Loharano12_Août2015

256 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
256
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Loharano12_Août2015

  1. 1. L’édito en 3 mots… «Terre des Ancêtres » A Madagascar la culture du « Tanindrazana » s’applique à toutes les facettes de la vie : le sacré, le social, l’économique, l’institutionnel… L’héritage des ancêtres, ou « Lovan-drazana », titre choisi par le club des jeunes de Vohi- mana pour l’adaptation de l’exposition « Madagascar, des forêts et des hommes » réalisée par Barbara Mathevon, est un des fils conducteurs de nos activités du premier semestre. Les premiers panneaux d’interprétation, co-conçus et réalisés avec les participants de chaque site, donnent lieu à la création de centres d’animation et de découverte (maison des tradipraticiens deVohimana), à la réhabilitation de l’écomusée de Vohibola, ou encore à la création de sentiers et visites à thèmes comme pour le cas des visites de plantations d’ylang-ylang à Nosy Be. Le projet « Lovan-drazana » permettra de décliner près d’une centaine de thèmes liées au lien Homme-Nature, la sauvegarde du patrimoine naturel et culturel, et l’éducation popu- laire au développement durable, les acteurs pourront faire vivre positivement le lien très fort qui existe à Madagascar entre un individu, ou un groupe d’individus, et la terre. A ce jour, l’ONG L’Homme et l’Environnement fait partie des quatre organisations natio- nales référencées par le Ministère de la Culture agréées pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. La reconnaissance d’un travail qui veut, parmi toutes les alternatives à la déforestation que nous soutenons ou encourageons, ouvrir la piste d’une réconciliation. Les forêts, la biodiversité, ne sont pas seulement des trésors écologiques : ils sont le cadre de vie pluriséculaire de populations et l’expression d’une identité culturelle. Ne laissons pas se galvauder les fondements de la culture malagasy. Depuis le fihavanana, jusqu’au titre de l’hymne national malgache « Ry Tanindrazanay malala ô » (O Bien-aimée Terre-de-mes-Ancêtres), ou la pincée de terre emportée en voyage par tout malgache, les fondamentaux de la culture malagasy nous offrent l’occasion de revivifier le dialogue des cultures sans lequel il n’est pas de gouvernance partagée possible pour les ressources naturelles. Séverine BLANCHAIS Directrice Exécutive Cliquez sur la rubrique pour accéder directement à la page concernée. Au sommaire... La Source / The Source - Bulletin d’information de l’ONG L’HOMME ET L’ENVIRONNEMENT - N°12 Août 2015 LoharanoL’HOMME et L’ENVIRONNEMENT 02ActualitésVohimana 03ActualitésVohibola 04ActualitésSitesNord 05Enbref 06Témoignages: Olivier REILHES, association Palmeraie-Union Romain LIPPINOIS, agronome (VSC - Belgique) 08Connaîtrela biodiversité 09Enbref(suite) 10Auniveau international 11Avosagendas 11Lexico
  2. 2. Reboisement Plusieurs campagnes de reboisement ont été réalisées ces derniers mois, témoignages de l’engagement de l’ensemble des acteurs : • AumoisdeMars,àl’occasiondelaJournéeMondiale de la Femme, avec l’association des femmes de Vohimana en étroite collaboration avec l’association des pépiniéristes (association Zanatany) ; • Quelques semaines plus tard, une autre campagne de reboisement communautaire a été menée par le Maire d’Ambatovola, toujours en partenariat avec Zanatany, avec le concours des élèves de l’Ecole Primaire d’Ambavaniasy ; • Les associations de Vohimana (Zanatany, Manara- Penitra, Maison des Femmes) ont participé à l’ouverture de la Campagne de reboisement régional dans la région Alaotra Mangoro. Des actions parfois modestes mais remarquables face à la déforestation en recrudescence inquiétante depuis l’implantation d’une exploitation forestière au Nord de la réserve. Même les femmes participent désormais aux patrouilles de surveillance, en attendant la mise en œuvre du plan d’urgence établi avec l’administration forestière pour lutter contre des traffics qui représentent parfois des sorties de camions entiers chargés de grumes ! Un combat contre le temps et la misère pour sauver la réserve. Evénements Les associations locales ont bénéficié de notre soutien pour leur participation à plusieurs événements d’envergure : Journée Mondiale des Zones Humides (19 Février à Torotorofotsy, Commune d’Andasibe), Journée des Ecoles, Journées de la Femme et de l’Enfant, et Journée Mondiale de l’Environnement. Durant ces mois d’avril et mai 2015, le site deVohibola a accueilli les équipes de l’Homme et l’Environnement France, de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme et d’Up2Green pour des missions de suivi et d’évaluation de nos projets. Centre éducatif de Tampina La mise en place du projet « Centre éducatif » de Tampina a permis l’accueil d’une soixantaine de Jeunes Ruraux Déscolarisés (JRD) en formation. Le Centre a ouvert ses portes au début du mois de Décembre 2014. Dans le cadre du programme de renforcement de Capacités pour l’Education Pour Tous dans le domaine de l’Enseignement et la Formation Techniques et Professionnels (CAP-EPT), projet de formation de 04 mois initié par l’Unesco et Formaprod en étroite collaboration technique et financière avec L’Homme et l’Environnement, 61 jeunes se sont inscrits en Menuiserie Bois et Charpenterie (MCH) et Cultures Maraîchères (CuMa) au démarrage du projet. L’objectif étant d’assurer via cette formation l’encadrement de ces jeunes à pratiquer un métier sur la base de nouveaux référentiels et outils pédagogiques adaptés. Une expérience réussie qui va se poursuivre par l’accueil de la deuxième cohorte au mois d’Août prochain. Inauguration de l’Ecomusée Après deux années d’une trop longue attente suite au cyclone Giovanna, le 16 Avril 2015 a marqué l’ouverture officielle de l’Ecomusée de Vohibola. RemerciementsàMyLocalProjectpourcetteétapeessentielledurelancedutourisme. Les entrées de l’écomusée à elle seule pourraient générer entre 5 000 à 10 000 euros de recettes pour le comité de gestion, sans compter le transport des passagers sur Zanarano, le bateau hybride, dans le cadre de visites à la journée Séjour solidaire Stéphane Thamin, Fondateur et responsable de Mahay Expéditions, jeune Tour Operateur promouvant le tourisme solidaire à Madagascar, a accompli du 6 au 21 avril une mission d’étude et d’analyse de circuits touristiques et développement d’autres activités en lien avec le bateau solaire et les énergies renouvelables (électrification de l’écomusée entre autres), en partenariat avec un représentant du PNR Golfe du Morbihan en l’image de Vincent CHAPUIS, écologue naturaliste et garde littoral de l’île d’Ilur. Vohimana Vohibola
  3. 3. Nosy Be - Ambanja Blue Ventures Le partenariat avec cette entreprise sociale, oeuvrant dans le domaine des expéditions et de la conservation marine, s’est conforté avec l’accueil de chercheurs travaillant sur les Mangroves des rivages d’Ambohidravy. Un pas important vers une meilleure appréciation du rôle des mangroves du Nord Ouest de Madagascar. La publication relativeàcetteexpéditionscientifiqueconstitueraunnouvelargumentpourlapréservationdeceszoneshumides,riches en carbone et source de nourriture (crabes, crevettes,…) pour la population. Pôle Environnement Le Pôle Environnement s’est vu renforcé dans sa dimension « agriculture », par l’accueil de volontaires qui interviennent sur les divers aspects de développement ainsi que de la gestion de la forêt. Leur contribution participe au défi stratégique de l’autosuffisance alimentaire sur les sites deVohimana et d’Ambohidravy. Une dizaine de projets communautaires sont suivis actuellement par le Pole Environnement:reboisementdeszonesdégradées,productionde10000fruitiers,dotation ensemencesetmatérielspourlatransformationagro-alimentaire,microprojetd’étudesur les plantes répulsives (pesticide biologique), création de la Maison Familiale et Rurale de Vohimana…Entreformations,accompagnementdesassociationsdepépiniéristes,audits des travaux de terrain, développement des partenariats, suivi des travaux de recherche et des partenariats scientifiques, il convient de saluer les efforts de Morgane pour la relance des activités depuis sa prise de poste. Et de remercier également toutes celles et ceux qui y contribuent à ses côtés. Renforcement de capacités Des jeunes issus des sites d’Ambohidravy et de Mont Passot ont suivi des séances de formation notamment en agriculture et en tourisme au centre de formation Maisons Familiales et Rurales de Nosy Be. Lovan-drazana L’exposition a été présentée sur les sites d’Ambohidravy et de Mont-Passot. Des séances de relecture avec les communautés locales permettent la déclinaison «Nord» du projet, qui doit contribuer au développement touristique du site en sensibilisant les publics à la culture Sakalava. Mise en réseau Le Réseau Nature et Culture a pour objectif de rassembler les acteurs partageant les mêmes valeurs et les mêmes objectifs afin de pouvoir partager des outils, de conforter des approches et de promouvoir la production et la consommation responsables suivant un cahier des charges de gestion durable des ressources naturelles. Sesmissionsprincipales:développeretmutualisernoscompétences,uncalendrierd’évènements et actions communes, porter des projets en consortium, animer un réseau de points de vente solidaires, faciliter les échanges d’informations et le partage d’outils. Pour en savoir plus sur ce réseau, nous vous invitons à consulter sa page Facebook : http://www.facebook.com/ReseauNatureetCultureMDG Partenariats Ce premier semestre a connu une actualité intense, avec la visite de plusieurs de nos partenaires : • l’Homme et l’Environnement France (29 mars au 17 avril), malgré le constat des pressions anthropiques que subissent encore actuellement les forêts, confirme son soutien et ses encouragements aux actions menées par l’ONG ; • Du 9 au 22 avril, une délégation de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme (FNH), menée par sa Directrice Générale, Cécile OSTRIA, est venue découvrir plusieurs sites de l’ONG. Les échanges ont été riches et ont confirmé la volonté de la FNH de poursuivre et diversifier son appui en renforçant les échanges pédagogiques avec l’Ecole Nicolas Hulot et le ParcdeBranféré. Un défi commun : la sauvegarde des lémuriens avec le soutien de la diaspora malgache en France. Merci à vous tous - Cécile, Laetita, Karine et Sébastien – pour cet incroyable séjour et tous nos échanges ! • Dans le cadre du renouvèlement du Label Nature&Progrès, un audit participatif des producteurs d’huiles essentielles a été effectué par Asterale sur le site deVohimana. Durant la rencontre avec les membres des associations, deux pharmaciens de l’équipe d’audit ont transmis leurs connaissances sur l’usage de quelques plantes médicinales et aromatiques produites sur le site, pour profiter localement des excellentes propriétés digestives du Gingembre frais et du Curcuma frais, ou encore de l’action remarquable de la Maniguette fine sur le sommeil. • Du 06 au 21 Avril, nous avons eu la chance d’accueillirVincent Chapuis du Parc Naturel Régional du Morbihan. Cette visite fructueuse est une première étape vers un jumelage/partenariat entre le site de Vohibola et le Parc Naturel Régional du Morbihan. Université de la Forêt L’Université de la Forêt a été organisée au mois de Février sur les sites de Vohimana et Vohibola. Cette manifestation constitue la suite du Séminaire Vie Associative. Son objectif : échanger largement au niveau local sur les objectifs quinquennaux de l’ONG, d’élaborer les plans de développement économiques locaux et de définir les attributions et rôles de l’ONG, d’une par,t et des structures locales partenaires, d’autre part, quant à la mise en œuvre des activités. Atelier sur les approches pédagogiques Un atelier sur les approches pédagogiques s’est tenu les 20 et 21 Avril au siège d’Antsakaviro. Ce rassemblement d’une vingtaine d’acteurs de la formation issus de divers secteurs d’activités avait pour objectif la validation de matériels, de référentiels et d’outils pédagogiques adaptés dans le cadre de transfert de compétences et de connaissances.
  4. 4. Palmeraie-Union1 est une association d’amateurs de palmiers basée à la Réunion qui œuvre depuis de nombreuses années à l’amélioration des connaissances etàlavalorisationdespalmiersdanslarégionautravers de diverses activités pédagogiques et scientifiques, et notamment dans le cadre d’expéditions botaniques. C’est ainsi que plusieurs de ses membres ont visité les réservesdeVohibolaenoctobre2013,puisdeVohimana en novembre 2014. Ce numéro de Loharano vous propose de revenir avec Olivier REILHES, le Président de l’associationPalmeraie-Union,surcesdeuxmissionsqui ont révélé bien des surprises …. Loharano : Bonjour Olivier REILHES. Votre association d’amateurs de palmiers est basée à La Réunion. Pourquoi un tel attrait pour Madagascaretdesexpéditionsbotaniquesrégulières? OlivierREILHES:Bonjour.Eneffet,Madagascarestunincroyable « hotspot » de la biodiversité, et il a été remarqué que parmi les 195 espèces de palmiers malgaches recensés dans 17 genres, 98% sont endémiques, ce qui représente un joyau exceptionnel du patrimoine naturel. L: LesmilieuxnaturelsàMadagascarsontconnuseffectivement vulnérables mais y a-t-il un réel enjeu de préservation pour les palmiers? OR : L’enjeu d’amélioration des connaissances et de préservation de cette flore exceptionnelle est crucial car les palmiers de Madagascar subissent actuellement une très forte pression liée non seulement à la déforestation massive, mais également à la consommation des cœurs de palmiers de nombreuses espèces. Dans ce contexte, l’UICN a lancé en octobre 2012 un appel à la mobilisation générale pour sauvercepatrimoineinégalé, rappelantàcetteoccasionque 83% des espèces de palmiers malgaches sont aujourd’hui menacées d’extinction2 . L : Un bref aperçu de vos missions sur les sites de Vohimana et Vohibola?Lespalmiers? OR : 02 sites exceptionnellement riches en biodiversité et présentant chacun un environnement particulier.Vohimana, caractérisé par une forêt humide d’altitude et d’une richesse floristique rarissime nous a permis de recenser 11 espèces différentes dont 02 espèces classées « Vulnérables (VU) » selon les critères de l’UICN et une « En Danger (EN) »3 . Notre plus belle découverte a été de voir le Dypsis lutea (EN), une magnifique espèce de sous-bois aux caractéristiques très particulières avec ses 3m de hauteur, seulement rencontrée dans 4 autres zones non protégées, aux alentours de Moramanga. Le plus grand regret est d’avoir découvert le péril du Beccariophoenix madagascriensis (VU) victime d’abattage dès son plus jeune âge, ce qui compromet sa reproduction et favorise sa disparition. Par ailleurs, Vohibola, dessiné par une forêt tropicale plutôt sèche,incrustéedansdusableblancetentouréedelacsetde marécages a offert la découverte de 07 espèces de palmiers dont une classée « Vulnérable (VU)», deux « En Danger (EN)» et une « En danger critique d’extinction (CR)». Ces 3 dernières espèces sont d’autant plus fragiles qu’elles sont très spécifiques de ce milieu : Dypsisambilaensis (EN) est une magnifique petite espèce de sous-bois de 2 m de haut aux larges et gracieuses palmes non divisées. Dypsis saintelucei (EN)estuneespèceplusrobuste(jusqu’à10m)àl’apparence étonnante du fait d’un manchon foliaire proéminent d’une incroyable couleur blanche immaculée, a été identifiée en 2006parle MissouriBotanicalGarden.Enfin,Dypsisarenarum (CR), qui comme son nom l’indique pousse dans le sable, est une espèce cespiteuse (type «multipliant») aux fines cannes annelées d’un vert tendre surmontées d’une gracieuse couronne de palmes courtes et profondément divisées. Je voudrais juste souligner que les inventaires effectués ne sont que partiels car nous manquions de temps. L : Votre retour d’expérience est vraiment passionnant et montre àquelpointcettefamilledeplantesdontonparleeffectivement assez peu, mérite pourtant une attention toute particulière. Un petitmotpourconclure? OR:Messalutationsvontàl’endroitdesguides,duformidable travail effectué sur place, de leur accueil chaleureux et convivial et du partage de leur grand savoir de la faune et de la flore locales. Nos remerciements reviennent également de droit à L’Homme et l’Environnement par qui les travaux de préservation de ces nombreuses années se sont effectués et ont permis cette découverte exceptionnellement merveilleuse et profitable. 1 www.palmeraie-union.com ² www.iucn.org/fr/?11273/2/Les-palmiers-de- Madagascar-proches-de-lextinction 3 www.iucnredlist.org Les albums photos de ces 2 visites : Vohibola : https://flic.kr/s/aHsjMpT8LT Vohimana : https://flic.kr/s/aHsk5MXD3P En mission pour 5 mois à Madagascar, Romain LIPPINOIS,jeuneagronome belge, s’est vu confié une étude sur les alambics du site Nord, l’établissement d’un état des lieux des matériauxbiocombustibles favorables pour la distillation et l’analyse de la moyenne annuelle de la biomasse. Il s’agissait aussi d’amorcer une étude sur la mise en place et la manipulation d’une presse végétale (élaboration d’un plan, révision et validation par un technicien, budgétisation). Loharano : Pourquoi Madagascar et pourquoi L’Homme et l’Environnement ? Romain Lippinois : Ayant un diplôme d’agronome finalité environnement, Madagascar sa biodiversité, son climat, sa faune, sa flore et surtout son endémisme m’a semblé la destination toute choisie pour, dans un premier temps, effectuer mon stage de fin d’étude. J’y suis retourné un an plus tard tout simplement car j’ai estimé qu’il y avait un réel manque de transformation de biomasse dans un pays ou la déforestation fait des ravages depuis quelques années. J’ai également manqué de temps lors de mon premier passage pour appliquer toutes les techniques envisageables en lien avec ma démarche de recherches d’alternatives bois. L : Quelle mission vous a été confiée et pendant combien de temps ? RL : J’ai dans un premier temps été invité à visiter un maximum de site pour émettre un avis sur l’utilisation du bois par les ménages, l’utilisation du bois par les distillateurs et ensuite constater les fuites de chaleurs sur les différents foyers rencontrés. Dans un second temps, j’ai eu l’occasion de réfléchir à diverses alternatives au bois en fonction des conditions de chaque site. L : Qu’est-ce qui vous a le plus marqué pendant votre séjour en tant que volontaire ?(les +, les -) RL : les (+) : J’ai adoré travailler au sein de l’équipe présente chaque jour dans les bureaux d’Antsakaviro. J’ai apprécié la proximité et la surface offerte au sein de la maison des stagiaires. J’ai également apprécié échanger avec les divers stagiaires venant de tout horizon. Les (-) : Après avoir passé une demi-année au sein de l’ONG, j’aurais tendance à ne percevoir que le positif et en oublier le négatif. Toutefois, la vie à la maison des stagiaires est parfois compliquée, surtout quand nous sommes nombreux... Des améliorations et une attention particulière sont donc à fournir sur ce point. L: Avez-vous appris quelque chose de votre séjour ? Sur quel plan ? Pouvez-vous développer ? RL : En intégrant l’équipe de l’Homme et l’Environnement j’ai tout d’abord appris à rebondir face aux retournements de situations. J’ai ensuite appris à adapter mes idées théoriques aux moyens disponibles, à vivre au sein d’un groupe de gens venant de tous horizons, et surtout à m’adapter à un grand nombre de situations. L : Seriez-vous prêt à répondre aux questions d’éventuels candidats au départ pour l’aider à préparer sa mission ? Quels conseils prioritaires lui donneriez-vous ? RL : Prévoir un sac à effets personnels en cas de vol... L: Proposeriez-vous la destination Madagascar à d’autres personnes ? Pourquoi ? RL : Bien sur ! C’est une expérience incroyable. L : Avez-vous un message particulier à transmettre ? RL : Merci à toi Sophie pour ta disponibilité et tes marques d’affection. Merci à toi Joary pour ta patience et ton intérêt. Merci à toi Morgane pour m’avoir accueilli chez toi et pour le t-shirt Dzama. Merci à toi Nash pour ton amitié. Merci à toi Soavina pour ton sourire et tes bons petits plats. Merci à toi Sèv pour ta bonne vibe et tous tes projets croustillants. Merci à toi Mamy pour ta rhumerie inconditionnelle. Merci à toi Clarisse de m’avoir permis de progresser en malgache et d’avoir animé mes après-midi avec Mikea et Céline Dion. Merci à vous Toky, Riri, Stephane, Salima, Désiré, Rado et tous ceux que je n’aurais pas cité pour votre Bonjour de chaque matin et surtout de m’avoir accepté parmi vous. On se reverra, je l’espère de tout mon cœur. Tsara donia antsika jiabyyy !!! Témoignage d’un chercheur passionné Témoignage d’un VSC
  5. 5. Par rapport à d’autres groupes faunistiques, les Odonates (libellules, demoiselles) forment un ensemble assez homogène quant à leur morphologie, leur cycle de développement et leur écologie générale. Le caractère le plus étonnant est l’appartenance de toutes les espèces à deux mondes radicalement différents, le milieu aquatique où se développent les larves et le milieu aérien où virevoltent les adultes. Ce changement de mode de vie implique d’importantes transformations physiologiques mais aussi morphologiques et bien évidemment comportementales. Toutes les espèces d’Odonates sont généralement rassemblées dans le langage courant sous le vocable de libellules. Pourtant les libellules et les demoiselles ont des différences notables ! Les libellules ont toujours les ailes à plat au repos tandis que les demoiselles ont un corps plus gracile et surtout les ailes jointes au-dessus du corps au repos. Lors d’une étude réalisée fin 2014, 25 espèces d’Odonates ont pu être identifiées à Vohimana (16 espèces de libellules et 9 de demoiselles) grâce à la contribution de 4 étudiants de l’Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques d’Antananarivo. Une étude similaire est prévue cet été sur le site de Vohibola. Pour découvrir la biodiversité de Madagascar, téléchargez l’application «Madagascar Heritage» sur l’Apple Store ou le Play Store, ou bien consultez la sur la page : http://madagascar-heritage.mobapp.at Libellule : Thermorthemis madagascariensis femelle à Vohimana (Tsaritsamamy Andriananja) Demoiselle à Tsianinkira (Valentine Vaudey) Libellules ou Demoiselles ? Edition solidaire Déjeuner Loharano à l’INTH Un déjeuner a été organisé le 06 Mai dernier au restaurant d’application de l’INTH (Institut National du Tourisme et de l’Hôtellerie) pour une dégustation des produits issus des zones en gestion par l’ONG. Unpartenariatprécieuxpourfairepromouvoirlesproduitsduterroirauprèsdes350jeunes professionnels du tourisme en formation dans l’établissement. Une occasion également de développer l’usage alimentaire des huiles essentielles grâce au parrainage de Valérie Puvilland, consultante et auteur de 39 livres de cuisine bio, primée aux Gourmand World Cookbook Awards. Cette séance de dégustation conviviale a tenu toutes ses promesses, et un prochain déjeuner Loharano est prévu dès la rentrée. Exposition Hasintanana 2ème édition Pendant04jours,du10au13Juin2015,Ts’ArtFibreetl’ONGl’Hommeetl’Environnement ont organisé la seconde édition de « HASINTANANA 2 », au Jardin d’Andohalo, sous le haut patronage de Madame le Ministre de l’Artisanat et de la Culture. Cette manifestation a rassemblé les artisans et les savoir-faire de la Grande Ile, en vue de partager et d’échanger sur les techniques d’art existantes, et d’exposer au grand public les produits locaux qui méritent d’être valorisés. La démonstration de tissage avec le Herana a grandement intéressé les nombreux visiteurs présents, et l’association des femmes artisanes de Vohimana a décroché une commande de 200 exemplaires de paniers crochetés en raphia. Les artisanes ont participé à un atelier « Formation pour l’artisanat », réparti en 03 thématiques et mené par la Direction de la Professionnalisation de l’artisanat : • carte professionnelle, accès aux foires, etc ; • commercialisation (recherche de débouchés, développement mutuel) par la Direction d’Appui à l’Artisanat ; • normalisation et label, par la Direction des Normes et des Certifications. Notre livret de coloriages mandalas est disponible ! Cet ouvrage est une oeuvre artistique réalisée grâce à un collectif d’illustrateurs - dessinateurs malgaches de tous horizons (parmi lesquels notre très cher et regretté Rado à qui est dédicacé cet ouvrage). Un travail de recherche documentaire a été réalisé de façon à pouvoir mettre un proverbe malgache (ou «Ohabolana») en lien avec chacun des thèmes. Son édition bilingue malgache-français sert aussi à l’apprentissage du français. Grâce à votre soutien, pour chaque exemplaire acheté un second exemplaire est offert à nos partenaires des programmes éducatifs, en support à des actions d’education environnementale. Tarif solidaire : France / 10 euros, Madagascar / 30 000 MGA Contact et commandes : communication@mate.mg
  6. 6. Société civile Pour un pays, une nation, la société civile est l’ensemble des acteurs, des associations; des organisations, des mouvements, des lobbies, des groupes d’intérêts, des think tanks, etc., plus ou moins formels, qui ont un caractère non gouvernemental et non lucratif. Elle constitue une forme d’auto-organisation de la société en initiatives citoyennes en dehors du cadre étatique ou commercial. Ses objectifs sont fondés sur l’intérêt général ou collectif dans des domaines variés : sociopolitique, solidaire, humanitaire, éthique, juridique, environnemental, scientifique, culturel, etc. Consensus Un consensus est un accord des volontés sans aucune opposition formelle. Le consensus se distingue de l’unanimité qui met en évidence la volonté manifeste de tous les membres dans l’accord. Un consensus caractérise l’existence parmi les membres d’un groupe d’un accord général (tacite ou manifeste), positif et unanime pouvant permettre de prendre une décision ou d’agir ensemble sans vote préalable ou délibération particulière. Citoyenneté Etymologie : de citoyen qui vient du latin civis, celui qui a droit de cité. La citoyenneté est l’état ou la qualité de citoyen. Elle permet à un individu d’être reconnu comme membre d’une société, d’une cité dans l’Antiquité, ou d’un Etat aujourd’hui, et de participer à la vie politique. Fokonolona Traditionnellement, le fokonolona (de foko, clan ou ethnie et olona personne, être humain) réunissait les membres d’un ou de plusieurs clans, résidant sur un territoire délimité. Chaque fokonolona bénéficiait d’une large autonomie de gestion, y compris sur le plan sécuritaire et judiciaire, et fonctionnait selon un mode démocratique, avec la participation des femmes et des enfants, les décisions sont prises à l’unanimité suivant le code de la Dina (pacte social). Les rai-amandreny (père et mère, littéralement) détiennent le pouvoir des aînés, c’est-à-dire le respect des cadets (structure du foko). Fokontany Un fokontany, à l’origine, est un village traditionnel malgache. Il est aujourd’hui une subdivision administrative de base malgache. Il comprend soit des hameaux, des villages, des secteurs ou des quartiers. Leur nombre est estimé à 17 544. France En mars / avril, l’Homme et l’Environnement France était en mission à Madagascar, en compagnie de sa nouvelle venue, Renée MEYER, à qui nous souhaitons la bienvenue en sa qualité de responsable administrative et financière. Et qui s’attelle déjà à bien d’autres chantiers en appui à l’ONG Madagascar ! De retour en métropole, l’équipe était présente au Zoo de Mulhouse les 02 et 03 Mai pour leWeek-end Madagascar : conférence, vente d’artisanat et d’huiles essentielles, épices malgaches et rhum arrangé... La Réunion Le 20 juin 2015, s’est tenue de l’assemblée générale de l’association L’Homme et l’Environnement La Réunion, pour l’élection de son nouveau bureau. Sulliman Husanee, ancien volontaire du programmeVSC à Madagascar, a été élu trésorier. Shany Arzeux, qui était en mission de reconnaissance en Avril dernier à Antananarivo et dans la réserve deVohimana, hérite quant à lui de la fonction de vice-président. Pour mémoire, le président, Abel Abat, a conduit des actions de formation et de suivis de techniques de restaurations forestières sur les différents sites de l’ONG (Mont Passot, forêt de mangrove d’Ambohidravy, réserves naturelles deVohimana etVohibola). Les autres développements récents avec nos partenaires réunionnais s’inscrivent dans la continuité de la consolidation du réseau Nature et Culture : • notre présence sur le FestivalVaniy organisé par Unité Métis pendant la Semaine Européenne du Développement Durable ; • l’organisation au mois de juin à Antananarivo d’un atelier participatif destiné à la mise en place d’un Agenda 21 adapté à Madagascar avec l’associationWIO-GSN, représentée par son Co-Président,Yvan Lefeuvre, et sonVice- Président, Sébastien Mariotti. Italie Une mission de plusieurs semaines en avril et mai d’Ariela Ferraris di Celle, présidente de Uomo et Ambiente, a permis de dresser un bilan et une mise en perspectives des initiatives menées dans le domaine de l’appui aux femmes artisanes et aux projets de formation et d’insertion des jeunes. Ces thèmes, ainsi que l’eau et le climat, sont les priorités de collaboration passées et à venir avec l’Italie. Les liens sont par ailleurs confortés avec l’Université de Roma – Sapienza, à travers la collaboration renouvelée du Pr. Pierluigi Bozzi pour dresser le bilan de sept années de collaboration pour la mise en place de la Convention sur la Diversité Biologique à Madagascar et la promotion du mécanisme APA (Accès Partage des Avantages), avec la réserve deVohimana comme site pilote pour cette étude stratégique au long cours. Dans chaque numéro, 5 mots… 5 clefs pour comprendre nos actions En cette période d’élections communales, un lexico spécial gouvernance... Fier Mada (Foire Internationale de l’Economie Rurale à Madagascar) - Madagascar Août 2015 Une nouvelle fois cette 17ème édition (du 05 au 09 Août 2015) sera une occasion importante pour les paysans et artisans d’exposer et de vendre leurs produits, de faire connaître au public ce que chaque association fait et de développer les partenariats. Les structures locales, en partenariat avec l’ONG y participent (soutenue par l’ONG), ce qui permet également de promouvoir les sites en gestion de l’ONG. Solidarissimo - Colmar, France Novembre 2015 L’Homme et l’Environnement France participera à cette 7ème édition du Salon du Tourisme et de l’Economie Solidaire, afin de promouvoir nos activités touristiques.
  7. 7. 12 L’Homme et l’Environnement Madagascar Séverine BLANCHAIS | Directrice Exécutive | direction@mate.mg | +261 340 573 697 L’Homme et l’Environnement France Patrick BEHRA | Président | patrick.behra@homme-environnement.fr | +33 640 090 749 L’Homme et l’Environnement La Réunion Abel ABAT | Président | franabel974@gmail.com | +262 692 308 326 Uomo e Ambiante Italia Ariela Ferraris di CELLE | Présidente | arielaferraris@yahoo.it | +393 476 523 490 Madagascar Lot IIM90 Antsakaviro Antananarivo 101 (+261) 202 267 490 www.madagascar-environnement.org communication@mate.mg France Métropolitaine 16 Rue d’Alsace 68 600 Algolsheim (+33) 389 726 874 L’HOMME et L’ENVIRONNEMENT L’HOMME et L’ENVIRONNEMENT Vos interlocuteurs Tout âge et toute nationalité, au gré de l’engagement ! Depuis le début de cette année, le Programme Volontaires Stagiaires Chercheurs (VSC) de l’ONG L’Homme et l’Environnement a pris sous ses ailes un bon nombre de participants au programme. Leurs contributions actives dans le développement de nos activités nous incitent à les remercier vivement, à commencer par nos fidèles bénévoles et partenaires de toujours aux noms de Jean-François GUY, Damien GUY, Patrice FLOTTES, Ariela FERRARIS di CELLE, Robert et Denise BERTHET, Abel ABAT, Sylvain COURDIL pour déboucher sur les jeunes étudiants aux noms de: Bastien NUSBAUM, Romain LIPPINOIS, Annabelle MORCRETTE, NoémieJOULIE,NandrianinaRAELINIRINA,TantelyRABENJA,ScottWinsletJudishREDISO,NampoinaRANALISON, Sébastien DESBUREAUX, Hari VERLAET, Sarah GOETHALS, Myrtille CHATENIER, Lorie MENARD, Amélie COURT, Maxime HERBIN, Valentin YAMANI, Erisson TSONTO, Aly TOMBO, Mohamad OUMAR, Kevin CORNAILLE, Irina, ainsi que toutes les mains volontaires qui ont participé de près ou de loin à ce développement. Remerciements

×