ception font partie des caractéristiques des miracles du Prophète Jésus (psl). 29 Harun Yahya - Adnan Oktar
  29. 29. 30 La page du Coran contenant la sourate Marie, 12-25
  30. 30. La retraite de Marie (bénie soit-elle) Allah révèle : "Elle devint donc enceinte [de l'enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné." (Sourate Marie, 22) Dans cet endroit éloigné où elle se retira, Allah la fit vivre avec Sa grâce et Sa protection et combla tous ses besoins matériels et psychologiques au cours de sa grossesse. Sans aucun doute, Marie se retira de sa société pour de multiples raisons. Par exemple, Allah l'éloigna des critiques de son peuple, car ils n'auraient pu comprendre cette situation miraculeuse. Cela lui permit aussi de passer cette période dans un état de paix et de contentement. Plus tard, par un autre miracle, Allah révéla ses circonstances miraculeu- ses, réfuta toutes les accusations et les calomnies dirigées sur elles, et res- taura sa réputation impeccable. 31
  31. 31. La naissance du Prophète Jésus (psl) et le soutien d’Allah à Marie Allah a totalement soutenu Marie au cours de sa grossesse. Il est très difficile à une femme de donner naissance, c'est une expérience mettant la vie en danger, surtout 32
  32. 32. 33 en étant seule, sans équipement médical ni l'assistance d'une sage-fem- me. Néanmoins, Marie surmonta toutes ces difficultés en plaçant sa confiance en Allah. Allah l'aida avec des révélations pendant qu'elle lut- tait contre les douleurs de l'accouchement et s'approchait d'un dattier. Allah lui dit de ne pas se désoler, qu'Il avait placé une source à ses pieds, et qu'elle devait secouer le dattier afin d'obtenir des dattes fraî- ches et mûres à manger. Il lui dit aussi de boire et de délecter ses yeux.
  33. 33. Ainsi, elle donna naissance dans les meilleures conditions possibles. Allah révèle sa situation : Puis les douleurs de l'enfantement l'amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : "Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée !” Alors, Il l'appela d'au-dessous d'elle, [lui disant :] "Ne t'afflige pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraî- 34 Une des pièces maîtresses de Giovanni Bellini, "Triptyque dei Frari", 1488, est affichée dans l'E- glise de Frari, à Venise, en Italie.
  34. 34. ches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! Si tu vois quelqu'un d'entre les humains, dis [-lui :] "Assurément, j'ai voué un jeû- ne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain." (Sourate Marie, 23-26) La grâce et la protection d’Allah étaient clairement visibles dans cette situation. En fait, Son conseil envers elle a été confirmé par la scien- ce moderne. Nous allons analyser maintenant ce conseil avec plus de soins. “Ne t'afflige pas” Comme énoncé précédemment, Marie (bénie soit-elle) se retira de sa société afin d'être dans un environnement psychologiquement paisi- ble et loin du comportement blessant des gens qui ne pourraient com- prendre sa situation miraculeuse. Allah lui dit de ne pas s'affliger et Il lui accorda Sa grâce et Sa protection. Sans aucun doute, ce conseil est rempli de sages- se, comme il y en avait dans la retraite de Marie vers un endroit reculé. Les musulmans ne doivent pas se laisser 35
  35. 35. 36
  36. 36. aller à la tristesse ; ils doivent plutôt avoir confiance en Allah et ressen- tir la paix de l'esprit qui vient en sachant qu'Allah les aidera toujours. Cette attitude, qui est requise par tous les croyants, a été confirmée par la médecine moderne, car les médecins disent aux femmes, au cours de leur grossesse et pendant l'accouchement, de conserver une attitude positive et d'éviter la tristesse et le stress. Son conseil de se réjouir les yeux signifie de ne pas se laisser aller à la tristesse et de jouir de la nou- velle du don d’Allah. “Mange des dattes” Allah conseille à Marie de manger des dattes fraîches et mûres. De nos jours, de telles dattes sont considérées com- me étant de la nourriture et des médicaments. Les scienti- fiques savent aujourd'hui que les dattes contiennent plus de dix substances considérées comme essentielles pour le bien-être du corps humain et une santé continuelle. Les dattes contiennent beaucoup de ces sucres faci- lement absorbés et digérés qui donnent au corps humain son énergie pour ses mouvements et sa chaleur. Plus important, ces sucres sont du type fructose et non pas glucose, lequel augmente rapidement le niveau de sucre dans le sang. Les dattes fournissent de l'énergie, aident les tissus musculaires et les cellules nerveuses à se développer, et sont spécialement bénéfi- ques pour les per- sonnes affaiblies 37
  37. 37. par une maladie ou celles souffrant d'é- puisement, grâce à leur valeur calorique élevée. Par exemple, 100 grammes de dattes contiennent 1,5 gramme de protéi- nes et 50 grammes de sucres. De plus, leur valeur calorique est de 225 kcals. Les dattes fraîches contiennent 60 à 65 % de sucre et 2 % de protéines. Les découvertes médicales moder- nes suggèrent que les dattes profitent aux femmes qui sont sur le point d'accoucher. Les médecins conseillent maintenant aux femmes enceintes de manger de la nour- riture riche en fructose, comme les dattes, car ce type de nourriture fournit l'énergie utilisée par le corps affaibli pour se revi- taliser, a un effet déclenchant sur les hor- mones lactées, aide ainsi le corps de la femme à produire du lait, et augmente aussi le volume de ce lait. Cette information révèle une partie de la sagesse inhérente au conseil d'Allah à Marie. Un autre sujet qui vaut la peine d'être étudié est la petite source créée par Allah et Son conseil de manger et de boire. Aujourd'hui, les scien- tifiques nous informent que les gens peuvent sur- vivre avec de l'eau et des 38
  38. 38. 39
  39. 39. Marie : une femme musulmane exemplaire dattes pendant des années, car ils contiennent tous les éléments essen- tiels à la vie humaine.2 En fait, un expert renommé sur le sujet, V. H. W. Dowson, suggère qu'un verre de lait et une datte par jour fournit les besoins nutritionnels journaliers d'une personne.3 Les dattes contiennent de nombreuses vitamines (A, ß-carotène, B1, B2, B3 et B6) et minéraux (sodium, potassium, calcium, magnésium, fer, soufre, phosphore et chlore) et elles sont aussi riches en fibres, en grais- ses et en protéines. Les bénéfices qui s'ensuivent sont les suivants : La valeur nutritive d'une datte est basée sur l'équilibre entre ses minéraux. Au cours de la période prolongée des nausées matinales et de la physiono- mie qui change, un manque de potassium survient et il doit être comblé. Le contenu élevé en potassium de ce fruit est certainement indiqué ici, comme son rôle dans la préservation des niveaux d'eau du corps. Le fer contrôle la synthèse d'hémoglobine par les cellules sanguines rou- ges, ce qui prévient l'anémie au cours de la grossesse et régule également l'équilibre RBC du sang, lequel est crucial pour le développement du bébé. Grâce à son contenu élevé en fer, une datte et demie peut satisfaire les besoins en fer du corps et empêcher ainsi les maladies causées par un man- que de fer. Le calcium et le phosphore sont des éléments très importants pour le déve- loppement et l'équilibre du squelette et des structures osseuses. Les dattes protègent le corps de l'anémie et de l'affaiblissement des os, réduisant ain- si le risque de telles maladies, grâce à leur valeur nutritive élevée et leur contenu important de phosphore, de calcium et de fer. Les scientifiques soulignent que les dattes peuvent réduire les niveaux de stress et de tension. Des recherches effectuées à l'Université de Berkeley révèlent que les dattes sont riches en vitamine B1 (la "vitamine du système nerveux") et en magnésium (essentiel pour les fonctions musculaires), les deux étant essentiels pour avoir un système nerveux solide. Le magnésium est aussi très important pour les reins, et deux ou trois dattes par jour sont 40
  40. 40. 41 Le conseil d’Allah envers Marie de manger des dat- tes pourrait être une indi- cation de leurs vitamines et minéraux essentiels.
  41. 41. Marie : une femme musulmane exemplaire suffisantes pour satisfaire tous les besoins en magnésium du corps humain.4 Les dattes contiennent également de l'acide folique (vita- mine B9), lequel est essentiel pour les femmes enceintes, à cause de son rôle important dans la formation de nouvel- les cellules sanguines, pour la production d'acides aminés et pour le développement de nouvelles cellules. Par con- séquent, une femme enceinte a besoin du double de la quantité journalière usuelle d'acide folique. Si les niveaux d'acide folique du corps tombent en dessous de la quanti- té requise, de plus grands globules rouges sont formés, mais moins fonctionnels, et l'anémie survient. L'acide folique, qui est crucial pour le développement de la composition génétique des cellules et pour leur divi- sion, est la seule substance qui doit être doublée au cours de la grossesse. Les dattes sont très riches en acide folique. Au cours de la grossesse, les besoins journaliers d'une femme en vitamine A augmentent jusqu'à 800 μg. Les dat- tes sont très riches en vitamine A, principalement : ß-caro- tène.5 La plupart des autres fruits sont pauvres en protéines, à l’inverse des dattes qui en sont riches.6 L'oxytocine est utilisée en médecine moderne pour accélé- rer l’accouchement et on y fait souvent référence comme "la naissance rapide". Elle augmente également le niveau de production de lait à la suite de la naissance.7 Notre Prophète (pbsl) souligna les avantages des dattes dans le hadith suivant : "Une famille qui a des dattes n'aura pas faim."8 42
  42. 42. 43 La perte de sang au cours de l’accou- chement fait chuter le taux de sucre dans le sang. Les dattes, dont la teneur en sucre excède les 50 %, sont très nutritives et satisfont donc les besoins du corps.
  43. 43. C'est un très bon conseil. Toutes nos informations actuelles sur les dattes révèlent la grâce et la sagesse infinies d’Allah envers Marie qui, inspirée par Allah, satisfit tous ses besoins nutritionnels en mangeant des dattes et facilita du même coup la naissance de son enfant. Allah crée une source Allah indique à Marie qu'Il a placé une source près de ses pieds pour boire, manger et réjouir ses yeux. L'eau, comme les dattes, facilite les douleurs de l'accouchement et régu- le la tension musculaire. En fait, certaines cliniques modernes ont des pisci- nes dans lesquelles se déroulent les accouchements. L'eau, qui est nécessaire pour la vie et pour le bien-être physique, joue un rôle important dans la régulation de la température corporelle, dans le transport de l'oxygène et des éléments nutritifs, et pour enlever les déchets des cellules du corps. Elle assure également les mouvements harmonieux 44
  44. 44. 45 des articulations, l'humidité et l'élasticité de la peau, le fonctionnement du système digestif, outre le fait qu’elle protège les tissus et les organes. L'eau est de plus en plus largement utilisée comme thérapie de nos jours. Le con- tact avec l'eau stimule le système immunitaire, augmente la production de l'hormone anti-stress, réduit la douleur, et stimule la circulation sanguine et le métabolisme.9 L'eau est importante au cours de la grossesse pour plusieurs raisons. Durant cette période, la consommation d'eau est tout spécialement nécessaire car le volume de sang augmente et de par les besoins du bébé en développe- ment. Les femmes qui choisissent d'allaiter ont besoin d'une grande quantité d'eau pour produire la quantité nécessaire de lait. En considérant que 87 % de ce lait est de l'eau, on peut voir combien cette production est importante. L'eau maintient également les équilibres en électrolytes dans le sang de la mère et de l'enfant. Les hormones libérées au cours de la grossesse altè- rent la manière dont les différents fluides corporels sont utilisés. Vers la fin de la grossesse, le volume sanguin augmente de 150 %, et la perte d'eau via
  45. 45. 46
  46. 46. 47 la respiration est plus importante. Le liquide amniotique, dans lequel grandit le bébé, est renouvelé toutes les trois heures. Cependant, il peut diminuer, comme dans le cas d'une déshydratation provoquée par une consommation d'eau insuffisante. Une déshydratation au cours de la grossesse peut aussi provoquer un accouchement prématuré. Certaines hormones libérées dans de telles situations imitent les hormones qui déclenchent les douleurs de l’accou- chement. Les cas où une naissance prématurée est un risque significatif sont traités en injectant des liquides à travers les veines, une procédure qui souligne l'importance de la consommation d'eau. De tels risques de prématurés sont souvent traités par cette thérapie de liquides. L'eau forme aussi le système de transport du corps humain. Par la circulation sanguine, elle transporte de la nourriture et de l'oxygène jus- qu'à l'embryon et aide à empêcher certaines infections courantes qui peuvent provoquer une fausse couche ou un accouchement prématuré. Une consommation d'eau suffisante réduit les risques de telles infec- tions.10 Les médecins informent leurs patientes que les besoins en eau augmentent de 50 % au cours de la grossesse. Si la consommation d'eau est insuffisante, le corps réduit la quantité de certains liquides, ce qui, à son tour, provoque diverses maladies.11 La science moderne montre une fois de plus la sagesse dans la cré- ation d’Allah de la source pour Marie et Son conseil de manger des dat- tes et de boire de l'eau. Tout ceci est une preuve de la connaissance infi- nie de notre Seigneur. Marie (bénie soit-elle) secoue le dattier Allah dit à Marie de secouer le dattier vers elle quand elle s'en rap- procha, prise par les douleurs de l'accouchement. (Sourate Marie, 25)
  47. 47. 48
  48. 48. Les médecins disent que tirer quelque chose vers soi au cours de l’accouchement peut avoir un effet positif sur les muscles. Afin de cal- mer les douleurs et de faciliter l'accouchement, on conseille aux femmes de pratiquer certains exercices qui réduisent la pression dans le corps et, par conséquent, le risque de complications au cours de l'accouchement. On pense aussi qu'ils accélèrent le processus de l'accouchement.12 Les médecins recommandent qu'au cours de la seconde phase de l’accouchement, la tête de la femme soit légèrement surélevée afin de profiter de la gravité. Ainsi, les salles d'accouchement des hôpitaux ont des lits avec des poignées placées au bon endroit et des supports pour les jambes afin de permettre aux femmes enceintes de donner naissance dans la position la plus confortable. D'autres praticiens conseillent à leurs patientes de s'accroupir ou de s'asseoir sur des chaises spécialement adaptées. Avant les développe- ments technologiques récents, certaines salles d'accouchement possé- daient une corde attachée au plafond, que les futures mamans devaient utiliser en se tirant en avant, favorisant ainsi le processus de l’expulsion. Toutes ces méthodes sont utiles théoriquement et logique- ment.13 C'est peut-être pour cela qu’Allah dit à Marie de tirer et de secouer le dattier. 49
  49. 49. 50
  50. 50. 51 Marie (bénie soit-elle) retourne dans sa communauté Quand Marie revint avec le Prophète Jésus (psl), son peuple ne put comprendre le miracle d’Allah. Ils l'accusèrent donc d'indécence et la calomnièrent, même en sachant qu'elle était, en tant que membre de la famille d'Imran, pieuse, qu'elle crai- gnait et respectait Allah, que sa conduite était irréprochable et qu'elle protégeait sa pudeur en permanence. Allah révèle cer- taines de ces calomnies : Puis elle vint auprès des siens en le por- tant [le bébé]. Ils dirent : "O Marie, tu as fait une chose monstrueuse ! Soeur de Haroun, ton père n'était pas un homme de mal et ta mère n'était pas une prosti- tuée." (Sourate Marie, 27-28) Sans aucun doute, ce fut une épreuve pour Marie, puisqu'elle devait faire face à de telles accusations en dépit d'être une femme chaste qui tenait Allah en grand respect et crainte. Ces gens ignorèrent son caractère irréprochable et sa conduite honorable, en dépit de sa propre réputa- tion et celle de sa famille, et de là, comme toujours, elle se tourna vers Allah, plaça sa confiance en Lui, sachant qu'Il la défen- drait de la meilleure manière possible.
  51. 51. Marie : une femme musulmane exemplaire Le vœu de silence de Marie (bénie soit-elle) Allah, Qui exauçait toujours les prières de Marie avec générosité et compassion, lui apporta une paix intérieure durant cette épreuve. Sachant qu’Allah l’innocenterait complètement, Allah lui inspira de fai- re un vœu : "Si tu vois quelqu'un d'entre les humaines, dis [-lui :] sim- plement, En vérité j'ai voué un jeûne au Très Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain." (Sourate Marie, 26) C'est ce qu'elle dit à son peuple. Après cela, elle montrait seulement le Prophète Jésus (psl), à propos duquel Allah dit via Gabriel : "Il parlera aux gens, dans le berceau et en son âge mûr et il sera du nombre des gens de bien." (Sourate al-Imran, 46), quand les gens lui faisaient face et la calomniaient. Allah montra à son peuple un grand miracle en permettant au Prophète Jésus (psl) de parler alors qu'il n'était encore qu'un bébé au ber- ceau. Par ses paroles, Allah disculpa sa mère Marie et présenta aussi le Prophète Jésus (psl) comme étant un de Ses prophètes envoyé aux Israélites : Elle fit alors un signe vers lui [le bébé]. Ils dirent : "Comment parlerions- nous à un bébé au berceau ?" Mais (le bébé) dit : "Je suis vraiment le ser- viteur d'Allah. Il m'a donné le Livre et m'a désigné Prophète. Où que je sois, Il m'a rendu béni ; et Il m'a commandé, tant que je vivrai, la prière et la zakat ; et la bonté envers ma mère. Il ne m'a fait ni violent ni mal- heureux. Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant." Tel est Jésus, fils de Marie : parole de vérité, dont ils doutent. (Sourate Marie, 29-34) Ce miracle stupéfia le peuple de Marie. En disant : "Et celle-ci qui avait préservé sa chasteté ! Nous insufflâmes donc de Notre esprit en elle, et la désignâmes, elle et son fils, comme un signe pour les mon- des." (Sourate al-Anbiya, 91), Allah les rendit supérieurs à tous les autres 52
  52. 52. gens. Le caractère supérieur de Marie, son honneur et sa pureté ont été révélés par ces paroles, et ceux qui l'avaient calomniée furent vaincus. En disant : "Et Nous fîmes du fils de Marie, ainsi que de sa mère, un signe ; et Nous donnâmes à tous deux asile sur une colline bien sta- ble et dotée d'une source." (Sourate al-Mu'minun, 50), Il révèle que le Prophète Jésus (psl) et Marie continuèrent à vivre sous Sa grâce après ces évènements. 53 La peinture de Gentile da Fabriano dans le style gothique, dépeint Marie (1423). La pièce a été commandée par la famille Strozzi pour l'Eglise de Santa Trinita, à Florence.
  53. 53. Ceux qui calomnièrent Marie (bénie soit-elle) Ces miracles montrèrent aux Israélites qu’Allah avait rendu Marie et le Prophète Jésus (psl) supérieurs aux autres gens. En fait, Allah révèle que ceux qui continuèrent à diffamer Marie seraient punis sévèrement : Et à cause de leur infidélité et de l'énorme calomnie qu'ils prononcent contre Marie. Et à cause leur parole : "Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le messager d'Allah"... Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié ; mais ce n'était qu'un faux-semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incerti- tude : ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjec- tures et ils ne l'ont certainement pas tué. (Sourate an-Nissa, 156-57) 54
  54. 54. 55
  55. 55. Le caractère supérieur de Marie (bénie soit-elle) Marie est un personnage modèle pour toutes les femmes musulma- nes parce qu'elle conserva son caractère parfait tout au long de sa vie. Allah la fit croître en belle croissance, pour reprendre l'expression du Coran, et lui donna une responsabilité très importante. Allah la choisit, tout comme Il choisit la famille d'Imran, fit d'elle une personne dans la lignée des gens les plus dévots et fidèles, et l'éleva comme ces gens ver- tueux. Il lui donna ensuite le caractère d'un prophète choisi et supérieur en confiant son éducation au Prophète Zacharie (psl). Quand elle atteignit ce niveau de maturité, Allah commen- ça à lui montrer Ses miracles, et elle vit clairement Sa grâce, Sa protection et Sa miséricorde envers el- le. Un exemple de ce soutien et de cette grâce est qu'elle trouvait de la nourri- ture sur l'autel toutes les fois où elle l'ado- rait. Plus tard, Allah lui présenta Gabriel, qui lui parla de la grâce d’Allah envers elle avec ses propres paroles. 56 La peinture de Cima da Conegliano, 1509-10. Elle est exposée dans l'Eglise de Carmini, à Venise, en Italie.
  56. 56. Marie montra sa dévotion sincère envers Allah à travers sa vertu et son comportement irréprochables. Elle exprima également sa dévotion sincère et profonde envers Lui à travers sa détermination, sa dévotion et sa soumission inconditionnelle à Sa volonté. Etre seule dans des moments de grande difficulté a été une grande épreuve pour elle, car elle n'avait personne pour l'aider, la soutenir ou la guider. Habituellement, les gens seuls s'abandonnent à la tristesse et à l'impuissance. Mais pas dans le cas de Marie, car elle plaça tout son espoir et toute sa confiance seulement en Allah. Elle recherchait constamment Son aide et savait qu'elle n'avait besoin que de Lui obéir et de suivre Sa direction. Elle ne s'abandonna jamais au désespoir et à la dépression, quelle que fût la difficulté de l'é- preuve, car elle se soumettait de tout son cœur à Allah en sachant qu'Il transformerait toutes les adversités en bien et terminerait les épreuves de la meilleure manière qui fût. Et dans chaque difficulté, Allah lui don- na une solution, l'appuya avec Sa grâce et Son aide, et transforma toutes les épreuves en bien et en beauté. Son inexpérience était aussi un aspect important de son épreuve. Elle devint enceinte et accoucha toute seule. Totalement seule et igno- rante de ce qu'il fallait faire, elle résista au pessimisme et afficha sa gran- de force, sa volonté et sa détermination. De plus, elle avait la tranquilli- té d'esprit caractéristique de ceux qui savent qu’Allah les aide avec les dons les plus parfaits. Ainsi Il facilita son fardeau et l'aida à réussir. Un autre signe du caractère supérieur de Marie était la patience qu'elle affichait en endossant ses responsabilités difficiles. Son peuple incroyant mit à l'épreuve sa patience en échouant à saisir sa position supérieure et honorable, en la regardant selon leur propre savoir peu judicieux, et en l'accusant de choses qu'elle n'avait pas faites. Ici aussi el- le montra sa patience et sa foi entière en Allah. Elle ne compromit pas sa force, sa volonté et son intégrité, en sachant très bien qu’Allah contrôle toutes choses et qu'ainsi Il la disculperait. 57 Harun Yahya - Adnan Oktar
  57. 57. 58
  58. 58. Un autre trait de caractère perceptible était son manque total d'intérêt pour gagner l'acceptation de son peuple. Elle s'était soumise à Allah avec une foi pure, et elle n'était donc pas affectée par leurs accusations et leurs commentaires. Adonnée à sa foi et à sa dévotion, tout ce qu'elle s'efforçait de faire était de se comporter de la manière qui lui permettrait de gagner la bénédiction d'Allah. En conséquence, Allah la récompensa de Sa grâce. Il y a deux moyens de communiquer son bon caractère aux autres : avec des paroles et à travers son comportement moral. La seconde manière est beaucoup plus efficace et utile, car c'est un moyen authentique qui ne peut être imité. La vie et le comportement de quelqu'un ne peuvent refléter ses croyances que s'il est sincère au fond de son cœur. Marie afficha cette moralité supérieure et devint un modèle et une invitation vivante à la religion à travers sa foi, son comportement et son caractère. Son appel sincè- re a été entendu de la meilleure manière possible, par la volonté d’Allah. La foi des croyants continue de s'appro- fondir lorsqu'ils suivent l'exemple de Marie et essayent d'imiter son caractère. 59
  59. 59. 60
  60. 60. e Prophète Jésus (psl), une des person- nes élues par Allah dans cette vie et dans l'au-delà, a reçu la responsabilité d'appeler son peuple au droit chemin. Allah le décrit comme une personne qui était très différente des gens qu'il ren- contra au cours de sa vie. Par exemple, il est né sans avoir de père, sa mère Marie (bénie soit-elle) a su par Ses an- ges qu'il serait le Messie de son peuple, et il avait de nombreuses autres qualités uniques. Une de celles-ci est mentionnée dans le Coran : Le Messie Jésus, fils de Marie, n'est qu'un messager d'Al- lah, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. (Sourate an-Nissa, 171) (Rappelle-toi,) quand les anges dirent : "O Marie, voilà qu'Allah t'annonce une parole de Sa part : son nom sera 'al- Massih' 'Jésus', fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Allah." (Sourate al- Imran, 45) L'expression "parole d’Allah" n'est utilisée que pour le Prophète Jésus (psl). Allah révéla son nom, Jésus le Messie, avant sa naissance et dit qu'il était une parole venant de Lui. 61
  61. 61. 62
  62. 62. C'est une indication qu'il était différent de tous ses contemporains. Seul le Coran, qu’Allah a promis de gar- der intact et inaltéré jusqu'au Jour du juge- ment, nous donne des informations préci- ses sur le Prophète Jésus (psl). Et, con- trairement au Nouveau Testament, le Coran énonce que le Prophète Jésus (psl) n'a pas été crucifié. Il fut plutôt élevé dans les cieux par Allah, et reviendra à la fin des temps, l'ère précédant le Jour du jugement. De nombreux hadiths témoignent de ces faits. Nous allons maintenant examiner ces faits en détail. Le Prophète Jésus (psl) n'a pas été crucifié Les soldats romains et les prêtres juifs qui étaient responsables de l'arrestation du Prophète Jésus (psl) affirmèrent qu'il fut cruci- fié et qu'il mourut sur la croix. Tous les chré- 63
  63. 63. tiens acceptent ces croyances fondamentales, tout comme la croyance qu'il fut ressuscité et élevé ensuite aux cieux. Cependant, le Coran nous fournit un tout autre compte rendu : … Et à cause leur parole : "Nous avons vraiment tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le messager de Allah." Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié ; mais ce n'était qu'un faux-semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude : ils n'en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué. (Sourate an-Nissa, 157) Mais Allah l'a élevé vers Lui. Et Allah est tout-puissant et sage. (Sourate an-Nissa, 158) L'expression "ce n'était qu'un faux-semblant" révèle que le Prophète Jésus (psl) n'a pas été tué, mais qu'il a plutôt été élevé aux cieux. Allah énonce que ceux qui disent autrement n'ont aucune connaissance de la vérité. Les gens virent quelqu'un qui ressemblait au Prophète Jésus (psl) mourir, alors qu'en réalité le Prophète Jésus (psl) fut élevé au ciel. 64
  64. 64. La mort des Prophètes Une analyse des mots utilisés pour raconter la mort ou l'assassinat des prophètes et ceux utilisés pour raconter l'attentat contre la vie du Prophète Jésus (psl) révèle un fait important. Dans le premier cas, Allah emploie un certain nombre de termes spécifiques pour relater la mort des prophètes, tels que qatala (tuer), maata (mourir), halaka (détruire) et salaba (pendre). Cependant le Coran est très clair et spécifique sur le fait qu’ils ne l'ont pas tué [wa ma qatalouhu] et ne l'ont pas crucifié [wa ma salabouhu]. Ce qui signifie qu'il n'a été tué en aucune façon. Dans un au- tre verset il est dit qu'une personne qui ressemblait à Jésus lui a été sub- stitué et que c'est lui qui a été élevé vers Allah. Nous lisons dans un au- tre verset : (Rappelle-toi) quand Allah dit : "O Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre [mutawaffîka], et t'élever vers Moi [wa raafi`uka], te débarras- ser de ceux qui n'ont pas cru et mettre jusqu'au jour de la résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c'est vers 65 "Le repas chez Lévi", une peinture à l'huile de Paolo Veronese de 1573. Elle est exposée dans Galleria dell'Accademia, à Venise. Cette peinture de la Renaissance Italienne dépeint le Prophète Jésus (psl) et ses apôtres.
  65. 65. 66
  66. 66. Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez. (Sourate al-Imran, 55) En d'autres mots, le Prophète Jésus (psl) n'a pas connu une mort normale. Le mot tawaf- fa dans le verset ci-dessus est utilisé de la manière suivante : Tawaffa : faire mourir, endormir ou rap- peler à Soi Je [Jésus] ne leur ai dit que ce Tu m'avais commandé, (à savoir) : "Adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur." Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m'as rappelé [tawaffa], c'est Toi Qui fus leur Observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose. (Sourate al- Maidah, 117) L'expression utilisée ici vient du mot arabe tawaffa, qui signifie l'action de ramener l'âme à soi, soit pendant le sommeil, soit à la mort ou, comme dans le cas de Jésus, être ramené à la présence d’Allah, pas tuer ni mourir. Par exem- ple, dans un verset où le mot tawaffa est employé, il ne s’agit pas de la mort d’un être humain, mais de "la prise de son âme pendant le sommeil" : Et, la nuit, c'est Lui Quiprend vos âmes [yata- waffaakum], et Il sait ce que vous avez acquis pendant le jour. Puis Il vous ressuscite le jour 67 Harun Yahya - Adnan Oktar
  67. 67. 68
  68. 68. afin que s'accomplisse le terme fixé. Ensuite, c'est vers Lui que sera vo- tre retour, et Il vous informera de ce que vous faisiez (Sourate al-An'am, 60) Le mot arabe traduit par "prendre" dans ce verset est le même que celui employé dans le verset 55 de la sourate Al-Imran. Le mot tawaffa est utilisé dans le verset ci-dessus. Il est, dès lors, évident que l’on ne meurt pas pendant le sommeil. Il est donc ici toujours question de "la prise de l’âme". Allah énonce que le Prophète Jésus (psl) n'a pas été tué ni crucifié, que les gens ont vu quelqu'un lui ressemblant, qu'Il le ramena à Lui (comme ce qui se passe au cours du sommeil) et l'éleva aux cieux. Pour tous les autres prophètes, des mots comme qatal ou mawt (la mort) sont utilisés. Ainsi, nous pouvons conclure que le Prophète Jésus (psl) a été placé dans un état ressemblant au sommeil et élevé à la présence d’Al- lah, qu'il n'a pas vécu la mort comme nous la connaissons et qu'il a quit- té notre dimension. Le retour du Prophète Jésus (psl) De nombreux versets se réfèrent à la seconde venue du Prophète Jésus. Certains d'entre eux sont cités dans ce qui suit : 1) (Rappelle-toi) quand Allah dit : "O Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre t'élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n'ont pas cru et mettre jusqu'au jour de la résurrection ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c'est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez. (Sourate al-Imran, 55) Ce verset mentionne les gens qui suivent le Prophète Jésus (psl) et qui seront au-dessus des incroyants jusqu'au jour de la résurrection. En conséquence, il y aura des gens qui le suivront jusqu'au jour de la résur- 69 Harun Yahya - Adnan Oktar
  69. 69. rection. En regardant les chrétiens d'aujourd'hui, on voit que le cœur de leur religion a été modifié et que ce n'est pas la même foi que cel- le prêchée par le Prophète Jésus (psl). Par exemple, ils affirment qu'il est le fils d’Allah et qu'il fait partie d'une trinité (le Père, le Fils et le Saint Esprit). (Allah est bien au-dessus de ce qu'ils Lui imputent.) Ainsi, en transgressant les limites qu’Allah a établies pour l'hu- manité, les chrétiens d'aujourd'hui sont éloignés de la vraie religion d’Allah et ne peuvent pas être considérés comme les suiveurs du Prophète Jésus (psl). Le Coran énonce explicite- ment que ceux qui croient en la trinité sont des incroyants : Sont aussi impies ceux qui disent : "En vérité, Allah est le troisiè- me de trois." Alors qu'il n'y a de divinité qu'une divinité unique ! (Sourate al-Maidah, 73) Par conséquent, les gens qui suivent le Prophète Jésus (psl) doivent apparaître lors de sa seconde venue sur terre, et ils seront élevés au-dessus des incroyants jusqu'au Jour du jugement. 2) Il n'y aura personne, parmi les gens du Livre, qui n'aura pas foi en lui avant sa mort. Et au jour de la résurrection, il sera témoin contre eux. (Sourate an- Nissa, 159) Ici, "lui" désigne Jésus (psl), comme l'éclaircit le verset sui- vant : … et à cause leur parole : "Nous avons vraiment tué 70
  70. 70. le Christ, Jésus, fils de Marie, le messager d'Allah"... Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié ; mais ce n'était qu'un faux-semblant ! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l'incertitude : ils n'en ont aucune con- naissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l'ont certainement pas tué. Mais Allah l'a élevé vers Lui. Et Allah est puissant et sage. (Sourate an-Nissa, 157-158) Certains érudits interprètent l'expression "avant sa mort" comme signifiant "avant la mort des gens du livre (juifs et chrétiens)". Dans ce cas, chaque juif et chaque chrétien croiront en Jésus (psl) avant qu'ils ou qu’elles ne meurent. Mais pendant la vie du Prophète Jésus (psl), la gran- de majorité des juifs de la région refusèrent de croire en lui, et certains d'entre eux essayèrent même de le tuer. Comme pour les juifs et les chré- tiens qui vécurent après que le Prophète Jésus (psl) fût élevé en Sa pré- sence, ils ne peuvent être considérés comme ses disciples, car ils ne satis- font pas la définition coranique de la foi et de la croyance. L'expression au jour de la résurrection, il sera témoin contre eux, indique encore que le Prophète Jésus (psl) reviendra une nouvelle fois. Il est évident que le verset se réfère à l’avenir car il parle de la mort de Jésus (psl). Jésus (psl) n’est pas mort, il a été élevé vers Allah. Il revien- dra sur terre, vivra pendant une période précise et mourra ensuite. Deuxièmement, tous les gens du Livre auront foi en lui. C’est un événe- ment qui n’est pas encore arrivé, mais qui aura certainement lieu dans l’avenir. Comme nous allons le voir dans les prochains chapitres, les gens du Livre le verront, le connaîtront et lui obéiront alors qu’il est toujours en vie. Jésus (psl) témoignera pour eux au jour dernier. Allah sait sûrement mieux. 3) D'autres versets mentionnent son retour sur terre, comme ceux donnés ci-dessous : 71
  71. 71. Marie : une femme musulmane exemplaire Quand on cite l'exemple du fils de Marie, ton peuple s'en détourne, en disant : "Nos dieux sont-ils meilleurs, ou bien lui ?" Ce n'est que par polémique qu'ils te le citent comme exemple. Ce sont plutôt des gens chicaniers. Il (Jésus) n'était qu'un serviteur que Nous avions comblé de bienfaits et que Nous avions désigné en exemples aux Enfants d'Israël. Si Nous voulions, Nous ferions de vous des anges qui vous succéde- raient sur la terre. (Sourate az-Zukhruf, 57-60) Allah se réfère à lui par un titre spécifique, un signe du Jour du jugement : Il sera un signe au sujet de l'Heure. N'en doutez point. Et suivez-moi : voilà un droit chemin. (Sourate az-Zukhruf, 61) Ce verset indique clairement que le Prophète Jésus (psl) reviendra de nouveau, car il vécut environ six siècles avant la révélation coranique. Ainsi, comme sa première vie ne peut pas se comprendre comme un si- gne du Jour du jugement, il reviendra au cours de la fin des temps, la période précédant immédiatement ce jour. 4) De nombreux autres versets indiquent cet évènement miracu- leux. Parmi eux : (Rappelle-toi,) quand les anges dirent : "O Marie, voilà qu'Allah t'an- nonce une parole de Sa part : son nom sera "al-Massih", "Jésus", fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Al- lah". Il parlera aux gens, dans le berceau et en son âge mûr et il sera du nombre des gens de bien". - Elle dit : "Seigneur ! Comment aurais-je un enfant, alors qu'aucun homme ne m'a touchée ?" - "C'est ainsi !" dit-Il. Allah crée ce qu'Il veut. Quand Il décide d'une chose, Il lui dit seulement : "Sois" ; et elle est aussitôt. "Et (Allah) lui enseignera l'écriture, la sages- se, la Thora et l'Evangile." (Sourate al-Imran, 45-48) Mais quel "livre" enseignera-t-Il au Prophète Jésus (psl) ? Allah répond à cette question dans le verset suivant, où la même expression est utilisée : 72
  72. 72. 73
  73. 73. 74
  74. 74. Et quand Allah dira : "O Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint-Esprit. Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton âge mûr. Je t'enseignais le livre, la sagesse, la Thora et l'Evangile !" (Sourate al-Maidah, 110) Quand on examine le livre mentionné dans les deux versets, on réa- lise qu'il indique le Coran, le dernier livre envoyé à l'humanité. Les livres précédents étaient la Thora et la Bible (les psaumes, révélés au Prophète David (psl), sont contenus dans l'Ancien Testament). Un autre verset uti- lise le mot livre à la place de Coran quand il est listé avec la Thora et l'E- vangile : Allah ! Pas de divinité à part Lui, le Vivant, Celui Qui subsiste par Lui- même "al-Qayyum". Il a fait descendre sur toi le livre avec la vérité, con- firmant les livres descendus avant lui. Et Il fit descendre la Thora et l'E- vangile ... (Sourate al-Imran, 2-3) Ainsi, le troisième livre enseigné au Prophète Jésus (psl) est le Coran. Manifestement, puisqu'il a été élevé en la présence d’Allah quel- ques 600 ans avant sa révélation, il doit revenir de nouveau. Les hadiths de notre Prophète (pbsl) révèlent que le Prophète Jésus (psl) règnera se- lon le Coran, pas selon la Bible, quand il reviendra. Cette interprétation convient à la signification du verset. (Allah est le plus Savant.) 5) De plus, "Pour Allah, Jésus est comme Adam qu'Il créa de pous- sière, puis Il lui dit 'Sois' : et il fut."(Sourate al-Imran, 59) peut aussi présager le retour du Prophète Jésus (psl). Les savants soulignent que les deux Prophètes ont été créés sans père : le Prophète Adam (psl) a été créé de terre par l'ordre de Allah "Sois !" ; le Prophète Jésus (psl) a été créé sans père par le même ordre divin. Le Prophète Adam (psl) a été amené des cieux sur la terre ; peut-être que le Prophète Jésus (psl) descendra de Sa présence vers la fin des temps. Comme on l'a vu, les versets indiquant son retour sont très clairs. De plus, le Coran n'utilise aucune autre 75 Harun Yahya - Adnan Oktar
  75. 75. 76
  76. 76. expression similaire pour les autres prophè- tes ; ces expressions ne sont utilisées que pour le Prophète Jésus (psl). 6) Un autre verset se rapportant à l'as- cension du Prophète Jésus (psl) est le sui- vant : Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant. (Sourate Marie, 33) Quand nous confrontons ce verset au verset 55 de la sourate al-Imran 55, nous voyons surgir une importante vérité. Nous lisons dans le verset de la sourate al-Imran que Jésus a été élevé auprès d'Allah. Ce ver- set ne donne aucune information sur sa mort. Or dans la sourate Marie, au verset 33, il est question du jour où Jésus mourra. Cette seconde mort n'est possible que si Jésus meurt après son retour et son second séjour sur terre. 7) Une autre preuve est le mot kahlaan, mentionné dans les versets ci-dessous : Et quand Allah dira : "O Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint- Esprit. Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton âge mûr. [kahlaan]. (Sourate al-Maidah, 110) Il parlera aux gens, dans le berceau et en 77
  77. 77. sonâge mûr [kahlaan] et il sera du nombre des gens de bien. (Sourate al- Imran, 46) Ce mot n'apparaît dans tout le Coran que dans ces deux versets et se rapportent exclusivement à Jésus. Ce terme employé pour Jésus cor- respond à une période dans la vie de l'homme située entre 30 et 50 ans, lorsque l'on est plus dans sa prime jeunesse, mais que l'on n'a pas enco- re atteint la vieillesse, que l'on se trouve dans la force de l'âge. Les savants s'accordent à traduire ce terme comme signifiant: qui a plus de 35 ans. En s'appuyant sur un hadith rapporté par Ibni Abbas qui dit que Jésus s'est élevé aux cieux alors qu'il était au début de la trentaine et qu'il vivra encore 40 ans sur terre quand il reviendra, les savants musulmans affirment que Jésus ne connaîtra la vieillesse que lors de son second séjour, et c'est pour cette raison que l'on peut considérer que ce verset est une preuve attestant que Jésus reviendra sur terre.14 Le Coran n'utilise cette expression qu'en rapport avec le Prophète Jésus (psl), car tous les autres pro- phètes que nous connaissons ont accompli leurs responsabilités d'appeler leurs peuples à croire après qu'ils eussent atteint un 78
  78. 78. âge de maturité. Ce verset ne concerne que Jésus et souligne le caractère extraordi- naire et miraculeux de sa situation. Les termes "berceau" et "âge mûr" renvoient à deux périodes miraculeuses de la vie de Jésus. At-Tabari, dans son ouvrage Le commentaire d'at-Tabari, explique ces expres- sions avec les termes suivants : Ces propos (Sourate al-Maidah, verset 110) indiquent qu'afin d'accomplir entièrement sa destinée et parler aux hommes dans son vieil âge, Jésus descendra du ciel. Cela s'ex- plique par le fait qu'il y est monté alors qu'il était jeune. Ce verset (Sourate al-Imran, 46) prouve que Jésus est en vie et les gens de la Sunnah partagent cet avis. En effet, ce verset dit qu'il parlera aux hommes alors qu'il sera dans la maturité de l'age et pour ce faire, il lui faut redescendre sur terre.15 Les interprétations de kahlaan, comme toutes les autres informations concer- nant le Prophète Jésus (psl), indiquent son retour miraculeux sur terre à la fin des temps tout autant que ses efforts pour diriger les gens vers la vraie religion. Sans aucun doute, ce sont de bonnes nouvelles pour tous les croyants, un don et une grâce d’Allah. Ainsi, les croyants ont la responsabilité de soutenir et de défendre le Prophète Jésus (psl) après sa seconde venue de la manière la plus appropriée et de vivre selon la mora- lité du Coran. 79
  79. 79. 80
  80. 80. out le savoir nécessaire pour vivre une vie qui permettra de gagner la bénédic- tion d’Allah est contenu dans le Coran : la véritable nature de la vie sur terre, pourquoi l’humanité a été créée, com- ment vivre une vie accomplie, et le sys- tème le plus approprié de moralité. Les gens qui croient en cette vérité et vivent leurs vies en conséquence trouveront le véritable bonheur ici et dans l’au-delà. Les sociétés incroyantes, cependant, n’ont pas de véri- tés ou de pouvoirs absolus pour guider leur peuple. En fait, elles ne savent pas d’où viennent la plupart de leurs valeurs, qui les a découvertes, et quand et pourquoi elles sont devenues les normes sociales de leur société. Ces règles, qui ne peuvent être vérifiées, mais sont adoptées par la communauté entière, ont été héritées de leurs ancêtres. En vérité, tous les idéaux, valeurs et fondations sociaux des sociétés incroyantes sont basés sur la tradition, connue aus- si comme “la voie des ancêtres”. Chaque personne a une 81 La place de la femme
  81. 81. place fixée suivant son statut social, son sexe, ses croyances, sa situation et son mode de vie. La place d’une femme est déterminée par ces critères invariables et par les croyances dominantes. Dans certaines sociétés, les femmes sont considérées comme ayant une âme plus faible que celle des hommes, juste parce qu’elles sont physiquement plus faibles. Il est surprenant de voir que de nombreuses personnes croient réellement en ce mensonge à cause de l’idée erronée et clairement illogique que la personnalité, la moralité et les capacités d’une femme sont limitées proportionnellement à son corps plus frêle. Par exemple, différentes activités sont classées comme étant un travail d’homme ou un travail de femme. Il est évident que leur force physique et leur carrure ont un certain impact sur les tâches qu’ils peuvent accomplir. Mais dans les sociétés incroyantes, cet- te distinction est basée sur un certain fanatisme qui leur attri- bue des faiblesses dans leur talent et dans leur esprit. Les femmes modernes, à travers leurs capacités et leurs réalisations, ont réfuté de telles affirmations manquant d’ob- jectivité. Néanmoins, certains éléments de la société considè- rent toujours les femmes comme incompétentes à certains égards ou croient que les hommes, simplement parce qu’ils sont des hommes, peuvent faire un meilleur tra- vail. Certaines personnes croient également à tort que les femmes ont un caractère plus faible que celui des hommes. Dans les sociétés incroyantes, on considère comme allant de soi que les femmes paniquent et per- dent leur contrôle, tandis que les hommes restent tran- quilles et calmes. Ou bien, dans une situation d’adver- sité, on dit que les hommes affichent une plus grande 82
  82. 82. 83 force de caractère, tandis que les femmes tardent à réagir. Les filles sont conditionnées pour se conformer à ce préjugé depuis leur tendre enfance. Les familles, qui font attention à donner à leurs garçons une force de caractère, conditionnent leurs filles avec des traits de caractère opposés. En face de problèmes, on dit aux garçons “les garçons ne pleurent pas”, “comporte-toi comme un
  83. 83. homme”, “sois brave”, “ne sois pas effrayé comme une petite fille”, “tu pleures comme une petite fille”. On dit aussi aux filles qu’elles sont dif- férentes des garçons et qu’elles doivent se comporter en conséquence. Dans de telles sociétés, les responsabilités et les métiers des femmes sont limités à certains domaines. En conséquence de ce fanatisme, la plu- part des sociétés pratiquent toujours une discrimination contre les fem- mes. Par exemple, Allah révèle que les filles étaient considérées comme étant tellement sans valeur dans certaines sociétés que leurs pères les enterraient vivantes dès qu’elles naissaient : 84
  84. 84. 85 … et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour quel péché elle a été tuée. (Sourate at-Takwir, 8-9) Dans d’autres versets, Allah parle des gens dont les visages se fâchaient en apprenant qu’ils avaient une nouvelle fille et ils se cachaient ensuite avec gêne des gens : Et lorsqu’on annonce à l’un d’eux une fille, son visage s’assombrit et une rage profonde [l’envahit]. Il se cache des gens, à cause du malheur qu’on lui a annoncé. Doit-il la garder malgré la honte ou l’enfouira-t-il dans la terre ? Combien est mauvais leur jugement ! (Sourate an-Nahl, 58-59)
  85. 85. 86
  86. 86. Allah révèle aussi que de telles personnes considéraient leurs filles comme étant de jolies choses incapables de se défendre par elles-mêmes : Or, quand on annonce à l’un d’eux (la naissance) d’une semblable de ce qu’il attribue au Tout Miséricordieux, son visage s’assombrit d’un chagrin profond. Quoi ! Cet être (la fille) élevé au milieu des parures et qui, dans la dispute, est incapable de se défendre par une argumentation claire et convaincante ? (Sourate az-Zukhruf, 17-18) A travers Ses prophètes, Allah instruisit ces gens sur la nature erro- née de ce préjugé. Grâce aux prophètes et à la propagation de l’Islam par- mi les peuples, cette façon de voir ignorante et éhontée a été grandement réfrénée. Les garçons et les filles sont tous des dons d’Allah pour lesquels les gens doivent être reconnaissants : A Allah appartient la royauté des cieux et de la terre. Il crée ce qu’Il veut. Il fait don de filles à qui Il veut, et don de garçons à qui Il veut, ou bien Il donne à la fois garçons et filles ; et Il rend stérile qui Il veut. Il est certes omniscient et omnipotent. (Sourate ash-Shura, 49-50) A travers l’histoire, de nombreuses sociétés ont adopté de telles atti- tudes malavisées envers les femmes. Une réalité importante, cependant, ne doit pas être négligée : malheureusement, la moralité, le comportement et la personnalité de certaines femmes aident à répan- dre et à justifier cette tradition ignorante en prou- vant sa véracité. 87
  87. 87. 88 L’Islam réfute cette vue fanatique en déclarant que tous les musulmans, en englobant les hommes et les femmes, ont des esprits vifs, des facultés haute- ment développées de compréhension, une grande force de caractère et un sens supérieur de la morali- té. Marie et la femme de Pharaon sont d’excellents exemples de cette vérité. Dans les pages à venir, nous allons examiner brièvement l’ignorance qui empêche les femmes de terrasser cette tradition destructrice et d’adopter la moralité supérieure de la religion, et nous mettrons en avant les différences de caractère entre les fem- mes incroyantes et les femmes musulmanes. Le caractère des femmes dans les sociétés incroyantes Le caractère prédominant des femmes qui vivent dans les sociétés incroyantes, indépendam- ment de leur éducation ou de leurs autres réalisa- tions, est clairement visible pour tous. Une raison à cela est que les sociétés incroyantes encouragent les femmes, depuis un âge précoce, à adopter ce caractè- re approuvé socialement en le rendant attirant. Cernées de tous côtés par le même type de suggestions, les filles s’y conforment habituellement sans réflé- chir. Elles apprennent com- ment se comporter conve-
  88. 88. 89
  89. 89. 90 nablement en observant leurs mères et les autres femmes, puis en s’ap- propriant les idéaux qui leur sont décrits. Elles répètent les expressions de leurs modèles, en commençant à imiter leur comportement, et essayent généralement de rivaliser avec elles. En conséquence, en l’ab- sence d’autres modèles, elles acceptent ce qu’elles voient comme la fem- me idéale et s’efforcent de vivre selon cette image. Il y a bien sûr des exceptions, car certaines femmes reconnaissent cette tradition erronée pour ce qu’elle est et refusent de l’adopter. Mais cette seule reconnaissance ne peut les en libérer. Par exemple, elles peu- vent échapper à certaines fautes de comportement mais continuent de vivre une existence conflictuelle et contradictoire car leurs caractères ne sont pas définis par la moralité du Coran. De ce fait, les différences en- tre leur caractère et celui des femmes de leur société en général restent limitées à leur refus de se conformer aux attentes de leur société. Toutes les femmes qui n’imitent pas le caractère des femmes musulmanes défi- ni par le Coran auront toujours à lutter contre leur propre type de carac- tère, lequel restera incohérent et erroné.
  90. 90. 91 Quand on examine les caractéristiques générales des femmes vivant dans les sociétés incroyantes, on s’aperçoit qu’elles ont toutes le même type de caractère, à tel point que la société les perçoit comme étant toutes identiques. Une des vues les plus communes est que les femmes n’ont pas la même personnalité forte et obstinée que les hommes. La plu- part des femmes, comme les hommes, concèdent ce fait et ne se considè- rent donc jamais comme capables de protéger ou défendre qui que ce soit. Puisqu’elles se considèrent elles-mêmes inférieures ou moins capa- bles que les hommes, elles recherchent habituellement quelqu’un pour prendre soin d’elles, que ce soit financièrement ou autrement, afin de les protéger de brutalités ou d’autres dangers. Elles attendent de leurs ma- ris qu’ils prennent soin d’elles et ensuite, quand elles sont veuves, de leurs fils. Ce faible caractère mène à des problèmes de comportement comme l’instabilité émotionnelle, les pleurs, la jalousie, l’hystérie, être facilement fâché à propos de choses ou avec d’autres gens. Les sociétés incroyantes considèrent ces caractéristiques comme faisant partie de la nature de la
  91. 91. 92
  92. 92. 93 femme, aussi bien que leur plus grande sensibilité aux évè- nements négatifs. Ainsi, il est parfaitement correct pour el- les de pleurer dans de tels cas. Les hommes, d’un autre cô- té, sont supposés être braves et forts, car seules les femmes sont considérées comme étant facilement fâchées et haute- ment émotionnelles. Une autre observation répandue est que certaines femmes incroyantes se laissent facilement al- ler au désespoir, à l’inquiétude, aux plaintes et aux querel- les quand elles font face à des problèmes. De telles réac- tions sont contraires à la moralité coranique. Tous ces traits de caractère ont une chose en commun : ils n’amènent que le chagrin et le malheur à tout le mon- de. De là, de telles femmes vivent tendues, malheureuses et troublées. En d’autres mots, leur décision, qu’elle soit consciente ou non, d’adhérer à cette vue traditionnelle erronée de la femme idéale les rend misérables, parce qu’elles suivent les mauvais idéaux, le mauvais but dans la vie et une mauvaise vision du monde. Tout comme tous les incroyants, les femmes poursui- vent la vie temporaire de ce monde et ses attractions illu- soires. Leurs principaux idéaux sont de goûter aux plaisirs de cette vie autant que possible, d’augmenter continuelle- ment leur niveau de vie, d’avoir un nom et un statut répu- té dans la communauté et de gagner l’admiration et les compliments de leur société. Elles sont attristées par les choses qu’elles ne peuvent contrôler, comme s’inquiéter de ce que peut apporter le fu- tur et craindre pour leur vie ou leurs biens. Comme la société le suggère, elles ne cherchent qu’à être de bonnes Harun Yayha - Adnan Oktar
  93. 93. 94
  94. 94. mères au foyer, ou de bonnes épouses. Ou bien, l’autre chose que l’on attend d’elles est qu’elles trouvent un bon travail et poursuivent une car- rière qui leur permette de devenir financièrement indépendantes. Il va sans dire qu’il n’y a rien de mal à poursuivre de tels buts, car ce sont des choses que les gens peuvent légitimement désirer dans la vie. Cependant, ce qui est mal est d’encourager les femmes à passer leurs vies dans ces limites et de restreindre de cette façon leurs idéaux. Tous les êtres humains seront soit récompensés soit punis le jour du jugement se- lon leurs efforts, ou l’absence d’efforts, de gagner la bénédiction d’Allah. Les femmes incroyantes ont un défaut fondamental dans leur carac- tère : leur désir de jouir des seuls plaisirs de ce monde et de vivre en con- séquence. Or tout ce qu’elles ont (prestige, statut, amis, famille ou enfants) est destiné à disparaître. La seule chose qui reste pour toujours est Allah. Par conséquent, les gens devraient choisir leur personnalité, leurs valeurs morales, leur style de vie, leurs idéaux et tout le reste afin de gagner Sa bénédiction. Autrement, les gens se retrouveront empri- sonnés dans leur propre petite vie et dans leurs propres petits mondes, puis trouveront une souffrance et un regret éternel dans l’au-delà. Sans aucun doute, de nombreuses femmes sont mécontentes de leur place dans la société et elles remettent ainsi en question la tradition de la femme idéale, essayant de s’en évader. Elles parviennent souvent à un succès visible dans leurs domaines et soulignent l’inexactitude des vues conventionnelles de leur société sur les femmes. Mais parce qu’el- les continuent de vivre selon les valeurs de leur société incroyante et n’a- doptent pas le caractère qui permet de gagner la bénédiction d’Allah, el- les ne parviennent pas à obtenir ce qu’elles cherchent sincèrement : un vrai respect et la confiance de leur société. Même si elles semblent avoir atteint leurs buts, elles restent malheureuses et insatisfaites car elles savent qu’elles ne les ont pas atteints sincèrement et de manière perma- nente. Harun Yayha - Adnan Oktar 95
  95. 95. Les personnes qui adoptent aveuglément les stéréotypes de leur société ont des excuses pour leur comportement. Tout d’abord, elles pensent que ces croyances sociales empêchent les femmes d’abandonner le type de caractère fixé pour elles. Elles craignent que la société les cri- tique ou les accuse, ou même les réprouve. Par conséquent, elles préfè- rent vivre selon les types de caractères idéaux de leur société incroyante plutôt que de risquer la moindre répercussion négative. Une autre raison au fait que certaines femmes hésitent à se défaire du modèle féminin socialement acceptable est la pression qu’elles subis- sent des personnes d’influence et d’autorité sur elles dans leur environ- nement proche. Cette attitude les empêche de s’éloigner de ce type de caractère, même si elles reconnaissent clairement ses failles. 96
  96. 96. 97 Mais la principale raison pour laquelle ces femmes ne peuvent échapper à ce type de caractère erroné est qu’elles ne savent pas com- ment trouver le caractère idéal qui leur permettrait de forcer la société à les accepter une fois qu’elles auraient cassé cette tradition. Puisqu’il leur manque cette connaissance, elles continuent de chercher une solution aux mauvais endroits. Par exemple, une mère au foyer pense qu’elle au- ra une meilleure place dans la société, ainsi que plus de respect et plus d’amour de son entourage, en devenant femme d’affaires ou avec un au- tre type de profession. De même, une femme d’affaires croit qu’elle trou- vera les mêmes choses en grimpant les échelons de l’entreprise ou en fai- sant un meilleur travail, plus respectable.
  97. 97. 98
  98. 98. 99 En réalité, toutes ces manières de pensée sont défectueuses. Il n’y a qu’u- ne seul manière de vivre, un seul carac- tère et une seule moralité qui les ren- dra honorables et supérieures dans les deux mondes : vivre selon le Coran, lequel dote les gens du caractère le plus fort et des valeurs morales les plus élevées, et permet de gagner la bénédiction d’Allah tout autant que l’amour et le respect des gens. Par conséquent, toute personne ne doit pas adopter la personnalité idé- ale jugée par les autres comme conve- nable pour elle, mais plutôt rechercher et trouver la vérité. Allah a révélé les traits de caractère les plus véridiques et la meilleure personnalité pour tous les gens, et la manière de l’acquérir est la plus simple, la plus facile et la plus parfaite. Allah dit : Et quant à celui qui croit et fait bonne œuvre, il aura, en retour, la plus belle récompense. Et Nous lui donnerons des ordres faciles à exé- cuter. (Sourate al-Kahf, 88)
  99. 99. 100
  100. 100. 101 ertaines personnes ignorent l’impor- tance et la valeur accordées par l’Is- lam aux femmes. Les femmes qui ne connaissent pas cette réalité, comme tous les gens ayant des connaissances insuffisantes du Coran, essayent de protéger leurs droits en travaillant dans leur vision du monde, qui suit une logique d’incroyance. Les conditions sociales dans le monde rendent cette réalité évidente. Par exemple, de nom- breuses femmes continuent à être exposées à la violence, à être maltraitées, sont au chômage, et ont besoin d’être prises en charge après que leurs maris les ont abandonnées ou répudiées, ou après leur décès. Ces problèmes ne seront pas résolus tant que les gens ne reviendront pas à la source qui fournit des solutions durables et véridiques : le Coran. Aucune stratégie basée sur la logique et les valeurs des sociétés incroyantes n’aura du succès, comme le révèle Allah :
  101. 101. 102
  102. 102. Si la vérité était conforme à leurs passions, les cieux et la terre et ceux qui s’y trouvent seraient, certes, corrompus. Au contraire, Nous leur avons donné leur rappel mais ils s’en détournent. (Sourate al-Mu’minune, 71) Quand les gens fondent leurs vies sur leurs propres valeurs de bien et de mal, les résultats sont toujours désastreux. Toutes les choses et tou- tes les personnes sont ainsi destinées à continuer sur leur chemin de dégénérescence. Etant donné la persistance des valeurs fondées sur l’incroyance, et en dépit de leur conscience de leur style de vie troublé, les incroyants ne peuvent pas trouver de solution durable à leurs problèmes. Ainsi, ils se retrouvent continuellement à se détourner de la seule voie qui les mène- ra à la prospérité, même s’ils ont conscience de cela. La seule solution est le Coran, lequel fournit la voie la plus facile, autant que la plus belle et la plus satisfaisante, pour vivre. Le seul che- min qui peut mener vers la justesse est Son chemin, car Lui seul mène au bien et à la prospérité. Allah révèle que le Coran apporte aux gens hon- neur et dignité, et que ceux qui respectent ses valeurs et suivent ce juste chemin trouveront le succès dans toutes les choses qu’ils entreprennent. Toutes les solutions véridiques et durables aux problèmes des fem- mes se trouvent dans le Coran. L’Islam, qui a été révélé pour guider l’hu- manité au salut, valorise véritablement les femmes. De nombreux versets protègent les femmes et leurs droits, car le Coran a éliminé les stéréoty- pes erronés prédominants sur les femmes et leur a donné une position respectable dans la société. Notre Seigneur enseigne que la supériorité en Sa présence n’est pas basée sur le sexe, mais plutôt sur la crainte et le res- pect d’Allah, la foi, la droiture, la dévotion et la vénération pour Lui. Allah a révélé les démarches que doivent entreprendre les femmes afin d’assurer leur protection et le respect dans la société, et pour trou- ver l’amour et la dignité qu’elles méritent. Toutes ces mesures bénéfi- Harun Yayha - Adnan Oktar 103
  103. 103. Marie : une femme musulmane exemplaire cient aux femmes et cherchent à empêcher les dommages envers leurs intérêts ou une quelconque forme d’oppression et de stress vains. Dans le prochain chapitre, nous allons discuter de la manière dont le Coran garantit que les femmes soient traitées selon leur vraie valeur et leur honneur. Comme Allah l’a révélé, l’Islam valorise tous les gens et leur apporte honneur, dignité et respectabilité dans les deux mondes. La seule mesure de la véritable supériorité Les incroyants, dont les valeurs diffèrent de celles révélées dans le Coran, mènent leurs vies selon les valeurs de leur société, lesquelles sont le produit de leur propre raisonnement, donc peu fiables. Dans un ver- set, Allah pose la question suivante : Est-ce donc le jugement du temps de l’ignorance qu’ils cherchent ? Qu’y a-t-il de meilleur qu’Allah, en matière de jugement pour des gens qui ont une foi ferme ? (Sourate al-Maidah, 50) Une des valeurs basées sur l’incroyance est le critère pour la supé- riorité. Les critères des incroyants pour la distinction et la supériorité sont dérivés des valeurs de ce monde comme les biens, le statut, la carrière ou l’attrait physique. S’ils ne satisfont pas à ces critères, ils admirent ceux qui le peuvent et ils se sentent relativement sans valeur en comparaison. Par conséquent, les détails des situations de tous les jours devien- nent importants pour classifier les gens. Par exemple, certaines person- nes considèrent qu’il est vital de vivre dans une banlieue chic, d’avoir la voiture la plus récente et la plus désirable, d’avoir des parents ayant réussi leur carrière et d’avoir une profession enviable. Ou bien, ils veu- lent des habits chers et de marque, des parents bien placés, un diplôme de la meilleure université et ainsi de suite. Quand ils choisissent leurs amis, leurs associés ou même leurs époux potentiels, ils suivent les mê- mes critères. 104
  104. 104. 105
  105. 105. Marie : une femme musulmane exemplaire Dans de nombreux pays, les gens accordent beaucoup d’importan- ce à la couleur de la peau, à la langue qu’ils parlent ou à la nationalité. En fait, les mêmes critères de supériorité s’appliquent à toutes les socié- tés incroyantes, avec seulement quelques différences mineures basées sur la culture, l’histoire ou d’autres facteurs. A la base du rôle adéquat des femmes repose les mêmes faux critè- res. En appliquant les traditions peu judicieuses de leur société et les cri- tères fabriqués par elle, les femmes continuent d’être traitées comme des citoyens de seconde zone. Allah, d’un autre côté, révèle que le meilleur critère et le plus véri- dique est le Sien. Dans le Coran, Il révèle qu’Il n’a qu’un seul critère : la crainte et le respect d’une personne envers Lui : O hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous fassiez connaissance entre vous. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes omniscient et grand connaisseur. (Sourate al-Hujurat, 13) O enfants d’Adam ! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement pour cacher vos nudités, ainsi que des parures. - Mais le vêtement de la piété voilà qui est meilleur. - C’est un des signes (de la puissance) d’Al- lah. Afin qu’ils se rappellent. (Sourate al-A’raf, 26) Dans un autre verset, Allah révèle que cette crainte et ce respect sont la qualité la plus bénéfique qu’ils puissent acquérir : Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d’intelligence ! (Sourate al-Baqarah, 197) Par conséquent, les gens ne doivent pas s’efforcer d’acquérir des biens et des richesses, ou un renom et un bon statut, mais plutôt la crain- te et le respect d’Allah, car seule cette qualité les rendra supérieurs et estimés dans les deux mondes. 106
  106. 106. Allah conseille aussi aux gens de ne pas rechercher les richesses, qui sont devenues une mesure de supériorité parmi les hommes, mais de demander Son agrément : Ne convoitez pas ce qu’Allah a attribué aux uns d’entre vous plus qu’aux autres ; aux hommes la part qu’ils ont acquise, et aux femmes la part qu’elles ont acquise. Demandez à Allah de Sa grâce. Car Allah, certes, est omniscient. (Sourate an-Nissa, 32) Ainsi, ceux qui mesurent la supériorité en termes de sexe, de force physique ou n’importe quelle autre valeur fondée sur l’incroyance com- mettent une grande erreur. Comme Il le dit dans le Coran : “Ceux et cel- les qui font la charité et qui ont fait à Allah un prêt sincère, cela leur sera multiplié et ils auront une généreuse récompense.”(Sourate al- Hadid, 18) Ce verset rappelle aux gens, aux hommes aussi bien qu’aux femmes, qu’ils ne peuvent trouver de véritables récompenses qu’en vivant selon la moralité qu’Il a révélée dans le Coran. Les hommes et les femmes sont égaux Sans aucun doute, chaque société connaît tous les débats tradition- nels sur le rôle et la place idéale des femmes. Leur statut social et leur importance dans la famille, si elles doivent travailler ou non, et d’autres questions sociales ont été discutés apparemment pour toujours. Pour les musulmans, ces questions sont réglées par le Coran : les hommes et les femmes sont égaux. Le fait que les hommes et les femmes ont des con- stitutions physiques différentes et que les femmes sont généralement plus faibles que les hommes du point de vue physique eset hors de pro- pos et ne peut être utilisé pour réduire la valeur des femmes. Ce qui compte vraiment dans la moralité islamique n’est pas de savoir si quelqu’un est de sexe masculin ou féminin, mais s’il est croyant, et s’il craint et respecte Allah. Chaque croyant doit s’efforcer de vivre se- Harun Yayha - Adnan Oktar 107
  107. 107. 108
  108. 108. 109
  109. 109. lon la moralité du Coran, car les résultats de cet effort sont ce qu’Allah valorise et ce qu’Il mesurera dans l’au-delà. Allah révèle les qualités que tous les musulmans, hommes ou femmes, doivent avoir : Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils comman- dent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la salât, acquittent la zakat et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est puissant et sage. (Sourate at-Tawbah, 71) Comme Allah le révèle, tous les musulmans, quel que soit leur sexe, ont les mêmes responsabilités : adorer Allah, vivre selon la moralité du Coran, ordonner le bien, empêcher le mal, et respecter les règles et les 110
  110. 110. 111 conseils du Coran. Allah promet à quiconque craignant et respectant les limites qu’Il a établies pour l’humanité, qu’Il leur donnera la capacité de distinguer le bien du mal : O vous qui croyez ! Si vous craignez Allah, Il vous accordera la faculté de discerner (entre le bien et le mal), vous effacera vos méfaits et vous pardonnera. Et Allah est le Détenteur de l’énorme grâce. (Sourate al- Anfal, 29) Le sexe n’a pas d’influence sur cela, car Allah a donné à tout le mon- de un esprit capable de le ou la mener sur le droit chemin, de prendre les bonnes décisions et de donner les bonnes réponses en échange de la foi et de la dévotion. Par conséquent, l’esprit n’a rien à voir avec le sexe,
  111. 111. 112
  112. 112. 113 mais plutôt avec la dévotion, la crainte et le respect d’Allah. Tout homme ou femme qui agit suivant les impul- sions de l’esprit dérivé de la foi peut réussir dans de nombreux domaines. Cela dépend de sa volonté, de sa motivation et de son obstination. Les croyants ne se reposent jamais sur leurs lauriers, car cela fait partie de la moralité islamique que de toujours s’efforcer d’être plus intelligent, plus talentueux, plus responsable et plus vertueux, tout autant que de rechercher à toujours améliorer son caractère. Allah révèle que les croyants Le prient pour un caractère qui en fera des exemples pour leur entourage : Et qui disent : “Seigneur, donne-nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux.” (Sourate al-Furqan, 74) Une femme musulmane qui fait de son mieux dans tout ce qu’elle entreprend et qui œuvre à développer un caractère et une moralité exemplaires, excellera dans sa société. Elle exécutera ses responsabilités de manière compétente, prendra les bonnes décisions, trouvera les meilleures solutions et prendra les actions les plus appropriées. Comme expliqué précédemment, l’Is- lam énonce que les hommes et les femmes sont totalement égaux. Pour les deux, tout dépend de leur capacité à dépasser ce qui est attendu d’eux en réalisant le potentiel complet de leur caractère

×