l’Actionuniversitaire                     ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°229 ❚ SEPTEMBRE 2003 ❚...
ments, et c’est là que le bât blesse   de l’apprentissage de la langue,! Tout le monde le sait depuis         ceux de la t...
❚   budget 2004                                                                Agenda du bureauLes priorités étudiantes en...
www.Universites-entreprises.comPremière préoccupation étudiante,                                         Ainsi, afin de ré...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Action universitaire - septembre 2003

730 vues

Publié le

AU 229

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
730
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Action universitaire - septembre 2003

  1. 1. l’Actionuniversitaire ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°229 ❚ SEPTEMBRE 2003 ❚ 2 Euros ❚❚ Boum dans l’enseignement privé La sélection Par Laurent Monjole plébiscitéeS’ il était un fait marquant à retenir de la rentrée, ce tout son contraire. C’est parce qu’elle a su cultiver sa différence, A la rentrée 2003, ce sont plus de quatre bacheliers sur dix qui se sont inscrits dans une filière «n’est non pas le pétard mouillé qu’elle n’a pas cédé aux sirènes de sélective » (IUT, classe préparatoiredont nous ont abreuvés certains la massification accompagnée du aux grandes écoles, STS). Cet attraitmédias qui ont complaisamment nivellement par le bas du niveau n’est pas nouveau, mais chaquerelayé les menaces brandies de « scolaire des élèves que « l’école année toujours plus d’étudiantsrentrée brûlante » et autre « conflit privée » attire aujourd’hui autant choisissent ces filières en raison desocial majeur » mais bien le retour de monde…et ce sont les parents la pédagogie qui y est pratiquée eten grâce de l’enseignement privé dont les enfants étaient scolarisés du caractère jugé plus professionnali-catholique dans la société françai- dans le public qui le disent. sé de certains de leurs diplômes.se. Longtemps moquée, pour ne Il ne s’est pas passé une semainepas dire caricaturée à l’excès, pour depuis le début de l’été sans qu’un Il faut avouer que dans le mêmeses méthodes jugées - par certains temps, les taux de réussite en sondage vienne confirmer ceesprits éclairés - archaïques, réac- DEUG (seul 44 % des étudiants qu’on soupçonne depuis long- obtiennent leur diplôme en deuxtionnaires et suspectes de tous les temps : les parents, excédés par la ans) font figure d’épouvantail pourmaux de la terre, les mêmes la qualité médiocre de l’enseigne- les bacheliers qui hésitent à s’ins-considèrent aujourd’hui comme ment public accentuée par des crire dans un premier cycle univer-LE modèle par excellence d’ensei- mouvements de grève infondés à sitaire généraliste.gnement. répétition, fuient les établissements d’enseignement publics. Et il ne Cet échec est encore plus grandQue s’est-il passé pour que ces faut pas y voir là une conséquen- chez les bacheliers technologiques,légions entières de parents d’élè- qui même au bout de cinq ans ne ce conjoncturelle des mouvementsves, parmi lesquels ces esprits si sont que 38,4 % à obtenir leur de grèves de l’été dernier car cer- diplôme. Quant aux bacheliers pro-frondeurs ne jurant que par le tains établissements ont étémodèle laïc de l’Ecole de Jules fessionnels, ils ne sont, même en 5 contraints de refuser des inscrip- ans que 17,7 % à obtenir leurFERRY, se précipitent aujourd’hui tions dès le mois de janvier 2003. DEUG.pour inscrire leur progéniture Ce phénomène semble d’ailleursdans ces institutions ? aller s’accentuant, certaines institu- Depuis deux ans, le gouvernement tions étant déjà sur le point de a fait de la lutte contre l’échec enCertains diront, par facilité, que clore leurs inscriptions ...pour la premier cycle une priorité notam-l’enseignement privé a changé. rentrée 2004 ! ment budgétaire. Au-delà deMais ce serait avoir la vue un peu l’aspect financier, seule unecourte que de considérer que ces meilleure orientation et une vérita- Toutes les études prouvent que cet ble diversification des filières per-établissements ont su se rendre engouement vient avant tout de la mettraient de limiter ce gâchisplus attractifs en singeant ce qui se qualité supposée de l’enseigne- humain et financier.passe dans le public. C’est même ment prodigué dans ces établisse- UNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 8, rue de Musset - 75016 Paris - + 01.45.25.34.65 - fax. : 01.45.25.51.33 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 51358 - dépôt légal troisième trimestre 2003L’action universitaire - page 1
  2. 2. ments, et c’est là que le bât blesse de l’apprentissage de la langue,! Tout le monde le sait depuis ceux de la transmission deslongtemps, l’Ecole publique est savoirs, ceux de la préparation à @malade de maux tellement pro- entrer dans la vie d’adulte et dufonds qu’ils paraissent insurmon- monde du travail.tables mais c’est la première foisqu’on voit des parents déclarer la « Medice, cura te ipsum* » disait L’actualité universitairefuir pour « protéger l’avenir de déjà Maxime de Juvénal en l’an X,leurs enfants ». cet axiome n’aura jamais autant sur internet :Face à ces nouvelles difficultés été d’actualité !croissantes, l’ensemble desacteurs, et au premier chef le www.uni.asso.frcorps professoral, doivent semobiliser non pour défendre, *Médecin, guéris-toi toi-même !comme ils en ont pris la fâcheusehabitude, leurs petits avantages denantis mais bien pour la fairerevenir à ses fondamentaux, ceux❚ L’UNI présente à la conférence de BerlinAprès la Sorbonne, Bologne et défense d’un modèle universitaire ❚ les études doctorales et la mobi-Prague, c’est à Berlin que s’est européen, en déposant notam- lité,réunie les 18 et 19 septembre der- ment un amendement au préam- ❚ la licence et le marché du travailnier la conférence des ministres bule de la déclaration finale de la européen,européens chargés de conférence. Cet amendement rap-l’Enseignement supérieur. À cette pelle que « l’enseignement est un ❚ les diplômes conjoints.occasion, un premier bilan de la bien public et relève de la respon-mise en œuvre du système LMD et sabilité publique ».des ECTS a été dressé ; on note la reconnaissance de latoujours d’importantes diffé- professionalisation desrences tant au niveau de l’ar- étudeschitecture des diplômes que durythme choisi pour l’harmoni-sation entre les pays membresde l’espace européen d’ensei- Le 15 septembre 2003, lors dugnement supérieur. CNESER préparatoire, l’UNI avait insisté sur la nécessaireLa délégation française emme- prise en compte de la dimen-née par le ministre de la sion professionnelle des diplô-Jeunesse, de l’Education natio- mes. L’avancée des travaux dunale, et de la recherche Luc groupe intitulé “ la licence et leFerry et à laquelle participait marché du travail” est de bonl’UNI a profité de ce sommet pour augure. De nombreux pays ont en En parallèle de la conférence des effet souligné la nécessité de gar-rappeler l’importance des forma- ministres, quatre groupes de dis- der un caractère professionnel forttions doctorales et de la recherche cussions ont été ouverts sur : à la licence afin qu’un étudiant quidans la construction de cet espaceeuropéen d’enseignement supé- voudrait terminer ses études après ❚ l’assurance qualité et l’accrédita- une licence ne soit pas pénalisérieur. Le ministre s’est aussi enga-gé en faveur de la mobilité des tion des diplômes, sur le marché du travail.étudiants en Europe, et de la page 2 - L’action universitaire
  3. 3. ❚ budget 2004 Agenda du bureauLes priorités étudiantes entendues nationalLes budgets de lenseignement devant le retard conséquent accu-supérieur et de la recherche pré- mulé sous la précédente législatu- 6 septembre : Table ronde “ Asentés jeudi 25 septembre en re. quoi sert l’école ?” en présence deconseil des ministres dans le cadre Linsertion professionnelle se hisse Luc Ferry, de Jean-François Copédu projet de loi des finances désormais, à côté de la lutte cont- à l’occasion de la Fêteannuel, accentuent les efforts re léchec en premier cycle, au Européenne de la Jeunesse àamorcés lannée dernière. rang des priorités de l’enseigne- Moliets (Landes).Au-delà des 9,9 milliards deuros ment supérieur. Cela permettraaccordés à lenseignement supé- enfin aux universités de mettre en 10 septembre : Réunion derieur, soit une progression de près place une politique de linsertion pré-rentrée de la Commissionde 2 %, chiffre jamais atteint jus- professionnelle des jeunes diplô- Armée Jeunesse.qualors, ce budget fixe des priori- més de lorientation jusquà larri-tés. vée sur le marché du travail. 11 septembre : Réunion en présence du ministre dePour la première fois, les aides Laugmentation du budget de la lEducation nationale sur la miseaccordées aux CROUS progressent recherche (+2,2 %) marque un en place des groupes de travailde façon conséquente (+4 millions net engagement en faveur du sys- chargés de lélaboration du nou-deuros), ce qui permettra à ces tème universitaire français et per- veau plan social étudiant.derniers daccélérer les chantiers mettra la valorisation aujourdhuide rénovation des restaurants et encore insuffisante des travaux 15 septembre : CNESER spé-des cités universitaires initiés par menés par les quelques 3500 équi- cial “Conférence de Berlin”.le gouvernement lannée dernière pes de recherches. 18-19 septembre : Conférence❚ aide sociale étudiante de Berlin sur lharmonisation européenne des diplômes.Le plan social étudiant de Jack 19 septembre : Séminaire orga-Lang unanimement condamné nisé en Sorbonne par la Conférence des PrésidentsLe ministre de léducation nationa- précédent gouvernement de mesu- dUniversité sur la laïcité.le Luc Ferry a installé jeudi 11 sep- rettes plus médiatiques que réelle-tembre quatre groupes de travail ment sociales qui ont rendu le sys- 23 septembre : Réunion din-sur laccompagnement social étu- tème totalement incohérent et inef- formation au ministère dediant (amélioration des conditions ficace. Cette unanimité dans le dia- lEducation nationale sur lamatérielles détudes, démocratie gnostique est aussi nouvelle que notion de budget global dans leétudiante, santé et handicap et savoureuse quand on sait que la cadre du projet de loi sur lalogement étudiant). Le calendrier FAGE et l’UNEF furent toutes deux modernisation des universités.de travail fixé par le ministre de grandes inspiratrices du plandevrait donner lieu à un premier social de Jack Lang. 25 septembre : Réunion enbilan détape aux alentours du 20 formation plénière de laoctobre et aboutir à des conclu- Le constat déchec du PSE étant Commission Armée Jeunesse.sions au mois de décembre. unanimement partagé, il est tempsCes discussions devraient permet- aujourd’hui de remettre le système 29 septembre : Réunion autre de dresser le bilan du plan à plat afin de répondre efficace- ministère de lEducation nationa-social étudiant de Claude Allègre ment à la situation de chaque étu- le sur la présentation du projet deet Jack Lang. Dores et déjà, len- diant grâce à une aide sociale per- loi de finances de lenseignementsemble des organisations étudian- sonalisée. supérieur.tes dénonçe lempilement par le page 3 - L’action universitaire
  4. 4. www.Universites-entreprises.comPremière préoccupation étudiante, Ainsi, afin de rétablir ce dialo-l’insertion professionnelle reste gue qui constitue la clé d’unepour les jeunes diplômés français insertion professionnelleun parcours semé d’embûches : réussie, l’UNI lance une gran-méfiance des recruteurs, manque de campagne Universités /d’expérience, déqualification... entreprises avec :Ces difficultés sont liées à la fois à la mise en ligne d’unl’inadéquation des structures d’o- site internet (www.universi-rientation universitaires, au tes-entreprises.com) quimanque de lisibilité des cursus et, sera un lieu d’informationsplus inquiétant, à la méconnais- et d’échanges entre les dif-sance du marché du travail par les férents partenairesétudiants. le lancement d’une consulta- Appel à parrainage tion natio-Dans la nale desdroite ligne Afin de retisser des liens entre étudiants l’université et l’entreprise, l’UNI ade ce que et desMessieurs besoin de vous. chefsLuc Ferry, d’entrepri-X a v i e r Si vous êtes chef ou cadre d’en- ses surDarcos et treprise, artisan, professeur n’hé- leursRenaud attentes sitez pas à rejoindre le comité deDutreil ont respecti- parrainage national.institué ves enpour l’éco- matière dele, l’UNI a Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . formationsouhaité créer un partenariat entre et d’emploi. Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .employeurs, universités et étu- une grande campagne d’affi-diants afin de briser la spirale du Entreprise : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . chage.chômage des jeunes. Le décalage Toutes ces actions seront Email : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .- souvent reproché aux étudiants - relayées sur l’ensemble des cam-qui existe entre les formations et Site web : http://. . . . . . . . . . . . . . . pus français par des collectifsles besoins du marché émane plus régionaux qui associeront étroi-d’une méconnaissance réciproque ❏ souhaite parrainer universites-entreprises.com tement les étudiants, les universi-de ces deux acteurs que d’une tés et les entreprises du tissu éco-vraie divergence d’objectifs. ❏ désire recevoir de plus amples informations nomique local. l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 8, rue de Musset 75016 Paris Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . ✆ 01.45.25.34.65 ❏ désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.45.25.51.33 ❏ désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . ❏ désire soutenir financièrement l’UNI et verse : ❏ 300 euros ❏ 500 euros ❏ 1.000 euros ❏ . . . . . . . euros Imprimé par nos soins ❏déclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature : page 4 - L’action universitaire

×