Le 1er comité partenarial de la Maison des compétences a été installé en présence du Sous-Préfet, Mr Gilles LAGARDE, le18 ...
L’outil Maison des compétences a été pensé pour répondre non seulement à ces difficultés majeures mais aussi pourinscrire ...
LA POLITIQUE EMPLOI-FORMATIONContexte et genèse de la politique emploi-formationL’emploi et la formation sont au cœur de l...
Face aux insuffisances constatées sur le territoire et aux nouveaux enjeux auxquels celui-ci se trouveconfronté, la créati...
RAPPEL DU CONTEXTE EMPLOI-FORMATION EN CAUX VALLEE DE SEINEL’emploi en Caux vallée de SeineLe territoire Caux vallée de Se...
En Juin 2012, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, B, C s’établit à 5177 en Cauxvallée de Seine et 13...
Les demandeurs d’emploi par ancienneté d’inscriptionSur la communauté de communes Caux vallée de Seine,les demandeurs en c...
Les catégories de demandeurs d’emploiCatégorie A (Cat. 1, 2, 3 hors activité réduite) demandeurs d’emploi tenus de faire d...
Ouverte depuis 2 ans la maison des compétences prouve son existence par les nombreuses actions organisées soitdirectement ...
LA CLAUSE D’INSERTIONSi pendant longtemps, la politique publique avait comme objectif le développement économique,depuis 1...
CHIFFRES CLES DE LA MAISON DES COMPETENCES           DEPUIS SON OUVERTURE
LA PLATEFORME PARTENARIALE
ZOOM SUR QUELQUES SYNERGIES AVEC LES ACTEURS
… Au titre de l’Education/Formation                Centre Local de Documentation Pédagogique                              ...
QUELQUES CHIFFRES CLES :8654 documents en prêt et de nombreuses références de sites indexées2011- 2012 : 200 inscrits, 750...
LE MOT DU DIRECTEUR :- Les synergies prévues par les partenaires du CDR de la MDC se mettent en place : mise en commundes ...
… Au titre de l’ESS                                              ADRESS        Agence pour le développement régional de lé...
ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Temps de sensibilisation sur lentreprenariat social et solidaire auprès des partenaire...
… Au titre de l’ESS                                           COTEXI 276LES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Nous sommes une asso...
LE MOT DE LA PRESIDENTE :Grâce à la démarche « Entreprendre en coopérant », la Communauté de Communes Caux Vallée deSeine ...
… Au titre de l’ESS             Chambre Régionale de lEconomie Sociale (CRES)                        de Haute NormandieLES...
… Au titre de l’ESS                                         NATURAULINLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Entreprise d’Insertion...
… Au titre de l’emploi des travailleurs handicapés                                           AGEFIPHLES MISSIONS DE LA STR...
Organiser et animer un réseau de professionnelsSur la base de cahiers de charges précis, l’Agefiph sélectionne, anime et f...
QUELQUES CHIFFRES CLES :Cf Tableau de Bord Haute Normandie :Les Chiffres de l’emploi et du chômage des personnes handicapé...
… Au titre de l’emploi des travailleurs handicapés                                         CAP EMPLOILES MISSIONS DE LA ST...
Le service aux personnes handicapées :Les conseillers apportent aides et conseils personnalisés à toutes les étapes du par...
ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :-Les référentes du secteur (Fabienne SOURDON et Cécile VIARD) ont participé le 14 juin...
… Au titre de l’emploi des travailleurs handicapés                    ASSOCIATION PARRAINS POUR L’EMPLOILES MISSIONS DE LA...
ZOOM :Participation à la semaine du Handicap en partenariat avec la Maison des Compétences.Mise en place d’un partenariat ...
… Au titre de l’insertion                              LE BATEAU DE BROTONNELES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Accueillir, sout...
QUELQUES CHIFFRES CLES :Une équipe de 14 salariés permanents, 62 salariés en insertion, plus de 120 demandeurs d’emploi en...
… Au titre de la formation                                               CEFAPLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Le CEFAP propo...
ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :A réception du programme des animations mensuelles de la maison des compétences, nouss...
… Au titre de la Formation                                  CLIPS         Comité Local pour l’Insertion Professionnelle et...
QUELQUES CHIFFRES CLES :2000 personnes accueillies580 personnes formées en 2011 pour 91 472 heures réalisées dont 37% de s...
… Au titre de l’emploi          Centre de gestion de la fonction publique territoriale                          de la Sein...
LE MOT DE LA PRÉSIDENTELe recrutement de nouveaux collaborateurs est devenu, pour les élus des collectivités territoriales...
… Au titre de l’action sociale                                     MJC Jacques PrevelLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Activit...
… Au titre du financement de la formation professionnelle                              OPCALIA Haute-NormandieLES MISSIONS...
LE MOT DE LA DIRECTION :Pour mettre au service du territoire ses compétences et son expertise, Opcalia a souhaité s’associ...
… Au titre de l’accompagnement, conseil et management RH                                EGEE      (Entente des Générations...
ZOOM :A destination de jeunes de la Mission Locale :Formation « découvrir les rouages de l’entreprise »A destination des p...
… Au titre de l’accompagnement, conseil et management RH                                              ORREALES MISSIONS DE...
ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Mise en place et animation, en 2012, d’un parcours d’initiation à la Gestion des Resso...
…                                CCIT de Fécamp-BolbecLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :La CCIT de Fécamp Bolbec- propose des ...
LE MOT DE LA DIRECTION :L’organisation de cette manifestation est le fruit d’une collaboration étroite entre la CCI et la ...
…         Maison de l’Emploi et de la Formation du Bassin DieppoisLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :- développer une stratégie...
LE MOT DE LA DIRECTION :Pour agir dans « le bon sens » en faveur du développement d’un territoire, il est indispensable de...
…              Mission Locale du Pays de Caux Vallée de SeineLES MISSIONS DE LA STRUCTURELassociation dite "Mission Locale...
QUELQUES CHIFFRES CLES :La Mission Locale c’est en 2011 1 976 jeunes en actualité*                1 688 jeunes reçus en ...
ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Atelier réseaux sociaux parrainageEn 2011, les parrains et marraines du réseau de parr...
…                                        POLE EMPLOILES MISSIONS DE LA STRUCTURE :• l’accueil et l’inscription des demande...
Bilan partenarial de la Maison des compétences
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bilan partenarial de la Maison des compétences

2 286 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 286
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bilan partenarial de la Maison des compétences

  1. 1. Le 1er comité partenarial de la Maison des compétences a été installé en présence du Sous-Préfet, Mr Gilles LAGARDE, le18 juin 2009. Ce comité avait pour objectifs :de présenter la démarche territoriale sur le champ de l’emploi, de la formation et de l’insertion au terme d’undiagnostic partenarial réalisé sur le nouveau territoire, issu de la fusion de 3 intercommunalités,de présenter l’outil Maison des compétences et les objectifs spécifiques qui lui seraient assignés afin de faciliterl’accès aux services liés à l’emploi pour les habitants de Caux vallée de Seine.d’organiser la plateforme partenariale afin de répondre aux enjeux identifiés (éloignement et dispersion des servicesd’accompagnement, faible mobilité des publics, amélioration de l’offre de services, nécessité de rendre plus lisible etplus visible l’action de chacun des partenaires sur le territoire, nécessité d’apporter une assistance aux entreprises surleur difficultés de recrutement, et d’anticiper sur leurs besoins en matière de formation, de recrutement)Nous arrivons au terme de deux années de fonctionnement de l’équipement. C’est l’occasion de dresser un bilanpartenarial et de tirer les enseignements nécessaires pour poursuivre et réajuster la démarche engagée.Avec 15 mois d’augmentation continue du chômage depuis la crise, et une hausse particulièrement forte en juillet (plus de41 000 demandeurs d’emplois supplémentaires), on frôle désormais la barre des 3 millions de demandeurs d’emploissans activité au niveau national.Les plans sociaux et les licenciements s’enchaînent. Pour absorber la seule arrivée de nombreux jeunes sur le marché dutravail au terme de leurs études, on sait qu’une croissance de 1,5 serait nécessaire !Avec une croissance nulle, on peut craindre que la situation ne s’améliore pas, en particulier pour certaines catégoriesde publics, notamment, les chômeurs de longue durée !Il nous faut redoubler de vigilance et faire preuve d’ingéniosité pour trouver ensemble des solutions pertinentes àl’échelle de nos territoires en adéquation et/ou de façon complémentaire avec les mesures gouvernementalesannoncées.C’est avec la mobilisation de tous que nous gagnerons localement la bataille pour l’emploi !
  2. 2. L’outil Maison des compétences a été pensé pour répondre non seulement à ces difficultés majeures mais aussi pourinscrire l’action locale dans une démarche préventive.Le marché de l’emploi et la façon dont il est régulé est un enjeu important pour les entreprises. Les actions menées àl’échelle locale qui partent de l’entreprise et de ses besoins, peuvent renforcer les politiques de l’emploi classiques.La démarche de GPEC TerritorialeAnticiper les évolutions du marché local de l’emploi et les accompagner constituent un enjeu en soi. De même, prévoirl’évolution de son carnet de commandes et donc ses besoins en personnel n’est pas toujours facile pour une entreprise.Néanmoins, mener ce travail en partenariat avec les acteurs concernés est important. Cette démarche collective estnécessaire pour identifier à la fois les secteurs d’activités en croissance ou en déclin, l’évolution des modes deproduction, la pyramide des âges avec les problématiques liées au maintien des seniors dans l’emploi, la transmissiondes savoirs faire dans les organisations et d’en tirer des enseignements quant à l’impact attendu sur les besoins encompétences localement.D’autres territoires ont déjà engagé une démarche ambitieuse en matière de gestion territoriale des ressourceshumaines. Ces démarches commencent à produire des résultats intéressants.Il nous revient de nous enrichir de ces expériences pour construire un plan d’action territoriale partagé, je compte làaussi sur la mobilisation de tous. Jean-Claude WEISS Président
  3. 3. LA POLITIQUE EMPLOI-FORMATIONContexte et genèse de la politique emploi-formationL’emploi et la formation sont au cœur de la stratégie de développement de la Communauté decommunes Caux vallée de Seine.Celle-ci agit au titre de sa compétence statutaire dans ces domaines ainsi que dans celui del’insertion. Ainsi, le projet de construction de la Maison des compétences, initié dès 2004, a posé lesbases d’une politique d’intervention souhaitée par les élus du Syndicat mixte visant à faciliterl’insertion des jeunes, à structurer l’offre et la demande d’emplois sur le territoire et à lutter contre lenoyau dur du chômage.Cette démarche a été confortée par l’étude-diagnostic réalisée en 2006/2007 avec le concours despartenaires institutionnels et des entreprises locales.Les principaux constats de l’étude ont abouti à ces conclusions :- une économie en mutation, des métiers en constante évolution nécessitant une adaptation descompétences,- des difficultés de recrutement pour les entreprises locales sur les métiers en tension,- des niveaux de formation faibles qui favorisent l’exclusion des publics les plus fragilisés,- un éclatement des services d’accompagnement sur le territoire,- un manque de lisibilité et de visibilité dans les actions menées par les différents acteurs sur leschamps de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelle.La crise économique a conféré une dimension encore plus forte à ces constats et a mis en perspectiveles enjeux liés à la nécessité d’une montée des compétences sur le territoire.Les mutations du travail, l’évolution des métiers, les nouvelles organisations du travail donnent lapriorité à la compétence. La capacité à mettre en œuvre des réponses adaptées en termes deformation est stratégique pour le territoire et l’offre de formation territoriale est de plus en plus unélément de différenciation déterminant pour les choix d’implantation des entreprises.Ces enjeux concernent chaque individu qui doit anticiper ces mutations en se mettant dans unprocessus d’amélioration de ses propres compétences en s’appropriant les outils de formation mis àsa disposition (DIF, CIF, VAE, FTLV, bilan de compétences)... mais aussi l’entreprise qui doit donner lapriorité à la formation et à la gestion des compétences pour faire face aux enjeux à venir, enparticulier, dans les secteurs en tension et répondre aux contraintes de plus en plus fortes liées à sonobligation de formation de ses salariés.
  4. 4. Face aux insuffisances constatées sur le territoire et aux nouveaux enjeux auxquels celui-ci se trouveconfronté, la création d’emplois et le développement des compétences devient une exigence pourl’économie locale qui repose notamment sur la nécessité de plus en plus forte de renforcer les liensentre « entreprises et territoire », « territoire et qualification » et d’inscrire son développement dansl’économie de la connaissance.Une Politique Emploi-Formation autour de 2 objectifs• répondre aux • améliorer l’emploi en difficultés du marché donnant la priorité aux de l’emploi local compétences- Accompagner l’accès à - Anticiper les mutations l’emploi des publics fragilisés économiques- Répondre aux difficultés de - Accompagner la montée des recrutement des entreprises qualifications et des compétences sur le territoireUn programme d’action partenarial autour de 5 axesAXE 1 OBSERVATION DU TERRITOIREAXE 2 COORDINATION DE LA PLATEFORME PARTENARIALEAXE 3 ACTIONS EN FAVEUR DU MAINTIEN, DE L’ACCES ET LE RETOUR A L’EMPLOI DES PUBLICS FRAGILISESAXE 4 CONNAISSANCE/DECOUVERTE DES METIERS ET ACTIONS DE FORMATIONAXE 5 TRAVAIL SUR LES ENJEUX PERIPHERIQUES ET LES FREINS A L’EMPLOI
  5. 5. RAPPEL DU CONTEXTE EMPLOI-FORMATION EN CAUX VALLEE DE SEINEL’emploi en Caux vallée de SeineLe territoire Caux vallée de Seine compte 1926 entreprises en activité marchande hors agriculture,selon l’INSEE au 01 janvier 2011.C’est le canton de Lillebonne qui concentrele plus grand nombre d’entreprises, 40,3% ;suivi du canton de Bolbec avec 35,8%puis du canton de Caudebec en Caux avec 21,9%.A l’échelle du territoire, l’activité tertiaire prédomine avec 64,2% des entreprises.Si l’on regarde plus spécifiquement les effectifs des salariés,on retrouve un certain équilibre entre la part des salariés de l’industrie (35,1%) et du tertiaire(31,1%).En comparaison à l’échelle régionale,20,4% des salariés travaillent dans l’industrieet 39% dans le tertiaire.Cela s’explique par le fait que les établissements tertiaires sont généralement de plus petites tailles,contrairement aux groupes industriels pourvoyeurs d’emploi, notamment sur le site de Port Jérôme .Ce territoire est donc très marqué par l’emploi industriel, comme tout l’axe Seine. Il est à noter queles entreprises de services sont liées à l’industrie (maintenance industrielle, bureau d’études,…).Les demandeurs d’emploiSur le territoire Caux vallée de Seine (CVS), le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploien catégorie A est de 3027 fin juin 2012. Sur un an, ce chiffre est en hausse de 12,2%.En comparaison, pour la Haute-Normandie, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorieA a augmenté de 7,9% sur 1 an.
  6. 6. En Juin 2012, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, B, C s’établit à 5177 en Cauxvallée de Seine et 139 224 pour la Haute-Normandie.De juin 2011 à juin 2012, les catégories A, B et C ont augmenté de 11,3% sur notre territoire, c’estplus qu’à l’échelon régional (7,1%).Les demandeurs d’emploi par sexe…En CVS, le chômage féminin reste plus conséquent que sur la Haute-Normandie Répartition des DE par genreConcernant l’évolution des demandeurs d’emploi par genre:-le nombre de demandeurs "homme" en catégorie A en CVS augmente de 10,9% sur un an (pour 7,7%au niveau régional).- les demandeurs "femmes" en catégorie A augmentent de 13,4% sur un an contre 8,1% pour larégion.…et par tranche d’âge DE par âgeLe nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A de moins de 25 ans représente une hausse de11% sur un an.Le nombre de ceux, de 25 à 49 ans et de 50 ans et plus, augmente respectivement de 8,8% et de22,2% sur un an (6,5% et 14,3% au niveau régional).
  7. 7. Les demandeurs d’emploi par ancienneté d’inscriptionSur la communauté de communes Caux vallée de Seine,les demandeurs en catégorie A inscrits à Pôle Emploidepuis plus d’un an ont augmenté de 11,1%de Juin 2011 à Juin 2012.Cette augmentation est similaire à l’augmentation régionale. DE par ancienneté d’inscriptionLes demandeurs d’emploi par niveau de formation en catégorie ACe sont les demandeurs en catégorie A ayant un niveau I/II qui ont la plus forte augmentation entreJuin 2011 et Juin 2012, +35,4%, en passant de 96 à 130 demandeurs d’emploi. DE par niveau de formationMais, les personnes ayant un niveau V, V bis et VI représentent 71% des demandeurs d’emploi en Juin2012 ; les demandeurs d’emploi de niveau VI ont augmenté de 12,7% et ceux de niveau V/V bis ontaugmenté de 9,4% sur la Communauté de communes Caux vallée de Seine sur un an.
  8. 8. Les catégories de demandeurs d’emploiCatégorie A (Cat. 1, 2, 3 hors activité réduite) demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs derecherche d’emploi, sans emploiCatégorie B (Cat.1, 2, 3 en activité réduite) demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherched’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (78 heures ou moins au cours du mois)Catégorie C (Cat. 6, 7, 8) demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayantexercé une activité réduite longue (plus de 78 heures au cours du mois)Catégorie D (Cat.4) demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raisond’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploiCatégorie E (Cat. 5) demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, enemploi (par exemple: bénéficiaires de contrats aidés).Catégories A, B,, C = Catégories 1, 2 ,3, 6, 7, 8Nomenclatures des niveaux de formation(circulaire interministérielle n°11-67-300 du 11 juillet 1967. B.O. n°29 du 20 juillet 1967)Niveau VI :Sorties du premier cycle du second degré (6ème, 5ème, 4ème) et des formations préprofessionnelles en un an(CEP, CPPN et CPA).Niveau V bis :Sorties de 3ème et des classes de second cycle court avant lannée terminale (dans les statistiques officielles, leniveau VI inclut souvent le niveau V bis).Niveau V :Sorties de lannée terminale des cycles courts professionnels et abandons de la scolarité du second cycle longavant la classe terminale.Niveau IV :Sorties des classes terminales du second cycle long et abandons des scolarisations post-baccalauréat avantdatteindre le niveau III.Niveau III :Sorties avec un diplôme de niveau Bac + 2 ans (DUT, BTS, DEUG, écoles de formation sanitaire et sociale, etc…).Niveaux II + I :Sorties avec un diplôme de second ou de troisième cycle universitaire ou un diplôme de grande école.
  9. 9. Ouverte depuis 2 ans la maison des compétences prouve son existence par les nombreuses actions organisées soitdirectement soit en accompagnement de l’action de nos partenaires.Dans le contexte économique et social actuel, cet outil de la CVS a toute sa légitimité. La volonté des élus du territoireétait de permettre à tous de trouver des réponses à leurs besoins que ce soit les jeunes en recherche dorientation, lesdemandeurs demploi jeunes ou seniors, les salariés pour une évolution de carrière ainsi que les entreprises pourtrouver une écoute et une assistance dans les différentes étapes de leur évolution sans oublier les enseignants etléducation nationale .La Maison des compétences a plusieurs objectifs phares, représentatifs de la politique ambitieuse du territoire endirection de lemploi, de la formation, de linsertion et du développement économique, à savoir :réduire les difficultés daccès aux différents servicesaméliorer loffredonner plus de lisibilité et de visibilité à laction de ses partenairesassurer une coordination entre les différentes actionsaccompagner les entreprisesdévelopper légalité des chancesapporter des solutions aux besoins constatés sur le territoire en matière de main doeuvre et dadéquation entreloffre et la demande.Un programme d’actions mensuel est désormais mis en place avec des rendez-vous récurrents (Tables-rondesentreprises, Découvertes Métiers, ateliers Cyberbases…) et l’organisation d’évènements phares (forum local desmétiers, semaine de la sécurité, forum de recrutements…)Le bilan partenarial que nous vous proposons reprend les grands lignes de celles-ci ; Il est loin d’être exhaustif tantl’activité a été dense sur ces deux années. Un chiffre l’illustre: les 28 000 visiteurs en contact avec l’équipement. Ilreste évidemment des partenariats et des synergies à développer ; cest un challenge que toute l’équipe sévertue àrelever.Marie-Françoise LOISONVice-PrésidenteEn charge du Pôle Accompagnement, Emploi Formation, Vie sociale
  10. 10. LA CLAUSE D’INSERTIONSi pendant longtemps, la politique publique avait comme objectif le développement économique,depuis 1999, les politiques publiques, sous l’impulsion du droit communautaire, sont passées dansune logique de développement durable. Dans le cadre de cette mise en œuvre, la Communauté decommunes Caux vallée de Seine a établi au sein de son Pôle Accompagnement la Clause d’insertionayant pour objectif de permettre l’accès ou le retour à l’emploi à des personnes rencontrant desdifficultés sociales ou professionnelles particulières.Le comité de pilotage Il est composé à la fois des personnes représentantes du Pôle Accompagnement de la CVS (Elueréférente : Mme LOISON) et des différents partenaires associés au projet à savoir la Mission Locale,Pôle Emploi, CHORUS (entreprise de travail temporaire d’insertion) et GEIQ BTP et propreté(Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification). Ils assurent l’accompagnement despersonnes en insertion, dans leurs démarches et au cours de leurs missions.Le Comité de pilotage se réunit une fois par trimestre afin que chacun puisse effectuer un retour surles contrats mis en place et projeter de nouvelles actions. La CVS assure un appui technique sur letransfert d’informations (noms des chantiers, personnes référentes) et organise les premièresréunions avec les entreprises. Les partenaires quant à eux sont en charge du suivi des personnes eninsertion.Les trophées de l’insertionChaque année depuis 2008, deux entreprises sont récompensées pour leurs efforts dans le respect decette clause. L’évaluation des entreprises est élaborée suivant cinq critères :la réactivité de l’entreprise à répondre à l’appel d’offre,l’accueil et l’intégration du ou des salariés,la qualité du suivi (se faisant en collaboration avec la CVS et les partenaires),l’effort de formation,l’insertion durable.QUELQUES CHIFFRES CLES :32 Chantiers110 CDD / 34 CDI132 Hommes / 12 Femmes84 Personnes de moins de 26 ans51 Personnes de 26 à 50 ans77 Personnes du territoire
  11. 11. CHIFFRES CLES DE LA MAISON DES COMPETENCES DEPUIS SON OUVERTURE
  12. 12. LA PLATEFORME PARTENARIALE
  13. 13. ZOOM SUR QUELQUES SYNERGIES AVEC LES ACTEURS
  14. 14. … Au titre de l’Education/Formation Centre Local de Documentation Pédagogique CLDPLES MISSIONS DE LA STRUCTURE:Le CLDP est une antenne locale du SCÉRÉN-CNDP, réseau détablissements publics ayant une missioncommune : répondre aux besoins des acteurs et des usagers du système éducatif, en proposant unaccueil, en offrant de la documentation, des éditions, des animations pédagogiques et de l’expertiseen ingénierie éducative.Les ressources proposées le sont sur tout support mais un fort accent est mis sur la mise àdisposition des ressources en ligne, l’aide à leur recherche, leur validation et leur mise en œuvre.Des animations sont proposées pour faciliter l’usage pertinent de ces nouvelles ressources et laconnaissance des nouveaux outils de mise en œuvre (TNI, tablettes...) ou de partage (blog, réseauxsociaux..).Le CLDP accueille :- Les personnels de l’Éducation Nationale : enseignants, personnels de direction, emplois de viescolaire, ATSEM, ATOS…- Les parents d’élèves et plus généralement les habitants de la Communauté de communes- Les associations et toute personne en démarche de formation type VAE ou de progressionprofessionnelle (DIF...).Le CLDP, centre local, bénéficie de la force du réseau national qu’est le SCEREN en particulier dans ledomaine des ressources numériques : expertise des ressources, mise à disposition, usages …
  15. 15. QUELQUES CHIFFRES CLES :8654 documents en prêt et de nombreuses références de sites indexées2011- 2012 : 200 inscrits, 7500 prêts, 820 personnes orientées vers les partenaires134 classes de 77 écoles ont utilisé les valises « littérature de jeunesse » du GECL10 ateliers informatiques ont été mis en place au CDR, ouverts aussi aux non-enseignants.2 animations pour développer les usages du numérique à l’école : « Créer un livre numérique avec lelogiciel didapages », « BD, récit animé et roman photo »3 conférences pédagogiques ont été accueillies par la MDC (270 personnes)ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES:- Le CLDP a participé à la journée « Forum des métiers » organisée par la MDCLe CLDP a proposé aux élèves un parcours de recherche sur les métiers de la sécurité : méthode derecherche, découverte des sites comme canal métiers..., pertinence des réponses, recueil desinformations. Ce parcours transférable a été présenté au cours de cette journée à plus de 500 élèvespar les personnels du CLDP et du CDR.- Un partage des compétences numériques du CLDP avec les animateurs des cyberbasesDeux thèmes de formation mis en place par le CLDP ont été retenus par les animateurs descyberbases en vue d’en faire bénéficier leurs usagers : « Créer un livre numérique » et « Produire unroman photo »-E-sidoc : Un nouveau portail d’accès partagé par les partenaires du CDR pour faciliter l’accès auxressources du CDRLe CLDP met à disposition des partenaires du CDR le logiciel BCDI de gestion documentaire,permettant à chaque usager d’avoir accès au fonds de chaque partenaire.E-sidoc, Le nouveau portail associé a pour objectif de se rapprocher des pratiques habituelles derecherche des jeunes ou des non spécialistes.Il est aussi personnalisable et permettra au CDR de mettre en ligne les informations construites parles médiathécaires.
  16. 16. LE MOT DU DIRECTEUR :- Les synergies prévues par les partenaires du CDR de la MDC se mettent en place : mise en commundes ressources et des compétences, public élargi, plages horaires étendues- La virtualisation des ressources numériques et leur accès dans tous les points connectés pourraientlaisser croire qu’un lieu physique n’est plus nécessaire.Au contraire, le besoin de proximité est toujours aussi grand. La confusion entre l’usage ludique et les« bons usages », en classe ou sur le lieu de travail, peut pénaliser lourdement certains élèves oudemandeurs d’emploi. il existe une nécessité de professionnalisation sur les nouvelles ressources, lesnouveaux outils, les nouveaux usages.Cette professionnalisation des « bons usages » du numérique est une condition de l’employabilité.Elle peut être un soutien à l’apprentissage des fondamentaux à l’école et éviter les sorties su systèmescolaire sans qualification.Le CLDP apporte les conseils et la réassurance d’un maillage territorial vivant.Marc GARINO,Directeur du CDDP
  17. 17. … Au titre de l’ESS ADRESS Agence pour le développement régional de léconomie sociale et solidaireLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Contribuer à la création dun environnement favorable au développement des entreprises sociales etsolidaires en Haute-Normandie, à travers 4 axes daction :1- Le soutien aux porteurs de projet2- La co construction de démarches territoriales3- La promotion des entreprises sociales et solidaires4- Linnovation, pour une transformation sociale de léconomieQUELQUES CHIFFRES CLES :LADRESS cest une quarantaine de structures adhérentes : 20 entreprises sociales et solidaires, degrandes entreprises de l’économie sociale, 2 collectivités, l’Université de Rouen, les réseaux de l’ESS,les structures d’appui aux entreprises sociales et solidaires. Une équipe de 5 salariées (4,3 ETP).LADRESS accueille chaque année une centaine de porteurs didée ou de projet.En 2011, elle a organisé 8 ateliers de professionnalisation (71 participants), elle est intervenue auprèsde plus de 100 étudiants (IAE de Rouen, École de management du Havre, Rouen Business School,notamment), sensibilisé 40 conseillers à la création dentreprises classiques.Plus de 1 200 visites/mois sur le site www.adress-hn.org. 900 abonnés à la newsletter mensuelle.
  18. 18. ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Temps de sensibilisation sur lentreprenariat social et solidaire auprès des partenaires de la maisondes compétences en octobre 2011 : mission locale, Pôle emploi, CLIPS,... avec un double objectif :permettre le repérage de projets dentreprise sociale et solidaire, et orienter des porteurs de projetvers lADRESS.Projet : décliner une réunion « Premier contact » de lADRESS auprès de porteurs didée ou de projetsur le territoire de la maison des compétences.LE MOT DU PRESIDENT :Dans son plan stratégique 2012-2015, lADRESS a inscrit lobjectif de poursuivre lancrage territorialde ses actions :•en sappuyant sur les acteurs publics, sociaux et économiques des territoires,•en co construisant des plans dactions de développement des entreprises sociales et solidaires avecles territoires de projet.La communauté de communes Caux Vallée de Seine, adhérent de lADRESS, est un partenaire actif decette politique.Alain Goussault,Président de lADRESS
  19. 19. … Au titre de l’ESS COTEXI 276LES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Nous sommes une association, avec 8 membres actifs, qui a pour but de collecter le textile usé sur leterritoire haut-normand. Cette démarche s’inscrit dans l’économie sociale et solidaire via l’insertionde personnes en difficultés dans le monde du travail. Par ailleurs, nous souhaitons aller plus loin dansle développement durable en réutilisant la matière collectée. Grâce à un tri par spectrométrie, nousavons la possibilité d’isoler des matières synthétiques, pures ou mélangés des textiles usés qui, parfusion, deviennent des Matières Premières Secondaires sous forme de granulés. Après moulage, nouspouvons obtenir de nouveaux objets plastiques à partir de ces MPS.QUELQUES CHIFFRES CLES :Notre Association s’est créée en 2007 et n’a cessé d’évoluer grâce au savoir faire de chaqueassociation en matière de collecte afin d’augmenter celle-ci jusqu’à 1100t sur 2011.CoTexI 276 a établi son siège en juillet 2011 à Lillebonne et se trouve en phase de montage d’unechaîne de tri matière des textiles collectés.ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Nous nous sommes rapprochés de CAP Emploi basé à la Maison des Compétences afin de mener uneétude sur le territoire des personnes handicapées disponibles pour l’emploi. En effet, les postes quenous pourrons proposer sur notre chaîne de tri sont adaptés aux personnes handicapées. Il estévident que chaque cas devra être étudié en détail pour bien mesurer l’ampleur du handicap de lapersonne et l’adapter à son poste.Mme Viard, CAP Emploi, nous a fourni des éléments nécessaires à notre recherche.Lorsque la chaîne de tri sera opérationnelle, nous aurons besoin de former le personnel. La proximitédes différentes ressources humaines et matérielles de la Maison des Compétences facilitera ladémarche de nos employés en insertion.
  20. 20. LE MOT DE LA PRESIDENTE :Grâce à la démarche « Entreprendre en coopérant », la Communauté de Communes Caux Vallée deSeine a permis à notre association de se développer et de faciliter notre travail dans l’insertion.Cette aide facilite notre travail et le dialogue avec nos principaux interlocuteurs et partenaires grâce àla mise à disposition de salles de réunion et de bureaux à moindre coût afin de poursuivre nosobjectifs.Nicole DuraméPrésidente CoTexI 276
  21. 21. … Au titre de l’ESS Chambre Régionale de lEconomie Sociale (CRES) de Haute NormandieLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :La CRES Haute-Normandie a été créée de la volonté des acteurs régionaux de se regrouper pourpromouvoir et développer les structures de ce secteur. Elle a pour but de défendre et de promouvoir,par tous les moyens appropriés, les principes fondamentaux définis par lAlliance CoopérativeInternationale et le Code de la Mutualité, dans le respect de la Charte de lEconomie Sociale.A ce titre, elle doit :Promouvoir les valeurs de l’Economie Sociale, définies par sa charteReprésenter au plan régional les différents acteurs de l’économie sociale auprès des partenairesinstitutionnels économiques et sociauxValoriser les activités, réalisations et spécificités des acteurs de l’Economie Sociale en Haute-NormandieConstituer un lieu de concertation, de réflexion et d’études par l’organisation de rencontres, journéesd’études pour mutualiser les expériences, favoriser les synergies et susciter l’innovation sociale.QUELQUES CHIFFRES CLES :Les chiffres clés de l’économie sociale en Haute-Normandie:5 431 entreprises dont 4 621 associations, 644 coopératives, 149 mutuelles, et 17 fondations soit 8 %des salariés de la Région Haute-Normandie et 9% des entreprises de la région (dernier chiffre del’INSEE)ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :La CRES Haute-Normandie coordonne en région l’organisation du Mois de l’économie sociale etsolidaire. Le Mois de lESS a notamment pour objectifs daccroître la visibilité générale de l’ESS etmettre en valeur les acteurs de lESS et leurs initiativesEn 2012, la CRES relaye dans le programme du mois de l’ESS, les actions organisées par la Maison descompétences dans le cadre de la semaine pour l’emploi des travailleurs handicapés.
  22. 22. … Au titre de l’ESS NATURAULINLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Entreprise d’Insertion.Deux pôles d’activité : environnement-espaces verts et confection en linQUELQUES CHIFFRES CLES :En 2011, au sein de l’entreprise Naturaulin, treize personnes ont été salariées sur les postesinsertion : cinq femmes et huit hommes.877 heures de formation ont été réalisées au bénéfice de ces personnes, adaptées à leur projetprofessionnel.Pour cette même année, 75% des personnes sorties sont soit entrées en formation ou ont étéembauchées en contrat à durée déterminée de plus de six mois.ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Participation à la découverte de certains métiers,Utilisation de la cyber-base, du centre de ressources.Une partie des heures de formation mises en place se déroulent à la Maison des Compétences, avecle Clips notamment : informatique, mille et une lettres…La Mission Locale du Pays de Caux Vallée de Seine pour notre partenariat concernant le public moinsde 26.LE MOT DE LA DIRECTION :La Maison des Compétences est devenue pour nous un outil partenarial indispensable, j’oserai dire,pour nous entreprise du Territoire et pour notre public : salarié et/ou demandeur d’emploi, pour : saproximité, la diversité des animations et services proposés et la présence en son sein d’une structured’accueil et d’accompagnement de nos jeunes (Mission Locale) et d’un organisme qui met en placedes actions et des formations (Clips) destinés à la fois aux salariés des entreprises du bassin, commeaux demandeurs d’emploi, ce qui "ouvre" à un large public ce lieu particulier.Mireille LegendreDirectrice
  23. 23. … Au titre de l’emploi des travailleurs handicapés AGEFIPHLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Qui sommes nous ?Depuis 1987, l’Agefiph poursuit sa mission en faveur de l’insertion professionnelle et du maintiendans l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises privées. Association de gestion dufonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées, nous sommes l’opérateur centralet de référence de la politique de lemploi des personnes handicapées en France.Nos missions consistent à :Gérer les contributions des entreprisesLes entreprises soumises à lobligation demploi sont tenues de déclarer chaque année les actionsengagées en faveur de lemploi des personnes handicapées : recrutement de salariés handicapés,sous-traitance auprès détablissements des secteurs protégé et adapté, accueil de demandeursdemploi handicapés en formation... En deçà des 6%, elles versent une contribution à l’Agefiph dont lemontant varie en fonction de leur taille et du résultat de leurs actions.A compter de 2013, l’Etat transfert à l’Agefiph les compétences en matière de gestion et de contrôlede la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés (DOETH).Développer des coopérationsL’Agefiph assure une mission de développement visant à amplifier les politiques publiques de l’emploien faveur des personnes handicapées. Nous coopérons avec des acteurs en charge de l’emploi (Pôleemploi), de la formation professionnelle (Conseils Régionaux) et de la compensation du handicap(CNSA). Ces coopérations sont formalisées dans des conventions nationales, régionales ou locales.Financer des projetsL’Agefiph finance, grâce aux fonds collectés auprès des entreprises, des actions visant à favoriserlinsertion professionnelle et le maintien dans l’emploi de personnes handicapées dans les entreprisesprivées et en milieu ordinaire de travail. En complément des aides et dispositifs de droit commun,nous proposons une offre d’interventions composée de services, de prestations et d’aides destinésaux personnes handicapées et aux entreprises.
  24. 24. Organiser et animer un réseau de professionnelsSur la base de cahiers de charges précis, l’Agefiph sélectionne, anime et finance trois types departenaires-services dédiés respectivement à l’insertion professionnelle et au recrutement (CapEmploi), au maintien dans l’emploi (Sameth) et à l’information et la sensibilisation des entreprises(Alther) ainsi que des prestataires dans les domaines de la formation et de l’orientation, du conseil àla création d’entreprise, du conseil à l’aménagement des situations de travail, de l’expertise sur lesprincipaux types de handicap.Organiser et animer un réseau de professionnelsSur la base de cahiers de charges précis, l’Agefiph sélectionne, anime et finance trois types departenaires-services dédiés respectivement à l’insertion professionnelle et au recrutement (CapEmploi), au maintien dans l’emploi (Sameth) et à l’information et la sensibilisation des entreprises(Alther) ainsi que des prestataires dans les domaines de la formation et de l’orientation, du conseil àla création d’entreprise, du conseil à l’aménagement des situations de travail, de l’expertise sur lesprincipaux types de handicap.De nouvelles compétencesA compter de 2011, l’Agefiph exerce, par délégation et pour le compte de l’Etat, des compétencesd’administration publiques :- La gestion du dispositif de reconnaissance de la lourdeur du handicap (RLH).- Le financement et la mise en œuvre des parcours de formation professionnelle qualifiante etcertifiante des demandeurs d’emploi handicapés.A savoir :Nos missions s’exercent auprès de deux catégories de bénéficiaires : les personnes handicapées et lesentreprises. Elles doivent toutes deux répondre à des critères d’éligibilité précis, en fonction de l’aidedemandée ou du service dont elles souhaitent bénéficier. Chaque cas est étudié en fonction de sonlien avec l’emploi et le handicap. Et chaque dossier est instruit par les délégations régionales quidécident, sur la base de critères objectifs, de l’attribution des aides, dans la limite des fondsdisponibles.
  25. 25. QUELQUES CHIFFRES CLES :Cf Tableau de Bord Haute Normandie :Les Chiffres de l’emploi et du chômage des personnes handicapées. N° 16 Bilan à fin juin 2012ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Dans le cadre de la Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées coordonnée par l’ AGEFIPH, leFIPHFP et l’ADAPT, organisation par la maison des compétences de 2 manifestations le 17 novembre2011 :Ateliers redynamisation et image de soi à destination de demandeurs d’emploi travailleurshandicapés ;Soirée débat sur le thème de « Comment aborder le handicap au travail » autour d’une animationthéâtre-forum par la compagnie Dram’Bakus.LE MOT DE LA DIRECTION :Du fait notamment de sa structure économique, les effets de la crise ont été durement ressentis enHaute-Normandie. Ainsi, l’année 2011 restera fortement marquée par une hausse sensible dunombre de demandeurs d’emploi handicapés (+15 % contre +13,9 % au national) notamment encomparaison de la situation du tout public (+5,9 % contre +5,3 % au niveau national). Toutefois, grâceà l’activité des Cap emploi sur les embauches (+3 %) et à celle des Sameth sur les maintiens dansl’emploi (+8 %), la dynamique d’intégration n’a pas faiblie.Afin de préparer les DEBOE en les outillant au mieux c’est tout particulièrement sur le champ de laformation que se sont portés nos principaux efforts. Financement à 100 % des coûts pédagogiquesdes formations de moins de 40 heures, co-financement des actions individuelles de formation (Pôleemploi) et poursuite des actions préparatoires (Starter et Immersion) pour 500 bénéficiaires.Enfin, l’année 2011 aura été aussi mise à profit en invitant l’ensemble des acteurs de l’insertion et dela formation des personnes handicapées à contribuer à la construction d’une nouvelle offred’intervention (« Trajectoire 2012 »). Celle-ci devra permettre dans les années à venir de répondreencore mieux aux besoins des bénéficiaires de l’Agefiph, que ce soient les entreprises ou lespersonnes en situation de handicap.Guy BierneDélégué Régional Normandie
  26. 26. … Au titre de l’emploi des travailleurs handicapés CAP EMPLOILES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Faciliter le recrutement et lintégration des personnes handicapées dans les entreprises du secteurprivé et les établissements du secteur public (administrations d’Etat, collectivités territoriales,fonction publique hospitalière).Le service Cap emploi s’adresse :Aux entreprises privées quel que soit leur effectif, ainsi qu’aux employeurs du secteur public(administrations d’Etat, collectivités territoriales, fonction publique hospitalière) ;Aux personnes reconnues handicapées, inscrites ou non à Pôle emploi, ayant besoin dunaccompagnement spécialisé, compte-tenu de leur handicap.Le service aux entreprises :Les conseillers Cap emploi apportent aides et conseils personnalisés pour le recrutement etl’intégration de collaborateurs handicapés.Information / sensibilisation sur l’emploi des personnes handicapées ;Analyse des postes à pourvoir et des profils recherchés ;Aide au recrutement et soutien technique à l’embauche ;Information sur l’incidence du handicap en situation de travail et, si besoins, des moyens de lecompenser ;Mobilisation des mesures de droit commun et /ou spécifiques existantes pour le recrutement etl’insertion professionnelle de ce public ;Suivi de la personne nouvellement embauchée ;Appui au montage de dossiers Agefiph ou FIPHFP (aides à lembauche, aménagement de poste,formation, tutorat ...) ;Information sur les aides et dispositifs existants pour préserver l’emploi du salarié en casd’aggravation du handicap ou d’évolution du poste de travail.
  27. 27. Le service aux personnes handicapées :Les conseillers apportent aides et conseils personnalisés à toutes les étapes du parcours d’insertionprofessionnelle.Définition d’un projet professionnel :Aide à la définition du projet professionnel en tenant compte des contraintes liées au handicap(bilan, période d’immersion en entreprise, …) ;Mobilisation des aides financières (aides de droit commun et aides Agefiph) pour mettre en œuvrele projet.Formation :Analyse des besoins et construction du parcours de formation ;Aide à la recherche de financement et de l’organisme de formation.Recherche d’emploi :Conseils pour la recherche d’emploi (CV, lettre de motivation, entretien de recrutement…) ;Proposition d’offres d’emploi ;Mise en relation avec des employeurs du secteur privé ou public.Intégration et suivi dans l’entreprise :Suivi de l’embauche, pour s’assurer de l’intégration du collaborateur handicapé ;Sensibilisation des collègues et de la hiérarchie à l’accueil du nouveau salarié ;Information sur les aides et dispositifs existants pour conserver l’emploi en cas d’aggravation duhandicap ou d’évolution du poste de travail.L’ensemble de ces missions concourt exclusivement à l’accès à l’emploi durable en milieu ordinaire detravail des personnes handicapées.QUELQUES CHIFFRES CLES :Résultats CAP EMPLOI Le Havre 2011 :1582 personnes suivies dont 520 nouvelles dans le cadre du PPAE156 offres d’emploi reçues et exploitées en direct263 actions de formation pré-qualifiantes ou qualifiantes605 contrats de travail signés (dont 18 contrats en alternance) dont :121 CDI,317 contrats supérieurs à 6 mois59 contrats supérieurs à 3 mois108 contrats inférieurs à 3 mois
  28. 28. ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :-Les référentes du secteur (Fabienne SOURDON et Cécile VIARD) ont participé le 14 juin 2012 àl’animation sur la présentation des Métiers de l’industrie à destination des professionnels del’insertion, à l’AFPI de Notre Dame de Gravenchon. Cette rencontre a permis d’avoir une présentationcomplète des formations proposées par le centre.Participation aux réunions préparatoires pour :La mise en œuvre de la formation de Community Manager : concertation sur le public visé, les pré-requis, les modalités de sélection.La semaine de la sécurité (octobre 2012) : organisation de la journée du 09/10 à destination dupublic, thèmes à aborder, entreprises et partenaires à solliciter.La semaine pour l’emploi des travailleurs handicapés (novembre 2012) : choix de la journéepermettant de mobiliser au mieux les personnes et les entreprises, partenaires et entreprises àsolliciter, organisation (stands, ateliers, conférence).LE MOT DE LA DIRECTION :Dans une conjoncture difficile de crise économique marquée par les conséquences sur l’emploi, lesactions menées conjointement avec la Maison des compétences et les partenaires sur le territoireCaux Vallée de Seine, ont permis d’apporter des solutions emploi-formation aux personneshandicapées.Cest grâce aux relations avec l’ensemble des partenaires du territoire Caux Vallée de Seine et à notrevolonté commune que nous pourrons favoriser l’insertion professionnelle des personnes handicapéesdans les entreprises du secteur privé et les établissements du secteur public.Emmanuelle SAUVAGEDirectrice Cap emploi Le Havre
  29. 29. … Au titre de l’emploi des travailleurs handicapés ASSOCIATION PARRAINS POUR L’EMPLOILES MISSIONS DE LA STRUCTURE :PPLE est un groupement d’Entreprises mobilisé en Association, qui vise à donner les outilsnécessaires aux personnes en situation de handicap pour aborder efficacement le monde du travail etpermettre des intégrations facilitées dans l’entreprise.Nous proposons d’accompagner (en partenariat avec les Services Publics de l’Emploi et/ou autresstructures d’insertion) des demandeurs d’emplois reconnus Travailleurs handicapés éloignés, voiretrès éloignés du monde du travail (inactivité prolongée, reconversion suite à inaptitude…) par le biaisd’actions individualisées : Coaching, aide à la recherche d’emploi, découverte de métiers, mise enplace d’EMT….QUELQUES CHIFFRES CLES DEPUIS JUIN 2012 :Nous accompagnons une douzaine de bénéficiaires :2 ont retrouvé un emploi (CDD ou CTT),2 contrats de professionnalisation,1 stage en Entreprise avec obtention du diplôme.Une quinzaine d’Entreprises partenaires,
  30. 30. ZOOM :Participation à la semaine du Handicap en partenariat avec la Maison des Compétences.Mise en place d’un partenariat avec Pôle emploi de Lillebonne.Rencontre avec les services publics de l’emploi dans le but d’engager des actions communesLE MOT DE LA DIRECTION :Au gré de nos rencontres et de nos expériences dans le recrutement et l’accompagnement despersonnes en situation de handicap, il nous est apparu comme une évidence de devoir intervenirautrement auprès d’un public dont les difficultés particulières l’oblige à passer des phasesstructurantes et d’apprentissage pour pouvoir se rendre efficace auprès des employeurs potentiels.Notre ambition première est de tisser des partenariats de proximité avec les acteurs locaux del’emploi et de nous approcher des Entreprises ou tout autre financeurs potentiels pour continuer àfaire vivre notre action.
  31. 31. … Au titre de l’insertion LE BATEAU DE BROTONNELES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Accueillir, soutenir, écouter, orienter, accompagner toute personne volontaire pour se réaliser dans unprojet socioprofessionnel.4 chantiers d’insertion agréés par la DIRECCTE, le Département de la Seine Maritime et Cofinancéspar le FSE :Habit Seine : Atelier de confection de costumes et de repassage (coup de fer) qui accueille 14bénéficiaires du RSA à la Maison des Solidarités, rue de la Plage au Trait.Environnement Nature : Chantier œuvrant pour l’aménagement de l’espace naturel(débroussaillage, élagage, création de sites naturels…) pour les collectivités des cantons de Bolbec,Lillebonne, Caudebec en Caux et Duclair et qui accueille 14 bénéficiaires du RSA et 10 travailleurshandicapés Basé à Caudebec en Caux et dispose d’un atelier à Notre Dame de Gravenchon. Cofinancé par la Communauté de Communes Caux vallée de Seine et l’AGEFIPH.Contrat Vert du canton de Saint Romain de Colbosc : Chantier œuvrant pour l’aménagement del’espace naturel (débroussaillage, élagage, création de sites naturels…) pour les collectivités de laCODAH et de la Communauté de Communes de Saint Romain de Colbosc et qui accueille 14personnes. Basé à Saint Laurent de Brévedent.Théâtre Antique de Lillebonne : Marché d’insertion avec le département de la Seine Maritime, cechantier contribue aux fouilles archéologiques, à l’entretien et à la restauration du site. Il accueille 10salariés.Des conventions pour le suivi social et professionnel des salariés en contrat aidé de collectivités etd’associations locales (Le Trait, Caudebec en Caux, Croix Rouge…)L’atelier : Action Collective de Développement Social qui accueille deux jours par semaine jusque 15bénéficiaires du RSA très éloignés de l’emploi.Le Relais Colis pour la Banque alimentaire sur l’ensemble du canton de Caudebec en Caux,Conventions pour le suivi social des salariés en contrat aidé sur les communes de son territoire.Soutenu financièrement par les communes du canton de Caudebec en Caux et l’ARS.
  32. 32. QUELQUES CHIFFRES CLES :Une équipe de 14 salariés permanents, 62 salariés en insertion, plus de 120 demandeurs d’emploi ensuivi. Taux de sorties positives global en 2011 : 63%.Près de 13 000 heures de formation dispensées au bénéfice des publics en insertion en 2011 avecl’aide des organismes de formation locaux (CLIPS, CFPPA d’Yvetot, CEFAP…)Près de 9000 colis alimentaires pour 400 personnes et 150 familles distribués en moyenne chaqueannée par le Relais Colis AlimentaireZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :- Ateliers d’initiation aux nouvelles technologies de l’information et de la communication : les salariésen insertion accueillis sur notre association sont très demandeurs d’une sensibilisation ou d’unperfectionnement à l’utilisation de l’informatique et d’internet. Grace aux animations et auxéquipements proposés par la Cyber Base de l’espace public numérique à la Maison des Compétencesà Lillebonne et à la Maison des services Publics de Caudebec en Caux, ce sont plus de 30 personnespar an qui sont ainsi initiées.- Journées de découvertes des métiers : l’orientation et la reconversion professionnelle sont au cœurdes parcours d’insertion proposés par nos accompagnateurs socioprofessionnels à nos salariés. Lesateliers « découvertes des métiers »proposés régulièrement par la maison des compétences nousaident à suggérer, confirmer ou infirmer les projets professionnels des bénéficiaires de nos chantiersd’insertion.- La Mission Locale pour l’Emploi des Jeunes : implantée au sein de la Maison des compétences, leBateau de Brotonne entretient un partenariat essentiel avec cette association. Impliquée au sein duConseil d’Administration et du Fond d’Aide aux Jeunes, la Mission Locale fait bénéficier nos usagersde moins de 25 ans de toute une panoplie de services adaptés en matière d’emploi, de prévention, delogement ou bien de soutien financier aux projets d’insertion.LE MOT DE LA DIRECTION :Regroupant en même lieu une diversité de services et de partenaires incontournables pour l’insertionprofessionnel des demandeurs d’emploi, la Maison des compétences est rapidement devenue pour leBateau de Brotonne un lieu ressource indispensable.Olivier ADAMDirecteur
  33. 33. … Au titre de la formation CEFAPLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Le CEFAP propose chaque année des actions de formation préparatoires et qualifiante répondantaux besoins des demandeurs d’emploi, par le biais du programme régional de formationprofessionnelle continue de la région Haute Normandie, et des prestations Pole emploi:remise à niveauaccompagnement du parcours dinsertion professionnelleaccompagnement dans la construction de projet professionnelaide dans la recherche demploi : connaissance du marché de lemploi et de la formation,techniques de recherche demploiqualification dans le secteur du bâtiment : CAP dans l’un des domaines suivants : maintenance desbâtiments de collectivité, peinture, maçonnerie ...Labellisé Atelier de Formation de Base depuis 2000, le CEFAP, dans le cadre du dispositifCompétences Clés proposé par la DIRRECTE, accompagne des demandeurs d’emploi, en situationd’illettrisme rencontrant des difficultés à accéder à l’emploi ou à la formation.Depuis fin 2011, Le CEFAP met en œuvre le dispositif Contrat d’Accès à la Qualification (prestationorganisée et financée par la Région Haute Normandie et le FSE) sur la zone de Bolbec, auprès dejeunes de 16 à 25 ans révolus, de niveau V non validé ou infra V.Le contrat d’accès à la qualification est un parcours global de formation permettant aux jeunesd’accéder à une qualification de niveau V (CAP, TP…), voire de niveau IV sur certains secteursQUELQUES CHIFFRES CLES :Sur l’année 2011, le CEFAP a accueilli 717 personnes.Sur ces 717 personnes, 33% d’entre elles étaient positionnées sur le Programme Régional deFormation Professionnelle Continue et le Contrat d’accès à la Qualification et 36 % d’entre elles sur lesprestations pole emploi
  34. 34. ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :A réception du programme des animations mensuelles de la maison des compétences, noussélectionons celles qui peuvent convenir, ou du moins répondre aux besoins des stagiaires du CEFAP.L’animation « découverte métiers », organisée tous les mois est une des animations incontournablespour les stagiaires du CEFAP, en quête de leur projet professionnel.Cette animation permet la rencontre de professionnel(le)s d’un secteur d’activité avec un public qui abesoin d’actualiser les représentations projetées sur les métiers de ce secteur et d’enrichir lesinformations dont il dispose pour accéder à ces métiers.L’équipe pédagogique du CEFAP attend de cette manifestation, une information claire et vivante surun secteur professionnel, les procédures de recrutement et les exigences professionnelles. Ainsi lesstagiaires en l’occurrence du dispositif Contrat d’Accès à la Qualification, mais aussi du ProgrammeRégional de Haute Normandie peuvent faire des choix plus cohérents quant à leur orientation, leurpositionnement sur des formations de ce secteur et leur recherche d’emploi.LE MOT DE LA DIRECTION :Dotés d’outils pédagogiques performants et d’une équipe expérimentée, nous vous proposons unelarge gamme de formation sur-mesure en adéquation à vos besoins.Nos valeurs basées sur :l’engagement, le professionnalisme, le respect et la motivation, l’écoute, le travail en équipe etl’éthique,sont les garants de votre réussite.Nathalie Fontaine et Nathalie FleuryDirectrices
  35. 35. … Au titre de la Formation CLIPS Comité Local pour l’Insertion Professionnelle et SocialeLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :L’association a pour objet la mise en œuvre de l’accueil, de l’information, de la formation, del’orientation, de l’accompagnement, du placement , des services et des conseils afin de :faciliter l’insertion professionnelle et sociale des demandeurs d’emploi du bassin d’emploi et desbassins limitrophespermettre une formation professionnelle personnalisée et de proximité aux personnels desentreprises et des collectivités localesparticiper à la dynamique locale d’insertion et de formationpermettre à toute autre personne, y compris le public scolaire, de se former et/ou d’approfondirses connaissances.participer à l’élévation du niveau de qualification des Demandeurs d’Emploi et/ou des salariés(titres professionnels Assistant(e) de Vie aux Familles, Employé de Magasin)organiser des formations de qualité répondant aux exigences professionnelles et favorisantl’employabilité (organisme certifié ISO 9001 depuis 3 ans et utilisation de plate aux techniques – envente et en aide à domicile)mettre en place des formations innovantes ( réalisation d’ actions Formations Ouvertes et ADistance)
  36. 36. QUELQUES CHIFFRES CLES :2000 personnes accueillies580 personnes formées en 2011 pour 91 472 heures réalisées dont 37% de salariés90 % relevant du niveau V ou assimilé72% de réussite aux validations ( diplômes, concours …)282 personnes accompagnées avec- 64 Bilans de Compétences en direction des Demandeurs d’Emploi- 103 prestations/cibles- 49 Ateliers de Techniques de Recherche d’EmploiUne équipe pluridisciplinaire de 26 salariés.ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Participation au forum des Métiers ( thématique principale : les Métiers du Sanitaire et Social)Tenue d’un standAccueil du public et réponse à ses attentesInformations diverses, réorientationParticipation à une information sur « De l’utilisation du Tableau Blanc » comme support pédagogiqueprivilégié ( animateur : Mr GRIFFE)DémonstrationEchangesConseils pratiques
  37. 37. … Au titre de l’emploi Centre de gestion de la fonction publique territoriale de la Seine-MaritimeLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Le Centre de Gestion de la fonction publique territoriale de la Seine-Maritime est un établissementpublic local à caractère administratif et départemental. Véritable centre de ressources auprès descollectivités territoriales et établissements publics, le CDG 76 accompagne les élus et leurscollaborateurs dans la gestion de la carrière de leurs agents et dans leurs perspectives d’évolution.Assistance juridique, diffusion des offres d’emploi, organisation des concours, gestion des retraites,conseil et assistance au recrutement, médecine préventive, animation de l’emploi territorial…sontautant de missions qui permettent aux collectivités territoriales d’assurer, au quotidien, leurs missionsde service public et d’anticiper leur devenir.QUELQUES CHIFFRES CLES :1 178 collectivités affiliées au Centre de gestion,983 offres d’emplois parues sur l’année 2011,Une dizaine de participation aux salons de l’emploi locaux chaque année.ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Depuis sa mise en place, le CDG 76 participe au forum de découverte des métiers organisé par lamaison des compétences. Le CDG 76 a ainsi pu informer les collégiens, les lycéens et les demandeursd’emploi présents sur ce forum sur les métiers et le recrutement dans la fonction publiqueterritoriale.
  38. 38. LE MOT DE LA PRÉSIDENTELe recrutement de nouveaux collaborateurs est devenu, pour les élus des collectivités territoriales, unenjeu majeur et ce, afin de leur permettre de répondre toujours efficacement aux besoins croissantsdes citoyens.A travers sa présence aux différents forums et salons de l’emploi, le CDG 76 participe à l’attractivitéde la fonction publique territoriale et de ses métiers en informant les différents candidats sur lesperspectives de recrutement et leurs évolutions.Le CDG76 a également mis en place, depuis 2008, une licence professionnelle spécifiquement dédiéeaux métiers administratifs territoriaux visant à former des agents dans les domaines des ressourceshumaines, des finances, des marchés publics et du secrétariat de mairie. Le taux d’insertion de cesétudiants atteint aujourd’hui près de 80%.
  39. 39. … Au titre de l’action sociale MJC Jacques PrevelLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Activités socioculturellesAccueil enfance et un centre de loisirsAccueil jeunessePoint Information JeunesseEPN 76La MJC est labellisée Point d’Appui Envie d’AgirQUELQUES CHIFFRES CLES :Nombre d’adhérents : 594 adhérents au 20/04/2012Nombre d’usagers sur l’ensemble de l’année : 2000 personnesZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :En 2011 : Participation de la MJC de Bolbec au Forum des Métiers à la Maison des Compétences Présentation des métiers de l’animation par Mme Farida Amarouche et présentation des tempsforts de la MJC de BolbecEn Mars 2012 : La Maison des Compétences a participé au Forum « En été, fais ce qu’il te plaît »organisé par la MJC de Bolbec et ses partenaires à l’Esplanade. Temps fort sur une journée où unecentaine de jeunes étudiants et demandeurs d’emploi visitent les divers espaces : Loisirs, Emploi,Discrimination, Formation et Employeurs. Plusieurs tables rondes ont ponctué cette journée.
  40. 40. … Au titre du financement de la formation professionnelle OPCALIA Haute-NormandieLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Collecter et gérer les participations légales, conventionnelles et volontaires des entreprises au titrede la Formation Professionnelle.Promouvoir et développer la Formation Professionnelle et en particulier l’alternance auprès duplus grand nombre.Financer les formations des salariés et des demandeurs d’emploi.Assurer la gestion et le suivi administratif des dossiers.Mettre en place et financer les observatoires prospectifs des métiers et des qualifications.QUELQUES CHIFFRES CLES : Données 2012En Haute-Normandie,2194 entreprises adhérentes13 832 652 € de collecte au titre du plan de formation2 797 450 € de collecte au titre de la professionnalisation15 967 salariés formés759 935 heures stagiaires financéesZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Participation à une conférence entreprise le 3 avril 2012 animée par Stéphane DIEBOLDPartenaire de l’action Community Manager : Participation à une réunion partenariale de juin 2012.Opcalia Haute-Normandie peut être partenaire en tant que relai d’information de l’expérimentationqui démarrera en septembre auprès des entreprises adhérentes du territoire. Cette communicationaura notamment pour objectif d’identifier des entreprises intéressées par les services d’unCommunity Manager en formation, dans le cadre de la mise en pratique nécessaire pour valider laformation. Les modalités restent à définir.
  41. 41. LE MOT DE LA DIRECTION :Pour mettre au service du territoire ses compétences et son expertise, Opcalia a souhaité s’associer àla Maison des Compétences de Lillebonne. Ce partenariat est l’occasion pour Opcalia de contribuer àl’accompagnement des évolutions de l’environnement des entreprises, d’une part, et des évolutionsdu marché du travail, d’autre part ; cela pour permettre une adaptation permanente à la flexibilitégrandissante de la production et de l’emploi.Coryse TETRELDirecteur d’Opcalia Haute-Normandie
  42. 42. … Au titre de l’accompagnement, conseil et management RH EGEE (Entente des Générations pour l’Emploi et l’Entreprise)LES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Créée depuis trente ans, EGEE est une association de bénévolat économique avec une finalité sociale.Dans ce cadre nous conseillons et accompagnons les jeunes, les créateurs, les PME/TPE, lesstructures publiques, ainsi que les associations.Conseillères ou conseillers EGEE, nous sommes des retraités. Nous avons été cadres supérieurs, chefsdentreprises, membres de professions libérales ou professeurs universitaires. Nous mettons notreexpérience professionnelle à la disposition des différents publics qui sollicitent notre assistance.Notre moteur : « la passion de transmettre ».En activité dans toutes les régions de France, nos missions bénévoles sont régies par une charte dunedéontologie stricte, notamment vis à vis du secteur marchand.Les 3E définissent nos principaux domaines dintervention:E... comme ÉducationE... comme EmploiE... comme EntrepriseNos missions exercées dans ces trois domaines constituent notre "cœur de métier", dans undéroulement logique de lécole à lentreprise, en passant par la recherche dun emploiNos mots clés : Proximité, Engagement, Disponibilité, Expérience, Compétence, NeutralitéQUELQUES CHIFFRES :2025 conseillères ou conseillers en France, 65 en Seine Maritime, 7 pour l’Antenne Fécamp-Lillebonne.25 500 interventions en France en 2011, 700 en Seine Maritime.
  43. 43. ZOOM :A destination de jeunes de la Mission Locale :Formation « découvrir les rouages de l’entreprise »A destination des parrains de la Mission Locale :Formation « bien débuter le parrainage »En coopération avec la Mission Locale :Participation au projet NetForce 2 (coopération transfrontalière Haute Normandie/Kent)A destination de personnes en recherche d’emploi :Accompagnement d’adultes de plus de 25 ans jusqu’à l’obtention d’un emploiA destination d’associations locales:Accompagnement (gestion et finances) de l’association « Bateau de Brotonne »A destination de structures publiques de la Com-Com:Formation de collectivités locales sur le document unique.LE MOT DE LA DIRECTION :La coopération et les synergies développées depuis 2010 entre la Maison des Compétences et EGEEont permis de renforcer les liens entre EGEE et les structures locales impliquées dans la gestion del‘emploi sur le territoire et ainsi d’établir des bases solides pour des actions ciblées dans lesdomaines de l’éducation, l’emploi et l’entreprise. Il paraît maintenant opportun de concrétiser cettecoopération par l’établissement d’une convention de partenariat.Pascal BaudouinResponsable de l’Antenne EGEE de Lillebonne-Fécamp
  44. 44. … Au titre de l’accompagnement, conseil et management RH ORREALES MISSIONS DE LA STRUCTURE :Depuis 1999, année de sa création, ORREA, société qui a pour vocation le repérage, la valorisation etle positionnement des compétences, développe son activité, dans la gestion des RessourcesHumaines, auprès du public en insertion professionnelle et des entreprises et collectivités de Haute etBasse Normandie.ORREA accompagne les entreprises et les collectivités dans les différentes dimensions de la gestionde leurs ressources humaines :Animation de formations, en inter et intra, groupe et individuel, dans les domaines du management,des ressources humaines, de la communication et de l’efficacité professionnelleRecrutement et appui au recrutement interne et externeMobilité interneRéférentiels métiers, passeport formation et besoins de formationEvaluation des capacités et compétences managérialesORREA valorise et favorise l’employabilité par un positionnement professionnel adapté des salariésdans l’entreprise :Bilans de compétencesBilans professionnels : positionnement du salarié au sein de l’entrepriseIdentification et construction de projets professionnels cohérents et réalistes, notamment dans lecadre d’inaptitudes au poste de travailAccompagnement à la Validation des Acquis et de l’ExpériencePour répondre aux besoins des entreprises et des collectivités, ORREA s’appuie sur une équipepluridisciplinaire de 13 collaborateurs, de formation et d’horizons professionnels complémentaires :formateurs, conseillers en ressources humaines, professionnels de l’orientation et de l’insertionprofessionnelle, psychologues du travail, conseiller en communication.QUELQUES CHIFFRES CLES :Equipe : 13 conseillers/ formateurs permanents2 sites : Harfleur et Pont Audemer5509 personnes accompagnées en 2011
  45. 45. ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Mise en place et animation, en 2012, d’un parcours d’initiation à la Gestion des RessourcesHumaines « Développer ses compétences en Ressources Humaines ». ORREA a animé 4 jours deformation à destination des personnes en charge des Ressources Humaines au sein des entreprisesdu territoire de la Communauté de communes, articulés autour de 2 modules :–Module 1 : A la découverte de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences :comprendre et appliquer la GPEC à son entreprise–Module 2 : Focus sur les principaux outils de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et desCompétences : l’entretien annuel d’évaluation, le recrutement, la formation tout au long de la vie…Animation, en décembre 2011, d’une table ronde entreprise, sur le thème « quel rôle pour lagestion des ressources humaines dans la conduite du changement en entreprise ». Présentation,échange et réflexion, avec les chefs d’entreprise présents, autour des thématiques suivantes :–Le changement : de quoi parle-t-on ? Quelles sources et quels impacts pour les entreprises ?–Le rôle du dirigeant, relayé par les managers dans la conduite du changement–Comment mobiliser son équipe dans le changement–Le rôle des RH dans la conduite du changement : gérer, développer et adapter les compétencesMise en place, en 2011, d’une visite du centre de ressources documentaires de la Maison desCompétences, avec un groupe de stagiaires participant à une action « Valoriser ses Capacités », surnotre site de Pont Audemer (action financée et rémunérée par le Conseil Régional de HauteNormandie). Cette visite avait pour objectif de faire découvrir aux stagiaires le centre de ressourcesdocumentaires, son mode de fonctionnement ainsi que les ressources disponibles en matièred’orientation et d’insertion professionnelle.LE MOT DE LA DIRECTION :Les années 2011 et 2012 ont marqué le début de la collaboration entre ORREA et la Maison desCompétences de Lillebonne : intervention dans le domaine des Ressources Humaines auprès desentreprises accompagnées par la Maison des Compétences, utilisation des ressources proposées parla Maison des Compétences au profit des personnes accompagnées par notre structure, participationdes dirigeantes aux différentes animations / tables rondes… Une collaboration riche, qui traduit bienla diversité des services proposés par la Maison des Compétences aux différents acteurs du territoire,et qui nous l’espérons, se poursuivra et se développera dans les années à venir.Rachel Blondel et Karine BerthelotDirectrices
  46. 46. … CCIT de Fécamp-BolbecLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :La CCIT de Fécamp Bolbec- propose des services et conseils aux entreprises destinés à favoriser leur création et leurdéveloppement et ce quelque soit leur problématique : RH, innovation, développement àl’international, développement durable…- est force de proposition et contribue aux grands projets de développement économique etd’aménagement du territoire.-gère des infrastructures et équipements de proximité au service des entreprises et dudéveloppement local.QUELQUES CHIFFRES CLES :En 2011 :- plus de 50 projets de création d’entreprise ont été détectés et accompagnés,- les aides et subventions obtenues au titre de la création et du développement d’entreprise ontpermis le maintien et la création de près de 300 emplois,- organisation de plus de 25 animations commerciales, d’évènements favorisant la mise en relationentre les entreprises (Rendez-vous d’Affaires de Normandie, Semaine de la PME…) et la promotiondes métiers de l’industrie (Forum des métiers, Semaine de l’Industrie…)ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Forum des métiers édition 2012Pour la quatrième année consécutive, la CCIT de Fécamp-Bolbec et la Communauté de communesCaux vallée de Seine ont organisé un Forum des métiers, le jeudi 26 janvier, à la Maison descompétences de Lillebonne.Les professionnels, le monde éducatif et les partenaires de l’emploi y ont accueilli, plus de 1200élèves des lycées et collèges et les adultes demandeurs d’emploi ou en recherche d’évolutionprofessionnelle.Le forum des métiers a permis de faire la promotion d’une vingtaine d’entreprises locales et de leursmétiers auprès des publics en phase d’orientation, de formation ou de recherche d’emploi.
  47. 47. LE MOT DE LA DIRECTION :L’organisation de cette manifestation est le fruit d’une collaboration étroite entre la CCI et la CVS.Cette collaboration témoigne de l’excellente dynamique institutionnelle de notre territoire.Les entreprises locales qui se sont mobilisées avec l’aide du Club PME PMI pour participer à cetévènement ont bien compris qu’elles doivent faire la promotion de leurs métiers si elles veulentréussir à trouver une main d’œuvre qualifiée à l’avenir. Néanmoins il est toujours nécessaire de fairel’adéquation entre les métiers à pourvoir et les formations mises en place.Delphine LefrançoisResponsable Industrie - CCIT
  48. 48. … Maison de l’Emploi et de la Formation du Bassin DieppoisLES MISSIONS DE LA STRUCTURE :- développer une stratégie territoriale partagée : du diagnostic au plan d’actions- participer à l’anticipation des mutations économiques- contribuer au développement de l’emploi local- réduire les obstacles culturels ou sociaux à l’emploi- les actions en matières d’accueil, d’orientation ou d’accompagnement des personnes à la recherched’un emploiQUELQUES CHIFFRES CLES :1 observatoire qui publie des études sur la situation territoriale (emploi, formation, économie),2000 personnes accueillies chaque année sur la plateforme AIO (accueil, information, orientation),60 personnes accueillies chaque année sur la plateforme de professionnalisation des services à lapersonne (sorties positives : 23,9 % d’entrées en formation et 48,9 % de retour à l’emploi sur 2 ans,avec 5 sessions par an),54 jeunes accueillis sur le dispositif 50 chances – 50 emplois en trois ans (27 sorties positives),3 forums par an,1 réseau de partenaires impliqués (50 à 60 personnes selon les actions menées),2 à 3 études/actions chaque année. Par exemple :  diagnostic emploi formation sur les grands chantiers (EPR/Eolien Offshore)  diagnostic territorial sur les métiers du bâtiment et des énergies renouvelables.ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Echanges d’expériences et de savoir-faire entre les deux structures, par exemple :La MEF de Dieppe a, suite à des partages de bonnes pratiques avec la Maison des Compétences deLillebonne, intégré un nouvel outil multimédia : Symbaloo.Une réflexion sur la mise en place d’une offre de services mutualisée en direction des grandsdonneurs d’ordre en vue d’optimiser les retombées sur l’emploi des chantiers éoliens offshore.
  49. 49. LE MOT DE LA DIRECTION :Pour agir dans « le bon sens » en faveur du développement d’un territoire, il est indispensable de bienle connaître, de le comprendre et de suivre ses évolutions au plus près. C’est ce que fait la Maison desCompétences de Lillebonne et c’est ce que nous faisons sur le bassin dieppois.Je souhaite que la collaboration entre nos deux « maisons » se traduise dans les mois qui viennent parun travail en commun sur l’anticipation des grands travaux attendus sur le territoire et leursretombées sur l’économie et l’emploi local.Dominique PONJON,Directrice de la MEF du Bassin Dieppois
  50. 50. … Mission Locale du Pays de Caux Vallée de SeineLES MISSIONS DE LA STRUCTURELassociation dite "Mission Locale du Pays de Caux Vallée de Seine" dont le siège social est situéParc d’activité du manoir Maison des compétences– 76170 Lillebonne, est régie par la loi du 1erjuillet 1901 ;Ses buts sont les suivants : Permettre à tout jeune de 16 à 25 ans de bénéficier dun accueil et dun accompagnementindividualisé dans lélaboration de son projet personnel et dinsertion professionnelle et sociale(emploi, formation, accès à la santé, au logement, à la culture, à la citoyenneté, à la mobilité, aumicro-crédit) Garantir à toutes les personnes un égal accès aux droits sociaux et à lemploi en veillant à fairereculer les pratiques discriminatoires et à promouvoir légalité des chances entre les femmes et leshommes Sensibiliser les partenaires aux problèmes rencontrés par les jeunes Favoriser la réflexion et la mise en place dinitiatives locales au bénéfice des jeunes Développer des actions avec les employeurs favorisant l’intégration des jeunes Développer des actions avec les partenaires et acteurs du logement Contribuer aux études prospectives économiques et sociales sur le territoire concerné Faire bénéficier lensemble des compétences développées initialement au service des jeunes aubénéfice des publics en démarche ou en demande dinformation dans le cadre de la Validation del’orientation Le territoire dintervention de la Mission locale est la Communauté de Communes Caux Vallée deSeine et la Communauté de Communes Cœur de Caux
  51. 51. QUELQUES CHIFFRES CLES :La Mission Locale c’est en 2011 1 976 jeunes en actualité*  1 688 jeunes reçus en entretien 646 jeunes en 1er accueil  17 946 actualités dont :  8 845 entretiens individuels et collectifs et ateliers (49%)  28 105 propositions dont :83 % dans le domaine professionnel (accès à l’emploi, formation, projet professionnel)8 % dans le domaine social (santé/logement)9 % dans le domaine vie sociale (citoyenneté, loisirs, sport, culture) 1 617 situations démarrées dans l’année pour 1 031 jeunes ● 818 Jeunes ont démarré un emploi ● 295 Jeunes sont entrés en formation ● 159 jeunes ont bénéficié d’une immersion en entreprise 70 jeunes sont entrés dans le parrainage vers l’emploi 147 jeunes ont été reçus par la référente logement et 58 ont bénéficié d’un AccompagnementSocial Lié au Logement des Jeunes (ASLLJ) 133 jeunes ont bénéficié du Fonds d’Aide aux Jeunes (FAJ)540 jeunes ont bénéficié de l’allocation interstitielle CIVIS pour un total versé de 124 495 €.Versement de 55 € par mois● La Mission Locale est en contact avec 360 employeurs et a collecté 192 offres d’emploi en 2011.La Mission Locale, organise également de nombreuses actions collectives dans les domaines del’emploi, la santé, la citoyenneté.L’accueil des jeunes en entretien sur la MDC représente 25% de l’accueil total de la Mission locale. Parcontre la MDC est le lieu privilégié du développement d’activités en collectif du fait de l’espace.* Actualité = entretiens individuels et collectifs, ateliers, entretiens téléphoniques, visites, lettres** Jeune ayant eu un entretien dans les 5 derniers mois*** Situations : emploi, contrat en alternance, formation, immersion en entreprise
  52. 52. ZOOM SUR QUELQUES ACTIONS COMMUNES :Atelier réseaux sociaux parrainageEn 2011, les parrains et marraines du réseau de parrainage de la Mission Locale ont participé auxassises du réseau de parrainage à Rouen. Lors de cette journée, des jeunes des Missions Locales sontintervenus pour présenter leurs utilisations des réseaux sociaux (facebook, viadeo…), les parrains etmarraines présents ont alors évoqué leurs difficultés face à l’utilisation de ces réseaux.La Mission Locale a donc décidé de mettre en place un atelier sur « l’utilisation des réseaux sociauxdans la recherche d’emploi » en invitant 6 parrains et marraines, 5 jeunes parrainés et 1 conseillerMission Locale dans le but de créer un échange entre les différents participants.La Maison des Compétences, via les Espaces publics Numériques, menait déjà des ateliers surl’utilisation des réseaux sociaux. Nous avons donc sollicité l’équipe de l’EPN pour travailler sur uneintervention commune. Nous avons pu ainsi bénéficier des compétences informatiques desanimateurs et utiliser la cyber base pour mettre en pratique les thèmes abordés.Cet atelier a permis d’alerter les jeunes sur leur utilisation des réseaux sociaux (notamment en lesparamétrant mieux) et aux parrains et marraines de mieux connaitre ses réseaux et de les utiliser lecas échéant lors de l’accompagnement des filleuls.Journée de découverte des métiers de la sécurité Le 04 octobre 2011, la Mission Locale et la Maison Des Compétences ont mis en place une journéede découverte des métiers de la sécurité (publique, privée, industrielle..). Cette journée étaitorganisée autour de deux moments forts. Le matin, les participants ont participé à différents ateliers(des débats, utilisation de la cyber base et du centre de ressource..) pour rechercher des informationssur les métiers de la sécurité et l’après-midi, ils ont pu rencontrer des professionnels lors d’un forum.Pour organiser cette journée, la Mission Locale et la Maison des Compétences ont pu activer leursdifférents réseaux d’employeurs et de partenaires. La diversité des réseaux a permis d’avoir un panelde métiers plus important de répondre à l’attente des participants.
  53. 53. … POLE EMPLOILES MISSIONS DE LA STRUCTURE :• l’accueil et l’inscription des demandeurs d’emploi• le versement des allocations des demandeurs d’emploi indemnisé• l’accompagnement de chaque demandeur d’emploi dans sa recherche d’emploi jusqu’au placement• l’orientation et la formation des demandeurs d’emploi• la prospection du marché du travail en allant au-devant des entreprises• l’aide aux entreprises dans leurs recrutements• l’analyse du marché du travailAvec les projets de simplification engagés (refonte des premiers entretiens, 39 49 etc.), le demandeurd’emploi a un accès facilité à ses démarches. Cela permet de répondre rapidement à ses premièresattentes : être indemnisé et établir son projet professionnel. De plus, depuis la création de Pôleemploi avec la nouvelle offre de service élargie (orientation et formation par exemple), lesdemandeurs d’emploi non indemnisés ont accès aux mêmes prestations.L’univers de l’entreprise et ses métiers sont en constante évolution. Pôle emploi ajuste son offre deservices pour être au plus près des besoins des entreprises afin de les aider à recruter selon leursbesoins : équipes de Pôle emploi en agence, forces de prospection, conseillers des plates-formes 3995, sont tous impliqués pour répondre au plus près des besoins des entreprises.QUELQUES CHIFFRES CLES2 Sites : Bolbec-Lillebonne et Yvetôt4940 Demandeurs d’emploi inscrits à l’agence Bolbec-Lillebonne au 31 Mai 20122824 Demandeurs d’emploi indemnisés à l’agence Bolbec-Lillebonne au 31 Mai 2012

×