la condition humaine

345 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
345
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

la condition humaine

  1. 1. 1 Tyler Furnari Héros et Humanistes Madame O’Connor Lundi le 31 octobre, 2005 La Liberté de la morte dans La Condition Humaine Dans l’ouvrage de André Malraux La Condition Humaine on peut concevoir que la mort soit plus que la fin de la vie dans le monde. À travers de l’histoire on voit que les personnages de Malraux emploient la mort afin d’échapper la douleur et la souffrance de la vie à Shanghai. Grâce à la mort plusieurs personnages au livre gagnent la liberté qu’ils utilisent à découvrir un autre monde de foi ou existence. En fait, Malraux constate quelqu’un peut retrouver le but de sa vie grâce à la mort, même si la mort symbolise l’opposite de la vie. À partir au début de La Condition Humaine, les lecteurs voient que le meurtre de Tang-Yen –Ta commence l’intoxication ou l’obsession de la mort au personnage de Tchen.. Pendant son assassinat de l’homme, Tchen devient le personnage d’un terroriste au livre. En plus, Tchen réfléchit ce qu’il fait et il essaie de tuer avec la plus efficacité. Bien qu’il soit la première fois qu’il tue un homme, Tchen semble d’avoir l’habitude à tuer. En même temps que Tchen assassine Tang-Yen-Ta, il se rend compte de la solitude et le pouvoir de la mort. Cela est évident que Tchen réalise un état de l’extase quand il tue parce qu’il dit, « Rien n’y indiquait le combat, pas même la déchirure de la mousseline qui semblait séparée en deux pans : il n’y avait que le silence et une ivresse « écrasante où il sombrait, séparé du monde des vivants, accroché à son arme » (Malraux, 12). Le pouvoir de la mort donne Tchen l’opportunité afin d’échapper la douleur de la vie en Chine. Après qu’il tue Tang-Yen-Ta personne ne comprend son état dans le
  2. 2. 2 monde. La mort pour Tchen est la libération qu’il a besoin de trouver son destin dans sa vie. Tout de suite le meurtre Tchen sait qu’il n’est pas le même personne d’avant. Quand il arrive au magasin de Lou-You-Shuen et Hemmelrich (phonos) il pense seulement du meurtre et le sens de la mort. C’est pour ça que Tchen dit, « Toujours cette obsession de la dureté de la chair, les paroles n’étaient bonnes qu’à troubler la familiarité avec la mort qui s’était établie dans son cœur « (Malraux, 19) En fait, Tchen est déjà entré un monde surréaliste à la fin du meurtre. Grâce à la mort il n’existe plus dans le monde des hommes en Chine, mais un monde seulement de la mort qui il décrit comme un monde « nocturne, inquiet, ne s’opposait pas au meurtre » (Malraux, 17). Ce monde éternel qui est fondé sur la mort. Il y a plusieurs fois dans le livre où Tchen constate qu’il ne peut pas avoir un rapport avec les soldats de la révolution chinoise à grâce de sa libération de mort. D’abord Tchen n’a plus peur de la mort après l’intoxication qui le reçoit par la mort. Par conséquent il combat avec plus d’expérience que les autres soldats. La moitié des soldats révolutionnaires ne savent pas se servir de leurs armes. En revanche Tchen connaît le pouvoir de la mort et il est prêt à mourir. Avant que les soldats attaquent la poste de police Tchen croit qu’il est seul à coté des autres communistes. À l’avis de Tchen avant le commencement de l’insurrection « Il n’était pas des leurs. Malgré le meurtre, malgré sa présence. S’il mourait aujourd’hui, il mourrait seul. Pour eux, tout était simple ; ils allaient à la conquête de leur pain, et de leur dignité. Pour lui... sauf de leur douleur et de leur combat commun, il ne savait pas même leur parler « (Malraux, 93). Tchen tient à mourir afin de gagner son sens dans la vie. Son état de la solitude aide son désir à tuer et à mourir pour la révolution. Personne ne peut lui comprendre sauf lui-même.
  3. 3. 3 Puisque la libération de Tchen grâce à la mort, Tchen pense seulement du terrorisme. Quand Tchen a un rendez-vous chez Kyo, il évoque son destin à Gisors. Tchen parle de sa fatalité et ses pensées de la mort qui indique son but du suicide. Ici, les lecteurs constatent du destin de Tchen parce que l’analyse de Gisors. Gisors se rend compte de la résolution de Tchen pendant la parole quand il se demande « N’est-ce pas cela surtout qu’il veut. Il n’aspire à aucune gloire, à aucun bonheur. Capable de vaincre, mais non de vivre dans sa victoire, que peut-il appeler, sinon la mort. Sans doute veut-il lui donner le sens que d’autres donnent à la vie. Mourir le plus haut possible » (Malraux, 65). D’après Tchen la mort est la vie dans ce monde et elle peut lui donner un sens dans la vie. Si Tchen gagne l’intoxication grâce à la mort dans le monde de l’homme, il pourra gagner le plus pouvoir à cause de sa mort. Le terrorisme est une nouvelle foi pour Tchen. Il détruit ses idées de sa première éducation qui avait été religieuse. Tchen rejète la philosophie de la religion qui est contre le terrorisme et l’idée du suicide. De même Tchen n’a que le désir à tuer afin de retrouver le pouvoir et la liberté d’intoxication de la mort. Toujours il dit à Kyo et Katow « D’abord, il faut tuer Chang-Kai-Shek » (Malraux, 130) Il ne peut pas penser d’une autre chose, même s’il n’y a pas l’accord du Comité Central ou du moins de la Délégation de l’Internationale. Personne ne peut arrêter l’action du suicide dans la tête de Tchen. C’est pour ça qu’il dit à Vologuine « Ce n’est pas par obéissance qu’on se fait tuer. Ni qu’on tue. Sauf les lâches » (Malraux, 151). C’est à dire que Tchen met en relief son destin du suicide et il compte à tuer sans l’autorité supérieure. Enfin à la fin de troisième partie du livre Tchen décrit le sentiment de la mort en lui-même. On peut voir que la mort pour Tchen est comme une drogue. Il dit à Kyo « Je
  4. 4. 4 cherche un mot plus fort que joie. Il n’y a pas de mot…. Alors, je peux mal t’expliquer. Plus près de ce que vous appelez… extase. Oui. Mais épais. Profong. Pas léger. Une extase vers… vers le bas (Malraux, 154-155). En un sens quand Tchen tue Tang-Yen- Ta, en même temps il se tue. Il commence sa dépendance avec la mort et puis il a besoin de trouver la violence au monde. Il est nécessaire que Tchen tue Chang-Kai-Shek afin de gagner la vie éternelle dans le monde surréaliste Les lecteurs peuvent déduire cette solution quand Kyo demande Tchen « Tu trouves important que ce soit toi qui organises l’attentat contre Chang ?… et Tchen répondit Nong… Et pourtant, je ne voudrais pas le laisser faire par un autre. » (Malraux, 156). C’est évident que Tchen croit qu’il recevra la liberté grâce à la mort de Chang. Il veut à tuer encore parce que c’est la seule l’action qui sait à faire dans le monde. De plus la résolution de mourir est le moyen afin que Tchen découvre l’euphorie de la mort, mais aussi le moyen qui peut donner une identité à la révolution communiste en Chine. Un autre personnage de Malraux qui emploie la libération de la mort est Hemmelrich. Pour la plupart de l’histoire Hemmelrich ne peut pas combattre dans la révolution communiste à cause de sa famille. Toujours, il veut combattre pour sa famille, mais il a peur du meurtre de sa famille. De plus il pense que Tchen meurt à cause de lui. Il évite les actions contre le gouvernement chinois afin de protéger l’existence de sa famille. A son avis il vit une vie de souffrance et il est un lâche aux yeux des amis communistes. On peut concevoir la douleur de Hemmelrich quand il dit à Tchen « Tu ne peux pas savoir, Tchen, tu ne peux pas savoir le bonheur que tu as d’être libre ! » (Malraux, 183). Hemmelrich souhaite d’être libre comme Tchen, mais il a besoin
  5. 5. 5 d’être responsable à sa famille. Hemmelrich n’est pas libre à cause de la vie de sa famille. Comme Tchen la mort est la seule chose qui peut lui donner la liberté ! Enfin les soldats de Chang-Kai-Shek tuèrent sa femme et son enfant. Grâce à la mort Hemmelrich veut la vengeance contre le Kuomintang de Chang-Kai-Shek. Il gagne la liberté parce que la mort de sa famille et alors il se rend compte que son sens dans la vie est à faire la révolution communiste. On peut voir la transformation de Hemmelrich quand il dit, « Pourtant, cette fois, la destinée avait mal joué : en lui arrachant tout ce qu’il possédait encore, elle le libérait … Maintenant, il pouvait tuer, lui aussi… qu’il les connaissait, les aimait, les possédait plus dans la vengeance que dans la vie » (Malraux, 261). Hemmelrich complète son destin par le meurtre du soldat à la fin du livre. Jusqu’au meurtre du soldat par Hemmelrich, il ne fait pas encore la vengeance contre les meurtriers de sa famille. Dans la situation de Hemmelrich la mort lui donne la liberté pour qu’il tue la souffrance qui avait crée par le gouvernement chinois dans sa vie contre sa famille. De plus il peut trouver son lieu dans le monde par travaillant pour l’idée de communisme. Le rapport entre May et Kyo devient plus intime grâce à la mort. En fait, la réalité de la mort est plus forte quand Kyo reçoit l’ordre de cacher ou d’enterrer les armes par le Comité Central. Les sentiments entre les deux ne sont pas évidents au début de l’histoire, mais dans cette scène May évoque son désir à partir avec Kyo. Elle croit que Kyo va mourir après qu’il la part. Elle pense surtout de l’unité d’amour qui existe entre les deux quand elle dit « Pourquoi des etres qui s’aiment sont-ils en face de la mort, Kyo, si ce n’est pour la risquer ensemble » (Malraux, 205). C’est à dire que les amants ont besoin de travailler ensemble tout le temps. Tout de suite après que Kyo part chez
  6. 6. 6 Gisors, il se rend compte du pouvoir de May. Il a besoin sa femme afin de combattre la mort qui est partout. Cela est évident par la citation « La séparation n’avait pas délivré Kyo. Au contraire : May était plus forte dans cette rue déserte- ayant accepté qu’en face de lui, s’opposant à lui » (Malraux, 209). En outre Kyo réalise que le sentiment de l’amour est plus fort en présence de la morte et May veut à mourir avec lui afin de montrer la forme totale de l’amour. Par conséquent la mort donne Kyo et May l’opportunité d’avoir un nouvel état de l’amour à la fin du livre. C’est à dire qu’ils vivent pour l’un l’autre dans un monde plein de la corruption. En lisant La condition humaine on peut voir la quête entre la vie et la mort dans la société de l’homme. En revanche dans ce livre la mort en un sens est la vie et les personnages de Malraux symbolisent ce rapport entre les deux. En tout le bonheur de la vie ne peut pas exister sans le malheur. De plus la mort a une forme ou une chose de beauté, même s’il y a l’opposite de la vie. C’est pour laquelle Tchen, Hemmelrich, Kyo et May utilisent la mort afin de gagner la liberté dans le monde. D’après Malraux l’existence de la vie est fondée sur l’idée de la mort et on peut concevoir que la signification de la mort compte sur la situation unique d’un personnage dans La condition humaine.

×