Les théories du montage de l’école soviétique(D. Vertov, S. Eisenstein, A. Poudovkine, L. Koulechov…)06.11.201213.11.20122...
L’EFFET KOULECHOV“L’essence du cinéma doit être recherchée non pas dans les limites dufragment filmé mais dans l’enchaînem...
Eisenstein --> le cinéma non pas comme représentation mais comme « discoursarticulé »-montage métrique-montage rythmique-m...
Séq. des marches --> toute la violence ayant eu lieu à Odessa représentée,condensée en un seul espace(--> importance symbo...
Pour Dziga Vertov (pseudonyme de Denis Kaufman)--> choc (rendre le montage transparent!)Saisir la vie sur le vif(importan...
L’homme à la caméra(Dziga Vertov, 1929)“Avis aux spectateurs, ce film a été tourné en URSS afin de reproduire des imagesde...
Vertov --> collision entre deux images qui donne lieu à desINTERVALLESLa différence entre deux plans qui est à la base de ...
ARTAVAZD PELECHIAN (né en 1938)séparer deux images, créer des interstices“montage à distance”Au début (1967)Nous (1969)L...
Bac2 20122013 04
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bac2 20122013 04

884 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
884
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
610
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bac2 20122013 04

  1. 1. Les théories du montage de l’école soviétique(D. Vertov, S. Eisenstein, A. Poudovkine, L. Koulechov…)06.11.201213.11.201220.11.2012BAC 2 - Cinémaerg-cinema.blogspot.com
  2. 2. L’EFFET KOULECHOV“L’essence du cinéma doit être recherchée non pas dans les limites dufragment filmé mais dans l’enchaînement de ces mêmes fragments” (LevKoulechov, 1920)En 1922, Koulechov réalise une expérience : il juxtapose l’image d’un visageneutre (celui de l’acteur russe Ivan Mosjoukine) avec 3 plans successifs,chacun faisant naître un sentiment différent : l’appétit, la tristesse et le désir.
  3. 3. Eisenstein --> le cinéma non pas comme représentation mais comme « discoursarticulé »-montage métrique-montage rythmique-montage tonal-montage intellectuel-montage des attractionsPour Eisenstein : la collision de deux plans donne naissance à leur significationdialectique. C’est le montage “à coup de poing”.« de mon point de vue, le montage n’est pas une idée composée de fragmentsmis à la suite, mais une idée qui naît du choc entre fragments indépendants »Le Cuirassé Potemkine (S. Eisenstein, 1925)Octobre (S. Eisenstein, 1927)
  4. 4. Séq. des marches --> toute la violence ayant eu lieu à Odessa représentée,condensée en un seul espace(--> importance symbolique de la mutinerie d’Odessa (1905) dans laconstruction du mythe de la révolution soviétique)Montage de “conflit” :innocence vs violenceindividu (le peuple) vs masse (les soldats)plongée vs contre-plongéeinstinct maternel (féminin) vs discipline militaire (masculin)…
  5. 5. Pour Dziga Vertov (pseudonyme de Denis Kaufman)--> choc (rendre le montage transparent!)Saisir la vie sur le vif(importance sociale du cinéma documentaire --> la fiction est de la « ciné-nicotine »)Ciné-œil(seule l’objectivité de l’œil de la caméra peut saisir la vérité. Caméra supérieure àl’oeil)Kino-pravda(vérité plus profonde qui est révélée grâce aux possibilités offertes par le ciné-oeil:arrêt sur image, contrechamps, accéléres, ralentis… Restituer le réel de façon pluscomplète mais aussi en dévoiler des images inacessibles à l’oeil humain)
  6. 6. L’homme à la caméra(Dziga Vertov, 1929)“Avis aux spectateurs, ce film a été tourné en URSS afin de reproduire des imagesde la vie, sans aide de sous-titres, sans l’aide de scénario, sans l’aide du théâtre (unfilm sans décors ni acteurs). Ce travail expérimental est destiné à la création d’unvéritable langage international du cinéma sur base de sa séparation complète avecle langage du théâtre et de la littérature”.
  7. 7. Vertov --> collision entre deux images qui donne lieu à desINTERVALLESLa différence entre deux plans qui est à la base de l’effet du film surle spectateur : lumière vs obscurité, ralenti vs accélération, statis vsmouvement, etc1er film sonore --> Enthousiasme, la symphonie du Donbass /Entuziazm (Simfonija Donbassa) 1930
  8. 8. ARTAVAZD PELECHIAN (né en 1938)séparer deux images, créer des interstices“montage à distance”Au début (1967)Nous (1969)Les habitants (1970)Les saisons (1972)Notre siècle (1982)…Sur le travail de Pelechian (en français) : http://www.artavazd-pelechian.net/

×