SlideShare une entreprise Scribd logo
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
ww ●
● Châteaux, églises, usines, paysages… composent les patrimoines de la Drôme.
Transmis de génération en génération, ces biens matériels et immatériels constituent
un héritage commun à découvrir.
Ainsi neuf lieux emblématiques se dévoilent et accueillent chacun une exposition
documentaire et artistique sur une des typologies du patrimoine qui caractérisent
le département et participent à son identité.
LE PATRIMOINE
RELIGIEUX
Le couvent de Charrière est
un monument emblématique
des édifices religieux du département
et d’une reconversion exemplaire en
cours de réalisation. Ce patrimoine,
qu’il soit mobilier ou immobilier,
constitue par son nombre, sa
monumentalité et sa symbolique
un élément incontournable
de l’identité du département.
Les photographies de Claire Chevrier,
qui complètent cette présentation,
proposent un regard singulier sur
les objets religieux symboles de ferveur,
de croyance et objets culturels.
Exposition réalisée par la Conservation
départementale du patrimoine avec
l’association Patrimoine castelneuvois et
la commune de Châteauneuf-de-Galaure.
Du 26 août au 18 septembre 2011.
9 SITES EMBLéMATIQUES,
8 TYPOLOGIES
DE PATRIMOINE
● Patrimoine artisanal et industriel,
Cartoucherie à Bourg-lès-Valence
et Maison de la cure à Saint-Restitut
● Patrimoine archéologique,
site de la tour d’Albon
● Patrimoine religieux,
couvent de Charrière à Châteauneuf-de-Galaure
● Patrimoine artistique et architectural,
Palais idéal du facteur Cheval à Hauterives
● Patrimoine mémoriel,
musée départemental de la Résistance
du Vercors à Vassieux-en-Vercors
● Patrimoine agricole,
cabanons de vigne à Châtillon-en-Diois
● Patrimoine naturel,
forêt de Saoû
● Patrimoine fortifié et demeures,
château de Grignan
Les patrimoines
de la Drôme
graphisme : olivier umecker
1 SERVICE DÉPARTEMENTAL,
4 MISSIONS
Cette exposition est réalisée par
la Conservation départementale du patrimoine,
service du Département de la Drôme, qui depuis
1984, est chargée de mettre en œuvre
la politique patrimoniale départementale,
tout en contribuant au développement culturel,
touristique, économique et à l’aménagement
du territoire.
Quatre missions sont conduites :
Étudier, inventorier, documenter
•	le patrimoine mobilier, immobilier et immatériel des
communes, les collections des musées départementaux
et conventionnés (études, inventaires, commandes
photographiques…)
Conserver, restaurer, enrichir
•	les sites historiques et les collections des musées
appartenant au Département
•	le patrimoine des collectivités et des propriétaires privés
en apportant une aide scientifique et financière
Valoriser, animer
•	les sites dans les communes et le long du Rhône
(signalétiques historiques, Viarhôna)
•	les musées et les maisons thématiques
(expositions, aménagements muséographiques)
Sensibiliser, diffuser
•	à travers des conférences, des  formations, des publications
Avec différents partenaires :
•	Direction régionale des affaires culturelles,
Région Rhône-Alpes, Conseil d’architecture, d’urbanisme
et d’environnement de la Drôme, Service territorial
de l’architecture et du patrimoine…
•	les autres services du Département : Environnement/Espaces
naturels sensibles, Bâtiments, Aménagement
du territoire, Tourisme, Informatique, Juridique…
•	les communes, communautés de communes, propriétaires
privés, associations, musées, maisons thématiques
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
● Le patrimoine religieux, mobilier et immobilier, constitue par son nombre,
sa monumentalité et sa symbolique un élément incontournable de l’identité et de l’histoire
du département. De l’art roman à l’époque moderne, du plus haut perché au plus discret de
la vallée, chaque édifice a son style, chaque lieu a son histoire.
Du prieuré à l’ensemble
conventuel
Dans le hameau de Charrière, sur la rive gauche
de la Galaure, est mentionné dès le XIVe
siècle
un prieuré bénédictin dépendant de Manthes.
En 1456, l’édifice est donné à des franciscains
observants et de nouveaux bâtiments
conventuels sont alors aménagés [1].
Détruit par un incendie en 1567, au moment
des guerres de Religion, l’établissement
religieux fait l’objet de travaux de
reconstruction pendant plusieurs années.
En 1680, une donation de François Servonnet,
notaire royal et châtelain de Châteauneuf-de-
Galaure, permet de terminer la réalisation
de la voûte sur le chœur de l’église [2].
à la fin du XVIIIe
siècle, l’ensemble est
abandonné par les religieux. Le couvent est
vendu sous la Révolution comme bien national
à des propriétaires privés.
Une architecture
en molasse et galets
L’ensemble conventuel est composé de l’église
Saint-Pierre et de trois corps de bâtiments
destinés à la vie quotidienne des religieux.
L’église était à l’origine cernée sur ses trois
côtés d’un mur de clôture abritant le cimetière.
Orientée est-ouest, elle est composée d’une
nef unique et d’une travée de chœur fermée
par un chevet à pans coupés. Construite avec
les matériaux locaux, elle est ornée d’éléments
architecturaux remarquables comme le portail
d’entrée [3], les baies ou le linteau de la porte
d’accès à la sacristie.
Un patrimoine
aujourd’hui propriété
de la Commune
Depuis 2004, le couvent de Charrière appartient
à la Commune de Châteauneuf-de-Galaure.
Depuis lors, elle s’emploie, soutenue par
l’association « Patrimoine castelneuvois », à
faire restaurer cet ensemble et à le valoriser
dans le but de créer un lieu d’animation ouvert
au public.
1
Le patrimoine
religieux
[1] Façade est du couvent (E. Georges)
[2] Voûte du chœur de l’église (E. Georges)
[3] Portail d’entrée de l’église Saint-Pierre (E. Georges)
[3] Portail d’entrée de l’église Saint-Pierre (E. Georges)
Le couvent de Charrière, Châteauneuf-de-Galaure (E. Georges)
[4] Détail de peinture (E. Georges)
Le couvent de Charrière
Dans le chœur, des fragments de peintures
murales représentant des scènes de la vie
de saint François (XVe
-XVIe
siècles), ainsi que
des éléments de décors architecturaux,
des draperies, des motifs végétaux (XVIIe
siècle)
et une horloge [4] sont encore très présents.
Au nord de l’église, se trouvent trois corps de
bâtiments refermés autour d’une cour centrale
bordée de galeries aujourd’hui disparues.
Ce cloître permettait de mettre en relation
l’église et les espaces conventuels séparés par
un passage pavé de petits galets probablement
public.
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
Les ordres
religieux
Dans la Drôme, certaines abbayes sont
particulièrement influentes au début
du XIIe
siècle à l’image des chanoines
de Saint-Ruf à Valence, de Saint-Barnard à
Romans ou encore des moines cisterciens à
Léoncel, Valcroissant [1] et Montjoyer.
D’autres ordres religieux marqueront fortement
la Drôme par l’implantation d’établissements
monastiques comme les chartreux de
Bouvante ou les ordres hospitaliers du Poët-
Laval ou de Lus-la-Croix-Haute. Au cours des
XIIe
et XIIIe
siècles, les ordres mendiants avec
les dominicains (Buis-les-Baronnies) et les
franciscains (Châteauneuf-de-Galaure, Valence
[2], …) mais également les augustins (Saint-
Vallier et Saint-Donat-sur-l’Herbasse [3]),
s’imposent dans la Drôme en développant
une nouvelle forme de spiritualité.
2
Après une période de troubles liée aux invasions barbares,
les grands ordres religieux à la fin du Xe
et du XIe
siècles participent
activement au renouveau de l’Église. Hauts lieux de foi, d’érudition,
ces édifices témoignent par leur architecture imposante
de l’importance des ordres monastiques.
Abbayes et monastères
[1] Abbaye de Valcroissant, Die (G. Aymard)
[3] Cloître de la collégiale, Saint-Donat-sur-l’Herbasse (E. Georges)
[5] Abbaye d’Aiguebelle, Montjoyer (E. Georges)
[4] Abbaye Notre-Dame, Léoncel (G. Aymard)
[2] Chapelle des Cordeliers, Valence (J.-P. Bos)
Abbaye de Léoncel (E. Georges)
Les cisterciens
et les chartreux
À la fin du XIe
siècle, à l’apogée de Cluny,
un mouvement de réforme se développe
donnant naissance aux cisterciens, chartreux et
prémontrés. Au début du XIIe
siècle, d’imposants
établissements monastiques s’installent dans
la Drôme. Dès 1137, des moines cisterciens
s’établissent sur le site de Léoncel [4]. Après
une période florissante aux XIIe
et XIIIe
siècles,
l’abbaye connaît au XIVe
siècle d’importantes
difficultés. La fin du XVIe
siècle, et notamment
les guerres de Religion, marquent le déclin
irréversible du monastère qui est vendu comme
bien national en 1790. L’abbatiale se caractérise
par une grande harmonie d’ensemble malgré les
reprises des XVIIe
et XVIIIe
siècles : remaniement
de la façade occidentale, ajout de contreforts au
nord. L’abbaye d’Aiguebelle est fondée en 1137
par des moines cisterciens et bénédictins.
En partie détruite au XVIe
siècle, l’église est
restaurée aux XVIIIe
et XIXe
siècles et la façade
occidentale est reconstruite en 1992 [5].
De la date de sa fondation, en 1144, jusqu’au
XIVe
siècle, la chartreuse du Val-Sainte-Marie
de Bouvante reçoit un grand nombre de terres
(8 800 hectares) et son rayonnement ne cesse
de croître. Les guerres de Religion puis
la Révolution française dévastent le monastère.
La chartreuse est alors vendue comme bien
national en 1791. Le site, propriété privée, est
de nos jours envahi par la végétation et non
accessible.
Le patrimoine
religieux
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
Le diocèse de Valence
À la tête du diocèse de Valence, la cathédrale
Saint-Apollinaire appartenait à un groupe
épiscopal primitif composé de plusieurs églises.
Dominant la basse ville et le Rhône, elle fait face
à l’ancien palais épiscopal occupé de nos jours
par le musée de Valence. Consacrée en 1095 par
le pape Urbain II, la cathédrale est restaurée
à l’identique au XVIIe
siècle. Elle conserve une
belle homogénéité proche de l’esprit roman
comme en témoigne le chevet et ses volumes.
Les murs pignons nord et sud présentent
un caractère antiquisant par leur fronton
triangulaire. L’imposant clocher-porche sera
édifié au XIXe
siècle.
3
Plusieurs diocèses médiévaux, administrés par un évêque, se trouvaient en totalité ou en partie
sur l’actuel territoire du département de la Drôme : les diocèses de Vienne, Valence, Die,
Saint-Paul-Trois-Châteaux, Vaison ou Gap. Cathédrales et collégiales marquent par leur architecture
l’histoire de ce découpage et de ces zones d’influences du pouvoir spirituel.
Cathédrales et collégiales
[3] Ancienne cathédrale
Notre-Dame, Die (G. Aymard)
[4] Ancienne cathédrale
Notre-Dame, Saint-Paul-Trois-
Châteaux (E. Georges)
Cathédrale Saint-Apollinaire, Valence (P. Lemaitre)
Le diocèse de Vienne
L’emprise du diocèse de Vienne dans la Drôme
concerne la rive droite de l’Isère. Deux grandes
églises rivales y furent fondées : à Romans,
la collégiale Saint-Barnard par les évêques
de Vienne et à Saint-Donat-sur-l’Herbasse,
la collégiale Saint-Donat par les évêques
de Grenoble.
À Romans, l’origine de la collégiale remonte
à la fondation d’un monastère bénédictin
au XIe
siècle par saint Barnard. Elle présente
un ensemble architectural édifié du XIe
au
XVe
siècle. La statuaire du portail occidental est
à rapprocher du roman provençal [2]. Le chœur,
le transept et les voûtes de la nef sont
gothiques.
Ancien monastère, le palais delphinal de Saint-
Donat est fondé au XIe
siècle. Le portail nord,
la base du clocher-porche ainsi que le cloître [1]
et la chapelle des Évêques sont d’origine
romane.
Les diocèses de Die
et Saint-Paul-Trois-
Châteaux
Dès le IVe
siècle, le vaste diocèse de Die s’étend
du Vercors aux Baronnies. Implantée au cœur
de la cité, la cathédrale Notre-Dame [3] et son
puissant clocher-porche du XIIe
siècle
représente ce siège épiscopal supprimé en 1801.
[1] Collégiale Saint-Barnard, Romans (E. Georges)
[2] Collégiale Saint-Donat, Saint-Donat-sur-l’Herbasse (E. Georges)
Le patrimoine
religieux
Fondé à partir du VIe
siècle, le diocèse de Saint-
Paul-Trois-Châteaux est le plus modeste par son
emprise géographique sur le territoire drômois
mais l’un des plus importants du patrimoine
roman du Tricastin. L’église de Saint-Paul [4],
cathédrale jusqu’à la Révolution, date
des XIIe
-XIIIe
siècles. Elle est l’un des exemples
les plus achevés de l’architecture romane par
la simplicité de son plan, la perfection
des volumes et l’inspiration antique.
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
Histoire
de l’implantation
des églises et prieurés
Des églises paléochrétiennes et carolingiennes
ne subsistent que quelques fragments sculptés
utilisés en remploi dans certains édifices
d’origine romane comme ceux de Crupies,
Vesc, Puygiron… Aux XIe
et XIIe
siècles la plupart
des prieurés et églises sont édifiés à l’écart
du pouvoir civil, à l’emplacement d’anciens
sites liés à l’Antiquité (Sainte-Jalle, Val des
Nymphes de La Garde-Adhémar [1], Manthes,
Chabrillan [2], Lachau [3], Gigors-et-Lozeron…).
De la fin du XIIIe
siècle au XVe
siècle de nouvelles
églises s’installent dans l’enceinte de bourgs
fortifiés plus sécurisés (Rochefort-en-Valdaine).
Deux églises et prieurés
remarquables
du département
L’église Saint-Pierre et le prieuré de Manthes
relevaient au XIe
siècle de l’abbaye de Cluny.
Malgré de nombreux remaniements,
les bâtiments présentent un bel ensemble
architectural associant église et maison
conventuelle [4]. Au sud de l’église, se développe
le prieuré, vaste bâtiment datant de la fin
du XVe
début du XVIe
siècle. L’intérieur est
marqué par un beau plafond à caissons et
des peintures de la fin du XVIe
et du XVIIe
siècle.
à Sainte-Jalle, l’église Notre-Dame-de-Beauvert
(fin XIIe
siècle) a succédé à plusieurs édifices
religieux appartenant à l’Antiquité et au Haut
Moyen Âge. Elle est le siège d’un prieuré
clunisien du diocèse de Sisteron jusqu’au début
du XVe
siècle. Le clocher-tour surmontant
la croisée du transept, les proportions parfaites
du chevet ainsi que le portail sculpté
constituent les points forts de l’édifice. Par
ses proportions, cette église est l’une des plus
belles de l’arrière-pays provençal drômois.
4
Les hommes, au fil du temps, ont tracé un réseau du sacré dans des sites naturels d’exception.
Avec le développement du christianisme et l’édification de prieurés, d’églises ou de chapelles le long
des voies de communication, ces lieux de culte païen se transforment en lieux de pèlerinages.
Sous l’influence des métropoles et des diocèses, ces implantations religieuses attirent une population
suffisamment importante pour l’établissement d’églises paroissiales.
Prieurés et églises
Église Notre-Dame-de-Beauvert, Sainte-Jalle (E. Georges)
[1] Prieuré du Val des Nymphes, La Garde-Adhémar (CPD)
[3] Église Notre-Dame-de-Calma, Lachau (E. Georges)
[2] Église Saint-Pierre, Chabrillan ( J.-P. Bos) [4] Prieuré, Manthes (E. Georges)
Jusqu’au début du XVIe
siècle, le style gothique
marquera l’architecture de ces nouveaux
édifices (Saint-Barnard de Romans, Le Grand-
Serre, Saint-Vallier, … ). Certaines chapelles
seigneuriales seront particulièrement
influencées par cette époque (La Motte-de-
Galaure, Claveyson, Albon...). Lors des guerres
de Religion du XVIe
siècle, de nombreux
édifices seront détruits et laissés à l’abandon
(Montbrison-sur-Lez) ou, en partie ou en
totalité, reconstruits au XVII-XVIIIe
siècle
(Piégon). Le XIXe
siècle sera celui d’un nouvel
élan de construction, avec l’agrandissement ou
l’édification de nouveaux bâtiments.
Le patrimoine
religieux
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
Les chapelles
rurales
Isolés dans la campagne ou à proximité d’un
hameau, au sommet d’une colline ou à fleur
de rocher, ces petits sanctuaires, plus ou moins
cachés, s’intègrent parfaitement à un territoire
dont ils sont le reflet. Souvent réalisées par
des artisans locaux, ces petites chapelles,
quelque soit leur époque de construction,
présentent des caractères analogues avec
un parti pris architectural très simple : portail
en plein cintre, nef unique couverte d’un
berceau, abside voûtée en cul de four… [1]
Construites sous le vocable d’un saint,
ces chapelles sont souvent rattachées à
un pèlerinage (Mirabel-aux-Baronnies, Nyons,
Rousset-les-Vignes, Cornillac,…), une légende
(Tain-l’Hermitage [2], Combovin, Bénivay-
Ollon…). Elles sont parfois liées à une confrérie
comme celle des pénitents très présents dans
la Drôme (Sainte-Jalle, Étoile, Saint-Martin-
d’Hostun, La Garde-Adhémar, La-Roche-sur-le-
Buis…).
Les croix, calvaires
et oratoires
Ces édicules, symboles de piété populaire,
délimitent les domaines, jalonnent
les itinéraires de pèlerinage ou se remarquent
au centre des places et des cimetières.
Ils affirment la présence de l’Église tout en
conjurant le sort et les divers fléaux. Beaucoup
de ces croix, calvaires et oratoires seront
victimes des guerres de Religion ou de
la Révolution. Certains renaîtront sous l’impact
des missions.
Le calvaire le plus important de la Drôme est
le calvaire des Récollets de Romans [4] dont
l’origine remonte au XVIe
siècle. Ruiné par
les guerres de Religion, sa restauration sera
entreprise de la fin du XVIe
siècle jusqu’au
XIXe
siècle. Aujourd’hui, le « Grand voyage »
compte une vingtaine de stations dans la ville.
Dans l’enclos se trouve le calvaire épargné par
les guerres de Religion, ainsi que dix-neuf
stations reconstruites au XIXe
siècle.
Ces stations sont en cours de restauration.
Les chapelles
du XIXe
siècle
À la fin du XIXe
siècle, l’intense période
de construction de l’Église catholique portée
par un mouvement populaire donne lieu à des
expériences architecturales singulières dont
bien souvent les prêtres sont à l’origine.
La silhouette dentelée de la chapelle
Notre-Dame-de-Bon-Secours à Nyons [3],
la vertigineuse chapelle Notre-Dame-de-
Consolation à Pierrelongue, la discrète chapelle
en encorbellement Notre-Dame-du-Pont à
Mollans-sur-Ouvèze ou la chapelle néogothique
Saint-Hugues de Châteauneuf-sur-Isère sont
l’illustration de cette période de construction
de petites églises en réduction.
5
Chapelles, calvaires, croix de chemin, statues monumentales et petits oratoires sont nombreux
dans la Drôme. Ces édifices ou édicules qui ponctuent le territoire constituent un « petit patrimoine
religieux » sensible, victime de l’abandon progressif du culte ou de l’aménagement du territoire.
Chapelle Notre-Dame-de-Consolation, Pierrelongue (G. Aymard)
[2] Chapelle Saint-Christophe, Tain-l’Hermitage (CDP)
[1] Chapelle de l’abbaye de Bodon, Saint-May (G. Aymard) [3] Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, Nyons (G. Aymard)
[4] Calvaire des Récollets, Romans (J. Robert)
Chapelles, oratoires,
calvaires, croix de chemin
Le patrimoine
religieux
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
Les « églises-temples »
Des églises désaffectées sont en totalité ou
partiellement attribuées au culte protestant.
Parmi ces édifices on peut citer :
● à Valence l’ancien prieuré Saint-Jacques
de l’ordre Saint-Ruf édifié au XIIe
siècle et
restauré au XVIIe
siècle [1] ;
● à Nyons, l’église du couvent des Récollets et
à Vinsobres, l’ancienne église castrale ;
● à Die, l’ancienne chapelle des Jésuites (1832)
avec une chaire du XVIIe
siècle et une porte
sculptée de têtes d’anges ;
● à Pontaix, l’église d’origine médiévale avec
ses deux chapelles en encorbellement devenue
temple protestant après la Réforme et rendue
aux catholiques au XVIIe
siècle. L’ensemble de
l’édifice est couvert de peintures remarquables
datant du XIVe
au XVIIe
siècles [2] ;
Le musée
du protestantisme
dauphinois
L’ancien temple du Poët-Laval, un des rares
en France à être antérieur au XIXe
siècle, abrite
un musée dédié à l’histoire du protestantisme
dans le Dauphiné jusqu’à nos jours.
Les temples
du XIXe
siècle
De nombreux temples sont construits sous
la Monarchie de Juillet (1830-1848) mais aussi
sous la Restauration, le Second Empire et
les IIe
et IIIe
Républiques. Le plus souvent de
forme rectangulaire, ces édifices aux lignes
épurées présentent une architecture très
classique à l’image des temples de Dieulefit,
Bourdeaux, Crest, Luc-en-Diois... L’intérieur est
sobre et dépouillé, centré sur la Bible ouverte
et la chaire du prédicateur [4], symboles de la
Parole éventuellement rappelée par des versets
bibliques aux murs. Le temple de Taulignan [5],
récemment protégé au titre des Monuments
historiques, présente une architecture originale
en rotonde.
6
Au XVIe
siècle, la Réforme protestante se développe dans le sud du Dauphiné. Après les guerres
de Religion, l’édit de Nantes favorise la construction de nombreux temples qui seront démolis avec
sa Révocation en 1685. La période de clandestinité et de persécutions s’achève avec l’édit de tolérance
de 1787 et la Déclaration des droits de l’homme de 1789. Il faut attendre le concordat napoléonien
de 1802 pour que le protestantisme redevienne une Église officielle.
Temples protestants
[2] Temple de Pontaix (G. Aymard)
[1] Temple de Valence (service communication, Ville de Valence)
Temple de Luc-en-diois (G. Aymard)
● à Sainte-Croix et à Beaumont-lès-Valence, les
églises sont partagées au début du XIXe
siècle,
la nef devenant le temple, l’abside et le transept
restant catholiques [3].
[3] Temple-église de Sainte-Croix (G. Aymard)
[4] Temple de Val-Maravel (CDP)
[5] Temple de Taulignan (E.Georges)
« Sur les pas des huguenots »
Un programme européen propose un projet
de coopération entre la France et l’Allemagne
sur l’exil des huguenots dauphinois et leur
installation en Allemagne. Ce programme
a pour objet la création d’un chemin
international de grande randonnée suivant
le tracé historique de leur fuite. Le musée
du protestantisme dauphinois du Poët-Laval
constitue le point de départ de ce tracé.
Le patrimoine
religieux
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
Les sculptures,
vitraux et mosaïques
Les influences de la sculpture romane dans
l’architecture religieuse sont multiples. Scènes
bibliques, bestiaire roman, décors floraux
d’inspiration antique se concentrent sur
les chapiteaux, les tympans, les clés de voûtes
des édifices (Anneyron [1], Chantemerle-les-Blés,
Die, Étoile-sur-Rhône, Le Grand-Serre, Romans-
sur-Isère, Saint-Donat-sur-l’Herbasse, Sainte-
Jalle et Valence [2]…). Bien plus tardivement,
aux xixe
et xxe
siècles, des sculpteurs locaux
s’illustrent dans l’art religieux (Nyons, Saint-
Laurent-en-Royans…).
Les vitraux, ornés de représentations
emblématiques et symboliques, constituent
un élément de décor qui illumine la plupart
des édifices religieux. Si l’immense majorité
des vitraux a été réalisée au xixe
siècle, il en
subsiste quelques uns plus anciens (visages
du xvie
siècle, vitrail de Manthes [3]).
Les rares mosaïques encore visibles dans
les églises témoignent des influences directes
de l’Antiquité dans les décors (Die, Saint-Paul-
trois-Châteaux…).
Les décors peints
Les peintures murales sont d’autres éléments
de décors dont les plus remarquables se
situent entre le xiie
et le xve
dans les églises
et chapelles (Anneyron, Claveyson, Colonzelle,
Crépol, Montbrun-les-bains, Saint-Marcel-lès-
Sauzet [4], Romans-sur-Isère). Au cours des xviiie
et xixe
siècles, de nombreux artistes italiens
de passage ainsi que des religieux (moines
d’Aiguebelle) réalisent des décors peints dans
de nombreux lieux de cultes (Bénivay-Ollon,
Mollans-sur-ouvèze, Montjoyer [5], Réauville
et Rochebrune…)
7
Les décors et le mobilier monumental sont des éléments essentiels
du patrimoine religieux drômois. Décors sculptés, vitraux,
mosaïques, peintures murales, lambris et retables, sont le reflet de
la culture artistique et de l’histoire religieuse du territoire.
Décors et mobilier monumental
[1] Chapiteau, XIIe
s., église d’Anneyron, (E. Georges)
[2] Tympan du porche sud, XIIe
s., d’entrée, cathédrale de Valence, (P. Lemaitre)
[3] Vitrail, XVIe
et XIXe
s., église de Manthes, (E. Georges)
Décor peint, XIIIe
-XIVe
s., collégiale de Romans-sur-Isère (E. Georges)
les lambris
et retables
Les ensembles monumentaux, composés
d’autels, de lambris et de retables ornés
de sculptures ou de peintures, participent
pleinement au décor d’édifices religieux
en tout genre. Après les destructions des
ornements des églises lors des guerres de
Religion et de la Révolution, le clergé commande
à des artistes et à des artisans des ensembles
monumentaux destinés à glorifier ses
croyances. Ces éléments de décors, dont
la plupart datent des xviie
et xviiie
siècles,
sont souvent réalisés ou attribués à des artistes
provençaux (Grignan [6], Montbrun-les-Bains et
Reilhanette…). Ils proviennent parfois d’anciens
couvents ou de monastères (boiseries du chœur
de l’église de Saint-Jean-en-Royans [7]).
[4] Décor peint du chœur, XIIe
-XIIIe
s. ?, église de Saint-Marcel-lès-Sauzet
(E. Georges)
[5] Décor peint, 1879, église de Montjoyer, (E. Georges)
[6] Retable du chœur, XVIIe
s., en bois
doré, collégiale de Grignan (E. Georges)
[7] Boiseries du choeur, début XVIIIe
s.,
église de Saint-Jean-en-Royans (CDP)
Le patrimoine
religieux
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
L’iconographie
religieuse
L’iconographie des œuvres d’art nous renseigne
sur les dévotions et les cultes locaux. Elle est
souvent liée à des saints connus pour leur
pouvoir de protection ou de guérison tels saint
Vincent, saint Roch et saint Sébastien [1] mais
également à des saints liés à l’histoire locale,
comme saint Eutrope ou saint Valère.
Les scènes bibliques [2] et les figurations de
la vie de la Vierge et du Christ, comme sur les
tentures brodées de la collégiale de Romans,
sont aussi fréquemment représentées.
Le musée d’art sacré
de Mours-Saint-Eusèbe
D’une richesse exceptionnelle, la collection
du musée est visible dans l’église Notre-Dame
où se côtoient textiles liturgiques, pièces
d’orfèvrerie [6], peintures, sculptures et objets
de dévotion populaire. Un projet de
construction de musée est en cours :
il permettra de découvrir les patrimoines
religieux de la Drôme ainsi que les usages
et pratiques de la religion.
Les peintures
et sculptures
Si beaucoup de peintures religieuses restent
encore anonymes, elles témoignent de
l’influence des grandes écoles italiennes
et nordiques. L’église de Nyons possède un
ensemble remarquable d’œuvres du XVIIe
siècle
[3]. Certaines, signées d’artistes régionaux,
sont fortement influencées par la peinture
vénitienne et le caravagisme.
Aux XIXe
et XXe
siècles, des peintres drômois,
comme Joseph-Fortuné Layraud [4] ou Félix
Clément, marqueront le département.
Ils seront suivis par d’autres artistes locaux
comme Paul Audra, Loÿs Prat.
8
Des milliers d’œuvres d’art ornent les édifices religieux.
Des peintures aux sculptures en passant par les pièces d’orfèvrerie
ou de textile, elles sont le signe de la foi, de l’art et de l’ingéniosité
des hommes.
Peintures, sculptures et objets d’art
[1] Saint Roch et Saint Sébastien, fin XVIe
siècle ?, collégiale de Romans
(ADD, P. Rio)
[2] Groupe sculpté « la Cène », 1817, église de Peyrins (CDP) [4] Tableau « Saint Sébastien », 1869, église de La Roche-sur-le-Buis (ADD, P. Rio)
[3] Tableau « Saint Bonaventure », XVIIe
siècle., église de Nyons (ADD, P. Rio)
Détail d’une tenture brodée, XVIe
siècle, collégiale de Romans (E. Georges)
Les objets d’art
La qualité et la diversité des objets cultuels
traduisent l’évolution des pratiques religieuses
à travers les siècles. Les rites religieux
impliquent l’utilisation d’objets spécifiques
(calices, ciboires, encensoirs , ostensoirs …).
D’autres objets sont plus particulièrement
destinés à orner les édifices et les meubles
(lustres, chandeliers, vases…). Une dernière
catégorie est liée à l’adoration et à la vénération
des saints (reliquaires [5], objets liés aux
processions et aux confréries...).
Enfin, les vêtements liturgiques, dont la plupart
ne sont plus utilisés, révèlent une production
artisanale de qualité.
La fin du XIXe
et le début du XXe
siècle voient
apparaître la fabrication d’objets et
de sculptures en séries de qualité moindre
qui répondent à la ferveur de l’époque.
[5] Bras reliquaire
de saint Eutrope, 1896, église
de Reilhanette (E. Georges)
[6] Navette et encensoir,
fin XVIIIe
siècle, coll. musée de Mours
(CDP)
Le patrimoine
religieux
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv
Étude et conservation
préventive
Chaque édifice a vécu une histoire qu’il
est important de connaître avant toute
intervention. Conduire des études préalables
(diagnostic, projet global d’aménagement,
programme d’intervention pluriannuel…) est
un enjeu essentiel à la réalisation
de travaux sur le patrimoine mobilier et
immobilier en général et sur le patrimoine
religieux en particulier. Ces études permettent
de préconiser des actions adaptées dans
les édifices religieux où l’ornementation
(peintures murales [1], lambris…) et les objets
occupent une place sensible.
Afin d’éviter des restaurations importantes,
la conservation préventive constitue une
autre action indispensable permettant d’agir
en amont. Cette démarche globale recouvre
l’ensemble des mesures prises afin de prolonger
la vie d’un objet ou d’un bâtiment en prévenant
sa dégradation naturelle ou accidentelle
(dévégétalisation, nettoyage [2], traitement
du bois, pose de déshumidificateur, formations
à l’entretien des objets…).
De la restauration
à la valorisation
Au-delà des travaux d’étude et de conservation
préventive, la restauration des édifices religieux
souvent monumentaux et de leur mobilier reste
encore fréquemment nécessaire. Réalisée par
des artisans spécialisés elle permet au bâtiment
ou à l’objet de retrouver son aspect originel
[3, 4]. Ce patrimoine cultuel peut ensuite être
valorisé par des actions relatant son histoire
et sa restauration (signalétique historique,
publications, mise en lumière…).
9
Avec plus de 700 églises, temples et chapelles, la Drôme compte
parmi les départements les plus riches en édifices religieux. Ces
bâtiments et les objets qu’ils abritent nécessitent une attention
particulière en matière d’étude, de conservation, de restauration et
de mise en valeur.
De la sauvegarde à la mise en valeur
[1] Plafond peint, prieuré de Manthes (E. Georges) [3] Retable, fin XVIIe
siècle, église de Séderon (E. Georges)
[2] Porte de la chapelle des Cordeliers, Valence
(C. Matras, Département de la Drôme)
[4] Détail du tabernacle, XVIIe
siècle, église de Puygiron (E. Georges)
Réfection des couvertures du couvent de Charrière, Châteauneuf-de-Galaure (E. Georges)
L’exemple du couvent
de Charrière
En 2002, une consolidation des peintures
murales du chœur est réalisée. L’ensemble fait
l’objet d’un travail universitaire qui rassemble
les différentes phases de l’histoire du lieu
depuis le Moyen Âge. Une étude préalable est
confiée en 2005 à un architecte du patrimoine.
À partir du projet global d’aménagement défini
par l’architecte, la mise hors d’eau de la nef et
des bâtiments conventuels avec la restauration
de la toiture est réalisée [5]. La mise hors d’air
avec la reprise des fenêtres et la pose
des vitraux est en cours de réalisation.
[5] Travaux de restauration du couvent de Charrière, Châteauneuf-de-Galaure
(CDP)
L’accompagnement des restaurations
par le Département
De 2005 à 2010, 333 opérations de
restauration, retenues pour leur intérêt
patrimonial et la qualité de l’intervention,
ont été accompagnées scientifiquement et
financièrement par le Département.
207 concernaient le patrimoine religieux et
126 portaient sur des édifices et des décors
civils publics ou privés.
Le patrimoine
religieux

Contenu connexe

Similaire à Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine religieux", 2011

Patrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et Louron
Patrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et LouronPatrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et Louron
Patrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et Louron
Philippe Villette
 
Brochure plaques signaletiques vallee aure louron Pyrenees
Brochure plaques signaletiques vallee aure louron PyreneesBrochure plaques signaletiques vallee aure louron Pyrenees
Brochure plaques signaletiques vallee aure louron Pyrenees
Philippe Villette
 
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011
La Drôme Le Département
 
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011
La Drôme Le Département
 
Journée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de Provence
Journée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de ProvenceJournée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de Provence
Journée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de Provence
Office de Tourisme Saint Rémy de Provence
 
Plaquette institutionnelle de la société Culturespaces
Plaquette institutionnelle de la société CulturespacesPlaquette institutionnelle de la société Culturespaces
Plaquette institutionnelle de la société Culturespaces
Bruno Monnier
 
Parc naturel régional du pays de l’eau d’heure
Parc naturel régional du pays de l’eau d’heureParc naturel régional du pays de l’eau d’heure
Parc naturel régional du pays de l’eau d’heure
Jean philippe Body
 
Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes
jpflahaut
 
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_batDossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
jpflahaut
 
Questembert communauté. Le programme des journées du patrimoine
Questembert communauté. Le programme des journées du patrimoineQuestembert communauté. Le programme des journées du patrimoine
Questembert communauté. Le programme des journées du patrimoine
Guyon Jacky
 

Similaire à Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine religieux", 2011 (11)

Patrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et Louron
Patrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et LouronPatrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et Louron
Patrimoine : les circuits historiques des vallees Aure et Louron
 
Brochure plaques signaletiques vallee aure louron Pyrenees
Brochure plaques signaletiques vallee aure louron PyreneesBrochure plaques signaletiques vallee aure louron Pyrenees
Brochure plaques signaletiques vallee aure louron Pyrenees
 
Iroy chateaux
Iroy chateauxIroy chateaux
Iroy chateaux
 
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine naturel", 2011
 
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011
Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine fortifié et demeures", 2011
 
Journée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de Provence
Journée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de ProvenceJournée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de Provence
Journée du Patrimoine 2015 Saint Rémy de Provence
 
Plaquette institutionnelle de la société Culturespaces
Plaquette institutionnelle de la société CulturespacesPlaquette institutionnelle de la société Culturespaces
Plaquette institutionnelle de la société Culturespaces
 
Parc naturel régional du pays de l’eau d’heure
Parc naturel régional du pays de l’eau d’heureParc naturel régional du pays de l’eau d’heure
Parc naturel régional du pays de l’eau d’heure
 
Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes Dossier de presse gemmes
Dossier de presse gemmes
 
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_batDossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
Dossier de presse gemmes v3 ok_ok_bat
 
Questembert communauté. Le programme des journées du patrimoine
Questembert communauté. Le programme des journées du patrimoineQuestembert communauté. Le programme des journées du patrimoine
Questembert communauté. Le programme des journées du patrimoine
 

Plus de La Drôme Le Département

La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme Le Département
 
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
La Drôme Le Département
 
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme Le Département
 
Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme Le Département
 
Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme Le Département
 
Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018
La Drôme Le Département
 
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
La Drôme Le Département
 
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
La Drôme Le Département
 

Plus de La Drôme Le Département (20)

La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
 
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
 
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
 
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
 
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
 
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
 
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
 
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
 
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
 
Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020
 
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
 
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
 
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
 
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
 
Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019
 
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
 
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
 
Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018
 
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
 
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
 

Exposition "Les Patrimoines de la Drôme. Patrimoine religieux", 2011