ACTES DU ColloqUE - 22 juin 2011Somnolence au volant  ouvRonS leS YeuX !
« Ouvrir les yeux », telle était l’ambition du colloque organisé par l’ASFA.            Comment détecter le « juste avant ...
PRiSES DE COnSCiEnCE               inDiViDuELLE ET COLLECTiVE,               ÉTAT DES LiEuX.               Thierry FASSENo...
et « la règle » de la route. C’est là qu’intervient entre autres, le risque                                               ...
En complémentarité de la formation et de la communication, beaucoup                                                       ...
Je ne suis pas favorable à une éducation par la négative, par la peur.                                                    ...
de lui permettre d’identifier le moment où il franchit sa capacité de                                                     ...
souvent une désynchronisation par rapport à l’horloge biologique. Les                                                     ...
La décennie mondiale de la sécurité dans le monde a été lancée le                                                         ...
pas encore cette sagesse et cette humilité nécessaires à la prise de                                                      ...
Professeur Pierre PHIlIP                                                                                            CNRS B...
fatigue, avec le devoir de décider éventuellement de ne pas assurer un                                                    ...
Les dernières statistiques font apparaître que 20 % des accidents au                                                      ...
VÉCU ET PERCEPTIONS DE LA SOMNOLENCE AU QUOTIDIENÉTUDE COMMANDÉE PAR L’ASFA À L’INSTITUT GATARD & associés - Juin 2011Cett...
LES MEMBRES DE L’ASFA                                                                   - Photographe : Ludovic MAILLARD p...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Somnolence au volant actes colloque 220611

523 vues

Publié le

Découvrez ici les contributions des experts qui ont participé à un colloque de sensibilisation à la somnolence au volant le 22 juin 2011, à l'initiative des sociétés d'autoroutes de France.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
523
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Somnolence au volant actes colloque 220611

  1. 1. ACTES DU ColloqUE - 22 juin 2011Somnolence au volant ouvRonS leS YeuX !
  2. 2. « Ouvrir les yeux », telle était l’ambition du colloque organisé par l’ASFA. Comment détecter le « juste avant », le presque accident ? Comment détecterIl s’agissait en effet de réveiller les consciences, de lutter contre l’inconscience ce moment où l’on bascule dans le sommeil ? La tentation de se croire plus fortet la bonne conscience, et de lutter contre l’excès de confiance, pour que les est là, bien chevillée au corps.comportements au volant changent réellement et durablement. Que faire ? Une seule chose : s’arrêter et se reposer, même à 5 km de sonLa somnolence au volant est devenue la première cause d’accident mortel sur domicile, même à 10 minutes du point d’arrivée. Seule la sieste est salvatriceles réseaux autoroutiers. et réparatrice.Dangereuse et sournoise, nous n’en prenons en général conscience que trop S’il est impossible de lutter contre la somnolence, la prévention est indispensable.tard alors que chacun d’entre nous est concerné, quel que soit le lieu ou l’instant. Pédagogie, formation et information permettent de responsabiliser, de déculpabiliser et de transformer le message « appris » en message « connu ».Et contrairement aux idées reçues, lutter est impossible : ses effets sontimparables, son action inéluctable. Le seul remède efficace, c’est de faire des Être confronté à ses propres limites est sans doute effrayant. Mais la peur,pauses régulièrement et de prendre le temps de se reposer. de soi et des autres, des conséquences de ses actes, la peur des sanctions est probablement un sentiment vertueux qui incite à la sagesse, à la prudence etMieux la connaître, mieux appréhender notre vulnérabilité face à ce risque, donc à la responsabilité.mieux les faire comprendre aux conducteurs et au grand public sont donc unepréoccupation permanente des dirigeants des sociétés de l’Asfa et de leurs Les drames qui nous ont endeuillés, comme ceux qui endeuillent chaque annéesalariés. de trop nombreuses familles, renforcent notre détermination à combattre l’insécurité routière.Véritable enjeu de santé publique, sujet de société tout autant que sujet routier,la somnolence s’est installée comme une préoccupation durable : il y a peu de Nous en sommes convaincus : il n’y a pas de fatalité en la matière. Il y a besoinraisons que la situation s’améliore. de volonté collective et de responsabilité individuelle. Ce sont justement les deux axes autour desquels ont été organisés les échanges passionnants quiLes technologies ont bouleversé nos rythmes de vie et nos comportements. sont résumés dans les pages qui suivent.Si nous avons su faire évoluer les performances techniques, nous ne pouvonspas repousser nos limites physiologiques. Les initiatives récentes du comité interministériel de sécurité routière pour placer la lutte contre les comportements imprudents et le manque de vigilance,Nos déplacements se sont multipliés alors que la dette de sommeil des français au cœur des politiques de sécurité routière sont encourageantes. Les facteursa augmenté d’une heure en 20 ans. Les conséquences peuvent être dramatiques : qui réduisent l’attention portée à la conduite doivent en effet être combattus,les accidents de la route sont désormais la première cause des accidents mortels tout comme la vitesse excessive et l’alcool qui tuent chaque jour au volant.du travail : un accident sur deux. L’objectif du zéro accident de travail est l’ambition dans l’entreprise, c’est mêmeAlors que faire, quand près d’un million et demi de conducteurs ont chaque devenu une obligation. Nous pouvons avoir le même sur la route.année un presque accident lié à la somnolence sur le réseau autoroutier etqu’un accident mortel sur trois est dû à la somnolence sur nos autoroutes ?Que faire, quand on sait que les effets de l’alcool et de la fatigue sont analogues ? Arnaud GRISON Président du comité d’organisation Directeur général de Cofiroute 2 3
  3. 3. PRiSES DE COnSCiEnCE inDiViDuELLE ET COLLECTiVE, ÉTAT DES LiEuX. Thierry FASSENoT, ingénieur conseil à la Direction des Risques Professionnels - CnAMTS 2 TABlES Christian GATARD, Sociologue - Gatard et Associés Professeur Joël PAqUEREAU, RoNDES Président de l’institut national du Sommeil et de la Vigilance - inSV Inès AYAlA SENDER, Députée - membre du parlement européen POUR laurence WEIBEl, Docteur en neurosciences neurobiologiste à la CRAM - Alsace Moselle Michèle MERlI, Déléguée interministérielle à la sécurité OUVRIR et à la circulation routière LES YEUX RESPOnSABiLiTÉ inDiViDuELLE ET COLLECTiVE, COMMEnT PROGRESSER ? SUR LA Patrice BESSoNE, Président du Conseil national des Professions Automobiles (CnPA) - branche Formation Des ConducteursSoMNolENCE André BRAS, Président - Transports GuiVARC’H Philippe CABoN, Maître de conférences - université Paris Descartes et Consultant - DEDALE Pascal ETIENNE, Chef du bureau des équipements et des lieux de travail, Direction générale du travail, Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé Jean-Pierre FANTIN, Directeur produits - VOLVO Trucks France Professeur Pierre PHIlIP CnRS Bordeaux 4 5
  4. 4. et « la règle » de la route. C’est là qu’intervient entre autres, le risque de somnolence. Un travail considérable est à réaliser sur les modes de déplacement, sur la mobilité des salariés. Une organisation ne serait-ce que légèrement différente est parfois susceptible de générer un gain important pour la sécurité, mais également au niveau économique, ou Prises de conscience encore au niveau social : la réinsertion professionnelle des personnes quiindividuelle et collective, ne peuvent pas être maintenues dans leur poste de travail à la suite d’un état des lieux accident est un des grands sujets que traite actuellement la CNAMTS. Le trajet domicile-travail représente une autre problématique, souvent génératrice de fatigue, de stress et même de souffrance, avec d’importantes répercussions en termes économiques, humains, sociaux, voire sanitaires. Les populations les moins aisées et qui occupent les emplois les plus précaires, sont aussi celles qui se trouvent les plus exposées aux risques : déplacements individuels, horaires atypiques… Un travail est incontournable pour envisager des conditions de trajet qui soient les plus sûres possibles. Thierry FASSENoT, Ingénieur conseil Dans les deux cas, certains aspects sont communs, comme l’instauration à la Direction des Risques Professionnels - CNAMTS de périodes de repos et de périodes qui permettent de communiquer et de téléphoner en toute sécurité. Toute la difficulté est de trouver un Le législateur a confié à la Sécurité sociale le soin de réduire la sinistralité au compromis qui ne mette pas en péril l’efficacité de l’entreprise et qui travail, selon les principes d’une responsabilité sans faute de l’employeur, respecte les rythmes nécessaires au maintien de la santé des salariés. et d’une réparation forfaitaire. La direction des risques professionnels de la CNAMTS met en œuvre la politique définie par les partenaires sociaux Pour y parvenir, la priorité est, d’une part, la prise en compte par la pour prévenir les risques professionnels. Parmi ceux-ci, le risque routier direction de l’entreprise de cette problématique en instaurant une représente pratiquement la moitié des accidents mortels. L’Assurance démarche éducative de diffusion de la connaissance au sein de l’entreprise Maladie Risques Professionnels (AMRP) a inscrit la prévention de ce risque - chef d’entreprise et salarié - et, d’autre part, l’inscription dans dans ses priorités : c’est pourquoi elle développe, met à disposition et l’organisation des entreprises de dispositifs qui permettent de mesurer incite les entreprises à mettre en œuvre des démarches adaptées à ce tous les effets du travail sur la santé, en y intégrant les déplacements, de risque en tenant compte de tous les facteurs d’accident et notamment reconnaître la pénibilité et d’évaluer le niveau de fatigue, afin que chaque du manque de vigilance. salarié puisse mieux se situer. La médecine du travail pourrait jouer en ce sens un rôle fondamental de conseil auprès du chef d’entreprise. Une réflexion sur l’organisation de la mobilité, susceptible de réduire le risque routier doit prendre en compte tous les déterminants du Aujourd’hui, la mobilité occupe une place croissante dans la société. Dans déplacement et notamment l’état de fatigue le monde de l’entreprise, l’accent a été mis sur la mobilité durable, pour Le salarié doit choisir entre du conducteur pouvant induire un manque limiter les émissions de CO2. Pour être durable, il ne suffit pas qu’elle soit « la règle » de l’entreprise, de vigilance. Les métiers des entreprises respectueuse de l’environnement, elle doit être sûre pour les salariés et ou celle du client et « la règle » les conduisent à emprunter la route : les pour tous les citoyens qui se déplacent. La sensibilisation à une mobilité de la route. C’est là qu’intervient sûre doit commencer dès l’école, puis dans les études secondaires et entre autres, le risque de transporteurs, les professionnels de la route, ceux qui doivent se déplacer pour leur métier, se supérieures, dans un continuum relayé par le permis de conduire. somnolence. rendre sur un chantier, par exemple, mais aussi les personnes qui se rendent sur leur lieu de travail. Pour ces dernières, Plus en amont se pose la question d’une perception du sommeil peut- ce déplacement s’ajoute à une journée de travail mais peut également être à reconstruire dans notre société. À cette fin, la référence aux générer un stress et une fatigue. La réflexion doit donc porter sur les mythes fondateurs du sommeil pourrait contribuer à revaloriser son déplacements professionnels proprement dits mais également sur les importance. trajets domicile-travail. Sur le premier volet, la réponse à l’urgence fait partie des impératifs de l’entreprise, qui a des fonctions à remplir et des objectifs à atteindre, et pour qui le déplacement n’est pas toujours le cœur de métier. La route sert souvent de variable d’ajustement ; on assiste au phénomène d’injonction paradoxale. À un moment donné, pendant son déplacement, le salarié doit choisir entre « la règle » de l’entreprise, ou celle du client 6 7
  5. 5. En complémentarité de la formation et de la communication, beaucoup de choses doivent être faites au niveau de notre environnement culturel, pour retrouver un modèle dans lequel le corps a sa place, ainsi que la dimension du plaisir. On parle de développement durable. Comment notre corps peut-il participer de ce développement durable sinon en prenant conscience que la somnolence est un processus vital qu’il faut accepter ? Un récit de fiction, renouant avec des mythes fondateurs du sommeil, pourrait restaurer son importance dans l’imaginaire collectif, et contribuer à reconstruire cette relation au corps qui est relativement diabolisée aujourd’hui, face aux injonctions de la performance. Christian GATARD, *Voir extraits p.26 Sociologue - Gatard et Associés L’enquête réalisée par Gatard et Associés, à la demande de l’ASFA*, a été extrêmement révélatrice. Durant une première semaine, une quarantaine Professeur Joël PAqUEREAU, de personnes ont noté dans un carnet de bord les périodes présentant Président de l’Institut National du Sommeil un enjeu de somnolence. Une seconde semaine a été consacrée à et de la Vigilance - INSV une réflexion sur cette somnolence et a permis de montrer que cette préoccupation n’est pas présente constamment et que la prise de L’Institut National du Sommeil et de la Vigilance a été créé il y a conscience est progressive. Ces personnes ont ensuite été invitées à 11 ans, à l’initiative de la Société Française de Recherche et Médecine se rendre sur un blog où chacune pouvait échanger avec les autres. du Sommeil (SFRMS), société savante qui s’occupe du sommeil, de L’intérêt était de susciter l’expression de non-spécialistes. ses pathologies et de ses comportements. L’INSV a mis en place la Journée annuelle du sommeil qui connaît une popularité et un impact La somnolence dessine le décor de fond : tout le monde s’accorde sur médiatique croissants. ses liens à une fatigue générale. Mais la somnolence peut attaquer par surprise, malgré les précautions. Elle se révèle particulièrement L’enquête annuelle sur le sommeil des Français réalisée depuis 5 ans sournoise parce qu’elle arrête le mouvement, elle déconnecte de la par l’INSV fait ressortir une dette chronique de sommeil d’environ une relation aux autres, voire à son propre corps. Une sorte de culpabilité heure par jour, soit une nuit par semaine. Après 40 ans de travail, cette sociale un peu honteuse se manifeste, souvent entourée d’une moquerie dette atteint 5 années de sommeil ! assez pénible autour de la somnolence qui la rend difficile à vivre. Les participants ont fini par se questionner sur la signification de ce tabou Les rythmes de vie liés au travail ont nettement changé depuis le jeté sur la somnolence. début du 20e siècle. Les « trois huit », par exemple, sollicitent l’horloge Le corps se laisse aller à s’endormir pour répondre à un réel besoin. biologique de manière inadaptée. Il en est de D’une façon plus ou moins cachée, un certain plaisir peut être ressenti même des rythmes liés aux loisirs, aux spectacles, Une dette chronique de sommeil à se laisser aller à la somnolence, en profonde contradiction avec d’environ une heure par jour, à la télévision et à Internet. Surfer sur Internet les performances demandées par la réalité soit une nuit par semaine. Après sollicite beaucoup plus la vie intellectuelle queUne sorte de culpabilité sociale sociale actuelle. Cette tension se traduit par 40 ans de travail, cette detteun peu honteuse se manifeste, regarder la télévision. La somnolence provient atteint 5 années de sommeil ! une souffrance que l’on cherche à comprendre.souvent entourée d’une souvent de perturbations du sommeil qui Les conducteurs s’efforcent d’apporter desmoquerie assez pénible autour résultent des rythmes de vie liés aux loisirs, au travail, à une volonté solutions : ouvrir la fenêtre, fumer une cigarette,de la somnolence qui la rend personnelle...difficile à vivre. boire un café, écouter la radio, qui ne donnent finalement pas de résultat. Ce sujet pose un vrai Le rythme circadien veille/sommeil est souvent abordé sous l’angle de débat social sur les choix de vie que l’on souhaite mener et que l’on peut la biologie et trop peu sous celui du comportement. Les pathologies se permettre, en fonction de ce que dicte la société. qui provoquent la somnolence relèvent de la médecine. Une médecine qui s’intéresse aux différentes pathologies du sommeil s’est d’ailleurs Au sud de la France, la sieste est beaucoup plus reconnue qu’au nord développée récemment en France. Mais il est question ici de et y bénéficie d’une sorte de légitimité, presque d’une nostalgie. Cet comportements liés aux horaires de travail, à des choix individuels exemple est un peu caricatural mais alors que l’on parle de globalisation, inadaptés en raison de la méconnaissance générale du rythme veille/ toutes nos études montrent combien les gens sont attachés à des enjeux sommeil. Un parallèle peut être établi avec l’hygiène alimentaire et culturels locaux. le sport qui bénéficient d’une information abondante. En regard, les conseils sur le sommeil et la santé sont très rares. 8 9
  6. 6. Je ne suis pas favorable à une éducation par la négative, par la peur. Dire à quelqu’un qu’en une seconde, il parcourt 40 mètres n’a pas beaucoup de sens. Au contraire, la personne pense qu’elle peut résister à l’endormissement une seconde de plus. Après un long trajet, un conducteur croit pouvoir effectuer sans difficultés les quelques kilomètres qu’il lui reste à parcourir. La vigilance diminue, le besoin vital de sommeil s’intensifie et un accident peut tout à fait se produire à proximité de son domicile. Il faut savoir s’arrêter, même s’il ne reste qu’un trajet de quelques dizaines de minutes. Il faut expliquer que le besoin de dormir arrive instantanément, sans Le sommeil est un besoin physiologique aussi prégnant qu’un autre. qu’on s’en rende compte, alors qu’on est dans un état de veille apparent, Quelqu’un qui n’a pas bu d’eau depuis un certain temps, par exemple, que personne ne peut contrôler cette intrusion du sommeil, et qu’il vaut aura soif à un moment donné et boira pour compenser cette soif. De la la peine de prendre le temps d’un somme de quelques minutes. même façon, quelqu’un qui ne dort pas ou pas assez aura sommeil et verra apparaître le besoin de dormir. Le seul moyen de combler la soif L’apprentissage de la conduite automobile permet de toucher tout est de boire de l’eau, et le seul moyen véritable de combler un besoin le monde. Le permis de conduire peut être l’occasion de délivrer des de sommeil, c’est de dormir. messages d’information sur le sommeil et la somnolence. Les messages peuvent être adaptés aux différents publics : aux Ensuite se pose la question du moment propice dans la journée. La professionnels de la route qui sont plus souvent en danger parce qu’ils période de la journée la plus favorable à la sieste est le début de l’après- conduisent davantage que les autres, aux conducteurs non professionnels midi. Certaines personnes éprouvent ce besoin de sieste davantage qui sont aussi en danger dès qu’ils prennent leur voiture, et aux différentes tranches d’âge. Le permis de conduire peut que d’autres. Mais comment peuvent-elles répondre à ce besoin quand être l’occasion de délivrer des elles ont un emploi en horaires atypiques, ou quand elles se trouvent messages d’information sur le sur le chemin de leur travail, dans la circulation, avec la crainte d’arriver Le vieillissement induit une modification de sommeil et la somnolence. en retard ? la conduite. Les conducteurs âgés tendent à Un sentiment de culpabilité apparaît. Personne ne se sent coupable adapter leur comportement à leurs capacités. En général, ils réduisent de boire de l’eau parce qu’il a soif. En revanche, la société fait peser un leur vitesse et roulent peu la nuit. Les questions de somnolence affectent sentiment de culpabilité sur l’envie de dormir. plutôt les jeunes qui repartent d’une soirée vers 4 ou 5 heures du matin, période du risque maximum d’endormissement et d’accident.La société fait peser un sentiment Il n’existe pas de mesure instantanée du risquede culpabilité sur l’envie de de somnolence, au même titre que la mesure D’autres domaines méritent une meilleure information comme lesdormir. médicaments qui agissent sur la conduite automobile. Ils sont identifiables du taux d’alcoolémie dans le sang. Elle ne serait d’ailleurs que de peu d’utilité pour un conducteur au volant de sa voiture. par des pictogrammes qui indiquent qu’ils peuvent provoquer de la Elle ne relève que de la prise de conscience individuelle. Mais le ressenti somnolence mais qui ne sont pas toujours connus du public. de la somnolence varie d’un individu à l’autre. Certaines personnes sont somnolentes chroniques sans le ressentir. En revanche, des symptômes indiquent que l’on est somnolent et une personne au volant de sa voiture peut les identifier : bâiller, avoir les yeux qui piquent, avoir besoin d’air frais, bouger sur son siège, avoir tendance à dévier latéralement de son trajet… Le public peut être formé à repérer ces signes. L’information sur le sommeil devrait débuter dès l’école, en direction des enfants et des parents, parfois de manière ludique, et surtout de manière continue. Les campagnes d’information ponctuelles ne suffisent pas. Si l’information est répétée comme étant importante depuis l’enfance, elle finit par être intégrée une fois arrivé à l’âge adulte. Une telle éducation se fait au long cours, sur 20 ans, pour en mesurer les résultats. Au-delà de l’éducation à la santé proprement dite, se pose un réel problème d’information sur la somnolence et le besoin de sommeil sur la route. 10 11
  7. 7. de lui permettre d’identifier le moment où il franchit sa capacité de résistance à la somnolence et devient un risque pour lui-même et pour les autres. Les solutions recherchées ne sont pas uniformes mais complexes pour s’appliquer à tous les secteurs. Les campagnes de communication sur la somnolence ne devraient pas se limiter à la sécurité routière mais s’adresser à tous les secteurs, notamment celui du travail. Réaliser que l’on devient un danger pour soi-même et pour les autres si l’on dépasse ses capacités provoque de la peur. Cette peur peut être utile, notamment par rapport à l’alcool, mais les messages qui privilégient la prise de conscience sur la façon de gérer la somnolence sont préférables à ceux qui suscitent la crainte. Inès AYAlA SENDER, Actuellement, le département « sécurité routière » de la Commission Députée - membre du parlement européen transport et tourisme adresse des messages distincts aux jeunes générations et aux personnes âgées. Ces dernières ont appris à conduire En Espagne, un effort très important a été fourni au début des années assez jeunes et veulent continuer à exercer ce droit à la mobilité. Il 2000 qui a permis de diminuer de moitié le nombre des victimes convient de leur proposer des aides techniques leur permettant de d’accidents mortels sur la route. conserver cette autonomie. Depuis 2010, l’Union européenne a renouvelé cet objectif, auquel a été Les recommandations du Parlement européen tiennent compte aussi ajouté celui de réduire de 40 % le nombre des blessés lors d’accidents des aspects relatifs à la santé. Certains médicaments comportent routiers. La définition de nouveaux critères est en cours pour permettre des pictogrammes d’avertissement mais pas les combinaisons de d’atteindre ces objectifs. médicaments qui peuvent avoir un impact sur Relever ce défi considérable signifie identifier les nouveaux chantiers les capacités des personnes d’un certain âge. Les solutions recherchées ne sont auxquels s’atteler, parmi lesquels la fatigue et la somnolence. Un Notre défi consiste à trouver des réponses pas uniformes mais complexes amendement vient d’être voté à la commission des transports en ce pour s’appliquer à tous les à toutes ces questions. Un nouveau débat secteurs. sens. vient d’être entamé dans ce but, en prenant Un débat en Espagne porte non seulement sur la durée du travail mais en compte un certain nombre de paramètres qui n’avaient pas été aussi sur les horaires excessifs. Le concept de productivité se trouve identifiés clairement lors des travaux de la commission sur la fatigue, interrogé car travailler plus ne signifie pas nécessairement travailler en 2009, comme la relation des personnes âgées aux infrastructures, mieux. Les pays les plus productifs ne sont pas ceux qui pratiquent par exemple. les horaires les plus lourds. Il serait préférable de travailler à partir de critères de qualité plutôt que de quantité. Mais il est très difficile de La formation prime la communication. Celle des conducteurs de tous changer en profondeur et en urgence des habitudes culturelles, d’autant âges, y compris des professionnels, devrait intégrer la question de la plus qu’une partie de l’économie est concernée. somnolence et apporter des connaissances sur soi-même, sur la gestion de sa propre fatigue, avec des conseils sur les attitudes à adopter lors Le débat existe également au niveau européen mais, selon le principe de périodes clefs de la nuit, entre 1 heure et 3 heures du matin... de subsidiarité, Bruxelles ne peut énoncer que des recommandations. Lors des débats qui ont précédé la mise en place de l’horaire d’hiver et d’été, les associations de victimes de la routeIl est très difficile de changer en françaises avaient étudié les incidences de cesprofondeur et en urgence des changements sur la sécurité routière. Des picshabitudes culturelles, d’autant d’accidents ont été confirmés ultérieurementplus qu’une partie de l’économieest concernée. dans le mois qui suit le changement d’heure. Mais face aux enjeux économiques, énergétiques et climatiques, ce point de vue n’a été défendu que par une minorité. Finalement, ces horaires ont été adoptés et harmonisés. A contrario, les impératifs de la sécurité routière rejoignent parfois les soucis environnementaux, par exemple avec la discussion actuellement en cours sur l’harmonisation de la réduction des vitesses sur la route. À l’échelon européen, des travaux portent sur les technologies appliquées aux véhicules (sièges à senseurs, détecteurs oculaires de somnolence à infrarouges…) et aux infrastructures (parkings attractifs et sécurisés, bandes rugueuses…), différents éléments destinés à avertir le conducteur de dangers et lui faire prendre conscience des risques. Il est important 12 13
  8. 8. souvent une désynchronisation par rapport à l’horloge biologique. Les effets sont très néfastes sur le court terme, en termes de vigilance, mais également à plus long terme sur la santé avec un lien désynchronisation et des maladies graves comme le cancer. À titre d’exemple on peut dire qu’une longue période sans sommeil équivaut à la prise d’une quantité d’alcool (18 heures d’éveil = alcoolémie = 0,5 g/l et 24 heures d’éveil = alcoolémie = 1g/l). Or, ces situations sont relativement fréquentes, pas seulement chez les chauffeurs routiers, mais aussi dans les hôpitaux, par exemple, où les personnels peuvent être soumis à des gardes de 24 heures. Le meilleur remède contre la somnolence reste la sieste, en particulier laurence WEIBEl, pour les travailleurs de nuit. Mises à part certaines modifications Docteur en neurosciences organisationnelles probablement difficiles à mettre en place, il neurobiologiste à la CRAM - Alsace Moselle serait opportun d’inciter la population à faire la sieste, soit de façon prophylactique avant d’arriver au travail, soit sur le lieu de travail, La chronobiologie est une discipline de la biologie qui étudie la structure cette dernière solution étant déjà adoptée dans d’autres pays comme temporelle des organismes. Il s’agit de comprendre le fonctionnement de le Japon. notre horloge biologique principale (l’horloge circadienne), et l’impact Les études montrent qu’une courte sieste est de nature à restaurer le d’une désynchronisation des différents rythmes biologiques sur la santé. niveau de vigilance. Sa durée doit être comprise entre 15 et 30 minutes, Le rythme veille/sommeil est le rythme circadien le plus connu. Cette afin d’éviter de rentrer dans une phase de sommeil profond. Une telle discipline est mal connue du grand public et même au niveau des études stratégie, relativement facile à mettre en place, peut être proposée soit de médecine, elle n’est pas forcément abordée. dans le cadre du travail, soit aux automobilistes Il serait opportun d’inciter la hors travail sur la route. Mais la France ne semble population à faire la sieste, soit La vigilance fluctue selon un rythme biologique dicté par notre horloge pas culturellement prête à l’accepter. de façon prophylactique avant biologique, avec des moments plus ou moins favorables à l’hyper ou d’arriver au travail, soit sur le à l’hypovigilance. Ainsi, une courte période d’hypovigilance intervient En entreprise, la prévention se situe à deux lieu de travail. de façon naturelle en début d’après-midi. Chaque individu possède niveaux différents, premièrement, la réponse à ses propres particularités mais les caractéristiques principales sont un besoin de somnolence immédiat, la sieste par exemple, deuxièmement, valables pour tous. des actions de prévention primaire, beaucoup plus efficaces sur le long Les recherches actuelles cherchent à affiner les mécanismes terme, et qui consistent à éviter que des situations dangereuses ne d’entrainement de l’horloge ce qui permettra de manipuler l’horloge surviennent, notamment grâce à un sommeil de quantité et de qualité biologique pour contrecarrer certains effets néfastes, par exemple chez suffisantes. Or aujourd’hui, notamment concernant les salariés travaillant les 20 % de salariés qui travaillent en horaires atypiques, notamment de nuit, on peut imager en disant que la dette de sommeil s’achète de nuit. (« on est mieux payé ») : il est urgent de faire passer le message qu’à Toutefois, l’influence sur les rythmes biologiques endogènes est complexe. long terme cette dette de sommeil se paye aussi !! L’homme est un animal diurne qui dort la nuit L’ensemble des acteurs du monde du travail (chefs d’entreprise, médecinsLa dette chronique de sommeil et travaille le jour. Si cette alternance se trouve du travail…) devraient bénéficier d’une sensibilisation dans ce sens etqui caractérise nos sociétés crée perturbée, le besoin de dormir va s’imposer à intégrer la prise en compte des besoins physiologiques dans l’évaluationde plus en plus de problèmes globale des risques, et ses implications au niveau individuel de chaque un moment donné. Une période d’hypovigilanced’hypovigilance au travail, sur résulte avant tout de la quantité et de la qualité salarié.la route… du sommeil qui a précédé. La dette chronique de sommeil qui caractérise nos sociétés crée de plus en plus de problèmes En direction du grand public, de nombreuses campagnes visent à d’hypovigilance au travail, sur la route… restreindre l’alcoolisme au volant. Des campagnes de même nature pourraient être menées sur ce problème de santé publique qu’est le En France, l’idée reste répandue que dormir est une perte de temps. manque chronique de sommeil. Et pour être encore plus efficace, la Pourtant, dormir a un rôle fondamental. Durant le temps de sommeil sensibilisation au rôle et au besoin physiologique du sommeil devrait se produisent des phénomènes fondamentaux comme la sécrétion intervenir dès le plus jeune âge, par le biais des parents et de l’école. de certaines hormones (ex : l’hormone de croissance). Les résultats d’études menées par une équipe de chercheurs de Chicago ont montré un lien entre la dette de sommeil et l’obésité. Dormir ne serait-ce qu’une heure de moins par jour équivaut à quatre nuits en moins par mois. Aujourd’hui, la société vit 24 h sur 24. À la dette de sommeil s’ajoute 14 15
  9. 9. La décennie mondiale de la sécurité dans le monde a été lancée le 11 mai 2011. À cette date, le comité interministériel de la sécurité routière a adopté quatre décisions relatives à l’hypovigilance qui renforcent la sévérité contre le téléphone au volant et les écrans tactiles, en dehors des GPS. Le téléphone n’a pas été totalement interdit car certaines professions doivent pouvoir communiquer, ce qui nécessite des discussions profession par profession. Nous avons voulu marquer également une très grande sévérité à l’égard des personnes qui font un usage inapproprié de la bande d’arrêt d’urgence et des voies neutralisées sur l’autoroute, mettant en péril les personnels qui travaillent pour notre sécurité. Intervention de Michèle MERlI Déléguée interministérielle à la sécurité Une concertation a été engagée avec le ministère de la Santé pour voir et à la circulation routières. comment augmenter la capacité de chacun à conduire en toute sécurité, notamment pour la population vieillissante pour qui la conduite est La mortalité routière a été divisée par deux en 30 ans, puis à nouveau parfois la dernière forme d’autonomie. Cela consiste à faire vérifier sa par deux au cours des huit dernières années, c’est-à-dire par quatre en vue, son aptitude à conduire, mais aussi vérifier si l’interférence entre moins de 40 ans, grâce à la lutte contre les excès de vitesse et l’alcool. certains médicaments n’est pas néfaste et s’il n’existe pas une maladie Ceux-ci représentent toujours un décès par accident sur deux mais, comme l’apnée du sommeil. Des conseils pourraient être délivrés pour pour épargner encore plus de vies, la bataille de la sécurité routière éviter la conduite de nuit, pour limiter les déplacements au périmètre doit être engagée plus finement. Il s’agit maintenant de trouver des indispensable, pour se rendre chez son médecin, par exemple, solutions pour combattre l’endormissement au volant. De premières Deux groupes de travail planchent sur ces questions, l’un spécialement actions ont d’ores et déjà été mises en place dans le cadre du comité dédié aux distracteurs, l’autre aux problèmes physiologiques et aux interministériel de la sécurité routière. pathologies. Depuis deux ans, nous travaillons sur la question de la fatigue, de toutes Parallèlement au développement des bandes blanches, nous travaillons les pathologies liées au sommeil. Avec le professeur Philip, nous nous avec les fournisseurs d’accès à la mise au point de dispositifs technologiques sommes engagés dans l’étude CRASH pour améliorer la compréhension comme les avertisseurs de danger. de ces phénomènes et trouver des axes d’action,Dans toutes les actions simples, de depuis la prévention jusqu’à la formation, en Enfin, nous démarrons un nouveau partenariat : le premier entre laraccompagnement notamment, passant par des textes de lois ou des opérations sécurité routière et les sociétés d’autoroutes. Nous avons décidé de meneril faut intégrer ce paramètre de communication. une campagne commune, cette année, au moment des grands départs.« fatigue » et expliquer qu’il Dans ce cadre, nous avons réalisé trois spots radio qui seront diffusés de La communication dissociée n’a pas d’utilité. Enn’y a pas de honte à s’arrêter revanche, elle a du sens quand elle accompagne façon continue durant tout l’été sur les radios autoroutières, pour rappeleret à dormir dans sa voiture,pour pouvoir repartir en toute une politique. Et il faut qu’elle soit ciblée. Les que l’endormissement est un grand danger sur l’autoroute. Ces spotssécurité. jeunes, par exemple, sont confrontés à une seront accompagnés d’émissions d’explications et de témoignages. mortalité spécifique, composée d’un cocktail de vitesse, d’alcool, d’inexpérience, auquel on sait depuis quelque temps qu’il faut ajouter la fatigue. Dans toutes les actions simples, de raccompagnement notamment, il faut intégrer ce paramètre « fatigue » et expliquer qu’il n’y a pas de honte à s’arrêter et à dormir dans sa voiture, pour pouvoir repartir en toute sécurité. Cette dimension nouvelle doit être intégrée par les auto-écoles, l’apprentissage de la conduite et l’examen du permis de conduire. Certains points restent à approfondir, les travaux statistiques sont à affiner. Un travail est en cours avec les sociétés d’autoroutes et l’Observatoire sur la sécurité routière pour mieux cerner un problème : 40 % des accidents se produisent en solo. Dans cet ensemble, il faut pouvoir distinguer la part de l’endormissement, de la fatigue mais aussi celle des distracteurs comme le téléphone mobile. Plus grave encore, une étude récente que nous avons commandée montre un développement rapide de l’usage des écrans tactiles, en particulier chez les jeunes. 16 17
  10. 10. pas encore cette sagesse et cette humilité nécessaires à la prise de conscience du risque routier. Les nombreux outils à la disposition du conducteur doivent également être expliqués de façon pédagogique, en distinguant les bons comportements Responsabilite des mauvais. Le régulateur de vitesse, par exemple, peut parfoisindividuelle et collective, devenir dangereux parce qu’il est mal utilisé voire mal maîtrisé des comment progresser ? conducteurs. Tous ces outils doivent faire parti des programmes du continuum pédagogique. Aussi nous devons continuer d’être réactifs. Le modernisme s’accompagne, voire s’anticipe. Patrice BESSoNE, Président du Conseil National des Professions Automobiles (CNPA) - Branche Formation Des Conducteurs André BRAS, La conduite s’apprend en formation initiale dans les écoles de conduite. Président - Transports GUIVARC’H Elle devrait l’être également en formation continue dans le cadre d’un continuum pédagogique tout au long de la vie, afin de transmettre des Les Transports Guivarc’h se composent de 115 personnes dont messages adaptés, délivrés obligatoirement à certaines étapes de la vie 99 conducteurs routiers qui parcourent au total environs 9 millions de et répétés pour une meilleure efficacité. kilomètres à l’année. Le risque étant permanent, les enjeux humains à court terme (accidents de travail en circulation) et moyen et long terme Quelques pays européens mettent en place « le message connu ». Ils (malaises) nous ont amené à réfléchir quant aux réponses à apporter. rendent obligatoire un retour régulier en formation avec une dimension basée sur l’expérience. La profession de conducteur routier est très réglementée en France, avec un cadre juridique et une réglementation sociale très précis. La Les thèmes de la somnolence et de la fatigue sont déjà expliqués en durée maximum de conduite est de 10 heures, sur 12 heures de service. formation initiale et font l’objet de questions dans l’épreuve théorique C’est aussi l’une des professions les plus contrôlées aujourd’hui, avec du code de la route. Mais les contenus peuvent encore être améliorés les chronotachygraphes numériques et les contrôles effectués sur la et détaillés davantage car si ces messages sont route et en entreprise. En France, les règles sont largement respectées. Les contenus peuvent encore sus, ils ne sont pas connus des conducteurs. Or être améliorés et détaillés Si quelques dysfonctionnements existent dans certaines sociétés, ils l’important est la connaissance, pas le savoir. davantage car si ces messages sont très minoritaires. sont sus, ils ne sont pas connus des conducteurs. Une bonne connaissance des risques va au-delà Il existe également une réglementation sociale européenne qui s’applique de la simple prise de conscience et permet de à tous les pays de l’Union. Même si les conditions varient légèrement réduire la peur de l’inconnu. La formation qui permet d’aboutir à cela en fonction de chaque pays, la tendance est à un lissage. est l’apprentissage anticipé de la conduite. Pour concilier les différents impératifs de gestion de l’entreprise : efficacité, Depuis 1995, les écoles de conduite ont adopté cet apprentissage sécurité, rentabilité, il est possible d’agir sur différents niveaux. anticipé. Elles constituent en ce sens un véritable laboratoire qui a permis de mettre en place les « rendez-vous pédagogiques » au cours Au niveau de l’individu : l’aspect relationnel me paraît capital, les bonnes desquels une dynamique s’installe et permet de trouver des solutions relations entretenues par l’exploitation (véritable cœur de l’entreprise) communes. avec les conducteurs conditionnent dans une large mesure la bonne exécution des contrats de transport confiés par nos clients. La connaissance n’est pas seulement une question de technicité. C’est La politique sociale mise en place (Plan Epargne Entreprise, Abondement…) aussi un moyen favorisant une meilleure appréhension des risques induit un turn-over quasi inexistant. comme la somnolence, la fatigue, la vitesse. L’objectif unique restant La prise en compte des horaires et des tournées en fonction des individus, la de diminuer le nombre de tués et de familles brisées. polyvalence qui évite la monotonie, la prévalence en fonction de l’âge sont Les jeunes qui sont « le terreau » de cette problématique ne possèdent autant d’éléments qui sont également intégrés dans le management. 18 19
  11. 11. Professeur Pierre PHIlIP CNRS Bordeaux La somnolence fait l’objet de travaux depuis une vingtaine d’années. La première étude financée par le réseau autoroutier, sur ASF, date de 1991. Les connaissances ontL’aspect formation et information tient également une place importante, extrêmement progressé depuis et des éléments très nouveauxnous avons par exemple eu l’opportunité de faire suivre sur 2 jours à 6 de se dégagent.nos salariés une formation CARSAT Bretagne intitulée « Risque Routier -Horaires décalés », formation au cours de laquelle sont exposés les effetssur la santé des horaires et rythmes décalés en général : déséquilibres Le premier est qu’il ne sert à rien de faire des campagnesalimentaires induits, fatigue... généralistes et qu’il est préférable de les cibler en direction des populations à risque de somnolence qui sont parfaitementLa compréhension de ces phénomènes ainsi que les mesures à mettre en identifiées. Comme dans d’autres domaines, certainesœuvre pour en minimiser les effets y sont très clairement expliqués. Par personnes sont plus vulnérables que d’autres. Dans 50 %le biais de la documentation remise par la CARSAT et des connaissances des accidents mortels dus à la somnolence est impliqué unacquises au cours de leurs formations, les salariés ont largement relayé sujet jeune.l’information dans l’entreprise. Avant de communiquer, il faut donc se demander en directionAu niveau des véhicules : l’utilisation des véhicules est également de qui. Ensuite se poser la question du message. En 2011, alorsun facteur important. Les poids lourds bénéficient aujourd’hui des que le système de communication est très organisé autour demêmes avancées technologiques que les voitures (boîte automatique, l’alcool dans les boîtes de nuit, il n’est plus possible d’oublierclimatisation, système d’alerte de dérive lente, système radar anti- le facteur sommeil. Les jeunes et la conduite sont un secteurcollision, rafraîchisseur d’air…). Nous avons fait le choix d’intégrer inexploré sur lequel il faut aller de façon prioritaire.ces équipements au cahier des charges lors du renouvellement desvéhicules même si, malheureusement, ces équipements ne sont encore Deuxièmement, il est pertinent de se concentrer sur lesqu’optionnels et représentent donc un surcoût financier non négligeable facteurs comportementaux : la chronobiologie, la privationce qui entrave leur généralisation dans la profession. de sommeil...Toutefois, ces avancées techniques, liées au bien-être du conducteur ont Enfin, les médicaments sont quant à eux à l’origine de 3 %leurs limites sur la route et peuvent, à l’inverse de l’objectif recherché, des accidents de la circulation. Avec Emmanuel Lagarde, nousmettre le conducteur en position d’hypovigilance. Le risque demeure venons de publier pour la quatrième fois sur ce thème. 95 %très important. des médicaments incriminés le sont via la somnolence. Le corps médical et les maladies se trouvent impliqués de ce fait.Au niveau des déplacements : le choix du réseau autoroutier plus onéreux Le travail est un facteur de risque clairement identifié.au prime abord, s’avère nettement moins accidentogène et plus rapide. Conduire à certaines périodes de la journée ou de la nuit estEn ce qui concerne les relais (remplacement d’un conducteur ayant à risque de sommeil.effectué son temps de conduite journalier par un autre conducteurayant pris son repos), nous avons privilégié un système très peu répandudans la profession : les conducteurs disposent d’un véhicule attitré Pour arriver à vaincre ce problème, il faut commencer pardans lequel le confort (couchette, climatisation rafraîchisseur d’air concentrer les efforts avec un déterminisme politique et dansfonctionnant véhicule arrêté) permet un repos de qualité. C’est donc des champs très précis.uniquement la remorque et non comme souvent l’ensemble routierqui effectue le relais. Et si renforcer l’individu permettait finalement aucollectif de gagner ? 20 21
  12. 12. fatigue, avec le devoir de décider éventuellement de ne pas assurer un vol. En d’autres termes, les acteurs sont responsabilisés sur le résultat en termes de sécurité plutôt que sur le seul respect de la règle. Un autre enseignement qui peut être tiré du secteur aéronautique concerne l’importance des aptitudes non techniques dans la gestion de la sécurité. Malgré toutes les formations techniques, le facteur humain reste prégnant, avec ses rythmes biologiques, la possibilité d’être stressé, de commettre des erreurs. Un équipage reçoit une formation régulière sur les problématiques de stress, de communication, de fatigue, de sommeil, de confiance… Il apprend, dès le départ, une certaine humilité vis-à-vis de ses propres limites, dont la somnolence fait partie. Déclarer Philippe CABoN, pour faire partager ses propres limites et ses erreurs de manière claire Maître de conférences - Université Paris Descartes et Consultant - DEDALE constitue une approche essentielle pour l’amélioration de la sécurité. Le secteur de l’aéronautique bénéficie d’une avancée en matière de sécurité par rapport à d’autres systèmes. La somnolence est une problématique ancienne en raison du travail de nuit, des décalages Pascal ETIENNE, horaires, des vols de plus en plus longs. Sur beaucoup de points, le Chef du bureau des équipements et des lieux de travail, secteur routier et le secteur aérien sont comparables. Direction générale du travail, Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé Des études destinées à élaborer de meilleurs moyens de gérer le risque fatigue ont donné des conclusions inattendues, montrant que des Depuis une dizaine d’années, se mettent en place des structures vols de 20 heures, sans escale, étaient moins fatigants que des vols interministérielles qui développent une politique de prévention plus courts de 8 heures. Cette sorte de constats remet en question du risque routier en général et du risque routier professionnel en l’opposition productivité et sécurité. Certaines compagnies aériennes, en particulier. L’inspection du travail mène en ce moment une campagne mettant en place un système de suivi du risque de contrôle sur ces questions. À l’issue de cette campagne, se poseraMalgré toutes les formations fatigue, ont amélioré à la fois leur sécurité et la question de la généralisation des bonnestechniques, le facteur humainreste prégnant, avec ses rythmes leur rentabilité. pratiques et des expériences intéressantes qui Le rôle des autorités est de repérerbiologiques, la possibilité d’être se développent. les situations éventuellementstressé, de commettre des Croire qu’un cadre règlementaire qui fixe contradictoires qui découlenterreurs. notamment les temps de repos et les limitations de la règlementation, afin de En France et en Europe, le système juridique la modifier. du temps de service, permet de prévenir fixe les règles de prévention et de sécurité en totalement la somnolence et de garantir la sécurité est une illusion. direction de l’employeur, avec une obligation de résultat concernant la Une règlementation n’a pas les capacités à prendre en compte toute France. Au niveau de l’Union européenne, les principes de prévention la complexité des rythmes biologiques et des différentes situations sont hiérarchisés depuis la suppression du risque, jusqu’aux consignes possibles. À titre d’exemple, un chauffeur routier peut tout à fait respecter données aux salariés. la règlementation et conduire pendant moins de 10 heures mais avoir Compte tenu des situations concrètes dans lesquelles se trouvent les été privé de sommeil sur une période beaucoup plus longue, notamment opérateurs, les salariés, les conducteurs, l’idée est de leur fournir les si la conduite a lieu la nuit et s’il a dû se lever tôt le matin du jour qui moyens de développer des stratégies pour augmenter leur vigilance, être a précédé. dans les meilleures conditions de conduite et de travail possible, puisque très souvent les deux situations alternent. Le rôle des autorités est de Pour cette raison, certaines compagnies aériennes ont substitué un repérer les situations éventuellement contradictoires qui découlent de dispositif de gestion du risque fatigue à la règlementation prescriptive. la règlementation, afin de la modifier. L’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) qui dépend de l’ONU et qui gère toutes les règlementations de l’aéronautique sur le Dans le secteur du transport routier, la règlementation a globalement plan international, a récemment approuvé un texte encourageant les abouti à une limitation des accidents. Dans la mesure où les entreprises États à mettre en place ce système de gestion du risque fatigue. Certains mettent en œuvre les principes qui viennent d’être développés par États comme la Nouvelle-Zélande ont mis en œuvre avec succès cette les intervenants précédents dans la table ronde, on peut dire que la approche depuis une vingtaine d’années. profession des grands routiers est une profession sûre. Un certain nombre de règles qui s’imposent aux grands transporteurs routiers devraient La responsabilité est partagée entre l’employeur qui met en place donc être valables aussi pour les entreprises dont le transport est une une politique de prévention du risque fatigue, et les salariés qui sont activité occasionnelle, par exemple en termes d’organisation du temps responsables d’utiliser leur période de repos et d’évaluer leur niveau de 22 23
  13. 13. Les dernières statistiques font apparaître que 20 % des accidents au niveau de l’Europe sont dus à la somnolence, la fatigue ou l’inattention. Nous concentrons donc nos travaux sur cette dimension. Comme d’autres constructeurs, nous avons d’ores et déjà des systèmes comme : Le DAS (Driver Alert Support) un dispositif d’alerte au conducteur en cas de fatigue, ou de somnolence. Le LCS (Lane Changing Support) une assistance au changement de voie. Le LKS (Lane Keeping Support), fonction d’assistance au maintien de la trajectoire qui surveille la position du véhicule sur la route. Un avertisseur de travail (temps de travail adapté avec des pauses, limitation du temps situé au centre du tableau de bord émet alors un signal sonore. de conduite par salarié, etc). Et enfin, l’ACC (Adaptative Cruise Control), un régulateur d’allure et Diverses situations professionnelles qui ont recours à la conduite, d’espacement entre les véhicules. peuvent se trouver confrontées à un état d’hypovigilance, par exemple les coursiers, les visiteurs médicaux, les salariés des entreprises du Tous ces logiciels sont en option mais permettent de réduire les bâtiment… Encore très peu d’entreprises développent des formations conséquences d’un accident et supposent une formation aux spécifiques sur les questions du risque routier conducteurs.Encore très peu d’entreprises professionnel, qu’il s’agisse de formation audéveloppent des formations poste de travail ou de formation continue. Seules Tout récemment, il y a 18 mois, Volvo a été le premier à mettre en placespécifiques sur les questions du une alerte conducteur à la somnolence par un système de surveillance. 20 % des entreprises disposent de formationsrisque routier professionnel adaptées aux différentes situations de travail. Par ailleurs, nous participons aux différents Un effort très important est à faire dans ce domaine. Les sciences programmes européens qui travaillent à On s’est aperçu, il y a une quinzaine d’années, que sociales et l’expérience de terrain peuvent aider à déterminer des leviers l’élaboration de systèmes oculaires. la somnolence était aussi supplémentaires pour la prévention en général, plutôt que rechercher importante que l’alcool et la des adaptations au cas par cas pour chaque entreprise. Sur le plan des techniques qui apportent de l’aide drogue au volant. et de l’assistance aux conducteurs routiers, les Les sociétés d’autoroutes pourraient apporter une contribution très questions de réglementation et d’homologation font encore l’objet de positive en prenant en compte les spécificités des différentes professions discussions au niveau de la France et de l’Union européenne. qui empruntent l’autoroute : conducteur de camionnettes du bâtiment, grands routiers… Les visiteurs médicaux, par exemple, ont besoin de faire Malheureusement, ces outils qui aident le conducteur à ne pas s’endormir des pauses et de téléphoner, de pouvoir renseigner leur ordinateur en ne font pas partie de l’équipement standard de nos véhicules. La voiture… Les salariés étant de plus en plus mobiles, les aires d’autoroutes règlementation européenne est attendue pour déterminer les outils pourraient être équipées de telle sorte qu’elles pourraient servir de qui deviendront obligatoirement partie intégrante de l’équipement bureau provisoire, en même temps que de lieu de repos et d’échanges standard et nous pouvons également obtenir plus d’aide de la part du informels. gouvernement. Jean-Pierre FANTIN, Directeur produits - VOLVO Trucks France Les valeurs fondamentales de Volvo sont la qualité, la sécurité et le respect de l’environnement. Notre première responsabilité est d’amener sur le marché des produits dont la technologie est fiable, assortie de moyens qui permettent à nos clients de former leurs conducteurs. Les modules de formation conducteurs incluent la sécurité, l’alimentation et autres problèmes de santé. Le sommeil, l’alcool, la drogue... y sont abordés. Depuis 1969, une équipe de Volvo ART (Accident Research Team) étudie tous les accidents de poids lourds en Scandinavie. On s’est aperçu, il y a une quinzaine d’années, que la somnolence était aussi importante que l’alcool et la drogue au volant. 24 25
  14. 14. VÉCU ET PERCEPTIONS DE LA SOMNOLENCE AU QUOTIDIENÉTUDE COMMANDÉE PAR L’ASFA À L’INSTITUT GATARD & associés - Juin 2011Cette étude qualitative a été menée pour mieux cerner les vécus de la Anticiper, ou pas, se laisser faire ou lutter ? : la somnolence apparaîtsomnolence dans la société contemporaine, au-delà des situations de comme un phénomène intime, mal vécu, refoulé, voire dénié…conduite, qui en incarnent la circonstance la plus inquiétante. • anticiper : organiser son mode de vie pour conjurer les moments de somnolence,La somnolence tend à se fondre dans le paysage de la fatigue en général, • ne pas anticiper : attitude majoritaire à cause des obligations du« maladie de notre époque » dit-on, mais constitue un phénomène quotidien,tout à fait spécifique et bien repéré. • s’abandonner : le choix dépend de la situation dans laquelle l’individu se trouve,Une méthodologie originale • lutter : rester en éveil de par son activité.Pour mener cette étude sur les comportements et les perceptions, le Subir et culpabiliser ou assumer et revendiquer ?recrutement de 40 personnes, hommes/femmes actifs et utilisateurs La somnolence émerge de l’enquête comme un tabou personnel etréguliers de leur voiture a été nécessaire ; trois étapes ont été mises social. Notre société qui privilégie largement la performance rend laen place : somnolence plus que jamais redoutable à assumer face aux autres.• une phase d’auto-observation• des échanges sur le Blog-forum À rebours, une minorité revendique la somnolence comme un art de• deux groupes de discussion vivre…Les principaux enseignements Quelles que soient les circonstances, la somnolence est toujoursUn phénomène sous-estimé au quotidien : on reconnait quelques difficile à vivre, au travail, chez soi ou au volant.épisodes peu nombreux, alors même que les auto-observations montrentqu’ils sont réels, fréquents, récurrents… Une aspiration à faire de la somnolence un sujet de santé• les épisodes de somnolence sont spontanément sous-estimés, vécus publique très difficilement, La somnolence est un sujet sous-estimé, dont on ne parle pas assez ;• la somnolence se manifeste tout au long de la journée et ce dès le les participants sont en attente de conseils pour rassurer, prévenir et réveil, voire toute au long de la semaine, faciliter la mise en place de solutions :• un réel phénomène de récurrence, • en parler plus souvent, pour permettre de déculpabiliser, pour expliquer• la somnolence est mieux acceptée le week-end, où l’on ressent moins qu’il s’agit d’un phénomène naturel, le besoin de lutter pour rester éveillé. • avoir d’avantages d’information de la part des médecins afin de mieux comprendre le phénomène, ses mécanismes, ses causes et« La somnolence est sournoise » : la somnolence est vécue comme un ses conséquences,phénomène ambigu, un état difficile à cerner, troublant, subi, redouté, • avoir des informations pratiques sur les bonnes solutions pour luttermal compris… contre la somnolence.• on devrait savoir la prévoir et l’anticiper,• elle surprend ou prend au dépourvu, Assumer sa somnolence, c’est accepter soi-même d’être sujet à cet• elle est partagée par tous mais vécue dans l’isolement, état, sans culpabilisation. C’est une question sociétale et culturelle :• la somnolence perturbe les activités en cours, cela doit d’abord passer par l’acceptation de ce comportement par les• elle est un objet de lutte, avec un sentiment aussi de fatalisme, autres, par la société.• elle soulève beaucoup d’interrogations. 26 27
  15. 15. LES MEMBRES DE L’ASFA - Photographe : Ludovic MAILLARD pour ASFA.Octobre 2011. Imprimé sur papier PEFC. 3, rue Edmond Valentin - 75007 ParisTéléphone : +(33)1 49 55 33 00 - Télécopie : +(33)1 49 55 33 91 Internet : www.autoroutes.fr - Courriel : asfa@autoroutes.fr

×