CIHEAM - Options Mediterraneennes Utilisationdessous-produitsdelavignedans              l’alimentationanimale             ...
CIHEAM - Options Mediterraneennespeuvent donc être entiers ou déshuilés. Ils sont le plus                       II. Le mar...
CIHEAM - Options Mediterraneennes             Tableau 1. Compositionchimiquededifférentstypesdemarc.               Nature ...
CIHEAM - Options Mediterraneennes3. Les traitements possibles                                mais coûteux (Piva et al., 19...
CIHEAM - Options Mediterraneennes         Tableau 4. Valeur alimentaire des marcs de raisin et de           la paille de c...
CIHEAM - Options Mediterraneennes      Tableau 5. Composition chimique de la pulpe de raisin.       Auteurs deshydratée   ...
CIHEAM - Options MediterraneennesTableau 7. Compositiondespépinsderaisin(en                       % de MS).               ...
CIHEAM - Options Mediterraneenneslapin (Alicata et al., 1988). L’utilisation chez les porcins     3. Utilisationest plus l...
CIHEAM - Options MediterraneennesTableau 9. Composition (% MS) et digestibilité des branches et des feuilles              ...
CIHEAM - Options Mediterraneennes    ANDRIGHETTO, I. ; DAOLIO, S., 1989. Trattamento con ammo-                 of the Amer...
CIHEAM - Options Mediterraneennes    REBOLLE, A. ; ALVIRA, P. ; GONZALEZ G., 1988. Digestibility                28. ITEB, ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

agroalimentaire

779 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
779
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

agroalimentaire

  1. 1. CIHEAM - Options Mediterraneennes Utilisationdessous-produitsdelavignedans l’alimentationanimale LAURE MAGNIER LABORATOIRE DE RECHERCHES DE LA CHAIRE DE ZOOTECHNIE. E.N.S.S.A.A. - I.N.R.A.DIJON, FRANCERESUME - La vigne est une plante très répandue dans le bassin méditerranéen. Elle laisse une masse de sous-produits importantemais leur composition est mal connue ettrès variable, ce qui entraîne une utilisation médiocre dans cette zone où l’onmanquede ressources alimentaires pour le bétail. Cette étude vise à faire le point de nos connaissances en vue d’améliorer l’utilisationdes sous-produits de la vigne dans l’alimentation animale.SUMMARY - “Grape by-product utilization in animal feedipzg”. Vine is widely cropped i n the Mediterranean basin. It producesimportantamounts of by-productswhichcoposition is notwellknownandquitevariable,whichbringsabouttheirmediocreutilisation in this region where there exists n lack of fodder resources. The present study intends to present the knowledge gainedin view of improving the utilisation of vine by-products for animal feeding.Introduction pépins), le jus de raisin concentré et les feuilles et les branches(schéma 1). La vigne est avec l’olivier une plante caractéristiquedu bassin méditerranéen où sa culture y est très dévelop-pée et laisse une masse importante de sous-produits. 1. Le marc de raisin Les sous-produits de la vigne regroupent les résidus 0 L marc entier: eissus de la vinification et ceux issus duceplui-même.Le marc est le principal sous-produit de la vigne ; sa Le marc de raisin est le sous-produit de la vinifica-disponibilité théorique était en 1987 de 2,6 millions de tion.Ses caractéristiques peuvent varier selon son ori-tonnesdans la zoneméditerranéenne. I1 constitue donc gine, les proportions des différents constituantset les trans-une matière première nonnégligeable ; malheureusement, formations qu’il a subies pour permettre sa valorisation.celle-ci est mal valorisée (3 % seulement est utiliséecomme aliment des animaux). Le schéma 1 indique les différents produits issus du marc. Un marc ne contenant plus d’alcool est dit “marc La bonne utilisation de ces sous-produits dans l’ali- épuisc” : l’extraction peut être effectuée par diffusionmentation animale nécessite la maîtrise de leur conserva-’ dans l’eau ou par la vapeur.tion, la connaissance de leur composition, de leur valeuralimentaire et des moyens susceptibles de I’amCliorer. Les pépins: Les marcs de raisin contiennent 15 à 25 % de pépins. Ceux-ci sont séparés des pulpes lors de l’épépinage. IlsI. Les sous-produits disponibles sont constitués d’un tégument dur et d’un albumen riche en lipides. Les pépins de raisin peuvent être utilisés par Les sous-produits de la vigne peuvent être classés en les huileries pour la production d’huile de pépins de rai-trois catégories : le marc et ses dérivés (la pulpe et les sin.Lespépins disponibles pour l’alimentation animaleOptions Méditerranéennes - SérieSéminaires - n.O 16 - 1991: 89-99 Serie A: Seminaires mediterraneens
  2. 2. CIHEAM - Options Mediterraneennespeuvent donc être entiers ou déshuilés. Ils sont le plus II. Le marc de raisinsouvent présentés sous forme de farines ou de tourteaux. A. Le marc2. L jus deraisinconcentré e (JRC) Le marc de raisin est le sous-produit de la vigne qui L’hypothèse d’utilisation des jus de raisin concentrés est le plus étudié.dans l’alimentation animale trouve sa justification dansla situation excédentaire de la production viticole com-munautaire. L’excédent de production est un phénomène 1. Composition etconservation :qui se répète depuis plusieurs années. La distillation nepeut pas résoudre ce problème car l’alcool produit trouve Sa composition chimique dépend des facteurs énumé-un marché déjà saturé et le stockage est trop coûteux. rés précédemment.A l’état frais ou ensilé, -ce produitDans cette logique, le jus de raisin concentré pourrait être contient de 32 à 46 % de M.S. dont la composition sevalorisé dans l’alimentation animale, en particulier ensub- trouve dans le tableau no 1.stitution de la mélasse dont la C.E.E. importe 3,5 mil-lions de tonnes par an (Pelosi et al., 1986). Pour les MAT et la CB, la composition des marcs est comparable à celle d’un bon foin de graminées. Cepen- dant, sa teneur en lignine est élevée : 14 % contre 3 B3. Lessarmentsetlesfeuilles 5 % pour le foin. De même, l’azote est peu soluble. Ces deux déments contribuent à limiter la digestibilité du Les déchets de l’ébourgeonnement ou de I’épamprage, marc.ainsi que les déchets de taille, peuvent être utilisés dansl’alimentation animale. I1 s’agit donc de branches, de Chez les ruminants qui consomment ce sous-produit,feuilles et de bourgeons. les tanins sont libérés dans le rumen où ils diminuent l’activité des microorganismes (Larwence et al., 1984). LES SOUS PRODUITS DE LA VIGNE La teneur élevée en eau (environ 65 %) ne permet pas le conservation en l’état. La déshydratation s’avère coû- Jus de raisin teuse alors que le produit se conserve correctement par 2,6.10 tonnes ensilage et les pertes sont faibles. Le mode de conserva- tion n’influe pratiquement pas sur la composition chi- Conservation e e n s i l a e e mique du marc (Reyne et Garambois, 1977 ; Messaoudi, Extraction de 1 alcool Extraction de L‘alcool 1982 ; Larwence et al., 1983). par la vapeur 2. Digestibilité Pressurage Deshydratation Pour les ruminants, la digestibilité du marc de raisin (MS = 50%) est faible (en moyenne 32 % pour la matière organique) particulièrement en ce qui concerne la MAT et la CB (tableau no 2). La digestibilité des marcs est liée à leur nature et au procédé de conservation. Ainsi, les marcs- Deshydratation vapeur sont en moyenne plus digestibles que les marcs- Epépinage et nettoyage diffusion. Les marcs déshydratés sont plus digestibles que les marcs ensilés (Larwence, 1983 ; Dumont et al., 1985). Un apport d’azoteet d’énergie améliore de façon impor- 0,7.10 tonnes tante (+ 30 à 40 %) la digestibilité de tous les principes 40-60% du marc extraction )e l’huile nutritifs de la ration (Larwence et Yahiaoui, 1983). Avec des apports croissants de concentré, la digestibilité de la Pépinsdeshuiles rationtotale atteint un maximum, puis reste inchangée (farines et tourteaux) par suite d’une diminution de la digestibilité propre du marc. Pour des moutons consommant de l’ensilage de * Disponibilite théorique Méditerranee en marc de raisin épuisé, l’apport de 300 g par jour d’un mélange de tourteau de colza et de maïs est recommandé ESQUEMA 1 (Larwence et al., 1985). - 90 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  3. 3. CIHEAM - Options Mediterraneennes Tableau 1. Compositionchimiquededifférentstypesdemarc. Nature du sous-produit MS (%) (%MS) MAT CB MG (%MS) MM (%MS) Auteurs entier Marc 26,8 37,l 5,4 11,8 (1945) Petrucci 8,4 26 12,2 11,5 (1975)* al.5,l etMamaev 46,5 13,7 7 8 12,2 23,6 Bo Gohl (1975) Marcentierensilé 31,4 12,9 7,6 32,l 6,9 EZN (1981)* Marcséraflés 13,7 39,5 63 23,6 12,8 (1965) PICCIONI Marcentierdeshydraté 15,4 89,3 4,1 26,5 12 Gasnier Février, et Leroy (1944) 12,3 92,5 8S 4,6 35,4 Economides et Hadjide metriou (1974)* Marcdiffusionensilé 11,9 32,7 - 29 5,6 Reyne et Garambois (1977) Marcvapeurensilé 32,8 13,l 83 24,2 6,8 Reyne et Garambois (1977) 43,l 14,2 83 28,9 - (1983) etLarwence Yahiaoui 14,4 44,7 78 27,O 5,3 Larwence et al. (1983) 13,5 33 - 24,2 7,l Messaoudi (1982) Marcvapeurdeshydraté 12,o 87,2 20,4 4,7 5,6 Dumont et Tisserand(1978) 11,8 90,5 11 26,3 5,3 Vizcaino Sanchez (1971) et Smilg Marcépépiné 17,2 67 997 40,3 11,2 Tables INRA (1988) * Cìfé par Aguilera (1986). Tableau 2. Synthèse des résultats de digestibilité de marc de raisin chez le mouton (%). Nature du sous-produit MO MS MG MAT CB Auteurs Marcentier 33,l 8,577,8 Petrucci, 18,4 1945 9 35 45 1975* Bo Gohl, Marcentierdeshydraté 38,O Fevrier,Gasnier et Leroy,1944 28 19,O Economides et Hadjidemetriou,1974* Marc égrappé vapeur deshydraté 32,2 32,2 21,7 71,2 16,6 Sanchez VizcainoSmilg, et 1971 45,791,O 12,9 10,l Dumont et Tisserand,197822,9 entier marc Ensilage 22,o Ezn,1981* Ensilagemarcdiffusion 14,O 28 12,O1977 Garambois, etReyne Ensilagemarcvapeur 28,OO 13,OO 26.0 Reyne et Garambois, 1977 25 8 16 38,4 23,O 35,O Messaoudi, 1982 31,5 32,246,O 9,7 31,7 Larwence et al, 1983 28,2 30,848,9 19,3 27,5 Larwence et Yahiaoui, 1983 29,8 31,l 10,l 46,l 27,4 Larwence et al, 1984 * cité par AGUILERA, 1986. - 91 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  4. 4. CIHEAM - Options Mediterraneennes3. Les traitements possibles mais coûteux (Piva et al., 1984 ; Piva et al., 1986 ; Larwence et al., 1984). Certains traitements sont également susceptibles d’amé-liorer la digestibilité des marcs de raisin. 4. Valeur nutritive Le traitement à la soude donne des résultats intéres-sants. Cependant, il est à éviter dans les pays arides, Lorsqu’ils sont distribués seuls et non traités, lescompte tenu du danger de pollution lié à une excrétion marcs ont une très faible valeur nutritive : 0,20 3 0,25importante de sodium dans les déjections. UFL/kg MS (tableau no 3). Le traitement à la soude améliore la digestibilité de Une complémentation ou un traitement à la soudetous les constituants du marc. La digestibilité maximum permet d’élever la valeur énergétique à 0,5 UFL/kg M.S.est obtenue avec des quantités de soude très faibles (0,67 Cette valeur nutritive est comparable à celle d’un foin deg par 100 g de MS de marc). A cette dose, l’action sur vesce avoine rencontré dans les pays du Maghreb (Ham-les composés pariétaux est négligeable. La soude agit sur mouda et Larwence, 1981) (tableau no 4).la disponibilité de l’azote et sur les tanins qui sont alorsoxydés et inactivés (Larwence et al., 1985 ; d’Urso et al.,1984 ; Hammouda, 1984). 5. Quantités ingérées Si les doses de soude employées sont tropimpor-tantes, les tanins peuvent s’oxyder pour donner des subs- Les marcs de raisin sont bien consommés. Les marcstances inhibant l’activité microbienne (Larwence et al., frais ou ensilés sont ingérés en fortes quantités par les1985 ; Larwence, 1983 ; Messaoudi, 1982). moutons (90 à 130 g MS/kg P0,75), soit une consomma- tion de 1,5 à 2,5 kg de MS par jour et par mouton (d’un Un traitement à l’ammoniac réduit la teneur en tanin poids vifde 60 kg) (Reyne et Garambois, 1977 ; Lar-du marc; cependant, sa digestibilité n’est pas améliorée wence et Yahiaoui, 1983 ; Larwence, 1983 ; Dumont et(Andrighetto et Daolio, 1989). al., 1985). Cela compense en partie seulement la faible valeur nutritive du produit. Les quantités ingérées sont D’autres traitements, comme l’apport de polyéthylène- plus faibIes dans le cas des marcs diffusion et des marcs glycol 4000 ou l’extraction des tanins, sont possibles déshydratés (Dumont et al., 1985; Larwence et al., 1986).Tableau 3. Valeurnutritivedesmarcs de raisin. Valeur Type de produit nutritive MAD MPD PD1 Auteurs (g) UFkg MS (g) (g) Marc épépiné 0,30 UFL PDIA = 33 INRA, 1988 26 UFV 0,18 PDIN = 55 PDIE = 36 Non précisé 0,34 PDIA = 7 Larwence, 1983 PDIN = 20 PDIE = 31 Marc vapeur ensilé 0,20 - 0,25 Reyne et Garambois, 1977 Marc vapeur ensilé 0,19 1983 Larwence et Yahiaoui, Marc deshydraté 0,40 15 Dumont et Tisserand, 1978 0,30 Andrieu et al., 1976 Frais intégraux 0,12 - 0,13 9 Sec intégraux 0,23 - 0,27 22 Frais distillé 0,09 - 0,l 3 Piccioni, 1965 Sec distillé 0,18 - 0,20 8 Sec distillé + sans rafle 0,22 - 0,25 13 Non précisé 0,10 - 0,15 Fevrier et al., 1944 -92-, Serie A: Seminaires mediterraneens
  5. 5. CIHEAM - Options Mediterraneennes Tableau 4. Valeur alimentaire des marcs de raisin et de la paille de céréales. Hammouda, Larwence (198 1) Valeur Non Complemente Complemente de 300 g avec concentre alimentaire Aliment C.U.D. UFkg M.S. Q.I. UF UF/kg C.U.D M.S. Q.I. UF M.O. gr. M.S. ingérée M.O. gr. M.S. ingérée Marc de raisin 31 0,lO 1700 0,17 51 0,52 1500 0,78l Paille de blé 42 0,25 710 0,18 45 0,33 910 0,30 Paille d’orge , 44 0,29 690 0,20 47 0,35 933 0,33Avoine de Foin 60 OS3 700 0,37 - - - L’importance des quantités ingérées est à relier avec B. Les pulpes un temps de transit rapide à travers le tube digestif. En ’effet, la taille des particules du marc se situe entre 1 et Les pulpes sont constituées pour la plus grande partie 5 mm. Celles-ci atteignent donc rapidement une dimen- par les peaux de raisin et la trame de la pulpe auxquelles sion leur permettant de quitter le rumen. Un apport de s’ajoutent quelques débris de pépins et de pédoncules. Ce fourrage grossier en complément du marc réduit cette produit est relativement comparable au marc. vitesse de transit et améliore la digestibilité et la valeur nutritive du marc (Larwence et al., 1986). 1. Composition chimique 6. Utilisation Les différences de composition des pulpes par rapport au marc sont liées à leur moindre teneur en pépins et en Les marcs de raisin sont plutôt destinés auxrumi- rafles. Elles sont plus pauvres en MG et CB et légère- nants à l’entretien ou à faible niveau de production. Les ment plus riches en MAT (tableau no 5). informations concernant les performances de production observées dansles conditions pratiques d’alimentation sont Leur teneur en tanins est relativement importante : rares. 2.5 % de la M.S. Les pulpes sont le plus souvent pré- sentées sous forme déshydratée. Les marcs ne doivent pas être distribués seuls. Une complémentation en azote soluble et en énergie est indis- pensable. Une transition alimentaire de 10 jours doit être 2. Valeur nutritive (tableau no 6) respectke. Les quantités recommandées varient en fonc- tion des espèces (RNED,1988). Comme le marc, la pulpe distribuée seule est peu digestible. Une complémentation est recommandée. Les Les meilleurs résultats sont obtenus chez les ovins et traitements utilisés pour les marcs de raisin peuvent être les caprins. Dans le cas d’animaux à faibles besoins, le appliquésauxpulpes(Andrighetto,Daolio,1989).Les marc peut constituer la ration de base s’il est bien com- pulpes complémentées ont une valeur nutritive moyenne plémenté (Reyne et Garambois, 1977 ; Larwence et al., : 0,4 UF’Lkg de MS, 35 g PDIA/kg de MS, 28 g PDIN/ 1983 ; RNED, 1988). kg de MS et 50 g de PDIEkgde MS (Chiericato et Chez les bovins spécialisés dans la production de lait, Rioni, 1983 ; Rigal, 1984; Bosi et al., 1985 ; RNED, le marc entraîne souvent des chutes de production (Eco- 1988 ; INRA,1988). nomides, 1974 cité par Aguilera, 1986). Par contre, pour Les pulpes ont une bonne appétibilité mais les quan- laproductiondeviandebovine, le marcpeutêtre tités ingérées sont inférieures à celles observées pour le employé chez les animaux à faibles besoins (vaches allai- marc (55 à 122 g MS/kg P0,75 chez les moutons) (Chie- tantes, génisses) jusqu’à 35 % de la ration (RNED, 1988). ricato et Rioni, 1983 ; Bosi et al., 1985). Chez le cheval, les résultats sont rares et ils semblent peu intéressants (RNED, 1988). 3. Utilisation Chez lesporcins, les résultats sont médiocres. Le marc distribué doit être sec, sans rafles et broyé. I1 peut être Les précautions d’utilisation sont semblables à celles incorporé jusqu’à 20 % de la ration (RNED, 1988). du marc de raisin. - 93 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  6. 6. CIHEAM - Options Mediterraneennes Tableau 5. Composition chimique de la pulpe de raisin. Auteurs deshydratée Trinder PulpePulpes Morgan traitée (1980) deshydratée Pulpe Pulpe et deshydratées pour (cité 1986) Chiericatol’extraction (1988) Aguillera, (1984) Rioni par Rigal et (1983) Tables desINRA en % MS ensilée oenocyanis Bosiet al., 1985 MS 89,66 90 90,3 29,83 MAT (N X 6,25) 13,9 15,O 15,l 14,4 12,o 16,27 MG 4,9 6,4 779 6,49 0,71,9 CB 22,49 25,2 31,2 24,84 ENA 50,86 MM 6,26 7,2 4,l 5,9 4,1 3,24 NDF 75,4 46,99 41,43 ADF 65,3 46,99 35,94 Cellulose 27,96 15,51 Lignine 18,48 26,6 64,4 Tableau 6. Valeur nutritive et quantités ingérées. Pulpes Pulpes Pulpes Pulpesdeshydratées dshydratées deshydratées deshydratéesPulpes ensilées Chiericato Bovins Rned et (oenocyanins 1984 Tables extraits) Rigal, INRA 1983 Rioni, 1988 Bosi et al., 1985 1988 Energiebrute (MJ/kg MS) 1,36 21 Energiedigestible “/kg MS) 5,42 4,35 Energie métaholisable ( M J k MS) 4,52 3,51 W/kg MS 0,23 U n k g MS 03 0,60 0.503 0,25 UFV/kg 0,35 0,52 0,14 PDIA/kg (g&) 3,5 0,14 PDJN ¿&g) 48 12 32 PDIE g/@) 38 40 70 UF porcjkg Quantités g MSjkgPO, 15 Les quantités maximales recommandées sont de 4 à 1. Composition 6 kg brut pour les vaches allaitantes, 3 à 4 kg brut pour les génisses et 0,5 kg brut pour les agnelles (RNED, En dehors de la teneur en MG, les compositions des 1988). pépins entiers et déshuilés sont comparables (tableau no 7). Ils contiennent environ 90 % de MS dont 11 % de MAT et 50 % de CB. 111. Les pépins Ces pépins sont caractérisés par leur forte teneur en composés pariétaux : 62 et 82 %. La teneur en lignine Les déshuilés assez pépins sont fréquemment des pépins déshuilés est élevée (40 à 60 %). Cette forte employés dans l’industriede l’alimentation animale.L’uti- teneur en lignine diminue la digestibilité des pépins et lisation des pépins entiers est plus rare. Ils semblent pré- limite leur utilisation. Les traitements à la soude ne sont férentiellement utilisés en huilerie. pas efficaces (Cottyn et al., 1981). - 94 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  7. 7. CIHEAM - Options MediterraneennesTableau 7. Compositiondespépinsderaisin(en % de MS). Pépins deshuilés Pépins entiers décortiqué +4% NaOH Auteurs 1 2 3 4 5 6 7 8 MS 89 91,O 863 85,5 85,O 90 92,8 93,O 90 MO 96,2 94,4 93,3 96,s96,7 91,8 96,2 96,2 MAT 9,3 11,2 6 O 11,O 2, 11,O 1, 08 11,l 8,2 10,2 9,6 9,9 CB 50,3 39,2 22,4 53,349,6 51,6 50,O 47,8 45,7 41,7 38,6 MG 1,6 3,l 12 7 0,7 0,8 0,7 1,1 1 ,4 4 15,2 12,6 14 MM 3,8 5,6 6,6 8,2 3,2 3,3 3,8 33 3,2 4,2 NDF 84,7 78,l 46,5 81,l 62,5 ADF 75,l 65,4 38,O 67,O 61,5 Lignine 64,4 13,7 15,5 44,4 4, 44 Cellulose 49,9 53,7 13,6 Hemilcellulose 1, 4l 12,7 Phosphore 13 0,86 0,2 0,2 02 Calcium 66 1,O3 0,9 0,8 07 7 Lysine 02 03 , Méthionine 0,08 0,22 Cystine 0,08 0,22Auteurs: 1. INRA (1988) (1984) 5. RIGAL 2. MORGAN et TRINDER (1980) (k) 6. BO GOHL (1975) (*) 3. CAVANI et al (1988) . 7. ALICATA et al. (1988) 4. COIITYN et al. (1979 et 1981) 8. KAMEL et al (1985) .(*) cité par AGUILERA (1986)2. Valeur alimentaire Tableau 8. Valeur nutritive des pépins de raisin. Les pépins ne peuvent pas être distribués en plat Tables RIGAL (1984) RNEDunique. Leur valeur nutritive dépend de la nature de la INRA bovinration de base. (1988) (1988) La digestibilité de la matière organique est d’environ Pépins Pépins Pépins Pépins20 % pour les pépins déshuilés et 40 % pour les pépins deshuilés deshuilés entiers entiersentiers (Cottyn et al., 1 8 ; Hogan et al., 1982 ; INRA, 9118) 98. UFL (par kg) 0,25 0,3< UFV (par kg) 0,14 La faible digestibilité des pépins déshuilés condition- p c (par kg) 0,40ne leur valeur nutritive médiocre estimée à 0,25uFL/kg (gkg) 11de MS (tableau no 8). Les pépins entiers semblent plus (&g) 16 14énergétiques. Cependant, les auteurs ne s’accordent pas (gkd 44 6 39sur leur valeur nutritive. PDIE (@g) 31 65 19 Un accroissement de la proportion de pépins déshui-lés dans la ration peut augmenter les quantités ingéréesjusqu’à un taux limité (Cottyn et al., 1982 sur boeufs ; La farine de pépins entiers peut être incluse jusqu’àCavani et al., 1988 sur lapins). 20 % de la MS dans les rations pour ruminants (Hogan et al., 1982 ; Alicata et al., 1988 ; RNED, 1 8 ) L’incor- 98. poration des pépins déshuilés ne doit pas dépasser 1 %03. Utilisation (Cottyn et al., 1979 ; Cottyn et al., 18)91. Lespépinsde raisin peuvent être utilisés chez les Les pépins entiers peuvent également être utilisés jus-animaux à l’entretien ou à l’engraissement. qu’à 1 % de la ration avec de bonsresultatschez le 5 - 95 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  8. 8. CIHEAM - Options Mediterraneenneslapin (Alicata et al., 1988). L’utilisation chez les porcins 3. Utilisationest plus limitée (3-4 %) (Rigal, 1987). Le JRC peut être distribué à des ruminants en crois- sance ou à l’engraissement ; de préférence en complé- ment de rations à base de foin. Les quantités recom-IV. Le jus de raisin concentré (JRC) mandées sont importantes : 30 % de la ration (Malossini et al., 1988). Les caractéristiques du JRC peuvent être comparées Chez les porcins, le JRC peut constituer jusqu’à 23à celles de la mélasse. % de la ration sans affecter les performances zootech- niques ni l’état sanitaire des animaux (Bergonzini et al., 1985 ; Bergonzini et al., 1986).1. Composition Le jus de raisin concentré contient % de MS consti- 60tuée en majorité par du sucre (89 % de la MS) et par des V. Les feuilles et les branchesquantités minimes de MAT (1 % de la MS) et de MM(O$ %). Les teneurs en CB et MG sont quasiment nulles.Comparé à la mélasse de betterave, le JRCest plus Traditionnellement en Méditerranée, après la vendange,pauvre en MS,MM et MAT. La teneur en tanins est les moutons pâturent les feuilles de vigne. Pourtant, lesélevée (2,5 % de la MS) (Pelosi et al., 1986 ; Bergonzini études concernant ce sous-produit sont rares et souventet al., 1986 ; Malossini et al.,1988 ; Rosi et al., 1988 anciennes.; INRA, 1988). 1. Composition2. Valeur nutritive La composition chimique de ces produits peut varier en forte proportion en fonction des quantités relatives de La digestibilité et la valeur nutritive du JRC dépen- feuilles et de branches, de la variété du cépage, etc.dent de la ration de base et des quantités distribuées(Malossini et al., 1988). Ces produits sont riches en extractif non azoté (50-60 %). les teneurs en MS et CB des branches sont supé- Lorsque le JRC est apporté en complément de la rieures à celles des feuilles (tableau no 9). Les branchespaille, la digestibilité de la CB de la ration diminue avec sont également plus pauvres que les feuilles en MG etun apport croissant de JRC. L’augmentation des subs- MAT.tances fermentescibles modifie la microflore ruminale etfavorise le développement des microorganismes dont la Comparées aux pailles de céréales, les branches feuil-capacité à hydrolyser les carbohydrates structuraux est lues sont plus riches en MAT (6,5 % contre 3,5-3,8 %)limitée. Dans le cas de ration à base de foin, le rapport et moins riches en CB (30 % contre 42 %) (Rebole etPDINRDIE est moins déséquilibré (Pelosi et al., 1986 ; Alvira, 1986 ; Rebole et al., 1988 ; INRA, 1988).Malossini et al., 1988). Compte tenu de leur forte teneur en MS, leur conser- Lorsqu’il est apporté en forte quantité (30 % de la vation par ensilage est relativement aisée (Rebole et Alvi-MS de la ration) et dans des rations à base de foin, le ra, 1986).JRC aune valeur énergétique supérieure à celle de lamélasse de betterave : 1 UFLkg de MS contre 0.8 UFLpour la mélasse.Sa valeur énergétiqueestmoindre 2. Digestibilité et valeur alimentairelorsque les quantités apportées sont plus faibles (0.7 UFL/ kg MS lorsque le JRC représente 10 % de la ration). Le Les résultats de digestibilité varient en fonction de laJRC contient 68 g de PDIE par kg de MS, la teneur en composition des produits.PDIN par contre est nulle (Malossini et al., 1988 ; INRA, La digestibilité des branches avec feuilles est plus1988). faible que celle de la paille de blé (33 % contre 3&,6%). Les traitements d’élimination destanins ont peu d’influ- La valeur énergétique des feuilles de vigne est deence sur la valeur nutritive du JRC (Rosi et al., 1988). 0,60 UF/kg MS ce qui est comparable à un foin de vesce- avoine. Les branches ont une valeur énergétique de 0.16 Les quantités ingérées peuvent être très importantes UF/kg MS (Rebole et Alvira, 1986; INRA, 1988).(jusqu’à 60 % de la ration) chez les ovins. Ces quantitéssont probablement supérieures à unniveau optimal et Lorsque ces produits jaunissent, leur valeur énergé-dépriment certainementla digestibilité de la cellulose (Pelo- tique diminue. Les feuilles et les branches de vigne doi-si et al., 1986 ; Phelps, 1987). vent être utilisées dans l’alimentation des ruminants à - 96 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  9. 9. CIHEAM - Options MediterraneennesTableau 9. Composition (% MS) et digestibilité des branches et des feuilles devigne. COMPOSITION (% MS) DIGESTIBILITE (in vivo) Nature branches feuilles branches avec feuilles branches du produit FRAIS ENSILAGE avec feuilles branches feuilles vertes vertes sans additif avec additifs Ensilage vertes fraiches fraiches fraiches sans additif MS 30,OO OO 60, 33,2 MAT (protéines) (3,80) ( W 6 6,7 3 65 5,8 63 68 (17,4) (608 MG 9,55 6,5 5622 82 5,6 594 58,37 32,6 10,6 5,4 CB 10,3 41,16 28,l 28,3 31,6 29,4 32,2 15,7 29,O MM 9,5 10 61 84 5,9 68 64 69 894 52,3 ENA 60 51,16 54,3 50,l 52,4 48,5 25,l 66,6 NDF 52,7 56,9 54,6-56,9 59,9 55,l 62,4 22,9-25,6 ADF 33,3 35,4 31,7-42,1 36,6 39,3 42,l 15,7-17,7 Hemicellulose 19,8 21,4 14,8-16,9 18,5 20,5 19,6 39,5-47,7 Tannins 2,7 1,6 275 24 25 1,4 83,3 Digestibilité de la MS in vitro 39,9-41,8 42,7 39,l 34,3 39,2 33,7 Digestibilité de la MS in vivo 32,9 33,2 1. REBOLE et ALVRA (1986) AF: ensilage avec acide formique 2. REBOLE, ALVIRA et GONZALEZ (1988) (5 1 t-’matièrefraiche) 3. PICCIONI(1965) FS: formaldehyde et acide sulfurique (1,s kg ti et 3 3 kg r i )faibles besoins en vert ou ensilées. Ces produits ont une Les feuilles et les branches semblent être la sourcefaible appétibilité, celle-ci peut augmentée par adjonc- être d’aliment la plus gaspillée. I1 serait peut-être souhaitabletion de sel. Les branches peuvent être hachées et incor- de développer des recherches ; notamment afin de définirporées au foin (Piccioni, 1965). les traitements susceptibles d’améliorer leur valeur nutri- tive et leurs conditions optimales d’utilisation. Une attention particulière doit être portée aux résidusdes produits de traitement phytosanitaire. Les teneurs encuivre sont souvent supérieures au seuil toléré notam-ment par les ovins. Un lavage est souvent nécessaire(Marinelli et al., 1986 ; Rebole et al., 1988). .References AGUILERA, J.F., 1986. Improvement of olive cake and grape by- products for animal nutrition.In Degradation of lignocellulosics in rumi-Conclusion nants and in industrial processes. Proceedings of a workshop held in Lelystad, Netherlands, 17-20 March 1986, 45-54. Les sous-produits de la vigne représentent donc une ALICATA, M.L. ; BONANNO, A. ; GIACCONE, P. ; LETO, G., 1988.Impiegodeivinaccioliintegralinell’alimentazionedelconigliosource non négligeable d’aliment. A ce jour, seul le marc da came. Zoot. Nutr.Anim..14:341-348.de raisin et les produits qui en dérivent ont fait l’objetd’études relativement nombreuses. Certains traitements et ANDRIEU, J. ; BERANGER, C . ; DEMARQUILLY,C. ; D U Lune complémentation adéquate peuvent augmenter la PHY, J.P. ; GEAY, Y. ; HODEN, A. ; JARRIGE, R. ; JOURNET, M. ; LENARD, G. ; PETIT, M. ; REMOND, B. : THERIEZ, M. ; THI-valeur du produit de façon intéressante. L’avenir du JRC VEND, P. ; LEGENDRE, J., 1976.Alimentationdesruminantsenest entièrement lié au devenir de la situation des produc- période de penuriefourragère.BulletinTechnique duC.R.Z.V.detions viticoles communautaires. Theix, INRA, 25:65-89. - 97 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  10. 10. CIHEAM - Options Mediterraneennes ANDRIGHETTO, I. ; DAOLIO, S., 1989. Trattamento con ammo- of the American oil chemists’society, 62:881-883.niaca di buccette d’uva essicate. Zoot. Nutr.Anim., 15:341-540. LARWENCE, A., 1983. Recherches sur les facteurs limitants de la BERGONZINI,E. ; FABBRI,R. ; ROSI,M.A. ; DELLACASA, faible valeur nutritive des marcs de raisin pour le ruminant : procédésG., 1985. Impiego del mosto concentrato d’uva come alimento zootec- d’amélioration. Thèse de Doctorat Sciences, Universitéde Dijon, 248 èsnico nell’ingrasso del suino pesante. Annali dell’Istituto Sperimentale P.per la Zootecnia, 18:111-123. LARWENCE,A. ; YAHIAOUI,A.,1983.Valeuralimentairedes BERGONZINI,E. ; FABBRI,R. ; ROSI,M.A. : DELLACASA. marcs de raisin. I - Influence des 8 sources azotées de complémentationG., 1986. Impiego del mosto concentrato d’uva como alimento zootec- sur l’utilisationdigestivepar le mouton de marcderaisinépuiséetnico nell’ingrasso del suino pesante. Rivista di suinicoltura, 4:31-34. ensilé. Ann. Zootech., 32:357-370. BOSI, P. : TEDESCHI, M. ; CASINI, L. ; MACCHIONI, P., 1985. LARWENCE, A. ;HAMMOUDA, F. : GAOUAS, Y., 1983. ValeurDigeribilità in vivodelle buccetted’uva trattate perl’estrazione alimentaire des marcs de raisin. II - Effet d’un traitement à la soudedell’enocianina.AttidellaSocietàItalianadelleScienzeVeterinarie, sur la valeur alimentaire chez le mouton de marc de raisin épuisé à la39:459-462. vapeur et ensilé. Ann. Zootech., 32371-382. BOUCQUE, Ch.V. ; FIEMS, L.O., 1986. Feed resources in Europe, LARWENCE, A. ; HAMMOUDA, F. ; SALAH, A., 1984. Valeurvegetable by-products of agro-industrial origin. EAAP. Working group. alimentaire des marcs de raisin. III - Rôle des tanins condensés dansRevised draft June 1986, Brussels, chap. 2.4.1., 49 p. lafaiblevaleurnutritivedesmarcsderaisinchez le mouton : effet CAVANI, C. ; MAIANI, A. ; MANFREDINI, M. ; ZARRI, M.C., d’une addition de polyétylène glycol 4000. Ann. Zootech., 33533-543.1988. The use of dehulled grape seed meal in the fattening of rabbits. LARWENCE, A. ;HAMMOUDA, F. ; GAOUAS, Y., 1985. ValeurAnn. Zootech. 37:l-12. alimentairedesmarcsderaisin.IV - Effetdedifférentsniveauxde CHIERICATO, G.M. ; RIONI, M., 1983. Ricerche sulla digeribilità concentrédecomplémentation sur ladigestibilitéchez le moutondee sul valorenutritivonelvitellonedellepolpe“surpressate” insilate, rations de marc traitées ou non à la soude. Ann. Zootech., 34:389-400.delle buccette d’uva essicate e del silomais. Zoot. Nutr. Anim., 999-101. LARWENCE, A. ; HAMMOUDA, F. ; SALAH, A., 1986. Valeur alimentairedesmarcsderaisin.V - Comportementalimentaire et COTTYN, B.G. ; BOUCQUE,Ch.V. ; AERTS,J.V. ; BUYSSE, vitesse de tratfsit chez le mouton. Ann. Zootech., 35:95-108.F.X., 1979. Grape seed oil meal as cheap structural feedstuff in rationsfor intensive beef production. Zeitschrift für Tierphysiologie, Tierernäh- MALOSSINI, F. ; VERNA,M. ; PUPPO, S. : STEFANON,B.,rung und Futtermittelkunde, 41:243-248. 1988. Impiego di mosto d’uva concentrato in diete per ruminantiprove : di digeribilità. Zoot. Nutr. Anim., 15503-512. COTTYN, B.G. ; BOUCQUE,Ch.V. ; AERTS,J.V. ; BUYSSE,F.X., 1981. NaOH-treatedgrapeseedoilmealincompletediets for MARINELLI, P. ; STRACCIARI, G.L. ; M O S S I , P., 1986. Pre-intensive bull beef production. Agric. Environ., 6:283-294. senza di pesticidi organo domati in alcuni sottoprodotti delle vinifica- zione.Zoot.Nutr.Anim.,12:479-486. DUMONT, R. ; TISSERAND. J.L., 1978. Valeur alimentaire d’unmarc de raisin deshydraté. Ann. Zootech., 27:631-637. MESSAOUDI, L., 1982. Essai d‘amélioration de la valeur alimen- taire du marc de raisin ensilé. Mémoire de fin d’étude, ENSSAA Dijon, DUMONT, R. ; MESSAOUDI, L. ; TISSERAND, J.L., 1985. Feed- 56 p.ing value of dried or ensiled grape marc. Report of the European Com-munities, Feeding value of by-products and their use by beef cattle, 5 METCHE, 1980. LARWENCE, in A. ; HAMMOUDA, F. ;P. SALAH, A.,1984. D’URSO, G. ; ALEO, C. RUSSO, C. NICOLOSI-ASMUNDO, MINISTEREDEL’AGRICULTURE ET DELAFORET,1989.C., 1984. Effeti dei trattamenti con NaOH sul contenuto in tannini e Graph’agri 89, Séries, Agreste.sulla digeribilità delle vinacce. Tecnica Agricola, 36: 145-160. MUNTZ,1981.inLARWENCE,A.,1983. FEVRIER, R. ; GASNIER, A. ; LEROY,A.M.,1944.Valeurali-mentaire du marc de raisin desséché. Compte rendu Acad. Agric., 100. PELOSI, A. ; DELL’AQUILA, S. ; TAIBI, L. ; VERNA, M., 1986. Utilizzazione del mosto d’uva concentrato nell’alimentazione degli agnel- GHAMRI,A.N.,1979.Valorisationdesproduitsetsous-produits li. Ann.1st. Sper.Zootec.,19:37-44.agro-industrielsdansl’alimentationdesbovinsenAlgérie.ThèsedeDocteur de 3ème cycle. INP de Toulouse, 163 p. PHELPS,A.,1987.Grapejuiceconcentrategivesgoodresults. Feedstuffs,25mai,11, 1 p. HADJIPANAYIOTOU, N. ; LOUCA, A., 1976. A note on the valueof driedcitruspulpandgrapemarc as barleyreplacementsincalf PETRUCI,1945. in LARWENCE,1983.fattening diets. Anim. Prod., 23: 129-132. PICCIONI, M., 1965. Dictionnaire des aliments pour les animaux. HAMMOUDA, F., 1984. Effet de différents traitementssur les com- Ed. Agricole, 352-354.posés pariétaux des marcs de raisin et sur leur digestibilité. These deMagister en Science. INA d’El Harrach, 109 p. PIVA, G. ; SANTI, E. ; PIETRI, A. ; FIORENTINI, L., 1984. Sul valore alimentare di sottoprodotti ottenuti dal processo di frantumazione HAMMOUDA, F. et LARWENCE, A., 1981. In MESSAOUDI, L. ad urto. Atti della Società Italiana delle Science Veterinarie, 38523-1982. 525. HOGAN,J.P. ; ASHES,J.R. ; DAVIS, P., 1982.Thenutritional PIVA, G. ; PETRI, A. ; SANTI,E.,1986.Possibilitàdiimpiegovalue of grape seeds for sheep. Journal of the Australian Institute of di tritello di frumento e di vinacce desgrapate sottoposti al processo diAgricultural Science, 48326-228. frantumazione ad urto nell’alimentazione dei broiler. Zoot. Nutr. Anim., IONRA, 1988. Tables de l’alimentation des bovins, ovins caprins, et 12:113-124.192 p. REBOLLE, A. ; ALVIRA, P., 1986. Composition of vine-branches KAMEL, B.S. ; DAWSON, H. ; KAKUDA, Y., 1985. Characteris- with leaves of vitis vinifera L. fresh and ensiled using different addi-tics and composition of melon and grape seed oils and cakes. Journal tives(previousresults).Anim.Feed.Sci.Technol., 16:89-97. 98 - Serie A: Seminaires mediterraneens
  11. 11. CIHEAM - Options Mediterraneennes REBOLLE, A. ; ALVIRA, P. ; GONZALEZ G., 1988. Digestibility 28. ITEB, Paris.in vivo of ensiled grapevines (Branches and leaves): Influence of rhe-system of prediction of digestibility. Anim. Feed. Sci. Technol., 22:173- ROSI, M.A. ; DELLA CASA, G. ; FABBRI, R. ; BERGONZINI,177. E., 1988. Impiego dei mosti concentrati d‘uva a diverso tenore di poli- REYNE, Y. ; GARAMBOIS, X., 1977. Valeur alimentaire chez le fenoli nell’alimentazione dei suini pesanti. Rivistasuinicoltura, 9:107- dimouton de l’ensilage de marc de raisin épuisé. Ann. Zootech., 26:471- 111.479. SANCHEZ VIZCAINO, E. ; SMILG, N.,1971. Energy value of a REYNE, Y. ; GARAMBOIS, X., 1985.Nutritivevalue ofwhole grape by-product for sheep. Revista de Nutrición Animal, 9:153-166.grape marc silage for sheep in feeding value of by-products and their In Nutr. Abstr. Rev., 421205.use bybeef cattle, Commission of the European Communities, 8 p. TISSERAND, J.L., 1989. Les fourragespauvres.Documentde RIGAL, L., 1984. Les sous-produits du raisin. Critères de choix etd’utilisation en alimentation animale. U. Magazine, Avril 1984, 35-38. cows, ENSSAA, Dijon. RNED, 1988.Marcderaisinentierépuisé,pépinsec de raisin, THIN,R., 1986. Les sous-produits du raisin dans l’alimentation despulpe de raisin : les sous-produits en alimentation animale, F 26, 27, animaux. Bull. des G.T.V..2537-90. - 99 - Serie A: Seminaires mediterraneens

×