rapport_de_stage_DURANDO_reduced

3 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

rapport_de_stage_DURANDO_reduced

  1. 1. Rapport de stage de Master 2  Cartographie des Espaces à Risques  Création de données et conception de services pour la couverture du sol à 30m pour l'Afrique de l'Ouest Neal DURANDO Sous la direction de Jean PARCHER, USDOI  Tuteur universitaire, Isabelle POCCARD               
  2. 2.   i          Remerciements Je remercie chaleureusement les géographes Jean Parcher, US DOI, Mike Starbuck,  USGS, et Adia Bey, UN FAO. Ce travail n’aurait pas être réalisé sans le soutien et  l’encouragement de Françoise Debaine, Isabelle Poccard, et Paul Fattal à l’IGARUN,  Université de Nantes.  Surtout, l’âme dirigeante de mon épouse Séverine était toujours présent, toujours  prêt à m'aider franchir toute obstacle.  Ce rapport est dédié à notre fils, Louis.   
  3. 3.   ii  Sommaire Remerciements ............................................................................................................... i  Figures ........................................................................................................................... iv  Résumé ........................................................................................................................... 6  Introduction.................................................................................................................... 7  COP21 ......................................................................................................................... 7  Réchauffement de la planète et le risque .................................................................. 9  Atténuation des risques en Afrique de l’ouest......................................................... 12  La croissance démographique .............................................................................. 12  Sécurité alimentaire ............................................................................................. 13  Sécurité budgétaire .............................................................................................. 14  Sécurité nationale et régionale ................................................................................ 16  Objectifs, États‐Unis d’Amérique (USAID, USDOI) ............................................... 17  Problématique .............................................................................................................. 20  Complexité du GIEC .................................................................................................. 20  1.  Données de base d'utilisation du territoire ................................................. 22  2. Enquête d’ATCATF ............................................................................................ 23  3. Données géographiques explicites ................................................................... 25  GIEC ‐ Niveaux de données ...................................................................................... 28  UTCATFUCF Création de données, Arbres décisionnelles .................................... 31  Estimation historique des émissions pour la REDD .................................................. 33  Harmonisation de légende ....................................................................................... 34  Développement de services ..................................................................................... 36  Partenaires ............................................................................................................... 38  Gouvernement des Etats‐Unis ............................................................................. 38  USAID .................................................................................................................... 39  US Department of Interior ................................................................................... 40  Land Cover for Climate Change (LC4C) ................................................................. 40  Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ......... 40  Open Foris ............................................................................................................ 41  Gouvernements ouest africains ........................................................................... 42 
  4. 4.   iii  Préparation à la REDD + ........................................................................................... 42  Dimensions LC4C/CE ............................................................................................ 44  Bénin..................................................................................................................... 46  Burkina Faso ......................................................................................................... 48  Côte d’Ivoire ......................................................................................................... 51  Ghana ................................................................................................................... 53  Sénégal ................................................................................................................. 57  Togo ...................................................................................................................... 60  Cap Vert ................................................................................................................ 61  Résumé ................................................................................................................. 61  Méthodologie ............................................................................................................... 62  Personnel .................................................................................................................. 62  Formation d'experts techniques .............................................................................. 62  Formation Expert régional ....................................................................................... 63  Dakar, Sénégal .......................................................................................................... 63  Vérification au sol ..................................................................................................... 66  Vue d’ensemble de logiciels Open Foris................................................................... 67  Discussion et conclusions ............................................................................................. 74  LC4C leçons apprises ................................................................................................ 74  Observations pédagogiques ..................................................................................... 74  Atténuation des conflits (implications) .................................................................... 76  L’Aide internationale en guise d’assistance technique ............................................ 83  Cohérence des données ........................................................................................... 84  Annexe 1: Cartographie des Améliorations de Capacité d'Afrique de l'Ouest ............ 86  Capacité de l’Afrique de l’Ouest NRM 2010 ............................................................. 87  Capacité de l’Afrique de l’Ouest NRM 2010 ............................................................. 87  Afrique de l’Ouest NRM change 2010‐15 ................................................................. 87  Annexe 2 : Evolution de la mission ITAP, Conclusions ................................................. 88  References .................................................................................................................... 91   
  5. 5.   iv  Figures Figure 1 Les trois scénarios et les tendances politiques, COP21 (Gallagher, 2015) ....... 8  Figure 2 Tendances du risque régional (World Bank, 2013b) ...................................... 11  Figure 3 Taux de croissance de la population africaine par sous‐région (Group A.D.B.,  2012) ............................................................................................................................ 13  Figure 5 Changement de rendement en riz non irrigué (MERIDIAN INSTITUTE, 2013,  p25) .............................................................................................................................. 16  Figure 6 Vue d’ensemble de Collect Earth (Bey, 2015b) .............................................. 18  Figure 7 Exemple d’approche 1 .................................................................................... 22  Figure 8 Subdivision des données pour l’approche 1 (Jim Penman et al, 2003) .......... 23  Figure 9 intégration de toutes les classes LUC et des classes nationales (Jim Penman  et al, 2003) .................................................................................................................... 24  Figure 10 matrices changement LUC (Jim Penman et al, 2003, p29) ........................... 25  Figure 11 Possibilités de Niveau 3    (Jim Penman et al, 2003, p32) ............................ 26  Figure 12 Relation entre échantillonnage permanente et temporaire ........................ 27  Figure 13 Arbre décisionelle pour adoption de niveau adapté    (Jim Penman et al.,  2003) ............................................................................................................................ 29  Figure 14 Exemple d’un calcul de niveau 1 (Jim Penman et al., 2003) ........................ 30  Figure 15 GES, d’émission et sequestrion (Guendehou, 2015) .................................... 31  Figure 16 Arbre décisionnelle pour LUC niveau ........................................................... 32  Figure 17 Arbre du processus pour déterminer les niveaux de référence historique  carbone (Meridian Institute, 2011) .............................................................................. 34  Figure 18 Harmonisation du GIEC/UTCAT et terres nationales utilisent des  classifications pour Ghana (Bey, 2015b) ...................................................................... 35  Figure 19 Harmonisation du GIEC/UTCAT et UTCAT nationale utilisent des  classifications pour le Laos (Bey, 2015a) ...................................................................... 36  Figure 20 UTCAT, Benin, 250m (IFPRI, 2013) ............................................................... 46  Figure 21 UTCAT, Burkina Faso, 250m (IFPRI, 2013) .................................................... 48  Figure 22 UTCAT, Côte d’Ivoire, 250m (IFPRI, 2013) .................................................... 51  Figure 23 UTCAT, Ghana, 250m (IFPRI, 2013) .............................................................. 53  Figure 24 Démarche intersectoriel pour la réduction des émissions dans la production  de cacao (Asare, 2014) ................................................................................................. 55  Figure 25 Organisation institutionnelle robuste de secteur du LUCF Ghana (PWC,  2015) ............................................................................................................................ 56  Figure 26 UTCAT, Sénégal, 250m (IFPRI, 2013) ............................................................ 57  Figure 27 UTCAT, Togo, 250m (IFPRI, 2013) ................................................................. 60  Figure 28 Vue d’ensemble de CE (Bey, 2015)............................................................... 67  Figure 29 interface d’attribution d'un point dans GE. Catégories IPCC/nationale de  LUC (Bey, 2015) ............................................................................................................ 68  Figure 30 l’essence de CE est la synchronisation des vues de données (Bey, 2015) ... 69 
  6. 6.   v  Figure 31 décisions de classification peuvent être aidées par des analyses côté  serveur calculés à la volée (Bey, 2015) ........................................................................ 70  Figure 32 L'interface Saiku (Bey, 2015) ........................................................................ 71  Figure 33 données CE peuvent être créés dans le domaine avec n’importe quel  appareil Android (Bey, 2015) ....................................................................................... 72  Figure 34 Module de données FAO pour calcul institutionnel complexe (Bey 2015) .. 73  Figure 35 Ordre du jour, deuxième journee, Dakar, Sénégal    (USDOI/ITAP, 2015) ... 75  Figure 36 Vulnérabilité de catastrophe dans l'Afrique de l’Ouest (Adger, 2005) ........ 79  Figure 37 Contrairement aux sacs de lentilles, l'assistance technique fournit moins  d’opportunités pour un « marquage à chaud », mais atteint ses destinataires d’une  manière plus profonde et plus durable (Bazbaz, 2013) ............................................... 84     
  7. 7. 6  Résumé Un examen sommaire des risques liés aux changements climatiques associés à  l'utilisation des terres et à la déforestation (LULUCF), suivi d'un traitement des grands  objectifs des parties prenantes nationales et internationales en ce qui concerne le  programme "Land Cover for Climate" (LC4C) mené par le United States Department of  Interior (USDOI).  Après avoir examiné la méthodologie de création de données avec Collect Earth (CE),  nous allons brièvement examiner comment l’utilisation des terres de changement  d’affectation des terres et de foresterie (UTCATF, LULUCF en anglais) interagit avec les  facteurs de stress dans les systèmes de conflits régionaux.  Nous examinerons les complexités pratiques et éthiques de coordination des politiques  issues d'une approche verticale prenant appui sur des initiatives locales et le défi que  cette dynamique présente pour la collecte de données. Puis nous nous intéresserons à  l'implication des données de couverture du sol à résolution 30m dans les modèles  prédictifs de conflit armé.  Les conclusions porteront sur la conception appropriée du jeu de données et l'aléa  moral dans la création de données.     
  8. 8. 7  Introduction COP21 La Conférence des Parties à la Convention‐cadre des Nations Unies sur les  changements climatiques, en 2015 à Paris (COP21), a énoncé des objectifs communs à  atteindre pour stabiliser les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre  (GES). Afin de maintenir un consensus large derrière cet objectif, il est nécessaire de  donner une cohérence à la priorité des initiatives lors de l'élaboration des politiques  nationales et du financement des moyens scientifiques. La donnée scientifique    permettant de soutenir les ONG et les gouvernements dans leurs efforts pour  coordonner la politique climatique doit être exprimée en termes communs. Les  données doivent être recueillies et évaluées selon une méthodologie vérifiable et  transparente.  Les organisateurs ont déterminé trois résultats possibles lors de la convention,  intitulés :   "Le Zombie" : un accord tactique avec un fort potentiel de chute,       "Comme ci, comme ça" : de modestes progrès avec des garanties sur le  financement,   "Va Va Voom" : ciments d’un nouveau régime durable sur le  changement climatique.    Bien que ce sont des scénarios délibérément amusants et stimulants conçus pour  mesurer le succès des négociations entre les organisations gouvernementales, les ONG  et les entreprises privées, ils comportent une certaine importance empirique en ce  qu'ils changent les régimes et les objectifs fixés pour le suivi des capacités d'adaptation  dans les pays en développement. Le résultat, décrit comme faible "Va Va Voom" (Nick  Mabey, 2015 2980), fixe l'objectif de limiter le réchauffement atmosphérique mondial  à 1,5°C ou moins. Un tel objectif ambitieux nécessitera des données à haute résolution  strictes, recueillies sur une série de temps resserrée. 
  9. 9. 8    Figure 1 Les trois scénarios et les tendances politiques, COP21 (Gallagher, 2015)  La conférence des parties (COP) fixe des objectifs politiques et des progrès à réaliser  par les membres. Ces derniers émettent des promesses pour réduire les émissions de  carbone. En outre, les engagements financiers prennent la forme de contributions  annoncées au Fonds vert pour le climat (FVC), qui seront honorées ou non au fil du  temps (En 2015, 43% des engagements antérieurs devaient encore être accomplie  (Mathiesen, 2015). Il y a des dizaines sinon des centaines de questions, et sujets  auxiliaires, sociales, économiques et opérationnelles à aborder dans un cadre en  constante évolution. Le détail des débats, tels que la meilleure façon d'inciter  l'adoption de sources d'énergie alternatives, comment harmoniser des industries  entières à des normes différentes sans détruire leur viabilité économique ou la  meilleure façon de gérer le développement durable des économies émergentes tout en  limitant l'impact environnemental, est largement dans les préoccupations des parties  prenantes dans les secteurs individuels de la CCNUCC.    Comprendre la structure juridique est un sujet à part entière. Le champ d'application  de ce rapport se limite au type de données qui doit être créé pour permettre la  surveillance et la vérification. Quelles sont les données nécessaires ou les statistiques  nécessaires à la surveillance ? Comment peuvent‐elles les données préexistantes être  utilisées pour atteindre des objectifs futurs ? Et surtout, comment rassembler ces  données ? Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) 
  10. 10. 9  fournit des directives précises sur les données appropriées et selon quelles méthodes  statistiques et empiriques elles doivent être recueillies.  Réchauffement de la planète et le risque Le réchauffement climatique, par définition, est un trop grand risque pour parler dans  les termes usuels utilisés pour définir les risques naturels, technologiques ou industriels  traditionnels. Quantifier le risque en fonction du danger multiplié par les enjeux moins  les mesures d'atténuation à l'échelle mondiale n’a pas de sens. Laissant de côté la  difficulté de quantifier les enjeux d'une manière significative, l'horizon de temps  prolongé rend les modèles de risque difficiles à appliquer. Cela ne signifie pas, bien sûr,  que nous ne pouvons pas parler des mesures d'atténuation ou anticiper des résultats  négatifs spécifiques. Parmi les dangers repris par [UNEP, US DoD] apparaissent les  conflits armés interétatiques {UNEP 2007 #2974}. Bien qu'il ne soit peu probable que le  réchauffement climatique sert decasus belli, ce changement peut contribuer à un  niveau de stress de fond qui, à tout le moins, obscurcira l'image de sécurité et  approfondira les griefs liés à la problématique foncière et à son utilisation, au  commerce et au transport mais aussi aggravera les flux inévitables de migrants que ces  contraintes produisent.  Pour le proche horizon 2050, la société devra s’adapter plus rapidement que la planète  ne se réchauffe. Les stratégies d'atténuation complexes devront être inventées à un  rythme soutenu et dépendront des données opportunes, précises et localiséés.  (Iturrioz, 2009 3015) Des mécanismes financiers évolués et appropriés, tels que le  développement vert favorisé grâce à des structures hypothécaires avantageuses,  dépendront de l'organisation de statistiques environnementales de plus en plus  complexe. L'atténuation des risques du secteur agricole par des systèmes d'assurance  est encore plus étroitement dépendante de ces données, de même que la surveillance  des autres facteurs de la déforestation, tels que l'exploitation forestière illégale, des  méthodes agricoles insuffisamment développées et des pratiques minières informelles,  non réglementées. La capacité de s’adapter sera d’autant plus robuste que  l’information sera la meilleure et la plus abondante :    «Pour les risques environnementaux, cet effort peut consister en la diffusion des  connaissances et qui peut aider à diminuer la distance entre perspectives  divergentes, les incitations financières et technologiques aux pays pour des  mesures telles que la prévention de la déforestation et induire l'utilisation de  technologies plus propres, et les investissements dans la recherche et le  développement, par exemple pour construire des méthodes pour lutter contre  la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. (World Bank,  2013b) 
  11. 11. 10  La tâche difficile d'intégrer au sein des politiques une approche verticale, telle que la  CCNUCC avec des parties prenantes, et des initiatives avec des perspectives d'approche  ascendante dépendra aussi de la qualité de l'information qui doit être hautement  précise et géo‐localisée. La Banque mondiale note comment la poussée pour les  démarches de développement ascendant est aiguë:  "Environ 68 pour cent des personnes dans les pays en développement a déclaré  que le niveau élevé de la croissance économique devrait être la première  priorité pour leur pays; 70 pour cent ont dit le travail était «très important»  dans leur vies.    Un quart des habitants des pays en développement ont dit  qu'ils aimeraient émigrer définitivement de leur pays: une aspiration pour  améliorer leur niveau de vie a été cité comme le facteur de motivation le plus  important par une importante majorité." (World Bank, 2013b)  Au‐delà d’un horizon de 2050, ou chaque fois que des changements technologiques et  sociétaux réduisent considérablement le taux de réchauffement, la collecte de données  robustes et leur analyse continueront d’être au centre de la gestion et du suivi des  risques pour l’environnement mondial comme la CCNUCC cherche à s’assurer que le  fardeau de l’adaptation au réchauffement est partagée de façon équitable dans toutes  les régions. Le discours nécessaire pour atteindre cet objectif exigera l’alignement des  initiatives et des récits politiques, plus lents et plus difficiles à négocier que les  approches incrémentielles adoptées:  «En traitant des risques tels que les pandémies ou les crises financières dans un  monde interconnecté, l’efficacité de ces mesures dépend de la critique  soutenant la capacité des différents pays pour surveiller et contenir les risques  sur leur territoire...  … Lorsque les incitations ne sont pas alignées, les grands souverains ne sont pas  pleinement engagés, et les conséquences de l’inaction sont potentiellement  catastrophiques — avec les changements climatiques et autres risques  environnementaux tels que la perte de la biodiversité, la communauté  internationale devrait adopter des approches supplémentaires qui peuvent  augmenter la traction vers des solutions globales. Pour préserver la pleine  participation comme le but ultime, cependant, une attention particulière peut  aider à aligner les incitations vers un objectif commun, même si l’alignement  semble très difficile à réaliser.» (World Bank, 2013b)   
  12. 12. 11      Figure 2 Tendances du risque régional (World Bank, 2013b)  Selon les statisticiens de la Banque mondiale, l’incidence croissante de désastres  naturels est la tendance la plus évidente. Cela inclut l’ensemble des risques de  changement environnemental où les effets du changement climatique sont plus  immédiats (sécheresses, inondations, tempêtes). Bien sûr, ces risques ne sont pas  isolés et restent intimement liés à la récession économique (perte de productivité dans  l'agriculture et la pêche ainsi que l'incertitude générale). Les institutions financières  internationales prennent en compte le risque non seulement comme un phénomène  négatif, mais aussi en termes d’opportunité. Le discours sur l’opportunité liée aux  changements climatiques continue de jouir d’une certaine vogue. Habituellement, ces  allégations sont basées sur un aspect secondaire d'un argument général plus profond.  Dans un article sur l'impact variable du changement climatique sur les pays riches et  pauvres, la plus grande vulnérabilité des basses latitudes et des pays moins développés 
  13. 13. 12  va être ignorée dans les discours populaires, alors que l'idée que les pays de haute  latitude (avec plus de moyens d'adaptation et une température moyenne de base  inférieure), bénéficiant de saisons de croissance plus longues, sera citée dans la presse  populaire comme preuve que le changement climatique n’est pas mauvais.  (Mendelsohn, 2006),(Cook, 2016). La sélection d'une externalité positive, sans doute  utile lorsque l'on considère l'atténuation des risques, est malhonnête quand  l’argument vise    à éviter les externalités négatives d’un phénomène plus large.  Néanmoins, le sujet gagne en importance quand les stratégies d'adaptation deviennent  plus pragmatiques et moins politiquement chargées. Des exemples de mesures  autonomes comprennent des révisions d'infrastructure, tels que la refonte des ponts,  des canaux, et pour accommoder une élévation du niveau de la mer éventuelle.  L’adaptation sectorielle et systémique inclue la planification de gestion des  catastrophes (sirènes tempête au Bangladesh comme un simple exemple; les  changements dans les pratiques agricoles traditionnelles comme exemple plus vaste et  plus complexe) (Adger, 2007). Quelle que soit la forme qu'elles prennent, les mesures  d'atténuation avec des ratios avantages‐coûts élevés, dépendront de la disponibilité  des données géographiques spécifiques.  Atténuation des risques en Afrique de l’ouest Le projet USDOI auquel    l’auteur a participé, devait fournir une assistance technique  aux pays sélectionnés en Afrique occidentale, notamment le Ghana, le Sénégal, le  Bénin, le Togo, le Cap‐Vert et le Burkina Faso. S’ensuit un bref résumé des facteurs de  risque de changement climatique de la région.  La croissance démographique En tenant compte de l’augmentation de l’espérance de vie, de la baisse de la mortalité  infantile et d’un taux de fécondité constant d’environ 2 %, l'Afrique devrait connaître    une augmentation de la population de quinze pour cent d’ici 2050, la plus grande de  toutes les régions du monde. L’Afrique de l’ouest en particulier souffrira du stress et  profitera des possibilités plus fortement qu’ailleurs sur le continent. 
  14. 14. 13    Figure 3 Taux de croissance de la population africaine par sous‐région (Group A.D.B., 2012)  Sécurité alimentaire Le secteur agricole ouest‐africain est sous représenté aussi bien en termes    de  pourcentage du PIB des nations qu’en termes de production effective. Soixante pour  cent de la population active ne génère que 35 pour cent du PIB.  L'augmentation de la population prévue de l'Afrique (et du monde) se produirait dans  les espaces urbains. Bien que ce ne insistera pas sur les zones rurales ‐ les  préoccupations habituelles sur les infrastructures de transport et de l'urbanisation  seront néanmoins applicables.  Le commerce régional du secteur agricole est sous‐développé. Les agriculteurs africains  sont confrontés à des obstacles plus raides pour accéder aux marchés régionaux et  internes que ne le sont les fournisseurs étrangers. Une approche collective régionale  de la sécurité alimentaire est en marche.(World Bank, 2012).  Accroître l’efficacité du secteur agricole de l'Afrique occidentale est crucial pour la  sécurité alimentaire du continent et constitue donc une priorité pour l’Agence des  États‐Unis pour le développement International (USAID). Le secteur agricole de  certaines économies, comme celle de la Côte d’Ivoire, est fortement orienté vers  l’exportation, mais tous les pays de l'Afrique occidentale souffrent de capacités du  secteur agricole sous‐utilisées en raison de méthodes de culture à forte main‐d’œuvre  et de mauvaises infrastructures de transport. 
  15. 15. 14  Le changement climatique est un risque particulièrement grave pour l’agriculture  céréalière, dans la mesure où les rendements des cultures pourraient être touchés.  {Institute, 2013 #2988} Tant que les économies régionales dépendent en partie sur  l’exportation de cultures de rente comme le cacao, le café et le coton, toute conversion  des terres provoquée par les rendements potentiellement abaissés se traduira par  davantage d’insécurité alimentaire. Cette information, selon le pays, est soit non  exhaustive, périmée ou anecdotique.  Sécurité budgétaire Le PIB régional reste faible, mais se remet lentement depuis la fin des guerres civiles en  Côte d’Ivoire, Sierra Leone et au Libéria. L’agriculture a diminué en pourcentage du PIB,  principalement en raison de la baisse globale la productivité des cultures et de la main  d'œuvre perdue en faveur du secteur des services. {Institute, 2013 #2988@5}  L’exploitation forestière incontrôlée a considérablement compromis les forêts qui  autrefois s’étendaient de la Guinée au Nigéria. Le Sahel semi‐aride reste dominé par  une dynamique d’agriculteur‐éleveur.  On ignore si les déséquilibres majeurs sur l’agro climat du Sahel sont dus aux  changements climatiques, ou simplement à un aménagement face au changement, ou  bien aux deux. Il est possible que les conditions asséchantes peuvent être bénéfiques  pour    la productivité de certains systèmes de nourriture au détriment des autres.  Dans tous les cas, il semble probable que ces conditions changeantes provoqueront des  changements dans l’usage des terres voire même dans le statut foncier. {Institute,  2013 #2988@11}  Les deux figures suivantes représentent le caractère gagnant‐perdant des variations de  précipitation de la région. La figure du haut est une estimation du rendement perdu  pour la culture du sorgho, tandis que la seconde estime les gains de rendement de  récolte de riz. 
  16. 16. 15    Figure 4 Changements de rendement pour le sorgho non irrigué (MERIDIAN INSTITUTE, 2013, p25) 
  17. 17. 16    Figure 4 Changement de rendement en riz non irrigué (MERIDIAN INSTITUTE, 2013, p25)  En dépit d’une politique agricole commune CEDEAO dont le cadre inclut une  augmentation de la production agricole, une adaptation du régime de commerce inter‐  et extrarégional, une gestion améliorée des réseaux d’eau et un développement  agricole durable au niveau des fermes particulières (entre autres politiques), il est  reconnu que les effets du changement climatique doivent être explicités dans un  proche avenir afin de répondre aux déséquilibres régionaux. {Institute, 2013  #2988@19}  Sécurité nationale et régionale Voici un exemple de la manière dont le changement d'affectation des terres peut  provoquer un conflit ouvert : le développement de nouveaux systèmes d’irrigation du  fleuve Sénégal, rendu possible par la construction d’un barrage, a augmenté les  contraintes entre agriculteurs et éleveurs, en diminuant la quantité de terres  disponibles pour ces derniers. Le profil d'utilisation des terres traditionnelles avait  permis de mettre en place une servitude à travers la frontière entre le Sénégal et la  Mauritanie internationalement reconnue (CISR). Cet accès coutumier descend de  royaumes précoloniaux plus tard divisés par la CISR. Pour compliquer encore les  choses, en 1989, les deux États ont adoptés des lois foncières contradictoires. 
  18. 18. 17  Même s’il était possible de voir des agriculteurs comme des bénéficiaires nets du  projet, ils souffraient également des externalités négatives de l’endiguement de la  rivière à Manantali. Certes, le projet a augmenté les terres arables disponibles pour les  agriculteurs, la rivière est devenue également moins sensible aux effets de marée. En  outre, la salinité en amont a diminué, en améliorant encore les possibilités d’irrigation.  Mais ce qui en soi a perturbé le rythme habituel de la plantation et a obligé les  agriculteurs à s’adapter. Les valeurs foncières ont augmenté, produisant une pression  sur les services de gestion des ressources naturelles du Sénégal. Les zones périurbaines  ont été rachetées, en les mettent hors d’une utilisation pour l’agriculture. Les grands  groupes de cultivateurs ont monté naturellement en puissance, et remodelé les  tensions entre les groupes plus petits. (Pierre‐Yves Le Meur, 2006)  La quantification nécessaire afin de mieux comprendre ces sortes de conflits  sécuritaires et traditionnels sur les ressources, dépend de la spatialisation des  corrélations statistiques en termes de fréquence, nombre de victimes, et d’échelle de  la violence. Les données spatiales spécifiques sur l’émergence de nouveaux groupes  agricoles, les zones pastorales, l'influence des acheteurs urbains, et le changement  d’affectation des terres, peuvent permettre de    comprendre les racines d’un défi de  sécurité existant ou l'anticipation de celles d’un futur défi. (Pierre‐Yves Le Meur, 2006)  Objectifs, États‐Unis d’Amérique (USAID, USDOI) Les différents partenariats et intervenants derrière l'USDOI pour l’initiative sur la  couverture du sol pour le climat (LC4C) méritent qu’on s’y attarde. Ils comprennent de  nombreuses organisations gouvernementales, non gouvernementales (ONG) et des  entreprises privées, qui ont tous apprécié une certaine complémentarité dans leurs  missions. LC4C, lui‐même, a fourni une assistance technique pour l’Asie du sud‐est et  l’Afrique de l’Ouest avec comme objectifs l’évaluation de la qualité et de la pertinence  des données de couverture du sol existantes, l'amélioration des données nationales, la  méthodologie de collection, l'hébergement des ateliers de renforcement des  compétences régionales et l’amélioration de la participation d’experts locaux. Ce  dernier objectif est en accord avec la formation dispensée par la FAO sur leur logiciel  open source pour créer des données de couverture du sol, Collect Earth (CE). Bien qu’il  ne fût pas un objectif au début du programme en 2013, augmenter l’accès aux images  satellitaires LANDSAT niveau national est entré en perspective une fois qu’Amazon  Web Services a accepté d’agir comme un miroir pour LANDSAT8 (NASA, 2015). En  outre, Google, sert des mosaïques LANDSAT sans nuage en plus de fournir le  traitement côté serveur pour l’ensemble des données USGS LANDSAT (NASA, 2010).  LC4C et le Service géologique des États‐Unis (USGS) ont été utilisé comme une source  d’expertise pour l’USAID, de qui le financement du programme dépendait.    L’évolution de la couverture terrestre est citée dans le cadre de l’Organisation des  Nations Unies pour les changements climatiques (CCNUCC) comme une contribution 
  19. 19. 18  entre 12 et 29 % des émissions de gaz à effet de serre. (Nations, 2014) Collect Earth a  été développé pour créer des données sur l'évolution de la couverture du sol (UTCATF).  Le programme a été conçu par une équipe multi‐institutionnelle travaillant sous les  auspices    du programme de coopération technique Finlande de la FAO. L’intention  était de créer un support transparent et statistique prélevant des échantillons et une  méthode de collecte pour faciliter l’initiative de l’ONU pour réduire les émissions de la  déforestation et la dégradation des forêts (REDD +). REDD + est le mécanisme par  lequel les incitations financières du Fonds vert pour le climat (FVC) sont versées.    Figure 5 Vue d’ensemble de Collect Earth (Bey, 2015b)  Fonctionnellement, CE est basé sur un Java Plug‐in pour Google Earth, qui travaille avec  des images de Google Earth Engine (GEE), des images de Bing Maps/Nokia et Saiku, un  module de visualisation statistique. Statistiquement, il emploie une méthode  d’échantillonnage au lieu d'une approche complète (wall‐to‐wall), en se fondant sur un  utilisateur muni d'une formation de base en photo‐interprétation. Il est conçu pour  fournir des résultats statistiquement constants et, dans certains cas (PNG, Mongolie,  Argentine, Bhoutan, Kirghizistan, Tunisie, Uruguay et Maroc) sert de plate‐forme pour  la première évaluation nationale terrestre pour le reportage international. 
  20. 20. 19  CE est un programme de faible charge, de faible bande passante, conçu pour créer des  données géographiques spécifiques, s’appuyant sur les connaissances locales des  opérateurs non formés à l’analyse de photographies aériennes. Il a été développé sous  les auspices de la FAO et l’Agricultural Organization (FAO), qui soutient le projet et  assure des formations aux parties intéressées, pour la plupart des formateurs qui  retournent dans leur pays d’origine pour former d’autres personnes. Les  gouvernements nationaux des pays développés aident également à la formation des  experts d'un pays hôte.  Le ministère de l’intérieur (DOI) des États‐Unis d’Amérique dans le cadre de son  programme International de l’ Assistance technique (ITAP), a récemment offert une  formation de CE tout au long de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert,  Côte d’Ivoire, Ghana, Sénégal et Togo), envoie des équipes de trois à cinq géographes  de groupes de sécurité universelle avec une délégation d’un ou deux experts de la FAO. 
  21. 21. 20  Problématique Collect Earth et LC4C sont censés aider à résoudre un vaste ensemble de problèmes. La  mission d’assistance et les logiciels ont été conçus pour les besoins de l’utilisateur du  service en ce qui concerne la mesure, la notification et la vérification (MNV). La  complexité des normes du GIEC exige beaucoup de créativité de la part des  développeurs et de la flexibilité dans l’architecture du logiciel. Etant au niveau national,  les données CE devraient s’harmoniser avec les classifications présentes dans les  schémas de gestion des ressources naturelles (GRN) nationales, qui varient selon les  pays. Enfin, CE a été conçu pour servir de nombreux maîtres. Les acteurs comprennent,  bien entendu, les gouvernements nationaux, mais le succès du logiciel est dans l’intérêt  des objectifs américains, la FAO et Open Foris.    Comment les pays en développement, dont certains n’ont pas encore procédé à des  inventaires forestiers nationaux et qui ont uniquement des fonctionnalités de gestion  rudimentaires des ressources naturelles, peuvent être aidés pour créer les données de  couverture terrestre nécessaire pour accéder aux différents mécanismes de  développement mis à disposition par la communauté internationale et pour obtenir les  informations de leurs propres politiques environnementales nationales? Quelle est la  meilleure pratique pour concevoir une solution open source? Quelles sont les  contraintes d’exploitation dans un pays en développement ?  Le régime MRV à la CCNUCC fait référence aux rapports du changement climatique au  niveau national avec les données d’une qualité suffisante pour vérification par la  communauté scientifique. Cette vérification n’est que consultative et n’a aucune force  contraignante. Il n’y a aucun mécanisme d’application associé MRV. Ces consultations  visent à accroître la transparence des mesures d’atténuation (par exemple, le  reboisement, dans le cadre d’UTCAT/LC4C) et à respecter la souveraineté des nations  parties.    MRV était un résultat convenu du COP 16‐18 et est censé entrer en vigueur en 2020.  Les pays parties à la CCNUCC sont chargés de développer la capacité à rendre compte  des émissions de GES tous les quatre ans (avec mises à jour tous les deux ans). Les  données sont collectées selon les lignes directrices du GIEC existantes. Les données  sont destinées à éclairer la réussite des objectifs nationaux et internationaux précis, à  guider les hypothèses et les méthodes et à valider les réductions estimées. Collect  Earth est un outil précieux permettant la création de données meilleures et plus  cohérentes. (UNFCCC, 2016)  Complexité du GIEC Les lignes directrices de 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux à effet de serre  sont très complexes. Elles sont divisées en cinq volumes, quatre par secteur:   
  22. 22. 21  1. Orientations générales et rapports;    2. Énergie;    3. Procédés industriels et utilisation du produit (IPPU);    4. L’agriculture, des forêts et des autres utilisations (AFOL);    5. Déchets LC4C et CE, en grande partie concernés par les volumes 1 et 4.  Les signataires du protocole de Kyoto conviennent d’effectuer des inventaires de gaz  (GES) maison verte sur une base annuelle. Les exigences sont énoncées dans le traité  comme suit :  La notification des inventaires annuels CCNUCC pour les Parties visées à  l’annexe I de la Convention (annexe I Parties) nécessitent chaque annexe avant  le 15 avril de chaque année, afin de fournir son inventaire annuel de GES  couvrant les émissions et les absorptions de GES à action directes (dioxyde de  carbone (CO2), méthane (CH4), protoxyde d’azote (N2O), hydrocarbures  perfluorés (PFC), hydrofluorocarbones (HFC), hexafluorure de soufre (SF6) et le  trifluorure d’azote (NF3)) de cinq secteurs (énergie, procédés industriels et  produit utiliser; agriculture; utilisation des terres , utilisation des terres et  foresterie (ATCATF); et les déchets) et pour tous les ans à compter de l’année de  référence (ou période) à deux ans avant que l’inventaire est du (par exemple les  inventaires dus 15 avril 2016 couverture émissions et absorptions pour toutes  les années depuis l’année de référence jusqu’en 2014). (Nations, 2014)  La complexité technique de ce qui précède garantit la participation des pays  développés dans le renforcement des capacités de développement des gouvernements  des nations pour satisfaire aux exigences. La mission USDOI/ITAP a limité sa  participation au renforcement des capacités pour les UTCATF, adoptant CE et  formation par des géographes experts de l’USGS dans son utilisation afin qu’ils puissent  partager leur expertise dans une série d’ateliers régionaux dont les objectifs étaient le  transfert de technologie et de compétences, mais aussi la création des données  nécessaires pour le rapport ATCATF.  Au sein d’ATCATF, les données supplémentaires requises sont expliquées dans Good  Practice Guidance for Land Use, Land‐Use Change and Forestry afin d'assurer une  information cohérente. Les données doivent être :  1. Adéquates. Capable de représenter l'évolution de couverture du sol et les  conversions entre les évolutions de couverture; 
  23. 23. 22  2. Constantes. Capable de représenter l'évolution de couverture du sol  systématiquement au fil du temps, sans être indûment affectées par les  discontinuités artificielles dans les données de séries chronologiques;  3. Complètes. Toutes les terres au sein d’un pays devraient être incluse, avec  des augmentations dans certaines zones équilibrées par des diminutions  dans d’autres;  4. Transparentes. Hypothèses, définitions, méthodologies et sources de  données doivent être clairement décrites.  5. Comparables. Comparaisons des zones géographiques identiques et  similaires doivent être comparables et cohérentes pour les séries  chronologiques.  Les données peuvent être créées selon trois approches. Toutes les données doivent  être au niveau national. (CE est une solution de Niveau 3).    1. Données de base d'utilisation du territoire Cette approche fait appel aux données préexistantes. Souvent, les données ne  s’étendent pas aux catégories des écosystèmes non gérés. Le soin doit être pris en  intégrant la classification nationale existante avec des classifications du GIEC pour  éviter des doublons dans les comptes. En outre, les subdivisions de la catégorie  devraient être élaborées. {Programme, 2003 #2945@2.8} Cette approche est sensible à  un large éventail d’incertitudes qui doivent être traitées, y compris les différences  entre les définitions relatives au classement original d’échantillonnage et la difficulté  de traverser les contrôles entre les changements de zone.    Figure 6 Exemple d’approche 1 
  24. 24. 23    Figure 7 Subdivision des données pour l’approche 1 (Jim Penman et al, 2003)      2. Enquête d’ATCATF Elle présente le changement d’affectation des terres comme une matrice non  spatialement explicite, selon les inventaires forestiers nationaux et d’autres sources de  données, y compris l’échantillonnage statistique. Les différences dans les stocks de  carbone initiaux et actuels peuvent être prises en compte. Les mêmes sources  d’incertitude dans l’approche précédente s’appliquent ici, mais il y a une meilleure  capacité à vérifier les résultats.   
  25. 25. 24    Figure 8 intégration de toutes les classes LUC et des classes nationales (Jim Penman et al, 2003)     
  26. 26. 25    Le contrôle de la qualité et l’assurance dépendent des matrices :    Figure 9 matrices changement LUC (Jim Penman et al, 2003, p29)  3. Données géographiques explicites La troisième approche nécessite des données géographiquement explicites obtenues  soit par une approche d’échantillonnage ou soit par une approche complète  (wall‐to‐wall). Un    quadrillage ou des polygones peuvent être employés. Les données  peuvent être collectées via la télédétection, l’observation de la terre, entrevues et  questionnaires.    Les mises en garde habituelles pour la télédétection s’appliquent. Par 
  27. 27. 26  exemple, les terres humides peuvent avoir besoin d'être désagrégées du couvert  forestier à l’aide de données secondaires, telles que la composition du sol ou la  topographie.    Figure 10 Possibilités de Niveau 3    (Jim Penman et al, 2003, p32) 
  28. 28. 27  L’échantillonnage déduit les généralités sur une population entière fondée sur une  fraction ; Il «accroisse d'échelle» l’information basée sur des placettes  d’échantillonnage à un niveau géographique (régional ou national) choisi. En supposant  un échantillon statistiquement valide, ceci est une approche efficace en termes de  temps et de ressources. Vu que les visites de terrain doivent être entreprises pour  vérifier des résultats de télédétection de toute façon, il n'y a pas grand fardeau  d'ajouter ces observations à une approche d'échantillonnage.    Quantifier le changement dans une région ou d'une nation exige que l'échantillonnage  soit répété selon le même quadrillage au fil du temps. Bien que l'ensemble du  quadrillage devrait rester le même, certains points dans cette grille peuvent être  échantillonnés à des moments particuliers et pas d'autres.        Figure 11 Relation entre échantillonnage permanente et temporaire      La plupart des pays en développement ne disposent pas d'inventaires forestiers  nationaux, ce qui rend les deux premières approches difficiles à mettre en œuvre en  raison de la difficulté de trouver des données suffisantes. Les changements historiques  dans UTCATF sont beaucoup plus faciles à établir, même en tenant compte des  difficultés et des imprécisions inhérentes à la télédétection, en raison de l'accessibilité  relativement facile et pas onéreuse de bonnes données de séries chronologiques sous  forme de LANDSAT. Une fois les difficultés de télédétection surmontées, les  prélèvements ou les méthodes d'une approche compréhensive (wall‐to‐wall)peuvent  être choisis. Bien sûr, toutes les données existantes de l'inventaire forestier national  qui pourraient exister, peuvent être utilisées pour affiner ou informer davantage les  résultats de télédétection. La troisième approche ne se limite pas aux pays en  développement. L'Australie emploie une approche compréhensive (wall‐to‐wall), alors 
  29. 29. 28  que la plupart des autres, y compris la Suède et l'Allemagne utilisent différentes  méthodes d'échantillonnage statistique. Chaque pays peut avoir des définitions  nationales de classification qui doivent être conciliées dans les six classes du GIEC.  GIEC ‐ Niveaux de données Avant la création des données du GIEC, les trois niveaux de la méthode de collecte de  données du GIEC doivent être considérés. Chaque pays doit comprendre quel niveau  est soutenu par des données environnementales et des usages actuels et comment  l'expertise étrangère et domestique doit être amenée à satisfaire aux exigences du  tiers. Le Niveau 1 est le plus facile à mettre en œuvre à partir de données  mondialement disponibles, alors que le Niveau 3 utilise des méthodes en haute  définition spécifiques à chaque pays et, sur la base d'un niveau de référence historique  (RL), répétée à un intervalle de quatre ans.  Une méthodologie à plusieurs niveaux a été adoptée pour assurer la cohérence des  séries chronologiques et faire des recalcules nécessaires puisque les meilleures  données, les méthodologies et les technologies sont inventées. Cette flexibilité sera  particulièrement importante lorsque de meilleures méthodes permettent la  désagrégation et la localisation des émissions spécifiques. Le GIEC établit des lignes  directrices spécifiques pour ces recalcules, mais elles sont au‐delà de la perspective de  ce rapport, puisque les données recueillies par CE ne seront pas représentées jusqu'au  ce que le prochain rapport d'évaluation (AR) du GIEC. Le niveau approprié pour un  calcul particulier est fonction des données disponibles. Les évaluations sont faites pour  les deux niveaux et les tendances globales d'une émission particulière. Voici l'arbre  décisionnel pour déterminer quels niveaux à utiliser lors de l'identification des  principales catégories de sources et bassins de carbone: 
  30. 30. 29    Figure 12 Arbre décisionelle pour adoption de niveau adapté    (Jim Penman et al., 2003)    Comme nous pouvons le voir, si les données d'inventaire de carbone sont uniquement  disponibles pour une année, l’évaluation de niveau 1 et les équations associées sont  adoptées, alors que si la série chronologique est plus longue et les estimations par pays  sont disponibles pour les catégories d'estimation, le niveau 2 doit être adopté.  Exemple de calcul Niveau 1: 
  31. 31. 30    Figure 13 Exemple d’un calcul de niveau 1 (Jim Penman et al., 2003)  Les facteurs considérés par le Niveau 1 comprennent une seule année de données sur  la quantité d'une source (le carburant consommé, par exemple) et un facteur  d'émission par défaut fournis par le GIEC. Les facteurs d'activité sont statistiquement  dérivés et non géographiquement explicites. Les exemples pourraient être la  consommation de carburant moyenne nationale et la production de déchets solides  par l'utilisateur du système.  Le Niveau 2 est intermédiaire dans la complexité de la difficulté supplémentaire de  données localement spécifiques, y compris le Niveau 1 en plus d'émissions spécifiques  par pays pour le dioxyde de carbone (CO2), mais aussi le méthane (CH4), l'oxyde  nitreux (N20), le monoxyde de carbone (CO),    l'azote dioxyde de carbone et  monoxyde d'azote (NOx). Les données démographiques et sur les activités  comprennent les informations sur la circulation et des longueurs de segments de route  (pour estimer la consommation de carburant de transport) et les changements dans la  population locale pour estimer la consommation de carburant local. 
  32. 32. 31    Figure 14 GES, d’émission et sequestrion (Guendehou, 2015)  Les facteurs d'émission de Niveau 3 comprennent toutes les données antérieures  nuancées par l'examen de la technologie de combustion, les conditions d'exploitation,  et l'âge et la qualité de l'entretien des flottes de véhicules. Les données d'activité  associées à le Niveau 3 comprennent la facturation et au niveau réglementaire  l'information mesurée par l'instrumentation plutôt que d'utiliser des méthodes  statistiques. Les exemples incluent l'utilisation mesurée de l'énergie et la récupération  du méthane et le poids des déchets solides mesuré dans les stations de transfert. Le  Niveau 3 est destiné à permettre un calcul très précis des émissions de GES permettant  ainsi aux décideurs un maximum d'options pour déterminer la politique à la dimension  supplémentaire que les décisions peuvent être géographiquement explicites.  UTCATFUCF Création de données, Arbres décisionnelles Les catégories UTCATF ont chacune un arbre décisionnel associé pour guider les  exigences de collecte de données. Ils sont clairs mais assez complexe, en tenant  compte des données déjà existantes et de leur structure. Ces exigences sont strictes,  même pour les pays ayant des services de gestion des ressources des terres bien  développés. 
  33. 33. 32    Figure 15 Arbre décisionnelle pour LUC niveau  Les branches divisionnaires portent principalement sur la disponibilité des données,  réitérant pour les catégories. La dernière étape, potentiellement la plus consommatrice  de temps dans la méthodologie est le point de décision finale portant sur les méthodes  avancées et la disponibilité des données détaillées. Une réponse par l'affirmative  engage un pays au Niveau 3 de la méthodologie.    Le GIEC soutient les Niveaux 1 et 2 de création de données avec son propre logiciel et  la formation. Comme aucun de ces deux niveaux n'a besoin d'être géographiquement 
  34. 34. 33  explicite, ce soutien vient principalement sous la forme de feuilles de calcul pour  normaliser les calculs. CE est conçu pour opérationnaliser la collecte de données  Niveau 3 du GIEC. Il convient de noter que la disponibilité de CE pourrait servir comme  un frein à la collection Niveau 3 pour les gouvernements qui ont déjà des données et  des statistiques suffisantes pour les deux premiers niveaux. Sauf si une certaine  incitation comme la REDD+ est fournie, il semble probable que les ressources qui  iraient autrement vers une solution à base de CE seront probablement dépensées  ailleurs.  Pour résumer, l'Approche 1 quantifie chaque zone de catégorie individuelle  d'utilisation du sol dans un pays, mais ne comprend pas les données de conversion  entre les catégories. L’Approche 2 comprend la conversion. L’Approche 3 suit des  conversions sur une base spatialement explicite. Une ou toutes peuvent être utilisées  par un pays pour une région donnée. Les niveaux représentent la difficulté relative  d'atteindre différents niveaux de précision dans l'estimation des catégories d'émissions  et les absorptions de données et ressources humaines disponibles dans un pays. La  collecte de données peut procéder à une combinaison d'approches pour les trois  niveaux en fonction de la façon dont les stocks sont organisés.  Estimation historique des émissions pour la REDD Le respect de la REDD+ n'est pas franc ou simple. Avant que le taux de  boisement/reboisement puisse être calculé pour permettre des crédits sur le marché  du carbone, les niveaux de référence historiques doivent être établis. Ce calcul élaboré  dépend des données géographiques spécifiques de la couverture et l'utilisation du sol,  qui peuvent toutes les deux être créées avec CE. D'autres considérations telles que la  pertinence et l'intégration des données existantes doivent être prévues. Les données  d'utilisation des terres, en particulier, nécessitent une série temporelle de trois  échantillons sur une période de dix ans et, potentiellement, des histoires des  perturbations éventuelles telles que l'exploitation forestière et / ou les incendies.  Diverses appellations d'aménagement forestier national doivent être conciliées avec  les catégories REDD+. (Institute, 2011)  Un accès approprié aux données de série chronologique de longue date, la puissance  de traitement, en plus du personnel avec une expertise analytique, se révèlent souvent  être des obstacles pour les pays en développement qui pourraient tirer le meilleur parti  de la REDD+. 
  35. 35. 34    Figure 16 Arbre du processus pour déterminer les niveaux de référence historique carbone (Meridian  Institute, 2011)    Harmonisation de légende L’utilisation    des données existantes non seulement pour valider de nouvelles  données, mais aussi leur fusion pour créer des masques précis, va certainement 
  36. 36. 35  répondre aux grands besoins de données. Bien que de meilleures données nouvelles  viennent en ligne à un rythme sans cesse croissant, les données réinterprétées à partir  de vieux ensembles resteront cruciales pour répondre à des questions où une série de  temps est une dimension souhaitée [tels que celles citées dans (Waldner 2016  #2934 ;Waldner et al., 2015)].Tant que les acteurs restent variés aux niveaux  international, national et infranational, l’harmonisation de la légende restera contestée  pour les rapports du GIEC. (Waldner et al., 2016)  Collect Earth comble la question en soutenant l'harmonisation des systèmes de  classification existants avec des classes du GIEC au moment de la collecte des données.    Voici un exemple de l'IPCC et l'harmonisation de la classe nationale pour le Ghana:    Figure 17 Harmonisation du GIEC/UTCAT et terres nationales utilisent des classifications pour Ghana  (Bey, 2015b)  Les six classes GEIC de l'utilisation du sol LU) apparaissent en haut. Celles‐ci sont à leur  tour utilisées pour qualifier le changement d'utilisation du sol (GCU) entre les classes  du GIEC. Collect Earth facilite la création d'une base de données relationnelle qui  accepte les clés étrangères de ces catégories dans les entités de niveau national  propres à chaque membre de la REDD+. Ceci est une utilisation efficace des ressources,  en particulier pour les pays qui manquent de capacité de gestion des ressources 
  37. 37. 36  naturelles robuste, tant que la résolution de 30m des données au niveau national est  créée en même temps que des données conformes du GIEC. A titre de comparaison,  voici l'harmonisation de la légende pour le Laos:    Figure 18 Harmonisation du GIEC/UTCAT et UTCAT nationale utilisent des classifications pour le Laos  (Bey, 2015a)  On peut voir immédiatement des différences importantes entre le Ghana et les classes  nationales du Laos. Treize classes de terres forestières du Ghana incluent des  catégories précises pour les plantations de teck et en caoutchouc, tandis que les huit  classes du Laos ne se différencient pas entre les plantations de conifères et de feuillus.  De nombreux pays ne comprennent pas les plantations de toute sorte dans la catégorie  des forêts, optant plutôt pour les considérer comme des terres cultivées.  L'harmonisation est un défi permanent. Les lignes directrices du GIEC sont encore en  évolution pour la classification des zones humides, par exemple. Notez que le Ghana a  une classe pour les forêts marécageuses (GIEC Forest) et une classe pour les marais  (GIEC pour les zones humides).  Développement de services Les technologies de l'information et de la communication (TIC) pour la sylviculture  doivent satisfaire à un certain nombre d'objectifs de développement de logiciels. Mis à 
  38. 38. 37  part les plus évidents qu'ils détiennent en commun avec les logiciels de SIG ( la facilité  d'utilisation, la compatibilité du format de fichier, le prix), les TIC utilisés pour la  gestion forestière pour les pays en développement doivent étroitement considérer leur  utilisateur final et la conception des services par rapport à la capacité d'analyse de  l'utilisateur, la facilité de soutenir l'adoption et la gestion des risques.  Les systèmes TIC ne remplacent pas la nécessité pour les analystes expérimentés de  tirer la signification et les implications des données recueillies. La causalité et les  résultats doivent encore être déduits par des statisticiens formés. Les budgets de  gestion des ressources naturelles qui emploient un système de TIC devraient prendre  en compte cette nécessité.  Les programmes doivent être écrits et utilisés pour faciliter leur adoption, et y soutenir  d'une façon autonome. Les systèmes d'information avec des longues courbes  d'apprentissage sont peu susceptibles de rester en service sans expertise technique  extérieure constante. Ils doivent faciliter les questions de gestion telles que la façon de  valider le meilleur des repères de collecte de données, et ont des caractéristiques qui  permettent le retour des analyses pour améliorer le contexte et créer un sentiment de  connexion avec les utilisateurs, surtout si elles sont dans des régions éloignées.    Deuxièmement, les développeurs doivent bien caractériser les utilisateurs et les clients.  Les données sur les ressources forestières doivent circuler à deux sens entre le public  et l'administration. Le bon développement comprend la conception participative, avec  le pilotage et l'utilisateur ‐ tests effectués avec la participation des utilisateurs réels.  Cela augmente la probabilité pour l’adoption à long terme du programme.  Les incitations à la collecte de données peuvent inclure le paiement forfaitaire ou en  fonction du volume des données présentées sur une période donnée. Alternativement,  un salaire de base avec une prime de rendement a été efficace dans la création  d'ensembles de données de qualité. Les incitations non financières complimentant les  projets de collecte de données de succès sont une occasion pour une expérience  professionnelle, en ciblant souvent les femmes et les minorités ou d'autres personnes  exclues du marché du travail. Parfois les motivations sociales telles que le prestige  associé à l'obtention d'une ressource communautaire sont efficaces pour retenir les  professionnels.  La conception de service, enfin, devrait tenir compte des risques pour l'intégrité de la  collecte des données. Des méthodes basées sur les équipements spécialisés, plutôt que  la collecte de données à base de papier, nécessitent plus de formation périphérique.  Les dispositifs de collecte de données sont parfois source de distraction, ce qui entraîne  des erreurs de saisie de données. 
  39. 39. 38  La gestion de l'équipe est facilitée par la collecte sur la base d'un appareil. Si les  données géolocalisées sont utilisées pour juger de la performance du personnel dans  des endroits éloignés, il faut prendre soin de comprendre le contexte de leur  participation en cas d'absence.  Les systèmes à base de papier pour les signatures ou empreintes digitales pour la  validation sont nécessaires. Les systèmes mobiles "pourraient abaisser la barrière  éthique pour signaler les entrées fictives" (World Bank, 2013a). En fin de compte la  meilleure solution c'est que le service doit être conçu de telle sorte que l'utilisateur  final est d'avis que le processus de collecte de données ajoute de la valeur à leur  communauté. L’analyse de l'horodatage et l'enregistrement de localisation  automatique peuvent également aider à assurer l'intégrité des données recueillies.  (World Bank, 2013a)  Le rapport au climat est une entreprise de grande envergure, satisfaisant les objectifs  des différentes parties prenantes est une entreprise difficile, tant pour l'harmonisation  du possible désaccord, mais pour de simples exhaustivité. Par nécessité, la CCNUCC  doit être exhaustive dans ses considérations. Ce qui suit est un bref aperçu des parties  prenantes considérées dans LC4C.  Partenaires Gouvernement des Etats‐Unis Comme toute l'aide étrangère au monde en développement, LC4C doit s’aligner avec  les objectifs d'assistance de développement du gouvernement des États‐Unis (USG) aux  gouvernements étrangers. Il y a cinq principaux objectifs énoncés dans le Foreign  Assistance Act de 1961:  (1) la réduction des pires manifestations physiques de la pauvreté  parmi la majorité pauvre du monde;  (2) la promotion des conditions permettant aux pays en  développement pour atteindre l'auto‐maintien de la croissance  économique avec une répartition équitable des avantages;  (3) l'encouragement des processus de développement dans lequel les  droits civils et économiques individuels sont respectés et renforcé;  (4) l'intégration des pays en développement dans un système  économique international ouvert et équitable; et,  (5) la promotion de la bonne gouvernance à travers la lutte contre la corruption et  améliorer la transparence et la responsabilité.  (United States Congress. Senate Committee on Foreign Relations, 1961) 
  40. 40. 39  Les objectifs généraux de la politique étrangère des États‐Unis en Afrique renforcent  les gouvernements africains, le progrès économique, le soutien à la santé publique et la  prévention et la résolution des conflits, et visent à relever les défis transnationaux tels  que la réalisation des objectifs climatiques et énergétiques propres. (Carson, 2011) Au  cours des deux décennies précédentes, les États‐Unis ont suivi la tendance de fournir  de l'aide sur une approche pangouvernementale pour mieux répondre à la complexité  croissante des questions régionales et nationales. En pratique, cela signifie que l'aide et  l'assistance sont accordées sur une base inter‐agences, dans un effort pour éliminer les  incompatibilités, les initiatives redondantes, et    mieux encourager les réponses  collaboratives. Bien que le Department of State définit l'agenda politique pour la  politique États‐Unis‐Afrique, les deux organismes majeurs associés à LC4C sont  l'Agence américaine pour le développement international (USAID) comme organisme  de financement et le ministère américain de l'Intérieur (USGS) fournissant l'assistance  technique.  USAID L’Agence américaine pour le développement international (USAID) a servi d'agence de  financement pour la formation de la CE en Afrique de l'Ouest, dont les objectifs sont en  alignement général avec l'énoncé de mission de l'USAID:  L'énoncé de mission de l'USAID met en évidence deux objectifs  complémentaires et intrinsèquement liés: mettre fin à l'extrême pauvreté et la  promotion du développement des sociétés démocratiques résilientes qui sont  en mesure de réaliser leur potentiel. Nous croyons fondamentalement que la fin  de l'extrême pauvreté exige une croissance inclusive, durable. Les statistiques  nationales telles que les récoltes commerciales et les estimations de bois de  chauffage, inventaires forestiers par zone, permettant une calcule du volume  des stocks. Les sources internationales de données telles que l'Annuaire FAO  des produits forestiers et / FAO Bulletin du bois de la CEE. Les données de  recherche. Emission Base de données du facteur de retrait, GPG, pour UTCATF  et 2006GL par défaut.    (Mollicone) 2014 la promotion libre, paisible, et les  sociétés autonomes avec, les gouvernements légitimes efficaces; renforcement  du capital humain et la création de filets de sécurité sociale qui atteignent les  plus pauvres et les plus vulnérables.    (USAID, 2016)  Les objectifs spécifiques de l'USAID pour l'Afrique sont plus variés et détaillés. Les  objectifs les plus directement desservis par la mise en œuvre des CE améliorent la  productivité agricole et    la gestion des ressources naturelles (USAID, 2016). Un  troisième but, le renforcement de la préparation aux catastrophes et l'atténuation en  termes de sécurité alimentaire, les sécheresses, les inondations et les conflits violents 
  41. 41. 40  (ou, en d'autres termes, ce qui réduit les risques naturels et anthropiques) pourrait en  fait se révéler être à la croisée des deux premiers, comme attribut CE des classes  d'utilisation des terres dans des zones géographiquement explicites qui peuvent être  contestées par les acteurs locaux. Les conflits classiques entre agriculteurs et éleveurs  dans toutes les régions semi‐arides du Sahel viennent immédiatement à l'esprit.  US Department of Interior Le ministère de l'intérieur des États‐Unis: "Protège et gère les ressources naturelles de  la nation et du patrimoine culturel; fournit des informations scientifiques et autres à  propos de ces ressources; et honore ses responsabilités fiduciaires ou des  engagements spéciaux pour les Indiens d'Amérique, autochtones de l'Alaska, et les  communautés insulaires affiliées ". Il est l'administration pour la gestion des ressources  naturelles (GRN) pour les États‐Unis à peu près homologue du ministère français de  l'Environnement, avec une compétence couvrant la gestion des terres, la gestion de  l'énergie des océans, la remise en état (infrastructure de gestion de l'eau, y compris les  barrages, les centrales électriques et les canaux), la sécurité et l'exécution de  l'environnement, le service du parc national, l'exploitation minière de surface, et le  poisson et la faune avec l'administration de la responsabilité particulière ajoutée pour  les peuples autochtones. (USDOI, 2016).  Land Cover for Climate Change (LC4C) L'Expertise technique réelle pour LC4C a été fournie par l'USDOI, en particulier par des  experts issus du service géographique des États‐Unis (USGS). Des géographes USGS  mettent leur expertise au‐delà de l'exercice de leurs fonctions normales de géographes  attachés aux bureaux régionaux. L'équipe USGS / ITAP inclut des géographes de la  Californie, du Colorado et du Missouri. Sa mission était de procéder à des évaluations  technologiques des ensembles de données de couverture terrestre existants,  d'améliorer la méthodologie appropriée pour les besoins locaux, l'hébergement des  activités régionales et nationales de renforcement des capacités, et defaciliter la  participation de l'expertise locale pour renforcer les initiatives mondiales de la  couverture terrestre. (Parcher, 2015)  Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) L'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture de l'ONU maintient des bureaux de  pays à travers l'Afrique. Elle aide les pays dans l'établissement des priorités, la  planification stratégique, le développement de partenariats et la mobilisation des  ressources. En Afrique occidentale, la FAO administre le Fonds d'affectation spéciale de  solidarité en Afrique pour renforcer la sécurité alimentaire. Il aide à gérer une  croissance économique stable dans le secteur agricole, procède à des évaluations des  ressources forestières avec une attention particulière à la conversion des forêts en  terres agricoles, travaille à réduire les impacts économiques et environnementaux au 
  42. 42. 41  sein de l'initiative Grande Muraille Verte, et mène des recherches sur la pêche illégale.  La FAO est le développeur institutionnel du CE.    Open Foris Open Foris et une initiative de développement de logiciel de la FAO avec la mission de  permettre la surveillance, le suivi, et la gestion des forêts. Il est, bien sûr, open source,  à la fois maintenant l'hébergement des exécutables et affichant son code à GitHub. Il  crée des outils pour la conception de l'enquête et de la planification, la collecte de  données, le traitement de données et la production de cartes, la diffusion et  l'information, les systèmes d'information de gestion et la planification au niveau local.  Il soutient les initiatives de niveau supérieur tels que l'ONU‐REDD+, Global FRA et  NFMA FAO et bénéficie de nombreux partenariats avec les organismes des  gouvernements nationaux tels que le Service des États‐Unis des forêts (USFS), des  organisations internationales telles que le Fonds mondial pour la nature (WWF), et les  entreprises privées, telles que Google Earth Engine. Collect Earth a commencé comme  un outil d'enquête. Dans un premier temps, il a utilisé la collecte spécifique au site sur  support papier mais peut maintenant être réalisé avec tout appareil utilisant Android  comme un enregistreur de données portable. Il a été construit avec les analystes  (données consommateurs de toutes sortes), les scientifiques forestiers (ceux qui créent  de nouveaux modèles de calcul), et les architectes du système au niveau national.  Open Foris Calc a été conçu pour faciliter et uniformiser les calculs nécessaires pour les  exigences de déclaration du GIEC. Il importe des données de FAOSTAT ou d'autres  sources et calcule les niveaux de volume, de la biomasse, et de carbone. La boîte à  outils Open Foris Geospatial soutient également la gestion au niveau national des  ressources naturelles en écrivant des chaînes de traitement SIG pour la classification  automatique et semi‐automatique.    Parce que les exigences du GIEC sont assez exigeantes en détail, les solutions  propriétaires seraient prohibitives et trop difficiles à coordonner. Comme il est conçu,  Open Foris supporte de multi‐sources d'inventaires forestiers, tirant parti de la grande  variété de formats usuels dans le monde open‐source de données. Les outils sont assez  robustes pour être facilement adaptés à une utilisation nationale et locale, réduisant  ainsi les barrières de la complexité technique, l'aplatissement des courbes  d'apprentissage, et pour faire de la création de données plus facile à soutenir, en dépit  de sa complexité. Open Foris fait un effort non seulement pour accueillir des données  biophysiques, mais aussi la gouvernance et les données socio‐économiques avec  l'importation au‐delà des politiques forestières nationales et les exigences du GIEC.  Les données créées avec des outils Open Foris ne sont pas nécessairement open  source, restant souvent la propriété exclusive des gouvernements nationaux qui les ont  créés. Cependant, une fois ces données publiées en supposant l'adoption d'une  politique nationale de données ouverte, ce sera dans un format facilement 
  43. 43. 42  partageable. Une des raisons de ne pas rendre de telles données disponibles, c’est de  permettre d’alerter les exploitants illégaux sur les emplacements des espèces d'arbres  à haute valeur ajoutée. À cette fin, les données Open Foris peuvent être servies au  public dans un format non‐géographiquement spécifique tels que les inventaires des  espèces premières.  Open Foris continue de développer activement ses outils en réponse aux besoins des  utilisateurs. Tous les outils sont disponibles gratuitement. Les formateurs tiennent des  sessions régulières au siège de la FAO à Rome, mais voyagent aussi pour offrir des  séances de formation pour des acteurs et des responsables de la gestion des  ressources nationales de plusieurs pays.  Gouvernements ouest africains Voici les profils de pays compilés à partir de multiples sources publiées depuis 2010.  Une carte Global Land Cover, créée par la Banque mondiale, servira de référence pour  transmettre une idée générale de la complexité des ensembles de données nationales.  Les classes utilisées dans ces cartes de référence ont servi à déterminer les scénarios  de viabilité agricole jusqu’en 2050 ; ils ne sont pas indicatifs du GIEC ou des classes de  gestion des ressources naturelles nationales. Les cartes ont été créées en partenariat  avec chaque pays, mais devraient être en faible résolution (250m) et moins précises  que celles élaborées à partir de CE point de données statistiques.    LC4C est conscient de l’inexactitude inhérente aux méthodes de classification  semi‐automatique et, en tout cas, cherche une résolution beaucoup plus fine.  L’expérience avec la création de l’USGS 30m, ensembles de données de quatre  catégories de l’Amérique du Sud, a montré que les «données de couverture terrestre à  l’échelle mondiale ne couvrent pas efficacement les besoins des entités nationales et  régionales.» (Parcher, 2015).  Préparation à la REDD + La FAO, à travers le Forest Carbon Partnership Facility (FPCP), appuie les nations à  rejoindre REDD + en prêtant assistance pour organiser les données nécessaires, être  perçue en vertu des lignes directrices du GIEC pour présentation ultérieure à l'examen  de REDD+. Il suit également les progrès réalisés par chaque pays en vue d'atteindre  leurs objectifs et ces données sont rendues publiques. La transparence est nécessaire  pour que les autres gouvernements et les ONG callent les offres d’assistance technique  sans avoir un contact formel par le biais de la FAO ou le gouvernement hôte tout  d’abord. Les dimensions et les critères d’évaluation sont classés en quatre grands  volets et 34 critères:  1. Organisation de la préparation de la Consultation.   
  44. 44. 43  Divisé en sous‐composants, c’est une décision nationale administrative prise sur le plan  du financement (y compris le FCPC Banque mondiale, OCDE, USAID et autres sources),  le capital humain (capacité de supervision technique, gestion de fonds, expertise des  opérations) et des moyens administratifs, (partenariats multi    et intersectoriels,  gestion de suivi et de règlement des griefs). La dimension implique également une  estimation de la capacité d’une nation à consulter les parties intéressées, y compris les  procédures de consultation établies, l’accessibilité de l’information dans des formes  culturellement appropriées et la divulgation des résultats de la consultation. (FCPF,  2013)  2. REDD+ ; préparation de la stratégie  Peut‐être la catégorie qui concerne plus directement UTCAT/LC4C et aussi la plus  complexe, la préparation de la stratégie signifie découvrir les lacunes dans les pratiques  actuelles de gestion durable des ressources naturelles, la sensibilisation des  conducteurs de la dégradation de l’environnement et met l’accent sur la politique de  relations causales, juridiques, et les aspects économiques et réels des sols utilisant le  changement et la déforestation. Les premiers critères par lesquels cette dimension est  évaluée incluent la considération de la capacité analytique de tendances historiques  récentes d'utilisation du territoire, du foncier, des droites de ressource naturelle, et de  vies traditionnelles. L’auto‐évaluation de cette dimension contient des explications de  tout système de priorisation des pilotes directs et indirects à des stocks de carbone  forestiers et de liens entre ces pilotes, des plans d’action existants portant sur  l’utilisation du sol, les régimes fonciers et droits sur les ressources naturelles. Enfin,  l’évaluation devrait inclureune explication des incidences à long terme de la politique  forestière existante. (FCPF, 2013)  3. Niveaux de référence. Les niveaux de référence historiques sont essentiels pour  mesurer la performance de REDD + future en ce qui concerne les politiques adoptées.  (CE pourrait potentiellement aider à créer certaines données nécessaire pour quantifier  les puits de CO2). La CCNUCC exige que les niveaux de référence soient établis en  fonction des meilleures données disponibles selon l’une des plusieurs méthodes du  GIEC transparentes approuvées. Le diagnostic se pose quant à l’ampleur et la  pertinence de la méthodologie adoptée: Est‐elle appropriée aux échelles nationale ou  sous‐nationale?; Quelles données supplémentaires doivent être créées ou fournies?;  Quelles données historiques peuvent être utilisées?; Doit‐elle être réglée pour les  conditions nationales? (FCPF, 2013)  4. Systèmes de surveillance des forêts et des garanties. La mise en place d’une forêt  domaniale, comme système de surveillance, est un obstacle majeur pour les pays  récemment sortis de troubles comme la Côte d’Ivoire. Même si les critères seulement  réclament un rapport de progrès vers cet objectif, elles requièrent la modification 
  45. 45. 44  éventuelle de l’administration nationale. Les critères sont tout à fait complets,  demandant même une vision de l'évolution des changements éventuels au fil du  temps, y compris le budget et les chiffres relatifs aux ressources humaines. Des  questions de diagnostic portent sur la découverte de la justification de l’adoption de  méthodes particulières, si le système a fait l’objet d’un examen technique, pour  comprendre les limites de la surveillance du système en ce qui concerne les données  spécifiques à REDD + précédemment identifiées dans la stratégie du pays REDD +, et  identifier les acteurs concernés. (FCPF, 2013)    Une autoévaluation guidée est effectuée pour chacun de ces quatre critères, qui admet  la complexité de l’entreprise en mettant l’accent sur le progrès relatif, plutôt que les  mesures strictement objectives. La première étape de l’auto‐évaluation est menée  avec les acteurs concernés autant que possible. La deuxième étape est réalisée avec le  groupe consultatif technique et autres membres du personnel de la Banque mondiale.  Finalement, l’évaluation doit être approuvée pour qu’un pays recevoive le paiement  sur le Fonds de carbone. (FCPF, 2013)  Dimensions LC4C/CE Le renforcement des capacités menées par LC4C dans le cadre des ateliers de  formation CE fournira plus davantages aux pays qui travaillent sur des critères 2  (stratégie de préparation REDD +) pour aider à la création de données conformes du  GIEC directement applicables à l’établissement d’inventaires forestiers nationaux. La  souplesse du logiciel dans la manipulation des classifications de la couverture du sol  permet la création des données relatives au classement national et le GEIC en même  temps. Ceci répondant ainsi aux préoccupations des intervenants locaux à traiter sans  passer par l’obligation de recréer un ensemble de données distinct. L’outil de  visualisation de données Saiku, également une partie de la formation, serait également  un atout inestimable.  Les dimensions dans les 2 critères qui traitent directement de CE sont:  11. Evaluation et analyse CE peuvent annoter les documents indiquant les tendances  historiques, foncier, moyens de subsistance, etc.  12. Des données créés par CE aideront dans le calcul des barrières d’amélioration des  stocks de carbone.  15. Effets de droit et la politique forestières peuvent être montrés dans CE au fil du  temps une fois les niveaux de référence et les rapports de périodes sont établis.  16. Hiérarchisation des options de stratégie REDD + bénéficiera en rendant les moteurs  de la déforestation sur le plan géographique explicite. 
  46. 46. 45  19. Les données créées par CE peuvent aider à illustrer l’impact des politiques et de  nouvelles lois REDD +.  22. Création d’un registre national REDD + et surveillance du système est la dimension  plus directement touchée par les données de CE. La mise en place de registres  forestiers nationaux est une exigence particulièrement lourde pour le manque  d'expertise technique. L’atelier de LC4C au Ghana, plutôt que de se concentrer  seulement sur l’emploi de CE, avait pour objectif de créer la série complète de la  couverture du sol au niveau national et a donc bénéficié de la présence du personnel  de la FAO et de l’USGS.  Pour les 3 critères, les dimensions plus pertinentes sont:  26. Démonstration de la méthodologie sera facilitée par la classification de port direct  de l’GEIC de la CE. À l’aide d’experts, Open Foris se révélera un réseau de soutiens  utiles, permettant le partage des approches transnational et informel. La souplesse du  programme en permettant une fois de plus la création des données infranationale  présente une efficacité aussi bien pour les flux de travail que pour accueillir le schéma  de base de données de couverture terrestre nationale.  28. Exprimer la faisabilité technique et la cohérence avec les lignes directrices du GIEC  est supporté par CE d’une manière simple. La même souplesse, mentionnée plus haut,  permettra aux décisions politiques d’être prises sur des données infranationales, sans  référence aux classifications du GIEC. Le calcul de niveau de référence avec CE améliore  la transparence exigée par cette dimension, en ce que chaque enregistrement peut  être pondéré de la certitude et de l’expérience de l’utilisateur. En outre, chaque record  peut être soumis à une autorité supérieure pour vérification. Les requêtes peuvent se  dérouler sur les enregistrements pour trouver tous les records créés par un utilisateur  donné en plus des requêtes géospatiales traditionnelles.    Le Critère 1 est indirectement aidé par CE : la compétence dans l’utilisation de CE  comme un outil de collecte, aidera à réaliser les dimensions 1 (responsabilisation et  transparence); 4 (contrôle technique); et, 6 (réactions et griefs). Les données créées  par CE aideront les réalisations de 4 critères en faisant preuve de transparence et  l’implémentation précoce du système (numéro 30). Le logiciel peut constituer l’épine  dorsale pour les dimensions 32‐34, qui portent sur le partage de l’information et de  transparence, comme les données de CE peuvent être facilement partagées dans  PostgreSQL et desservies via web APIs.    Selon les dimensions numérotées plus pertinentes, une analyse des besoins les plus  aigus pour la formation de CE peut être effectuée en comparant les rapports d’étape  de préparation du pays individuels REDD+, août 2015.   
  47. 47. 46  Bénin   Figure 19 UTCAT, Benin, 250m (IFPRI, 2013)  Le Bénin est devenu un pays partenaire REDD + en 2011 et est un membre de l’Union  internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), une ONG qui partage certains  des objectifs de REDD. L’UICN est organisée autour des valeurs de la conservation de  nature, une gouvernance efficace et équitable des ressources naturelles et l’application  de solutions naturelles pour le changement climatique, la sécurité alimentaire et le  développement. En termes de REDD +, elle bénéficie actuellement d’appui sous la  forme d’évaluation des besoins de pays, qui a été approuvée en mai 2015. (Boccucci,  2015)  Les défis de surveillance UTCAT au Bénin comprennent la gestion de la diminution des  terres arables et l'élimination des demandes incompatibles des acteurs. La couverture  terrestre existante est créée par leur modélisation d'utilisation des terres et le système  d’Information (LUMIS) est à résolution de 250m le long d’une série temporelle limitée  d’un an. (G. Menz, 2008)  L’augmentation rapide de la population du Bénin (3,3 % en 2014) augmentera  l’importance des cultures vivrières de base. N’importe quel scénario d’adaptation 
  48. 48. 47  climatique pour 2050 s’applique, le pays bénéficierait de la capacité accrue de MRV, le  développement (ou adaptation) des cultures vivrières, la promotion de l’utilisation plus  efficace de l’eau, la formation de familiarisation d'un climat changeant pour les  agriculteurs, la mise en place de cultures pour stimuler les marchés agricoles nationaux  moins performants, les réseaux de commercialisation et enfin des mesures pour  ralentir la croissance démographique. (IFPRI, 2013) 
  49. 49. 48  Burkina Faso   Figure 20 UTCAT, Burkina Faso, 250m (IFPRI, 2013) 

×