Questions thématiques: Jeunesse et Démoncratie

204 vues

Publié le

Le 15 Septembre de chaque année est retenue pour la celebration de la journee internationale de la democratie. C'est le 8 novembre 2007 que l'Assemblée générale a proclamé le 15 septembre comme Journée internationale de la démocratie, et invité les États Membres, le système des Nations Unies et les autres organisations régionales, intergouvernementales et non gouvernementales à célébrer cette Journée. La Journée internationale de la démocratie est l'occasion de réexaminer l'état de la démocratie dans le monde. La démocratie est un processus autant qu'un objectif, et seule la pleine participation et l'appui de la communauté internationale, des organes de gouvernance nationaux, de la société civile et des individus, permettront de faire de l'idéal démocratique une réalité universelle.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
204
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Questions thématiques: Jeunesse et Démoncratie

  1. 1. Malala Yousafzai, la jeune Pakistanaise qui défend le droit à l'éducation, s'adressant à l'Assemblée de la jeunesse au siège de l'Organisation des Nations Unies lors de la « Journée de Malala ». (Photo ONU/Rick Bajornas) La démocratie, les jeunes et l'Organisation des Nations Unies Depuis 70 ans, des diplomates de carrière, des rédacteurs, des experts politiques et des soldats du maintien de la paix mettent en œuvre l’action de l'ONU en faveur des principes et des valeurs démocratiques. Aujourd'hui, l'ONU mise sur un public différent pour faire progresser sa mission sur presque tous les fronts : les jeunes. D'une certaine façon, il s'agit pour l'Organisation des Nations Unies de passer le flambeau au cours de cette année importante. Cette année, elle fête ses 70 ans et fait le bilan de ses travaux. Cette année, surtout, l'ONU doit établir son programme de développement pour l'après-2015 et définir le prochain cadre de développement mondial qui succédera aux objectifs du Millénaire pour le développement. Ce sont les jeunes d'aujourd'hui qui devront en supporter les effets et aller de l’avant. De nos jours, les jeunes détiennent la solution à presque tous les problèmes auxquels l'ONU fait face : lutte contre l'extrémisme ou résolution des conflits gelés en passant par la prévention de nouveaux conflits ; mise en œuvre des objectifs de développement durable ou application d'un nouvel accord universel et authentique sur le climat ; défense et promotion des droits de l'homme ou garantie d'une gouvernance sans exclusive et participative. L’actuelle génération de jeunes est la plus nombreuse que le monde ait connue. Plus de la moitié de la population mondiale a moins de 25 ans. Les moyens et les compétences dont ces jeunes disposent pour communiquer, agir, établir des réseaux et influencer autrui auraient été inimaginables pour les fondateurs de l'ONU, il y a soixante-dix ans. Les défis auxquels ils sont confrontés sont également sans précédent, du changement climatique au chômage ainsi que toutes les formes d’inégalités et d'exclusion, ce qui contribue à la crise de migration aigüe à laquelle on assiste dans plusieurs régions du monde. Le passage de l'adolescence à l'âge adulte n’a jamais autant été marqué par des défis, ni recelé autant de possibilités.
  2. 2. Emma Watson, Ambassadrice de bonne volonté d’ONU-Femmes. (Photo : ONU-Femmes) L’on remarque que les jeunes se montrent de plus en plus sceptiques face au modèle conventionnel de la démocratie. Dans le même temps, ils se rassemblent et communiquent autour de questions importantes, utilisant les nouveaux médias pour dénoncer l'injustice, la discrimination, les violations des droits de l'homme ; relançant le militantisme étudiant pour donner une voix aux plus faibles ; prenant des initiatives individuelles et collectives pour défendre leurs convictions : habitudes de consommation durable ou verdissement participatif des villes, ou encore pétitions en ligne et entrepreneuriat social. Les jeunes ont non seulement en main les outils du changement, mais ils les maîtrisent en outre, bien plus que leurs aînés. Ils ont également des porte-parole dont la voix résonne de manière puissante au sein de leur propre génération : Malala Yousafzai, sur le droit à l'éducation pour tous, ou Emma Watson, qui mobilise les hommes et les garçons en faveur de l'égalité des sexes. C'est la raison pour laquelle, lors de la Journée internationale de la démocratie qui s'est tenue en septembre 2014, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s’est directement adressé à ceux qui prendront le relais après 2015 et qui, par définition, se trouvent à une période charnière de leur vie. Il a demandé aux jeunes, qui n’ont jamais été aussi nombreux, de faire face aux défis qui se présentent et de réfléchir aux moyens de les relever ; de prendre leur destin en main et de réaliser leurs rêves afin de bâtir un avenir meilleur pour tous ; de contribuer à ériger des sociétés plus solides et plus démocratiques ; de collaborer et d’user de leur créativité pour devenir les architectes d’un avenir sans laissés pour compte ; Pour donner vie à la vision du Secrétaire général, le système des Nations Unies agit sur plusieurs fronts. Le Secrétaire général lui-même a fait de la collaboration avec et pour les jeunes l'une de ses principales priorités, accordant une importance plus grande aux jeunes dans les programmes existants dans les domaines comme l’emploi, la création d’entreprises, la participation politique, la citoyenneté et la protection des droits et éducation, y compris la santé procréative. Il a nommé le premier Envoyé du Secrétaire général pour la jeunesse et lui a confié la tâche de faire entendre la voix des jeunes au sein des entités des Nations Unies. En mars 2015, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution sur l’enseignement de la démocratie, qui invite l'ensemble des entités des Nations Unies à recourir à l'enseignement -
  3. 3. notamment aux programmes scolaires - pour renforcer les initiatives prises en faveur de la paix, des droits de l'homme, de la démocratie, du respect de la diversité religieuse et culturelle, et de la justice. Les États Membres y sont également fortement encouragés à inscrire l'enseignement de la démocratie, avec l'éducation civique et les droits de l'homme, dans leurs normes d’éducation. En 2015 également, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté une résolution portant création d'un forum sur les droits de l'homme, la démocratie et l'état de droit, dont la première édition se tiendra en 2016 sous le thème « Élargissement de l’espace démocratique: le rôle des jeunes dans la prise de décision publique ». La Commission du développement social des Nations Unies a adopté un projet de résolution [http://bit.ly/1JFYR9n] dans lequel les États Membres sont invités à élaborer des politiques globales et des plans d'action axés sur l'intérêt supérieur des jeunes, plus particulièrement des pauvres et des marginalisés, et tenant compte de tous les aspects de l'épanouissement des jeunes. Dans le même temps, en 2015, le Fonds des Nations Unies pour la démocratie consacre la moitié de ses projets aux jeunes (participation des jeunes à la collaboration pacifique dans les zones de conflit ou organisation des jeunes dans le cadre de la lutte contre la corruption, création de conseils locaux de jeunes ou campagnes médiatiques en faveur d'une plus grande participation des jeunes aux élections). Au moment où la place accordée à la société civile se réduit dans bien de pays - des restrictions dans les lois étant introduites par un nombre inquiétant de pays-, il importe plus particulièrement de faire en sorte que les jeunes aient un espace. Depuis 2014, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a adopté sa première stratégie pour la jeunesse, mobilisant les jeunes comme force positive capable de susciter des changements transformateurs. Première stratégie à l'échelle de l'Organisation reflétant expressément l'engagement du PNUD envers la jeunesse, elle s'étend sur trois ans et vise trois objectifs :  Une autonomisation économique accrue des jeunes ;  Un engagement civique renforcé et une participation accrue des jeunes à la prise de décisions, à la vie politique et aux institutions publiques ;  Une participation accrue des jeunes au renforcement de la résilience. À cette fin, la stratégie comporte quatre volets : le renforcement des capacités, la sensibilisation et l'intégration, le leadership éclairé et les politiques nationales. Les mesures prises par les organismes de l'ONU reposent sur une leçon commune : génération après génération, l'expérience nous apprend que la démocratie est plus forte là où les peuples de tous âges et de tous horizons s'unissent autour de causes communes dans lesquelles ils croient, suivent leur passion plutôt que leur propre intérêt, ancrent la démocratie bien au-delà du gouvernement et renforcent les pratiques démocratiques bien au-delà des élections. L'ONU est déterminée à agir en ce sens et à garantir aux jeunes le droit de s'exprimer démocratiquement. Pour reprendre les propos de l'Envoyé du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies pour la jeunesse, Ahmad Alhendawi : « En tant que jeune, vous ne devez pas porter un badge de l'ONU pour travailler pour l'ONU, il vous suffit de porter ses valeurs dans votre cœur ».
  4. 4. Pour en savoir plus: www.un.org/youthenvoy www.un.org/democracyfund Contact : Bureau de l’Envoyé du Secrétaire général pour la jeunesse youthenvoy@un.org Mme Annika Savill, Directrice du Fonds des Nations Unies pour la démocratie Savill@un.org

×