Definiifparker88

708 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
708
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Definiifparker88

  1. 1. EpigrapheMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues i« Jéprouve lémotion la plus forte devant le mystère de la vie.Le sentiment fonde le beau et le vrai, il suscite lart et la science. »ALBERT EINSTEINALBERT EINSTEINALBERT EINSTEINALBERT EINSTEINEpigraphe
  2. 2. DédicaceMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues iiJe dédie ce travail,Au Dieu tout puissant sans qui rien n’est possibleA mes parents,Papa KWATE Jean LedouxetMaman KWATE née NZOUGONG Mariemadeleinequi ont sacrifié des années de leurs vies pour que jesois là aujourdhui.Dédicace
  3. 3. RemerciementsMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues iiiu’il nous soit permis d’exprimer notre profonde gratitude et nos sincèresremerciements à toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin àl’édification de ce travail. Nos pensées vont :Au Dieu tout puissant à qui je rends grâce pour ce souffle de vie qu’il me donne.Au Directeur de l’ISS de MAROUA, Pr.Dr.Ing.habil KOLYANG.Au Directeur générale de Camtel, M. NKOTO EMANE David.Au corps enseignant et administratif de l’ISS pour l’effort fourni dans le progrès de lajeunesse estudiantine Camerounaise.Au personnel de Camtel Yaoundé, et en particulier à ceux du Centre des JonctionsUrbaines de Yaoundé pour l’accueil très chaleureux qu’ils m’ont réservés, je pense àM. ONOMO Dieudonné, M. KOUAM Sylvestre, M. OVAMBE FrançoisA mes encadreurs, académique Dr. VIDEME BOSSOU Olivier et professionnel M.ONOMO Dieudonné pour leur soutient et les précieux conseils.Aux membres du Jury qui ont accepté d’évaluer ce travail.A toute la famille KWATEA toute la famille TAMETHE, pour l’accueil et l’hébergement à Yaoundé, seul letout puissant vous remerciera à la juste valeur, je pense ainsi à Papa, Maman,Tantine, Ulrich, Christelle, et surtout mon frère et ami Stéphane NZOKOU qui mepermet d’intégrer cette famille formidable.A toute la famille de mon très cher ami et grand frère M. M’HAMED Amin, Sous-préfet de l’arrondissement de Makary, je pense également à son papa M.MOHAMAN OumateA tous mes camarades de promotion de Master INFOTEL 2010-2012A mes camarades FOIDIENG KENTSA Narcisse et MEWE NJOCK DonaldAux grands frères, Ing. Jean Bosco KIAMPI FOPAK, Ing. Léopold NANANGANYEP pour les orientations de tout ordre.A mes amis et frères d’enfance du quartier « Bepanda 7 » à Douala.QRemerciements
  4. 4. Table des MatièresMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues ivEpigraphe _________________________________________________________________ iDédicace __________________________________________________________________ iiRemerciements ____________________________________________________________ iiiTable des Matières _________________________________________________________ ivRésumé - Abstract__________________________________________________________ viiListe des tableaux _________________________________________________________ viiiListe des figures et illustrations _______________________________________________ ixGlossaire __________________________________________________________________ xIntroduction Générale ______________________________________________________ 13Chapitre 1 : Contexte et Problématique ________________________________________ 151.1 Introduction _______________________________________________________________ 151.2 Présentation de la structure d’accueil : CAMTEL___________________________________ 161.2.1 Bref Historique____________________________________________________________________ 161.2.2 Les services et produits offerts _______________________________________________________ 171.2.2.1 L’Offre aux particuliers__________________________________________________________ 171.2.2.2 L’Offre aux entreprises__________________________________________________________ 181.2.3 Infrastructures et Données Clés ______________________________________________________ 181.2.4 Organigramme Administrative _______________________________________________________ 201.3 Problème posé _____________________________________________________________ 221.4 Objectifs à atteindre_________________________________________________________ 241.5 Méthodologie ______________________________________________________________ 251.6 Conclusion_________________________________________________________________ 26Chapitre 2 : Généralités _____________________________________________________ 272.1 Introduction _______________________________________________________________ 272.2 Les supports de transmission dans les réseaux Métropolitains : cas de la Fibre Optique___ 282.2.1 Les trois types de fibre optique ____________________________________________________ 282.3 Les techniques de multiplexage________________________________________________ 302.3.1 La hiérarchie numérique plésiochrone_________________________________________________ 302.3.1.1 Les insuffisances de la PDH ______________________________________________________ 302.3.2 La hiérarchie numérique synchrone ___________________________________________________ 312.3.2.1 Définition des éléments de la hiérarchie synchrone________________________________ 332.3.3 Architecture et équipements d’un réseau SDH : Cas CAMTEL ____________________________ 362.3.3.1 Architecture _______________________________________________________________ 362.3.3.2 Les équipements ___________________________________________________________ 372.3.3.3 Les services Véhiculés dans la boucle Métropolitaine ______________________________ 41Table des Matières
  5. 5. Table des MatièresMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues v2.3.4 Les indicateurs de performance d’un réseau de transmission____________________________ 422.3.5 Les alarmes dans un réseau SDH ___________________________________________________ 462.4 Conclusion_________________________________________________________________ 49Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivi des performances :Analyse __________________________________________________________________ 503.1 Introduction _______________________________________________________________ 503.2 Analyse de l’outil de gestion des services et suivi des performances __________________ 513.2.1 Rappel du cahier des charges ________________________________________________________ 513.2.1.1 Besoins fonctionnels ___________________________________________________________ 513.2.1.2 Besoins non fonctionnels________________________________________________________ 523.2.2 Protocole d’acquisition des données __________________________________________________ 523.2.3 Architecture de la plateforme________________________________________________________ 533.2.3.1 Module de rapatriement des données_____________________________________________ 543.2.3.2 Module de traitement et mise dans la Base de Données_______________________________ 543.2.3.3 Module de remontée des alarmes par SMS _________________________________________ 553.2.3.4 Module de présentation des données aux utilisateurs ________________________________ 553.3 Conclusion_________________________________________________________________ 56Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivi des performances :Conception et réalisation ____________________________________________________ 574.1 Introduction _______________________________________________________________ 574.2 Conception de l’application ___________________________________________________ 584.2.1 Diagrammes des Cas d’utilisation_____________________________________________________ 584.2.2 Diagramme des classes _____________________________________________________________ 614.2.3 Diagramme de séquences___________________________________________________________ 644.3 Réalisation de l’application ___________________________________________________ 654.3.1 L’Environnement de travail__________________________________________________________ 654.3.2 Les Choix techniques de réalisation ___________________________________________________ 654.3.2.1 Mapping objet-relationnel_______________________________________________________ 654.3.2.2 Choix du SGBD ________________________________________________________________ 674.3.2.3 Choix du langage de programmation ______________________________________________ 674.3.2.4 Stratégie de remontée automatique des alarmes par SMS _____________________________ 674.4 Conclusion_________________________________________________________________ 69Chapitre 5 : Résultats et Commentaires ________________________________________ 705.1 Introduction _______________________________________________________________ 705.2 Quelques résultats __________________________________________________________ 715.2.1 Lot 1 : Rapatriement des fichiers _____________________________________________________ 715.2.3 Lot 2 : Acquisition des données et chargement dans la base de données _____________________ 735.2.3 Lot 3 : Remontée automatique des alarmes par SMS _____________________________________ 735.2.4 Lot 4 : L’interface Client et ses différentes fonctionnalités _________________________________ 755.3 Conclusion_________________________________________________________________ 82Conclusion et Perspectives ___________________________________________________ 84
  6. 6. Table des MatièresMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues vi1. ___________________________________________________________________________ 84Bibliographie_______________________________________________________________aAnnexes___________________________________________________________________bAnnexe A : Photos d’équipements d’un réseau SDH et Fibre Optique______________________ bAnnexe B : Synoptique d’une liaison BSC-BTS_________________________________________ bAnnexe C : Code d’envoi de SMS ____________________________________________________cAnnexe D : Quelques Commandes AT ________________________________________________c
  7. 7. Résumé - AbstractMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues viiRésumé’objectif de ce mémoire est de concevoir et réaliser un outil pour le suivi desperformances des liaisons Optiques SDH dans le cadre de la bouclemétropolitaine de Yaoundé.Pour atteindre cet objectif, nous avons d’abord commencé par étudier lestechniques de multiplexage, SDH et PDH, ainsi que la transmission par Fibre optique.Ensuite, nous avons présenté des rappels sur les indicateurs de performance. En fin,nous avons étudié l’outil (TNMS-Télécommunication Network Management System)utilisé par la Cameroon Télécommunication (CAMTEL) dans la bouclemétropolitaine de Yaoundé. Cette étude nous a permis montrer ses faiblesses et lebesoin d’un outil complémentaire qui apporte d’autres fonctionnalités en termes degestion des services et de suivi des performances. Nous avons réalisé, après une étaped’analyse et de conception, l’outil de gestion METROPERF_CJU V1.0. L’outilpermet la gestion des services, le rapatriement automatique et périodique des logs et lesuivi des performances.Mots clés : Technique de multiplexage (PDH, SDH), Supervision, optimisation,Indicateurs de performanceAbstracthe objective of this thesis is to design and implement a tool for monitoring theperformance of Optical SDH links within the loop Metropolitan Yaoundé.To achieve this goal, we began by studying the multiplexing techniques, PDHand SDH and optical fiber transmission. Then, we presented reminders onperformance indicators. In the end, we studied the tool (TNMS-TelecommunicationsNetwork Management System) used by the Cameroon Telecommunications(CAMTEL) in the loop Metropolitan Yaoundé. This study allowed us to showweaknesses and the need for a complementary tool that provides additionalfunctionality in terms of service management and performance monitoring. Werealized after a stage of analysis and design, management tool METROPERF_CJUV1.0. The tool allows the management of services, and automatic extraction ofperiodic logs and performance monitoring.Keywords: Technical multiplexing (PDH, SDH), Supervision, optimization,performance indicatorsLTRésumé - Abstract
  8. 8. Liste des TableauxMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues viiiTableau 1: Les capacités d’accès Internet exploitées par Camtel._____________________________________ 20Tableau 2: Les différents containers Cn _________________________________________________________ 33Tableau 3: Les cartes du HIT 7070______________________________________________________________ 40Tableau 4: Les Cartes du HIT 7060 _____________________________________________________________ 40Tableau 5: Caractéristiques cibles des paramètres derreur. Réf [5] ___________________________________ 44Tableau 6: Les types dévènement _____________________________________________________________ 47Tableau 7: Sévérité des alarmes _______________________________________________________________ 48Liste des tableaux
  9. 9. Liste des figures et illustrationsMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues ixFigure 1: le câble SAT3/WASC/SAFE (source : www.safe-sat3.co.za, Octobre 2003) ______________________ 16Figure 2: Organigramme de CAMTEL ___________________________________________________________ 21Figure 3: Principe de réflectométrie ____________________________________________________________ 22Figure 4: Propagation de la lumière dans les trois types de fibre _____________________________________ 29Figure 5: Les débits plésiochrone définis par lUIT. Ref.[3] __________________________________________ 30Figure 6: Principe de Justification dans le SDH ____________________________________________________ 32Figure 7: Construction dun Conteneur Virtuel. Ref [3] _____________________________________________ 33Figure 8: Gestion du VCn dans un réseau SDH. Ref [3] _____________________________________________ 33Figure 9: Structure du multiplexage Synchrone. Ref [4] ____________________________________________ 34Figure 10: Limite des RS, MS, VC sur le réseau SDH. _____________________________________________ 35Figure 11: Organisation de la trame STM1_______________________________________________________ 36Figure 12: Boucle Métropolitaine SDF/FO Siemens de Camtel Yaoundé ________________________________ 37Figure 13: Principe dun ADM _________________________________________________________________ 38Figure 14: Exemple dun réseau SDH. Ref [4] _____________________________________________________ 38Figure 15: diagramme illustrant la détection danomalies, de défauts ES et SES. Ref [5] __________________ 46Figure 16 Architecture de la plateforme METROPERF_CJU __________________________________________ 53Figure 17: Organigramme du module Client _____________________________________________________ 54Figure 18: Diagramme de Cas dutilisation Générale _______________________________________________ 59Figure 19: Diagramme de cas dutilisation pour la consultation de létat du réseau ______________________ 60Figure 20: Diagramme de cas dutilisation pour la gestion des utilisateurs et du serveur __________________ 61Figure 21: Diagramme de classe _______________________________________________________________ 63Figure 22: Rapatriement des fichiers et insertion dans la BD ________________________________________ 64Figure 23:Architecture de modélisation sans ORM ________________________________________________ 66Figure 24: Architecture de modélisation avec ORM ________________________________________________ 66Figure 25: Configuration du serveur ___________________________________________________________ 71Figure 26: Page daccueil du serveur lorsquil est lancé _____________________________________________ 71Figure 27: répertoire de Rapatriement et traitement de logs (Alarmes et PM) __________________________ 72Figure 28: Exemple de Fichier dalarme _________________________________________________________ 72Figure 29: Exemple de Fichier de PM ___________________________________________________________ 73Figure 30: Quelques tuples de la table « equipement_alerte » _______________________________________ 73Figure 31: Configuration de la remontée des alarmes par SMS/MAIL_________________________________ 74Figure 32: Une remontée dalarme par SMS _____________________________________________________ 74Figure 33: Page Dauthentification _____________________________________________________________ 75Figure 34: interface daccueil _________________________________________________________________ 76Figure 35: Performances des équipements_______________________________________________________ 77Figure 36: Courbes de performance ESR du port 1_101_1 de l’ADM_CTN pendant une période_____________ 78Figure 37: courbes disponibilité dun port pendant une période ______________________________________ 78Figure 38: courbes de performance SESR pendant une période_______________________________________ 79Figure 39: Alarmes reçus _____________________________________________________________________ 80Figure 40: Rapport de Capacité des ADMs _______________________________________________________ 81Figure 41: Graphe capacité des ADMs du CJUY ___________________________________________________ 81Figure 42: SURPASS hiT 7070 __________________________________________________________________ bFigure 43: Tiroir Optique ______________________________________________________________________ bFigure 44: Liaison BTS-BSC_____________________________________________________________________ bListe des figures et illustrations
  10. 10. GlossaireMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues xAADM Add and Drop Multiplexer (Insertion/Extraction de signauxnumériques)ADSL Asymmetric Digital Subscriber Line (réseau de raccordementnumérique asymétrique)Alignement(Justification)Opération permettant de préserver l’intégralité et la visibilité desaffluentsATM Asynchronous Transfer Mode (Mode de transfert asynchrone)BBTS Base Terminal Station (Station de base)CCAMTEL Cameroon TelecommunicationsCCITT Consultative Commitee for International Telegraphe andTelephone (Comité Consultatif International Télégraphique etTéléphonique)CDMA Code Division Multiple AccessCTN Centre Transmission NumériqueFFEBE Far End Block Error (nombre de blocks reçus erronés)FERF Far End Remote Failure défaut à lextrémité distanteFTP File Transfert Protocol, Protocole de manipulation et de transfertde fichiers à distance.IINFOTEL INFOrmatique et TELécommunicationsISS Institut Supérieur du SahelMMSOH Multiplex Section OverHead (Surdébit de section de multiplexage)NNG-SDH Next Generation Synchronous Digital HierarchyOORM Object Relational MappingPPDH Plésiochrone Digital Hierarchy (Hiérarchie numériqueplésiochrone), Deux signaux sont dits plésiochrones lorsque leursinstants significatifs correspondants se présentent à la mêmecadence nominalePOH Path Other Head (Surdébit de gestion)RRNIS Réseau Numérique à Intégration de ServicesRSOH Regenerator Section OverHead (Surdébit de section deGlossaire
  11. 11. GlossaireMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues xirgénération)RTC Réseau Téléphonique CommutéSSDH Synchronous Digital Hierarchy (Hiérarchie numérique synchrone)SGBD Système de Gestion de Base de DonnéesSMS Short Message ServiceSONET Synchronous Optical NETwork (Réseau Optique Synchrone)STM Synchronous Transport Module (Module de transport synchrone)TTNMS Télécommunication Network Management SystemUUIT-T Union Internationale des Télécommunications Bureau de lanormalisation des télécommunicationsUML Unified Modeling languageVVSAT Very Small Aperture Terminal
  12. 12. Introduction GénéraleMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 12Introductiongénérale
  13. 13. Introduction GénéraleMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 13es réseaux de transmission définissent les chemins permanents permettant detransporter de manière transparente d’un point à un autre les services Voix,Données ou Vidéo. Les nœuds et les liens que nous y trouvons sont utilisés pour créerles conduits avec une bonne qualité de service tout en surveillant cette qualité. Lestechnologies de multiplexage hiérarchique sont utilisées en transmission pour éviter deréserver une ressource physique à un utilisateur et parvenir à une gestion plusmodulaire de la capacité. Les problèmes de propagation du signal dans un guided’onde et bien d’autres événements perturbateurs dus au fonctionnement deséquipements provoquent une détérioration de la qualité du signal. Cette détériorationpeut aller jusqu’à la rupture totale des liaisons.Les tâches de maintenance préventive dans le réseau de transmission permettentd’anticiper sur les incidents (liés aux équipements et conduits) qui pourraient entraînerces perturbations du trafic et donc un grand désarroi chez les clients. La gestion desperformances (Performance Monitoring) du réseau de transmission permet de mesureret quantifier la qualité de la transmission pendant une période donnée. Elle permet àl’opérateur de s’assurer que les indicateurs de qualité (secondes erronées, secondesindisponibles, Blocs erronés, taux d’erreur …) sur chaque conduit ou sur le réseauglobalement respectent les objectifs définis par la norme.C’est dans cet ordre d’idées que s’inscrit ce projet de fin d’études. Projet quej’ai eu l’occasion de mener au sein du Centre des Jonctions Urbaines (CJU) deYaoundé de l’entreprise Cameroon Telecommunications. Le travail à faire consiste àconcevoir et à mettre en œuvre « un outil de gestion des services et de suivi desperformances dans un réseau de transmission : Application à la boucle SDH/FOde Camtel Yaoundé».Le présent mémoire est organisé en cinq chapitres. Dans le premier chapitre,nous parlerons du cadre de travail et du sujet, nous y présenterons égalementl’environnement du stage ainsi que le sujet à traiter. Le second chapitre sera consacréaux rappels sur les techniques de multiplexage PDH et SDH, la Fibre Optique et lesindicateurs de performance dans un réseau de transmission SDH. Le troisième chapitreLIntroduction Générale
  14. 14. Introduction GénéraleMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 14sera réservé à l’analyse de la plateforme à développer, nous y présenterons le cahierdes charges, les protocoles d’acquisition des données et l’architecture de notre systèmeainsi que le diagramme des cas d’utilisation. Le quatrième chapitre s’intéressera à laconception et la réalisation de l’outil. Enfin, le dernier chapitre concerne laprésentation des résultats obtenus et commentaires.
  15. 15. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiqueAperçu et IntroductionMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 15Chapitre 1 : Contexte et ProblématiqueAperçuChapitre 1 : Contexte et Problématique ________________________________________ 151.1 Introduction _______________________________________________________________ 151.2 Présentation de la structure d’accueil : CAMTEL___________________________________ 161.2.1 Bref Historique____________________________________________________________________ 161.2.2 Les services et produits offerts _______________________________________________________ 171.2.2.1 L’Offre aux particuliers__________________________________________________________ 171.2.2.2 L’Offre aux entreprises__________________________________________________________ 181.2.3 Infrastructures et Données Clés ______________________________________________________ 181.2.4 Organigramme Administrative _______________________________________________________ 201.3 Problème posé _____________________________________________________________ 221.4 Objectifs à atteindre_________________________________________________________ 241.5 Méthodologie ______________________________________________________________ 251.6 Conclusion_________________________________________________________________ 261.1 IntroductionCe chapitre nous plonge dans le contexte de l’étude de notre projet et reprendles différentes parties qui seront développées tout au long de notre mémoire. Uneattention particulière sera portée sur la méthodologie et les résultats qui constituentnotre apport personnel.ChapitreChapitreChapitreChapitre1
  16. 16. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiquePrésentation de la structure d’accueil : CAMTELMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 161.2 Présentation de la structure d’accueil : CAMTEL1.2.1 Bref Historiqueamtel est née en 1998 de la transformation de la direction destélécommunications (Ministère des postes et télécommunications) ensociété anonyme à laquelle sajouta lentreprise publique Intelcam, alors en charge descommunications téléphoniques internationales. La filiale de téléphonie mobile,Camtel-Mobil, fut vendue à lopérateur de télécommunication MTN en février2000.Ces changements sont intervenus lors de la libéralisation du secteur destélécommunications au Cameroun.En 2005, la société a lancé le service de téléphonie Mobile CT-Phone, basée surla technologie CDMA. Au cours de l’année 2009, elle a enfin acquis une licenceGSM (principal attrait des investisseurs). Pour ce qui est de la fourniture d’accèsInternet, après l’arrimage du Cameroun au réseau transcontinental du systèmeSAT3/WASC/SAFE (South Atlantic câble N°3/West African Submarine Cable/SouthAfrica Far East) en 2003, CAMTEL a largement densifié son offre Internet aussi bienaux particuliers qu’aux entreprises, parmi lesquelles de nombreux fournisseursd’accès.Figure 1: le câble SAT3/WASC/SAFE (source : www.safe-sat3.co.za, Octobre 2003)Avec le déploiement de la fibre optique sur le territoire national (plus de 5600km de longueur prévu), CAMTEL compte capitaliser sur cette dernière pour réaliserC
  17. 17. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiquePrésentation de la structure d’accueil : CAMTELMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 17une dorsale nationale de transmission appelée « Backbone » qui sera utilisé par tousles opérateurs des télécommunications et surtout qui lui facilitera la mise en place deses réseaux d’entreprises.1.2.2 Les services et produits offertsL’entreprise CAMTEL est l’opérateur public de téléphonie au Cameroun. Aurang des services qu’il fournit, on peut citer principalement :La téléphonie fixe (Avec ou sans fil)La téléphonie mobile type CDMA (Offre « City Phone »)Internet (par Dial-up, ADSL, VSAT, Wireless …)Les réseaux d’Entreprises (lignes spécialisées, VSAT, …)Ces principaux services sont offerts sous deux formes : l’offre aux particulierset l’offre aux entreprises.1.2.2.1 L’Offre aux particuliersL’offre aux particuliers regroupe principalement trois services : la téléphonie,l’accès Internet et les services Internet.La téléphonieLe service de téléphonie regroupe quatre principales offres :Le fixe filaireLe CT PhoneLa télécopie (Fax)Le téléphone de masseL’accès InternetLe réseau Internet est accessible par deux nœuds daccès au Backboneinternational à Douala et Yaoundé à travers le câble sous-marin SAT3 pour un débittotal de 933Mb/s (soit 622Mb/s à Douala et 311Mb/s à Yaoundé).Ce débit est appelé à croître dans un futur proche compte tenu de la demandesans cesse croissante. Les principaux moyens d’accès à Internet offerts par CAMTELaux particuliers sont : le RTC, l’ADSL, le CT Phone, le RNIS et le Wireless.Les cartes prépayées sacquièrent par achat direct auprès des distributeurs oudes Agences Commerciales Camtel. Elles se présentent sous quatre formes : EasyRecharge, Easy call, E@sy Net et A puce.
  18. 18. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiquePrésentation de la structure d’accueil : CAMTELMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 18Les services InternetLes services Internet offerts sont de quatre types :L’allocation des noms de domaine (.tv, .org, .biz, .net, …)La création des sites InternetL’hébergement des sites InternetE-mail persoTous ces services constituent les offres proposés aux particuliers.1.2.2.2 L’Offre aux entreprisesLes offres aux entreprises sont cataloguées comme suit :Solution Téléphonie fixeOffres préférentiellesNuméro vertSolution de MobilitéEasy ProBusiness PrivilegeSolution Internet ProLS filaires (Liaisons Spécialisées) Urbaines et InterurbainesLiaison sans filADSL haut débitSites et applications webHébergement professionnelNom de domaineMessagerie dentrepriseE-publicitéRéseaux dEntrepriseLS NationalesLS InternationalesFaisceau hertzien (VSAT, …)1.2.3 Infrastructures et Données ClésPour faire face aux nombreux besoins des particuliers comme lesentreprises, la CAMTEL est dotée de :
  19. 19. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiquePrésentation de la structure d’accueil : CAMTELMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 19- 47 centraux téléphoniques entièrement numériques et autant de réseaux locauxpour un parc de 153.818 lignes téléphoniques en réseau de câble et 140.946 encommutation. Le programme de modernisation des infrastructures prévoit lextensionde tous les centraux téléphoniques.- 76 concentrateurs permettant doffrir la téléphonie rurale à autant de localités pourune capacité de 10940 lignes.- Un réseau national de transmission en numérisation progressive, composé dunecinquantaine de centres de transmission et denviron 75 stations relais pour unecouverture presque totale du pays.- 3 centres de télécommunications par satellite à Bépanda, Zamengoé et Garouaqui comptent parmi les plus modernes au monde et disposent de stations terriennesgérées par ordinateurs, de deux autocommutateurs numériques pour le transitinternational et un hub pour les systèmes VSAT. Le Cameroun est ainsi relié au restedu monde par numérotation directe automatique.- 2 autocommutateurs électroniques qui assurent le trafic télex national etinternational, auxquels sont reliés 109 centres dexploitation télégraphique.- SAT3- Fibre optiqueEnfin, CAMTEL sest associée aux organismes INTELSAT et INMARSATpour offrir grâce à leurs satellites des solutions de transmission de la voix, desdonnées, et des images par VSAT ou par petites unités portatives.Liaisons d’accèsSatellite Fibre Optique SAT-3Année1998 256Kb/s 02000 5Mb/s 02001 8Mb/s 02002 8Mb/s 02003 8Mb/s 34 Mb/s2004 4Mb/s 34 Mb/s2005 4Mb/s 34Mb/s2006 0 155 Mb/s
  20. 20. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiquePrésentation de la structure d’accueil : CAMTELMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 202007 0 310 Mb/s2008 0 455 Mb/s2009 0 933Mb/sTableau 1: Les capacités d’accès Internet exploitées par Camtel.Ainsi, le débit d’accès à l’international est passé de 8Mbps à un débit de933Mbps entre 2003 et 2009, grâce à la Fibre Optique SAT3.Actuellement, CAMTEL ne dispose pas dautres systèmes de câble deréacheminement du trafic en cas de panne sur la liaison SAT-3. Pour éviter desincidents comme celui vécu en novembre 2007 (coupure de la fibre sous-marineSAT3), le Cameroun a œuvré pour une solution de backup en sinscrivant commemembre du projet WAFS (Câble sous-marin de la côte Ouest de lAfrique).Pour ce qui est des réseaux d’entreprises, grâce à une infrastructure fortementdéployée à l’échelle nationale (des boucles métropolitaines optiques largementdensifiées notamment dans les villes de Douala et Yaoundé et de grandes bouclesinterurbaines) CAMTEL est le principal opérateur au Cameroun actuellement offrantce type de services aux entreprises ou organisations ayant des besoins de raccordementà leurs différents sites. Pour cette offre, son principal client reste l’Etat camerounais(interconnexion des ministères, délégations régionales, …).1.2.4 Organigramme AdministrativePlacée sous la tutelle du MINPOSTEL (Ministère des Postes etTélécommunications), CAMTEL est dotée dun Conseil dAdministration composécomme suit :Un président ;Six membres représentant lÉtat du Cameroun;Un membre représentant le personnel ;Un membre représentant la Commission Technique de Privatisationet des Liquidations.Ce conseil se prononce régulièrement (en conseils ordinaires et extraordinaires)sur les grandes orientations stratégiques de lentreprise. La gestion quotidienne de lasociété est assurée par un Directeur Général assisté de deux Directeurs Générauxadjoints.
  21. 21. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiquePrésentation de la structure d’accueil : CAMTELMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 21Figure 2: Organigramme de CAMTEL
  22. 22. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiqueProblème poséMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 221.3 Problème poséIl ressort de la phase d’imprégnation de notre stage un certain nombre deconstats :La création des services, ou encore l’enregistrement des équipements sefaisait uniquement de façon manuelle dans des registre.La maintenance dans le centre est essentiellement curative et basée surdeux principes : la boucle et la réflectométrie.La boucleCe principe consiste à réaliser des boucles de proche en proche à travers lesrépartiteurs afin de pouvoir déceler exactement sur qu’elle portion de la liaison il y’aproblème.La réflectométriePar rapport à la réflectométrie, il nous permet de mesurer l’état d’une liaison etde ressortir des informations telles que le taux d’erreurs, le niveau du signal enémission et en réception. Cela nous permet également en cas de défaillance(généralement coupure de la fibre optique) de savoir à quelle distance cela s’estproduit. Son principe est résumé sur la figure 3 suivante.Figure 3: Principe de réflectométrie
  23. 23. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiqueProblème poséMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 23On constate également que les alarmes mettent parfois du temps avant deparvenir aux techniciens du centre. Ceci peut causer un certain manquede promptitude et d’efficacité dans les interventions. Il faut surtoutpréciser un défaut d’archivage des alarmes.Au vu et su de tous ces constats, notre problématique peut se résumer en cinqquestions fondamentales qui présentent les manquements du système actuel :Comment automatiser les opérations de gestion des services (création,modification, visualisation, suppression …)?Comment rapatrier (protocole) sur un poste d’exploitation les logs (alarmes etperformances) générés depuis les équipements vers le serveur TNMS ?Comment surveiller de façon automatique l’activité du réseau, analyser saperformance (équipements et surtout les conduits véhiculant des servicesdivers) et signaler les dépassements de seuils ?En d’autres termes comment faire des prévisions sur l’état de fonctionnementdes équipements à partir des statistiques de progression liées auxperformances?Comment remonter une alarme jusqu’au téléphone portable d’un technicien ducentre ?
  24. 24. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiqueObjectifs à atteindreMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 241.4 Objectifs à atteindreLes objectifs fixés dans le cadre de ce projet consistent à proposer une solutionlogicielle permettant de :Communiquer de façon journalière et périodique avec le serveur desupervision TNMS pour rapatrier automatiquement les logs d’alarmes et deperformances.Analyser de façon périodique les logs rapatriés afin de produire des statistiquesdiverses : variation des indicateurs de performances, listing des alarmes dans unintervalle de temps donné pour un équipement..... Ceci dans l’optique de mettreen place une politique de maintenance préventive et de fournir aux techniciensdes pistes d’optimisationFournir des interfaces permettant d’automatiser la gestion des services, desconduits, des fibres et des équipements via des opérations de création,modification, suppression, consultation. Ceci dans le but de produire égalementdes rapports d’état ou d’occupation du réseau et des matrices de trafic quiactuellement se font manuellement.Déclencher des alertes SMS vers les techniciens du centre en cas dedéfaillances majeures dans le réseau ceci dans l’optique de réduire le temps deréaction face à un problème, car les problèmes nous sont généralement signaléspar les responsables des services que nous transportons (Cas du BSS qui nousinforme généralement des BTS qui ne fonctionnement pas).Sauvegarder toutes ces informations dans une base de données pour desbesoins futures.
  25. 25. Chapitre 1 : Contexte et ProblématiqueApproche ou MéthodologieMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 251.5 MéthodologieAu vue de tout ce qui a été présenté dans le contexte, la problématique et lesobjectifs, nous avons entrepris une démarche méthodologique qui s’étend sur lesquatre grandes étapes résumées comme suit :Etape 1• Etudier la politique de maintenance et d’optimisation existante.Etape 2• Etudier globalement les réseaux de transmission et particulièrementceux a base des technologies à hiérarchie numérique synchrone.• Etudier les indicateurs de performance dans les réseaux detransmission numérique.Etape 3• Mettre en place un outil qui permetttra dautomatiser :• la Gestion des services, équipements, conduits, et fibres.• la Gestion des performances avec la possibilité de produire desstatistiques et des rapports.• la Gestion des alarmes avec la possibilité de remontée automatique desalarmes par SMS.Etape 4• Effectuer des tests pour la validation de lapplication.• Formuler les perspectives.
  26. 26. Chapitre 2 : GénéralitésConclusionMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 261.6 ConclusionDans ce premier chapitre, nous avons présenté le cadre de ce projet de find’études ainsi que le sujet à traiter qui est le « développement d’un outil pour lagestion des services et le suivi des performances des liens Optiques SDH ». Dansle chapitre suivant il sera premièrement question d’étudier le support de transmissionfibre optique. Deuxièmement d’étudier les techniques de multiplexage PDH, SDH.Troisièmement de passer en revue la topologie, les indicateurs de performances et lasupervision dans un réseau SDH.
  27. 27. Chapitre 2 : GénéralitésAperçu et IntroductionMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 27Chapitre 2 : GénéralitésAperçuChapitre 2 : Généralités _____________________________________________________ 272.1 Introduction _______________________________________________________________ 272.2 Les supports de transmission dans les réseaux Métropolitains : cas de la Fibre Optique___ 282.2.1 Les trois types de fibre optique ____________________________________________________ 282.3 Les techniques de multiplexage________________________________________________ 302.3.1 La hiérarchie numérique plésiochrone_________________________________________________ 302.3.1.1 Les insuffisances de la PDH ______________________________________________________ 302.3.2 La hiérarchie numérique synchrone ___________________________________________________ 312.3.2.1 Définition des éléments de la hiérarchie synchrone________________________________ 332.3.3 Architecture et équipements d’un réseau SDH : Cas CAMTEL ____________________________ 362.3.3.1 Architecture _______________________________________________________________ 362.3.3.2 Les équipements ___________________________________________________________ 372.3.3.3 Les services Véhiculés dans la boucle Métropolitaine ______________________________ 412.3.4 Les indicateurs de performance d’un réseau de transmission____________________________ 422.3.5 Les alarmes dans un réseau SDH ___________________________________________________ 462.4 Conclusion_________________________________________________________________ 492.1 IntroductionCe Chapitre décrit les généralités en relation avec notre projet. En effet il seratout d’abords question de présenter le support de transmission fibre Optique, en suitede mettre en évidence les techniques à hiérarchie numérique plésiochrone etsynchrone, enfin de ressortir les indicateurs de performances et les alarmes dans lesréseaux de transmission.ChapitreChapitreChapitreChapitre2
  28. 28. Chapitre 2 : GénéralitésLes supports de transmission dans les réseaux Métropolitains : cas de la Fibre OptiqueMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 282.2 Les supports de transmission dans les réseauxMétropolitains : cas de la Fibre OptiqueLe réseau de transmission SDH de CAMTEL utilise comme support physiquepour relier ses MIE des fibres optiques monomodes. La fibre optique est un supportphysique de transmission permettant la transmission de données à haut débit grâce àdes rayons optiques. La fibre optique est constituée de trois éléments :Le cœur, partie de la fibre optique servant à la propagation des rayonslumineux ;La gaine optique, entourant le cœur, constitué d’un matériau dont l’indice deréfraction est inférieur à celui du cœur, de telle manière à confiner lapropagation des rayons lumineux ;Le revêtement de protection, chargé de protéger la gaine optique desdégradations physiques.2.2.1 Les trois types de fibre optiqueLa fibre à saut dindice constituée dun cœur et dune gaine optique en verre dedifférents indices de réfraction. Cette fibre provoque de par limportante sectiondu cœur, une grande dispersion des signaux la traversant, ce qui génère unedéformation du signal reçu. Elle est généralement utilisée pour de courtesdistances (LAN et MAN) tout comme la fibre à gradient d’indice. L’émetteurutilisé ici est la LED.La fibre à gradient dindice dont le cœur est constitué de couches de verresuccessives ayant un indice de réfraction proche. On sapproche ainsi duneégalisation des temps de propagation, ce qui veut dire que lon a réduit ladispersion nodale. Bande passante typique 200-1500Mhz par km. Cest ce typede fibre qui est utilisé à lintérieur des bâtiments de lUniversité (62.5/125) etentre certains sites desservis par les PTT (50/125).La fibre monomode dont le cœur est si fin que le chemin de propagation desdifférents modes est pratiquement directe. La dispersion nodale devientquasiment nulle. La bande passante transmise est presque infinie (> 10Ghz/km).Cette fibre est utilisée essentiellement pour les sites à distance (réseaux MAN et
  29. 29. Chapitre 2 : GénéralitésLes supports de transmission dans les réseaux Métropolitains : cas de la Fibre OptiqueMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 29WAN). Le petit diamètre du cœur (10um) nécessite une grande puissancedémission, donc des diodes au laser qui sont relativement onéreuses.Figure 4: Propagation de la lumière dans les trois types de fibreLe réseau de transmission SDH utilise comme support physique pour relier sesMIE des fibres optiques monomodes, correspondant à la recommandation G.652 del’IUTT. La fibre optique utilise les longueurs d’onde autour de 1300nm et 1550nm.
  30. 30. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 302.3 Les techniques de multiplexageLe multiplexage consiste à faire passer plusieurs affluents sur un même tronçonde réseau. On distingue ici deux techniques de multiplexage :2.3.1 La hiérarchie numérique plésiochroneLa première technique de multiplexage numérique utilisée fut la techniquePlesiochronous Digital Hierarchy (PDH). Dans cette technique, les signauxélémentaires sont multiplexés sans tenir compte de leur ordre d’arrivée. Le signal hautdébit obtenu est donc un mélange non ordonné de signaux bas débit ; il est impossibled’identifier directement un signal bas débit dans le train haut débit. Pour retrouver lesignal bas débit, on est donc obligé d’effectuer les étapes inverses du multiplexage(démultiplexage) ce qui est coûteux en équipement et en probabilité d’erreursmatérielles. C’est une limitation forte de cette technique.Dans ce mode, à chaque niveau sont insérés :Un mot de verrouillage de trame,Des bits de justification de niveau de multiplexage,Des signaux de service.La technique est « transparente », c’est-à-dire qu’elle ne fait pas d’hypothèsesur la trame et la nature du signal.2.3.1.1 Les insuffisances de la PDHCette technique, par ailleurs éprouvée, comporte cependant les limitations indiquéespar la Figure 5Figure 5: Les débits plésiochrone définis par lUIT. Ref.[3]En ce qui concerne les débits, les débits maxima normalisés se limitent à 140 Mbit/s.
  31. 31. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 31La technique PDH est une technique de point à point, et non une technique deréseau et qui conduit en outre à démultiplexeur à chaque point de service lesdébits élémentaires pour les extraire, ce qui se traduit en des appareillagescompliqués et coûteux,La technique PDH ne permet pas une organisation du réseau en anneaupermettant d’obtenir des disponibilités de service importantes,La technique PDH ne prévoit pas l’existence de canaux de gestion et ne permetpas une centralisation de l’exploitation d’un réseau nationalLa technique PDH ne permet pas l’interconnexion optique entre interfaceprovenant de constructeurs différents, car elle est sur 3 normes différentes(AINSI aux USA, CEPT en EUROPE, et celle du Japon)2.3.2 La hiérarchie numérique synchroneLe réseau de transmission numérique actuel était basé sur l’utilisation de lahiérarchie numérique plésiochrone. Cette technique s’est montrée, au fil des années,quelque peu limitée. En effet, l’évolution des débits des différents services, les besoinsen flexibilité du réseau de transmission, la nécessité d’améliorer les fonctionsd’exploitation et de maintenance, l’augmentation continue de la capacité detransmission sur fibre optique et le besoin d’interconnexion entre opérateurs à desdébits élevés et normalisés. Tous ces éléments ont montré les limitations de lahiérarchie actuelle et ont conduit à la normalisation de la hiérarchie numériquesynchrone (SDH). Celle-ci, fondée sur les concepts de Synchronous Optical NETwork(SONET), proposés par Bellcore en 1985, constitue une évolution importante desréseaux de transmission. Les travaux de normalisation ont été lancés en 1986 auCCITT. En 1988, un premier consensus permettait de définir les grands principes debase de la norme SDH. Les travaux n’ont pas cessé depuis et se poursuiventaujourd’hui en particulier sur les architectures du réseau, sa modélisation et sa gestion.La SDH introduit de nouvelles possibilités dans les réseaux de transmission :Souplesse accrue par la possibilité d’extraire ou d’insérer directement un signalconstituant du multiplex de ligne.
  32. 32. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 32Facilités d’exploitation et de maintenance : des débits importants sont réservésà ces fonctions.Possibilité d’évolution vers des hauts débits : les trames synchrones haut débitssont construites par multiplexage synchrone de l’entité de base. Cette entité debase définit implicitement toutes les trames haut débit, la limitation n’est plusque technologique.Interconnexion de systèmes à haut débit facilitée par la normalisation de latrame de ligne et des interfaces optiques correspondantes.Architectures de réseaux assurant la sécurisation contre les défauts de ligne oud’équipement.La modularité des équipements SDH est plus adaptée aux progrès de latechnologie des équipements plésiochrone.Les éléments de base du multiplexage SDHLes trains de signaux incorporés dans la trame synchrone, à savoir 1,5 ou 2Mbit/s, admis cependant dans cette trame avec des déphasages dus aux temps depropagation ou aux déphasages entre horloges. La trame comporte 270 colonnes de 9octets, expédiés toutes les 125s, soit 8000 fois par seconde ou un débit de 155,520Mbit/s. 9 colonnes d’octets sont réservées à la gestion de la section de multiplexagequi a donc une « charge utile » (payload) de 2349 octets (9 lignes et 261 colonnes).L’originalité de la technique SDH est l’utilisation de « pointeurs » et de la« justification » positive, négative ou nulle, permettant de préserver l’intégralité et lavisibilité des affluents. Le pointeur repère à chaque instant l’adresse de l’informationutile dans la trame STMn.Figure 6: Principe de Justification dans le SDH
  33. 33. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 332.3.2.1 Définition des éléments de la hiérarchie synchroneLe conteneur Cn, le conteneur virtuel VCnLes signaux plésiochrones sont insérés dans un conteneur désigné selon sa« charge » comme nous montre le Tableau suivant:Dénomination Débit (Mbits/s)C11 1,544C12 2,048C2 6C3 34,368 ou 44,736C4 139,264Tableau 2: Les différents containers CnComme illustre la Figure 7, un sur-débit de conduit, « Path Overhead » (POH-utilisé pour la gestion du conteneur), est associé au conteneur Cn pour former leconteneur virtuel VCnFigure 7: Construction dun Conteneur Virtuel. Ref [3]Cest le conteneur virtuel VC qui est lentité gérée par le réseau SDH comme illustrédans la figure 8 suivanteFigure 8: Gestion du VCn dans un réseau SDH. Ref [3]
  34. 34. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 34Les VCn d’ordres 11, 12 et 2 sont dits d’ordre inférieur (LOP, Low Ordre Path), lesVCn d’ordre 3 et 4, sont dits d’ordre supérieur (HOP, High OrdrePath).L’unité affluent (TU), le groupe d’affluents (TUG) et l’unitéd’administration (AU), le Groupe d’AU, trame d’ordre nL’unité d’affluent, Tributary Unit (TU), se compose d’un conteneur virtueld’ordre inférieur et d’un pointeur PTR qui indique l’emplacement du VCn dans leconteneur d’ordre supérieur. (TUn = VCn + PTR).Un groupe d’unités d’affluents (TUG) est un multiplex temporel d’unitésd’affluents TU 1,2 ou 3 multiplexés entre eux. Ainsi le TUG 2 regroupe 4 TU 11 ou 3TU 12 ou 1 TU 2. Un TUG 3 regroupe de même 7 TU 2 ou 1 TU 3.L’unité d’administration (AU) se compose d’un conteneur virtuel d’ordresupérieur associé à un pointeur d’AU. La valeur de ce pointeur indique l’emplacementdu début du conteneur dans la trame STMn utilisée.Un groupe d’unité d’administration n’est pas une nouvelle entité physique, maisseulement une structure virtuelle de trame. L’AUG correspond à la place que doitoccuper l’AU-4 dans la trame de transport ou à la place de 3 unités d’ordre 3multiplexées. Les trames de transport STM sont obtenues en multiplexant n AUG et enajoutant un sur débit de section SOH (Section Overhead).Figure 9: Structure du multiplexage Synchrone. Ref [4]
  35. 35. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 35La trame de base du SDHLa trame de base est donc caractérisée par :Sa longueur 2430 octets,Sa durée 125 µs,son débit 155,520 Mbit/s,Sa capacité utile 2349 octets.Elle se décompose en trois zones représentées ci-dessous :Surdébit de section, divisé en surdébit pour la section de régénération(RSOH) et sur débit de section de multiplexage (MSOH),RSOH (Regenerator Section Overhead) : elle contient lesinformations sur les éléments de liaisons et est utilisée pourdialoguer avec et entre les régénérateurs. Il s’agit notamment dumot de verrouillage de trame, la surveillance des erreurs.MSOH (Multiplex Section Overhead) : La Section deMultiplexage de l’entête contient les informations nécessairespour le dialogue entre les multiplexeurs.La Figure 10 présente les limites des sections RS, MS et VC sur le réseau SDHFigure 10: Limite des RS, MS, VC sur le réseau SDH.RS= Regenerator Section (Section de Régénération)MS= Multiplex Section (Section de Multiplexage)VC= Virtual Container (Conteneur Virtuel)Les pointeurs d’AU,Les charges utiles VC 4, une pour STM1, 4 pour STM 4 ou 16 pourSTM 16La Figure 11 présente en détail l’organisation de la trame STM1 :
  36. 36. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 36Figure 11: Organisation de la trame STM12.3.3 Architecture et équipements d’un réseau SDH : Cas CAMTEL2.3.3.1 ArchitectureLa SDH, en tant que technique de multiplexage, permet d’associer des débitsincidents pour former un débit supérieur, plus facile à transmettre et à gérer dans leréseau de transmission. Cette hiérarchie numérique synchrone a donc été mise en placeà CAMTEL dans le but d’unifier les structures réseaux sur le plan national et mêmeinternational, aussi dans le but de réduire les coûts de management des réseaux etd’éliminer les inconvénients de la hiérarchie PDH qui ne permettait pas cettesimplification et normalisation.Le réseau de transmission SDH de CAMTEL est constitué par un réseauinterurbain encore appelé Backbone et de deux réseaux métropolitains dans les deuxgrandes villes du Cameroun, Douala et Yaoundé. L’architecture du réseaumétropolitain de Yaoundé est un anneau bidirectionnel à deux fibres permettant letransport des services divers dans la région du centre. Ce sont des fibres monomodesrépondant à la norme G652 composés d’un câble à 3 tubes de 6 brins chacun. Selon lesynoptique de la Figure 12 ci-dessous, nous avons des fibres de 18 brins pour chacunedes directions.
  37. 37. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 37Figure 12: Boucle Métropolitaine SDF/FO Siemens de Camtel Yaoundé2.3.3.2 Les équipementsLes équipements de la SDH sont de 4 types :Les régénérateurs ou répéteurs pour amplifier le signal afin qu’il garde unniveau raisonnable nécessaire à une bonne interprétation à l’arrivée.Les multiplexeurs, on distingue 2 cas :Les multiplexeurs terminaux (MTS) ou d’accès qui sont utilisés pour laprojection et le multiplexage des affluents PDH, des affluents produitspar d’autres standards (ADM, …) et des affluents SDH pour produits destrames STMnLe hub multiplexeurs pour l’interconnexion des trafics transportés surdes fibres ou des anneauxLes ADM (Add and Drop Multiplexer) ou MIE (Multiplexeur à Insertionou Extraction) extraient ou injectent aisément un affluent dans un multiplex.On distingue du côté réseau dopérateur, les agrégats et du côté réseau dabonné,les affluents
  38. 38. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 38Figure 13: Principe dun ADMLes DXC (Digital Cross Connect) ou brasseurs numériques sont charge deréarranger les affluents dans les trames STMn et de commuter les signaux desmultiplex d’entrée dans les multiplex de sortieLa Figure 14 suivante présente une utilisation de ces équipements dans un réseaucomplet :Figure 14: Exemple dun réseau SDH. Ref [4]
  39. 39. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 39Dans la boucle métropolitaine, le logiciel installé dans les moniteurs desupervision est le TNMS (Télécommunications Network Management System). LeTNMS est le système de gestion pour les équipements optiques de nouvelle générationde la famille SURPASS de l’équipementier Siemens. Il prend en compte tous lesaspects de la gestion des réseaux de la couche élément à la couche business en passantpar les couches réseau et service. En d’autres termes, il assure les fonctionnalitéssuivantes :Gestion des configurations (Cross Connect etc.)Gestion des alarmes (LOS, AIS, RDI, LOF, LOP …)Gestion des éléments du réseauGestion de la sécurité (Protection)Gestion des connexions à l’équipementLe composant central de la famille des produits TNMS est le TNMS-Core quifournit une gestion intégrée et centralisée des réseaux optiques multiservices sur lescouches de gestion de l’élément, du réseau, et des services. Il est installé à CAMTELpour le HiT 7070 sous la version 10.0.18.3. Une des variantes de la famille des TNMSest le TNMS-M installé pour les HiT7060 (comme dans le cas du centre deNKOLBISSON).Les tableaux 4 et 5 présentent les types de cartes installées dans le système SDHde CAMTEL :Nom : SURPASS HiT 7070Equipementier SiemensNMS/EMS TNMS-Core 10.0.18.3N° Type Description1 IF2M Interface de 63 ports E1 (électriques)2 IF345 Interface de 3 ports E3 (électriques)3 IFO155M Interface de 8 ports STM-1 (optiques)4 IFQ622M Interface de 4 ports STM-4 (optiques)5 IFS2G5B Cartes de 1 STM-16 (optique)
  40. 40. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 406 SF10G Carte de commutation bas niveau (ou de cross connect)7 SF160G Carte de commutation haut niveau8 LSU Carte d’interruption (en protection)9 CLU Horloge interne10 SCOH Carte contrôleur principale11 LNQ Carte de connexion aux shelfs d’extension12 FAN Unit Système de ventilation13 FMX Interface bas débit N*64 Kbps ; sortie 2MbpsTableau 3: Les cartes du HIT 7070Nom : SURPASS HiT 7060Equipementier SiemensNMS/EMS TNMS-M 10.3N° Type Description1 LC5, LC4 Interface client 63*E1 électrique2 EC1, EC2 Interface client 3*E3/DS3 électrique3 LC2, LC3 Interface ligne 2*STM1 optique4 CC1& CC2 Cross Connect and Timing Function Card [70G/5G]5 PW1 &PW2Panneau d’alimentation6 SC System Controller7 FAN Tray Système de ventilation8 FMX Interface bas débit N*64 Kbps ; sortie 2MbpsTableau 4: Les Cartes du HIT 7060Le système SDH de CAMTEL prévoit qu’en cas de coupure de ligne, le signalest automatiquement réacheminé sur un secours. Nous avons donc deux types deconfiguration pour la sécurité du trafic dans nos réseaux métropolitains : uneprotection ligne EPS 1+1 et une protection de multiplexage MSP 1+1 (MultiplexSection Switching 1+1).
  41. 41. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 412.3.3.3 Les services Véhiculés dans la boucle MétropolitaineLe réseau SDH/FO de Camtel donne accès à trois types de services :Les services supports pour le transport d’information de bout en bout entredeux interfaces, il y a le service téléphonique (transport des circuits vocauxMIC) et le service numérique (transport des flux variables tels qu’ATM ouTVHD après conversion)Les télé-services il s’agit des services tels que la vidéoconférence et lavisiophonieLes compléments de services correspondent à un enrichissement de l’offretéléphonique. Ces prestations donnent lieu à facturation.
  42. 42. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 422.3.4 Les indicateurs de performance d’un réseau detransmissionLa Recommandation UIT-T G.826 définit un ensemble d’événements liés auxcaractéristiques d’erreur basées sur la notion de bloc et des paramètres destinés aucontrôle en service des caractéristiques d’erreur d’un conduit SDH.Bloc erroné, EB (Errored Block) : Bloc dont un ou plusieurs bits sont erronés.A savoir qu’un bloc est un ensemble de bits consécutifs associés au conduit,chaque bit appartenant à un bloc et un seul. Des bits consécutifs peuvent ne pasêtre contigus dans le temps.Seconde erronée, ES (Errored Second) : Période d’une seconde comportantun ou plusieurs blocs erronée ou au moins un défaut et pendant laquelle uneperte du signal (Loss Of Signal) ou un signal d’indication d’alarme AIS (AlarmIndication Signal) est détecté.Seconde gravement erronée, SES (Severely Errored Second) : Période d’uneseconde comportant un taux de blocs erronés supérieur ou égal à 30% ou aumoins un défaut. L’ensemble des secondes gravement erronées est un sousensemble des secondes erronées.Des secondes gravement erronées peuvent conduire à des périodesd’indisponibilité, en particulier lorsqu’aucune procédure de restauration/protectionn’est pas utilisée. Des périodes de T secondes gravement erronées consécutives 2<=T<10 (certains opérateurs de réseaux désignent ces événement des pannes) peuventaffecter gravement le service ; elles peuvent, par exemple, entrainer la déconnexiondes services commutés.Seconde indisponible, UAS (Unavailable Seconde) : Une UAS est uneseconde qui fait partie d’une période d’indisponibilité.Bloc erroné résiduel, BBE (Background Block Error) : Bloc erronésurvenant en dehors d’une seconde gravement erronée.
  43. 43. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 43La définition de la taille de bloc et des événements liés aux caractéristiquesd’erreur pour la section multiplex (MS, Multiplex Section) en mode SDH et la sectionde régénération (RS, Regenerator Section) est présentée dans la RecommandationUIT-T G.829. Chaque direction d’un conduit peut se trouver dans l’un des étatssuivants : temps de disponibilité et temps d’indisponibilité. Les critères quidéterminent la transition entre les deux états sont indiqués ci-après. Une périoded’indisponibilité commence au début d’événements de 10 secondes gravementerronées consécutives. Ces 10 secondes font partie du temps d’indisponibilité.Une nouvelle période de disponibilité commence au début d’événements de 10secondes consécutives ne comportant pas de seconde gravement erronée. Ces dixsecondes font partie du temps de disponibilité. Un conduit est disponible si, etuniquement si, les deux directions sont disponibles. Les paramètres de disponibilitédéfinis sont le taux de disponibilité (AR, Availability Ratio) et la durée moyenne entreinterruptions de conduit numérique, Mo. Le complément à 1 du taux AR est le tauxd’indisponibilité (UR, Unavailability Ratio). Ainsi, AR+UR = 1. L’inverse de Mo estdéfini comme étant la fréquence d’interruption (OI, Outage Intensity). Ainsi, Mo=1/OI. Mo représente le nombre de périodes d’indisponibilité par an.De ces évènements caractéristiques d’erreurs, l’UIT –Réf [5]- définit lesparamètres caractéristiques d’erreur comme suit :Le taux de secondes Erronées ESR (Errored Seconds Ratio), donnée par larelation :∑avec , le temps total de disponibilité de la liaisondurant la période d’observation;Le taux de Secondes Sévèrement Erronées SESR (Severely Errored SecondsRatio), donnée par la relation :∑Le taux de blocks de résiduels Erronées BBER (Background Block ErrorRatio), donnée par la relation : ∑avec le nombre total deblocks dans la période de disponibilité de la liaison. Ce paramètre s’appliqueuniquement aux conduits
  44. 44. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 44Le tableau 6 présente les caractéristiques cibles pour un conduit numérique inférieurou égal à 27000 Km tel que défini par l’UIT:DEBITS NOMBRE DE BITSPAR BLOCESR SESR BBER64 Kbits/s au débitprimaireNon applicable 0.4 0.002 Nonapplicable1.5 à 5 Mbits/s 800-5000 0.4 0.002 2x105 à 15 Mbits/s 2000-8000 0.5 0.002 2x1015 à 55 Mbits/s 4000-20000 0.075 0.002 2x1055 à 160 Mbits/s 6000-20000 0.16 0.002 2x10160 à 3500 Mbits/s 15000-30000 Passpécifié0.002 10Tableau 5: Caractéristiques cibles des paramètres derreur. Réf [5]L’IUT –Réf [5]- nous propose également un diagramme illustrant la détectiondanomalies, de défauts ES et SES. Ce diagramme est expliqué avec les notessuivantes :NOTE 1 - La détermination des temps dindisponibilité introduit un retard dedix secondes. Ce délai doit être considéré lors du comptage BBE, ES et SES.NOTE 2 - cES, cSES et cBBE des chiffres de ES, SES, BBE, respectivement.Ces chiffres sont remis à zéro au début dune période de mesure.NOTE 3 - EB est le nombre de blocs défectueux au sein dune EB% tandis queES représente la proportion de blocs erronées au sein dune ES par rapport aunombre de blocs par seconde.NOTE 4 – Les paramètres G.826 peuvent être évalués au cours ou à la find’une période de mesure P comme suit, en tenant compte des secondesd’indisponibilté (UAS):BBER = cBBE / [(P - SAMU - cSES) «blocs par seconde »]ESR = EC / (P - UAS)SESR = cSES / (P - UAS)
  45. 45. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 45NOTE 5 - Dans le schéma simplifié, aucune mesure nest prise si le chemin estdans létat dindisponibilité. Cest parce que le schéma ne tient pas compte de latransition entre les états de disponibilité, alors quen réalité, les compteursdévénements doit être modifiée de manière rétrospective. Dans la pratique, lestatut de seconde (soit exempt derreurs, ES ou SES) doit toujours êtredéterminé avant un test qui est effectué sur le statut de disponibilité dune voie.En dautres termes, les événements derreur sont toujours détectéindépendamment du fait que le chemin est disponible ou non - que le comptagedes événements est inhibée pendant des périodes dindisponibilité pour les finsde suivi de la performance à long terme. Ce processus se traduit parl’organigramme bien que les actions qui en découlent sur les changements détatde disponibilité n’y sont pas.
  46. 46. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 46Figure 15: diagramme illustrant la détection danomalies, de défauts ES et SES. Ref [5]2.3.5 Les alarmes dans un réseau SDHUne alarme est toute condition de défaut (défaut logiciel, défaut matériel, défauttransitoire) qui apparait (disparait) dans un équipement. C’est généralement unmessage renvoyé par les ressources réseau qui ont détectés des défaillances concernantleur état. Une alarme est définit par l’usage d’un certain nombre de paramètres àsavoir :Le problème spécifique (Specific Problem)
  47. 47. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 47Ce paramètre lorsqu’il est remonté donne de façon un peu plus fine la cause del’alarme. Il est soit un ensemble d’entier ou un ensemble d’objets identifiables.La cause probable (Problem Cause)Ce paramètre définit la cause probable de l’alarme, sa valeur appartient à un ensemblede valeur possibles définit dans les recommandations X.721, M3100Le nom de la ressource (Friendly Name)Ce paramètre identifie la ressource qui a généré l’alarmeL’instant de l’évènement (Event Time)Le type de l’évènement (Event Type)Ce paramètre définit le type de problème référencé par cette alarme.Le tableau 7 présente les différents types d’évènements et leur descriptionType d’évènement IndicationsCommunication Un problème avec un processus ou une procédure utilisé pourenvoyer de l’informationQualité de service Dégradation de la qualité de service dans le réseauErreur de traitement Un logiciel ou un défaut de traitementEquipement Un équipement en défautenvironnement Un problème dans l’environnement contenant l’équipementTableau 6: Les types dévènementLa sévérité (severity)Le niveau de sévérité indique à quel niveau l’objet managé affecte le réseau. Il existe 4niveaux de sévérité détaillés dans le tableau 8 :Sévérité DescriptionCritical Un défaut sérieux qui requiert une action correctrice immédiate.Exemple : Un objet supervisé est hors serviceMajor Un défaut qui requiert une action correctrice urgente. Exemple :sévère dégradation dans les opérations d’un objet superviséMinor Un défaut qui n’affecte pas le service mais qui nécessite une actioncorrectrice pour éviter des dommages plus sérieuxWarning Détection d’une potentielle condition de défaut. Une action doit être
  48. 48. Chapitre 2 : GénéralitésLes techniques de multiplexageMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 48prise pour diagnostiquer et corriger le problème pour éviter desdommagesTableau 7: Sévérité des alarmesGrâce aux octets den-tête (MSOH, RSOH et POH) de la trame de base, unréseau SDH peut transporter un grand nombre dalarmes. Lexploitant dispose donc denombreuses sources de diagnostique. La liste non exhaustive des alarmes est donnéecomme suit :LOS: Loss of Signal. Absence de signalAIS : Alarm Indication Signal (MS-AIS, PATH-AIS...)RDI : Remote Defect Indication (Erreur venant du distant)LOF: Loss of FrameLOP: Loss of PointerMismatch C2 : la structure reçue nest pas celle attendueMismatch J1 : lidentifiant reçu nest pas celui attenduetc...
  49. 49. Chapitre 2 : GénéralitésConclusionMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 492.4 ConclusionDans ce chapitre il a été question de passer en revue les généralités relatives ànotre travail, à savoir, la transmission par Fibre Optique, les techniques demultiplexage SDH et PDH, l’architecture des réseaux SDH avec tout en insistant surles indicateurs de performances et les types d’alarmes possibles. Apres avoir présentécela, nous pouvons à présent nous intéresser à l’analyse de notre application, c’est cequi fera l’objet du chapitre suivant.
  50. 50. Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : AnalyseAperçu et IntroductionMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 50Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestiondes services et suivi des performances :AnalyseAperçuChapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivi des performances :Analyse __________________________________________________________________ 503.1 Introduction _______________________________________________________________ 503.2 Analyse de l’outil de gestion des services et suivi des performances __________________ 513.2.1 Rappel du cahier des charges ________________________________________________________ 513.2.1.1 Besoins fonctionnels ___________________________________________________________ 513.2.1.2 Besoins non fonctionnels________________________________________________________ 523.2.2 Protocole d’acquisition des données __________________________________________________ 523.2.3 Architecture de la plateforme________________________________________________________ 533.2.3.1 Module de rapatriement des données_____________________________________________ 543.2.3.2 Module de traitement et mise dans la Base de Données_______________________________ 543.2.3.3 Module de remontée des alarmes par SMS _________________________________________ 553.2.3.4 Module de présentation des données aux utilisateurs ________________________________ 553.3 Conclusion_________________________________________________________________ 563.1 IntroductionApres avoir présenté les généralités sur les réseaux de transmission, lestechniques de multiplexage, les indicateurs de performance, il est à présent questionproposer une analyse du cahier des charges à atteindre. Ceci afin de produire unearchitecture qui nous permettrait de respecter les contraintes fonctionnelles et nonfonctionnelles.ChapitreChapitreChapitreChapitre3
  51. 51. Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : AnalyseAnalyse de l’outil de gestion des services et suivit des performancesMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 513.2 Analyse de l’outil de gestion des services et suivi desperformancesLe TNMS présente à ce jour des limites. La détection et la gestion desressources disponibles , telle qu’elle est faite actuellement , passe par la manipulationd’une multitude de fichiers textes, extrait manuellement sur le TNMS puis traitesmanuellement, ceci avec des risques d’erreur.Par ailleurs le suivi de la qualité des liaisons s’effectue par extraction du TNMSde la liste des alarmes suivi d’un traitement manuel de ces alarmes et production desrapports ; vraiment fastidieux et inefficace quand on sait qu’il peut y avoir à unmoment donné près de 10 000 alarmes a traites dans le réseau. A cela il faut ajouterl’impossibilité de produire efficacement des rapports sur des services et capacités deséquipements car cela jusqu’à ce jour se fait manuellement dans des registres.Ceci étant le cahier des charges et l’analyse suivante va essayer de répondre aumieux aux préoccupations suscitées3.2.1 Rappel du cahier des chargesPlusieurs contraintes posées d’une part par l’entreprise, et d’autre part parl’application elle-même, ont permis de dégager les besoins fonctionnels et nonfonctionnels suivants :3.2.1.1 Besoins fonctionnelsL’outil à développer doit répondre à plusieurs exigences dont les plusimportantes sont les suivantes :Communiquer de façon journalière et périodique avec le serveur pour un soucide rapatriement automatique des logs d’alarmes et performances.Analyser de façon quotidienne les logs rapatriés afin de produire desstatistiques diverses : variation des indicateurs de performances, listing desalarmes dans un intervalle de temps donné pour un équipement, un conduitdonnés ... Ceci dans l’optique de mettre en place une technique de maintenancepréventive et de fournir aux techniciens des pistes d’optimisation.Fournir des interfaces qui permettrons d’automatiser la gestion des services,conduits, fibre et équipements via des opérations de création, modification,
  52. 52. Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : AnalyseAnalyse de l’outil de gestion des services et suivit des performancesMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 52suppression, consultation. Ceci dans le but de produire également des rapportsd’état ou d’occupation du réseau et des matrices de trafic ce qui actuellement sefait manuellement.Déclencher une alerte SMS vers les techniciens du centre en cas de défaillancesmajeurs dans le réseau ceci dans l’optique de réduire le temps de réaction face àun problème, car les problèmes nous sont (dans le centre des jonctionsurbaines) généralement signalés par les responsable des services que noustransportons (Cas du BSC qui nous informe généralement des BTS qui nefonctionnement pas car notre transmission n’est pas bonne).Sauvegarder toutes ces informations dans une base de données pour des besoinsfutures.3.2.1.2 Besoins non fonctionnelsL’application doit être modulaire pour assurer sa maintenance et sonextensibilité afin de pouvoir l’adapter à des besoins futurs. L’utilisation de cet outildoit être simple et présenter une interface conviviale et compréhensible par lesemployés du Centre des Jonctions Urbaine et du centre de supervision des réseaux. Letemps de réponse aux requêtes des utilisateurs doit être acceptable.3.2.2 Protocole d’acquisition des donnéesL’application TNMS Core étant installée sur un serveur Windows Server 2003doté du SGBDR Microsoft Windows Server SQL, il se présente deux possibilités derapatriement automatique.Transfert par protocole FTP : Il s’agit de configurer le poste qui héberge leTNMS en serveur FTP. Il sera question via le TNMS coreSysAdmin deparamétrer les sauvegardes vers un répertoire précis qui servira également derépertoire principal pour le service FTP. C’est dans ce répertoire que le clientFTP de notre plateforme viendra récupérer les fichiers logs pour rapatriementTransfert par réplication de la Base de données centrale du TNMS : Cettesolution serait vraiment idéale, mais il s’avère que le constructeur n’a pas donnél’architecture de sa Base de données et vue la fragilité et la haute importance duTNMS, il sera judicieux de ne pas attaquer directement sa base de donnée.Nous proposerons de ce fait, la première solution, celle par protocole FTP.
  53. 53. Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : AnalyseAnalyse de l’outil de gestion des services et suivit des performancesMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 533.2.3 Architecture de la plateformeLa mise en place de la plateforme a été abordée de façon modulaire suivant unconcept Client-Serveur comme l’illustre l’architecture présentée par la Figure 16.Figure 16 Architecture de la plateforme METROPERF_CJUCette architecture comprend un client et un serveur qui reposent sur 4 modulesà savoir :Du coté serveur, METROPERF_CJU_Server:Un module de rapatriement des données.Un module de traitement et mise dans la Base de Données.Un module de remontée des alarmes pas SMS.Du coté Client, METOPERF_CJU_Client :
  54. 54. Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : AnalyseAnalyse de l’outil de gestion des services et suivit des performancesMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 54Un module de présentation des données aux utilisateurs.L’interface graphique de ce module devra respecter l’organisation suivante :Figure 17: Organigramme du module Client3.2.3.1 Module de rapatriement des donnéesLe module de rapatriement des données consiste à récupérer les données parFTP à partir du serveur TNMS et les stocker dans le poste d’exploitation qui estégalement la machine qui héberge notre base de données. Pour cela nous avons installél’application FileZilla Server sur le poste TNMS, créer un utilisateur et orienter lerépertoire de travail de cet utilisateur vers le répertoire ou sont généré les logs par lemodule SysAdmin du TNMS. C’est avec les paramètres de ce compte que notresocket client FTP devra se connecter de façon périodique au serveur TNMS pourassurer le rapatriement vers un répertoire bien spécifier du poste d’exploitation.3.2.3.2 Module de traitement et mise dans la Base de DonnéesLa première partie de ce module est de se rendre dans le répertoire ou a étédéposé le fichier récupéré du serveur TNMS et de les mettre en forme afin de mieuxles intégrer dans la base de données. La deuxième partie consiste à stocker dans la base
  55. 55. Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : AnalyseAnalyse de l’outil de gestion des services et suivit des performancesMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 55de données les informations issus de ces fichiers et d’informer au module de remontéedes alarmes par SMS en cas d’alarme de sévérité crittique.3.2.3.3 Module de remontée des alarmes par SMSCe module est chargé principalement de remonter automatiquement les alarmesqui lui sont envoyés par le module précèdent vers les techniciens du centre. Ilcomprend deux parties :La construction du message à envoyer.L’envoie du message aux exploitants concernés et marqués dans la base dedonnées.L’escalation de l’envoi des SMS selon les temps et les niveaux qui auront étédéfinis3.2.3.4 Module de présentation des données aux utilisateursIl est question ici de présenter les données stocké dans la base de données sousforme d’interface java. De permettre également des opérations diverses sur cesdonnées. Il faut ajouter à cela la gestion des services, des conduits, des fibres, deséquipements et des utilisateurs.
  56. 56. Chapitre 3 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : AnalyseConclusionMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 563.3 ConclusionDans ce chapitre nous avons présenté le cadre de notre application quicomprend une étude de l’existant et une spécification des besoins ainsi que les casd’utilisation de l’application. Pour illustrer la concrétisation de la spécification, lechapitre suivant présente la conception et l’implémentation des différentesfonctionnalités de notre application.
  57. 57. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionAperçu et IntroductionMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 57Chapitre 4 : Réalisation de l’outil degestion des services et suivi desperformances : Conception et réalisationAperçuChapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivi des performances :Conception et réalisation ____________________________________________________574.1 Introduction _______________________________________________________________ 574.2 Conception de l’application ___________________________________________________ 584.2.1 Diagrammes des Cas d’utilisation _____________________________________________________ 584.2.2 Diagramme des classes _____________________________________________________________ 614.2.3 Diagramme de séquences ___________________________________________________________ 644.3 Réalisation de l’application ___________________________________________________ 654.3.1 L’Environnement de travail__________________________________________________________ 654.3.2 Les Choix techniques de réalisation ___________________________________________________ 654.3.2.1 Mapping objet-relationnel_______________________________________________________ 654.3.2.2 Choix du SGBD ________________________________________________________________ 674.3.2.3 Choix du langage de programmation ______________________________________________ 674.3.2.4 Stratégie de remontée automatique des alarmes par SMS _____________________________ 674.4 Conclusion_________________________________________________________________ 694.1 IntroductionCette partie nous permet de présenter les diagrammes UML correspondants et lechoix des outils à utiliser pour l’implémentation effective du travail demandé.ChapitreChapitreChapitreChapitre4
  58. 58. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionConception de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 584.2 Conception de l’application4.2.1 Diagrammes des Cas d’utilisationUn cas dutilisation modélise un dialogue entre un acteur et le système. Cest lareprésentation dune fonctionnalité offerte par le système. Lensemble des casdutilisation forme toutes les façons possibles dutilisation du système. Les principauxobjectifs des cas d’utilisation sont :Permettre de structurer les besoins des utilisateurs et les objectifscorrespondants d’un système.Centrer l’expression des exigences du système sur ses utilisateurs.Se limiter aux préoccupations réelles des utilisateurs : ils ne présentent pas desolutions d’implémentation et ne forment pas un inventaire fonctionnel dusystème.Identifier les utilisateurs du système (acteurs) et leurs interactions avec lesystème.Vu le nombre important des actions du modèle des cas d’utilisation du systèmeet pour des raisons de simplification de la représentation, le modèle va être divisé endiagrammes présentant quelques-unes des diverses fonctionnalités offertes par notreoutil. La Figure 18 représente une vue générale sur les différents cas d’utilisation denotre application en se basant sur la méthodologie UML que l’on a adopté (VoirAnnexe A. Le langage de modélisation UML).
  59. 59. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionConception de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 59InvitéAdministrateurGestion des Utilisateurs etdu Serveur«Include»«Include»«Include»«Include»AuthentificationConsulation des Services,des Equipements,des Fibres et des Conduits.génération des rapportsConsulations de létatdu réseau,Alarmes et PerformancesConfiguration et Suppressiondes services, des conduits,des équipements, des fibresFigure 18: Diagramme de Cas dutilisation GénéraleL’opération de consultation de l’état du réseau figure parmi les fonctionnalitésprincipales que l’application doit offrir. La Figure 19 présente en détail ce casd’utilisation.
  60. 60. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionConception de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 60ActeurAuthentification«Include»Consulations de letatdu reseau,Alarmes et PerformancesConsultationdesAlarmesConsultationdesperformancesSelection le paneauequipement«Extend»Selection du paneauConduit«Extend»Listage desperformancesEquipementsListage desPerformancesdes Conduis«Extend» «Extend»Statistique«Extend»«Extend»Filtre:selection Equipement, Port,Indicateur, periodeFiltre:selection Conduit,Indicateur, periodeGéneration desGraphes dePerformance«Extend»«Extend»listage deAlarmessurvenues«Extend»Figure 19: Diagramme de cas dutilisation pour la consultation de létat du réseauPour assurer son évolutivité, le système doit également offrir la possibilité desélectionner les différents paramètres de la connexion, d’ajouter et de supprimer desutilisateurs et de configurer les serveurs de transmission.Ces différentes opérations nécessitent l’identification de l’utilisateur. Seuls lesutilisateurs connectés avec un compte administrateur ont le droit d’ajouter et desupprimer des utilisateurs et aussi configurer les serveurs. La Figure 20 présente le casd’utilisation «Gestion des Utilisateurs et du Serveur».
  61. 61. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionConception de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 61Gestion des Utilisateurs etdu ServeurAdministrateurAuthentificationAjouter UtilisateurModifier UtilisateurSupprimer UtilisateurAjouter ServeurModifier serveur«Extend»«Extend»«Extend»«Extend»«Include»«Extend»Figure 20: Diagramme de cas dutilisation pour la gestion des utilisateurs et du serveur4.2.2 Diagramme des classesNotre programme contient l’ensemble des classes suivantes, ces classesconstituent la couche « Codes » qui nous servira de mapping relationnel/objet:Classe RoleAlarmes_SMS Enregistrer les alarmes qui ont déjà été envoyé par SMSCarte Gérer toutes les cartes dun équipementClasse_Trafic Indiquer la classe dun conduit ou celle dun serviceConduit_equipement Enregistre dans lordre tous les équipements du conduit ycompris les fibres rencontrées.Conduit_perf Enregistre les logs de performance sur les conduitsConduit Enregistrer les conduits avec les infos de départs(ID_Equipement, PORT, SUBRACK, CARTE…) darrivée etintermédiaireEquipement_alerte Enregistrement des alertes sur les équipementsEquipement_perf Enregistrements des logs de performance sur les équipementsEquipement Gestion des équipements
  62. 62. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionConception de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 62Fibre Gérer les fibres et leurs caractéristiquesBrin_Fibre Gérer les brins de chaque fibreTube_Fibre Gérer les Tubes de chaque fibrePort Gérer tous les ports dune carteService Gestion des servicesSubrack Gérer tous les Subrack dun équipementType_equipement Enregistrer les types déquipements disponibles. Donc unEquipement aura une clé étrangère référençant son TypeUtilisateurs Gestion des utilisateursServeurFTP Gestion des serveurs (@IP, User, Password, Periodicité, …)SMS Enregistre la configuration du modem GSM (Port, vitesse etautres) pour l’envoi des SMS.Le diagramme découle de l’analyse réalisé au chapitre précédent.
  63. 63. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionConception de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 63Figure 21: Diagramme de classe
  64. 64. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionConception de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 644.2.3 Diagramme de séquencesA cause du nombre important des scénarios qui peuvent être implémentés dansce système et pour des raisons de simplification de la représentation, on va justechoisir un scénario. La Figure 22 présente le scénario de téléchargement des fichiers àpartir du serveur de transmission et de l’insertion dans la base de données.Figure 22: Rapatriement des fichiers et insertion dans la BD
  65. 65. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionRéalisation de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 654.3 Réalisation de l’application4.3.1 L’Environnement de travailPour la mise en place de cette application, un ordinateur ayant la configurationminimale suivante doit être mis en service :Processeur : Pentium IV 2.4 GHz.Disque Dur : 40Go.Mémoire RAM : 512 Mo.Et la configuration logicielle suivante :Eclipse INDIGO, ORM JPA-Toplink, WindowsBuilderPro, les librairiesdiverses (JfreeChart, Jcalendar …).EasyPHP (Apache, Php et Mysql).Serveur FileZilla.4.3.2 Les Choix techniques de réalisationLe terme choix technique de réalisation veut dire la sélection des différentssupports informatiques qui seront utilisés lors de l’implémentation de l’outil4.3.2.1 Mapping objet-relationnelUn mapping objet-relationnel (en anglais object-relational mapping ouORM) est une technique de programmation informatique qui crée lillusion dune basede données orientée objet à partir dune base de données relationnelle en définissantdes correspondances entre cette base de données et les objets du langage utilisé. Onpourrait le désigner par « correspondance entre monde objet et monde relationnel ».cela consiste globalement à associer une ou plusieurs classes avec une table, etchaque attribut de la classe avec un champ de la table. Parmi les multiples Frameworkde mapping objet-relationnel en JAVA, on peut citer JPA (Java Persistence API) quiest une interface de programmation Java permettant aux développeurs dorganiser desdonnées relationnelles dans des applications utilisant la plateforme Java.L’API JPA est récente. Elle n’a été disponible qu’à partir du JDK 1.5. Lacouche JPA à sa place dans une architecture multicouche. Considérons une tellearchitecture assez répandue, celle a 3 couches :
  66. 66. Chapitre 4 : Réalisation de l’outil de gestion des services et suivit des performances : ConceptionRéalisation de l’applicationMémoire de fin d’étude d’Ingénieur de conception en Télécommunication Par KWATE KWATE Rodrigues 66Figure 23:Architecture de modélisation sans ORMLa couche [1], appelé ici [ui] (User Interface) est la couche qui dialogue avecl’utilisateur, via une interface graphique Swing, une interface Web ou uneinterface console.La couche [2], appelé ici [métier] est la couche qui applique les règles ditesmétier, ie : la logique spécifique de l’application, sans se préoccuper de savoird’où viennent les données qu’on lui donne, ni où vont les résultats qu’elleproduitLa couche [3], appelé ici [dao] (Data Access Object) est la couche qui fournit àla couche [2] des données préenregistrées (Fichiers, bases de données) et quienregistre certains des résultats fournis par la couche [2]La couche [JDBC] est la couche standard utilisée en Java pour accéder à desbases de données c’’est ce qu’on appelle habituellement le pilote Jdbc duSGBD.De multiples efforts ont été faits pour faciliter l’écriture de ces différentescouches par le développeur. Parmi ceux-ci, JPA vise à faciliter l’écriture de la couche[dao]. Une solution sur laquelle nous avons porté notre attention est celle de Toplink.Figure 24: Architecture de modélisation avec ORMToplink et Hibernate sont des ORM (Object Relational Mapping). Un ORMest un outil qui fait le pont entre le monde relationnel des classes de données et celuides objets manipulés par Java. Le développeur de la couche [dao] ne voit plus la

×