Escale santé n°4

320 vues

Publié le

Escale Santé est une revue éditée par la Mutuelle à l'attention de ses adhérents.

• L'objectif est d'informer les mutualistes sur le fonctionnement de la Mutuelle, sa santé financière, les décisions prises par leurs élus en Assemblée Générale, le niveau de ses principaux remboursements ainsi que les conditions d'adhésion.

• Y figure aussi diverses informations pratiques sur les modalités de remboursement, sur l'évolution de la réglementation en matière d'assurance maladie et sont inclus systématiquement des informations sur les dernières modifications statutaires.

Publié dans : Services
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
320
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Escale santé n°4

  1. 1. MUTUELLE DERNIÈRE MNPAF et Groupe MACIF Un partenariat validé p. 4 ENVIRONNEMENT SANTÉ La nouvelle application Ameli pour smartphone p. 10 EN PRATIQUE Santéclair - Tordons le cou aux idées fausses ! p. 12 DÉTENTE Mille feuille de foie gras aux pommes p. 15 LE MAGAZINE DE LA MUTUELLE AIR FRANCE • trimestriel • HIVER 2013 ESCALE SANTÉ 04
  2. 2. 10 ENVIRONNEMENT SANTÉ • Sécurité sociale La nouvelle application Ameli pour smartphone • Handicap - FOCUS sur les M.D.P.H 14 LE COURRIER DES ADHÉRENTS 16 MAX ET HOUSTON • Blague Dent Fer ! 12 MA MUTUELLE EN PRATIQUE • Santéclair [?!] Tordons le cou aux idées fausses ! • Prise en charge hospitalisation : ayez le réflexe espace adhérent (2014, une année de perspectives ) 04 MUTUELLE DERNIÈRE • MNPAF et Groupe MACIF Un partenariat validé • Création d’un Fonds Social… 15 DÉTENTE • Recette Directeur de la publication : Vincent Boo /// Directeur de la rédaction : Jean-Marc Fauvel /// Rédacteur en chef : Lucienne Cassabois /// Comité de rédaction : V. Boo, J.M. Fauvel, L. Cassabois, C. Labeyrie, M. Lalouette /// Comité de lecture : J.P. Hauben, T. Haas, B. Leres, M. Benedetti, V. Boo, P. Coutelle, J. Hoyer, A. Divet, M. Lalouette, S. Trimouille, C. Compas, C. Labeyrie, P. Richard, N. Le Poull /// Crédits photos : ©Thinkstock /// Conception graphique : Luciole, Paris /// Impression : BLG-Toul /// Document non contractuel. CENTRE DE GESTION MNPAF 92137 Issy Les Moulineaux CEDEX Tél. 01 46 381 381 - Fax 01 46 384 380 Mail : servicegestion@mnpaf.fr Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 18 h 78, boulevard de la République 92514 Boulogne Billancourt CEDEX Tél. 01 46 08 97 94 Du lundi au samedi de 9 h à 19 h 30 (17 h le samedi) 06 DOSSIER SANTÉ • Stop aux accidents domestiques APPEL À CANDIDATURE 2 postes d’administrateurs à pourvoir. Devenez acteur de la vie de la Mutuelle 2 postes au Conseil d’Administration de la Mutuelle se libèrent, si vous souhaitez participer à la vie démocratique de la Mutuelle, vous pouvez déposer votre candidature au siège de la Mutuelle : Mutuelle Air France - Continental Square - 3 place de Londres CS 11692 Tremblay en France 95725 ROISSY CH DE GAULLE CEDEX Votre courrier doit exposer vos motivations pour ce poste et doit être accompagné d’un CV et de l’extrait n° 3 de votre casier judiciaire. Pour postuler, vous devez être adhérent à la Mutuelle (en tant qu’ouvrant-droit), être majeur, et être à jour de vos cotisations mutuelle. L’Assemblée Générale procédera à un vote à bulletin secret à deux tours pour élire les nouveaux administrateurs. Le rôle du Conseil d’Administration est de déterminer les orientations de la Mutuelle et de veiller à leur application. Il opère les vérifications et contrôles qu’il juge opportuns et se saisit de toute question intéressant la bonne marche de la Mutuelle. Si vous êtes élu(e), vous vous engagez à être présent aux réunions du Conseil soit au minimum 3 réunions par an. Vous avez jusqu’au 31 janvier 2014 pour adresser votre candidature. Pour en savoir plus sur le Conseil d’Administration, référez-vous au chapitre II des Statuts disponibles sur www. mnpaf.fr ou sur simple demande au siège de la Mutuelle. SOMMAIRE 2
  3. 3. (Agir pour préparer l’avenir ) 2014, UNE ANNÉE DE CONSOLIDATION Notre société doit faire face à des mutations sans précédent, y compris dans le domaine de la santé. Plutôt que de les subir, la bonne stratégie consiste à les accompagner ; et pour cela, pas de secret : nous devons nous adapter. Agir. Remonter nos manches afin de conduire au mieux les évolutions en cours. Pour la Mutuelle Air France, cette volonté de prendre son avenir en main s’est récemment traduite par un événement majeur : à l’automne 2013, nous avons signé un partenariat avec la Macif, l’un des plus importants groupes de protection mutualiste. L’idée : unir nos forces et, ensemble, augmenter notre solidité économique, une ouverture sur de nouvelles perspectives de développement, et une offre enrichie. Les rapprochements étant garants de pérennité, il s’agit également de continuer à développer les réseaux et services Santéclair. Ainsi, 2014 sera une année de consolidation. prestations, cotisations : excepté pour la gamme Altitude 400 et l’option, aucun changement majeur n’est à prévoir. En revanche, attendez-vous à des améliorations (nouvelles applications, nouveau site Internet avec un outil de géolocalisation des professionnels de santé plus fonctionnel…). L’avenir se prépare maintenant et, pour finir, n’oublions pas qu’il dépend aussi de chacun de nous. Pour le sécuriser, pensons « prévention » : engageons-nous au quotidien pour devenir pleinement acteurs de notre propre santé ; il en va de notre responsabilité individuelle tout autant que collective. Au nom de toute l’équipe, je vous souhaite une très belle année 2014. Vincent Boo Président de la Mutuelle Air France ÉDITO 3
  4. 4. MNPAF ET GROUPE MACIF UN PARTENARIAT VALIDÉ L‘Assemblée Générale du 28 novembre 2013 a validé l’entrée de la MNPAF dans la SGAM de MACIF. Comme vous l’avait annoncé le Président Vincent BOO dans le précédent Escale Santé, la Mutuelle était depuis plusieurs mois en discus- sion avec le Groupe MACIF pour intégrer la SGAM. Une SGAM est une Société de Groupe d’Assu- rances Mutuelle. C’est une structure de type holding, qui permet d’accueillir des assureurs, des institutions de prévoyance et des mutuelles. La Mutuelle s’inscrit ainsi dans le mouvement de concentration qui touche tous les assureurs français. Pour les adhérents de la MNPAF, cette intégra- tion dans la SGAM, ne change rien. Ils seront toujours adhérents de la Mutuelle Air France. Pour la Mutuelle, cela permet d’intégrer un Groupe dont la solidité financière est reconnue et à l’identité forte, porteuse de valeurs. De plus, ce partenariat pourra permettre à la Mutuelle de proposer d’autres produits que l’assurance com- plémentaire santé à ses adhérents. Au sein de ce pôle Santé Prévoyance développé par MACIF figure une autre mutuelle d’entreprise, la Mutuelle des Personnels IBM® . • Pour la Mutuelle, cela apporte une sécurité technique et financière. MUTUELLE DERNIÈRE 4
  5. 5. CRÉATION D’UN FONDS SOCIAL POUR VENIR EN AIDE À NOS ADHÉRENTS EN DIFFICULTÉ À compter du 1er  janvier 2014, la Mutuelle se dote d’un Fonds Social. Domaines d’intervention : • Apporter une aide aux adhérents se trouvant dans une situation financière difficile pour leur permettre de faire face à un problème de santé ou de handicap. • Pour éviter un risque de démutualisation, le Fonds Social pourra prendre en charge une partie de la cotisation de l’adhérent pour une durée maximale de 12 mois. Pour être présenté en Commission Fonds Social, le montant de la demande doit être d’au moins 50 % du reste-à-vivre* par individu composant le foyer. Le règlement de fonctionnement de la Commission ainsi que le dos- sier de saisine se trouve sur notre site www.mnpaf.fr ou sur simple demande au siège de la Mutuelle. • * Définition du reste à vivre : ressources du foyer – dépenses considérées comme in- contournables. WWW.MNPAF.FR LE SITE FAIT PEAU NEUVE Fin janvier 2014, venez découvrir le nouveau site et tentez de gagner une tablette 7 pouces. En tenant compte de vos remarques, la Mutuelle a travaillé à une nouvelle ergonomie pour faciliter la navigation sur le site.Vous accéde- rez désormais à une information plus synthétique, plus pratique en moins de clics. Pour répondre aux modes de consultation actuelle, il sera accessible sur tablette et smartphone. Venez découvrir votre nouveau site, et participez au « parcours décou- verte » organisé par la Mutuelle. Pour expérimenter son accès en mo- bilité, des tablettes 7 pouces seront à gagner après tirage au sort par huissier. Le règlement de notre quiz sera disponible sur le site. • FORUMS MUTUELLE UN FRANC SUCCÈS La Mutuelle a décidé de relancer les « forums Mutuelle ». Le principe est d’organiser sur les sites d’Air France et d’autres partenaires des journées où les adhérents peuvent venir poser toutes les questions qu’ils souhaitent aux personnels de la Mutuelle. Ces journées d’échanges sont riches autant pour les adhérents que pour la Mutuelle car elles permettent de mieux comprendre les attentes ou les difficultés rencontrées par les adhérents. Sur la fin 2013, 3 forums ont été organisés : • Cité PN - Roissy, le 5 novembre • DGI Roissy - le 22 novembre • Siège Air France - le 12 décembre Ces forums seront poursuivis en 2014, vous retrouverez les lieux et dates sur notre site www.mnpaf.fr Par ailleurs, la Mutuelle organise régulièrement, des forums prévention. Le calendrier de ces manifestations se trouve sur notre site. • ZOOM ***MUTUELLE DERNIÈRE 5
  6. 6. STOP AUX ACCIDENTS DOMESTIQUES Chaque année, en France, environ 18 000 personnes sont victimes d’un accident domestique, c’est trois fois plus que sur la route ! Si les enfants sont les plus vulnérables, toute la famille est concernée, notamment les personnes âgées. Voici quelques gestes simples pour faire de chaque pièce de votre maison un espace plus sûr. ENVIRONNEMENT SANTÉ 6 DOSSIER SANTÉ 6
  7. 7. Aménager votre cuisine Avec les bonnes odeurs qui s’en dégagent, four et cuisinière sont souvent bien alléchants pour les en- fants ! Prenez garde à ne pas laisser dépasser le manche d’une casserole sur le feu. Il existe aussi aujourd’hui des fours à porte isotherme ou des grilles isolantes à fixer sur les fours traditionnels. Allumettes, briquets doivent aussi être placés hors de portée des enfants. Les produits ménagers, grâce à leurs « bouchons de sécurité » sont aujourd’hui plus sûrs, à condi- tion de bien les refermer et de ne pas les transva- ser dans d’autres récipients, en particulier à usage alimentaire. À surveiller de près aussi : les appareils élec- triques, à débrancher entre deux utilisations, et notamment les « conviviaux » (raclette, pierrade…) très « tentants » au beau milieu de la table. L’eau, ça brûle ! Un chauffe-eau doit être réglé à la température maximale de 50 °C ou les robinets équipés de mi- tigeurs thermostatiques. Eau et électricité ne font pas bon ménage. Les prises de courant doivent donc être placées à plus de 60 cm de toute source d’eau. Les convecteurs électriques doivent aussi être conformes aux normes d’utilisation dans les salles d’eau. Les produits cosmétiques et notamment les par- fums, très alcoolisés, peuvent aussi être source d’intoxication. Enfin, 20 cm d’eau et quelques secondes d’inat- tention suffisent pour qu’un enfant se noie. Gar- dez donc toujours un œil sur les jeunes barboteurs. Le garage ou le jardin Il regorge de produits toxiques ou inflammables (en- grais, désherbants, peinture, solvants, essence…) qui doivent être placés dans des récipients fermés hermétiquement et hors de portée des enfants. Si vous utilisez ces produits à l’intérieur de votre lo- gement, il faut ouvrir les fenêtres pendant et après. Pour tous vos travaux, équipez-vous de gants, de lunettes de protection et de chaussures ou de bottes robustes. Soyez prudents avec tondeuses, tronçonneuses et taille-haies. Prenez soin notam- ment de les débrancher avant de les nettoyer. L’été est la saison de tous les dangers. Amateurs de barbecue, n’y projetez jamais d’alcool ou d’essence, mais utilisez des allume-feu solides. Et si vous avez la chance d’avoir une piscine, sa- chez que depuis le 1er  janvier 2004, il est obliga- toire de l’équiper d’un dispositif de sécurité (barrière, bâche, détecteur électronique…). (À surveiller de près aussi : les appareils électriques, à débrancher entre deux utilisations ) ENVIRONNEMENT SANTÉ 7 DOSSIER SANTÉ , , , , , 7
  8. 8. Conseils pour les seniors Chaque année, environ une personne de plus de 65 ans sur trois est victime d’une chute. Avec l’âge, on devient moins souple, les os se fragilisent et les conséquences s’aggravent. Mieux vaut donc être vigilant et sécuriser son intérieur. Obstacle au sol • Dégagez systématiquement tous les lieux de passages : fils électriques, plantes vertes, petits meubles, jouets pour animaux domestiques… • Rangez tout ce qui est susceptible de provoquer le déséquilibre. • Dans votre jardin, veillez à ce que les plantes rampantes, tuyaux d’arrosage ou autres outils de jardinage n’obstruent pas les lieux de passage et méfiez-vous des dalles mal posées, des cailloux ou galets, des feuilles ou mousses glissantes. Revêtement Les parquets, qu’ils soient vitrifiés ou cirés, les car- relages et les linos sont souvent à l’origine de chutes. • Préférez la moquette, qui présente de moindres risques et qui, en cas de chute, amortit le choc. • Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas changer de revêtements, utilisez des tapis munis d’anti- dérapants. • Veillez à ce que les coins des tapis ne se re- lèvent pas et soient fixés au sol. • Posez un revêtement antidérapant dans votre baignoire ou douche. Éclairage Pour éviter les risques de chute, il est important de savoir où on met les pieds, c’est-à-dire d’avoir un logement bien éclairé. • Utilisez de nombreux éclairages indirects plu- tôt qu’une source d’éclairage unique. • Préférez des ampoules de 75 ou 100 Watts, si possible à « basse consommation ». • Veillez à ce que les interrupteurs soient acces- sibles. Sécuriser ses déplacements • N’hésitez pas à utiliser une canne. Elle vous permettra de moins vous fatiguer mais aussi de garder ou retrouver l’équilibre. • Utilisez les rampes d’escalier. Faites-en instal- ler au besoin, même pour quelques marches. • Vous pouvez également faire poser des barres d’appui dans différents endroits de votre loge- ment. Elles vous permettront de maintenir votre équilibre et, en cas de chute, vous aideront à vous relever. • Si vous devez utiliser un tabouret ou un esca- beau : assurez-vous de sa stabilité. Évitez par exemple les sièges pivotants. Préférez les esca- beaux d’une hauteur limitée à deux ou trois marches avec un appui pour les mains, et, dans tous les cas, attendez d’être en présence d’une autre personne. Si vous avez besoin d’une échelle, préférez celles de petite taille et utili- sez-la en présence d’une tierce personne. Source – Mutualité Française ENVIRONNEMENT SANTÉ 8 DOSSIER SANTÉ 8
  9. 9. En résumé Dans toute la maison, l’électricité est une source de danger que son caractère familier nous fait souvent oublier. Il faut, par exemple, éviter d’utiliser des prises multiples qui provoquent une surcharge. Couteaux, ciseaux, râteaux… Que ce soit dans la cuisine, au jardin ou ailleurs, tous les instruments coupants ou pointus doivent être rangés hors de portée des bambins. Certaines plantes vertes peuvent aussi être piquantes, allergisantes ou toxiques. Avant d’en acheter, renseignez-vous sur leurs dangers, si vous avez des enfants en bas âge. Et pour parer à tout accident, équipez-vous d’un extincteur (il doit être changé régulièrement) et d’une trousse de première urgence facilement accessible pour les petits bobos : pansements, désinfectant… (Apprenez à votre enfant les dangers et comment les éviter. Dans tous les cas, ne le laissez jamais sans surveillance. ) Conseils pour les enfants Apprenons à éviter les accidents domestiques de l’enfant. Un accident peut rapidement arriver. Alors, pour éviter les petits et gros bobos tout en laissant l’enfant s’épanouir, il existe des solutions. Surveillez votre enfant Il n’a pas conscience des risques qu’il prend. Vous pouvez l’aider à faire des progrès en grandis- sant et l’accompagner dans sa découverte du monde. Votre enfant doit toujours être sous la sur- veillance d’un adulte. Il ne faut pas le laisser sous la garde d’un autre enfant. Expliquez les dangers à votre enfant Faites-lui comprendre, de façon claire et adaptée à son âge, les risques qu’il court et la manière de les éviter. Suivez les conseils de professionnels Demandez conseil à votre médecin, à une puéri- cultrice ou à votre pharmacien pour toute ques- tion concernant votre enfant. Ayez les bons réflexes Certains gestes simples peuvent éviter un accident. En plus -Le guide « Protégez votre enfant des accidents domestiques » vous apprendra ces gestes essentiels. , , , , , ENVIRONNEMENT SANTÉ 9 DOSSIER SANTÉ , , , , , 9
  10. 10. SÉCURITÉ SOCIALE LA NOUVELLE APPLICATION AMELI POUR SMARTPHONE Cette application est gratuite et elle va vous rendre plein de services utiles ! Téléchargez dès maintenant la mise à jour de l’application Ameli et bénéficiez de ses nou- velles fonctionnalités : • commandez votre carte européenne d’As- surance maladie (CEAM) pour vous ou votre famille ; • visualisez et partagez votre attestation de droits ou d’indemnités journalières ; • consultez vos remboursements de santé : accédez sans attendre à vos derniers paie- ments et vérifiez leur bonne transmission à votre complémentaire santé. Vous pouvez éga- lement visualiser et partager vos cinq derniers relevés mensuels de remboursements ; • gérez vos informations personnelles : re- trouvez votre profil (médecin traitant, adresse postale…) et modifiez, si nécessaire, vos coor- données (adresse e-mail, téléphone…) ; • géolocalisez la borne la plus proche de vous : trouvez les bornes de l’Assurance Mala- die proches de chez vous pour mettre à jour votre carte Vitale ou imprimer vos attestations. À noter : l’application Ameli est accessible aux assurés du régime général et des régimes sui- vants : Camieg, Cavimac, CNMSS, CRPCEN, ENIM, MGP et MNH. • Source - ameli.fr Géocaliser Commander - Gérer Consulter- Visualiser ENVIRONNEMENT SANTÉ 10
  11. 11. HANDICAP - FOCUS SUR LES M.D.P.H Les Maisons Départementales des Personnes Handica- pées ont été créés par la loi du 11 février 2005 portant sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Elles sont un lieu d’accueil unique pour les personnes en situation de handicap qui auparavant dépendaient d’une ou de plusieurs structures éparses en fonction de leur âge ou de la nature de leur handicap et de l’aide dont elles avaient besoin. Au sein de la M.D.P.H, une CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handica- pées) composée d’une équipe pluri-disciplinaire est en charge de la gestion des différents aspects liés au handicap. La M.D.P.H accompagne la personne handicapée. Cet accompagne- ment comprend l’évaluation du handicap et des besoins de compen- sation définis en fonction du projet de vie. Ce travail vise à élaborer un Plan Personnalisé de Compensation (PPC). La CDAPH est en charge d’accorder les prestations et les allocations. Les plus importantes sont les suivantes : • la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) ; • l’Allocation pour Adultes Handicapés (AAH) ; • le complément de ressources de l’AAH ; • l’Allocation Compensatrice pourTierce Personne (ACTP) ; • la Majoration pour la Vie Autonome ; • l’Allocation Compensatrice pour Frais Professionnels (ACFP) ; • l’Allocation Éducation pour l’Enfant Handicapé (AAEH). L’instruction des dossiers et la mise en application des décisions de la CDAPH relèvent de la compétence des M.D.P.H.• VERS UNE FISCALISATION DES COTISATIONS PATRONALES FRAIS DE SANTÉ ? Le régime fiscal des cotisations prévoyance et frais de santé risque d’être modifié par la loi de finances pour 2014. Le texte, applicable à compter de l’imposition des revenus de 2013, mettrait fin à la déductibilité du reve- nu imposable de la participation de l’employeur aux contrats collectifs complémentaire « santé ». La loi de finances pour 2014 prévoit d’imposer dès le 1er euro la part patronale des cotisations finançant les contrats de frais de ­santé. Toutefois, un plafond maximal de fiscalisation est prévu. La fiscalisation des cotisations patronales impactera le net impo- sable des salariés. Mais il ne remet pas en cause le caractère obliga- toire et collectif du contrat, d’autant qu’à compter de l’horizon 2017, toutes les entreprises devront mettre en place une couverture santé complémentaire collective et obligatoire pour leurs salariés. La loi de finances 2014 sera votée fin décembre 2013, comprendra-t-elle cette mesure ? Et si oui quelle sera la date d’application ? • Source  – Mutualité Française, reprise d’un article de l’Express du 04/11/2013 FOCUS SUR LA VALIDITÉ DES PRESCRIPTIONS MÉDICALES Les ordonnances et prescriptions médicales ont une durée de validité qui dépend du type d’acte ou de la fourniture médicale sur lesquelles elles portent : Médicaments : en règle générale une ordonnance est valable 3 mois après son établissement. Passé ce délai, votre pharmacien ne sera plus autorisé à vous délivrer les médicaments. Toutefois, pour certains médicaments (type stupéfiants ou assimilés) la délivrance doit se faire dans les 3 jours suivants la prescription. Votre ordonnance peut ouvrir le droit à renouvellement si votre médecin met la mention « traitement longue durée » ou à « renouveler X mois ». Optique : l’original de l’ordonnance prescrite par votre ophtalmologiste pour des lunettes et lentilles médicales est valable 3 ans pour un renouvellement, sauf mention contraire y figurant. Il est donc nécessaire de la conserver précieusement. Pour les soins infirmiers, kinésithérapie, analyses de biologie, aucun texte de loi ne fixe le délai de réalisation d’une prescription. De ce fait, c’est le professionnel de santé auquel vous vous adressez qui statue sur la validité de votre prescription. Par exemple, les laboratoires refusent les ordonnances de plus de 12 mois. • Source – www.ameli.fr ZOOM ENVIRONNEMENT SANTÉ 11
  12. 12. SANTÉCLAIR TORDONS LE COU AUX IDÉES FAUSSES ! , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Optique Je n’ai pas d’opticien Santéclair près de chez moi ! FAUX Avant la mise en place du service, la Mutuelle s’est assurée que 98 % de ses adhérents aient un opticien à moins de 15 km de chez eux (distance maximum). Les opticiens Santéclair sont « low cost » ! FAUX Dans le réseau, toutes les enseignes sont représentées ainsi que les opticiens mutualistes ou les opticiens indépendants. Il vous suffit de vous présenter en qualité de bénéficiaire Santéclair, chez un opticien KRYS ou OPTIC 2000… à condition qu’il soit adhérent du réseau pour bénéficier des tarifs privilégiés auxquels il s’est engagé. Si je vais dans le réseau, l’opticien va me proposer des « verres chinois » FAUX La Mutuelle a souhaité offrir l’entière liberté de choix à ses adhérents. Lorsque vous allez chez un opticien adhérent au réseau Santéclair, vous choisissez la monture, la marque et génération de verres, et les traitements que vous souhaitez. Votre reste-à-charge variera en fonction des choix que vous avez faits. Mais vous bénéficierez du tiers payant et de tarifs exceptionnels négociés pour vous. Il faut savoir que de grands verriers réputés ont des usines en Asie et notamment en Chine. Dentaire Les chirurgiens dentistes partenaires Santéclair ne sont pas bons sinon ils n’auraient pas besoin d’être dans un réseau pour avoir des patients. FAUX De plus en plus de complémentaires santé optent pour l’adhésion à un réseau. Pour conserver et développer leur patientièle, le nombre de praticiens souhaitant rejoindre les réseaux augmente ! Par ailleurs, appartenir à un réseau offre au praticien la garantie de paiement via le tiers payant. En période de crise où les « chèques en bois » fleurissent, que vaut-il mieux pour un dentiste ? Avoir une facture de 1 500 € honorée ou bien un « chèque en bois » de 1 800 € ? Si les prothèses sont moins chères c’est qu’elles sont de mauvaise qualité ! FAUX Un laboratoire prothétique facture entre 200 à 300 € une couronne au dentiste qui vous la facturera entre 500 et 800 €. Même s’il baisse sa marge bénéficiaire, le praticien s’y retrouve financièrement. À votre demande le chirurgien-dentiste Santéclair vous remettra un certificat de traçabilité de votre prothèse. Enfin, avant la pose, le praticien à l’obligation d’adresser une radio à Santéclair qui vérifie l’utilité du plan de traitement et que les soins de dévitalisation ont bien été réalisés, ce qui limitera à terme tout risque d’infection. En résumé Tous les partenariats développés par Santéclair sont basés sur une démarche de qualité et de maîtrise des coûts. Il s’agit d’un contrat donnant/ donnant. Le praticien applique individuellement à l’adhérent des tarifs raisonnables mais en contrepartie, Santéclair lui adresse plus de patients. Au final, le professionnel de santé est gagnant car son chiffre d’affaires augmente. N’hésitez pas à signaler à Santéclair, le défaut de qualité, ou le non respect des engagements d’un professionnel de santé. Vous participerez ainsi au maintien du haut niveau qualitatif de ses réseaux. • [?!] MA MUTUELLE EN PRATIQUE 12
  13. 13. 3 DEVIS À FAIRE OBLIGATOIREMENT ANALYSER , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Vous êtes concerné par l’un de ces actes : • Implant dentaire. • Prothèses dentaires non remboursées Sécurité Sociale. • Chirurgie au laser des yeux pour myopie, astigmatie, hypermétropie. Vous devez impérativement adresser un devis à des fins d’analyse à Santéclair qui vous répondra sous 72 heures ouvrées. Pour être remboursé, ne commencez pas les soins avant la réception de votre analyse. Mais n’attendez pas trop non plus car une analyse dentaire est valable 6 mois. Au-delà, il vous faudra une nouvelle analyse. Indiquez sur votre devis : • Numéros de contrat et d’adhérent figurant sur votre carte mutuelle. • Votre numéro de téléphone. Le défaut d’analyse préalable entraînera un refus de remboursement de la Mutuelle. Une analyse de devis antérieure de plus de 6 mois au début du traitement n’est pas considérée comme valide. Santéclair • 78 boulevard de la République 92514 Boulogne-Billancourt CEDEX M devis@santeclair.fr ou F 01 47 61 20 92 BESOIN D’UN DUPLICATA DE DÉCOMPTE MUTUELLE ? À partir de votre espace adhérent, vous avez la possibilité de faire ré-éditer un duplicata de décompte Mutuelle. Allez sur la page « vos remboursements », cochez-le et les remboursements qui vous intéressent, et ensuite cliquez sur « recevoir par mail ». Si vous avez une adresse pré-enregistrée celle-ci s’affichera sinon, vous pouvez entrer l’adresse mail de votre choix. Vous recevrez rapidement, un décompte format PDF de vos remboursements. Celui-ci pourra être fourni à une éventuelle sur-complémentaire. • MODIFICATIONS STATUTAIRES CE QUI CHANGE EN 2014 Suite aux remarques de l’APCR (Autorité Prudentielle de Contrôle et de Résolution) et à notre rapprochement avec MACIF, la Mutuelle a procédé à un certain nombre de modifications statutaires. Celles-ci portent : • Sur le mode d’élection des membres du Conseil d’Administration et de la Commission de Contrôle. • Sur la possibilité de poursuivre son développement sur le marché collectif. De plus, les Statuts actent la création du Fonds Social, assouplissent la condition d’adhésion des conjoints survivants et actualisent les justificatifs pour l’affiliation des bénéficiaires. Retrouvez l’intégralité des modifications statutaires sur notre site www.mnpaf.fr ou par envoi postal sur simple demande au siège Mutuelle Air France 3 place de Londres CS 11692 Tremblay-en-France 95725 ROISSY CH DE GAULLE CEDEX Toute l’info sur notre site Le site de la mutuelle est conçu pour vous apporter un maximum d’informations sur vos droits et vos démarches auprès de la mutuelle. Alors n’hésitez pas, rendez-vous sur notre site www.mnpaf.fr PRISE EN CHARGE HOSPITALISATION AYEZ LE RÉFLEXE ESPACE ADHÉRENT Vous avez une hospitalisation de prévue ? Vous avez la possibilité de faire directement votre demande de prise en charge sur votre espace adhérent depuis notre site www.mnpaf.fr. C’est simple, vous n’avez qu’à remplir le formulaire avec les informations figurant sur votre bulletin d’hospitalisation. Une fois validé, notre centre de gestion adressera à l’établissement hospitalier une prise en charge. Attention, cette demande ne peut être faite au plus tôt que deux semaines avant votre hospitalisation. ZOOM MA MUTUELLE EN PRATIQUE 13
  14. 14. Monsieur André M. adhérent retraité à la garantie Altitude 400 souhaite modifier sa garantie en faveur d’Altitude 350. Il demande s’il y a des conditions particulières. RÉPONSE Pour pouvoir descendre de garantie, il faut deux ans d’ancienneté dans la garantie en cours. Du fait que la gamme Altitude n’existe que depuis le 1er  janvier 2013, le changement de garantie vers Altitude 350 au 1er  janvier 2014 n’est possible que si vous étiez adhérent en 2012 à la garantie optionnelle. Rappel des règles statutaires pour changer de garantie : • Le changement de garantie à la hausse peut intervenir à chaque échéance annuelle • Le changement de garantie à la baisse intervient également à l’échéance annuelle mais ne peut se faire que sous réserve d’avoir cotisé à la garantie supérieure au moins pendant 2 années civiles pleines. Ces règles ont été mises en place pour assurer l’équilibre économique de ces garanties. Toutefois, en cas d’événement majeur impactant la composition familiale et/ou les ressources du foyer, un changement de garantie anticipé pourra être demandé au siège de la Mutuelle sur présentation des justificatifs correspondants. Monsieur Marcel T. adhérent à Altitude 350, doit subir une intervention au laser pour la cataracte. Il demande s’il doit envoyer son devis pour analyse, et combien il sera remboursé. Dans les grilles de garanties, il a vu que l’opération au laser était remboursée 300 € par œil. RÉPONSE L’opération de la cataracte est prise en charge par la Sécurité Sociale. La Mutuelle participe aux dépassements d’honoraires du praticien à hauteur de 200 % de la Base de Remboursement Sécurité Sociale (pour le code ADC). L’analyse de devis n’est pas obligatoire, mais il est toujours intéressant d’adresser son devis pour analyse à Santéclair. En effet, le calcul de la participation mutuelle permet à l’adhérent de connaître son reste-à-charge et éventuellement de négocier les dépassements d’honoraires avec son praticien. Attention, si l’opération consiste à remplacer votre cristallin par un implant oculaire, il vous faut savoir que la Sécurité Sociale ne participe à l’heure actuelle que pour les implants unifocaux. Il en va de même pour la Mutuelle. Pour rappel : notre garantie « opération au laser » porte uniquement sur la correction de défaut de vision pour la myopie, l’astigmatie et l’hypermétropie. Ces opérations ne donnent pas lieu à remboursement de la Sécurité Sociale. La participation de la Mutuelle est soumise à condition d’âge, de correction avant opération et à une analyse de devis préalable à l’opération. Madame Florence P. est en congé parental depuis bientôt 3 ans. Elle est couverte par la Mutuelle de son mari. Elle va bientôt reprendre son activité et se demande quelles démarches doit-elle faire auprès de la Mutuelle Air France. RÉPONSE Après une suspension du contrat de travail pour réactiver vos droits à la Mutuelle au titre du contrat collectif et obligatoire, vous devez remplir une fiche « reprise d’activité » téléchargeable à partir de notre site www.mnpaf.fr – rubrique adhésion – collectif. Vous pouvez aussi obtenir cette fiche auprès de votre service du personnel.Vous pourrez ainsi bénéficier à nouveau de la mutuelle et du tiers payant grâce à votre carte mutuelle. Si vous aviez choisi d’adhérer à titre individuel à la Mutuelle Air France pendant votre cessation d’activité, remplir la fiche de reprise d’activité aurait permis d’arrêter le prélèvement de la cotisation sur votre compte bancaire. Nous avons décidé dans chaque ESCALE SANTÉ de publier certains échanges susceptibles d’intéresser tous les adhérents LE COURRIER DES ADHÉRENTS 14
  15. 15. MILLE-FEUILLE DE FOIE GRAS AUX POMMES *** Par Scott Serrato (L’Atlantique) Préparation : 20 minutes Temps de cuisson : 10 minutes Pour 4 personnes Ingrédients 400 g de foie gras de canard • Fleur de sel, poivre noir au moulin Pour la sauce 10 cl de Xérès vieux • 5 cl de porto • 50 g de miel de sapin • 10 g de cinq-épices • 1 clou de girofle • 1 petite feuille de laurier • 1 brin de thym citronné • 1 gousse d’anis étoilé (badiane) • 20 cl de jus de canard dégraissé ou de bouillon de volaille dégraissé Pour la garniture • 4 pommes Belchard ou, à défaut, Golden • 1 cuillère à soupe rase de miel de sapin • 30 g de roquette ou de corne de cerf • 2 cuillères à soupe de vinaigrette de noisette • Sel, fleur de sel, poivre du moulin Préparation * À l’aide d’un couteau dont la lame est trempée régulièrement dans de l’eau très chaude, détaillez le foie gras en tranches de 50 g chacune, de 1,5 à 2 cm d’épaisseur. Réservez au frais. Lavez la salade prévue pour la garniture et réservez au frais ; * Pour la sauce, faites un caramel avec le miel et le vinaigre dans une petite casserole à fond épais. Déglacez avec le porto. Portez à ébullition, flambez, puis ajoutez les aromates et les épices. Faites cuire doucement pendant 5 minutes, puis versez le jus de canard ou le bouillon de volaille et faites réduire d’un tiers. Goûtez et rectifiez l’assaisonnement. Réservez au chaud ; * Pendant ce temps, pelez et évidez les pommes, détaillez-les en huit rondelles de 2 cm d’épaisseur chacune. Versez la cuillère de miel de sapin dans une grande poêle antiadhésive et faites chauffer ; quand il est caramélisé, déposez les rondelles de pommes à l’intérieur et faites-les cuire pendant 2 minutes de chaque côté. Égouttez-les sur une grille et réservez ; * Salez et poivrez les escalopes de foie gras. Saisissez-les rapidement dans une poêle très chaude en les faisant colorer sur chaque face. Égouttez-les sur une grille ; * Assaisonnez la salade avec la vinaigrette de noisette et répartissez-la sur des assiettes de service. Placez au centre une tranche de pomme, puis, par-dessus, une tranche de foie gras. Répétez l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients sur les quatre assiettes de service. Saucez autour avec le caramel et servez. * MOTS FLÉCHÉS LES ÉTIQUETTES ALIMENTAIRES Horizontalement 5  Allégations 6  Ingrédient 7  Additif 8  Logo 9  Consommateur Verticalement 1  Emballage 2  Nutriment 3  Rayon 4  Traditionnel SOLU- TIONS Le foie gras Qu’il soit entier ou pas, mi-cuit ou cru, d’oie ou de canard… Le foie gras est un fleuron de la gastronomie française. Bien sûr, le foie gras est… gras. Mais il contient des proportions importantes de « bons » acides gras mono-insaturés. Ces derniers s’avèrent précieux pour notre système cardiovasculaire, puisqu’ils augmentent le taux de bon cholestérol (HDL) sanguin. Évidemment, s’il ne faut pas en abuser, cet aliment plaisir fait du bien au moral. Ne le diabolisez pas. D’autant qu’on en consomme très peu au cours de l’année. Alors dégustez-le ! *** recette *** DÉTENTE 15

×