mutuelle dernière
C’est au responsable
d’un accident de payer ! p. 4
Environnement santé
En vacances, on peut tout oublier...
10
Environnement santé
• En vacances, on peut tout
oublier sauf sa couverture santé
• Qu’est ce que l’ACP
• Participez à u...
Grâce aux partenariats
Gagnons en assurance !
Le mouvement de concentration des acteurs
de l’assurance s’accélère : sous l...
c’est au responsable
d’un accident de payer !
Vous êtes victime d’un accident causé par un tiers, pensez à le signaler
à v...
Mutuelle Air France – une
gestion en « bon père de famille »
7,9 % c’est le taux des frais de gestion de la Mutuelle
Air F...
Régimes :
les pièges à éviter
L’arrivée du printemps coïncide bien souvent avec le grand retour
des régimes amaigrissants....
De nombreux régimes ont déjà vu le jour et d’autres
sont déjà en préparation. Mais aucun ne remettra en
cause un principe ...
Monodiètes, régimes dissociés, protéinés…
Petit panorama critique, et non exhaustif, de
quelques régimes de rêve qui peuve...
Ne pas se priver
de sucré
L’une des idées reçues les plus
tenaces en matière de diététique
veut que l’on supprime le sucre...
en vacances, on peut tout oublier
sauf sa couverture santé
Vous avez choisi une destination hors de France pour vos vacanc...
Qu’est ce que l’ACP ?
L’autorité de Contrôle Prudentiel est un organisme dépendant de la
Banque de France en charge de con...
Santéclair
Maîtrisez vos dépenses de santé
avec les réseaux Santéclair
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Santéclair ...
Nouveaux délégués de site
Certains de vos délégués de site ont été récemment
nommés en remplacement de ceux que vous conna...
Nous avons décidé dans chaque
ESCALE SANTÉ de publier
certains échanges susceptibles
d’intéresser tous les adhérents
Pierr...
Pêche glacée
à la verveine
Préparation : 10 min / Cuisson : 20 min
Pour 4 personnes
Ingrédients
* 4 pêches blanches
* 115 ...
Escale santé n°2
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Escale santé n°2

299 vues

Publié le

Escale Santé est une revue éditée par la Mutuelle à l'attention de ses adhérents.

• L'objectif est d'informer les mutualistes sur le fonctionnement de la Mutuelle, sa santé financière, les décisions prises par leurs élus en Assemblée Générale, le niveau de ses principaux remboursements ainsi que les conditions d'adhésion.

• Y figure aussi diverses informations pratiques sur les modalités de remboursement, sur l'évolution de la réglementation en matière d'assurance maladie et sont inclus systématiquement des informations sur les dernières modifications statutaires.

Publié dans : Services
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
299
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Escale santé n°2

  1. 1. mutuelle dernière C’est au responsable d’un accident de payer ! p. 4 Environnement santé En vacances, on peut tout oublier sauf sa couverture santé p. 10 En pratique Décomptes ou factures originaux ! p. 12 détente Recette : la pêche glacée à la verveine p. 15 Escale santé Le nouveaumagazine de la Mutuelle Air France • trimestriel • été 2013 02 Régimes : les pièges à éviter
  2. 2. 10 Environnement santé • En vacances, on peut tout oublier sauf sa couverture santé • Qu’est ce que l’ACP • Participez à une grande enquête… 14 le courrier des adhérents 16 Max et Houston en vacances 12 Ma mutuelle en pratique • Décomptes ou factures originaux ! • Votre avis nous intéresse • Prescription de lentilles de contact… (168 474 personnes couvertes par la Mutuelle en 2011 ) 04 Mutuelle Dernière • C’est au responsable d’un accident de  payer ! • Le réseau Ostéopathes et Chiropracteurs Santéclair… 15 DÉTENTE ! • Recette • Mots fléchés Directeur de la publication : Vincent Boo /// Directeur de la rédaction : Jean-Marc Fauvel /// Rédacteur en chef : Lucienne Cassabois /// Comité de rédaction : V. Boo, J.M. Fauvel, L. Cassabois, C. Labeyrie, M. Lalouette /// Comité de lecture : J.P. Hauben, T. Haas, M. Marage, P. Reynard, M. Benedetti, V. Boo, P. Coutelle, J. Hoyer, A. Divet, M. Lalouette, S. Trimouille, C. Compas, C. Labeyrie, P. Richard, N. Le Poull /// Crédits photos : ©Thinkstock /// Conception graphique : Luciole, Paris /// Impression : BLG-Toul /// Document non contractuel. CENTRE DE GESTION MNPAF 92137 Issy Les Moulineaux Cedex Tél. 01 46 381 381 - Fax 01 46 384 380 Mail : servicegestion@mnpaf.fr Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 18 h 78, boulevard de la République 92514 Boulogne Billancourt Cedex Tél. 01 46 08 97 94 Du lundi au samedi de 9 h à 19 h 30 (17 h le samedi) 06 Dossier santé • Régimes : les pièges à éviter sommaire 2
  3. 3. Grâce aux partenariats Gagnons en assurance ! Le mouvement de concentration des acteurs de l’assurance s’accélère : sous la pression de la concurrence mais aussi face au durcissement des exigences réglementaires, sociétés d’assurance, mutuelles et institutions de prévoyance se regroupent pour former de nouveaux ensembles plus performants. Une dynamique encouragée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP), et résolument placée au service du consommateur puisqu’il s’agit de lui offrir le meilleur service possible. Bien entendu, la Mutuelle Air France est elle aussi concernée par ce mouvement de concentration : son avenir et la protection qu’elle a à cœur d’offrir à ses adhérents en dépendent. Face à la nécessité de former de nouvelles unions entre acteurs compétitifs, sa plus grande force réside dans la souplesse de sa structure, organisée autour d’une dizaine de collaborateurs à haut savoir-faire et gérée par des élus : ainsi, elle bénéficie des meilleurs rapports qualité-prix. Sur 100 €, 92 sont redistribués en prestations* : soit en moyenne 10 € de plus que la concurrence des entreprises traditionnelles, qui peinent à diminuer leurs coûts… Un avantage déterminant ! Comme nous avons coutume de le dire dans le monde de l’aérien : on naît low-cost, on ne le devient pas. Ainsi, ne doutons pas que la Mutuelle Air France saura trouver sa place dans ce nouveau monde de l’assurance. Le dossier est ouvert, nous devrions être en mesure de vous en reparler d’ici la fin de l’été. En attendant, excellente lecture à tous ! Vincent Boo Président de la Mutuelle Air France *Source - Mutualité Française (Depuis 2006, le nombre de Mutuelles Santé s’est réduit de 40 %, il reste à ce jour 714 Mutuelles Source ACP ) Édito 3
  4. 4. c’est au responsable d’un accident de payer ! Vous êtes victime d’un accident causé par un tiers, pensez à le signaler à votre Caisse d’Assurance Maladie et à votre mutuelle ! Lorsque vous êtes victime d’un accident causé par le fait d’une tierce personne, qui engendre des frais médicaux, vous devez le signaler à votre Caisse d’Assurance Maladie ainsi qu’à la Mu- tuelle. Pour faire cette déclaration, adressez un cour- rier en indiquant les circonstances, le lieu et l’heure de l’accident ainsi que les noms et coor- données de la personne ou de l’organisme res- ponsable de cet accident. Pour vous cela ne change rien, la Sécurité Sociale et la Mutuelle vous rembourseront vos soins, mais elles récupéreront ensuite les sommes versées au- près de l’assureur du responsable du dommage. Penser à déclarer un accident c’est agir pour la collectivité aussi bien pour l’Assurance Maladie (qui récupère ainsi 1 milliard d’euros par an) que pour la mutuelle car c’est l’un des leviers de maî- trise des cotisations. • Source - Assurance Maladie. Déclarer un accident c’est participer à la sauvegarde de notre système de santé Formulaire type de décla- ration sur www.ameli.fr Grâce aux déclarations faites, l’Assurance Maladie récupère 1 milliard € / an mutuelle dernière 4
  5. 5. Mutuelle Air France – une gestion en « bon père de famille » 7,9 % c’est le taux des frais de gestion de la Mutuelle Air France en 2011. 20 % c’est le taux moyen de frais de gestion en 2011 de 20 mutuelles comparables par leur taille à la Mutuelle Air France. Les frais de gestion comprennent tous les moyens nécessaires au bon fonctionnement d’une mutuelle, qu’il s’agisse de moyens humains ou matériels. Les frais de gestion permettent la délivrance de services tels que la gestion du tiers-payant, la mise en place de réseaux de soins, l’ani- mation de la vie démocratique, la prévention… ce qui constituent la vocation même des mutuelles. • Source - Système Fédéral de Garantie de la Mutualité Française. Le réseau Ostéopathes et Chiropracteurs Santéclair enfin opérationnel ! Dans le numéro précédent, nous vous annoncions le lancement d’un nouveau réseau Santéclair, celui des ostéopathes et chiropracteurs, dont le tarif des consultations est moins cher de 10 à 15 % par rap- port aux prix du marché soit une économie de 6 à 10 € par séance. Ce réseau est depuis avril à votre disposition, pour trouver un ostéopathe ou un chiropracteur près de chez vous rendez-vous sur notre site www.mnpaf.fr espace personnel – outil de géolocalisa- tion - ou par téléphone au 01 46 08 97 94. En pratique, il n’y a pas de tiers-payant avec ces professionnels de santé, vous réglez donc votre consultation, mais c’est votre ostéo- pathe ou votre chiropracteur qui nous adressera la facture à votre place et le virement sera fait sur votre compte. Présentez-vous comme adhérent MNPAF bénéficiant des services Santéclair afin de profiter des tarifs qui vous sont réservés. • Votre avis nous intéresse Que pensez-vous de la nouvelle formule de votre magazine ? Vous avez reçu en avril la nouvelle formule de votre magazine « Escale Santé ». Nous avons souhaité vous offrir une formule avec des articles plus courts, une plus grande périodicité (un numéro par trimestre), ainsi qu’un envoi dématérialisé pour ceux qui nous ont communiqué une adresse mail et ce pour tenir compte des nouveaux modes de communication. Pour avoir votre ressenti, nous avons mis en ligne sur notre site www.mnpaf.fr un questionnaire d’appréciation d’Escale Santé. Votre avis est important car il nous permettra de faire évoluer notre revue pour mieux répondre à vos attentes. • Zoom ***mutuelle dernière 5
  6. 6. Régimes : les pièges à éviter L’arrivée du printemps coïncide bien souvent avec le grand retour des régimes amaigrissants. Il n’y a qu’à jeter un œil aux Unes des magazines féminins pour s’en apercevoir.Tous rivalisent d’imagination pour proposer LE régime le plus efficace pour retrouver la ligne avant l’été. Quelques conseils et précautions d’usage histoire de ne pas vous laisser piéger… environnement santé 6 Dossier santé 6
  7. 7. De nombreux régimes ont déjà vu le jour et d’autres sont déjà en préparation. Mais aucun ne remettra en cause un principe fondamental : pour perdre du poids, l’apport énergétique doit être inférieur aux dépenses énergétiques. Par ailleurs lorsqu’on fait le bilan de la perte de poids, aucun régime ne s’avère su- périeur aux autres. En novembre 2010, l’Agence Nationale de Sécurité sa- nitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Tra- vail (ANSES) avait publié un « rapport d’expertise sur l’évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement ». Les auteurs avaient ainsi décorti- qué différents régimes. D’une manière générale, l’analyse des données scien- tifiques avait mis en évidence des « effets néfastes sur le fonctionnement du corps et notamment pour les os, le cœur et les reins. Ainsi que des perturba- tions psychologiques, notamment des troubles du comportement alimentaire ». Être accompagné Les auteurs évoquaient ainsi une diminution moyenne de 1 % à 2 % de la densité minérale osseuse pour une perte de poids de 10 %. Ce n’est pas tout. Les régimes hypocaloriques « peuvent induire de façon aiguë un risque de mort subite en lien avec des troubles du rythme cardiaque ». Ils provoqueraient aussi des in- flammations au niveau hépatique. Pas moins ! Les hy- perprotéiques non caloriques ? Ils pourraient affecter la fonction rénale. Selon les auteurs, « plus on fait de régimes plus on favorise la reprise pondérale, a fortiori, en l’absence d’activité physique ». Celle-ci constitue un « facteur essentiel de stabilisation du poids ». Au final, la reprise pondérale concernerait « 80 % des sujets après un an et cette proportion augmente avec le temps ». Et les échecs à répétition sont autant de facteurs de risque « de dépression et de perte d’estime de soi ». Un régime doit faire l’objet d’une prise en charge par des spécialistes – médecins nutritionnistes, diététi- ciens – qui seront à même de proposer celui corres- pondant le mieux aux caractéristiques de la personne. Santéclair met à votre disposition un réseau de diétiéti- ciennes à tarifs négociés ainsi qu’une application web « Nutriclair » associée à une possibilité de coaching. Se peser tous les jours ? Aucun intérêt Les nutritionnistes comme les diététiciens sont unanimes : se peser tous les jours est inutile ! Une fois par semaine suffit à condition de le faire dans des conditions bien précises. Lesquelles ? Inutile donc, de vous peser chaque jour, bien au contraire. Notre poids en effet, fluctue en fonction de paramètres divers : notre degré d’hydratation, le type d’aliments que nous avons ingérés, le niveau d’activité physique qui a été le nôtre dans la journée, les conditions météorologiques… En fait l’essentiel est de se servir de la même balance, à la même heure et dans les mêmes conditions. Voici les véritables règles d’or. L’idéal est de vérifier son poids le matin au réveil. Il est en effet conseillé d’être à jeun et d’être allé aux toilettes, afin d’éviter les effets parasites des repas. Bien entendu, mieux vaut être nu ou en sous-vêtements. • Source - Association française des Diététiciens nutritionnistes (AFDN) (Un régime doit faire l’objet d’une prise en charge par des spécialistes – médecins nutritionnistes, diététiciens. ) , , , , , environnement santé 7 Dossier santé , , , , , 7
  8. 8. Monodiètes, régimes dissociés, protéinés… Petit panorama critique, et non exhaustif, de quelques régimes de rêve qui peuvent tourner au cauchemar : • la Cure Ananas et autres « monodiètes ». Les régimes basés sur un nombre restreint d’aliments sont franchement dangereux, car ils conduisent inévitablement à plusieurs carences nutrition- nelles. À propos du mythe de l’ananas soulignons que la bromélaïne, une enzyme qu’il contient, ne dégrade pas les graisses mais bien les protéines. Et donc la masse musculaire ; • les régimes dissociés. La dissociation consiste à ne pas ingérer ensemble certains aliments (par exemple viande et pommes de terre, pain et fro- mages). Ils peuvent donner des résultats en termes de perte de poids, pas par la magie de la dissociation, mais simplement parce que l’apport énergétique a été réduit ; • le régime Atkins. Tous les glucides en sont ex- clus. Vous pouvez manger sans restriction des ali- ments gras et riches en protéines.Très séduisant, en particulier pour les hommes, il est beaucoup trop gras et plusieurs études suggèrent qu’il a un impact négatif sur le taux de mauvais cholestérol ; • le régime Montignac. Un bel exemple du marke- ting des régimes. Proche des régimes dissociés, il évite de mélanger les graisses et les sucres. Effi- cace les premières semaines, il devient vite mo- notone et véhicule des idées fausses, car il prohibe carrément certains aliments comme les féculents raffinés (pain blanc, pommes de terre, sucre, etc.) et les produits laitiers ; • les diètes protéinées. Elles sont redoutable- ment efficaces en peu de temps, mais quoi de plus normal ? On s’inflige une restriction calo- rique drastique (moins de 1 000 kcal, alors qu’on en dépense environ 2 000 par jour). Très violent, ce programme doit être réservé aux personnes obèses, sous contrôle médical et pour une durée limitée. Son principal problème : dès l’arrêt du ré- gime, les kilos reviennent souvent au galop… Le bon régime, c’est quoi ? Perdre du poids n’a d’intérêt pour la santé que si les kilos perdus ne reviennent pas immédiatement. En effet, les cycles successifs de perte et de reprise de poids – le fameux phénomène du yo-yo – entraînent généralement une augmentation progressive du poids moyen. Les kilos perdus lentement sont donc ceux qui risquent de revenir le moins rapi- dement. Car si maigrir est une chose, encore faut-il pouvoir maintenir le résultat obtenu. C’est bien souvent là que ça cale : il est difficile de se mettre au régime pendant toute sa vie. Le régime peut être considéré comme une phase d’at- taque : il doit montrer que l’on peut perdre du poids en modifiant son alimentation.Vient ensuite la phase de stabilisation. Celle-ci implique une modification des habitudes alimentaires, non pas en se privant de tout, mais en apprenant à manger autrement. Source - ANSES, 25 novembre 2010 – AFDN, consulté le 2 avril 2013 (Les kilos perdus lentement sont donc ceux qui risquent de revenir le moins rapidement. ) environnement santé 8 Dossier santé 8
  9. 9. Ne pas se priver de sucré L’une des idées reçues les plus tenaces en matière de diététique veut que l’on supprime le sucre pour qu’un régime soit efficace. Faux, le goût sucré permettrait, au contraire, de faciliter l’adhésion à la diète. Selon le médecin, il y a une dimension essentielle à prendre en compte : « Notre appétence naturelle pour les produits sucrés ». « Cette attirance ne vise pas uniquement à satisfaire un plaisir mais sous-tend une dimension métabolique et donc vitale. Le plaisir est à considérer comme un moyen pour atteindre un but », précise-t-il. Si le raisonnement paraît censé, il se heurte à nos changements de vie. « Cet attrait s’explique naturellement mais aujourd’hui, il pose un problème par rapport à nos vies de plus en plus sédentaires et à l’abondance des produits sucrés ». Sans oublier qu’il existe des facteurs génétiques exposant à une attirance plus ou moins prononcée pour le goût sucré. • Source - extrait du 19e congrès européen sur l’obésité, Lyon (9-12 mai). Interview de Jean-Michel Lecerf, 24 mai 2012. zoom Vous avez une fringale ? Buvez un grand verre d’eau et croquez utile. Carottes, chou-fleur, céleri calment les mâchoires nerveuses tout en limitant les dégâts. Si cela ne suffit pas, prenez une pomme, une tartine avec un peu de fromage frais voire quelques fruits secs et/ou amandes. Si vous en avez vraiment envie, n’hésitez pas à croquer un petit carré de chocolat (noir de préférence). Quelques petits plaisirs bien répartis peuvent être de grande utilité pour vous permettre de maintenir le cap ! Sauter un repas n’a jamais fait maigrir personne. Au contraire, l’organisme privé de nourriture aura tendance à récupérer amplement les calories au cours des repas suivants. Faites donc 3 repas par jour, avec une collation en cours de matinée et une autre vers quatre heures. Surtout ne sautez pas le petit déjeuner : c’est lui qui vous procure votre énergie pour la matinée et permet ainsi de mieux contrôler les fringales. • Source - ANSES, 25 novembre 2010 – AFDN, consulté le 2 avril 2013. Quels aliments choisir ? D’abord ceux qui donnent du volume, sans les calories. Ce sont les légumes cuits et les crudités. Les verdures peuvent être consom- mées à volonté. Ces aliments sont riches en eau et en nutriments protecteurs (vitamines, minéraux) et pauvres en énergie. À condition toutefois de ne pas les noyer sous une sauce grasse. Il importe aussi de privilégier les aliments peu gras : • Bœuf maigre, veau, filet ou carré de porc, volaille, jambon maigre. Évitez les charcuteries et les viandes hachées, ainsi que les préparations en sauce ; • Tous les poissons, à l’exception des conserves à l’huile et des pois- sons panés frits ; • Lait écrémé ou demi-écrémé et toute préparation à base de lait écrémé (crèmes desserts…), yaourt et fromages frais ou fondus maigres, fromages à moins de 25 % de matières grasses ; • Tous les fruits, sauf les fruits oléagineux comme les noix, les noi- settes ou encore les amandes ; • Tous les légumes et à volonté ; • Tous les pains, pâtes, riz, pommes de terre cuites à l’eau ou à la vapeur, légumes secs… Évitez bien sûr les fritures, les pâtisseries, les biscuits et les préparations en sauce. Le saviez-vous ? L’eau, les boissons « light », les tisanes, le thé, le café, le potage et le bouillon ne menacent pas le bilan énergétique. Les boissons su- crées, le vin, la bière et l’alcool apportent, en revanche, des calories superflues et sans apport positif pour l’organisme. Les pains, les pâtes, le riz, les pommes de terre ne font pas grossir. Ils sont une excellente source d’amidon, et donc d’énergie. Le tout, c’est d’adapter les quantités consommées aux besoins énergétiques et surtout, d’éviter les préparations riches en graisses. Et dans le cas du pain, du riz et des pâtes, privilégiez les versions « complètes ». • environnement santé 9 Dossier santé , , , , , 9 , , , , ,
  10. 10. en vacances, on peut tout oublier sauf sa couverture santé Vous avez choisi une destination hors de France pour vos vacances, n’oubliez pas de vous préoccuper de votre couverture santé avant de partir ! Simplifiez vos vacances avec la Carte européenne d’Assurance Maladie Vous partez en vacances en Europe, dans un État de l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE) ou en Suisse ? Avant votre départ, procurez-vous la carte eu- ropéenne d’assurance maladie (CEAM). Elle vous permettra d’attester de vos droits à l’Assu- rance Maladie et de bénéficier d’une prise en charge sur place de vos soins médicaux, selon la législation et les formalités en vigueur dans le pays de séjour. Au moins 15 jours avant votre départ, deman- dez votre carte européenne d’assurance mala- die (CEAM) à votre caisse d’Assurance Maladie. La CEAM est valable un an. Elle est individuelle et nominative. Chaque membre de votre famille doit avoir la sienne, y compris les enfants de moins de 16 ans. Aucun document n’est à four- nir lors de votre demande. Je voyage hors d’Europe, quid de mes frais de santé ? Si vous partez en vacances dans un pays qui ne fait pas partie de l’Espace Économique Européen, vos soins médicaux reçus à l’étranger peuvent être pris en charge par votre caisse d’Assurance Maladie sous certaines conditions. Attention, l’Assurance Maladie ne prendra en charge que les soins qu’elle estime « fortuits » et elle vous les remboursera sur la base du niveau de prise en charge français. La Mutuelle vous remboursera en complément de l’Assurance Maladie sur la base du ticket mo- dérateur (différence entre la base de rembourse- ment et le remboursement réel de l’Assurance Maladie) et pourra vous verser pour certains rem- boursements un complément sur la base de fac- tures traduites en français. Avant de partir, nous vous conseillons donc de vous renseigner sur l’état sanitaire du pays et surtout sur le coût de la santé dans ce pays. Il est souvent préférable pour certaines destina- tions de souscrire une assurance frais de santé pour la durée de votre séjour, plutôt que de prendre le risque d’avoir d’importantes dépenses de santé qui resteront à votre charge. • Infos pratiques - Pour plus de renseignement : www.ameli.fr ou auprès de votre caisse. Au moins 15 jours avant votre départ, demandez votre carte européenne d’assurance maladie. environnement santé 10
  11. 11. Qu’est ce que l’ACP ? L’autorité de Contrôle Prudentiel est un organisme dépendant de la Banque de France en charge de contrôler le bon fonctionnement des banques et des organismes assureurs. L’objectif est de protéger le consommateur et de contrôler la conformité des pratiques des banques, des assureurs et des mutuelles avec les lois et règlements qui leurs sont applicables. Un contrôle de la Mutuelle Air France par l’ACP est en cours en 2013. • Participez à une grande enquête de Santé Publique Les chercheurs français ont besoin de vous pour une grande étude afin de faire progresser la re- cherche publique sur les comportements alimen- taires et les relations Nutrition-Santé. Objectifs de l’étude L’objectif général de cette étude est de mieux évaluer les relations entre la nutrition et la santé et de comprendre les déterminants des comportements alimentaires. Il s’agit d’étudier, sur un large groupe de personnes vivant en France : • les comportements alimentaires et leurs déterminants en fonction de l’âge, du sexe, des conditions socio-économiques, du lieu de rési- dence, etc. ; • les relations entre les apports alimentaires, l’activité physique, l’état nutritionnel et la santé. Tous les grands problèmes de santé seront étudiés, entre autre l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète, les dyslipidémies, les maladies cardiovasculaires, les cancers, etc. Le but de cette étude est d’identifier des facteurs de risque ou de pro- tection liés à la nutrition pour ces maladies, étape indispensable pour établir des recommandations nutritionnelles permettant de prévenir le risque de maladies et d’améliorer la qualité de la santé de la population actuelle et des générations futures. • Infos pratiques - Pour participer à cette étude c’est simple : inscrivez-vous à l’Étude Nutrinet Santé www.etude-nutrinet-sante.fr - L’étude se déroule sur le net, régulièrement vous recevrez des questionnaires que vous remplirez à partir de votre espace personnel sur Nutrinet. Plus le nombre de participants sera important, plus les résultats seront probants. HANDICAP : FLASH TUTELLE - CURATELLE Révision des anciennes mesures de protection juridique. La loi du 5 mars 2007 a réformé la protection des majeurs vulnérables en faisant obligation au juge des tutelles de réviser périodiquement les mesures de protection juridique, qui ne peuvent excéder une durée de 5 ans. Aussi toutes les anciennes mesures, ouvertes avant le 1er  janvier 2009, doivent être révisées avant le 1er  janvier 2014, sous peine d’être caduques. La durée de traitement du dossier est actuellement d’environ 6 mois. À ce délai il faut ajouter la durée d’établissement d’un certificat médical par un médecin spécialiste habilité par le Procureur de la République. Aussi est-il conseillé de procéder dès maintenant à une nouvelle demande pour éviter une rupture de la protection juridique. La tarification unique du certificat médical ne peut excéder 160 €, auxquels peuvent s’ajouter les frais de déplacement. Le coût de ce certificat, destiné à la Justice, n’est pas pris en charge par l’Assurance Maladie. • Pour plus de détails voir le site officiel : http://vosdroits.service- public.fr/N155.xhtml Le GOÉLAND – Association des personnes handicapées, familles et amis de la société d’Air France 1 avenue du Maréchal Devaux 91551 PARAY-VIEILLE-POSTE CEDEX T. 01 41 75 14 33 zoom environnement santé 11
  12. 12. Santéclair Maîtrisez vos dépenses de santé avec les réseaux Santéclair , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Santéclair met à votre disposition des réseaux de professionnels de santé avec lesquels elle a négocié des tarifs assortis d’engagements qualitatifs. À votre disposition vous avez : • un réseau d’opticiens, où vous bénéficiez d’une réduction pouvant aller jusqu’à 40 % sur les verres, 15 % sur la monture et 10 % sur les autres produits du magasin ; • un réseau dentaire, où vous aurez pour les prothèses dentaires, une réduction de 15 à 20 % ; • un réseau d’implantologues spécialisés, où vous verrez votre reste-à-charge fortement diminué ou annulé en fonction de la garantie souscrite ; • un réseau d’audioprothésistes, où vous pourrez avoir un équipement dernière génération à 40 ou 50 % moins cher ; • un réseau d’ostéopathes ou chiropracteurs (pas de  tiers-payant  mutuelle) ; • un réseau de diététiciennes (sans participation mutuelle). En ayant recours aux professionnels des réseaux Santéclair, vous aurez une meilleure maîtrise de votre budget santé. Trouver un professionnel de santé près de chez vous grâce à l’outil de géolocalisation de Santéclair à partir de notre site www.mnpaf.fr – espace personnel – ou par téléphone au 01 46 08 97 94 (du lundi au samedi, 9 h - 19 h 30 et 17 h le samedi). Prescription de lentilles de contact, attention à la limite de validité ! La prescription de lentilles de contact par votre ophtalmologiste peut avoir une durée maximum de 3 ans sauf mention spécifique. Soyez attentif à une éventuelle mention de validité (ex. : 6 mois ou 1 an), en effet, si lors d’un renouvellement de lentilles, une limitation figure sur votre ordonnance, la Mutuelle vous refusera le remboursement si vous êtes hors délais. Toute l’info sur notre site Le site de la mutuelle est conçu pour vous apporter un maximum d’informations sur vos droits et vos démarches auprès de la mutuelle. Alors n’hésitez pas, rendez-vous sur notre site www.mnpaf.fr Pourquoi nous fournir la prescription médicale lorsque vous achetez un équipement optique hors du réseau Santéclair ? Pour pouvoir vous rembourser conformément à notre grille optique, nous avons besoin de connaître votre niveau de correction. De plus le remboursement Mutuelle pour l’optique médicale est plafonné : • 1 équipement par an pour les enfants (jusqu’à 18 ans) ; • 2 équipements tous les deux ans pour les adultes sauf changement de correction. De ce fait, la mutuelle a besoin de la prescription médicale pour pouvoir, en cas de changement de correction débloquer un nouveau forfait lunettes. [?] Ma mutuelle en pratique 12
  13. 13. Nouveaux délégués de site Certains de vos délégués de site ont été récemment nommés en remplacement de ceux que vous connaissiez. Il s’agit de : • Gérald Verget sur le site Roissy CMH ; • Marc Nicaise sur le site de Marseille ; • Baptiste Carli à la permanence d’Orly Ouest ; • Isabelle Eugene sur le site de Cayenne ; • Sabine Lacour sur le site de Lyon ; • Serge Bodrero sur le site de Marseille ; • Sabine Charles sur le site de Strasbourg ; • Hubert Merlen sur le site de Mulhouse. Pour connaître, les lieux, horaires de permanence rendez- vous sur notre site www.mnpaf.fr à la rubrique « contacts ». Décomptes ou factures originaux ! Lorsque vous adressez un décompte Sécurité Sociale ou une facture à la mutuelle, il est impératif que ce soit un ORIGINAL. À défaut, le centre de gestion vous contactera pour vous demander de lui adresser l’original, c’est autant de temps perdu avant d’obtenir votre remboursement mutuelle. Dites-moi combien votre mutuelle vous rembourse et je vous dirais combien vous me devez ! , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Il est de pratique courante que les professionnels de santé adaptent leurs tarifs ou leurs dépassements d’honoraires sur les remboursements de la Mutuelle. La Mutuelle d’Air France qui a un bon niveau de garantie (d’autant plus pour les adhérents ayant souscrit l’Altitude 400 ou la garantie optionnelle), voit apparaître de plus en plus des dépassements d’honoraires sans commune mesure avec la technicité de l’acte chirurgical ou d’anesthésie. Lorsqu’un chirurgien vous demande des dépassements d’honoraires, demandez-lui de vous faire un devis (c’est obligatoire puisqu’il doit obtenir le consentement éclairé de son patient) et adressez-le à SANTÉCLAIR afin de connaître votre éventuel reste-à-charge. Ne participez pas à la dérive des dépassements d’honoraires en communiquant votre niveau de garantie à un professionnel de santé, il en va de la maîtrise de vos cotisations et votre reste-à-charge. Attention : pour les dépassements d’honoraires chirurgicaux ou anesthésistes, vous devez faire l’avance des frais, la Mutuelle vous remboursera au vu de la facture originale acquittée de l’établissement hospitalier. Au niveau national, en 2011, les dépassements d’honoraires – tous professionnels de santé confondus – ont représenté 7 milliards d’euros pour 40 milliards de dépenses de santé. Bientôt un triangle noir pour certains médicaments À compter du 1er  septembre 2013, les patients verront apparaître un triangle noir inversé sur la notice des nouveaux médicaments autorisés sur le marché mais soumis à une surveillance renforcée. Ce symbole utilisé dans tous les pays membres de l’Union Européenne s’inscrit dans les nouvelles directives européennes sur la sécurité du médicament. Une liste mensuelle des médicaments sous surveillance renforcée est établie par l’agence européenne du médicament et relayée dans chaque pays. Ce statut est automatiquement appliqué pour tout médicament contenant une nouvelle substance active autorisée dans l’Union Européenne depuis le 1er  janvier 2011 ainsi que pour les médicaments biologiques (vaccins, dérivée du sang…). Toutefois, si vous voyez cette mention, pas d’affolement, il ne s’agit en aucun cas de médicaments particulièrement dangereux ou présentant un problème de sécurité. Cette mention induit juste un suivi plus strict des prescriptions. • Source - AFIM du 7 mai 2013. zoom Ma mutuelle en pratique 13
  14. 14. Nous avons décidé dans chaque ESCALE SANTÉ de publier certains échanges susceptibles d’intéresser tous les adhérents Pierre H. s’interroge sur le maintien de sa couverture mutuelle suite à son départ en plan de départ volontaire (PDV). Réponse Les actifs qui quittent leur entreprise dans le cadre d’un PDV et qui bénéficient d’une indemnisation pôle emploi, peuvent bénéficier pendant une durée limitée – (9 mois) d’un dispositif légal qui s’appelle la « portabilité des droits ou ANI ». Leur R.H. doit les informer de cette possibilité, et le salarié est libre d’accepter le package « santé et prévoyance ». Pendant cette période, sa cotisation mutuelle continuera d’être identique à celle qu’il payait en activité. Passé ce délai, il pourra maintenir son affiliation à la mutuelle selon deux modalités : • s’il a plus de 55 ans ou s’il est pensionné (pour le PN), il peut bénéficier du barème « nouveaux retraités et assimilés » ; • s’il a moins de 55 ans, une proposition d’adhésion lui sera faite selon les modalités du barème « Pluriel ». Andréa B. souhaite des explications sur l’aide aux vacances ou frais de garde pour les enfants handicapés. “ J’ai une fille handicapée de 8 ans, je passe par une association pour avoir une garde en attendant que je rentre du travail, je fournis les factures au service gestion, mais je ne comprends pas leur mode de calcul. ” Réponse L’aide pour les enfants handicapés est de 48 € par jour dans la limite de 60 jours par an. Pour rendre plus souple le système, la mutuelle a institué la possibilité de découper en demi-journée. • Si l’enfant est gardé moins de 4 heures, nous décomptons une ½ journée. • S’il est gardé plus de 4 heures c’est une journée entière qui est comptée. Comme pour tous les remboursements Mutuelle, il est tenu compte du montant de la dépense engagée. Pour rappel, l’aide aux frais de garde ou aux vacances spécifiques pour les enfants handicapés, peut être utilisée soit pour les centres de vacances habilités à recevoir des enfants handicapés (hors vacances CCE déjà subventionnées) soit pour des frais de garde (sur justificatifs), ou encore pour les deux dans la limite de 60 jours par an. Célia H. s’interroge sur le délai d’attente lors de la souscription à la garantie optionnelle et l’impact sur les remboursements. Réponse Lorsqu’ils sont en adhésion collective et obligatoire, les adhérents de la Mutuelle Air France ont la possibilité de souscrire à titre individuel à la garantie optionnelle qui viendra en complément des remboursements prévus par la garantie couverte par le contrat collectif. Lors de la souscription à la garantie optionnelle, la Mutuelle applique un délai d’attente de trois mois qui court à compter du 1er jour du mois qui suit la demande. Le délai d’attente est une période pendant laquelle l’adhérent ne paie pas de cotisation et ne bénéficie pas de remboursement de la part optionnelle. Les remboursements à la garantie principale (altitude 350) continuent d’être versés pendant cette période. Ex. : un adhérent remplit son bulletin d’adhésion le 16 février, le délai d’attente débute à compter du 1er  mars, et la garantie optionnelle sera réellement effective le 1er  juin. Le courrier des adhérents 14
  15. 15. Pêche glacée à la verveine Préparation : 10 min / Cuisson : 20 min Pour 4 personnes Ingrédients * 4 pêches blanches * 115 g de fructose * 10 g de verveine déshydratée * 10 g de verveine fraîche Préparation * Faites cuire les pêches entières à la vapeur pendant 3 minutes. Pelez-les. * Versez 25 cl d’eau dans une casserole, ajoutez le fructose et portez à ébullition. Enfermez la verveine déshydratée dans un carré de mousseline et nouez-le. Ajoutez-la dans le sirop, ainsi que les pêches. Faites pocher pendant 15 minutes. * Égouttez les pêches et réservez au frais. Filtrez le jus, jetez le sachet de mousseline, puis mixez le jus avec la verveine fraîche. Versez le tout dans un bac et faites prendre dans le congélateur pendant environ 4 heures. * Au moment de servir, grattez le granité avec une fourchette et répartissez-le dans des coupes de service. Posez une pêche entière dessus et servez. *** Par Scott Serrato (L’Atlantique) Source : www.ma-cuisine-ma-sante.fr *** recettes*** La pêche Sa richesse en eau (87 %) et sa faible teneur en sucres (9 %) la rendent à la fois désaltérante et peu calorique. En plus de ces avantages, la pêche vous apportera son lot de vitamines, notamment A et C. Bien mûre, c’est-à-dire légèrement molle, la pêche est très bien tolérée, même en cas d’intestin irritable, car ses fibres seront alors tendres. C’est la raison pour laquelle les jeunes enfants et les nourrissons peuvent la consommer dès le début de la diversification alimentaire. Enfin, souvenez-vous que la pêche stimule l’appareil digestif et participe à l’équilibre du milieu intérieur, grâce à la libération de ses composés alcalins. les mots fléchés Thème régime Tous les mots se trouvent dans le dossier Santé. Solutions dans le prochain numéro mots fléchés Thème Audition 2  9  10  6  1 5 7 4 3 8  Horizontalement 2  Aliment de saveur douce, cristallisé, extrait de la canne à sucre ou de la betterave à sucre. 6  Force physique, vitalité. 8  Ensemble d’exercices physiques, individuels ou collectifs. 9  Professionnel spécialiste de l’alimentation et de la diététique. 10  Médecin spécialiste de la nutrition. Verticalement 1  Régime consistant à réduire les apports caloriques. 3  Absence ou apport insuffisant d’une ou plusieurs substances nécessaires à l’équilibre d’un organisme. 4  Groupe d’aliment comprenant le pain, le riz, les céréales. 5  Nourriture prise plusieurs fois par jour à certaines heures. 7  Substance onctueuse lipidique présente sous la peau. Horizontalement 1  Acouphène 2  Dépistage 3  Ototoxique 4  Hyperacousie 6  Bruit 7  Décibels 9  Cérumen Verticalement 1  Audiométrie 5  Surdité 8  ORL Solu- tions Détente 15

×