L’évolution de la population



          UNE DYNAMIQUE INCERTAINE DE CROISSANCE DE LA POPULATION


          UNE ATTRAC...
L’évolution de la population

             L’é volutio n de la po pul ation co nstitu e g én éral em e nt l e « socl e » s...
        UNE DYNAMIQUE INCERTAINE DE CROISSANCE DE LA POPULATION


La population du Pays Risle-Charentonne a
atteint, en 2...
L’évolution démographique du Pays ne se situe que partiellement en conformité                                             ...
Au total, la dynamique de croissance de la population du                                    Evolutions comparées des popul...
Les soldes naturels du Pays Risle-Charentonne évoluent à des niveaux inférieurs à ceux de la région : les taux de natalité...
Cette évolution paraît s’inscrire dans l’affirmation par diverses zones rurales de la région d’une certaine attractivité a...
Po p ulatio n des c omm unes – RG P 20 0 6

                            Population en   Population en    Evolution        ...
Entre 1999 et 2006, 5 486 naissances ont été recensées et 5 120 décès, soit un solde naturel de + 366 personnes. Puisque l...
Serquigny         Nassandres
Les flux migratoires accrus constatés depuis 1999 expriment la
                              ...
Taux         dont variation dont variation
                                                                             Co...
       UNE POPULATION RELATIVEMENT AGEE.

La population du Pays Risle-Charentonne présente une structure relativement
vie...
Les effectifs de la tranche des personnes de 60-74 ans ne                                                   Les différ ent...
En termes de répartition sur le territoire, la partie rurale située au sud du Pays Risle-Charentonne connaît une concentra...
       DES MENAGES PLUS PETITS ET PLUS NOMBREUX.


Le nombre de ménages du Pays Risle-Charentonne a augmenté             ...
Structure des ménages selon leur composition


                                                                           ...
LA CROISSANCE DE LA POPULATION EN TANT QU’ENJEU DU
SCOT ?


La démographie constitue l’une des clés essentielles pour cara...
En contrepoint de ces données relativement statiques, on doit observer que les évolutions à long terme de la démographie d...
Ce scénario central repose sur deux hypothèses clés : le maintien des tendances migratoires des années 90, constatées plus...
L’on remarquera que l’essentiel des aspects de ces deux facteurs constitue précisément un des enjeux du SCOT lui-même, not...
Dans tous les cas, l’augmentation de la population ne serait pas susceptible de limiter le processus de vieillissement.

R...
La population: conclusion
     Un enjeu fondamental du SCOT

 La p op ulati on du Pa ys Ri sle-            La population d...
La population: les indicateurs

 Evol utio n glo bale d e la p op ulati o n                         population totale du t...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

1.1 2-demo-diag-prc-arret

802 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
802
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1.1 2-demo-diag-prc-arret

  1. 1. L’évolution de la population  UNE DYNAMIQUE INCERTAINE DE CROISSANCE DE LA POPULATION  UNE ATTRACTIVITE PEU AFFIRMEE  UNE POPULATION RURALE A PROXIMITE D’ESPACES FORTEMENT URBANISES LES MARGES DU BASSIN PARISIEN  UNE POPULATION RELATIVEMENT AGEE  DES MENAGES PLUS PETITS ET PLUS NOMBREUX  LA CROISSANCE DE LA POPULATION EN TANT QU’ENJEU DU SCOT ?  LES PROJECTIONS DE POPULATION A 2030  CONCLUSION : UN ENJEU FONDAMENTAL DU SCOT  INDICATEURS Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT - État initial de l’environnem ent - réalisation : PROSCOT 25
  2. 2. L’évolution de la population L’é volutio n de la po pul ation co nstitu e g én éral em e nt l e « socl e » sur le qu el r e pose les proje ctions e t l es p ersp e ctiv es du SCOT . Il faut é vid em me nt se gar d er d’ une an alys e pur em ent d émogr ap hiq ue , et d e fair e tout repos er s ur l e si mpl e nom bre d es ha bit ant s. Mais l a d émogr ap hie per met d ’é clair er un cer tain no mbre d e q uest ions fon dam ent al es d u SCOT : le vi eilliss em ent d e l a po pul ation : c elui- ci co ndi tionne é vid emm ent l’ évol ution dé mogra phi que fut ure , mai s pos e ég ale men t d e re do uta bles probl èm es de so ciét é e t de fin an cem en t, not am men t pour l es é qui pe me nts et ser vic es pub lics à ter me . La mesur e du vieill isse me nt à t erm e es t donc un e n éc e ssité , à la fois pour l ’an aly se et pour l a g estio n du territoir e. la pop ulat ion ac tiv e : cel le- ci évol ue en fon ction de la p yrami d e de s âges , et repr ése nte le « pote ntie l é conomi qu e du t erritoir e ». Ell e s era an aly sé e d ans un cha pitr e s pé ci al, à l ’arti cul ation d es probl é mati qu es dé mogra phiq ues et écono miq ues (« le ni ve au d ’a ctiv ité ») . l’at tra ctivi té du territoir e : a u-d elà de l a nat alit é et d e la mort alit é, q u’est- ce qui fait que de s mén age s quit te nt le t erritoire e t qu e d ’au tre s y vien nen t. L e sold e en tre c es deu x mou ve me nts o ppo sés re prés ent e l ’in dice de l’attra it fon da men tal du terri toire et le SCOT , d ans so n proj et d e d év elo pp em ent , ser a am en é à dé clin er les élé me nt s de c ett e attr ac tivit é d ans les différe nts se cte urs et s elon les diff érent s thèm es po ur en tirer un « argum ent » pr atiq ue q uan t aux pos sibili t és de croissa nc e du terri toire . L’on voi t qu e l ’an aly se dé mogra phi que d ébou ch e sur les que stions ess enti elles d ’un SCOT . C’ est pour quoi il a paru n éc ess aire de mettr e c e ch a pitre en ex ergu e du diagno stic , pour é clair er l a r éflexion sur c e qui sou s-ten dra l’ens em ble d e l a d ém arch e de S COT. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT - État initial de l’environnem ent - réalisation : PROSCOT 26
  3. 3.  UNE DYNAMIQUE INCERTAINE DE CROISSANCE DE LA POPULATION La population du Pays Risle-Charentonne a atteint, en 2006, près de 6 7 70 0 habita nts¹, contre 65 372 en 1999, 64 221 en 1990, et 64 231 en 1982. Evolution de la population totale 67 000 De 1982 à 1990, le territoire n’a pas gagné de population. 66 000 Il en a gagné 1 100 entre 1990 et 1999, puis plus de 2 300 entre 1999 et 2006. 65 000 Sur le long terme, après avoir connu une croissance modérée de sa population dans les années 70, le territoire a connu, dès le 64 000 tournant des années 80, une période de stagnation, voire de recul certaines années, avant que la croissance de la population ne reprenne avec hésitation au cours des années 63 000 90. Depuis l’année 2000, cette croissance a 62 000 connu une accélération progressive. 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 ¹ Les données indiquées sont issues des recensements de 1999 et 2006 : la population sans doubles comptes (PSDC) pour 1999, appelée population municipale dans le recensement de 2006. Il convient, en effet, d’éviter que certaines catégories de la population (notamment les militaires et les étudiants) soient comptés deux fois. Par ailleurs, le diagnostic a également conservé les données 2004/2005 partielles, lorsqu’elles sont cohérentes avec le recensement définitif de 2006 disponible depuis 2009 (cf. chapitre « les sources »). Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT - État initial de l’environnem ent - réalisation : PROSCOT 27
  4. 4. L’évolution démographique du Pays ne se situe que partiellement en conformité Taux de croissance comparés de la population totale (en %) avec celle de la région Haute-Normandie, si on envisage le long terme, et en rupture avec elle, si on considère la dernière période, engagée depuis l’année 1,4 2000. Forte jusqu’au milieu des années 70, la croissance démographique de la 1,2 Haute-Normandie s’est continûment ralentie depuis lors, pour atteindre un taux 1 annuel de moins de 0,25% sur la dernière période 1999-2005. 0,8 France Haute-Norm. 0,6 Si la démographie du Pays, après avoir passé la phase de stagnation absolue Eure Risle Char. qu’elle a connue au cours des années 80, a accompagné la région dans un 0,4 certain processus de tassement de la croissance de sa population au cours des 0,2 années 90 et de décrochage par rapport aux taux nationaux, elle s’en est 0 démarquée depuis l’année 2000, le territoire du SCOT ayant connu une -0,2 progression annuelle d’environ 0,38% sur cette dernière période jusqu’en 2005. t0 = période 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 1982-90 De fait, l’environnement proche du Pays Risle-Charentonne présente des caractéristiques démographiques assez nettement différentes de celles de la région prise dans son ensemble. La croissance démographique du département de l’Eure est, en effet, caractérisée par un dynamisme plus marqué et continu sur le long terme, et qui, même si elle s’est ralentie, tend à converger avec celle constatée en moyenne à l’échelle nationale (taux d’accroissement annuels de la population d’environ 0,60 % sur la dernière période écoulée depuis 1999). Ce dynamisme de la démographie du département de l’Eure a été principalement tiré par la croissance des zones urbaines de ce département, proches de l’agglomération parisienne et de la vallée de la Seine. Ci-contre : Evolutio n relative de la population e ntre 1 999 et 2006 ( %) Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT - État initial de l’environnem ent - réalisation : PROSCOT 28
  5. 5. Au total, la dynamique de croissance de la population du Evolutions comparées des populations totales (indice 100 en 1982) Pays Risle-Charentonne reste contrastée 125 - cette croissance est moyenne au sein d’une région elle-même marquée par le 120 ralentissement de sa démographie ; France - la situation reste marquée par le décrochage 115 Haute-Norm. très important qu’a subi le pays par rapport Eure aux rythmes de croissance passée des Risle Char. 110 territoires alentours, notamment au cours des années 80 ; 105 - la démographie du pays s’inscrit dans la proximité de zones urbaines qui connaissent 100 un développement rapide, et est caractérisée par un redressement assez prononcé depuis 95 l’année 2000. 1982 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004  UNE ATTRACTIVITE PEU AFFIRMEE Ce sont essentiellement les fluctuations de soldes migratoires (entrées moins sorties du territoire) qui expliquent les variations constatées. Le solde naturel (naissances moins décès), comme ailleurs, baisse de manière régulière et progressive sur le long terme. Le profil d’évolution des taux de croissance de la population est essentiellement influencé par les effets des mouvements migratoires. Sur ces points, le Pays Risle-Charentonne se distingue assez nettement du reste de la région, comme de la partie plus urbaine du département de l’Eure, du reste. La Haute-Normandie se caractérise, en effet, par une démographie typique de plusieurs régions du quart nord-est de la France, à savoir le dégagement de soldes naturels restant relativement importants, combinés à des bilans migratoires très défavorables. Le département de l’Eure, pour sa part, après avoir longtemps conservé des bilans migratoires très favorables, voit ce trait s’atténuer progressivement. Cette évolution a été particulièrement marquée au cours des années 90. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 29
  6. 6. Les soldes naturels du Pays Risle-Charentonne évoluent à des niveaux inférieurs à ceux de la région : les taux de natalité du pays sont plus bas et sa démographie est affectée par une mortalité plus élevée. Ces phénomènes sont largement structurels et s’expliquent par la structure par âge de la population du territoire, en moyenne plus âgée que dans le reste de la région. Taux de natalité et de mortalité Taux comparés de natalité 1,30 1,50 % % 1,45 1,20 % % 1,40 % 1,10 1,35 % % 1,30 1,00 % % 1,25 % 0,90 1,20 % % 1,15 0,80 % % 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 1,10 2005 % Taux de natalité Taux de mortalité 1,05 (en%) (en%) % 1,00 % 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 Taux annuel d'évolution de la population totale Taux nat Taux nat Taux nat Taux nat 0,8% PRC Fr HN Eure 0,6% 0,4% En revanche, ses soldes migratoires, après avoir longtemps 0,2% contribué négativement à l’évolution de la population totale du territoire, sont devenus légèrement positifs depuis le début 0,0% des années 90. -0,2% Leur redressement explique entièrement l’évolution constatée depuis l’année 2000, qui conduit la population du Pays Risle- -0,4% 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 Charentonne à progresser désormais un peu plus vite que celle de la région. évolution totale dû au solde naturel dû au solde migratoire Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 30
  7. 7. Cette évolution paraît s’inscrire dans l’affirmation par diverses zones rurales de la région d’une certaine attractivité au regard des flux migratoires qui y sont constatés, en les comparant notamment avec les zones urbaines environnantes. S’agissant du Pays Risle-Charentonne, on doit relever que la population du territoire s’est accrue de 3 % entre 1999 et 2006, le taux correspondant pour la région s’élève à 2 % et 5 % pour le département. Il faut toutefois noter que ces flux se présentent de façon très contrastée selon les zones du territoire. Entre 1990 et 1999 : Berna y et B eau mont , qui abritent la moitié de la population du pays, sont, avec Beaumesnil, les communautés de communes dont la population, de 1990 à 1999, a progressé le plus, avec un solde migratoire positif, surtout pour Beaumesnil. Celles de Brionn e e t d e Brogli e, après avoir limité leur déficit migratoire, ont retrouvé une légère croissance, alors que les communautés de communes T hib ervill e et de Risle Charentonne ont connu un recul démographique, du fait d’un solde migratoire devenu déficitaire. La démographie de Rugl es est menacée par la disparition de son excédent naturel, tendant à se cumuler avec un déficit migratoire. Entre 1999 et 2006 : Bea ume snil et B e aumon t-le-Rog er ont confirmé leur croissance, surtout pour Beaumont-le-Roger qui présente l’évolution la plus forte. Les deux communautés de communes, tout comme le c anton de Brionn e, bénéficient d’un solde migratoire positif (taux annuels sur la période compris entre 0,6 et 1,2 %). Des tendances s’inversent avec, pour les communautés de communes de Risl e-Ch ar entonn e et celle de Thiber vill e, une reprise de la croissance, alimentée par des soldes migratoire et naturel positifs mais assez fragiles, surtout pour l’apport naturel. Pour les communautés de communes de Bernay et ses environs et de R ugles , une diminution des rythmes de croissance, aboutissant pour la première, à une diminution de population. Il est à noter q ue l’app o rt de no uvelle s pop ulati o ns c once rne pl us pa rtic uliè reme nt l’o uest d u ter rito ire, y com pris le se cteur d e Rugles. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 31
  8. 8. Po p ulatio n des c omm unes – RG P 20 0 6 Population en Population en Evolution Population en Population en Evolution Population en Population en Evolution Commune Evolution (%) Commune Evolution (%) Commune Evolution (%) 2006 1999 (habitants) 2006 1999 (habitants) 2006 1999 (habitants) Aclou 234 222 12 5,2% Fontaine-la-Louvet 295 284 11 3,9% Morsan 106 92 14 15,2% Ajou 238 218 20 9,2% Fontaine-la-Soret 387 363 24 6,6% Nassandres 1387 1390 -3 -0,2% Ambenay 490 465 25 5,4% Franqueville 266 256 10 3,9% Neaufles-Auvergny 425 395 30 7,6% Barc 896 772 124 16,0% Gisay-la-Coudre 249 233 16 7,0% Neuville-sur-Authou 175 128 47 36,7% Barquet 343 360 -17 -4,6% Giverville 294 270 24 8,9% Notre-Dame-d'Épine 78 83 -5 -6,2% Goupillières 722 654 68 10,4% Notre-Dame-du-Hamel 197 194 3 1,4% Barville 72 61 11 18,0% Gouttières 189 177 12 7,0% Perriers-la-Campagne 334 357 -23 -6,4% Bazoques 139 136 3 2,5% Grand-Camp 432 453 -21 -4,6% Piencourt 143 147 -4 -2,4% Beaumesnil 527 562 -35 -6,2% Grandchain 241 225 16 7,3% Plainville 185 205 -20 -9,5% Beaumontel 715 715 0 0,0% Grosley-sur-Risle 550 493 57 11,6% Plasnes 613 620 -7 -1,1% Beaumont-le-Roger 2914 2817 97 3,4% Harcourt 908 909 -1 -0,1% Romilly-la-Puthenaye 292 262 30 11,5% Bernay 10635 11022 -387 -3,5% Hecmanville 106 104 2 2,3% Rouge-Perriers 243 230 13 5,8% Berthouville 284 259 25 9,6% Rugles 2427 2539 -112 -4,4% Heudreville-en-Lieuvin 104 106 -2 -2,1% Berville-la-Campagne 137 114 23 20,2% Saint-Agnan-de-Cernières 133 122 11 9,0% Jonquerets-de-Livet 282 264 18 6,8% Bois-Anzeray 155 156 -1 -0,6% Saint-Antonin-de-Sommaire 175 170 5 2,7% Juignettes 229 136 93 68,4% Bois-Arnault 713 628 85 13,5% Saint-Aubin-de-Scellon 334 316 18 5,7% La Barre-en-Ouche 893 794 99 12,5% Boisney 283 302 -19 -6,3% Saint-Aubin-des-Hayes 127 112 15 13,2% La Chapelle-Gauthier 353 381 -28 -7,3% Bois-Normand-près-Lyre 345 307 38 12,4% Saint-Aubin-du-Thenney 339 321 18 5,6% La Chapelle-Hareng 82 79 3 3,8% Boissy-Lamberville 276 276 0 0,0% Saint-Aubin-le-Guichard 274 231 43 18,6% La Goulafrière 164 150 14 9,7% Bosc-Renoult-en-Ouche 152 139 13 9,4% Saint-Aubin-le-Vertueux 864 818 46 5,6% La Haye-de-Calleville 269 222 47 21,2% Bosrobert 426 372 54 14,6% Saint-Clair-d'Arcey 310 326 -16 -4,9% La Haye-Saint-Sylvestre 206 231 -25 -10,7% Bournainville-Faverolles 352 426 -74 -17,3% Saint-Cyr-de-Salerne 222 211 11 5,2% La Houssaye 180 183 -3 -1,9% Bray 262 246 16 6,6% Saint-Denis-d'Augerons 87 97 -10 -10,3% La Neuve-Lyre 603 567 36 6,3% Brétigny 175 159 16 10,0% Saint-Éloi-de-Fourques 414 420 -6 -1,4% La Neuville-du-Bosc 522 373 149 39,9% Brionne 4329 4449 -120 -2,7% Sainte-Marguerite-en-Ouche 132 118 14 11,9% La Roussière 191 197 -6 -3,1% Broglie 1111 1102 9 0,8% Sainte-Opportune-du-Bosc 563 334 229 68,6% La Trinité-de-Réville 235 188 47 25,0% Calleville 556 543 13 2,3% Saint-Germain-la-Campagne 777 748 29 3,9% La Vieille-Lyre 611 607 4 0,6% Caorches-Saint-Nicolas 573 568 5 0,9% Saint-Jean-du-Thenney 198 186 12 6,5% Landepéreuse 268 247 21 8,5% Saint-Laurent-du-Tencement 50 49 1 2,0% Capelle-les-Grands 381 361 20 5,5% Launay 215 216 -1 -0,5% Saint-Léger-de-Rôtes 421 426 -5 -1,2% Carsix 267 233 34 14,8% Le Bec-Hellouin 413 406 7 1,6% Saint-Mards-de-Fresne 337 317 20 6,3% Chaise-Dieu-du-Theil 234 248 -14 -5,6% Le Favril 164 145 19 13,1% Saint-Martin-du-Tilleul 244 268 -24 -8,9% Chamblac 361 376 -15 -4,0% Le Noyer-en-Ouche 187 200 -13 -6,5% Saint-Paul-de-Fourques 203 172 31 17,8% Chambord 176 194 -18 -9,3% Le Planquay 141 122 19 15,6% Saint-Pierre-de-Cernières 218 198 20 10,1% Champignolles 36 28 8 27,6% Le Plessis-Sainte-Opportune 242 251 -9 -3,6% Saint-Pierre-de-Salerne 241 204 37 18,1% Chéronvilliers 437 391 46 11,9% Le Theil-Nolent 201 186 15 8,1% Saint-Pierre-du-Mesnil 100 84 16 19,0% Combon 700 571 129 22,6% Le Tilleul-Othon 377 288 89 30,9% Saint-Quentin-des-Isles 235 236 -1 -0,3% Corneville-la-Fouquetière 99 83 16 19,3% Les Bottereaux 302 250 52 20,8% Saint-Victor-de-Chrétienville 415 376 39 10,4% Courbépine 645 618 27 4,4% Les Places 75 55 20 35,7% Saint-Victor-d'Épine 320 281 39 14,0% Drucourt 590 607 -17 -2,8% Livet-sur-Authou 134 156 -22 -14,1% Saint-Vincent-du-Boulay 277 267 10 3,7% Duranville 167 173 -6 -3,5% Malleville-sur-le-Bec 171 163 8 4,7% Serquigny 2139 2052 87 4,2% Écardenville-la-Campagne 382 309 73 23,6% Malouy 105 98 7 7,3% Thevray 259 179 80 44,7% Épinay 269 272 -3 -1,2% Mélicourt 88 71 17 24,3% Thiberville 1672 1537 135 8,8% Ferrières-Saint-Hilaire 386 356 30 8,4% Menneval 1413 1321 92 7,0% Thibouville 258 243 15 6,3% Folleville 182 172 10 5,8% Mesnil-Rousset 110 92 18 19,6% Valailles 366 321 45 14,0% Fontaine-l'Abbé 564 547 17 3,0% Montreuil-l'Argillé 783 740 43 5,8% Verneusses 222 224 -2 -0,8% Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 32
  9. 9. Entre 1999 et 2006, 5 486 naissances ont été recensées et 5 120 décès, soit un solde naturel de + 366 personnes. Puisque le territoire a connu une croissance de 2 246 habitants entre 1999 et 2006, on en déduit que le solde migratoire s’est élevé à + 1 880 personnes. Sur la période, on peut estimé que le territoire accueillait par an, près de 270 habitants nouveaux s’installant et une 50 de personnes en plus issues de la variation naturelle de la population, autrement dit le solde migratoire représentait 85 % de la croissance de la population et le solde naturel, 25 % .  UNE POPULATION RURALE A PROXIMITE D’ESPACES FORTEMENT URBANISES La Haute-Normandie est l’une des régions les plus densément urbanisées de France. Le Pays Risle-Charentonne constitue l’un des espaces à dominante rurale de cette région. Alors que la région présente une densité de population de 147 habitants au km², cette densité est seulement de 52 habitants au km² sur le territoire du Pays (2006). 70% de la population vit dans l’espace rural, dont 15 % dans le rural isolé. Bernay constitue le seul pôle urbain du territoire. Mais il concentre dans son aire urbaine 30% des habitants du Pays, et les dix principales communes du territoire comptent près de la moitié des habitants (Bernay, Brionne, Beaumont-le-Roger, Rugles, Serquigny, Thiberville, Nassandres, Menneval, Broglie et Harcourt). en 2006 Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 33
  10. 10. Serquigny Nassandres Les flux migratoires accrus constatés depuis 1999 expriment la Plasnes Fontaine-l'Abbé Brionne contribution au développement du Pays Risle-Charentonne des Calleville espaces urbains qui l’environnent. Coubépine Menneval Les données 2006 attestent que certains renversements sont Bernay Harcourt d’intervenus dans la période récente par rapport aux grandes Goupillières tendances de distribution des flux enregistrés entre 1990 et Thiberville 1999 telles qu’elles sont reportées dans la carte ci-contre. Combon Drucourt Barc La p artie nor d-est d u te rr itoi re, a uto ur de l’ax e Caorches Evr eux- Cae n, retrouve une attractivité qui avait été perdue au Beaumont-le-Roger cours de la période antérieure, ainsi qu’en atteste l’évolution de St Germain-la-camp. communes telles que Courbépine, Serquigny, Bosrobert, Grosley-sur-Risle Calleville, Goupillières, Barc, La-Neuville-du-Bosc… St Aubin -le-Vertx. Beaumesnil Broglie La ville de Brionne a néanmoins continué à perdre de la La Barre-en-Ouche population. Montreuil-L'argillé La Vieille-Lyre Au nord-ouest, Thiberville recommence à gagner de la Variation de population entre 1990 et 1999 Neuve-Lyre La population, mais Drucourt en perd désormais un peu. liée aux flux migratoires Bois-Arnault Pour les cantons de Broglie et de Rugles, les évolutions sont plus faibles avec toutefois, pour Broglie une évolution certaine de Rugles sa population du fait de soldes naturel et migratoire positifs (poursuite du mouvement migratoire antérieur, le long de l’axe de l’A 28). Pour Rugles, la population s’est stabilisée à la hausse en raison d’une nette reprise des migrations, mais affaiblie par un solde naturel négatif. Les flux migratoires de la période antérieure vers le canton de Beaumesnil semblent se maintiennent (cas de La Barre-en- Ouche, notamment). La commune de Beaumesnil perd toutefois de la population dans la dernière période. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 34
  11. 11. Taux dont variation dont variation Communauté de communes ou d'évolution due au solde due au solde commune annuel naturel migratoire taux annuel taux annuel taux annuel moyen entre 99 moyen entre 99 moyen entre 99 et 2006 (%) et 2006 (%) et 2006(%) De Risle Charentonne 0,4 0,1 0,3 Du canton de Beaumesnil 1,1 0,1 0,9 Du Canton de Beaumont-le-Roger 1,3 0,5 0,8 De Bernay et ses environs -0,2 0,0 -0,2 Du Canton de Brionne 1,1 -0,1 1,2 Du Canton de Broglie 0,4 0,3 0,2 De Thiberville 0,5 0,1 0,4 Du Canton de Rugles 0,1 -0,1 0,6 Brionne -0,4 -0,4 0,0 Pays Risle-Charentonne 0,4 / / (source RGP 2006) Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 35
  12. 12.  UNE POPULATION RELATIVEMENT AGEE. La population du Pays Risle-Charentonne présente une structure relativement vieillissante, au sein d’une région considérée comme plutôt jeune. En 1999 : Les moins de 20 ans représentent environ 24 % de la population, pour plus de 26% au sein de la région. La tranche d’âge des 20-39 ans est également sous-représentée, puisqu’elle comprend 24 % de la population contre 27% au sein de la région. Si la population des 40-59 ans n’est que légèrement sur-représentée (28% contre 27 % à l’échelle de la région), les tranches d’âge plus élevées sont nettement plus fournies : près de 24 % de personnes de plus de 60 ans contre 19% au sein de la région. Les tranches d’âge supérieures à 40 ans sont donc sur-représentées sur le territoire par rapport aux références régionales ou nationales. S’agissant du rapport entre les générations extrêmes, l’indice de vieillissement du territoire (part des 60 ans et plus / part des moins de 20 ans) est élevé. Il est de 1, pour des valeurs de 0,72 au sein de la région, l’une des régions les mieux positionnées sur cet indicateur, et de 0,83 pour la France. Cette situation reflète la faible dynamique démographique du 0 à 19 ans 20 à 64 65 ou plus territoire installée depuis les années 60. Communauté de communes ou part de la part de la part de la commune total population total population total population totale totale totale Les effectifs des générations de moins de 20 ans et de 20-39 ans De Risle Charentonne 1181 25,8% 2515 55,0% 876 19,2% décroissent en valeur absolue. Il faut noter que la tranche d’âge des 20-39 ans est aussi celle qui présente le solde migratoire le plus défavorable à Du canton de Beaumesnil 1100 24,0% 2547 55,6% 932 20,4% l’échelle régionale. On peut sans grand risque d’erreur transposer ce trait Du Canton de Beaumont-le-Roger 2745 26,2% 6007 57,2% 1745 16,6% caractéristique au territoire du Pays de Risle-Charentonne. De Bernay et ses environs 4001 23,7% 9628 57,0% 3260 19,3% Du Canton de Brionne 1602 24,6% 3852 59,2% 1051 16,2% En 2006 : La part des moins de 20 ans a légèrement augmenté, mais reste toujours Du Canton de Broglie 1483 24,4% 3416 56,1% 1185 19,5% sous représentée par rapport aux données départementales. Les De Thiberville 1619 24,3% 3835 57,5% 1221 18,3% tendances de la période antérieure se sont confirmées, notamment au Du Canton de Rugles 1733 22,9% 4172 55,2% 1659 21,9% sujet de la sur-représentation des personnes de plus de 60 ans, avec un Brionne 1015 23,4% 2315 53,5% 999 23,1% indice de vieillissement de 0,78 qui s’est toutefois amélioré. Pays Risle-Charentonne 16479 24,3% 38287 56,6% 12928 19,1% Département 153261 27,0% 329782 58,1% 84179 14,8% (source RGP 2006) Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 36
  13. 13. Les effectifs de la tranche des personnes de 60-74 ans ne Les différ ent es tra nch es d 'âg e croissent encore que modérément, car ces tranches Les différentes tranches2005 de 1990 à 2005 de 1990 à d'âge correspondent aux classes creuses de la démographie de l’entre-deux guerres. 100% 6,56% 7,79% 8,53% Il faut noter, au surplus, que cette tranche d’âge, qui coïncide avec le départ en retraite présente également un 90% 13,92% 15,80% 15,24% solde migratoire défavorable à l’échelle régionale : nombre 80% de retraités décident de prendre leur retraite dans une autre 22,60% région. 70% 26,03% 28,66% 75 ans et plus 60% 60/74 ans Enfi n, les pe rs o nnes t rès âgé es voie nt le ur no mbre 40/59 ans 50% augme nter rap ideme nt, e n fo ncti o n d u rythm e 28,41% 20/39 ans rapi de d’al lo ngeme nt de la vie humai ne, rythme 40% 25,16% 23,74% moins de 20 ans d’allongement sur la durée duquel il est impossible de se 30% prononcer, mais dont rien ne permet d’anticiper la baisse à court terme. 20% 28,51% 25,22% 23,83% 10% La s ur- rep rése ntati o n de la tra nc he d’âg e de s 40- 59 a ns contribue à permettre au territoire de présenter 0% 1990 1999 2005 actuellement des taux d’activité relativement élevés, ceux-ci étant maximaux dans cette tranche d’âge. Cette situation est toutefois très provisoire, et les perspectives de contraintes à venir sur les taux d’activité entraînées par le creusement des effectifs des classes d’âge aujourd’hui plus jeunes, constituent une menace significative pour le potentiel économique à venir du territoire. Cet état de fait tend à attirer l’attention sur l’importance de l’évolution à terme du solde migratoire du Pays de Risle-Charentonne. Celui-ci sera évidemment un élément essentiel de l’avenir du Pays Risle-Charentonne , les éléments liés à la natalité et à la mortalité étant peu susceptibles d’évoluer de façon spécifique dans le Pays Risle-Charentonne, et étant largement déterminés par la pyramide des âges. Il faut enfin ajouter que, quelle que soit l’évolution à venir du solde migratoire du territoire et son influence sur le renforcement éventuel des effectifs des classes d’âge actives, le nombre de personnes très âgées va croître de façon importante en valeur absolue, avec des impacts forts dans la quasi-totalité des champs de l’action publique (logement, transports, services à la personne, aide sociale, santé, …). Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 37
  14. 14. En termes de répartition sur le territoire, la partie rurale située au sud du Pays Risle-Charentonne connaît une concentration plus importante de seniors. Mais ce sont les villes du territoire autour desquelles se retrouvent les plus âgés, en raison de la présence des services, notamment des infrastructures et des services sanitaires. La même observation peut être faite, s’agissant des évolutions les plus fortes de l’indice de vieillissement. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 38
  15. 15.  DES MENAGES PLUS PETITS ET PLUS NOMBREUX. Le nombre de ménages du Pays Risle-Charentonne a augmenté Evolution comparée du nombre de ménages et de la population (en %) continûment au cours des dernières décennies, à un rythme très supérieur à celui de la croissance de la population. 20% 18% Le nombre de ménages a augmenté de 20% sur la période 1990-2005, 16% là où la population totale a augmenté d’environ 4%. 14% 12% Il faut noter que ce phénomène est général en France, et que le rythme 10% de cette évolution est du même ordre que celui constaté à l’échelle 8% régionale (environ 18%). 6% Simultanément, la taille de ces ména ge s a sensib leme nt 4% dimi nué, puisqu’elle est passée de 2,71 personnes par ménage en 2% 1990 à 2,34 en 2005. Il faut noter que cette taille moyenne est 0% 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 légèrement inférieure à celle constatée dans les territoires alentours. Dans la même période, le ratio régional est passé de 3,2 à 2,4. Evolution du nombre de personnes par ménage (en ménagespersonnes) population totale nombre de nb. de Plusieurs facteurs expliquent l’augmentation sensible du nombre des 2,80 ménages, et partant, la diminution de leur taille : les facteurs démographiques (diminution du nombre d’enfants, vieillissement de la 2,70 population), auxquels s’ajoutent les comportements sociaux (départ des jeunes, fréquence des études supérieures, augmentation des familles 2,60 monoparentales, maintien à domicile des personnes âgées). 2,50 En terme s de taille de ména ges , la catégorie dont la progression 2,40 est la plus importante est celle des ménages d’une personne, dont le nombre a augmenté de 55% entre 1990 et 2005, suivie de la catégorie 2,30 des ménages de deux personnes, dont le nombre a augmenté de 35% au cours de la même période. 2,20 Les mé na ges mo nopa re ntaux représentent désormais près de 9% 2,10 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 du total (6,5% en 1990). Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 39
  16. 16. Structure des ménages selon leur composition 100% 6% 6% 11% 11% 11% 10% 10% 9% 9% 9% 8% 8% 8% 7% 7% 7% Ces phénomènes sont porteurs de conséquences 90% 13% 13% 15% 14% 14% 14% 14% 14% 13% potentielles très importantes en termes de réflexion 80% 17% 16% 16% 16% 15% 15% 15% sur ce qui conditionne l’attractivité du territoire pour 17% 16% 70% 17% 17% 17% 17% 17% 17% 17% les ménages jeunes et actifs. 17% 17% 17% 17% 17% 17% 18% 60% Si les études menées à l’échelle nationale montrent 50% que la proportion des ménages habitant un pôle 34% 34% 35% 35% 35% 35% 36% 33% 33% 33% 34% 34% 34% 40% 32% 32% 32% urbain est stable depuis le début des années 80 (60 % des ménages), la proportion des jeunes ménages 30% habitant un pôle urbain continue, pour sa part, 20% d’augmenter (77 % en 1999, contre 71 % en 1982). 26% 26% 27% 27% 27% 28% 28% 29% 29% 22% 23% 23% 24% 24% 25% 25% 10% Les zones hors sphère d’un pôle urbain, notamment 0% 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 les territoires ruraux, connaissent donc une désaffection relative de ces ménages jeunes et 1 personne 2 personnes 3 personnes 4 personnes 5 personnes ou plus actifs, amplifiant ainsi le phénomène de vieillissement qui les affecte. Simultanément, le développement des ménages à une personne ou monoparentaux se fait également de manière préférentielle en direction des centres urbains équipés de services. Part des ménages monopare ntaux e n % du no mbre total des ménages e n 2005 Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 40
  17. 17. LA CROISSANCE DE LA POPULATION EN TANT QU’ENJEU DU SCOT ? La démographie constitue l’une des clés essentielles pour caractériser le positionnement du Pays Risle-Charentonne dans son environnement et dans le champ de ses devenirs possibles. Le Pays présente, en effet, des traits assez hétérogènes par rapport aux principaux territoires qui l’environnent, et notamment la région de Haute-Normandie aussi bien que le département de l’Eure. La Haute-Normandie s’intègre assez bien dans un groupe de régions du nord et du nord-est de la France, plutôt plus jeunes que les autres régions, caractérisées à des degrés divers par une natalité continuant à nourrir une croissance naturelle de la population supérieure ou au moins égale à la moyenne nationale, et marquées par un déficit migratoire devenu structurel. Le territoire du Pays Risle-Charentonne présente un profil assez différent : une structure par âge de la population plus vieille que celle de la région, des taux de natalité et des soldes naturels très nettement inférieurs, et des soldes migratoires, à l’origine, négatifs, qui ont eu tendance à se redresser au fur et à mesure de la dégradation de ceux de la région, et qui sont devenus faiblement positifs. Ce profil entraîne plusieurs conséquences potentielles déterminantes : l’accentuation progressive du vieillissement et le risque de contraction significative à terme de la population active du territoire, et de bridage de son développement économique ; le peu de perspectives offertes par un redressement spontané éventuel de la natalité, compte tenu de la structure déjà vieillie de la population résidente. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 41
  18. 18. En contrepoint de ces données relativement statiques, on doit observer que les évolutions à long terme de la démographie du Pays Risle-Charentonne seront donc presque entièrement liées aux variations de son solde migratoire. A cet égard, plusieurs remarques méritent d’être faites : le Pays présente les caractéristiques des territoires ruraux dont on constate que leur attractivité est tendanciellement à la hausse depuis le début des années 90 ; le Pays se trouve à proximité immédiate de grands centres urbains actifs dont une partie des flux peut être captée ; le Pays est inscrit dans une dynamique de flux notamment caractérisée par des mouvements migratoires significatifs (entre 1999 et 2006, le solde migratoire représente 85 % de la croissance de population). En conséquence, le Pays possède des éléments d’instabilité démographique, comme l’évolution démographique engagée à compter de l’année 2000 le montre clairement : d es rupture s s o nt po ss ible s à co urt, m o yen o u l o ng te rme. Du point de vue d’un document de prévision/planification comme un SCOT, cette situation démographique tend à centrer la réflexion sur les conditions de l’attractivité démographique, le logement, l’emploi, les services, l’image et l’organisation du territoire, c’est-à-dire sur tout ce qui peut attirer les ménages dans un contexte régional moyennement porteur. Les « possibles » démographiques sont nombreux et la fixation d’objectifs de population, donc l’accueil de ménages, sera un des éléments prospectifs les plus importants de la démarche de SCOT. LES PROJECTIONS DE POPULATION A 2030 L’ensemble des caractéristiques démographiques que nous venons d’analyser converge vers une analyse prospective des évolutions à l’horizon d’une génération, c’est-à-dire vers 2030. L’INSEE a réalisé des projections à 2030 par régions, départements et zones d’emploi. Ces projections intègrent à la fois le solde naturel et le solde migratoire. Le scénario « central » de la projection de l’INSEE est généralement considéré comme celui qui doit être retenu à titre de référence, et les chiffres qui suivent en sont extraits (hypothèse M90F0). Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 42
  19. 19. Ce scénario central repose sur deux hypothèses clés : le maintien des tendances migratoires des années 90, constatées plus favorables que celles de la période précédente (au cours des années 80), et le maintien de la fécondité à son niveau de 1999, soit 1,86 enfant par femme (point relativement haut par rapport à la période précédente mais dépassé au cours des années qui ont suivi). Ces projections aboutissent à l’accroissement prévisionnel suivant de la population de la région de Haute-Normandie : Variation de population par rapport à 1999 : 2020 2030 Haute-Normandie en nombre + 41 825 + 27 500 en pourcentage + 2,35% + 1,55% France métropolitaine en pourcentage 10,90% 14,90% Pour ce qui est du Pays Risle-Charentonne, il se développerait à un rythme moyen et il pourrait gagner un peu plus de 2 000 habitants à l’horizon 2015. La plupart des pays s’appuieraient sur un solde migratoire plus ou moins favorable. Le vieillissement démographique serait de mise pour tous les territoires, et le Pays Risle-Charentonne conserverait une population plus âgée que la moyenne. Mais du point de vue d’un SCOT, si l’évolution liée au solde naturel (excédent des naissances sur les décès) est d’une relative stabilité et se prête donc assez bien à une projection à long-terme, il n’en va évidemment pas de même avec l’autre élément essentiel de l’évolution d’une population : le solde migratoire, c’est-à-dire le bilan entrées/sorties du territoire. Celui-ci résulte avant tout de deux facteurs : 1. l’attractivité du territoire, c’est-à-dire ce que, par analogie avec les études de marché commerciales l’on pourrait englober sous le vocable de « demande » des ménages : où veulent-ils habiter ? veulent-ils changer de domicile ? s’ils habitent le territoire, veulent-ils le quitter ? s’ils ne l’habitent pas, veulent-ils le rejoindre ? quels sont les profils des immigrants, leurs âges, leurs catégories socio-professionnelles ? Les déterminants de ces décisions individuelles sont nombreux : prix de l’immobilier, sécurité, éducation, services publics, … le tout rassemblé et, en quelque sorte, dépassé par l’image globale qu’ont les ménages du territoire. 2. les possibilités effectives de domiciliation (« l’offre »), qui incluent le nombre des logements disponibles, que ceux-ci résultent de la rénovation, du renouvellement urbain ou de l’ouverture à l’urbanisation. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 43
  20. 20. L’on remarquera que l’essentiel des aspects de ces deux facteurs constitue précisément un des enjeux du SCOT lui-même, notamment de son document d’orientation. Là est évidemment la raison pour laquelle il est difficile, dans le cadre du diagnostic du SCOT, de réaliser des prévisions de solde migratoire, puisque le nombre des arrivées est largement déterminé par la politique que le SCOT définira dans son PADD, concernant notamment la création de logements sans lesquels l’accueil de populations nouvelles est impossible. Dans ces conditions, de solde migratoire dépend du SCOT qui ne peut donc pas en fixer les objectifs avant la phase PADD. Il convient donc de réaliser pour le Pays de Risle-Charentonne, dans le cadre du diagnostic du SCOT, une projection liée au seul solde naturel, et sur le périmètre du SCOT. Celle-ci a été réalisée par l’équipe PROSCOT avec deux hypothèses : l’hyp othè se ba sse prolonge les tendances antérieures de la natalité locale sans inflexion autre que celle liée à la pyramide des âges: elle aboutit à une population en augmentation de 1 300 habitants, et à un c hiff re total de 6 8 2 00 ha bita nts en 2 0 30 (+ 1,7 % par rapport à 2005). l’hyp othè se haute envisage le maintien d’une natalité un peu plus favorable, et aboutit à 68 90 0 habita nts e n 20 30 , soit + 2 000 habitants par rapport à 2005 (+ 2,7 %). Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 44
  21. 21. Dans tous les cas, l’augmentation de la population ne serait pas susceptible de limiter le processus de vieillissement. Rappelons que ces hypothèses constituent des projections de population, et non des prévisions, puisqu’elles se bornent à prolonger les tendances antérieures, avec des inflexions éventuelles. Cependant, l’évolution réelle de la population totale dépendra également du solde migratoire, donc de l’accueil de populations nouvelles. La suite du processus de SCOT, et notamment les scénarios du PADD, permettront de fixer des objectifs de solde migratoire et donc d’attractivité du territoire. Ces objectifs de solde migratoire, ajoutés aux hypothèses ici présentées de solde naturel, conduiront à tracer des objectifs de population totale à 2030 du Pays Risle-Charentonne, et donc de fonder sur ces objectifs des besoins en logements, en emplois, etc… Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 45
  22. 22. La population: conclusion Un enjeu fondamental du SCOT La p op ulati on du Pa ys Ri sle- La population du territoire du SCOT a atteint près de 6 7 7 00 ha bita nts e n 2 0 06 , contre 64 200 en 1982. Le C hare nt onne a uj o urd’ hui territoire reste marqué par une stagnation démographique dans les années 80, et sa progression au total est moyenne, alors qu’il jouxte des territoires (Evreux, etc…) dont la dynamique se rattache à celle de l’Ile-de-France. Il en résulte une population vieillie, avec une natalité inférieure à la moyenne régionale, mais avec un solde migratoire Une p op ulati o n â gée devenu positif au contraire de la Haute-Normandie. De plus, les rythmes d’accroissement ont été très dissemblables au sein du SCOT, avec un « centre » (Bernay, Beaumont, Beaumesnil) nettement plus dynamique. Les perspectives d’évolution de la population sont donc difficiles, avec une diminution probable des classes d’âge les plus actives (20/59 ans), ce qui peut conduire à des reculs économiques importants, et une progression liée au Un ave ni r dém o gra phiq ue solde naturel (naissances moins décès) faible à long terme. totaleme nt lié a ux m ig ratio ns L’absence de « réserves » démographiques sur place, liée à la pyramide des âges actuelle, conduit, du point de vue du SCOT, à considérer que l’avenir démographique (et d’une certaine manière le potentiel économique du territoire) se jouera entièrement sur le solde migratoire (nouveaux arrivants moins les partants), lié à l’attractivité du territoire. Le regain récent de cette attractivité (depuis 1990 et surtout depuis 2000) est dans ce domaine l’indice le plus encourageant du Pays. La population du territoire évoluera à l’avenir en fonction de deux réalités : Démog ra phi e et S CO T le main tie n d’ une attr acti vit é dan s le « ce ntre » du t erritoire (B eau me snil, B ern ay , Bea umont-l e-Rog er), ce qui dé pe nd à la fois du r ayon ne men t d e Ber na y et de l ’a ttrait d es zon es rur ale s d e c e s ect eur , lié au maill age d e l eurs bourgs) la rest aura tion d ’un e véri ta ble dyn ami qu e d émogra ph ique da ns les c anto ns d e Brionne , Broglie , Rugles et sur tout Th ib ervill e, au tour du mê me maill ag e d es v illes et de s bo urgs rur aux , s ans l a quell e l ’é quili br e du Pays s erait gra ve me nt com promis . Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 46
  23. 23. La population: les indicateurs Evol utio n glo bale d e la p op ulati o n population totale du territoire population de chaque communauté de communes solde naturel par communauté de communes population totale des villes et bourgs de plus de 1 500 habitants Vieilli sseme nt indice de vieillissement du territoire indice de vieillissement (ou de jeunesse) par communauté de communes part des seniors (60 ans et plus) dans la population de chaque communauté de communes part des seniors dans les villes et bourgs de plus de 1 500 habitants part des jeunes (- de 20 ans) dans la population de chaque communauté de communes Mig ratio ns solde migratoire par communauté de communes solde migratoire avec le reste du département solde migratoire avec le reste de la région. Syndicat Mixte pour le SCOT du Pay s Risle- Chare ntonne - Elaboration du SCOT – Diagnostic – réalisation : PROSCOT 47

×