Nationaliser le seul site ArcelorMittal de     Florange serait une aberration      Xavier LE COQ, François PAGANO, Daniel ...
ArcelorMittal Florange : bref retour vers le passé2003 : Arcelor condamne la filière liquide lorraine dans le cadre du pro...
ArcelorMittal Florange : bref retour vers le passé2ème semestre 2011 … : crise des dettes souveraines en Europe, taux de c...
ArcelorMittal Florange : situation actuelle3ème semaine de novembre : le Ministre du Redressement Productif annonce qu’il ...
La nationalisation du seul site de Florange          est-elle une idée réaliste ?Pour la CFE-CGC la réponse est clairement...
Sur le principe de la nationalisation d’une entreprise• Nationaliser une entreprise n’est pas un sujet tabou : mais cette ...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du                     site et de ses salariés.L’usine de Flo...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du                     site et de ses salariés.Aberration sur...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du                     site et de ses salariés.Aberration sur...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du                     site et de ses salariés.Aberration sur...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du                     site et de ses salariés.Aberration sur...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorrain...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorrain...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorrain...
Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorrain...
Périmètre pour un éventuel changement d’actionnariat ?« Le périmètre concerné par un éventuel changement d’actionnaire doi...
Y avait-il un repreneur « crédible » ?Comme la CFE-CGC l’avait dit clairement dès le 1er octobre, dans le contexteéconomiq...
Y avait-il un repreneur « crédible » ?Dans une telle hypothèse, accord entre ArcelorMittal et le Gouvernement, il aurait é...
Y avait-il un repreneur « crédible » ?A partir du moment où ArcelorMittal a convaincu le Gouvernement que le site deFloran...
L’usine de Florange est-elle viable sans la filière liquide ?Certes, les avantages d’un véritable site intégré sont éviden...
Nationaliser l’usine ArcelorMittal de Florange seule serait                        une aberrationContacts CFE-CGC :  LE CO...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Projet nationalisation florange position cfe-cgc

1 938 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 938
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
726
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Projet nationalisation florange position cfe-cgc

  1. 1. Nationaliser le seul site ArcelorMittal de Florange serait une aberration Xavier LE COQ, François PAGANO, Daniel TROUILLOT 1 Le 14 janvier 2013
  2. 2. ArcelorMittal Florange : bref retour vers le passé2003 : Arcelor condamne la filière liquide lorraine dans le cadre du projet APOLLOchaud (horizon 2010 – 2012)2005 : Calendrier de fermeture affiné : arrêt de la filière liquide 31/12/2010, GPECadaptée pour gérer socialement cette fermeture programmée2006 : fusion Mittal Steel et Arcelor dans un contexte de marché européen de l’aciereuphorique [Mittal a besoin du cash généré par Arcelor pour financer sa stratégied’intégration amont : minerais de fer et charbon)]2007 sept 2008 : l’Europe manque d’acier, ArcelorMittal redémarre - au S1 2008 - unHF à Liège qui avait été arrêté définitivement !T4 2008 : début de la crise financière suite à la faillite de la banque Lehman Brothers le15/09/2008. La filière liquide lorraine est arrêtée temporairement 3 mois mi-20092ème semestre 2009 1er semestre 2011 : rebond du marché de l’acier en Europe 2 Le 14 janvier 2013
  3. 3. ArcelorMittal Florange : bref retour vers le passé2ème semestre 2011 … : crise des dettes souveraines en Europe, taux de croissanceproche de zéro dans la zone euro, marché de l’acier bas dans UE 27, la croissancechinoise « tousse », 50 Mt de surcapacité été 2012 en Chine !Juillet 2011 : arrêt temporaire du HF P3Octobre 2011 : arrêt temporaire du HF P6, l’usine est alimentée en acier par DunkerqueDepuis février 2012 : les HF de Florange sont devenus un symbole politico-médiatique.La France entière ou presque a un avis sur la question… avis pas forcément argumenté !Le candidat François HOLLANDE explique à Florange qu’il ne fera de promesse qu’il nepourrait pas tenir mais affirme qu’il fera voter une loi qui forcera une entreprise quiferme un site rentable à vendre.1er octobre 2012 : CCE extra décision d’arrêt définitif de la filière liquide ;ArcelorMittal laisse 2 mois au gouvernement pour vendre la filière liquide(agglomération, cokerie, hauts fourneaux et aciérie). 3 Le 14 janvier 2013
  4. 4. ArcelorMittal Florange : situation actuelle3ème semaine de novembre : le Ministre du Redressement Productif annonce qu’il atrouvé un « repreneur crédible » pour un « périmètre plus large » (toute l’usine deFlorange) et que si nécessaire le gouvernement nationalisera l’usine pour la revendreensuite à ce repreneur !4ème semaine de novembre : le Président de la République rencontre Lakshmi Mittal ;arbitrage de l’Elysée contre la nationalisation ; négociation entre l’Elysée etArcelorMittal d’un accord finalisé le 30 novembre 2012 : • Acte la fermeture définitive de la filière liquide • Conforte la filière Packaging pour 5 ans minimum • 180 M€ d’investissement sur 5 ans pour le site de Florange • Gestion sociale sans PSE …13 décembre : CCE extra présentation du plan d’investissement de 180 M€ ; duprojet d’amélioration de la compétitivité de la filière Packaging (concerne Florange etBasse-Indre), de la méthode de gestion sociale … 4 Le 14 janvier 2013
  5. 5. La nationalisation du seul site de Florange est-elle une idée réaliste ?Pour la CFE-CGC la réponse est clairement non ! 5 Le 14 janvier 2013
  6. 6. Sur le principe de la nationalisation d’une entreprise• Nationaliser une entreprise n’est pas un sujet tabou : mais cette nationalisation doit permettre d’améliorer la situation, d’évier une restructuration, la pérenniser… et doit se faire pour des raisons objectivement valables et non pas uniquement pour des questions de principes politiques. – Exemple : nationalisation de l’entreprise ALSTOM en 2004. Cest l’entreprise qui avait sollicité l’intervention de lEtat. Il n’y avait pas de problème de marché, mais ALSTOM beaucoup trop endetté, avait des problèmes de trésorerie. LEtat est rentré dans le capital mais n’est pas intervenu dans la stratégie du Groupe.• La nationalisation de la seule usine de Florange ne nous est jamais apparu, à la CFE- CGC, comme pouvant répondre aux attentes des salariés de Florange, ni à ceux des autres établissements de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorraine …• Par contre, le rachat de l’usine de Florange par un groupe sidérurgique de taille mondiale, disposant d’une R&D, de licences et d’un réseau commercial adaptés à nos marchés… aurait pu avoir du sens, au moins sur le plan industriel. 6 Le 14 janvier 2013
  7. 7. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du site et de ses salariés.L’usine de Florange n’est pas une « entreprise » mais une unité de production àl’intérieur d’un dispositif industriel historiquement complexe et axé essentiellementautour : – de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorraine (7 usines en France), mais pas seulement (notamment usine de Dudelange au Luxembourg) – de services partagés [achat, commerce, administration du personnel, infrastructure informatique…] organisés au niveau de la Business Division Nord ou du segment ArcelorMittal Flat Carbone Europe. 7 Le 14 janvier 2013
  8. 8. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du site et de ses salariés.Aberration sur le plan industrielLe schéma suivant synthétise les flux amont et aval de l’usine de Florange au seind’ArcelorMittal (capacités annuelles) : Laminoirs à froid Lignes produits Dunkerque Florange appro. 1 Mt/an 5 cages Etamage 2 0,17 0,7 Mt/an Etamage 3 0,25 Electrozinguage 0,4 Galvanisation 0,55 Train A chaud Tôles non revêtues 0,5 3,2 Mt/an Mouzon (08) 2,2 Mt/an couplage Galvanisation 0,38 aciérie 2,5 Mt/an HF P6 Dudelange (Lux) HF P3 galvanisation 0,6 agglomération électozinguage 0,35 cokerie Florange total 3,2 Mt/an 8 Le 14 janvier 2013
  9. 9. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du site et de ses salariés.Aberration sur le plan industrielLe schéma suivant synthétise les flux amont et aval de l’usine de Florange isolée endehors d’ArcelorMittal (capacités annuelles) : Laminoirs à froid Lignes produits 5 cages 0,7 Mt/an Florange Etamage 2 0,17 Etamage 3 0,25 Train A chaud Electrozinguage 0,4 3,2 Mt/an Galvanisation 0,55 Tôles non revêtues 0,5 2,2 Mt/an couplage total 3,2 Mt/an aciérie 2,5 Mt/an HF P6 Train à chaud alimenté Les 2 laminoirs à froid chargés HF P3 à seulement 70% de sa globalement à seulement 70% (avec capacité par l’aciérie 800 kt/an de tôles non revêtues pour agglomération de Florange lesquelles les marges sont très faibles cokerie Florange 9 Le 14 janvier 2013
  10. 10. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du site et de ses salariés.Aberration sur le plan industrielExtrait du rapport FAURE (page 51) :… une partie de la filière finishing de Florange dépend de l’approvisionnement en brames deDunkerque, même lorsque les hauts-fourneaux de Florange fonctionnent à 100% de leur capacité.En effet, les brames nécessaires à la fabrication d’une partie du carnet packaging (acier pourboîtes boisson) et d’une partie du carnet galvanisation automobile doivent obligatoirement êtreproduites à Dunkerque, le process de fabrication dans l’aciérie de Florange étant inadapté pourcette qualité de produit (coulée continue courbe, alors qu’elle est verticale-courbe à Dunkerque). 10 Le 14 janvier 2013
  11. 11. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt même du site et de ses salariés.Aberration sur le plan commercial, de la rechercheL’usine de Florange n’a pas de réseau commercial, n’a pas de licences commerciales,tout appartient au groupe ArcelorMittal. L’usine de Florange n’a pas non plus decapacité de R&D.Extrait du rapport FAURE (page 59) :« La R&D est particulièrement cruciale pour un site comme Florange, axé sur le développementde produits technologiques pour l’automobile, et dans une moindre mesure le packaging.Ainsi, la proximité d’un centre de recherche est un élément important de la compétitivité dusite. »Dans un marché de l’acier atone (S2/2011 2014 ? 2015 ?) recréer de la concurrenceentre usines françaises serait néfaste pour toutes les usines et irait à l’encontre desintérêts de la sidérurgie en France ! 11 Le 14 janvier 2013
  12. 12. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorraine et de celle de Dudelange au Luxembourg) Dunkerque : - Les outils Amont de l’usine de Dunkerque, depuis les hauts fourneaux jusque la sortie de l’aciérie ont été redimensionnés au cours des 10 dernières années pour permettre de produire jusqu’à 7 millions de brames de Haute Qualité. - Ce redimensionnement s’est fait principalement par de très lourds investissements sur l’aciérie (coulée verticale courbes, convertisseurs, …). - Couper un débouché de plus d’1 millions de tonnes de brames / an vers Florange déséquilibre le point de fonctionnement de l’usine de Dunkerque et son apport énergétique. L’impact énergétique est lié à réutilisation des gaz HF, gaz Cokerie et à leur conversion en énergie électrique sur la centrale DK6. - Tout ceci se traduirait donc par une dégradation des prix de revient de Dunkerque (dû à la perte de 30% de carnet correspondant aux appros actuelles de Florange). 12 Le 14 janvier 2013
  13. 13. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorraine et de celle de Dudelange au Luxembourg) Ensemble des usines à froid (Mardyck, Montataire, Desvres, Basse-Indre, Mouzon) : - le surenchérissement du coût du coil à chaud Atlantique entrainerait une perte de compétitivité des filières à froid Atlantique dans un marché où retrouver 30% de carnet serait mission impossible. - La nationalisation de la seule usine de Florange ne ferait donc que déplacer le problème à Dunkerque et les autres sites à froid de la société. Montataire : - des appros en tôles nues venant de Florange et en AluSi venant de Mouzon alimentent la ligne de laquage. - Idem pour des très fines épaisseurs qui alimentent la galva 1 nécessité de revoir les circuits industriels et logistiques pour ces produits. 13 Le 14 janvier 2013
  14. 14. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorraine et de celle de Dudelange au Luxembourg) Mouzon : - alimentée exclusivement par Florange en tôles laminées à froid, (idem pour Dudelange au Luxembourg) - couper cette alimentation par Florange obligerait le Groupe ArcelorMittal a revoir en profondeur ses flux d’alimentation, quitte à abandonner les marchés les moins rentables pour se concentrer sur l’automobile (on pourrait même craindre des conséquences sur le secteur de la construction, avec ses usines lorraines de Contrisson et Haironville).Extrait du rapport FAURE (page 51) : « Ainsi, la moitié de la production de Florange est l’objetd’une transformation dans une autre usine du groupe avant d’être livrée au client final. Les deuxusines qui constituent, au coté de Florange, le «cluster lorrain», sont ainsi : - Mouzon … qui … a traité en 2011 320 kt issues de Florange ; - Dudelange … qui a traité en 2011 605 kt issues de Florange. » 14 Le 14 janvier 2013
  15. 15. Nationaliser l’usine de Florange irait contre l’intérêt des autresusines de la société ArcelorMittal Atlantique et Lorraine et de celle de Dudelange au Luxembourg) Ensemble des sites ArcelorMittal Atlantique et Lorraine : - Certaines applications informatiques (ROMEO pour les spécifs par ex) sont communes Atlantique/Florange et sont gérées par Florange revoir la gestion des applications et le partage des coûts - Des outils de contrôle (SIAS, EPC, …) sont communs aux différents sites, ainsi que le partage des frais de maintenance, de licence, … revoir les contrats 15 Le 14 janvier 2013
  16. 16. Périmètre pour un éventuel changement d’actionnariat ?« Le périmètre concerné par un éventuel changement d’actionnaire doit être optimisé pourgarantir la viabilité de l’opération » (rapport FAURE, page 72), ce qui ne serait pas garanti dans lecas de la nationalisation de la seule usine de Florange, comme l’indique clairement le rapportFAURE (page 72) :… la reconstitution d’une société Florange nécessiterait la résolution de certains sujets:- le site de Florange est désormais lié au plan opérationnel à plusieurs autres sites du groupe ArcelorMittal enLorraine, dans dautres régions de France (Nord-Pas de Calais, Pays de Loire) et au Luxembourg (Dudelange)auprès desquels il trouve soit des approvisionnements, soit des débouchés ;- aucune organisation commerciale n’est mise en place au niveau du site et la reconstitution d’un portefeuillede clients et d’une activité commerciale propres sera donc nécessaire;- la capacité de négociation d’une petite unité de production autonome pour l’achat des matières premièresest réduite, surtout dans le contexte de tension sur ces marchés qui prévaut depuis plusieurs années ;- la manière de conserver l’accès à des capacités et à des résultats de R&D à l’échelle des enjeux du site deFlorange qui se distingue par sa capacité d’innovation devra être définie avec vigilance. Par ailleurs, lesbrevets actuellement détenus par ArcelorMittal devraient être disponibles pour la nouvelle entité, impliquantla conclusion d’accords de licence. 16 Le 14 janvier 2013
  17. 17. Y avait-il un repreneur « crédible » ?Comme la CFE-CGC l’avait dit clairement dès le 1er octobre, dans le contexteéconomique actuel du marché de l’acier en Europe, aucun repreneur ne s’est manifestépour racheter la seule filière liquide.Par contre, des informations, fuites plus ou moins organisées, parues dans la presse, ilapparaît que le Ministère du Redressement Productif avait effectivement trouvé unrepreneur « pour un périmètre plus large que la seule filière liquide » (cokerie +agglomération + hauts fourneaux + aciérie), c’est à dire la totalité de l’usine deFlorange.Pour la CFE-CGC, qu’un industriel (a priori français), porté par un grouped’investisseurs, se soit montré intéressé par le rachat de l’usine de Florange est tout àfait crédible et sérieux, à la condition, bien entendu qu’ArcelorMittal soit vendeur ! 17 Le 14 janvier 2013
  18. 18. Y avait-il un repreneur « crédible » ?Dans une telle hypothèse, accord entre ArcelorMittal et le Gouvernement, il aurait étéenvisageable que le repreneur puisse négocier, au moins pour une certaine durée, avecArcelorMittal les modalités de fonctionnement.Par exemple : – Poursuite de l’approvisionnement complémentaire en brames par Dunkerque – travail à façon pour continuer d’alimenter les usines de Mouzon et de Dudelange – utilisation de l’infrastructure informatique ArcelorMittal – accès à certains travaux de R&D – vente de certaines licences commerciales … 18 Le 14 janvier 2013
  19. 19. Y avait-il un repreneur « crédible » ?A partir du moment où ArcelorMittal a convaincu le Gouvernement que le site deFlorange était et restait stratégique pour ArcelorMittal en Europe et que le Groupe yferait les investissements nécessaires pour assurer la pérennité de l’usine, il n’est pasanormal, compte-tenu des éléments bloquants mentionnés précédemment que le« repreneur potentiel » se soit retiré du projet.Pour la CFE-CGC : – le Ministère du Redressement Productif avait très probablement un repreneur crédible pour la totalité de l’usine, à condition qu’ArcelorMittal soit vendeur ; – mais le gouvernement n’avait plus de repreneur dans l’hypothèse où l’Etat aurait nationalisé l’usine ! Si un tel « repreneur potentiel » existait réellement, la CFE-CGC est prête à lerencontrer. 19 Le 14 janvier 2013
  20. 20. L’usine de Florange est-elle viable sans la filière liquide ?Certes, les avantages d’un véritable site intégré sont évidents, la CFE-CGC n’a cessé de lerappeler : – courrier à Robrecht HIMPE en juillet 2011 – puis lettre ouverte à la Direction Générale du Groupe en octobre 2011 – nouveau courrier à Robrecht HIMPE en février 2012mais, comme le souligne clairement le rapport FAURE, l’avenir du site de Florange passed’abord par sa filière froide (page61) :« Il importe dans ce contexte de rappeler l’importance vitale de la filière froide, que les débatssur la filière chaude ne doivent pas conduire à négliger. La proximité des clients et l’intérêtqu’ils portent à Florange est le principal gage de pérennité du site depuis la fermeture desmines.La qualité des produits livrés par Florange, telle qu’elle est perçue par les clients, est en trèsgrande partie liée à la filière froide, qui emploie par ailleurs une part majeure des effectifs. » 20 Le 14 janvier 2013
  21. 21. Nationaliser l’usine ArcelorMittal de Florange seule serait une aberrationContacts CFE-CGC : LE COQ Xavier 06 29 31 85 62 xavier.le-coq@arcelormittal.com PAGANO François 06 72 72 04 41 francois.pagano@arcelormittal.com TROUILLOT Daniel 06 14 49 74 58 daniel.trouillot@arcelormittal.com 21 Le 14 janvier 2013

×