Movieobjects MagazineSpartacus : des props sur Ebay                    w:             r vi e      I n te         ne r     ...
Le monde du cinéma ne se limite pas aux                                              films en salles, aux bluray : cest un...
ASublimes créatures                       dauthenticité du département cos-           des prix atteints par ses costumes  ...
La cité en quelques chiffres                                                                                              ...
dans le milieu. La visite de ce lieu em-                        quelques instants devant les loges        lentrée de la ci...
Mario Kirner est un jeune hommetrès occupé. Il passe tout sontemps à réunir tous les props dela saga Vendredi 13 disséminé...
sonnes qui montrent le même en- de trouver des gens qui ont travaillé costume de Jason X. Lun avait lethousiasme pour une ...
Photo © N. Leprêtre / Movieobjects MagazineExceptionnellement, à loccasion              le musée Gaumont doit se deviner  ...
bas commence ainsi la présentation,                                particulièrement fragile tant elle      tournage, ces d...
pour un moyen-âge qui sentait plu-                            voir. Le film de 1997 de Luc Besson                         ...
vanche la seule pièce du film que                                 bois du musée Gaumont, au sein             petite couron...
Lété 2012 était décidemment la          de rendre hommage à sa façon au           laquelle fut organisé cet évènement,péri...
DB5 de 1964 utilisée lors du tour-        une pièce dentrée très confidientielle,    la plaque dimmatriculation de cenage ...
vés sous verre, on trouvera égale-         pour le pistolet du nain de Scaraman- palais de glace erigé par Gustavment lint...
faisait également partie de lexposi-     de biens mauvaises postures. A ce     voiture de Casino Royale, tout y est,tion, ...
Photo © SyfyAvec Hollywood Treasure, Joe            avouée et assumée se résume dans          nel pour ceux qui regarderai...
1932 dans le film dhorreur White         lov. Lui indiquant quil pourrait en      sept cent milles dollars. Un peu plusZom...
Willy Wonka et la chocolaterie,           sors récupérés pour sa fabuleuse         originale du Grand Legislateur de laada...
table bienfaiteur. Au cours du trei-     Winston lui-même, Eric Lidoff, a be-     taurée. Il lui indique quil pourrait las...
Photo © Starz / Starz.comLa chaîne américaine Starz a créé              biais du premier site Internet du        laisse tr...
Movieobjects Magazine n°1
Movieobjects Magazine n°1
Movieobjects Magazine n°1
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Movieobjects Magazine n°1

745 vues

Publié le

Découvrez les coulisses du Musée Gaumont en exclusivité, parcourez et déambulez au cœur de la cité du cinéma de Luc Besson à Saint-Denis. Découvrez les costumes et les armes factices de la série évènement Spartacus en vente aux enchères.
Enfin, plongez dans la plus grande exposition de gadgets, costumes et objets de tournage issus de la saga James Bond au travers de l'exposition Designing 007.

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
745
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Movieobjects Magazine n°1

  1. 1. Movieobjects MagazineSpartacus : des props sur Ebay w: r vi e I n te ne r Kir M ario te sen p ré sée mu son 3 di 1 dre Ve n Mensuel - Numéro 1 Avril 201 3
  2. 2. Le monde du cinéma ne se limite pas aux films en salles, aux bluray : cest un univers immensément riche dont les créateurs sont nombreux. Si lon vous parle de props, cer- tains ouvrent déjà de grands yeux, se demandant de quoi on peut bien être en train de leur parler... Dans le langage technique et en traduction lit- térale, les props sont les accessoires de films, des objets indispensables, voir iconiques dansPhoto © N. Leprêtre / Movieobjects Magazinecertaines productions, comme le masque du tueur Ghostface, de la sagaScream. Sil existe un vrai marché outre-atlantique, le phénomène estpeu représenté en France. Pourtant des collectionneurs existent, et cer-tains se réunissent en associations.Avec Movieobjects Magazine, nous iront à leur rencontre, nous vous dé-voilerons lenvers du décors et vous entraîneront sur les lieux de leurfabrication. Pour ce premier numéro du magazine, partez avec nous vi-siter la cité du cinéma de Luc Besson, suivez lexposition Designing 007consacrée à James Bond, dont on fêtait le cinquantième anniversairecette année, et découvrez les secrets que renferme le musée secret duplus célèbre studio français, Gaumont. Nicolas Leprêtre, rédacteur en chef 2
  3. 3. ASublimes créatures dauthenticité du département cos- des prix atteints par ses costumes tumes de la production. dans Terminator), la société améri- près le carton planétaire de caine sest fendue de proposer un C la saga pour adolescents choix plus vaste dobjets issus des Twilight, une nouvelle série plateaux du film. Ainsi, on trouverade romans à destination des plus omme il la promis à plusieurs pièces intéressantes,jeunes a vu le jour sur grand écran. maintes reprises, Arnold toutes fournies avec certificats dau-Sublimes créatures est sorti sur nos Schwarzenegger revient à thenticité. La CB du shériff Owensécrans héxagonaux le 27 février lécran pour le plus grand bonheur est proposée à 499 dollars, fabri-2013 et pourtant, de nombreux ob- de ses fans, dans un film daction quée en résine, et ne fonctionne pas,jets issus du tournage du film sont dopé à la testostérone, bien plus même si le site semble indiquer quedores et déjà proposés à la vente di- quun coureur du Tour de France. cette information nest pas en leurrecte sur Internet par un Dans celui-ci, lacteur autrichien in- posession. Le carnet de notes de po-des pionniers du carne le shérif vieillissant dune licier de Schwarzenegger dans legenre : Premiere- petite bourgade non loin de la film est proposé à 400 dollars, saprops.com. frontière mexicaine. Cette dé- chemise de shériff à 700 dollars.Ainsi, on retrouve marquation sera la dernière Johnny Knoxville est également àquelques éléments que ne devra franchir, lhonneur avec son ensemble t-shirtclé du long-métrage sous aucun prétexte, vert / pantalon de camouflage pro-disponibles pour des un baron de la drogue posé à 1300 dollars, tandis que sonprix très variés, mais poursuivi par le FBI. Prêt à tout pour ours en peluche sans oeil est vendusomme toute fort abor- dables. faire sauter ce dernier verrou, len- pour seulement 300 dollars. Il y aPlus de soixante pièces sont mis en nemi ne reculera devant rien, mais donc pas mal de bonnes affairesvente depuis quelques semaines, au cest sans compter pour ce film mettantrayon desquelles on trouvera no- sur le shérif à nouveau en scènetamment le fameux livre de sorts Owens... Le film un Arnold Schwarze-que la jeune Lena utilise pour près est comme on les negger au top de sade 3500 dollars. Un prix raisonnable aime avec Schwar- forme.quand on analyse le potentiel dinté- zy : bourrin etrêt du jeune public pour le film. péchu, plein deComme à laccoutumée, Premiere- rythme et qui tientprops propose surtout un très large finalement seséventail de costumes du film sorti il promesses. Lesy a peu : on trouve en effet dispo- collectionneurs quinible trois robes portées à lécran aiment aussi lac-par Viola Davis, au prix respectifs teur dun purde 366, 458 et 899 dollars. Viennent point de vue propsensuite les costumes portés par les et costumes ne se- Photo ©Premiere Propsprincipaux centraux du film, comme ront pas en reste, dautant quela veste de jean dEthan (1500 dol- Premiereprops.com met en vente de-lars) ou encore son ensemble puis quelques jours avant la sortiepantalon / chemise à carreaux bleu du film sur écrans larges une largeet blanc, proposé à 1400 dollars. Sa gamme de pièces issues du tour-paire de lunettes est également mise nage.Evidemment, si lon trouve lesen vente pour 600 dollars seule- deux costumes portés par le comé-ment. Pour lheure, tous ses dien fétiche des années 80 à lécrancostumes sont certifiés vendus en pour des prix variant entre 1500 etlétat accompagnés dun certificat 2500 dollars (on est encore très loin 3
  4. 4. La cité en quelques chiffres 2 200 m² pour la salle de projection 3 800 m² pour le restaurant 4 000 m² pour les bureaux 6 000 m² pour la nef centrale 8 000 m² pour lÉcole Louis Lumière 9 500 m² pour les 9 studios 19 000 m² pour le siège de EuropaCorpPhoto © N. Leprêtre / Movieobjects MagazineLuc Besson a réalisé son rêve, celui dredi 21 Septembre 2012 en pré- Cinéma. De lancienne centrale dEDF,de voir la France dotée dune Cité de sence de nombreux journalistes, les architectes ont gardé la verrièreCinéma et de studios flambants personnalités et stars dHollywoood principale et ses poutres gigan-neufs prêts à accueillir nombre de dont Robert de Niro et Michelle tesques, quelques turbines en centraltournages. Pfeiffer. Tous les deux étaient en redorées pour loccasion et un treuilSi le projet est différent de ce qui effet présents dans le cadre du tour- semblable à ceux des chantiers na-avait été annoncé il y a de nom- nage du nouveau film de Luc Besson vals. Sur la porte dentrée vitrée, onbreuses années (Luc Besson voulait Malavita. Ce dimanche, les profes- retrouve le logo de la société de Luccréer un Parc Universal à la Française sionnels ainsi que leur famille ou Besson, EuropaCorp, et bien sûr leavec visite des studios, attractions au- amis étaient invités eux aussi à dé- logo de lEcole Louis Lumière qui atour de ses films, multiplexe emmenagé dans lescinéma) pour des raisons lieux. Pour cette ouver-évidentes de budget, la crise ture publique, desfinancière est passée par là, photos de stars et dela cité, qui a necessité un lévolution du chantierbudget global de 180 mil- de cette cité du cinémalions de dollars dont 30 sont disséminées un peupour les studios de tour- partout. Un partenairenage, est bien réelle et nous culturel, Europa Park,y voilà propulsés pour une basé non loin de Stras-première visite inédite, bourg, assurequelques jours seulement lanimation pour les en-après son ouverture offi- Photo © N. Leprêtre / Movieobjects Magazine fants et distribution decielle. Repoussée à de casquettes, bonbons etnombreuses reprises, linauguration couvrir les lieux. On est flyers du parc. De chaque côté dude la Cité du Cinéma made in Besson immédiatement surpris par limmen- hall se dévoilent dautres bâtiments,a été réalisée en grandes pompes ven- sité du hall principal de cette cité du dont lEcole Louis Lumière, reconnue 4
  5. 5. dans le milieu. La visite de ce lieu em- quelques instants devant les loges lentrée de la cité pour cette journée,blématique restera cependant de tournage dissimulées entre deux une note attire notre attention : Leinterdite et repoussée à une date ulté- studios. On notera également les ca- Cinquième élément. On se prête àrieure. mions de tournage garés devant la rêver de voir des décors et desArrivés au bout du hall sur la droite, façade du bâtiment. Nous arrivons props. Déception au final , puisquenous retrouvons le noveau siège so- au studio nous attend danscial de la société Europacorp. Là aussi 5, lun des ce studio un seulaucune visite ne sera autorisée, bien plus objet, mais deque les photographies aient été auto- grands, uti- taille : la fameuserisées. On garde en mémoire les lisé voiture de policeanciens locaux parisiens plus exigus, justement bleue volante dunon loin des Champs Elysées. Ici, tout pour le film en tailleest bien plus imposant et moderne. tournage réelle, montée surSur la gauche, des stands de restaura- du nouveau un attirail en aciertion nous attendent pour cette film de Luc capable de la sou-journée avec crêpes, barbapapas et Besson, Malavita. lever et de lui imprégner quelquebien sûr une boutique éphemère avec Les photos y sont interdites pour mouvement. On distingue sur se car-goodies aux couleurs de la cité du Ci- cause évidente de discrétion et de rosserie les scratchs consécutifs aunéma : mugs, t-shirts, porte-cléfs, etc. secret professionnel. Nous sommes tournage de 1997. Une bien belleNous surplombons à ce niveau la ca- invités à pénétrer dans le décor du pièce mais cest très peu. On auraitfétéria de la cité. Ici également, la film. Nous rentrons dans une Maison aimé un petit musée dobjets cinémahauteur du lieu saisit. Nous y descen- Normande avec un intérieur assez dans cette cité, à linstar du muséedons pour une pause boisson. Dune rustique (vu de lextérieur, nous Gaumont au coeur de Neuilly-sur-capacité de deux cents couverts, ce pouvons voir les échafaudages en Seine. Nous finssons notre tour parlieu de restauration nest pas sans bois), avec des pavés sur le sol, des un dernier plateau totalement vide, lerappeler les open spaces de ces fausses poutres en plastiques fini- studio 8. Les studios par lesquelsgrandes entreprises américaines. tion bois, une cuisine à lancienne et nous sommes passés se révèlent bienNous sortons par une porte et nous une chambre équipée. Nous sortons différents au final, variés dans leursrendons vers les studios de Tournage. dans le centre du studio et nous re- dimensions et leur enchevêtrement.Ceux qui auront déjà visité les stu- trouvons dans le jardin. Un superbe Celui utilisé pour le tournage de Mal-dios Universal ne seront pas du tout décor avec dun côté un bois, au avita est lun des plus grands. Avantdépaysés, même si la hauteur des bâ- fond une 2CV et dautres bâtiments, de terminer, les studios proches dutiments américains est plus un grand jardin dans lequel on re- hall central nauront plus de secret.démesurée. On retrouve sur les bâti- marque un trou et une pelle posée à Notre visite touche à sa fin, nousments les côté. Supposition nous lançons dans un ultime tour dufameux chiffres vu le pitch du hall principal. Restera à découvrir lades studios. film : une tombe salle de projection privée de cinqPour cette jour- pour une victime cents places, les écoles et Europacorpnée de ? Nous pénétrons lors dune prochaine visite. Les soi-découverte, ensuite dans rées inaugurales de sorties de filmsquatre studios latelier, propo- labellisés EuropaCorp sannoncentsont ouverts. sant sur la table mémorable dans un tel environne-Dans le pre- une vieille ma- ment.mier, des Photo © N. Leprêtre / Movieobjects Magazine chine à écrire et Nous tenons à remercier particulière-chaises ont été disposées dans un im- des bibelots sur les côtés. Nous sor- ment Europacorp pour cette visite etmense espace vide devant un écran tirons du décor par cet atelier. Une bien sûr Luc Besson pour avoir conçuimmaculé sur lequel est projeté un belle exclusivité de pouvoir visiter ce ce lieu unique.petit film consacré à la cité du Ciné- décors dun film en production. Onma, de sa conception à sa livraison. ira très certainement voir le filmIntéressant. Nous passons au studio lannée prochaine avec ces images ensuivant, non sans nous arrêter tête. Sur le petit dépliant fourni a 5
  6. 6. Mario Kirner est un jeune hommetrès occupé. Il passe tout sontemps à réunir tous les props dela saga Vendredi 13 disséminés àtravers le monde pour alimenterson musée. Pourtant, le travailsannonçait titanesque. Il nouslivre ses impressions sur sa viede collectionneur, sur leséchanges avec ses homologuescollectionneurs et sur ses débuts.M.O. : Comment en êtes-vous arrivéà collectionner les props de films ?En faut, jai commencé à faire la Photo © M. Kirner / Fridaythe1 3thprops.decollection dobjets de Freddy,Jason et Terminator quand javais même pas Internet, alors je stockais Non, ces articles sont uniquement11 ans. A cette époque, je recher- et je me satisfaisait de ma petite col- destinés à être exposés et pas à êtrechais des coupures de presse, des lection. Plus tard, jai trouvé des utilisés dans un contexte détourné.auto-collants, des affiches, des ma- articles via Internet et via plusieurs Ce sont des éléments importantsgazines, et tout ce qui pouvait me collections. Parfois on me proposait dans la composition des films où ontomber sous la main. Jai toujours des originaux, qui savéraient mal- les aperçoit et ce serait en détourner rêvé dacquérir heureusement être des faux. leur nature première. le masque de Jason et le gant M.O. : Collectionnez-vous pour expo- M.O. : Quel est le prix le plus élevé de Freddy Krue- ser ? Sinon, dans quel but ? que vous ayez payé pour un prop, et ger. Il y a 20 ans, lequel ? le marché des re- Pas exactement. Je suis collection- plicas nétait pas neur par plaisir et jacquiers des Cest difficile à dire. Jai payé de trs dévelop- pièces pour mon musée personnel. grosses sommes dargent pour cer- pé comparé Toutefois, jorganise des expositions taines pièces mais il mest arrivé à ce quil est pour montrer mes objets en ligne à dobtenir des props gratuitement, en aujourdhui. travers mon Online Museum. De par étant au bon endroit au bon mo- On ne pou- le monde, le gens peuvent voir ce ment. vais se quil reste de films produits et de ce connecter qui reste des accessoires qui y sont M.O. : Quelle fut votre plus belle ren- sur un exhibés. Jaimerais bien sûr les utili- contre avec des collectionneurs ? forum, ser pour organiser de vraies aller sur expositions officielles. Si le conser- Je fais partie dun cercle de collec- ebay et vateur dun musée dédié au cinéma tionneurs venant dAllemagne, de comman- souhaite organiser une exposition Grande-Bretagne et des États-Unis. der de sur les films de la saga Freddy, je se- Nous nous rencontrons une fois par tels ar- rais intéressé. A ce sujet, je vous an à Londres au moment denchères ticles par livre des photos exclusives. organisées par Christies. Bien sûr, un simple on se rencontre quand je me rends clic. On M.O. : Utilisez-vous vos props dans au USA chaque année. Il est toujours navait dautres films ? agréable de rencontrer des per- 6
  7. 7. sonnes qui montrent le même en- de trouver des gens qui ont travaillé costume de Jason X. Lun avait lethousiasme pour une passion sur ces films, et voir si la production masque, lautre le t-shirt, etc.commune. ne leur aurait pas fait cadeau de cer- taines pièces. Parfois tu as de la M.O. : Posséder des props change-t-ilM.O. : Avez-vous fina- votre façon de revoirlement encore un un film ?graal, une quête ultime? Lune des choses que la plupart des collec-Il y a toujours un prop tionneurs dira cesten particulier que tu "oui". Ça change endésires par dessus effet profondément latout, et quand par façon de voir le film.chance tu lobtiens, un Tu fais beaucoup plusnouvel objet devient attention aux acces-ton graal. Et ainsi de soires utilisés à lécransuite. Sur la liste des quaux acteurs eux-objets que je désire mêmes. Tuacquérir depuis long- commences à distin- Photo © M. Kirner / Fridaythe1 3thprops.detemps, il y a le costume de Jason chance et on te donne plus que ce guer la différence entre les props :dans "Jason goes to Hell". Jaime sa que tu espérait, mais il faut aller animatroniques, stunt props, props,taille, mais on verra à lusure ce quil plus loin pour compléter, comme un etc. On ne voit pas tous ces détailsdeviendra. Ces pièces sont vraiment jeu de piste. Sur les photos du film, quand on nest pas un collection-difficiles à obtenir. Ce ne sont pas on voit que certains collectionneurs neur, ou quand on ne passe pas sondes objets que lon peut acquérir au ont la pièce qui te manquent ou réci- temps à étudier les props souscours dune de ces enchères organi- proquement. Par exemple, ça ma toutes les coutures.sées pour le compte dun studio qui pris 4 ans et jai du rencontrer 5 per-vient de sortir son film... Lidéal est sonnes différentes pour compléter lePhoto © M. Kirner / Fridaythe1 3thprops.de 7
  8. 8. Photo © N. Leprêtre / Movieobjects MagazineExceptionnellement, à loccasion le musée Gaumont doit se deviner Traversé un étroit patio extérieur, ondes journées du patrimoine 2012, pour être trouvé. Rien ne laisse en plonge alors dans un enchevêtre-le musée Gaumont consacré au ci- effet supposer la présence dune ment de couloirs, conçus, dirait-on,néma de la marque au pissenlit a telle mine culturelle au milieu des pour ny pouvoir jamais se répérer.ouvert ses portes au public, ac- immeubles résidentiels qui se La présence dun guide dont laccou-cueilli au compte-goutte sur structurent autour de la célèbre tumance aux lieux est rassurante,invitation très sélect. place du maché, qui longe lavenue permet de ne pas ségarer au coeurQuelques dizaines de privilégiés ont du général de Gaulle. Un vigil permet dun dédale, générateur dune impla-ainsi pu découvrir pour une pre- toutefois déveiller quelques soup- cable claustrophobie. Finalement, aumière mes entrailles de ce musée çons quant à la richesse de contenu bout de quelques sueurs froides etjusqualors réservé aux étudiants et que recèle lendroit. Un sas, composé jeux plus ou moins audacieux deaux professionnels du septième art. de plus de couches quun oignon, train fantômes, larrivée dans la salleLa visite guidée, complète et dune permet enfin, une fois les autorisa- principale du musée donne à tous degrande qualité pédagogique, dure tions et invitations nécessaires pousser un immense "ouf" de soula-environ une heure trente; durée à la- présentées, de pénétrer dans ce haut gement. Il faut dire quon aquelle il faut ajouter un lieu de la mémoire ci- limpression davoir passé destemps de pro- nématogra- heures dans un labyrnthe dont onjection dans phique imaginait ne plus pouvoir sortirla salle vivant. Le musée Gaumont révèleprivative dentrée, une fois pénétréeaux allures cette salle principale, certainsde ces an- trésors aux yeux voracesciennes salles venus explorer des mer-emitoufflées de feutre veilles dont seuls les plusdes années soixante. chanceux avaient pu seule-Situé en plein coeur de Neuilly-sur- ment entendre parler, sansSeine à quelques encablures de Paris, . même pouvoir les observer. Ici- 8
  9. 9. bas commence ainsi la présentation, particulièrement fragile tant elle tournage, ces deux pièces sont si-par une conservatrice à léloquence sèche à la lumière. Et force est de gnalées par de discrets panonceauxaisée, de quelques pièces issues des constater que depuis 1997, labsence de la taille dune carte de visite,films les plus frappants de la saga de soins prodiguées par les mains mentionnant leur provenance et leurGaumont entamée au début du expertes dun Dan Ohlmann (direc- rôle dans le film. Ce ne sera pas lesiècle, non sans teur du musée cas de toutes les picèes exposées,pléthore de rap- Miniature et ciné- loin sen faut. Pour le moins, celles-cipels effectués ma de Lyon) ou aurton au moins droit à ce traite-quant aux condi- dun Tom Spina ment de faveur. Ce qui frappe letions de la (restaurateur de visiteur avide tout au long de cettecréation de la so- props à Los An- escapade de lautre côté de la camé-ciété. Les locaux geles) a tôt fait de ra, cest la variété des films choisisarborent un luxe laisser prériclyter comme représentants de lart tenta-peu ostensible, lobjet, devenu culaire et ecclectique de la Gaumont.tout en retenue. trop friable pour Outre les objets précédemments dé-Une confortable être manipulé en couverts du film Les Visteurs 2, cestlaine au sol toute sécurité. Aux un autre long-métrrage historiquepermet dévoluer côtés de ce que lon retrouve bientôt mis àà pas feutrés masque quelque lhonneur. Réalisé par Luc Bessondans ce décor peu vermoulu pour Gaumont et mettant en scèneboisé, dont les (dont on appren- une jeune Milla Jovovich pleinemurs sont pour la Photo © N. Leprêtre / Movieobjects Magazine dra quune dune fraîche candeur, Jeanne Darcplupart recouverts dessences synécure est bientôt envisagée) dévoile ici quelques costumes récu-claires. Les lumières sont loin dêtre siègent deux autres objets qui nont pérés du département éponyme pouraveuglantes et offrent pourtant une pas eu à craindre les effets de ce les exposer dans un étonnant état devisibilité parfaite sur les pièces ex- manque de sécurisation. En effet, le conservation. A labri de la lumière,posées. Les conditions les meilleures heaume, ainsi que les chassures, de la poussière, du contact dessont réunies pour que la visite tous deux en métal forgé, portés par doigts les plus curieux, ces mer-puisse être des plus agréables. Les Jean Réno dans le second volet des veilles sexhibent tels des fleurs auxcommentaires qui nous serontdispensés au cours de celle-ci serontun plus non négligeable, point surlequel il conviendra dinsister àlheure du bilan. Première constata-tion qui attire le regard : lesquelques pièces exposées, si elles nesont pas très nombreuses, restent àporter du regard naturel. Point decloche, même de plexiglas, pour pro-téger ces ouvrages pourtant déjàvictimes des âfres du temps. Unavantage qui présente lui-même sonpropre inconvénient. Ainsi, cemasque de Mangalore original, issudu tournage du Cinquième Elémentde Luc Besson, présente déjà fis- Photo © N. Leprêtre / Movieobjects Magazinesures et craquelures à peine quinjze aventures de Visiteurs (Gaumont, pétales persistantes et des robesans après la fin de son utilisation sur 1998), ne laissent paraître aucune écloses. Cest le cas notamment deles plateaux. Fabriqué à partir dun détérioration. On en vient à se de- lune des robes magnifiques portéesmoule original, il a été coulé dans de mander sils nont pas été restaurés par Faye Dunaway dans le film : cor-la mousse de silicone, qui savère pour lexposition. Récupérés du setée, volumique, un brin glamour 9
  10. 10. pour un moyen-âge qui sentait plu- voir. Le film de 1997 de Luc Besson shawan que Luke Perry serre nerveu-tôt le fumier et les odeurs est également bien représenté par sement dans ses bras lors depestilentielles de la cour des mi- dautres objetss issus du tournage. larrivée des créatures difformes auracles. Une armure grandeur nature La tête de Mangalore que lon décou- début du film est également ouvertà ses côtés vient rap- sur la table au devantpeler que le de la tête du Manga-long-métrage de Luc lore.Besson se voulait di-dactique, amenant le Luc Besson est déci-spectateur à une demment à lhonneurproximité accrue avec au sein du muséela pucelle dOrléans Gaumont. Non pasqui avait décidé, dans que le réalisateurun coup de bouttoir nait activement oeu-ésothérique, de re- vré pour lepouser les anglais rayonnement de lahors de lhexagone. firme à travers leOn vit en direct une monde, cest avechistoire de France Photo © N. Leprêtre / Movieobjects Magazine Léon que lon dé-dans ce musée Gaumont, tandis que vrait à lentrée de la salle principale couvre une nouvelle facette de sonle futur nest pas très loin, attirant le du musée sera en effet suivi dune corpsus cinématographicus au coeurchaland comme seule la science-fic- succession daccessoires de la collection privée avec lours ention peut parfois sen vanter. Car si fourmillants, révélant notamment la peluche que tient dans Léon uneles pages dhistoire de France racon- richesse du travail effectué sur les toute jeune actrice au destin quitées par Les Visiteurs 2 ou Jeanne props par les équipes techniques de sannonce étonnant (en passant pardArc seffeuillent au gré de nos pas, Gaumont pour donner au film sa pa- Star Wars) et qui connaitra son apo-on ne peut, pendant cette visite du tine pittoresque, empreinte de la gée avec un Oscar pour son rôle demusée sous-terrain, sempêcher de vision si particulière dun futur né de danseur tragique dans Black Swan, lalorgner du côté de ce taxi jaune, in- laggrégation de strates historiques comédienne Natalie Portman.éffable pièce maitresse de la quil ne renie pas. Ainsi, les fameux Léon est un autre volet de la carrièrepremière séquence du Cinquième quatresElément, lors de laquelle Korben élémentsDallas voit Leeloo (encore incarnée manipulés parpar la sémillante Milla Jovovich) at- le père Cor-térir de façon impromptue dans sa nélius lors devie. Réalisée à léchelle 1:6, la ma- la séquence fi-quette que lon découvre sans nale duaucune protection, à labri daucun long-métrageregard, prête à décoller et à sen aller sont-ils expo-pour de bon, cette miniature issue sés dans leurdu tournage dun des premiers plans malette dedun des derniers Besson avant lère transport, tout Photo © N. Leprêtre / Movieobjects MagazineEuropacorp offre quelques frissons. en détails. Le feutre qui en tapisse le internationale du réalisateur de Sub-La patine de la peinture griffée ac- fond est magnifiquement conservé, way, et le musée Gaumont a eucroche la lumière ambiante, certes et sa couleur pourpre totalement grand soin de récupérer cette pièceartificielle, de façon savante qui ne mise en valeur par léclairage artifi- unique que la jeune et talentueuselaisse rien au hasard. Les détails de ciel de la salle. Les éléments en comédienne promenait dans unrésine semblent neufs, bien que len- eux-mêmes, pourtant fabriqués à monde dadultes brutaux et sangui-semble ait plus de 15 ans dâge. A sa base de chêne-liège, rappellent par naires, comme caution du monde deplace dans un musée, cette merveille leur texture savamment travaillée la lenfant quelle finira par quitterreprésente sans conteste lartefact à pierre de gray. Enfin, le livre Mondo- sous les contraintes. Ce sera en re- 10
  11. 11. vanche la seule pièce du film que bois du musée Gaumont, au sein petite couronne, dont les trésorslon sera amenés à découvrir dans desquels se trouvent engoncés de nous étaient savamment tenus ca-les entrailles du très étroits tiroirs. chés. Désormais, nous saurons cemusée Gaumont, Ceux-ci recèlent que contiennent ces entrailles sous-avant-goût dune dinestimables terrain, au coeur dune cité dontdernière partie de pièces de collection, lessor lié à la culture (notammentvisite plus intimiste, comme des affiches par limplantation de nombreuxproposant un large originales sérigra- sièges de sociétés de production, deretour dans le phiées, dont la sociétés de télévision, ou simple-passé.Trônant au conservatrice du ment la SACEM) nest plus àcentre de la pièce musée prendra soin démontrer. Le musée a refermé sesprincipale de ce de les manipuler grilles sur des cassettes auxquellesmusée à dimension avec des gants de le septième art a porté un crédit cer-humaine, la ma- feutres immaculés. tain, en les rendant semblables à desquette de lancien Au titre de ces af- objets de collection. Désormais cescinéma concurrent fiches, notamment pièces sont protégées de lappétit fé-du Grand Rex, le Photo © N. Leprêtre / Movieobjects deux versions origi- roce des collectionneurs et desGaumont Palace, nales dun très spéculateurs du monde entier, quidévoile avec quelques détails fidèles grand film Gaumont : les tontons aimeraient voir évoluer en leur por-à la réalité lempreinte marquée sur flingueurs. Les affiches peintes tefeuille le taxi de Korben Dallas oule quartier de la rue Caulaincourt par laissent éclater des couleurs cha- lours en peluche de Mathilda dansce magnifique paquebot, qui comp- toyantes noyées dans dintenses Léon. Le musée continuera detait en son sein plus de six milles noirs. Ce sera là cependant tout ce permettre à ces objets de vivre àplaces assises à son apogée. On dé- que nous serons autorisés à décou- labri des regards indiscrets quicouvre sur cette méticuleuse vrir de ce trésor culturel : notre pourtant sen sont régalé sur grandminiature les artères qui la joux- visite touche en effet à sa fin. Non écran. Les souvenirs, eux, resteronttaient, son toit de bac acier en laiton, sans terminer sur une projection tenaces, grâce aux clichés notam-les modénatures de sa façade ro- privée dans la salle particulière du ment pris sur place, avec laimablemanesque post-moderne pourtant musée, voilà que les visiteurs se re- autorisation de lexperte conserva-académique. Chaque détail a été soi- trouvent néanmoins repus de trice du musée Gaumont.gné avec un grand art. Autre trace de découvertes, de trésors dévoilés auce retour dans le passé, ces murs de plus secret dun intimiste musée dePhoto © Google Street View 11
  12. 12. Lété 2012 était décidemment la de rendre hommage à sa façon au laquelle fut organisé cet évènement,période pendant laquelle il fallait se plus célèbre agent secret du Mi6 en a également tourné outre-atlantiquerendre à Londres. Outre les jeux lui consacrant ce qui à ce jour est la dans la ville de Toronto au Canada,olympiques orchestrés par un plus grande exposition de costumes, compte tenu du succès rencontré àDanny Boyle transcandé, linstitut de gadgets, de props et de miniatures Londres. De très nombreuses vidéosBarbican préparait ce qui sannon- issus des vingt-trois films que compte promotionnelles de Designing 007çait comme une des plus prolixe désormais la collection James Bond. se sont fait jour sur Internet peuexposition de gadgets, costumes, Vingt-trois films étaient en effet re- après la fin des Jeux Olympiques, etmaquettes et gadgets la télévision anglaise senoriginaux de la saga est évidemment largementJames Bond, organisée fait lécho. Au menu deà loccasion de la célé- ces nombreuses vidéosbration des cinquante exclusives, des entretiensans de la saga de Ian avec des personnages cléFleming, entâmée en de la saga, comme Sir Ken1962 avec "James Bond Adam, chef décorateur decontre Dr. No" . génie à qui lon doit les2012 sest révélée intérieurs de nombreuxcomme une véritable épisodes comme On ne vitannée britannique. Le que deux fois, ou encorecinquantenaire Goldfinger. Cest égale-dexistence de la saga cinématogra- présentés, car Skyfall, le ment à lui que lon doit, il senphique James Bond 007 avait été vingt-troisième film, était également explique dans une des deux vidéoscélébrée comme il se doit lors du de la partie, sous une forme pour au- (que vous pourrez visionner enfestival international du film de tant plus confidentielle que les scannant le QR code à la fin de cetCannes en mai. Du 6 juillet au 5 sep- vingt-deux long-métrages précédents. article), lintérieur et les gadgets sa-tembre, le musée Barbican décidait Designing 007, cest lappellation sous vamment conçus de lAston-Martin 12
  13. 13. DB5 de 1964 utilisée lors du tour- une pièce dentrée très confidientielle, la plaque dimmatriculation de cenage de Goldfinger. Cette voiture indiquant très simplement sur un même véhicule dans Goldeneye. Unfantasmatique fut vendue, pour rap- mur en lettres dorées le nom et le jeu de piste intéressant pour révélerpel, plus de quatre millions deuros thème de lexposition, ornés dune les nombreuses vies de cette voiture(trois et demi millions de livres ster- immense "007". Nous voici prévenus. anglaise et plus particulièrement deling) lors dune vente aux ce modèle dans la sagaenchères organisée par la so- Bondienne.ciété britannique Bonham en Après la statue de cireoctobre 2010. Les vidéos qui grandeur nature de Seanannonçaient lexposition De- Connery, cest une autre fi-signing 007 étaient pourtant, gure de Goldfinger qui a étémalgré leur aspect didac- reconstituée dans le maté-tique, bien loin de nous riau favori de Mme Tussaudpréparer à une telle pro- sous les traits de Shirleyhéminence du génie créatif Eaton, cette jeune femmequi a été à lorigine de cette assassinée recouverte duneunicité de la saga Bond. Il ne fine couche dor sur linté-fallait en effet pas moins de gralité du corps. On laquatre cents éléments origi- retrouve sur son lit tellenaux exposés entre les murs du Avec le thème de John Barry joué en que Bond la découvre dans le film demusée Barbican pour permettre aux musique de fond, on pénètre dans la 1964. Un souci de réalisme saisis-visiteurs de saisir une partie de lim- salle, et cest très bien amené, par ce sant nous plonge encore davantagemense étendue des talents qui ont qui ressemble au canon utilisé pour dans lambiance de la saga, avec ceconcourru à créer la magie de cette lintroduction de chaque film de la lancinant fond musical battant tou-saga cinématographique, à ce jour saga à lécran. On ne sen rend compte jours tympa. Lor occupe dailleurssans égale. Parmi ces innombrables quavec un regard jeté furtivement à une place de choix dans cette expo-pièces de musée, ce seront des ma- ceux qui nous y succèdent, mais sition, à tel point quune sallequettes authentiques, des costumes, leffet est alors garanti. Une fois passé complète lui est consacré. On y re-des gadgets issus des tournages que ce sas, une suprise nous attend. En trouve bien évidemment les conceptnous auront loisir dadmirer, sous effet, le premier tableau mis en scène arts de Ken Adam, notamment ceuxverre pour la plupart, orné dune dans lexposition présente lAston- du célèbre Fort Knox que Goldfingerplaque explicative nécessaire à un Martin DB5 utilisée survéritable exercice pour enseigner le le tournage de Golde-novice ou conforter le fan averti. Ici neye. Et là, il fautcependant, on ne trouvera pas de vé- préciser que la statuehicule en taille réelle, hormis la BMW de cire représentantRT 1200 du Monde de suffit pas. Ce avec une très grandegenre dexercice fut le point fort précision Sean Connerydune précédente exposition de véhi- est là pour scénarisé lecules issus de la saga, intitulée Bond héros britannique auin Motion. On y croisait la petite volant de son AstonNelly, les différentes AMC Matador dans Goldfinger. Horsou autre modèle, les innombrables cette voiture-là nestmodèles de BMW de lère Pierce pas celle utilisée enBrosnan, ou enfin les mythiques 1964 mais en 1995 pour le film de se met en tête de cambrioler, maisAston-Martin : la DB5 de Goldeneye, Martin Campbell. Mais pas unique- également une imitation de lingotla Vanquish de Meurs un autre jour ment. En effet, les connaisseurs dor dédicacé par Sean Connery issuou encore la Volante de Tuer nest reconnaitront la plaque minéralo- du tournage. Il sera dailleurs lunpas jouer, pour ne citer que celles-ci. gique BMT 216A que la voiture des rares à être préservé dans unNos premiers pas effectués au sein arbore... dans Skyfall. Il faut revenir parfait état depuis 1964. Au rang dedu musée Barbican, on arrive dans au numéro BMT 214A pour retrouver ces dessins magnifiquement conser- 13
  14. 14. vés sous verre, on trouvera égale- pour le pistolet du nain de Scaraman- palais de glace erigé par Gustavment lintérieur du jet du ga) qui est bien évidemment Graves en iceland dans Meurs unmilliardaire, tandis que nombre de présentée avec toutes les protections autre jour, trois vitrines contiennentpersonnages du film seront pour certaines des combi-mis à lhonneur. Ainsi, on naisons de ski utilisés dansdécouvrira non sans une certains des films pré-certaine nostalgie le cha- cédemment cités, maispeau melon de Oddjob, également quelques véhi-dont celui-ci se sert comme cules qui ont marqué lesdune arme particulièrement esprits. Outre le motoneigedangereuse, au point que jaune et rouge que lonson revers metallique le aperçoit dans Meurs unrend capable de décapiter autre jour, on découvre leune statue de pierre dans concept de fusée issue duun affrontement contre 007. tournage de ce dernier filmAu rayon des objets dorés lorsque Bond tente déchap-affectionnés par les ennemis de qui simposent. Au rayon de ces per au rayon laser du satelliteJames Bond, une des plus belles armes typique de lunivers de Bond, il manipulé par Graves. Qui dit Jamespièces (que lon aperçoit dans lune faudra bien évidemment citer aussi le Bond dit évidemment miniatures endes vidéos promotionnelles évo- fameux Walther PPK dont deux exem- tous genres. En effet, la saga naquées plus tôt) reste sans nul doute plaires sont présentés sous verre, jamais été avare dans leur utilisa-le pistolet dor de Francisco Sacar- dont lun équipé de fameux silencieux tion, même à lheure de lavènementmanga, le tueur délite héros du film (on laperçoit très nettement dans des effets visuels calculés par ordi-éponyme. Celui-ci, issu du tournage Goldeneye par exemple). Regroupés nateur. Evidemment, les plus vieuxdu film de 1974 est constitué de son par thèmes, les objets donnent par- films de la collection sont surtoutstylo pour le canon, de létui à ciga- fois lieu à des compositions insolites. concernés, mais quelques surprisesrettes pour constituer pour une part Ainsi, la pièce du musée Barbican ap- sont réservées aux visiteurs de Desi- gning 007. On retrouve pêle-mêle quelques pièces fabuleuses : la mi- niature du téléphérique de Rio filmée lors de la séquence de pour- suite entre bond et Requin dans Moonraker, la miniature dun char utilisé dans Goldeneye lorsque Bond tente de stopper le train blindé dUrumov (maquette que lon avait eu le bonheur de retrouver dans une précédente exposition en 2001), le jet privé de Goldfinger, lAMC Mata- dor avec ses ailes ajoutées de Scaramanga dans Lhomme au pisto- let dor ou encore une navette Moonraker 3 issue du tournage dula crosse du pistolet, pour lautre sa pelée "The Pit" retrace les expériences film éponyme. Quelques autres ma-détente. Enfin, on distincte très net- de neige de James Bond, qui furent quettes attireront loeil comme cetement le briquet qui constitue la particulièrement nombreuses quand modèle détude de la Lotus Espritchambre du pistolet, dans laquelle la on considère des films comme sous-marine de Lespion qui mai-balle est introduite avant dêtre tirée. Lespion qui maimait, Rien que pour mait, ou encore celui de laUne pièce unique estimée au- vos yeux, Le Monde ne suffit pas ou mongolfière utilisée lors du tour-jourdhui à plus de 50 000 dollars (il Meurs un autre jour. Dans cette salle, nage dune scène dOctopussy.faut compter plusde 3 500 dollars outre une magnifique miniature du Limmeuble de Carver à Hong Kong 14
  15. 15. faisait également partie de lexposi- de biens mauvaises postures. A ce voiture de Casino Royale, tout y est,tion, sous cloche de verre, citre, lexposition Designing 007 met ou presque. On ne pourra pas man-particulièrement bien conservée. en avant quelques uns de ceux qui quer non plus le téléphone EricssonOutre ces miniatures que lon peut ont créé la légende au cours des cinq contrôleur de la BMW 750i dans Lequalifier de "classique", il fallait dernières décennies. Parmi ceux-ci, onmonde ne suffit pas ou encore la ca-prendre son temps pour découvrir trouve tout mera super 8 qui devient unquelques perles. Les fans de Golde- dabord fus il à longue portéeneye étaient ravis de retrouver Boris, cer- dans Tuer nest paslingénieur farfelu qui finit totale- jouer. Liconiquement congelé lors de machoire en acierlexplosion finale du film du tueur connude Martin Campbell. sur le nom de RequinCelui-ci est en fait (Lespion qui maimait, Moonra-une reproduction ker) était également exposé dans saen silicone avec de la taine version authentique, provoquant laglace réalisée à base de résine, s reliques folie de certains spectateurs les plusdans un étonnant de conservation dune guerre froide nostalgiques.depuis 1995. Une autre miniature qui a cristallisé toutes les tensionsparticulièrement intéressante attire entre les deux super-puissances. Lesnotre regard. Il sagit dune minia- chaussures à lame rétractable de Rosature détude qui a servi à tourner les Klebb dans Bons baisers de Russieintérieurs dans la séquence finale de sont de ces armes qui nous ontCasino Royale à Venise. On y dé- distrait, tout comme cette malette àcouvre le chemin des caméras, la lame également rétractable utiliséeposition des verrins hydrauliques, et dans de nombreux films des annéesdautres éléments particulièrement 60 et 70. Ce sont surtout les gadgetsinstructifs quant à la réalisation de de Bond qui attirent le regard au dé-la séquence. Le plateau, lui, sera bien tour des vitrines étalées devant nossûr réalisé dans le hangar 007 des yeux. Le plâtre lance-grenade de Qstudios Pinehood dans la banlieue de dans Le monde ne suffit pas, le cigareLondres. Lapport incontestable de Q qui permet à Bond de respirer sousà la saga James Bond sont les mul- leau dans Opération Tonnerre, létui àtiples gadgets qui permettent le plus cigarette perceur de coffre-forts utili-souvent à lespion anglais de se tirer sé dans Moonraker, le défibrilateur de 15
  16. 16. Photo © SyfyAvec Hollywood Treasure, Joe avouée et assumée se résume dans nel pour ceux qui regarderaient fina-Maddalena, fondateur de la société les mots de son créateur : "Mon nom lement les films autrement. Un bonde ventes aux enchères Profiles in est Joe Maddelana. Je pars en quête résumé.History, sest mis en tête de donner des trésors merveilleux des films et La saison 1, par laquelle nousdes vertiges aux collectionneurs de séries TV à travers mon émission, et commencerons dans ce numéro deprops et aux fans de cinéma du je les mets aux enchères afin de les Movieobjects Magazine, comprendmonde entier, en les entrainant adjuger pour des prix que vous vingt-quatre épisodes. Le premier,parfois dans des tourbillons démo- noseriez même pas imaginer. Avec intitulé " que les enchères commen-tions. toute mon équipe denquêteurs, çent", nous amène sur les traces dePari réussi avec cette série documen- nous parcouront le monde afin de cette famille daméricains de Chicagotaire initiée en 2010 sur la chaîne dénicher les pièces les plus rares, les qui a retrouvé dans son grenier leaméricaine Syfy, et qui a continué trésors dHollywood." Voilà comment sac à fleurs porté par Julie Andrewssur 2011 pour la suite de la saison 1 laccroche de lémission résume en dans Mary Poppins, issu du tournageet 2012 pour la saison 2. La saison 3 quelques mots seulement la vocation du film. A lépoque, il était de bonest actuellement ton de la part de laen tournage tout production que lesautour des Etats- techniciens re-Unis, parce que coivent une part decest dans ces ce quils avaient fa-contrées que le vi- briqué pour un filmsionnaire sefforce en gage de la recon-de retrouver la naissance destrace des plus studios pour le tra-belles et plus rares vail accompli. Lepièces dobjets second épisode inti-issus de tournages tulé "Je taurai, made films. belle" suis Joe Mad-Ce mois-ci, nous Photo © Syfy dalena à lapasserons en revue le contenu des première de cette production inédite. découvert de quelques rares itemsdifférents épisodes de la saison 1. Un journaliste du New York Daily pour lesquels il se donne la missionDe rencontres extraordinaires en dé- News indiquait, lors de la diffusion des les mettres aux enchères et decouverte dobjets mythiques, nous du premier numéro, que Hollywood dépasser les dix milles dollarsvous invitons à suivre les pérégrina- treasure constituait, pour les fans et lunité. Au rang des ses raretés, ontions de celui qui en 1985 mettait les collectionneurs, un plaisir sans retrouve notamment le manteausur pied la société dont la mission limite. Et un amusement exception- porté à lécran par Béla Lugosi en 16
  17. 17. 1932 dans le film dhorreur White lov. Lui indiquant quil pourrait en sept cent milles dollars. Un peu plusZombie. Un autre objet rare est lun obtenir un million de dollars aux en- tard, Joe part à la rencontre de Har-des vaisseaux de transport de fan- chères, il ne parvient pour autant vey Spencer Stephen, qui fut Damientassins que lon aperçoit à lécran pas à lui faire mettre en vente. Joe se dans le film éponyme en 1976. Partidans Starship Trooper de Paul Ve-rhoeven. Enfin, le chapeau de lasorcière dans le magicien dOz seralui aussi mis en vente. Les prix deces objets, vendus lors dune dessessions des Hollywood Auctions or-ganisée en novembre 2010,dépasseront alors largement les es-pérances.En collectionneur qui se respecte,Joe se rend lors du troisième épisodeau Comic-con de San Diego (qui avaitlieu en fait quelques mois aupara-vant), et tente de négocier quelquesrares pièces à mettre aux enchèrespour les fans du monde entier. Il né- Photo © Syfygocie entre autres une marionnetteoriginale du tournage du film de Tim retrouve finalement sur la piste dun dans lidée de lui faire mettre le tri-Burton réalisé en stop-motion, Les autre trésor : les props de King cycle quil utilise dans le film, leNoces funèbres, ainsi quun artwork Kong, version 1933, sans parvenir, fondateur de PiH reviendra avec leoriginal issu de la collection privée une nouvelle fois, à se voir remettre costume porté par lenfant lors de cede Stan Lee. Enfin, il rencontre Erin les précieusetés pour les mettre aux même tournage. Presque bredouille,Gray, la sublime héroine de la série enchères. diront les mauvaises langues. Finale-Buck Rogers, à qui il parviendra à ar- Lors du périple à Londres que narre ment, au cours de lépisode suivant,racher le don dune miniature de le cinquième épisode, Joe se heurte intitulé "Joe sanime", la chance finitstarfighter originale quelle conser- une nouvelle fois à un échec, qui par sourire. Il parvient en effet àvait chez elle. Parfois, comme cest le permettra cependant de mettre en mettre en vente des dessins origi-cas dans le quatrième épisode, Mad- lumière quelques objets de va- naux de Woody Woodpeckerdalena ne parvient pas à faire leur. Ainsi, dans cet récupérés chez son créateur, Waltervendre lobjet de sa quête, épisode intitulé "lappel Lantz. De plus, Tracy McCall, une demais donne aux collection- de Londres", il ren- ses assistantes sur lémission, par-neurs loccasion dapprocher contre le propriétaire vient à se tomber sur la route dunepar le truchement de lécran, privé de la voiture utili- des Shelby Mustang utilisées lors dules plus grandes pièces. sée sur le tournage de tournage du remake de K2000 enAinsi, lors de son escapade à Chitty Chitty Bang Bang 2008. Elle ne sera pas vendue, maisNew York racontée dans créée spéciale- la séquence reste particulièrementcet épisode, il ment pour le proche dune scène de Top Gear,rencontre le film. Elle pour le grand bonheur des fans de lapropriétaire sera bien série dABC.dune af- mise en "Les opportunités en or de Joe", lefiche vente septième épisode, diffusé le 17 no-originale aux en- vembre 2010, offre alors quelquesde 1931 chères et perles rares. Amenant le vaisseaudu film sera fi- spatial issu du tournage de "perduFranken- nalement dans lespace" à un collectionneur dustein avec adjugée New-Jersey, il acquiert pour une fu-Boris Kar- plus de ture vente un ticket doré du film 17
  18. 18. Willy Wonka et la chocolaterie, sors récupérés pour sa fabuleuse originale du Grand Legislateur de laadapté du livre Charlie et la chocola- vente aux enchères figurent un buste planète des Singes réalisés en 1968.terie, réalisé en 1971. Pour finir en de Iron Man fabriqué par Legacy Ef- En organisant une vente de charitébeauté, il parvient à mettre la main fects (anciennement les studios Stan pour lassociation KaBOOM lors dusur la plaque minéralogique de la Winston) et dédicacé par Stan Lee, onzième épisode du show, Maddale-Jeep utilisée sur le tournage de Ju- une animatronique de la tête dun na tente sans succès de convaincrerassic Park en 1993, ainsi quune raptor issue du tournage de film Ju- un collectionneur de lui céder unepeinture originale de Batman par son rassic Park 2 et 3, lavant-bras marrionnette issue du tournage de lacréateur Bob Kane. Dans lépisode détérioré porté par Arnold Schwar- série Rudolf and Santa de 1964. Lesuivant, Joe Maddalena part collectionneur Jim Man-à la recherche de monstres ning, fondateur du sitesacrés dHollywood. On ne moviepropcollector, pro-parle pas ici dacteurs mais pose lanimatronique dude créatures phantasma- gremlin Daffy utiliséetiques. Il parvient en effet à lors du tournage demettre la main sur plu- Gremlins 2. Eddie Mc-sieurs planches originales Clintock de la sérieutilisées en arrière-plan de Warehouse 13 contribuela Belle au bois dormant de à sa façon en offrant sonDisney. Tracy, dans le pistolet Tesla authen-même temps, retrouve le costume zenegger dans la scène finale de tique, lors que Colin Ferguson, de laporté par Butch Patrick dans la sé- Terminator 2, lorsquil se plonge de série Eureka, lègue le costume com-ries Les Monstres. lui-même dans lacier en fusion. Pour plet de son personnage de shériff. LaLe neuvième épisode est sans autant, la pièce qui attendra le plus vente sannonce pour le mieux. Dansconteste lun des plus spectaculaires. haut prix de vente sera sans conteste la lignée de cette vente, Joe en or-En effet, cest dans le cadre de lor- lIdentity disc issu du tournage de la ganise une nouvelle dans lépisodeganisation dune vente de charité très attendue suite Tron : Lhéritage, suivant. Cette fois-ci au profit de laexceptionnelle sponsorisée par le sorti en 2011. Il sera vendu huit fondation Michael J. Fox pour la re-magazine Variety que Joe se rend milles cinq cents dollars lors des cherche sur la maladie dAlzheimer,dans les locaux de lécole Stan Hollywood Auctions 42. Une certaine ces enchères amènent le présenta-Winston School of Character Arts, continuité sopère dailleurs, à teur collectionneur à rencontrer unlétablissement créée à Los Angeles quelques encablures de ces enchères autre personnage de légende : Bob Gale, créateur de la trilogie Retour vers le futur, pierre angulaire de la carrière de lacteur atteint de la maladie de Parkinson. De la part de Gale, Maddalena obtient lAlmanach des sports vu dans le second film, les chaussures Nike de 2015 qui se lassent toutes seules et le prototype de veste séchante portée par Marty. il fournira également lune des ré- pliques de la DeLorean utilisée dans le tournage des trois films. Finale- ment, Joe mettra la main sur la pairePhoto © Syfy de chaussures rouges portées parpour former les artistes aux rudi- désormais célèbres, par ladjonction Judy Garland dans le magicien dOzments de la création effectuée lors du dixième épisode de cédées par le musée qui porte sondanimatroniques selon lemprunte Hollywood treasure de props de nom à Grand Rapids dans le Minne-laissée par le génial créateur deffets Stargate SG-1 offerts par Christopher sota.spéciaux Stan Winston. Parmi les tré- Judge, qui incarne Tealc et la statue Joe Maddalena, on la vu, est un véri- 18
  19. 19. table bienfaiteur. Au cours du trei- Winston lui-même, Eric Lidoff, a be- taurée. Il lui indique quil pourrait lasième épisode de Hollywood soin daide pour monter une école de vendre un million de dollars et fina-treasure, il décide de venir en aide à création deffets spéciaux qui porte- lement Desi se désiste, préférantla chef accessoiriste Lauren Vogt (qui ra le nom de Stan Winston. Il mettre en vente le masque originala notamment oeuvré sur les props demande à Maddalena de mettre aux du bouffon vert récupéré après le tournage de Spider-Man de Sam Raimi. Finalement, cette DeLorean sera vendue fin 2011, pour près de sept cent mille dollars lors dune nouvelle vente exceptionnelle or- ganisée par PiH. La mère de Joe Maddalena participe elle aussi en personne à lémission. En effet, lors du seizième épisode, cest elle qui est à lorigine de déroulement de lhistoire dévoilée à lécran. Révélant les difficultés dun musée de films consacrés à Noel situé dans la ville de Hinckley, Ohio, elle indique à sonde la saga Pirates des Caraïbes pour enchères une série de pièces particu- fils leur désir de vendre une partieDisney) en proie à de graves prob- lièrement reconnaissable de sa de leur collection. Prenant peurlèmes financiers, au point dêtre collection privée. On compte parmi quils ne puissent en tirer suffisam-prête à vendre de véritables trésors celles-ci un endosquelette en taille ment, Joe décide de sy rendre pouren sa possession pour rien. Elle sap- réelle du T-800 de Terminator 2. mettre aux enchères certaines deprêtait notamment à vendre le Plus tard dans ce même épisode, Joe leur plus belles pièces, afin de leurmasque de lextra-terrestre dEnemy est amené à enquêter sur un avion garantir quil les sortira daffaire.Mine, de 1988, au encore des minia- trouvé sur le toit dun restaurant. Ainsi, après quelques hésitations,tures originales du tournage de Cet aéronef est censé avoir servi sur Père et Mère Noel (comme aiment àLÉtrange Noël de monsieur Jack de le tournage dOctopussy. Après un se faire appeler les propriétaires duTim Burton. Devant tant dabatte- investigation poussée, les hypo- musée) se décident à mettre aux en-ment, Joe se met en tête de réunir thèses seront finalement infirmées. chères leur miniature du renne et dules autographes du casting dorigine Au cours du quinzième épisode, Joe père Noel de Miracle sur la 34emedu magicien dOz de 1939 sur une part à la rencontre dune légende de rue.copie du la collec- Le numéro de mai 2013 de Movieob-script du tion de jects Magazine reviendra sur la finfilm. Il rend props. Il de cette folle saison 1, avec des sur-visite au col- vient en prises de taille, comme notammentlectionneur effet en la découverte du masque animatro-Bill Malone aide à Desi nique du King Kong de 1976, ou(léquivalent Dos San- encore des accessoires du tournagemasculin de tos, des Evadés cédés de la main mêmeDebbie Rey- fondateur de Frank Darabont.nolds) qui, peu enclin à vendre propriétaire de la société de vente de Dans les prochains épisodes :lauthentique robot du film Planète props ScreenUSed.com, désireux - Les griff1es de Wolverineinterdite, se montrera prêt à faire dacquérir un des vingt cinq hover- - Le médaillon dHunger Gamesdes sacrifices en proposant un ray boards originaux utilisés lors du - Les chaussures du magicien dOzgun issu de même tournage. Dans tournage de Retour vers le futur II. - Les communicateurs de Star Treklépisode suivant, "des endosque- Pour récupérer largent nécessaire, - La tombe de Beetlejuicelettes dans le placard", Joe est de Joe propose de mettre aux enchères - Le banc de Forrest Gumpnouveau appelé à la rescousse. Cette la DeLorean originale de Retour vers - La camaro de Transformersfois-ci, le beau-fils du regretté Stan le futur III quil a entièrement res- 19
  20. 20. Photo © Starz / Starz.comLa chaîne américaine Starz a créé biais du premier site Internet du laisse transparaitre pour le show se-une véritable sensation grâce à sa genre, Ebay, de costumes, dacces- maine après semaine. En effet, Starzsérie historique Spartacus. A grand soires et darmes fait le plein depuisrenfort de sueur, de sang et dhor- factices issus du le lancement de lamones, elle recréée non sans une tournage. Tel fut série en 2010 et riencertaine véracité les destins croisés le cas lorsque ABC ne semble pouvoirde personnages historiques qui ont mis fin à la série larrêter. Il étaitgravité autour de la rébellion de Desperate House- donc tentant pour laSpartacus contre Rome au travers wives, avec des production de sede laffront fait à son maître, no- ventes qui séta- débarrasser detamment par la levée dune armée lèrent sur nombre de cos-de cent vingt milles hommes recru- plusieurs se- tumes et autrestés parmi les esclaves de divers maines, ou encore armes utilisées lorsludus. la chaîne câblée du tournage dépi-Alors que la série est toujours en qui a organisé sodes et de saisonscours de diffusion sur la châine câ- deux grandes ses- précédentes au tra-blée pour sa troisième saison, et ce sions denchères Photo © Ebay.com vers de ventes auxmalgré la mort il y a deux ans de son pour les fins respectives de deux de enchères dont certaines ont large-interprète principal, Starz a décidé ses séries fétiches 24 heures Chrono ment depassé les espérances les plusde mettre en vente sur Ebay les cos- et Docteur House. Dans la majeur folles. La préquelle Spartacus : lestumes et accessoires portés par ses partie des cas, les prix des objets ou dieux de larène, ne sera pas épar-acteurs principaux, au rang desquels costumes des vedettes de ces séries gnée par ce succès qui a parfoison compte notamment John Hannah (Kiefer Sutherland, Hugh Laurie) sar- déstabilisé les acteurs eux-mêmes.et Lucy Lawless, issus des deux pre- rachent parmi les fans et les Cette préquelle, qui contient six épi-mières saisons et de la préquelle collectionneurs, et il nest pas rare sodes dune heure chacun, a étéSpartacus : les de voir les prix réalisée en 2011 lorsque létat dedieux de larène. senvoler. santé de lacteur Andy Whitfield, quiHabituellement, Starz a pris le incarne Spartacus, sest soudaine-les grandes monde des collec- ment dégradé. Sans visibilité sur lechaînes de télévi- tionneurs à contre planning de la réalisation de la sai-sion américaines pied, en mettant son deux, la production a décidé deattendant la dif- en vente des ob- coucher sur la pellicule les prémicesfusion du dernier Photo © Ebay.com jets et costumes du ludus Batiatus, et notammentépisode des séries auxquelles elle de tournage de Spartacus tandis que lavènement de celui qui occuperamettent un terme pour se lancer la série était encore en cours de dif- également lécran lors de la saison 1dans ce genre daventure : la vente fusion, utilisant ainsi un levier : Gannicus. Ce dernier est libre auaux enchères, notamment par le dimportance : lintérêt que le public début de la saison 1, et la préquelle 20

×