1
Vergers Urbains
Vers une ville comestible
Siège : 14 bd La Chapelle (boîte 97)
75018_PARIS
Tel : 0182090562
Bureaux : 14...
2
Présentation
Historique
En plantant des fruitiers, sous toutes leurs formes (poiriers, pommiers, framboisiers, fraisiers...
3
greffer les arbres fruitiers... Ces pépinières, gérées de manière collective et accompagnées par
l'association Vergers U...
4
Objectifs
L'apport des vergers est multiple, il va au delà de l'apport nutritionnel :
• Produire localement de la nourri...
5
Nos interventions
6
Nos principales actions
7
8
Réappropriation des espaces publics
Placette Pajol (Toit &Joie)
Jardin semi-public, situé à l’angle des rues Pajol et Ph...
9
une dimension humaine et comestible.
Il s’agit à travers ce projet de développer un processus alternatif de production d...
10
Rue Ernestine
Situé dans un des recoins de la rue Ernestine (Paris 18), ce micro jardin est à l'initiative de plusieurs...
11
Mom'Pelleport
Autre recoin situé rue Pelleport, fait
en collaboration avec l'association
Mom'Pelleport et avec le souti...
12
22 - 28 place La Chapelle
Végétalisation d'un espace en décaissé par rapport à la rue ayant des problèmes d'usages sous...
13
Création / animation de jardins collectifs
Jardin Partagé Commun Jardin
Situé au niveau de la Halle Pajol, au sein du s...
14
Au delà de l’aménagement des parcelles, l’attention se porte sur l’aménagement des espaces communs,
qu’ils soient natur...
15
Jardin des Amandiers (Paris 20ème).
Situé au 38 rue des mandiers, sur des espaces gérés par Paris Habitat, le projet a ...
16
Maison des ensembles (Paris 12ème)
Vergers Urbains accompagne la Maison des Ensembles dans la création d'un jardin coll...
17
Jardins comestibles en pied d'immeubles
129 bd Ney, 75018
Notre intervention fait suite à un appel à projet lancé par l...
18
- une première phase de mobilisation et de plantation (6 mois environ), dont 4 séries d'ateliers avec
les résidents dur...
19
Créations de Vergers collectifs
Verger de la Goutte d’Or
Vergers Urbains accompagne l’association de la Goutte verte da...
20
21
Vergers ressources
Verger de Montgé (77)
Vergers Urbains a signé une convention avec l’AEV (Agence Régionale des Espace...
22
Mise en œuvre du projet « La Chapelle
Comestible »
Depuis le printemps 2014, le quartier de la Chapelle est devenu un q...
23
Création de jardins sur les toits
Création d'un jardin sur le toit de la générale
Vergers Urbains, avec Toits Vivants, ...
24
Living Roof (living-roof.paris).
Vergers Urbains a porté ce projet avec le Collectif Babylone, sur le toit de la Cité d...
25
Accompagnement des collectivités dans leur
stratégie "Ville Comestible"
Appui à la création d'Arcueil Ville Comestible
...
26
Végétalisons le 18ème
Suite à l'appel à projet Végétalisons le 18ème, 5 projets d'habitants ont été retenus, la mairie ...
27
Interventions dans les écoles
Vergers Urbains fait des interventions régulières auprès des écoles et du collège du quar...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Book Vergers Urbains 2016

307 vues

Publié le

Projets Vergers Urbains
Présentation des projets

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
307
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Book Vergers Urbains 2016

  1. 1. 1 Vergers Urbains Vers une ville comestible Siège : 14 bd La Chapelle (boîte 97) 75018_PARIS Tel : 0182090562 Bureaux : 14bis rue Pajol 75018 PARIS Siret : 794838 649 000 189 Facebook : projetvergerurbains twitter : @ProjetVU www.vergersurbains.org Présentation Vergers Urbains
  2. 2. 2 Présentation Historique En plantant des fruitiers, sous toutes leurs formes (poiriers, pommiers, framboisiers, fraisiers, groseilliers etc.) et au cœur de Paris, l'association Vergers Urbains s'est engagée dans de multiples actions visant à transformer la ville tout en impliquant les citadins, pour faire face à un environnement urbain de plus en plus artificiel et normé... Vergers Urbains est née en 2012, portée par un collectif avec pour principal objectif de rendre la ville comestible, partout où cela est possible: les rues, les trottoirs, les pieds d'immeubles, les toits, les friches, les balcons etc. Pour que chaque espace vert ait une utilité autre que de simplement être regardé, que chaque espace public laisse place à une appropriation collective et non exclusive, et pour que les délaissés urbains ne le soient plus, l'association en fait l'objet d'une valorisation "comestible". Les fondateurs de Vergers Urbains font partie pour la plupart du mouvement des "villes en transition", de la permaculture et sont investis dans des jardins partagés parisiens. Notamment impliqués dans ceux du quartier la Chapelle et de la Goutte d'or (Paris 18e) ils ont eu la volonté de sortir du monde souvent clos (ou du moins clôturé) des jardins partagés pour investir plus largement l'espace public ou d'autres espaces collectifs. Rôle de l'arbre fruitier en ville L'arbre fruitier constitue pour Vergers Urbains le meilleur outil pour transformer le regard des citadins sur l'environnement urbain et susciter une réappropriation de la ville. Avec une très faible emprise au sol, il porte en effet un impact fort à la fois sur l'espace (le cadre de vie), sur l'écosystème urbain (lutte contre les îlots de chaleur urbains, augmentation de la biodiversité, captation du carbone, création de biomasse etc.), sur la santé (production saine et locale) et sur les liens sociaux. Ces arbres, contrairement aux platanes ou autres arbres d'alignement habituels, sont générateurs d'interactions, en créant différents moments, de convivialité (plantations, récoltes, cuisine, etc.), de sensibilisation (sur l'alimentation saine et locale par exemple), ou apprentissage (taille, greffe, etc.). C'est justement pour mettre en avant cet aspect que l'activité de l'association s'est fortement orientée vers la plantation d'arbres sur l'espace public, généralement hors-sol faute d'espace en pleine terre (saine et non polluée), dans des bacs ou bancs bacs (ba(n)cs). C'est-à-dire que les plantations deviennent parfois prétexte pour créer des espaces d'interaction, où l'humain retrouve autant sa place que le végétal. C'est l'ensemble de ces bénéfices, sociaux ou écologiques que nous mettons en avant lors de chaque projet. Les différents bénéfices portés par les arbres fruitiers supposent la mise ne œuvre de compétences variées (paysagistes, urbanistes, architectes, jardiniers, animateurs sociaux, ...) mais surtout une forte implication des habitants et usagers de l'espace public dans les projets. C'est en participant à ces projets que les citadins reprennent leur pouvoir d'action sur leur environnement proche. L'acte de plantation n'est bien souvent que la partie visible des projets, où les phases de mobilisation, de co-conception, de suivi et d'animation comptent tout autant si ce n'est plus pour réinvestir l'espace public. Créer des micro-pépinières fruitières dans chaque quartier C'est pour enclencher un mouvement plus pérenne que le projet "1000 arbres pour le climat" a été imaginé. Il ne s'agit pas de corroborer à une politique du chiffre, mais de donner des moyens d'action aux parisiens, en développant les ressources (à la fois techniques, spatiales et végétales) leur permettant de rendre leur quartier comestible. Ces 1000 arbres fruitiers permettront de donner naissance à une dizaine de pépinières fruitières dans plusieurs quartiers, où chacun pourra planter, semer, multiplier,
  3. 3. 3 greffer les arbres fruitiers... Ces pépinières, gérées de manière collective et accompagnées par l'association Vergers Urbains constitueront des lieux ressource qui permettront à chacun d'influer sur le climat tout en se réappropriant son cadre de vie et son alimentation. Valoriser les communs Au delà de ces pépinières ressources, c'est aussi une valorisation des Communs que nous souhaitons porter en développant une alimentation accessible à tous au cœur de nos centres urbains ou même des espaces d'expérimentation, d'expression ou tout simplement d'échange. C'est à travers des tiers lieux, imaginés notamment avec le collectif Babylone que l'association développe cette ambition: créer des espaces hybrides où se croisent les compétences, les projets, et où se développe une agriculture du troisième type, située entre le jardinage urbain à dominante récréative et le maraichage bio-intensif. Vergers Urbains s'est déjà impliquée sur 35 sites qui ont à chaque fois donné place à un nouveau paysage comestible, ouvert et interactif, une trentaine d'autres sont en projet, aux dimensions diverses (d'1,5m2 à 8000m2): friches urbaines, rues, pieds d'arbres, écoles, recoins, toits, places, jardins ou vergers partagés, jardins mobiles, pieds d'immeuble, esplanade, squares, ... pour la plupart avec leurs propres collectifs d'habitants. C'est à travers ces espaces ouverts et collaboratifs que nous imaginons et expérimentons une ville comestible et résiliente, avec une bonne dose d'utopie (mais réaliste et concrète!).
  4. 4. 4 Objectifs L'apport des vergers est multiple, il va au delà de l'apport nutritionnel : • Produire localement de la nourriture; • Sensibiliser à l'alternance des saisons, développer un nouveau rapport à la nature et à ses ressources, y compris en milieu urbain dense; • Développer les rencontres, les échanges, autour des moments de plantation et des récoltes; • Favoriser la conservation, la diffusion de variétés anciennes et plus généralement la biodiversité; • Qualifier l'espace, apporter le végétal au coeur de la ville; • Capter le CO2, améliorer la qualité de l'air, du climat urbain (rafraîchir la ville) ;
  5. 5. 5 Nos interventions
  6. 6. 6 Nos principales actions
  7. 7. 7
  8. 8. 8 Réappropriation des espaces publics Placette Pajol (Toit &Joie) Jardin semi-public, situé à l’angle des rues Pajol et Philippe de Girard (Paris 18), sur un espace de 30 m2. Il est positionné sur une dalle de parking, appartenant au bailleur social Toit &Joie, qui jouxte les bureaux de l’association. Créé le 17 mars 2014, à l’occasion d’un chantier participatif, avec l’association Extramuros et l’ADCLJC, le jardin est en évolution constante, en fonction de l’implication des écoles du quartier et des habitants. Les plantes fruitières commencent à y prendre leur place, malgré l'absence d'exposition au soleil. Un compost collectif a été mis en place, pour permettre d'amender le sol et fournir des projets connexes. Jardin Mobile Projet porté dans le cadre de Commun Jardin, réalisé sous forme de chantier participatif les 30 juin, 2 et 3 juillet 2014, lors des Ateliers Estivaux d'Agriculture Urbaine : il s’agit d' une vingtaine de modules expérimentaux, multifonctionnels, constitués de bacs de jardinage, compost, étale d'amap, bancs, tables, pergola, supports pédagogique, etc. Il est localisé sur l’esplanade Nathalie Sarraute et susceptible de s’adapter aux usages, d’évoluer de manière permanente. Le processus de construction a compté au moins autant que le résultat. Conçu par ses potentiels usagers eux mêmes, par les habitants, à partir de matériaux simples ou recyclés, cette installation vise à démontrer qu’avec peu de choses il est possible de donner une nouvelle dimension à l’espace urbain :
  9. 9. 9 une dimension humaine et comestible. Il s’agit à travers ce projet de développer un processus alternatif de production d’espace public, permettant de préfigurer et expérimenter, par des ajustements permanents la mise en œuvre d’espaces urbains définitifs. Leur agencement vise à favoriser la création d’un espace convivial, un lieu de rencontre et de découverte. La création d'une étale de l'AMAP HSBC, a permis de renforcer l'animation du site et créer des liens nouveaux avec les habitants du quartiers, tout comme l'accueil de différents ateliers ou événements, (cuisine, collecte de graines, jardinage etc.). Ce jardin s'inspire de celui réalisé par VU (en collaboration avec des jardins partagés) en juin 2013 et qui a connu un grand succès. Il était intégré dans l'espace citoyen du jardin éphémère réalisé tous les deux ans ou presque sur le parvis de l'hôtel de ville de Paris, durant 1 mois.
  10. 10. 10 Rue Ernestine Situé dans un des recoins de la rue Ernestine (Paris 18), ce micro jardin est à l'initiative de plusieurs riverains. Il prend place sur une bout de trottoir d’1,5m2, ombragés où poussent houblon, framboises, groseilles, mélisse, fraises des bois, fougères, Laurier sauce, campanules, et bien d’autres encore (petite pervenche, alchemille, Lysimachia etc.). Cette intervention a reçue le soutien du conseil de quartier. Sa fabrication s'est déroulée à Commun Jardin. Les gens de Cottin – Vers une rue comestible Construit sur une initiative de l’association les gens de Cottin (association constituée pour l'occasion) et avec l’aide de Vergers Urbains (pour la conception et l’encadrement du chantier), un aménagement urbain inédit a émergé entre le 12 et le 16 janvier 2015 dans la rue Jean Cottin (Paris 18). 12 jeunes primo-arrivants en apprentissage du français avec le Cefil ont participé au chantier, durant 6 demi- journées. La construction s’est déroulée au sein de la résidence Boucry, qui jouxte le projet, grâce à l’implication du bailleur, des gardiens et de l’amicale des locataires. L’association Toits Vivants est venue apporter son soutien technique (encadrement du chantier menuiserie). Résultat : 9 modules de jardinage, dont un ba(n)c, une jardinière coffre pour ranger les outils, un bac à compost, une pergola et un réservoir d’eau… Ce projet a reçu l’aide le l’équipe de Développement local, un financement de la Ville de Paris, du Conseil de Quartier et la Fondation Bruneau. Le projet est dorénavant pris en exemple par d'autres collectifs, pour faciliter et encourager leur démarche de végétalisation (c'est le cas du projet Simplon et d'autres projets du quartier La Chapelle).
  11. 11. 11 Mom'Pelleport Autre recoin situé rue Pelleport, fait en collaboration avec l'association Mom'Pelleport et avec le soutien du Conseil de Quartier. Il est composé de 3 bacs, construits à l'occasion d'un chantier participatif. Arbres et arbustes fruitiers prennent place dans ce nouvel espace, qui continue à évoluer au travers différents ateliers réalisés avec les enfants du quartier. Festival Irrueption: Animation d'un chantier construction d'un banc bac lors du Festival Irueption, les 13 et 14 juin sur le belvédère du parc de Belleville.
  12. 12. 12 22 - 28 place La Chapelle Végétalisation d'un espace en décaissé par rapport à la rue ayant des problèmes d'usages sous l'impulsion de plusieurs riverains. Vergers Urbains a participé à la mobilisation des riverains, avec l'edl, ainsi qu'à la co-conception du projet. Le chantier s'est déroulé les 10 et 18 Mars avec deux jeunes proposés par l'association coordination toxicomanie. Kiwi, aubépine, passiflore, Jasmin, houx, groseilliers, menthe etc. se sont emparés de ce "renfoncement" ombragé.
  13. 13. 13 Création / animation de jardins collectifs Jardin Partagé Commun Jardin Situé au niveau de la Halle Pajol, au sein du square Rosa Luxembourg, ce jardin partagé est ouvert depuis juin 2014. Il a une vocation de pépinière de quartier, un objectif pédagogique et un rôle de lien social au sein du quartier grâce à la mise en œuvre de plusieurs parcelles collectives et expérimentales. Il s’agit d’un espace « Commun » mis au service des habitants du quartier. Sa dimension pédagogique est portée par la mise en œuvre d’espaces de préservation d’espèces comestibles de la région, ainsi que divers dispositifs de culture inspirés de la permaculture (Keyhole garden, spirale aromatique, supports verticaux, haies fruitières etc.) Jardin Comestible de Brillât Savarin (Paris 13). Le premier chantier éducatif a eu lieu en mars 2014, mené avec l’association Toits Vivants et le club de prévention Jean Cotxet sur un site du bailleur social Paris Habitat. Il s’agit de reconfigurer un jardin partagé constitué d’une vingtaine de parcelles et d’investir différents espaces à vocation ornementale pour les rendre comestibles et appropriables par les usagers du jardin grâce à des plantations fruitières ; 15 nouvelles parcelles ont par ailleurs été créées. 8 jours de chantier pour la requalification du jardin partagé situé au 13 rue Fontaine à Mulard (13ème). Ce jardin est situé au cœur d’une résidence sociale appartenant à Paris Habitat, géré par l’ARBP et comportait 24 parcelles de 6 m2 en moyenne, principalement consacrées à une culture vivrière. La périphérie de cet espace était densément occupé par une centaine d’arbustes non comestibles : Eleagnus, Troënes, Spirée Niponica, Fortifia, Berbéris. Couvrant une superficie totale de près de 900 m2. Le nombre de parcelle est porté aujourd’hui à 36. Objectif du projet : • Améliorer la qualité esthétique du site en proposant notamment des dispositifs de délimitation plus homogènes, alternatifs et adaptés, • Réaménager et rendre accessible l’ensemble de la parcelle, et développer une végétation comestible • Revaloriser les espaces Communs • Faciliter l’activité de jardinage,
  14. 14. 14 Au delà de l’aménagement des parcelles, l’attention se porte sur l’aménagement des espaces communs, qu’ils soient naturels ou jardinés, l’enjeu est de favoriser les espaces de rencontre. Nous nous sommes orientés vers la création d’un jardin-forêt, où il s’agit d’ajouter l’aspect comestible à l’intérêt ornemental qui prévaut actuellement. Les arbustes actuels sont remplacés par des arbres et arbustes fruitiers qui profiterons à l’ensemble des jardiniers. Le pourtour de la parcelle (hors nouvelles parcelles créées) porte sur 274 m2,est retravaillé et complété : ‐ par des arbres fruitiers (Pommier, Poirier, Pêcher, Abricotier, Prunier), ‐ par des arbustes fruitiers sauvages : Noisetiers, Sorbiers, Aubépines ‐ par des arbustes à petits fruits : groseilliers (à Maquereau et à Grappes), framboisiers, Cassissiers, Casseillers, ‐ par des grimpants comestibles Le chantier était encadré par Toits Vivants, avec l’appui de Vergers Urbains et mené avec 3 jeunes en insertion, via l’association Jean Coxtet / Réagir
  15. 15. 15 Jardin des Amandiers (Paris 20ème). Situé au 38 rue des mandiers, sur des espaces gérés par Paris Habitat, le projet a été mis en place avec le centre social de la 20ème Chaise. Il a été réalisé en mai 2015, à l'occasion d'un chantier pédagogique avec l'association. Objectifs : à Mettre en valeur un espace délaissé, constitué d'un ancien jardin sur dalle et d'une cours à travers la création d'un jardin collectif, en lien avec le centre social et destinés aux habitants du quartier. Interventions de Vergers Urbains : • Mobilisations, animations préalables au chantier, autour d'ateliers pratiques de jardinage (semis, bouturage etc.), bi-hebdomadaires • Co-Conception du projet • Encadrement d'un Chantier pédagogique pour la construction de supports hors sol de jardinage, destinés à la cours intérieure, Aménagement d'un jardin en « pleine terre », sur dalle et construction d'un cabane de jardin • Animation et suivi, par des ateliers hebdomadaires, visant à accompagner techniquement les jardiniers
  16. 16. 16 Maison des ensembles (Paris 12ème) Vergers Urbains accompagne la Maison des Ensembles dans la création d'un jardin collectif. L'intervention est ciblée sur un espace délaissé qui la jouxte, pas très loin de la place d'Aligre, à travers l'animation de chantiers participatifs hebdomadaires avec des jeunes du quartier, qui ont permis la création de structures hors sol, de mobilier urbain, de structures verticales, ba(n)cs, parcelles de jardinage, cabane, réserves d'eau, composteur, pyramides végétale, etc.
  17. 17. 17 Jardins comestibles en pied d'immeubles 129 bd Ney, 75018 Notre intervention fait suite à un appel à projet lancé par la RIVP (Régie Immobilière de la Ville de Paris) pour lequel nous avons été retenu. Il a débuté fin 2013 par la mobilisation des résidents et plusieurs réunions de travail pour co-construire le projet. Le premier chantier plantations s’est déroulé le 21 mars 2014 et a mobilisé une quinzaine de résidents par la plantation d’arbres fruitiers et arbustes à petits fruits. Les plantations ont progressivement été complétées, l’intervention de Vergers Urbains vise à susciter une implication à long terme des résidents dans leur pied d’immeuble, à travers divers ateliers pratiques et moments de rencontre. Un composteur est actuellement en cours d'installation. Des bio sceaux seront distribués aux résidents. Cela permettra d'enrichir le substrat actuel et compenser la faible épaisseur de terre de cette espace situé sur une dalle de parking. 7-9 av de la Porte de Clignancourt (Paris 18), enfruitement d'un pied d'immeuble Ce projet prend place dans le cadre de la sélection de projets issus de l'appel à projets conduit par Paris Région Lab sur les végétalisations innovantes qui a pour objectif de sélectionner des solutions innovantes en matière de végétalisation et d’agriculture urbaine et d’organiser leur expérimentation sur des territoires d’accueil, à savoir en l’occurrence des emprises appartenant à Paris Habitat – OPH. Le projet de l’association Vergers Urbains consiste à réaliser, avec les locataires de Paris Habitat - OPH, un aménagement d’arbres et plantations fruitiers dans l’enceinte des jardins extérieurs situés au 1-47 avenue de la Porte de Clignancourt. Le projet d'expérimentation vise à imaginer et à tester différentes stratégies et modes d'action pour à la fois favoriser l'implication des résidents dans leurs espaces collectifs et les accompagner dans la mise en place d'une végétation fruitière pérenne, à travers les différentes étapes d'un projet (idée, co-conception, chantier et entretien...) Il s'agit ainsi d'identifier la reproductibilité des modes opératoires et vérifier la pérennité des plantations, en fonction de leur contexte et comparativement aux plantations habituelles. L'enjeu est par ailleurs d'étudier l'impact sur la vie quotidienne, en terme de perception et de sensibilisation sur : la place du végétal en ville et sur l'alimentation. Le projet expérimental s’articule en deux phases principales :
  18. 18. 18 - une première phase de mobilisation et de plantation (6 mois environ), dont 4 séries d'ateliers avec les résidents durant 1 mois. - une deuxième phase d’entretien et d’animation autour des fruitiers (2.5 ans) Rue Boucry (Paris 18ème) Interventions prenant place dans le cadre du projet Chapelle Comestible, au sein d'une résidence appartenant au bailleur Astria, situé rue Boucry / rue Gens Cottin. Elle vise à impliquer les habitants dans la mise en place d'arbres fruitiers au pied de leur immeuble. Une série d'animations ont eu lieu pour favoriser la mobilisation des résidents et renforcer la cohésion sociale autour du projet. Une première journée de mobilisation a été organisée le 11 octobre, e partenariat avec le Kaps, l'EDL, Curry Vavart et l'Afev : "Faites des Fruits", qui a connu un grand succès auprès des résidents. La journée a été co-organisée avec l'appui de l'amicale de locataire (réunion le 26 septembre, 14h30).
  19. 19. 19 Créations de Vergers collectifs Verger de la Goutte d’Or Vergers Urbains accompagne l’association de la Goutte verte dans la mise en œuvre, le suivit et l'animation du « verger de la Goutte d’Or », situé dans un espace de 80m2 au sein du Square Baschung (PARIS18). 7 arbres fruitiers anciens ont été plantés et facilitent la délimitation du site. Plusieurs autres plantations sont venues compléter le verger (Cerisier Sainte Lucie, Néflier, Figuier, etc.). Verger des Fougères (Sq. Fleury - 75020) : Cet espace de 2000m2 géré par la Deve (Délégation aux Espaces Verts de la ville de Paris) est situé sur le site de l’aqueduc de la Dhuis et fait partie du square Fleury, localisé à proximité de la porte de Ménilmontant. L’objectif est de mettre en œuvre progressivement une forêt comestible partagée. Un premier chantier plantations a eu lieu le 22 mars 2014 et a mobilisé plusieurs associations locales et une vingtaine de personnes, dont plusieurs résidents du quartier. Les premières plantations comprennent une dizaine de hautes tiges et une vingtaine de petits fruits.
  20. 20. 20
  21. 21. 21 Vergers ressources Verger de Montgé (77) Vergers Urbains a signé une convention avec l’AEV (Agence Régionale des Espaces Verts) pour gérer un ancien verger redécouvert il y a un an. Ce verger d’environ 80 haute tiges était revenu à un état forestier depuis près de 30 années. Il est situé au sein de la forêt de Montgé en Goële (77) et couvre une superficie de 8000m2. Nous le remettons en état à travers des ateliers réguliers et commençons à replanter des variétés typiques d’île de France. L’enjeu est de faire de ce verger un espace ressource qui permettra d’alimenter les projets plus « urbains » de l’association, notamment grâce à son rôle de pépinière. La dernière récolte a permis d'obtenir près de 800kg de pommes, qui ont fait l'objet d'ateliers compote, et d'une distribution auprès de l'Amap HSBC (Hyper Social Bio Club). Pépinière du jardin Pouplier (Montreuil) Vergers Urbains intervient depuis près de 2 années auprès l’association le sens de l’humus, notamment pour la restauration de plusieurs parcelles des murs à pêche (Jardin Pouplier). Une pépinière fruitière a été mise en place en avril 2014 sur une des parcelles du jardin, comportant actuellement 50 porte greffes et scions. Cette pépinière permettra de fournir différents projets de vergers urbains.
  22. 22. 22 Mise en œuvre du projet « La Chapelle Comestible » Depuis le printemps 2014, le quartier de la Chapelle est devenu un quartier pilote pour mettre en oeuvre la Ville Comestible. Différentes stratégies d’action sont menées avec les habitants pour végétaliser le quartier, par une implication dans l’espace public, par une réappropriation des lieux délaissés, une requalification des pieds d’arbres ou un « enfruitement » des pieds d’immeuble. Vergers Urbains travail ainsi avec différents partenaires associatifs, techniques (Toits Vivants, extramuros, etc.), locaux (ADCLJC, etc.), institutionnels (la ville, ses élus, ses services, les équipes de Développement locales, les Conseils de Quartiers….) ou informels (collectifs d’habitants). Une quinzaine de projets ont émergés depuis le début de l’année, avec chacun leurs propres collectifs d’habitants, pour amener le végétal en ville, par des micro interventions urbaines, pérennes et parfois mobiles. Il s’agit ici de sortir de la simple végétalisation et du décorum en redonnant du goût à la ville. Ces projets favorisent un végétal vecteur de liens social, une nature comestible et non futile, au plus près des citadins, dans la rue, …partout où c’est possible.
  23. 23. 23 Création de jardins sur les toits Création d'un jardin sur le toit de la générale Vergers Urbains, avec Toits Vivants, Vergers Itinérant et la Générale a animé une série de chantiers participatifs pour la mise en œuvre d'un jardin sur le toit de ce centre artistique situé au 14 avenue de Parmentier (10ème). Près de 200 personnes ont participés à ces actions, réalisées le 12 avril 2015 Des carrés potagers, constitués de cultures en lasagne, un poulailler ont progressivement complété ce verger urbain mobile constitué 180 arbres fruitiers et les centaines boutures de petits fruits installés sur le toit depuis ce dimanche. Plusieurs ruches seront bientôt installées pour polliniser l’ensemble. Une seconde journée d'action a eu lieu le mercredi 2 juillet, à l'occasion des Ateliers d'été d'Agriculture Urbaine.
  24. 24. 24 Living Roof (living-roof.paris). Vergers Urbains a porté ce projet avec le Collectif Babylone, sur le toit de la Cité de la Mode et du Design (34 quai d'Austerlitz, Paris 13ème). Réalisé lors d'un chantier participatif en juin 2015, il consiste à réaliser un espace collectif d'expérimentation et de démonstration autour de l'agriculture urbaine et de la résilience, à travers la mise en place d'un jardin comestible modulaire et intégré. Interventions de Vergers Urbains : • Conception et développement du projet, notamment des modules Ba(n)cs • Coordination du collectif Babylone (lab-au.org), communication • Encadrement du chantier participatif (10 jours) • Animation d'ateliers, entretien,
  25. 25. 25 Accompagnement des collectivités dans leur stratégie "Ville Comestible" Appui à la création d'Arcueil Ville Comestible Vergers Urbains accompagne cette initiative portée par plusieurs élus de la vile d'Arcueil, qui a démarrée par la mise en place d’un collectif. Ce collectif a vite portée sa réflexion sur l'aménagement du site Fontaine / Cauchy, proche du centre ville. Le lancement d'un des premiers jardins partagés d'arcueil a eu lieu le 14 mai, dans le cadre de la dynamique Arceuil Ville Comestible. Avec au programme : création de bacs à partir de palette récupérées, cultures en lasagne, plantations, etc. Les riverains, étonnés de voir tous ces individus s’activer, depuis leur fenêtre, se sont vite joins à l’initiative, parfois avec des plants et leurs outils. Cette friche, située à l’angle des rues Cauchy et Fontaine, est désormais sortie de l’abandon et devient un espace commun, ouvert, au cœur de la ville, dédié aux cultures, aux rencontres, à la biodiversité…Depuis, une cabane a outils, un système de récupération d'eau, un compost etc. sont venus compléter le jardin.
  26. 26. 26 Végétalisons le 18ème Suite à l'appel à projet Végétalisons le 18ème, 5 projets d'habitants ont été retenus, la mairie a souhaité un accompagnement de la part de VU pour la mise en œuvre de ces projets, dans la coordination, la co- conception la réalisation et le suivi. 4 projets ont déjà démarrés : • Rue Simplon • Rue Duhesme • Impasse Robert • Place Charles Bernard Intervention de Vergers Urbains • Aider les habitants à formaliser leur projet, étude de faisabilité technique, urbaine et paysagère • Co-Conception du projet avec les habitants, • Réalisation (animation du chantier) • Suivi du projet, accompagnement dans l'entretien, aide au jardinage
  27. 27. 27 Interventions dans les écoles Vergers Urbains fait des interventions régulières auprès des écoles et du collège du quartier La Chapelle. Au travers d'ateliers jardinage, plantation, semis, boutures etc. Les écoles deviennent alors de pépinières où les enfants acquièrent des connaissances et participent concrètement à la végétation (comestible) non seulement de leur école, mais aussi de leur quartier. Ils font ainsi grandir eux même les plantes qui investiront leurs espaces communs. VU intervient occasionnellement sur d'autres écoles, du 18ème, du 4ème, du 20ème ou de la banlieue parisienne (Rosny Sous Bois, Ecole des Boutours), notamment sur des projets de plantations.

×