Les théories du complot :
les comprendre pour y
répondre
Loïc NICOLAS, PhD
Université libre de Bruxelles
LaDisco, GRAL
lon...
Croyants, non-croyants
« Les croyants sont généralement plus
motivés que les non-croyants pour défendre
leur point de vue ...
Inutile d’espérer
Bien sûr, on aimerait disposer d’un arsenal
d’arguments ou de répliques imparables pour
réduire au silen...
Idées sottes et langues folles
« C’est le droit, dans une société libre et démocratique, des
individus de s’associer pour ...
Le travail des rhétoriciens
« La pensée conspiratoire [doit retenir] l’attention des
rhétoriciens dans la mesure où elle e...
Pas facile de l’admettre
Un échec scolaire ou professionnel ; une rupture
familiale ou amoureuse ; un conflit de voisinage...
Une dichotomie qui ne marche pas
Nous ne saurions opérer, bien que l’envi ne
manque pas, une dichotomie trop rigide entre
...
Théorique ?
L’explication par le complot n’est « théorique »
que pour ceux qui n’y « croient » pas. Les
autres y voient, a...
Complot, conspiration
 Complot : (1) « Dessein secret, concerté entre plusieurs personnes,
avec l’intention de nuire à l’...
Pour résumer
Dans les deux cas, l’action est (a) concertée entre
« plusieurs personnes », (b) préparée en secret, donc
sou...
L’explication par le complot
…s’attache (1) à recueillir et à combiner des
événements épars élevés au statut de faits brut...
Des signes qui ne trompent pas
« …et, on m’enlèvera pas l’idée que c’est [plus qu’]une simple coïncidence cette attaque
am...
Argumentation et évidence
« Mais je peux comprendre que pour certaines personnes qui sont
éduqués dans le mensonge depuis ...
L’évidence d’Aristote à Perelman
« Il ne faut pas, du reste, examiner
toute thèse, ni tout problème : c’est
seulement au c...
Critique, doute et raison moderne
Admettre que quelque chose ne va pas dans la thèse officielle,
comprendre « la façon don...
La critique contre la critique
« Les “théories du complot” sont devenues un moyen d’exercer sa liberté de
critiquer, tout ...
Hasard et transparence absolue
 Le hasard est un « hôte indésirable »
 Les coïncidences n’existent pas
 La transparence...
La puissance de l’imprévisible
Jusqu’en 1697, il est
impossible, pour un
Européen, d’imaginer que
certains cygnes puissent...
Mythe et statut du récit
« [L]a conscience mythique opère la réunion en donnant à
la réalité un sens humain. Les mythes de...
En faire un instrument… ou pas
Pour Nassim Nicholas Taleb la narration à laquelle
on donne une valeur « épistémologique » ...
Conclusions
 Éviter la confrontation aux faits eux-mêmes :
régression à l’infini, temps perdu, piège…
La seule réponse po...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Conférence Théories du complot © LNicolas

195 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
195
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conférence Théories du complot © LNicolas

  1. 1. Les théories du complot : les comprendre pour y répondre Loïc NICOLAS, PhD Université libre de Bruxelles LaDisco, GRAL lonicola@ulb.ac.be © Loïc Nicolas
  2. 2. Croyants, non-croyants « Les croyants sont généralement plus motivés que les non-croyants pour défendre leur point de vue et y consacrer du temps. » Gérald BRONNER, La Démocratie des crédules, Paris, PUF, 2013, p. 76. © Loïc Nicolas
  3. 3. Inutile d’espérer Bien sûr, on aimerait disposer d’un arsenal d’arguments ou de répliques imparables pour réduire au silence des mots les « théoriciens » du complot, et les renvoyer, une fois pour toutes, à la légèreté ou l’absurdité de leurs théories agaçantes… Reconnaissons pourtant qu’il s’agit là d’un arsenal introuvable. © Loïc Nicolas
  4. 4. Idées sottes et langues folles « C’est le droit, dans une société libre et démocratique, des individus de s’associer pour défendre parfois les idées les plus folles, ou pour utiliser le langage de façon désinvolte ou sophistiquement manipulée. Personne ne voudrait d’une police de la pensée qui aurait pour tâche de censurer le langage distordu et corrompu, cette “monnaie usée” dont parlait Mallarmé. » Guy HAARSCHER, « Diffamation collective : une notion irrémédiablement confuse ? », Revue de droit de l’Université Libre de Bruxelles, vol. 35, 2007, p. 51-73, ici p. 67. © Loïc Nicolas
  5. 5. Le travail des rhétoriciens « La pensée conspiratoire [doit retenir] l’attention des rhétoriciens dans la mesure où elle est particulièrement argumentative et ratiocinante. Dans ce cas encore, nous avons affaire à une logique récurrente et métamorphique, revenant à travers la modernité sous des oripeaux idéologiques successifs ». Marc ANGENOT, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et Une Nuits, coll. « Essai », 2008, p. 336. © Loïc Nicolas
  6. 6. Pas facile de l’admettre Un échec scolaire ou professionnel ; une rupture familiale ou amoureuse ; un conflit de voisinage, et nous commençons à échafauder des scénarios possibles, complexes voire tordus pour expliquer cet état de fait. Scénarios qui, bien souvent, nous aident à garder la face, à conserver une certaine estime de soi, à restaurer notre fierté blessée, en faisant reposer sur l’autre, les autres, l’institution, le système… la responsabilité de la situation pénible. © Loïc Nicolas
  7. 7. Une dichotomie qui ne marche pas Nous ne saurions opérer, bien que l’envi ne manque pas, une dichotomie trop rigide entre d’un côté les hommes doués de raison, les savants, les lucides, et, de l’autre, les crédules, les naïfs, les imbéciles, les fantaisistes de tout poil : ceux pour qui ces « théories » font sens d’une manière ou d’une autre. © Loïc Nicolas
  8. 8. Théorique ? L’explication par le complot n’est « théorique » que pour ceux qui n’y « croient » pas. Les autres y voient, au contraire, une description objective de la réalité dans ses moindres détails, un témoignage de leur esprit critique ; de leur honnêteté ; de leur clairvoyance. © Loïc Nicolas
  9. 9. Complot, conspiration  Complot : (1) « Dessein secret, concerté entre plusieurs personnes, avec l’intention de nuire à l’autorité d’un personnage public ou d’une institution, éventuellement d’attenter à sa vie ou à sa sûreté. » (2) « Projet quelconque concerté secrètement entre deux ou plusieurs personnes ».  Conspiration : (1) « Accord secret entre plusieurs personnes en vue de renverser le pouvoir établi ou ses représentants. » (2) « Entente secrète entre plusieurs personnes ou choses personnifiées, en vue de renverser un ordre (qu’il soit représenté par une personne ou un savoir, une valeur). » (3) « Série d’actions secrètes entreprises au profit de quelqu’un ou quelque chose. » © Loïc Nicolas
  10. 10. Pour résumer Dans les deux cas, l’action est (a) concertée entre « plusieurs personnes », (b) préparée en secret, donc soustraite au regard du public, et (c) néfaste pour tous ceux qui ne conspirent pas, à savoir, bien souvent, le plus grand nombre. Lequel (d) se trouve alors visé, soit directement, soit à travers ses représentants. De fait, les manœuvres en cause (e) entendent déstabiliser un certain « ordre » des choses réputé harmonieux. Elles visent à créer du désordre ou une rupture dans la continuité ; elles mettent en péril ce qui est réputé bien établi, sûr et stable. © Loïc Nicolas
  11. 11. L’explication par le complot …s’attache (1) à recueillir et à combiner des événements épars élevés au statut de faits bruts, pour les faire tenir ensemble au sein d’une trame narrative déterministe, et ceci dans l’intention (2) d’apporter la preuve que ces faits sont forcément liés entre eux, (3) en ce qu’ils résultent d’une cause unique, c’est-à-dire (4) d’un complot dont ils témoignent, et (5) au sein duquel les participants répondent à une nature profonde, un agenda caché, des obligations ou des pulsions mauvaises qui les déterminent. © Loïc Nicolas
  12. 12. Des signes qui ne trompent pas « …et, on m’enlèvera pas l’idée que c’est [plus qu’]une simple coïncidence cette attaque américaine deux jours avant les élections à la FIFA, et ensuite la réaction de l’UEFA ou de Monsieur Platini. […] Mais enfin, ça sent pas bien. […] Et puis, en même temps, on a essayé non seulement… de me dénigrer mais, justement, de me dire part maintenant […] c’est le moment de partir, alors qu’on est à deux jours du Congrès. […] Il y a, comment dirais-je, des signes qui ne trompent pas : les Américains étaient candidats à la Coupe du monde de 2022, ils ont perdu. Les Anglais étaient candidats à la Coupe du monde de 2018, ils ont perdu. Alors c’est justement avec les médias anglais et le mouvement américain qui est venu maintenant s’implanter à la FIFA… Écoutez, […] les Américains s’ils ont des délits d’argent ou même des délits de droit commun […] qui concernent des citoyens américains en Amérique du Nord ou en Amérique du Sud, eh bien, qu’ils les arrêtent, là, et non pas qu’ils les arrêtent à Zurich au moment où on a un Congrès. […] Il y a quelque chose qui va pas. […] Il ne faut pas oublier que les États-Unis sont le sponsor numéro un du Royaume hachémite, donc… de mon adversaire. » Entretient réalisé le 29 mai 2015 et disponible sur le site de la Radio Télévision Suisse : http://www.rts.ch/play/tv/videos-en-bref/video/sepp-blatter-lentretien- integral?id=6824365#t=0. © Loïc Nicolas
  13. 13. Argumentation et évidence « Mais je peux comprendre que pour certaines personnes qui sont éduqués dans le mensonge depuis leur naissance que c’est difficile à croire les théories du complot, moi aussi au début je n’y croyais pas il m’a fallut du temps pour me mettre en tête que le monde n’est qu'un ramassé de mensonge. C’est sur qu’ouvrir son esprit c’est vivre dans un autre monde, certains préfèrent se dirent que c’est faux par peur d’entendre la vérité, parce que la vérité elle est dur à entendre c’est dur de se mettre en tête que le monde est contrôlé par une poignées de personnes, que nos aliments sont empoisonnés, que les médias font de la désinformations etc. Ils font bien leur travail les élites. » Message de « Goldin » posté le 20 août 2010 : http://kirintor-rp.forumsrpg.net/t3461- illuminatis-franc-macon-et-le-complot-mondial © Loïc Nicolas
  14. 14. L’évidence d’Aristote à Perelman « Il ne faut pas, du reste, examiner toute thèse, ni tout problème : c’est seulement au cas où la difficulté est proposée par des gens en quête d’arguments, et non pas quand c’est un châtiment qu’elle requiert, ou quand il suffit d'ouvrir les yeux. Ceux qui, par exemple, se posent la question de savoir s’il faut honorer ou non les dieux et aimer ses parents, n’ont besoin que d’une bonne correction, et ceux qui se demandent si la neige est blanche ou non n'ont qu’à regarder. » (ARISTOTE, Topiques, Livre I, chap. 11, 105a) « Quand la thèse à faire admettre est évidente, et que cette évidence s’impose à tout esprit attentif, il n’y a pas lieu d’argumenter : dès que la vérité s’impose d’une manière contraignante, quand l’évidence ne laisse aucune liberté de choix à la volonté, toute rhétorique est superflue. » (Chaïm PERELMAN, « Droit et rhétorique », dans Alain Lempereur, L’homme et la rhétorique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1990, p. 207-212, ici p. 207) © Loïc Nicolas
  15. 15. Critique, doute et raison moderne Admettre que quelque chose ne va pas dans la thèse officielle, comprendre « la façon dont évidemment elle a été fabriquée, […] c’est un travail sur [soi] que beaucoup de gens ne sont pas capables de faire, que la majorité n’est pas capable de faire. […] La négation de la réalité c’est la négation de la science. […] Vous avez le droit de vous poser des questions. […] Si vous avez des doutes, vous avez le droit de les émettre. […] Nous sommes des millions à avoir des doutes, il y a des milliers de spécialistes qui se sont regroupés main dans la main pour comprendre ce qui s’est passé. Et ils ont trouvé, ils savent. Écoutons-les. M. Kassovitz, vidéo mise en ligne le 11 septembre 2011. Consultée sur : http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/mathieu-kassovitz-parle-du- 11-31679 © Loïc Nicolas
  16. 16. La critique contre la critique « Les “théories du complot” sont devenues un moyen d’exercer sa liberté de critiquer, tout en la détournant de sa fonction initiale et de son esprit. Elles manifestent donc un angle mort de la modernité, à savoir l’absolutisation de cette liberté même, en ce qu’elles cherchent à se soustraire au regard de la critique ou à en réviser les contraintes à leur profit. […] Cette tyrannie par laquelle la critique force l’adhésion à ses thèses en surexploitant l’effet d’évidence caractérise une habitude intellectuelle qui, dans la recherche de l’efficacité à tout prix, a fini par distendre son rapport à la réalité et entretenir une ambivalence à son égard. Une telle propension au déni où le monde se trouve dilué dans son explication, où la cohérence superficielle du sens annule la charge de la preuve, dispose à convertir sa résistance à la doxa en illusion collective et son doute perpétuel en certitude conquérante. » E. Danblon et L. Nicolas, « Modernité et “théories du complot” : un défi épistémologique », dans E. Danblon et L. Nicolas (dir.), Les rhétoriques de la conspiration, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 12. © Loïc Nicolas
  17. 17. Hasard et transparence absolue  Le hasard est un « hôte indésirable »  Les coïncidences n’existent pas  La transparence est un droit  Il y a quelqu’un qui tire les ficelles  « On nous cache tout ! On ne nous dit rien ! »  Soif d’immédiateté et d’immédiation © Loïc Nicolas
  18. 18. La puissance de l’imprévisible Jusqu’en 1697, il est impossible, pour un Européen, d’imaginer que certains cygnes puissent être noirs… © Loïc Nicolas
  19. 19. Mythe et statut du récit « [L]a conscience mythique opère la réunion en donnant à la réalité un sens humain. Les mythes dessinent une image du monde en réciprocité avec une mesure première de l’homme. Mesure et non pas démesure. […] En fait, le mythe a pour fonction de rendre la vie possible. Il donne aux sociétés humaines leur assiette et leur permet de durer. » Georges GUSDORF, Mythe et métaphysique. Introduction à la philosophie, Paris, CNRS Éditions, coll. « Biblis », 2012 [1953]. © Loïc Nicolas
  20. 20. En faire un instrument… ou pas Pour Nassim Nicholas Taleb la narration à laquelle on donne une valeur « épistémologique » s’oppose à la narration à laquelle on donne une valeur « instrumentale ». La première piège ceux qui y croient ; elle oblige à en savoir toujours plus ; elle asservit. La seconde libère et aide à devenir antifragile. La première tient du dogme, la deuxième du « bricolage », lequel est reconnu et assumé comme tel. © Loïc Nicolas
  21. 21. Conclusions  Éviter la confrontation aux faits eux-mêmes : régression à l’infini, temps perdu, piège… La seule réponse possible est :  Apprendre à mettre à l’épreuve ses propres croyances et à mettre en péril ses arguments en maniant avec précaution l’effet d’évidence ;  Pratiquer la critique de façon authentique sans chercher à s’immuniser contre elle ;  Apprendre la frustration interprétative. © Loïc Nicolas

×