haiti obs

25 497 vues

Publié le

Haiti Observateur

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
25 497
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19 160
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

haiti obs

  1. 1. By Léo Joseph The New York City Police Department is gearing up to hire more minorities into its force in a big way. They are counting on the City’s ethnic and community media to help bring the message across. That’s what the Police Commissioner told publishers and representatives of the minor- ity press at a special meeting held at One Police Plaza on Monday, August 1. In the presence of members of his staff, among them first Par Léo Joseph Dans le cadre de l’enquête fédé- rale en cours sur l’affaire du ba- teau d’Accra, déjà vieille de plus de quatre mois, un bon nombre d’accusés ont été identifiés. Dans la foulée, plusieurs té- moins à charge ont été retenus, la plupart d’entre ces derniers, également impliqués dans l’im- portation et le débarquement au Terminal Varreux, à Port-au- Prince, de dizaines de tonnes de cocaïne et d’héroïne, ayant opté pour faire des aveux au préjudi- ce des hommes d’affaires et politiciens haïtiens qui ont com- mandité et financé l‘achat et le transport en Haïti de la cargaison illicite. Une fois lancée l’éven- tuelle action judiciaire suscep- tible de découler de ces opéra- tions criminelles, ceux qui font l’objet de poursuites devien- dront passibles de prison ou d’amendes, ou des deux à la fois. Quant au port où le bateau pan- améen a déchargé sa cargaison interdite, Terminal Varreux, il sera, dit-on, confronté à l’isole- ment commercial ou à la saisie fédérale tout court. Mais, par pure coïncidence ou stratégie de défense, les dirigeants des instal- lations portuaires de Chancerel- les ont décidé de modifier le sta- tut juridique de leur port, dans le cadre d’une association avec des Par Léo Joseph SOURCES COMBINÉES, 1er septembre — Il semble que les actions judiciaires intentées en Haïti contre le fils aîné du cou- ple présidentiel haïtien soient mises en veilleuse, car absent du pays depuis plusieurs semaines, il serait aux ordres des autorités fédérales qui l’auraient retenu par anticipation dans le cadre d’un procès qui impliquerait également ses parents et plu- sieurs hommes d’affaires d’ori- gine haïtienne. Depuis qu’Haïti- Observateur avait annoncé son arrestation, à Port-au-Prince, par des agents fédéraux, le 22 juillet, fiston Martelly était in- trouvable en Haïti. Suite à son dernier déplacement, qui l’aurait emmené à Dubaï, pour consulta- tion avec un associé, on ne pou- vait plus retrouver ses traces. Jusqu’à maintenant. H-O a appris, en effet, que peu après son retour des Émirats Arabes Unis, Olivier Martelly a été mis en lieu sûr, car il aurait été déposé dans un centre de détention fédéral, dans la zone métropolitaine de Miami, qui reste une énigme. Des informa- teurs proches du dossier, qui préfèrent rester anonymes, ont expliqué que le cas qui concerne le jeune Martelly est « une gros- se affaire ». Car il s’agit de plu- sieurs dossiers impliquant au moins une vingtaine de per- sonnes en Haïti. Un témoin important, les dirigeants fédé- raux auraient, dit-on, pris la décision d’assurer sa protection, en vue de prévenir son « évasion ». Mais surtout pour éviter qu’il haiti observateur ENglish PagEs : 11 VOL. XXXXV, No. 36 New York: Tel : (718) 812-2820; • Montréal (514) 321-6434; • Port-au-Prince: (011 509) 223-0785 • Paris (33-1)43-63-28-10 2 -9 septembre 2015 Kreyòl : Paj 6 Fondé à New York, cet hebdomadaire est édité par la société Haïti-Observateur Group, Inc. www.haiti-observateur.net Haïti-Observateur P.O. Box 356237 Briarwood, NY 11435-6235 Tél. (718) 812-2820 haiti_observateur@yahoo.com New York: $1,00 Partout ailleurs : 1,50 $ Haïti: 20 gourdes Tél. (718) 812-2820 Lè manke gid, pèp la gaye ! LA MACHINE JUDICIAIRE FÉDÉRALE EST-ELLE DÉJA MISE EN BRANLE ? Olivier Martelly serait en détention à Miami Go to page 15Suite en page 5 Suite en page 3 SEEKING THE RECRUITMENT OF MINORITIES IN THE POLICE FORCE DANS L’AFFAIRE DU BATEAU D’ACCRA, ACCUSÉS ET TÉMOINS À CHARGE IDENTIFIÉS NYPD reaches out to the ethnic and community media Le terminal Varreux confronté à l’isolement commercial ou à la saisie fédérale PORT-AU-PRINCE, Haïti — La sortie inattendue du conseiller électoral Jaccéus Joseph vient fragiliser la cohésion nécessaire pouvant faciliter un travail serein au sein du Conseil électoral pro- visoire (CEP). Il a fait la ronde des media de la capitale (31août 2015) afin de justifier sa position, clamant à cors et à cri la nécessi- té de rebattre les cartes au sein de l’institution électorale. En effet, Me Jaccéus a décla- ré tout de go : « On ne peut pas ravir à une population le droit de choisir ses dirigeants. C’est un accroc à la démocratie ». En mê- me temps, il réclame une enquê- te pour « fixer la position des membres du CEP dans les irré- gularités ». Cette dernière paren- thèse laisserait sous-entendre que la magouille et les actes de vio- lence auraient été orchestrés avec la complicité ou l’expertise de certains membres dudit conseil électoral. Il n’en fallait pas plus pour que le nom du président du Jaccéus Joseph lave le linge sale en public LE CONSEIL ÉLECTORAL DIVISÉ EN DEUX CAMPS En violation de la loi électorale, le candidat à la présidence proche du pouvoir Steve Kwaly affiche ses photos sur les pilonnes électriques de lacapitalealorsqueleCEPdePierre-LouisOpontnepeutréagirdans les normes (photo Mirabel). Olivier Martelly. NYPD Commissioner William J. Bratton. Suite en page 2 Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 1
  2. 2. Conseil électoral, Pierre-Louis Opont, soit cité comme le cer- veau de cette machination qui a saboté le processus démocratique mise en veilleuse par différentes administrations du président Mi- chel Joseph Martelly. Élargissement du camp des mecon- tents au sein du CEP Trois semaines après la première tentative du gouvernement Mar- telly pour réaliser des élections dans le pays, le Conseil électoral provisoire, à force de compromis et de compromissions, subit les invectives de la population et des partis politiques mécontents du déroulement des joutes du 9 août 2015. Pas moins de neuf partis politiques réclament le départ de son président, Pierre-Louis Opont, qui avait eu l’audace de déclarer,àl’issuedelajournéedu 9 août, que « les élections étaient réussies à 95 % ». Même l’am- bassadrice des États-Unis d’- Amérique, Pamela White, que l’on accuse souvent de conniven- ce avec le pouvoir, avait décla- ré « acceptables » lesdites élec- tions, pour rejoindre le camp Opont. Mais, les déclarations de Me Jaccéus Joseph viennent jeter une douche froide sur ces élec- tions frauduleuses et violentes qui placeraient les partis politi- ques proches du pouvoir en posi- tion de contrôler la 50e Législature. Outre le camp Martelly/ Opont, soutenu par une fraction des représentants de la commu- nauté internationale établie dans le pays, le camp démocratique se relève avec les déclarations de M Joseph. Il est rejoint par le porte- parole du CEP, Frantz Bernardin, et des conseillers électoraux tels que Me Néhémie Joseph et Mme Yolette Mengual. Celle-ci aurait été rabrouée par le président du CEP pour ses déclarations con- cernant les cas de violence or- chestrés par des membres du parti Bouclier dans la Grande- Anse, le jour des élections. Incapable de sévir contre les partis proches du pouvoir L’inertie de l’appareil électoral proviendrait de son incapacité à sévir contre les partis politiques proches du pouvoir ayant fomen- té la magouille et les actes de vio- lence afin de voler les élections en faveur de leurs poulains. Partie prenante de la continuité du pouvoir de M. Martelly, Pierre-Louis Opont conduit aveuglément l’appareil électoral dans une partisannerie qui con- traste avec la volonté populaire. Dans ce cas, même une apparen- ce de démocratie ne transpire dans ses faits et gestes. À la capitale haïtienne, où les cas de violation de la loi élec- torale reste flagrante, le candidat à la présidence proche du pou- voir, Steve Kwaly, a été dénoncé par un adversaire, Eric Jean- Baptiste, pour ses affiches publi- citaires qui envahissent des es- paces visibles tels la route de l’aéroport, alors que la campagne présidentielle n’a pas encore été déclenchée. Dans ce cas précis, il n’y a eu aucune réaction de la part du CEP, surtout que ces affi- ches surplombent des pilonnes électriques depuis plusieurs semaines. D’autres cas flagrants de partisannerie ont été décelés le jour des élections, alors que des membres de partis politiques pro- ches du pouvoir, tels Vérité, Bouclier et Parti Haïtien Tet Kale (PHTK), déclenchaient la violen- ce, bourraient les urnes et dans certains cas partaient avec elles. Pour le moment, le CEP de Pierre-Louis Opont n’a pas enco- re réagi, tout en espérant que le temps fera le travail de sape du processus démocratique afin de permettre à Michel Joseph Mar- telly de gouverner à travers un homme de paille, après le 7 février 2016. Autre cas qui mériterait une attention particulière est celui du candidat à la députation dans la commune de Delmas, Gary Bo- deau, dont le nom figurerait par- mi ceux qui avaient battu le défunt père Gérard Jean-Juste munis d’une serviette dans laquelle on avait placé de grosses pierres. Acclamé « numéro 1 » par le CEP de Pierre-Louis Opont, pour aller au second tour, le 26 octobre, s’il passe dans les filets d’une enquête, la candidat du parti Bouclier dont la devise est « Légitime-Défense », rentre- rait par la grande porte à la 50e Législature. Jaccéus Joseph ouvre la porte au démantèlement du CEP En lavant le lige sale en public, le conseiller électoral Jaccéus Jo- seph vient apporter de l’eau au moulin de ceux qui revendiquent le démantèlement du CEP dans sa forme actuelle ou, du moins, le sacrifice de Pierre-Louis Opont. Présentement, pour sauver la peau de celui-ci, l’intervention de candidats de paille a été « recom- mandée » par le pouvoir dont le sort dépend des magouilles dont la présence de M. Opont semble garantir du bec et des ongles. Mais le fait d’accuser le CEP de « ravir à une population le droit de choisir ses dirigeants » pèse lourdement sur son président et surtout sur la composition actuel- le de l’institution électorale. Crise après crise, le pays vit actuelle- ment des heures sombres avec des arriérés de salaires un peu partout dans l’administration publique, la chute de la gourde et des menaces de famine dans les zones fragiles. La crise politique vient en quelque sorte se greffer sur ces zones d’ombres à la veille d’une rentrée scolaire incertaine et des dépenses faramineuses au festival Carifiesta ou un gouver- nement prédateur aura investi plus de dix millions de dollars américains. 2 Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 1 bdrm & studio apts for Rent Located in Upper Darby, PA 19082 Utilities included (not electric) Call: 610-352-5975 lve msg or 610-342-5914 Jaccéus Joseph lave le linge sale en public LE CONSEIL ÉLECTORAL DIVISÉ EN DEUX CAMPS Suite de la page 1 Le candidat de Bouclier,Gary Bodeau est dans l’eau chaude depuis qu’il est rattrapé par son passé. Il est accusé d’avoir été du commando qui avait battu le défunt père Gérard Jean-Juste (photo Mirabel). APARTEMENT À LOUER/ APPARTMENT FOR RENT 3 bedrooms, attic included in one of the bed- rooms; 1 bathroom, kitchen, dining area, liv- ing room. Price: $1,500.00 negotiable. Rosedale, Queens, quiet neighborhood. Call Edzer at (718) 978-0491. D E BROSSE& STUDLEY, LLP Richard A. De Brosse Attorney at Law ACCIDENTS * REAL ESTATE MALPRACTICE 182-38 Hillside Avenue (Suite 103) Jamaica Estate, N.Y. 11432 Tel.: 718-658-3000. Fax 658-658-3187 rdebrosse@QueensLegalPlaza.com Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 2
  3. 3. 3Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 l ne soit victime d’un attentat de la part d’autres accusés concer- nés. Toute la première famille haïtienne dans les lunettes fédérales ? Olivier Martelly ne serait pas l’unique membre de la première famille d’Haïti en difficulté avec la justice fédérale. Car ses parents sont également dans les lunettes de la justice fédérale. À telle enseigne que certaines gens proches des enquêteurs fédéraux ont laissé entendre que la mère d’Olivier serait la prochaine per- sonne sur la liste des arrestations à effectuer prochainement. Des gens qui passent pour être proches des enquêteurs fé- déraux chargés de l’instruction de l’affaire des Martelly ont pré- cisé que cette famille est con- frontée à toute une série d’accu- sations bien différentes d’un membre à l’autre du clan. En effet, on laisse croire que tandis qu’Olivier et sa mère se- raient accusés surtout de «cor- ruption », « de blanchiment d’argent » et d’ « évasion fisca- le», dénonciations qui valent aussi pour Michel Martelly; ce dernier est aussi l’objet d’accu- sations encore plus graves. On affirme en fait que longtemps dans le collimateur de la justice fédérale, pour son implication dans la « consommation » de drogue, mais principalement pour les «transactions clandes- tines » qu’il a menées. Selon ces informateurs, Michel Martelly a semblé profiter des privilèges de la présidence pour intensifier ses activités de dealers. Puisque, dit- on, c’est pendant qu’il est prési- dent qu’il a négocié (ou partici- pé) aux plus importantes négo- ciations. Pendant ce temps, des agents fédéraux parmi les plus de 200 déployés en Haïti, depuis la prestation de serment de Mar- telly, ont indiqué que plusieurs trafiquants « épinglés » dans le cadre des investigations en cours sur le trafic de drogue en Haïti ont mis le premier citoyen du pays au centre de ce négoce. Les agents qui ont parlé sous le sceau du secret ont fait remar- quer que les témoignages contre Sweet Mickey sont « néfastes ». Mais ont-ils fait savoir, c’est l’affaire du bateau d’Accra qui présente Martelly « dans toutes ses dimensions » de commer- çant « endurci ». Selon les agents, les preuves recueillies contre lui « sont écra- santes ». De toute évidence, ont encore précisé ces derniers, il va falloir exploiter à fond les témoi- gnages obtenus contre lui. On indique que des hommes d’af- faires qui ont également investi dans la cocaïne transporté par le bateau d’Accra ont fait des révé- lations intéressantes à son sujet. Au fait, un des agents a même fait remarquer que quand il s’agit de se protéger ou de pren- dre une chance de « faire rédui- re sa peine », la solidarité n’- existe plus entre les hommes qui ont participé ensemble à ces crimes. Olivier Martelly absent au Carifesta On ignore comment ça va finir pour Olivier Martelly, qui est «porté manquant » depuis plu- sieurs semaines. Au moment où le Palais national ou les milieux proches de la présidence le place à Dubaï ,pour affaire; ou bien au Maroc, pour se soustraire aux inquisitions des agents fédéraux, il était bel et bien mis « sous contrôle » par la justice améri- caine. En effet, la disparition d’Oli- vier Martelly de la circulation, à la capitale haïtienne, depuis plu- sieurs semaines, intriguait les observateurs. Mais à chaque question le concernant posée par des personnes qui avaient lu l’article paru dans l’édition du 29 juillet d’Haïti-Observateur faisant état de son arrestation par des policiers haïtiens accompa- gnés d’agents de la DEA, puis transféré à Miami un des sicaires du président Martelly laissait entendre qu’il avait été en voya- ge d’affaires. Mais quand on a constaté son absence au festival de Carifesta, d’aucuns commen- çaient à comprendre la réalité différemment. L’absence d’Olivier de la cir- culation commençait à intriguer lorsqu’on a découvert qu’un nu- méro de téléphone qu’il avait donné à des proches était dé- branché, c’était le comble. Il y a panique dans la demeure. D’ail- leurs, il était devenu injoignable pour des petites amies qui avaient l’habitude de le joindre au téléphone. Interrogé sur la disparition du jeune Martelly, un agent fédéral a répondu simplement qu’il n’a point voulu devenir «agent double », il reste bloqué en détention. Par DanAlbertini Dosieto Petrov est un film triste figé dans le pattern d’Amanet (N. Ajazi).Cequel’onappelleleBloc de l’Est de l’ère soviétique n’a jamais pu se libérer de cette triste réputation de rideau de fer. C’est pourtant ce que le cinéaste améri- cain ne dénonce pas tandis que des murs s’érigent dans sa pensée comme sur ses frontières. Ce n’est Lénine ni Andropov ou Brej- nev,mais Christie, Trump, Rubio, tous candidats. Ils proposent ce que leurs pères ont rejeté en démocratie. Pourtant, l’Amérique fascine au cinéma, autant que l’Est se fait craindre. Ce n’est cer- tainement pas l’Affaire d’une époque ni d’une religion. Car, on retrouverait, par exemple, un Juif bulgaredanscefilm,autantqu’un Juif américain dans un film qui dessert un autre fonctionnalisme. Contexte. Petrovportesonnom.Ilfaitsa réputation dans les arts, pas les Ballets de Tchekhov, mais l’autre genre. Le théâtre. D’entrée de jeu, on devrait s’attendre à des coups de théâtre comme des valses à trois, avec autant d’acrobaties politiques que possible. Mais la scène des pays de l’Est est prévi- sible. Ce film n’en dément pas. Il confirme la règle. La mort est au rendez-vous comme une recette politique favorite. Elle est incon- tournable. Même si l’on s’attend à un détour, la mort arrive comme une folie récurrente sur une ligne symétrique. On sait ce qui va se passer,commentaussi.Sij’ytrou- ve ma passion, je suis trop Améri- cain.Ilnousfaut,nousautresciné- philes, du nouveau monde, un morceau pour critiquer le Russe par défaut. C’est notre vraie pas- sion pour ce genre de film. Curieux, la recette fonctionne. Ce malgré l’avis. La Bulgarie n’y échappe pas. Jamais. Les services secrets sont par- tout et dans tout. Le Noir améri- cain ne saurait y vivre, sauf que l’Haïtien, fort dans son marron- nage révolutionnaire, s’y plairait. F. Duvalier, par exemple, aurait aimé le déplacement des ombres dans la pénombre. On aura beau critiqué l’exagération du success storyducinémahollywoodienque lamachineéprouvéedanslamen- talité du cinéma de Prague, de Sofia ou de Tirana, reste et demeure une pédagogie répressi- ve systémique qui produit un Milosevic à Sarajevo. Certes, que j’ai sévèrement critiqué Twelve Years a Slave, Majordome, La Couleur Pourpre. C’était une époque. Oui, le cinéma américain couveencored’autressecretsgar- dés dans ses archives. On peut reprocheràHollywooddeprodui- re par des Rambo Warior’s, que le Noir américain a trouvé son Den- zel Washington, son Eddy Mur- phy, même si l’Européen citera le prix Malcom X en oubliant Hitler. C’est, d’ailleurs, ce petit côté Hegelfroidquel’onretrouvedans ce cinéma made in Prague qui, à notre avis, produira un Elstine ou reproduira un Poutine. C’est avec cet œil que j’ai visionné Dosieto Petrov. En quoi concerne ce film ? Brillant, l’homme de théâtre est confronté à une dure réalité au sommet de sa gloire. Le prix décerné dérive d’une relation res- pectueuse plus élevée, qu’il découvre être son dénonciateur dans le temps. Le rideau tombe, l’ancien spectre garde les résidus qui resteront. Celui qui lui ouvre l’œil connaît aussi son secret. Petrov avait lui aussi tué pour le système. La meilleure fuite pour tout le monde c’est que l’ancien camarade le fera mourir à son tour, en attendant d’être lui aussi exécuté. Merci d’y croire ! lovinsky2008@hotmail.com Par Dan Albertini Qui voudra vivre trois heures d’horloge pour un film iranien qui parle du prophète, s’il n’est islamiste ? Fatigué du sermon, une langue plus incomprise que l’arabe. En sus, une mani- festation connexe au tapis rouge dehors, dénonçant l’is- lam faisant des prisonniers. Mission accomplie. Je suis pourtant rentré dans la salle avec la pensée d’en ressortir aussi vite, après présentation et capture d’écran. Oh que non. Hors du commun, un 3/60 nous attendait pour un 175mn. La formule « bois kay Imam » haïtienne s’en réjouirait. L’inauguration proposait que les couteaux volent bas, avec la présence du maire zago loraj. Serge Losique lui a valu une de ces leçons d’académie, profitant de la présence du pré- sident du jury doublé d’un cha- peau d’immortel. Bref, si bien dit pour faireAznavour : « mon ami, mon Juda, tu as le profil de l’emploi ». Du sarcasme élégant, de Dardamelle dans Carnaval-1953. Losique met et démet la table, un maire sans micro, en menottes de l’embar- ras. Un grand écran blanc l’at- tendait pour lui rappeler son rabat politique grivois contre l’imam du coin. Le film. D’abord, il faut dire que le réalisateur a réussi son coup, ce sans vouloir prétendre le sans faute. Car le film est trop long, telle une lecture coranique loin de mon genre, bien que chris- tianisé. En outre, ce ne fut pas une torture comme on accusait l’islam à l’extérieur, je suis resté cloué au siège, il y avait du neuf. Effet sonore extraordi- naire, artifices adaptés mais non fastidieux pour l’ignorant de l’islam que je suis. Abdoul Salam m’avait donné un Coran en cadeau, avec un nouveau discours pour moi. Une fouille sporadique m’avait suggéré qu’un film serait mieux pour moi. Oui, dans Muhammad. Le metteur en scène sait surprendre. Il m’a eu dans sa présentation quand de l’enfant est né. J’ai complètement ou- blié le sit-in du vénérable al- lant consulter Allah pour ré- pondre aux adeptes de Baal. Nouvelle compréhension, ce sont des gens de parole loin de la critique radicale protestante adepte des vérités exclusives du judaïsme orthodoxe de cer- tains hassidiques. Le film se veut un mélange religieux qui démystifie. Focus : la fausse publicité. Il n’y a qu’un écart de mensonges mutuels entre paysans du terroir. Majid Majidi propose mieux, si on le compare à Avatar, qui va chercher une cruelle fiction comme pédago- gie. L’histoire peut être encore intéressante avec son humanité aux facettes inexpliquées par un cinéma qui fait dans la pro- pagande haineuse contre tout ce qui ne lui convient pas. C’est là le couloir de l’islamo- phobie prônée ici. C’était aussi là une leçon nécessaire à un maire zago loraj, s’il était resté jusqu’à la fin. Un cinéma utili- taire, je dirais. Le tournage a dû être une épreuve pour des arti- fices mis au naturel. Les grands studios d’Holly- wood ont-ils perdu le pari de l’exclusivité du savoir-faire ?... Majidi a réussi, gageons que sa grande première fait déjà école. Merci d’y croire ! lovinsky2008@hotmail.c om LA MACHINE JUDICIAIRE FÉDÉRALE EST-ELLE DÉJA MISE EN BRANLE ? Olivier Martelly serait en détention à Miami Le dossier Petrov Muhammad Majid Majidi met en vedette l’islam inconnu, au 39me du FFM Un film de Georgi Balabanov mettant en vedette un titan du théâtre nommé Petrov Suite de la page 1 SUR LA ROUTE DU CINÉMA Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 3
  4. 4. By Garry Emmanuel Cabbage is packed with nutrients andfiber.Ancienthealersdeclared it contained moon power because it grew in the moonlight. Modern nutritional science understands its power comes from its high sulfur andvitaminCcontent.Eitherway – it is worth adding this Power- food to your diet. Experts outline the following twelve (12) health benefits of cab- bage: Anti-cancer Cabbagecomesinmanyvarieties, including green, purple, and whi- te. It has well-known cancer pre- ventative compounds lupeol, sini- grin and sulforaphane. They stim- ulate enzyme activity and inhibit the growth of cancer tumors. The brightly colored purple cabbage is not only beautiful, but contains anthocyanins, which have been proven to have anti-carcinogenic properties. This means, it helps your body fight off cancer.AStu- dy on women showed a reduction in breast cancer when cruciferous vegetables like cabbage were added to their diet. Weight loss Cabbage has only 33 calories in a cup of cooked cabbage. It is very low in saturated fat and choles- terol,andisagoodsourceoffiber. Are you trying to maintain a healthy weight? Try adding cab- bage into a mixed green salad. It willhelpfillyouup,keepyoureg- ular, and fits into the zero-calorie group. Folic acid Folic acid is one of the essential components of DNA, especially pregnant women. Not only does adding cabbage to their diet help protect their babies from birth de- fects, but it will also satisfy their rumbling tummy without adding unnecessary calories. Healthy bones and immune system Cabbage is a good source of vita- min C and vitamin K. Vitamin C helps the body develop resistance againstinfectiousagentsandscav- enging, harmful, pro-inflammato- ryfreeradicals.EnoughvitaminK in the diet makes your bone stron- ger, healthier and delays osteo- porosis. Multi-vitamin content While taking a multi-vitamin daily is a good idea, adding cab- bage to your diet just bolsters the good work your vitamin of choice is doing for your health. Like other green vegetables, it is good sourceofmanyessentialvitamins, such as riboflavin, pantothenic acid, and thiamin. In addition, it is anaturalsourceofelectrolytesand minerals like calcium, potassium, phosphorous, manganese, iron and magnesium, which can help control heart rate and blood pres- sure. Iron is required for red blood cell formation. It is also an impor- tant mineral for expectant moth- ers, as it helps in avoiding anemia. Headaches Awarmcompressmadewithcab- bage leaves can help relieve the pain of a headache. Crush cab- bage leaves, place in a cloth, and apply on the forehead.Also, drink raw cabbage juice 1-2 oz. (25- 50ml) daily for chronic head- aches. Brain food As stated earlier, cabbage is full of vitamin K and anthocyanins that help with mental function and concentration. These nutrients al- sopreventnervedamage,improv- ing your defense against Alzhei- mer’s disease, and dementia. Red cabbagehasthehighestamountof these power nutrients. Beautifying mineral Because of its high sulfur content, cabbage helps dry up oily and acne skin. Internally, sulfur is es- sential for keratin, a protein sub- stance necessary for healthy hair, nails, and skin. All vegetables are good for the skin; however, cab- bage is one of the best! Detoxification Cabbage detoxifies the body. The high content of vitamin C and sul- phur in cabbage removes toxins (freeradicalsanduricacid).These are the main causes of arthritis, skin diseases, rheumatism and gout. Blood pressure Cabbage keeps blood pressure fromgettinghigh.Thehighpotas- sium content helps by opening up blood vessels, easing the flow of blood. Anti-inflammatory and blood sugar regulator The natural red pigment of red cabbage (betalains) is said to lower blood sugar levels and boost insulin production. Of cour- se, it has no white sugars and very few simple sugars. Betalains have powerful anti-inflammatory prop- erties just like beets. Hangovers Cabbage also fights hangovers. Hangovers from heavy drinking were reduced by using cabbage, since Roman times. CAUTION: Those having thyroid problems shouldavoideatinglargeamounts of cabbage. Cabbage interferes withthebody’sabsorptionofiodi- ne, needed by the thyroid gland. Thisappliestoallcruciferousveg- etables. The challenge: If you want to enhance your immune system, perhaps it is time to consider in- cludingcabbageinyourdailydiet. So in the end, as with everything else, what you do with this infor- mationisasalwaysuptoyou.But do remember that your health is the most precious asset you have. It is up to you to choose how to preserve it. Let us launch today our cabbage awareness cam- paign for a happier, healthier, stronger, and richer 2015! Food forThought: “Your daily choic- es determine the quality of your health. Your lifestyle reveals your choices.” Disclaimer: The information con- tained in Health Nuggets for Smart People is for general information or entertainmentpurposesonlyanddoes not constitute professional health advice. Please contact your personal physician or an independent health professional for advice regarding your specific situation. September 2, 2015 HEALTH NUGGETS FOR SMART PEOPLE Did You Know…? Volume 3, Issue 93 Par Rosie Bourget Des chercheurs estiment que, de par leurs bienfaits sur la santé, la bonne humeur et le rire contri- buent à une diminution de l’ab- sentéisme comme celui des acci- dents du travail. De tout temps, l’humour a été plus qu’un moyen d’expression. Il est porteur de messages. Ses objectifs sont nombreux. Il joue un rôle essen- tiel dans l’équilibre de la person- ne, libère les tensions et préserve la santé. Les gens avec un bon sens de l’humour, qui rient tous les jours, sont plus susceptibles d’avoir plus sains cœurs. Une étude me- née par l’Université du Maryland aconstatéquelespersonnesayant une maladie cardiaque avait été de 40 % moins susceptibles de rire ou de sourire en général. Les chercheurs ont conclu que le rire est susceptible de protéger le cœur. Le rire aide à oxygéner le sang et à améliorer le fonctionne- ment du cerveau. Certaines étu- des ont montré que, après avoir ri les sujets montrent une certaine amélioration dans leur capacité à saisir l’apprentissage du nouveau matériel, suggérant une améliora- tion dans les centres d’apprentis- sage du cerveau. L’humour sou- lagelestressetpeutaideruneper- sonne à développer une meilleure perspective. Il est souvent bien mieux d’apprécier le côté plus comique des choses que l‘aspect sérieux. La réalisation de petites con- nexions positives avec les autres remonte le moral et crée une at- mosphère propice à l’humour pour développer. L’humour ras- semble les gens et crée une atmo- sphère plus détendue. Tout le monde aime se divertir et le rire est très amusant (et contagieux). L’humour peut être utilisé pour le collage, libérer les tensions, attirer un partenaire, en mettant un rival à sa place, ou se divertir un enfant. Il y a autant de fonctions et de styles qu’il y a des variations sur la blague de l’ampoule. Développer un sens de l’hu- mour peut conjurer la dépression par le remplacement des senti- ments négatifs avec des émotions agréables. L’humour semble aug- menter notre niveau d’énergie. Quand nous rions, nous sommes plus enclins à nous engager dans des activités plus saines. L’hu- mour « brise la glace » et peut aider les gens à apprendre à se connaître les uns les autres plus facilement. Lorsque vous rencon- trez quelqu’un pour la première fois, il est toujours mieux de par- tager un éclat de rire qu’une plainte. Ne vous prenez pas trop au sérieux : Notez les bêtises que vous faites, remarquez combien de choses ne sont vraiment pas si importantes que cela et soyez avisé si vous êtes ou non un peu trop guindé pour votre propre bien. Amusez-vous à vous- même. Avez-vous déjà vu le sérieux qui règne quasi systématique- ment dans les églises lors d’une messe ? Aucun sourire, générale- ment les participants sont prostrés et figés comme des tombes, on se croirait dans un cimetière. Tout semble mort et l’on prétend y nourrir la foi. Les théories, les concepts,lesidéologies,lesphilo- sophies et la théologie rendent sérieux et amènent à tout appré- hender avec gravité et lourdeur. Alors la tête est pleine, mais le cœur est profondément vide. L’être humain en grandissant de- vient coincé, handicapé, constipé du sourire. Son sens de l’humour ressemble à un vaste désert du- quel la vie se serait retirée. L’humour ouvre la porte du cœur, désamorçant tout jugement et ouvrant à la compassion. Rire de soi et du ridicule de nos modes de fonctionnement est donc la meilleure manière de les enrayer. Ladérisionpermetdesedétacher, de relativiser, de retirer l’impor- tance exagérément accordée à unesituation,unepersonne.L’hy- pocrisie humaine, appelée aussi « diplomatie », est souvent très drôle à observer. La vie est une grande farce, une pièce de théâtre improvisée dans laquelle nous avons tous un rôle. Observez les enfants, ce sont les meilleurs acteurs. Ils savent nous ramener à cette innocence, à cette pureté que nous avons connue également. L’enfant est spontané avant d’être formaté. Son rire est profond, il émane du cœur, instinctivement. Il sait se moquer, vexant bien souvent les adultes par son authenticité : « Maman, pourquoi la dame elle sent mauvais de la bouche ? ». L’humour fait partie intégrante de la vie. Avoir le sens de l’humour ne consiste pas seulement à visionner les DVD des humo- ristes en vogue, mais surtout à avoir ce regard amusé et léger sur la vie, et avant tout sur soi. Lerireestunétatméditatifqui nous reconnecte à notre essence. Lorsque vous riez pleinement, il n’yaplusdepensée,votremental s’arrêtebrusquement.Ilesttotale- ment impossible de penser en riant, le rire est aux antipodes du rationnel. Il ne répond à aucune logique, c’est l’une des rares clés, accessible à chaque instant, pou- vant amener à un profond état méditatif. Le rire est un déborde- ment intérieur, une fontaine jail- lissante qui vous inonde d’une joie profonde. Une fois emporté par un fou rire, même dans des situations où le sérieux est de mise, vous ne contrôlez plus rien, vousméditezpleinement,profon- dément. Avoir un sens de l’humour est essentiel pour profiter de la vie. Il aideraàsoulagerlestress,amélio- rer les relations et il peut même prolonger la vie. Si vous avez déjà un sens de l’humour, essayez de l’utiliser aussi souvent que possible. Si vous n’en avez pas, alors développez en un dès que possible. r_bourget@yahoo.com MTS (Maitrise en Travail Social) 4 Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Le sens de l’humour et ses bienfaits sur la santé Rosie Bourget. Solisyon... Sa l Ye, Jodia Mize fini pou Fanm ak Gason kap soufwi depi lontan Ak doule yo rele Kraze Zo. E sou zafe Sik la Genou. Cheviy.Zepol Kou. Epol. Ren. Koud Pranye. Janb. kuis... .Pou Plase Komand ou Rele san pedi tan nan : (347) 933-9873; (514) 501-9714 Mande pou Salomon E-mail: cbseafbk@yahoo.com MAISON À VENDRE Grande maison située à Delmas construite sur deux tiers de car- reau de terre nivelée, dans le voisinage de l’église Pasteur Nérée. Zone résidentielle et tranquille. 6 chambres à coucher, 2 salles de bain, grand salon, électricité, eau, téléphone, grande cour. Option affaire : orphelinat, pension de famille ou résidence privée tout court. Pour plus d’information, composez le 347-387-1840. Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 4
  5. 5. 5Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 firmes étrangères plusieurs fois plus riches que leur société. En effet, selon l’acte cons- titutif de la société nouvellement créée par acte soumis au notaire Gary Brisson Cassagnol par Me Siybil Théard Mevs, les proprié- taires majoritaires de Terminal Varreux se sont mis d’accord pour former une nouvelle socié- té baptisée « TVB Port-au-Prin- ce Terminal S.A. ».Avec un capi- tal de 100 mille gourdes, comme celle-là; ses actionnaires sont Fritz Mevs, Richard Lebrun, Bernhard Mevs et Christelle Vaval. Six compagnies regroupées en une seule société Après la création de la TVB Port-au-Prince Terminal S.A., les actionnaires ont décidé de former encore une autre entrepri- se composée de six différentes sociétés, trois haïtiennes, avec un capital total de 250 mille gour- des, et trois étrangères au capital conjoint de 174 millions 354 643 euros. En effet, dans l’édition du 9 juillet 2015 de l’organe officiel, Le Moniteur, est annoncée la création d’une entreprise « ci- après la Société » formée par les responsables de TVB Port-au- Prince Terminal S.A., la Société Holding d’investissements 1 S.A, la Société Holding d’inves- tissements 2 S.A., trois compa- gnies haïtiennes; ainsi que de Bollore Africa Logistics et Société financière panafricaine, avec Société de participations africaines. Les actionnaires étrangers intégrés à « la Société » son ceux de la firme « Bollore Africa Logistics ». Dans l’avis diffusé dans l’édition du 9 juillet 2015 du Moniteur annonçant création de « la Société », cette dernière entreprise est présentée comme associée numéro 1, « une société par actions simplifiée de droit français au capital de 174 mil- lions 334 mille 640 euros, dont le siège social est située au 31- 32 quai de Dion Bouton , 43800 Puteaux (France...) ». Le même avis précise que cette compagnie est représentée au sein de « la Société » par Philippe Labonne, « en sa qualité de président dûment représenté à l’effet des présentes , ayant pour manda- taire spécial Christelle Vaval, avocate du Bareau de Port-au- Prince (...) apert mandat du 10/3/2015 légalisé au Consulat d’Haïti à Paris le...; ». Les membres fondateurs du TVB Port-au-Prince Terminal S.A., qui ne sont autres que les propriétaires du Terminal Var- reux, sont classés numéro 2 dans « la Société » et représentés par Fritz Mevs, en sa qualité de pré- sident du Conseil d’administra- tion de l’entreprise. Dotée d’un capital de 100 mille gourdes, cet- te firme réside à Chancerelles, Port-au-Prince, Haïti. En troisième position, figure la « Société financière panafri- caine » décrite comme suit dans l’avis du ministère du Commer- ce : « une société par actions simplifiée de droit français au capital de 10 mille euros» dont le siège social se trouve à la mê- me adresse que Bollore Africa Logistics. Curieusement, celle-là est également représentée au sein de « la Société » par Philip- pe Labonne, aussi son président, « apert mandat du 10/3/2015 lé- galisé au Consulat d’Haïti à Paris le ci-après “ SFP “ ». En position numéro 4 est pla- cée la « Société de participations africaines », aussi bien «une société par actions simplifiée de droit français au capital de 10 mille euros ». L’adresse de son siège social est identique à celle des deux précédentes firmes. Mais avec cette différence : elle est représenté par Éric Melet, «son président dûment habilité ayant pour mandataire spécial Christelle Vaval, avocate du bar- reau de Port-au-Prince (...) apert mandat du 10/3/2015 lé- galisé au Consulat d’Haïti à Paris le ci-après “ SFP “ ». Dans l’ordre présenté dans l’Avis, en cinquième position est placée la « Société Holding d’In- vestissements 1 S.A. » ainsi pré- sentée : « Société anonyme de droit haïtien au capital de 25 mille gourdes dont le siège so- cial est Route Hasco Terminal Varreux, Chancerelles, Port-au- Prince, Haïti ». Le même Avis du ministère du Commerce sou- ligne que cette compagnie est : « représentée par Richard Lebrun en sa qualité de président du Conseil d’administration ». La sixième place est attri- buée à la « Société Holding d’- Investissements S.A. 2 », ainsi décrite : « Société anonyme de droit haïtien au capital de 25 mille gourdes dont le siège social est Route Hasco Terminal Varreux, Chancerelles, Port-au- Prince, Haïti ». Le document publié dans Le Moniteur infor- me aussi que cette société est «représentée par Bernhard Me- vsen sa qualité de président de son Conseil d’administration ». Mêmes objectifs que Terminal Varreux Cette nouvelle entité, qui semble s’inscrire dans une stratégie de défense par rapport à l’affaire du bateau d’Accra, dont la destina- tion de la cargaison a été le Terminal Varreux, est la grande idée de l’avocate Sybille Théard Mevs, qui est aussi l’épouse du président de Terminal Varreux et membre fondateur des deux so- ciétés nouvellement créées. Des observateurs voient dans ces multiplicités d’entreprises ayant les mêmes vocations se proté- geant mutuellement, un moyen d’assurer la défense du Terminal Varreux contre une décision fé- dérale négative à son encontre. Ce qui reste une réelle possibili- té vu que, selon les informations obtenues par les agents fédéraux, ce port aurait tout mis en œuvre pour faciliter la récupération de la cargaison illicite par les hom- mes d’affaires qui avaient effec- tué la transaction avec les cartels latino-américains de drogue. Cette théorie s’est dévelop- pée à lumière des données sur les objectifs de « la Société » qui se confondent avec ceux du Ter- minal Varreux. On en veut pour preuve, les informations rela- tives aux buts de cette compa- gnie dont les caractéristiques élargissent ses horizons, lui per- mettant de fournir toute une gamme de services dans plu- sieurs domaines. En effet, sous la rubrique des objectifs de « la Société », l’Avis du ministère du Commerce et de l’Industrie souligne : « exploita- tions des activités de manuten- tion de conteneurs, de général cargo et de fret sec en vrac, à l’exception du vrac liquide et du ciment en vrac au sein du péri- mètre foncier du terminal Var- reux (le “ Terminal ; « à ce titre elle s’adonnera à l’aménagement des espaces et à la construction de quais, terre- pleins, bâtiments et hangars né- cessaires pour la bonne exploi- tation de l’activité de la Société, au maintien du dragage, à l’ac- quisition d’équipements por- tuaires pour la manutention de conteneurs (...) ». Une société anony- me d’État dirigé par un privé ? La stratégie des responsables du TerminalVarreux déroute les ob- servateurs en ce sens qu’une so- ciété anonyme d’État créée par des hauts fonctionnaires de l’ad- ministration publique a une enti- té privé comme directeur de son Conseil d’administration. En effet, il est rapporté dans Le Moniteur du 9 juillet 2015, cité plus haut, que la « Société Holding d’Investissements 1 S.A.», qui vient d’entrer en asso- ciation avec « la Société », a Richard Lebrun, également ac- tionnaire du Terminal Varreux, comme président du Conseil d’administration. Pourtant dans le numéro extraordinaire de Le Moniteur, en date du 22 no- vembre 2013, il est fait état de la création d’une société anonyme dénommée « Société Holding d’Investissements 1 S.A. », au rapport du notaire Jean- Marie Jude Emmanuel Lesly Laroche, au capital de 25 mille gourdes; et qui a pour avocat Me Camille Fièvre. L’avis du ministère du Com- merce et de l’Industrie relatif à cette entreprise reste muet sur les détails de sa formation mais cite un fonctionnaire d’État comme président de son Conseil d’admi- nistration. Le document, tel que publié dans l’organe officiel du gouvernement signale que «l’- original du procès verbal de la première réunion de l’Assemblée constitutive de la Société anony- me dénommée “Société Holding d’Investissements 1 S.A. “ tenue à la date de dix mars deux mille treize ». On peut lire plus loin : «Ledit procès verbal est dactylographié au recto d’une feuille de papier blanc et est revêtu de trois signa- tures identifiées comme étant celles de Madame Marie Gesly Lévèque, de Monsieur Andy René et de Monsieur Jean Philippe Vixamar ». Parmi les décisions prises par les fondateurs de cette société, la cinquième stipule : « Jusqu’à la réunion de la prochaine Assem- blée générale des actionnaires, le Conseil d’administration de la Société sera composée comme suit : « Centre de facilitation des investissements représenté par son directeur général, Monsieur Andy René identifié au No. 003- 869-900-8, Président; « Banque Populaire Haïtien- ne (BPH), représentée par le président de son directeur géné- ral, Madame Gesly Lévèque, identifiée au No. 003-047-815-4, secrétaire; « Banque nationale de crédit (BNC), représentée par le prési- dent de son Conseil d’adminis- tration, Monsieur Jean Philippe Vixamar ». D’aucuns se demandent comment justifier la mise en cir- culation d’une « édition extraor- dinaire » du Moniteur pour don- ner publication à l’avis autori- sant le fonctionnement de la société « Société Holding d’In- vestissements 1 S.A. ». Au fait, au sommaire de ce numéro de l’organe officiel figure égale- ment un avis relatif au fonction- nement de la société « Catalog Construction S.A. ». Mais la co- pie du Moniteur consultée ne fait aucune allusion à cette dernière entreprise. À la lumière de ces faits, tout laisse croire qu’il y a anguille sous roche et que le pouvoir en place a toutes les rai- sons de créer une association entre lui et les responsables de «Société Holding d’Investisse- ments 1 S.A. », qui, à leur tour, sont affiliés au Terminal Var- reux. Cela pourrait confirmer l’information selon laquelle au moins un membre du gouverne- ment Martelly avait persuadé les dirigeants de ce port d’accueillir le Manzanares, bateau battant pavillon panaméen arrivé au port Varreux avec quelque 665 ton- nes de sucre parmi lesquelles ont été découvertes, après trois se- maines de fouille-déchargement, environ 140 tonnes de cocaïne, d’héroïne et de marijuana. Cette découverte par des policiers haï- tiens, surveillés de près par des agents de la DEA, a déclenché cette enquête fédérale multifor- me au bout de laquelle plus d’une douzaine d’actes d’incul- pation pourraient être émis. Le Terminal Varreux et l’affaire du bateau d’Accra Au regard de l’enquête fédérale sur l’arrivée en Haïti du bateau Manzanares, son accostage au Terminal Varreux suivi de la confiscation du vaisseau et de sa cargaison par les autorités poli- cières haïtiennes, sous haute sur- veillance des agents de la DEA, les responsables de ce port doi- vent avoir de grands soucis. Au cas où ils seraient inclus dans l’action fédérale visant potentiel- lement les hommes d’affaires haïtiens impliqués dans l’achat suivi des arrangements ayant abouti au transport de la cargai- son illicite à Port-au-Prince. Le fait que la destination du Man- zanares était le Port Varreux met le port en très mauvaise posture. En effet, tout dépend de ce qu’auront établi les autorités judiciaires fédérales en termes de responsabilités du port d’en- crage du vaisseau, les experts en droit criminel au niveau fédéral pensent qu’un verdict de culpa- bilité pourrait entraîner une ou deux conséquences. La mise à l’index du Terminal Varreux par les bateaux commerciaux tou- chant les ports américains. Puis- que, soulignent ces experts, un bateau pris en flagrant délit de transport de drogue est banni de mouiller dans des ports améri- cains. D’autre part, affirment encore ces experts, dépendant de la gravité du verdict, les autorités judiciaires fédérales pourraient décider d’opérer la saisie du port. Le grand problème de l’ad- ministration du Terminal Var- reux réside dans les témoignages faits par au moins un des dockers réguliers de ce port, qui aurait déclaré que « les patrons sa- vaient » qu’il y avait la drogue à bord. Il semble que d’autres témoins aient corroboré les aveux de ce docker. Mais il y a encore d’autres témoins secrets qui auraient fait « des aveux compromettants » contre les responsables du port et les importateurs de la marchan- dise que transportait le bateau. On affirme, dans les milieux proches des procureurs fédé- raux, que des actes de mise en accusation seraient « prêts » et qu’on commencera prochaine- ment avec des arrestations. Suite en page 8 DANS L’AFFAIRE DU BATEAU D’ACCRA, ACCUSÉS ET TÉMOINS À CHARGE IDENTIFIÉS Le terminal Varreux confronté à l’isolement commercial ou à la saisie fédérale Take Out & Catering We serve a delightful array of dishes for Breakfast, Lunch and Dinner Located Next to MERRICK LAUNDROMAT AT 233-06 Merrick Blvd. (between 233rd St. & 234th St.) Phone: 718-341-8566 Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 5
  6. 6. BWOUKLIN, NOUYOK – Depi aprè 18 novanm 1803 lè yon gwo kokenn viktwa te eklate pou pèp ayi- syen pran endepandans li nan lakou Vètyè, nan Nò peyi a, pou akouche premye janvye 1804 ki te vin fè nou tout lib e pou te penmèt lot nasyon yo te vin lib tou la, pèp ayisyen te ranpò- te yon viktwa san parèy nan peyi Etazini 20 avril 1991. Se yon jou ke Ayisyen pa fouti bliye, paske l te fè pon Bwouklin nan sekwe avèk mas pèp sa a mele avèk kèk etranje pou te reklame dwa pa l kòm pèp tou k ap viv nan peyi etran- je. Si nou konprann se ti bagay sa a ki kapab fè nou reprann valè nou sou planèt la, nou nan erè, daprè sa obsè- vatè yo deklare. Yon nasyon ki reyèl- man vle avanse vre dwe fè anpil jèfò pou l viv nan linyon ki se sèl garanti nou.Dayè,seyondevizkezansètnou yotekitepounoutekapabitilizelpou n rete konsekan a nou menm. Malarèzman, gen anpil nan nou ki reyèlman pa konprann istwa peyi nou nan fè jalouzi ki definitivman p ap mennen nou okenn kote. Nou tout gen menm dwa kòm sitwayen peyi a. Se linyon nan tout sans ke zansèt nou yo te mande n pou n fè defason pou n sa kenbe flanbo libète a. Nou refize fè tout sa ki bon pou n rive ansanm nan kafou devlopman k ap bon pou nou tout e k ap fè tout moun respekte nou. Jounen jodi a sa nou konstate nan sen nou se jalouzi, egoyis avèk anbi- syon meskin ki anpeche nou fè bon bagay. Bagay yo dwe chanje nan tout sans e se sa tout atis ayisyen yo mande nan mesaj yo toujou fè pase. Malerèzman, politisyen ayisyen refi- ze fè yon antant antre yo pou penmèt chanjman total kapital nan peyi a. Avan gouvènman Mateli/Pòl remèt plas la bay yon lòt gouvènman pou kontinye travay la, li te òganize yon festivite ki rele Karifyesta; se te yon rankont atis etranje e ayisyen pou yon inyon atistik. Tout moun te kons- tate kominyon fratènèl kote tout atis reyini sou menm platfòm oubyen sèn pou yo manifeste lanmou yo pou Ayiti, manman nou. Koudjay sa a retire tout èn ak politik ant patizan ak patizan e mizi- syen yon gwoup ak yon lòt. Se nan momansaavrenoutewèkoteChaba te vin nan « TVice » Tivas pou l te montre lemonn ke l pa gen anyen avèk Wobèto pou yo te chante an- sanm e fòme chenn solidarite a pou yokapabavansepidevan.Setereyèl- man yon kominyon e yon leson ke politisyen yo dwe tire pou penmèt peyi a respire nan tout sans. Toutmounapmandesisemovèz fwa ki nan kò politisyen nou yo ki refize kole zèpòl ak zèpòl pou yo fè kesyon yo. Si mesye-dam yo t ap reglezafèpeyi,tankouanpilsitwayen konsekan e konsène di, yo t ap fòme yon sèl blòk pou yo pran pouvwa a e aprè yo ta fè yon pataj pou tout moun jwenn moso gato pa yo. Anbisyon lidèyoparètlèdkeyofèfayitnantout sans. Se yon makon radotè yo tout ye Nou te rive nan Bwouklin same- di swa e nou te tande koze pou n pa chape. Nou oblije rete la pou kite lòt yo pase opinyon yo nan zafè peyi a. Yon sèl nou fèb, ansanm nou fò Jesnè : Nou pa fouti rete endiferan devan sa Mateli fè a pou penmèt linyon nan sen popilasyon an nan reyalizasyon Karifyesta ann Ayiti, ki se douzyèm aktivite ke tout peyi manm Karikòm pran pou òganize chak mwa dawou yon maryaj ou linyon tout atis nan Karayib la pou youn konnen lòt. Se yon bèl inisyativ e nou felisite manm òganizatè yo ki konn fè bon bagay. Kamita  : Gade, Jesnè, mwen pa renmen sa ditou, paske w vòlè lide m pou pote ban nou. Se sa m ta pral di. Antouka, se pa mal, paske nou dwe panse ansanm pou n fè bèl bagay. Jesnè : Mwen byen kontan ou vin avèk bagay sa a ki ekstraòdinè. Nou dwe travay ansanm pou bon repita- syon peyi nou, paske nou kapab nan tout sans. Gade yon festivite ki ògani- ze nan lanmou. Kamèn  : Ou fè tout, Jesnè ak Kamita. Mwen santi m fyè mwen se Ayisyèn. Nou se yon pèp ki gen mati- rite nan tout sans. Si nou te mete tèt nou ansanm, nou t ap fè anpil mèvèy. Se pou nou tout fyè nou se Ayisyen, paske nou gen talan pou n fè bèl bagay. Nan sikonstan sa a, nou gen dwa pou n di mèsi pèp ayisyen ki konn apresye e koopere tou. N ap di tout etranje yo mèsi ki te fè deplas- man an pou patisipe nan festivite sa a. Kamita : Non, Kamèn, ou pa fouti pran kòn nan nèt pou ou, paske gen lòt ki vle di yon mo tou. Fòk ou pa fè tankou vye politisyen figi di yo ki pran nan pwòp pyèj yo, paske yo pa janm vle aprann bon bagay. Nou tout Ayisyen otantik, ki konn apresye, dwe fyè e nou tout fè yon chenn soli- darite pou n di prezidan Mateli mèsi paskelikonprannvalèyonatiskòmli menm se atis tou. Gade yon prezidan ke bann teworis la te vle voye ale odyab. Kantav :Yotoutseziesetevèvenn y ap pran, paske yo pran nòmalman 5 a zewo nan tout tou kò yo, paske yo pa janm prepare yo e yo tout refize kwè ke se linyon ki mennen lafòs. Kamita  : Kantav, ou pa manti, paske yè mwen te pase lakay Ti Jan, mwen wè se te vèvenn li t ap bwè, paske Lavlas la fini e li tounen defen tou. Non, mezanmi, se pa posib sa menm, paske bann kreten yo dwe retounen al aprann politik, tout ekspè nanpolitikyojanmregleanyenserye. Gen yon pakèt Nèg ki rele tèt yo poli- tològ ki pa menm konnen nosyon politik. Se yon makon malpwop. Kamèn : Se sa menm, sè mwen. Nan tout bagay yon moun ap fè nan lavi a, fòk gen preparasyon, paske denmen pa janm pote anyen si w pa prepare depi byen avan. Ti Nèg Dayiti refize aprann leson yo pou yo rive fè bèl bagay. Krisyan : Mesye-dam atis yo voye yon mesaj bay bann enkonsyan yo ki refize lage peyi a nan malfezans yo. Sa demontre nou klèman ke nou pa gen lidè nan peyi a. Nou gen yon pakèt vagabon, mechan ki reyèlman pran plezi nan kreye kriz. Michèl : Nou nan tout sa k pa bon, paske si n pa mete yon fren nan zak briganday k ap fèt nan peyi a, nou p ap janm fè youn pa. Politisyen nan peyi lakay pa bezwen anyen ke vin okipe pozisyon fotèy boure a pou yo fè fòtin yo, pou yo vin milyonè tank- ou zòt. Non , pa gen plas pou yo. Kantav :Michèl,frèmwen,noupa kache men voye wòch e nou pa janm kache lonbrit pou n benyen. Dayè, nou pa nan zafè pale daki. Nou dwe di bagay yo jan yo ye. Kesyon zafè zòt la, nou pa ladann. Se 2 prezidan nan peyi a ki vin milyonè, se Papa Dòk ak Ti pè a. Pa gen lòt ankò. Nou pa nan voye monte ni nou pa rete avèk oken pap pou n pa di verite a. Michèl : Se yon fason pale paske nou menmAyisyen pa janm vle non- men non moun, nou prefere fe refe- rans. Mwen konprann ou pafètman paske nou p ap viv nan tan lontan kote nou pa t fouti opine. Nou te zon- bifye. Jodi a se demokrasi nan tout tou kò nou pou n di sa ki reyèlman fè nou mal ak tout sa k fè nou plezi sou dal. Anverite, mwen dakò avèk ou sou tout pwen e sou tout fòm. Sena : Bon, mezanmi, nou pa wè jan sa ta bèl si n mete tèt nou ansanm pou n fè bèl bagay. Se movèz fwa anpil nan nou ki lakòz nou dèyè kamyonnèt la ap rele Yogàn, Yo- gàn… tout lasentjounen. Bagay mete sou dèyè paske nou pa fouti evolye pou n fè bèl bagay tankou vwazen an ak lòt nasyon yo. Sovè :Noumalonnètenoupakonn bèl bagay menm. Non se pa serye sa pou n rete konsa ap betize. Sa n ap kitepoulòtjenerasyonyo.Zansètnou yo te kite bon bagay pou nou ki sèvi nou e sèvi lòt pèp sou tè a. Libète se sa li ye e se sa tout moun bezwen pou avanse. Lè w sou dominasyon, ou pa fouti pwodwi, paske ou sou zòd. Se pounmetetoutdinozòyodeyòpoun pran responsabilité peyi a. Nou tout wè ki dega Nèg yo fè pou anpeche peyi a avamse. Nou pral ba yo kanè. Samyèl : Ou gen rezon, Sovè e ou pale dò nan tout sans. Mwen kwè menm jan avèk ou, paske tout sa w di la a avèk lòt fè pwa sou balans la. Mwen dakò avèk nou pou n pran res- ponsabilite nou. Nou gen yon peyi k ap fini nan men nou, malgre jefò yon ekip ap fè e lòt ekip la ap sabote l. Se pou mete tout vagabon sa yo nan wòl yo pou yo sispann anmède moun . Selya : Non, se pa serye sa pou n kite yon ti ponyen malonnèt ap boul- vèse peyi a konsa. Nou bezwen yon lòt revolisyon pou chatye e menm chatretoutvagabonyokienpozepeyi a dekole. Yo mèt di tout sa yo vle, Mateli fè anpil istwa nan peyi a. Kòm se kritike yo la sèlman pou kritikwe sanpoteyonsolisyonpoupwoblèmn ap konfwonte. N ap pare pou yo nan chimen jennan an pou n ba yo tout sa yo merite. Grasya : Ou pale dò, kòmè mwen. Nou bezwen fè aksyon tankou nou kòmanse fè l la. Ou pa wè pèp la pa okipe yo, paske l pa kwè nan yo ankò kòm blofè e menm teworis tou. Mona  : Gason mwen, ou di yon pawòl ki fò anpil. Si pèp la t ap koute yo, nou t ap nan yon kriz san parèy, paskejepeplakleresouchemenkon- petans pou l fè siksè. Je pèp la klere sou bagay ki bon k ap sèvi l tou Kamita : Nou kapab remake jan pèp la boude yo. Se opozan fawouch sa a, Tinèb Dèlpe, ki fè konnen sa yo te espere a p ap sa rive, paske yo te konprann nan jounen 12 janvye sa a, pèp la t ap leve kanpe pou l te mete Mateli atè. Sa se te byen konte, mal kalkile. Se Bondye ki te mete Mateli pou sove peyi sa a e kòmanse bay Ayiti yon figi abòdab. Selya  : Se sa l ye menm. Mwen kwèpèplapralvotekonpetans,moun k ap vin fè pou peyi a e non pa k ap vin pran tankou anpil vòlè ap pare yo pou y al tire lèt nan manmèl bèf la. Dimèl : Se yon pakèt asasen, vòlè, tou pare e san wont tou ki amize yo piye olye pou yo ede. Se sa k fè gen yon pakèt kandida malatchong nan peyi a ke gwoup frè Paran an mande pou lage chen dèyè yo tout kòm delenkan, tapajè, ensanse e menm gwo lide. Simeyon : Mwen dakò avèk yo, paskeseyonpakètatoufèkireyèlman pa gen yon plan pou peyi a. Yo youn pa gen yon pwojè pou sosyete a, paskeyotoutpasensè.Napparetann yo tout pou n ba yo sa yo merite, paske nou deja konnen pou ki moun nou pral vote pou ede peyi a an jene- ral. Nou p pral vote enkonpetans. Kamita : Se pa serye sa pou depi 1803 nou fin pran endepandans nou, aprè 300 an soufrans, tribilasyon ak tout sòt enjistis pou gen moun ki pare ankò pou vin souse manman nou. Moun sa yo san konsyans e yo gen pou peye pou zak kriminèl sa yo ki anime nan konsyans yo. Klotid : Nèg yo pa reflechi.Yo tout apkouripouyalchitasouchèzboure a ki chaje ak pikan. Se nan san sans anpil mesaje kontinye ap voye mesaj pou tout sa ki gen zòr tande e koute tou. Mwen sonje kèk pasaj nan yon chante gwoup Koudyay ke wa Kesi avèk tout sèvitè li yo te pote pou pèp la. M ap mande pou n pran tan nou pou n tande pawòl yo : « Pèp o. pèp o, pèp o ! Kouman nou ye ? Mwen konn sa n ap pase Anba bouch mechan yo Tout kote nou pase Yo tonbe kritikwe n. Yo di n ap sa ekri analfabèt Nou p ap sa ekri non vanyan nou N ap fè yo wè non n ekri : « P… e aksan fòs P se pèp la » Alfabetize, n ap kenbe vòlè fo papye yo Lè sa a y ap kriye Nou menm n ap fete Na vin eklere Nou p ap pran fo papye vòlè save Nou mèt si se te yon zetwal Ki te klere tout latè Epi li te respekte moun sa a Ki aprann li a 40 an Mezanmi, yo mèt ban mwen kou Pou verite m pale a Si w al Site Solèy, wa jwenn Wa jwenn yon pèp k ap kriye Mezanmi, yo mèt fizye m Pou verite m ap chante a Si w al Matisan, Wa jwenn yon pèp k ap kriye Mezanmi, ou mèt sapata m Pou verite m pale a Si w pase Lasalin, Wa jwenn yon pèp k ap kriye Pandan m ap pase Mwen tande yon vwa k ap kriye Vwa a tèlman tris Se yon pèp k ap soufri, Mwen t ap souri Menm moman an m vin fremi Kay la se pa w Peyi a se pou ou. Pi gwo manman kriye ! Pi gwo manman kriye ! Men Labib te pale vre Pèsonn pa aplike l. Lemonn ap boulvèse Lafen dimonn rive Ya mande Bondye e sa yo fè Woy, woy, woy, Pi gwo manman kriye ! Mari Woz, ede m kenbe koukou yo ! Jou bare, jou bare koukou yo Lanjelis, jou bare yo Yo kenbe koukou yo Yo mare 2 pye l Plonje l tèt anba Yo fè l depale Yo fè l pale fatra Li tande ! Depi pèp la parèt Mete tout zam atè Leve de men anlè Koul, nonb ! Alo. Alo Jeova ! Se sa menm pèp la bezwen Sekirite n ap mande ! Elektrisite n ap chache Se lasante n ap mande ! Se sa yon peyi bezwen Anpil sekirite Doktè pou lasante Ak elektrisite Si n alfabetize Peyi nou va mache Si tout Ayisyen te gen chans Met tèt ansanm Peyi n ta pi bèl. Yo bare koukou nan kalòj la Yo kenbe koukou nan kalòj la 6 Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 Kreyòl Ale nan paj 14 VERITE SOU TANBOU : Pèp ayisyen konnen, li wè, li pale verite Si nou te mete tèt ansanm nou ta fè anpil mèvèy Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 6
  7. 7. 7Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 AVIS DE DIVORCE PAR CES MOTIFS, le Tribunal, après examen, le ministère public entendu, maintient le défaut octroyé contre la défenderesse à l’audience précitée; pour le profit déclare fon- dée ladite action. Admet en conséquence le divorce du sieur PHORTU MARCELIN d’avec son épouse, née CIDONIAALCIDONIS, pour injures graves et publiques. PRO- NONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits époux; ORDON- NE à l’officier de l’état civil de la Section Est de Port-au-Prince de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré dans l’un des quotidiens s’éditant à la capitale, sous peine de dommages-intérêts envers les tiers, s’il y échet; commet l’huissier JOHNNY JEAN de ce siège pour la signification de ce jugement; compense les dépens. AINSI JUGÉ ET PRONONCÉ par nous MARLEINE BERNARD DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi deux juillet juin deux mille quinze, en pré- sence de Me. RONALD PIERRE, substitut du commissaire du gouvernement de ce res- sort et avec l’assistance du sieur JOSEPH PIERRE-LOUIS, greffier du siège.- IL EST ORDONNÉ, à tous les huissiers sur ce requis de mettre le présent jugement à exécution, aux officiers du ministère public près les Tribunaux civils d‎’y tenir la main, à tous les commandants et autres officiers de la force publique d y pr ter main forte lorsqu ils en seront l galement requis.- EN FOI DE QUOI, la minute du pr sent jugement est sign e du juge et du greffier susdits. Ainsi sign ˚: MARLEINE BERNARD DELVA et JOSEPH PIERRE-LOUIS Pour exp dition conforme collationn e˚ Le Greffier AVIS DE DIVORCE PAR CES MOTIFS, le Tribunal, après examen et sur les conclusions du ministère public, maintient le défaut octroyé contre la défenderesse à l’audience précitée, pour le profit du défaut, déclare fondée ladite action, admet en conséquence le divorce du sieur Shubert CINÉUS d’avec son épouse, née Nadège DORIVAL, pour injures graves et publiques aux torts de l’épouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre lesdits époux; ordonne à l’officier de l’état civil de la Section Sud de Port- au-Prince de transcrire dans ses registres à ce destinés, le dispositif du présent juge- ment dont un extrait sera inséré dans l’un des quotidiens s’éditant à la capitale, sous peine de dommages-intérêts envers les tiers, s’il y échet, commet l’huissier Clerbrun FAURE de ce siège pour la signification de ce jugement; compense les dépens. AINSI JUGÉ ET PRONONCÉ PAR NOUS, Gerty Léon ALEXIS, juge en audience civi- le, ordinaire et publique du trois juillet deux mille quinze, en présence de Me. Mirlande Dupiche PRÉVOST, substitut-commissaire du gouvernement de ce ressort avec l’assis- tance du greffier Joseph PIERRE LOUIS. IL EST ORDONNÉ, ETC. EN FOI DE QUOI ,ETC. POUR EXPÉDITION CONFORME COLLATIONNÉE Me. Sergot ORESTE AVIS DE DIVORCE PAR CES MOTIFS, le Tribunal, après examen, le ministère public entendu, maintient le défaut octroyé contre la défenderesse à l’audience précitée; pour le profit déclare fondée ladite action. Admet en conséquence le divorce du sieur Gesner Morancy d’avec son épouse, née Rose Marie Thélimond, pour injures graves et publiques aux torts de l’épouse. Prononce la dissolution des liens matri- moniaux existant entre les dits époux; ordonne à l’officier de l’état civil de Delmas, de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif du présent juge- ment dont un extrait sera inséré dans l’un des quotidiens s’éditant à la capitale, sous peine de dommages-intérêts envers les tiers, s’il y échet; commet l’huissier VILNERET GABRIEL de ce siège pour la signification de ce jugement; compen- se les dépens. AINSI JUGÉ ET PRONONCÉ par Nous, Marlene Bernard Delva, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi dix huit juin deux mille quinze, en présence de Me. Ronald PIERRE, substitut du commissaire du gouvernement de ce ressort et avec l’assistance du sieur JOSEPH PIERRE-LOUIS, greffier du siège.- Me. Gilbert Myrthil, Av. MAISON À VENDRE Grande maison double à Santo 19, bâtie sur une pro- priété clôturée de 25/100, soit _ de carreau. Évaluation formelle par un ingénieur accrédité. Si- tuée dans une zone tran- quille, maison basse, spa- cieuse et attrayante répartie sur deux ailes attenantes, idéale pour deux familles. Comprend 5 chambres à coucher, 2 salles de bain, 2 salles à manger, 2 cuisines, 2 salons et 2 galeries. Grande cour avec jar- dins, arbres fruitiers, puits, dépendances. Pour infos : 509-3430-5909 ou 509- 3264-6957 ou 347-809- 4502. A Vendre 2 Propriete/Terrain Terrain a vendre dans la region de Turgeau a Port-Au- Prince, Haiti. Valeur a 60-70 mille de dollars. Negotiabe. 2eme Terrain dans la region de Avenue Christophe, Port- Au-Prince. Valeur a 50-60 mille dollars. Si vous etre serieusement interesse, veuillez appeler le numero (718)- 850-6019. For Sale 2 pieces of Land/Property One piece of land is located in “Turgeau”, Port-Au-Prince, Haiti. Valued at $60-70 thousand dollars. Price is negotiable. Second piece of land located at Avenue Christophe, Valued at $50-60 thousand dollars. If you are seriously interested, please call (718)850-6019. Leave a message when answering message is on. Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 7
  8. 8. 8 Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 8
  9. 9. 9Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 9
  10. 10. LL e Conseil électoral provi- soire (CEP), aux comman- des de Pierre Louis Opont, de concert avec la prési- dence, ont projeté de faire main basse sur l‘appareil d’État en noyautant les différentes institutions qui la composent avec des élus in- dignes et non qualifiés. Tel a toujours été et reste l’objectif visé par Michel Martelly, ses amis et clientèles poli- tiques, qui ont besoin de tels moyens pour accélérer la descente aux enfers du pays que le régime tète kale a amorcée dès le lendemain de l’inves- titure de Sweet Mickey. Le scrutin du 9 août 2015 a été conditionné de ma- nière à satisfaire aux intérêts sordides de cette équipe, qui ne s’est pas gênée pour accoucher de cette mas- carade au vu et au su du monde en- tier. C’est pourquoi, accepter les ré- sultats bidon de ces élections équi- vaut à la prise en otage d’Haïti par des brigands avec les conséquences néfastes que cela apportera au pays. Pour commencer, les nombreuses dérives du pouvoir rose, qui jalonnent l’administration Martelly Lamothe, d’bord, puis Martelly-Paul, ne sont qu’un avant-goût de ce qui sera servi au peuple haïtien par un gouverne- ment avec un Parlement majoritaire- ment composé de criminels dénon- cés et dans les postes clés du pays des individus nommés par ces der- niers. Un tel scénario sera garanti si l’œuvre scélérate de ce CEPn’est pas combattue et ses auteurs mis en déroute, en sus de recevoir le juste châtiment que mérite leur forfaiture. En effet, après plus de quatre ans de gouvernement, Martelly et son équipe ont mis le pays en coupe ré- glée, trop souvent éliminant les ac- quis démocratiques et sociaux ga- gnés de hautes luttes au cours des dernières décennies. Les défenseurs de la démocratie et ceux qui se bat- tent inlassablement pour l’intégrité de nos institutions ne peuvent oublier de si tôt les accrocs faits à la Cons- titution et aux normes républicaines par le président Martelly et ses con- seillers. Certes, non seulement les «bandits légaux » occupent le haut du pavé, sous le régime tèt kale, mais encore le Palais national intervient de manière éhontée dans les déci- sions judiciaires, faisant innocenter les criminels et niant justice aux vic- times. La Constitution et les lois du pays son violées avec impunité par le président haïtien, ses partisans et ses amis. Ceux pris en flagrant délit dans la perpétration de crimes sont blan- chis par des juges triés sur le volet par M. Martelly qui, trop souvent, intervient pour arracher ses amis des griffes de la justice; ou bien pour empêcher que soit dit le mot du droit sans inhibition ou interférence. Ci- tons, à titre d’exemples, le cas Calix- te Valentin, conseiller spécial du pré- sident Martelly renvoyé hors de cause pour le meurtre en flagrant délit d’un commerçant de Fonds Parisien; la mort dans des circons- tances jamais élucidées du juge Jean Serge Joseph, qui était chargé de l’instruction du dossier de la premiè- re dame et du fils aîné du président accusés de détournements de fonds publics, de corruption et d’associa- tion de malfaiteurs; intervention directe de M. Martelly pour faire li- bérer son ami Woodley Éthéard, communément appelé Sonson La Familia, chef de gang arrêté pour tra- fic de drogue et kidnappings; sous l’administration Martelly-Lamothe, des centaines de prisonniers ont été libérés d’une prison de haute sur- veillance afin de faciliter l’évasion de trafiquants de drogue colombiens; l’homme d’affaires Clifford Brandt, incarcéré pour kidnappings, attend encore son procès plus de deux ans après son arrestation; au nom du chef de l’État, le ministre de la Justice fit arrêter l’instruction du dossier du tra- fiquant de drogue Evinx Daniel, ami et partenaire en affaire du chef de l’État, qui disparut ensuite sans lais- ser de traces. On ne peut énumérer ici tous les cas de corruption signalés contre la famille présidentielle et des proches du premier citoyen du pays. On se borne à souligner les plus flagrants, notamment les détournements de fonds perpétrés contre les caisses pu- bliques et les accusations de corrup- tion dont le président Martelly est directement accusé. En effet, le président haïtien a reçu plus de USD 2 millions de pots de vin du sénateur dominicain Félix Bautista en échange de contrats de construction octroyés aux firmes de ce parlementaire. Michel Martelly et Laurent Lamothe ont dilapidé le Fonds PetroCaribe et le Fonds d’- éducation sans jamais fournir de jus- tifications pour les millions décaissés soi-disant pour financer des projets de construction. Voilà succinctement les brigan- dages perpétrés dans la gestion des affaires du pays par Michel Martelly et sa clique, au cours des quatre der- nières années. Après tout ce gâchis assorti de crimes graves rendant M. Martelly et ses complices passibles de poursuites judiciaires, ce dernier se débat comme un beau diable pour éviter d’affronter l’orage dont il craint l’approche. D’où son projet d’occuper tous les compartiments du pouvoir en y favorisant l’accès à ses hommes et femmes de confiance qui, comme lui, sont à la recherche d’im- punité pou éviter de se retrouver au rendez-vous avec la justice. Incontestablement, cette vaste conspiration électorale montée par Pierre Louis Opont et son CEP, de concert avec Michel Martelly, les partis PHTK, Bouclier, Vérité et leurs alliés vise tout simplement à prendre le pays en otage. Négliger de se battre rudement pour contrecarrer un tel projet équivaut à contribuer à sa réussite. Il appartient donc aux authentiques filles et fils d’Haïti de barrer la route à ces imposteurs par tous les moyens démocratiquement possibles. Nonobstant une conspiration d’un autre genre concoctée par un secteur de la communauté internationale, pour quelque raison que ce soit, afin de faire passer cette mascarade d’élections, les amis et défenseurs de la démocratie ne doivent pas donner dans le panneau. Car seuls les Haï- tiens savent et comprennent ce que signifie la perte de la souveraineté démocratique du pays au profit d’- une clique de bandits. En un mot, il faut absolument rejeter le scrutin du 9 août 2015. 10 Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 ÉDITORIAL Haïti- Observateur P.O. Box 356237 Briarwood, NY 11435-6235 Tél. (718) 812- 2820 Pour sauver Haïti, il faut rejeter le scrutin du 9 août 2015 Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 10
  11. 11. TT he Provisional Electoral Council (French acronym CEP,) under the leadership of Pierre Louis Opont, together with the presiden- cy, plan to make off with the state apparatus by stacking the various ins- titutions with elected individuals who are both unworthy and unqualified. This has always been, and remains the objective of Michel Martelly, his friends and political clients who need such means to accelerate the down- ward spiral of the country started by the bald-headed team since the day after the inauguration of Sweet Mickey. The result of the August 9, 2015 vote was inured to meet the sor- did interests of the team that gave birth to this masquerade in full sight of the whole world without the slight- est embarrassment. Therefore, ac- cepting the phony election results is equivalent to helping Haiti to be taken hostage by brigands with all the negative consequences this will bring upon the country. For starters, the numerous drifts of the pink power, which mark the Martelly-Lamothe administration, first with Martelly and Lamothe, then with Martelly and Paul, are only a prelude to what will be served to the Haitian people by a government with a Parliament mainly composed of denounced criminals and individuals appointed by them in key positions throughout the land. Such a scenario will be guaranteed if the work of this villainous CEP is not addressed and those responsible for it routed, in addition to receiving their just pun- ishment that their acts of malfeasance deserve. Indeed, throughout more than four years of Martelly government, he and his team have the country under their collective thumb, elimi- nating the democratic and social gains won at the price of high strug- gles in recent decades. The defenders of democracy and those who are tire- lessly fighting for the integrity of our institutions can‘t forget any time soon snagging made to the Constitution and republican standards by Presi- dent Martelly and his advisers. Cer- tainly not only the “legal bandits” oc- cupy the high ground, under the bald- headed régime, but the National Pa- lace is shamelessly involved in judi- cial decisions, ordering criminals to be rendered innocent, and denying justice to victims. The Constitution and the laws of his country are violat- ed with verve and absolute impunity by the Haitian president, his support- ers and friends. Those caught in the commission of crimes are set free by judges handpicked by Mr. Martelly who, too often, intervenes to rescue his friends from the clutches of jus- tice; or to prevent a final legal deci- sion from being rendered without inhibition or interference. These in- clude, as examples, the case of Calix- te Valentin, a special advisor to Pre- sident Martelly who was exonerated in the act of committing the murder of a trader from Fonds Parisien; it has never been established as to the death of Judge Jean Serge Joseph, in un- clear circumstances, who was res- ponsible for investigating the case of the first lady and the eldest son of the president accused of embezzlement, bribery and criminal conspiracy; direct intervention of Mr. Martelly to free his friend Woodley Éthéard, commonly known as Sonson La Familia, a gang leader arrested for drug trafficking and kidnappings; under the Martelly-Lamothe regime, hundreds of prisoners were released from a high security prison to facili- tate the escape of Colombian drug traffickers; businessman Clifford Brandt, imprisoned for kidnapping, is still awaiting trial more than two years after his arrest; on behalf of the Head of State, the Minister of Justice ordered the arrest of the investigation of drug trafficker Evinx Daniel, a friend and business partner of the Head of State, who later disappeared without a trace. We can‘t list all the cases of cor- ruption reported against the presiden- tial family and relatives of the first citizen of the country. We’ll only point to the most egregious ones, in- cluding embezzlement perpetrated against public funds and perennial corruption charges against President Martelly who has been directly accused. Indeed, the Haitian president has received more than $ 2 million in bribes from Dominican Senator Felix Bautista in exchange of construction contracts awarded to firms belonging to this parliamentarian. Michel Mar- telly and Laurent Lamothe have squandered the PetroCaribe Fund and Education Fund without any explana- tion for millions allegedly disbursed to finance so-called construction projects. That succinctly describes cor- ruption cases committed in the man- agement of national affairs by Michel Martelly and his clique, over the last four years. After all this mess accom- panied by serious crimes making Mr. Martelly and his accomplices liable to prosecution, the latter is struggling like hell to avoid facing the storm he fears approaching. Hence his plan to occupy all areas of power by making them accessible to the men and women entirely devoted to him who, like him, are seeking impunity in order to avoid ending up at their well deserved rendezvous with justice . Undoubtedly, this vast conspira- cy mounted by Pierre Louis Opont and his electoral council, together with Michel Martelly, political par- ties PHTK, Bouclier, Vérité and their allies is simply a ploy being used to take the country hostage. Neglecting to fight rudely to thwart this project is tantamount to contributing to its suc- cess. It falls, therefore, to the genuine sons and daughters of Haiti to block the road to these impostors democrat- ically by all means possible and post haste. Notwithstanding a conspiracy of another sort concocted by a sector of the international community, for whatever reason, in order to pass this election farce, friends and defenders of democracy must not fall into their trap. Because only Haitians know and understand what it means for our country to lose its democratic sover- eignty in favor of a gang of bandits. In a word, we must absolutely reject the results of theAugust 9, 2015 elec- tion. 11Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 EDITORIAL Haïti- Observateur P.O. Box 356237 Briarwood, NY 11435-6235 Tél. (718) 812- 2820 To save Haiti, we must reject the results of the August 9, 2015 vote Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 11
  12. 12. 1212 Haïti-Observateur 2 -9 septembre 2015 2 septembre 2015 [1] Par Docteur Loren Ekroth, Ph. D. [2] Le point focal de l’article de cette semaine : Quelques « outils de conversation » différents peuvent optimiser la qualité de vos con- versations non seulement pen- dant « La Semaine de meilleures conversations », mais également à d’autres occasions. Les vieilles habitudes de conversationsontcommedesrai- nures dans un enregistrement de vinyle qui se traduisent par les mêmes conversations insipides lorsqu’il est tourné. Essayer quel- ques nouvelles approches pour- rait rafraîchir les entretiens de routine et produire une expérien- ce plus enrichissante. Quelques approchesdeconversationsdiffé- rentes avec des amis et des mem- bres de la famille : Pour évoquer des histoires de vie personnelles dans des groupes, essayez : 1. D’écouter des chansons populaires de ces dernières dé- cennies et demander aux adultes de partager le souvenir d’une ex- périence qu’évoque une chanson. Exemple : Pour moi, la chanson des Beatles « Hier » évoque le souvenir d’une romance dans les années 1960. 2. D’étaler des clichés sur une table et demander à chaque per- sonne d‘en choisir un et de racon- ter son histoire. Exemple:Unedemes photos préférées comme un petit garçon est lorsque j’étais assis au bout d’un quai avec une canne à pê- che, au cours d’un pique-nique familial. J’ai attrapé un petit arle- quin, mais ma sœur, qui se sentait désolée pour le petit arlequin, l’a pris et l’a remis dans le lac. Boo- hoo. 3. D’utiliser la nourriture ou des boissons comme des entrées. Par exemple, si vous vous ras- semblezpourunbanquetfestival, demandez aux participants d’ap- porter un plat traditionnel ou ancestral transmis par un aîné. «Ma grand-tante Emma a fait un menu spécial, et j’ai fait de mon mieux pour recréer le même. Ses ingrédientssont...» Ensuite,vous partagerez quelques souvenirs de votre tante. 4. Un segment de contes en cercle : À un certain moment, au cours de votre réunion, réservez une heure ou deux pour les adul- tes de partager brièvement des histoires de vie personnelles. Avertissez les participants à l’- avance que chacun sera demandé – mais ce n’est pas obligatoire – de partager une histoire person- nelle en réponse à des questions comme celles-ci : - À un couple : « Comment vous êtes vous rencontrés ? » - « Quelle a été votre premiè- re voiture ? » - « Quelle a été votre premier emploi ? » - « Quelle est la personne en dehors du cercle familial qui a eu le plus d’influence sur vous et sur votre vie ? » - « Quel est le meilleur conseil que quelqu’un vous ait donné ? Et qui était cette person- ne ? » Donnez aux gens le temps de réfléchir avant de raconter leur histoire. Si vous attendez leur ré- ponse avec impatience, cela leur rendra nerveux. Pour plus de questions, con- sultez des ressources supplémen- taires à www.storycorps.org où vous trouverez des centaines d’entre lesquelles choisir. a. Mettez de côté un temps et un endroit éloigné de toutes dis- tractions. Un salon ou la salle fa- milialeestmieuxquedes’asseoir autour d’une table. Pour un grou- pe de 10 ou moins, une heure d’horloge sera suffisante. Je sug- gère 5 minutes par personne, mais ce n’est pas nécessairement obligatoire, aussi longtemps que quelqu’un ne domine la conver- sation. b. Utilisez un microphone ou un téléphone intelligent. Cela permettraitauxintervenantsdese concentrer, et plus tard des CD de leurs histoires pourraient être dis- tribués à ceux-là qui n’avaient pas pu assister. c. Utilisez la méthode « pop- corn » afin que les participants ne parlent que lorsqu’ils sont prêts à le faire. C’est mieux que de faire « le tour du cercle », où les per- sonnes qui font la queue pour- raient s’occuper davantage à pra- tiquer ou à répéter leurs propres histoires, au lieu d’écouter. La méthode « pop-corn » est plus spontanée. 5.Amusez-vous avec des bis- cuits de fortune. À des dîners et même à des rencontres d’affaires mixtes, j‘ai utilisé des biscuits de qualité avec des fortunes fasci- nantes que j’ai glissées à l’inté- rieur. Voici 2 exemples que j’ai trouvés au hasard dans ma boîte de biscuits : « La vie est en mar- che, que nous nous comportions comme des lâches ou des héros » et « N’exigez pas de quelqu’un qu’ilvousdonnesonâmelorsque vous avez déjà obtenu son cœur». Je demande toujours aux par- ticipants de partager: “Quel est, s’il y en a, le rapport existant en- tre vous et votre fortune? Expli- quez.” Les réponses seront improvi- sées, spontanées, et souvent intel- ligentes. Autour d’une table, une personne à la fois ouvre un bis- cuit, lit la fortune à haute voix, et répond. En paires, faites la même chose. À des événements de ren- contre sociale, j’ai observé que des paires d’étrangers se dépar- tent des petites conversations ha- bituelles pour tisser des liens d’amitié plus solides. Pour éviter les fortunes vides de sens que je trouve souvent à un restaurant chinois dans mon quartier, j’utilise la marque Bol Doré (Golden Bowl), que j’ai achetée en ligne sur Amazon. com. Ou bien vous pourriez insé- rer des citations lapidaires et des pensées morales dans les biscuits que vous préparez vous même. Ce qu’il faut retenir aujour- d’hui : 1. Tout le monde a une histoi- re à raconter. Donnez-leur l’occa- sion de le dire. 2. Cessez les conversations de routine. Choisissez plutôt une approche différente comme l’une de celles mentionnées ci-dessus. 3. Profitez des rassemble- ments de famille durant les fêtes traditionnelles pour collecter des histoires précieuses des aînés de la famille. S’ils sont timides, mais quand même prêts à parta- ger en privé, vous pourriez les enregistrer sur une cassette audio oulesvidéographierendehorsdu groupe. StoryCorps.org contient de brillantes questions que vous pouvez poser à vos aînés. [1] Publié avec la permission du Docteur Loren Ekroth, éditeur du magazine Better Conversa- tions. Pour ceux qui préfèrent la version originale en anglais, ils peuvent s’inscrire pour l’abonne- ment hebdomadaire gratuit du magazine à : www.conversation- matters.com. [2] Docteur Loren Ekroth est un spécialiste américain en commu- nication humaine et un expert national en conversation des affaires et de la vie sociale. Traduit de l’anglais par Réginald Barthélemy, MBA Volume 3, Edition 84 TECHNIQUES DE CONVERSATION Tout le monde a une histoire à raconter By Reginald Barthelemy Centuries ago, a homeless Psy- chiatrist lived in a country where many of His contemporaries suffered from nervous or mental breakdown. This was because they had trouble making ends meet, and He gave them the best counsel ever for mental health and healthy living. From a mountaintop, He delivered a powerful speech ever recorded in the history of mankind. Down through the ages, His address has made a profound impact on the human family.As a prescrip- tion to an anxious crowd that gathered around Him, He said: “Do not worry about tomorrow; it will have enough worries of its own. There is no need to add to the troubles each day brings” (Matthew 6:34, GNT). His remark could be summed up in this way: “Get completely and totally engaged in living one day at a time.” The secret to healthy living lies in living in the present – one day at a time. Would you like to know how to live one day at a time? Here is how it can be achieved: Value each day as a gift from God Always begin the day with God. Speak to Him first before speak- ing to any human being. Have a good, well-balanced spiritual breakfast on empty stomach to break the fast from the night before. This can be accomplish- ed by praising Him for His pro- tective care during the night, by drinking a good dose of spiritual milk from the fountain of the Holy Word, and by presenting to Him your needs through prayer. Train yourself to have your mind stay focused on TODAY Life, real life, is lived one day at a time. We are not wired to man- age long lengths of time at a time, but we can surely manage one day at a time. A good many of us, however, act like fools; we are not content to live just one day at a time. We rather split ourselves and live in two differ- ent worlds at the same time. We have one foot in the past and the other in the future while putting off living in the present. But do you know this is not a wise way to live? When we do, we are hurting ourselves. Of course, this is a recipe for mental break- down. The healthy way to live is to shut off the past and the future and lock ourselves tight in the present. From the time you wake up until bedtime, make a conscious effort to be fully engaged in living and enjoying those hours. Cultivate a thankful attitude Never make a list of your trou- bles. Instead, count your bless- ings one by one. No matter what life hands you, always strive to look for the silver lining in every situation. Consider that it could have been worse. The benefits of a grateful attitude are count- less - physically, mentally, emo- tionally, psychologically, and spiritually. Be kind Kindness is the essence of life. Everyone who crosses our path is collapsing under the crushing burdens of life. It is simply hu- man to give a helping hand. During those 24 hours, seek to do at least one act of kindness to a person in need. As Alice Childress observed: “Life is just a short walk from the cradle to the grave, and it sure behooves us to be kind to one another along the way.” Be active If you feel worry coming on, wake up your happy hormones by getting busy involved in some physical activity. Worry does not disturb busy people. When you are busy, you have no time to feed your mind on any dark, distressing thoughts. Never forget that idleness is the mother of worry and anxiety. Have a forgiving spirit Not only is forgiveness a spiritu- al admonition, but there is also a direct link between un-forgive- ness and many health challenges people are facing. In the words of Dr. Glenn Mack Harndon: “Forgiveness releases the of- fended from prolonged anger, rage and stress that have been linked to physiological prob- lems, such as cardiovascular dis- eases, high blood pressure, hypertension, cancer, and other psychosomatic illnesses.” He suggests that among other things, releasing your anger reg- ulates your blood pressure. Live out your faith Be a living demonstration of your religious beliefs to the unbelieving world. While living in the present, make it your sacred duty to witness for God before the world and tell others about His goodness. And the best way to accomplish this is through your daily actions and words. As an unknown inspira- tional author puts it so eloquent- ly: “The way you live may be the only Holy Word many peo- ple read.” Today, many are bedridden or suffer from nervous or mental collapse or other health challen- ges because they rejected Christ’s counsel: “Have no wor- ries about tomorrow.” They thought that He was a lunatic.At this very moment you and I are standing at the intersection of two critical times: on one hand, the past and its dead yesterdays and, on the other hand, the fu- ture and its unborn tomorrows. We should neither be concerned about the past nor the future. A day of 24 hours is enough for us to manage. Living one day at a time is to our mental health something like gratitude to our physical health. It triggers a feel- ing of well-being – and it is easy to do and accessible to all. If you put into practice these seven steps, you have enough to keep you going and fully engaged in living in the present. How can you, in a practical way, put Christ’s counsel into practice in your daily life? Well, if you have both feet firmly planted in the present, you will have no time to be worried about the past or the future. Do you find them hard, or too hard, to practice? The counsel of the famous homeless Psychiatrist is still relevant. It makes for good mental, psycho- logical, physical, and spiritual well-being. Living one day at a time – living in the present – is the best and wisest way to live life. Food for Thought: “The great use of life is to spend it for something that will outlast.” (William James) September 2, 2015 Volume 3, Issue 93 POSTCARDS FROM AFRICA Living in the present MAISON À VENDRE Position Strategique donnant sur deux rues - Propriete Fonds et Batisse situee a Petion-Ville, angle rue Geffrard et Villatte #32, mesurant 76 pieds ou 24 metres 67 centimetres aux cotes nord et sud et 30 pieds ou 9 metres 75 centimetres aux cotes est et ouest. Prix a negocier. Tel. 212-569- 4068. Journal du 2 -9 septembre 2015:hO 9/1/15 3:35 aM Page 12

×