Parc InTaille minimale (du b au v) : 20 mm1 CTaille minimale (du b au v) : 35 mm1 CTaille minimale (du b au v) : 20 mmBébé...
ÀsavoirNotre quotidien inondé d’ondesDes chiffres révélateursLeschiffresclés2Les systèmes sans fil sedéveloppent très rapi...
Une pollution électromagnétiqueextérieure et intérieure3Ligne à Haute TensionLes lignes à haute tension représentent un da...
4Une inquiétude croissanteAprès les lignes à haute tension, les antennes de téléphonie mobileconstituent la deuxième sourc...
Pas d’effetsur la santéEffet(s)sur la santéÉtudes menées par l’État des Entreprises de TélécomÉtudes menées pardes Institu...
6Les soupçons se concrétisentDes résolutionssont prises à grande échelleLe Grenelle des ondesIl est instigué en 2009 et ap...
7Les preuves scientifiques s’accumulentLes études font desrévélations accablantesElles détectent notamment unnouveau mal :...
Des enfants particulièrementexposés…Une physiologie particulièreDes facteurs aggravantsIl est prouvé queles enfants sontbe...
… mais une réglementationqui peine à suivre9Les normes sur le sujet n’ont pas été revues depuis 1919 en France. Or, entret...
Babymoov prend positionL’application du principe de précautionLe choix de la basse puissancePollution électromagnétique mu...
Les tests le prouventUne étude réalisée en avril 2013 par le laboratoire CEM de l’Institut Pascal,rattaché au CNRS, certif...
16, rue Jacqueline AuriolParc Industriel des Gravanches63051 Clermont-Ferrand Cedex 2FranceTél. : 04.73.28.60.00www.babymo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bebes ondes-mode-d-emploi

2 431 vues

Publié le

Guide des ondes Babymoov 2013

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 431
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bebes ondes-mode-d-emploi

  1. 1. Parc InTaille minimale (du b au v) : 20 mm1 CTaille minimale (du b au v) : 35 mm1 CTaille minimale (du b au v) : 20 mmBébés, ondes, moded’emploi
  2. 2. ÀsavoirNotre quotidien inondé d’ondesDes chiffres révélateursLeschiffresclés2Les systèmes sans fil sedéveloppent très rapidement.Du dernier Smartphone audéveloppement exponentiel desbornes Wifi, les ondes envahissentnotre quotidien. Ces technologies,qui nous sont aujourd’hui sifamilières, sont pourtant apparues ily a une dizaine d’années seulement.Tous les appareilsélectriques émettent desondes mais il faut distinguerdeux types d’appareils :• Les appareils récepteurs :la télévision, la radio,le GPS... émettentpeu d’ondes car ils secontentent de recevoirdes informations. Ilsreprésentent donc unmoindre risque.• Les appareils émetteurs :le téléphone fixeDECT, le téléphoneportable, la borne Wifi...émettent des ondesélectromagnétiques quisont potentiellementnocives pour la santé.• 99,7 % : c’est le taux de pénétrationdu mobile dans la population.Il y a donc quasiment autant deportables que d’habitants en France.Le chiffre atteint même les 150 %en région parisienne avec les lignesprofessionnelles.• 24 millions : c’est le nombre deFrançais se connectant à Internet tousles jours.• 28 h : c’est la durée moyenne passéepar mois sur Internet par Français.• 12 % : c’est le pourcentage de lapopulation qui souffrirait d’électro-sensibilité (migraines, rougeurs, fatigue,trouble de la concentration...) liée auxondes, pour certains sans même lesavoir.• 12 000 fois / mois : c’est le nombrede fois où l’expression «anti-onde» estrecherchée sur Google.• 0 : c’est le nombre de scientifiquesaffirmant avec certitude qu’aucunrisque n’est lié aux ondes.
  3. 3. Une pollution électromagnétiqueextérieure et intérieure3Ligne à Haute TensionLes lignes à haute tension représentent un danger car elles créent unchamp électromagnétique d’extrêmement haute puissance. Des étudestendent à démontrer un lien entre certaines leucémies et la proximité deshabitations avec des lignes à haute tension.Téléphone DectLe téléphone Dect diffuse le même typed’ondes qu’un téléphone portable etémet donc des ondes en continu. Il estprésent dans presque tous les foyers etson utilisation souvent prolongée exposefortement les individus aux rayonnementsélectromagnétiques.Téléphone PortableLe portable émet des ondes afinde se connecter à l’antenne la plusproche. De nos jours, on utiliseintensivement les Smartphonesavec leur connexion 3G et Wifi.C’est autant l’intensité desrayonnements émis que la proximitéimmédiate avec ces appareilsqui les rendraient potentiellementdangereux.Four Micro-OndesLe four micro-ondes utiliseles propriétés thermiques desradiofréquences. Même si lesondes diffusées sont censées êtreretenues à l’intérieur, en pratique,ily a souvent des fuites.Voiture + TéléphoneEn voiture, les ondes émises par votretéléphone se retrouvent bloquées parla structure métallique. Leur diffusion,qui permet d’établir la communication,est plus difficile. De plus, comme vousêtes en mouvement, votre téléphone estsans cesse à la recherche d’une nouvelleantenne relais. Ces deux facteurscontribuent à faire doubler le niveaud’ondes en voiture.Borne WifiIl est difficile d’échapper au Wifiqui est partout. Dans la rue, chezles voisins... Pourtant ils’agit d’une technologiepotentiellement nocive àlaquelle nous sommes exposésen permanence.BabyphonesLes babyphones sontconstitués d’un émetteuret d’un récepteur. Afin decommuniquer entre eux,les deux unités émettentdes ondes.Borne WimaxLe Wimax est une nouvelle technologie permettantd’augmenter la portée des réseaux Wifi. Sonémission d’ondes est donc particulièrementimportante.La pollution électromagnétique, appelée ”électrosmog”, est très dense dansnotre environnement ; si bien qu’il est difficile d’y échapper.
  4. 4. 4Une inquiétude croissanteAprès les lignes à haute tension, les antennes de téléphonie mobileconstituent la deuxième source d’inquiétude des Français en 2010.En effet, 63 % d’entre eux pensent qu’elles affectent leur santé.• 96,7 % des parents ont déjà entendu parler des ondesélectromagnétiques et de leurs effets sur la santé.• 66 % d’entre eux se déclarent inquiets quant aux impacts des ondessur la santé.• 95,4 % d’entre eux considèrent que nous ne sommes pas suffisammentinformés sur l’impact des ondes sur la santé.Source : Eurobaromètre 73.3, “Inquiétude des Français - Les Champs Électromagnétiques”Étude réalisée par TNS Opinion Social à la demande de la Direction Générale de la Santé etdes Consommateurs coordonnée par la Direction Générale Communication TNS Opinion SocialSource : sondage Babymoov réalisé en juin 2013 auprès de 152 parentsDes Français soucieux…
  5. 5. Pas d’effetsur la santéEffet(s)sur la santéÉtudes menées par l’État des Entreprises de TélécomÉtudes menées pardes Instituts Indépendants… et des résultats d’études controversésLes conflits d’intérêts autour du sujet des ondes sont énormes. Les acteursde la protection sanitaire et les lobbies industriels et télécoms se livrent alorsune guerre sans merci. Une situation aisément compréhensible lorsque l’on saitqu’en 2010, par exemple, les revenus liés aux services mobiles s’élevaient àplus de 5 milliards d’euros et que ce chiffre est en constante augmentation !Dans un tel contexte, les résultats d’études sur les effets des ondes sur lasanté sont souvent remis en question. Et pour cause : les données varientconsidérablement en fonction des commanditaires !Seulement 1/3 (4 sur 12) desétudes financées par les industrielsont trouvé au moins un effetphysiologique significatif.Alors que cela représente 82 %(9 sur 11) dans les études bénéficiantde fonds publics ou caritatifs.Outre ces questions d’intérêts,l’évolution rapide de nos modes deviepeut biaiser l’analyse des résultatsd’études menées dans le passé. Eneffet, les individus considérés il y aune poignée d’années commedes gros utilisateurs de téléphonesportables par exemple, seraientaujourd’hui classifiés dans lacatégorie des utilisateurs moyens !5Source : Robin des toits, “Des résultats d’étudesvariant selon les financeurs” AFP - Septembre 200602040608010018 %67 %33 %82 %
  6. 6. 6Les soupçons se concrétisentDes résolutionssont prises à grande échelleLe Grenelle des ondesIl est instigué en 2009 et apour priorité le renforcementdes dispositifs de précautionconcernant les téléphones mobiles.Les principaux objectifs sont derecommander l’interdiction desportables dans les écoles, depromouvoir l’utilisation du kit mainlibre et de bannir la publicité pourles mobiles destinée au moins de12 ans.À son issue, le gouvernements’engage également à mettre enplace une meilleure prise encharge des personnes dites« électrosensibles ».Les assurancesDepuis 2003, certains assureurs appliquent le principe de précaution et refusentd’assurer les entreprises contre le risque lié aux ondes électromagnétiques.Le même schéma avait eu lieu avec l’amiante, dès 1913. Plus aucune sociétéd’assurance ne voulait assurer les entreprises contre ce risque. Il a fallu prèsd’un siècle pour que l’amiante soit officiellement interdite.Le portable est si largement diffusé que les conséquences seraient d’autantplus graves si la menace se confirmait : environ 1 000 victimes du téléphoneportable pour 1 victime de l’amiante. L’OMSCette institution clé du domaine de lasanté publique prend parti en juillet2011 et déclare que l’utilisationdes téléphones portablesdoit être considérée commepotentiellement cancérigène(catégorie 2B dans la classificationdes produits cancérigènes).
  7. 7. 7Les preuves scientifiques s’accumulentLes études font desrévélations accablantesElles détectent notamment unnouveau mal : l’hypersensibilitéélectromagnétique aux ondes.Celle-ci se caractérise par uneintolérance à divers niveaux desondes.Elle aurait un impact sur les protéinesdu stress, favoriserait les leucémiesenfantines et le risque de tumeur aucerveau, etc.Si bien que cette maladie a étéreconnue comme handicap auxUSA, en Suède et en Angleterre.Les médecins parlent“ II y a un lien prouvé entre champsélectromagnétiques, cancers, et leucémies “Docteur Dominique Belpomme,diplômé d’Etude Approfondie en biologie cellulaireLes recherchesse poursuiventMalgré le flou scientifique, force estde constater que les interrogationssubsistent... Deux nouvellesétudes européennes sont alorslancées en 2011, l’une portant surl’enfant : Mobikids, l’autre sur lesadultes : Cosmos.Leur limite ? Ce type d’étudesdemande un processus longet complexe et s’inscrit dansun environnement en perpétuelchangement. Il faudra entre 20et 30 ans pour connaitre aveccertitude les résultats.
  8. 8. Des enfants particulièrementexposés…Une physiologie particulièreDes facteurs aggravantsIl est prouvé queles enfants sontbeaucoup plussensibles aux ondescar leur cerveau, enplein développement,absorbe 60 % deplus d’ondes que lecerveau d’un adulte.Source : Gandhi O.P., Lazzi G., Furse C.M.,Absorption des rayonnements électromagnétiquesdans la tête et le cou humainLes bébés actuels sont latoute première générationà être exposée aux ondesélectromagnétiques àtoutes les étapes deleur développementbiologique, dès même lagrossesse.Un enfant, à cause deslimites de sa perceptiondu monde, est incapablede se rendre compteque les appareils quil’entourent peuvent êtreune source nocive d’ondesélectromagnétiques.8
  9. 9. … mais une réglementationqui peine à suivre9Les normes sur le sujet n’ont pas été revues depuis 1919 en France. Or, entretemps, nous sommes entrés dans l’ère du tout sans fil !D’autres pays européens ont décidé de réagir. C’est le cas de l’Angleterre,de l’Autriche et de l’Allemagne où le Wifi est interdit dans les écoles.Le gouvernement allemand va même plus loin en recommandant fortementl’utilisation des connections filaires.Comparaison des normes d’exposition du public aux ondes de la téléphoniemobile, en fonction des paysSource : SyndexFormation OndesÉlectromagnétiquesSeptembre 2010Àsavoir• 0,6 V/m est la valeur limited’exposition fixée par denombreux spécialistes et expertsindépendants.0,6 V/m41 V/m
  10. 10. Babymoov prend positionL’application du principe de précautionLe choix de la basse puissancePollution électromagnétique multipliée par 400 en un siècle, contexte scientifiqueinternational peu rassurant, manque crucial de recul sur le sujet : dès 2006,Babymoov considère qu’il ne faut pas sous-estimer une menace de cetteampleur.Elle décide d’appliquer le principe de précaution et devient ainsi la premièremarque à prendre en compte la question des ondes dans le développementde ses babyphones.Dès le départ, la technologie analogique est privilégiéeface à des marques qui mènent une course à la performanceavec les babyphones DECT très gourmands en ondes.Les interphones créés sont performants et leur puissanced’émission est bien inférieure à la norme de 10 mW fixée pourcette technologie : 1,25 mW !En 2012, la marque met sa capacité d’innovation au service du bien-être avec lacréation d’une toute nouvelle technologie appelée Digital Green, associant lesperformances du numérique (son clair et zéro interférence) à la sécurité dela basse puissance. Une fois de plus, l’émission d’ondes mesurée à 2,99 mWest largement inférieure à la norme fixée à 25 mW pour cette technologie.De qualité et sûrs, les produits Babymoov sont tous certifiés par deslaboratoires indépendants.10
  11. 11. Les tests le prouventUne étude réalisée en avril 2013 par le laboratoire CEM de l’Institut Pascal,rattaché au CNRS, certifie que les babyphones Babymoov émettent moinsd’ondes.Le chiffre est frappant : jusqu’à moins 33 fois d’ondes sont émises par lesappareils de la marque !L’étude révèle aussi que la fréquence utilisée par Babymoov est l’une desplus faibles : jusqu’à 2 fois inférieure.11Àsavoir• Les tests ont été réalisés dans une chambreréverbérante à brassage de mode, qui reproduitune « cage de Faraday », c’est-à-dire un espacehermétique aux ondes qui ne laisse sortiraucune onde et ne laisse entrer aucune ondeextérieure.
  12. 12. 16, rue Jacqueline AuriolParc Industriel des Gravanches63051 Clermont-Ferrand Cedex 2FranceTél. : 04.73.28.60.00www.babymoov.comEn savoir plus :ANSESAgence Nationale de Sécurité Sanitairewww.anses.frPortail Radiofréquences - Santé - Environnementwww.radiofréquences.gouv.frOrganisation Mondiale de la Santéwww.who.int/frVisuels non contractuels

×