Poème inédit souvenir

265 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
265
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Poème inédit souvenir

  1. 1. Poème inédit, en mémoire de celle que j'aimais et qui m'aimait : SOUVENIR Je me souviens de son sourire, de son rire, Je me souviens de son front tatoué, Je me souviens de ses paroles, de son discours, Je me souviens de ses chaudes larmes,, De ses joues rosies par la douleur, Je me souviens de son amour singulier, De sa foi et de ses longues prières, Mon unique, incomparable et sacré amour ! Je me souviens de ses moments de bonheur, De ses instants de joie et d'allégresse, Dans sa danse d'extase, quand elle était toute heureuse ! Attachée à la vie, aimant et chérissant les siens, Trimeuse jusqu'à l'os, artiste en tous ses petits gestes, Laborieuse jusqu'au moment fatidique de son agonie ! Je me souviens d'elle, j'entends sa voix, je vois son regard, Son corps si chétif, la grandeur de son âme ! Elle, toujours et rien qu'elle, Après des années lumière, je me souviendrai d'elle ! Une petite larme perle, un soupçon de sourire, en son souvenir ! Elle que j'aimais et qui m'aimait et que j'aime : Je me souviens de ma mère ! Abdelmalek Aghzaf, Fès, le 23 février 2015®© Poème inédit, en mémoire de celle que j'aimais et qui m'aimait : SOUVENIR Je me souviens de son sourire, de son rire, Je me souviens de son front tatoué, Je me souviens de ses paroles, de son discours, Je me souviens de ses chaudes larmes,, De ses joues rosies par la douleur,
  2. 2. Je me souviens de son amour singulier, De sa foi et de ses longues prières, Mon unique, incomparable et sacré amour ! Je me souviens de ses moments de bonheur, De ses instants de joie et d'allégresse, Dans sa danse d'extase, quand elle était toute heureuse ! Attachée à la vie, aimant et chérissant les siens, Trimeuse jusqu'à l'os, artiste en tous ses petits gestes, Laborieuse jusqu'au moment fatidique de son agonie ! Je me souviens d'elle, j'entends sa voix, je vois son regard, Son corps si chétif, la grandeur de son âme ! Elle, toujours et rien qu'elle, Après des années lumière, je me souviendrai d'elle ! Une petite larme perle, un soupçon de sourire, en son souvenir ! Elle que j'aimais et qui m'aimais et que j'aime : Je ma souviens de ma mère ! Abdelmalek Aghzaf, Fès, le 23 février 2015.Poème inédit, en mémoire de celle que j'aimais et qui m'aimait : SOUVENIR Je me souviens de son sourire, de son rire, Je me souviens de son front tatoué, Je me souviens de ses paroles, de son discours, Je me souviens de ses chaudes larmes,, De ses joues rosies par la douleur, Je me souviens de son amour singulier, De sa foi et de ses longues prières, Mon unique, incomparable et sacré amour ! Je me souviens de ses moments de bonheur, De ses instants de joie et d'allégresse, Dans sa danse d'extase, quand elle était toute heureuse ! Attachée à la vie, aimant et chérissant les siens, Trimeuse jusqu'à l'os, artiste en tous ses petits gestes, Laborieuse jusqu'au moment fatidique de son agonie ! Je me souviens d'elle, j'entends sa voix, je vois son regard, Son corps si chétif, la grandeur de son âme ! Elle, toujours et rien qu'elle, Après des années lumière, je me souviendrai d'elle ! Une petite larme perle, un soupçon de sourire, en son souvenir ! Elle que j'aimais et qui m'aimais et que j'aime : Je ma souviens de ma mère !
  3. 3. Abdelmalek Aghzaf, Fès, le 23 février 2015.Poème inédit, en mémoire de celle que j'aimais et qui m'aimait : SOUVENIR Je me souviens de son sourire, de son rire, Je me souviens de son front tatoué, Je me souviens de ses paroles, de son discours, Je me souviens de ses chaudes larmes,, De ses joues rosies par la douleur, Je me souviens de son amour singulier, De sa foi et de ses longues prières, Mon unique, incomparable et sacré amour ! Je me souviens de ses moments de bonheur, De ses instants de joie et d'allégresse, Dans sa danse d'extase, quand elle était toute heureuse ! Attachée à la vie, aimant et chérissant les siens, Trimeuse jusqu'à l'os, artiste en tous ses petits gestes, Laborieuse jusqu'au moment fatidique de son agonie ! Je me souviens d'elle, j'entends sa voix, je vois son regard, Son corps si chétif, la grandeur de son âme ! Elle, toujours et rien qu'elle, Après des années lumière, je me souviendrai d'elle ! Une petite larme perle, un soupçon de sourire, en son souvenir ! Elle que j'aimais et qui m'aimais et que j'aime : Je ma souviens de ma mère ! Abdelmalek Aghzaf, Fès, le 23 février 2015.

×