A la Recherche de la Terre Promise                              par Mika Kensi
- « Votre attention s’il vous plait, ici le commandant de bord de la NaQTeP 1, ceci estun appel d’urgence de niveau maximu...
L’écran se teignit alors des mille et une nuances du spectre lumineux, alors que letélescope à temps réel principal, remon...
La voix du commandant murmurait encore : « … Je sais que cet événement pourtantsi prévisible, nous accable tous, mais nous...
se confirment … cet objet est désormais visible dans notre ciel. Sa traînée qui occupedéjà tout l’horizon, ne cesse de gro...
Guche éclata d’un rire hystérique en applaudissant le discours de Mika ; quand ilreprit ses esprits, il le regarda fixemen...
Mika n’a pas eu à beaucoup réfléchir, pour mesurer les conséquences des allégationsdu commandant … Recevoir une transmissi...
- « J’embarque ma caméra, alors … », finit par conclure Kamara.L’agent Luca, hocha la tête en signe d’acquiescement et les...
sur l’une des navettes ! Fin de la communication. »
- « Alors mon brave Mika … toujours incrédule ? », lança sournoisement lecommandant.- « … Certains détails, sont vraiment ...
Cette œuvre devait certainement son ingéniosité à une imitation aveugle de leméthode ‘Mère Nature’ … En effet les cycle du...
Mika s’arrêta quelques secondes devant la grosse porte du secrétariat, ornée dublason imposant de la NaQTeP. Océane procéd...
Le grand conseiller se tourna alors avec dédain vers le commandant qui se tenaitquelques mètres plus bas et dit :- « Quelq...
Mika qui semblait insensible à l’impact de ces images, sur son auditoire, continua :- « Ensuite je l’ai ramené … ! », et l...
C’est alors que le Goshe Rugbee, le grand conseiller se manifesta enfin :- « Honorable prêtre, Randbin, calmez-vous votre ...
- « Océane ! Prépare un plan de vol en temps réel pour Uranus, à bord de la navettesatellite centrale … », s’écria Mika en...
Dans la section sanitaire de la NaQTeP, le Grand Conseiller Rugbee, gisait ensuspension dans sa capsule de guérison …- « M...
A des centaines d’années lumières de là-bas, dans les faubourgs du système solaire,les alarmes sonnaient toutes en chœur, ...
Mika revenait peu à peu à lui et il ressentait de plus en plus cette douleur diffuseémanant de chaque centimètre carré de ...
Quelque part … un homme vêtu d’une blouse blanche regardait une séquence sur unécran géant, au fond d’une pièce sombre. Le...
Mika se précipita vers le module de largage. Il enfila sa combinaison spatiale et prisplace au poste de commande et entonn...
militaire ? »- « … Zyna ?!!! », murmura Mika l’espace d’un instant …- « … on se connaît ? », s’exclama la jeune femme, ave...
plan sur le départ précipité de la dernière NaQTeP …Mika, qui luttait de toutes ses forces, contre ce sentiment de mépris ...
Mika suivait, avec intérêt la visite guidée virtuelle que lui exposait Zyna et se rendaitde plus en plus compte de l’enver...
- « … Mais pour survivre sur une autre planète, il nous faut reconstituer une faune etune flore, susceptible de subvenir à...
L’homme en blouse blanche attendait impatiemment dans le long corridor insonorisé,il faisait les cent pas en regardant ner...
Mika attendait ce jour avec beaucoup d’impatience … Uranus approchant de sonpérihélie, les conditions étaient propices pou...
dans le long cordon de survie.Mika regarda le commandant avec admiration, il le salua d’un geste militaire etrejoignit la ...
Zyna fût la première plutonienne à contempler le lever du jour sur Terra Nueva !Elle n’osait même pas cligner des yeux, no...
- « Présence, d’eau, fer, silicium, cuivre, aluminium confirmée ! Composition del’atmosphère : 90% CO2, 5% O2, azote à l’é...
L’homme en blouse blanche observait religieusement le corps allongé devant lui. Sarespiration paisible, contractant et déc...
- « Zyna !?? », fît-il en essayant de se relever péniblement, mais sans succès.- « Oui c’est moi, Mika ! »- « Mais … la gé...
- « Alors tout ces souvenirs, tous ces flashs qui se battent, depuis toute à l’heure dansma tête et qui me persuadent que ...
dit-il.- « Quelles formalités ? »- « Oh … rien de bien spécial : quelques cérémonies militaires d’attribution demédaille, ...
A la Recherche de la Terre Promise
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

A la Recherche de la Terre Promise

493 vues

Publié le

Quand la terre ne nous suffira plus ...

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
493
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
137
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

A la Recherche de la Terre Promise

  1. 1. A la Recherche de la Terre Promise par Mika Kensi
  2. 2. - « Votre attention s’il vous plait, ici le commandant de bord de la NaQTeP 1, ceci estun appel d’urgence de niveau maximum, tous les passagers sont attendus à leurspoints de ralliement respectifs … je répète ceci est un appel d’urgence de niveaumaximum … »Tous les haut-parleurs de la NaQTeP hurlaient en chœur le message du commandantet les sirènes d’alarme sonnaient de plus en plus belle une sonate digne d’une alertede niveau maximum. Un vent de panique s’installait petit à petit, dans les enceintesde la navette, et pourtant, Mika avançait calmement parmi la foule qui se bousculait àl’entrée d’une grande esplanade : le point de ralliement 13.- « Tu penses que c’est le jour J ? », S’interrogea Liban le voisin de Mika.- « Il y a des chances … nous n’avons pas eu d’alerte de niveau maximum depuis desdécennies sans oublier les estimations des astrophysiciens … »- « Alors c’est bel et bien la fin …? »-«…»Mika, ne répondit pas, il n’eût pas le courage de le faire. Il scrutait l’espace inter-sidéral, à travers la baie vitrée qui couvrait la toiture et les parois de l’esplanade … Ilcherchait l’incontestable objet de cette alerte de niveau maximum : la fameuseconstellation du croissant. Quand il distingua enfin sa courbure caractéristique, dedemi-cercle presque parfait, il fixa une étoile proche du milieu de son diamètre : lenouvel alpha du croissant … alias le soleil. C’est alors que la voix amère ducommandant, vint perturber sa méditation :- « Votre attention s’il vous plait ici le commandant de bord de la NaQTeP. J’espèreque tous les passagers ont rejoint leurs points de ralliement respectifs car j’ai unemauvaise nouvelle à vous annoncer … Nos télescopes temps réel 2 ont enregistré desimages bien tristes ce matin … Je vous laisse en juger par vous-mêmes … »Un message lumineux s’afficha alors sur toute l’étendue de la baie vitrée, transforméen écran géant:« Destination : Alpha du Croissant, Distance : 700 années lumières, Chargement encours … ».1 NaQTeP : Navette Spatiale à la Quête de la Terre Promise2 Télescope temps réel : La vitesse de la lumière est sûrement très grande, mais elle reste tout de même finie et vaut 300 000 Km par seconde. Cela veut dire que la lumière provenant dun objet distant de 300 000 Km mettrait une seconde pour arriver à lobservateur ... A titre dexemple la lumière du soleil met à peu près 8 minutes pour parvenir à la terre et celle de létoile la plus proche Proxima du Centaure 4 années (on dit alors que Proxima du centaure est à 4 années lumière de la terre, et lannée lumière devient une unité de mesure pour la distance) ... Limage que nous voyons de ces astres est donc une image du passé et si notre soleil venait à disparaître, on ne sen rendrait compte qu’après 8 longues minutes ! Un télescope temps réel, serait capable de voir limage dun astre, tel quil est à linstant même de son observation, ceci est possible si on réussit à capter autre chose que sa lumière, une autre chose qui se propagerait à une vitesse infinie ... pour linstant un tel télescope nest que le fruit de mon imagination ... mais qui sait ?!!
  3. 3. L’écran se teignit alors des mille et une nuances du spectre lumineux, alors que letélescope à temps réel principal, remontaient une presque infinité de kilomètres, versAlpha du croissant. L’image se stabilisa enfin, laissant entrevoir un paysage d’unrouge vif …- « Comme vous pouvez le voir, Alpha du Croissant alias le soleil, vient d’entamer saphase de géante rouge … ses premiers soubresauts de ce matin, ont été fatals àMercure et à Venus : ces deux planètes ont été complètement désintégrées … La terremère, est la prochaine sur la liste…», continua le commandant …L’écran zoomait sur une planète terre méconnaissable … Ce que l’on appelait laplanète bleue il y a à peine quelques siècles, n’était plus qu’un triste amalgamerougeâtre de roches en ébullition et alors un silence religieux, s’abattit sur le point deralliement 13.Mika ne pouvait retenir un soupir brûlant … Il ne pouvait se faire à l’idée de voirainsi disparaître la planète de ces aïeuls … Cette terre mère, qu’il connaissait sur lebout des doigts, sans jamais y avoir posé les pieds …
  4. 4. La voix du commandant murmurait encore : « … Je sais que cet événement pourtantsi prévisible, nous accable tous, mais nous avons tous un devoir à accomplir … Jevous invite alors à reprendre vos postes de travail et le commandement vous avertiradés qu’il y a du nouveau … J’invite aussi tous nos confrères religieux à organiser desprières collectives, en mémoire à toutes les victimes du holocauste … que leurs âmesreposent en paix. », quand Mika finit par reprendre ses esprits, il jeta un dernierregard sur le paysage chaotique du système Alpha du croissant et tourna les talons. Ilarpenta un long corridor, avant de s’arrêter devant une grande porte ; une enseignelumineuse indiquait : « Salle de commandement : accès restreint ».- « Professeur Mika Kensi, Matricule 6284/4, Laboratoire des particules nouvelles,veuillez procéder à l’identification vocale … », s’écria une petite voix à peinesynthétique.- « Bonjour Océanie … », répondit-il, sans beaucoup de conviction …La porte finit par s’ouvrir, et Mika s’avança rapidement dans le centre de la salle. Lesingénieurs navigateurs, éparpillés ça et là devant un gigantesque écran demi-sphérique, ne semblaient guère soucieux de sa visite ; et il régnait un profond silence,régulièrement entrecoupé par des bips stériles. Mika traversa la salle et s’arrêta àdeux pas d’un homme en uniforme : le commandant.- « Tu es déjà là Mika … », lança ce dernier …- « J’attends vos ordres commandant … »- « Triste journée hein ? … », murmura le commandant avant de reprendre : « Noussommes dans un sacré pétrin, Mika … »- « Oui, commandant, toute la communauté de la NaQTeP est affligé, nous perdons,notre unique repère dans cet espace immense, la terre mère : le berceau de la racehumaine … Je pense même qu’avec les dernières évolutions d’Alpha du Croissant,toutes les formes de vie de l’après holocauste, mêmes les plus résistantes, n’ontaucune chance de survie … »- « La situation est encore plus grave Mika, nous allons perdre bien plus que cela ! »Mika qui commençait à perdre le fil de la conversation, lança un regard étonné aucommandant. Ce dernier le prit par les épaules et l’entraîna vers l’immense bulle quioccupait le centre de la salle : le poste de commandement. Il s’installèrent autourd’une table ovale, et le commandant entonna : « Océanie … passage en mode privé !»- « Tu me caches quelque chose Guche …? », lança Mika.- « Regarde d’abord ça Mika … on en reparle après ! », répondit le commandant enpointant de l’index, le petit écran qui commençait à grésiller …Une voix off commentait des images altérées, qui montrait une foule en délire :« … Les rumeurs d’une éventuelle collision de notre soleil avec une comète géante,
  5. 5. se confirment … cet objet est désormais visible dans notre ciel. Sa traînée qui occupedéjà tout l’horizon, ne cesse de grossir d’heure en heure et témoigne de l’ampleur dela catastrophe … Ces rumeurs sont toujours démenties par le gouvernement de laconfédération terrienne, qui vient néanmoins de déclarer l’état d’urgence et quiappelle la population à garder son calme. Cependant un haut responsable, qui désiregarder l’anonymat, vient de nous faire un communiqué, je cite : ‘Le gouvernement nepourra pas longtemps cacher la vérité : nous courons vers l’holocauste !’ …D’autres sources, parlent même d’un plan gouvernemental pour une évacuationd’urgence – où les places restent très limitées – vers nos bases de repli sur Uranus, oùtoute une communauté travaille pour le projet d’exploration de l’espace profond àbord de la navette de la quête de la Terre Promise. Ce sont ces dernières déclarationsqui ont déclenché les émeutes partout sur la planète : chacun veut son billet pourUranus, de gré ou de force … C’était les dernières nouvelles de ce dimanche 17janvier de ce début de siècle, on ne peut plus tragique, transmise par Kamara Zhoum…»La retransmission prit fin brusquement, laissant place à une neige de parasites etMika s’adressa au commandant, d’air un peu ennuyé :- « Ces images sont toujours aussi accablantes … les dernières images prisesquelques secondes avant que la terre entière ne ressente les effets de l’holocauste !Cependant, bien qu’elles soient de meilleure qualité, tes images ressemblentdrôlement au support du premier cours d’histoire de l’école élémentaire auquel ontassisté tous les passagers de la NaQTeP, et ce depuis l’holocauste !- « Et quels souvenirs garde-tu de ce premier cours ? », rétorqua le commandant d’unair amusé.- « Si tu tiens vraiment à me poser une colle d’histoire, Guche, je vais t’étonner :A l’instant même où ces images sont tournées, la comète était déjà rentrée encollision avec Alpha du Croissant, contrairement à ce que suggérait le gros plan sur lebeau ciel bleu de ce dimanche 17 janvier : une illusion d’optique due à la vitesse depropagation de la lumière … La comète avait dénigré la surface de l’étoile et enrebondissant par dessus, elle a perdu 80% de sa masse. Elle a ensuite continué sacourse en infligeant le même sort, à toutes les planètes telluriques du système Alphadu croissant, en perdant une fraction de sa masse à chaque impact. L’impact avec laterre fût bref et … fatal pour toute l’humanité …La comète a ensuite été efficacement freinée par l’attraction de Jupiter, ce qui apermis à Saturne de la satelliser : une aubaine pour nos bases de replis sur Uranus oùseules quelques centaines d’humains ont été miraculeusement épargnées. Alpha duCroissant, étant devenu trop instable, après l’impact, il entama sa transformation engéante rouge, quelques millions d’années avant l’heure et nos légions sur Uranus,n’avaient plus d’autre choix que de transformer le projet de NaQTeP, en uneopération de sauvetage de la race humaine : des kilomètres cubes de cette bonnevieille planète terre, embarqués sur une navette spatiale …Voilà tout ce que je sais, Guche, à toi de m’apprendre ce que je ne sais pas encore ! »
  6. 6. Guche éclata d’un rire hystérique en applaudissant le discours de Mika ; quand ilreprit ses esprits, il le regarda fixement dans les yeux et lui dit d’une voix enrouée :- « Et si je te disais, que nos instruments viennent à l’instant de capter la versionintégrale de cette transmission, relayée par ondes temps réel et en provenanced’Uranus ? »
  7. 7. Mika n’a pas eu à beaucoup réfléchir, pour mesurer les conséquences des allégationsdu commandant … Recevoir une transmission temps réel venant d’Uranus, relevaitdu domaine du surréel ! Depuis l’holocauste, qui remonte à plus d’un millénaire déjà,certes les légions basées sur Uranus ont survécu mais elles ont toutes embarqué àbord de l’unique NaQTeP disponible … pour la simple et unique raison que les basesde repli qui les accueillaient alors, ne pouvaient supporter les terribles tempêtesnucléaires, dont Alpha du croissant aspergeait tout le système ! D’ailleurs les imageset les mesures relayées d’Uranus, par les télescopes temps réel, depuis trois siècles,rendaient compte d’une planète catastrophée : des tempêtes magnétiquesinsoutenables, une radioactivité non propice à aucune forme de vie pluricellulaire … !- « Mais … », balbutia-t-il, d’un air effaré …- « Mika … je sais que cela va à l’encontre de tout ce qu’on t’a appris à bord de laNaQTeP, je sais que cela réfute toutes les lois de la physique de l’après holocauste …mais il y a bien quelqu’un sur Uranus, quelqu’un qui a survécu à ces longs siècles decalvaire, quelqu’un qui vient d’entrer en contact avec nous ! »- « Mais, tu sais que cela est parfaitement impossible ! », répliqua Mika avecentêtement …- « Regarde la suite de la transmission, Mika … », rétorqua le commandant enpointant l’écran du doigt …Les images montraient Kamara Zhoum, le reporter le plus célèbre de la planète …avant l’holocauste, rendant l’antenne …- « Dis, Kafka … », s’adressait-t-il à son cameraman … « Tu ne penses pas qu’il esttemps de paniquer un peu là … non ? »- « … oui Kamara, je suis très paniqué, d’ailleurs je me demandais si … »- « Tu peux y aller, Kafka … va rejoindre ta famille … et laisse-moi la caméra, jevais filmer deux ou trois séquences, avec les manifestants … »- « Merci Kamara, ce fût un honneur de travailler avec toi ! », répondit Kafka en luitendant la caméra.A peine l’image stabilisée, deux étranges individus vêtus de noir apparaissaient dansle champ :- « Agent spéciaux Rex Muldof et Sandy Luca, du FBI, veuillez nous suivremonsieur, Kamara … »- « Vous suivre ? … non, non, non … moi j’ai du boulot à terminer … je doisinformer ces pauvres gens effarés … la planète va exploser d’une minute à l’autre etle gouvernement qui vous emploie, fait comme si rien n’était, au total mépris desmilliards de terriens qui l’ont élu, et vous me demandez de vous suivre ! … Allezvous faire … »- « Monsieur, Kamara … venez c’est pour la bonne cause. », le supplia presquel’agent Luca.
  8. 8. - « J’embarque ma caméra, alors … », finit par conclure Kamara.L’agent Luca, hocha la tête en signe d’acquiescement et les trois embarquèrent à bordd’un véhicule.La voiture mangeait le bitume à une vitesse hilarante, tandis que Kamara filmait unpaysage de désolation totale : des commerces saccagés, pillés, des voituresabandonnées sur le bord de la route ; il y avait même des cadavres qui gisaient, sur lebas côté … Il n’arrêtait pas de poser des questions sur la destination du véhicule, et ilse heurtait au silence, très professionnel des deux agents … Ce n’est qu’en menaçantde se jeter par la porte que Luca, se retourna vers lui et lui dit :- « Nous vous emmenons sur Uranus ! »L’image disparût de l’écran pendant quelques secondes et Mika se retourna vers lecommandant qui l’invita d’un geste du doigt à suivre la projection …Le décor changea et on entendait Kamara – derrière la caméra – s’exclamer d’untorrent de gros mots, frôlant le blasphème. Il était à l’évidence à bord d’une NISSE 3,ces vieux engins qui servaient aux anciens terriens, de visiter les faubourgs dusystème Alpha du Croissant, qui était autrefois beaucoup plus accueillant … Unpaysage cataclysmal s’offrait aux yeux du journaliste : on distinguait à peine la terre,un petit disque bleuâtre, une gigantesque masse brûlante laissant filer une longuetraînée bleuâtre remplissait pratiquement tout le champ de vision et au fond del’image le soleil présentait une incroyable excroissance instable … Une voix,probablement celle de l’agent Luca, disait :- « L’impact avec le soleil a eu lieu il y a exactement 30 minutes, 10 minutes après cefût le tour de Mercure, 15 minutes après ce fût le tour de Venus … l’impact avec laterre est imminent, mais nous ne pourrons pas le voir à l’œil nu … nous serions déjàen orbite autour d’Uranus … »L’image s’arrêta encore une fois et Mika se retourna de nouveau au commandant,l’air impatient ; ce dernier le renvoya à la projection …Après quelques intrépides crépitements, l’image se stabilisa. Un homme en uniformes’adressait à la caméra :- « Ici le général Howerd Eisenwight, commandant en chef de la base de repli Bêta,sur Uranus, ceci est une transmission en temps réel … », le général pointa de la main,l’horloge atomique affichant une date qui laissa Mika bouche bée : c’était la mêmedate que sur NaQTeP … Ensuite le général poursuivait :« Ceci est un SOS, je répète ceci est un SOS, à toute les NaQTeP, demandonsassistance d’urgence … Le soleil a atteint un degré d’instabilité critique, la base derepli Alpha, vient de désintégrer à l’instant … demandons rapatriement d’urgence,3 NISSE : Navette Intra Système Solaire Express
  9. 9. sur l’une des navettes ! Fin de la communication. »
  10. 10. - « Alors mon brave Mika … toujours incrédule ? », lança sournoisement lecommandant.- « … Certains détails, sont vraiment troublants ! Tiens par exemple : l’horlogeatomique, est la même que celle utilisé sur la NaQTeP … et non seulement elleaffiche une date universelle, indépendamment de la courbure de l’espace temps, maisil est impossible de la dérégler ! Cette transmission date bel et bien d’aujourd’hui ! »- « Et que penses-tu du reportage ? »- « Ce sont là les premières images de l’holocauste, et la preuve irréfutable qu’unplan d’évacuation a bel et bien été mis en place … du moins en partie ! Cela ne peutqu’alléger le sentiment de culpabilité qui nous ronge depuis des générations … nosancêtres de la base de repli sur Uranus, ont bel et bien accueilli les rescapés de laterre ! »- « … rien ne prouve que la NISSE transportant Kamara, ait atteint Uranus, mais celareste plausible ! »- « Il y a aussi un détail de taille ! Dans la séquence SOS, le commandant Eisenwight,a parlé de NaQTePs, au pluriel … cela ne peut qu’étayer la thèse du docteur NatileBerstein, stipulant que d’autres NaQTePs sondent l’espace sidéral, à la recherched’une nouvelle terre ! »- « Après ce qu’on vient d’apprendre, cette théorie devient certes de plus en plusplausible, mais on ne sait toujours pas pourquoi on n’a jamais réussi à établir unquelconque contact avec ces NaQTePs hypothétiques ! »- « Vu la tournure des événements, je pense que ça ne saurait plus tarder … »- « Bon, assez discuté, je vais de ce pas en informer le grand conseil, je te feraisappeler pour établir l’intégrité de la transmission et pour éclaircir certains détailstechniques ... »- « Il faut vraiment que je sois là ! », répondit Mika avec hésitation …- « Il le faut Mika. En attendant la décision du conseil, interdiction formelle d’essayerde rentrer en contact avec Uranus … Essaie plutôt de te changer les idées et deprendre du recul, par rapport à tout ça. », trancha le commandant d’un ton qu’ilvoulait ferme, avant de poursuivre « Océane, passage en mode public ! »Mika quitta prestement la salle de commandement et se retrouva dans le long corridordésert. Il se dirigea vers l’ascenseur le plus proche. Une fois dans la cabine, il hésitaquelques instants avant de lancer : « Océane, Terra In Vitro s’il te plait ! » …Occupant la presque totalité de son noyau central, Terra In Vitro, était sûrement leplus bel endroit sur la NaQTeP. Une prodigieuse prouesse technologique, datant deplus d’un millénaire. A l’époque, la plus grande contrainte d’un projet de voyageinterstellaire, était sans doute l’autonomie, en carburant, en oxygène et enalimentation. La solution était on ne peut plus audacieuse : recréer un microcosmeterrestre au sein même de la navette. Ainsi des kilomètres cubes de terre riche enminerais, ainsi qu’une sélection exhaustive de tous les représentants de la faune et laflore, ont été transportés de la planète bleue, d’abord vers la base centrale sur Uranus,ensuite vers la NaQTeP …
  11. 11. Cette œuvre devait certainement son ingéniosité à une imitation aveugle de leméthode ‘Mère Nature’ … En effet les cycle du carbone et de l’eau assuraient à lanavette une parfaite autonomie d’oxygène, le sous-sol riche subvenait à tous lesbesoins d’une micro-industrie de pointe très prospère, les élevages d’animaux et lamicro-agriculture comblaient tous les besoins alimentaires des passagers … D’autantplus que cela donnait une allure vivante à ce tas de fibres de carbone et de verrerenforcées, qu’était au fond la NaQTeP …Mika, aimait venir à Terra In Vitro et il bénissait ces études de botanique génétiquequi lui permettent d’y aller sans autorisation. Ce n’était pas le cas de tout le mondesur la NaQTeP, et la majorité des milliers de passagers, se contentait de la regarderjalousement à travers des hublots …Mika laissait son regard se balader, dans cette demi-sphère, gigantesque : des tubeshalogènes émetteur d’UV, reproduisait l’effet chaleureux et bien-faisant d’un soleildéfunt ; des palmiers géants s’élançaient jusqu’à la toiture en verre transparent ; desplans d’eau ponctuaient ça et là les vastes étendues verdoyantes, peuplées desanimaux les plus exotiques, quand son regard s’arrêta enfin sur cette bulle suspenduedans les airs : le siège du grand conseil.- « Qu’est-ce que ces vieux fous du Grand Conseil, peuvent bien penser de cettefameuse transmission venant d’Uranus ? Vont-il nous autoriser de partir à leurrescousse … ? Pourrais-je enfin expérimenter, mes derniers travaux sur ledéplacement en temps réel ? »Beaucoup de questions trottaient dans sa tête et Mika, et au fur et à mesure sonexcitation atteignait son paroxysme, quand la douce vois d’Océane annonça :- « Le professeur Mika Kensi est demandé d’urgence au secrétariat du Grand Conseil… Je répète : le professeur Mika Kensi est demandé d’urgence au secrétariat duGrand Conseil … »Mika chassa alors toutes ces questions de son esprit et pris fermement la direction del’ascenseur panoramique …
  12. 12. Mika s’arrêta quelques secondes devant la grosse porte du secrétariat, ornée dublason imposant de la NaQTeP. Océane procéda à son authentification avec sarigueur habituelle et la porte s’ouvrit enfin.- « M. Kensi, nous vous attendions ! », lui lança Check Diney : le premier secrétairedu Grand Conseil, qui se tenait juste derrière la porte, avant de poursuivre : « Mettezceci, vous en aurez vraiment besoin ! », en lui tendant une ceinture métallique.Ils se dirigèrent ensuite, vers la salle du Grand Conseil. En pénétrant dans la grandeenceinte lumineuse, Mika fût à peine déstabilisé par l’absence de pesanteur, quand laceinture qu’il portait, commençait à vibrer à des intervalles réguliers et il finit pourreposer ses pieds part terre.Les « vieillards » du Grand Conseil, comme il se plaisait à les appeler, flottaient dansles airs comme des vautours en colère … Dans leur majorité, bicentenaires, cesressuscités de la médecine moderne, étaient quand même, condamnés à vivre dans lacomplète apesanteur, pour ménager leurs cœurs fatigués.La discussion de plus en plus bruyante, frôlait l’anarchie totale, et Mika se retournavers le premier secrétaire, d’un air désappointé, c’est alors que le Premier Conseillers’écria d’un seul coup :- « Il est hors de question de partir sur Uranus ! »Toute la salle se tût alors, l’espace d’un moment et tous les yeux se tournèrent vers :Goshe Rugbee : le guide suprême de la NaQTeP.- « M. Kensi, veuillez expliquer à messieurs les conseillers, l’impossibilité techniqued’un tel voyage pour l’instant ! », s’adressa-t-il ensuite à Mika, et ce dernier n’en crûtpas ses oreilles, lui qui mourait d’envie de faire ce voyage !- « … mais … au contraire ! … c’est à dire que … », balbutia-t-il.- « M. Kensi, croyez bien que nous n’avons pas toute la journée pour décider d’un teldétail … tout le monde sait qu’un voyage vers le système d’Alpha du Croissant, neprendrait pas moins de 700 années, en poussant notre navette à quelques poussièresde la vitesse de la lumière, et que d’ici là, Uranus aurait déjà été dévoré par sa géanterouge cannibale … nous voulons votre avis là-dessus … veuillez être bref et précis etbon dieu arrêtez de bégayer ! », le coupa grossièrement le Grand Conseiller.La salle replongea dans un brouhaha sourd et Mika se sentit submergé d’une hainemeurtrière, à l’égard de son interlocuteur. Il croyait dur comme fer, qu’il étaitpossible de partir sur Uranus, en un temps raisonnable, grâce à ses dernièrerecherches, sur les déplacements en temps réel et méprisait le défaitisme de sespoliticards séniles Alors dans un dernier élan de bravoure, il répondit :- « Sauf votre respect, M. le Grand Conseiller, je pense qu’il est possible de partir surUranus et d’en revenir en moins de 24 ! »
  13. 13. Le grand conseiller se tourna alors avec dédain vers le commandant qui se tenaitquelques mètres plus bas et dit :- « Quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui se passe ici ? »- « Oui, moi je peux le faire, si vous le voulez bien ! », répliqua Mika en le fixantavec un soupçon d’entêtement.- « … Alors vous étiez bel et bien sérieux, à propos de ce que vous disiez toute àl’heure ?!!! »- « Je peux vous le prouver, si vous me laissiez utiliser le télé-projecteur de la salle …»- « Il est à vous ! »Mika ordonna à Océane d’afficher la dernière séquence tournée dans le laboratoiredes particules nouvelles. L’écran géant s’alluma, en montrant l’image d’une souris delaboratoire.- « Messieurs les conseillers, je vous présente Minnie, la première souris qui a quitténotre galaxie ! », dit fièrement Mika.Ensuite les images parlèrent d’elles-mêmes. On voyait d’abord une navette satellite,se détacher et s’éloigner rapidement du poste d’arrimage nord de la NaQTeP, ensuiteune vue d’ensemble sur l’équipage à bord. Quand il distingua les visages de Mika etLiban, le commandant s’écria :- « C’est le baptême de mon fils Liban … la mission d’exploration de TP19, ladernière planète visité dans le cadre du projet Terre Promise … ! »Mika confirma d’un signe de la tête et poursuivit :- « A l’occasion de cette mission j’ai procédé au premier essai d’un voyage en tempsréel, avec la capsule de largage de la navette satellite … En effet les tests concluantsréalisés en laboratoire, où j’ai fait voyager Minnie, en temps réel, d’un bout à l’autrede la NaQTeP, se devaient d’être confirmés dans des dimensions dignes de celles denotre univers ! Alors … j’ai envoyé Minnie, en temps réel, vers Proxima du Centaure…»Mika pointa son laser de poche vers un petit module qui se détacha de la navettesatellite et qui disparût soudain, pendant quelques secondes … Il continua alors sondiscours :- « Et voici des images relayées par la capsule de largage, depuis Proxima duCentaure … », et c’est là qu’à la stupéfaction générale, les images montraient une vueimprenable sur la sublime étoile, occupant presque la totalité du fond de l’écran …Sur le coin bas gauche de l’image, on distinguait un bout du module de largageportant l’inscription : « Navette Satellite Nord - Module de largage 1 »
  14. 14. Mika qui semblait insensible à l’impact de ces images, sur son auditoire, continua :- « Ensuite je l’ai ramené … ! », et les images montraient le module réapparaissantcomme par enchantement au voisinage de la navette satellite et s’arrimant doucementà son interface.La salle plongea dans un silence religieux. Tous les conseillers se regardaient dansune parfaite béatitude … Mika qui ne quittait pas des yeux, le redoutable GoshRugbee, et attendait impatiemment sa réaction …Soudain une silhouette drapée de noir, surgit comme l’éclair, du fond de la salle, ellevoltigea pendant quelque secondes au-dessus de Mika et finit par se poser sur latribune qui se tenait pas loin de lui ; il le fixa longuement avant de s’exprimer avec unaccent bizarre :- « ‘Bijour, M.Kenzzzi’, Grab Randbin, grand prêtre des zzientolgues … pivez-vousm’en dire d’avantage zzur les caractérizztiques tichniques de zze voyage miraculeux !»Mika eut froid au dos … Ce Randbin était l’une personnalités les plus redoutables dela NaQTeP … L’église de scientologie dont il était le gourou exclusif, comptait unemajorité absolue de disciples parmi les passagers. Sa réputation de grandconservateur, borné et à vocation sanguinaire terrifiait tous les chercheurs …- « Que voulez-vous savoir ? », finit par dire Mika.- « Zze veux zzavoir la vitezzzze à laquelle vous avez fait voyager zzette souris ! »- « … à une vitesse infinie, d’ailleurs il ne s’agit pas là d’un déplacement au sensconventionnel du mot, mais plutôt d’un jeu avec les probabilités ! Comme vous devezle prêcher souvent, durant vos messes, la mécanique quantique explique que touteparticule de l’univers, peut être un peu partout, à n’importe quel instant et que si elleest manifestement quelque part, c’est que la probabilité qu’elle y soit, est très prochede 1 …»- « Oui zze comprend … alors vous avez réuzzzzi à manipuler les probabilitésd’existenzze de toutes les particules conzztituant le module de largage, à bord duquelse trouvait zzette pauvre petite créature de Dieu … ! »- « C’est exactement ça … à quelques détails prés ! »L’étrange prêtre s’éleva un peu plus haut dans les airs … avant de crier brusquement,dans une hystérie totale :- « Balzzphème … blazzphème !!! Il faut incarzzérer zze minable zzuppôt de zzatan !», il poussa ensuite un hululement lugubre avant de poursuivre : « … le livre saint dela zzientologie, zztipule que rien ne peut exzzéder la vitezze de la lumière dont lezzecret est divin … blazzphème … blazzphème ! »
  15. 15. C’est alors que le Goshe Rugbee, le grand conseiller se manifesta enfin :- « Honorable prêtre, Randbin, calmez-vous votre sérénissime seigneurie ! Personnen’osera contredire les paroles du grand livre de la zzientologie … euh … scientologie! », il se retourna ensuite vers Mika, et le fixa d’un regard étincelant : « M. Kensi, jevais vous demander de cesser toutes vos recherches sur ce sujet … je dis bien touteset je chargerai le commandant de superviser l’exécution indiscutable de cet ordre ! »- « Et la zzourie ! … la zzourie … il faut la brûler vive, immédiatement ! », insistaRandbin, d’une voix psychédélique, en se retournant vers Rugbee !Ce dernier acquiesça d’un mouvement de la tête et fît signe discrètement à Mika dedisposer …Mika qui était visiblement très en colère, marchait dans le long sentier traversant laTerra In Vitro, en grommelant des paroles incompréhensibles … Le commandant, quile suivait au pas l’appelait en vain :- « Mika … Mika … ! MIKA ! »Cependant Mika, continuait son bonhomme de chemin sans se retourner ... il avaitune seule idée en tête et le temps pressait …
  16. 16. - « Océane ! Prépare un plan de vol en temps réel pour Uranus, à bord de la navettesatellite centrale … », s’écria Mika en prenant le long corridor menant à la salle decommandement.- « Plan de vol en cours de calcul … », répondit sereinement la petite voix d’Océane.Mika se sentait tellement responsable de la communauté plutonienne. Les propos deGosh Rugbee, retentissaient encore dans ses oreilles : « Il est hors de question departir sur Uranus ! », et il ne pouvait comprendre une attitude aussi inhumaine, aussinégative …La vie de peut-être quelques milliers d’humains ne dépendait désormais que de soninsubordination et il ne comptait pas les laisser tomber …A peine Mika pénétra dans la salle de commandement qu’Océane l’interpella :- « Plan de vol transféré vers la navette satellite principale ». Il se précipita alors versle cordon d’embarquement et entonna : « Océane, ouvre le sas ! »- « Désolé, professeur Kensi, vous n’avez pas assez de privilèges pour accéder aucordon d’embarquement … », répondit calmement la petite voix mécanique.Mika réfléchit l’espace d’un moment et ses yeux finirent par s’illuminer …- « Océane … j’ai un problème prioritaire de logique : Un avocat prétend que lesavocats sont tous des menteurs ! Cet homme dit-il vrai ? »Océane se tut quelques instants, avant de reprendre :- « Temps de calcul non estimé … ressources occupées : 90%. Passage descommandes en mode manuel dans 10 secondes … 9 … 8 … 7 … 6 … 5 … 4 … 3 …2 … 1 … Ressources occupées : 100 % »Mika sourit avec un soupçon de compassion pour le pauvre robot désorienté etactionna le levier d’ouverture du sas … Au bout du cordon d’embarquement, lanavette satellite principale n’attendait plus que lui …Mika s’installa aux commandes et revérifia son plan de vol, avant de pousser les gazà fond … Et pendant que le vaisseau imposant se libérait progressivement de sonarrimage, les haut-parleurs de la NaQTeP, résonnaient de la voix désespérée ducommandant Guche Evara :- « A tous les passagers de la NaQTeP, ceci est une alerte de niveau maximum …Arrêtez le professeur Kensi, à tout prix, je répète arrêtez le professeur Kensi ! »Mika qui écoutait l’appel désespéré du commandant, par relais radio, souritnerveusement, avant de presser le bouton rouge qui clignotait sur le tableau de bord,en murmurant : « J’espère qu’on se reverra bientôt Guche ! »
  17. 17. Dans la section sanitaire de la NaQTeP, le Grand Conseiller Rugbee, gisait ensuspension dans sa capsule de guérison …- « Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer, commandant ? », s’écria-t-il, en affichantune grimace de douleur …- « … euh … Océane nous a lâché, Grand Conseiller, mais nous avons rétabli l’ordre,votre imminence ! »Gosh Rugbee, devenait alors de plus en plus rouge de colère … il regardait lesmembres du grand conseil, qui flottaient dans leurs capsules de guérison, gisant ça etlà autour de lui et se retourna vers le commandant :- « Je ne vous pardonnerai jamais ce retour subite de la pesanteur, dans le bâtiment duGrand Conseil, je vous traduirai en justice pour manquement à vos fonctions … ! », ille regarda ensuite d’un air menaçant avant de continuer : « … Et où est-ilmaintenant ? »- « Il est parti, votre imminence ! »- « Tâchez d’empêcher son retour … sinon j’ajouterai la tentative de meurtre contreles membres du Grand Conseil, à vos chef d’inculpations ! »Le commandant salua fermement le guide suprême de la NaQTeP et tourna les talons.Il arpentait le long corridor menant à la salle de commandement en grommelant :- « J’espère que tu vas réussir Mika ! Je l’espère de tout mon cœur, rien que pouremmerder ces vieux cons du Grand Conseil ! »
  18. 18. A des centaines d’années lumières de là-bas, dans les faubourgs du système solaire,les alarmes sonnaient toutes en chœur, sur la base de repli bêta, de la planète Uranus… Le soleil entamait un stade d’instabilité jamais atteint auparavant et ses rayonsmeurtriers fouettaient de plus belle le sol dénudé d’Uranus …Le commandant Eisenwight, faisait les cents pas dans son bunker sous-terrain … Ilvenait de déclencher l’état d’alerte et redoutait que ce ne soit vraiment la dernière foisqu’il le fasse …La dernière éruption solaire fût tellement catastrophique que toutes les structuresavaient fini par céder, y compris le grand planétarium où vivaient les derniersvestiges de la faune et de la flore d’Uranus. Les milliers d’habitants de la base derepli bêta, avaient été évacués, in extremis, vers les refuges sous-terrains, aménagés àl’occasion, où ils ne risquent plus le déluge radioactif qui s’abattait sur la planète …Combien pourrait-elle survivre, cette communauté plutonienne dépossédée de cesressources animales et végétales, et ne pouvant compter que sur ses réserves, à moitiécontaminés par les radiations, se demandait le commandant, quand soudain unemince silhouette déboula dans la pièce :- « Papa … papa ! », s’écriait la jeune femme en uniforme …- « Zyna ? Qu’est-ce qui se passe ? »- « … regarde ! », répondit-elle avec tout l’enthousiasme qui manquait à son père, enpointant l’écran de contrôle du doigt …
  19. 19. Mika revenait peu à peu à lui et il ressentait de plus en plus cette douleur diffuseémanant de chaque centimètre carré de son corps, qui envahissait son cerveau. Ils’essuya le visage et se rendit compte, vite fait, qu’il saignait du nez … A peineessaya-il de se lever, que son récepteur radio, commençait à crépiter et petit à petit, ildistinguait une voix au milieu des parasites :- « Ici le commandant de la base de repli bêta sur Uranus. Veuillez vous identifier …»Mika qui n’en croyait pas ses oreilles, actionna le bouton du radio-télescope principalet il sursauta de joie ! L’imposante planète Uranus, remplissait magnifiquement sonchamp de vision !Une communication entrante clignotait sur le coin inférieur gauche de son écrantactile. Mika accepta la communication et la tête du commandant Eisenweightapparaissait :- « Ici le commandant de la base de repli bêta sur Uranus. Vous n’êtes pas autorisé àstationner cette orbite. Veuillez vous identifier … », répétait la voix de plus en pluspessimiste du commandant … Mika déclencha enfin son micro et s’écria :- « Ici le professeur Mika Kensi, à bord de la navette satellite principale de laNaQTeP. Nous avons capté votre émission par ondes temps réels et nous demandonsl’autorisation de stationner sur cette orbite … »- « Professeur Kensi ! Dieu merci, vous êtes là ! »Mika qui entendait les cris de jubilations de la salle de commandement, ne pouvaitcontenir un sourire satisfait, qui se transforma en éclats de rires : il a réussi … et lesauvetage de la planète Uranus peut commencer !- « Professeur Kensi … nous vous attendons sur notre nouvelle base de replisouterraine : la base gamma ! Nous avons des interfaces pour les navettes satellites …»- « … non je pense que j’utiliserai le module de largage, je ne veux pas exposer lanavette satellite aux vents radioactifs d’Alpha du Croissant … »- « Alpha du Croissant ? … »- « … Oui, vous savez la géante rouge locale ! »Le commandant éclata de rire avant de répondre :- « Je ne savais pas que notre soleil, fait désormais partie d’une constellation ! …Nous vous attendons professeur Kensi : quai sud, point d’arrimage numéro 5.Terminé »
  20. 20. Quelque part … un homme vêtu d’une blouse blanche regardait une séquence sur unécran géant, au fond d’une pièce sombre. Les images repassaient en boucle le voyageen temps réel de Mika : la disparition de la navette satellite et sa réapparition enorbite autour d’Uranus. Après quelques repassages l’homme en blouse blanche, seleva et marcha vers l’autre bout de la pièce, où se tenait un homme en uniformemilitaire bleu.- « Qu’est-ce que vous en pensez général ? », dit le premier …- « C’est tout à fait impressionnant, professeur … », répondit le général avec froideur.- « Quels sont les directives ? »- « Est-ce que vous avez réussi à reproduire la même expérience, à une échellecomparable ? »- « Oui général, tout a été reproduit, avec succès, désormais nous maîtrisons lephénomène ! »- « Alors … mettez un terme à tout ceci ! »- « A vos ordre général ! », répondit le professeur avec fermeté.
  21. 21. Mika se précipita vers le module de largage. Il enfila sa combinaison spatiale et prisplace au poste de commande et entonna :- « Verrouillage des commandes de la navette satellite à ma voix ».- « Verrouillage effectué. », répondit la voix synthétique de l’ordinateur de bord.- « Ceci empêchera toute intervention, par ondes temps réel, de la NaQTeP … »,réfléchît-il à voix haute, avant de prendre le large.Le module de largage, parcourait les millions de kilomètres à la vitesse de l’éclair etMika ressentait de temps en temps les effets des tempêtes magnétiques. Quand ilarriva enfin à bon port, il déclencha la procédure d’arrimage et le commandantEiseinweight réapparût sur son écran :- « Professeur Kensi, nous vous avons déroulé un cordon vital, pour traverser lessous-terrains, vers la base gamma, mais je vous conseille tout de même de gardervotre combinaison spatiale, pour vous éviter une exposition accidentelle auxradiations … »- « Bien, reçu commandant. », répondit Mika. Il coupa ensuite l’alimentation dumodule et verrouilla les commandes à sa voix, en grommelant : « … Juste au cas où !»En ouvrant successivement les deux sas de sortie, ses instruments de mesure seprirent d’un folie intempestive, tous les indicateurs étaient dans le rouge et Mikaprenait de plus en plus conscience du calvaire qu’était devenu Uranus. Ne perdant pasde temps, il avançait à pas rapides, aidé par la presque apesanteur environnante, dansle long cordon qui menait à la base gamma … Quand il arriva à la fin de sonsparcours, il s’engouffra dans le système à double sas ; quelques secondes après uneporte s’ouvrit et le commandant Eisenweight l’accueillait à bras ouverts :- « Bienvenu sur la base gamma, professeur Kensi ! »Mika se laissait faire, devant l’excès de jovialité du commandant … Cela faisaitlongtemps, qu’il n’ait pas eu ce genre d’accueil chaleureux et il s’en réjouissait.- « Ma fille, notre meilleur ingénieur en chef des communications … ! », poursuit lecommandant en montrant la jeune femme qui s’avançait vers eux, avant dereprendre : « … c’est aussi notre chef d’état-major, depuis notre transfert vers la basegamma … »- « Qu’est-il arrivé, à votre ancien chef d’état-major ? », demanda Mika.- « Mort … durant le transfert. Avec au moins un millier de nos meilleurs agents surle terrain … », répondit le commandant avec un soupçon de mélancolie.- « Je suis vraiment désolé … », marmonna Mika d’un air très gêné.- « … Dieu ait pitié de leurs âmes ... Je m’appelle Zyna Wassen et mon père exagèrequand il dit que je suis le meilleur ingénieur à bord … disons que j’aime bien monboulot ! Mais dites-moi, que fait un professeur à bord d’une navette satellite
  22. 22. militaire ? »- « … Zyna ?!!! », murmura Mika l’espace d’un instant …- « … on se connaît ? », s’exclama la jeune femme, avec un soupçon d’humeur.- « Oh ! Je vous demande pardon ! Non … non … il se trouve que votre prénomm’est un peu familier … j’ai déjà connu une Zyna avant et … Bref, je suis trèsenchanté et … je me présente : professeur Mika Kensi, je travaille dans le laboratoiredes particules nouvelles, au sein de la NaQTeP. »- « Le plaisir est partagé ! », répondit Zyna avec un large sourire, quand lecommandant les coupa, d’un air embarrassé :- « Venez, on du pain sur la planche ! On laissera la diplomatie pour toute à l’heure !»Le commandant avança d’un pas rapide vers l’immense tableau de bord au fond de lasalle de commandement, pendant que les ingénieurs qui pullulaient un peu partout,s’échangeaient de larges sourires avec leur nouvel hôte. Le commandant s’adossa àune chaise et pria Mika et Zyna de s’asseoir avant de partir dans un long discours surl’histoire de la communauté plutonienne. Mika écoutait attentivement etreconstruisait pas à pas les pièces du puzzle qui lui manquaient.Il apprît entre autres, les circonstances chaotiques de l’évacuation de la populationterrestre vers Uranus, où les milliers de NISSE privées, non prévues, qui affluaient detous les coins de la terre, avaient déclenché de graves collisions à l’approched’Uranus, et sérieusement perturbé le déroulement des opérations. Il en apprît aussil’existence d’autres NaQTeP ultérieure à la sienne, construites sur Uranus et quiavaient pris le large, dans l’espace intersidéral, à la recherche d’un autre planètehabitable. Quand le commandant en vînt à la raison pour laquelle, une communautétoute entière fût abandonnée sur Uranus, Mika ne pût s’empêcher de penser à GoshRugbee et ses suppôts :- « … Quand toutes les ressources furent épuisés, sur Uranus, le lobby militaire quidirigeait l’ensemble des bases plutonienne, n’avaient plus d’autres choix …Sur les 3milliers de rescapés, seuls les deux tiers pouvait embarquer sur la dernière NaQTeP,et c’est là que le plan Kluklus Clan, fût mis en exécution … Seules pouvaient êtreembarquées, les recrues de formation militaire ou celles possédant des connaissancepoussées des sciences de l’espace, de l’agriculture in vitro, où de la médecinemoderne … Ensuite parmi les recrues restantes, on sélectionnait celles qui étaient leplus en bonne santé et donc apte à procréer … Jusque là cette attitude, semble êtreextrêmement logique et réaliste, ce n’est qu’en se disputant les dernière places, queles excès commencèrent à apparaître : on excluait systématiquement les recrues decouleur, métissées où ayant une religion opposé à la scientologie et c’est à partir de làque les événements prirent une tournure dramatique. »Le commandant tapota sur l’écran tactile et une séquence enregistrée, apparaissait àl’écran … Les images montraient des scènes de lutte armée, des tribunaux militairessuivis d’exécutions sommaires, des scènes de lynchages collectifs … et enfin un gros
  23. 23. plan sur le départ précipité de la dernière NaQTeP …Mika, qui luttait de toutes ses forces, contre ce sentiment de mépris qui le prit àl’encontre de ses ancêtres, n’osait même pas interrompre le commandant, quicontinuait :- « La dernière NaQTeP, abandonna en partant près de la moitié des derniers rescapés: 1234 terriens, laissés pour compte, sans aucune connaissance technique, sansaucune chance de survie. »- « Et comment ils ont fait pour … survivre ? », s’exclama Mika- « Ils ont appris sur le tas … en parcourant les bases de connaissances, en lisant etrelisant les manuels de procédures et parfois même en réinventant la roue … maisune chose est bien sure : si nous sommes aujourd’hui, près de 7 siècles après, presqueune dizaine de milliers de plutoniens, c’est uniquement grâce à cette inexorablevolonté de survie, dont été dotés nos ancêtres, leur incroyable capacité à apprendrevite et surtout leur sens du sacrifice : nos archives rapportent que des milliers d’entreeux sont morts, durant ces derniers siècles, uniquement pour que notre qualité de vies’améliore … »- « Et nous avons réussi ! », s’écria Zyna avec enthousiasme : « nous avons mêmeréussi à capter les échos de vos ondes temps réel, grâce auxquelles vous pouviezscruter l’évolution du système solaire … nous avons étudié le phénomène et nousl’avons aussitôt adopté, comme lors de notre dernière transmission ! »Mika restait bouche bée … Il venait d’entendre pour la première fois, la versionoriginale de l’épopée humaine ! Il ne pouvait que reconnaître derrière ce récit, destêtes aussi méprisables que celles du sanguinaire Gosh Rugbee ou du fanatique GrabRandbin ; quand le commandant l’interpella :- « … Voilà tout ce que vous ne saviez pas, à propos de nous ! Vous comprenezmaintenant pourquoi votre arrivée ici, nous paraît complètement inespérée ? »- « Je ne peux que trop bien vous comprendre … je suis ici en pleine clandestinité etdans la totale insubordination aux ordres de mes supérieurs ! »Les derniers propos de Mika, laissèrent le commandant dans une stupéfaction totale.Tandis que Zyna ne pût s’empêcher de murmurer :- « Nous sommes perdus alors ! »- « Non ! », s’exclama Mika : « J’ai un plan ! »
  24. 24. Mika suivait, avec intérêt la visite guidée virtuelle que lui exposait Zyna et se rendaitde plus en plus compte de l’envergure de la civilisation terrestre sur Uranus. Lesvingt étages sous-terrains désaffectés peu après l’inauguration du projet NaQTeP,avaient repris vie, progressivement, grâce à la persévérance plutonienne : 10 milleshommes et femmes résolus à survivre …- « C’est vraiment impressionnant ! », Commenta Mika, à la fin de l’exposé !- « Oui c’est surtout très imposant … n’empêche que tout cet édifice ne résistera pasà une autre éruption solaire, qui n’est pour le moins qu’imminente, ce qui nousramène à ce fameux plan qui va nous permettre d’évacuer toute cette population ? »- « Oui c’est ça ! », Confirma le commandant : « Venez-en aux faits ! »- « Et ben … face à tant d’enthousiasme … je ne peux que vous exposer mon idée !Le principe est simple : si la communauté plutonienne a survécu dans ce calvairedurant des siècles, rien ne l’empêche de retenter l’expérience sur une autre planète,aux conditions plus clémentes ? »- « Intéressant, mais où se trouverait cette hypothétique planète ? », Rétorqua lecommandant.- « Dans la base de données du projet NaQTeP … Je me rappelle que toutes lescoordonnées des planètes visitées, dans le cadre de ce projet, sont consignées dans lesarchives centrales, ainsi que tous les travaux effectués lors de ces missions, lesédifices construits, les minerais trouvés sur place … »- « Les édifices ? », S’exclama Zyna.- « Oui … ça peut aller des simples tentes éphémères aux laboratoires à court et àmoyen terme … Ces campements permettaient aux chercheurs de rester sur place leplus longtemps possible, pour étudier la viabilité ou encore pour extraire les mineraisindispensables au vaisseau mère ! »- « Très intéressant tout ça … ! », Répliqua le commandant avant de s’interroger : «Mais vos sbires de la NaQTeP, risque d’y retourner à tout moment ! »- « C’est très peu probable, voire impossible, d’une part parce que les distances entreles différentes planètes sont très grandes et d’autre part parce que le projet NaQTePconseille de ne jamais revenir sur une planète déjà visitée, pour optimiser le temps derecherche de la terre promise ! »- « Très bien … jusqu’ici, votre raisonnement a l’air de tenir la route », rétorqua lecommandant. Il marqua un bref silence et poursuivit : « Mais bon dieu, commentcompter vous transférer, une communauté de dix milles habitants, sur cette planète ?»- « A l’aide des NISSE que j’ai vu parquées le long du quai sud ! »- « … Mais elles sont délaissées depuis des siècles ! Et mêmes si elles marchaienttoujours … elles ne résisteraient pas à un voyage intersidéral ! », explosa lecommandant avec impatience …- « A un voyage intersidéral non … mais à un voyage en temps réel … oh que si ! »Le commandant réfléchit un moment et petit à petit, il reprenait espoir … ilcommençait à trouver l’idée de Mika, réaliste, c’est alors que Zyna rompit le silenceen interrogeant :
  25. 25. - « … Mais pour survivre sur une autre planète, il nous faut reconstituer une faune etune flore, susceptible de subvenir à nos besoins alimentaires et médicaux ? Commentva-t-on faire ? »- « Dans chaque navette satellite, il existe une collection complète de tous lesgénomes, des espèces animales – y compris l’homme – et végétales, qui existaient surterre avant l’holocauste, il y a même les génomes améliorés et modifiés,correspondant à des espèces dont vous ne soupçonniez même pas l’existence ! »Zyna poussa un grand soupir de soulagement avant de continuer :- « Et comment va-t-on faire pour récupérer les données sur une planète candidate ?Tu vas pirater les archives centrales de ta NaQTeP ? »- « J’espère que je n’aurais pas à le faire, mais je crois que je pourrais m’y prendreautrement ! », Répondit Mika en pointant son doigt vers le sud.- « Et comment ça …? », Demanda Zyna en se retournant vers la même direction.- « Toutes les missions réalisées par une navette, sont consignées dans le journal debord ! Je n’ai qu’à interroger la navette satellite principale, via le module de largagepour avoir toutes les réponses à ces questions ! »Zyna et Mika se regardèrent un bref moment dans les yeux et coururent vers lecordon de survie, alors que le commandant, l’air enthousiaste, leur prodiguait sondernier conseil :- « N’oubliez pas vos combinaisons spatiales ! »Quelques minutes après, le commandant recevait un résumé des planètes candidatespour accueillir l’exode plutonienne. Il le consulta minutieusement, avant deconvoquer ses ingénieurs en chef : le plan d’évacuation était lancé.
  26. 26. L’homme en blouse blanche attendait impatiemment dans le long corridor insonorisé,il faisait les cent pas en regardant nerveusement sa montre, quand le général déboulaenfin de l’une des portes sécurisées.- « Quoi de neuf ? », Dit le dernier.- « Il prépare un plan d’évacuation de la communauté plutonienne, sur une autreplanète ! »-«…»- « Étonnant hein ? »- « Oui. Étonnant de la part d’un civil. »- « Oui … général ! »- « Et comment compte-t-il s’y prendre ?- « En tentant des voyages en temps réels, avec des NISSE ! »- « Laissez-le faire … recréez les conditions de son expérience à une échellecomparable … ensuite vous en finissez avec eux, sans même me réviser, ai-je étébien clair ? »- « Oui … général ! »
  27. 27. Mika attendait ce jour avec beaucoup d’impatience … Uranus approchant de sonpérihélie, les conditions étaient propices pour lancer son expédition. Il regardait lecommandant dispenser un discours solennel pour attiser l’enthousiasme de sestroupes :- « … Et ce jour restera gravé à jamais, dans l’histoire de l’humanité, comme le jouroù la volonté d’un peuple asservit cet espace immense à sa quête : la survie ! »Une ambiance jubilatoire remplit les étages sous-terrains de la base et les foulesenthousiastes, scandaient en chœur :- « La survie … la survie … la survie ! »- « Je vous demande, maintenant de suivre avec beaucoup d’attention, les consignestechniques, que vous exposera le professeur Kensi … », conclut enfin lecommandant.- « Je vous remercie commandant. Chers confrères, voici notre destination ! »,Commença Mika en projetant une image temps réel. « La planète Terra Nueva,satellite tellurique de zêta de la Résurrection, une jeune étoile à la périphérie de notregalaxie ! Distance : 20000 années lumières. Ses coordonnées seront communiquées àvos chefs de vol respectifs, une fois tout le monde embarqué. Je vous demanderaissurtout, d’observer les consignes de sécurité, auxquelles vous avez été entraînés,depuis des semaines et de garder vos sièges, au moins une heure avant le départ. Unquelconque manquement à ses consignes, pourrait non seulement être fatal, aux plusimprudents parmi vous, mais risquerait de compromettre tout le voyage … Voilà tout,je vous souhaite tous une bonne chance ! »Mika se retourna vers le commandant, en hochant la tête en signe d’acquiescement ;alors ce dernier scanda :- « Tout le monde à son poste, départ dans deux heures terrestres ! », Ensuite il seretourna vers Zyna : « Zyna, tu accompagnes Mika, moi je prends une NISSE. »- « Mais papa … tu n’étais pas censé nous accompagner sur la navette satelliteprincipale ? »- « Nul ne doit séparer la destinée d’un chef, de son peuple ! Je me dois de subir cetteexpérience comme n’importe quel plutonien : c’est à dire à bord d’une NISSE ! Enplus je pense que le professeur, a l’air d’apprécier ta compagnie, beaucoup plus quela mienne … alors … ! »- « Mais papa … », sanglota Zyna …- « Zyna, je t’aime mon ange et depuis que ta mère est morte, je t’aime pour deux,mais s’il te plait, ne discute pas les ordres ! »Mika, prit Zyna par les épaules, mais celle-ci le poussa et courut se blottir, dans lesbras de son père … Après une longue étreinte, elle tourna les talons et s’engouffra
  28. 28. dans le long cordon de survie.Mika regarda le commandant avec admiration, il le salua d’un geste militaire etrejoignit la jeune femme en courant …Deux heures plus tard, une gigantesque onde de choc, annonçait le grand départ.
  29. 29. Zyna fût la première plutonienne à contempler le lever du jour sur Terra Nueva !Elle n’osait même pas cligner des yeux, non pas de peur de rater un quelconque petitdétail, mais parce qu’elle priait Allah pour qu’il prenne soin de son père …Quand Mika se réveilla à son tour, il se précipita vers son écran de contrôle et sonbonheur ne faisait que grimper, en entendant successivement les chefs de vol desNISSE, soumettre leurs rapports :- « NISSE N° 10, 100% des passagers à bord indemnes ! »- « NISSE N° 24, 100% des passagers à bord indemnes ! »- « NISSE N° 59, 100% des passagers à bord indemnes ! »-…- « NISSE N°1, 100% des passagers à bord indemnes. 100% des NISSE détectées. Icile commandant Eisenweight : Mika Kensi vous êtes un dieu ! »Quand Zyna entendit la voix de son père, elle s’écroula dans les bras de Mika, qui nesavait plus s’il devait la retenir ou sautiller pour évacuer sa joie !Quelques NISSE, commençaient à voltiger dans une danse joyeuse, quand Mika criafermement dans son émetteur radio :- « A toutes les NISSE, ne gaspillez pas votre carburant, bon dieu, vous en aurezbesoin pour freiner à l’atterrissage ! »Aussitôt tous les chefs de vols, se soumirent aux ordres du professeur, qui continua :- « NISSE N°5, prenez le commandement. NISSE N°1, 2,3 et 4 veuillez me suivre,nous partons en mission de reconnaissance ! »Les quatre NISSE et la navette satellite principale, se détachèrent du lot et amorcèrentleur descente sur Terra Nueva …- « 4000 kilomètres … 2000 … 1000 … 50 kilomètres … 20 …, préparez-vous àralentir ! », criait Mika dans son émetteur …A ses flancs, les quatre NISSE vibraient comme des feuilles d’automne, mais ellestenaient le coup, comme si leur sieste qui a duré des siècles, leur a procuré des forces.- « Mise en orbite réussie ! », S’écria Mika : « Entamez une descente en orbitedécroissante … »Les vaisseaux volaient si près de la surface, de la planète qu’on croyait pouvoirtoucher ses jeunes formes géographiques, tandis que Mika récitait le rapport quidéfilait sur son écran de contrôle :
  30. 30. - « Présence, d’eau, fer, silicium, cuivre, aluminium confirmée ! Composition del’atmosphère : 90% CO2, 5% O2, azote à l’état de traces … Formes de vie végétales :Présentes ! Forme de vie Animale : aucune ! Température extérieure : 40° Celsius.Mesdames et messieurs bienvenus à Terra Nueva ! »Le cortège continua son exploration, en s’aventurant beaucoup plus vers les pôles, etune série d’édifices, commençait à apparaître sous leurs yeux.- « Préparez-vous à atterrir ! », Avertit Mika.Les vaisseaux s’immobilisèrent sur une immense esplanade … et les rampes dedescente tombèrent automatiquement, quand le commandant s’aventura en premier,vêtu de sa combinaison spatiale, à poser pied à terre.- « Un petit pas pour l’homme … un pas de géant pour l’humanité ! », Disait-il enagitant son pouce d’un joyeux triomphe romain.Quand tout le monde fût descendu, Mika ouvra la marche en direction du plus grosbâtiment. Une gigantesque porte à double sas, se déverrouilla à l’approche del’expédition et un message d’accueil s’enclencha :- « Forme de vie humaine détectée … analyse ADN : 0.1% de gènes mutés …Bienvenue à Terra Nueva ! »L’expédition franchit le seuil du deuxième sas et atterrit dans un immenseplanétarium, à peine lumineux et la surprise de Mika fût-elle, qu’il ne pût s’empêcherde retirer son casque en s’écriant :- « Atmosphère respirable ! Vous pouvez retirer vos casques ! »Le commandant regarda longuement Mika respirer à pleins poumons avant de serésoudre à en faire autant et petit à petit, tout le monde les imita. Zyna qui visitait duregard l’immense salle, murmurait d’une voix à peine audible :- « Un cycle de carbone, régulé à l’aide de végétaux chlorophylliens ! »Et Mika acquiesça de la tête avant de saisir son émetteur, qui crépitait :- « Ici, NISSE 5, ceci est un SOS : nous détectons activité anormale sur zêta de larésurrection, on dirait les cycles d’une géante rouge ! »- « Impossible ! », Grommela Mika en regardant le ciel de Terra Nueva par leshublots : un ciel de plus en plus sombre.Soudain, une lumière rouge l’aveugla et il perdit connaissance.
  31. 31. L’homme en blouse blanche observait religieusement le corps allongé devant lui. Sarespiration paisible, contractant et décontractant son abdomen, était à peineentrecoupée par les bips sourds et réguliers, mesurant son pouls …Par ailleurs, le silence était tellement profond qu’on croyait entendre, entre deux bips,la grande aiguille de l’horloge murale, fouetter l’air en dévalant inexorablement lessecondes.Le général se tenait debout, au fond de la pièce et essayait désespérément d’allumerle poste de télévision suspendu au mur.Il était déjà onze heures du matin, quand on frappa à la porte. L’homme en blouseblanche, se leva pour ouvrir. Une dame vêtu de blanc, se tenait au pas de la porte, ill’invita à entrer et elle s’assit en face de lui. Petit à petit les gens affluèrent dans lapetite pièce blanche, tous regardaient leurs montres avec inquiétude, quand soudainune main bougea sur le lit et s’agrippa farouchement aux draps stérilisés …L’homme en blouse blanche s’adressa à la dame assise en face de lui :- « Appelez vite le médecin ! », avant de se pencher sur le corps crispé enmurmurant : « Professeur Kensi, vous êtes réveillé ?!!! »Le corps qui ne semblait pas réagir, relâcha progressivement sa main, devenue toutebleue, avant d’ouvrir péniblement les yeux, en balbutiant :- « Où suis-je … ? »Le général s’avança vers lui d’un pas rapide mais ferme. Et l’homme en blouse enblanche crut rêver en le voyant arborer un sourire timide. Ensuite le général tourna lestalons et disparut derrière la porte entrouverte.Le médecin déboula enfin dans la pièce, il scruta d’un œil rapide la pléiaded’instruments avant d’ausculter les pupilles de Mika :- « Fonctions vitales normales ! je crois qu’il est revenu ! »Le groupuscule éparpillé dans la pièce, entoura progressivement le lit et Mikaregardaient avec stupeur ces têtes de plus en plus familières qui l’épiaient, avant des’interroger de plus belle :- « Mais … où suis-je ? »C’est alors que la dame en blanc, s’avança doucement vers Mika et lui dit :- « Tu es à l’hôpital … mais ne t’inquiètes pas, tu ne risques plus rien maintenant ! »
  32. 32. - « Zyna !?? », fît-il en essayant de se relever péniblement, mais sans succès.- « Oui c’est moi, Mika ! »- « Mais … la géante rouge … Terra Nueva ! »- « Ce n’était qu’un mauvais rêve Mika ! »- « Professeur Kensi, on vous expliquera tout quand vous irez mieux … essayez de nepas trop parler ! », dit le médecin d’un ton qu’elle voulait convaincant.- « … mais je vous connais vous ! Je connais cette voix ! », s’exclama Mika.Le médecin sourit avant de répondre :- « Professeur Océane, docteur en médecine et en psychologie … et mois aussi jevous connais professeur Kensi ! »Mika sourit à son tour, avant de réussir à se relever, en s’appuyant sur Zyna. Il fît untour d’horizon dans la pièce avant de s’adresser à l’homme en blouse blanche quidésormais, se tenait un peu à l’écart :- « Dis Guche, tu vas me raconter ce qui se passe ? »Guche regarda Océane, du coin de l’œil, avant de s’avancer vers Mika, en disant :- « Oui ! Je vais tout te raconter, après tout tu as l’air de bien tenir la forme pourquelqu’un vient de voir naître une super nova ! … Tu as fait l’objet d’une expérienceMika … une expérience inédite ! »-«…»- « L’idée nous est venu, durant le projet NaQTeP : où Navette Spatiale … »- « … Pour la Recherche de la Terre Promise, tout ça je m’en rappelle Guche … »,continua Mika.- « Oui c’est ça ! On bûchait très tard le soir sur beaucoup de détails techniques, et toitu avais toujours la bonne réponse le lendemain matin … et tu disais en nouscharriant que tu en avais rêvé ! »Mika restait un peu pensif, avant d’afficher un sourire de plus en plus large, enrétorquant :- « Oui, je m’en rappelle maintenant, comme cette histoire de bouclier thermique ! »- « Oui Mika, et comme beaucoup d’autres histoires ! Ainsi avec le Docteur Océane,on a eu l’idée folle mais ô combien fructueuse de vouloir en profiter d’avantage … ente soumettant à une hypnose ! »- « Une hypnose ? »- « Oui ! On a baptisé cette expérience : ‘La recherche par l’inconscient’. D’abord, ona procédé à des tests élémentaires, en t’hypnotisant et en te soumettant au fur et àmesure les problèmes quotidiens que nous rencontrions … Et nous étions stupéfaitspar tes réponses spectaculaires ! Tu utilisais ton cerveau à des pourcentages jamaisobservés auparavant et tu nous ouvrais de nouveaux horizons à chaque séance ! »
  33. 33. - « Alors tout ces souvenirs, tous ces flashs qui se battent, depuis toute à l’heure dansma tête et qui me persuadent que je vivais sur une NaQTeP, parce que le soleil adévoré la terre et que j’étais à l’instant sur une planète nommée Terra Nueva, ne sontque le fruit de mon inconscient ? »- « … La dernière expérience était un peu plus compliquée que ça Mika. Encollaboration étroite avec les militaires, nous avons élaboré un scénario complexe, oùtu vivais déjà à bord d’une NaQTeP en provoquant à chaque fois ton intelligencedans des circonstances extrêmes et à chaque fois les résultats étaient plusépoustouflants ! Tu nous as fourni des techniques de survie dans l’espace,complètement inespérées et intangibles à notre intelligence ! Et je n’exagère en rienen disant que grâce à toi, on vient de faire un bond technologique d’au moins unmillénaire ! »- « Les émissions et les voyages temps réels … », réfléchit Mika à voix haute.- « Oui, et la gestion des cycles du carbone et de l’eau, à l’aide de végétaux anodins,grâce à tes connaissances en micro-biologie … et j’en passe ! »Mika restait pensif, tout n’était pas encore très clair dans sa tête, quand Zyna qui avaitl’air de comprendre son désarroi, intervint :- « Ce que Guche a oublié de te dire, c’est que cette expérience a un peu mal tourné… Tu étais tellement dans la peau de ce professeur avant-gardiste qu’on a eu du malà interrompre ton hypnose … certains zones de ta mémoire ont été altérées et j’ai cruqu’on allait te perdre ! »Zyna avait les larmes aux yeux et Mika ne savait pas quoi dire … Il prit sa main dansla mienne et tout en jouant avec l’alliance qui brillait à son doigt, il improvisa à lastupéfaction générale :- « Même un mort serait revenu pour une femme comme toi Zyna! »Zyna le regarda avec des yeux grand ouverts et tout le monde en fit autant !- « Quoi ? », Répondit-il en se grattant le crâne douloureux …Soudain Mika sursauta, comme s’il venait de se rappeler un détail bouleversant, avantde bondir de son lit et de courir vers la fenêtre :- « Il est toujours là ! », disait-il en regardant l’astre doré, briller de tout son éclatjaunâtre !Guche le regarda avec compassion et fit signe à tout le monde de quitter la pièce.- « Mika … tu prends au moins un mois de vacances, pour profiter de ce beau soleilde printemps, dés que tu quittes cet hôpital ! Et vu que tu es déjà sur pieds, je penseque ça ne va pas tarder ! On se verra après pour régler quelques formalités … » , lui
  34. 34. dit-il.- « Quelles formalités ? »- « Oh … rien de bien spécial : quelques cérémonies militaires d’attribution demédaille, une entrevue avec le président et … des dossiers de candidature pour le prixNobel ! », répondit fièrement Guche, avant de lui murmurer à l’oreille : « Et vas-ymollo avec Zyna, elle n’attendait que ça depuis des années ! »- « Quoi ! », s’écria Mika avant de baisser d’un ton : « … Mais je croyais qu’on étaitdéjà mariés, j’ai vu l’alliance et ses larmes et je me suis dit que … »Guche était déjà pris d’un fou rire, quand il répondit : « C’est l’insigne de notrelaboratoire, tête de nœud : Lalliance scientifique ! Regarde, moi aussi, j’ai la même !»Zyna qui n’avait pas encore quitté la pièce, s’approcha d’eux en s’interrogeant :- « Mais qu’est-ce que vous pouvez bien vous raconter, vieilles commères ? »- « Oh rien Zyna ! Guche vient de ma raconter sa dernière ! »Et ils rirent tous de bon cœur, quand le poste de télévision s’alluma enfin :« Vous rêvez d’un sourire aussi éclatant ? Vous voulez des dents aussi blanches ? Leslaboratoires LIONNE, vous proposent leur nouveau-né : Le dentifrice au pimentsrouges du Chili !» %

×