Hyper comm #1

126 vues

Publié le

Book du département Communication Hypermédia de l'université de Savoie

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
126
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Hyper comm #1

  1. 1. HYPERComM #1
  2. 2. N ous, artistes et ensei- gnants-chercheurs du dépar- tement Communication - Hy- permédia de l’Université de Savoie Mont-Blanc, défendons l’Image. L’Image avec un grand "I" au sens d’in- formations visuelles. Dans une société dite de l’image, nous positionnons le département au cœur de l’Europe et du Monde, au cœur des questions de nos contemporains sur la création et la dif- fusion de données informationnelles. A la frontière étendue et poreuse entre le quotidien, l’entreprise, l’art et les nou- veaux médias, nous ne considérons pas la communication comme un système ou un modèle mais comme une invention permanente, à expérimenter dans ses dimensions critique, esthétique et pro- fessionnelle. En privilégiant une péda- gogie active - proche de l’anthropolo- gie visuelle et de l’art - basée sur la problématisation et l’expérimentation, nous confrontons les étudiants à des si- tuations pédagogiques qui les obligent d’une part à réfléchir, trouver une so- lution individuelle, et d’autre part à se positionner pour affirmer progressi- vement une démarche inscrite dans un champ référentiel interdisciplinaire. Dans ce contexte, Hypercomm #1 est un objet multimédia réunissant un échantil- lon de travaux d’étudiants produits dans le cadre des enseignements au sein du département entre 2013 et 2015. Il ne prétend pas donner un aperçu linéaire du processus de formation. Son objectif est de mettre en lumière la pluralité des expériences de l’image dans lesquelles nous engageons les étudiants pour qu’ils construisent une identité. Articulés autour de notions fondamen- tales, ces travaux interrogent les rela- tions entre le corps, l’individu, la ma- chine et les espaces narratifs. A travers eux, les étudiants ont expérimenté dif- férents médias, scénarisé des stratégies créatives et se sont forgés une culture. Ces compétences, acquises tout au long de leur parcours de formation, trou- veront une résonance dans le monde professionnel d’aujourd’hui et de de- main. Nous en sommes convaincus. EDITOEDITO
  3. 3. machinemachine
  4. 4. HackedHacked J ’ai imaginé ce court-métrage comme un rêve, la première partie en 3D nous présente un monde onirique où le personnage s’aventure avecméfi ance, il visite un espace jusqu’alors inconnue. La vue première personne (FPS) permet de rallier le spectateur au protagoniste pour permettre de l’asso-cier à la deuxième partie (qui appar-tient à la version longue) qui se construit plutôt comme un cauchemar : celui d’un homme qui a peur de se déchainer et qui en fait part dans son journal intime. 6 GABRIELVISCONTIAutoportrait-MarcVeyrat-CaroleBrandon C e cauchemar le hante de plus en plus et il a peur que cela arrive dans la réalité. Mais je l’ai monté de manière à ce que deux réalités s’opposent, ce que l’on voit est à la fois un rêve mais aussi une réalité. Le personnage clé est son ami qui est inconnu aussi (il s’agit d’un rêve), il est la passerelle entre le rêve et la réalité, c’est un rêve prémo-nitoire qui force le protagoniste à ne pas suivre son ami dans ce délire sociopathe. Les deux parties se croisent par le biais d’un passage dans un trou noir qui per- met de passer d’une réalité à une autre. Mêlant ainsi réalité virtuel et physique . 7
  5. 5. Mais la dimension apportée par ce nouveau système ne se limite pas à un usage pri- vé pusique Holocom offre des perspectives avancées pour les professionnels. les conférences prennent une toute autre ampleur, la dis- tance n’est plus un frein. On peut même imaginer que des artistes s’appropient les lieux pour développer des oeuvres originales et inno- vantes. Holocom occupera 2000m2 sur l’ancien empla- cement de l’hopital d’Anne- cy, avenue du Tresum. Un rez-de-chaussé servira d’ac- cueil et d’orientation pour les clients. Le 1er étage se dédié aux espaces de ré- unions, et d’expositions. Tandis que le 2eme étage sera consacré au Cybere- sapce de rencontre avec un bar recréé et aussi l’espace de communication person- nelle.Diti ilis eos vollecto H olocom est un es- pace de commu- nication par Holo- grammes à usage personnel, professionnels et artisitiques. C’est un lieu de partage, de découverte et d’expérimentation ouvert à tous. Dans ce lieu, artistes, entreprises étudiants et ha- bitants se rencontrent autour des changements que le nu- mérique apporte dans nos vies et permet de communi- quer de manière innovante. La communication est tant auditive que visuelle voir même physique puisque que grâce à Holocom vous aurez l’impression d’être aux cotés de votre interlocuteur grâce à ce système innovant d’ho- logrammes. Imaginez vous pouvoir avoir une discussion en temps réel comme si vous étiez dans la même pièces alors que 3000 km vous sé- pare. C’est le but d’Holocom. HOLOCom M.PAGNEUX-C.DUCRUET -C.LEGENDREC.ASTIE -R.GAY-L.CHAMBOMStratégiedeCommunication-JeanneChauvin
  6. 6. EspacepublicEspaceprive M a démarche est de montrer qu’aujourd’hui le numérique fait partie intégrante de nos vies. Notre paysage se modèle en fonc- tion de ce dernier. La révolution numé- rique dans laquelle nous nous trouvons reconfigure notre sens du réel. La perception va changer avec l’avancée des nouvelles technologies du fait que nous sommes des êtres interconnectés. Le numérique estun langage. La frontière entre le virtuel et le réel devient de plus en plus poreuse. C’est sur ce point que j’ai voulu accentuer mon projet. J’ai donc adapté le lan- gage numérique en l’intégrant dans l’espace urbain. SEBASTIENVEYREEspacePublic-EspacePrivé-MarcVeyrat Nos liens et notre relation avec les objets numériques sont permanents et ils tendent à avoir plus d’importance que les relations humaines en elles-mêmes. C’est dans cette idée que les filtres que j’ai utilisé pour montrer le numérique et la lentille sont réalisés en 3D. La 3D sup- pose une mise en relief et elle permet pour moi de mon- trer que le numérique devrait rester un support et non se confondre entièrement à l’environnement habituel.
  7. 7. AUTOPortrait THEOPHILEBERTRANDAutoportrait-MarcVeyrat-CaroleBrandon M on autoportrait débute sur un per- sonnage qui sera mon avatar. Un ac- cident et une opération surviennent, illustrés par les outils et le rouge de la scène, pour, au final, laisser une trace phy- sique et psychologique au personnage. J’ai choisi ces couleurs pour évoquer la violence et la souf- france. La caméra tourne, ne reste pas fixe, pour montrer l’état d’esprit de mon avatar : celui-ci est perdu, confus. Dans la transition entre les 2 par- ties, on change de média pour découvrir la suite de l’histoire. Ainsi, le passage de la télévision à l’ordinateur symbolise un changement de vie, le passage de l’ancien au nouveau. Dans la deu- xième partie, on assiste à ma reconstruction après cet événement. Une ville s’élève, mais des bribes de souvenirs refont surface par moment. Cette reconstruction prend fin et on peut voir le nouveau moi sur les écrans, en gardant toujours certains souvenirs. La vidéo se termine en sor- tant de l’ordinateur et c’est alors que l’on dé- couvre que je ne suis qu’un individu parmi tant d’autres, un anonyme parmi des anonymes dont les problèmes personnels doivent être relativisés.
  8. 8. N otre projet est né, durant les vacances sco- laires de juillet à août 2014, de notre envie à tous les deux de travailler dans le monde de l’audiovisuel, en particulier celui de la vidéo. Nous avons donc entamé une démarche de création de génériques et de jingles pour la Web TV franco- phone numéro 1 à ce jour, dénommée Eclypsia dans le but de faire sortir du lot la candidature de stage que nous leur avons envoyée. C’est à partir de là que nous avons décidé de nous servir de ces génériques comme base de réflexion pour la création de notre projet de diplôme : une entreprise consacrée non seulement à la production de vidéos (génériques ou jingles) mais aussi de tout autre éléments graphiques tels que des logos, des bannières, des affiches, etc. Nous avons cependant voulu apporter une touche d’originalité dans nos méthodes de productions graphiques. Afin d’apporter une touche d’originalité, et nous démar- quer du reste des collectifs de graphistes présent par centaine sur le web, nous voulions modifier la manière de créer nos vidéos. Par le biais du streaming, nous ap- portons deux nouvelles dimensions à nos productions graphiques. Premièrement, une dimension instructive : lorsque nous présenterons en live les étapes de réa- lisation de nos travaux, le stream sera perçu comme un tutoriel en temps réel ou les spectateurs pourront apprendre les subtilités du processus de création en nous regardant travailler. Nos lives seront aussi mis à disposition des personnes qui n’auraient pas pu y assis- ter sur une chaîne youtube secondaire. Deuxièmement, une dimension moléculaire et participative grâce au chat qui permettra aux spectateurs de pouvoir, en live, apporter leurs touches aux travaux via des commen- taires et des avis constructifs dont nous pourrons nous servir pour embellir nos travaux. Nos créations sont donc toutes issues de l’imaginaire collectif, rendu pos- sible grâce aux nouveaux supports de communication. MWPRODUCTIONs 14 Y.LEGER-G.VIGOUROUXProjetdeDiplômeL3 15
  9. 9. AppTheProject A.DOMBRE C.PERONI R.LARGERONFestvialTOUSECRANS CLOUDProject J.COURSOLLE J.MORESE G.TEYSSIER E.GILLETFestvialTOUSECRANS 17 C loud Project est un webdocumentaire qui vous livrera les clés du projet Cloud Chamber. Il vous informe sur l’intrigue et sur la nature de l’expérience narrative de cette nouvelle forme de storytelling. Cloud Chamber d’Investigate North est une œuvre transmédia mêlant musique électronique, nouvelles technolo- gies et science fiction. En collaborant en ligne les utilisateurs découvrent l’histoire de Kathleen, une jeune scientifique qui investigue sur un mystérieux signal. Ils ont alors accès à des vidéos et autres documents. Cloud Project est une enquête policière interactive dont vous êtes le héros. Vous êtes ainsi libres de faire vos propres choix dans la navigation. Au fil du webdocumentaire, vous évoluerez dans la Maison du Grutli où le projet Cloud Chamber a été présenté dans la catégorie Transmedia dans le cadre du Festival Tous Ecrans de Genève. I nspiré du film App (Bobby Boermans, 2013) auquel il rend hommage, « App, The Project » vous plonge dans une en- quête thriller au cœur du Festival Tous Écrans de Genève. Aidé d’un téléphone, vous êtes à la recherche du « Reflet d’Or », la récompense volée. Œuvre hybride entre webdocumen- taire interactif et point- and-click, « App, The Project » risque de vous faire changer de regard sur votre téléphone…
  10. 10. RESEAUXreseaux
  11. 11. NumeriqueCitadin M a démarche est de montrer qu’aujourd’hui le numérique fait partie inté- grante de notre vie. Notre paysage se modèle en fonction de ce dernier. La révolution numérique dans laquelle nous nous trouvons reconfigure notre sens du réel. La perception va changer avec l’avancée des nou- velles technologies du fait que nous sommes des êtres interconnectés. Le numérique est un langage. La frontière entre le virtuel et le réel devient de plus en plus poreuse au sein de notre société. C’est sur ce point que j’ai voulu accentuer mon projet. J’ai donc adapté le langage numérique en l’intégrant dans l’espace urbain. Lorsque l’on parle de numérique, en découle la notion d’écran. J’ai donc essayé de placer chaque élément numérique devant une surface, de telle sorte que l’image rappelle l’écran. SEBASTIENVEYREHistoiredesartsPartie5-RudyRigoudy
  12. 12. P our cette vidéo j’ai continué à travailler sur la perception du monde, thème déjà évoqué dans mon autoportrait. L’infini et l’au-delà m’on évoqué l’imagination et l’univers visuel propre à chaque personne. Dans cette vidéo, je veux montrer comment l’univers visuel et musical d’un autre peut modifier la façon dont nous perçevons et appréhendons le réel. Ici, l’autre est un musicien venant de la scène éléctro : Porter Robinson. Cet artiste occupe une place très importante dans le processus de création de cette vidéo ainsi que dans son contenu. En effet, son univers graphique et musical sont une source d’inspiration majeure dans toutes mes créations et sont parties intégrantes de ma culture visuelle. La seule musique de la vidéo, “Sea of Voices” est également tirée de son dernier album WORLDS, et cor- respond parfaitement à l’ambiance que j’ai voulu créer. Par ailleurs mon travail est conçu en trois parties. La première partie évoquant le paysage et la réalité. Une deuxième évoquant le réseau par le biais du tunnel fait en low-poly, qui est une symbolisation du nerf optique et sa stimulation, par la vue d’un paysage et son lien avec une mu- sique spécifique. L’imaginaire et l’univers visuel propre à chaque per- sonnes sont alors illustrés par 5 mondes, créés de toutes pièces sous Photoshop à l’aide d’une tablette graphique et animés sous After Ef- fect. Les mondes sont un mélange de dessin et de pixel art, un univers graphique que j’affectionne tout particulièrement, sorte de rapport réel/virtuel dans mes représentations. Ils sont également un médium pour le message de cette vidéo, ce dernier étant disséminé en 5 par- ties dans les différents monde. La dernière partie présente le prota- goniste face au paysage de départ maintenant modifié visuellement avec les codes et les procédés graphiques utililisés précedement, ain- si que de nouveaux effets orientés “glitch”. Elle représente le monde réel, maintenant perçu grâce aux filtres présentés plus tôt dans la vidéo. Ils permettent donc de créer une cohérence visuelle et gra- phique dans le court-métrage. Ces dernières images sont également un clin d’œil à l’une de mes inspirations majeures pour les projets visuels de cette année : le clip vidéo FLICKER, par Porter Robinson. HorizonHorizon BORISLAMFROY-CAVRETEspacePublic/EspacePirvé-MarcVeyrat
  13. 13. CLAIREPELLICIER-BALProjetdeDiplômeL3 L ’hypermédia pour moi c’est l’en- semble des données intéractives textuelles - iconographiques et so- nores. L’hypermédia est un produit qui peut occuper différents espaces reliés entre eux. Cet espace est démul- tipliable et l’internaute peut apporter une donnée qui change la structure du système, en terme de calcul, de position- nement spatial et de visibilité. Le mobi- lier reflète notre société, notre époque avec ses codes et ses tendances. Le BUT de ce projet est de rendre les meubles aussi indépendants que les mentali- tés et les modes de vie actuels, en les adaptant aux utilisateurs selon leur personnalité. Implication indirecte des utilisateurs à travers leur compte Face- book qu’eux même ont en amont déve- loppé. L’interaction à l’objet (la chaise) se fait via l’application - le site internet PROFIL’here, où les personnes devront accepter de synchroniser leurs données personnelles pour la réalisation de leur chaise sur mesure. Passionnée de de- sign de mobilier et de sociologie - psy- chologie, j’ai voulu allier ces notions dans mon projet de diplôme. Le design c’est : améliorer, faciliter l’usage d’un élément visant l’intéraction avec l’ob- jet, matériel et/ou virtuel. Dans ce pro- jet je souhaite pousser l’intéraction sur la voie de l’hypémerdia. Je me suis in- téressée particulièrement à la Chaise, son évolution dans le temps... Partant du fait que dans notre société actuelle, il n’existe pas véritablement de meuble adapté à nos besoins individuels, je voudrais établir un programme permet- tant de créer une chaise à partir de nos données Facebook renvoyant à notre type de personnalité. Le Mobilier en- tretient un rapport figé au temps : un rapport d’espace - temps inévitable. Le mobilier est également le reflet de notre manière de vivre : c’est une em- preinte au moment T : le but étant de créer l’empreinte personnelle et in- dividuelle à travers le mobilier, nota- ment ici les chaises. Car actuellement nous avons tous les mêmes meubles standardisés dans nos intérieurs. ProfilHere
  14. 14. L e Nouveau Centre Culturel SENSUS se trouve à l’empla- cement de l’ancien hôpital d’Annecy au 1er avenue du Tresum. L’événement d’ouverture ne se déroulera pas seulement au centre mais aussi dans 4 autres endroits de la ville afin de sym- boliser les cinq sens. Le gout au Le contre Sens. Lʼodorat aux Jar- dins de l’Europe. Lʼouïe à Le Brise Glace. La vue au 4Nemours. Le toucher devant Sensus. Les quatre lieux des stands ont tout d’abord été choisis en rapport avec leurs emplacements. Le but étant de créer quatre zones espacées dans la ville d’Annecy, dont Sensus est plus ou moins le centre. Ainsi, l’en- semble des stands - tous à l’exté- rieure, devant leur structure - per- mettrons d’attirer un maximum de passants dans les quatre zones différentes. Nous avons choisi Le Contre Sens pour notre stand du goût car c’est un restaurant répu- té à Annecy. De plus, son empla- cement à côté de la gare, endroit très fréquenté, permettra d’attirer un grand nombre de personnes. SEnsusSEnsus Les Jardins de l’Europe sont les jardins les plus vastes d’Annecy. Situés sur la rive du lac ils attirent les promeneurs, les touristes, les sportifs... Ils serons donc très ap- propriés pour attiser la curiosi- té des passants autour de notre stands de l’odorat. Le stand de l’ouïe sera placé au Brise Glace, scène de musiques actuelles. Face à la plage des marquisats, à côté du Bowl - skate park - et à 5 mi- nutes de Sensus, cette salle de concert sera l’endroit rêvé pour donner envie aux gens de décou- vrir plus amplement notre centre culturel. Les deux seuls cinémas si- tués dans l’hyper-centre d’Annecy sont Décavision et Les 4Nemours. Nous avons trouvés plus appro- prié de mettre notre stand de la vue au Cinéma Les 4 Nemours car il est plus proche de Sensus. De plus, c’est un Cinéma Art & Essai, il est donc en accord avec le type de films que Sensus diffu- sera. Avec cet événement d’ouver- ture nous ciblons un public large. Nous invitons tous les curieux à venir découvrir notre centre, c’est pourquoi l’événement sera entiè- rement gratuit pour l’occasion. LILIANPRESUMEY-LORYVUILLARD LOLADOUBLIER-ANOUKBALMAI CHARLYNEROBERT-CAHRLOTTEMAGNEStratégiedeCommunication-JeanneChauvin L e Nouveau Centre Cultu- rel SENSUS se trouve à l’emplacement de l’ancien hôpital d’Annecy au 1er avenue du Tresum. L’événement d’ouverture ne se déroule pas seulement au centre mais dans quatre autres endroitsde la ville afin de symboliser les cinq sens. Le gout au Contre Sens. Lʼodorat aux Jardins de l’Eu- rope.Lʼouïe au Brise Glace. La vue au cinéma les 4Nemours. Le toucher devant Sensus. Les quatre stands ont tous été choi- sis par rapport à leurs empla- cements. Le but étant de créer quatre zones espacées dans la ville d’Annecy, dont Sensus est plus ou moins le centre. Ain- si, l’ensemble des stands tous à l’extérieur , devant leur leur structure, permettrons d’attirer un maximun de passants dans les quatre zones différentes. Nous avons choisis Le Contre Sens pour notre stand du goût car c’est un réputé d’Annecy. De plus son emplacement à proxi- mité de la gare, endroit très fréquenté, permettra d’attirer un grand nombre de personnes.
  15. 15. TRANSMEDIAENTITY L.MISSILLIER V.BIRLINGER A.JOURDANFestvialTOUSECRANS SERIOUSGEEK M.CARON F.MARTINEZ A.MAKHLOUFFestvialTOUSECRANS I mmergez-vous dans le réseau de Serious Geek, un web-docu- mentaire interactif tiré du projet «Geek Politics, la démocratie dans les câbles». Au cours de la navigation, vous devrez prendre des décisions qui détermineront votre expérience avec Serious Geek. Devenir un utilisateur averti ou choisir la navigation simpli- fiée, la décision vous appartient. À vous de faire la différence !
  16. 16. TRACESTRACES
  17. 17. ImprintofMOVEMENT HistoiredesartsPartie5-RudyRigoudyHUGOTDANIEL
  18. 18. J ’ai choisi de prendre des photogra- phies de la foule dans un paysage urbain avec un temps de pose assez long. De ce fait j’ai obtenu un flou de cette foule. Cela crée une sorte de trace. On peut supposer que les individus laissent une trace de leur passage dans cet espace. C’est quelque chose d’assez éphémère et c’est une forme d’expression. De plus, le mouvement a une importance dans ces prises de vue. PHOTOGraphie Au final, le rendu a un effet fantomatique. La trace laissée pourrait faire penser à un spectre. Le décor qu’il y a autour, qu’on ne distingue que peu , laisse libre court à l’ima- gination. Nous faisons notre propre interpré- tation. On se trouve alors embarqué dans un monde qui nous semble irréel, habité par des ectoplasmes. Dans un monde parallèle. EMILYESCHYLLEHistoiredesartsPartie5-RudyRigoudy
  19. 19. P our ces photos, j’ai décidé de m’intéresser au cou- rant photographique des pictorialistes et à l’idée qu’une photo ne représente non pas un instant mais une durée. Pour lier cette idée de base au su- jet, j’ai souhaité montrer le déplacement des gens dans le milieu urbain et donc photographier un mouvement de foule. Dans mes photos, les sujets ne sont pas identi- fiables, on ne reconnait pas que ce sont des personnes, ce qui m’interessait, c’était la trace laissée par leur mouve- ment dans l’image photographique. Au moment du ren- du, ces images m’ont semblé presque fantomatiques. ROXANECATTANEOHistoiredesartsPartie5-RudyRigoudy P our réaliser ces images, j’ai utilisé un temps de pose long (entre 5 et 10 secondes selon les images). Les contraintes de cette technique, due à l’entrée de beaucoup de lumière, m’ont permis d’obtenir un effet presque d’aquarelle sur mes photos qui fait un parrallèle entre photographie et peinture. En effet, les peintres revendiquent également le fait de peindre une durée, le déroulement d’une action et non un instant. Je pense, notamment, à Théodore Géricault dans sa pein- ture Le Derby d’Epsom, 1821. Il a peint ici les chevaux en «suspension». Il cherche à rendre la sensation de mou- vement et de vitesse plus que la précision de l’anatomie. C’est plus tard avec la chronophotographie que l’on va se rendre compte que cette position n’est jamais prise par un cheval durant sa course. Le peintre n’est pas un men- teur comme on a pu l’entendre mais il peint en une image plusieurs instants (pour donner une sensation de durée). Outsideofmyself
  20. 20. N ous voulions questionner le fait que nous sommes toujours surveillé et que nous oublions trop facilement ce qui se passe autour de nous. C’est ce qui est révélé dans notre installation. Grâce à un angle donné à la caméra, cela permet de voir un hashtag #Youʼve been watched seu- lement lorsque l’on voit le point de vue de la caméra. Cela montre au partici- pant, quand il devient surveillant, qu’il est passé à côté de quelque chose. Le Qr code donne accès à de multiples es- paces, tout en surveillant et en gardant la trace du passage du participant. Nous voulions utiliser des caméras bluetooth et les placer plus facilement que des web- cams, mais leur connexion nécessite de posséder l’adresse IP du réseau, chose que nous ne pouvions avoir puisque la connexion de l’université est en WIFI et qu’il n’y a pas de box libre d’accès. HIDESEEK SHADRINANOVRIAN-MATHILDECUENOD CHARLOTTEDESCAILLOT-LUCILEBIDELCHARLOTTEDESCAILLOT-LUCILEBIDEL MERETHYVARTANIANInstallationMutimédia-CaroleBrandon CAMERAMAPPING THOMASGENETTravaux3D-RodolpheDemol
  21. 21. N ous avons repris l’œuvre de Lawrence WEI- NER afin de nous en inspirer. Tout comme lui nous allons créer deux espaces, séparés par une interface. L’installation est coupé en deux espaces, un espace où le spectateur devient acteur de l’installation et où le spectateur peut voir l’action de l’ac- teur. L’utilisation d’une caméra thermique permet de voir la chaleur d’un corps. Le spectateur A qui devient acteur permet à l’installation de fonctionner, et de lui donner vie, en passant derrière l’écran il renvoit son image au spectateur B, mais il ne peut pas se voir. Ainsi, quand le spectateur A est derrière l’écran, on peut déterminer sa chaleur thermique est donc ajouter une phrase sur ce qu’il ressent à ce moment sur l’écran qui sépare les deux espaces, ainsi, le spectateur B peut voir et savoir ce que ressent le spectateur A. Nous allons pourvoir effectuer cette phrase grâce au tableau qui résume les émotions. Ainsi une photo de la personne accompa- gnée de sa phrase sera gardée et mise en ligne pour que le spectateur A puisse savoir de quoi il retourne. ThermoSENS LEABEGON CLEMENCELAGRESLE CLAIREVIARD-GAUDIN NAMOIECALOT InstallationMutimédia-CaroleBrandon L e spectateur est tout d’abord pris en photo a son insu. Puis, il est invité a traverser un couloir dont le sol est recouvert d’un tissu uni. Avant d’effectuer la traversée, le spectateur, qui devient acteur et ar- tiste puis victime, doit recouvrir la se- melle de ses chaussures de peinture. Il traverse alors le couloir, laissant des traces de pas colorées au sol, une empreinte de son corps dont il semble maitriser le résultat. A la fin de sa traversée, qui constitue la pre- miere partie de l’expérience propo- sée, la personne se retrouve face a un écran. SUR CE DERNIER, elle peut alors voir apparaitre la photo d’un individu, recouvert par ses traces de pas qu’elle vient de réaliser dans le couloir. Cet individu projetté sur grand ecran n’est autre que la per- sonne qui a experimenté l’installation juste avant. les differentes traces de pas se superposent et s’ajoutent et le spectateur évolue egalement dans un univers sonore qui renforce le ton de l’installation. Comment retranscrire le rapport actuel au monde virtuel, numérique et à internet où une expé- rience que l’on pense maitriser peut en cacher une autre dont nous ne sommes pas l’auteur mais la victime. Notre action peut avoir des répercus- sions sur autrui et/ou dans un autre espace-temps et inversement . Je fais irremediablement partie d’un réseau eninteractionplusoumoinsconsciente REVERSEREVERSE CHLOEBOURREL LISALEGUERNEVE CHARLAINEDAVID PAULINEDOSSANTOS FATIHCAGDASFATIHCAGDASInstallationMutimédia-CaroleBrandon
  22. 22. REALITEAUgmentee
  23. 23. M on travail est construit autour de la mise en abime de l’acte de fa- çonner le paysage, en construi- sant et modifiant l’espace. Par la déformation kaleidoscopique, je modifie l’espace à ma manière, grâce a une défor- mation mathématique qui modifie cette fois la perception d’un espace pourtant commun. WallStreet LILIANPRESUMEYHistoiredesarts5-RudyRigoudy
  24. 24. REMYFIORETTITravaux3D-RodolpheDemol CAMERATRACKING
  25. 25. ROMANTIQUEELSADUMOULINTravaux3D-RodolpheDemol ADRIENMOTTETTravaux3D-RodolpheDemol 3DINREALITY BALLET
  26. 26. P our ce projet, j’ai utilisé la technique du stop motion, c’est à dire faire une vidéo avec seulement des photos et ainsi faire prendre vie à une petite figurine, ou plutôt un per- sonnage issu d’une application de smartphone, comme on le voit à la fin. C’est donc une petite figu- rine digitale qui va découvrir une par- tie de notre paysage. C’est un stu- dio qu’elle découvre et elle ira à la limite du studio, sur le rebord du balcon et ainsi commencer à en- trevoir une ville la nuit, une ouver- ture sur le monde. J’ai voulu mon- trer un environnement de travail, avec les outils technologiques qui nous permettent de façonner le monde (ordinateur, smartphone). Au travers de ce projet j’ai voulu interroger la notion de paysage et de point de vue. On voit sous un autre angle ce paysage, entre autre avec le moment où le per- sonnage arrive sur le rebord du balcon, la ville peut paraître plus impressionnante. J’ai aussi vou- lu parler de l’interface, par le smartphone, qui devient l’un des plus importants aujourd’hui. C’est en grande partie grâce à lui que nous construisons notre relation au monde. Le petit personnage joue le rôle de l’interface entre notre monde et le monde numérique. Est-ce que les objets/person- nages numériques font seulement partie du paysage ou alors est-ce qu’ils peuvent l’appréhender ? VERSL’infinietaudela et de point de vue. On voit sous un autre angle ce paysage, entre autre avec le moment où le per- sonnage arrive sur le rebord du balcon, la ville peut paraître plus impressionnante. J’ai aussi vou- lu parler de l’interface, par le smartphone, qui devient l’un des plus importants aujourd’hui. C’est en grande partie grâce à lui que nous construisons notre relation au monde. Le petit personnage joue le rôle de l’interface entre notre monde et le monde numérique. Est-ce que les objets/person- nages numériques font seulement partie du paysage ou alors est-ce qu’ils peuvent l’appréhender ? CLEMENTPETITCLEMENTPETITCLEMENTPETITEspacePublic/EspacePrive-MarcVeyrat
  27. 27. miseenscene DUCORPS
  28. 28. J ’ai choisi de travailler sur le concept de ressemblance du corps, qui renvoie à l’idée de conformité concrète avec le réel, de similitude de l’aspect ; la photographie est ainsi un référent direct du réel. Afin de souligner cette idée de ressemblance et la mettre en valeur, j’ai souhaité y in- corporer l’idée d’une ressemblance en quelque sorte géométrique. J’ai voulu représenter un corps dans sa forme la plus simple et épurée, c’est- à-dire un corps nu. Pour ces photo- graphies j’ai plus spécifiquement voulu me focaliser sur certaines par- ties précises du corps. Le choix d’une relative désaturation des photos, de l’utilisation de tons bleutés, ainsi que du cadrage, m’a permis de donner une certaine froideur aux diverses représentations de ce corps. Ainsi, ce manque d’expressivité du corps témoigne d’une certaine absence d’identité du corps. Cela me permet de mettre en avant ce message : un corps (physique) n’est qu’un corps. Qu’il soit nu, imparfait, ou quoi que ce soit d’autre, n’a aucune impor- tance, il conserve toujours une cer- taine harmonie géométrique. Par ailleurs cela n’a point d’importance quant à la définition même de l’indi- vidu. Par l’absence d’identité que j’ai souhaitée dans ces images, ce corps n’est pas nécessairement le mien ; il peut être celui de n’importe qui. Nous avons simplement à faire ici à un corps constitué de lignes épou- sant ses courbes, comme un simple objet. Ces lignes ne définissent qu’une enveloppe corporelle.. (WE’REALLMADE) OFSKINANDBONES ENGUERRANBORTERENGUERRANBORTERENGUERRANBORTERHistoiredesartsPartie2-RudyRigoudy
  29. 29. D ans cette série photographique, j’utilise le corps comme matériau plastique. Dans ces photos je propose de nouvelles relations entre le corps et l’espace qui perturbent nos modes de perceptions. Dans ce tra- vail, le corps est le sujet principal, je le manipule et en modifie la structure à l’aide de couleurs. Ce que je recherche dans ces clichés c’est une frontière entre réalité et fantastique. De plus, un corps est bien présent dans chacune de ces photos. Ce corps correspond à celui d’un humain mais noyé dans les combinaisons de couleurs et dans les synthèses mono- chromatiques. Il en résulte une sensation d’étrangeté et le surréalisme impliquant des brouillages perceptifs. Un mécanisme proche du trompe l’oeil autrement dit. ANATOMY HistoiredesartsPartie5-RudyRigoudy Enfin une narration conduite par les couleurs et la géométrie prend forme et découpe l’image, ainsi il est possible de percevoir à la fois un espace réel, celui contenant le corps humain identifié facilement, et puis une deuxième partie plus complexe, surréaliste et fantastique et qui déshumanise ce corps déjà sans visage. Des paradoxes apparaissent et disparaissent en fonction de la lec- ture de la photo. Finalement le fruit de mes travaux est ici, la création d’une image ambigüe partagée entre deux parties paradoxales, une faisant appel au réel, l’autre au surréalisme. Un mé- lange très hybride, proposant finalement une nouvelle expérience perceptive. GAELABBAD
  30. 30. L a ville apporte ses avantages et ses inconvéniants. Nous devenons chaque jour plus mobiles,plus connectés, plus rapides, PLus plus et toujours plus.Cette dé- marche s’inscrit dans l’idée que cette rapidité, ce flot de personne, ces contraintes urbaines, peuvent s’avérer oprresantes. Ainsi une opération de transfert de l’es- prit se fait pour nous éloigner de la ville et nous rapprocher de notre for interieur. Notre esprit se met à vagabonder, inventer ou simplement s’éteint l’espace d’un ins- tant. Dés lors, plus rien ne nous touche, nous traverse. Nous nous endormons et nous laissons aller. Même en mouvement notre esprit se fige dans une stase intemporel pendant que notre corps réalise les mouvements de manière totalement machinique. SogoodTosleepJULIENRASSATHistoiredesartsPartie5-RudyRigoudy
  31. 31. INvisibleBOARD L orsque j’ai lu le sujet, j’ai directement pensé au BMX, puis j’ai élargi cette idée au vélo en général. Le vélo liait à la fois le langage du corps et l’espace ur- bain. Je suis une grande fan des sports de glisse, et il était important pour moi de parler d’un sujet que j’affectionne. Après réfléxion, je me suis dit qu’il se- rait intéressant d’enlever le vélo afin de mettre en avant la posture du corps. Le fait de retirer l’élément qui lie le corps à l’espace urbain laisse place à une incohérence du mouvement. Cependant, il est important de noter que la posture fait référence à l’objet : même sans la présence du vélo, le spectateur peut comprendre l’image. LAURIEVILLETONHistoiredesartsPartie5-RudyRigoudy
  32. 32. «Nous sommes partis d’extraits de la pièce Holy Violets de Perrine Gé- rard, jeune auteure récemment diplô- mé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre à Lyon. Cette pièce comporte un per- sonnage (Violet) qui est divisé en trois (Violet1, Violet2, Violet3). Chacune a ses propres paroles qui parfois abondent avec celles des autres, par- fois se contredisent... La proposition était dans chaque groupe de mettre en scène l’extrait choisi, en mettant en jeu bien sûr les nouveaux médias!» Emmanuel Houzé hyperTheatre PAULINE-LEOPOLD-LISAHypertheatre-EmmanuelHouzé-LilyanaPetrova
  33. 33. M.BENSALEM D.PISICCHIO E.CONTAT R.GAY G.ABBAD ProjetdeDiplômeL3 «Yeazer est un collectif de création artistique et de production multimédia . Nous sommes 5 directeurs artistiques basés sur Annecy. Nous avons produit des projets commerciaux et non commerciaux tant dans le design, lʼani- mation, le cinéma, la presse écrite, le numé- rique. Tout a commencé par lʼart et le design et nous avons au fil des ans créés et produits des courts métrages, du design, des projets artistiques interactifs et des clips musicaux.» STUDIO YEAZER STUDIOYEAZER
  34. 34. THETHEWW MICHAEL YVAN GUILLAUME LAURA-MAHEProjetdeDiplômeL3 T he W, formé par quatre musiciens, com- pose des morceaux riches aux arrange- ments soignés d’inspiration indie pop rock. L’énergie déployée en concert rappelle des groupes tels que Rage Against The Machine, The Subways ou encore les Dead Weathers.
  35. 35. identiteidentite
  36. 36. AUROREVIVENZAHistoiredesartsPartie2-RudyRigoudy L ’ensemble d’images que je me pro- pose de présenter raconte l’histoire d’un voyage, un voyage dans mon MOI. Je suis partie de l’idée qu’il existerait un véritable monde parallèle et microscopique, un refuge à la fois rassu- rant et inquiétant, un jardin mystérieux qui pousserait à l’intérieur même de mon cer- veau, cartographié comme une projection de ce que je crois mais aussi de ce que j’ignore être, et parmi lequel je pouvais être amenée à voyager très concrètement. Transformée en une minuscule créature perdue dans les méandres de mon esprit, découvrant de nouvelles contrées encore inconnues. Ce voyage intérieur commence à ce moment indescriptible où le corps nous apparaît parfois dans toute sa mons- truosité, toute son absurdité, toute son étrangeté... «Etrangeté», dans le sens où on ne se reconnaît finalement plus vraiment soi-même, et l’on se sent enfermé dans une masse qui ne nous appartient pas, que nous ne contrôlons pas, qui ne nous res- semble pas...Ce voyage devient initiatique, parsemé d’obstacles et de rencontres étranges - doubles opposés, personnages tiraillés entre répulsion ou exaltation, mar- qués par une dualité source de conflits in- térieurs. Chaque image représente donc une différente vision de ce corps, une différente acceptation. Dans cet exercice d’introspection et de réflexivité, la pratique de l’autoportait s’est imposé à moi comme une évidence. J’ai cher- ché à rester au plus proche de moi, en essayant de reproduire des images qui m’apparaissent parfois sans vraiment savoir ni pourquoi, ni comment, comme si je pouvais photographier l’intérieur de mon cerveau et rendre palpable le flou de mes différentes pensées. La série se veut donc comme une infini variation de ses diffé- rents aspects, de ces multiples métamorphoses.. Comme une sorte d’herbier étrange, de manuel de zoologie représentant des animaux inconnus. Chaque personnage semble figé, épinglé tel un insecte sous verre, parce qu’emprisonné dans son propre corps. «L’effet miroir» ainsi que le mélange de photographie, de peinture et d’illus- tration ont été choisis pour renforcer cette étran- geté et ce sentiment d’enfermement. La dernière image pourtant est signe de liberté, de mort ou de renaissance. C’est le moment rêvé où le corps n’est plus au centre, où l’esprit se libère de sa cage et ne fait plus qu’un avec l’au delà. C’est le moment où le voyage devient quête mystique, à la recherche d’un sens secret, d’une forme d’élé- vation, de transcendance... C’est le moment en- fin, où le corps ne devient plus que le reflet d’un monde intérieur... Dans toute sa dissemblance. INTERIEURLEVOYAGE
  37. 37. P our traiter ce sujet, ma démarche a été de m’immerger dans l’espace urbain afin de me confronter aux individus via le médium photographique. J’ai pu ainsi voir la ré- action des hommes et des femmes face à une inconnue qui vient les démarcher. Au travers de cette démarche, j’ai voulu mettre en avant des personnalités qui dans l’espace urbain sont mêlées dans la foule et ne sont donc pas consi- dérées en tant que tel. C’est pourquoi au tra- vers ces portraits tirés, j’ai avant tout mis en avant ces personnes. Pour mon traitement pho- tographique j’ai décidé de mettre en noir et blanc le fond pour ne pas que l’espace urbain empiète sur la personne photographiée, mais qu’au contraire il mette en valeur cet homme/ femme par l’expression de son visage. En in- crustant dans chaque portait une phrase anec- dotique de chaque personne photographiée ou que j’ai pu dire face à certaines actions, montrent avant tout mon désir de les rendre unique via ces portraits et ne pas faire d’eux des personnes quelconques. Cette expérience a été très enrichissante sur le plan humain, car elle m’a permise avant tout de rencontrer des personnes d’une grande générosité et qui m’ont permis pendant l’espace d’un instant de rentrer dans la confidence en échangeant avec eux alors que d’ordinaire, on ne prend pas le temps de rencontrer et de parler aux gens dans l’es- pace urbain où finalement l’individualité règne. J’ai pu aussi constater une majorité de réac- tion négative face au médium photographique par soucis d’image ou par manque d’intérêt. CORPSaCORPSa AURELIEFORESTHistoiredesartsPartie5-RudyRigoudy
  38. 38. P our réaliser mon autoportrait, j’ai choisi d’utiliser le motion graphique. Durant ma vidéo, il y a divers éléments de mon quo- tidien qui défilent mais aussi des lieux qui me tiennent à coeur ou en tout cas que j’ai visi- té. La notion de voyage, de découverte est très importante pour moi. J’ai opté pour la mise en scène de ces éléments, car ils parlent de moi, tout en gardant une certaine distance. Les cou- leurs pastelles sur lesquelles apparaissent les éléments donnent un côté vintage à la vidéo. Autoportrait EMILIEMODRZYKAutoportrait-MarcVeyrat-CaroleBrandon
  39. 39. F.BLANCHARD A.DESPAUD V.BOUCHELogicielsPro1-VincentIngels ININTERESSANTININTERESSANT
  40. 40. Fictionnarration
  41. 41. AliceinWonderland J ’ai choisi à travers ce projet de refléter des références essentielles. Celle d’Alice au pays des merveilles, à travers le livre et le conte ori- ginel de Lewis Caroll, ainsi que le dessin ani- mé de Walt Disney, et la version de Tim Burton. Je me suis ainsi inspirée de la photographie surréaliste qui prenait également le conte et l’univers d’Alice au pays des Merveilles comme support. L’effet es- conté état de mêler réel et surréalisme. Une vrai- semblance avec la réalité qui permet d’identifier et de représenter des éléments existants mêlés avec des environnements, personnages s’éloignant du monde que nous connaissont pour créer la confu- sion. J’ai donc relevé la photographie de la pe- tite fille ayant inspiré Lewis Caroll pour son conte, ainsi qu’une photo de la surréaliste Dora Maar. MANONDUDINGHistoiredesartsPartie2-RudyRigoudy
  42. 42. L e principe du projet était d’imaginer la bande an- nonce d’un film donné comme s’il avait été pro- duit par un autre réalisateur que celui d’origine, sous l’inti- tulé « Rencontre du Troisième Type ». Nous devions donc procéder par hybridation entre un film déjà existant, possédant déjà un style et une ambiance qui lui sont propres, et un ré- alisateur ayant un tout autre univers. Par cette association entre deux univers qui peuvent être aux antipodes, nous pou- vions redéfinir totalement l’am- biance du film, aboutir à un résultat atypique, surprenant. L’intitulé « Rencontre du Troi- sième type » évoque les ovnis. Il fait notamment référence à un film de science fiction, créé en 1977 par le réalisateur Steven Spielberg, qui raconte l’histoire de la venue sur Terre d’ex- tra-terrestres. Par extension, ce qu’on qualifie d’ovni est quelque chose qui semble venu d’ailleurs, presque irrationnel, échappant à la conscience hu- maine, hermétique d’un point de vue purement « humain ». C’est pourquoi ce projet constitue une sorte de « Ren- contre du troisième type », car cette rencontre forcée entre deux styles, ce mélange d’in- fluences, produit à coup sûr un résultat insolite, inattendu, fou, qu’on ne peux soupçonné, qui paraît venir de loin, très loin. C’estarrivepresdechezvous C.CEYTRE-M.CHOUVET-A.COURT T.FRANCART-R.LAVOREL AnalyseFilmique-JeanneChauvin
  43. 43. S ens critique est un autoportrait et un pamphlet contre la pensée unique. L’intention ici est de bousculer la per- ception des thèmes évoqués en les présentant avec la perspective de «simu- lacres et artifices» (à rapprocher de «simu- lacres et simulation» de Jean Baudrillard). Il s’agit d’un autoportrait et à ce titre la se- conde intention principale est d’évoquer ce que j’appellerais une émotion: le sens cri- tique. Tout d’abord, le contexte et le cahier renseignent de mon statut d’étudiant, impor- tant dans la compréhension de l’état d’es- prit présenté. L’attitude choisie représente la difficulté à considérer les thèmes abor- dés d’une telle manière, comme des entités n’ayant que l’apparence de ce qu’elles pré- tendent être et/ou des moyens de tromper sur la réalité. Il s’agit d’une vision presque cynique, mais concevable de ces derniers. SENSCRITIQUE On constate vite une évolution de l’ambiance sonore et visuelle. Un son grave et sourd se fait entendre, et l’image s’assombrie. Au fil des pages qui se tournent, cette ambiance dérangeante s’affirme de plus en plus, et de- viens bientôt oppressante. Il s’agit du poids de «cette» vérité que l’on aimerait pouvoir ignorer. On comprend alors que le cahier est une image de l’esprit, les pages qui se tournent, le temps et l’encre, l’apprentissage et l’expérience. L’arrivée au marque-page indique l’instant T de ma personnalité. La vie sociale comme simulacre fait d’artifices est alors le dernier enseigne- ment et le plus lourd à accepter. Viens la page sui- vante, vierge, dont la partie centrale reste comme échappée de l’obscure poids de «cette» vérité. Le mot «ART» est écrit en lettres majuscules, présenté alors comme discipline maîtresse dans «son domaine» et le marque-page est replacé. Enfin, le cahier, miroir de l’âme, est refermé, et avec lui le poids de la vérité. La fatigue reste présente. MAXIEMBRETONAutoportrait-CaroleBrandon-MarcVeyrat
  44. 44. A.DOMERGUE D.NOYERIES V.JEANLogicielsPro1-VincentIngels WHatisLOVE
  45. 45. COPSCOPS T.COPLEUX D.MONTMASSONLogicielsPro1-VincentIngels EMILIEEMILIE F.BAYOUDH T.HAGENBOUGER P.LACOUMEFestvialTOUSECRANS D écouvrez la présentation au Festival Tous Ecrans d’Emilie, une comédie romantique d’action où se té- lescopent plusieurs histoires d’amour dans les rues de Montréal. Projet lauréat du Reflet d’Or de la com- pétition transmédia. Suivez Fares et Pierre à la Maison des Arts du Grütli, pour une immersion dans le festival, à la ren- contredescréateursetdeceuxquimettentenlumièrecesnou- velles manières de vivre une histoire : les oeuvres transmédia.
  46. 46. GLOSSAIREGLOSSAIRE 3D Cours encadré et dirigé par Rodolphe Demol offrant aux étu- diants la possibilité de travailler sur la 3D et les logiciels de 3D. Les étudiants ont dû produire des vidéos de 3D selon cer- taines consignes en lien avec les notions abordées pendant les TD de 3D. Autoportrait Cours encadré et dirigé par Marc Veyrat et Carole Brandon. Module liant pratique et théorie pendant lequel les étudiants de 1er année de licence doivent concevoir une œuvre vidéo avec pour sujet «Moi construit pas à pas > Je comme sujet», en mettant en lien les notions vu pendant les cours magistraux d’Histoire des Cinémas, partie 2. Espace Public/Espace Privé Cours encadré et dirigé par Marc Veyrat ayant pour sujet « Vers l’infini et l’au-delà». Les étudiants ont du produire une vidéo ou un objet multimédia intégrant de la 3D sur la notion de site et de paysage en lien avec les cours magistraux d’Es- pace Public/Espace Privé. Festival TOUS ECRAN Travaux réalisés par les étudiants de 1er année de Master,- dans le cadre des cours de conception, rédaction et produc- tion hypermedia. Par groupe de trois ou quatre ils ont dû concevoir, scénariser, organiser, designer, filmer, monter et programmer un webdocumentaire interactif. Ces productions présentent une des œuvres présentée dans la catégorie Web & Transmedia du festival. Histoire des arts Partie 2 Cours encadré et dirigé par Rudy Rigoudy ayant pour sujet «1+1=3». Les étudiants de 1er année de licence ont dû pro- duire des images photographiques mettant en jeu le corps, entre ressemblance, vraisemblance et dissemblance, et de les lier avec les notions et oeuvres vu en Cours Magistraux d’His- toire des arts, Partie 2. Histoire des arts Partie 5 Cours encadré et dirigé par Rudy Rigoudy ayant pour sujet «Wall Street». Les étudiants de 2eme année de licence de- vaient produire des objets multimédias mettant en jeu le lan- gage du corps dans l’espace urbain et les lier avec le cours magistral d’Histoire des arts, partie 5. Hyperthéâtre Cours encadré par Emmanuel Houzé avec la participation de Lilyana Petrova consistant à mettre en lien théâtre et nou- veaux médias. Installation Multimédia Cours encadré et dirigé par Carole Brandon ayant pour su- jet «Rendre visible l’invisible». Les étudiants ont dû penser, concevoir et réaliser une installation multimédia en lien avec le cours d’Histoire des arts Partie 6. Logiciels Pro 1 & 2 Cours encadré et dirigé par Vincent Ingels. Les étudiants ont dû réalisé un très court métrage leur permettant de mettre en pratique les notions abordées pendant les TD de logiciels professionnels. Projet de Diplôme Les étudiants de 3eme de licence ont dû produire un projet qui est présenté pour la validation de leur diplôme. Ce projet s’inscrit dans les notions de communication et d’hypermédia qui sont le socle de la formation. Stratégie de Communication Cours encadré et dirigé par Jeanne Chauvin ayant pour sujet « la réhabilitation de l’ancien hôpital d’Annecy». Les étudiants ont dû produire une bande annonce, ainsi qu’un dossier complet de présentation de leur projet. LIENS INTERNET hyper-media.eu webtv.hyper-media.eu vimeo.com/hypercomm Facebook : Page officielle des permanents du département Communication/Hypermédia Magazine multimédia réalisé par Julien Hadjazi dans le cadre d’un stage L2 encadré par Rudy Rigoudy. Remercie- ments à l’ensemble des enseignants et des étudiants pour leur temps et leur travaux.
  47. 47. HYPERComM HYPERCOMM

×