SlideShare une entreprise Scribd logo
1
Les Chroniques…
Projection du 26 octobre 2019
Chroniqueur : Dominique Dekoninck
Réunions : Salle Jean Jaurès (ancienne Mairie) Place de la République 59260 HELLEMMES-LILLE
Site internet : lmcv.fr
Samedi 26 octobre 2019
Suite à la formation sur la lumière du samedi
19 octobre, Gérard Rauwel tient à enfoncer le
clou en donnant un coup de projecteur sur ce
qui a été dit au moyen de deux petites vidéos
tutorielles.
Plusieurs moyens d’éclairage sur une personne :
- 1er setup : deux projecteurs en full face, cha-
cun à 45°
- 2ème setup : un projecteur de face à 45°, un
autre à 45° derrière à contrejour, ce moyen don-
ne du contraste.
1er setup 2ème setup
- 3ème setup : deux projecteurs à 90°
- 4ème setup : un projecteur de face à 45°, un
autre derrière la personne donnant un halo sur la
personne
3ème setup 4ème setup
- un 5ème setup est proposé : de face, un projec-
teur en extrême plongée, l’autre en extrême
contre plongée, cette technique permet de don-
ner du relief au visage
Sur ces tutoriels, les démonstrations sont faites
avec du matériel (sunbox) pas très cher, aux en-
viron de 150 € le projecteur, mais le matériel est
très fragile et peu pratique à transporter. Bertin
confirme qu’il vaut mieux mettre un peu plus
cher (environ 300 € made in China), mais avoir
des lentilles de Fresnel qui donnent plus de pi-
qué et de relief au visage par les multiples pos-
sibilités d’utilisation. La technique la plus popu-
laire est celle du trois points, cette méthode don-
ne un éclairage équilibré et dynamique.
La température de lumière varie de 2500° à 10
000° Kelvin. Il ne faut pas hésiter à utiliser des
gélatines de couleur à placer devant le projec-
teur, par exemple en cas d’une couleur trop
chaude, on placera une gélatine bleue qui fera
baisser la température.
Ce que souligne également Gérard, c’est que
dans l’écriture d’un scénario, la lumière est sou-
vent négligée et c’est souvent le système dé-
brouille qui prévaut au moment du tournage.
Merci à Gérard pour ces précisions qui nous
obligent à penser à cet élément important dans
la technique du cinéma. D’ailleurs, l’idée d’une
formation très pratique avec notre matériel un
samedi matin se fait jour et trouve l’assentiment
2
de l’assistance. A programmer.
Place à présent aux projections et ce sont Gé-
rard Rauwel ainsi que Marie-Paule et Jean-
Pierre Hemeryck qui nous emmènent dans deux
EHPAD pour découvrir « Générations Dan-
ses ». C’est à la demande de la mairie et plus
spécifiquement du CCAS de Tourcoing déci-
dent de faire ce reportage sur des manifestations
intergénérationnelles.
C’est sous la houlette d’Éric Koloko, célèbre
danseur de claquettes et musicien, qu’un specta-
cle est imaginé et mis en scène en faisant parti-
ciper deux EHPAD et deux classes de CM1 et
CM2.
Les cinéastes ont obtenu par le biais du CCAS
les droits à l’image notamment pour les enfants
avec l’autorisation des parents.
Gérard souligne la difficulté de ce genre de
prise de vues, il faut bien connaître sa caméra,
travailler en manuel surtout pour le spectacle et
savoir gérer les deux caméras.
B.S. trouve ce reportage bien rendu, bien mon-
té et pour lui, l’objectif est atteint. Il met toute-
fois un petit bémol car le son est parfois un peu
étouffé mais il reconnaît la difficulté d’avoir un
son uniforme avec deux caméras à deux en-
droits différents.
Pour A.D. le film est agréable à regarder, les
auteurs ont su jouer sur la grosseur des plans et
souligne qu’il n’est pas évident de se gêner dans
ce genre de capture. Pour cela, Gérard précise
qu’en filmant, il faut penser montage.
S.M. : c’est l’occasion pour les résidents d’a-
voir un moment dynamique, ce film devrait
tourner dans les EHPAD pour les inspirer à fai-
re de même. De même, pour J.M.D. les rési-
dents jouent bien le jeu.
A.D. : deux caméras différentes, qu’en est-il
de la colorimétrie : celle-ci s’est faite au monta-
ge.
Merci aux auteurs pour ce beau témoignage
nous donnant espoir que les générations peuvent
vivre et avoir des projets ensemble.
A présent, Michel Rys nous entretient, à tra-
vers son film, d’un sujet qui lui tient à cœur, le
respect de la planète et du tri sélectif.
Pour ce faire, il nous emmène à Halluin où il
existe une grosse entité dans le traitement des
déchets. D’un côté, l’incinération des déchets
ménagers non recyclables dans lesquels d’ail-
leurs beaucoup peuvent servir au compostage,
de l’autre, juste à côté, une usine de recyclage
3
de tout ce qui est plastique, papier, carton et fer.
Pour Michel, il ne pouvait ne pas faire ce film et
malgré Martine qui ne voyait pas trop d’intérêt,
il a obtenu les autorisations et en respectant
scrupuleusement les règles de sécurité, il s’est
lancé dans l’aventure pour notre plus grand plai-
sir.
J.M.D. trouve l’idée bonne et trouve que les
images de l’INA placent bien le film dans son
contexte.
G.T. souligne que outre le recyclage, d’autres
choses sont à faire, c’est notamment
« l’autoroute de la chaleur » en cours d’élabora-
tion qui desservira le chauffage sur des sites pu-
blics de différentes communes entre Halluin et
Lille en se servant des calories fournies par l’in-
cinération.
G.R. nous dit une fois de plus qu’il est impor-
tant de regarder son film le matin (ou un autre
moment de la journée), cela permet de repérer
les longueurs, de les couper pour bien dynami-
ser le film. Il souligne également un problème
de niveau sonore entre le commentaire et les
bruits de fond.. Vu l’ampleur du sujet, pourquoi
pas deux films, un sur le plastique, l’autre sur le
papier carton ?
Pour B.S. Michel est bien dans le sujet, le dé-
faut vient de la durée des différentes parties. Il
aurait été intéressant d’alterner les différents
sites, entre les usines de tri et celles de recycla-
ge, pour donner beaucoup plus de rythme au
film.
Merci Michel pour ce documentaire intéres-
sant, tu as raison de te positionner sur ce sujet,
tellement reste à faire dans beaucoup de domai-
nes pour espérer préserver notre belle planète
bleue.
Suit un documentaire comme Dominique Frère
en a le secret, nous nous rendons dans une ré-
gion germanophone de la province de Liège, le
Morenest neutre créé en 1816, celui-ci se situe
dans un triangle délimité par trois bornes d’une
superficie de 3,5 km². A partir de 1830, date de
la fondation de la Belgique actuelle, celle-ci et
l’Allemagne eurent de grandes ambitions sur ce
territoire. Cette région possédait les mines de
Smithsonite qui deviendront la Société des Mi-
nes et Fonderies de Zinc, elle fournira entre au-
tres pas mal de toits de Paris. Malheureusement
cette mine s’épuisera en 1885.
La Belgique et l’Allemagne continuèrent à se
disputer cette région et au gré des différents
conflits mondiaux, celle-ci passa de la Belgique
4
à l’Allemagne et finit par être assignée définiti-
vement à la Belgique en 1944.
L’espoir de la création d’une micro nation
avec pour langue l’espéranto qui prendrait le
nom « Amikejo » (titre du film) signifiant lieu
d’amitié, ne verra jamais le jour.
Il faut dire que cette zone est située à quelques
kilomètres d’Aix la Chapelle et qu’il était aisé
pour Dominique de s’y rendre. Elle s’y est inté-
ressée fortement lors d’une fête commémorative
en 2015. Son travail de recherche, de documen-
tation est une fois de plus remarquable et elle le
rend bien dans son œuvre.
J.M.D trouve ce film bien construit avec beau-
coup de références.
G.R. met un bémol pour la voix. Il est vrai que
c’est le premier film réalisé par Dominique ;
elle s’était entouré de cartons pour enregistrer
son commentaire, malgré tout la voix n’est pas
bonne. J.M.D. qui n’en rate pas une donne
conseil à Dominique de faire attention à la qua-
lité du carton.
G.R. note également des panoramiques sacca-
dés mais un consensus se fait sur un problème
de conversion et non un défaut à la prise de
vues. Il souligne la qualité des images mais éga-
lement une musique au départ un peu forte.
Pour lui, il n’y a pas assez de bruits d’ambiance,
des bruits naturels notamment à la fin. Domini-
que explique qu’à présent cette zone, qui abrite
un musée à la place du bâtiment de la Direction
de l’Agence de Morenest, est très silencieuse.
Dans ce cas, faire appel à une sonothèque que
l’on se constitue.
J.M.D. explique qu’il faut éviter des coupures
de phrases qui attendent simplement d’autres
images pour reprendre le fil de la narration. Ce
fil doit rester naturel.
Dominique, ce genre de film, nous en rede-
mandons encore, tu as l’art et la manière de
nous expliquer, de fouiller les archives pour
nous éclairer sur tel ou tel évènement ou site.
A Gérard Manceau de nous plonger dans l’ac-
tivité d’Habitats et Humanisme, association
dont il est membre. Celle-ci a pour principal
objectif de donner un logement aux « mal lo-
gés ». Pour ce faire, elle rachète des bâtiments,
les restaure et les propose à des personnes en
difficulté pour 5 € le m² !
Un premier clip nous est proposé « Le Car-
mel » qui, en moins de 2 mn, nous présente l’as-
sociation et son action sur l’ancien Carmel de
Douai transformé en un espace intergénération-
5
nel.
G.R. trouve l’idée originale, une présentation
pas habituelle. Il met un petit bémol sur le let-
trage qui ne lui plait pas, il aurait préféré un let-
trage en écriture liée.
J.M.D. note également que le texte déborde de
l’image. Est-ce un défaut de montage, nous pen-
chons plutôt pour une cause de format, de di-
mension des photos.
Puis Gérard nous propose « Collage JR. Inside
out ». JR pour Jean René, photographe français
de renommée spécialisé notamment dans le
street art, photographies en noir et blanc géan-
tes. Il n’en faut pas plus pour organiser une
séance de photos avec le portrait des membres
de l’association, à eux le soin de faire un geste
illustrant l’association. Ces photos géantes sont
ensuite collées à l’extérieur sur les murs de l’an-
cien Carmel. Présentation plus qu’originale de
cette asso.
J.M.D. trouve que beaucoup de choses peuvent
être supprimées pour alléger le film, notamment
lors de la séance photo ou de la séquence dans
la grande salle. Il aurait été intéressant de voir la
photo et de suite le collage.
G.R. se pose la question de la finalité, présen-
tation à un public large ou simplement aux inté-
ressés. C’est bien sûr la deuxième proposition
qui prime. Attention au diaporama, il faut privi-
légier le cinéma. Le positionnement de la camé-
ra au début lors de l’interview n’est pas idéal,
attention aux coups de zoom qui n’apportent
rien. Gérard explique que la pièce était très exi-
güe et de plus l’interviewée regardait tout le
monde sans s’intéresser spécialement à la camé-
ra.
J.M.C. avoue n’avoir compris la finalité qu’à
la fin du film mais cela s’explique puisqu’il s’a-
dresse aux membres de l’association.
Il termine son triptyque en nous proposant le
« Chant du condor ».
Habitats et Humanisme sollicite Christelle dite
Moone, chanteuse auteur et compositeur, de
leur concocter une chanson sur l’asso. Tout le
monde se met à l’ouvrage autour d’une table
avec pour idée que des mots clés forts se répè-
tent dans le refrain représentant bien l’objectif
de l’asso. Gérard précise que c’est un film évè-
nementiel donc pas préparé.
G.R. affirme qu’il faut quand même essayer
d’intéresser le public et que malheureusement
ce film nous donne la démonstration de tout ce
qu’il ne faut pas faire. Pour lui, les gors plans
doivent être flatteurs pour la personne et non
pas souligner les imperfections du visage.
J.M.D. note le manque de matière pour une
bonne écriture.
En résumé :
- 1er film : très bien
- 2ème film : quelques points d’amélioration à
apporter
- 3ème film : pas présentable à un public large
6
malgré un sujet intéressant.
Gérard nous confie que son principal souhait
était de voir ses films sur grand écran pour
mieux cerner les défauts.
Merci quand même Gérard car ces films res-
tent malgré tout un beau témoignage de ce que
certains peuvent faire pour venir en aide aux
plus défavorisés.
Pour terminer la matinée, Bertin nous propose
un film projeté à l’UNICA 2019 « Der
Ȕberfall ».
C’est un véritable bijou tourné en stop motion,
autrement dit avec un appareil photo ou une ca-
méra et la capture se fait image par image pour
le déplacement des personnages. Il faut une
bonne proportion d’images pour donner une
fluidité correcte à la projection.
L’histoire raconte le braquage d’une banque
par un duo de malfaiteurs tirant plus des Pieds
Nickelés que de truands professionnels. Le ren-
du est parfait. Un travail titanesque quand on
pense à la prise de vue image par image et que
le film dure 8’ !
G.R. note un bon éclairage. Mais un petit bé-
mol : pour lui beaucoup de plans sont à couper
pour donner encore plus de dynamisme à cette
animation. Quant au son, il se fait en post prod.
Bravo, un vrai chef d’œuvre, il est vrai que ne
va pas à l’UNICA qui veut.
Encore une belle matinée de projection, rendez
-vous est donné le 9 novembre pour découvrir
encore de belles œuvres sur notre grand écran.
Dominique Dekoninck

Contenu connexe

Similaire à Lmcv

Pas à pas de La Belle et la Bête
Pas à pas de La Belle et la BêtePas à pas de La Belle et la Bête
Pas à pas de La Belle et la Bête
ecoleetcinema91
 
Tract prisioneros a4
Tract prisioneros a4Tract prisioneros a4
Tract prisioneros a4
jpflahaut
 
Conversations ? conception
Conversations ? conceptionConversations ? conception
Conversations ? conception
Michaebranchu
 
Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...
Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...
Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...
Jean-François Fiorina
 
Dossier pédagogique le voyage-extraordinaire_le voyage dans la lune
Dossier pédagogique  le voyage-extraordinaire_le voyage dans la luneDossier pédagogique  le voyage-extraordinaire_le voyage dans la lune
Dossier pédagogique le voyage-extraordinaire_le voyage dans la lune
Maria Paredes
 
Campus mag 183 - Novembre 2013
Campus mag 183 - Novembre 2013Campus mag 183 - Novembre 2013
Campus mag 183 - Novembre 2013
Laetitia Naon
 
New Box Magazine # 132
New Box Magazine # 132New Box Magazine # 132
New Box Magazine # 132
Newboxmagazine
 
"Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque...
"Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque..."Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque...
"Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque...
ecoleetcinema91
 
Rendez vous de mignet 1
Rendez vous de mignet 1Rendez vous de mignet 1
Rendez vous de mignet 1
collegemignet
 
B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)
B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)
B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)
jeanphilippeguy
 
NCNC-FIlm
NCNC-FIlmNCNC-FIlm
NCNC-FIlm
gringolimbo
 
Place Des Fetes - Muriel Huet
Place Des Fetes - Muriel HuetPlace Des Fetes - Muriel Huet
Place Des Fetes - Muriel Huet
Mattcuzner
 
Nbm134 web
Nbm134  webNbm134  web
Nbm134 web
Gilles Rolland
 
Campusmag Octobre 2017
Campusmag Octobre 2017Campusmag Octobre 2017
Campusmag Octobre 2017
Laetitia Naon
 
HOLY SIN
HOLY SINHOLY SIN
Dossier de presse Arrimage 2018
Dossier de presse Arrimage 2018Dossier de presse Arrimage 2018
Dossier de presse Arrimage 2018
Arrimage
 
Programme Vitesse Lumière 13e édition
Programme Vitesse Lumière 13e éditionProgramme Vitesse Lumière 13e édition
Programme Vitesse Lumière 13e édition
morgahne
 
'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...
'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...
'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...
ecoleetcinema91
 
Programme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de GérardmerProgramme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de Gérardmer
actumcl
 

Similaire à Lmcv (20)

Pas à pas de La Belle et la Bête
Pas à pas de La Belle et la BêtePas à pas de La Belle et la Bête
Pas à pas de La Belle et la Bête
 
Tract prisioneros a4
Tract prisioneros a4Tract prisioneros a4
Tract prisioneros a4
 
Conversations ? conception
Conversations ? conceptionConversations ? conception
Conversations ? conception
 
Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...
Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...
Voix off, le magazine de critiques du pôle ciné Zone Art, association étudian...
 
Dossier pédagogique le voyage-extraordinaire_le voyage dans la lune
Dossier pédagogique  le voyage-extraordinaire_le voyage dans la luneDossier pédagogique  le voyage-extraordinaire_le voyage dans la lune
Dossier pédagogique le voyage-extraordinaire_le voyage dans la lune
 
Campus mag 183 - Novembre 2013
Campus mag 183 - Novembre 2013Campus mag 183 - Novembre 2013
Campus mag 183 - Novembre 2013
 
New Box Magazine # 132
New Box Magazine # 132New Box Magazine # 132
New Box Magazine # 132
 
"Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque...
"Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque..."Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque...
"Les pionniers du cinéma" : Curation des ressources physiques des médiathèque...
 
Rendez vous de mignet 1
Rendez vous de mignet 1Rendez vous de mignet 1
Rendez vous de mignet 1
 
B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)
B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)
B1 jalons 2013_am_nouvelle-vague_eleve_v2 (1)
 
NCNC-FIlm
NCNC-FIlmNCNC-FIlm
NCNC-FIlm
 
Place Des Fetes - Muriel Huet
Place Des Fetes - Muriel HuetPlace Des Fetes - Muriel Huet
Place Des Fetes - Muriel Huet
 
Nbm134 web
Nbm134  webNbm134  web
Nbm134 web
 
Campusmag Octobre 2017
Campusmag Octobre 2017Campusmag Octobre 2017
Campusmag Octobre 2017
 
Campus Mage
Campus MageCampus Mage
Campus Mage
 
HOLY SIN
HOLY SINHOLY SIN
HOLY SIN
 
Dossier de presse Arrimage 2018
Dossier de presse Arrimage 2018Dossier de presse Arrimage 2018
Dossier de presse Arrimage 2018
 
Programme Vitesse Lumière 13e édition
Programme Vitesse Lumière 13e éditionProgramme Vitesse Lumière 13e édition
Programme Vitesse Lumière 13e édition
 
'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...
'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...
'Les pionniers du cinéma" : fiches d'animation d'Alice Joyon -Animatrice Ecol...
 
Programme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de GérardmerProgramme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 22/02 au 4/03 // MCL de Gérardmer
 

Plus de Bernard Leclercq

Condensé des phéromones concernant l'abeille
Condensé des phéromones concernant l'abeilleCondensé des phéromones concernant l'abeille
Condensé des phéromones concernant l'abeille
Bernard Leclercq
 
Materiel insem.pdf
Materiel insem.pdfMateriel insem.pdf
Materiel insem.pdf
Bernard Leclercq
 
Iphone2.pdf
Iphone2.pdfIphone2.pdf
Iphone2.pdf
Bernard Leclercq
 
Reine Frelon asiatique.doc
Reine Frelon asiatique.docReine Frelon asiatique.doc
Reine Frelon asiatique.doc
Bernard Leclercq
 
Plantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeillesPlantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeilles
Bernard Leclercq
 
Plantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeillesPlantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeilles
Bernard Leclercq
 
Ioriche
IoricheIoriche
Le venin d'abeilles
Le venin d'abeillesLe venin d'abeilles
Le venin d'abeilles
Bernard Leclercq
 
Brochure jardin oiseaux-admis-bd
Brochure jardin oiseaux-admis-bdBrochure jardin oiseaux-admis-bd
Brochure jardin oiseaux-admis-bd
Bernard Leclercq
 
Syrphes de-belgique-et-des-pays-bas
Syrphes de-belgique-et-des-pays-basSyrphes de-belgique-et-des-pays-bas
Syrphes de-belgique-et-des-pays-bas
Bernard Leclercq
 
Lmcv
LmcvLmcv
Protocole vsh
Protocole vshProtocole vsh
Protocole vsh
Bernard Leclercq
 
L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21
Bernard Leclercq
 
Faut il en rire ou. . en pleurer 1
Faut  il en rire ou. . en pleurer 1Faut  il en rire ou. . en pleurer 1
Faut il en rire ou. . en pleurer 1
Bernard Leclercq
 
L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21
Bernard Leclercq
 
Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)
Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)
Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)
Bernard Leclercq
 
Paris ville lumiere11111
Paris ville lumiere11111Paris ville lumiere11111
Paris ville lumiere11111
Bernard Leclercq
 
Fiche technique-opida-frelon-asiatique
Fiche technique-opida-frelon-asiatiqueFiche technique-opida-frelon-asiatique
Fiche technique-opida-frelon-asiatique
Bernard Leclercq
 
Detecteur de champ magnetique
Detecteur de champ magnetiqueDetecteur de champ magnetique
Detecteur de champ magnetique
Bernard Leclercq
 
Biodiversite en belgique
Biodiversite en belgiqueBiodiversite en belgique
Biodiversite en belgique
Bernard Leclercq
 

Plus de Bernard Leclercq (20)

Condensé des phéromones concernant l'abeille
Condensé des phéromones concernant l'abeilleCondensé des phéromones concernant l'abeille
Condensé des phéromones concernant l'abeille
 
Materiel insem.pdf
Materiel insem.pdfMateriel insem.pdf
Materiel insem.pdf
 
Iphone2.pdf
Iphone2.pdfIphone2.pdf
Iphone2.pdf
 
Reine Frelon asiatique.doc
Reine Frelon asiatique.docReine Frelon asiatique.doc
Reine Frelon asiatique.doc
 
Plantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeillesPlantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeilles
 
Plantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeillesPlantes melliferes-abeilles
Plantes melliferes-abeilles
 
Ioriche
IoricheIoriche
Ioriche
 
Le venin d'abeilles
Le venin d'abeillesLe venin d'abeilles
Le venin d'abeilles
 
Brochure jardin oiseaux-admis-bd
Brochure jardin oiseaux-admis-bdBrochure jardin oiseaux-admis-bd
Brochure jardin oiseaux-admis-bd
 
Syrphes de-belgique-et-des-pays-bas
Syrphes de-belgique-et-des-pays-basSyrphes de-belgique-et-des-pays-bas
Syrphes de-belgique-et-des-pays-bas
 
Lmcv
LmcvLmcv
Lmcv
 
Protocole vsh
Protocole vshProtocole vsh
Protocole vsh
 
L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21
 
Faut il en rire ou. . en pleurer 1
Faut  il en rire ou. . en pleurer 1Faut  il en rire ou. . en pleurer 1
Faut il en rire ou. . en pleurer 1
 
L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21L imposture eolienne.clev21
L imposture eolienne.clev21
 
Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)
Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)
Appareils hybrides (est ce l'avenir de la video)
 
Paris ville lumiere11111
Paris ville lumiere11111Paris ville lumiere11111
Paris ville lumiere11111
 
Fiche technique-opida-frelon-asiatique
Fiche technique-opida-frelon-asiatiqueFiche technique-opida-frelon-asiatique
Fiche technique-opida-frelon-asiatique
 
Detecteur de champ magnetique
Detecteur de champ magnetiqueDetecteur de champ magnetique
Detecteur de champ magnetique
 
Biodiversite en belgique
Biodiversite en belgiqueBiodiversite en belgique
Biodiversite en belgique
 

Dernier

MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
lebaobabbleu
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
DjibrilToure5
 
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
lebaobabbleu
 
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
Bonnard,     Pierre     et    Marthe.pptxBonnard,     Pierre     et    Marthe.pptx
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
Txaruka
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
NadineHG
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
NadineHG
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
lebaobabbleu
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Txaruka
 

Dernier (8)

MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
 
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
 
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
Bonnard,     Pierre     et    Marthe.pptxBonnard,     Pierre     et    Marthe.pptx
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
 

Lmcv

  • 1. 1 Les Chroniques… Projection du 26 octobre 2019 Chroniqueur : Dominique Dekoninck Réunions : Salle Jean Jaurès (ancienne Mairie) Place de la République 59260 HELLEMMES-LILLE Site internet : lmcv.fr Samedi 26 octobre 2019 Suite à la formation sur la lumière du samedi 19 octobre, Gérard Rauwel tient à enfoncer le clou en donnant un coup de projecteur sur ce qui a été dit au moyen de deux petites vidéos tutorielles. Plusieurs moyens d’éclairage sur une personne : - 1er setup : deux projecteurs en full face, cha- cun à 45° - 2ème setup : un projecteur de face à 45°, un autre à 45° derrière à contrejour, ce moyen don- ne du contraste. 1er setup 2ème setup - 3ème setup : deux projecteurs à 90° - 4ème setup : un projecteur de face à 45°, un autre derrière la personne donnant un halo sur la personne 3ème setup 4ème setup - un 5ème setup est proposé : de face, un projec- teur en extrême plongée, l’autre en extrême contre plongée, cette technique permet de don- ner du relief au visage Sur ces tutoriels, les démonstrations sont faites avec du matériel (sunbox) pas très cher, aux en- viron de 150 € le projecteur, mais le matériel est très fragile et peu pratique à transporter. Bertin confirme qu’il vaut mieux mettre un peu plus cher (environ 300 € made in China), mais avoir des lentilles de Fresnel qui donnent plus de pi- qué et de relief au visage par les multiples pos- sibilités d’utilisation. La technique la plus popu- laire est celle du trois points, cette méthode don- ne un éclairage équilibré et dynamique. La température de lumière varie de 2500° à 10 000° Kelvin. Il ne faut pas hésiter à utiliser des gélatines de couleur à placer devant le projec- teur, par exemple en cas d’une couleur trop chaude, on placera une gélatine bleue qui fera baisser la température. Ce que souligne également Gérard, c’est que dans l’écriture d’un scénario, la lumière est sou- vent négligée et c’est souvent le système dé- brouille qui prévaut au moment du tournage. Merci à Gérard pour ces précisions qui nous obligent à penser à cet élément important dans la technique du cinéma. D’ailleurs, l’idée d’une formation très pratique avec notre matériel un samedi matin se fait jour et trouve l’assentiment
  • 2. 2 de l’assistance. A programmer. Place à présent aux projections et ce sont Gé- rard Rauwel ainsi que Marie-Paule et Jean- Pierre Hemeryck qui nous emmènent dans deux EHPAD pour découvrir « Générations Dan- ses ». C’est à la demande de la mairie et plus spécifiquement du CCAS de Tourcoing déci- dent de faire ce reportage sur des manifestations intergénérationnelles. C’est sous la houlette d’Éric Koloko, célèbre danseur de claquettes et musicien, qu’un specta- cle est imaginé et mis en scène en faisant parti- ciper deux EHPAD et deux classes de CM1 et CM2. Les cinéastes ont obtenu par le biais du CCAS les droits à l’image notamment pour les enfants avec l’autorisation des parents. Gérard souligne la difficulté de ce genre de prise de vues, il faut bien connaître sa caméra, travailler en manuel surtout pour le spectacle et savoir gérer les deux caméras. B.S. trouve ce reportage bien rendu, bien mon- té et pour lui, l’objectif est atteint. Il met toute- fois un petit bémol car le son est parfois un peu étouffé mais il reconnaît la difficulté d’avoir un son uniforme avec deux caméras à deux en- droits différents. Pour A.D. le film est agréable à regarder, les auteurs ont su jouer sur la grosseur des plans et souligne qu’il n’est pas évident de se gêner dans ce genre de capture. Pour cela, Gérard précise qu’en filmant, il faut penser montage. S.M. : c’est l’occasion pour les résidents d’a- voir un moment dynamique, ce film devrait tourner dans les EHPAD pour les inspirer à fai- re de même. De même, pour J.M.D. les rési- dents jouent bien le jeu. A.D. : deux caméras différentes, qu’en est-il de la colorimétrie : celle-ci s’est faite au monta- ge. Merci aux auteurs pour ce beau témoignage nous donnant espoir que les générations peuvent vivre et avoir des projets ensemble. A présent, Michel Rys nous entretient, à tra- vers son film, d’un sujet qui lui tient à cœur, le respect de la planète et du tri sélectif. Pour ce faire, il nous emmène à Halluin où il existe une grosse entité dans le traitement des déchets. D’un côté, l’incinération des déchets ménagers non recyclables dans lesquels d’ail- leurs beaucoup peuvent servir au compostage, de l’autre, juste à côté, une usine de recyclage
  • 3. 3 de tout ce qui est plastique, papier, carton et fer. Pour Michel, il ne pouvait ne pas faire ce film et malgré Martine qui ne voyait pas trop d’intérêt, il a obtenu les autorisations et en respectant scrupuleusement les règles de sécurité, il s’est lancé dans l’aventure pour notre plus grand plai- sir. J.M.D. trouve l’idée bonne et trouve que les images de l’INA placent bien le film dans son contexte. G.T. souligne que outre le recyclage, d’autres choses sont à faire, c’est notamment « l’autoroute de la chaleur » en cours d’élabora- tion qui desservira le chauffage sur des sites pu- blics de différentes communes entre Halluin et Lille en se servant des calories fournies par l’in- cinération. G.R. nous dit une fois de plus qu’il est impor- tant de regarder son film le matin (ou un autre moment de la journée), cela permet de repérer les longueurs, de les couper pour bien dynami- ser le film. Il souligne également un problème de niveau sonore entre le commentaire et les bruits de fond.. Vu l’ampleur du sujet, pourquoi pas deux films, un sur le plastique, l’autre sur le papier carton ? Pour B.S. Michel est bien dans le sujet, le dé- faut vient de la durée des différentes parties. Il aurait été intéressant d’alterner les différents sites, entre les usines de tri et celles de recycla- ge, pour donner beaucoup plus de rythme au film. Merci Michel pour ce documentaire intéres- sant, tu as raison de te positionner sur ce sujet, tellement reste à faire dans beaucoup de domai- nes pour espérer préserver notre belle planète bleue. Suit un documentaire comme Dominique Frère en a le secret, nous nous rendons dans une ré- gion germanophone de la province de Liège, le Morenest neutre créé en 1816, celui-ci se situe dans un triangle délimité par trois bornes d’une superficie de 3,5 km². A partir de 1830, date de la fondation de la Belgique actuelle, celle-ci et l’Allemagne eurent de grandes ambitions sur ce territoire. Cette région possédait les mines de Smithsonite qui deviendront la Société des Mi- nes et Fonderies de Zinc, elle fournira entre au- tres pas mal de toits de Paris. Malheureusement cette mine s’épuisera en 1885. La Belgique et l’Allemagne continuèrent à se disputer cette région et au gré des différents conflits mondiaux, celle-ci passa de la Belgique
  • 4. 4 à l’Allemagne et finit par être assignée définiti- vement à la Belgique en 1944. L’espoir de la création d’une micro nation avec pour langue l’espéranto qui prendrait le nom « Amikejo » (titre du film) signifiant lieu d’amitié, ne verra jamais le jour. Il faut dire que cette zone est située à quelques kilomètres d’Aix la Chapelle et qu’il était aisé pour Dominique de s’y rendre. Elle s’y est inté- ressée fortement lors d’une fête commémorative en 2015. Son travail de recherche, de documen- tation est une fois de plus remarquable et elle le rend bien dans son œuvre. J.M.D trouve ce film bien construit avec beau- coup de références. G.R. met un bémol pour la voix. Il est vrai que c’est le premier film réalisé par Dominique ; elle s’était entouré de cartons pour enregistrer son commentaire, malgré tout la voix n’est pas bonne. J.M.D. qui n’en rate pas une donne conseil à Dominique de faire attention à la qua- lité du carton. G.R. note également des panoramiques sacca- dés mais un consensus se fait sur un problème de conversion et non un défaut à la prise de vues. Il souligne la qualité des images mais éga- lement une musique au départ un peu forte. Pour lui, il n’y a pas assez de bruits d’ambiance, des bruits naturels notamment à la fin. Domini- que explique qu’à présent cette zone, qui abrite un musée à la place du bâtiment de la Direction de l’Agence de Morenest, est très silencieuse. Dans ce cas, faire appel à une sonothèque que l’on se constitue. J.M.D. explique qu’il faut éviter des coupures de phrases qui attendent simplement d’autres images pour reprendre le fil de la narration. Ce fil doit rester naturel. Dominique, ce genre de film, nous en rede- mandons encore, tu as l’art et la manière de nous expliquer, de fouiller les archives pour nous éclairer sur tel ou tel évènement ou site. A Gérard Manceau de nous plonger dans l’ac- tivité d’Habitats et Humanisme, association dont il est membre. Celle-ci a pour principal objectif de donner un logement aux « mal lo- gés ». Pour ce faire, elle rachète des bâtiments, les restaure et les propose à des personnes en difficulté pour 5 € le m² ! Un premier clip nous est proposé « Le Car- mel » qui, en moins de 2 mn, nous présente l’as- sociation et son action sur l’ancien Carmel de Douai transformé en un espace intergénération-
  • 5. 5 nel. G.R. trouve l’idée originale, une présentation pas habituelle. Il met un petit bémol sur le let- trage qui ne lui plait pas, il aurait préféré un let- trage en écriture liée. J.M.D. note également que le texte déborde de l’image. Est-ce un défaut de montage, nous pen- chons plutôt pour une cause de format, de di- mension des photos. Puis Gérard nous propose « Collage JR. Inside out ». JR pour Jean René, photographe français de renommée spécialisé notamment dans le street art, photographies en noir et blanc géan- tes. Il n’en faut pas plus pour organiser une séance de photos avec le portrait des membres de l’association, à eux le soin de faire un geste illustrant l’association. Ces photos géantes sont ensuite collées à l’extérieur sur les murs de l’an- cien Carmel. Présentation plus qu’originale de cette asso. J.M.D. trouve que beaucoup de choses peuvent être supprimées pour alléger le film, notamment lors de la séance photo ou de la séquence dans la grande salle. Il aurait été intéressant de voir la photo et de suite le collage. G.R. se pose la question de la finalité, présen- tation à un public large ou simplement aux inté- ressés. C’est bien sûr la deuxième proposition qui prime. Attention au diaporama, il faut privi- légier le cinéma. Le positionnement de la camé- ra au début lors de l’interview n’est pas idéal, attention aux coups de zoom qui n’apportent rien. Gérard explique que la pièce était très exi- güe et de plus l’interviewée regardait tout le monde sans s’intéresser spécialement à la camé- ra. J.M.C. avoue n’avoir compris la finalité qu’à la fin du film mais cela s’explique puisqu’il s’a- dresse aux membres de l’association. Il termine son triptyque en nous proposant le « Chant du condor ». Habitats et Humanisme sollicite Christelle dite Moone, chanteuse auteur et compositeur, de leur concocter une chanson sur l’asso. Tout le monde se met à l’ouvrage autour d’une table avec pour idée que des mots clés forts se répè- tent dans le refrain représentant bien l’objectif de l’asso. Gérard précise que c’est un film évè- nementiel donc pas préparé. G.R. affirme qu’il faut quand même essayer d’intéresser le public et que malheureusement ce film nous donne la démonstration de tout ce qu’il ne faut pas faire. Pour lui, les gors plans doivent être flatteurs pour la personne et non pas souligner les imperfections du visage. J.M.D. note le manque de matière pour une bonne écriture. En résumé : - 1er film : très bien - 2ème film : quelques points d’amélioration à apporter - 3ème film : pas présentable à un public large
  • 6. 6 malgré un sujet intéressant. Gérard nous confie que son principal souhait était de voir ses films sur grand écran pour mieux cerner les défauts. Merci quand même Gérard car ces films res- tent malgré tout un beau témoignage de ce que certains peuvent faire pour venir en aide aux plus défavorisés. Pour terminer la matinée, Bertin nous propose un film projeté à l’UNICA 2019 « Der Ȕberfall ». C’est un véritable bijou tourné en stop motion, autrement dit avec un appareil photo ou une ca- méra et la capture se fait image par image pour le déplacement des personnages. Il faut une bonne proportion d’images pour donner une fluidité correcte à la projection. L’histoire raconte le braquage d’une banque par un duo de malfaiteurs tirant plus des Pieds Nickelés que de truands professionnels. Le ren- du est parfait. Un travail titanesque quand on pense à la prise de vue image par image et que le film dure 8’ ! G.R. note un bon éclairage. Mais un petit bé- mol : pour lui beaucoup de plans sont à couper pour donner encore plus de dynamisme à cette animation. Quant au son, il se fait en post prod. Bravo, un vrai chef d’œuvre, il est vrai que ne va pas à l’UNICA qui veut. Encore une belle matinée de projection, rendez -vous est donné le 9 novembre pour découvrir encore de belles œuvres sur notre grand écran. Dominique Dekoninck