Larcher Pierre
Stage réalisé au sein du groupe Skores (18/01/2016 - 18/07/2016)
 Posts publiés sur les différentes pages ...
Larcher Pierre
 Exemples de vidéos réalisées pour le compte du groupe Skores :
o https://www.facebook.com/sportytrader/vi...
Larcher Pierre
6 points de 2 matchs, aucun but encaissé malgré quelques frayeurs, tout semble rouler pour les Bleus en cet...
Larcher Pierre
Stage réalisé au sein de l'IRIS (18/08/2014 - 18/12/2014)
 Interview réalisée pour le compte de l'IRIS (en...
Larcher Pierre
La première mesure, et la plus urgente à mettre en place, consiste à redéfinir la règlementation sur les pr...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Portfolio

16 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
16
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Portfolio

  1. 1. Larcher Pierre Stage réalisé au sein du groupe Skores (18/01/2016 - 18/07/2016)  Posts publiés sur les différentes pages Facebook
  2. 2. Larcher Pierre  Exemples de vidéos réalisées pour le compte du groupe Skores : o https://www.facebook.com/sportytrader/videos/10153738687326616/ : 2,2 M de vues, 28K réactions o https://www.facebook.com/sportytrader/videos/10153722287901616/ o https://www.facebook.com/sportytrader/videos/10153729938166616/  Article de blog réalisé pour le compte du groupe Skores #Eurovisions : les Bleus et la phase de poule sur : http://news.wincomparator.com/2016/05/20/eurovisions-les-bleus-et-la-phase-de-poule/ Ca y est nous sommes le 10 juin et l’Euro 2016 des Bleus de Didier Deschamps peut enfin commencer ! Si disputer ce championnat d’Europe à la maison est une grande joie, les Tricolores ont bien conscience qu’il s’agit là d’une occasion unique de remporter le 3ème Euro de l’histoire de la sélection. Motif d’espoir, alors que l’on aurait pu craindre de voir les Bleus reverser dans un « groupe de la mort », les Français ont plutôt été épargnés lors du tirage au sort et retrouveront sur leur route la Roumanie, l’Albanie et la Suisse. France – Roumanie – 10 juin 2016 Pour le match d’ouverture face à la Roumanie, les Bleus ont bien conscience que les espoirs de 65 millions de Français reposent sur leurs épaules … et cela ne se voit que trop bien. Patauds, lourds et manquant de dynamisme, les Français livrent une parodie de leur football en première mi-temps et peuvent chaleureusement remercier leur portier Hugo Loris, auteur d’un splendide arrêt sur une demi-volée de Nicolae Stencil, le jeune milieu offensif du Steaua Bucarest, pour maintenir son équipe à flot. En face, les Roumains sentent bien que les Bleus n’y sont pas et font tout pour gêner Paul Pogba et Antoine Griezmann, les détenteurs du jeu tricolore. En attaque, Giroud est inoffensif et ce n’est pas son incroyable loupé, alors qu’il se présentait seul face au gardien adverse, qui lui donnera meilleure presse. Bousculés, acculés, les Bleus n’y sont pas. Finalement l’éclair proviendra d’un petit jeune entré en cours de match : lancé par Matuidi, Kingsley Coman, l’ancien titi parisien, devance toute l’arrière-garde roumaine et inscrit un but somptueux d’une frappe sèche en pleine lucarne. C’est la folie dans le stade tant le supporters sont libérés. 1-0 score final, la France prend les trois points mais ne rassure pas. Seul Didier Deschamps semble satisfait de la prestation de son groupe. France – Albanie – 15 juin 2016 5 jours plus tard, les Bleus retrouvent les Albanais pour un match au Vélodrome. Encouragés par près de 60 000 supporters entièrement acquis à leur cause, les coéquipiers de Matuidi réalisent un match d’anthologie, ponctué entre autres par un doublé du milieu parisien, qui, à l’occasion de son deuxième but, soulève son maillot , traverse le terrain pour faire face à la caméra et exhiber un t-shirt où n’est inscrit qu’un seul mot « Légende ». En sus du doublé de « Balaise », comme l’appellent chaleureusement les supporters, Paul Pogba inscrit un superbe but de la tête avant d’offrir un amour de passe décisive à Antony Martial, qui inscrit là son premier but en Equipe de France. 6 points de pris sur 6, l’aventure des Bleus est lancée.
  3. 3. Larcher Pierre 6 points de 2 matchs, aucun but encaissé malgré quelques frayeurs, tout semble rouler pour les Bleus en cette veille d’affronter la Suisse. Cependant, tout va basculer en quelques secondes lors du dernier entraînement d’avant-match car Olivier Giroud, excédé de ne toujours pas avoir réussi à marquer depuis le début de compétition, et ce même à l’entraînement, répond sèchement à son capitaine Hugo Lloris quand ce dernier tente de le calmer. La tension monte, des noms d’oiseaux sont échangés entre les deux hommes. Didier Deschamps prend finalement la lourde décision d’écarter le buteur des Gunners. Suisse – France – 19 juin 2016 Alors que débute le dernier match de la phase de poule, l’ambiance n’est décidément pas au beau fixe au sein de la maison Bleue. Face à des Helvètes qu’ils ont pourtant copieusement écrasé lors de la Coupe du monde 2014, les Bleus prennent l’eau et encaissent un premier but des Suisses. Dans la foulée, Laurent Koscielny est expulsé pour avoir ceinturé son adversaire direct qui partait au but. Penalty, carton rouge, l’arbitre ne fait pas dans la demi-mesure.Le temps semble s’arrêter, plus personne ne respire. Heureusement, Hugo Loris capte le ballon d’une main ferme et relance fort sur Lassana Diapra. Ce dernier se lance alors dans une remontée de balle ravageuse qu’il conclût d’un splendide piqué au dessus du gardien adverse, pourtant bien peu inquiété depuis le début du match. Après la mi-temps, revigoré par ce but d’exception, les Bleus se lancent à coeur perdu à l’attaque et une nouvelle fois, la lumière vient d’Antoine Griezmann, le plus espagnol des Tricolores. Décalage de Matuidi, remise de Gignac et but en pleine lucarne. 2-1, la messe est dite, les Bleus remportent leurs 3 matchs de groupe, demeurent invaincus et envoient un message fort à leurs rivaux ! Il faudra compter sur eux pour la victoire finale. Pour ne rien louper des autres matchs des Bleus, pensez à notre live ! Et avant de parier sur l’Euro 2016, pensez à consulter nos pronostics.  Tweet publié le 10 juin 2016
  4. 4. Larcher Pierre Stage réalisé au sein de l'IRIS (18/08/2014 - 18/12/2014)  Interview réalisée pour le compte de l'IRIS (entretien oral avec la personne, retranscrit sous la forme d'une interview écrite) =>http://www.iris-france.org/49284-lutte-contre-la-fraude-et-les-paradis-fiscaux-un-combat-perdu-davance/ Lutte contre la fraude et les paradis fiscaux : un combat perdu d’avance ? Interview 30 octobre 2014 Le point de vue de Eric Vernier Alors que la lutte contre les déficits publics semble devenir une priorité pour les gouvernements, il leur apparaît de plus en plus clairement que s’attaquer à la fraude fiscale leur permettrait de dégager des subsides non négligeables. Il convient alors de se demander comment cette dernière se met en place, à travers quels circuits et quels sont les pays peu regardant sur l’origine (légale ou non) des capitaux qu’ils hébergent (les fameux paradis fiscaux). Éric Vernier est directeur de l’IRSI à Sup de Co La Rochelle et chercheur à l’IRIS, spécialiste du blanchiment de capitaux. Il répond à nos questions à l’occasion de la parution de son ouvrage Fraude fiscale et Paradis fiscaux (éd. Dunod). Pourquoi la fraude fiscale est-elle si généralisée et comment expliquer l’extrême difficulté de la combattre ? Comme je l’indique dans mon ouvrage, plusieurs raisons expliquent l’intensité de la fraude fiscale, qui représente des centaines de milliards d’euros de pertes sèches pour les États (100 milliards rien que pour la France chaque année) dans le monde. La première, et la plus importante, provient de la recherche maximale de rentabilité des entreprises, essentiellement des multinationales, qui par l’euphémisme de l’ « optimisation fiscale » détournent les lois ou les utilisent abusivement. L’autre problème récurrent se pose plus en termes sociaux que fiscaux, c’est le travail au noir, qui permet de faire baisser drastiquement le coût du travail et offre en outre une forme originale de flexibilité de l’emploi. Le travailleur clandestin est corvéable à merci, sans horaires fixes, ni limite de temps de travail, ni indemnités de licenciement. Enfin, la dernière explication principale émane de la crise économique qui pousse les États en recherche de rentrées d’argent à augmenter les impôts et, par conséquent, à développer involontairement l’incivisme de ceux qui estiment en payer trop. Combattre cette fraude s’avère effectivement complexe et ardu. D’abord, parce que les montages sont parfois ingénieux et difficilement détectables. Ensuite, parce que la fraude fiscale est essentiellement internationale, les sommes éludées sont rapidement expatriées à l’étranger via des sociétés-écrans et des comptes localisés dans des paradis bancaires. Enfin, parce que les moyens mis en œuvre pour la combattre sont insuffisants ou plutôt mal exploités. Les efforts sont en effet concentrés sur la chasse aux petites fraudes de salariés plutôt que sur les fraudes substantielles des multinationales. De telles fraudes sont en effet plus simples à identifier et est statistiquement plus intéressante pour les contrôleurs fiscaux, car le nombre de redressements effectués sera beaucoup plus conséquent. Il faudrait donc repenser l’allocation des moyens humains. Pourquoi est-il si difficile de définir ce qu’est un paradis fiscal ? Quels sont les principaux états bénéficiaires de la fraude fiscale ? Ce n’est pas si difficile de définir ce qu’est un paradis fiscal. C’est plus une question de volonté et de finalité. Les États, pour des raisons notamment diplomatiques mais aussi à cause des pressions du lobby financier, ont tendance à utiliser des définitions strictes qui aboutissent à une liste très restrictive de territoires non coopératifs. Les ONG, qui observent de plus près les pratiques locales, s’affranchissent des approches normatives pour proposer une liste d’environ 60 paradis fiscaux dans le monde dont une douzaine se trouve en Europe. Parmi cette liste, on peut retenir le Delaware, l’un des 50 États des États-Unis, dont Joe Biden l’actuel vice-président du pays, fut le sénateur pendant 30 ans. Je citerais pêle-mêle les Iles Vierges britanniques, les Iles Caïman, les Iles Cook, Singapour, l’Ile de Man, Jersey, le Liechtenstein, la Suisse et le Luxembourg, même si ces pays promettent régulièrement de rentrer dans le rang et d’aider les pays étrangers à traquer les fraudeurs. Nous sommes encore au stade de la déclaration, voire de l’intention et nous devons attendre que les faits confirment les promesses. En quoi la France constitue-t-elle un paradis fiscal ? La France est un paradis patrimonial. On y pense peu, on n’en parle pas, mais c’est une réalité. Pour de nombreux étrangers, les placements immobiliers en France constituent une véritable bénédiction. Pour les pays du Golfe, tels que le Qatar et l’Arabie Saoudite en tête, l’achat d’immeubles à Paris permet des plus-values conséquentes, renforcées par des exonérations fiscales totales sur le foncier. De nombreux dirigeants africains en savent quelque chose, avec les fameux BMA ou « biens mal acquis », détenus au cœur de Paris. La mise au jour du patrimoine des dictateurs arabes a, si cela était encore nécessaire, démontré l’attrait de notre pays. Par ailleurs, la politique incitative vis-à-vis de l’art ou des vignobles complète l’arsenal français. Quelle réglementation doit-on mettre en place pour lutter contre la fraude fiscale ?
  5. 5. Larcher Pierre La première mesure, et la plus urgente à mettre en place, consiste à redéfinir la règlementation sur les prix de transfert au sein des multinationales. Ces derniers peuvent se définir comme les prix des transactions entre sociétés d’un même groupe et résidentes d’États différents En effet, des groupes comme Google, Amazon, Starbucks, Microsoft, Apple et bien d’autres, s’arrangent pour dégager des bénéfices dans les paradis fiscaux et des pertes (par surfacturation) dans les autres pays. L’échange automatique d’informations à des fins fiscales entre les pays constitue la deuxième mesure phare. Elle est en train de se mettre en place, mais elle ne sera efficace que si l’ensemble des administrations nationales jouent le jeu, avec une réciprocité totale. Ce qui pour le moment, et notamment en ce qui concerne les États-Unis, n’est pas le cas. Il faudra par ailleurs prévoir des sanctions contre les pays qui refusent de coopérer. Sur le plan local, la retenue à la source peut réduire la fraude, de même qu’une modernisation du système de suivi et de contrôle des flux (achats-ventes, salaires, etc.). L’harmonisation fiscale en Europe pourrait permettre d’accélérer ce processus. La fraude par « ronde de TVA » - qui consiste à se faire rembourser indûment de la TVA dans des transactions intercommunautaires virtuelles -, considérée comme la fraude la plus importante en Europe, pourrait être éradiquée rapidement en changeant les règles relatives à la TVA intra-communautaire. Or, les avancées restent timides. A la suite de la crise de 2008, assiste-t-on aujourd’hui à une prise de conscience par les élites politiques des dangers posés par la fraude fiscale ? C’est effectivement le résultat observé suite à la crise. Face aux déficits abyssaux des États, les élites politiques ont « découvert » les vertus de la lutte contre la fraude fiscale et donc de la lutte contre le blanchiment de fraude fiscale. La France, par exemple, perd chaque année 100 milliards d’euros à cause de la fraude fiscale et sociale (cotisations sociales non déclarées). Cette somme, si elle était récupérée, permettrait de régler une bonne part des défis économiques qui se posent aujourd’hui à la France. L’objet n’est pas ici de défendre la coercition à tout prix, mais seulement de lutter contre les pires excès et les comportements les plus détestables. Il ne s’agit pas de traquer le petit artisan ou le salarié lambda, mais les multinationales sans scrupules, les organisations criminelles et les dirigeants politiques dévoyés et corrompus.  Interview Vidéo réalisée pour l'IRIS (préparation des questions, interview et montage) Michel-Edouard Leclerc est Président de l’Association des centres distributeurs E. Leclerc (ACDLec). Il répond à nos questions à l’occasion de de son intervention dans le cadre du colloque « Le système financier international et les nouveaux modèles de développement économique » organisé par la Région Île-de-France avec l’IRIS et Eurosur le 15 octobre 2014 : o La dichotomie Économie réelle vs. Économie virtuelle est-elle pertinente ? o Pourquoi a-t-on tendance à diaboliser l’économie virtuelle, dite spéculative ? o A quel niveau, la responsabilité doit-elle aujourd’hui se placer ? => http://www.iris-france.org/49175-economie-reelle-vs-economie-virtuelle-quelles-realites- quels-defis/

×