la creative hotshop qui vous ouvre toutes les portes
Ou comment affûter
son charisme et ses réponses
au secours, JE SUIS I...
sujet, verve, complément
Le charisme, ça ne s’improvise pas
Règles du « je » à l’oral
Ce que cherchent les journalistes
L’...
© PIED DE BICHE 3
Au secours, je suis interviewé !
sujet, verve, complément
l
l y a les messages que l’on entend et ceux q...
© PIED DE BICHE 4
Au secours, je suis interviewé !
de l’intéresser, mais bien de s’intéresser à
elle.
Un bon orateur trava...
© PIED DE BICHE 5
Au secours, je suis interviewé !
LE CHARISME, çA NE S’IMPROVISE PAS 2/2
Pour être écouté il faut être vu...
© PIED DE BICHE 6
Au secours, je suis interviewé !
Règles du « je » à l’oral
Vous allez être interviewé. Pour bien prépare...
?
© PIED DE BICHE 7
Au secours, je suis interviewé !
Ce que cherchent les journalistes 1/2
« Un journaliste est un interpr...
© PIED DE BICHE 8
Au secours, je suis interviewé !
Ce que cherchent les journalistes 2/2
• Ils font des choix. Ils ne peuv...
© PIED DE BICHE 9
Au secours, je suis interviewé !
L’adn DE L’INTERVIEW
Dans le fond, être CLAIR, CONCIS, CONCRET (C.C.C)
...
© PIED DE BICHE 10
Au secours, je suis interviewé !
POUR UN MESSAGE RECU 5/5
Je me prépare
Je choisis un angle
Je personna...
© PIED DE BICHE 11
Au secours, je suis interviewé !
UN PEU D’ENTRAÎNEMENT 1/2
Exercice 1 : « AU PLUS SIMPLE »
Traduisez :
...
© PIED DE BICHE 12
Au secours, je suis interviewé !
Exercice 4 : SYNONYME DE…
Pour exprimer une position et éviter les rép...
la creative hotshop qui vous ouvre toutes les portes
Flashez ce code pour découvrir les réalisations de Pied de Biche ou c...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Livre blanc au secours, je suis interviewé !

288 vues

Publié le

PIED DE BICHE® publie son livre blanc « Au secours ! je suis interviewé »
Voici les clés pour que l’information communiquée lors d’une interview ait le maximum de chances d’être écoutée, entendue et surtout relayée ! Muscler son charisme, jouer le ‘je’, … sont autant de conseils sur le comportement à adopter pour faire passer vos messages 5/5. A noter : les exercices pratiques (et pas des recettes magiques !) bien utiles avant le jour J pour clarifier les propos et les enjeux. Vous pouvez répéter la question ?

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
288
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Livre blanc au secours, je suis interviewé !

  1. 1. la creative hotshop qui vous ouvre toutes les portes Ou comment affûter son charisme et ses réponses au secours, JE SUIS INTERVIEWé !
  2. 2. sujet, verve, complément Le charisme, ça ne s’improvise pas Règles du « je » à l’oral Ce que cherchent les journalistes L’ADN DE L’INTERVIEW Pour un message reçu 5/5 Un peu d’entraînement… Au secours, je suis interviewé ! sommaire p.3 p.4-5 p.6 p.7-8 p.9 p.10 p.11-12
  3. 3. © PIED DE BICHE 3 Au secours, je suis interviewé ! sujet, verve, complément l l y a les messages que l’on entend et ceux que l’on écoute. Il y a des « messagers » pour lesquels on coupe son smartphone, on zappe sa télécommande ou l’on oublie sa montre pour suivre leur récit. Il y a ceux qui possèdent ce magnétisme qui nous transporte : le charisme. Attention : le charisme ça n’a rien à voir avec la beauté, la taille, la jeunesse,… comme le précise Katell Gringoire, coach en communication. Le charisme c’est une compétence sociale qui permet de susciter l’adhésion d’un auditoire pour faire passer ses arguments. Face à des professionnels de la direction d’entretien que sont les journalistes, mieux vaut travailler pour s’y préparer au mieux et connaître les modes de pensée et les enjeux de ces derniers. “le charisme ça n’a rien à voir avec la beauté, la taille, la jeunesse,…” À propos de l’auteur Sophie Van Oort (45 ans), directrice de clientèle grands comptes en agence depuis 16 ans, diplômée de l’Isteg, option communication et publicité, d’une licence de littérature anglaise et américaine à Paris 3, et du Cambridge Certificate. En 2007, elle rejoint Pied de Biche, agence indépendante de création pluri-media. Elle pilote des projets on/off line à l’international et manage des équipes pluri-disciplinaires au service de clients dans les secteurs luxe/beauté, distribution et éducation. Son credo : communiquer, c’est l’art d’entendre ce qui n’est pas dit. contact@pieddebiche.fr
  4. 4. © PIED DE BICHE 4 Au secours, je suis interviewé ! de l’intéresser, mais bien de s’intéresser à elle. Un bon orateur travaille sa voix Avoir de la présence, c’est laisser sa voix emplir l’espace. Émerger du bruit ambiant. Qu’est-ce qu’une voix qu’on écoute ? Comme dans le chant, il faut aller la chercher assez bas dans le corps, au niveau du diaphragme (ce muscle du ventre qui se lève et s’abaisse quand nous dormons). Si elle vient des poumons, elle sera fatalement haut perchée, mal assurée. Il faut alors sentir physiquement sa voix monter du fond du corps. C’est comme le vélo, il faut pratiquer, ça ne s’apprend pas en deux jours. Mais quand on y arrive, on ne le perd jamais. Un bon orateur ajuste son image LE CHARISME, çA NE S’IMPROVISE PAS 1/2 Avant même d’écrire votre discours, adopter une bonne attitude corporelle est indispensable, car le corps reste le meilleur véhicule de vos pensées. Quelques conseils simples pour rayonner : Un bon orateur se tient droit La première attitude à proscrire : l’attitude du dindon ! Si vous vous tenez le cou tendu en avant et le corps penché vers l’interlocuteur, votre voix s’étrangle au fond de la gorge. Vous ne laissez pas à autrui assez d’espace pour venir vers vous. Pour trouver la position idéale, il faut ancrer ses pieds dans le sol, l’écart entre les jambes indexé sur la largeur du bassin, les fesses légèrement basculées en avant pour libérer le haut du corps des tensions. Les épaules et le menton sont détendus. Se tenir droit sans paraître crispé, allier verticalité et « coolitude »... L’exercice,s’ilsembleévident,n’ariendenaturel.Maisunefoismaîtrisé, il s’avère radical. Entrez ainsi dans une salle de réunion, marquez une pause, et observez les réactions. On s’interrompra sûrement pour vous accueillir et vous attribuer une place visible dans l’assemblée. On vous verra. Un bon orateur use de son regard Le défaut récurrent du mauvais orateur ? Il balaye l’assemblée des yeux. Il regarde tout le monde sans s’arrêter sur personne. « La présence passe essentiellement par le regard. » L’orateur doit se planter dans les yeux de son interlocuteur. Et alterner : aller chercher, tour à tour, l’attention de chacun des participants. Prendre le temps de s’attarder sur chacun permet d’abord de rythmer son discours. De laisser la place au silence. C’est aussi l’occasion de s’adapter à l’assemblée, de sentir son énergie. Là encore, l’astuce peut sembler triviale. Elle impose en fait une révolution personnelle. C’est la technique des séducteurs, donner à la personne en face de soi l’impression qu’elle est la plus importante au monde. L’idée n’est plus
  5. 5. © PIED DE BICHE 5 Au secours, je suis interviewé ! LE CHARISME, çA NE S’IMPROVISE PAS 2/2 Pour être écouté il faut être vu. Ceci implique que l’image projetée soit cohérente avec l’émetteur et le message délivré. L’habit fait le moine. Certains détails pourraient diffuser des messages contradictoires : un chef d’entreprise avec un look d’étudiant manquera de crédibilité. Oui, mais Steve Jobs avec son jean, ses baskets et son t-shirt noir ? Ne vous fiez pas aux apparences. En prenant le contrepied de l’informatique « traditionnelle », le fondateur exprime ici l’esprit d’éternelle start up créative et innovante de sa marque. Chaque univers professionnel a ses codes. C’est vrai qu’aujourd’hui ils se confondent : un chef cuisinier peut porter du noir, un médecin un polo Lacoste, un psychologue des baskets et un rocker une cravate. Tout est dans la nuance et la non compilation de détails éloignés des codes métiers. Notez qu’une simple veste ajoute un caractère professionnel à l’intervention. Dans le doute, jouez classique.
  6. 6. © PIED DE BICHE 6 Au secours, je suis interviewé ! Règles du « je » à l’oral Vous allez être interviewé. Pour bien préparer votre intervention, vous devez savoir à qui vous vous adressez. Les journalistes sont des professionnels de la communication. Ils connaissent les règles pour être «entendu» ou «lu» par leur auditoire. Inspirez-vous en ! • 3 minutes de discours = 3 heures de préparation • 1 message = 7% de langage, 93% de paralangage • 1 phrase = sujet + verbe + complément • 1 idée = 1 phrase • Au commencement et à la fin était le message essentiel • Le langage parlé comporte 70% de mots redondants et 30% de mots-outils • 1 communication réussie = 70% de mots-outils et 30% de mots redondants • Appauvrir son langage = élargir son message Petit Robert = 60 000 mots / Balzac = 2500 mots / Racine = 1800 mots / Romans de gare = 900 mots • Des chiffres qui parlent… 300 000 versus 298 000, l’année prochaine versus en 2016, 1 français sur 4 versus 25% , 1 tiers versus 33% , le volume d’1 piscine olympique versus 3000 m3 • Bien parler est une danse à 2 temps : 1 = affirmer – 1 phrase - 10’’ 2 = argumenter / analyser / illustrer / contre attaquer – 1 phrase - 10’’ • Parler est un sport, il faut trouver sa « voix » naturelle et s’échauffer • 1 bon débit = 120 / 150 mots / minute (vous parlez à 200 mots / mn, vous pensez à 400/500 mots/mn) • « La parole est d’argent mais le silence est d’or » • « L’aptitude à exprimer une idée est presque aussi importante que l’idée elle-même » • 1 phrase de 12 mots = 100% du message • 1 phrase de 40 mots = 30% du message, 50% au début et 10% à la fin
  7. 7. ? © PIED DE BICHE 7 Au secours, je suis interviewé ! Ce que cherchent les journalistes 1/2 « Un journaliste est un interprète de la curiosité publique » Bernard Pivot • Les journalistes cherchent avant tout à établir une relation professionnelle gagnant-gagnant : ils ont besoin de vous et vous avez besoin d’eux. • Ils assurent une « médiation » entre vous « leur source » et leur public. Ils doivent se faire expliquer un sujet complexe, le comprendre, le restituer en le simplifiant et le vulgarisant. • Ils assouvissent une curiosité « professionnelle » dans le sens où cette curiosité est exigeante et les oblige à questionner un « sujet », un « évènement » de façon la plus exhaustive possible. (Règle des 6 W : Where? When? What? Who? Why? HoW? ) • Ils vont vite : le journaliste travaille sous la pression du temps. Il a toujours une heure butoir (dead line) à ne pas dépasser, sans quoi son travail ne sert à rien. À vous de lui faire gagner du temps en allant à l’essentiel et en lui préparant le terrain. • Ils manquent de temps. Vous devez effectuer un choix entre les journalistes en fonction de leurs priorités de temps. Rapide interview au téléphone pour la radio ou rencontre de visu avec un confrère de la presse ? Si vous organisez une conférence ou une journée presse, adaptez-vous à leur agenda… • Ils vont à l’essentiel. Parce que le nombre de colonnes qui leur sera accordé est limité et le temps d’antenne restreint, vous ne devez pas commencer votre histoire par « Il était une fois » mais par « Ils eurent 5 enfants ». Commencer par un propos qui capte immédiatement 100% de l’attention. Au-delà de 60 secondes, l’attention diminue de moitié toutes les 5 secondes. Votre conclusion servira de « titre » à l’article. • Ils vulgarisent. L’obsession du journaliste est par vocation comme par nécessité commerciale de toucher le plus grand nombre. Le langage courant est celui qui permet la plus grande mémorisation. Nous ne retenons que les choses simples. Exemple : « le réseau autoroutier A6 est fortement saturé par le trafic existant » versus « il y a des bouchons sur l’autoroute du soleil ».
  8. 8. © PIED DE BICHE 8 Au secours, je suis interviewé ! Ce que cherchent les journalistes 2/2 • Ils font des choix. Ils ne peuvent pas parler de tout. Ils choisissent leurs sujets en fonction de plusieurs « lois de proximité ». - La loi de proximité géographique « Incroyable, ça s’est passé près de chez moi » - La loi de proximité temporelle « Ça vient juste d’arriver ! » - La loi de proximité professionnelle « Mais je connais ça ! » - La loi de proximité affective « On parle de nous dans le journal ! » - La loi de proximité psychologique « Ce témoignage ou cette image m’ont vraiment frappé ! » - La loi de proximité spécifique « Alors ça pour une fois, c’est vraiment intéressant ! » - La loi de proximité intellectuelle « Ce sujet m’interpelle car il pose un vrai problème de société » • Ils sont curieux et veulent tout savoir. Loi des 6 W. Ils sont conscients de ne pas pouvoir tout dire. Ils font des choix dans la manière dont ils traitent un sujet. Tout dépend du public auquel le média s’adresse. • Ils craignent d’être manipulés. Tout journaliste sait que l’information proposée est avantageusement mise en avant. Un journaliste peut manipuler son interlocuteur pour le mettre en difficulté mais l’inverse est possible si il n’a pas eu le temps de vérifier ses sources… • Ils ne se font pas d’illusions. Ils savent bien que très peu de ce qu’ils ont écrit, dit ou montré sera retenu par son public.
  9. 9. © PIED DE BICHE 9 Au secours, je suis interviewé ! L’adn DE L’INTERVIEW Dans le fond, être CLAIR, CONCIS, CONCRET (C.C.C) • Commencez par la fin, directement par la conclusion. •Jenepeuxpastoutdire.Plusl’interviewestlégère,pluselleadepoids! • Ne vous compliquez pas la vie. Dites les choses telles qu’elles sont. • Répondez à la question du journaliste. À toute la question et rien qu’à la question. • Énoncez une idée par phrase. Et évitez les tics de langage. • Ne mentez jamais. Mais vous pouvez exposer votre vérité. • Appelez un chat, un chat. Faire simple, ce n’est pas être simpliste. • Ne cherchez pas à briller. • N’étalez pas votre culture. • Parlez pour être compris par tous. Vulgariser n’est pas vulgaire. • Ne cherchez pas midi à 14h. Vous n’avez pas le temps ! • Si vous n’avez rien de nouveau à dire, taisez vous. Ni vous, ni le journaliste n’avez de temps à perdre. Dans la forme, restez (ou forcez) le NATUREL • N’apprenez pas un texte par cœur, apprenez-le avec cœur. • Ne parlez pas trop vite. • Ne regardez pas la caméra (en télé) : c’est l’œil du téléspectateur. • Ne touchez pas votre micro. • Ne soyez pas fermé. Pas de mains soudées ou de mine renfrognée. Bougez comme vous l’entendez. Un mouvement de main soulignera votre conviction. Les gestes servent à appuyer votre discours (ne gesticulez pas non plus !) • Ne jouez pas avec votre stylo, ni avec vos lunettes… • Parlez pour convaincre. Le volume, le ton et le débit suivront naturellement. • Prenez le temps de respirer. Cela vous donne le temps de réfléchir à ce que vous allez dire. •  N’ayez pas peur du silence. Il permet de rassembler ses idées et permet au journaliste d’isoler l’extrait au montage. À la fin de votre réponse, attendez que celui-ci vous relance. • Évitez le détail qui tue : chaussettes claires en TV, bouche sèche ou nez bouché en radio… •Entraînez-vous,entraînez-vous,entraînez- vous. “bon à savoir: Une interview TV ou Radio dure de 5 à 10 minutes. Une interview Presse dure maximum 30 minutes.” ok ? ok !
  10. 10. © PIED DE BICHE 10 Au secours, je suis interviewé ! POUR UN MESSAGE RECU 5/5 Je me prépare Je choisis un angle Je personnalise J’accroche (importance des « mots clés ») Je me fais confiance Je synthétise (sujet verbe complément) Je vulgarise Je suis humain et proche (empathie, compassion) Je parle de choses concrètes (anecdotes, exemples, comparaison…) Je réponds à la question Je reformule la question Je ne subis pas Je déjoue les pièges (ne pas dire non à une interview, ne pas vouloir tout dire, éviter les précautions oratoires, savoir rester prudent (ne pas dire de mal d’un concurrent, se méfier des faux béotiens,…) Je ne « jargonne » pas J’évite les clichés J’ai le droit de rectifier (si je me suis trompé) Je reste fidèle à moi-même
  11. 11. © PIED DE BICHE 11 Au secours, je suis interviewé ! UN PEU D’ENTRAÎNEMENT 1/2 Exercice 1 : « AU PLUS SIMPLE » Traduisez : Exercice 2 : « COMMENT DIRE… » Répondez à ces 2 interlocuteurs : • Un journaliste vous questionne : « Monsieur, quelles sont les raisons pour lesquelles vous licenciez ? » • Un jeune de 15 ans vous demande : « Eh, pourquoi tu licencies des personnes dans ton entreprise pour qu’ils se retrouvent au chômage ? » Exercice 3 : « LE MOT PIVOT » Demandez à une personne de votre entourage d’énoncer un mot au hasard. Servez-vous de ce mot pour présenter votre « métier/activité » à l’oral. Cet exercice doit être très rapide sans temps de réflexion. Dès que vous aurez fini, demandez à quelqu’un d’autre, un autre et ainsi de suite sur le même principe. Exemple « la barrette » : je travaille dans l’E-commerce. Une barrette sert à maintenir les cheveux, pour voir au premier coup d’œil ce qui m’entoure. Mon métier : tout organiser et agencer les produits sur notre site pour que les clients les trouvent facilement et ne ratent aucune opportunité… Les statistiques qui informent de l’évolution du chômage indiquent un plafonnement des effectifs en quête d’emploi à un niveau élevé. Que se passe t-il sur le marché du travail ? Il n’y a pas assez de demandeurs d’emploi hautement qualifiés Vu la réduction du volant de mes disponiblilités monétaires je me trouve dans une perspective univoque. Cette région renferme de grosses potentialités au niveau de son développement. Jules est parti en séquences éducatives qui sont actuellement en phase exploratoire. Comment nous positionnons-nous sur le marché par rapport à la concurrence ? Au niveau de la production, nous sommes frappés par 3 éléments de satisfaction : par rapport à la qualité, à la quantité et au délai.
  12. 12. © PIED DE BICHE 12 Au secours, je suis interviewé ! Exercice 4 : SYNONYME DE… Pour exprimer une position et éviter les répétitions, trouvez au moins 5 verbes synonymes : Exercice 5 : « CHECK POINT » Avant toute intervention, posez-vous systématiquement ces 10 questions pour bien vous préparer : 1. Quel est mon message ? 2. Que va-t-on me demander ? 3. Que dois-je dire ? 4. Avec quels mots ? 5. Quelle est ma réaction à ? 6. Quels détails communiquer ? 7. Avec quelles images dois-je me faire comprendre ? 8. Jusqu’où suis-je prêt à aller pour satisfaire la curiosité d’autrui ? 9. Quelles limites me fixer ? 10. Et si malgré tout, on me demande ça… Présentation, exposition d’une idée Aborder… Prise de position, défense d’une idée Affirmer… Mise en valeur d’une idée Faire ressortir… Critique ou refus Contester… Approbation ou concession Accepter… Proposition de solution Proposer… UN PEU D’ENTRAÎNEMENT 2/2
  13. 13. la creative hotshop qui vous ouvre toutes les portes Flashez ce code pour découvrir les réalisations de Pied de Biche ou contactez-nous sur contact@pieddebiche.fr pour toute remarque sur ce livre blanc ou question sur votre projet.

×