SlideShare une entreprise Scribd logo
:
Sous thème:
Étude de la vulnérabilité des eaux souterraines, et évaluation de
l'impact de l'agriculture intensive sur les eaux souterraines dans le
périmètre Loukkos (nappe R'mel)
SARTI Otmane
01/02/2019
1
OUASSINI Abdelhamid
Introduction
Présentation de la zone d’étude
Materials et méthodes
Résultats et discussion
PLAN
2
Conclusion
Introduction :
De nos jours, il existe des zones où les eaux souterraines sont considérées
comme l’une des sources importantes d’approvisionnement en eau de
potable et d’irrigation. Les eaux souterraines sont utilisables dans la
plupart des cas pour la consommation et l'agriculture, sauf dans certaines
régions, une altération par la minéralisation peut créer un problème. Au
Maroc, le volume d'eaux souterraines est estimé à environ 4,0 milliards de
mètres cubes, principalement consacrés à l'agriculture, avec un
pourcentage de 86%, 5,5% pour l'industrie et 8,5% pour la consommation
humaine.
• Définition : L'eau souterraine est l'eau qui
remplit les fissures et les pores des roches et des
sédiments qui se trouvent sous la surface de la
terre (Wikipedia 2018).
• Quatre-vingt-dix-huit pour cent (98 %) de l'eau
douce disponible sur Terre sont des eaux
souterraines et elles sont environ 60 fois plus
abondantes que l'eau douce trouvée dans les
lacs et les cours d'eau (Kimberly 2012).
Introduction
La disponibilité naturelle des
ressources en eaux
salinité
La densité de la population
L’agriculture intensive
Activités industrielles
Les eaux usées
Coefficient de perméabilité
Profondeur de l’aquifère
Précipitation
La nature du sol
Introduction :
Les sources potentielles de pollution des eaux souterraines ont
augmenté ces dernières années. Partout dans le monde et dans de
nombreux pays, les eaux souterraines sont déjà fortement polluées
par des produits chimiques et la situation est encore plus alarmante
dans les pays en développement où les eaux souterraines révèlent
la présence de métaux lourds, de pesticides, de NO3, Cl-, NH4 +,
coliformes fécaux et autres bactéries.
Introduction :
Les conséquences les plus préoccupantes dans le périmètre
de Loukkous sont :
le gaspillage de l’eau
l’élévation de la nappe phréatique
la dégradation de la qualité des aquifères
la forte consommation d’énergie
L’intrusion d’eau marine
Ces dernières années, le périmètre de Loukkos a connu une
activité agricole intensive et le développement des champs
irrigués est en augmentation continue.
Les caractéristiques du sol dans la zone d'étude (la faible
épaisseur et la granulométrie sableuse) le rend très
vulnérable à la pollution par plusieurs types de
contaminants, spécialement issus de l'agriculture. La zone
étudiée pourra être exposée aux effets causés par les engrais
minéraux, les pesticides, le bétail, et certaines activités
industrielles.
Introduction :
Introduction :
Une grande partie de la région de Loukkos est consacrée à
l'agriculture en raison de ses caractéristiques topographiques
et édaphologiques. Il est essentiel et prioritaire d'avoir une
bonne connaissance de la qualité des eaux dans cette région,
car l'eau potable consommée par la population locale provient
des nappes phréatiques, dont l'exploitation a connu une forte
croissance et la consommation de cette eau pourra avoir des
effets néfastes sur la santé de la population rurale de cette
zone.
Zone d’étude :
Périmètre Loukkos
orale communication.pptx
Présentation de la zone d’étude
La nappe R’mel :
• Situé juste au sud de Larache, l'aquifère de R'mel couvre une
superficie d'environ 245 km2.
• L'aquifère de R'mel est limité par l'océan Atlantique à l'ouest et par
l'oued Loukkous à l'est.
• La zone d'étude peut être classée dans le domaine du climat
méditerranéen subhumide caractérisé par un été chaud et sec et un
hiver tempéré et humide.
• La température annuelle moyenne varie entre 11 ° C en hiver et 25 °
C en été et les précipitations annuelles moyennes sont de l’ordre de
700 mm réparties entre octobre et avril.
Présentation de la zone d’étude
Géologie de la région :
Les eaux souterraines de la nappe R’mel circulent dans les
formations sablo-gréseuses et les sables fins de dunes du plio-
quaternaire déposés sur un substrat de marne bleue du
Miopliocène.
La profondeur de l’aquifère est comprise entre 5 et 20 m, la
réserve totale de l'aquifère est de 129 Mm3.
Échantillonnage:
•Un total de dix échantillons d'eau souterraine ont été prélevés;
•Les puits ont été situés autour des villages et des champs
cultivés.
•Les échantillons ont été collectés manuellement à l'aide d'un
seau fixé à une corde à l'aide d'une poulie.
•Pour chaque emplacement, les échantillons ont été collectés en
double dans des bouteilles en polytétrafluoroéthylène (PTFE)
d'une capacité de 1 litre, recouverts d'une feuille d'aluminium et
conservés au réfrigérateur à 4 ° C jusqu'à leurs caractérisation
Sites d’échantillonnage :
orale communication.pptx
Analyse de l’eau:
Paramètres physicochimiques
Température de
l’aire
Température de l’eau
pH
Conductivité
Oxygène dissous
Analyse de l’eau
Analyse de l’eau:
Déterminations des
ions
Nitrite
Orthophosphates
Nitrate
Ammonium
Chlorures
Calcium
Magnesium
Détermination des cations et anions dans
l’eau :
Ions UV Visible Méthode
Spectrophotometrique
Titration (ICP-OES)
Orthophosphate
X
Nitrate
X
Nitrite
X
Ammonium
X
Chlorures
X
Calcium
X
Magnesium
X
Analyse de l’eau:
Spectrophotometer uv vis utilisé pour la
déterminations des concentrations des ions
Analyse de l’eau:
C.O.D et T.N
Analyse de l’eau:
Déterminations des
ETM
Chrome (Cr)
Arsenic (As)
Cadmium (Cd)
Cobalt (Co)
Mercure (Hg)
Cuivre (Cu)
Fer (Fe)
Manganèse (Mn)
Nickel (Ni) Zinc (Zn)
Plomb (Pb)
Agilent 5100 ICP-OES
Analyse de l’eau:
Analyse de l’eau:
L'analyse des pesticides dans les eaux souterraines a porté sur 80
matières actives :
23 organophosphorées 34 organochlorées 23 organoazotées
Analyse de l’eau:
METHODOLODIE 1 :
la détermination des composés organiques semi-
volatils par micro-extraction liquide-liquide dispersive
(DLLME) et la mesure ultérieure a été prise par le
détecteur de masse triple quadripôle du
chromatographe en phase gazeuse (Bruker Scion
(GC‐436 + MSD TQ)
Analyse de l’eau:
METHODOLODIE 2 :
La détermination des résidus de pesticides organiques
par extraction en phase solide en ligne-
chromatographie liquide/spectrométrie de masse en
tandem (SPE-LC en ligne/ MS/MS) en utilisant
EVOQ triple quadripôle pour la chromatographie
liquide (LC-TQ).
Résultats et disscution:
WELLS
Water
T °C
Conduct
ivité
(µs/cm) pH MES C.O.D T.N CL- PO4
2- NO3
- NO2
- NH4
+ Ca 2+ Mg2+ DO
W 1 19,6 900 8,32 23,54 0,78 47,3 96,56 0,02 162 0,005 0,01 143,8 7,49 7,02
W 2 18,2 940 8,6 23,75 0,864 62,6 100,82 0,02 202,24 0,048 0,08 150,23 8,25 6,18
W 3 19,5 770 8,55 14,36 0,841 40,7 81,29 0,04 134,31 0,0019 0,002 127,79 5,65 6,13
W 4 19,1 905 8,5 40,57 1,06 20,6 110,76 0,003 58,14 0,018 0,001 141,31 11,25 6,54
W 5 18,8 730 8,8 19,34 1,521 41,8 79,52 0,01 142,3 0,0022 0,002 140,17 5,23 6
W 6 18,8 1129 8,65 23,16 1,694 52,7 146,97 0,03 192,62 0,025 0,027 175,1 10,15 6,22
W 7 20,5 1450 8,7 20,57 1,263 80,9 181,76 0,004 350,46 0,024 0,01 236,96 10,12 5,28
W 8 18,3 930 9,15 14,78 0,342 4,19 29,11 0,11 14,87 0,0006 0 36,91 1,91 6,11
W 9 18,3 930 8,7 51,4 2,264 1,29 149,81 0,055 3,21 0,022 0,052 140,67 10,82 6,62
W 10 17,2 740 8,5 20,02 0,593 34 106,5 0,025 146,43 0,004 0 118,24 9,98 6,25
normes
OMS 2011 ----- 1000 6,5-8,5 ---- 250 3 50 3 75 50 2
Norme
Marocain
(VLM)
----- 750 6,5-8,5 ----- 750 0.5 50 0.5 50 -----
WELLS
Water
T °C
Conducti
vité
(µs/cm) pH MES C.O.D T.N CL- PO4
2- NO3
- NO2
- NH4
+ Ca 2+ Mg2+ DO
W 1 19,6 900 8,32 23,54 0,78 47,3 96,56 0,02 162 0,005 0,01 143,8 7,49 7,02
W 2 18,2 940 8,6 23,75 0,864 62,6 100,82 0,02 202,24 0,048 0,08 150,23 8,25 6,18
W 3 19,5 770 8,55 14,36 0,841 40,7 81,29 0,04 134,31 0,0019 0,002 127,79 5,65 6,13
W 4 19,1 905 8,5 40,57 1,06 20,6 110,76 0,003 58,14 0,018 0,001 141,31 11,25 6,54
W 5 18,8 730 8,8 19,34 1,521 41,8 79,52 0,01 142,3 0,0022 0,002 140,17 5,23 6
W 6 18,8 1129 8,65 23,16 1,694 52,7 146,97 0,03 192,62 0,025 0,027 175,1 10,15 6,22
W 7 20,5 1450 8,7 20,57 1,263 80,9 181,76 0,004 350,46 0,024 0,01 236,96 10,12 5,28
W 8 18,3 930 9,15 14,78 0,342 4,19 29,11 0,11 14,87 0,0006 0 36,91 1,91 6,11
W 9 18,3 930 8,7 51,4 2,264 1,29 149,81 0,055 3,21 0,022 0,052 140,67 10,82 6,62
W 10 17,2 740 8,5 20,02 0,593 34 106,5 0,025 146,43 0,004 0 118,24 9,98 6,25
normes
OMS 2011 ----- 1000 6,5-8,5 ---- 250 3 50 3 75 50 2
Norme
Marocain
(VLM)
----- 750 6,5-8,5 ----- 750 0.5 50 0.5 50 -----
Résultats & discussion:
• Le pH, compris entre 8,32 et 9,15, montre que les eaux souterraines sont de nature légèrement alcaline,.
La conductivité est limitée entre 730 et 1450 µs/cm.
• Le COD représente le carbone lié à la matière organique, Il donne une idée de la contamination organique
dans les eaux et des activités biologiques. Les concentrations de carbone organique dans les eaux
souterraines montrent des valeurs très faibles. La valeur de COD la plus élevée est de 2,26 mg /L
enregistrée au niveau du puits numéro 9, tandis que la concentration minimale observée est de 0,34 mg /
l au puits numéro 8. CELA a été reflété par le bon niveau d’oxygénation des eaux souterraines qui se situe
entre 5,28 mg / l et 7,02
• En ce qui concerne la teneur en oxygène dissous se situe entre 5,28 mg / l et 7,02, toutes les valeurs d'OD
sont considérées comme bonnes par rapport à la norme pour l'eau potable proposée par l'OMS qui se
situe à 2 mg / l. l'OD varie en fonction de la profondeur et de la température de l'eau. Il a été démontré
que des taux élevés d'oxygène dissous accélèrent la corrosion du cuivre dans certains cas.
• L'agriculture intensive peut générer des niveaux élevés de NT dans le sol. Cet azote peut facilement
atteindre les eaux souterraines par les précipitations et les activités d'irrigation. La teneur en TN dans
toutes les eaux échantillonnées est relativement élevée. Il a atténué 80,9 mg / l dans (W7), tandis qu'une
concentration minimale de 1,29 mg / l a été enregistrée à W9. L'analyse des TN dans les puits a pour
objectif spécifique d'identifier et de quantifier les différentes formes d'azote inorganique (NO3-, NO2- et
NH4 +).
Résultats & discussion:
• Les formes d'azote telles que NO2- et NH4 + ont montré des
concentrations trop faibles dans les échantillons d'eau, même si la teneur
totale en azote est élevée dans la majeure partie de la zone d'étude, cette
faible concentration peut être due à la conversion rapide de l'azote sous
forme d'ammoniac et de nitrite en nitrate dans les eaux souterraines
oxygénées.
• En considérant le nitrate, 80% des échantillons d’eau dépassent le
standard d’eau potable recommandé par l’OMS et (MCL) dans la zone
d’étude, avec une concentration maximale de 350 mg / L établie dans le
puits 7. Cette situation est due à la surutilisation d’engrais dans certaines
parties du périmètre. Les quantités d'engrais appliqués sont relativement
non raisonnées et se concentrent sur les principales cultures dans les
zones irriguées. Ces résultats montrent que la plupart des agriculteurs
utilisent des engrais de manière aléatoire et sans surveillance.
Résultats & discussion:
• Ces concentrations peuvent présenter un grave problème de santé. En fait,
la consommation de fortes concentrations de nitrates dans l’eau de boisson
peut être associée à un risque accru de maladies telles que le diabète, la
méthémoglobine, les douleurs abdominales, la diarrhée, les vomissements
et l’hypertension, augmentant ainsi la mortalité infantile.
• Les cations divalents les plus courants dans l'eau sont le calcium et le
magnésium. La dureté de l’eau correspondant à sa minéralisation en
calcium et magnésium, les concentrations en cations varient entre 36,91 et
236 mg / l pour le calcium et entre 1,91 et 11,25 mg / l pour le magnésium,
ces résultats donnent une idée de la dominance du calcium ions dans l’eau,
cette dominance peut s’expliquer par la dissolution de minéraux silicatés.
L'eau des zones riches en roches contenant du magnésium peut contenir du
magnésium dans l'intervalle de concentrations compris entre 10 et 50 mg /
L. Une dureté élevée dans l'eau telle que Ca2 + et Mg2 + peut provoquer
des maladies telles que la maladie d'Alzheimer, le diabète ou une maladie
cardiovasculaire.
Résultats des analyses de métaux
lourds
Puits
As
(µg/L)
Cd
(µg/L)
Co
(µg/L) Cr (µg/L)
Cu
(µg/L) Fe (µg/L)
Hg
(µg/L)
Mn
(µg/L) Ni (µg/L)
Pb
(µg/L) Zn (µg/L)
GW 1 13.11 ND 0.09 0.06 ND ND ND 0.35 0.27 ND 4.74
GW 2 8.59 0.05 0.8 0.98 ND 0.92 ND 1.46 0.78 ND 65.61
GW 3 11.27 ND 0.77 0.82 ND ND ND 1.08 ND ND 7.67
GW 4 9.63 0.07 1.33 ND ND ND ND 0.08 0.22 ND 7.94
GW 5 7.79 ND 1.07 0.14 ND ND ND 1.01 ND ND 8.43
GW 6 11.86 ND 0.98 0.9 ND ND ND 43.05 ND ND 9.55
GW 7 9.75 0.06 0.98 0.9 1.11 ND ND 1.01 ND ND 8.43
GW 8 3.25 ND ND 1.89 1.05 0.3 ND 0.14 1.33 ND 63.15
GW 9 16.94 ND 0.88 ND 0.28 ND ND 41.41 0.06 ND 2.29
GW 10 5.44 ND 0.65 ND 0.52 ND ND 1.48 1.23 ND 15.29
Limite
OMS
(2011)
10 3 50 2000 300 400 70 ----- 3
Normes
Maroc
(VLM) 10 3 50 2000 300 500 20 ----- 3
Résultats des métaux lourds:
Les méthodes utilisées
Prévisions Climatiques
Scénarios Land Use
Érosion & Bilan
hydrique
(M
(M
La corrélation des paramètres physicochimiques sert à
comprendre la relation entre les paramètres dans les
échantillons d’eau et à identifier l’origine des composés
dissous dans l’eau. Le tableau présente les coefficients de
corrélation de Pearson entre les différents paramètres
physicochimiques étudiés . Les corrélations significatives
(alpha = 0,05) sont en gras.
Corrélation de Pearson:
Corrélation de Pearson entre les paramètres chimiques des
eaux souterraines de la nappe R’mel:
Variables EC pH MES COD CL- PO4
2- NO3
- NO2
- NH4
+ Ca 2+ Mg2+ OD As Mn Zn
EC 1
pH 0,13 1
MES 0,03 -0,21 1
C.O. D 0,24 -0,02 0,65 1
CL-
0,68 -0,36 0,45 0,65 1
PO4
3-
-0,16 0,7 -0,12 -0,23 -0,55 1
NO3
-
0,62 -0,28 -0,44 -0,03 0,53 -0,61 1
NO2
-
0,48 -0,14 0,35 0,32 0,53 -0,31 0,35 1
NH4
+
0,15 -0,07 0,39 0,37 0,3 -0,03 0,06 0,86 1
Ca2+
0,66 -0,45 0,16 0,49 0,88 -0,77 0,79 0,5 0,21 1
Mg2+
0,35 -0,6 0,64 0,51 0,85 -0,62 0,25 0,52 0,3 0,67 1
OD -0,54 -0,46 0,45 0,02 -0,25 0,1 -0,6 -0,14 0,12 -0,38 0,1 1
As 0,17 -0,48 0,64 0,73 0,59 -0,25 -0,02 0,27 0,39 0,48 0,52 0,41 1
Mn 0,22 0,06 0,52 0,78 0,5 0,17 -0,2 0,3 0,42 0,19 0,42 0,2 0,62 1
Zn -0,03 0,52 -0,33 -0,53 -0,53 0,51 -0,11 0,31 0,38 -0,5 -0,5 -0,16 -0,61 -0,29 1
• Une positive corrélation (r>0.8) a été observé entre
les ions Cl et les cations principaux ( Ca2, Mg2) ces
résultats montrent la homogénéité entre ces cations
et les ions Chlorures dans les eaux souterraines de la
région étudiée.
• Dans les eaux naturelles d’un pH entre 5-8 seulement
la forme H2PO4 existent, à un pH basic la forme PO4
est la prédominante, cela explique la forte
corrélation (r>0.7) entre les ions Po4 et l’alcalinité
des eaux échantillonnées.
• Une corrélation modérée a été remarqué entre
le pH et certains métaux lourds (Cr, Cu, et le
Zn).
• Alors que des valeurs négatives de corrélation
ont été affiché entre le pH et ( Ca, Mg, OD, et
l’As).
• Concernant la conductivité une corrélation
signifiante a été observé entre cette dernière
et ( la T° eau, NT, NO3, NO2, Cl, et Ca), cela
fournit des information sur le degré de la
minéralisation de l’eau dans la région R’mel.
La valeur de corrélation la plus élevée dans le
tableau de corrélation (r=0,976) a été observée
entre NT et NO-3, suivie de la corrélation NO2- et
NH4 + en tant que (r=0,85). En effet, la variation
de la concentration de NO3- est fortement
dépendante de la concentration en NT dans tous
les puits analysés. Les autres formes d'azote
inorganique NO2- et NH4 + sont très corrélés
mêmes à de faibles concentrations.
Cela donne une idée sur la dominance des ions
nitrate dans les eaux souterraines de la région
étudiée.
Résultats et discussion:
Une forte corrélation entre COD, As et Mn (r> 0,7) a été
constatée (tableau 3). Ces résultats démontrent que la
matière organique conditionne la présence de As et de
Mn dans les eaux souterraines.
En ce qui concerne les métaux lourds, les résultats
montrent une forte corrélation entre Fe et Zn, Zn et Cr,
Ni et Fe, Zn et Ni.
Résultats et discussion:
L’analyse factorielle a été utilisées dans le but
d'établir des relations réciproques entre les
paramètres chimiques. L’utilisation de l’analyse
factorielle peut servir comme outil de gestion de la
qualité des eaux souterraines.
Elle peut également servir comme résumé du tableau
de corrélation. Elle contient des facteurs dont les plus
significatifs apparaissent en termes de corrélation.
Variabilité
cumulée
(%)
Valeur
propre
axe
Scree plot
Valeurs propres et variabilité des différents facteurs
:
F1 F2 F3 F4 F5
Valeur propre 7,881 4,703 3,314 2,410 1,315
Variabilité (%) 34,265 20,449 14,408 10,478 5,718
% cumulé 34,265 54,715 69,122 79,600 85,318
Analyse factorielle
F1 F2 F3 F4 F5
Water T °C 0,437 0,351 0,406 0,183 0,207
Conductivity (µs/cm) 0,461 0,625 -0,086 0,481 -0,059
pH -0,559 0,219 -0,188 0,615 -0,084
TSS (mg/l) 0,487 -0,570 -0,443 0,124 -0,358
T.O.C 0,685 -0,356 -0,241 0,435 0,102
T.N 0,481 0,744 0,184 -0,262 0,307
CL- 0,897 0,151 -0,097 0,255 -0,140
PO42- -0,770 -0,168 -0,257 0,524 0,118
NO3- 0,481 0,766 0,240 -0,117 0,180
NO2- 0,490 0,373 -0,776 -0,140 -0,002
NH4+ 0,272 0,067 -0,891 -0,123 0,256
Ca 2+(mg/l) 0,914 0,388 0,100 0,028 0,053
Mg2+ (mg/l) 0,820 -0,125 -0,193 -0,100 -0,375
DO (mg/l) -0,061 -0,753 -0,143 -0,337 0,146
As (mg/L) 0,707 -0,452 -0,148 0,159 0,350
Cd (mg/L) 0,391 0,496 -0,181 -0,222 -0,440
Co (mg/L) 0,665 0,001 -0,050 -0,039 -0,261
Cr (mg/L) -0,539 0,593 -0,216 0,386 0,226
Cu (mg/L) -0,318 0,489 0,091 0,537 -0,373
Fe (mg/L) -0,294 0,435 -0,738 -0,387 0,138
Mn (mg/L) 0,392 -0,410 -0,406 0,512 0,198
Ni (mg/L) -0,768 0,134 -0,237 -0,195 -0,317
Zn (mg/L) -0,666 0,448 -0,580 -0,139 0,007
Analyse factorielle:
Le facteur 1 explique 34,26% de la variabilité et montre une
forte charge positive significative pour Cl-, Ca2 +, Mg2 +,
une charge moyenne pour T°C, COD, As alors que le Zn, Ni
et PO3- affiche un chargement négative avec ce facteur.
Les fortes charges de Cl, Ca, et Mg que le facteur 1
présente renseigne sur l’échange des ions dans les eaux
souterraines et les processus de dissolution des sels combinés,
tandis que le chargement du MES, C.O.D, et d’As indique la
capacité d’adsorption de l’arsenic sur la matière organique
présente au milieu.
Au contraire les chargement négatives de Zn, Ni, Po4,
peuvent avoir comme explication une immobilisation de
ces derniers au niveau des eaux souterraines de la région.
Le facteur 2 présente 20,14% de la variabilité totale
et montre un fort chargement envers la
conductivité, le nitrate, et l’NT. Ce facteur est
caractérisé par les paramètres principaux qui
contrôlent la conductivité dans les eaux
souterraines. En effet les concentration de nitrate et
d’Azote totale relativement élevés ce qui reflète la
salinité des eaux souterraines.
Tandis que F3 explique 14,18 % de la variabilité,
avec une forte charge négative de NH4+ et
NO2-, et le Fe. Les faibles concentrations de
NH4+ et NO2-, et le Fe dans les eaux
souterraines peuvent êtres dues aux condition
oxiques du milieu, ainsi leurs réduction dans le
milieu ce qui conduit à leurs transformation en
Nitrate (la forme la plus dominante).
Le facteur 4 montre un chargement positif
moyen du Ph, Cu, et Mn.
Résultats et discussion:
La rotation VARIMAX avec Kaiser à deux facteurs peut être
utilisée pour corréler les facteurs et les variables. Elle
représente l'information la plus importante sur laquelle
repose l'interprétation des facteurs. Il peut être utilisé comme
un résumé des résultats de l’analyse factorielle.
D1 D2
Water T °C 0,079 0,555
Conductivity (µs/cm) -0,092 0,771
pH -0,557 -0,223
TSS 0,745 -0,082
D.O.C 0,743 0,209
T.N -0,158 0,872
CL- 0,551 0,724
PO42- -0,446 -0,649
NO3- -0,174 0,888
NO2- 0,102 0,607
NH4+ 0,153 0,235
Ca 2+ 0,401 0,909
Mg2+ 0,684 0,470
DO 0,471 -0,591
As 0,825 0,154
Cd -0,054 0,629
Co 0,484 0,456
Cr -0,799 0,064
Cu -0,567 0,139
Fe -0,512 0,116
Mn 0,567 -0,030
Ni -0,651 -0,428
Zn (mg/L) -0,792 -0,129
Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3
Paramètres MES, COD, As, Mn, Cd
et Co
pH, Fe, PO4, Cu, Cr,
Zn, Ni
CE, Ca, Mg, Cl,
NO3, NT, NO2,
NH4,Co,
Interprétation
pollution organique et
contamination par
l’Arsenic
Interaction du pH
avec les métaux
lourds.
Minéralisation
naturelle des eaux
Interaction entre
la roche et
l’aquifer
Pollution
anthropogéniques
Water T °C
Conductivity (µs/cm)
pH MES (mg/l)
T.O.C
T.N
CL-
PO42-
NO3-
NO2-
NH4+
Ca 2+
Mg2+ (mg/l)
DO (mg/l)
As (mg/L)
Cd (mg/L)
Co (mg/L)
Cr (mg/L)
Cu (mg/L)
Fe (mg/L)
Mn (mg/L)
Ni (mg/L)
Zn (mg/L)
D2
(25,66
%)
D1 (28,99 %)
Coordonnées des variables (axes D1 et D2 : 54,65 %)
after Varimax rotation
COT
COD
AS
Mn
MES
Conclusion
• l'agriculture peut être la principale source de
composés azotés, les engrais et les déchets
domestiques peuvent générer des niveaux élevés
de nitrates dans le sol. En effet, la forte mobilité
du nitrate dans le sol le rend facilement lixiviable
vers les eaux souterraines.
• L'abondance des champs cultivés, la nature
sablonneuse du sol, la profondeur de la nappe
phréatique et l'utilisation excessive d'engrais
SONTresponsables de la forte concentration de
nitrates dans la zone d'étude.
orale communication.pptx

Contenu connexe

Similaire à orale communication.pptx

Caractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennama
Caractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennamaCaractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennama
Caractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennama
Abdelmalek ROULA
 
Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...
Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...
Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...
marwa mehdaoui
 
sonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdf
sonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdfsonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdf
sonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdf
MiranaLalatiana
 
Présentation - Lagunage à macrophytes.pptx
Présentation - Lagunage à macrophytes.pptxPrésentation - Lagunage à macrophytes.pptx
Présentation - Lagunage à macrophytes.pptx
mouadwahidi
 
Training report m_sc1
Training report m_sc1Training report m_sc1
Training report m_sc1
mohamedtalbichem
 
Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...
Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...
Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...
FAO
 
CHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptx
CHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptxCHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptx
CHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptx
AdjaAtaBa
 
Diaporama Coccolithophorides
Diaporama CoccolithophoridesDiaporama Coccolithophorides
Diaporama Coccolithophorides
wapnk
 
variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...
variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...
variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...
mohamedtalbichem
 
Rodier auvray
Rodier auvrayRodier auvray
Rodier auvray
Paky Maiga
 
2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf
2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf
2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf
KhabtaneAbdelhamid
 
les isotopes radioactif dans les eaux souterraine
les isotopes radioactif dans les eaux souterraineles isotopes radioactif dans les eaux souterraine
les isotopes radioactif dans les eaux souterraine
ZEMOUR Youcef
 
Assemblee Generale Vigilance Depollution
Assemblee Generale Vigilance DepollutionAssemblee Generale Vigilance Depollution
Assemblee Generale Vigilance Depollution
Isabelle Crouzet
 
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douceQuand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
Benoît Browaeys
 
Devoir
DevoirDevoir
Devoir
abelicoo
 
Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...
Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...
Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...
Thomas SCHOHN
 
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux uséesJDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
Synhera
 
catastrophe de l'eau et consiquence
catastrophe de l'eau et consiquence catastrophe de l'eau et consiquence
catastrophe de l'eau et consiquence
AbdullkarimAbass
 
Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...
Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...
Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...
inventy
 

Similaire à orale communication.pptx (20)

Caractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennama
Caractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennamaCaractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennama
Caractérisation et traitement physico chimique des lixiviats par t. bennama
 
Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...
Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...
Etude hydrogéologique, hydrochimique et géologique de la nappe phréatique de ...
 
sonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdf
sonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdfsonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdf
sonede_le_dessalement_en_tunisie_experience_et_strategie_khouaja_2012.pdf
 
Présentation - Lagunage à macrophytes.pptx
Présentation - Lagunage à macrophytes.pptxPrésentation - Lagunage à macrophytes.pptx
Présentation - Lagunage à macrophytes.pptx
 
Training report m_sc1
Training report m_sc1Training report m_sc1
Training report m_sc1
 
Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...
Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...
Etat, Besoins et Priorités pour une Gestion Durable des Sols au Congo-Brazzav...
 
CHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptx
CHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptxCHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptx
CHAPITRE V= le traitement des eaux usées par Lagunage.pptx
 
Diaporama Coccolithophorides
Diaporama CoccolithophoridesDiaporama Coccolithophorides
Diaporama Coccolithophorides
 
variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...
variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...
variability determination levels and pools organic and inorganic chlorine in ...
 
Rodier auvray
Rodier auvrayRodier auvray
Rodier auvray
 
2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf
2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf
2-zone_humide_diagnostic_sciences_environnement_cle29ee2a.pdf
 
les isotopes radioactif dans les eaux souterraine
les isotopes radioactif dans les eaux souterraineles isotopes radioactif dans les eaux souterraine
les isotopes radioactif dans les eaux souterraine
 
Assemblee Generale Vigilance Depollution
Assemblee Generale Vigilance DepollutionAssemblee Generale Vigilance Depollution
Assemblee Generale Vigilance Depollution
 
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douceQuand l'eau salée rencontre l'eau douce
Quand l'eau salée rencontre l'eau douce
 
408 kelloutie
408 kelloutie408 kelloutie
408 kelloutie
 
Devoir
DevoirDevoir
Devoir
 
Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...
Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...
Influence de l'environnement sur l'abondance et la diversité du plancton géla...
 
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux uséesJDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
JDCHE 20-21 - À la recherche des métaux critiques dans nos eaux usées
 
catastrophe de l'eau et consiquence
catastrophe de l'eau et consiquence catastrophe de l'eau et consiquence
catastrophe de l'eau et consiquence
 
Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...
Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...
Effets de la Modernisation de Tannerie sur l'Impact de ses Activités sur la Q...
 

orale communication.pptx

  • 1. : Sous thème: Étude de la vulnérabilité des eaux souterraines, et évaluation de l'impact de l'agriculture intensive sur les eaux souterraines dans le périmètre Loukkos (nappe R'mel) SARTI Otmane 01/02/2019 1 OUASSINI Abdelhamid
  • 2. Introduction Présentation de la zone d’étude Materials et méthodes Résultats et discussion PLAN 2 Conclusion
  • 3. Introduction : De nos jours, il existe des zones où les eaux souterraines sont considérées comme l’une des sources importantes d’approvisionnement en eau de potable et d’irrigation. Les eaux souterraines sont utilisables dans la plupart des cas pour la consommation et l'agriculture, sauf dans certaines régions, une altération par la minéralisation peut créer un problème. Au Maroc, le volume d'eaux souterraines est estimé à environ 4,0 milliards de mètres cubes, principalement consacrés à l'agriculture, avec un pourcentage de 86%, 5,5% pour l'industrie et 8,5% pour la consommation humaine.
  • 4. • Définition : L'eau souterraine est l'eau qui remplit les fissures et les pores des roches et des sédiments qui se trouvent sous la surface de la terre (Wikipedia 2018). • Quatre-vingt-dix-huit pour cent (98 %) de l'eau douce disponible sur Terre sont des eaux souterraines et elles sont environ 60 fois plus abondantes que l'eau douce trouvée dans les lacs et les cours d'eau (Kimberly 2012).
  • 5. Introduction La disponibilité naturelle des ressources en eaux salinité La densité de la population L’agriculture intensive Activités industrielles Les eaux usées Coefficient de perméabilité Profondeur de l’aquifère Précipitation La nature du sol
  • 6. Introduction : Les sources potentielles de pollution des eaux souterraines ont augmenté ces dernières années. Partout dans le monde et dans de nombreux pays, les eaux souterraines sont déjà fortement polluées par des produits chimiques et la situation est encore plus alarmante dans les pays en développement où les eaux souterraines révèlent la présence de métaux lourds, de pesticides, de NO3, Cl-, NH4 +, coliformes fécaux et autres bactéries.
  • 7. Introduction : Les conséquences les plus préoccupantes dans le périmètre de Loukkous sont : le gaspillage de l’eau l’élévation de la nappe phréatique la dégradation de la qualité des aquifères la forte consommation d’énergie L’intrusion d’eau marine
  • 8. Ces dernières années, le périmètre de Loukkos a connu une activité agricole intensive et le développement des champs irrigués est en augmentation continue. Les caractéristiques du sol dans la zone d'étude (la faible épaisseur et la granulométrie sableuse) le rend très vulnérable à la pollution par plusieurs types de contaminants, spécialement issus de l'agriculture. La zone étudiée pourra être exposée aux effets causés par les engrais minéraux, les pesticides, le bétail, et certaines activités industrielles. Introduction :
  • 9. Introduction : Une grande partie de la région de Loukkos est consacrée à l'agriculture en raison de ses caractéristiques topographiques et édaphologiques. Il est essentiel et prioritaire d'avoir une bonne connaissance de la qualité des eaux dans cette région, car l'eau potable consommée par la population locale provient des nappes phréatiques, dont l'exploitation a connu une forte croissance et la consommation de cette eau pourra avoir des effets néfastes sur la santé de la population rurale de cette zone.
  • 12. Présentation de la zone d’étude La nappe R’mel : • Situé juste au sud de Larache, l'aquifère de R'mel couvre une superficie d'environ 245 km2. • L'aquifère de R'mel est limité par l'océan Atlantique à l'ouest et par l'oued Loukkous à l'est. • La zone d'étude peut être classée dans le domaine du climat méditerranéen subhumide caractérisé par un été chaud et sec et un hiver tempéré et humide. • La température annuelle moyenne varie entre 11 ° C en hiver et 25 ° C en été et les précipitations annuelles moyennes sont de l’ordre de 700 mm réparties entre octobre et avril.
  • 13. Présentation de la zone d’étude Géologie de la région : Les eaux souterraines de la nappe R’mel circulent dans les formations sablo-gréseuses et les sables fins de dunes du plio- quaternaire déposés sur un substrat de marne bleue du Miopliocène. La profondeur de l’aquifère est comprise entre 5 et 20 m, la réserve totale de l'aquifère est de 129 Mm3.
  • 14. Échantillonnage: •Un total de dix échantillons d'eau souterraine ont été prélevés; •Les puits ont été situés autour des villages et des champs cultivés. •Les échantillons ont été collectés manuellement à l'aide d'un seau fixé à une corde à l'aide d'une poulie. •Pour chaque emplacement, les échantillons ont été collectés en double dans des bouteilles en polytétrafluoroéthylène (PTFE) d'une capacité de 1 litre, recouverts d'une feuille d'aluminium et conservés au réfrigérateur à 4 ° C jusqu'à leurs caractérisation
  • 17. Analyse de l’eau: Paramètres physicochimiques Température de l’aire Température de l’eau pH Conductivité Oxygène dissous Analyse de l’eau
  • 18. Analyse de l’eau: Déterminations des ions Nitrite Orthophosphates Nitrate Ammonium Chlorures Calcium Magnesium
  • 19. Détermination des cations et anions dans l’eau : Ions UV Visible Méthode Spectrophotometrique Titration (ICP-OES) Orthophosphate X Nitrate X Nitrite X Ammonium X Chlorures X Calcium X Magnesium X
  • 20. Analyse de l’eau: Spectrophotometer uv vis utilisé pour la déterminations des concentrations des ions
  • 22. Analyse de l’eau: Déterminations des ETM Chrome (Cr) Arsenic (As) Cadmium (Cd) Cobalt (Co) Mercure (Hg) Cuivre (Cu) Fer (Fe) Manganèse (Mn) Nickel (Ni) Zinc (Zn) Plomb (Pb)
  • 24. Analyse de l’eau: L'analyse des pesticides dans les eaux souterraines a porté sur 80 matières actives : 23 organophosphorées 34 organochlorées 23 organoazotées
  • 25. Analyse de l’eau: METHODOLODIE 1 : la détermination des composés organiques semi- volatils par micro-extraction liquide-liquide dispersive (DLLME) et la mesure ultérieure a été prise par le détecteur de masse triple quadripôle du chromatographe en phase gazeuse (Bruker Scion (GC‐436 + MSD TQ)
  • 26. Analyse de l’eau: METHODOLODIE 2 : La détermination des résidus de pesticides organiques par extraction en phase solide en ligne- chromatographie liquide/spectrométrie de masse en tandem (SPE-LC en ligne/ MS/MS) en utilisant EVOQ triple quadripôle pour la chromatographie liquide (LC-TQ).
  • 28. WELLS Water T °C Conduct ivité (µs/cm) pH MES C.O.D T.N CL- PO4 2- NO3 - NO2 - NH4 + Ca 2+ Mg2+ DO W 1 19,6 900 8,32 23,54 0,78 47,3 96,56 0,02 162 0,005 0,01 143,8 7,49 7,02 W 2 18,2 940 8,6 23,75 0,864 62,6 100,82 0,02 202,24 0,048 0,08 150,23 8,25 6,18 W 3 19,5 770 8,55 14,36 0,841 40,7 81,29 0,04 134,31 0,0019 0,002 127,79 5,65 6,13 W 4 19,1 905 8,5 40,57 1,06 20,6 110,76 0,003 58,14 0,018 0,001 141,31 11,25 6,54 W 5 18,8 730 8,8 19,34 1,521 41,8 79,52 0,01 142,3 0,0022 0,002 140,17 5,23 6 W 6 18,8 1129 8,65 23,16 1,694 52,7 146,97 0,03 192,62 0,025 0,027 175,1 10,15 6,22 W 7 20,5 1450 8,7 20,57 1,263 80,9 181,76 0,004 350,46 0,024 0,01 236,96 10,12 5,28 W 8 18,3 930 9,15 14,78 0,342 4,19 29,11 0,11 14,87 0,0006 0 36,91 1,91 6,11 W 9 18,3 930 8,7 51,4 2,264 1,29 149,81 0,055 3,21 0,022 0,052 140,67 10,82 6,62 W 10 17,2 740 8,5 20,02 0,593 34 106,5 0,025 146,43 0,004 0 118,24 9,98 6,25 normes OMS 2011 ----- 1000 6,5-8,5 ---- 250 3 50 3 75 50 2 Norme Marocain (VLM) ----- 750 6,5-8,5 ----- 750 0.5 50 0.5 50 -----
  • 29. WELLS Water T °C Conducti vité (µs/cm) pH MES C.O.D T.N CL- PO4 2- NO3 - NO2 - NH4 + Ca 2+ Mg2+ DO W 1 19,6 900 8,32 23,54 0,78 47,3 96,56 0,02 162 0,005 0,01 143,8 7,49 7,02 W 2 18,2 940 8,6 23,75 0,864 62,6 100,82 0,02 202,24 0,048 0,08 150,23 8,25 6,18 W 3 19,5 770 8,55 14,36 0,841 40,7 81,29 0,04 134,31 0,0019 0,002 127,79 5,65 6,13 W 4 19,1 905 8,5 40,57 1,06 20,6 110,76 0,003 58,14 0,018 0,001 141,31 11,25 6,54 W 5 18,8 730 8,8 19,34 1,521 41,8 79,52 0,01 142,3 0,0022 0,002 140,17 5,23 6 W 6 18,8 1129 8,65 23,16 1,694 52,7 146,97 0,03 192,62 0,025 0,027 175,1 10,15 6,22 W 7 20,5 1450 8,7 20,57 1,263 80,9 181,76 0,004 350,46 0,024 0,01 236,96 10,12 5,28 W 8 18,3 930 9,15 14,78 0,342 4,19 29,11 0,11 14,87 0,0006 0 36,91 1,91 6,11 W 9 18,3 930 8,7 51,4 2,264 1,29 149,81 0,055 3,21 0,022 0,052 140,67 10,82 6,62 W 10 17,2 740 8,5 20,02 0,593 34 106,5 0,025 146,43 0,004 0 118,24 9,98 6,25 normes OMS 2011 ----- 1000 6,5-8,5 ---- 250 3 50 3 75 50 2 Norme Marocain (VLM) ----- 750 6,5-8,5 ----- 750 0.5 50 0.5 50 -----
  • 30. Résultats & discussion: • Le pH, compris entre 8,32 et 9,15, montre que les eaux souterraines sont de nature légèrement alcaline,. La conductivité est limitée entre 730 et 1450 µs/cm. • Le COD représente le carbone lié à la matière organique, Il donne une idée de la contamination organique dans les eaux et des activités biologiques. Les concentrations de carbone organique dans les eaux souterraines montrent des valeurs très faibles. La valeur de COD la plus élevée est de 2,26 mg /L enregistrée au niveau du puits numéro 9, tandis que la concentration minimale observée est de 0,34 mg / l au puits numéro 8. CELA a été reflété par le bon niveau d’oxygénation des eaux souterraines qui se situe entre 5,28 mg / l et 7,02 • En ce qui concerne la teneur en oxygène dissous se situe entre 5,28 mg / l et 7,02, toutes les valeurs d'OD sont considérées comme bonnes par rapport à la norme pour l'eau potable proposée par l'OMS qui se situe à 2 mg / l. l'OD varie en fonction de la profondeur et de la température de l'eau. Il a été démontré que des taux élevés d'oxygène dissous accélèrent la corrosion du cuivre dans certains cas. • L'agriculture intensive peut générer des niveaux élevés de NT dans le sol. Cet azote peut facilement atteindre les eaux souterraines par les précipitations et les activités d'irrigation. La teneur en TN dans toutes les eaux échantillonnées est relativement élevée. Il a atténué 80,9 mg / l dans (W7), tandis qu'une concentration minimale de 1,29 mg / l a été enregistrée à W9. L'analyse des TN dans les puits a pour objectif spécifique d'identifier et de quantifier les différentes formes d'azote inorganique (NO3-, NO2- et NH4 +).
  • 31. Résultats & discussion: • Les formes d'azote telles que NO2- et NH4 + ont montré des concentrations trop faibles dans les échantillons d'eau, même si la teneur totale en azote est élevée dans la majeure partie de la zone d'étude, cette faible concentration peut être due à la conversion rapide de l'azote sous forme d'ammoniac et de nitrite en nitrate dans les eaux souterraines oxygénées. • En considérant le nitrate, 80% des échantillons d’eau dépassent le standard d’eau potable recommandé par l’OMS et (MCL) dans la zone d’étude, avec une concentration maximale de 350 mg / L établie dans le puits 7. Cette situation est due à la surutilisation d’engrais dans certaines parties du périmètre. Les quantités d'engrais appliqués sont relativement non raisonnées et se concentrent sur les principales cultures dans les zones irriguées. Ces résultats montrent que la plupart des agriculteurs utilisent des engrais de manière aléatoire et sans surveillance.
  • 32. Résultats & discussion: • Ces concentrations peuvent présenter un grave problème de santé. En fait, la consommation de fortes concentrations de nitrates dans l’eau de boisson peut être associée à un risque accru de maladies telles que le diabète, la méthémoglobine, les douleurs abdominales, la diarrhée, les vomissements et l’hypertension, augmentant ainsi la mortalité infantile. • Les cations divalents les plus courants dans l'eau sont le calcium et le magnésium. La dureté de l’eau correspondant à sa minéralisation en calcium et magnésium, les concentrations en cations varient entre 36,91 et 236 mg / l pour le calcium et entre 1,91 et 11,25 mg / l pour le magnésium, ces résultats donnent une idée de la dominance du calcium ions dans l’eau, cette dominance peut s’expliquer par la dissolution de minéraux silicatés. L'eau des zones riches en roches contenant du magnésium peut contenir du magnésium dans l'intervalle de concentrations compris entre 10 et 50 mg / L. Une dureté élevée dans l'eau telle que Ca2 + et Mg2 + peut provoquer des maladies telles que la maladie d'Alzheimer, le diabète ou une maladie cardiovasculaire.
  • 33. Résultats des analyses de métaux lourds Puits As (µg/L) Cd (µg/L) Co (µg/L) Cr (µg/L) Cu (µg/L) Fe (µg/L) Hg (µg/L) Mn (µg/L) Ni (µg/L) Pb (µg/L) Zn (µg/L) GW 1 13.11 ND 0.09 0.06 ND ND ND 0.35 0.27 ND 4.74 GW 2 8.59 0.05 0.8 0.98 ND 0.92 ND 1.46 0.78 ND 65.61 GW 3 11.27 ND 0.77 0.82 ND ND ND 1.08 ND ND 7.67 GW 4 9.63 0.07 1.33 ND ND ND ND 0.08 0.22 ND 7.94 GW 5 7.79 ND 1.07 0.14 ND ND ND 1.01 ND ND 8.43 GW 6 11.86 ND 0.98 0.9 ND ND ND 43.05 ND ND 9.55 GW 7 9.75 0.06 0.98 0.9 1.11 ND ND 1.01 ND ND 8.43 GW 8 3.25 ND ND 1.89 1.05 0.3 ND 0.14 1.33 ND 63.15 GW 9 16.94 ND 0.88 ND 0.28 ND ND 41.41 0.06 ND 2.29 GW 10 5.44 ND 0.65 ND 0.52 ND ND 1.48 1.23 ND 15.29 Limite OMS (2011) 10 3 50 2000 300 400 70 ----- 3 Normes Maroc (VLM) 10 3 50 2000 300 500 20 ----- 3
  • 34. Résultats des métaux lourds: Les méthodes utilisées Prévisions Climatiques Scénarios Land Use Érosion & Bilan hydrique (M (M
  • 35. La corrélation des paramètres physicochimiques sert à comprendre la relation entre les paramètres dans les échantillons d’eau et à identifier l’origine des composés dissous dans l’eau. Le tableau présente les coefficients de corrélation de Pearson entre les différents paramètres physicochimiques étudiés . Les corrélations significatives (alpha = 0,05) sont en gras. Corrélation de Pearson:
  • 36. Corrélation de Pearson entre les paramètres chimiques des eaux souterraines de la nappe R’mel: Variables EC pH MES COD CL- PO4 2- NO3 - NO2 - NH4 + Ca 2+ Mg2+ OD As Mn Zn EC 1 pH 0,13 1 MES 0,03 -0,21 1 C.O. D 0,24 -0,02 0,65 1 CL- 0,68 -0,36 0,45 0,65 1 PO4 3- -0,16 0,7 -0,12 -0,23 -0,55 1 NO3 - 0,62 -0,28 -0,44 -0,03 0,53 -0,61 1 NO2 - 0,48 -0,14 0,35 0,32 0,53 -0,31 0,35 1 NH4 + 0,15 -0,07 0,39 0,37 0,3 -0,03 0,06 0,86 1 Ca2+ 0,66 -0,45 0,16 0,49 0,88 -0,77 0,79 0,5 0,21 1 Mg2+ 0,35 -0,6 0,64 0,51 0,85 -0,62 0,25 0,52 0,3 0,67 1 OD -0,54 -0,46 0,45 0,02 -0,25 0,1 -0,6 -0,14 0,12 -0,38 0,1 1 As 0,17 -0,48 0,64 0,73 0,59 -0,25 -0,02 0,27 0,39 0,48 0,52 0,41 1 Mn 0,22 0,06 0,52 0,78 0,5 0,17 -0,2 0,3 0,42 0,19 0,42 0,2 0,62 1 Zn -0,03 0,52 -0,33 -0,53 -0,53 0,51 -0,11 0,31 0,38 -0,5 -0,5 -0,16 -0,61 -0,29 1
  • 37. • Une positive corrélation (r>0.8) a été observé entre les ions Cl et les cations principaux ( Ca2, Mg2) ces résultats montrent la homogénéité entre ces cations et les ions Chlorures dans les eaux souterraines de la région étudiée. • Dans les eaux naturelles d’un pH entre 5-8 seulement la forme H2PO4 existent, à un pH basic la forme PO4 est la prédominante, cela explique la forte corrélation (r>0.7) entre les ions Po4 et l’alcalinité des eaux échantillonnées.
  • 38. • Une corrélation modérée a été remarqué entre le pH et certains métaux lourds (Cr, Cu, et le Zn). • Alors que des valeurs négatives de corrélation ont été affiché entre le pH et ( Ca, Mg, OD, et l’As). • Concernant la conductivité une corrélation signifiante a été observé entre cette dernière et ( la T° eau, NT, NO3, NO2, Cl, et Ca), cela fournit des information sur le degré de la minéralisation de l’eau dans la région R’mel.
  • 39. La valeur de corrélation la plus élevée dans le tableau de corrélation (r=0,976) a été observée entre NT et NO-3, suivie de la corrélation NO2- et NH4 + en tant que (r=0,85). En effet, la variation de la concentration de NO3- est fortement dépendante de la concentration en NT dans tous les puits analysés. Les autres formes d'azote inorganique NO2- et NH4 + sont très corrélés mêmes à de faibles concentrations. Cela donne une idée sur la dominance des ions nitrate dans les eaux souterraines de la région étudiée.
  • 40. Résultats et discussion: Une forte corrélation entre COD, As et Mn (r> 0,7) a été constatée (tableau 3). Ces résultats démontrent que la matière organique conditionne la présence de As et de Mn dans les eaux souterraines. En ce qui concerne les métaux lourds, les résultats montrent une forte corrélation entre Fe et Zn, Zn et Cr, Ni et Fe, Zn et Ni.
  • 41. Résultats et discussion: L’analyse factorielle a été utilisées dans le but d'établir des relations réciproques entre les paramètres chimiques. L’utilisation de l’analyse factorielle peut servir comme outil de gestion de la qualité des eaux souterraines. Elle peut également servir comme résumé du tableau de corrélation. Elle contient des facteurs dont les plus significatifs apparaissent en termes de corrélation.
  • 42. Variabilité cumulée (%) Valeur propre axe Scree plot Valeurs propres et variabilité des différents facteurs : F1 F2 F3 F4 F5 Valeur propre 7,881 4,703 3,314 2,410 1,315 Variabilité (%) 34,265 20,449 14,408 10,478 5,718 % cumulé 34,265 54,715 69,122 79,600 85,318
  • 43. Analyse factorielle F1 F2 F3 F4 F5 Water T °C 0,437 0,351 0,406 0,183 0,207 Conductivity (µs/cm) 0,461 0,625 -0,086 0,481 -0,059 pH -0,559 0,219 -0,188 0,615 -0,084 TSS (mg/l) 0,487 -0,570 -0,443 0,124 -0,358 T.O.C 0,685 -0,356 -0,241 0,435 0,102 T.N 0,481 0,744 0,184 -0,262 0,307 CL- 0,897 0,151 -0,097 0,255 -0,140 PO42- -0,770 -0,168 -0,257 0,524 0,118 NO3- 0,481 0,766 0,240 -0,117 0,180 NO2- 0,490 0,373 -0,776 -0,140 -0,002 NH4+ 0,272 0,067 -0,891 -0,123 0,256 Ca 2+(mg/l) 0,914 0,388 0,100 0,028 0,053 Mg2+ (mg/l) 0,820 -0,125 -0,193 -0,100 -0,375 DO (mg/l) -0,061 -0,753 -0,143 -0,337 0,146 As (mg/L) 0,707 -0,452 -0,148 0,159 0,350 Cd (mg/L) 0,391 0,496 -0,181 -0,222 -0,440 Co (mg/L) 0,665 0,001 -0,050 -0,039 -0,261 Cr (mg/L) -0,539 0,593 -0,216 0,386 0,226 Cu (mg/L) -0,318 0,489 0,091 0,537 -0,373 Fe (mg/L) -0,294 0,435 -0,738 -0,387 0,138 Mn (mg/L) 0,392 -0,410 -0,406 0,512 0,198 Ni (mg/L) -0,768 0,134 -0,237 -0,195 -0,317 Zn (mg/L) -0,666 0,448 -0,580 -0,139 0,007
  • 44. Analyse factorielle: Le facteur 1 explique 34,26% de la variabilité et montre une forte charge positive significative pour Cl-, Ca2 +, Mg2 +, une charge moyenne pour T°C, COD, As alors que le Zn, Ni et PO3- affiche un chargement négative avec ce facteur. Les fortes charges de Cl, Ca, et Mg que le facteur 1 présente renseigne sur l’échange des ions dans les eaux souterraines et les processus de dissolution des sels combinés, tandis que le chargement du MES, C.O.D, et d’As indique la capacité d’adsorption de l’arsenic sur la matière organique présente au milieu. Au contraire les chargement négatives de Zn, Ni, Po4, peuvent avoir comme explication une immobilisation de ces derniers au niveau des eaux souterraines de la région.
  • 45. Le facteur 2 présente 20,14% de la variabilité totale et montre un fort chargement envers la conductivité, le nitrate, et l’NT. Ce facteur est caractérisé par les paramètres principaux qui contrôlent la conductivité dans les eaux souterraines. En effet les concentration de nitrate et d’Azote totale relativement élevés ce qui reflète la salinité des eaux souterraines.
  • 46. Tandis que F3 explique 14,18 % de la variabilité, avec une forte charge négative de NH4+ et NO2-, et le Fe. Les faibles concentrations de NH4+ et NO2-, et le Fe dans les eaux souterraines peuvent êtres dues aux condition oxiques du milieu, ainsi leurs réduction dans le milieu ce qui conduit à leurs transformation en Nitrate (la forme la plus dominante). Le facteur 4 montre un chargement positif moyen du Ph, Cu, et Mn.
  • 47. Résultats et discussion: La rotation VARIMAX avec Kaiser à deux facteurs peut être utilisée pour corréler les facteurs et les variables. Elle représente l'information la plus importante sur laquelle repose l'interprétation des facteurs. Il peut être utilisé comme un résumé des résultats de l’analyse factorielle.
  • 48. D1 D2 Water T °C 0,079 0,555 Conductivity (µs/cm) -0,092 0,771 pH -0,557 -0,223 TSS 0,745 -0,082 D.O.C 0,743 0,209 T.N -0,158 0,872 CL- 0,551 0,724 PO42- -0,446 -0,649 NO3- -0,174 0,888 NO2- 0,102 0,607 NH4+ 0,153 0,235 Ca 2+ 0,401 0,909 Mg2+ 0,684 0,470 DO 0,471 -0,591 As 0,825 0,154 Cd -0,054 0,629 Co 0,484 0,456 Cr -0,799 0,064 Cu -0,567 0,139 Fe -0,512 0,116 Mn 0,567 -0,030 Ni -0,651 -0,428 Zn (mg/L) -0,792 -0,129
  • 49. Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Paramètres MES, COD, As, Mn, Cd et Co pH, Fe, PO4, Cu, Cr, Zn, Ni CE, Ca, Mg, Cl, NO3, NT, NO2, NH4,Co, Interprétation pollution organique et contamination par l’Arsenic Interaction du pH avec les métaux lourds. Minéralisation naturelle des eaux Interaction entre la roche et l’aquifer Pollution anthropogéniques
  • 50. Water T °C Conductivity (µs/cm) pH MES (mg/l) T.O.C T.N CL- PO42- NO3- NO2- NH4+ Ca 2+ Mg2+ (mg/l) DO (mg/l) As (mg/L) Cd (mg/L) Co (mg/L) Cr (mg/L) Cu (mg/L) Fe (mg/L) Mn (mg/L) Ni (mg/L) Zn (mg/L) D2 (25,66 %) D1 (28,99 %) Coordonnées des variables (axes D1 et D2 : 54,65 %) after Varimax rotation
  • 52. Conclusion • l'agriculture peut être la principale source de composés azotés, les engrais et les déchets domestiques peuvent générer des niveaux élevés de nitrates dans le sol. En effet, la forte mobilité du nitrate dans le sol le rend facilement lixiviable vers les eaux souterraines. • L'abondance des champs cultivés, la nature sablonneuse du sol, la profondeur de la nappe phréatique et l'utilisation excessive d'engrais SONTresponsables de la forte concentration de nitrates dans la zone d'étude.