Acquérir des connaissances et des compétences en SVT avecdes jeux sérieux, tout en approfondissant une 2èmeEn quelques mot...
Nombre d’élèves et niveau(x) concernés :Les 300 élèves de mon collège et les centaines de milliers d’élèves en France mais...
Moyens mobilisés : Création des jeux avec le logiciel Médiator et mise à disposition de cesjeux sur mon site de partage pé...
Trois difficultés éventuelles rencontrées :   - La première difficulté, il y a dix ans, était de faire connaître mon trava...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fiche experitheque gallerand_2013

348 vues

Publié le

Les sciences motivent les élèves, à condition de les faire manipuler, ce qui n’est pas toujours facile pour diverses raisons. Les soixante logiciels que je réalise depuis trente ans simulent des expériences et intéressent beaucoup les élèves. Certains sont des jeux sérieux dans lesquels l’élève se met dans la peau d’un scientifique. Je partage toutes mes productions, depuis douze ans, sur mon site de partage pédagogique SVT44 et les dix dernières sont réalisées dans une deuxième langue (anglais, arabe, basque), ce qui permet aux élèves de progresser dans cette langue et à certains étudiants non francophones de pouvoir utiliser mes productions.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
348
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fiche experitheque gallerand_2013

  1. 1. Acquérir des connaissances et des compétences en SVT avecdes jeux sérieux, tout en approfondissant une 2èmeEn quelques motsLes sciences motivent les élèves, à condition de les faire manipuler, ce qui n’est pas toujoursfacile pour diverses raisons. Les soixante logiciels que je réalise depuis trente ans simulentdes expériences et intéressent beaucoup les élèves. Certains sont des jeux sérieux danslesquels l’élève se met dans la peau d’un scientifique. Je partage toutes mes productions,depuis douze ans, sur mon site de partage pédagogique SVT44 et les dix dernières sontréalisées dans une deuxième langue (anglais, arabe, basque), ce qui permet aux élèves deprogresser dans cette langue et à certains étudiants non francophones de pouvoir utilisermes productions.ContactNom : Gallerand Jean-PierreFonction : Enseignant de SVTMél : j-pierre.gallerand@ac-nantes.frSite en ligne : http://44.svt.free.frActionConstat à l’origine de l’action :Si rien ne remplace les expériences réalisées par les élèves, les 60 outils de simulation que j’aicréés depuis 30 ans viennent les compléter, voire les remplacer si nécessaire. Ces outilsmotivent en général les adolescents. Ils sont inscrits dans les instructions officielles, commedans le programme des SVT du collège : « Les simulations numériques sont l’occasion d’uneréflexion systématique sur les modèles qui les sous-tendent, sur leurs limites, sur ladistinction nécessaire entre réel et virtuel ; la simulation d’expériences ne doit cependant pasprendre le pas sur l’expérimentation directe lorsque celle-ci est possible. » On les retrouveégalement dans un des items de la compétence 4 du palier 3 du socle commun : «Différencier une situation simulée ou modélisée d’une situation réelle. »Objectifs poursuivis:Faire acquérir des compétences et des connaissances en SVT et en TIC à l’aide d’outils desimulation dont des jeux sérieux, tout en approfondissant une deuxième langue. Faire aimerles sciences. Créer un réseau d’enseignants de SVT pour échanger, collaborer, s’entraider, …
  2. 2. Nombre d’élèves et niveau(x) concernés :Les 300 élèves de mon collège et les centaines de milliers d’élèves en France mais aussi unpeu partout dans le monde, dans les établissements dans lesquels on parle le français.Description et modalités de mise en œuvre :Depuis 30 ans, j’ai réalisé pour mes élèves 60 logiciels en sciences, que je partage avec mescollègues sur mon site de partage pédagogique SVT44 http://44.svt.free.fr . Beaucoup de ceslogiciels sont ludiques et simulent des expériences qui motivent les élèves. Ils réalisent cesexpériences virtuelles individuellement dans une salle informatique ou collectivement aulaboratoire de SVT avec un TBI. Ils peuvent également les refaire à la maison, l’intégralité demes cours étant en ligne (un site dédié par niveau avec les activités, le travail à faire, despistes pour prolonger le cours, les résumés à apprendre, …). Certains logiciels sont des jeuxsérieux dans lesquels l’élève se met dans la peau d’un scientifique et peut découvrir desexpériences historiques. Ces jeux permettent un travail pluridisciplinaire avec les enseignantsde français (étude de textes scientifiques historiques), d’histoire et d’anglais. Ces logicielscouvrent l’intégralité du programme de collège et un peu celui du lycée, mais ils sont aussiutilisés au primaire.Pendant le cours, le logiciel peut être utilisé avec un vidéoprojecteur ce qui permet uneexploitation plus collective de l’outil et facilite les échanges entre les élèves. Avec le crayon duTBI, l’élève a davantage l’impression de réaliser l’expérience qu’avec la souris d’un ordinateurplus ou moins éloignée de l’écran. Le TBI permet également d’annoter l’expérience, deréaliser facilement des copies d’écran, voire des vidéos, et d’enregistrer les commentaires.L’utilisation du logiciel en salle informatique permet à chaque élève de progresser à sonrythme, à l’enseignant d’évaluer et de ne pas donner le même travail à tous les élèves. Enrevanche, elle est moins propice à un travail collectif. Les deux ont leur intérêt, levidéoprojecteur étant plus adapté à certaines parties du cours et la salle informatique àd’autres. L’utilisation individuelle est également très intéressante, même lorsque lesexpériences ont été réalisées « en vrai » en classe. Elles permettent aux élèves de revoir leurcours en pouvant refaire les expériences virtuellement chez eux ou dans une salle mise à leurdisposition dans le collège. Un document à compléter par l’élève facilite son travail, enparticulier pour une utilisation personnelle de ces outils, il peut permettre également uneévaluation. Prochainement, je vais demander à mes élèves de découvrir seul un logiciel avantle cours, puis un bilan sera ensuite réalisé collectivement au laboratoire, je souhaite me faireune idée sur cette pédagogie.La réalisation de ces logiciels demande beaucoup de temps ce qui m’a amené à partager montravail sur Internet depuis 12 ans. Avec l’aide de collègues, dont ma femme, je réalise depuisquelques années mes logiciels dans une deuxième langue (anglais, arabe, basque) ce quipermet à mes élèves de découvrir et/ou de progresser également dans une 2 ème langue, celapermet également aux étudiants non francophones de pouvoir les utiliser. Prochainementd’autres langues devraient être proposées, espagnol, turc, … suite à des contacts établis auforum mondial des enseignants innovants à Prague.Mes recherches actuelles portent sur l’adaptation de mes logiciels au format des tablettesqui commencent à être utilisées dans les collèges.Regarder des élèves passionnés par mes jeux sérieux et lire les encouragements de collèguesest stimulant et m’encourage à continuer, même si cela me demande beaucoup de temps. Jeprivilégie maintenant le jeu, celui-ci est une façon naturelle dapprendre et apprendre doitêtre un plaisir.
  3. 3. Moyens mobilisés : Création des jeux avec le logiciel Médiator et mise à disposition de cesjeux sur mon site de partage pédagogique SVT44 ainsi que sur les sites dédiés à mes élèves.Réseaux sociaux pour échanger, collaborer, …Partenariat et contenu du partenariat : Collaboration avec des collègues pour l’élaborationde certains scénarios, la traduction dans une 2ème langue, la réalisation de fichespédagogiques mais aussi la correction de bugs ou des suggestions d’améliorations.J’ai créé un groupe Facebook associé à mon site pour échanger avec des collègues du mondeentier. Il compte à ce jour environ 1100 inscrits.https://www.facebook.com/groups/55504952390/J’utilise également Twitter, ainsi que d’autres réseaux, pour communiquer sur mon travail,échanger et pratiquer une veille pédagogique.https://twitter.com/svt44Liens éventuels avec la Recherche(Contacts, travaux engagés ou références bibliographiques en appui de votre action)* : - « Outils de simulation : quels usages » (Ecole Numérique, juin 2011) http://www.cndp.fr/ecolenumerique/fileadmin/docs/juin2011/boite_a_outices/EN8_ gallerand.pdf - Vidéo associée à l’article ci-dessus) : http://www.cndp.fr/ecolenumerique/tous-les- numeros/boite-a-outices/les-outils-de-simulation/video/article/utilisation-dun- logiciel-de-simulation-plante-avec-un-tbi-video.html - « Parcours d’un enseignant innovant » (Dossier de l’Ingénierie, décembre 2008) http://www2.cndp.fr/archivage/valid/137359/137359-17649-22919.pdf - « Acquérir des connaissances et des compétences en SVT avec le jeu » (Café Pédagogique, mai 2012) : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/05/23052012Article634733 506984143209.aspxEvaluationModalités du suivi et de l’évaluation de l’action (auto-évaluation, évaluation interne,externe) :Dans certaines de mes productions comme les jeux sérieux « Dans la peau d’unscientifique », le logiciel permet l’auto-évaluation et propose un bilan, une aide estégalement proposée en ligne. Des fiches associées aux logiciels (souvent réalisées par descollègues) peuvent être distribuées aux élèves pour les guider et les évaluer.http://44.svt.free.fr/jpg/experience_fabre.htmTrois ressources ou points d’appui qui vous ont permis de progresser :Le logiciel Médiator qui me permet de réaliser les jeux sans savoir programmer, Internet quime permet de partager mais surtout le matériel informatique dont je dispose au collège, TBIdans le laboratoire de SVT et salles informatiques. Ce matériel est mis à la disposition descollèges depuis 2000 par le Conseil Général.
  4. 4. Trois difficultés éventuelles rencontrées : - La première difficulté, il y a dix ans, était de faire connaître mon travail, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, plus d’un million d’internautes visitent par an mon site de partage pédagogique et consultent plus de huit millions de pages. - L’hébergement de mes productions qui génèrent plusieurs giga-octets de trafic par jour. Le gouvernement veut encourager «une filière dédition numérique pédagogique française» (AFP -13/12/2012), c’est peut-être un des solutions à cette difficulté. J’ai eu l’occasion de présenter mes jeux sérieux et d’évoquer cette difficulté avec Vincent Peillon en mai 2012 à Orléans.Effets constatés sur les acquis des élèves : Intérêt pour la matière et facilitation de l’acquisition des connaissances et des compétences en SVT et TIC. Validation d’items du socle commun en particulier dans la compétence 4 (maitrise des techniques usuelles de l’information et de la communication). sur les pratiques des enseignants : Incitation à utiliser des productions numériques, les miennes étant mises gratuitement à leur disposition sur mon site de partage pédagogique SVT44. Incitation à produire eux même … sur le leadership et les relations professionnelles : Les candidats au CAPES et à l’Agrégation internes peuvent être amenés à réaliser un cours, lors de l’oral, avec deux de mes productions. Une de ces productions (dissection virtuelle de la pelote de réjection) est sur la clé « Etamine » qui est distribuée aux candidats au CAPES et à l’Agrégation interne. De nombreux sites (académiques, de professeurs, …) parlent de mon travail. Je suis en contact avec de nombreux collègues dans le monde. sur l’école / l’établissement : Intérêt des élèves pour mes productions. Soutien des collègues et du chef d’établissement. plus généralement, sur l’environnement : Intérêt des enseignants de SVT et de nombreuses autres personnes pour mon travail. Une réussite à communiquer à l’extérieur, ce serait : Que d’autres collègues produisent du contenu multimédias et surtout le mutualisent…

×